de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Alain Borer fustige les collabos de l’anglobal

Alain Borer fustige les collabos de l’anglobal

Serions-nous en voie de maorisation ? Entendez par là que les Français seraient menacés de perdre leur âme en perdant leurs mots, comme Victor Segalen le regrettait dans Les Immémoriaux au début de l’autre siècle après avoir visité les Maoris en Polynésie. A première vue, cela paraît exagéré ; mais après avoir lu  les réflexions sur la langue française du rimbaldien Alain Borer, recueillies sous le titre De quel amour blessée, merci Racine, Phèdre, Ariane… (338 pages, 22,50 euros, Gallimard), le constat semble réaliste.

Notre langue reçoit mais n’émet plus. Le phénomène date de la réforme de l’enseignement secondaire (1992), et partant, de l’abandon du grec et du latin parmi les langues obligatoires. Le ministre Lionel Jospin est vertement  (« illettré militant ») accusé d’avoir ainsi débranché de sa fontaine la mémoire de notre langue dont on sait qu’elle est une construction de l’esprit. Il dénonce la panurgisme triomphant, l’esprit de défaite et de capitulation, la résignation de nos compatriotes qui ont permis la plus grande intrusion massive de mots hétérophones (même orthographe mais prononciation différente).

C’est bien de colonisation qu’il s’agit, les Européens se retrouvant vassaux de l’Amérique. De douce, elle est devenue déchaînée. La dynamique de l’englobish, version impérialiste du globisch, y est pour quelque chose. Elle a entraîné subrepticement un vaste mouvement de dé-nomination, pure (si l’on peut dire) substitution de mots anglais à des mots français qui remplissaient parfaitement leur fonction : challenge pour « défi », standing ovation pour « ovation debout », customiser plutôt que « personnaliser ». Les langages communautaires s’en mêlant, tout cela donne un anglobal, qui a réussi la prouesse de virer le merveilleux argot des faubourgs. Cet idiome triomphant est un méli-mélo de toutes les mauvaises manières faites à la langue : contraction, dilatation

Derrière la question de la langue, dont on sait qu’elle est soumise au temps, c’est bien entendu d’un choix de civilisation qu’il s’agit, d’un changement de société et donc de projet. On croit se civiliser dans le sens du progrès alors qu’on ne fait que s’asservir. Les fédéralistes européens sont d’ores et déjà coupables à ses yeux d’assassiner le français, tout affaiblissement de la souveraineté de l’Etat entraînant celui de la langue.

Parfois, il en fait trop : désolé mais on dit encore « Pigalle » et non pas « SoPi » pour South Pigalle comme si on se croyait à SoHo ! Quant à traiter de « collabos » ceux qui refusent de résister à l’anglobalisation rampante ou conquérante, au motif qu’ils seraient prêts à tout pour servir l’envahisseur, non plus ! Et quant à définir l’illettré comme celui qui ignore que « dans une société la langue est suprêmement architectonique », euh…

Qui osera dire que c’était mieux avant sans crainte de paraître réactionnaire ou franchouillard ? N’empêche qu’avant, on se délectait lorsqu’un Michel Audiard baptisait « Paupiette » le cheval du Gentleman d’Epsom (1962). Ou lorsque dans leurs entretiens radiophoniques, Jean Amrouche pouvait demander « Etait-ce pour cette raison que vous quittâtes la campagne ? » à André Gide qui lui répondait : « Il était naturel que je le pensasse ». C’était en 1949. En ce temps-là, la diction radiophonique était toute autre : on y respectait les liaisons d’orthographe ou d’euphonie. Aujourd’hui… Un magazine sur les livres, lancé au siècle précédent, s’intitulait « Lire » ; un autre sur le même thème, lancé au siècle suivant, s’intitule « Books » ; Borer en déduit que l’anglophonie résonne ainsi dans le labyrinthe des jours ordinaires.

L’essai est érudit, parfois savant, toujours vif ; il n’est guère animé par le doute tant la conviction domine non sans panache. Il faut imaginer Alain Borer allant à la rencontre des ouvriers de Florange qui crient « On lâche rien » et des opposants au mariage pour tous qui hurlent « On ne lâche rien » afin d’expliquer aux et aux autres l’avantage qu’ils auraient à défiler sous une banderole inspirée par Erasme : « Je ne cède sur rien ». Pas sûr qu’il serait entendu. Il a le goût des mots, de la conversation à la française, pratique orale de la langue écrite, qu’elle soit belle parlure ou conférence. C’est un passionné du métaplasme, un obsessionnel du subjonctif, un nostalgique du bruissement de la langue que l’on sent veuf de la disparition du « e » muet,. On imagine qu’il aimerait tant changer de contemporains. N’empêche que sa colère est saine et sans ambiguïtés.

331 notes en référence, ce qui gâte un peu la philippique fussent-elles renvoyées en fin de volume. Dès lors qu’un auteur est assuré de la confiance de ses lecteurs, il doit savoir qu’il n’a pas besoin de produire de preuves. Et le creux de l’oreille résonnant encore du cri d’Alain Borer, on se surprend à promettre une bastonnade au premier qui se demandera si le Goncourt 2014  est un page turner… S’il n’en reste qu’un, il sera celui-là, brandissant haut et fort sa devise empruntée à la maison d’Orange ( les rois des Pays-Bas, pas les téléphonistes) : « Je maintiendrai ». Ce qui force le respect. Après tout, on n’a qu’une life.

(Photo Andrew Rich)

 

Cette entrée a été publiée dans Essais.

675

commentaires

675 Réponses pour Alain Borer fustige les collabos de l’anglobal

burntoast dit: 21 décembre 2014 à 19 h 11 min

Cher W. vous vous en sortez toujours par des pirouettes (cacahouètes). Le coup des points de suspension à « interpréter » (ou non), c’est un peu facile non ?
Sur ce blog, on a l’impression que vous êtes chargé, par une sorte de mission supérieure, d’informer les autres commentateurs (toujours nuls par principe), mais vous devriez commencer par prendre la peine de vous informer un peu plus sérieusement sur les sujets que vous évoquez.
Ou alors on finira par dire à votre sujet : « Mir full zu Widergänger nichts ein », pour paraphraser Kar Kraus, qui avait une toute autre envergure que vous, quand il s’emportait contre les faquins.

la vie dans les bois dit: 21 décembre 2014 à 18 h 51 min

Je disais que j’avais relu le message de 2 heures et 28mn pm, une histoire de blé, et puis j’ai fini avec Germaine Tillion.
C’est peut-être le résultat des matches de foot que Robot n’a pas encaissé. Va savoir.

la vie dans les bois dit: 21 décembre 2014 à 18 h 42 min

Abdel, c’est cool, Arsenal a gagné.
Et Saint-Etienne aussi.

J’ai relu votre message de 14h28, cette histoire de blé…
C’est un peu comme en 1954, il faudra encore un peu de temps, pour que les véritables raisons historiques qui ont mené à la guerre soient exposées sans passion.
Je dis cela aussi en pensant à Germaine Tillion, qui ne manquait pas d’humour.

Widergänger dit: 21 décembre 2014 à 17 h 58 min

Les Protestants français, mes petits chéris, qui étaient plutôt calvinistes d’ailleurs, ne risquaient pas d’être maltraités après la mort de Louis XIV étant donné que ledit Louis les avait chassé par l’Edit de Fontainebleau ou sommé de se convertir. Ainsi, dans mes fameux et sublimes ancêtres d’Alba, la branche collatérale de David d’Alba, qui était vicomte de Monbazillac (accrochez-vous, mes petits chéris, on est dans la haute !) s’est converti pour pouvoir rester en France. Sinon, terminé le Monbazillac pour le David ! Lydie de Rochefort de Théobon, dont parle avec tant de pittoresque Madame de Sévigné dans ses lettres, qui était d’Alba par sa grand-mère, mes chéris, eh bien elle a dû également se convertir pour rester à la Cour de Versailles et pouvoir épouser en 1678 le Comte de Beuvron, Charles d’Harcourt, capitaine des gardes de Monsieur, appartenant à cette grande famille d’origine danoise fondée par Bernard le Danois, dont la noblesse remonte à l’entourage de Duc de Normandie.

La grande majorité des Calvinistes français émigrèrent à Berlin où on peut voir encore le quartier pittoresque fait de petites maisons charmantes qu’il y fondèrent avec une forge en plein milieu de ce village au milieu de la ville, forge qu’on peut encore aujourd’hui admirée et qui fonctionne à nouveau. De là d’ailleurs en allemand, de nombreux mots d’origine française comme « Casserole ». Le roi de Prusse les invita pour redresser son économie. L’expulsion des Calvinistes de France coûta cher à l’économie française.

Doc dit: 21 décembre 2014 à 17 h 30 min

Vous avez raison Abdelkader, ces juifs d’Algérie ont vraiment été d’une ingratitude ignoble, après tout ce que les musulmans avaient fait pour eux!

Un détail que vous semblez ignorer: l’Algérie dépendait de l’Empire Ottoman, l’ordre turc y était maintenu quelques milliers de janissaires venus d’Anatolie…Boualem Sansal le rappelait récemment, mais je suppose que les manuels d’histoire du temps de Boumédienne n’insistaient pas trop sur ce point.

certains bossent ce jour dit: 21 décembre 2014 à 16 h 16 min

« pourquoi Solferino ne vous-a -t-il point encore sollicitée pour occuper ses salons ses antichambres, le mystère s’épaissit. »

Fin renard que vous êtes

finalement dit: 21 décembre 2014 à 16 h 14 min

Et alors quand il (louis 14) est cané ça allait moins mal pour les protestants mais ils sont restés au second plan encore longtemps

proutprout dit: 21 décembre 2014 à 16 h 11 min

Heureusement, vous assurez la permanence d’ailleurs pourquoi Solferino ne vous-a -t-il point encore sollicitée pour occuper ses salons ses antichambres, le mystère s’épaissit.

proutprout dit: 21 décembre 2014 à 16 h 08 min

la silure? Pouah quelle sale mine, à supputer qu’elle ne capte rien de la chlorophylle, une pâleur translucide à effrayer les spectres.

la vie dans les bois dit: 21 décembre 2014 à 15 h 41 min

BdeB, vous avez une approche amusante de votre présence ici.
Beaucoup de voix féminines, de talent, manquent ici. Si tant est qu’elles se manifestent ainsi. Une en particulier. Elle me rappelle la religieuse de Madrigal.

proutprout dit: 21 décembre 2014 à 15 h 36 min

lE 10h17, ouh la la, mais on a affaire à un silure.
La haidresser a succombé d’une cirrhose. Well, that’s fine. Comme Sonia, j’ai du mal avec les lesbianns retorses.
Souriez.

Plutôt mal placée pour pavoiser, tous y passent, hommes femmes enfants vieillards, les chiens? peut-être non?

proutprout dit: 21 décembre 2014 à 15 h 27 min

la vie on m’avait dit que vous étiez omnivore, vous m’étonnez car entre deux ouvrages vous iriez vite en besogne mais tendre la longue nuit et demeurent des parenthèses bien silencieuses, filmez-vous?

la vie dans les bois dit: 21 décembre 2014 à 15 h 12 min

pépère bullo, le film chroniqué sur le billet suivant, Leopardi, ne sortira en France que le 8 avril 2015.
De quoi alimenter vos fantasmes.

pépère bullo dit: 21 décembre 2014 à 15 h 04 min

«J.-C. Azerty: 21 décembre 11 h 57
Est-ce que quelqu’un a remarqué que plus une femme ne poste sur ce blog»

La vie dans les bois est une femme.
bérénice aussi.

pépère bullo dit: 21 décembre 2014 à 15 h 02 min

pat dit: 21 décembre 2014 à 13 h 39 min

Hum… vous avez entendu parler de la révocation de l’Edit de Nantes ?

Bihoreau de Bellerente dit: 21 décembre 2014 à 14 h 44 min

«J.-C. Azerty: 21 décembre 11 h 57
Est-ce que quelqu’un a remarqué que plus une femme ne poste sur ce blog»

Moi. Rien d’étonnant puisque ce blog est presque toujours un café glauque où peuvent éructer les pauvres mâles aliénés jusqu’au trognon.

Qu’y fais-je, me demandra t-on? Ah, c’est que je suis 1/3 psychologue, 1/3 antropologue et 1/3 sociologue. Je suis repu!

la vie dans les bois dit: 21 décembre 2014 à 14 h 35 min

lE 10h17, ouh la la, mais on a affaire à un silure.
La haidresser a succombé d’une cirrhose. Well, that’s fine. Comme Sonia, j’ai du mal avec les lesbianns retorses.
Souriez.

abdelkader dit: 21 décembre 2014 à 14 h 28 min

je parle du contexte algérien hein…le monde méditerranéen ou arabo-musulman sont trop vastes pour un dimanche matin, surtout qu’il y a un gros match de foot tout a l’heure…donc vous m’excuserez si je ne consomme pas…
Bakri & Bouchenak sont décrits partout comme juifs algériens…bref, qu’importe qu’ils soient ou non nés la bas, ils avaient des noms bien de chez nous… ils exerçaient en Algerie et tenaient le monopole du blé…a l’évidence , l’antisémitisme local ne les avaient en aucun cas empêchés de se faire leur beefsteak casher…Pour en revenir a nos éventails : ces deux énergumènes furent impliqués jusqu’a la moelle dans le complot dit de l’éventail, qui a instantanément renfloué les caisses de la France (les estimations varient entre l’équivalent de $4 & $5 milliards de nos jours), qui a sauvé la peau de Charles X et qui nous a couté notre pays…ces 2 ‘algériens’ furent bien sur par la suite, fort très bien récompensés par la France reconnaissante pour leur part dans le cambriolage a main armée du siècle…40 ans après, les juifs algériens furent ‘émancipés’ par la loi Crémieux et 80 ans plus tard, prirent partie avec l’occupant français et nous donneront éventuellement les sieurs Zemmour & Boujenah…
Notre galant hôte lui-même nous disait un jour ici-même que les juifs algériens accueillirent les français comme ‘libérateurs’…il mentionna aussi son engagement dans l’armée israéliennes pendant la guerre du Ramadhan en 73…en face de lui, 7 brigades marocaines…donc, théoriquement au moins, il aurait pu tirer sur ses compatriotes marocains… Perso, j’en n’aurai pas eu les klaouis pour faire ca…

après, faut pas s’étonner si, chez nous au moins, les gens se posent des questions…et il n’y a rien de personnel dans mes ‘anecdotes’…c’est Attali lui-même qui raconte comment ses camarades pieds-noirs au lycée d’Alger lui crachaient dessus pour lui dire bonjour…moi a sa place, je me serais fait zoulou…

pat dit: 21 décembre 2014 à 13 h 39 min

Après la mort de Louis XIV les protestants étaient moins persécutés mais toujours considérés et traités comme des sujets de seconde zone

JC..... dit: 21 décembre 2014 à 13 h 10 min

« des turcs ayant sauvé des arméniens, des allemands ayant sauvé des juifs, etc, etc…Dieu merci d’ailleurs. »

… des traitres, non ? ….

nicolas dit: 21 décembre 2014 à 12 h 49 min

@Lucien Bergeret « commentaire n’est jamais passé.
Il s’agit d’une profession d’athéisme; est-ce la raison du rejet? »

Dieu fait modérateur aussi?

Doc dit: 21 décembre 2014 à 12 h 27 min

Bouchenak et Bakri: deux grands négociants juifs installés à Alger (mais pas nés là-bas apparemment), à qui le gouvernement français devait beaucoup d’argent pour des cargaisons de blé impayées et qui devaient eux-mêmes de l’argent au Dey…Un imbroglio qui a joué un rôle dans l’expédition d’Alger.

Je ne vois pas bien le rapport avec notre débat. Que des juifs aient pu jouer un grand rôle dans le commerce méditerranéen, ce n’est pas vraiment un scoop…

Quand à vos anecdotes personnelles, elles n’apportent rien. Les rapports humains sont toujours plus complexes que les grandes tendances historiques et on trouvera toujours des pieds noirs amis avec des arabes y compris après l’indépendance (expérience constatée de visu), des turcs ayant sauvé des arméniens, des allemands ayant sauvé des juifs, etc, etc…Dieu merci d’ailleurs.

JC..... dit: 21 décembre 2014 à 12 h 22 min

« Il s’empare de cette occasion pour réunir des acteurs du monde du football. Le King Éric Cantona sera bien entendu présent pour évoquer son film, mais il a aussi convié Basile Boli, Luis Fernandez ou encore Smaïl Zidane, père de Zinédine Zidane.

Cet événement s’inscrit dans une séquence de François Hollande sur l’immigration. Il intervient quelques jours après le discours du président de la République à la Cité nationale d’histoire de l’immigration, à la Porte dorée, à Paris, où il avait souhaité «rendre aux immigrés la place qui leur revient dans le récit national». C’est tout l’objet du documentaire dans lequel Michel Platini, Jean Tigana ou encore Zinédine Zidane sont interrogés sur l’apport de l’immigration à l’histoire du football français. »

Nous sommes tous des footballers allemands, immigrés et juifs !!!
( … Bonne soirée, et bonne nuit les petits choux !)

abdelkader dit: 21 décembre 2014 à 12 h 14 min

tu parles, charles! ce n’est pas moi qui tiens la canne a peche…non, madame…c’est toi-meme, dutrou…tu es pecheur et poisson en meme temps…la treve de Noel, c’est quand ca t’arranges hein? manque de pot, suis pas chretien…

JC..... dit: 21 décembre 2014 à 12 h 05 min

T’es un bon garçon, Abdel, et nous sommes tous frères, et c’est Noel, et basta ! ne me fais pas chillier pour rien…

abdelkader dit: 21 décembre 2014 à 11 h 58 min

je vois que le garde-champêtre se trémousse au bout de l’hameçon de sa bêtise: alors mon gros cochon: la loi c’est fait pour être obéie ou pour être contournée? hein? je repasse demain pour prendre ta copie…oui tu peux demander a ton pote le BoUddha…et même a Alba, si tu veux…mais souviens-toi : le plus tu te trémousses, le plus profond tu avales l’hameçon, jusqu’a ce qu’il t’accroche les homoroides…Fat Twat!

pépère bullo dit: 21 décembre 2014 à 11 h 58 min

abdelkader dit: 21 décembre 2014 à 11 h 46 min
un juif ou un chretien ne payait pas la Zakat

Il payait la jizia, un impôt plus lourd. (Voir le statut des dhimmis.)

abdelkader dit: 21 décembre 2014 à 11 h 46 min

Généralement le mec qui vous dit : keep cool n’a plus rien dans sa boite a outils… un musulman doit payer la Zakat…c’est incontournable…pour les autres taxes, il peut toujours s’arranger de façon a les minimiser…un juif ou un chretien ne payait pas la Zakat et pouvait aussi contourner les autres taxes…gagant-gagnat, je dirais…je vous conseille d’aller googler combien de vizirs et autres trésoriers juifs furent employés dans les diverses cours andalouses…les sieurs Bouchenak et Bakri, plus proches de nous dans le temps, furent grassement récompensés par la France pour leur rôle primordial dans l’occupation de l’Algérie…comment seraient-ils arrivés a une pareille position dans la société algéroise de l’époque si cet présumé antijudaïsme, comme vous le dites, les opprimait en même temps…quelque chose cloche chez vous mais ca ne va pas vous empêcher de me sortir autre chose…vous êtes en mission de prouver un truc qui n’existe pas…demandez plutôt a Jacques Attali qui donc lui crachait dessus au lycée d’Alger…et ce n’était pas mon père…non madame…

Flamaeri dit: 21 décembre 2014 à 11 h 46 min

renato dit: 21 décembre 2014 à 11 h 30 min

Si. Il y a un point commun entre Pas pleurer et Connaissance de la douleur : ce sont deux romans illisibles.

renato dit: 21 décembre 2014 à 11 h 30 min

Jeté un coup d’oeil au Goncourt de l’année… que les ventes peinent au décollage ça se comprend… de plus, quelque part… le nom de Gadda a été fait… et là, ou le critique a mal lu la gagnante du concours ou il a mal… ou pas… lu le Grand Lombard…

J.-C. Azerty dit: 21 décembre 2014 à 11 h 24 min

Grossière erreur, Abou al Azerty, le monde n’existait pas -véritablement- avant la révélation coranique. (JC)

Ah bon ? Il va falloir que je revoie mes fiches, moi aussi.

J.-C. Azerty dit: 21 décembre 2014 à 11 h 19 min

Le Doc ferait bien de mettre à jour ses fiches; l’anti-judaïsme chrétien est historiquement bien plus ancien que l’anti-judaïsme musulman, et pour cause. Fâché avec la plus élémentaire chronologie, le doc

JC..... dit: 21 décembre 2014 à 11 h 18 min

Déclinaison du verbe FATWATER
(extrait du Grammairien de l’Arabe classique, en vente dans tous les bons Centres Culturels)

Je fatwate
Tu fatwates
Il fatwate

Nous fatwatons
Vous fatwatez
Ils fatwatent

JC..... dit: 21 décembre 2014 à 11 h 10 min

Lucien Bergeret dit: 21 décembre 2014 à 10 h 23 min

Insistez, Lulu ! Contrairement à l’image que donne de vous une cinglée normande, nous aspirons à recevoir de vous cet extrait du fatwaté algérien Daoud …

Plus goncourable que lui, tu meurs !

Lucien Bergeret dit: 21 décembre 2014 à 11 h 09 min

@RF

Il ne s’agit pas d’un copié-collé à partir d’un autre site, mais à partir d’un fichier Word m’appartenant sur lequel j’ai tapé le texte « à la main ».
Je viens d’ailleurs de refaire l’expérience en « tapant » directement mon commentaire, sans copié-collé.
Il semble que cela ne marche toujours pas.

R. F. dit: 21 décembre 2014 à 11 h 04 min

Lucien Bergeret dit: 21 décembre 2014 à 10 h 23 min
est-ce la raison du rejet?

Non, plutôt une question de copyright s’il s’agit d’un copié-collé sur un autre site.

Doc dit: 21 décembre 2014 à 10 h 39 min

Abdelkader, la Zakat n’est pas un impôt mais le devoir d’aumône aux plus pauvres. Elle était effectivement perçue par l’Etat et était propre à l’Islam.

Elle n’empêchait évidemment pas la perception d’impôts classiques, fonciers ou autres.

Il est ahurissant que vous ne sachiez pas que le statut de dhimmi des non-musulmans « protégés » impliquait le paiement de deux impôts très lourds (entre autres obligations).

Bien entendu, je n’ai jamais essayé de faire porter la responsabilité du nazisme aux musulmans. J’ai illustré le fait que l’anti-judaïsme musulman est une constante de l’histoire, avec des hauts et des bas.

Keep cool!

explications demandées dit: 21 décembre 2014 à 10 h 34 min

la preuve est là, flagrante : quand JC l’Atsue n’a pas d’arguments, il injurie, arme du simple d’esprit

Giovanni Sant'Angelo dit: 21 décembre 2014 à 10 h 32 min


…@,…la vie dans les bois,!…à 9 h 55 min,…encore faux,!…

…je suis toujours italien,…

…je ne vois pas, pourquoi dans une €urope-unis,…je devrais changer de nationalité,!…
…il n’y a pas de sudiste ou nordiste en €urope,!…

…vous nous feriez un bon roi des poux(ouilles ),!…
… » invitez « (*), vous mêmes,!…avec, vos mensonges,!…etc,!…

Grand Caqpial dit: 21 décembre 2014 à 10 h 24 min

tant de diplômés et d’agrégés par ici et je n’ai jamais lu autant de conneries au cm2 de ma vie abdelkader 0h28 – – – Pire que la guerre des tranchées, tu sors le tête en français, tu meurs ou tu te tapes un air d’has been que c’est à n’en pas se remettre, double peine sans plancher!

Lucien Bergeret dit: 21 décembre 2014 à 10 h 23 min

Totalement hors sujet

Un extrait du Meursault, contre-enquête que j’ai tenté plusieurs fois de citer ici en commentaire n’est jamais passé.
Il s’agit d’une profession d’athéisme; est-ce la raison du rejet?

Grand Caqpial dit: 21 décembre 2014 à 10 h 17 min

D. dit: 21 décembre 2014 à 0 h 42 min
A 22h 24 ce ne peut être Bérénice : il y a une virgule en trop

Perspicace D , j’accompagnais Bérénice qui dans un triste état tenait à peine debout et ses tribulations nocturnes faisaient pitié, aussi ai-je décidé de la raccompagner entretenant un mince espoir d’abuser de l’opportune ivresse pour apercevoir de quelle couleur ses dessous s’affichaient. Elle vit dans une commune à présent administrée par ce parti qu’on aimerait mieux oublier, aussi entendez qu’une contagion soit possible y compris en la manière de porter des dessous .

explications demandées dit: 21 décembre 2014 à 10 h 05 min

il ne répond toujours pas, JC se débine comme d’hab’, ce n’est qu’un petit roquet qui se taille quand on aboie plus fort que lui, ouaf ouaf grrrrrrrrrrrrrrrr

Grand Caqpial dit: 21 décembre 2014 à 10 h 02 min

Sinon, on l’oublie, mais il faut le rappeler, même si ici, c’est assez patent dans les commentaires, et parlant commerce: la France détient un record aussi. Celui de la consommation d’anxiolytiques et autres anti-dépresseurs. Ca calme, non ?

Quelle nouvelle! Etonnant que vous y puisiez de quoi intéresser votre public supposé à genoux tant ce que vous ramenez habituellement dans vos filets à provision éveille de curiosité. Personnellement jamais de demi-mesure come en amour, tout ou rien, c’est hélas souvent rien ou tout au plus une indifférence matinée verbiage poli.

la vie dans les bois dit: 21 décembre 2014 à 9 h 55 min

Giovanni, vous êtes belge, une fois ? vous êtes en train de me mettre en retard, et je dois quitter la cuisine !

Votre histoire vous en ferez peut-être un roman, comme d’autres.
Ici, vous êtes l’un des  » invités » (*), si on peut dire …
Celui qui fait du terrorisme pâtissier, de la tarte à la crème.
Alors essayez de laisser les lieux plus propres et plus beaux que vous ne les avez trouvés

( p.157, salut Othman ! mes amitiés à Sonia)

Giovanni Sant'Angelo dit: 21 décembre 2014 à 9 h 53 min


…@,…les arbres sur la vie,!…

…en plus, comme il était analphabète, mon père, de force,…puisqu’il devait travailler pour sa famille du matin au soir,…mon grand-père était décédé en 1940,!…

…la signature, dans sa graphie, lui à été  » imposé « , par un fonctionnaire juré,!…
…il devait suivre un cours, et dessiné sa signature, toujours la même,!…comme un sceau,!…Ah,!Ah,!…etc,!…

…donc,!…avec ou sans virgule,!…la mode de l’époque de jadis,!…etc,!…clair,!…

Atsue..... dit: 21 décembre 2014 à 9 h 49 min

Descend, Thierry !
Descend de là !

Je te l’ai dit cent fois, Thierry : tu es gros, petit, laid et kron à la fois ! ça fait beaucoup pour un seul troll…

Tu ne me plais pas, mais alors pas du tout et pour tout dire, je préfère JC.

Grand Caqpial dit: 21 décembre 2014 à 9 h 49 min

« Nous marchons un soir sur le flanc d’une colline

Dans le silence. Dans l’ombre de la fin crepusculo

Mon cousin est un géant vêtu de blanc

Déplacer tranquillement, tannées au visage,

Taciturne. Le silence est notre vertu.

Certains nos ancêtres ont dû bien seulement

-un grand homme parmi les idiots ou une foule de pauvres-

pour enseigner son long silence

Si toutefois (la vie dans les bois) votre loisir s’appliquait à une traduction plus judicieuse que cette proposition robomatique, ne vous gênez surtout pas d’y adjoindre votre talent quoique le sujet s’emploie à redorer le blason de notre langue française, je garde bon espoir que votre domaine s’étende concernant l’utilisation du verbe créateur au delà des frontières tant hexagonales qu’exiguës nous poussant à explorer l’alentour à cette fin d’y pouvoir déployer nos ailes colorées pour couvrir et parcourir l’étendue des nuances qui dans un mélange étudié n’oubliera pas de ravir la sensibilité des lecteurs qui ici se pressent et se marchent sur les pieds tentant de percevoir le chatoiement poétique .

Giovanni Sant'Angelo dit: 21 décembre 2014 à 9 h 40 min


…le nom de famille Sant’Angelo ou Santangelo,…
…est très souvent inter-changer par les fonctionnaires,!…et même dans les livres ,!…

…mon père signait toujours, Santangelo Francesco,…et sur son acte de mariage, c’est écrit Sant’Angelo Francesco,!…

…a un moment donné, il faut remettre les points sur les  » i « , pour ne pas se marcher sur les pieds,!…of course,!…etc,!…

J.-C. Azerty dit: 21 décembre 2014 à 9 h 37 min

Lu sur « Le Monde.fr » : il serait établi que Mohammed Merah était en réalité un agent du Mossad chargé d’organiser des actions propres à déconsidérer les Musulmans auprès de l’opinion publique française. son vrai nom serait Aaron Blumenstein.

Grand Caqpial dit: 21 décembre 2014 à 9 h 34 min

600 pour le peuple des assis , de ceux qui seront dispensés des Assises en vertu de la dérogation en cours qui réserve aux ayant-droit des dits couvreurs zingueurs et dézingués une déviation bison futé sur tous les circuits protégés par l’immunité réservée à ceux qui de part leur fonction en bénéficient, ce qui en outre ne les dispensent aucunement de s’exprimer, pour tout et ne rien dire, en langue de bois.

Giovanni Sant'Angelo dit: 21 décembre 2014 à 9 h 26 min


…mon, @,… » la vie sur les arbres « ,!…

…décidément, vous auriez mieux fait d’aller voir ailleurs , si j’y suis,!…
…etc,!…

la vie dans les bois dit: 21 décembre 2014 à 9 h 26 min

Un dernier post pour la route…
Puisqu’il y en a qui oeuvrent, de manière constructive, pour la langue française.

Extrait du lien:
« Dès sa création, l’AIPLF a préconisé la mise en place d’une institution intergouvernementale de la Francophonie. Ainsi est née en 1970 l’Agence de coopération culturelle et technique (ACCT), devenue depuis l’Agence Intergouvernementale de la Francophonie.

Tout en œuvrant pour le rayonnement de la langue française, son premier objectif, l’AIPLF se voulait le reflet et le témoin du pluralisme culturel des peuples de la Francophonie. »

http://apf.francophonie.org/spip.php?article1246

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*