de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Aimer la Résistance sans aimer tous les résistants

Aimer la Résistance sans aimer tous les résistants

On n’imagine pas un « Dictionnaire amoureux de la collaboration ». Encore que, l’air du temps s’y prêtant, certains se feraient un plaisir. Difficile de résister à un Dictionnaire amoureux de la Résistance (504 pages, 22 euros, Plon-Fayard). L’air du temps, là aussi, mais pas le même : non celui des élections mais celui des célébrations. Gilles Perrault y est parfaitement à son affaire : non seulement il a autrefois consacré de copieuses enquêtes à des réseaux tels que l’Orchestre rouge, mais il est si imprégné de cette épopée qu’il vit à Sainte-Marie-du-Mont, dans le Cotentin, à deux pas d’une plage du Débarquement.

C’est la loi du genre, ou du moins, de la collection, laquelle a fait ses preuves : l’auteur ayant carte blanche dans l’ordre du subjectif, du personnel et de l’arbitraire, il parle de ce qu’il veut dans sa manière à lui, sous réserve qu’il ne soit pas constamment hors-sujet. Un esprit aussi indépendant que celui de Gilles Perrault n’aurait pu s’accommoder de toute autre ligne. Il y aura donc les figures imposées, les grandes gloires, les héros, l’épopée, le mythe et même la légende. Il y aura aussi leur négatif, leur part d’ombre, leur jardin secret. Et surtout le reste. Aussi s’attend-on à de l’inattendu. La biographie de l’auteur le laisse espérer car elle est moins lisse et rectiligne qu’on ne l’imagine.

De son vrai nom Jacques Peyroles, il est né à Paris en 1931 (un adolescent donc, sous l’Occupation). Des parents républicains, lui avocat d’affaires, elle députée MRP, qui se feront naturellement sous l’Occupation « modestes soldats de la Résistance ». Après son droit et Sciences Po, il exerce lui-même comme avocat. Son premier engagement s’inscrit dans la guerre d’Algérie, mais pas là où le laisserait croire son long parcours de militant d’extrême-gauche, tiers-mondiste et anticolonialiste : il se porte volontaire pour intégrer le 8ème régiment de parachutistes coloniaux dans le Constantinois « en souvenir des bérets rouges du colonel manchot Bourgouin que nous avions tant admirés à la Libération », expérience au cœur de son récit Les parachutistes (1961). Ce livre sera suivi de grands reportages, de romans d’aventures et d’enquêtes historiques à grand succès, axées sur l’espionnage en temps de guerre, qui seront désormais sa signature : Le secret du jour J, L’Orchestre rouge, Le dossier 51, Le grand jour, La longue traque etc ainsi que d’enquêtes à charge inspirées de l’actualité dénonçant la condamnation de Christian Ranucci à cause d’un pull-over rouge ou les liens mondains et affairistes franco-marocains avec « notre ami le Roi ». Des livres controversés, dérangeants, volontiers scandaleux mais portés par une indéniable force de conviction.resistance

On la retrouve, avec ses élans, ses contradictions et sa sincérité, au cœur de Dictionnaire amoureux de la Résistance écrit avec le « ton Perrault », vif, enlevé, rapide, coloré. Tout sauf universitaire. Fourmillant d’anecdotes, d’histoires, de détails (André Harris, l’un des co-auteurs du Chagrin et la pitié, devenu directeur des programmes d’Arte, continuait d’appeler « des Schpountz » les partenaires allemands de la chaîne !), ne reculant pas devant la tentation de la geste, sinon de l’épopée (ah, « le peuple résistant » !), il appelle un chat, un chat et… certains, des fripons. Tous azimuts. Ses pages sur la comparution des époux Aubrac face à un tribunal d’historiens au siège de Libé en 1997 sont sans indulgence pour les procureurs. Il parle de la haine car il tient la haine comme le carburant de la Résistance :

« Si vous ne pouvez concevoir la haine, quittez toute espérance de comprendre la France de ce temps-là ».

Comme de juste, dût-il être consacré aux autres mais à des autres si proches, un livre aussi personnel est un autoportrait en creux. Des vingt-deux « terroristes » de l’Affiche rouge, Marcel Rayman, instructeur des FTP-MOI, grand liseur, tireur d’élite, guérillero épris de la vie, devient son héros à 20 ans au début des années 50. Il considère le discours de Malraux lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon comme faisant partie à jamais des grands textes du roman national ; mais, outre que la mémoire est changeante quand les politiques la gouvernent, on est un peu moins optimiste que lui sur les restes dudit roman national, hélas. Quant au colonel de La Rocque, il lui consacre plusieurs pages commençant par un tranchant et provocateur « Il fut le premier à appeler à la résistance », se poursuivant par un rappel de son « déportement » (curieusement employé en lieu et place de « déportation ») et s’achevant par la dénonciation de ces historiens étrangers qui prétendent faire porter le chapeau du fascisme à la française à ce républicain légaliste. Quant à ce que Perrault préférait en Henri Frenay, patron du mouvement Combat, c’était Berty Albrecht…

Gilles Perrault a l’admiration critique et partagée. Il aime bien remettre les pendules à l’heure. A ceux qui font de l’Oréal le refuge exclusif des anciens collabos après la Libération puis l’amnistie, il rappelle que la richissime entreprise fut également celui d’anciens résistants, leur seul point commun étant d’avoir frayé avant-guerre avec l’organisation terroriste d’extrême-droite connue comme « La Cagoule » si chère au cœur de leur bienfaiteur, Eugène Schueller. De même, tout en précisant que jamais les Allemands ne firent fusiller une femme en France, il rappelle que, une fois expédiées dans des prisons en Allemagne, elles ne furent pas davantage « décapitées à la hache » comme cela a été si souvent été écrits, mais guillotinées (ce qui, on en conviendra, ne changea pas grand chose pour les victimes). De même se plaît-il à rappeler que l’uniforme de la Milice fut si haï que, lorsque dans les années 70 encore, quand il se fut agi de tourner un feuilleton télévisé sur l’Occupation dans son propre village, cet uniforme fut le seul que nul ne voulut endosser, et il fallut quérir des étudiants gauchistes de l’université de Caen pour jouer ces rôles-là.

img00022-0Pour un Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin, qui n’avait jamais dissimulé son homosexualité et n’en souffrit donc pas, combien de Pascal Copeau, qui vit ses anciens camarades de lutte se joindre à la meute lorsque « ce pédé » osa se présenter à la députation après la Libération, ce qui le fit renoncer à jamais à toute ambition politique. Militant il fut, militant il reste. Un activiste dans l’âme. Âgé de dix ans de plus, Perrault aurait sans aucun doute pris les armes pendant la guerre. Question de tempérament. On ne se refait pas. Ce qui lui permet, sans langue de bois aucune, de regretter l’anti-intellectualisme des hommes d’action de la Résistance qui méprisèrent de s’attaquer aux intellectuels ; coupables selon lui de « courte vue », ils ne considéraient sérieusement un ennemi que lorsqu’il était armé d’un fusil, pas d’un stylo. L’assassinat de Philippe Henriot, la voix des ultras, est venue tardivement. Ce que déplore Gilles Perrault en regrettant que Robert Brasillach n’ait pas été abattu au coin d’une rue : un procès, même bâclé, c’était encore lui faire trop d’honneur et la perspective d’offrir un martyr à l’ennemi intérieur.

Contradiction ou paradoxe ? Le terme est ad libitum. D’un côté, Perrault ne cesse de dire, revendiquant même le resassement, que la Résistance fut un bloc, comme Clemenceau le disait de la Révolution, sous-entendant qu’il fallait tout prendre ou tout laisser, Terreur comprise ; d’un autre, il ne cesse pas moins de répéter qu’elle fut  extraordinairement disparate sur le plan humain, diverse sur le plan politique, déchirée par les tensions internes. Un mosaïque éclatée mais dont les morceaux rassemblés constituaient une fresque. Le romancier Roger Vailland, qui s’en fit le fresquiste dans Drôle de jeu (prix Interallié, 1945) eut moins de mal que Jean Moulin à les unifier. Fallait-il que tous ces hommes et toutes ces femmes aient été portés par un idéal qui les dépassait pour être torturés, croupir ensemble en prison des mois avant d’être fusillés côte à côte. La confrontation à la mort donnait un sens à la vie. Une certaine conception du bonheur dans un pays occupé par une force étrangère.

Bien sûr, il consacre des entrées aux grands noms, les Aubrac etc Mais il en consacre d’autres tout aussi fournies à des inconnus, des sans-grade, des oubliés : qui se souvient de Georges Blind « le fusillé souriant » ? Et André Girard, pionnier de la Résistance que son caractère a exclu de la mémoire résistante ? L’enquêteur en lui reprend le dessus pour débusquer la légende derrière des photographies devenues iconiques à force d’être publiées. Son goût de la litote fait mouche et suscite un sourire, sinon un rire. Ici « …l’entrée en résistance du Parti communiste français s’opère de manière hésitante » ; là « … François Mitterrand, résistant lui aussi, quoique un peu tardif… » De Gaulle ? Il a droit à la notice la plus brève. Et pour cause : « Si vous ne percevez pas sa présence à chaque page, c’est que cet ouvrage est manqué ». La Résistance ? Des amateurs dont les chefs ne regardent pas à la dépense lorsqu’il s’agit de consommer la vie de ses clandestins. Son rôle militaire ? Vital pour ce qui est du Renseignement (mur de l’Atlantique), des sabotages ciblés, du retard causé à la Wehrmacht en redéploiement… Pour le reste, les Alliés se méfiaient des maquis trop contrôlés par les communistes à leur goût. N’empêche :

« Au moins en partie, les Alliés ont forgé leur victoire en France sur l’enclume de la Résistance ».

Toutes choses discutables et c’est tout l’intérêt de ce dictionnaire si fécond. Discutable comme l’explication de l’absence de répression judiciaire à la suite de la manifestation d’étudiants du 11 juin 1940 à l’Arc-de-triomphe : les Allemands ne voulaient pas s’aliéner la classe moyenne française dont était issus ces jeunes bourgeois… Discutable comme la digression qui, à partir d’une réflexion sur l’éventuelle lâcheté qu’il y avait à tirer dans le dos d’un soldat allemand, estime qu’un kamikaze palestinien commettant un attentat-suicide contre des civils ne peut être lâche car il met sa vie en jeu alors qu’un officier israélien qui procède à une élimination ciblée dans la bande de Gaza, lui, serait un lâche… C’est peu dire qu’on ne le suivra pas dans ces voies-là, non plus que dans la glorification d’un Stéphane Hessel. Sans oublier les jugement énigmatiques, dus peut-être à des ellipses, des clins d’oeil ou des private jokes qui nous ont échappés : « Roosevelt a réussi l’exploit d’unir la Résistance française derrière lady de Gaulle ». Ou encore l’évocation de son village du Cotentin « distant de 5 800 kilomètres de notre plage, nommée Utah Beach depuis le 6 juin 1944… »

 Il ne suffisait pas de dissimuler une pilule de cyanure dans le revers de son pantalon ; encore fallait-il veiller à ce qu’elle ne s’émiette pas car alors l’agonie était interminable. A ce détail on comprend celui qui s’est voulu amoureux de la résistance c’est à dire épris de ses idéaux et de ses valeursà défaut de l’être de tous les résistants.

(« Georges Blind, le fusillé souriant »; « Au maquis », « La Conseil national de la Résistance » photos D.R.)

Cette entrée a été publiée dans Histoire.

937

commentaires

937 Réponses pour Aimer la Résistance sans aimer tous les résistants

abdelkader dit: 15 juin 2014 à 3 h 10 min

quand les espagnols ou les italiens avaient ressenti, a un certain moment, le besoin d’immigrer en masse et aux 4 coins du monde, ils ont eu la chance que les visas n’existaient pas…autrement, ils auraient fini dans des camps de triage, ou meme a Sangatte…

abdelkader dit: 15 juin 2014 à 3 h 03 min

mon grand, on n’est pas tous faits pareil…heureusement hein…et transférer vos phobies et vos lubies sur moi ne vous mènera nulle part…il devrait être clair, même a un non-voyant, que je ne suis pas comme vous, ni que jamais je ne serais comme vous et que les gens comme vous, le garde champêtre et la vielle bigote me font gerber…c’est physique, voyez…j’y peux rien…

rose dit: 15 juin 2014 à 3 h 03 min

ueda dit: 14 juin 2014 à 23 h 24 min

« z’avez compris le film?non ? bon…j’ai des copains qui viennent regarder le match chez moi dans une demi-heure…j’ai des trucs a préparer… »

Le film du processus du complexe et dramatique processus migratoire?
Probablement autant que vous.
J’essaie modestement d’imaginer demain.

Ce qui manque dans les règles du foot, c’est de virer en même temps ces foutus rosbifs et ces ignobles macaronis. Lose-Lose.

Oui, les talentueux quoi. Virons les et gardons les opportunistes.
Le 15 je soutiendrai l’Italie n’empêche.

En voyant tous ces immigrés réfugiés politiques à Turin, du Ghana de Somalie j’ai pensé aux pyramides. Puis aux grands chantiers. Aux choses phénoménales.

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 juin 2014 à 3 h 01 min


…calme tout les trois!,…c’est l’heure de dormir!,…à Bruxelles!,…

…je coupe,…et vais direct dormir!,…etc!,…

rose dit: 15 juin 2014 à 2 h 59 min

bérénice dit: 14 juin 2014 à 23 h 30 min

à Turin des centaines d’émigrants africains sont là, réfugiés dans les bâtiments anciennement réservés aux délégations de sportifs des jeux olympiques. Pas de travail ; ils sont logés. Certains possèdent/parlent déjà leur langue, l’anglais l’italien. Comment les intégrer ? C’est comme s’ils existaient sans qu’on leur donne/accorde de l’importance. Alors qu’ils sont essentiels.

rose dit: 15 juin 2014 à 2 h 52 min

mes réserves pétrolifères
emperlousé j’adore …
c’est bon de vous lire calmes et courtois tous les deux

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 juin 2014 à 2 h 48 min


…@,…z’etes une aut’garde chambete,…

…tout est possible,…
…au mieux évitons & occupons les braconniers sans dessous dessus!,…Ah!,…Ah!,…etc!,…

Abdelkader dit: 15 juin 2014 à 2 h 31 min

Comme dit mon pote Ralph: you’re confusing me with someone who gives a fuck…vous votez ou pas, pour ce parti ou cui-la, je m’en Tate mais alors royalement…ce que je sais neamoins, et ce ce que je soupconnais depuis un bout de temps déjà , z’etes une aut’garde chambete…

Sant'Angelo Giovanni dit: 15 juin 2014 à 2 h 23 min


…enfin!,…presque un match amical!,…

…pas de carton rouge!,…pas de sang!,…
presque du jeux d’échec en défense pirc,…
…un cinéma à cheval sur un autre en cour!,…

…c’était très bien, The Rolling Stones ce soir à Paris!,…le décor en mutation changeant c’est un plus graduel!,…etc!,…

Sant'Angelo Giovanni dit: 15 juin 2014 à 1 h 07 min


…c’est mi-temps,…

…@,…Dimitri & bérénice,…vous avez le temps à tapoter sur le clavier!,…

…Oui!,…je ne suis que  » Giovanni « ,…au naturel heureux!,…Oui!,…j’allait dire çà me suffit!,…je le dis!,…

…je préfère cette suffisance,…que de me faire occire comme les Césars de tous poils!,…
…bon!,…avec rtbf direct sport,…le match,…réglo!,…en court!,…2°mi-temps!,…Ollé!,…
…etc!,…

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 1 h 02 min

d’un autre côté ça forge des gueules, des types, des personnalités intéressantes comme moi.

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 1 h 00 min

parce que c’est quelque chose qu’on ma déjà reproché, les mariages entre cousins-cousines dans mon arbre.

bérénice dit: 15 juin 2014 à 0 h 54 min

J’ajoute que je n’ai rien contre la bourgeoisie ni la noblesse quand elle n’est pas victime d’atavisme ou de dégénérescence, la consanguinité dans des régions forcloses a laissé quelques traces qui valent bien les qualités généralement données pour acquises aux gens qui autrefois étaient pour la plupart de fidèles serviteurs.

bérénice dit: 15 juin 2014 à 0 h 49 min

Je vous laisse à vos rangs de noblesse emperlousés pour regagner ma campagne, saine, elle.

bérénice dit: 15 juin 2014 à 0 h 45 min

Et de cette juxtaposition contrainte en pression à froid permanente ne naît pas même un parfum qui vaille, ça pue.

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 0 h 44 min

Ce n’est pas grave d’être issu de la bonne bourgeoisie, Bérénice. Mais c’est ennuyeux, je le reconnais. C’est pas de chance. Mais on choisit pas. Moi c’est la petite noblesse, la girouette carrée.

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 0 h 39 min

et je vous conseille de ne plus lire Le Monnde, qui véhicule une pensée unique de premier ordre. Quand celle-ci n’est pas purement et simplement gauchiste, disons-le franchement.

bérénice dit: 15 juin 2014 à 0 h 38 min

En fait Dimitri j’y pensai en ces termes cet après-midi, j’y suis avec qui vous savez uniquement pour démontrer une fois de plus l’improbable entente entre un élément issue de la bonne bourgeoisie et un autre issu de la classe ouvrière avec cet inlassable répétition de la domination et de l’exploitation du premier sur le second élément, tout ceci avec une aisance assurée et artistiquement jouée au fil des jours au mépris de la condition du second élément, pas vraiment le film de Besson, pas les mensurations ni le QI requis.

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 0 h 34 min

Mais ppourquoi vous me répondez ça, Bérénice ?
Ca n’a rien à voir avec la conversation que nous tenons depuis un bon miment.

bérénice dit: 15 juin 2014 à 0 h 32 min

article suivant

15 juin 2014 Le débat impossible

ANALYSE

Le fil rouge de la montée des partis europhobes

agrandir la taille du texte
diminuer la taille du texte
imprimer cet article

Classer cet article

Dans une Europe bousculée par la crise, dévastée par le chômage et rongée par les dettes, la poussée des partis europhobes à l’issue des élections européennes de mai a pris des allures de catastrophe annoncée. Pourtant, ni la crise ni la ranc?ur envers l’Union européenne, jugée incapable de la résoudre, ne suffisent à résumer l’escalade de ces mouvements tantôt d’extrême droite, tantôt populistes ou souverainistes. Leur ampleur ne suit pas la courbe du chômage ou l’étendue des sacrifices exigés au nom du désendettement.

En Italie (plus de 40 % de chômage chez les jeunes), Matteo Renzi, du Parti démocrate (centre gauche) au pouvoir, l’a emporté face au démagogue Beppe Grillo. Au Danemark, où l’on s’approche du plein-emploi, l’extrême droite (Parti du peuple danois) a fini en tête, comme en France. Au Royaume-Uni, le UKIP europhobe de Nigel Farage a raflé la première place.

Partage-t-on les mêmes angoisses à Copenhague, Londres et Paris ? Quel est le fil rouge de ces partis ? Pour qu’un tel mouvement émerge il faut d’abord lui faire place. L’ascension du Front national accompagne le discrédit de l’UMP et la déliquescence progressive du PS, le tout mâtiné d' » affaires  » (Bettencourt, Cahuzac, Bygmalion?). Au Danemark, un scandale de corruption salissant le chef du Parti libéral a jeté l’opprobre sur la principale force d’opposition. Au Royaume-Uni,  » les libéraux démocrates ont perdu l’unanimité de la contestation en participant au gouvernement de David Cameron « , explique John Curtice, politologue à l’université de Strathclyde.

L’Italie, au bord du précipice économique en 2011, offre ici un contre-exemple. Débarquant dans la vie politique minée par la corruption, usée par les années Berlusconi et malmenée par l’Europe qui lui impose ses chefs de gouvernement (le technocrate Mario Monti), Beppe Grillo, le remuant chef du Mouvement 5 étoiles, semblait légitime pour fustiger le  » système « . Le champ était d’autant plus libre pour l’ex-comique que la Ligue du Nord, parti xénophobe et régionaliste, s’étiole depuis la chute, en 2012, de son ancien leader Umberto Bossi.

M. Grillo aurait pu conduire seul sur l’autoroute jusqu’aux élections européennes, si M. Renzi, le nouveau président du conseil, avec son programme  » uneréforme par mois  » n’était venu lui barrer le chemin. Dans un pays qui souffre d’un manque cruel de renouvellement des élites,  » Renzi ne propose pas de réelle rupture, mais il est jeune? « , observe le politologue Piero Ignazi, de l’université de Bologne. Avoir moins de 40 ans en Italie et le faire savoir suffit à faire de l’ambitieux un homme neuf en politique.

Dans les pays du sud de l’Europe comme l’Espagne ou la Grèce où la crise laisse ses stigmates, le discrédit de partis traditionnels, démunis, a surtout favorisé les partis de la gauche radicale. A Paris, Londres ou Copenhague, c’est la droite de la droite qui s’est envolée.

Compromissions

Leurs chefs braillards ont porté l’exaspération populaire. Marine Le Pen en France, Kristian Thulesen Dahl au Danemark ou Nigel Farage au Royaume-Uni, qui assurent ne pas appartenir à l’élite qu’ils dénoncent, ont prétendu endosser la défense du peuple en s’appropriant un discours social que la gauche traditionnelle a souvent délaissé au nom du réalisme. S’ajoute à cela l’attaque commode envers les  » ennemis  » présumés du peuple : l’Europe et l’étranger.

L’outrance des arguments employés aurait dû choquer si les mêmes termes à peine nuancés n’avaient été employés par les partis de gouvernement. Au Royaume-Uni, on se souvient du  » British jobs for British workers  » ( » les emplois britanniques aux travailleurs britanniques « ) lancé sans remords par Gordon Brown, en 2009, alors premier ministre travailliste.

Au Danemark, la médiatisation, en 2013, d’un Danois  » chômeur et fier de l’être  » rebaptisé  » Robert le paresseux « , vivant depuis dix ans de l’aide sociale, a envenimé le climat dans un pays où l’Etat-providence est un totem.

En France, la droitisation de l’UMP sous la présidence de Nicolas Sarkozy fut suivie par les sorties de Laurent Wauquiez et d’Henri Guaino dénonçant une  » Europe passoire  » devenue trop grande où se noierait notre civilisation.

Le danger a un visage, celui de l’immigré d’Europe de l’Est, prêt à accepter un salaire de misère. Ou celui du musulman important sa culture et sa religion si différente des nôtres. L’Europe vieillissante se voit décliner et s’affole.  » Quand on n’a pas peur de perdre son emploi, on redoute de perdre son identité « , résume Dominique Bouchet, sociologue à l’université du Danemark du Sud. L’Europe vue comme un marchepied vers la mondialisation ne pouvait qu’être rejetée. Quel meilleur coupable que Bruxelles pour incarner ce monde plus dur, plus cosmopolite, que le FN, le Parti du peuple danois comme le UKIP proposent de le rayer de la carte.

 » La critique de l’UE est une posture, le rejet de l’immigration est un socle – à ces partis – « , remarque Anaïs Voy-Gillis, membre de l’Observatoire européen des extrêmes.  » Dans un pays prospère, l’enjeu est d’empêcher l’étranger de s’accaparer des richesses, dans les pays en récession de protéger les biens qui restent « , résume-t-elle dans une note sur les dynamiques d’extrême droite.

par Claire Gatinois

Service InternationalLe fil rouge de la montée des partis europhobes

gatinois@lemonde.fr

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 0 h 30 min

Bérénice, croyez-vous que ce soit de l’ordre du hasard que existiez ? Je peux vous dire que non.
Les chances étaient extraordinairement faibles et pourtant vous êtes là.

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 0 h 26 min

Bérénice, votre lien est payant. Je n’ai jamais été abonné au Monde. C’est un journal trop orienté politiquement. Que cherchez-vous à mes dire ?

les tartes à la crème c'est out au temps des godillots et brodequins dit: 15 juin 2014 à 0 h 25 min

au demandeur de théorie …
« on ne se refait pas » (le billet ) est un biographème de la théorie de P.Assouline qui pourvoira peut-être, au temps de la théorie du tout (très débattue) des cordes et des supercordes …. ce n’est pas dans les mienne de servir ..celles qui m’intéresseraient sur écritureS et mnémotechnique, par exemple.

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 0 h 24 min

Bérénice, pourquoi passer vos journées à discuter sur ces sujets historiques éculés ?
Dites-moi plutôt quelque chose de l’avenir.

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 0 h 17 min

Ne faites pas semblant de m’ignorer, Bérénice. Je sais que vos pensées ne dont que pour moi, et que tous les autres ne comblent rien en vous.
Seulement vous faites la fière.

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 0 h 13 min

bérénice dit: 14 juin 2014 à 17 h 58 min

Aussi per extension et extrapolation nous pourrions conclure que notre président qui se refuse à boire la coupe de l’amitié, est concerné? Avec ces kilos en trop, ça n’aurait rien de surprenant, tout se transforme en graisse si on ne cultive pas le muscle.

je suis l’exemple-même du muscle cultivé au détriment de la Graisse, Bérénicé.

Dimitri dit: 15 juin 2014 à 0 h 11 min

bérénice dit: 14 juin 2014 à 21 h 45 min

WDGG je ne sais si votre gens foutre la bite m’est destiné, qu’il y ait des références à Dieu dans diverses œuvres proposées à l’étude, oui, mais il me semble que les écoles catholiques ont ceci de laïc qu’elles n’imposent aucun enseignement religieux à proprement parler, tout au plus elles le proposent. On n’y trouve pas le même esprit que celui qui anime les écoles coraniques, par exemple.

C’est une erreur, Bérénice. Une école catholique doit être catholique, un point c’est tout.

Sant'Angelo Giovanni dit: 14 juin 2014 à 23 h 57 min


…en tout cas!,…en visitant d’autres blogs!,…
…campagne d’Italie ( le Monde ) commentaires,…
…le Mouvement 5 Etoiles s’allie avec Nigel Farage en Europe!,…

…gauches & droite!,…la priorités aux contraintes anti-populaires de Bruxelles !,…et son régime de Vichy – collabo’s – crise du capital,…toujours du côté de la droite des oppresseurs légitimes lèche-culs d’états – pervers!,…dans l’union!,…

…vive les peuples libres!,…au moins chez soi!,…Ah!,…etc!,…
…envoyez!,…aux victimes du syndrome de Stockholm par le plan Marchall et à ses effets !,…de satellite mondialiste!,…
…etc!,…

bérénice dit: 14 juin 2014 à 23 h 30 min

Ueda pourquoi ne pas envisager que demain le France devienne une colonie un peu style Palestine en inversant les pôles et le centre de gravité. Les migrants viendront puiser ce qui manque à leur pays d’origine sans renoncer à leurs coutumes, transportant à dos d’ânes minarets et palais ottomans.

ueda dit: 14 juin 2014 à 23 h 24 min

« z’avez compris le film?non ? bon…j’ai des copains qui viennent regarder le match chez moi dans une demi-heure…j’ai des trucs a préparer… »

Le film du processus du complexe et dramatique processus migratoire?
Probablement autant que vous.
J’essaie modestement d’imaginer demain.

Vous remarquerez que les deux équipes, dans leur style particulier, pratiquent un jeu « réaliste » et « opportunistes ».
Ce qui manque dans les règles du foot, c’est de virer en même temps ces foutus rosbifs et ces ignobles macaronis. Lose-Lose.

bérénice dit: 14 juin 2014 à 23 h 15 min

Ce qui est appréciable chez vous comme un progrès c’est ce garde-champêtre enfin relégué au placard pour enfin une com presque intelligible et franche, vous vous éloignez de la queue de pelle, je note avec un bien peux mieux faire. Bon match! que j’espère non truqué, le sport n’est plus non plus au delà des soupçons.

Sergio dit: 14 juin 2014 à 23 h 14 min

bérénice dit: 14 juin 2014 à 23 h 05 min
il y a beaucoup de français issus de l’immigration dans mon quartier

Au moins ça protège des flics…

Sergio dit: 14 juin 2014 à 23 h 12 min

ueda dit: 14 juin 2014 à 22 h 39 min
il faut faire le travail, et autant le faire tête nue et en regardant en face celui qu’on va faire mourir.

Dans les Bienveillantes, je me souviens que l’on peut trouver quelques descriptions qui valent leur pesant…

bérénice dit: 14 juin 2014 à 23 h 09 min

Se sentir visé ou pas n’est pas un problème mais adressez vous franchement à celui ou celle qui vous interpelle, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple? Par goût pour l’embrouille?

bérénice dit: 14 juin 2014 à 23 h 05 min

Et effectivement Kader il y a beaucoup de français issus de l’immigration dans mon quartier et à y rentrer, j’ai parfois l’impression de vivre ailleurs qu’ici, le décorum, que voulez-vous quoiqu’un vêtement neutre puisse tout aussi bien cacher le réac qui sommeille, je ne vote pas FN et demain n’en est pas la veille, pour autant et cependant pour avoir passé les années 70 puis 80, 90, il me semble assez juste de constater que quelque chose n’évolue pas nécessairement dans la bonne direction, de leur réaction pourrait en naitre une autre en réponse inquiétante, 25% pour un parti d’extrême droite, ne me disent rien qui vaille.

abdelkader dit: 14 juin 2014 à 23 h 04 min

suis pas kabyle…suis berbère, arabe pour faire court et j’emmerde les berbéristes, les nationalistes et bigots de tous bords…si vous vous sentez visé, that’s cool too…et l’autre bigote qui me sort l’assimilation…ah oui…la république les a laisse tomber, vous comprenez ca? elle leur racontee des salades, genre égalité, fraternité et croissants au p’tit dej, ensuite elle leur donne un grand coup de pied dans les dents…z’avez compris le film?non ? bon…j’ai des copains qui viennent regarder le match chez moi dans une demi-heure…j’ai des trucs a preparer…

bérénice dit: 14 juin 2014 à 22 h 53 min

soumises, interprétée. Avez-vous en tant que femme tenté un échange d’arguments avec un de ces nouveaux produits de la société française? Ou encore avec une de ces harpies nouvelle mouture?

bérénice dit: 14 juin 2014 à 22 h 50 min

Abdel ce que j’en pense c’est que sociologiquement la 3ème génération est en échec et comme elle n’a pas trouvé à s’intégrer dans la paysage laïc , elle se fait récupérer par la mouvance islamique, ressort les oripeaux de ses grands-mères du bled pour non seulement marquer sa présence par le nombre oisif mais aussi en augmentant sa visibilité dans l’espace public pour renouer avec une culture religieuse avec laquelle il lui est impossible de rompre puisque notre société laïque la laisse sur le banc, la touche quand ce n’est pas plus catastrophique, voire les tenants et aboutissants de l’économie parallèle. Personnellement je trouve lamentable que des femmes au 21ème siècle soient de cette façon soumise et que cette apparence tout en apparition doit cacher les autres aspects de la condition de la femme revisitée par une vision toujours interprété des textes sacrés.

ueda dit: 14 juin 2014 à 22 h 50 min

abdelkader dit: 14 juin 2014 à 22 h 35 min
elle tourne autour du pot, la p’tite bigote…

Comme vous venez après moi, Abdelkader, j’interviens parce que je crois pouvoir vous dire que personne ne comprend très bien à qui vous vous adressez (vous même peut-être?) et ce que vous voulez dire.

Vous seriez le premier, my friend, à râler comme un franchouillard (your words) contre les Bedawi qui viendraient planter leurs tentes sur votre jardin fleuri, et vous auriez raison.
Pourquoi ne pas le dire?

Be honest.
N’êtes-vous pas le premier, mon cher Kabyle, à sentir dans votre coeur pour la repousser aussitôt (bravo!) la pensée primitive « Il y a trop d’arabes »?

bérénice dit: 14 juin 2014 à 22 h 42 min

Mâtin…

Tant de hauteur doit être le produit d’un noble coeur et d’une âme élevée.

Laissez tomber la neige Ueda quand bien même ce serait du grêlon, Des journées adore inférioriser l’autre qui lui déplaît, pour une plus-value en terme de plaisir, un de ses exposants préférés, comme en mathématiques, ne la frustrez surtout pas, ce serez pire en suites, quoiqu’à y penser, que pourrait-il encore arriver par ses canaux?

ueda dit: 14 juin 2014 à 22 h 39 min

Je suis revenu en raison d’une trace rétinienne ou mnésique car cette photo est formidable, et le destin de M. Blind (salut à vous monsieur) n’y change rien.

Il est debout et derrière lui se trouve l’angle vif d’une muraille noire et blanche.
À gauche figure le chemin de l’évasion impossible (ou refusée?).

L’officier est bien, car il faut faire le travail, et autant le faire tête nue et en regardant en face celui qu’on va faire mourir.

Comme toujours, entre cet héroïsme et ce sens du devoir, l’humanité va se nicher chez les trouffions.
Avez-vous remarqué combien leur casques sont différents?
Comme les cerises sur nos étals, on voit les blanches et les noires.

La question n’est pas là.
Elle est dans le caractère complètement foireux de l’attitude de deux des tireurs.
Ces deux bons Chleuhs, ces deux bidasses n’atteindront jamais la cible.
Sauras-tu les identifier?

abdelkader dit: 14 juin 2014 à 22 h 35 min

elle tourne autour du pot, la p’tite bigote…avec sa bouche en cul-de-poule, ses gants noirs, sa robe noire et son voile noire, (faut dire qu’elle porte ainsi son deuil depuis que son mari, le greffier, fut écrasé par le rideau de fer roulant du garage et que ses roubignolles, pardon ma bonne dame, je veux dire ses testicules, ne furent jamais retrouvées)… ce qu’elle veut dire en fait, c’est qu’il y’a trop d’arabes dans s on quartier et que le prix du mètre carré en a pris un coup a la baise…et qu’elle prenne le garde chambrette a témoin…

bérénice dit: 14 juin 2014 à 22 h 27 min

Simplement, vous êtes un intégriste de la laïcité avec une vision très étriquée de la laïcité qui n’est qu’une interprétation très tendancieuse des textes de la République.

« À ce modèle séculier – France, États-Unis – on oppose volontiers les États confessionnels. L’expression est redoutablement ambiguë : elle renvoie, sans préciser, aussi bien à des États qui reconnaissent qu’à des États qui imposent l’autorité d’une religion à l’exclusion de toute autre. Aujourd’hui, dans le domaine chrétien, on peut dire qu’il n’existe plus aucun État confessionnel au sens ancien du terme (l’Ancien Régime) : en vertu de la Déclaration universelle des droits de l’homme (1948), tous reconnaissent le droit de chaque homme à la liberté publique (et non seulement privée) de conscience et de religion. Plusieurs, de moins en moins nombreux, continuent de reconnaître l’autorité supérieure de l’Église catholique (c’était le cas de l’Espagne, de l’Italie, de plusieurs pays latino-américains et de quelques cantons suisses ; c’est encore le cas de Monaco et du Liechtenstein, du Guatemala, du Costa Rica et de la Colombie) ou de l’Église orthodoxe (Grèce). La formulation la plus crue s’en trouve dans la Constitution de Malte, qui reconnaît à ses évêques « le droit et le devoir de dire le vrai et le faux, le bien et le mal en matière de principes » (art. 2.2). Radicalement différente est la situation des pays nordiques (Suède, Norvège,
Danemark, Islande) et de l’Angleterre : la situation privilégiée d’une Église dite établie, nationale ou populaire, peut faire peser ses contraintes sur la population, voire sur la personne du souverain : elle laisse entière la souveraineté de l’État qui a autorité sur elle.

Une question reste ouverte : comment qualifier ces États qui font référence non à une Église particulière, mais à l’autorité souveraine de Dieu ? Ce fut le cas de la France déclarant les droits de l’homme « en présence et sous les auspices de l’Être suprême » (ainsi que l’a rappelé la Constitution de 1958). C’est toujours celui des États-Unis, placés « under God » et dont la monnaie rappelle que « in God we trust », comme de la Suisse où la discussion est vive pour savoir s’il faut maintenir l’invocation inaugurale de sa Constitution fondatrice (1291) : « Au nom de Dieu tout-puissant ! » Celle de la Bavière va plus loin : « Considérant les ruines auxquelles a conduit un ordre politique et social privé de Dieu … ».

À l’opposé se trouvent – ou se trouvaient – les États communistes professant le marxisme athée. On avait affaire en fait à un athéisme d’État qui ne s’est jamais traduit en droit constitutionnel qu’avec précautions : l’État restait celui de tous les citoyens, même s’il privilégiait le Parti officiellement athée. L’Albanie est sans doute le pays qui a poussé le plus loin cet athéisme, jusqu’à la négation de tout droit à l’existence pour les organisations religieuses (1976).

Hors du domaine chrétien, la situation est analogue : la Chine est le Vietnam restent dans la tradition marxiste ; le Népal est un État hindou ; le Bhoutan est un État bouddhique et la Birmanie a cessé de l’être en 1962 ; les Philippines suivent le modèle américain ; la Corée du Sud interdit toute religion d’État, ainsi que le Japon depuis 1946. Le monde musulman présente à peu près tous les cas de figure, et l’État islamique n’est qu’une des situations possibles. De la même manière, on parlera d’un État israélien, et non d’un État juif. »

Emile Poulat.

bérénice dit: 14 juin 2014 à 21 h 45 min

WDGG je ne sais si votre gens foutre la bite m’est destiné, qu’il y ait des références à Dieu dans diverses œuvres proposées à l’étude, oui, mais il me semble que les écoles catholiques ont ceci de laïc qu’elles n’imposent aucun enseignement religieux à proprement parler, tout au plus elles le proposent. On n’y trouve pas le même esprit que celui qui anime les écoles coraniques, par exemple.

les tartes à la crème c'est out au temps des godillots et brodequins dit: 14 juin 2014 à 21 h 30 min

toujours à propos de ce tweet : certains commentateurs ont parois exprimé le voeu d’une autre manière de s’adresser à eux, sans pour autant modifier leur mode de manifester leur présence : il me semble pouvoir ajouter que c’est pour P.Assouline un laboratoire dont il est le maître , et où lui-même pour son compte mène une expérience dont il attend …des « savoirs » qu’il soupçonne ou non.

ueda dit: 14 juin 2014 à 21 h 22 min

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 18 h 18 min
« quand je poste ici, béré, ce n’est pas pour vous.
Et ce qui suit, moins que tout le reste. »

Mâtin…

Tant de hauteur doit être le produit d’un noble coeur et d’une âme élevée.

(ou celui d’une grimpette au sommet d’un grand escabeau?
pendant des journées entières?

« Ecologiste, j’ai voulu un jour changer l’ampoule.
Je ne suis jamais descendue ».

La théologie a droit au respect, même lorsqu’elle commence avec la docte ignorance et la sainte humilité.)

les tartes à la crème c'est out au temps des godillots et brodequins dit: 14 juin 2014 à 21 h 19 min

sur le tweet si commenté de P.Assouline, il me semble que c’est de sa part une manière de signifier quelque chose à ses commentateurs qui se piquent assez de psychologismes pour tenter de l’interpréter, son « vous êtes priés » …

ueda dit: 14 juin 2014 à 21 h 15 min

« les titres des colloques des universitaires signalés par P.Assouline lui-même ne sont pas aussi catastrophiques que bien des commentaires qui se veulent théorisants sur ce blog et sont indigestes… »

Des commentaires théorisants?
J’en ai pas vu beaucoup.
Parfois, je souhaiterais qu’il y en ait davantage (de la théorie à la première personne, hein).

ueda dit: 14 juin 2014 à 21 h 12 min

« …allez!,…donne la pas-pattes à Madame!,…
…pas encore dressez !,… »

Pèpèpe
D’accord Giovanni mais ça dépend à qui.

ueda dit: 14 juin 2014 à 21 h 10 min

« Je rappelle à l’autre tartignole à la noix avec sa grande gueule de Jean foutre la bite  »

Je n’y connais rien, Mauvaise Langue, mais il me semble que ceci relève du genre épique.

ueda dit: 14 juin 2014 à 20 h 57 min

Onésiphore de Prébois dit: 14 juin 2014 à 18 h 33 min

Il paraît que sur certains blogs ultra-démocratiques (langage communiste que connaît bien notre ami Marcel) on élit son propre modérateur.

Je vote Prébois!

ueda dit: 14 juin 2014 à 20 h 55 min

Daaphnée dit: 14 juin 2014 à 19 h 05 min

Merci, Daaphnée!
Mahnaz Mohammadi est une femme formidable.

Widergänger dit: 14 juin 2014 à 20 h 43 min

On lit les habituelles sottises sur l’enseignement, qui serait selon certains ignares dece blog « anti-religieux ». Perdre son temps à relever une telle ânerie ! Faut vraiment avoir le sens du service public…

Je rappelle à l’autre tartignole à la noix avec sa grande gueule de Jean foutre la bite qu’on enseigne en 6ème (ça fait partie des fondamentaux même) des extraits de l’Ancvien et du Nouveau Testament.

Je rappelle par ailleurs à ce Jean Foutre la bite qu’un texte anti-religieux comme Le Dictionnaire philosophique de Voltaire est bourré de référence religieuse et qu’il est absolument impossible d’enseigner la littérature française sans se référer sans cesse au texte biblique que citent les écrivains ou auquel ils font allusion (et pas seulement Pascal dans ses Pensées !)

Ce qui est choquant, ce n’est pas tant la connerie de certains commentaires, c’est plutôt l’assurance avec laquelle ces conneries nous sont infligées, ça nous afflige, mes petits chéris, et on en est tout chose. Veillez à mieux prendre soin de notre système nerveux central. Merci d’avance.

Sant'Angelo Giovanni dit: 14 juin 2014 à 20 h 40 min


…je vous ai compris!,…
…de la brebis au loup,…madame de l’un le Pull Over,…& de l’autre une fourrure!,…
…en plus!,…comme on me dis!,…il faut savoir donner sa part de soit,…dans la maison de la prairie du bas!,…

…Allo!,…Spock!,…à Enterprise!,…abreuve les Sillons!,…du sang impur de nos ennemis!,…

…préfère encore écrire des carabistouilles!,…
…allez!,…donne la pas-pattes à Madame!,…
…pas encore dressez !,…Ah!,…çà ira!,…çà ira!,…etc!,…
…du boudin à la ficelle!,…à dégrossir!,…Ah!,…Bip!,…Bip!,…Bip!,…
…etc!,…

Daaphnée dit: 14 juin 2014 à 19 h 05 min

A propos de RESISTANCE

Mahnaz Mohammadi, réalisatrice de documentaires et militante des droits des femmes, a été condamnée par un tribunal des mollahs à Téhéran à une peine de cinq ans de prison. Le samedi 7 juin, elle a été incarcérée dans la sinistre prison d’Evine (située au nord de Téhéran). Cette réalisatrice a été accusée de « complot contre la sécurité de l’Etat » et « propagande contre le régime ».

http://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/au-gouvernement-iranien-lib%C3%A9rez-la-cin%C3%A9aste-mahnaz-mohammadi-condamn%C3%A9e-%C3%A0-cinq-ans-de-prison

Onésiphore de Prébois dit: 14 juin 2014 à 18 h 33 min

Qu’on se le dise : les commentaires des internautes sur les blogs ruinent la crédibilité des billets tant ils (les commentaires, bien sûr !) sont violents, à côté de la plaque, insultants, vulgaires, incultes

On ne voit pas bien comment ils pourraient la ruiner, sauf à mélanger les torchons et les serviettes. On n’est pas dans le même registre, et il y a comme une cloison étanche. On peut toujours lire le billet sans se soucier le moins du monde des commentaires, ou l’inverse. Dans l’espace des commentaires particulièrement tolérant du blog d’Assouline, il faut s’attendre à trouver tout et n’importe quoi. Cela n’enlève rien à la qualité du billet. La formule assoulinienne est l’une des rares à ne pas être verrouillée, ce qui permet de se faire une idée assez juste de la diversité des réactions des lecteurs et de l’usage (souvent baroque, mais toujours, d’une façon ou d’une autre, significatif) qu’ils font de ce qu’ils lisent.

les tartes à la crème c'est out au temps des godillots et brodequins dit: 14 juin 2014 à 18 h 19 min

Tout sauf universitaire.
les titres des colloques des universitaires signalés par P.Assouline lui-même ne sont pas aussi catastrophiques que bien des commentaires qui se veulent théorisants sur ce blog et sont indigestes…
comme s’il y a avait , à la faveur d’internet de nouveau modèles de séduction d’un public qui ne se se prend pas trop aux apparences de sérieux, frivole, porno, philo ….critico psycho, et le reste …

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 18 h 18 min

quand je poste ici, béré, ce n’est pas pour vous.
Et ce qui suit, moins que tout le reste.

_________________________________

Réglons notre papier et formons bien nos lettres :

Vers filés à la main et d’un pied uniforme,
Emboîtant bien le pas, par quatre en peloton ;
Qu’en marquant la césure, un des quatre s’endorme…
Ça peut dormir debout comme soldats de plomb.

Sur le railway du Pinde est la ligne, la forme ;
Aux fils du télégraphe : – on en suit quatre, en long ;
A chaque pieu, la rime – exemple : chloroforme.
– Chaque vers est un fil, et la rime un jalon.

– Télégramme sacré – 20 mots. – Vite à mon aide…
(Sonnet – c’est un sonnet -) O Muse d’Archiméde !
– La preuve d’un sonnet est par l’addition :

– Je pose 4 et 4 = 8 ! Alors je procède,
En posant 3 et 3 ! – Tenons Pégase raide :
 » O lyre ! O délire ! O…  » – Sonnet – Attention !

Tristan Corbière

bérénice dit: 14 juin 2014 à 17 h 58 min

Aussi per extension et extrapolation nous pourrions conclure que notre président qui se refuse à boire la coupe de l’amitié, est concerné? Avec ces kilos en trop, ça n’aurait rien de surprenant, tout se transforme en graisse si on ne cultive pas le muscle.

bérénice dit: 14 juin 2014 à 17 h 52 min

des journées ôtez moi d’un doute, si c’est un autre qui décrète, alinéa 105, que vous n’êtes pas concerné, l’êtes vous ou non, non concerné, en considérant qu’un non/non équivaut à un +

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 17 h 49 min

Ce lien sur l’alcoolo-dépendance est mon commentaire en réponse au tweet, mis en lecture.
Maintenant béré, que ça vous gratte où ça vous démange, qu’y puis-je ?

bérénice dit: 14 juin 2014 à 17 h 48 min

JC l’autre jour en rentrant j’ai vu que les lepéniste avaient faux car où je vis c’est l’inverse avant l’averse, les français envahissent l’Algérie.

bérénice dit: 14 juin 2014 à 17 h 41 min

des journées bien qu’à le supposer nous ne soyons pas tous ici addict, nous n’apprenons pas grand chose à parcourir votre extrait d’article, de plus je n’objective pas tout du bien-fondé du court-circuit, résistance occupation alcoolisme? Si nous en venions à votre fin?

jicé dit: 14 juin 2014 à 17 h 41 min

« c’est le couscous qui nous préoccupe, et qui envahit nos cuisines ! »
à porcul on n’en peut p’us tellement envahi qu’on est par ces gens là on n’est pus chez nous

pour mémoirel dit: 14 juin 2014 à 17 h 40 min

« mauvaise aventure arrivée à notre bon Roy Louis »

les rosbifs ont tranché la tête de leur roi un siècle avant les Frenchies

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 17 h 33 min

Quand je lis le portrait de Marguerite Duras sur le site de the guardian, c’est un autre dilemme pour ceux/celles dont la vie dépend,… de l’écriture. Ecrire sous influence
Ce n’est donner de leçon à personne, mais il est juste et bien de rappeller quelques bricoles.

Votre organisme réagit à l’action de l’alcool (ou d’autres drogues) et essaie d’en neutraliser les effets. Les premières fois, ou en cas de consommation modérée, votre organisme réagit très lentement, ce qui veut dire que les effets de l’alcool se feront fortement ressentir. Si vous vous mettez à boire beaucoup et souvent, votre organisme réagira de plus en plus rapidement et compensera plus efficacement l’action de l’alcool. Par conséquent, le consommateur régulier et abusif ressent moins les effets de l’alcool car il «résiste mieux». Pour ressentir le même effet qu’au début, il devra boire plus. Il s’agit du phénomène de tolérance.
Avec le temps, votre organisme «apprendra» qu’un premier verre d’alcool sera suivi de beaucoup d’autres. Votre organisme «surcompensera». Ce qui produira une sensation désagréable si vous buvez «trop peu». Vous éprouvez alors ce que l’on appelle les symptômes de sevrage : votre organisme «réclame» davantage d’alcool, ce que vous ressentez comme une «forte envie d’alcool» ou «craving».
Ce «craving», ou désir pratiquement irrépressible d’alcool, peut à son tour pousser à «boire sans limites» ou à une «perte de contrôle».

http://www.aide-alcool.be/consommation-problematique-cercles

.amen dit: 14 juin 2014 à 17 h 27 min

le Pape est aussi un chef d’Etat.

Le vatican n’est pas un Etat- les millions refilé spar mussolini au vatican n’en font pas pour autant un Etat

les tartes à la crème c'est out au temps des godillots et brodequins dit: 14 juin 2014 à 17 h 25 min

une fois sortis (en sort-on jamais ? est la question de la vision du monde de l’occident , peut-etre )

les tartes à la crème c'est out au temps des godillots et brodequins dit: 14 juin 2014 à 17 h 23 min

il m’avait semblé que tous les hommes , une ois sortis de l’enfance cherchent à être aimés & admirés : après tout quid de la carrière de P.Assouline, ce blog compris . Les femmes n’ont peut-être plus autant d’espoir, ou d’illusions aujourd’hui , kippables or not kippables (je vous épargne la blague sur la fabrique des kippot puisque vous êtes trop savants pour ne pas la trouver plus vulgaire que drôle.
ah oui, les nombres, j’oubliais,mais c’est dans philomag, le livre de la voie et de la vertu 48 , n’est ce pas pas 248:
se consacrer l’apprendre, c’est de jour en jour s’accroître.Se consacrer à la Voie , c’est de jour en jour décroître jusqu’à atteindre le non-agir .

Sergio dit: 14 juin 2014 à 16 h 27 min

Samira dit: 14 juin 2014 à 16 h 04 min
quand les services compétents me contrôlent ils ne sortent même plus le test

Ha les Rouges ils ont supprimé l’alcootest ça c’est bien… Vivent le Maréchal et les Rouges !

Bardamu dit: 14 juin 2014 à 16 h 22 min

mYSTère samira (?)

Ah Merkel!! l’ayant vu dans le plus simple appareil, il me semble vivre depuis ses pensées les plus profondes.

cE PROBLême des orientations « solaires » de la politique est profond. LA France que ça plaise ou non, qu’il y est tartanpion ou bidul à son Gv. EST UN PAYS aTLANTIQUE NE SERAIT-ce que de part sa géographie. alors QUE L’ALLEMAGne ne l’a jamais été (malgré le Bismark)et est en concurrence pour tj avec la russie.

dE fAIT. Je me suis toujours demandé ce que le roi Henri d’Angleterre et François I° avaient bien pu se dire à l’entrevue du « Drap d’or »; sinon que du Saint EMpire ils n’en voulaient pas (François l’aurait peut-être aimé pour lui seul, Henri pour rien au monde); cONTRAIREMENT à ce qu’on a toujours voulu nous fAire croire (maurras etc…) la France à un destin assez commun avec l’Angleterre et nul avec l’aLlemagne, l’italie… voire la russie
De fait jamais dans l’histoire de France on ne trouve la moindre volonté d’aller vers l’Est (hormis les pauvres SS charlemagne; « l’amitie » franco allemande, franco italienne n’a jamais existé, Pétain n’a pas eu tort d’essayer dans la mesure où Hollande ne peut pas faire très différemment ).
ET la « drôle de guerre » est édifiante; la « France » déclare la guerre en catimini (sans aucun vote d’ailleurs)et son armée reste plantée en Lorraine ne sachant où aller littéralement.

oUI Kiev a fait ressortir cela à la niem puissance. nON SEULEMENT mERKEL s’invite en Normandie (le temps ne prêtait pas au nudisme pourtant)mais elle est (avec la CIA etc…) la seule interlocutrice de Poutine. Car l’Ukraine est un enjeu immémorial pour l’Allemagne (pas seulement celle de Goering; mais Nietzsche rappelle les anciens rois germaniques bataillant sur le Don, etc…. peut-être Est-ce même leur terre ancestrale qui sait)Et la chose dure un certain temps, depuis la chute du mur de Berlin qui devait ruiner les rêves de de Gaulle, MitTerand..

oN M’a « modéré » quant j’ai rappelé que Kouchner/Onu administrèrent la Bosnie avec le DM pour monnaie alors que l’Allemagne était passée à l’euro! (on pourrait évoquer aussi un pays ayant EREVAN POUR CAPITALE, +/- membre de ladite Union européenne avec le « dollar » pour monnaie..). Mais c’est toute la zone de « protection » antiallemande (yougoslavie, Tchécoslovaquie…) édifiée après 14/18 qui a volé en éclat, et ils nous reste nos yeux pour pleurer.

Oui Vive De Gaulle que ses « amis » r-envoyerent paître en Irlande quand ils n’en eurent plus besoin.

Samira dit: 14 juin 2014 à 16 h 16 min

Croyance placebo et subjectivité. Se trouver plus … que … ne montre à personne que vous l’êtes véritablement aux yeux de tiers. Il ne faudrait tout de même pas me prendre pour un canard sauvage!

Samira dit: 14 juin 2014 à 16 h 04 min

des journées quand les services compétents me contrôlent ils ne sortent même plus le test, trop de clients de ce type, une ruine pour les fabricants.

Samira dit: 14 juin 2014 à 15 h 52 min

C’est un peu long Montaigne Descartes Nietzche en condensé et trois minutes se verraient amputés réduits à de l’inintelligible aussi si vous possédiez l’amabilité nécessaire à exprimer à quel point vous faites allusion

Bardamu dit: 14 juin 2014 à 15 h 52 min

onésiphore laikk (!?)

je pense que vs vous méprenez.

On M’accusera d’enfoncer les portes…
mais (bon) au sens premier (à voir cependant…) est laïque ce qui est (simplement) extérieur à l’eglise
Tout devient différent à partir de 1789, et la tête coupée du roi (représentant de Dieu)

Certes cela est vécu par beaucoup (le troupeau disons) comme triomphe de la « raison »
oH lumières… Mais attention, « l’être suprême » ne manque nullement aux activistes de 1789… Il n’a nul visage (of course) sur les gravures d’époque hormis un triangle (porte manteau ? néon ?)

Dieu quelque part donc; A vrai dire c’est bien normal puisqu’il n’est pas une seule philosophie qui ait pu se satisfaire de la seule « raison »; je re-citerai encore Spinoza non sans intentions, et parce que beaucoup ici en raffolent. Dès le « Court Traité » il dit que la raison ne saurait suffire à la « santé de l’âme » ; bref ne pas oublier chez lui le 4° voire le 5° « genre »(et encore Spino. mettait lui une médiation trinitaire, ce qui lui valut un coup de poignard à la synagogue, et sa fuite d’une ville semblant avoir été en cela une « zone de non droit »).
Bref l’histoire de séparer croyance et raison ne vaut pas un clou; c’est bon à faire tenir debout je dirai, les « professeurs des écoles » s’ils ne boivent pas.

Pour en rester à l’actualité (39/45 commémorations) voyez de près un des acteurs de l’époque René Cassin (pourquoi lui ? mais parce qu’il constituait la « médiation » entre De Gaulle et Churchill voire la City; on a écrit « Sigmaringen », écrira-t-on un jour l’ambiance londonienne d’alors ?), et vous verrez ce qu’il vous dira par-delà les années de cet esprit laïque qui finalement :  » n’est autre que… » (ouf! on a eu peur que ça ne soit pas ça..).
Oui comme d’Ormesson, le brave homme était « agnostique » (Einstein aussi…), mais aussi membre, président etc… d’une ribambelle d’autres associations, alliances, confraternités…

J’aurai pu, vous le voyez parler tout autant du nouvel académicien AF et de son combat (inévitablement) « laïque » à lui aussi. J’y répugne. Tout autant que de la grandiloquente tragi-comédie sur ce thème fatigué, jouée par marTine le nain. Tant il est vrai que des Empires, celui des Etats-unis de la Russie ou de la Chine ont été bâtis sur la religion, et que nous avons perdu le notre et notamment l’Algérie avec le laïcisme.

kicking dit: 14 juin 2014 à 15 h 43 min

pourriez-vous préciser le fond de votre pensée?

comment ? c’est le genre de truc que vous ne pouvez trouver ailleurs ???

Samira dit: 14 juin 2014 à 15 h 41 min

J’ai répondu en fonction de ce que j’ai perçu de votre question, sortez le projecteur ou apportez la preuve de votre don pour la pédagogie ou l’information au cas où ce ne soit la bonne réponse à la bonne question.

Samira dit: 14 juin 2014 à 15 h 38 min

Quant à appliquer les lois c’est une grande utopie qui glisse entre les mains des magistrats, enfin ce n’est pas de mon ressort et en dernier je me disais que se profilaient deux tendances en Europe, une pro-atlantiste avec Hollande qui fayotte avec Obama et une plus à l’est avec Merkel qui ferme un peu les yeux sur le pouvoir de Poutine, pensez-vous que ça tienne aux origines de la chancelière?

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 15 h 33 min

Vous pouvez laisser la réponse sur ce fil Samira, je reviendrai lire votre réponse plus tard.

Sergio dit: 14 juin 2014 à 15 h 31 min

Het puis alors la Résistance c’est bien, mais on l’aurait faite sur la Meuse dès le début, ç’aurait été encore mieux…

Samira dit: 14 juin 2014 à 15 h 27 min

Je n’établis pas de parallèle entre le contexte 1940 invasif et aujourd’hui. Si vous pouviez m’expliquer en quoi la souveraineté nationale est mise en cause autrement que par des décisions prises en Conseil Européen et qui en relèvent?

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 15 h 23 min

Samira, ma question n’est pas claire ? que ne comprenez-vous pas ?
Un dilemne pour vous ? Lequel ?

(pendant que vous refléchissez je retourne lire ce commentaire sur the Guardian, en tweet:
What a terrible article and topic – glorifying being a drunk. And don’t think for a second that it’s NOT what the article is doing…)

Samira dit: 14 juin 2014 à 15 h 19 min

15h11 et suite: je n’ai rien contre. — Serions-nous en territoire occupé avec les mêmes conditions réunies? Ellipse?

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 15 h 14 min

replay pour Samira

il faut faire un effort, laissez tomber le rôle facile de Samira en transit au Consulat et mettez vous dans la peau d’un sous-préfet; je sais pas moi, mais par exemple sous-préfet en 1940, et dites nous comment vous faites appliquer les lois de l’etat français ?
J’attends.

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 15 h 08 min

Quand même que ne feraient pas certains, certaines aussi, pour qu’on leur réponde au « laisser un commentaire »
« Pourquoi les écrivains boivent ? La liste est trop longue pour n’en citer que quelques uns, ce serait trop injuste. »

déjà 164 commentaires comptabilisés sur le site de the guardian !

il faut faire un effort béré, laissez tomber le rôle facile de Samira en transit au Consulat et mettez vous dans la peau d’un sous-préfet; je sais pas moi, mais par exemple sous-préfet en 1940, et dites nous comment vous faites appliquer les lois de l’etat français ?
J’attends.

Samira dit: 14 juin 2014 à 15 h 06 min

Onésiphore il y a un paradoxe à ce qu’aujourd’hui, en France, l’enseignement privé géré par des instances catholique ait réussi à éliminer de l’enseignement la religion et se pose en garant de qualité et sécurité face à un délitement des conditions qui règnent dans nombre d’établissements publics, pour les premiers cycles de la scolarité.

ici Londres dit: 14 juin 2014 à 14 h 46 min

avouons-le franchement : faut avoir grand-chose à exprimer pour nous imposer épicétou à la fin de chaque intervention du glouglou en chef

Samira dit: 14 juin 2014 à 14 h 36 min

Desjournées consacre à nouveau son après-midi mutin à ses diplômes assis, chouette! Il va enfin devenir possible de lire ici sans penser à son omniprésence. A vous les studios.

Onésiphore de Prébois dit: 14 juin 2014 à 14 h 35 min

Les discours de M. Peña Ruiz sur la laïcité, tels du moins qu’ils sont rapportés ici par quelques uns, me paraissent quelque peu contradictoires . Est-il besoin de rappeler que l’enseignement public laïc et obligatoire est foncièrement, et d’origine, un enseignement anti-religieux ? Nous l’avons tous oublié parce que nous ne pensons plus aux conditions qui l’ont vu naître. Non que les enseignants du public en France aient jamais été incités à pratiquer je ne sais quel prosélytisme en faveur de l’athéisme. Mais parce que les promoteurs de cet enseignement ont opéré une claire distinction entre croyance et savoir et parce qu’ils ont exclu les religions du domaine du savoir universel. L’enseignement public laïque et obligatoire est fondé sur l’exclusion de tout enseignement religieux parce qu’un enseignement religieux ne saurait se hausser au rang de savoir universel. Il est né en France et dans d’autres pays d’Europe quand les contradictions entre les vérités établies par la science et les « vérités » des textes religieux sont devenues trop nombreuses et trop flagrantes. L’enseignement laïc tel qu’il est pratiqué en France n’est nullement un enseignement neutre, il reste un enseignement militant, un enseignement de combat. Un combat quotidien. Pour s’en convaincre, il suffit de se rappeler que les fondamentalistes des diverses religions « révélées » n’ont nullement désarmé, notamment aux Etats-Unis, où les créationnistes s’efforcent toujours d’empêcher l’enseignement du darwinisme et d’introduire comme scientifiquement légitimes les chronologies fantaisistes de l’Ancien Testament. Les fondamentalistes musulmans ne sont pas en reste, particulièrement en France. Il faut se rappeler que, pendant des siècles,en France et en Europe les religieux ont détenu le monopole de l’enseignement et prétendu diffuser comme universelle leur « vérité ». Il est dangereux d’affadir le combat laïc au nom d’une quelconque « fraternité ». Ce n’est qu’un début, continuons ce combat.

Samira dit: 14 juin 2014 à 14 h 31 min

Pour suite au replay, je ne doute pas un instant que vous puissiez le refaire, j’apprécie votre ton cérémonieux qui se charge de l’importance d’une ambassade, si je ne saisissais toujours pas j’en aviserais mon consulat. Mes remerciements à votre effort.

Samira dit: 14 juin 2014 à 14 h 23 min

Les Lois, oui mais lesquelles, vaste programme, est-il mort d’épuisement ou esseulé, abandonné à son souci comme un homme à sa bien-aimée?

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 14 h 15 min

Samira dit: 14 juin 2014 à 14 h 09 min
avec mes excuses, je fais deux choses en même temps.

en replay

J’ai souvenir d’un préfet de la République, qui n’avait pas , en quelque sorte, à se « prostituer » en vue de telle ou telle élection politique, rappeler fermement et avec le sourire, les lois de la République française, lors d’une manifestation dans un établissement public,à laquelle assistait nombre de personnalités représentant une instance religieuse, et après que l’une d’elles se soit exprimée.

ça va mieux ou il faut que je l’écrive en français diplomatique ?

Si c’est le cas, je le referai ultérieurement, je dois quitter mon poste.

Samira dit: 14 juin 2014 à 14 h 09 min

13h57 nouvellement arrivée en France, votre langue m’est souvent incompréhensible aussi puis-je émettre une demande de clarification concernant votre dernier post-it?

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 14 h 02 min

C’est quoi cette histoire de partir sans la terminer rappeler les lois de la République

ici Londres dit: 14 juin 2014 à 13 h 58 min

épicétou, boudegras a appuyé sur la touche « repeat », les guignols vont bientôt lui réclamer des droits d’auteur et ça va saigner, chouette

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 13 h 57 min

J’ai souvenir d’un préfet de la République, qui n’avait pas à , en quelque sorte, à se « prostituer » en vue de telle ou telle élection, rappeler fermement et avec le sourire, lors d’une manifestation dans un établissement public, où se trouvaient nombre de personnalités representant une instance religieuse, et après que l’un d’eux se soit exprimé.

ueda dit: 14 juin 2014 à 13 h 51 min

« … Le gâteau, vous le préférez plutôt crémeux onctueux, ou plus sec ? »

Vous seriez aimable de bien vouloir le garder pour vous, sous sa culotte Petit Bateau.

Mme Michu dit: 14 juin 2014 à 13 h 51 min

Ah ! Avoir le « courage » des ses idéologues… Bonne journée les sans-gêne collés à leurs mots d’excuse…

Rôôôô dit: 14 juin 2014 à 13 h 51 min

Hélas Ueda vous vivez d’illusions, je ne suis pas comme vous pourriez imaginer une femme très bandante

t’imagines trop casse burne épicétou

bérénice dit: 14 juin 2014 à 13 h 46 min

Hélas Ueda vous vivez d’illusions, je ne suis pas comme vous pourriez imaginer une femme très bandante, ça se saurait jusque dans mon désert, un drone viendrait m’abattre sélectivement pour menace potentielle à l’ordre publique, vous savez bien comment ces dossiers peuvent être traités par les autorités compétentes déléguées à présent à des sociétés mercenaires.

ueda dit: 14 juin 2014 à 13 h 46 min

DHH dit: 14 juin 2014 à 12 h 45 min
Marcel Benabou

Le titre de son fameux ouvrage sur la « résistance » africaine à la romanisation pourrait figurer sous ce billet.
C’est le fruit (talentueux) d’une historiographie propre à l’ère post-coloniale.
On ne le suit plus, mais on le salue.

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 13 h 43 min

Widergänger dit: 14 juin 2014 à 13 h 40 min

je pense que vous ne savez pas exactement ce que laïcité veut dire, sur le territoire français.
Je vous invite à relire cette lettre de Henri Pena Ruiz. Mais pas que lui.

… Le gâteau, vous le préférez plutôt crémeux onctueux, ou plus sec ?

Widergänger dit: 14 juin 2014 à 13 h 40 min

S’adresser à une assemblée avec un kipa n’a absolument rien d’anormal quand on est le Premier ministre de la République. C’est précisément ça la laïcité, mon coco…

Simplement, vous êtes un intégriste de la laïcité avec une vision très étriquée de la laïcité qui n’est qu’une interprétation très tendancieuse des textes de la République.

Les gens comme vous sont tout aussi dangereux que les intégristes religieux. Des monstres à fuir à toutes jambes.

ueda dit: 14 juin 2014 à 13 h 39 min

bérénice dit: 14 juin 2014 à 13 h 28 min
Debout comme un seulet U homme JC… desjournées
des problèmes d’identité, des blessures narcissiques dés le plus jeune âge, forcément ça soude et ça dissout.

Ce qui est sympa, sur ce blog, c’est qu’on est entouré d’infirmières.

Si elles sont bien foutues et en blouse à contre-jour, elles auront au moins donné au brave blogueur une petite érection en loucedé.

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 13 h 36 min

ML, la laïcité c’est encore une fois un signe extérieur à afficher !

Je ne ferai pas l’affront non plus de vous proposer un lien où l’on voit le ministre Valls, représentant de la le République française s’adresser à une assemblée avec une kippa.

bérénice dit: 14 juin 2014 à 13 h 35 min

8h48 s’il fallait évoquer des phénomènes de dissociation, je me tournerais prioritairement vers vous des journées, je crois que vous êtes assez loin de pouvoir assembler les fragments disparates de votre personnalité mais je ne suis pas psychiatre, et sûrement trouvez-vous de l’agrément à laisser à la consigne ce qui n’est pas exposable et qui constitue un accroc à votre parure, auriez-vous jeté la clef ou faut-il faire appel à un serrurier afin que vous puissiez vous réapproprier ce qui vous appartient?

Widergänger dit: 14 juin 2014 à 13 h 30 min

De Pena-Ruiz, il est bon d’avoir lu :
— Le Roman du monde, légendes philosophiques, Flammarion, Champs, 2001.
Vraiment très bien fait.

Mais il oublie que le Pape est aussi un chef d’Etat. Ceci expliquant la présence du Premier ministre à une cérémonie du Vatican.

On est un peu à la peine avec Pena-Ruiz…

bérénice dit: 14 juin 2014 à 13 h 28 min

Debout comme un seulet U homme JC… desjournées

des problèmes d’identité, des blessures narcissiques dés le plus jeune âge, forcément ça soude et ça dissout.

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 13 h 27 min

Ce qui est interessant c’est que Germaine Tillion ait été préférée à d’autres pour entrer au Panthéon. Peut-être une certaine idée de l’engagement …

(les deux couillonnes JC et son perroquet vont finir par se lasser, j’ai bonne espoir)

JC..... dit: 14 juin 2014 à 13 h 23 min

Mon ami ueda, camarade de combats gagnés d’avance, vous prend pour une conne, Djedla.

Il me semble qu’il ne vous juge pas à votre vrai niveau dans ce domaine … !

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 13 h 09 min

On va les lui laisser, je pense que toute son « idéologie » tient là.

ueda dit: 14 juin 2014 à 13 h 07 min

J’ai vu l’Europe dans un éclair, c’est un oiseau, pas une perruche, un oiseau à longue pattes dont je n’arrive pas à retrouver le nom.

Il a le bec enfoui dans le sable chaud d’une pensée moraliste et, sous une plume cultureuse oscillant gracieusement au gré du vent, un cul largement ouvert à une humanité plus virile.

Onésiphore de Prébois dit: 14 juin 2014 à 12 h 57 min

ce qui suit est une bravade (Des journées)

Ce n’est pas seulement une bravade, c’est une connerie. Parler de Proust ou de Céline à des lycéens, pour peu qu’on le fasse avec émotion et talent, c’est du prosélytisme ou je ne m’y connais pas. Comme si la culture était neutre et pouvait échapper à l’inculcation. le type qui a écrit ça n’a jamais réfléchi aux complexités et aux non-dits de sa pratique.

ueda dit: 14 juin 2014 à 12 h 55 min

« …les deux couillons de la RDL, JC et la glU debout comme un seul omme. »

Vous remarquerez, camarade JC, combien la Gender Theory reste encore périphérique dans notre beau pays, qui accorde un certain poids aux différences anatomiques.

Vous voilà traités de couillons (et je crois que nous avons des couilles), tandis que nous sommes d’accord pour voir en la perruche sur son arbre (après réflexion, et non sans avoir pesé avec scrupule les termes employés) une conne définitive.

On est dans le descriptif, pas dans l’idéologie!

Onésiphore de Prébois dit: 14 juin 2014 à 12 h 50 min

Pourquoi les écrivains boivent ? La liste est trop longue pour n’en citer que quelques uns, ce serait trop injuste.

On pourrait croire que les vapeurs éthyliques ne se communiquent pas à l’ouvrage, eh bien c’est probablement faux. Ainsi, chaque fois que je rouvre « Sartoris » de Faulkner, je me retrouve aussitôt baignant dans de forts effluves de bourbon.

DHH dit: 14 juin 2014 à 12 h 45 min

Marcel Benabou n’est pas seulement un membre eminent de l’OULIPO
C’est aussi un universitaire chevronné spécialiste de l’antiquité latine et qui est l’auteur d’une thèse passionnante portant sur la résistance à la romanisation en Afrique du nord et montrant la survie des identités culturelles autochtones, notamment berbères

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 12 h 45 min

En cette avant-veille d’épreuve philo, ce qui suit est une bravade:

Un dernier mot. Professeur de philosophie dans l’enseignement public,
j’ai toujours trouvé normal de ne jamais laisser paraître mon type de conviction
personnelle dans l’exercice de mes fonctions. La République me confiait ses
enfants afin que j’en fasse des élèves, et je me devais de promouvoir leur seule
autonomie de jugement, sans prosélytisme aucun. Qu’auraient dit les familles si
j’en avais usé autrement ? Quand Nicolas Sarkozy a eu l’audace, dans le
Discours de Latran, de placer le prêtre au-dessus de l’instituteur, j’ai rédigé un
article pour lui rappeler l’ineptie d’une telle hiérarchisation. Car l’instituteur ne
vise que la liberté de l’élève, telle que la fonde la culture, et refuse toute
inculcation. C’est cela la grandeur de l’école laïque, ce lieu où l’élève apprend
ce qu’il ignore pour pouvoir un jour se passer de maître.

même lettre.

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 12 h 40 min

La lettre de Henri Pena Ruiz au premeier ministre, M. Valls ?

extrait choisi, forcément:

« Vous voilà premier ministre de cette République. Pour ma part, j’ai
consacré ma vie à l’instruction publique et laïque, vecteur d’émancipation pour
ceux qui n’ont que l’Ecole pour devenir tout ce qu’ils peuvent être. »

l’intégralité ici:
http://clioweb.free.fr/debats/lettre-ouverte-valls.pdf

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 12 h 32 min

…les deux couillons de la RDL, JC et la glU debout comme un seul omme.

JC..... dit: 14 juin 2014 à 12 h 22 min

« Ce continent est-il devenu un canard qui court la tête coupée? »

La mauvaise aventure arrivée à notre bon Roy Louis (non ! pas Eddy, l’autre) démontre qu’il est rare que la course du décolleté soit durable, comme disent les consvers…

Le problème est que les « démocrates occidentaux » croient que leur universelle idéologie les protègent. Grossière erreur !

Beaucoup prennent leur force molle, à juste titre, pour de la faiblesse !!!

ueda dit: 14 juin 2014 à 12 h 16 min

« et politique mélanésienne » > « et politique mélanchienne. »

Hihihi…
Ce correcteur automatique me fera toujours poiler.

ueda dit: 14 juin 2014 à 12 h 14 min

M. Pena Ruiz ferait probablement un excellent voisin: courtois, ouvert…
De conviviaux barbecues seraient possibles

Mais je n’aimerais pas l’avoir comme professeur ou comme ministre (philosophie franc-maçonne et politique mélanésienne).
Pensée courte, action molle.

JC..... dit: 14 juin 2014 à 12 h 07 min

Djedla,
Il y a dans votre message en provenance de Pena-Ruiz « Liberté Egalité Fraternité ». Mignon ! Vision à l’ancienne…

Or, nous, Résistants Intérieur du Ragoût … c’est le couscous qui nous préoccupe, et qui envahit nos cuisines !

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 11 h 58 min

M. Henri Pena Ruiz à propos de son dictionnaire amoureux de la laïcité ?

Un mot de l’auteur
Après trois années de travail, j’ai le plaisir de vous annoncer la sortie de mon Dictionnaire amoureux de la laïcité, aux Editions Plon. La raison et le coeur en ont dicté les 248 entrées, réparties sur 928 pages… C’est en la comprenant bien qu’on aime la laïcité, idéal fraternel qui délivre des enfermements et ouvre à l’universel. Est-il si difficile d’admettre que la religion n’engage que les croyants, et l’athéisme que les athées ? Liberté. Est-il si difficile de considérer que croyants et athées doivent jouir des mêmes droits ? Égalité. Est-il enfin si étrange de penser qu’un État de tout le peuple, démocratique donc, ne doit privilégier personne, et se consacrer au seul bien commun à tous ? Universalité.
J’ai conçu cet ouvrage comme une encyclopédie de la laïcité : notions, personnages, récits historiques, textes de référence, faits majeurs, s’y succèdent avec des renvois qui permettent de tisser des parcours personnels entre les articles. On peut le faire comme en jouant, en vagabondant d’un article à un autre. Bonne lecture !

Dernièrement il a écrit une lettre à monsieur le premier ministre, Manuel Valls.
Bien envoyée !

les tartes à la crème c'est out au temps des godillots et brodequins dit: 14 juin 2014 à 11 h 54 min

parce que je vous dois, sur ce blog littéraire un historien écrivain originaire du Maroc
Marcel Bénabou est un écrivain et historien français, né le 29 juin 1939 à Meknès (Maroc) et vivant à Paris depuis 1956.
Il apparaît sous les traits de l’avocat Hassan Ibn Abbou dans le roman de son ami Georges Perec, La Disparition.
(Membre de l’Ouvroir de littérature potentielle (ou OuLiPo) depuis 1969, où il entre un an après son ami Georges Perec, il en devient, l’année suivante, le Secrétaire définitivement provisoire. Depuis 2003, il cumule cette fonction avec celle de Secrétaire provisoirement définitif.)
voir grothendieck

ueda dit: 14 juin 2014 à 11 h 53 min

Beaucoup de phénomènes frappant notre continent de plein fouet laissent nos politiques sans voix.
Le silence des politiciens démagogues et des bureaucrates européens produit suscitent une angoisse sourde dans le peuple, et demain la colère et la violence.

Vous remarquerez combien ces silences s’additionnent.
Les vagues quotidiennes de migrants africains qui arrivent sur les rivages du sud (3 000 malheureux « accueillis » en un jour) ne donnent lieu chez les autorités européennes à aucun discours raisonnable sur les causes, l’ampleur et les conséquences inévitables du phénomène, pas plus qu’à une politique discutée de manière publique.

C’est:
1. « Ça n’existe pas »
2. C’est de notre faute, après tout
3. Aux Italiens d’aller voir: « sich demerdieren », comme dit un bon esprit de ce blog.

Voir l’Europe depuis l’Asie orientale, qui a connu ce problème au moment des « boat-people » et a su le traiter, suscite un sentiment d’incompréhension.
Ce continent est-il devenu un canard qui court la tête coupée?

JC..... dit: 14 juin 2014 à 11 h 52 min

ueda dit: 14 juin 2014 à 11 h 40 min
« La résistance intérieure à l’islamisme reste honteusement faible, camarade JC. »

Camarade ueda,
« la sève monte dans l’arbre ! »… je sais que cette citation fait un peu Jardinerie… mais nous lutterons bientôt, et pour deux raisons :

-idéologiquement notre civilisation occidentale est bonne ! Non exportable, mais bonne ! Nous devons la défendre. Chez nous !

-j’ai monté une affaire de crocs de boucher, société qui peut rapporter gros si mon idée de la laïcité fait flores ! Il reste mille parts sociales … c’est la fortune assurée !

les tartes à la crème c'est out au temps de godillts et brodequins dit: 14 juin 2014 à 11 h 46 min

« Pourquoi les écrivains boivent ? »
je sais
parce qu’il aiment -faire -rinquer!

Giovanni Sant'Angelo dit: 14 juin 2014 à 11 h 45 min


…le dessin & sens du discernement!,…pour en faire des politiques sociales,…
…en voiture!,…l’opinion mécanisée!,…
…dégrossir les réseaux cognitifs!,…

…ou changer les lois pour retrouver son blé!,…
…la concurrence déloyale!,…elle est bien bonne celle là!,…
…marié mon fils avec une gourde!,…enfin!,…comme cela,…c’est mieux!,…
…il n’y verra que du feux!,…il est très catholique,…tourner la page d’un con sur champs de lys!,…
…la licorne à bon!,…à dégrossir!,…
…le lien 1914 – 2014,…
…discernements,…cent ans d’amuses-gueules!,…Ollé!,…au suivant!,…
…l’arène des sportifs sur porche !,…le discernement des muscles!,…Non c’est celui-là pour ce soir!,…les métamorphoses métaphysiques de l’âne en biais du terroir!,…
…n’en ajoutons pas!,…çà l’à bourre!,…
…semons à tout vents!,…etc!,…

JC..... dit: 14 juin 2014 à 11 h 43 min

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 11 h 32 min
« Pourquoi les écrivains boivent ? »

Question, disons, ….
Réponse : « pour faire comme tout le monde ! », le but ultime de l’écrivain : se sentir « lou simbeu » du troupeau. Dedans, et dehors.

ueda dit: 14 juin 2014 à 11 h 40 min

La résistance intérieure à l’islamisme reste honteusement faible, camarade JC.

Faute d’une pensée molle, impeccable quand il s’agit d’être lucide et courageux sur les totalitarismes du passé, mais incapable de comprendre celui du présent ou, si elle le comprend, trop faiblarde pour oser le dire.

JC..... dit: 14 juin 2014 à 11 h 37 min

On pourrait commettre l’erreur d’accorder une grande vertu au livre honnête de ce brave PENA-RUIZ, un intellectuel instruit, remarquable.

En retard, Henri ! Nous sommes au temps des intellectuels armés kalachnikoviens. La laïcité i-podée, c’est pendre les infâmes crédules à des crocs de boucher loués pour l’occasion…

Résistance Intérieure Laïque !

les tartes à la crème c'est out au temps de godillts et brodequins dit: 14 juin 2014 à 11 h 33 min

avec mes regrets , je pense trouver la réponse à une question que je me posais sur ce dico: est-ce un ouvrage de commande
« Dictionnaire et amoureux sont deux termes a priori contradictoires, sinon incompatibles. Et pourtant nous pouvons affirmer que chaque auteur contacté et depuis lors publié dans cette collection a été souvent surpris par l’inventaire personnel auquel de bonne grâce il s’est livré, tout autant que par l’aspect récréatif d’un tel travail.

http://www.plon.fr/catalogue/collection/dictionnaire-amoureux

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 11 h 32 min

« Pourquoi les écrivains boivent ? La liste est trop longue pour n’en citer que quelques uns, ce serait trop injuste »

ben là, c’est sans doute qu’ils sont à sec !

AJB dit: 14 juin 2014 à 11 h 31 min

es tartes à la crème c’est out au temps de godillts et brodequins dit: 14 juin 2014 à 11 h 19 min
allez faire un tour au panthéon prier l’Abbé Grégoire : P.Assouline vous a déjà pardonné !

Mais nous vous pardonnons aussi, cher ami(e), et nous nous réjouissons tous votre retour (à commencer par JC, j’en suis certain).

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 11 h 23 min

Maintenant, si vous voulez, j’ai un traitement homéopathique à vous proposer. Mais je préviens, c’est hors de prix.

le dico amoureux

Dictionnaire amoureux de la laïcite

Henri PENA-RUIZ

Unique par son ampleur, ce dictionnaire est une véritable encyclopédie de la laïcité.

Les religions sont-elles dangereuses ? Non, si elles n’engagent que les croyants. Oui, si elles prétendent à nouveau dicter la loi commune. Les fanatismes religieux d’aujourd’hui sont inquiétants. Face à eux, un seul rempart : la laïcité. Une laïcité contestée par les nostalgiques des privilèges publics des religions. Pourtant elle fournit à des hommes d’origines très diverses un cadre commun universel, délivré des traditions rétrogrades. Ainsi elle les unit tous en conjuguant le respect des différences et l’émancipation de chacun.
Histoire, géographie, philosophie, littérature, théologie, sociologie, droit font de ce livre une véritable encyclopédie de la laïcité. On s’y promènera « à sauts et à gambades » pour en comprendre le sens et l’enjeu, admirer ses héros, goûter les beaux textes qu’elle a inspirés, mesurer sa dynamique aux divers points du globe.

JC..... dit: 14 juin 2014 à 11 h 22 min

Si ces voyous privilégiés de syndicalistes véreux ne s’opposaient pas à toutes réformes en EN, on en serait pas là.

Une levée en masse des profs, rompant leurs chaînes syndicales, est nécessaire … ! lançons une Résistance Intérieur Pédagogique.

Expulsion des trublions de classe : vive la lutte des classes !

les tartes à la crème c'est out au temps de godillts et brodequins dit: 14 juin 2014 à 11 h 19 min

allez faire un tour au panthéon prier l’Abbé Grégoire : P.Assouline vous a déjà pardonné !

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 11 h 18 min

si c’est pas encore assez clair:

. »La CGT a déjà rappelé, mercredi, à l’employeur sa responsabilité quant à la souffrance et aux troubles psychosociaux auxquels sont particulièrement exposés les métiers de l’éducation. « Trois ans après l’immolation de Lise Bonnafous rien n’a changé, la souffrance des professeurs n’est pas prise en compte », assurent encore les représentants syndicaux.Serge Grévoul, le directeur des ressources humaines au rectorat, a fait part jeudi soir de sa stupeur face à ce drame : « Pierre Dorques était un collaborateur particulièrement apprécié. Nous sommes sous le choc. Nous nous étions rencontrés pour évoquer son avenir, sa nouvelle orientation et sa volonté d’abandonner la voie du remplacement. Nous avions élaboré un projet avec lui et il était au courant que nous faisions venir un proviseur titulaire qui devait prendre ses fonctions à la prochaine rentrée. »

même lien

JC..... dit: 14 juin 2014 à 11 h 11 min

« et la Résistance intérieure du 14 juin à 10h41 ferait bien de se soigner; c’est urgentissime. » (djedla)

Pour ma part, pour les miliciens en bermudas bruns, faisceaux, faucilles et marteaux, interrogés autour de moi, ce texte est modéré, raisonnable, d’une grande ouverture d’esprit, propre à dynamiser ce cher vieux pays attaqués par les Barbares …

JC..... dit: 14 juin 2014 à 11 h 06 min

Adieu, djedla !
Pardon ! adieu tart@colle !…
(…c’était un rêve fou : d’une pierre, deux coups !…)

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 11 h 05 min

Malaise dans l’enseignement §
et la résistance intérieure du 14 juin à 10h41 ferait bien de se soigner; c’est urgentissime.

Pierre Dorques, le proviseur adjoint du lycée Jean-Moulin de Béziers a mis fin à ses jours durant le week-end de Pentecôte. Une nouvelle qui a profondément choqué et attristé la communauté des professeurs de cet établissement déjà très éprouvée en 2011 par le décès brutal de Lise Bonnafous qui s’était immolée par le feu au cœur de l’établissement

http://www.midilibre.fr/2014/06/13/le-proviseur-adjoint-de-jean-moulin-se-suicide,1006852.php

Aloïs Jeambart dit: 14 juin 2014 à 11 h 01 min

Le Dictionnaire philosophique ou La Raison par alphabet est une œuvre de Voltaire (des journées entières)

Sans blague ? Heureusement que vous êtes là, j’avais arrêté l’école en quatrième.

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 11 h 01 min

un néo-groupe de djedladistes ?
ça m’va bien, tiens !

Sous le commandement du colonel Passy le Bureau central de Renseignement et d’Action (BCRA) anime les réseaux de renseignements, de contre-espionnage, d’évasions et d’action de la France Libre dont l’action se mène en France occupée.

Indépendamment de cette résistance extérieure qu’est la France Libre et de ses réseaux, des mouvements sont nés en France, dans le double but de combattre la propagande du gouvernement de Vichy et de participer, le moment venu, au combat pour la libération. Cette lutte de l’intérieur a laissé de nombreux martyrs, comme d’Estienne d’Orves, fusillé au Mont Valérien le 29 août 1941.

En zone Nord, occupée par les Allemands, c’est l’action contre l’occupant et le nazisme qui est prépondérante. Les principaux mouvements de zone Nord sont l’Organisation civile et militaire (OCM), Libération Nord, Ceux de la Résistance (CDLR), Ceux de la Libération (CDLL) ou le réseau de renseignement « la confrérie Notre-Dame », fondée par Rémy. Créé par le parti communiste français, le Front national a ses activités dans les deux zones mais principalement en zone Nord.

En zone Sud, qui ne sera occupée qu’à partir de novembre 1942, la Résistance est plus politique, essentiellement dirigée contre le régime de Vichy. Ses trois principaux mouvements sont Combat, Libération et Franc-Tireur.

L’unification de cette résistance intérieure et, entre autres, son ralliement à la France Libre, qui devient de ce fait en juillet 1942 « La France combattante », sont l’œuvre de Jean Moulin, délégué général en France du général de Gaulle, de Pierre Brossolette, conseiller politique du Général, et d’Emmanuel d’Astier de La Vigerie.

http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1940-1944-la-seconde-guerre-mondiale/la-france-combattante/analyses/de-gaulle-et-la-resistance-interieure.php

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 10 h 58 min

Pour la résistance électrique, elle se mesur en petits ohms.
Le Dictionnaire philosophique ou La Raison par alphabet est une œuvre de Voltaire, publiée en 1764 sous le titre de Dictionnaire philosophique portatif, qui a été conçue par son auteur comme une machine de guerre contre « L’Infâme ».
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dictionnaire_philosophique

Aloïs Jeambart dit: 14 juin 2014 à 10 h 57 min

Votre décision est vraiment irrévocable, pseudo tart&co ? On ne peut rien faire pour vous retenir ?
C’est tout à fait regrettable mais vous êtes maître de votre destin, bien sûr.

des journées entières dans les arbres dit: 14 juin 2014 à 10 h 54 min

Communiqué de la Résistance intérieure dit: 14 juin 2014 à 10 h 41 min

Ce client-là m’a l’air trop atteint.
Je passe.

renato dit: 14 juin 2014 à 10 h 54 min

« … j’ai une vie plus intéressante que votre Toile à l’ amidon javelisé… »

Je me demande pourquoi vous fréquentez si assidûment ce lieu « malfamé »… enfin-bref, on verra ça une prochaine fois, maintenant j’ai un train à prendre, bonne journée.

bouguereau dit: 14 juin 2014 à 10 h 53 min

roudoudou moisis à chicots pourris

hé ho..de la retenue médiator..tu dépasses les bornes là

JC..... dit: 14 juin 2014 à 10 h 53 min

Communiqué de la Résistance intérieure

Maman, je t’ai dit cent fois de ne pas tripoter mes fichiers de Résistant sans m’en parler, c’est gênant quoi…!

De quoi j’ai l’air, maintenant, moi ? …Et ne pouffe pas sous ta burqa en plastique renforcé : ça résonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*