de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Feu la France de Jean Gabin et du général De Gaulle

Feu la France de Jean Gabin et du général De Gaulle

Rien ne vaut de s’enfermer quelques jours dans des salles de visionnage en surplomb de la plage de Biarritz, une fois par an cœur de l’hiver, pour y découvrir une sélection de centaines de documentaires internationaux. Tel est le reflet d’un certain état du monde qu’a récemment offert à ses fidèles une fois encore le FIPA. Pour sa 30ème édition, on a pu constater que les deux guerres mondiales étaient en baisse, que l’intérêt pour le terrorisme islamiste ne faiblissait pas ce qui n’empêchait pas de belles échappées vers l’épopée des gueules noires ou l’incroyable fiesta pour happy few princiers organisée par le Shah d’Iran en 1971 pour célébrer les 2500 ans du royaume de Perse en plein désert, sur les ruines de l’antique Persépolis. Comme si réalisateurs et producteurs s’étaient donné le mot pour aller voir dans les chemins de traverse, ce qui nous vaut deux documentaires sur deux héros très français dont la mise en parallèle est édifiante : Charles de Gaulle et Jean Gabin.

On en sait déjà tellement sur le Général qu’il faut le prendre en particulier. Sous le titre aux sonorités tintinesques de De Gaulle chez les Soviets (53 minutes) Nicolas Jallot a exploré la relation apparemment paradoxale entre lui et eux en pleine guerre froide, avec de la soviétologue Marie-Pierre Rey (Paris-I) comme conseiller historique. Ce montage d’archives prend appui sur deux voyages : le tour de France de Khroutchev au printemps 1960, et la traversée de l’Union soviétique par de Gaulle au cours de l’été 1966. Partout, le héros de la France libre est fêté, acclamé, surtout si cela donne l’occasion de taper un peu plus sur les Américains.

C’était le temps de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, objectif gaullien s’il en est qu’il n’a pourtant jamais formulé tel quel même si les deux mots-clés se sont retrouvés accolés dans sa bouche ou sous sa plume. Au-delà des défilés officiels, le documentaire a le mérite de montrer les à-côtés, le Général s’exprimant en russe facilement, longuement et sans notes, Léon Zitrone n’en parlons pas, toujours sur la brèche, sans oublier Gilbert Bécaud et sa Nathalie sur la place rouge. Un parfum nostalgique s’en dégage, peut-être le regret d’une époque où la géopolitique était claire, les deux blocs antagonistes étant nettement désignés et un certain général jouant sa partition entre les deux.

Avec Un Français nommé Gabin (1h45) diffusé il y a peu sur France 3, François Aymé et Yves Jeuland nous ont entrainé dans un autre monde, on s’en doute. Une autre légende française. Alternant images d’archives, extraits de films et interviews de leur héros, lequel avait le don de s’autoportraiturer (« tronche bosselée et nez en trois épisodes »), ils soutiennent leur récit d’un commentaire vraiment écrit, et bien écrit, ce qui est assez rare pour être remarqué. De son vrai nom Moncorgé, ce fils d’un artiste de music-hall se rêvait conducteur de locomotive ou fermier. Il exauça son premier rêve en conduisant « La Lison » sur la ligne Paris-Le Havre dans La Bête humaine (1938) de Jean Renoir, et le second pour de vrai au cours de ses dernières années en exploitant les 150 hectares de son domaine en Normandie.

Entre les deux, il aura incarné d’innombrables personnages dans des premiers rôles dans une centaine de films, filmographie comptant plus de classiques (La Bandera, La Belle équipe, Pépé le Moko, La Grande illusion, Le Quai des Brumes, Le Jour se lève, Touchez pas au grisbi, la Traversée de Paris…) que de nanars (de la Péniche de l’amour au Tatoué). Entre autres pépites dans un documentaire qui n’en manque pas, les auteurs ont exhumé l’un de ses très rares rôles historiques, Ponce Pilate dans Golgotha (1935) ; on comprend qu’il en ait voulu à Julien Duvivier et qu’il ait pas la suite refusé nombre de rôles en costumes d’époque ! Nulle part il ne fut plus lui-même en uniforme, mais pour de vrai, qu’en canonnier des Forces navales françaises libres (1943) puis en chef de char (1944-1945) et en civil que dans Un Singe en hiver. D’ailleurs, il en convenait.

De Gaulle et Gabin, une certaine idée de la France ? Il y a de cela lorsqu’on revisite leurs vies l’une après l’autre. Au début des années 60, lorsqu’un institut de sondage demanda aux Français quel personnalité ils auraient rêvé d’avoir dans leur ascendance, le Général a recueilli 18% et l’acteur 42%. Cette donnée figure dans l’un des deux documentaires (pas celui sur De Gaulle). Qu’importe au fond puisque cette France-là n’existe plus.

P.S. Ce documentaire sera diffusé sur France 3 le vendredi 28 avril à 20h55

(« Moncorgé dit Gabin : s’engage en avril 1943 dans les Forces Navales Françaises Libres (FNFL), participe à la victoire des alliés comme second maître, chef du char Le Souffleur, du 2ème escadron du régiment blindé des fusiliers marins, intégré dans la 2e division blindée du général Leclerc, décoré de la Médaille Militaire et de la Croix de guerre », photo .D.R.)

Cette entrée a été publiée dans cinéma, Histoire.

546

commentaires

546 Réponses pour Feu la France de Jean Gabin et du général De Gaulle

Delaporte dit: 3 avril 2017 à 12 h 23 min

JAZZI, cette notion de travail a l’air souvent de vous turlupiner. Vous n’êtes pas très au clair avec, à ce qu’il semble. Eh bien, un candidat comme Hamon propose une réflexion qui vous donnerait conscience de la véritable dimension du travail dans votre vie, de la nécessité qu’il y a à le supprimer, ce qui ouvre sur un idéal de vie fécond, et nullement chimérique. Je vous sens, vous qui passez vos journées dans les cinémas ou sur ce blog, plutôt concerné par l’abolition légale du travail.

JAZZI dit: 3 avril 2017 à 12 h 19 min

Un grand visionnaire, Alfred Jarry. Il avait fait du futur, notre présent de commentateurs de blogs, son présent de l’époque ! Définition de son invention, la Pataphysique : « science des solutions imaginaires qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité.».

JAZZI dit: 3 avril 2017 à 12 h 11 min

Avec Hamon on passerait des 35 heures au 0 heure et à la retraite à 20 ans. Un génie, assurément, Delaporte !

Delaporte dit: 3 avril 2017 à 12 h 05 min

La politique aujourd’hui est devenu l’art de rouler l’immense classe sociale médiane, masse de prolétaires qui s’ignorent mais se révolteraient un jour grâce à leur conscience de classe, qu’on leur cache soigneusement en les décervelant. Le seul candidat actuel qui ait pris fait et cause pour ce prolétariat de Français, c’est Hamon, qui en mettant au centre de son projet l’abolition légale du travail a su répondre aux demandes non encore vraiment formulées de ce prolétariat. Là-dessus, il faudrait que tout le monde, avec Hamon, relise un peu Marx…

Delaporte dit: 3 avril 2017 à 11 h 55 min

Et vous JC, qu’en savez-vous des pauvres, vous qui n’avez aucune empathie et êtes sec comme un coup de tric !

Widergänger dit: 3 avril 2017 à 11 h 54 min

Il voterait pour qui aujourd’hui le Moncorgé-Gabin patriote croix de guerre, etc. ? N’empêche, fallait en avoir pour s’engager quand on s’appelait Gabin ! Y en a pas eu des masses comme lui en France. Les autres ont préféré prendre le train pour Berlin… Pays des droits de l’homme… tu parles… ah les vaches !

JC..... dit: 3 avril 2017 à 11 h 51 min

L’Abbé Delaporte ne peut pas comprendre que ce qu’aiment les pauvres…. ce sont les meetings débiles !

JC..... dit: 3 avril 2017 à 11 h 50 min

Meuglant son amour des pauvres, Delaporte des Chiottes nous révèle ses gouts vestimentaires : la soutane, raide de crasse.

Delaporte dit: 3 avril 2017 à 11 h 48 min

Mélanchon président, ce serait la France de Monsieur Homais, soit l’enfer pavé de bonnes intentions.

Delaporte dit: 3 avril 2017 à 11 h 44 min

Au lieu de tout dépenser dans ses meetings grandioses et coûteux, Mélanchon aurait dû donner une partie de l’argent aux pauvres. Il en aurait été plus crédible dans ses discours.

JC..... dit: 3 avril 2017 à 11 h 40 min

Vieux comme il est la Mélenche, s’il est élu Roy, il fera un infarctus du megalopathe avant d’entrer dans les locaux élyséens par la porte de sévices, et à reculons !…

Widergänger dit: 3 avril 2017 à 11 h 29 min

C’est vrai que le Mélenchon, il se la pète avec ses meetings. Moi, ça me fait quand meme un peu peur que tant d’abrutis viennent écouter tant de sottises… T’imagine un peu l’hystérie s’il était élu ?! L’Elysée transformé immédiatement en un gigantesque bord.el. Déjà que…

Widergänger dit: 3 avril 2017 à 11 h 26 min

Si le présent vient du futur comme le pense la mécanique quantique version « physique de la conscience », cela n’infère pas une idée de fatum, au contraire. C’est en imaginant des possibilités autres pour notre futur qu’on peut ainsi modifier son présent. C’est du moins ce que prétend la « physique de la conscience » qui est une conséquence de la mécanique quantique.

Ce qu’on désire fortement finit par arriver. N’en avaez-vous pas déjà fait l’expérience ?

JC..... dit: 3 avril 2017 à 11 h 16 min

Belle corrida en perspective à Gibraltar !

Le maitre torero anglais, El Malouino de Mayo, va renouveler à la porte d’Albion, un nouvel exploit anti-hispanique : garder le rocher.

Sacré Anglais….ils sont couilllus ces bâtards d’insulaires.

JC..... dit: 3 avril 2017 à 11 h 06 min

Quant au Concours du Narcisse d’Or, égalité entre la Mélenche et BHL : l’un aussi puant que l’autre.

JC..... dit: 3 avril 2017 à 11 h 03 min

Je crois tout à fait cette larve aussi stupide qu’un Hamon Troudebal l’ignoble Lacenaire, d’écrire ce « Journal d’un con » qui manque tant à JiBé … Ce serait ses Confessions à lui, riches de niaiseries confites !

Lacenaire dit: 3 avril 2017 à 10 h 50 min

Pas besoin d’imagination, JC, tu signes « l’ordidouille » et tout le monde te reconnait

JAZZI dit: 3 avril 2017 à 10 h 34 min

Passou s’étonne et joue les faux ingénu : « Il faut le lire pour le croire : BHL reprochant à Jean-Luc Mélenchon son narcissisme et son culte de la personnalité »…

JAZZI dit: 3 avril 2017 à 10 h 32 min

renato ne répond jamais aux questions, rose ? Il doit trouver ça désobligeant. Mais ça ne m’empêche pas de les poser…

gardel dit: 3 avril 2017 à 10 h 18 min

Driiiiing! Allô? « Cabinet noir » de l’Elysée à l’appareil… Ah, c’est vous Monsieur le Président? On croyait que c’était l’électricien que nous avions appelé parce qu’ici on ne voit même pas la porte des toilettes et… Pardon? (…). Oui oui, aucun problème avec monsieur Macron, s’il appelle on va lui dire cela. Que dans quelques jours il y aura le Cabinet au grand complet, les trois ou quatre ministres restants, les Le Foll, les Al Khomri, les Vincent Placé, la gaffeuse Ericka Bareigts, avec en plus un scooter 125, le coiffeur et une paire de secrétaires – hormis la chienne Philae, c’est noté. Ah, oui, ça va être marrant, sa péniche amarrée au quai de la Seine face à l’Allée des Cygnes est déjà remplie. Elle va couler à l’arrivée des nouveaux petits éléphants, elle va… Oui? (…). Dans le cas d’un appel de monsieur Fillon on a prévu la réponse : « vous vous êtes trompé de numéro, ici c’est le Département chargé de l’illumination de la Tour Eiffel ». Et s’il insiste pour parler au responsable, on va lui dire qu’il est allé faire des essayages de son costard à lui, chez Arnys. Ah, ah. (…). C’est sérieux? Et vous avez l’intention de le faire quand? Une semaine avant le 23 avril? Votre candidature? (clic, ligne coupée. Noir intense).

rose dit: 3 avril 2017 à 10 h 13 min

Jazzi

elles disent de lui sa culture phénoménale. C’est un homme qui a vécu. Il vous répondra j’espère. De nous, je ne sais pas. De moi, pas grand chose.

JC..... dit: 3 avril 2017 à 10 h 10 min

Renato nous donne à voir des photos comme je donne à lire mes connneries journalières !
D’ailleurs à propos de connneries… les photos proposées par renato … euh… et bien, souvent ça en est !…

JC..... dit: 3 avril 2017 à 10 h 10 min

Renato nous donne à voir des photos comme je donne à lire mes connneries journalières !
D’ailleurs à propos de conneries… les photos proposées par renato … euh… et bien, souvent ça en est !…

JAZZI dit: 3 avril 2017 à 9 h 59 min

Plutôt une sorte de journal en images, les photos de renato, rose ! Mais que disent-elles de lui ? De nous ?

rose dit: 3 avril 2017 à 9 h 37 min

les individus qui constituent, pardon

>widergänger

je dois réfléchir encore : questionnant ce que vous soulevez depuis quelque temps déjà sur le présent qui forme le futur. Ai deux exemples en tête mais doit affiner ma réflexion.
Ce qui me dérange de prime abord, et je suis d’autant plus dérangée que je crois l’assertion première juste, c’est que cela valide la notion de fatum ; or, sur le fatum, je doute pck crois bcp à la responsabilité individuelle. Si on admet le fatum, nous sommes bousculés par ce que vous nommez les forces en présence (pour moi quand même ce sont les adjuvants et les opposants, et on est ballotés comme en mer lorsque la tempête se lève).

rose dit: 3 avril 2017 à 9 h 31 min

>D sur ce que vous avez écrit concernant le groupe qui forme les individus, qui les fait, qui leur donne consistance ou valeur, autorité etc.
Je conçois la relation de manière totalement opposée : ce sont les individus qui constitue le groupe et lui donnent sens et autorité au groupe.
J’ai songé à la copropriété comme métaphore : ce n’est pas le système qui constitue les appartements mais les appartements qui constituent le système.
Une copropriété n’est pas minable ou magnifique : c’est la manière dont chaque participant prend soin de son bien qui va la rendre ou bien minable, ou bien magnifique.
Par contre, je crois ensuite à l’effet du groupe sur l’individu ; un qui change amène un autre à changer et après il y a l’effet boule de neige.
C’est en cela que chaque changement individuel est vecteur d’immenses changements collectifs.
Chaque individu est responsable de comment fonctionne le groupe : rien n’est figé.

Exemple politique : lorsque les gens disent à Fillon « rends l’argent », (lorsque je lui dis « payez les études de mes filles ») ou bien il entend lorsqu’on lui parle ou il n’entend rien : s’il n’entend rien il n’a pas la stature pour être président de la République. Un président est là pour le peuple, pas pour lui-même ; il faut qu’ils se rentrent cela dans le ciboulot tous. Même affublés d’un ego surdimensionné.

P.S : est-ce à cause de l’échec cuisant de Jospin et du second tour Chirac Le Pen qu’ont été instaurées les primaires (est-ce suite à cela ou non ?) ?

Êtes-vous d’accord avec cette façon d’envisager l’individu au sein du groupe ?

Bonne journée

il fait froid, c’est le printemps (nous avons eu une photo de renato disant spring le 21 mars je crois bien). Je vais acheter deux rouleaux de printemps.

rose dit: 3 avril 2017 à 9 h 19 min

>Jazzi

je les ai comprises ces photos comme étant des liens, avec l’actualité, vus au travers du regard de renato.

Il construit une banque d’images, énorme, et il se sert dans sa banque à bon escient au prorata de ses besoins.

Mais il ne nous le dit pas. On trouve ou on ne trouve pas.

L’autre jour, il a mis une photo de la chorégraphe américaine trisha brown alors qu’elle venait de nous quitter pour danser sur les nuages, et non plus sous.

Parfois, ce n’est pas un lien avec l’actualité.

J’image que ce portrait devant le miroir c’est une réponse qu’il envoie à quelqu’un avec qui il communique.
C’est peut-être autre chose.

JAZZI dit: 3 avril 2017 à 8 h 48 min

Quel est le sens, le fil conducteur, la motivation de votre démarche consistant à publier ces photos, renato ?

bérénice dit: 3 avril 2017 à 7 h 13 min

A cela s’ajoute qu’à l’honneur low coast et aux tableaux qui l’illustrent nous avons maintenant affaire à un terrorisme low coast , en extrapolant nous pourrions voir du low coast s’immiscer dans les rainures de chacune de nos individualités – pas vu pas pris , penser n’est pas dire, dire n’est pas forcément agir et par conséquent influer dans un sens ou dans l’autre, sauter n’est pas jouer, jouer n’est pas forcément amusant, s’amuser n’est pas nécessairement frivole, être sérieux non plus honnête,l’ honnêteté ne conduit pas à la richesse et inversement etc etc.

bérénice dit: 3 avril 2017 à 6 h 59 min

On the subject of the nine at the top Confucius says:

“If good does not accumulate, it is not enough to make a name for a man. If evil does not accumulate, it is not strong enough to destroy a man. Therefore the inferior man thinks to himself, ‘Goodness in small things has no value,’ and so neglects it. He thinks, ‘Small sins do no harm,’ and so does not give them up. Thus his sins accumulate until they can no longer be covered up, and his guilt becomes so great that it can no longer be wiped out.”

Confucius n’est-ce pas.

Bloom dit: 3 avril 2017 à 6 h 28 min

Kudos to a brilliant writer and a great man!

« Il l’avait annoncé, il le fait. Le prix Nobel de littérature nigérian, Wole Soyinka, avait annoncé qu’il quitterait les Etats-Unis si Donald Trump était élu. Après avoir jeté sa green card, cette figure intellectuelle du continent africain s’installe finalement en Afrique du Sud pour rejoindre l’Université de Johannesburg ». Le Monde

L’intégrité d’un « junzi » compense partiellement les compromissions des « xiao ren ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/03/31/le-prix-nobel-wole-soyinka-quitte-les-etats-unis-pour-l-afrique-du-sud_5103951_3212.html#GmtKqec1YlsP81xB.99

bérénice dit: 3 avril 2017 à 1 h 06 min

Au revoir et bonne chance à ceux qui aiment à retourner leur veste et s’approvisionnent à toutes les mangeoires pourvu qu’elles soient synonyme de pouvoir toutefois nous sommes dans une drôle d’expectative et l’algorithme ne sortira rien de la zone d’incertitude qui circonscrit environ 1/3 de l’électorat, bon slalom donc et ne ratez pas l’arrivée, il en va de l’avenir de votre zone d’influence et de votre parc régional . A juin.

bérénice dit: 3 avril 2017 à 0 h 53 min

21h31 Parce que vous pensez réellement que l’opportunisme occuperait ce territoire sacré, un peu comme celui des amérindiens va être envahi par les pipeline autorisés par celui qui tient la place de Président- sans même aller déterrer son charbon magnifique…et qu’après tant d’échanges, d’historicismes et d’Histoire les Rdéliens en perdraient jusqu’à leur mémoire et valeurs? Non vraiment je ne peux formuler une vision avilie de cette partie congrue de la société civile et très cultivée pour ainsi dire « de qualité qui courageusement résiste au siège du FN et se bat vaillamment jusqu’aux moindres recoins de sa vie pour que soit pérennisée l’idée de notre France éternelle, celle que nous avons reçue en héritage d’un siècle de Lumières.

Sergio dit: 2 avril 2017 à 23 h 10 min

la vie dans les bois dit: 2 avril 2017 à 20 h 22 min
n’a pas daigné le faire à Nancy

Ha mais nousses on a une spé, c’est l’immobilier, enfin plutôt le BTP, les marchés publics, quoi : si Fillon était venu ici pour une obole, contre monzémerveille il repartait avec des sacs d’or !

Et là nous pour nous rechoper… C’est pas que ce soye si compliqué, mais comme tout le monde le fait on s’y retrouve jamais !

rose dit: 2 avril 2017 à 21 h 57 min

Plack is Plack viva Donovan
et Dylan is Dylan

neurones ramollis ( ok jr ressors)

non Bob je ne dis pas le contraire

surréaliste ! Nous sommes passés sans transition à je t’arrache un oeil, puis deux à non Bob je ne dis pas le contraire.

C’est beau.

Janssen J-J dit: 2 avril 2017 à 21 h 31 min

19.38, il sera hélas trop tard, à cette époque, le monde de la rdl sera totalement lepénisé.
20.22, péter un scandale au Château d’Ol., OK, mais pour lui dire quoi, à passoul ?
20.19, K. masochiste ?… la plus grande découverte du XXIe s !
Quel dimanche ! j’avions point prévu tout ça.

ribouldingue dit: 2 avril 2017 à 20 h 53 min

A voir ces littéraires pérorer sur la mécanique quantique les vrais scientifiques doivent se tordre de rire!

la vie dans les bois dit: 2 avril 2017 à 20 h 24 min

entre le poltergeist et la magnagna, sont toujours à se dispu.ter le rôle de la veuve.

la vie dans les bois dit: 2 avril 2017 à 20 h 22 min

djavert, il serait nécessaire d’aller péter un scandale à la Tremblade,- puisque Sergio n’a pas daigné le faire à Nancy- la Tremblade, entre parenthèse c’est là que j’ai découvert pourquoi les cabanes sur la plage ont des tons pastel. Des pots de peinture en rabe.

Enfin, si tu t’aventures sur le pont qui relie le continent à l’île d’Oléron, fais-le de nuit, une merveille bleue Et mets ta plus belle chemise bien repassée, cette fois, pour aller semer un peu du bouzin. Figure-toi que Stendhal n’est pas dans le dico de l’académicien. Et tu sais pourquoi ?
A cause de « lieux communs ».

Je reviendrai quant à moi, pour Pâques, avant la Trinité. Avec une belle histoire romanesque de Statue.
Pas aussi belle que cette découverte, un vrai coup de coeur, tellement cette trouvaille dans un carton d’une maison de retraite , est d’une légèreté, absolument magnifique.
http://www.musee-rodin.fr/fr/collections/sculptures/je-suis-belle

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 20 h 19 min

GAG insiste sur le masochisme de Kafka. Il est bien placé pour en parler…Mais je crois qu’il voit juste. Ce n’est pas habituel dans les interprétations de Kafka mais il me semble que c’est central dans son œuvre.

bérénice dit: 2 avril 2017 à 19 h 38 min

Je serai de nouveau disponible pour des commentaires souverains et indemnes de toutes influences à partir de juin 2017 . au revoir.

bérénice dit: 2 avril 2017 à 19 h 25 min

y ‘a aussi une pétition contre le prélèvement de sable au large de Trégastel entre deux réserves ornithologiques une contre le rejet des boues rouges en Méditerranée, vous les voulez? Vous me direz que vous n’avez plus l’âge des bacs à sable sans options grec ou latin ou d’aller faire pipi debout dans des champs amendés

JC..... dit: 2 avril 2017 à 18 h 23 min

Pas question de fuir nos responsabilités !

Nous ne signerons pas cette pétition aberrante contre les pétroliers TOTAL et BP proposée par des écologistes, crapules n’ayant pas besoin de carburant pour circuler à vélo.

FORONS ! FORONS ! A bas l’écologie castratrice !

JC..... dit: 2 avril 2017 à 17 h 15 min

C’est Dieu qu’a inventé la phtisique atlantique … pas le Grand Albert !
(mi-temps RCT-Clermont)

Sergio dit: 2 avril 2017 à 16 h 31 min

Passeque les particules, en réalité, y en a pas plus que de beurre en broche…

Ce qui se passe, c’est qu’un objet, par exemple un électron, est déterminé par non pas une onde, mais un faisceau d’ondes ; et quand par hasard beaucoup d’entre elles ont des caractéristiques communes au voisinage d’un point, cela constitue aux yeux de l’observateur un espèce d’amas qui lui donnerait presque forme humaine…

Mais c’est pas du tout de la fonte madame, faut pas croire…

Sergio dit: 2 avril 2017 à 15 h 46 min

Non mais l’intérêt des machins quantiques c’est qu’on sait pas où i sont ; enfin on le sait mais ils y sont pas ! Le pire évidemment c’est le chat, essetrêmement rusé… Bébert lui au moins on le sait : dans son sac !

Bihoreau, duc de Bellerente dit: 2 avril 2017 à 14 h 58 min

Les propos que je lis ici sont de fort belle élévation aujourd’hui. Bien que la France ne soit plus menacée sur ses frontières depuis 72 ans et qu’elle possède la même constitution depuis presque 60 ans, les Français râlent à qui mieux mieux, ce qui est bien dans leur caractère. Le mignon Macron préfère voir le bon côté des choses et proposer une politique gaullienne qui réclame des efforts. Mais voilà: personne ne veut renoncer à quoi que ce soit, notre dette fait sourciller les banquiers, et la bureaucratie tatillonne plus que jamais. Heureusement qu’il y a la menace islamiste pour nous réveiller, mais seule MLP en profitera. Misère…

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 14 h 48 min

Ce pauvre hamlet qui prétend discuter avec moi ne sait même pas que « quantique » vient précisément de « quantum ». Non pas un flux d’énergie à jet continu si je puis m’exprimer ainsi, mais par paquet d’énergie, c’est-à-dire un quantum. Qui est une particule en même temps qu’une onde.

Va te coucher, méchant hamlet. Tu ne connais rien. Et ne te mêle pas de discuter avec quelqu’un comme moi qui connais tout. Ou presque…

bérénice dit: 2 avril 2017 à 14 h 35 min

« Einstein propose que les grains d’énergie ne sont pas seulement la façon dont la matière s’y prend pour émettre des rayonnements. Les quanta sont une caractéristique intrinsèque du rayonnement lumineux, qui existe toujours sous cette forme.

L’invention du concept de quantum de lumière a constitué le premier pas vers une révolution des fondements de la physique classique. Rétrospectivement on peut dire que c’est peut-être l’acte de naissance de la physique quantique, même si elle est apparue progressivement, et que personne n’avait encore ce concept à l’esprit. Ce n’est que 20 ans plus tard, après les travaux de Schrödinger et d’Heisenberg, que les bases de la physique quantique ont été posées sous forme de principes et de lois mathématiques. »
http://www.spirit-science.fr/Matiere/Phys2-quantique.html#mozTocId53204

bérénice dit: 2 avril 2017 à 14 h 30 min

Plack c’est Planck passé dans un trou noir! Dieu merci i lui reste quelques lettres qui vont nous permettre de l’identifier…

hamlet dit: 2 avril 2017 à 14 h 30 min

la preuve en est que Dirac lui-même a dû avoir à modifier cette loi de Planck pour la rendre compatible avec la physique quantique.
et là, avec Dirac, croyez-moi on passe à un autre niveau, un autre monde, un autre univers.
pauvre Planck, il me méritait pas ça, que son âme repose en paix.

hamlet dit: 2 avril 2017 à 14 h 27 min

la loi de Plack elle-même suppose elle-même avec sa loi cette intrication entre l’onde et la particule dans la mesure où c’est la particule elle-même qui émet l’onde : e=hµ c’est tout le contraire de la physique quantique.

c’est un peu comme dire que Bach a inventé les symphonies de Beethoven dans la mesure où Beethoven utilise les mêmes notes de musique.

sérieux, là vous avez touché le fond.

hamlet dit: 2 avril 2017 à 14 h 22 min

hélas il n’y a pas de quantum dans la physique quantique dans la mesure où un quantum suppose un assemblage entre l’onde et la particule, alors que la physique quantique dissocie les deux.
non seulement Planck et Einstein n’ont pas inventé ou imaginé cette séparation entre onde et particule, mais en plus ils n’ont jamais pu y croire, Planck parce qu’il est mort avant et Einstein parce qu’il n’y a jamais cru.

et la physique quantique repose uniquement sur cette non intrication et donc elle n’a rien à voir avec le quantum de Planck.

WGG redites moi le nom de l’imbécile qui aurait écrit un bouquin où il explique le contraire ?

c’est pas possible, c’est vous qui avez encore tout lu de travers, comme avec Flaubert et Rosset.

hamlet dit: 2 avril 2017 à 14 h 13 min

j’ai compris c’est sémantique, comme Planck c’est la quantum et que Einstein a utilisé cette notion de quantum dans un de ses articles on en déduit qu’ils ont inventé la physique Quantique ?
quantum -> quantique ?

WGG je crois bien que vous faites avec la physique comme vous faites avec vos lectures : vous vous mélangez les pinceaux mon pauvre.

hamlet dit: 2 avril 2017 à 14 h 07 min

s’il y en a un qui n’a pas inventé la mécanique quantique c’est bien Einstein à qui l’on doit la relativité générale et la relativité restreinte dont les lois contredisent celles de la physique quantique.
Planck pour sa part a découvert une constante liée à l’énergie d’un photon, à savoir que si on prend un atome et qu’on déplace d’un niveau un de ses électron ce déplacement induit une énergie qui se traduit par une émission lumineuse liée à sa fréquence elle-même reliée à son énergie par le biais d’une constante que l’on appelle justement la constante de Planck.
le théorème de Planck constitue le premier pas qui mène vers la physique quantique, mais ni Planck ni Einstein n’ont inventé la physique quantique.
la physique est devenue avec wikipédia un véritable open space.

bérénice dit: 2 avril 2017 à 13 h 59 min

Mais Bob, je ne dis pas le contraire.

WGG, la loi en question est celle d’une ministre socialiste cependant la loi travail qui peut-être est infusée de la même orientation libérale n’est pas signée Macron mais El Khomri .

JC..... dit: 2 avril 2017 à 13 h 55 min

Delaporte dit: 2 avril 2017 à 13 h 27 min
« D’ailleurs, c’est aussi une des raisons pour laquelle le projet d’Hamon, même dans sa forme embryonnaire, était si intéressant : lui était sincèrement humaniste, sincèrement doux et honnête. »

Un connn, quoi !

JC..... dit: 2 avril 2017 à 13 h 50 min

On peut aimer se détendre, un dimanche, mais l’espace de Kafka et celui d’Einstein …..uhuhuhu !

JC..... dit: 2 avril 2017 à 13 h 49 min

« Macron c’est simplement l’état des forces en présence »

Exactement l’inverse ! Macron ? c’est simplement l’état des forces en absence…

Strogneuxgneux mignon !

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 13 h 42 min

La faiblesse évidente des gens comme Mélenchon, Marine LP, Asselineau, et même Hamon, c’est qu’ils sont incapables de penser le monde d’aujourd’hui comme c’était le cas du temps de Jaurès avec la social-démocratie face au capitalisme industriel. Ils proposent simplement un retour au statu quo ante, comme si c’était possible ou une utopie trop décalée du moment historique que nous vivons, ça ne peut pas marcher.

Ils n’ont pas de philosophie politique, pas de doctrine, pas de pensée du réel afin de se donner les moyens d’abord intellectuels d’agir sur lui. Ils sont dans une impasse.

Alors les braves gens se raccrochent à ce qu’ils peuvent comme ils sont eux-mêmes incapables de voir plus loin que le bout de leur nez. Au lieu d’accompagner le mouvement de mondialisation pour lui imprimer une autre direction crédible, ils s’y opposent comme si c’était possible. Les gens sont fous, c’est tout. Ils sont suicidaires, ce qui revient au même. C’est pourquoi l’avenir ne peut déboucher que sur une catastrophe, à une implosion des sociétés occidentales. Qui vivra verra. Mais les Mélenchon et autres Asselineau ne sont au fond que des démagogues dangereux qui conduisent l’humanité à la catastrophe. Ce ne sont en tout cas que des nains politiques.

Delaporte dit: 2 avril 2017 à 13 h 27 min

« Macron c’est simplement l’état des forces en présence aujourd’hui pour tenter d’humaniser le capitalisme mondialisé. »

C’est justement pour cette raison qu’il est le plus dangereux et le plus cynique. Tout ce qu’il promet, si mollement, il le tiendra dans sa version dure : le super-capitalisme libéral où les financiers feront ce qu’ils veulent sur le dos des pauvres. D’ailleurs, c’est aussi une des raisons pour laquelle le projet d’Hamon, même dans sa forme embryonnaire, était si intéressant : lui était sincèrement humaniste, sincèrement doux et honnête. Son embryon de réflexion sur l’abolition légale du travail allait loin. Hélas, Hamon est plombé en tant que socialiste. Les électeurs ne croient plus à ce parti, qui a trop promis et jamais tenu. Le PS va faire pschitt, entraînant avec lui dans l’écroulement la réforme pourtant admirable que l’homme Hamon avait choisie comme soubassement de son projet. Hamon, un incompris.

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 13 h 23 min

Mais Bob, je ne dis pas le contraire. Personnellement je ne suis pas macronien. Je dis simplement que c’est l’état des forces en présence qui, pour le moment, ne permet pas d’aller au-delà de telle ou telle politique face aux contraintes du capitalisme mondialisé pour lui imposer d’autres règles de fonctionnement. La politique c’est un ensemble de rapport de forces. Il y a le possible et l’impossible. Et la révolution est d’autant plus impossible qu’on vit le postmodernisme qui ne croit plus en l’émancipation des peuples, à l’engagement pour l’accomplir. On n’a pas d’idéologie de remplacement sinon le djihadisme suicidaire qui tient lieu de doctrine d’émancipation aujourd’hui.

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 13 h 16 min

Il y a aussi une grande analogie entre la conception que se fait Kafka de l’espace et celle qu’on rencontre dans la Relativité générale d’Einstein. C’est vraiment étonnant.

GAG écrit notamment à propos de la nouvelle de Kafka Le messager impérial, que « le trajet est son parcours même ». La distance grandit au fur et à mesure qu’on la parcourt, c’est au fond exactement ça la théorie de l’expansion de l’univers, ce ne sont pas les corps céleste qui se déplacent à une vitesse de plus en plus grande dans l’univers mais l’espace lui-même entre les corps céleste qui se démultiplie à une vitesse de plus en plus grande. Comme s’il y avait une « cellule d’espace » qui engendrait une nouvelle « cellule d’espace », la multiplication des cellules d’un corps vivant n’étant au fond que le prolongement du processus à l’œuvre au sein de l’espace lui-même qui s’autoengendre. C’est ce qui occupait Einstein à Prague quand Kafka le cotoyait ; Kafka parle d’ailleurs de la Relativité dans son Journal.

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 12 h 35 min

Mais ça ne veut pas dire que Hamon a tort. Ça veut simplement dire que sa politique ne correspond pas à l’état des forces en présence pour l’heure. La macronade est la sauce à laquelle nous allons être mangés… Va falloir s’y faire.

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 12 h 30 min

Macron c’est simplement l’état des forces en présence aujourd’hui pour tenter d’humaniser le capitalisme mondialisé. C’est le moins mauvais. Mais c’est le mal quand même. Mais il ne pourra pas mener la politique qu’il voudra ; il rencontrera la résistance des opposants. Et c’est bien ainsi. Si Mélenchon venait au pouvoir, ce serait la ruine de la France. Au même titre que Marine, même si les raisons sont différentes. Les rapports de force sont simplement en faveur de Macron, c’est tout.

bérénice dit: 2 avril 2017 à 12 h 27 min

3J, un bon dimanche à vous en retour, je n’ai pas lu le billet et survolé incomplètement les commentaires et en ai déduit que vous meniez par intermittence campagne aussi recevez mon avis toujours pas plus fixé quant à une éventuelle intention de vote, les électeurs sont en quelques sorte pris en otages, l’époque n’autorise même plus l’occasion de l’expression du désaccord sous peine de fascisme édulcoré, quoiqu’on projette à moins d’accorder crédit à cette mouvance relookée, vote blanc, abstention, vote protestataire font courir un risque à la démocratie, un de plus me direz vous mais gageons avec tous ces bons esprits que si le premier parti de France parvenait à ses fins il serait efficace à lutter contre toutes les pollutions, les corruptions, délits, abus, fraudes et attentats.

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 12 h 24 min

La symétrie des particules intriquées n’est peut-être que la conséquence du fait que nul ne saurait apercevoir l’univers de l’extérieur. On est toujours dedans, et ça qui crée cet effet de symétrie.

bérénice dit: 2 avril 2017 à 12 h 19 min

Pour donner suite à votre appel du 2 avril, si l’on se réfère à l’avis d’André Comte-Sponville dans le Monde du même jour et en dépit de l’opinion d’Archi Shepp dans le même journal du même jour nous serions condamnés si l’on ne donne pas de la voix à l’extrême droite à voter utile et selon qu’on soit convaincu par une idéologie respectant les clivages par l’honnête François Fillon à droite ou par le consensuel et attractif Emmanuel Macron plus à gauche et qui retient la faveur du philosophe.

Janssen J-J dit: 2 avril 2017 à 12 h 05 min

… dans l’ivresse de la profondeur de votre adorable Moi. Allez piquer une tête dans l’eau froide en notre honneur, mon ami, ça vous remettra de la bonne distance avec vous-même.

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 12 h 01 min

À Sitges, il fait un temps absolument splendide. Je lis GAG devant la mer et sous le soleil exactement. C’est divin. Quand on pense qu’il a fallu quelque 13,7 milliards d’années pour produire un tel bonheur…! Il ne faut jamais désespérer de rien.

GAG fait aussi ds rapprochement judicieux avec Wittgenstein, le Mickaël Kolhaas de Kleist et Pascal. Ça c’est vraiment mon monde. Intuitivement j’ai toujours compris bien mieux la culture allemande, je ne sais pas pourquoi. J’ai finalement mis beaucoup de temps à comprendre la culture française, Stendhal, Musset, des écrivains comme ça. Alors que Kleist, Kafka, Wittgenstein, Pascal je m’y suis senti tout de suite chez moi. On voit bien par là qu’il y a bien un esprit français qui n’est pas l’esprit allemand. Je dirai que l’esprit français c’est la profondeur dans la légèreté alors que l’esprit allemand c’est la légèreté dans la prondeur (Pascal, comme Nietzsche ; Clément Rosset fait remarquer quelque part que des aphorismes entiers de Pascal auraient pu être écrits par Nietzsche, mais c’est vrai comme « J’ai mon beau temps et mes brouillards en moi, les circonstances n’y font rien »; c’est ce que Clément Rosset appelle la « force majeure », c’est-à-dire la joie tragique, c’est-à-dire encore une certaine « expérience de la béatitude ». C’est quelque chose que je connais de l’intérieur, qu’on trouve aussi chez quelqu’un comme Paul Claudel dans ses considération sur la joie. Je crois que c’est la note fondamentale de l’univers ; il ne faudrait pas me pousser beaucoup pour que j’aille jusqu’à dire que c’est le fondement même de la mécanique quantique… L’univers est tout entier joie, depuis le big bang. On le sent à Sitges devant l’immensité de la mer sur ma terrasse au soleil. Si, si, je vous assure…

Janssen J-J dit: 2 avril 2017 à 11 h 54 min

Pour bouguerau, oui, sans aucun doute, grâce à quelques uns d’icite et d’ailleurs, qui l’ont aidé en faisant don de leur personne, il est à peu près sauvé !
Pour vous, JC, non, vous pouvez crever sur le trottoir… on lèvera pas le petit doigt. Mais ça risque pas, les crevures de votre espèce, ça crève après tout le monde.

Lacenaire dit: 2 avril 2017 à 11 h 52 min

Bon, résumons comme dit l’autre taré : les derniers « commentaire » de JC consistent insultes à trois intervenants dont votre serviteur, ya du progrès dans le comportement

JC..... dit: 2 avril 2017 à 11 h 46 min

Saleté de JJJ, donneriez vous un de vos reins, un de vos yeux, un peu de moelle épinière (30%), un sein, un peu de votre assurance vie pour sauver Bougboug d’une mort atroce … ou votre serviteur, endetté par une vie faite d’études scientifiques, de stupre, de luxure sans religiosité aucune … ?

J’en étais sûr. Merci !

JC..... dit: 2 avril 2017 à 11 h 34 min

Il est évident qu’à partir du moment où Dylan ne refuse pas le Cheick Nobel, on ne voit pas pourquoi l’ami Wiwi refuserait le Nobel de pataphysique et les doublons qui vont avec la renommée …

Le confort à Sitges, d’abord !

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 11 h 27 min

Vous ne connaissez rien à l’École, mes pauvres petits chéris, ni au monde des profs, ni à comment on enseigne, ni à ce que peut et ne peut pas faire un prof, ni rien en somme. Vous être des aveugles comme tant de journalistes qui se mêlent de parler de l’École et des profs sans avoir jamais mis les pieds dans une salle de classe pour y enseigner. Vous êtes des nullards prétentieux, et pis c’est tout…

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 11 h 22 min

C’est Einstein qui a émis le premier l’idée de quantum d’énergie pour parler de l’énergie de la lumière et l’a rattaché à une particule, qu’on appelle aujourd’hui un photon, puisqu’il faut tout vous expliquer, mes petits chéris. Avec Max Plank il est donc l’inventeur de la mécanique quantique (Max Plank a montré que l’énergie du corps noir était proportionnelle à la fréquence ν du rayonnement selon une constante h qu’on a appelé depuis lors constante de Plank : E=hν, formule aussi simple et aussi importante que E=mc2, et aux conséquences incalculables).

L’intuition qu’on trouve chez Nietzsche, c’est que le présent est causé par le futur, une sorte d’inversion dans la conception du temps qu’on trouve aussi chez Kafka si l’on suit les analyses de GAG, qui me semblent excellentes ; c’est ce qu’on appelle aujourd’hui la physique de la conscience qui est un prolongement de la mécanique quantique. Ses analyses font aussi penser à Clément Rosset d’une certaine manière.

JC..... dit: 2 avril 2017 à 10 h 49 min

…ta gueule raclure de Lacenaire ! Retourne parmi les ânes : là est ta place, pas chez Maistre Passouline, cet être féru de culture, animé de la plus tendre bonté vis à vis de crapauds baveux dans ton genre, espèce de moules-frites froide aux yeux chassieux…

Lacenaire dit: 2 avril 2017 à 10 h 20 min

Ce qui est significatif chez JC : sa réponse immédiate aux commentaires qui l’ont démasqué, ce qui prouve qu’il est touché/coulé à chaque fois, paf !

JC..... dit: 2 avril 2017 à 10 h 18 min

Macron, c’est un bébé hollandais !

En plus de cette tare génétique socialiste solférinienne, il ajoute l’infantilisme qui lui fait sucer son pouce quand Maman Strogneugneux ne lui donne pas le sein !

Il finira dément, dans un asile pour jeunes vieillards désenchantés !

JC..... dit: 2 avril 2017 à 10 h 14 min

Quant aux politiques, faut voir les gros glands qu’ils nomment, avec la regularité d’une horloge normande détraquée, à la tête d’un Ministère toujours négligé…

news dit: 2 avril 2017 à 10 h 13 min

Tranquillement assis dans une pièce à lire un bouquin, j’entends soudainement des hurlements de possédé venir de la pièce à côté…

Je me renseigne, c’était Macron qui faisait un discours!

Les mêmes hurlements qu’il avait proférés à la Porte de Versailles et que l’on avait mis sur le compte son inexpérience des grandes salles.

Excellent test à faire avec d’autres candidats: écouter la musique du discours sans savoir qui c’est, ni comprendre les paroles.

Pour Macron, mon opinion est faite: un gamin fou furieux prêt à casser ses jouets. Son aspect lisse et policé cache des pulsions dangereuses.

A éviter.

JC..... dit: 2 avril 2017 à 10 h 10 min

Responsabilité éducative

Allons ! Allons ! les profs pas responsables…?

Si les parents se la jouent trop individuel, divorce, j’menfoutisme, etc … les profs se la jouent trop collectif, syndicats, gauchisme, blocage des réformes, etc ….

Torts partagés !

JAZZI dit: 2 avril 2017 à 9 h 36 min

« les profs n’y ont aucune part de responsabilité. Ce sont eux, au contraire, qui prolongent l’agonie »

Résistants ou collabo ?

JC..... dit: 2 avril 2017 à 9 h 34 min

AVIS DE RECHERCHE

On nous signale la perte des derniers neurones chez Bousegrasse, égérie du savoir-s’ouvrir aux autres moyennant facturation de la prestation fameuse de Saint Claude.

Prière de rapporter les bébêtes, après les avoir nettoyées, au bedeau de Saint Denis, porte 4, qui contactera la famille actuellement en villégiature quinquennale à la Santé.

D’avance, merci.

JAZZI dit: 2 avril 2017 à 9 h 34 min

« Finkilkraut, considère désormais la France non plus comme une nation avec sa culture mais comme un « open space ». »

Il faut qu’un espace soit ouvert ou fermé !

JAZZI dit: 2 avril 2017 à 9 h 30 min

« Le Pen ? Mélenchon ? Dans l’un et l’autre cas, la réponse massive des Français sera pire que le mal. Mais que faire ? »

Pas d’autres solutions que Macron, WGG ?

news dit: 2 avril 2017 à 8 h 54 min

Petite histoire de la mécanique quantique (wikipédia). Planck est à l’origine et beaucoup de noms sont cités, parmi lesquels Einstein:

« C’est incontestablement la résolution du problème du rayonnement du corps noir qui a marqué le début de la mécanique quantique. Au début du XXe siècle, Max Planck résout en effet ce problème en faisant l’hypothèse que l’énergie des atomes ne peut s’échanger que par multiples de quantités proportionnelles à la fréquence du rayonnement, selon la formule désormais célèbre :
E = h ν {\displaystyle E=h\nu } E=h\nu

En confrontant son modèle aux données expérimentales, il obtient alors facilement une valeur numérique précise pour la constante h, depuis appelée constante de Planck et reconnue par la suite comme l’une des trois constantes fondamentales.

Cette idée de grandeurs énergétiques ne pouvant s’échanger que de façon discrète inspirera alors de nombreux physiciens, comme Niels Bohr, qui s’en serviront notamment pour développer un modèle de la structure de l’atome. Plus généralement, ce fut le début de ce qu’on appela la théorie des quanta.

Peu de temps après la découverte de Planck, Albert Einstein, à la suite notamment de son analyse de l’effet photo-électrique, suggère que la quantité hν est l’énergie d’une particule électromagnétique qui sera plus tard appelée photon. Cette réintroduction3 d’une conception corpusculaire de la lumière va inciter Louis de Broglie à proposer une relation analogue à celle de Planck, mais pour la quantité de mouvement :

P → = ℏ k → = h 2 π k → {\displaystyle {\vec {P}}=\hbar {\vec {k}}={\frac {h}{2\pi }}{\vec {k}}} {\displaystyle {\vec {P}}=\hbar {\vec {k}}={\frac {h}{2\pi }}{\vec {k}}}

où k → {\displaystyle {\vec {k}}} {\vec {k}} est un vecteur d’onde. ℏ {\displaystyle \hbar } \hbar est la constante de Planck dite réduite.

Ce faisant, il est l’instigateur de la dualité onde corpuscule qui incitera certains physiciens à rechercher une description ondulatoire de la matière. Parmi ceux-ci, Erwin Schrödinger y parvient et obtient une équation différentielle, portant désormais son nom, qui permet de décrire précisément l’évolution quantique d’une particule. Cette équation prouva rapidement sa pertinence dans sa description du modèle de l’atome d’hydrogène.

Parallèlement, Werner Heisenberg avait développé une approche radicalement différente, qui s’appuyait sur des calculs matriciels directement inspirés de la mécanique analytique classique.

Ces deux approches, ainsi que la confusion concernant le concept de dualité onde corpuscule, donnaient à la mécanique quantique naissante un besoin de clarification. Cette clarification intervint grâce aux travaux d’un physicien britannique, Paul Adrien Dirac.

Dans un livre publié en 1930, intitulé Principes de la mécanique quantique4, Dirac montre que les deux approches, celle de Schrödinger et Heisenberg, ne sont en fait que deux représentations d’une même algèbre linéaire. Dans cet ouvrage fondateur, Dirac extrait les lois proprement quantiques, en faisant abstraction des lois déjà imposées par la physique classique. Dirac donne alors une représentation axiomatique de la mécanique quantique, probablement inspirée des développements mathématiques de l’époque, notamment en ce qui concerne la géométrie projective5.

Le travail de Dirac avait été précédé quelques années auparavant par celui réalisé par John Von Neumann, mais l’ouvrage de Von Neumann était beaucoup plus rigoureux sur le plan mathématique, de telle sorte qu’il plaisait surtout aux mathématiciens. Les physiciens lui ont préféré celui de Dirac et c’est donc essentiellement l’ouvrage de Dirac qui a laissé une postérité. Dans la préface d’une ré-édition de son livre, Von Neuman mentionne l’ouvrage de Dirac et le décrit comme « une représentation de la mécanique quantique qui peut à peine être surpassée en termes de brièveté et d’élégance », mais ajoute tout de même dans le paragraphe suivant que sa méthode « ne satisfait en aucune façon les exigences de la rigueur mathématique »6. »

JC..... dit: 2 avril 2017 à 6 h 46 min

Quittons nous sur une dernière couillonnnade littéraire !

Il s’agit de la remise discrète, cachée, en un lieu tenu secret, du Nobel de Littérature(accompagné d’un gros chèque) à cette icône de BOB DYLAN, chanteur sans charme, belle ruine sans valeur.

Ce pauvre saltimbanque de Dylan qui apparaît pour ce qu’il est : un chanteur qui chante faux, un auteur qui ne vaux rien, une erreur de casting impardonnable, un futur oublié de tous.

JC..... dit: 2 avril 2017 à 6 h 20 min

Soyons malgré tout optimiste !

Il se pourrait que dans 100 millions d’années….. la liberté, l’égalité, la fraternité régente la planète Terre, toute entière.

Pour notre ennui le plus profond.

JC..... dit: 2 avril 2017 à 6 h 14 min

…. et le problème de l’organisation d’un vivre ensemble planétaire n’admet aucune solution ….

JC..... dit: 2 avril 2017 à 6 h 09 min

Si les hommes étaient tous frères d’une même communauté humaine, cela se saurait. L’humanité est naturellement hétérogène.

L’humanisme « actif » et fraternel consiste en un espace réduit à enchainer les Saint Barthélémy, les pogroms, les goulags, les décapitations… pour apurer le groupe des frères de ses éléments déviants.

Quand la suppression des « autres », les infidèles à la doxa du groupe se voulant peuplé d’une même fratrie, est réalisée …et bien, mais… c’est gagné !

Sapiens a viré Neandertal, les catholiques ont viré les protestants, les communistes ont écrasé les libertaires, les nazis ont exterminé les juifs, et maintenant les islamistes sont en train de virer les européens, ces chiens d’infidèles !

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles … Regardons la guerre en face.

JC..... dit: 2 avril 2017 à 5 h 57 min

« Ne pas oublier que nous vivons dans un capitale mondiale, une Babel reconstituée… »

Babel ? un échec exemplaire …. n’inversons pas les choses, please !

Bloom dit: 2 avril 2017 à 5 h 02 min

Retour sur les attentats du 13 novembre et de Nice avec des membres de la cellule de crise du quai d’Orsay (80 personnes). Ironie tragique, la circulaire qui faisait de cette cellule la coordinatrice interministérielle (santé, intérieur, justice) en cas d’attentat en France (l’expérience de la gestion de crises à l’étranger) avait été publiée le…12 novembre 2015. Pour l’attentat de Nice, ce service a reçu plus de 18000 appels.
Et si l’identité c’était ce qui vous permet d’être identifié comme victime (& d’abord comme cible)?

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 2 h 54 min

Le camp du nationalisme aura beau remporter une victoire électorale, il sera de toute façon défait par l’histoire.

C’est la lutte acharnée entre la tradition et la modernité. La modernité a pris naissance au XVIè siècle et c’est un courant irréversible de l’histoire de l’humanité. La modernité s’est répandue sur toute la planète rendant au fur et à mesure caduque les anciens cadres mentaux, les anciens préjugés.

Ce que produit la modernité a beau parfois être monstrueux, c’est un mouvement irréversible de l’histoire. La culture fondée sur l’agriculture, la paysannerie voilà quelque dix mille ans a basculé depuis la Renaissance en Europe dans le monde des grandes mégalopoles cosmopolites. Le monde est en marche vers la Jérusalem céleste. C’est le grand mouvement de l’humanité, nul ne peut rien y faire. Au lieu de ruer dans les brancards, tous les réactionnaires que ce mouvement de l’histoire effraie devraient au contraire accompagner cette grande vague de fond pour la rendre plus humaine, moins violente, moins sacrificielle. Mais la sagesse humaine n’est pas de ce monde.

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 2 h 38 min

D., vous devriez apprendre quelques langues étrangères. Vous vous sentiriez moins perdu.

Israël revendique hautement sa nature d’État juif et néanmoins on y parle bien des langues. Si vous prenez le bus, vous entendez parler, outre l’hébreu, l’arabe, le russe, le français, l’anglais. Seul l’allemand y est peut-être moins prisé…

J’ai deux classes de BTS. La majorité de ces élèves post bac sont des fils d’immigrés. Ils sont bien sûr loin de maîtriser la langue et la culture française. Mais par rapport à leurs parents, la différence positive est déjà considérable. Leurs enfants seront parfaitement intégrés. C’est comme la différence, à peu de choses près finalement, entre mon grand-père russe qui maîtrisait le français de loin et la culture française encore moins et son petit fils devenu prof de français. Il faut savoir prendre la mesure du temps et laisser du temps au temps… L’Europe est une formidable machine politique d’intégration à la culture européenne. Vous survivrez à l’invasion…

Widergänger dit: 2 avril 2017 à 2 h 27 min

La macronade qu’on nous sert, dit à peu de choses près notre grand Finkilkraut, considère désormais la France non plus comme une nation avec sa culture mais comme un « open space ». Il me semble que c’est tout à fait ça !

@JAZZI, les profs n’y ont aucune part de responsabilité. Ce sont eux, au contraire, qui prolongent l’agonie avec les moyens du bord, qui sont bien faibles.

Il y aura un retour du bâton, un jour, de toute façon à ce basculement dans l’informe. Le Pen ? Mélenchon ? Dans l’un et l’autre cas, la réponse massive des Français sera pire que le mal. Mais que faire ?

@hamlet, vos connaissances en physiques sont-elles à ce point superficielles que vous ignorez qu’Einstein est aussi celui qui a inventé la mécanique quantique ? Méchant, hamlet ! Méchant ! Wouh, pas beau !

rose dit: 2 avril 2017 à 2 h 20 min

Bob dit: 30 mars 2017 à 16 h 21 min

merci mille fois

ai visionné le lien sur le voyage de 26 jours dans dix pays de l’Amérique latine. L’ai entendu prononcer des discours en espagnol, sans peine. Document passionnant, dix ans avant le coup d’état de Pinochet au Chili

Jean Langoncet dit: 2 avril 2017 à 0 h 57 min

Même à s’en tenir avant 40, les costumes rendus ne doivent pas être faciles à endosser

rose dit: 2 avril 2017 à 0 h 49 min

« A partir de là, de Gaulle sera anti-vichyste par stratégie de conquête du pouvoir, bien avant d’être anti-allemand ou anti-nazi. »

dans contre cultures, mythes et réalités, lien donné ci-dessous, lu en entier.

Mais bien sûr, voyons ! De Gaulle un grand mégallo. Vous en avez d’autres de cet acabit ?

JAZZI dit: 2 avril 2017 à 0 h 13 min

La perception est un choix, D., moi, c’est au minimum 6 km par jour à pied dans tous les divers quartiers de Paris. Ne pas oublier que nous vivons dans un capitale mondiale, une Babel reconstituée…

rose dit: 1 avril 2017 à 23 h 47 min

oursivi
30 mars à 14h30

bien vu votre remarque, comme michèle morgan ; encore et toujours aimés, les deux

merci D, pour les glyphes je ne le savais pas. Le micro l’est resté, le coeur de rouge est passé noir. Les animaux je ne sais pas.

D. dit: 1 avril 2017 à 23 h 46 min

Regarde autour de toi, la réalité est tout autre !

Ah non, certainement pas.
J’ai parcouru cet après-midi 600 mètres d’une grande avenue parisienne d’un arrondissement considéré comme « intermédiaire » autrefois, mettons il y a 35 ans, ni bourgeois ni populo.
J’ai été sidéré. Je n’ai quasiment pas entendu parler français. Les commerces non traditionnels dépassaient largement en nombre les autres. La population aux terrasses des cafés n’était pas du tout une population de souche. Elle n’en avait ni l’apparence, ni la langue, ni les comportements.
Vous faites partie des gens qui refusent de voir la réalité, c’est malheureux. Ou alors vous vivez dans une bulle, comme certains. J’arrive d’ailleurs à le comprendre.

JAZZI dit: 1 avril 2017 à 22 h 53 min

« 20 % à peine d’immigrés témoignent d’une intégration à peu près acceptable »

De quels immigrés parles-tu et d’où sors-tu ce chiffre ? De ta louche ? Regarde autour de toi, la réalité est tout autre !

rose dit: 1 avril 2017 à 22 h 23 min

Hormis les archéologues, les paléontologues & les ethnologues sans doute, nul n’est heureux de travailler sur des ruines. À commencer par les profs.

rose dit: 1 avril 2017 à 22 h 20 min

Ai planté mes petits pois. Il était temps. Lune montante.
Un type m’a adressé hier matin : verbalement et en public. J’aurais dû lui balancer deux baffes.
Il m’a dit, ce co…. « moi ça me fait du bien de vous dire ça. » Après les deux baffes, je lui aurais répondu « ah cela m’a fait du bien de vous asséner deux baffes ».
Brefle.
Mauvaise nouvelle : dans le Canard, ai lu que Fillon avait été prévenu, par la bande, que Angot était l’invitée surprise et c’est ainsi qu’il a pu se préparer à l’entretien. Règles du jeu pas respectées. Invitée surprise, pas du tout.

Jean Langoncet dit: 1 avril 2017 à 22 h 09 min

« On peut dire que 20 % à peine d’immigrés témoignent d’une intégration à peu près acceptable sur une période de 50 ans. (…) Donc sur 50 ans, c’est 20 % peine des immigrés qui répondent à ces critères. (…) »

C’est donc le april fool’s day.

Janssen J-J dit: 1 avril 2017 à 22 h 02 min

« C.q.f.d. Pourquoi faire compliqué quand on peu faire simple ? »

Merci D., je n’avais pas vu la solution pour sauver la nation sous cet aspect. Je vais donc voter pour Marine Le Pen, car maintenant je suis totalement convaincu politiquement, en effet c’est très simp’, il suffisait d’être simplement éclairé. Heureusement qu’on vouza icite, quelle chance on a, D…. outre toutes vos bonnes recettes culinaires.

hamlet dit: 1 avril 2017 à 22 h 00 min

D. aucun politique ne peut redonner à la France sa souveraineté, crétin que vous êtes !

et ça tout le monde le sait, même vous vous le savez, mais vous faites comme si vous l’ignoriez, juste pour le plaisir de passer pour un crétin.

D. vous n’avez pas besoin d’en rajouter des tonnes, il suffit de lire vos litanies culinaires pour le comprendre que vous êtes un crétin, un gamin de six le verrait de suite.

hamlet dit: 1 avril 2017 à 21 h 56 min

WGG il n’y a pas de bêtises dans la politique !
c’est la politique elle-même qui est devenue une grosse bêtise parce que la politique suppose la souveraineté de l’état gouverné.

continuer de faire comme si la France était encore un état souverain ce n’est même pas de la bêtise c’est de l’enfumage.

D. dit: 1 avril 2017 à 21 h 50 min

Janssen J-J dit: 1 avril 2017 à 17 h 47 min

C’est très simple, JJJ.
Notre pays doit rester une nation. C’est son projet. Le projet européen est d’en faire l’une des région de sa fédération future.
Il faut donc retrouver la souveraineté.
Il faut donc quitter de bien des manières cette Europe.
Par ailleurs l’immigration que nous avons connue et trop souvent suscitée est à l’évidence une catastrophe pour le pays. Seuls quelques inconscients ou les immigrés eux-mêmes disent le contraire.
On peut dire que 20 % à peine d’immigrés témoignent d’une intégration à peu près acceptable sur une période de 50 ans.
Pour moi ce à peu près acceptable se traduit par :

– Une maitrise et une pratique de la langue française
– l’abandon de marques vestimentaires en trop grand décalage avec le pays d’accueil
– l’accession ou l’essai d’accession à la propriété foncière, même petite, dans le pays d’accueil (et non pas dans le pays d’origine en vue d’un retour)
– l’acceptation de l’union des enfants avec la population accueillante.
– de préférence, et indépendamment de la réussite d’études, l’accession à une profession qui ne s’exerce pas nécessairement au sein d’une communauté immigrée.

Donc sur 50 ans, c’est 20 % peine des immigrés qui répondent à ces critères.
C’est évidemment inacceptable.
L’immigration doit donc être stoppée.

Seule Marine Le Pen propose un programme alliant à la fois la rupture avec l’Europe et l’arrêt de l’immigration.

C.q.f.d. Pourquoi faire compliqué quand on peu faire simple ?

JAZZI dit: 1 avril 2017 à 21 h 45 min

« l’école qui est devenue vraiment une fabrique de crétins »

C’est pas gentil pour les prof, WGG !

Janssen J-J dit: 1 avril 2017 à 21 h 39 min

@ »Tout y est vraiment très cohérent dans ce sens-là ».

La cohérence du psychotique, c’est un peu comme la psychose de la cohérence, ça fait assez peu avancer les débats quantiques, même si on n’a pas fini de recouvrir Kafka. On se calme : on laisse reposer GAG. Jamais le prendre à chaud, comme Attali ou Rosset. A froid, on voit qu’ils vont pas si loin, ça douche l’enthousiasm’

hamlet dit: 1 avril 2017 à 21 h 05 min

la contribution d’Einstein à la physique quantique ?
génial !
WGG vous m’étonnerez toujours, mais vous avez raison, l’important n’est pas de pondre des sornettes, l’important c’est de les pondre avec conviction !

par contre, il a peut-être influencé Kafka dans ses réfutations des lois que mécaniques quantiques, comme par exemple ne pas croire aux lois d’intrication, Einstein lui il croyait plutôt à la séparation.

Widergänger dit: 1 avril 2017 à 20 h 44 min

Je suis en train de lire le bouquin de G.A. Goldschmidt sur Kafka. Ces analyses sont très curieuses parce qu’elle font constamment penser à la conception du temps que se fait la mécanique quantique. C’est à se demander si Kafka n’a pas eu de très sérieuses discussions avec Einstein à ce sujet quand celui-ci enseignait à Prague et rencontrait Kafka dans les cafés comme le café Louvre et dans le salon Fanta. On a constamment l’iompression à lire S. A. Goldscmidt que Kafka a transposé la mécanique quantique (qu’Einstein a inventée aussi à l’origine avec Max Plank) en littérature. Mais en tous cas, les analyses de Georges-Arthur sont passionnantes. Et elles confirment ce que je pense, à savoir que le monde de Kafka ressemble à celui d’un psychotique, et la mécanique quantique aussi. Tout y est vraiment très cohérent dans ce sens-là. Cela rejoint aussi ce que dit Lacan concernant le savoir humain qui est d’ordre psychotique. Le sens du temps chez Kafka, où le présent a pour origine finalement le futur rejoint aussi certaines intuitions de Nietzsche. Enfin, tout ça donne beaucoup à penser. À mon avis, on n’a pas encore vraiment lu Kafka. C’est encore beaucoup plus révolutionnaire qu’on ne pense.

Widergänger dit: 1 avril 2017 à 20 h 34 min

Chaque domaine connaît son registre de la bêtise. Mais la politique tient le pompon quand même. C’est dans le discours politique qu’on entend le plus de bêtises, massivement. C’est constant et permanent. Une sorte de machine très sofistiquée à produit à jet continu de la bêtise. C’est très curieux…

Dire qu’il y a des gens pour se passionner pour Asselineau. Des gens pas bêtes du tout. C’est très étrange tout de même. Ils gobent tout ce qu’on leur dit qui les flattent. Je crois qu’il n’y a vraiment plus rien à espérer de la politique ni de l’école qui est devenue vraiment une fabrique de crétins, et la politique un domaine complètement pourri jusqu’au trognon. Le pire est certainement devant nous…

Janssen J-J dit: 1 avril 2017 à 17 h 47 min

Bonjour, D. Nous aimerions que vous preniez sur votre repas du soir le temps de nous expliquer pourquoi Mme Le Pen va nous sortir du mauvais pas dans lequel notre pays vous semble plongé. Que l’on soit bien sûr de vos arguments, afin de vous suivre s’ils s’évéraient convaincants. Merci d’avance pour votre aide.

Janssen J-J dit: 1 avril 2017 à 17 h 42 min

@16.43 TL – J’attends que cela fasse à peu près 1500 pages, pour mon contrat chez « Bouquins Laffont » (prévu en 2018).

LAURENT Thierry dit: 1 avril 2017 à 16 h 43 min

A quand la publication en volume du transcript de vos billets 2008-2016 ? Tout comme le transcript des chroniques de Bernard Frank pour la période 1989-2007 ?

D. dit: 1 avril 2017 à 16 h 33 min

Cher hamlet,

Si je suis un crétin alors vous êtes assurément une personne d’une intelligence remarquable.
Je vous laisse décortiquer ceci dans le sens que vous voudrez.

Bien à vous,

Dorothée Sépapolis

Janssen J-J dit: 1 avril 2017 à 16 h 20 min

@ Et Emmanuel Macron, me direz-vous ? Eh bien il macronise comme d’habitude : « Question difficile. J’aime autant Stendhal que Camus, Gide que Rimbaud. Je place très haut Fureur et Mystère, recueil de René Char publié en 1948 »

Donc le verbe « MACRONISER » (carboniser les macarons ?) commence à se préciser en politique littéraire. Grand temps de le stabiliser : ménager le chou de la chèvre ?; mélangeoyer les patchworks ? ; tirer de droite à gauche ? ; bigarrer de but’en blanc ou d’hue à dia ? ; saucer carottes sur navets ? ; manualiser c. et b. ? ; estrofilloniser ? ; catch-attaliser ? ; extrèmcentraliser ?
(Bougui-Bouglam).

Lors de ta visite « Cita livres » par chez nous, le 6 avril à la médiathèque de la Tremblade, on t’attendra pour signer. Sinon, RV à la médithèque du Chateau d’Oléron le lendemain. Le 23 à l’Arsenal, ce sera trop tard, mais Bilhoreau qu’est pas très loin retranché sur le continent, pourrait aller y faire un tour, pour se bouger un peu et nous représenter, surtout s’il y a Josyane S. pour vous accueillir au Point de côté.
BJ à toussent.

Sergio dit: 1 avril 2017 à 16 h 14 min

Le réchauffeur à pneus c’est peut-être un peu exagéré, mais par exemple les repose-pieds, les motos actuelles sportives ont déjà en standard ce qu’on s’ingéniait à kiter : donc maintenant les repose-pieds (ou les pots !) traînent plus comme avant. Les genouillères en revanche c’est récent, mais enfin se pointer au bureau avec ça…

Sergio dit: 1 avril 2017 à 15 h 31 min

Non mais y a des combines, par exemple on peut limer en biais l’extrémité des repose-pieds pour faire croire qu’on râpe à mort à tous les virages… Et ça les filles le savent, elles se débrouillent pour aller mater discrétos les repose-pieds d’une bécane sportive à l’arrêt !

Sinon pareil, avec les dispositifs de préchauffage des pneus on peut les user sur le côté, itou comme ça elles vont voir si on penche ou non, et puis les genouillères, ça peut se travailler à la main au papier de verre…

JC..... dit: 1 avril 2017 à 14 h 14 min

Car, c’est plus difficile de prendre un virage serré sur une 750 cm3, que de réussir l’agrégation de philo, non ?!

hamlet dit: 1 avril 2017 à 14 h 01 min

d’un côté on a les conseils d’un monde soi disant cultivé et de l’autre des gens qui les écoutnet et font le contraire de ce qu’ils disent.

ça c’est la définition actuelle du mot « culture ».

à force de tenir des discours déconnectés du monde réel le monde de la culture est devenu le guide du peuple.

c’est ce qu’on appelle une révolution culturelle.

c’est drôle non ?

JC..... dit: 1 avril 2017 à 14 h 00 min

Au Sud, on se moque d’ESTROSI de la façon suivante : « Estrosi ? Ah, oui ! le motodidacte… »

Ignoble, non ?!

hamlet dit: 1 avril 2017 à 13 h 58 min

à chaque fois que Pujadas dit un mot contre le Pen ça lui fait gagner cent voix de plus.

cent voix par mot faites le compte D.

le mieux que Pujadas puisse faire pour éviter que le Pen gagne c’est la boucler, ou partie un mois en vacances en attendant les élections.

pour Angot c’est mille voix de plus pour Fillon par mot, elle bat tous les records de contre productivité.

elle qui s’imagine incarner le peuple, c’en est risible, elle n’incarne que les trois débiles qui écoutent france culture du matin au soir.

c’est super drôle !

hamlet dit: 1 avril 2017 à 13 h 55 min

à tel point que le monde est devenu prévisible depuis que la majorité fait le contraire de ce que lui dictent les élites.

c’est facile : il suffit d’écouter un écrivain, un sociologue, un politologue, un historien, un démographe ou un journaliste, et hop ! on sait ce que la majorité va faire.

c’est même très drôle!

hamlet dit: 1 avril 2017 à 13 h 44 min

mais non D. ! crétin que vous êtes !

il n’y a plus de bons et de mauvais, il y a juste deux mondes séparés qui ne communiquent pas entre eux : ceux qui en c.ient et ceux qui leur font la morale.

hamlet dit: 1 avril 2017 à 13 h 43 min

certains s’en sont aperçus, des intellectuels et des journalistes, suite aux différents référendums où leur parole n’était plus suivie par le troupeau.

du coup certains, les plus agacés, ont même dit qu’il fallait arrêter ces référendums, à quand la fin des élections…

trop drôle.

D. dit: 1 avril 2017 à 13 h 41 min

Il ne vous viens pas à l’idée une seule seconde, mon pauvre hamlet, que si Marine Le Pen gagne, c’est qu’elle est incontestablement la meilleure de toute cette clique qui se présente ?

hamlet dit: 1 avril 2017 à 13 h 41 min

c’est un phénomène très drôle.

l’élite intellectuelle se plaint de pas être écoutée, ils ont tort non seulement ils sont écoutés mais en plus ils font gagner ceux qu’ils combattent.

c’est génial !

hamlet dit: 1 avril 2017 à 13 h 39 min

si le Pen gagne ce sera grâce aux journalistes et aux élites intellectuels.

à chaque fois qu’ils s’en prennent à elle, elle gagne des voix.

comme pour Trump, à chaque fois que les journaux neworkais l’alignaient ça lui faisait des voix en plus.

hamlet dit: 1 avril 2017 à 13 h 37 min

si Fillon gagne ce sera grâce à Angot.

il faudra qu’il lui envoie un beau bouquet de fleurs parce qu’elle aura bien mérité.

hamlet dit: 1 avril 2017 à 13 h 30 min

Bloom, la moité de douze ans, prostituée à six anspar ses parents pour une poignée de roupies ?

c’est la faute au système…

pour Cheng le mal absolu c’est Nanking, pour WGG le mal absolu c’est la Shoah, et prostituer des gamins c’est la routine, pardon c’est le système.

hamlet dit: 1 avril 2017 à 13 h 26 min

« Widergänger dit: 1 avril 2017 à 11 h 26 min
Bonnes interview ce matin de Finkielkraut dans Le Figaro. Et il gueule contres les EPI au collège et il a raison. L’École est en ruines. Comment en es-on arrivé là ? »

c’est la faute au système…

JC..... dit: 1 avril 2017 à 12 h 21 min

Le Docteur-Ingénieur Bougboug, actuellement indisponible pour emprisonnement, le département R&D de Boug Industries Ltd, va mettre son savoir à la mise sur le marché d’une prothèse MACRON, au prix de 399 euros, approuvée par l’Elysée.

Le déguisement, disponible en version SENIOR, ACTIF, ETUDIANT, vous permettra de faire du Lampedusa socialiste dans vos parties internationales.

A peu de frais…

boudegras dit: 1 avril 2017 à 12 h 15 min

Je sors de ma réserve juste pour dire ceci à propos de JC :
comment voulez-vous faire croire à une andouille que c’est bien une andouille, hein ?

JC..... dit: 1 avril 2017 à 12 h 13 min

La macronisation est une carbonisation politique ! aussi irréversible que la perte de séduction de la Fée Clochette.

JAZZI dit: 1 avril 2017 à 11 h 57 min

Tu as donné le meilleur de toi-même à l’Education nationale, WGG, passe la main et songe plutôt à ta nouvelle vie !

Lacenaire dit: 1 avril 2017 à 11 h 45 min

« L’école est en ruines. Comment en es-on arrivé là » écrit WWG avec une belle faute… réponse : JC…..

JC..... dit: 1 avril 2017 à 11 h 39 min

« Comment en est-on arrivé là ? » (Wiwi)

L’école donne de l’instruction aux nombreux merdeux, futurs consommateurs sans cervelle, que les parents mettent au monde après avoir tiré un coup le samedi soir après le chômage …

L’école sans les parents, c’est une infirmité réciproque qui ne pardonne pas.

On en est arrivé là, par la faute du capitalisme lifté, botoxé, européanisé, criminel toujours en liberté !

JAZZI dit: 1 avril 2017 à 11 h 36 min

« L’École est en ruines. Comment en es-on arrivé là ? »

Sans doute un peu à cause des prof, WGG ?

Widergänger dit: 1 avril 2017 à 11 h 30 min

Bon papier aussi de Natacha Polony sur Macron et son capitalisme à visage malin qui va tous nous macroniser.

Widergänger dit: 1 avril 2017 à 11 h 26 min

Bonnes interview ce matin de Finkielkraut dans Le Figaro. Et il gueule contres les EPI au collège et il a raison. L’École est en ruines. Comment en es-on arrivé là ?

JC..... dit: 1 avril 2017 à 11 h 00 min

« Perdent un bout d’eux mêmes, Etre entier impliquerait d’accepter de perdre un peu de soi » (Bloom)

Balls ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*