de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

LE COIN DU CRITIQUE SDF

Le critique en crise d’identité

Le critique en crise d’identité

PATRICK KECHICHIAN

15

commentaires

« Je ne saurai trop recommander la vieillesse à tous les critiques littéraires. » (Jean Paulhan)  A la question « Qu’est-ce que la critique ? », on peut répondre longuement, savamment, paradoxalement. Il arrive qu’on exagère son importance ou qu’on affirme avec force qu’elle n’est rien. Et même moins que rien. Il arrive aussi que l’on réconcilie ces contraires – selon l’intérêt du moment. Parfois, conformément à une vieille tradition, on soutient que la critique, la pauvrette, ne peut avoir qu’une ambition : celle d’arriver, au mieux, à la cheville de la littérature ; en fait, si l’on en croit Pierre Jourde, son unique vocation est d’être […]

lire la suite .../ ...
La déesse aux pieds nus

La déesse aux pieds nus

THERESA REVAY

4

commentaires

D’elle, on se rappelle un fourreau sombre, un déhanchement, un gant noir. Elle, c’est Gilda. La séduction incarnée. Hollywood dans toute sa splendeur de l’après-guerre. Ce miroir aux fantasmes où se fracassent les étoiles. Ainsi, Marylin. Ainsi Rita Hayworth, la Déesse de l’Amour. « Les hommes couchent avec Gilda mais ils se réveillent avec moi. » Les étoiles ne sont pas naturelles. Leur plastique est trop parfaite, le plus souvent artificielle. L’arme imposée par les magnats des studios : un sourire immaculé. Un seul mot d’ordre : l’éclat. Mais derrière ce mirage façonné par des agents et des publicitaires, que de petites filles […]

lire la suite .../ ...
Pour saluer Apollinaire

Pour saluer Apollinaire

GUY GOFFETTE

10

commentaires

RETOUCHES AU BESTIAIRE       Le dromadaire Bel hospodar héréditaire Le prince Mony Vibescu Conquit Culculine en trois coups Il fit mieux que j’aurais pu faire Même avec quatre dromadaires          L’éléphant Bâti comme un lutteur de foire Gui gardait une âme d’enfant Il devint artiflot pour voir Comment tirent les éléphants       Le chat Je souhaite dans ma chanson Une femme comme échanson Un chat qui rit quand je suis ivre Et des amis à l’unisson Fêtant Alcools parmi les livres »                       CODA […]

lire la suite .../ ...
Italo Calvino en sa « camera ardente »

Italo Calvino en sa « camera ardente »

HARRY MATHEWS

8

commentaires

À la fin de l’été dernier (1986), alors que je voyageais en Italie, j’ai passé une semaine à Sienne où je suis arrivé deux jours avant la mort d’Italo Calvino. J’avais appris par la presse, dix jours plus tôt, qu’il avait eu une première attaque et depuis, par le truchement d’amis, j’avais pris régulièrement de ses nouvelles. Il avait subi une opération, après laquelle il avait retrouvé une autonomie et un entrain normaux; puis une forte fièvre l’avait obligé à retourner dans un ser- vice de soins intensifs; nouveau coma, nouvelle attaque. Le soir de mon arrivée à Sienne, j’ai […]

lire la suite .../ ...
Dario Fo, l’indigné

Dario Fo, l’indigné

PATRICK FERLA

16

commentaires

En création à Genève au Théâtre de La Comédie, dès le 10 avril à Malakoff, voici On ne paie pas, on ne paie pas de Dario Fo, dans une mise en scène du comédien Joan Mompart. Un spectacle enlevé, une belle réussite pour les cent ans du théâtre que dirige Hervé Loichemol, saison anniversaire placée sous le signe d’un répertoire résolument engagé dans son temps. Un théâtre qui tente de « retrouver la joie d’une époque où la citoyenneté avait un sens et le peuple une réalité. Où celui-ci inspirait la vie sociale, dessinait un avenir, orientait la vie artistique et […]

lire la suite .../ ...
Quelles « Oeuvres » pour George Steiner ?

Quelles « Oeuvres » pour George Steiner ?

DONATIEN GRAU

30

commentaires

Vient de paraître, chez Gallimard, un volume passionnant, construction riche de suggestions, de paradoxe et de problèmes: les Œuvres de George Steiner. Conçu par l’auteur lui-même, en dialogue avec Pierre-Emmanuel Dauzat, il permet de saisir dans une perspective synoptique l’ensemble de sa production, et d’y jeter un regard neuf, puisque pris dans l’horizon d’une forme de totalité. L’ouvrage lui-même impose une lecture de cette totalité, par la sélection, il guide le lecteur vers une certaine idée du penseur entre les langues. Après la préface de Pierre-Emmanuel Dauzat, le traducteur d’une grande partie des écrits de George Steiner, celui dont ce […]

lire la suite .../ ...
L’utopie meurtrière des Khmers rouges

L’utopie meurtrière des Khmers rouges

FRANCOIS HAUTER

8

commentaires

Dans le cortège des siècles derniers, les dictateurs et autres idéologues sanguinaires se sont bousculés. Qu’ils soient religieux, les  Savonarole, John Knox , Calvin, Khomeiny ou Ben Laden  ont voulu tuer la beauté sur terre  et transformer le monde en une institution de morale.  Lorsqu’ils étaient laïcs, les Robespierre, Lénine, Hitler, Mao ou la dynastie des Kim en Corée du Nord ont, par leurs persécutions et exécutions, déshonorés l’humanité. Entre le 17 avril 1975 et décembre 1979, Pol Pot a torturé un peuple, le sien, réputé tellement paisible que ce massacre frappe encore les esprits. Le Cambodge, jusqu’à ce jour, […]

lire la suite .../ ...
Vous êtes sûr que ça va, Jean-Claude Grumberg ?

9

commentaires

 » Ca va ? –  Pas des masses, figure-toi que… – Stop attention, je te signale que tu t’apprêtes à franchir la ligne jaune. – Quelle ligne jaune ? – Je te dis en passant « ça va », et toi, au lieu de me dire « pas mal et toi ? », tu t’arrêtes et tu t’apprêtes à me raconter ta vie. – Je m’apprête à répondre à ta question, oui. – Je ne t’ai pas posé de question, je t’ai dit « ça va », comme j’aurais pu te dire « bonjour ».  Avec deux petits mots faciles comme un coup de fil (et le bonjour qui va avec), Jean-Claude […]

lire la suite .../ ...
Lance Armstrong fut Coppi conforme à Fausto

Lance Armstrong fut Coppi conforme à Fausto

BERNARD MORLINO

10

commentaires

Fausto Coppi (1919-1960) a de la chance dans son malheur. Situons-nous au plan de la notoriété car on sait qu’il est mort après avoir contracté la malaria. Si le campionissimo avait établi son superbe palmarès dans les années 1990-2000, il serait actuellement déchu de tous ses titres de gloire car on fait subir une disgrâce à Lance Armstrong alors que Fausto Coppi a toujours répondu que la « bomba» était le secret de son insolente réussite. La « bomba » étant un cocktail d’amphétamines qui lui donnait des ailes dans les cols. A l’origine du Tour de France, il était convenu que les […]

lire la suite .../ ...
Claude Simon, un latin qui écrase sa montre

Claude Simon, un latin qui écrase sa montre

JACQUES-PIERRE AMETTE

156

commentaires

En 2006, Claude Simon  entrait  en pléiade . Il était mort le 6 juillet 2005, mais dans ses dernières années, il avait lui-même choisi les textes (faut-il dire » romans » ou longs poèmes ?) qui figureraient dans ce volume. Il y avait  bien sûr, son grand livre  matriciel La route des Flandres, mais aussi Le vent, Le palace, La chevelure de Bérénice, La bataille de Pharsale, Triptyque,  Le jardin des plantes.  Et aussi  le Discours de Stockholm de ce nobélisé. L’ensemble était  somptueux. Ce choix personnel est aujourd’hui complété par un second volume. Il rassemble  ses écrits  des débuts L’herbe »(1958), Histoire […]

lire la suite .../ ...