de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

LE COIN DU CRITIQUE SDF

Giovanni Verga, héraut des vaincus

Giovanni Verga, héraut des vaincus

Phiippe Godoy

19

commentaires

Il faut saluer l’heureuse initiative des Editions des Belles Lettres de publier les nouvelles siciliennes de Giovanni Verga, pour plusieurs raisons. Tout d’abord la personnalité exceptionnelle de l’écrivain dans le panorama de la littérature italienne. Puis, la force d’inspiration et d’écriture des nouvelles siciliennes, et le silence  en France, autour de l’œuvre de Verga. Giovanni Verga (1840-1922) est surnommé en Italie le Zola italien. Ses romans les Malavoglia et Mastro Don Gesualdo sont étudiés dans les écoles, plus de cent vingt ans, après leur publication. Ses écrits font partie du patrimoine littéraire italien au même titre que Manzoni (auteur des […]

lire la suite .../ ...
L’impossible roman de Malraux sur la Résistance

L’impossible roman de Malraux sur la Résistance

MAMADOU ABDOULAYE LY

14

commentaires

On doit aux soins de Jean-Louis Jeannelle et d’Henri Godard l’édition récente des notes sur la Résistance de Malraux chez Gallimard. Conservés dans le Fonds André Malraux de la bibliothèque littéraire Jacques Doucet et composés de deux dossiers “Non, 1971” et “Anti-II, en cours, Morceaux Maquis”, ces fragments sur la Résistance éclairent d’un jour nouveau la période qui s’étend de la publication du dernier roman de Malraux (Les Noyers de l’Altenburg) aux Editions du Haut-Pays en 1943 et la parution de la première partie de ses Mémoires (Antimémoires) aux Editions Gallimard en 1967, d’autant que Les Noyers ne représentent que le […]

lire la suite .../ ...
Petites théories de philosophe-mélomane

Petites théories de philosophe-mélomane

PHILIPPE CASSARD

25

commentaires

Plus d’angoisse, au moment de Noël, pour les cadeaux de Maman ! Elle qui ne manquait aucun chapitre de la « Contre-histoire de la philosophie » présentée par Michel Onfray à l’Université Populaire de Caen et diffusée sur France Culture, nous lui fournissons, coffret de 10 CD après coffret, la somme gigantesque éditée par les éditions Frémaux & Associés. On frise le vingtième, mais au moins Maman a de quoi meubler sa retraite. Trêve d’ironie, pour avoir plus d’une fois prêté l’oreille à ses émissions radiophoniques, j’ai été souvent bluffé par le brio de Michel Onfray, son aisance, sa pédagogie joyeuse et […]

lire la suite .../ ...
Ne laissez pas mourir la « Quinzaine littéraire » !

12

commentaires

C’est de mort, en effet, qu’est menacée La Quinzaine littéraire : pas dans six mois, pas dans un an, comme elle l’a souvent été durant les 47 années de son existence, mais dans les semaines qui viennent. Rien d’étonnant dans la situation actuelle de la presse écrite, rien d’étonnant pour un périodique qui n’a jamais voulu se mettre « au goût du jour » et a refusé de céder aux sirènes publicitaires pour conserver la liberté et l’indépendance auxquelles il est tellement attaché. En effet, depuis 1966, La Quinzaine littéraire n’a cessé de défendre une certaine qualité de l’écriture et de la pensée, et de […]

lire la suite .../ ...
Le critique en crise d’identité

Le critique en crise d’identité

PATRICK KECHICHIAN

15

commentaires

« Je ne saurai trop recommander la vieillesse à tous les critiques littéraires. » (Jean Paulhan)  A la question « Qu’est-ce que la critique ? », on peut répondre longuement, savamment, paradoxalement. Il arrive qu’on exagère son importance ou qu’on affirme avec force qu’elle n’est rien. Et même moins que rien. Il arrive aussi que l’on réconcilie ces contraires – selon l’intérêt du moment. Parfois, conformément à une vieille tradition, on soutient que la critique, la pauvrette, ne peut avoir qu’une ambition : celle d’arriver, au mieux, à la cheville de la littérature ; en fait, si l’on en croit Pierre Jourde, son unique vocation est d’être […]

lire la suite .../ ...
La déesse aux pieds nus

La déesse aux pieds nus

THERESA REVAY

4

commentaires

D’elle, on se rappelle un fourreau sombre, un déhanchement, un gant noir. Elle, c’est Gilda. La séduction incarnée. Hollywood dans toute sa splendeur de l’après-guerre. Ce miroir aux fantasmes où se fracassent les étoiles. Ainsi, Marylin. Ainsi Rita Hayworth, la Déesse de l’Amour. « Les hommes couchent avec Gilda mais ils se réveillent avec moi. » Les étoiles ne sont pas naturelles. Leur plastique est trop parfaite, le plus souvent artificielle. L’arme imposée par les magnats des studios : un sourire immaculé. Un seul mot d’ordre : l’éclat. Mais derrière ce mirage façonné par des agents et des publicitaires, que de petites filles […]

lire la suite .../ ...
Pour saluer Apollinaire

Pour saluer Apollinaire

GUY GOFFETTE

10

commentaires

RETOUCHES AU BESTIAIRE       Le dromadaire Bel hospodar héréditaire Le prince Mony Vibescu Conquit Culculine en trois coups Il fit mieux que j’aurais pu faire Même avec quatre dromadaires          L’éléphant Bâti comme un lutteur de foire Gui gardait une âme d’enfant Il devint artiflot pour voir Comment tirent les éléphants       Le chat Je souhaite dans ma chanson Une femme comme échanson Un chat qui rit quand je suis ivre Et des amis à l’unisson Fêtant Alcools parmi les livres »                       CODA […]

lire la suite .../ ...
Italo Calvino en sa « camera ardente »

Italo Calvino en sa « camera ardente »

HARRY MATHEWS

8

commentaires

À la fin de l’été dernier (1986), alors que je voyageais en Italie, j’ai passé une semaine à Sienne où je suis arrivé deux jours avant la mort d’Italo Calvino. J’avais appris par la presse, dix jours plus tôt, qu’il avait eu une première attaque et depuis, par le truchement d’amis, j’avais pris régulièrement de ses nouvelles. Il avait subi une opération, après laquelle il avait retrouvé une autonomie et un entrain normaux; puis une forte fièvre l’avait obligé à retourner dans un ser- vice de soins intensifs; nouveau coma, nouvelle attaque. Le soir de mon arrivée à Sienne, j’ai […]

lire la suite .../ ...
Dario Fo, l’indigné

Dario Fo, l’indigné

PATRICK FERLA

16

commentaires

En création à Genève au Théâtre de La Comédie, dès le 10 avril à Malakoff, voici On ne paie pas, on ne paie pas de Dario Fo, dans une mise en scène du comédien Joan Mompart. Un spectacle enlevé, une belle réussite pour les cent ans du théâtre que dirige Hervé Loichemol, saison anniversaire placée sous le signe d’un répertoire résolument engagé dans son temps. Un théâtre qui tente de « retrouver la joie d’une époque où la citoyenneté avait un sens et le peuple une réalité. Où celui-ci inspirait la vie sociale, dessinait un avenir, orientait la vie artistique et […]

lire la suite .../ ...
Quelles « Oeuvres » pour George Steiner ?

Quelles « Oeuvres » pour George Steiner ?

DONATIEN GRAU

31

commentaires

Vient de paraître, chez Gallimard, un volume passionnant, construction riche de suggestions, de paradoxe et de problèmes: les Œuvres de George Steiner. Conçu par l’auteur lui-même, en dialogue avec Pierre-Emmanuel Dauzat, il permet de saisir dans une perspective synoptique l’ensemble de sa production, et d’y jeter un regard neuf, puisque pris dans l’horizon d’une forme de totalité. L’ouvrage lui-même impose une lecture de cette totalité, par la sélection, il guide le lecteur vers une certaine idée du penseur entre les langues. Après la préface de Pierre-Emmanuel Dauzat, le traducteur d’une grande partie des écrits de George Steiner, celui dont ce […]

lire la suite .../ ...