de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Les murs parlent, prêtez l’oreille

Les murs parlent, prêtez l’oreille

Décidément, le génie des lieux me poursuit. A croire que c’est la saison des maisons, non pas hantées mais habitées dans l’acception spirituelle du terme, et que certains écrivains n’ont pas leur pareil pour faire parler les murs. Après la Villa Taylor de Marrakech et la Villa Kérylos de Beaulieu-sur-mer, voici La Maison andalouse (Al-Bayt-al-andalusi, traduit de l’arabe (Algérie) par Marcel Bois en collaboration avec l’auteur, 450 pages, 23,80 euros, Sindbad/Actes sud). Moins connue, elle n’en est pas moins attachante.

C’est une bâtisse d’Alger menacée par des promoteurs immobiliers qui veulent ériger une tour en lieu et place. Le dernier descendant de son inventeur se bat pour la maintenir envie. Peu importe qu’elle soit réelle ou imaginaire puisqu’elle permet avant tout à l’auteur Waciny Laredj (né à Tlemcen en 1954) de raconter des histoires à travers l’Histoire jusqu’à en devenir, elle-même, le personnage principal de cet écheveau de récits, d’aventures qui s’étalent sur cinq siècles, où des trafiquants de drogue du crû succèdent à des corsaires turcs et à l’administration coloniale française. Cette maison, ruine romaine et demeure andalouse, est riche et pleine de celles et ceux qui y ont vécu et qui ne sont plus là, Soltana Palacios la marrane, première dame de cette demeure, Lalla Nafissa, Ziryab… Elle a été le séjour de l’Empereur et le cabaret Beau Rivage.

On s’en doute, la casa est une métaphore de l’Algérie et, avance l’éditeur, probablement du monde arabe non sans préciser qu’il est ravagé par « le despotisme politique, le capitalisme sauvage et le fanatisme religieux ». Ca y est bien, mais affleurant ça et là, sans esprit de démonstration. N’allez pas croire qu’il s’agit d’un roman à thèse, d’un prétexte à idéologiser, du masque d’une dénonciation en règle. Il s’agit bien et avant tout d’une entreprise littéraire, où l’écriture prime de bout en bout, jusqu’à donner à certaines évocations des accents poétiques de toute beauté.

L’une des narratrices de cette épopée polyphonique nous entraine dans son enquête en bibliothèque et dans les archives, puis sur les lieux même, sans jamais se prendre pour une historienne. Juste pour raconter la maison avec ses histoires. Dans un récit très architecturé, Galileo, alias Sid Ahmed ben Khalil, dont on dit qu’il avait rencontré l’homme roux, Cervantès, est le personnage qui s’impose parmi une noria d’ancêtres surgis du cimetière marin de Miramar. Federico de Lucia, architecte espagnol d’origine morisque, arguant qu’il s’agissait de la maison de ses ancêtres, proposa de restaurer la maison à partir de ses anciens plans ; l’ambassade d’Espagne proposa le projet à sa tutelle madrilène qui l’accepta et diligenta une commission ; en vain, l’Algérie ne voulant pas donner l’impression que l’Espagne lui faisait l’aumône.

On y lit le « Coran mauresque » écrit en aljamiado, langue romane parlée autrefois par les musulmans d’Al-Andalus mais rédigée en alphabet arabe. On n’y perçoit pas d’attachement à la langue espagnole fut-elle métissée, ni à l’Espagne, jadis conquise, envahie, occupée, vécue, même si on ne sent guère de nostalgie chez les descendants de moriscos, musulmans andalous convertis au catholicisme au moment de la Reconquista par les rois catholiques aux alentours de 1500 et expulsés un siècle plus tarden dehors de l’évocation des califats de Cordoue ou Grenade et des beautés de l’Alhambra; mais il demeure chez certains en Algérie et au Maroc comme une tendresse pour l’Andalousie, la conscience d’un héritage culturel transmis essentiellement par une oralité vivante et fertile, surtout en Oranie, et plus encore du côté de Ghazaouet, anciennement Nemours, la ville la plus rapprochée d’Alméria. On sent dans les pages les plus vibrantes que l’enfance de l’auteur, descendant d’El Rojo, a baigné dans une langue arabe truffée de canasta, camisa, escuela, genté, al bogado…..

Rares sont les romans qui font entendre une musique qui s’accorde aussi pleinement à la musique jouée dans ses pages, la bande originale du livre que l’auteur réussit à faire passer dénuée de tout exotisme, pleine des échos des chanteuses Eliane Sarfati alias Line Monty, Fettoum de Blida, Soltana Daoud alias Reinette l’oranaise, Cheikha Zahia…

On n’accorde généralement guère d’importance aux lieux de l’écriture tels qu’ils sont révélés à la toute fin d’un livre. En quoi on a tort car ils sont plus éloquents que bien des quatrième de couverture. Celle-ci indique : Paris, Alger, Madrid, Alcala de Henares, et tout est dit.

(« Patio Gaditano » illustration de Juan Manuel Álvarez Cebrián)

Cette entrée a été publiée dans Littérature étrangères.

1111

commentaires

1 111 Réponses pour Les murs parlent, prêtez l’oreille

renato dit: 20 juin 2017 à 8 h 20 min

Nous attendons confiants que quelqu’un programme L’Assemblée des femmes — composée par Aristophane vers 392 av. J.-C. !

renato dit: 20 juin 2017 à 8 h 09 min

Bouleversements chez les Européens. Ébranlé par l’émancipation de la pensée politique, le vain penser du monde ancien se retrouve sans aspirations ce qui est tragique pour des gens chez qui les idées d’évolution et de progrès étaient des axiomes ; et ce ne sera pas en activant quelques mots référentiels et donnant libre cours à l’arbitraire ni en ajoutant un brin de vulgarité au néant qui les anime qu’ils vont arranger leurs espaces de rangements intellectuel car ils n’ont pas encore naturalisé… Que dis-je ? il ne leur est pas encore apparu que « l’observateur ne peut pas être continu dans un monde de choses discontinues » — et là, déjà qu’ils sachent élaborer un projet cohérent ou seulement reconnaître une contrainte, j’aimerais voir ça car, désormais dépourvus de valeurs significatives, comment peuvent-ils faire preuve d’inventivité et d’attention au présent ?

la vie dans les bois dit: 20 juin 2017 à 8 h 07 min

langoncet, si je dois vous causez des  » veaux », je le ferais bien volontiers, mais le temps me manque.
Votre pratique du  » lacunaire » confine aux pratiques de la toxicité mentale, dont vous semblez adepte.

Bonne journée, et hydratez-vous, ça va chauffer.

Giovanni Sant'Angelo dit: 20 juin 2017 à 8 h 05 min


…de l’un, à l’autre,!… vous en êtes, légionnaire, décurion, centurion,!…
…ou plus encore,!…

…si, vos hommes, vous font confiance,!…
…c’est qu’ils savent, que vous êtes le meilleur sur  » tout terrains « ,…
…des petits trucs,…

…des batailles,!…Oui,!…d’engagements d’économies politiques!…

…les participations,!…chacun à son savoir faire,!…( sa fiche de paye  » forcément « ),…
…vos déductions ne servent à rien,!…
…très bien,…avancées vos troupes et arguments,!…sans les miens,!…serai t’ils des abstentionnistes,!…les miens, les tiens,les vôtres,!…et t’a sœur, en grouper,!…etc,!…

…des motifs d’être satisfait,!…Oui,!…
…en dehors de toute considérations d’intérêts privé et public,!…of course,!…

…vu, mes curiosités de tout les savoir faire,!…mêmes combler,!…
…le final, renforcé ses propres conquêtes,…
…s’en, foutre de tout,!…du mérite général,!…
…Bip,!Bip,!…à nos cocus laisser pour comptes,!…) la bonne heure,!…Go,!…
…les participations comme des actionnaires, les poches vides,!…et quoi encore,!…
…tirer vos plans, les jambes en l’air,!…
…bien dit,!…
…se mettre à geindre , comme la populace des resquilleurs dans les états de l’€uroland,!…Ah,!Ah,!…et autre lèche-culs du pouvoir,!…

Chaloux dit: 20 juin 2017 à 8 h 02 min

Il parait que Jupy a passé une soirée douce amère, dimanche, au fond de son palais. M’est avis qu’il a touché du doigt le fond plâtreux de son épopée. Une majorité absolue à 13%, autant dire un coup d’état, ce doit être tout de même un peu angoissant. Par moments.

Descartes..... dit: 20 juin 2017 à 7 h 44 min

Macaron ? …. un nouveau Potemkine !
Qui repeint le village gaulois pourri, afin de le faire passer pour neuf auprès de la Grande Kanzlerin !

la vie dans les bois dit: 20 juin 2017 à 7 h 35 min

@ »Et alors ?
Il faudrait donner aux minoritaires chez eux une envergure nationale ? » langoncet

 » si ça ( sic) n’a pas voté, c’est parce que beaucoup d’autres n’ont pas mobilisé », le président macaron, qui arrête son vélo et commente l’abstention ( source: le Point)

Descartes..... dit: 20 juin 2017 à 6 h 17 min

Pendant ces réjouissances politiques enfantines, le cancer étranger ronge, l’acculturation progresse, les confréries égocentriques étriquées s’arment et préparent leurs coups.

Quel bel été !….

Descartes..... dit: 20 juin 2017 à 6 h 07 min

Mise en lumière des deux grandes populations lors de l’explosion des partis anciens, formant recomposition macaroniste qui suit :

– les Naïfs, bobos bas bleus de l’ouverture, incompétents qui permettent d’insuffler une nouveauté « make-up » à une démocratie qui refuse la représentation proportionnelle depuis 1958. Marionnettes de la Marionnette.

– les Professionnels, traitres, crapules, voyous, privilégiés, qui se rallient au panache blanc de l’espérance assurant leur réélection, en soupirant, rieurs : « Après Macron, le Déluge ! »

Quelle fraicheur ! quel renouveau ! quelle belle Assemblée Nationale … ! Fier d’être français.

Descartes ..... dit: 20 juin 2017 à 5 h 41 min

Inscrits: 47 292 967
abstention: 27 125 535
parti du président macaron : 7 826 432, soit 16,55 % des inscrits.

Logique du parlementarisme représentatif à majorité absolue : 16,55% vont gouverner à leur guise les 100% ….
Représentativité du pays nulle, situation de dictature soft, et contre-pouvoir, émeutes dans la rue prévisibles.

bérénice dit: 20 juin 2017 à 5 h 35 min

Grand déstockage d’été : moins 90% de députés PS à l’Assemblée

Et oui WGG en été on boit des cocktails, forcément faut faire des mélanges, après remuez-moi dans un shaker tout se vaut et tout est utile au produit final -, espérons que celui-ci ne soit pas lytique. J’entendais Mr Joffrin hier soir sur Arte, il n’allait pas justifier une certaine mise à distance de la presse mais presque quant au reste quoi de plus normal alors que certains traits vont se voir accentuer au delà de ce que la droite proposait . Mr Macron est président, il semble que certains aient tout de même envie de conserver leur poste , le discours s’en voit timoré.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 23 h 47 min

langoncet doit pas avoir son collector 2ème tour.

Inscrits: 47 292 967
abstention: 27 125 535
parti du président macaron : 7 826 432, soit 16,55 % des inscrits.
Et alors ?

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 23 h 32 min

« Les appels à voter n’ont pas été entendus et avoir sa carte électorale tamponnée pour ce second tour des législatives va devenir collector. »
source: le parisien

Bloom dit: 19 juin 2017 à 23 h 13 min

C’était qui le/a petit/e malin/e qui raillait le manque de civisme des Français de l’étranger en invoquant le faible taux de participation?
L’idéologie fait toujours autant de ravages chez les esprits faibles.

Giovanni Sant'Angelo dit: 19 juin 2017 à 23 h 09 min


…ne rien dire, ou s’abstenir,!…çà, ne veux pas dire ,!…être consentant,!…
…et ceux qui en usufruite, ou en profite,… le savent bien,!…

…des abus totalitaires,!…

…les élections doivent être refaites,…
…les aux président,…at les législative,!…

…de préférence en hivers, pour voir mieux qui n à pas besoin de voter,!…

…disons à Noël 2017,…élire des représentants pour 33 % ,du peuple,!…

..c’est ostensiblement ‘ abject ‘,…

…et je ne vois pas, comment ils vont se prendre au sérieux,!…ces élus du peuple angoissé,!…par toutes les affaires préélectorales, montées pour s’usufruitier la France, par ses €uro, de soumissions aux directives et commissions des lobbying-privés,…

…les résultats, comme des couleuvres à avaler, pendant cinq en de plus,!…etc,…
…envoyez,!…

bérénice dit: 19 juin 2017 à 20 h 58 min

à moi comme on s’adresse à un Rom qui s’approche de votre bagnole pour laver le pare-brise.

on voit bien que vous ne me connaissez pas, je ne suis désagréable que confrontée à la c.nnerie, pas de crime là où je réside mais je peux supposer ne pas fournir plus d’effort d’amabilité face à un voleur, un meurtrier, un vandale, un violeur, un pédophile, un raciste, un sexiste bref dressez vous même la liste exhaustive de tout ce qu’on peut vouloir laisser de côté. Les laveurs de pare-brise n’entrent pas dans cette catégorie.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 20 h 53 min

Pourvu qu’mon chat me réclame pas 1 million 600000 euros…

D, ce serait pour le testicule ou pour la rénovation du palais des ducs? Pourquoi cette soudaine angoisse?

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 20 h 40 min

J’ai l’impression que l’on ne donne pas toujours priorité aux bonnes infos sur ce blog.
CE soir, à la télé, c’est « le bonheur est dans le pré »

« Vers 21 heures, une altercation éclate entre les conducteurs d’une voiture, celui d’un scooter et un agriculteur. Selon nos informations, les deux hommes reprochent au paysan de provoquer des nuisances avec sa moissonneuse batteuse. Le ton monte, le conducteur de la voiture aurait crié «Allahu Akbar» (« Dieu est [le] plus grand », ndlr) et asséné un coup de couteau à l’agriculteur. »

http://www.leparisien.fr/faits-divers/lot-et-garonne-un-agriculteur-poignarde-par-un-homme-radicalise-19-06-2017-7066206.php

test à l'envoyeur, salut dit: 19 juin 2017 à 20 h 26 min

Qu’on se tasse les non-lus du brûlot de maman qui cuisine, comme chacun sait.
je suis ancien de mon temps on y lisait traube mais la perversion qu’emploie un administrateur est trop ténue pour s’y faire.
Allez au Leclerc chez maman comme l’exprimait déjà le victor hugo de la prose de ce blog de
Marécages : la belle affaire !
On bronze au Baléares, monsieur renato

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 20 h 25 min

C’est quand même un beau slogan pour le futur chef des marcheurs: zéro tracas, zéro blabla.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 20 h 16 min

@C’est déjà dans « Le Parisien »

Ah oui, tiens, le Prime Philippe est reconduit, après que le ministre des Mutuelles du Mans ait été démissionné.

Greta von Peco..... dit: 19 juin 2017 à 20 h 06 min

Tristan, lorsqu’un Rom s’approche d’un pare-brise pour le laver, il n’espère qu’une chose : le prendre pour le revendre !

Widergänger dit: 19 juin 2017 à 19 h 56 min

Pour en revenir au problème de l’oralité évoqué l’autre jour, ces vers de Gœthe, extraits du Divan d’Orient et d’Occident, qui ont le même thème :

Wie das Wort so wichtig dort war,
Weil es ein gesprochenes Wort war.
____________

Où le mot avait tant d’importance
Parce qu’il était un mot parlé.

(Gœthe, « Hégire »)

On voit l’Orientalisme de l’époque reprendre un vieux thème et en faire le centre d’une mythologie du Coran et du monde arabe dans nos contrées occidentales. Gœthe avait même commencé d’apprendre l’arabe. On se souvient que Le Divan gœthéen est né de sa passion tardive pour une jeune femme, Marianne von Willemer. La nostalgie pour une époque sentie comme révolue, où l’oralité était le signe d’une fusion des cœurs, est le grand fantasme de l’époque. On le retrouve aussi bien chez Hölderlin que chez Gœthe et à vrai dire chez tous les écrivains romantiques, chacun avec son propre point de vue.

christiane dit: 19 juin 2017 à 19 h 31 min

Mais, M.Court,
cet homme, Mr R.Zuber, où trouvait-il cette poésie, ce velouté dans la langue de XVIIe s. Et en quoi introduit-il l’idée de traduction de cette langue. Au juste, qu’est-ce que c’était pour lui ces belles infidèles ? Une mauvaise traduction postérieure à 1650 ? Une incompréhension du style de cette langue ?

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 19 h 18 min

C’est déjà dans « Le Parisien », LVDLB !

« le suspect, âgé de 31 ans, né en Île-de-France, était fiché S et connu de la DGSI. Il est décédé sur place. »

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 18 h 37 min

Le terroriste de Londres qui a voulu tuer des fidèles, au abords d’une mosquée, n’est pas envoyé par daech, j ai mal lu. Il a été envoyé chez les psys.

Groucho M..... dit: 19 juin 2017 à 18 h 34 min

Quittons nous sur une vision optimiste des lois de ce monde : beaucoup de cocus, cela fait beaucoup d’heureux …

tristan dit: 19 juin 2017 à 18 h 32 min

Huit mois de campagne non-stop avec huit scrutins d’affilée, m’ont permis de tisser des liens avec les assesseurs de mon bureau de vote et notamment avec une délicieuse Bérénice(*).
Avec elle, forcément j’ai eu l’occasion de copiner.
Hier, en pleine moiteur caniculaire, quand j’ai glissé mon candida (albicans) dans la fente de son urne (copyright JC) elle m’a invité à finir le dépouillement chez elle à 23 heures en me disant: « n’oublie pas de mettre ta capuche mon biquet, chez moi les soirées sont humides ! » tout en me glissant un billet de 20€ dans la ceinture.
Ce matin en me réveillant empli de remords, je suis allé sur le site sos cocus. Aucun Titus n’était venu y chercher un soutien moral…

(*)pas la notre de la RdL qui s’adresse à moi comme on s’adresse à un Rom qui s’approche de votre bagnole pour laver le pare-brise.

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 18 h 24 min

« Parlez pour vous Delaporte »

Sauf que moi, si vous avez suivi, je n’ai pas voté pour Macron.
Mais bien sûr, à long terme, c’est tout le peuple français qui va être cocu. Et c’est triste de voir tous ces braves gens prêts à être roulés dans la farine. Il n’y a pas de quoi rire. Tous cocus !

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 18 h 23 min

En Angleterre, ce sont des croyants qui ont été la cible des terroristes de daech. Mais ceux qui vivent sous le joug des religions, comme la ministre feministe du gvt Philippe I (le II n’est à cette heure tjrs pas annoncé), s’en fichent.

Sergio dit: 19 juin 2017 à 18 h 15 min

D. dit: 19 juin 2017 à 17 h 44 min
Pourvu qu’mon chat me réclame pas 1 million 600000 euros…!

I savent pas se servir des convertisseurs en euros… Surtout les tactiles ça ripe dessus !

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 18 h 14 min

On va encore nous dire au journal que le terroriste qui a attaqué la maréchaussée était fiché S, si ça se trouve.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 18 h 01 min

Ça va être plus compliqué de faire son shoping sur les Champs Élysées en toute sécurité. Les terroristes attaquent encore a maréchaussée.

rose dit: 19 juin 2017 à 18 h 01 min

Un serbe tu le fais cocu il te fait comme slatan avec le ballon. Du couo, tu crèves de trouille pour ta copine. Parce que même semblant, tu peux pas lui faire.
Je leur ai dit si vous vous remariez je veux bien être témoin. Il y a six mous, elle lui a dit je couche avec Albert. Une fous bien fou de rage, elle a spécifié Camus. Qui était sur sa table de nuit.
Je ne la connais pas la fille meurtrière chez Joseph Kessel.

Le cul c pas forcément du hard core. Ça peut être ton mec qui court derrière toi quand tu pars faire la sieste.

tristan dit: 19 juin 2017 à 17 h 56 min

« Au lendemain des élections, la France se retrouve cocue ! »
Parlez pour vous Delaporte de 15h40 ou rejoignez les « cocus de garde » sur ‘SOS cocu’ !

rose dit: 19 juin 2017 à 17 h 53 min

600 m2.
Mais j’ai fait moitié ce matin.
Je le comprends jazzi. Reste le rêve.

Je ne me passe de rien de tout ça. Le désir c’est immarcescible. Comme le reste soleil vent mer coquelicots.

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 17 h 45 min

Ceci étant, les couilles de Sollers ça ne doit pas valoir très cher. On pourrait très certainement les couper au rabais, pour un prix défiant toute concurrence…

Sergio dit: 19 juin 2017 à 17 h 43 min

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 17 h 34 min
Avoir sectionné le testicule gauche du patient alors que ce dernier souffrait de douleurs chroniques côté droit. »

Ha ben ça c’est un problème de chiralité faut regarder dans une glace ! Mais le toubib de base i peut pas restituer son cerveau se noircit…

Faudrait leur mettre des étiquettes on serait plus tranquille ! Quand on pense que même un flic il arrive à comprendre que la main droite c’est celle qui a le pouce à gauche…

Sergio dit: 19 juin 2017 à 17 h 35 min

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 17 h 17 min

Tu veux que je te raconte le siège de Nice

J’y pensais, justement ; on a récupéré Nice et la Savoie, la jeune Italie les aurait bien gardés, quand même… Mais on a laissé le Val d’Aoste ! Le grand Charles est allé voir il a pas rinsisté on a pas envoyé les chasseurs alpins comme à Narvik…

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 17 h 34 min

Le prix d’une seule couille, intéressant :

« Un urologue et l’hôpital de Pennsylvanie ont été condamnés, mercredi 15 juin, à verser 810 000 € à Steven Hanes, un Américain de 54 ans. Leur erreur médicale ? Avoir sectionné le testicule gauche du patient alors que ce dernier souffrait de douleurs chroniques côté droit. »

On peut légitimement se demander après ça combien vaut une castration complète. Et se souvenir de la scène du roman de Laurent Binet où Philippe Sollers se fait intégralement émasculé. De la littérature à gros budget…

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 17 h 17 min

On faisait de la rude diplomatie dans ces temps-là !

Tu veux que je te raconte le siège de Nice du temps de Catherine Ségurane, Sergio ?

Sinon, du côté vénitien, je peux te proposer la bataille de Lépante, avec mon lointain aïeul !

Sergio dit: 19 juin 2017 à 17 h 09 min

bérénice dit: 19 juin 2017 à 16 h 49 min
11 millions d’euros et des fibrilles pour la rénovation du palais des Ducs .

Ca doit faire dans les quinze ans que c’est commencé… En plus, m’étonnerait bien qu’il soit pas inscrit international, comme la place Stan ; et Commercy, l’origine des Habsbourg-Lorraine. On faisait de la rude diplomatie dans ces temps-là !

D. dit: 19 juin 2017 à 16 h 58 min

Qu’est-ce que c’est que ces questions tordues, Bérénice ? Je vous sens perturbée, ces derniers temps. Vous devez avoir une ou deux planètes en Saturne. C’est désagreable mais ça finit par passer. Tout tourne et bouge, là-haut, c’est comme ça que le monde se fait, s’est fait et se fera.

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 16 h 54 min

« vous n’auriez pas quelque suggestion plus saine »

Il faut bien que le corps exulte, bérénice, surtout par temps de canicule !
Une bonne fessée ça vous réveille de la torpeur… ça vous maintien en vie !

D. dit: 19 juin 2017 à 16 h 53 min

Fréquence intermédiaire (FI) :
Fréquence de conversion à valeur fixe, utilisée dans un démodulateur. La fréquence intermédiaire normalisée est de 70 MHz, avant l’étage de détection vidéo. On emploie également ce terme en réception pour désigner les fréquences converties, allant de 950 à 2050 MHz. Fréquence de référence permettant de démoduler un signal radioélectrique dans certains récepteurs. Dans un récepteur satellite, elle est généralement de 479 MHz.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 16 h 52 min

Rose fait dans le gazon, je crains que là où je la localise elle tonde deux fois par semaine, c’est un boulot épuisant , vous connaissez sa surface, D , sa surface tondable?

bérénice dit: 19 juin 2017 à 16 h 49 min

Sergio des nouvelles de votre région et une très belle photo

En 2014, La Lorraine comptait environ 2,4 millions de Lorrains, 4 départements et plus de 2 338 communes.

C’était aussi :

6 réserves naturelles régionales
la seule région à posséder 3 Parcs naturels régionaux, soit 15% du territoire
près de 147 000 entreprises en Lorraine
92 000 lycéens
35 000 associations
17 000 apprentis

11 millions d’euros et des fibrilles pour la rénovation du palais des Ducs .
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e7/D%C3%A9tail_de_la_toiture_du_palais_ducal_de_Nancy.JPG/800px-D%C3%A9tail_de_la_toiture_du_palais_ducal_de_Nancy.JPG

bérénice dit: 19 juin 2017 à 16 h 37 min

Allez Rose, le désir s’évapore au fil du temps , Brel que j’aime: il faut bien que le corps exulte.
Ne serait-ce que pour le plaisir, le désir, c’est comme le vent sur la peau, la caresse de l’eau quand vous nagez, les parfums d’un soir de juin, vous vous en passeriez?

rose dit: 19 juin 2017 à 16 h 35 min

Bon je dois tondre. À tout à l’heure.
Shiappa, non au voile. Partout. Non au burkini.
Non à aller faire la mariole là où les femmes disent qu’elles ne peuvent pas sortir. Pourvu qu’elle ait du plomb dans la tête. On verra bien.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 16 h 34 min

Pour la petite fessée, je ne dis pas non, Nicolas !

pour la donner ou la recevoir? Dans un cas comme dans l’autre je n’y serais pas plus que pour regarder, vous n’auriez pas quelque suggestion plus saine , moins régressive ou perverse?

rose dit: 19 juin 2017 à 16 h 33 min

Je ne savais pas cela des anglais. Belle déception. Je commençais à beaucoup les estimer avec leur thé sous les bombes. Leurs ministresses à poigne de fer, & gantnde velours, leurs équipes de rugby à 15. Leurs jardins anglais.

Les serbes, des sauvages. Il s’agit de ne même pas jeter un oeil sur leur femme. Je les aime beaucoup, les serbes.

Quantnà Jason, ne développons pas. Un traître, un ambitieux.

rose dit: 19 juin 2017 à 16 h 30 min

39. Puisqu’il a 39 pseudos. Éviter 40 c’est bien. Le déluge. Noé. Sodome et Gomorrhe. Le séjour dans le désert.

rose dit: 19 juin 2017 à 16 h 28 min

Jazzi
La première mention de cette nouvelle ? Tu parles de Lady Chatterley ?

Bérénice j’ai tapé FI sur le moteur de recherche et le résultat était clairement pas france inter. Ni info ni bleue provence. Je veux bien que vous ayez incessamment besoin que l’on s’occupe de vous mais n’abusez pas.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 16 h 25 min

Rose, les anglais sont beaucoup moins .hiants avec l’adultère qui est quasi naturel que les peuples latins, que se passe-t-il pour les serbes?

bérénice dit: 19 juin 2017 à 16 h 23 min

Sergio, oui les dépenses de prestige sont présentent sur tout le territoire mais n’est-ce pas aussi une façon de contrôler les dépenses et l’utilité qui leur est donnée par les maires en amoindrissant leur puissance à financer et leur pouvoir décisionnel, ils devront adresser des demandes de subventions, de fonds au pouvoir régional ou plus haut bref on recentralise le pouvoir vers la Région ou Paris tout en obtenant un moyen de maîtriser ou surveiller l’endettement au niveau local . Vous en faites une autre lecture?

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 16 h 22 min

Si Delaporte, qui est D., est aussi, Chaloux, ça vous faisait combien d’amants putatifs en tout, bérénice ?

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 16 h 19 min

Rose, j’ai conservé le long communiqué que tu avais écrit à la suite de la première mention de cette nouvelle, ici-même…

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 16 h 17 min

Moi, je confonds « L’Amant de lady Ch. » et « Le Messager » de Losey, plus homo érotique, grâce à l’introduction de l’enfant voyeur : total identification !

rose dit: 19 juin 2017 à 16 h 03 min

Bérénice
J’ai vérifié elle est bien enceinte.
Quant à l’adultère, je ne vous suis pas. Il n’y a pas que les latins. Les serbes aussi.

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 16 h 00 min

Je rappelle une nouvelle fois l’extraordinaire phrase de Wgg, postée l’autre soir, et qui contient plein de fautes, – et qui est surtout un naufrage mental et intellectuel ahurissant :

« Faire des approximation de citation est la preuve au contraire manifeste que non seulement on a lu l’ouvrage en question mais qu’on l’a profondément médité. » (Widergänger)

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 15 h 57 min

Wgg fait de plus en plus de fautes d’orthographe : ce sont ses facultés mentales de prof qui partent en déroute.

Nicolas dit: 19 juin 2017 à 15 h 54 min

Si une LadyC nous lit elle peut envoyer un mail à Passou qui lui transmettra mes coordonnes, je suis dispo tous les soirs après 18h.

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 15 h 52 min

« Il a pas fini, Delaporte, avec ses prèches à la con ! »

Ce ne sont pas des prêches, avec un accent circonflexe (vous ignorez l’orthographe), mais des analyses politiques. Cela vous échappe, Wgg, vous qui restez toujours dans l' »approximation » et la haine.

Sergio dit: 19 juin 2017 à 15 h 49 min

bérénice dit: 19 juin 2017 à 15 h 26 min
Enfin, si l’Etat récupère la taxe d’habitation, comment vont se budgéter les collectivités locales

C’est quand même des administrations extrêmement lourdes ; on n’a peut-être pas besoin de tout ce monde, et pour une fois on pourrait tourner nos regards vers la libre Amérique, beaucoup plus écoonome…

Sans vouloir entrer dans le croustillant, je crois bien que les quatre hôtels des conseils généraux de lorraine sont tous des palais magnifiques ! Cela entretient le patrimoine, comme on dit, c’est vrai…

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 15 h 36 min

« Ciel, Delaporte est ma conscience incarnée ! »

Il faut bien qu’elle s’exprime quelque part, Jacuzzi. Vos commentaires sont clairs là-dessus : vous doutez de ce que vous avez fait. Vous vous êtes méchamment gouré, et ce n’est pas votre légèreté qui va réparer ce malheur. Il est trop tard pour cette fois. Songez-y !

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 15 h 33 min

Macron a bénéficié de l’expectative d’électeurs comme Jacuzzi, dont l’attitude est emblématique de ce vote. Il y a eu là un grand manque de rigueur morale, et nous voilà en conséquence dans la m… La juste attitude électorale eût été l’abstention au second tour, moment décisif, pour ne pas parler d’un premier tour saboté par la propagande médiatique-spectaculaire, alors qu’il était possible de voter pour un magnifique candidat, Hamon, qui, avec sa réforme sur l’abolition légale du travail, ouvrait une perspective positive de sortie de crise pour mille ans.

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 15 h 27 min

La manière dont vous avez voté, Jacuzzi, est en effet très inconséquente, voire irresponsable. Vous vous êtes laissé berner, comme des millions de Français, par la propagande médiatique. Vous avez eu peur, et vous avez cherché à vous donner bonne conscience. D’où ce tas de contradictions qui vous remuent encore aujourd’hui, et dont, au fond de vous-même, vous vous sentez peu fier.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 15 h 26 min

Enfin, si l’Etat récupère la taxe d’habitation, comment vont se budgéter les collectivités locales qui pour certaines ont endettées et pèsent déjà lourd dans le déficit de l’Etat – est-il prévu une compensation pour éviter u’elles ne s’endettent d’avantage ou que soit figé l’aménagement des communes et agglomérations?

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 15 h 22 min

« Vous n’auriez pas voulu que je vote pour Marine Le Pen, tout de même »

Non, mais par contre il aurait été décent que vous vous absteniez. Ne soyez pas de mauvaise foi, Jacuzzi. Vous vous êtes planté, c’est tout.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 15 h 18 min

l’une ( Augmentation CSG) et l’autre puisqu’ils dépasseront les 20 000 euros annuels au dessus desquels vous continuerez de payer la taxe d’habitation. Il y a sûrement de nombreux points dont il faudrait débattre mais il est vrai que je m’en désintéresse et ne suis pas très informée.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 15 h 15 min

Jazzi, pour le second tour, le risque était éteint, vous collaborez activement à ce pouvoir dont on ne sait pas trop ce qu’il prépare. Tout de ce qu’on en connait n’est pas mauvais mais tout n’est pas terrible sur certains pans du programme selon qu’on soit attaché à une certaine idée de ce doit rester la gauche. Puis, du côté du budget, beaucoup discutent pour savoir s’il est vraiment juste d’imposer une CSG à des revenus mensuels de 1200 euros en échange d’une exonération de la taxe d’habitation pendant que les revenus médians supporteront lune et l’autre.

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 15 h 10 min

« A votre place je ne serai pas fier, Jazzi. Je vous trouve profondément irresponsable. »

Vous n’auriez pas voulu que je vote pour Marine Le Pen, tout de même, D. !

Sergio dit: 19 juin 2017 à 15 h 05 min

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 13 h 00 min
l’inspiration pour écrire une seule ligne !

Discutable : cela au contraire peut se faire pendant les promenades, voire les petites tâches, dans la mesure où précisément elles n’occupent pas tout l’esprit…

C’est souvent comme cela que cela arrive le mieux : en péripatéticie !

bérénice dit: 19 juin 2017 à 15 h 04 min

Pour revenir à Lady C , n’êtes vous pas d’accord pour affirmer que le mari handicapé l’autorise, Rose? Les anglais culturellement sont différents des latins et l’infidélité je crois n’a jamais été considéré ou ne l’est plus depuis longtemps comme un crime . L’adultère fait parti dans l’entreligne des clauses du mariage .

bérénice dit: 19 juin 2017 à 14 h 58 min

Je ne me souviens pas de l’enfant pour Lady Chatterley.

Dans le livre , non, il n’y a pas en revanche dans le film à moins que j’ai imaginé cette happy end, il me semble que oui, mais je peux me tromper, ma mémoire me jouerait un tour. A confirmer par ceux qui l’ont vu et auront apprécié cette belle Marina qu’on ne voit plus guère au cinéma ce qui est bien dommage. Je crois qu’elle fait du théâtre.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 14 h 35 min

Qui est l’agresseur de NKM ?
Vincent D. est le maire d’une petite commune de 33 habitants, en Normandie. Il fait partie des 33 élus qui ont donné leur parrainnage à Guaino, pour les présidentielles.
Cette accumulation du nombre 33 n’est pas un hasard. C’est Jésus qui envoie un signe de reconnaissance, à ce délinquant, qui avait préparé la messe annuelle dans son patelin, la veille de l’agression.

D. dit: 19 juin 2017 à 13 h 59 min

Moi, j’ai voté deux fois Macron aux présidentielles et je n’ai pas daigné me déplacer pour les législatives.

Un archétype de ce qui détruit la France. A votre place je ne serai pas fier, Jazzi. Je vous trouve profondément irresponsable.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 13 h 58 min

On peut même dire que la très communiquante M.Schiappa, avec « maman travaille », a créé la première startup du féminisme pour les nulles, désirant le rester.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 13 h 52 min

On peut aller jusqu’à reconnaître que M. Schiappa avec son féminisme 2.0, est très moderne.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 13 h 27 min

vieux boucs, iriez-vous jusqu’à cracher sur leur argent? je doute fortement, l’argent n’a pas d’odeur et contrairement à l’art affiche sa valeur assez stable quelle que soit la prestation qu’il gratifie.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 13 h 23 min

L’un des avantages de cette représentation féminine à l’A.N. sera il faut l’espérer la fin des saillies sexistes de vieux boucs, et dont les murs du palais Bourbon, doivent se souvenir.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 13 h 08 min

Schiappa devrait néanmoins bien s’entendre avec Slimani. La première s’intéresse à la culture du viol et l’autre aux relations perverses et transgressives, comme les militantes lgbt. Une vision très moderne des rapports H/F. Un grand sujet, et je crains que « Passou », avec de nombreux billets sur ces sujets, ne passe à côté de cette grande vision politique, de « maman travaille » qui , plus que tout participe de cet obscurantisme, en marche .

bérénice dit: 19 juin 2017 à 13 h 04 min

Nicolas, pour Lady Chatterley que j’ai lu il y a plus de 30 ans je dirai qu’elle n’apparaît pas comme une femme fautive d’adultère, il me semble que le mari qui rentre éclopé de la première guerre? l’autorise tacitement pour la conserver, cela paraît évident dans le film dont je garde un souvenir plus exact, elle se fait faire un enfant par le garde chasse , son mari qui n’apparaît pas dans ce film est paralysé puis une fois cela arrivé abandonnant son amant – rapport de classe oblige- pour retrouver son milieu naturel qui est celui de la haute bourgeoisie industrielle .

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 13 h 00 min

Voici la version réactualisée :

LA REVOLTE D’UN HOMME AU FOYER

«Lorsque un beau jour Caty me proposa : « Ecoute, pourquoi n’abandonnerais-tu pas ton travail pour t’occuper de la maison ? », je répondis : « Tu sais, j’y avais pensé aussi. »

Rapidement nous fîmes les comptes. Elle gagnait près du double de mon salaire en tant que DRH d’une boîte de publicité, tandis que, à l’issue de mes études littéraires, et après plusieurs emplois précaires, je n’avais rien trouvé de mieux qu’un poste d’assistant de fabrication dans une maison d’édition spécialisée dans la publication d’ouvrages techniques. Pas vraiment le boulot passionnant dont je rêvais !

Sur nos deux salaires, outre le loyer, la nourriture et les impôts, nous devions prélever chaque mois les frais de la nourrice de Loïc et également les appointements de la femme de ménage, qui venait trois matinées par semaine pour se charger du nettoyage et du repassage. Sans compter les dépenses des divers traiteurs auxquels nous commandions le plus souvent des plats tout faits le soir, car ni Caty ni moi n’avions le courage de préparer le repas après une journée de travail !

Le calcul était simple ; en restant à la maison, je m’occuperais de notre enfant (c’était préférable, selon les pédiatres), je ferais moi-même le ménage et la cuisine. Ainsi, réaliserions-nous de véritables économies nous permettant de vivre tout aussi bien avec le seul salaire de Caty, d’environ 4 000 euros.

Pourquoi n’y avais-je pas pensé plus tôt ? C’était idiot ! Il valait mieux faire trois à quatre heures de travail réel chez moi plutôt que le double dans un bureau pour un boulot par ailleurs totalement dénué d’intérêt. Et cela n’était-il pas mieux pour notre petit Loïc ? Nous tombons d’accord sur cet arrangement et je donne aussitôt mon préavis à la maison d’édition qui m’employait.

Vous pouvez être sûr que le premier jour de mon nouveau « travail » en tant que père au foyer a été pour moi une grande joie, comme un sentiment de liberté retrouvée. Enfin, personne pour me dire ce que j’avais à faire ! J’étais libre. Libre d’organiser ma vie de chaque jour à un autre rythme, plus humain, plus agréable. Et en m’organisant bien, je pourrais bientôt dégager du temps libre aussi pour écrire, ainsi que je l’avais toujours désiré, plus ou moins secrètement…

Bref, c’était l’idéal.

Cette exaltation dura quelques jours, quelques semaines. Je tenais parfaitement la maison, faisais les courses avec soin en pratiquant le rapport qualité/prix (vous ne pouvez pas imaginer la source d’économies qui existe là !). Je découvris avec Loïc le charme des promenades dans les rues et les jardins de Paris : chaque nouveau quartier visité était l’occasion d’un dépaysement, à l’égal d’un petit voyage. Je potassais avec zèle les livres de cuisine.

L’atmosphère devenait plus détendue et avec Caty nous pouvions nous consacrer plus facilement à la lecture d’un livre, au choix d’un bon film ou d’un programme de télévision. Le temps de vivre en somme. Nous retrouvions aussi le plaisir de recevoir des amis.

Caty trouvait que ça lui changeait les idées après ses dures journées de travail. Bien entendu, je me chargeais de tout puisque je ne faisais rien.

Peu à peu, Caty perdit l’habitude de s’occuper de la maison. Bientôt, elle ne prit plus du tout part aux travaux ménagers, se cantonnant seulement dans son job à l’extérieur. Un emploi fatigant et plein de responsabilités, il est vrai. C’était normal que je fasse tout à la maison. Après tout ne vivions-nous pas grâce au salaire de Caty ?

Peu à peu, nos rapports, basés jusqu’ici sur l’égalité intellectuelle, se modifièrent. Il me semblait qu’elle n’avait plus avec moi que des conversations d’ordre pratique, réservant les échanges d’idées pour nos amis. C’est vers cette période que j’ai commencé à me sentir un peu frustré. Au fil du temps, j’avais l’impression de quitter le monde actif, le monde réel, et de glisser dans un autre univers fait de corvées, de silence, d’humiliations et de petits actes laborieux. Je devenais de plus en plus une sorte de fourmi ménagère avec ses tics et ses manies. On ne s’intéressait à moi que pour me féliciter de mon « merveilleux » soufflé, de mon « divin » rôti ou de cet entremets « à tomber par terre » ! Inversement, on me demandait de moins en moins mon opinion sur les prochaines élections, sur tel problème international ou tel fait divers.

La frustration me gagna au point de devenir un véritable malaise. Je regardais Caty et nos amis d’un autre œil. Ne se rendaient-ils pas compte qu’ils avaient pour moi des paroles, des gestes, parfois blessants, parfois humiliants : on me tendait l’assiette pour que je serve à nouveau ? Et si j’avais le malheur de dire que j’étais fatigué, que j’aimerais bien me coucher plus tôt ce soir-là, on se foutait franchement de ma gueule, en disant : « Tu n’as rien à faire de la journée ! »

C’est vrai, dans le fond, je n’avais pas grand-chose à faire. J’étais levé le premier pour nourrir et changer Loïc, pour préparer le petit-déjeuner de Caty et le mien, pour faire les courses, le ménage, la lessive (nous ne donnions presque plus rien au pressing). Je me promenais beaucoup dans Paris, avec Loïc. Je participais à ses jeux. Le soir je préparais le dîner. J’avais constamment quelque chose à faire, à bricoler et, de surcroît, j’avais un peu honte lorsque je me sentais fatigué. Sans parler du remords de n’avoir jamais réussi à trouver le temps et l’inspiration pour écrire une seule ligne !

Un matin, je me réveillais saisi d’angoisse et me répétais : « Mais qu’est-ce que je fous ? Je ne suis pas particulièrement ambitieux, mais si je continue ainsi, je vais gâcher toutes mes possibilités professionnelles. Moi qui ai fait des études de lettres et espérais me diriger vers le journalisme, je suis en train de sortir de la compétition. Bientôt, je ne serai plus bon à rien pour la vie active. Mon Dieu, mais où vais-je ? Je me rends de plus en plus dépendant de Caty, de son salaire, de ses humeurs ! »

Finalement, un sentiment de révolte gronda en moi. Nos rapports avec Caty, après la merveilleuse entente des débuts, s’étaient profondément détériorés. Nous ne nous parlions presque plus, nous nous supportions à peine. Elle devint de plus en plus distante. Elle commença à avoir des dîners d’affaires, des séminaires de travail, des voyages d’étude. Elle rentrait de plus en plus tard et s’absentait souvent durant les week-ends.

Ainsi enchaîné et presque abandonné, j’allais droit à la dépression nerveuse. Peut-être aurais-je dû aller militer dans un quelconque mouvement de libération de l’homme ; mais ce n’était pas mon genre.

Alors, un beau jour, je pris ma valise, le petit Loïc, et je retournai chez ma mère.

C’est là que, plus tard, Caty vint nous chercher et où nous décidâmes, d’un commun accord, de prendre chacun un emploi à mi-temps ! »

bérénice dit: 19 juin 2017 à 12 h 52 min

http://www.allmusic.com/album/saturation-point-mw0000423706

-« Screwgun » begins with a stuttering, stuck-record funk groove before dissolving into a cloud of dissonant horns and bass bowing, while « Snow White » is a quieter piece with a mysterious clarinet melody that hints at serial classical music without feeling cold or academic. –

Pour ceux et celles qui souhaiteraient découvrir l’univers poétique de ce musicien. Ces disques rarement accessibles dans les bacs peuvent être commandés.

Nicolas dit: 19 juin 2017 à 12 h 51 min

C’est de l’universalisme chrétien qu’est née la première civilisation égalitaire, la première à avoir érigé la femme au rang d’égale ontologique de l’homme, la première à avoir acté un culte féminin et maternel libéré de toute exaltation païenne, à avoir humanisé le mariage au profit de la femme en transformant le marché aux unions en sacrement, à avoir permis aux prostituées de se délivrer de leur servitude et de reprendre une vie sociale. Toutes choses qui ont imprégné le Moyen Âge que l’on moque comme une époque sombre afin de disqualifier, au passage, l’apport unique de l’Occident chrétien en matière d’équité des sexes. Ce qui revient à omettre les avancées du droit sous l’impulsion de l’Église, la sanction du rapt, du viol, l’invention de l’amour courtois ou encore le rôle crucial des femmes dans l’essor de la culture gothique. Il n’y a qu’à lire l’historienne Régine Pernoud et son classique La femme au temps des cathédrales pour se convaincre que cette période fut celle d’une amélioration considérable de la condition féminine.

Adieu mademoiselle. La Défaite des femmes, Eugénie Bastié

Nicolas dit: 19 juin 2017 à 12 h 49 min

Elles s’appelaient Thérèse, Nana, Gervaise, Claire ou Solange. Elles avaient empoisonné, noyé ou tué avec la plus grande cruauté. Elles n’ont pas de sang sur les mains, mais, comme la Séverine de Kessel, comme Anna Karénine, Emma Bovary ou lady Chatterley, elles ont rompu le lien qui les unit à la société. Elles sont toutes devenues des parias, des criminelles: elles sont sorties du rôle qui leur était imparti.

Ces personnages-là m’ont bouleversée, perturbée, obsédée. Très tôt, j’ai eu l’intuition que les femmes n’étaient pas des criminelles comme les autres. Le spectre du crime féminin est très large, puisqu’il va du meurtre à l’adultère, de la perte de virginité à la haute trahison. Le crime féminin ne défie pas la seule loi, qui s’applique à tous, mais aussi la norme patriarcale.

Depuis le Moyen Age, les femmes représentent environ 4% de la population pénale, cette rareté les rend à la fois plus fascinantes et, d’une certaine façon, encore plus coupables que les hommes. C’est comme si les femmes commettaient un double crime. Elles sortent, par leur délit, du rôle social qui leur est assigné, celui de pacificatrice, de mère, d’épouse dévouée. Les criminelles contredisent ceux pour qui les femmes ne sont que douceur, bienveillance, amour maternel. Héritière de Pandore, de Médée, d’Eve, la femme criminelle est aussi une figure centrale de la culture populaire, une tentatrice, une pousse-au-crime, un être diabolique et plein de malice.
Slimani

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 12 h 48 min

« la maman qui travaille pour s’émanciper. »

Et le papa-poule qui reste à la maison. A Paris, j’en rencontre de plus en plus dans les bus et dans les jardins.
ça ne date pas d’aujourd’hui, j’en ai même écrit une nouvelle parue dans le Monde, au tout début des années 80…

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 12 h 36 min

À mon avis, qd « Passou » a participé à la consécration de Slimani, il est passé à côté de ce pb sociétal typiquement parisien bourgeois bohème: maman travaille.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 12 h 31 min

il faut souhaiter pour les femininistes de Paris, que Philippe le Prime ne se debarasse pas aujourd’hui de mme Schiappa. Elle a des idées très branchées et assez inattendues sur les rapports hommes/femmes, sujet des magazines féminins , comme pr ex. la maman qui travaille pour s’émanciper.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 12 h 25 min

les nounous privées au chômage !?

les assistantes maternelles bénéficient d’un statut, d’une formation et n’ont simplement pas le même lieu de travail que le personnel des crèches qui manquent et qui ont des horaires souvent pas adaptés à ceux des parents à moins qu’on puisse voir l’inverse. C’est un personnel indispensable pour pallier à la carence des structures d’accueil de la petite enfance .

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 12 h 16 min

« la création de places en crèche. C’est le souci de « maman travaille ».

Non seulement c’est utile, mais en plus ça créera des emplois, publics, mais est-ce que ça n’enverra pas les nounous privées au chômage !?

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 11 h 57 min

Avec 223 femmes à l’A.N. il se peut que cela entraîne une forte mobilisation pour la création de places en crèche. C’est le souci de « maman travaille ».

christiane dit: 19 juin 2017 à 11 h 55 min

@Petit Rappel dit: 19 juin 2017 à 11 h 28 min

Pour saluer Roger Zuber?… Vous êtes le seul à faire cette annonce (chez P.E). Êtes-vous certain que ce grand intellectuel n’est….

bob dit: 19 juin 2017 à 11 h 51 min

en attente de modération une mini-citation d’un article derue89 disant que le coeur du pouvoir reste masculin et qu’il ne faudrait pas perdre de vue la complexité de la nouvelle donne

William Legrand dit: 19 juin 2017 à 11 h 46 min

Prévenu les ayants-droits et le avocats des Marx Brothers de l’usurpation d’identité de l’un deux

bérénice dit: 19 juin 2017 à 11 h 43 min

Jazzi, d’un club si l’on veut, la salle est rudimentaire , sinon le festival du parc à Vincennes est une heureuse initiative, j’y ai assisté une seule fois pour un concert, super sympa, plein air dans un parc qui vaut évidemment le détour. Il y aussi des événements culturels à la Villette , son festival de Jazz:

https://lavillette.com/evenement/jazz-a-la-villette-2017/

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 11 h 41 min

Chez moi, on trouve le Premier Ministre plus sexy que le Prince-Président, qui est très fashion pour l’image de la France à l’étranger.
Moi, j’ai voté deux fois Macron aux présidentielles et je n’ai pas daigné me déplacer pour les législatives.

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 11 h 37 min

Vous voulez parler du festival de jazz du parc floral de Paris, bérénice ou d’un club de Montreuil ?

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 11 h 31 min

Je ne sais pas si vous connaissez la ministre féministe du gvt Philippe I.
Elle tient ou tenait un blog, « maman travaille ». Elle fait des trucs pour les places à la crèche, pas comme Slimani, qui elle, embauche ded nounous à domicile, litterairement s’entend.

Karl M..... dit: 19 juin 2017 à 11 h 30 min

Nous avons, nous autres marxistes historiques, théorisé l’évidence : un animal domestique est satisfait de manger sa gamelle, trois fois par jour ouvrable.

Laura Delair dit: 19 juin 2017 à 11 h 29 min

un chose est certaine : le vrai Groucho est mille fois meilleur et supérieur que la pââââle copie qu’en donne ce JC (la pleutre andouille qui se camoufle)

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 11 h 27 min

« je vote dans un pays où la forme du gouvernement est le directoire, ce qui change tout. »

Moi je crois que nous venons de subir un superbe coup d’état du Prince-Président. La suite tournera forcément Empire…

bérénice dit: 19 juin 2017 à 11 h 21 min

c quoi c’histoire de blanche neige qui voit B Cazeneuve partout? Du crypté? white snow mène à snow white en américain= cocaine; je crois même que c’est l’intitulé d’un morceau de jazz que nous donna à entendre aux instants chavirés Tim berne et une de ses formations. Si vous vivez à Montreuil, il vous faut fréquenter ces lieux pour la richesse et l’éclectisme de sa programmation , je ne sais trop si le lieu existe encore et fonctionne en été, j’espère que oui.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 11 h 07 min

je l’ai testé. Moi aussi mais je suis restée sur place à crever toujours étiquetée de la même façon qui semble immuable peut-être parce qu’utile à justifier ce qui doit l’être.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 11 h 05 min

Je n’ai peut-être pas bien tout compris ou j’ai pu négliger de chercher plus avant en conséquence, Post précédent à vérifier et éventuellement informer.

rose dit: 19 juin 2017 à 11 h 03 min

Se moquer des néophytes en politique c’est pas bien (mais c’est drôle, Anissa surtout et ses paravents japonais en classe). Il faut bien commencer un jour. On apprend.

Une femme a sans doute plus besoin que l’on s’occupe d’elle plutôt que d’être -consolée – à mes yeux, pardi.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 11 h 02 min

Attendons de voir.

je m’attends à un pouvoir autoritaire renforcé par ce dernier résultat mais pour changer du précédent ce sera avec élégance et l’aisance du discours cependant je crains un absence de scrupule dans a réforme. Pas trop de temps à consacrer à son programme mais même les prof disent que ce truc sur la réintroduction des langues mortes c’est du pipeau, en fait ils auront le choix de faire le choix de privilégier avec les moyens actuels l’orientation qu’ils donneront à l’enseignement de certaines matières; ce sera l’une ou l’autre et non pas l’une et l’autre.

Karl M..... dit: 19 juin 2017 à 11 h 02 min

Admettez, avec nous autres marxistes historiques bourdieusophiles, que cette situation électorale en France a mis en lumière la prise de pouvoir Adolfo-buonapartiste du pouvoir par le Guignol disponible dans un cadre légal empoussiéré ?!

rose dit: 19 juin 2017 à 10 h 56 min

Groucho M. 10h36
Chez moi nombre de graffitis calligraphiés d’un beau marron « Trucmuche en marche arrière », « Trucmuche nul pour le cumul ». Il a demandé, Trucmuche, de ne pas effacer les lazzis, disant aux employés municipaux « la contre publicité c’est encore de la publicité, c’est.bon pour moi ».
Par contre, le « je suis un enc… »a été effacé dans les deux jours.

Ai testé le machisme ambiant. Là encore, pas de progrès, c’est plutôt la marche arrière.

Groucho M..... dit: 19 juin 2017 à 10 h 53 min

Renato est si pauvre, le pauvre, qu’il voit des pauvres partout !

Ce qui est moins grave que la nymphomane SNOW WHITE qui voyait, elle, des CAZENEUVE partout…

rose dit: 19 juin 2017 à 10 h 49 min

C’est clair. Simplement Juppé n’a pas été élu à la primaire de la droite et Valls non plus à celle de la gauche.
Belle cacophonie.
Attendons de voir.

renato dit: 19 juin 2017 à 10 h 45 min

N’étant pas « macroniste », JAZZI, je regarde le panorama et j’écoute les spéculations, je peux exprimer quelques opinions mais pas plus : p. ex., écouté Luc Ferry sur la RTS et compris pourquoi la droite y a laissé autant de plumes. Pour le reste vous savez, je suppose, que je vote dans un pays où la forme du gouvernement est le directoire, ce qui change tout.

Groucho M..... dit: 19 juin 2017 à 10 h 36 min

« En Marche, toute ! »

De la part de l’infâme JiBé de la Mairie de Paris défunte, vérifions que la marche enclenchée l’est … en avant.

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 10 h 30 min

Bien sûr que l’on peut conjecturer à l’infini, renato. Mais ce qui compte est le résultat. Les Français ont voté. A l’issu de cette double campagne : présidentielle et législative, tous les partis traditionnels ont été sanctionnés : LR, PS, FN. ça tangue d’ailleurs dans les états majors. Plus de leader pour la droite républicaine, l’immeuble de la rue Solférino est à vendre au PS et la ligne Phiilippot va passer à l trappe au FN…
Et, plutôt que de se remettre en cause, les mauvais perdants ressortent le vieux serpent de la représentation proportionnelle, la machine à rendre ingouvernable le gouvernement…
Stagnation, stagnation ?
Et non, en marche toute !

Groucho M..... dit: 19 juin 2017 à 10 h 29 min

« J’ai manqué ma vie »

Atroce aveu d’un chasseur amateur au tromblon mouillé, qui vient de comprendre qu’il a raté tous les lapins du monde, pourtant à la portée du premier plouc venu !

Groucho M..... dit: 19 juin 2017 à 10 h 08 min

Harpo me suggère que Renato Maestrich, débarrassé de ses oripeaux intellectuels du Middle Age florentin, ne pèse guère plus qu’un ciron anémié.

bérénice dit: 19 juin 2017 à 10 h 06 min

. Les blanc, par contre, sont un fait.

est-il vrai que les votes blancs sont comptabilisés au premier tour pour le candidat sortant? Au second comme le sortant a été dans certaines circonscriptions éliminé le blanc reste blanc.

renato dit: 19 juin 2017 à 10 h 01 min

“Faudrait pas prendre les électeurs ou les abstentionnistes pour des débiles.”

Justement, les électeurs se sont exprimés, mais relativement à l’abstention on ne peut que conjecturer. Les blanc, par contre, sont un fait.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 9 h 58 min

« Apparemment » renata cultive surtout son image. Typique de ce mouvement de beatniks du marketing politicien.

closer dit: 19 juin 2017 à 9 h 53 min

Quelques remarques de bon sens de Luc Ferry ce matin:
– jamais un pouvoir présidentiel et parlementaire n’aura été investi sous la 5ième avec une base populaire aussi étroite;
– 74% des jeunes n’ont pas voté;
– Macron a vu la mer rouge s’ouvrir devant lui: ça n’arrive que tous les 3000 ans;
– si Juppé avait été désigné à la primaire de la droite et Valls à celle de la gauche, Macron aurait fait 5%;

Donc, attention au réveil…

Groucho M..... dit: 19 juin 2017 à 9 h 47 min

« Qui ne dit mot, consent ! »

Phrase célèbre prononcée par Beppo Diavolo, bourreau de Firenze, à sa victime suppliciée, Amedeo Forzaitalia* bâillonnée pour des raisons de commodité de travail.

* Amedeo, décédé huit jours plus tard tant les chatouilles de Beppo étaient venimeuses …

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 9 h 47 min

Faudrait pas prendre les électeurs ou les abstentionnistes pour des débiles. Le message exprimé, activement ou passivement, est clair : nettoyage de printemps, en grand !

renato dit: 19 juin 2017 à 9 h 34 min

Apparemment Cheeta est restée au degré zéro de l’éducation, que c’est le même que celui de sa kulture politike.

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 9 h 27 min

Non, le contraire d’absence d’expérience, ici de la représentativité politique à l’AN, d’un mouvement spontané d’activistes, n’a pas de contraire absolu, comme : très expérimenté. Une grave méconnaissance de la distribution des pouvoirs de la République française, de la part de renata.

renato dit: 19 juin 2017 à 9 h 13 min

Ayant toujours voté, fouiller avec un couteau dans une blessure fraîche me semblerait cruel, mais… puis-je rappeler les expressions « qui ne dit mot consent », et « les absents ont toujours tort » ; mais aussi que ce sont les réactionnaires (ceux qui ne savent perdre) et la majorité culturelle (ce qui ne savent interpréter le fait politique) qui se donnent des bases diverses afin d’interpréter autrement l’abstention ? peu importe, puisque on ne peut pas réellement savoir pourquoi chaque ayant droit ou vote n’a pas fait le déplacement, on compte ce qui est sûr : les votes blancs. La question de l’expérience est plus intéressante, je n’arriverais pas jusqu’à dire qu’il faudrait bruler sur la place publique ceux qui vantent leur expérience ; mais étant donné les résultats des anciens avec expérience, il ne faudrait non plus que l’on bassine le bon peuple avec le manque d’expérience des nouveaux ! En ce sens, « très expérimenté » est l’expression comique de l’année.

renato dit: 19 juin 2017 à 9 h 10 min

Petit exercice pour italophones confirmés :

Perchè non posso chiamarli vidison

Le vitalbe sono
come ostinate e cattive,
le vitalbe non sono
che per farne fascine e faville.

Per questo i fiori vitalba
mi tocca chiamare, e basta.
Non so cos’abbiano a che fare
loro, soffiati in vetri di ben altra casta.

Le vitalbe soffocano e si aggrovigliano
come serpi e bisce e capelli pazzi che gridano,
non lascian posto a niente che non sia loro
per boschi e torre, nel buio e nei colori.

Almeno in tre lingue frenarla
e scongiurarla questa pianta si deve
(senza sperare di riuscirle a farcela)
Travellr’s Joj, Clematis, Waldrebe.

Andrea Zanzotto

la vie dans les bois dit: 19 juin 2017 à 8 h 49 min

un tréma est un signe orthographique formé de deux points juxtaposés sur une voyelle.

Hair
Hair est une comédie musicale créée en 1967

https://www.youtube.com/watch?v=puUDj6WiUu4

___________________________

nouveaux élus REM
l’inexpérience en politique : absence d’expérience, à la tête et à la base, d’une entité formant groupe activiste politique,
doit-elle être a priori qualifiée d’incompétence,
ou bénéficier du doute accordé à la méconnaissance ?

rose dit: 19 juin 2017 à 8 h 34 min

Une personne sur deux, voire plus c’est la moitié, voire plus.
Ce n’est pas rien.

Bonne journée,

Bloom dit: 19 juin 2017 à 7 h 50 min

Le macron est un signe diacritique, une barre qui allonge le son d’une voyelle, notamment dans les langues polynésiennes. Ainsi, ‘maori’, avec un macron sur le ‘a’, se prononce-t-il ‘maaori’.
Cette capacité d’allongement est à méditer. En maarchant, oeuf corse, comme le recommande le bon vieux Friedrich.

Groucho M..... dit: 19 juin 2017 à 5 h 59 min

Deux tragédies réjouissantes :

– un toro mal élevé qui tue son tortionnaire, marionnette habillée de couleurs criardes, devant une arène de voyeurs imbéciles

– un peuple mal éduqué qui, s’abstenant en masse, tue cette vieille p.ute couverte de crachats mensongers : la politique représentative

Que la fête commence !

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 1 h 19 min

« tes jérémiades, Delaporte, on peut les appeler cagades ! »

Vous êtes dur avec moi, Jacuzzi. Pourtant, j’espère que vous n’accordez pas au cynisme de Chevillard de la valeur, j’espère que vous visez plus haut que lui !

JAZZI dit: 19 juin 2017 à 0 h 43 min

« appelle prières tes jérémiades »

Il est gentil, Chevillard, car tes jérémiades, Delaporte, on peut les appeler cagades !

Delaporte dit: 19 juin 2017 à 0 h 11 min

En ce lundi, l’écrivain raté que vous savez fait une profession de foi matérialiste et cynique, se montrant par là rétif à toute spiritualité. Il faudra donc qu’il nous explique à quoi sert l’écriture, et ce désir de l’homme de s’élever vers la probité (la probité certes n’étouffe pas Chevillard, ni le talent) :

« Appelle vœu de pauvreté ta faillite ; appelle vœu de chasteté ton impuissance ; appelle érémitisme ta solitude ; appelle prières tes jérémiades. Alors s’ouvrira pour toi le Royaume des Cieux (ainsi se fait appeler le néant). »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*