de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
David au Congo, Conrad en embuscade

David au Congo, Conrad en embuscade

On disait dans les années 1970 que le Zaïre était le seul pays au monde qui ait jamais imaginé que la Belgique était une grande puissance. Ce trait ne se trouve pas dans le livre autrement plus sérieux de David van Reybrouck Congo. Une histoire (Congo. Een geschiedenis, traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin, 711pages, 28 euros, Actes sud). A la surprise générale, cet essai historique touffu, qui entreprend de retracer l’histoire multiséculaire d’un pays africain, figure dans les listes des meilleures ventes depuis deux ans en Belgique et aux Pays-Bas ; il a été couronné successivement par le prix Libris Histoire, le prix AKO (le Goncourt néerlandais) et en France par le Médicis essai, le prix du meilleur livre étranger et le prix Aujourd’hui. N’en jetez plus ! (en général, au-delà de trois, c’est signe qu’on ne donne plus un prix à un écrivain, mais un écrivain à un prix). Il est vrai aussi qu’il est sorti en 2010, année de la commémoration du cinquantenaire de l’indépendance du Congo. L’auteur a d’ailleurs annoncé qu’il consacrerait une partie de l’argent de ces récompenses à aider les écrivains congolais ainsi que l’ONG la plus active sur le terrain, Human Rights Watch, ce qui est bien dans l’esprit de son engagement (il préside le Pen-Club flamand).

Le Congo a été artificiellement créé de manière arbitraire à la fin des années 1870 par Léopold II et  l’explorateur Henry Morton Stanley, à Ostende, devant une carte encore assez vierge correspondant au bassin du Congo. Pour le roi des Belges, c’était un investissement : il y avait misé une partie de sa fortune sur les débouchés du commerce de l’ivoire. Mais c’est finalement la soudaine demande mondiale de caoutchouc, grâce à l’invention du pneu par Dunlop, qui lui permit de s’enrichir bien au-delà de ses prévisions. Dans la dernière partie du XXème siècle, le cuivre, l’uranium, le coltan furent le nouvel or noir.

Après une longue introduction qui court jusqu’en 1850, en se basant notamment sur les traces archéologiques, manière de rappeler que le pays n’est pas né le jour de l’arrivée de Stanley, l’auteur s’est attaché au vécu des deux guerres mondiales et de la colonisation belge. Celle-ci est décrite comme paternaliste, catholique, lente et rangée sous la bannière de la sainte-trinité Industrie-Eglise-Etat. Relire Tintin au Congo ! La caricature est criante de vérité. Seize diplômés universitaires pour tout le pays au moment de l’indépendance alors que c’était le plus alphabétisé de l’Afrique subsaharienne. Une poignée de cadres pour un immense territoire. Tel fut le paradoxe congolais. Aujourd’hui, ce serait plutôt : Etat faible, nation forte. L’enquêteur n’élude aucune responsabilité, ni celle des Belges lorsqu’ils sont partis, ni celles de Mobutu et des Kabila père et fils. Archéologue et anthropologue de formation, il montre que, loin de diminuer, le tribalisme (tutsi, hutu etc) s’est renforcé au fur et à mesure de la colonisation, avec le génocide que l’on sait au bout du chemin ; c’est l’originalité du regard décentré qu’il pose sur une histoire et une région maintes fois scrutées, qui fait l’intérêt de son livre.

On ne dira pas que « ça se lit comme un roman », lieu commun insupportable que la presse nous a resservi dans un bel élan à l’occasion de la parution de ce livre, oubliant que beaucoup de romans se lisent mal et pesamment. En me laissant emporté, j’avais plutôt l’impression de descendre tranquillement un fleuve à bord d’un African Queen rafistolé dont Joseph Conrad aurait été le capitaine de fortune. Car on est littéralement embarqué dans l’enquête (ici des extraits). Si le récit est chronologique, le traitement est original. Ce que les Américains appellent de la « literary non fiction » : il emprunte ses techniques, avant de les mêler, autant au journalisme, au roman qu’à l’histoire académique (il a été chercheur à l’université catholique de Louvain), en racontant les événements à travers le passé des vrais gens, que ce soit des personnages historiques ou des anonymes et des petites gens à partir de témoignages oraux (en se servant des réseaux sociaux pour retrouver les témoins les plus âgés), d’anecdotes, de choses vues (les chasseurs d’esclaves, le roi et les mains coupées..), de faits divers, de tranches de vies. Il a également recouru à des archives écrites, bien qu’en 1908, au moment où Léopold II a rétrocédé le pays à la Belgique qui n’en voulait pas vraiment (car le Congo était sa propriété personnelle, comme le reconnut la conférence de Berlin en 1885), il a fait détruire nombre de documents, sans parler des papiers officiels disparus lors des pillages successifs.

L’auteur a voulu rendre la complexité de cette histoire dans une forme simple et accessible, en s’intéressant davantage aux ressources humaines qu’à celles du sous-sol, et en conservant à l’esprit un conseil de Gramsci : “Il faut combiner le pessimisme de l’intelligence à l’optimisme de la volonté.” Naïf, van Reybrouck ? Peut-être a-t-il un côté « David au Congo » dans certaines pages où l’Histoire est revisitée avec des bons sentiments et un prisme humanitaire. L’enquête n’en est pas moins impressionnante, et le récit, captivant. C’est si bien fait que c’est de nature à intéresser même ceux qui ne savent rien de toute l’affaire et n’auraient jamais crû qu’ils liraient un jour quelque sept cents pages sur le passé de cet immense pays dévasté (l’auteur s’en explique ce lundi à 17h20 sur France 3 chez Olivier Barrot).

Même lorsqu’il évoque l’actuelle présence chinoise au Congo, David van Reybrouck fait un pas de côté en ce qu’il se refuse à la diaboliser en en faisant un néo-colonialiste de plus. Il la voit même comme le moyen original de lutter contra la corruption puisque les ressources énergétiques que Pékin prend au Congo, Pékin les paie en contrepartie de constructions de routes, aéroports etc et on se doute qu’ »il est toujours plus difficile de faire glisser un hôpital dans les poches d’un ministre qu’une enveloppe.”

 “Une chose est restée intacte : l’identité nationale. C’est étonnant, parce qu’on ne peut pas dire que le sentiment national ait été nourri ces dernières années. Malgré les conflits qui ont divisé le pays, il y a toujours un grand nationalisme. Pour la plupart des Congolais, leur pays n’est pas une construction artificielle. Il y a une grande fierté d’appartenir à cette nation, mais aussi une certaine honte de l’état de l’État.”

Traduit dans de nombreux pays et très bien accueilli, Congo, une histoire, que l’on aimerait rebaptiser plutôt Congo, des histoires, n’a pas convaincu tous les Congolais, on s’en doute ; mais il est intéressant de relever que ses critiques les plus hostiles lui reprochent surtout son traitement de la personne et de l’action du premier ministre assassiné Patrice Lumumba. La RDC, David van Reybrouck, 43 ans, y a beaucoup été pour les besoins de ses recherches mais il n’a pas vécu au Congo. Du moins pas directement. Par procuration, par l’imaginaire, par l’inconscient : son père était ingénieur aux chemins de fer du Bas-Congo-Katanga à Likasi au moment de la sécession. A la réflexion, il eut peut-être fallu commencer par là.

(« Couverture du livre « Congo, une histoire » photo D.R.; « David van Reybrouck pendant son enquête » photo Stephan Van Fleteren)

Cette entrée a été publiée dans Histoire, littérature.

670

commentaires

670 Réponses pour David au Congo, Conrad en embuscade

bouguereau dit: 25 juillet 2013 à 18 h 13 min

Une menthe à l’eau, Josette !

ça me rappelle le temps où le loufiat te ramenait un vittel menthe..pour t’enculer..un cazusse bélli

bouguereau dit: 25 juillet 2013 à 18 h 09 min

quignard donnerait son onction quand tu te fais l’antiprétre de la défascination jean marron..je te vois assez bien avec des oripeaux de franc maçon..t’as plus de gueule que rénato avec sa mitre de cardinal filoutée aux puces

John Brown dit: 25 juillet 2013 à 18 h 04 min

Jack-Alain a sauté. Bernadette a cané. Johnny flageole. Popaul ne se sent pas bien. Moi je tiens, mais pour combien de temps ?
N’empêche que, né en mai 40, à cinq ans j’avais déjà enterré bien un demi-milliard de mes semblables, trépassés dans des conditions souvent pas catholiques. Je calcule qu’à l’heure qu’il est, j’ai dû enterrer plusieurs fois la population totale de la planète. Le pied, quand j’y pense.

John Brown dit: 25 juillet 2013 à 17 h 57 min

Sur la table du Jack-Alain Léger, on a trouvé ce billet :  » Ma mère n’a pas réussi à se suicider. Moi si. »

Non mais quel connard ! Qu’est-ce que t’en savais de la vocation de ta génitrice au suicide ? Parle pour toi, infecte ordure ! sous-merde pseudo-littéraire ! Ah ! comme ça aurait été le pied de partir avec manman dans le ventre de manman, hein Jacky, c’est ça que ça veut dire, au fond ? L’inceste idéal, pour ainsi dire. Immonde cochon. Fiottesque troul du cul. Oedipien usque ad embryonem. Et ton papa, qu’est-ce qu’il en pensait, ton papa ? Tu lui as demandé son avis à papa ? C’est ton papa qui a baisé ta maman, et toi tu l’auras eu bien au fond et sans vaseline. Chacun son truc.

Jack-Alain Léger aura donc tout raté, même son billet d’adieu. Crachons sur le cadavre de l’immonde.

Plaf !

Ptah !

Ah! ça fait du bien de se lâcher. On étouffe dans cette maison de retraite. Le mouroir popaulinien. Une menthe à l’eau, Josette !

u. dit: 25 juillet 2013 à 17 h 50 min

Irino, dites à Irina de ne pas tenter le diable:

Un homme présenté comme le « consultant politique » des Femen, Viktor Sviatski, a révélé jeudi avoir été violemment frappé près des locaux du mouvement féministe à Kiev, un acte dénoncé comme une intimidation à la veille d’une visite de Vladimir Poutine.

« Ils sont arrivés des deux côtés, ont lancé des phrases comme +Maintenant c’est toi, les filles seront les prochaines+, et c’est tout ce dont je me souviens », a déclaré Viktor Sviatski, à la télévision ukrainienne.

(Dédé, fais pas l’con)

L'ami de D dit: 25 juillet 2013 à 17 h 21 min

Voyons, JC, Irina n’est pas vraiment D. Disons qu’elle lui ressemble, mais ça ne va pas au-delà. Demandez à Thierry. Il ne s’y tromperait pas.

de la bite coudée aux nichons exposés dit: 25 juillet 2013 à 17 h 07 min

« ce type sympa était capable de changer de sexe en dix minutes ! »

Un exibitionniste intégral !

JC dit: 25 juillet 2013 à 16 h 58 min

Irina, il y avait un type extraordinaire ici, nommé D., (qui est parti compte tenu du niveau, je comprend ça, la canicule universitaire est la pire des oppressions), ce type sympa était capable de changer de sexe en dix minutes !

Vous le connaissiez ?…

Irina Stolichnaya dit: 25 juillet 2013 à 16 h 53 min

Il me semble en effet risqué d’évoquer un essai historique touffu de 711 pages sur le Congo en pleine canicule. Un petit roman frais et léger prenant place en Norvège aurait été certainement mieux accueilli.

Irina Stolichnaya dit: 25 juillet 2013 à 16 h 46 min

Je pense que si Pierre Assouline écrivait des billets plus littéraires, je veux dire davantage axé sur des livres qu’on lit, il y aurait plus d’audience. Je serais lui, je me recentrerais et je ferais attention de pas trop me diversifier. Cela dit je concevrais que ça demeure un avis très personnel.

Irina Stolichnaya dit: 25 juillet 2013 à 16 h 40 min

Finalement ce sera du bleu d’Auvergne; je me souvenais plus que j’avais fini le reblochon hier soir.

Irina Stolichnaya dit: 25 juillet 2013 à 16 h 38 min

Je vais manger un bout de reblochon pour mon quatre heure. Le temps de regarder si le thermomètre me le permet..

JC dit: 25 juillet 2013 à 16 h 37 min

Asensio n’a aucun problème ! Un type qui écrit sans sourire le moins du monde :

« un simple survol des différents articles mis en ligne sur Stalker montre amplement, je crois, le sérieux, disons, tout universitaire justement, de mon travail »

non seulement jouit d’une lucidité exceptionnellement sûre, mais semble aussi développer des qualités d’humoriste rentré, qui ne demandent qu’à s’épanouir … Admirable combattant !

Phil dit: 25 juillet 2013 à 16 h 07 min

Rubalcaba (connaissez Rubirosa ? une connaissance à tkt. décidément), l’important est de causer littérature entre deux conneries et pas l’inverse.
Viens de lire le touite sur Asensio. m’est avis que l’homme a des petits problèmes. vieilli pas bien. le coup de la pomme qui pourrit dans l’arbre, comme le dit bien Morand. baroz, green aussi appréciait le mensch anglo-saxon et la culture latine. on serfait pas.

Rubalcaba dit: 25 juillet 2013 à 15 h 33 min

Et j’aimerais bien que Pierre Assouline nettoie de temps en temps un blog qui ressemble de plus en plus aux Ecuries d’Augias. Bonne journée.
MC

Le problème, c’est que, si Assouline efface les posts de JC, u. rendra son tablier par solidarité. Or, si u. s’en va, C.P. aussi. Et, si les posts effacés sont ceux de TKT, alors c’est Phil qui se sentira frustré.

JC dit: 25 juillet 2013 à 15 h 00 min

C’est parce que je sais que nous n’avons pas le droit de nous moquer de gens bien élevés et courtois comme l’ami Court que je me permet de le prénommer Hercule, demi-dieu s’attelant à la tâche impossible : transformer l’agora passoulinienne en mouroir popaulinien, bien propre.

Sans transgression, point de vie.

JC dit: 25 juillet 2013 à 14 h 53 min

Hercule Assouline nettoiera t il les Ecuries d’Augias avec l’aide d’Hercule Court, pendant qu’Hercule JC traine en chaise longue, en lisant Sterne ?

Vous le saurez en suivant le prochain épisode de notre feuilleton congolais intitulé « Et ma menthe à l’eau, c’est pour aujourd’hui ou pour demain, bwana ? »

gerard dit: 25 juillet 2013 à 14 h 39 min

« Je viens ici seulement pour des questions d’ordre littéraires, pas des fixettes de cour de récréation. »

à force de sauter par-dessus les chiures multi quotidiennes du pervers de PQ on se lasse en effet
mais si vous estimez que le racisme fait partie des fixettes de récré, vous êtes ma barré

John Brown dit: 25 juillet 2013 à 14 h 34 min

Et j’aimerais bien que Pierre Assouline nettoie de temps en temps un blog qui ressemble de plus en plus aux Ecuries d’Augias.( rédigé par Court)

Après nettoyage, restera plus grand’chose. C’est pas les posts de Court qui feront remonter l’audience. Une autre menthe à l’eau.

John Brown dit: 25 juillet 2013 à 14 h 30 min

Et j’aimerais bien que Pierre Assouline nettoie de temps en temps un blog qui ressemble de plus en plus aux Ecuries d’Augias.( rédigé par Court)

Pauv’ chéri. Chochotte va. Resservez-moi une menthe à l’eau.

court dit: 25 juillet 2013 à 14 h 26 min

Puisqui’on se permet de citer en bonne compagnie mon nom,J’avoue ne songer ni à partir, ni à savoir quelle est d’abord la couleur politique de tel ou tel.Je viens ici seulement pour des questions d’ordre littéraires, pas des fixettes de cour de récréation. Et j’aimerais bien que Pierre Assouline nettoie de temps en temps un blog qui ressemble de plus en plus aux Ecuries d’Augias. Bonne journée.

MC

John Brown dit: 25 juillet 2013 à 14 h 17 min

Ce nègre à lunettes n’est pas excessivement beau. Déjà qu’avec cette canicule, à la maison de retraite, c’est dur. Au moins, à la une du « Monde » d’aujourd’hui on a pensé à nous rafraîchir avec une photo de Valerie June en train de caresser un manche de guitare dans le sens du poil. C’est cool. Coolissime même. Marre du dolorisme humanistico-judéo-christiano-lumumbique. Chier. Et ma menthe à l’eau, c’est pour aujourd’hui ou pour demain ?

JC dit: 25 juillet 2013 à 14 h 13 min

Monsieur U. vient d’être relâché : il s’agissait d’une erreur de voyelle. Arrêté, Monsieur O., l’exhibitionniste de la Chapelle Sixtine recherché, est en garde à vue.

Manoel Vulls se félicite du travail d’investigation de ses sergents de ville. Un succès de plous à porter à son uctof.

JCmoisi dit: 25 juillet 2013 à 13 h 10 min

@JC « Vos atteintes à ma liberté d’expression »

c’est le goulag
si on peut plus faire du racisme meeerde

mamie zinzin dit: 25 juillet 2013 à 13 h 04 min

rigthal dit: 25 juillet 2013 à 11 h 27 min
Si tous les commentateurs de droite s’en vont, la RdL sera très dépeuplée

Rien que des fameux critiques littéraires, convoités par l’avant garde intellectuelle mondiale telle que Minute l’Express le Fig aro

les psychiatres de pq dit: 25 juillet 2013 à 12 h 56 min

l’adolf de pq qui aspire à une planète fascisante, très ébranlé par l’élection d’un président « socialo » et les évènements d’Egypte craint d’autres soulèvements anti « frères », ce qui de la restreindrait son champ de haine et de paroles vomitives

Fromage et dessert dit: 25 juillet 2013 à 12 h 51 min

« Du fromage ? par cette chaleur ? »

Un petit morceau de calenzana asticotés, un casa avec une goutte d’eau (du village), une figue et sieste à volonté.

arte povera dit: 25 juillet 2013 à 12 h 42 min

« Du fromage ? par cette chaleur ? »

Un picodon, quelques olives, un coup de rosé, ça me paraît convenir aux temps chauds.

dernière minute dit: 25 juillet 2013 à 12 h 32 min

Le forcené s’en serait pris aux forces de l’ordre en criant : « C’est parti, mon coucou ! C’est partout mon kiki ! Où qu’elle est Irina, où qu’elle est que je l’en…(inaudible) ! »

Faron, faraud, même tonneau dit: 25 juillet 2013 à 12 h 30 min

JC dit: 25 juillet 2013 à 9 h 54 min
Normal ! On ne rentre pas dans la Grande Histoire en sortant des Petites Blagues …

Et il en sait quelque chose l’allumé de la rade.
L’aurait voulu être Galois, n’est que la copie de Séguala.

dernière minute dit: 25 juillet 2013 à 12 h 29 min

dépêche AFP : monsieur U. (nous ne donnerons que son initiale) vient d’être appréhendé pour exhibitionnisme sur un espace public.

u. dit: 25 juillet 2013 à 12 h 24 min

Pas la peine de faire un régime, Inna, vous êtes superbe avec vos seins nus et votre couronne de fleurs.

Votre groupe de copines est parfois un peu un peu sectaire mais ce n’est pas bien grave, JC vote pour vous les yeux ouverts.

Irina Stolichnaya dit: 25 juillet 2013 à 12 h 19 min

Qu’est-ce que la synergie sucre/acide lactique ?
Je fais justement un régime en ce moment et cela pourrait me concerner.

Nouvelles Rombières dit: 25 juillet 2013 à 11 h 57 min

Vous avez adoré le printemps égyptien ? les élections libres, librement truquées ? Vous allez adorer notre voyage organisé  » Une Guerre Civile, en direct ! »

Réduction de 70% aux égyptologues, aux femmes excisées et aux coptes.

Phil dit: 25 juillet 2013 à 11 h 52 min

oui baroz. que des encaisseurs. vous savez sûrement que les germaniques (autrichiens) ont édité aussi leurs « goût de.. » mais pour les villes seulement: Wieser qu’ils s’appellent. Belle couverture rigide, beau papier et prix trois fois celui des Français. Le différentiel économique que « not’président » veut pas reconnaître.

JC dit: 25 juillet 2013 à 11 h 43 min

Que dieu me damne si je reparais sur ce blog, pourtant source de joie prestigieuse, cénacle moisi qui apportait un peu de lumière à mes ténèbres post-euclidiennes…

Je pars, je pars ! Je le jure sur la tête de Stéphane le Foll !

rigthal dit: 25 juillet 2013 à 11 h 27 min

Si tous les commentateurs de droite s’en vont, la RdL sera très dépeuplée : Sergio, Court, C.P., u., JC, Baroz, Phil, Paul Edel, renato, John Brown, bouguereau…

Phil dit: 25 juillet 2013 à 11 h 24 min

wo steckt denn der lieber tkt ?…malgré tout pas mal fait « ces goût de »..quand les références données sont originales.
Décimo, c’est lui qu’a eut l’idée, dear baroz ? ou seulement un encaisseur ?

JC dit: 25 juillet 2013 à 11 h 19 min

Je m’en vais définitivement ! Vos atteintes à ma liberté d’expression sont intolérables de lapin.

C’est D. qui a raison : vous ne nous méritez pas … Ciao ! je ne reviendrai plus, je le jure sur le chef de Benoit Hamon.

Phil dit: 25 juillet 2013 à 11 h 17 min

Baroz, trouvé hier « le goût du mont blanc »..me suis dit: la collection à baroz, top-là ! tkt dans les parages, l’aurait acheté aussi; à cause du stylo.

Sant'Angelo Giovanni dit: 25 juillet 2013 à 11 h 10 min


…vraiment rien à cirer,…

…comme nous contait l’autre volaille,…
… » être ou ne pas être,…riche,… »,…
…déjà,…il faut une culture pour pauvres d’esprit, le coeur riche, plein de  » Montjoie « ,…
…et culs-turés du couvent Saint-Denis,…les saintes-alignées de l’académie des biches Ô ma biche,…du Pater-Noster moisie,…de l’enclume,…à deux balles,…etc,…
…l’évolution de la stylistique des troubadours – saltimbanques,…Oh,…doucement,…pas de giclées sur le tabernacle des coeurs à l’oasis,…etc,…
…Alors, ce Magnum çà avance,…ce glacé laisser pour transparent,…fraîche la gueule et piqué des nuages,…c’est scandaleux,…etc,…envoyez,…
…etc,…Bip,…Bip,…Ah,…etc,…

JC dit: 25 juillet 2013 à 10 h 57 min

Cher Jacky,
Nous arrêterons notre lamento sur la situation politique en France, lorsque tu arrêteras de nous infliger tes histoires d’anus qui n’intéressent que toi …

daniel dit: 25 juillet 2013 à 10 h 42 min

Courageux mais pas téméraire avec ses blagues raciste, son humour salace, il s’amuse (humour « roumain » comme il dit?) à salir l’équipe élue et n’a jamais osé élevé la moindre critique contre la bande de truands et malfrats qui n’ont jamais fait que voler et dégrader

JC dit: 25 juillet 2013 à 10 h 08 min

Mais non, papi zinzin, je suis comme Patrice Lumumba : grande gueule de héros, mais complètement à côté de la plaque. Bon à rien. Même pas noir. Juste ce qu’il faut de pèze pour vivoter au pays des droits de Lhom, là où un connard suffisant paie les amendes des niquabées, sans être inquiété.

JC dit: 25 juillet 2013 à 9 h 54 min

Quand bien même le Pépère François Cheveuxteints ressemblerait à Schwarzenegger jeune, il resterait ce personnage d’opérette, ce garçon de bain au sourire niais, flottant dans des habits d’Etat trop grands pour lui…

Comme disait l’Agité des Africains : « Il n’est jamais rentré dans l’Histoire ».

Normal ! On ne rentre pas dans la Grande Histoire en sortant des Petites Blagues …

renato dit: 25 juillet 2013 à 9 h 47 min

Du fromage ? par cette chaleur ? et assez pour faire de l’embonpoint ? Il faudrait prêter attention à la synergie sucre / acide lactique…

JC dit: 25 juillet 2013 à 9 h 40 min

« La contamination des cours d’eau en France est « quasi généralisée » « (afp): enfin une bonne nouvelle! ça au moins c’est réellement moderne et ça fait ch les bobos islamogochos

u. dit: 25 juillet 2013 à 9 h 36 min

C’est un peu humiliant cette façon d’imposer un imaginaire monarchique à notre peuple de sans-culottes.
Quel sera le nom du lardon?
Sera-t-il circoncis? (question plus intéressante, posée par le Figaro dans un article bâclé).

Nous avons aussi nos menus événements républicains.
François, si svelte avant son élection, s’est un peu enrobé.
Valérie a donné en direct la clé de l’énigme.
« Aujourd’hui, il reprend du fromage ».

Eh bien, tout le monde s’en fout.

remarque dit: 25 juillet 2013 à 9 h 34 min

« Dans ces cas là on se contente de l’initiale. »

Faut être précis sinon ça peut prêter à con fusion bien qu’avec k taré de pq on sache à quoi s’en tenir

JC dit: 25 juillet 2013 à 9 h 10 min

Irina,
Le Boug fait effectivement partie des forces spéciales russes : les fameux Commandos Gode-Ceintures (Пояса команд боевика)

On se souvient de son interview expliquant son travail lors de l’exfiltration du patriarche de Constantinople, coincé deux jours dans les chiottes par un groupe de Femen Nuns ukrainiennes.

bouguereau dit: 25 juillet 2013 à 9 h 01 min

Irina Stolichnaya dit: 24 juillet 2013 à 21 h 21 min
Comment vous savez tout ça, Bouguereau ? Vous faites partie des forces spéciales ?

matte un peu jicé..moi quand je cut et past un gros bout de wiki tout de suite je suis oss117..et quand que c’est renato qui filoute un tout petit bout il est choppé direc..

william dit: 25 juillet 2013 à 7 h 31 min

« 77 morts dans le déraillement en Espagne
monde – 25-07-13 La catastrophe ferroviaire à l’entrée de la gare Saint-Jacques-de-Compostelle a fait au moins 77 morts et 143 blessés sur les 222 passagers. Une enquête est en cours pour déterminer les causes de l’accident. »AFP

ça coule de source :jicé grobof sait qui c’est qu’a fait ça

JC dit: 25 juillet 2013 à 7 h 06 min

 » confié au polonais Laski qui a imaginé un dispositif stochastique dans lequel des répliques choisies aléatoirement dans l’œuvre du Barde doivent interroger la modernité du texte. »

Quelle merveilleuse idée …. interroger la modernité du texte…. ouais…. faut voir !

CRAN dit: 25 juillet 2013 à 7 h 04 min

Sant’Angelo Giovanni dit: 25 juillet 2013 à 0 h 00 min
« un tient vaut mieux que deux tu l’auras,… »

Un Tin vaut mieux que deux Taubira

50 nuances d'allégresse dit: 25 juillet 2013 à 0 h 46 min

Tandis que dans le OFF on peut se divertir en allant applaudir ‘Hamlet brise menu : Ophelie aussi’, un spectacle plein d’allant qui mélange avec bonne humeur les plus célèbres répliques de Shakespeare, au théâtre du Grand Placard, tous les jours à 07H15.

Sant'Angelo Giovanni dit: 25 juillet 2013 à 0 h 00 min


…c’est pas possible,…Non,…racontez que,…un tel,…avec un autre tel quel,…se mis en charge de collaborer à Guillaume tell,…pour des histoires de W.Closets,…pour quoi faire,…et du j’ai tout vu,…j’était en première ligne,…avec la patate chaude,…

…c’est pas possible,…çà nous avance à quoi pour aller ou,…c’est pas possible des détails de j’ai pisser dans ma culotte,…le jour du débarquement,…çà sert à rien,…

…les bidasses à s’en foutre pour s’envoyer en l’air,…avec des précisions obsolètes,…enfin,…
…et avec çà sans châteaux,…enfin,…encore du beurre,…de croissance,…etc,…quel résumé,…
…et dire,…que le roi Léopold II,…avait déjà soustrait aux belges,…autant d’argent d’impôts et commissions,…en moins d’une génération, puisque juste après Léopold I,…pour achetez pour lui tout seul, tout le Congo,…
…au terme d’aujourd’hui,…les Cobourg’s & C°,…peuvent surement s’achetez le monde entier,…
…sauf moi,…qui n’est pas à vendre et hors de prix,…une véritable peau de vache sans châteaux aux bites électroniques,…

…au suivant,…un peu de nerf, et queue çà saute une fois de plus ou de moins,…mais qu’on s’amuse bien un fois,…
…un français de diplomate à deux balles sur le trône,…en attente de tirer la chasse aux parfums des mouches d’or pharaoniques,…
…avant J.C,…c’est que çà date,…la mare aux canards,…et les valises de diamants diplomatiques et concessions offshore in Show-Ah,…
…un donné pour un reçu,…un tient vaut mieux que deux tu l’aura,…ces vaines balivernes de diversions,…That’s the way i like it,…etc,…Bip,…Bip,…Ah,…etc,…

50 nuances d'allégresse dit: 24 juillet 2013 à 23 h 43 min

9:28 C’est le théâtre qui lui fait ça même quand il y va pas maintenant ?

Pas systématiquement, car je ne suis pas tombé dans la potion quand j’etais petit alors les effets sont inconstants chez moi, occasionnels et erratiques.

Après des débuts mitigés qui ont amene le metteur en scène à se féliciter que le public qui écoute ne parte pas (applaudissements interrogatifs) le festival a commence a prendre son rythme de croisière avec demain ‘Lear Is In Tongue’ puis ‘Hamlet Breathe : Menu Ophelie Kabaret Party’ confié au polonais Laski qui a imaginé un dispositif stochastique dans lequel des répliques choisies aléatoirement dans l’œuvre du Barde doivent interroger la modernité du texte.

'A.V. dit: 24 juillet 2013 à 22 h 50 min

il m’a semblé bien comprendre le billet de P.Assouline comme une critique d’une lecture pour lui surdéterminée .
je m’avoue maintenant ne plus pouvoir participer d’une seule ligne à son blog , et d’avoir eu l’impression que les commentaires me l’interdisaient alors que ce ‘est pas à priori dans mon caractère de croire possible une possibilité de participation à un groupe déjà constitué .
je prie donc les commentateurs et P.Assouline d’excuser les tentatives malheureuses que ‘ai faites et qui disqualifient de manière définitive , non comme ennemi, mais comme une chose par trop étrangère aux langues ici pratiquées , tant par P.Assouline que par ceux qui se retrouvent ici en lui et à travers lui.

Irina Stolichnaya dit: 24 juillet 2013 à 21 h 28 min

Entre l’accident et le crime, on peut éventuellement insérer un homicide involontaire, u. (du genre : je savions pas que si je débouloner le rail j’allons tuer les gen, je croyeu juste que j’aller les stoppé pour mieu lé dévalisés)

vani dit: 24 juillet 2013 à 21 h 02 min

u. dit: 24 juillet 2013 à 12 h 37 min

Preuve que u. comme la majorité ici ne lit jamais un polar.
Comme beaucoup il lit une littérature repliée sur elle-même et jamais (ou rarement) une littérature de vie ( et de sang)

bouguereau dit: 24 juillet 2013 à 20 h 52 min

ta gueule raclure de keupu

Depuis les accords de paix d’Arusha, le système politique est fondé sur le souci de l’équilibre ethnique, qui se traduit par des quotas : si les Tutsis ont accepté de perdre le pouvoir, y compris dans l’armée, c’est en échange d’une présence garantie au gouvernement. Cette survalorisation de l’ethnie a eu pour résultat… de faire reculer la problématique identitaire, remplacée aujourd’hui par une compétition politique, moins sanguinaire mais tout aussi féroce3.

http://www.youtube.com/watch?v=N8ba0gwBmUU

court dit: 24 juillet 2013 à 20 h 41 min

Journal de Léautaud ou Journal de Jouhandeau ?
proposons un compromis, U : le Journal des Goncourt. C’est aussi méchant que les deux autres réunis.
Assez d’accord avec votre courriel de 15h 19
MC

sherlock dit: 24 juillet 2013 à 19 h 46 min

monsieur u.
on sait tout ce qu’on vous doit à vous et votre protégé tordu qui s’emmerde tellement qu’il rêve d’une confrontation, sanglante, avec les « étrangers du sud » qui lui ont piqué « sa colonie ».. mais la phrase veut dire que jusqu’à présent l’enquête permet d’exclure tout acte de malveillance /ne permet pas d’incriminer ceux que votre ami intime rêve de voir accuser

'A.V. dit: 24 juillet 2013 à 19 h 43 min

des journées entières dans les arbres dit: 24 juillet 2013 à 18 h 49 min
un bonsoir rapide à vous en passant:
je me refuse à ennuyer davantage avec de supposés mot d’esprit et petites phrases , et sans parler des invectives et aboiements supposés pédagogiques de ce blog .

Les Brandouilleurs de Malicornay dit: 24 juillet 2013 à 19 h 42 min

Monsieur Zou et Monsieur Jicé,

Nous ici, à Saint-Sébatien-sur Creuse, on n’est pas sûrs que c’est des malfaisants. Ce train-là, comme on veut qu’il s’arrête pas de s’arrêter ici avant La Souterraine, on a déplacé un rail pour voir, nous deux le Fernand Feuillade et en plus le Vonvon Villeneuve, et c’est quand même déjà du boulot.

En plus, c’est le train du gars Patrice Chéreau et de ceux qui m’aiment prendront le train, alors on a remis le rail en place, et ni vu ni connu, j’t’ embrouille.

no soussi dit: 24 juillet 2013 à 19 h 33 min

« Soit ce qui s’est passé à Brétigny est un accident (technique), soit c’est un crime. »

Monsieur Poireau va découvrir le pot aux roses c’est certain

le crémier de JC dit: 24 juillet 2013 à 19 h 13 min

Monsieur Ueda Zhu,
Je suis extrêmement inquiet pour la santé mentale de mon client, un excellent client, aimant la vie comme nous tous. Il s’est réfugié dans l’Eglise Sainte Anne et marmonne, en pleurs :
« C’est un crime ! C’est un crime ! Ce ne sont que singes amoraux, débiles et criminels, pillards et saboteurs. Les autorités sont complices d’étouffer cette horreur… « .

Vous qui êtes une source de fraicheur dans ce désert surinformé de tristesses, une lumière dans cette cave humide …. QUE VEUT-IL DIRE ? Aidez-moi…

u. dit: 24 juillet 2013 à 18 h 58 min

 » procureur rime avec menteur  »

Nous n’en savons rien encore, JC, mais le langage du procureur Eric Lallement sur Brétigny est un bel exemple de novlangue.

Il dit ceci:
« A priori aujourd’hui, l’acte de malveillance est écarté ».

1. A priori n’a aucun sens
Soit il a commencé son enquête et ses conclusions sont déjà a posteriori, soit elles sont a priori et elles sont sans valeur puisqu’il n’a pas encore interrogé l’expérience;

2. Le mot de « malveillance » est encore un de ces mots-vaseline qui exaspèrent tout bon citoyen soucieux de sa dignité.

Soit ce qui s’est passé à Brétigny est un accident (technique), soit c’est un crime.
On recherche donc soit des responsables (involontaires) soit des criminels.

Il n’y a pas de place pour une troisième possibilité.

des journées entières dans les arbres dit: 24 juillet 2013 à 18 h 34 min

A humument dit: 24 juillet 2013 à 1 h 25 min

« des travaux très sérieux des anthropologues mais aussi des préhistoriens, tel Jean Clottes qui a renouvelé notre conception de la motivations de nos ancêtres quant à leurs pratiques graphiques souterraines. »

Eh bien, après celui d’un médaillé d’or du CNRS, il me faut me dire que l’argument d’autorité : « des travaux très sérieux » ne vaut plus rien.

Si vos ancêtres vivaient dans la grotte Chauvet ou la grotte Cosquer et que ce furent de grands artistes, qui peignaient tous seuls
« au fond d’un diverticule étroit où une seule personne pouvait se glisser » ,
« soit avec les recherches de visions, soit avec la volonté d’aller le plus loin possible au fond de la terre. »
et complètement défoncés à la poudre de perlimpinpin,

alors je vous laisse à ce qui est le mieux partagé par l’humanité, il me semble, depuis qu’on l’a découverte pensante : les croyances.
Et aux vôtres en particulier, qui sont rares.

ps: je ne donne pas le lien. Les infos sont sur la toile.

JC dit: 24 juillet 2013 à 18 h 23 min

Un train pouvant en cacher un autre, si vivace rime avec limace, procureur rime avec menteur !

Bonne soirée, les amis !

JC dit: 24 juillet 2013 à 18 h 19 min

Adieu, D. ! Adieu… !

Tu étais le meilleur d’entre nous, … par hasard … et ton souvenir, nous le jurons, restera vivace (tiens ! ça rime avec limace) au milieu de nos neurones fatiguées, surchargées, jem’enfoutistes, …éternellement !

A demain.

'A.V. dit: 24 juillet 2013 à 16 h 48 min

et pour les histoires « d’ipodés »
Ishango is home to the last significant population of hippos on Lake Edward, a lake which formerly held the biggest hippo population in the world.

'A.V. dit: 24 juillet 2013 à 16 h 41 min

l’n des témoignages les lus extraordinaires de l’activité humaine a été trouvé au Congo c’est l’os d’Ishango
Ishango is a sub-station of Virunga National Park, situated on the Northern Shores of Lake Edward in the Democratic Republic of the Congo. The station was created in the 1950s and is famous for many reasons:
It was referred to by George Schaller as the most beautiful place in the world for its stunning landscapes.
As the source of the Semliki River, where the waters of Lake Edward begin to flow down the Albertine Rift into Lake Albert, Ishango is one of the sources of the Nile.
The Ishango Bone was discovered there in 1960. This fossilised baboon bone, which was dated at 18,000 BC, has clear markings suggested to be either tally marks, a series of prime numbers, or a lunar calendar.

Phil dit: 24 juillet 2013 à 16 h 28 min

Baroz, le père Léuataud n’a pas vu d’un mauvais oeil l’ordre qui régnait à Paris pendant la seconde guerre. Certains va-t’en-guerre lui donnaient aussi des transports au cerveau. Il eut la bonne idée de mourir dans la propriété du Vicomte assez rapidement après la fin des hostilités et le début du règne de France culture qui l’aurait banni des antennes.. comme vous, dear baroz, mais pour d’autres raisons. of course.

rigobert dit: 24 juillet 2013 à 16 h 21 min

U., vous qui avez fait Langues O, pouvez-vous me dire ce que signifie 柔らかい睾丸 ? Il paraît que c’est un genre de contrepèterie.

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 16 h 21 min

« qu’y comprendront les switcheurs ipodés ? peanuts. »

Mais nous serons encore là pour préparer les notes en bas de pages, Phil !

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 16 h 18 min

« un vaste champ d’exploration »

L’oeil de D. est dans son anus, et regardait Cocteau !

Faut vous dire, u., que Jouhandeau s’intéressait surtout aux jeunes orphelins mâles, exclusivement, tandis que Léautaud, lui, recueillait les chiens et chats errants des deux sexes. Jouhandeau, ça ne le génait pas de répondre à une invitation de voyage en Allemagne, sous l’Occupation, alors que Léautaud n’avait pas du tout la fibre collaborationniste.

Orwell dit: 24 juillet 2013 à 16 h 15 min

Ne fais pas ça D.! Ou promets de revenir très vite nous raconter ce que tu as trouvé au cours de ta fascinante exploration…Please!

Phil dit: 24 juillet 2013 à 16 h 12 min

Baroz, vos souvenirs de gaytitude d’écrivains ont bien valeur de littérature comparée. Cocteau aussi appréciait les voltigeurs de cirque. Dire que le fils (adoptif) Green ne veut publier le journal intégral de son cher père qu’en 2047. qu’y comprendront les switcheurs ipodés ? peanuts.

D. dit: 24 juillet 2013 à 16 h 10 min

Je sais que ça n’intéresse personne, mais je me barre quand même. J’ai décide aujourd’hui de me retirer en moi-même et en totalité, ce qui m’ouvre un vaste champ d’exploration, certes partiellement connu, mais riche.
Donc Adieu à tous.

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 16 h 07 min

Un jour que j’étais allé interviewer le vieux Daniel Guérin, dans son appartement du boulevard de port-Royal, il me conta sa rencontre avec Jouhandeau dans un bordel pour garçons de Pigalle. A cette époque-là, Jouhandeau s’était amouraché d’un culturiste de cirque, qui soulevait sa partenaire dans la paume d’une seule main. Passablement gigolo ou en période de chômage occasionnel, il proposait ses services dans cet établissement où l’écrivain au bec de lièvre venait se faire voluptueusement tabasser… Mais je vous parle d’un temps que les switcheurs ipodés de Phil ne peuvent pas connaître !

u. dit: 24 juillet 2013 à 16 h 00 min

Thank you, Phil

Aqhbal (vous êtes bien le frère de l’adorable Mumtâz?),
bien d’accord avec vous, simple signe d’amitié à CP.

Phil dit: 24 juillet 2013 à 15 h 52 min

u, les portraits d’écrivains de Léautaud sont toujours bons et peu bienveillants. Jouhandeau s’est plus occupé de son nombril, bas placé, que des écrivains de son temps. tout lire ou rien, laissez les extraits pour les switcheurs ipodés.

'A.V. dit: 24 juillet 2013 à 15 h 36 min

@:15 h 31 min ,je ne diraiS pas que le » post » de u est sas intér^et ,mais il contient des » révélations « qui n’ apprendront rien à P.Assouline ni à aucun cntribeuteur . Je n’ai que-ue faire de ces » conversations » de café du commerce .

D. dit: 24 juillet 2013 à 15 h 21 min

Patricia Farber dit: 24 juillet 2013 à 15 h 16 min

Allons, D., si tous ceux qui racontent n’importe quoi se barraient, il ne resterait plus que moi.

Tu racontes n’importe quoi toi aussi, Patou.

u. dit: 24 juillet 2013 à 15 h 19 min

Je suis repassé lire la liste un peu accablante (pour moi) postée à 12h37.

L’ajout de « Tant de talents… » peut donner lieu à un malentendu.

Le fait de ne pas avoir lu ne signifie pas le fait de ne pas savoir quelque chose (on s’emploie assez souvent à nous informer sans nous demander notre avis).
Il y a dans cette liste quelques noms qui figurent sur ma liste « Pas lus, mais apparemment dignes d’être lus et, donc, peut-être lus dans l’avenir si la fantaisie m’en prend ».

Je précise ce point parce que le « tant de talents » peut laisser croire à une sorte de rejet un peu expéditif et démagogique. C’est-à-dire : reprendre l’idée que nous n’aurions plus de talents en France (CP est sensible à cette question), alors que pour la majorité de ces noms je n’en sais fichtrement rien, et que pour une minorité je suis plutôt informé du contraire.

Ceci est un post de bonne foi, lecteur, il t’avertit dès l’entrée que c’est moi que je place au pilori.

'A.V. dit: 24 juillet 2013 à 15 h 18 min

en guise de salut et pour remercier P.Assouline de sa constance, face au tweets je reconnais que je viens de RElire un livre de J.C.Milner avec passion et colère contre moi-même de n’en avoir pas vu les « pépites »d’analyses la première fois .

JC dit: 24 juillet 2013 à 14 h 54 min

Ils sont pour moi une bouffée d’oxygène indispensable – ces échanges avec toi mon grand Boug, malheureusement j’ai promis de faire le critique musical incompétent à une belle et magnifique violoncelliste …

Que Satan te demande conseil !

bouguereau dit: 24 juillet 2013 à 14 h 49 min

je te parle projet, tu me parles main d’œuvre…

et tu te vois en chef d’oeuvre avec un sourire à la monalisa..tu perles d’une merveille réservée..alors qu’au congo on t’aurait même pas emballé

bouguereau dit: 24 juillet 2013 à 14 h 45 min

depuis que je ne crois plus au Père Noel

..non jicé tu veux désespérer les autres d’y croire pour avoir toute la hotte

JC dit: 24 juillet 2013 à 14 h 40 min

Si c’était pas pour vous rendre service en vous montrant ce que je suis devenu depuis que je ne crois plus au Père Noel, je m’en irais d’ici, fissa …

JC dit: 24 juillet 2013 à 14 h 38 min

Tu crois pas : t’as pas de foi !
Tu bois : t’as plus de foie !

Bougboug, tu es la honte raisonnée de ce plog de brestige !

bouguereau dit: 24 juillet 2013 à 14 h 37 min

L’enfantement est une merveille réservée !

« c’est paw la pein’d’emballer c’est pou manger toudsuit » blague congolaise

bouguereau dit: 24 juillet 2013 à 14 h 33 min

*vous vous rendez-compte du nombre de lions qui ont bouffé des chrétiens à Roma, pour RIEN ?

toujours faut que tu regardes l’histoire dans une perspective déterminiss jicé, toi, si tu ne t’identifiais pas necessairement à son bénéficiaire naturel tu pourrais comprende l’intérét d’une ration de protéine pour sa journée au pov lion..c’est ça qui te manque, tu crois que l’empathie c’est une trahison de ta necessaire élection

JC dit: 24 juillet 2013 à 14 h 25 min

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 13 h 19 min

Tu vois, mon bon Jacques, tu es un cas car tu ne souffres pas de l’obscénité du lien rigolo que tu nous infliges en toute impudeur, bordel !… L’enfantement est une merveille réservée !

JC dit: 24 juillet 2013 à 14 h 04 min

J’adore la dissolution de groupements politiques qui « dérangent » (!) la machinerie du théâtre gouvernemental, sachant que rien ne dissout une ou plusieurs idées, qu’elles soient bonnes ou mauvaises* !

Foutrement drôle !
*vous vous rendez-compte du nombre de lions qui ont bouffé des chrétiens à Roma, pour RIEN ?

JC dit: 24 juillet 2013 à 13 h 58 min

Il y a quelques années, j’ai découvert un Julien Green curieux que je ne connaissais pas : « Si j’étais vous ».

Cela vaut le voyage … à mes yeux, naturellement.

JC dit: 24 juillet 2013 à 13 h 55 min

Bérénice a raison … faut retendre les chairs.
– et nous devrions avoir honte de foutre des femmes dans cet état là, pour la satisfaction de notre simple désir… !
– à la réflexion, elles devraient avoir honte de se servir de notre semence comme on commande un café crème ! toutes des salopes

Fornication ? Manipulation ? œuf et poule…

lisbeth dit: 24 juillet 2013 à 13 h 13 min

« la première semble toujours en cloque, mystère et boule de gomme en Angleterre !? »

et la deuxième? aussi?

u. dit: 24 juillet 2013 à 13 h 11 min

Je comprends à peu près ce que vous voulez dire à propos de Claro et le la méthode de JA, CP.
Mais il faudra, en ce qui me concerne, que je nourrisse un peu le dossier.

bérénice dit: 24 juillet 2013 à 13 h 08 min

Jacques on voit tout de suite que vous n’avez jamais accouché le ventre ne se perd pas en 1 jour ou deux, en premier lieu à sa place une gélatine qu’il faudra perdre puis ensuite la paroi malmenée devra se voir retendue.

Et pourtant! dit: 24 juillet 2013 à 13 h 02 min

>mais la première semble toujours en cloque, mystère et boule de gomme en Angleterre !?

quel con! mais quel con!

u. dit: 24 juillet 2013 à 13 h 02 min

Phil et Jacques

Justement cette semaine, j’ai observé un homme très âgé recevoir d’un libraire (qui est très sympa) un livre de la collection Folio (je crois) qui sont des extraits du Journal de X.

« Pourquoi lire X? » ai-je demandé aux deux.
Le libraire m’a adressé un bon sourire de pédagogue.
Le vieil homme m’a regardé en coin, d’abord méfiant, puis s’est détendu. Voici ce qu’il m’a dit: « on y trouve de très bons portraits d’écrivains ».

Question: c’était Jouhandeau ou Léautaud, n. de d.?
J’ai un vrai problème avec ces deux là.

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 12 h 49 min

Kate et William sont apparus leur bébé sur les bras, mais la première semble toujours en cloque, mystère et boule de gomme en Angleterre !?

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 12 h 45 min

L’ascenseur est un moyen moderne et efficace de communication, Phil !

Bérénice, les querelles du ménage Jouhandeau/Elise sont indépassables et indépassées à ce jour, autre chose que les platitudes conjugalistes d’un Bourbon-Busset mon amûuuur !

bérénice dit: 24 juillet 2013 à 12 h 41 min

un début d’inventaire d’une partie de ce qui reste à faire, cool! De quoi lire au long de 10ooo vies à moins de lire en diagonale en sautant toutes les lignes, u ne désespérez pas tous ces textes disponibles vont remplir votre tombe!

u. dit: 24 juillet 2013 à 12 h 37 min

Pardon, CP, pardon mes amis.

On trouve sur Wikipedia une liste d’écrivains français classés par ordre chronologique.
Si je prends le 20ème siècle, la lecture de ces noms est un chemin de croix.

Jamais lu d’Eaubonne, Fallet, Nourrissier, Pilhes, Matzneff (mais vu sa gueule), Chabrol, Mertens (un Belge ?), Ernaux (mais suis capable d’en parler), Combescot, Guégan (un mec bien je crois ?), Chandernagor, Duvert, Chantal Thomas (confondue avec une styliste), Echenoz (tout le monde en parle), Daeninckx, Besson, Decoin, Djian, Maalouf, Delerm (une histoire de bière, c’est ça ?), Volodine, Bon, Huston, Guibert, Jauffret, Neuhoff, Dantec, Fottorino, Jenni, Chevillard, Beigbeder, NDiaye (« il faudrait »), Enard, Nothomb (sauf sur le Japon, debout en librairie)…

Et merde.
Je me croyais indifférent.
Tant de talents…
Ça m’a foutu le cafard.

bérénice dit: 24 juillet 2013 à 12 h 36 min

Jouhandeau était un précurseur, un visionnaire, un avant-gardiste, quel regret de ne pas l’avoir lu car il me semble que la fin est proche…

bérénice dit: 24 juillet 2013 à 12 h 32 min

à Benoit/ après tout peut-être ont-elles raison de figurer la couverture, en rejet de celles qui ornent Play-boy ou Lui ou Penthouse

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 12 h 32 min

Phil, Nabe au moins il apprécie mon travail, surtout lorsque je parle en bien de lui. Voici ce que l’on peut lire sur son site :

« Dans la collection « le goût de… » au Mercure de France, mini compilation de textes sur les villes et pays, vient de sortir un Le goût de la Corse. Dedans, à la p.28, et parmi des textes de Pierre Loti, Paul Morand et André Gide (mais aussi hélas d’Angélo Rinaldi et de Jean-Philippe Toussaint), on peut lire Jours Jazzy à Calvi qui est en fait un montage de paragraphes tirés d’Inch’Allah, le Journal Intime de 1986 racontant le premier séjour de Nabe chez ses compatriotes en compagnie de Jean-Edern Hallier. C’est Jacques Barozzi qui s’est chargé de choisir les textes et de rédiger de très bons chapeaux et notes précises. »

C.P. dit: 24 juillet 2013 à 12 h 27 min

u., puisque j’ai été amené à parler récemment de Claro ici, il y a dans l’entretien que vise Pierre Assouline un passage très peu clair sur Claro, qui paraît cependant servir de « différence » d’avec Mathias Enard. C’est très fréquemment la « méthode » d’Asensio.

Phil dit: 24 juillet 2013 à 12 h 22 min

bon inventaire, u. nous allons rire, à la suite de baroz.
rinal-do..c’est très bon. le nez bouché ? Léautaud était crasseux mais Jouhandeau sodomisait plus volontiers ses visiteurs. Le journal du premier donne les valeurs littéraires de la France du siècle dernier. L’autre ennuie le peuple avec son mariage inutile.
Lacretelle, de droite, a commis un émouvant « Silbermann », conséquence de son inversion. Green n’aurait pas aimé être comparé à Gracq, dont la phrase ciselée ne passe le portique du volume. Un journal aussi bon et long que celui de Léautaud sans les saletés.
Nabe, calligrapheur d’origine italienne qui fit ses armes chez Polack, versé dans la gueulante lettrée comme Asensio, pour cette raison bloqué dans les marges du débat littéraire.

robert dit: 24 juillet 2013 à 12 h 21 min

Patricia Farber dit: 24 juillet 2013 à 12 h 17 min
Bon, je vous quitte, j’ai une clientèle à satisfaire. Les routiers klaxonnent.

JC a resquillé

benoît dit: 24 juillet 2013 à 12 h 19 min

« que veulent-elles  »

peut-être faire de la provoc (face au rejet de beaufs racistes par ex) à moins qu’elles soient forcées de se couvrir ainsi

bouguereau dit: 24 juillet 2013 à 12 h 17 min

l’ignorance permet les découvertes et les enthousiasmes

« que ceux qui baisent tous les jours lèvent le doigt.. »
c’est bien c’est bien..
« 3 fois par semaine? »
« 1 fois ? »
..je vois qu’il y en a quelques uns
« et une fois par an? »
zouzou lève le doigt en rigolant
« une fois par an et ça te fait marrer?! »
zouzou « pasque c’est ce soir »

Patricia Farber dit: 24 juillet 2013 à 12 h 15 min

« Je sais seulement que l’un d’entre eux a quelque chose de physiquement désagréable, mais je ne sais plus lequel. »

Grand fou, va !

sam suffit dit: 24 juillet 2013 à 12 h 15 min

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 11 h 57 min

le voile intérgral contrairement au nu intégral:n’importe qui peut se cacher dedans

bérénice dit: 24 juillet 2013 à 12 h 13 min

Jacques sans vouloir dissimuler mon opinion à quoi sert le voile et plus encore le voile intégral, que veulent-elles toutes ces femmes autonomes signifier au 21ème siècle en en faisant usage alors que l’expression libre est multiple dans les pays où elles vivent?
1) leur désaccord avec la mode européenne qui dévoilerait trop le corps des femmes
1′) leur réaction face à une certaine liberté d’expression
2) leur total adhésion à une religion qui emprisonne l’apparence des femmes pour commencer et qui ne leur donne pas souvent raison
2′)leur soumission à la volonté des hommes partant que compte tenu du traitement accordé aux femmes par le Coran le texte ne peut être que l’oeuvre des hommes qui ont craint leur pouvoir ou la prise de pouvoir par des éléments féminins

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 12 h 09 min

« Gracq que Green »

Mais pour Phil, c’est probablement le contraire et avec lui choisir de préférence les publications Denoël d’avant guerre et des années d’occupation…

u. dit: 24 juillet 2013 à 12 h 08 min

Que de découvertes et d’enthousiasme en perspective, u. !

Mais oui, Jacques.
J’en ai fait en grand nombre sur ce blog.
Et ce n’est pas fini.
Hourrah!

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 12 h 04 min

Que de découvertes et d’enthousiasme en perspective, u. !

Conseil d’ami : plutôt Léautaud que Jouhandeau, Arland qu’Achard, Lacretelle que Bourbon-Busset, Gracq que Green et Modiano que Rinaldi…

u. dit: 24 juillet 2013 à 11 h 58 min

Je comprends bien, cher CP, et puis un homme qui aime Mc Carthy ne saurait être foncièrement mauvais.

Sois dit en passant, ne croyez pas que mon statut de non-lettré soit une plaisanterie ou une coquetterie.
C’est la simple conséquence du fait que l’essentiel de mes lectures est d’ordre non littéraire, et que la vie est courte.

Je distingue très bien Julien Gracq et Julien Green parce que j’ai lu le premier et pas le second. En revanche, je ne fais pas de différence entre Jouhandeau et Léautaud, n’ayant lu aucun des deux. Autant dire Guéant et Guaino.
Je sais seulement que l’un d’entre eux a quelque chose de physiquement désagréable, mais je ne sais plus lequel.
Marcel Arland ou Marcel Achard, c’est du pareil au même, itou pour Jacques de Lacretelle et Jacques de Bourbon-Busset.
Jacques Chardonne, c’est un type qu’aimait Mitterand, voilà ce que j’ai retenu.
Des noms comme « Nabe » ou « Bove » ne me disent rien, des noms marrants, c’est tout, qui m’évoquent Walt Disney.
De Modiani, j’ai lu trois pages, et de Rinaldo aucune.

Etc.

Vous pensez bien que je n’en suis pas fier.
Pas malheureux non plus: l’ignorance permet les découvertes et les enthousiasmes.

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 11 h 57 min

Le Catalan est-il plutôt généralement de droite ou de gauche ?

« Voile intégral : Valls défend la loi l’interdisant, il est applaudi par les députés UMP »

Jacques Barozzi dit: 24 juillet 2013 à 11 h 53 min

« ou la création de quelques objets ou vêtements dont l’aspect sortirait des stricts besoins liés à la nécessité, par exemple un gode-ceinture stylisé et ornementé de nombreux motifs. »

Oui, mais comme le rappelle Philippe Régniez, D., il faut désormais intégrer la composante électronique !

D. dit: 24 juillet 2013 à 11 h 45 min

Nous pourrions ajouter en 9 – les loisirs, qui pourraient être de petites fêtes et célébrations, des chants et des danses, ou la création de quelques objets ou vêtements dont l’aspect sortirait des stricts besoins liés à la nécessité, par exemple un gode-ceinture stylisé et ornementé de nombreux motifs.

Patricia Farber dit: 24 juillet 2013 à 11 h 43 min

D. dit: 24 juillet 2013 à 11 h 38 min

« Chaque personne aurai localement besoin :

1 – de nourriture saine et diversifiée
2 – d’eau saine et abondante
3 – d’un toit et de chauffage si nécessaire »

Bon dieu, mais c’est bien sûr. Pourquoi n’y avait-on pas pensé ? Tu as toujours été un visionnaire, mon D.

D. dit: 24 juillet 2013 à 11 h 38 min

Si nous voulons conserver notre pays, notre culture ancestrale, les frontières et leur contrôle il faudrait impérativement décroître.
Chaque personne aurai localement besoin :

1 – de nourriture saine et diversifiée
2 – d’eau saine et abondante
3 – d’un toit et de chauffage si nécessaire
4 – d’un enseignement adapté
5 – d’occupation
6 – de spiritualité
7 – d’une structure communautaire ou familiale procurant chaleur humaine et exemple
8 – de sécurité et de santé

Des structures locales devraient dès à présent se former là il est le plus facile qu’elle le fasse, en zones rurales. Ces formations devraient êtres spontanées et donner ainsi un exemple au reste d’une société placée sous le joug de l’esclave industriel et financier.

1 – la nourriture serait rendue disponible par une agriculture très locale, de petit élevage, chasse et cueillette.

2 – il faudrait privilégier les prélèvements d’eau en grande profondeur par l’usage de pompes de conception très simplifiée et alimentées par un système solaire non basé sur le silicium. Il existe des solutions.

3 – ce ne serait pas le plus difficile.

4 – l’ancien savoir, qui comprend le savoir penser, le savoir être et le savoir faire devrait être considéré comme toxique. Un nouveau corpus serait progressivement composé. Les communautés locales pourraient annuellement exposer leurs connaissances respectives lors de synodes. En règle générale, la connaissance devrait être regardée comme une œuvre éminemment diabolique, à utiliser avec une extrême parcimonie dans le plus grand discernement et toujours accompagnée de prière fervente.

5 – Chacun travaillerait quelques heures par jour à des tâches adaptées et au moins utiles à la communauté.

6 – La prière et le culte seraient encouragés, mais les réfractaires regardés avec mansuétude et ne pourraient en aucun cas être bannis d’une communauté pour raison d’hérésie. Toutefois, tout acte jugé malveillant ayant pour origine l’hérésie entrainerait le bannissement temporaire ou définitif de la personne concernée.

7 – La famille serait encouragée, à condition de s’en tenir au maximum à 3 enfants.

8 – Une communauté assurerait sa propre sécurité par action de légitime défense en cas de franchissement non autorisé de son enceinte territoriale, assimilée à un domicile.
Pour ce qui concerne la santé, une nourriture saine et un environnement sain provoqueraient naturellement beaucoup moins de maladies. En cas de nécessité, les vaccinations pourraient être pratiquées, les vaccins étant produits de façon artisanale et locale. Les plantes pourraient être abondamment utilisées sous contrôle d’un référent.
Il faudrait bien considérer que la résistance des populations et sa bonne adaptation génétique à un environnement donné est directement fonction de la sélection naturelle des individus.

court dit: 24 juillet 2013 à 11 h 34 min

J’étais à la Cipale, JB, en cette veille de l’arrivée du Tour. J’ y ai trouvé un très remarquable bouquin de Jacques Seray sur Richard Lesclide, le secrétaire de Hugo, et ce pourquoi je m’étais dérangé, les œuvres souvent décoiffantes du peintre Laurent Melon.
Bien à vous.
M.Court

Phil dit: 24 juillet 2013 à 11 h 31 min

Asensio a fait sa thèse, ou son esquisse, sur Green. Est-ce là l’origine de sa fixette cacographique ? tout de même, le journal intégral de Green n’a pas encore été publié.

C.P. dit: 24 juillet 2013 à 11 h 23 min

u., Asensio a des obsessions que je connais assez bien pour ne pas visiter souvent son blog, d’autant qu’on ne peut pas vraiment lui répondre. Si je partageais ses classements des « cacographes », je ne viendrais pas ici. Il a assaisonné aussi assez gratuitement des écrivains que j’aime, un philosophe (je vous épargne son nom) que je connais vraiment bien, et cela après lui avoir manifesté de l’intérêt. Il a fait la même chose envers d’anciens étudiants « miens »… qui lui avaient fait confiance. Voulez-vous bien croire que je lui ai dit que c’était une conduite sale ?
Il se trouve qu’il parle assez bien de quelques écrivains, toujours les mêmes, qu’il prend pour « modèles ». Laissons Bloy, mais Conrad, Faulkner et… Mc Carthy, par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*