de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Identité, vos papiers !

Identité, vos papiers !

Y a-t-il quelqu’un dans la salle qui pourrait nous expliquer pourquoi le beau mot d’ « identité » est devenu maudit ? Le phénomène monte depuis quelques années. Il a désormais atteint son acmé au point que nul ne peut le prononcer sans qu’il soit entendu dans une acception systématiquement péjorative qu’elle soit présentée comme heureuse (Alain Juppé), malheureuse (Alain Finkielkraut), meurtrière (Amine Maalouf). A croire qu’un écho subliminal s’y est perfidement accolé et que toute identité est nécessairement nationale pour ne pas dire nationaliste. On se retrouve aussitôt voué aux gémonies réactionnaires. Comme si ne pouvait exister une identité plurielle, diverse, cosmopolite !

Cela n’aurait rien de contradictoire avec le caractère particulariste d’une nation, celui-ci étant le plus souvent, et plus encore dans notre histoire qu’ailleurs, le fruit de la rencontre, du métissage et de l’absorption dans la grande chaudière intégratrice. Ce qui nous fait dire que si la France est incontestablement multiethnique, elle n’est pas pour autant multiculturelle comme le rêvent les partisans du communautarisme encore travaillés par le déni et la culpabilité. Faudra-t-il en venir aux dernières extémités, soustraire l’identité de son inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques et considérer la quête d’identité comme un droit de l’homme ?

Un peu déçu sur ce plan là par l’Histoire mondiale de France (ma seule réserve), je me suis donc précipité sur Malaise dans l’identité (100 pages, 10 euros, Actes Sud) car sur ces questions-là, rien de ce qui sort de la plume d’Hervé Le Bras ne devrait laisser indifférent. Ce démographe est en effet l’un des chercheurs les plus rigoureux et les plus neufs dans ses analyses pour ce qui touche à l’histoire des populations, aux mœurs et aux opinions, loin de l’idée qu’un Américain se fit de lui lorsqu’il le traita de « Renaissance man », c’est à dire, dans son esprit et son langage, de dilettante dont la réflexion était retenue à la surface des choses.

L’auteur tient que l’identité n’est ni une réalité objective, ni un fantasme, mais une chose impalpable et indéfinissable (trop vague, le mot « valeur » est devenu une auberge espagnole), trop profondément ancrée désormais dans l’esprit des gens pour être ignorée ou éradiquée ; il faudrait donc s’en emparer afin de ne pas la laisser s’égarer dans ses mauvais penchants (la fermeture, l’étrécissement, l’isolationnisme) et de l’encourager dans son plus louable tropisme (l’ouverture). Bien sûr, ce petit livre contient quelques pages de chiffres, mais pas trop. L’un des plus étonnants n’est pas celui de la baisse de fréquentation à la messe du dimanche (12,5 % des Français sondés disent y assister contre 40% dans les années 1965) mais le fait même que ce critère-là soit prépondérant pour témoigner du déclin du catholicisme ; il nous semblerait plutôt que le baptême des nouveaux nés, même s’il n’est jamais suivi de pratique religieuse par la suite, est autrement plus significatif ; d’ailleurs, longtemps l’Eglise ne s’y est pas trompée qui martèle encore partout son message « Baptisez-les ! » (et non pas rejoignez-nous dimanche prochain…)

Les observations d’Hervé Le Bras ouvrent bien des pistes et suscitent d’utiles rappels comme cette mise en garde de Freud contre « le narcissisme des petites différences » trouvée dans son Malaise dans la culture (ou Malaise dans la civilisation selon l’ancienne traduction). Mais si j’y ai bien trouvé des explications à la tentation identitaire qui hante notre société, d’utiles invitations à relire le Braudel de l’Identité de la France et le Renan de Qu’est-ce qu’une nation ? (« un plébiscite de tous les jours »), il avoue sécher côté définition, ce qui n’éclaire guère notre lanterne. Plutôt que de s’échiner à nommer la chose autrement que comme « un concept vague et fuyant », et à défaut de pouvoir s’en débarrasser, Hervé Le Bras propose finalement de rester braudélien en avançant à son tour que l’identité est un processus qui se reflète dans sa capacité au changement, au mouvement, à la transformation. Mais ce n’est pas lui qui nous dira pourquoi, tout en étant mouvante, elle est devenue si mortifère.

La quête d’identité n’est peut-être pas le propre de l’homme, du moins l’est-elle d’un certain nombre de manière naturelle ; mais ce serait vraiment les réduire que de les caricaturer en nostalgiques et mélancoliques n’ayant que le passé pour horizon, figés en position de repli défensif dans le souci exclusif des origines, irrémédiablement voués aux passions tristes (peur, ressentiment…). Surtout en un temps où la disparition des repères traditionnels rend cette quête plus aiguë encore car ancrée dans un grand sentiment d’insécurité, dans l’inquiétude et l’intranquillité. Le hors-série de la revue L’Histoire sur la grande querelle de « L’histoire de la France » (98 pages, 6,90 euros, Avril 2017) est peut-être celui fournit un élément de réponse fût-ce indirectement. Par la définition du Français selon le médiéviste Lucien Febvre :

« Un bénéficiaire, un héritier, un créateur ».

Par celle de son ami Marc Bloch dans son admirable réflexion de 1940 L’Etrange défaite :

« Il est deux catégories de Français qui ne comprendront jamais l’histoire de France, ceux qui refusent de vibrer au souvenir du sacre de Reims ; ceux qui lisent sans émotion le récit de la fête de la Fédération »

Enfin par les articles consacrés au Michelet qui définissait le pays comme une entité avant tout morale :

« La France est une personne ».

Et les débats de se poursuivre à un mois des élections, tous ayant l' »identité » plein la bouche, nul ne s’aventurant à la définir et nous de continuer à entendre en sous-texte que sa quête individuelle est nécessairement sombre, négative, excluante, ce qui nous empêchera jamais de vibrer tout particulièrement et de toutes nos fibres à ce tableau si français de Claude Monet, allez savoir pourquoi.

(« La Terrasse à Sainte Adresse », 1867, huile sur toile de Claude Monet, Metropolitan Museum of Art, New York)

Cette entrée a été publiée dans Actualité, Histoire.

847

commentaires

847 Réponses pour Identité, vos papiers !

Delaporte dit: 29 mars 2017 à 15 h 08 min

« le temps où les écrivains lisaient leurs oeuvres en petits comités »

Cette nostalgie de la parole orale témoigne d’un temps où la littérature comptait encore vraiment. Article très intéressant, qui vient troubler notre décadence.

Bob dit: 29 mars 2017 à 15 h 05 min

rose dit: 29 mars 2017 à 14 h 35 min
Mais, rose , suivre un tel génie prodigieux est admirable, au contraire (et mérite une récompense)

D dit: 29 mars 2017 à 15 h 04 min

pas par je me construis en entubant mon voisin.

c’est la raison pour laquelle je refuse d’acheter du beurre allemand.

rose dit: 29 mars 2017 à 15 h 02 min

L’Amérique est loin d’être en déclin.
Depuis Trump le dollar a pris 20 %. Il est aujourd’hui égal – presque- à l’euro.
C’est vers l’ Afrique qu’il faut se tourner.

Sergio dit: 29 mars 2017 à 14 h 55 min

rose dit: 29 mars 2017 à 13 h 31 min
À choisir je préfèfe une vieille bique qu’un grand cheval.

Houi enfin pour passer un oxer double d’un mètre trente c’est pas encore sûr…

rose dit: 29 mars 2017 à 14 h 54 min

Magnifiques vos échanges D et Widergänger sur la construction de l’Europe.
Arriver à un équilibre financier. L’égalité passera par l’équilibre. Et pas par je me construis en entubant mon voisin.

D dit: 29 mars 2017 à 14 h 46 min

Quelqu’un disait hier sur ARTE que les États-nations n’existent plus mais ne le savent pas encore.

On sent que ça ne vous déplait pas.
Avouez. Vous seriez prêt à vous coucher et donner la patte pour que ça se passe comme ça.

Moi pas. J’aboie et je mords si on s’en prend à mon pays.

la vie dans les bois dit: 29 mars 2017 à 14 h 43 min

Embrouillamini sans précédent en hollandie, où Manu et Manu s’envoyent des consignes de reconnaissance faciale, genre : tu n’as pas une tête de renouvellement des visages.

rose dit: 29 mars 2017 à 14 h 42 min

Dieu au milieu pour éviter les disputes et distribuer le travail. L’homme couve les oeufs. La femme court les défilés de haute couture.
Croyez-vous qu’Abraham Poincheval -qui est un homme très autonome et indépendant-ai pu voir le reportage sur les manchots royaux du détroit de Magellan ?
Non.
Je crois que deux mois debout à garder l’oeuf sur les pattes et sous les plumes, il ne le peut pas. Il doit couver des oeufs de poule.

rose dit: 29 mars 2017 à 14 h 38 min

Ben oui.
C’est dans les vieux pots que l’on fait d’excellentes soupes.
Jibé connaît la vie je vois.

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 14 h 37 min

Je partais de l’idée que, si l’homme est à la droite de dieu, la femme devait se situer à sa gauche, rose…

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 14 h 35 min

Solution du jeu

« On ne sait plus bien s’il existe encore des femmes, s’il en existera toujours, s’il faut ou non le souhaiter, quelle place elles occupent dans le monde, quelle place elles devraient y occuper… Mais d’abord : qu’est-ce qu’une femme ? »

Simone de Beauvoir, « Le deuxième sexe »

Bob dit: 29 mars 2017 à 14 h 30 min

rose dit: 29 mars 2017 à 14 h 18 m
instinct maternel pour les frippées liftées (et qui les prennent au berceau ou presque?) ..

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 14 h 28 min

Certainement WGG, et Bergé aussi et bien d’autres barbons, mais pour la façade, il lui faut des visages nets et lisses. Ce n’est pas à Macron que l’on apprendra que c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes…

rose dit: 29 mars 2017 à 14 h 27 min

Des nations comparables, pas des affamés de budget.

Le Portugal est en rage. Les quotas de la pêche. La catastrophe de la sur-pêche. On met en place des lois qui ne profitent qu’aux pays limitrophes. On dit à 200 000 milles des côtes.
Ok à 200 000.
Après, on leur dit aux portugais  » oui mais si vous voulez telles subventions, alors on vient à 50000 des côtes. »
Ils négocient. Finalement la cotte est mal taillée.
Les autres bateaux appochent à 100 000 milles des côtes. Ils ont eu les subventions.

On ne peut pas empaffer ses voisins européens.

Bob dit: 29 mars 2017 à 14 h 27 min

rose dit: 29 mars 2017 à 14 h 18 min
Si vous parlez son mari, il est décédé (et était de 1928, donc d’une vingtaine d’années de plus qu’elle

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 14 h 23 min

Vieille barbe ou pas, Jibé, Attali est dans les coulisses. Et il n’a pas dit son dernier mot. C’est le Mercure de Macron.

Nicolas dit: 29 mars 2017 à 14 h 22 min

Vous ratez tout sur le système mafieux du FN, extrait : »
Le 16 juin 2014. Voilà près de trois semaines que le Front national a remporté une victoire sans précédent aux élections européennes. Vingt-quatre députés issus du parti d’extrême droite siègent au Parlement européen, constituant la première délégation française à Strasbourg. Mais en même temps que cette expansion électorale, le FN a vu ses dépenses augmenter dangereusement au cours des derniers mois. A tel point que son trésorier, Wallerand de Saint Just, prend la plume, ce jour-là, pour alerter sa présidente, Marine Le Pen.

« Ma chère Marine, voici les comptes 2013 et une présentation un peu différente faite par moi-même. En 2013, les dépenses ont été mensuellement de 100 000 euros plus élevées que prévu »commence l’ancien avocat. Les « réceptions », les « voyages » ou encore les « congrès-manifestations » ont connu une augmentation en flèche. « Ces postes sont difficiles à contrôler », s’alarme le trésorier. Fort heureusement, Wallerand de Saint Just, homme de confiance de la présidente, a une solution toute trouvée. « Dans les années à venir et dans tous les cas de figure, nous ne nous en sortirons que si nous faisons des économies importantes grâce au Parlement européen et si nous obtenons des reversements supplémentaires. »
Quand on vous dit qu’il faut plus d’Europe!

Bob dit: 29 mars 2017 à 14 h 21 min

JC….. dit: 29 mars 2017 à 14 h 15 min
elle avait pas eu le temps de lui préparer et faire réciter ses fiches de géo

la vie dans les bois dit: 29 mars 2017 à 14 h 19 min

Capitalisme financier, comme attali. Parce que les patrons, eux, ne semblent pas trop décidés à « marcher », avec Manu.

rose dit: 29 mars 2017 à 14 h 18 min

Betty Lagardère aussi vit avec un mari qui a 20 ans de moins. C’est le seul point avant gardiste de Macron. Les femmes devrions revoir notre copie. Plutôt qu’un vieux bouc, 🐏, qui pue, un petit perdreau de l’année qui couvera nos oeufs. 😇

JC..... dit: 29 mars 2017 à 14 h 17 min

« Pour moi la Russie n’a pas à intégrer l’Europe. » (rose)

Bien sûr, Pierre le Grand était bête : il vaut mieux intégrer en Europe Soleiman Erdogan et ses tourterelles turques.

Bob dit: 29 mars 2017 à 14 h 16 min

rose dit: 29 mars 2017 à 13 h 41 min
« Le 49 3 a été gravement impopulaire. »
La loi macron aussi ! Pas assez réacs pour les esprits fins
Nul doute que le jeune prodige corrigera encore plus le tir

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 13 h 57 min
« Il a dit de nouvelles têtes, WGG, pas de vieilles barbes !
Et une femme ! (Xav ? ? Nabila ? valérie?)

JC..... dit: 29 mars 2017 à 14 h 15 min

Manifestement, le Bébé socialiste à sa Mémère marche sur l’eau, poussé par des vents favorables bien que capitalistes…

Pour l’instant !

la vie dans les bois dit: 29 mars 2017 à 14 h 10 min

Quelques erreurs de prog à corriger, pour que Manu sache où il « marche », en géographie française en particulier, certes celles concernant les Antilles et la Guyane, mais aussi Villeurbanne, qui n’est une banlieue de Lille.

rose dit: 29 mars 2017 à 14 h 09 min

Pas d’accord sur un point avec vous Widergänger ( le reste ça va) non on n’intègre pas la Russie à l’Europe. Grande nation que l’on se doit de.considérer comme une grande nation. Et pas comme un gosse à qui on tape sur les doigts.
Je rêve de voir ce jour où on traitera différemment la Russie de comment elle est mal-traitée aujourd’hui par ses partenaires européens.
Pour moi la Russie n’a pas à intégrer l’Europe.

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 13 h 57 min

« J. Attali en Premier ministre… »

Il a dit de nouvelles têtes, WGG, pas de vieilles barbes !

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 13 h 54 min

Oui, mais l’époque où de Gaulle est arrivé au pouvoir était très spéciale avec la menace d’une guerre civile bien réelle. C’est pas le cas aujourd’hui avec Macron.

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 13 h 54 min

« qu’est ce que tu fais »

Elle dit que tu pue comme un vieux bouc, JC. Tu devrais essayer « Eau sauvage » de Dior ?

la vie dans les bois dit: 29 mars 2017 à 13 h 54 min

Une faiblesse est une force. Manu Macron, fort désormais des piliers historiques de la hollandie, va devoir refaire sa « révolution ».

JC..... dit: 29 mars 2017 à 13 h 52 min

De la description, Poincheval semble être un vrai gland…. Profession du gland ? Arpiste ! Manchot…

rose dit: 29 mars 2017 à 13 h 51 min

tunnel
Ours(il a acheté la peau au Canada, a construit sa maquette).
C’est un garçon silencieux. Il fait. Ne dit rien. Ne théorise pas.
Couver des oeufs c’est un rêve. Il va se retrouver comme Konrad Lorenz. Il a une femme pourtant.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 13 h 50 min

La déclaration de Hamon est peu convaincante. C’est la fin du PS à mon avis. C’est aussi la fin du LR avec les casseroles de Fillon.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 13 h 49 min

Rose,
Quand tu dis que tu ne me parles pas, qu’est ce que tu fais, sinon l’inverse ?!….

RACLURE !!! Naine lubrique, bique pédagogique, épouvantail à moineaux, sous préfète au champs pagne, Harpie de l’Estaque, goule, Érinye, bergère sans troupeau, dame aux caramélias, concierge aux pièces, infâme ablette !

rose dit: 29 mars 2017 à 13 h 48 min

Abraham Poincheval je le connais nommément sans être de son cercle. Je me fais un sang d’encre pour lui depuis quelques années. Il a commencé sur le toit d’un gratte ciel en Corée.
S’est enterré dans un tu nel qu’il a lui-même creusé. Avec des.provisions d’accord. A passé deux semai es à l’intérieur d’un lurs et il fallait le mater par le trou du cul de l’ours au musée de la chasse… Si être un artiste s’est s’exposer, c’est un artiste.

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 13 h 44 min

« La faiblesse de Macron c’est qu’il n’a pas de parti derrière lui. »

De Gaulle, non plus, au départ, et il avait en plus le parti communiste face à lui. Il arrive que d’une faiblesse on fasse une force…

la vie dans les bois dit: 29 mars 2017 à 13 h 42 min

L »arstiste Abraham Pointcheval tente actuellement de couver des œufs. C’est aussi une recherche d’identité.

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 13 h 42 min

Il s’agit d’un livre fondateur, mais de quoi, de la deuxième moitié du siècle dernier… made in France !

rose dit: 29 mars 2017 à 13 h 41 min

J’espère bien que cela arrivera avant l’horizon du siècle plur que nius y assistions.
Le 49 3 a été gravement impopulaire. Valls doit s’en mordre les doigts jusqu’au coude. J’aurai voté Valls. Pas Macron.Oui sur c’est un homme d’État. Finalement, faudrait 1/supprimer les primaires ; et 2/ admettre un maximum de candidats (je ne sais 4 ou 6 pas plus) et 3/ exiger la parité aux présidentielles.
En France, nous sommes en retard sur tout. C’est quand même un monde, ça d’être très doué en tous domaines et tout le temps en retard sur le reste du monde, comme si nous étions autistes.

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 13 h 40 min

« On ne sait plus bien si la gauche existe encore, si elle existera toujours, s’il faut ou non le souhaiter, quelle place elle occupe dans le monde, quelle place elle devrait y occuper… Mais d’abord : qu’est-ce que la gauche ? »

Ce texte est un pastiche, je n’ai fait que remplacer un mot par un autre. Saurez-vous le retrouver ?

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 13 h 38 min

Les primaires ont en fait totalement détruit le système des partis. En réalité c’est une implosion de la vieille structure des partis. Toute cette mécanique vide ne fonctionne plus.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 13 h 36 min

Vieille bique pour Taubira est méchant, tendancieux, discourtois, exagéré. Vieille caunne me parait plus précis, moins sujet à polémique, plus réaliste !

rose dit: 29 mars 2017 à 13 h 34 min

On aura alors un président pour tts les nations. Je l’attends depuis longtemps cela. C’est tout à fait passionnnant.

Une chèvre pleure quand elle perd son petit. De vraies larmes. Une chevrière me l’a dit.

rose dit: 29 mars 2017 à 13 h 31 min

C pas très gentil pour Taubira, vieille bique.
À choisir je préfèfe une vieille bique qu’un grand cheval.

(Ramer des pieds, je crois que c destiné à ralentir la descente ; cela s’appelle brasser de l’air.)

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 13 h 15 min

Quelqu’un disait hier sur ARTE que les États-nations n’existent plus mais ne le savent pas encore. C’est comme dans les films de Walt Disney où on voit un personnage battre des pieds dans le vide sans se rendre compte qu’il est dans le vide et est condamné à tomber.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 13 h 13 min

La gauche comme la droite n’existent plus vraiment. Mais elles vont mettre plusieurs années à mourir. On bascule dans un autre monde. C’est l’Europe qui émerge.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 13 h 10 min

Taubira c’est la vieille garde. Elle est complètement dépassée par la réalité qui ne correspond plus du tout aux vieux schémas. L’histoire s’accélère et va éjecter très vite les vieilles biques.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 13 h 09 min

La faiblesse de Macron c’est qu’il n’a pas de parti derrière lui. Ça ne jouera pas pour les présidentielles mais pour les législatives ça risque de l’affaiblir pour trouver une majorité pour le soutenir dans la mise en œuvre de sa politique.

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 13 h 09 min

« Christiane Taubira se dit « atterrée » par l’effet d’Emmanuel Macron « sur de jeunes esprits », lui reprochant de méconnaître le clivage droite/gauche »

On ne sait plus bien si la gauche existe encore, si elle existera toujours, s’il faut ou non le souhaiter, quelle place elle occupe en politique, quelle place elle devrait y occuper… Mais d’abord : qu’est-ce que la gauche ?

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 12 h 52 min

Manuel Vals a très propablement des informations au sujet du FN que tout le monde n’a pas. Sa prise de position est très courageuse. C’est un homme d’Etat.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 12 h 45 min

L’Europe des nations est une phase transitoire nécessaire dans la construction européenne. Mais on voit bien que l’État-nation est en déclin et à terme les nations s’effaceront de l’horizon politique parce qu’elles ne seront plus efficaces. Mais c’est à l’horizon du siècle.

On le voit bien d’ailleurs. La pression européenne est telle que le vieux système des partis est en train de voler en éclat, sous la pression de Poutine en particulier qui soutient le FN à coups de prêt bancaire et de propagande pour Le Pen et contre Macron.

Manuel Vals est responsable en agissant comme il agit. Le danger est réel de voir le FN fragiliser la France et l’Europe. Mais les élections législatives qui suivent vont être très tendues et la gestion du pays ensuite pendant cinq ans. Ça va tanguer.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 12 h 40 min

« Bonne journée aux filles de la rdl, dans l’ensemble bien moins co.nnes que pas mal de glan.dus retraités d’icite. » (Gigi Golette)

Personne n’est à l’abri d’un communautarisme féministe de cellule de dégrisement intellectuel …

Janssen J-J dit: 29 mars 2017 à 12 h 38 min

@ « l’on nous parle d’identité, de racines ; mais de la brève parabole de notre vie, de la fidélité au temps, rien ». Non, moi, je ne dirais pas cela… chacun reste fidèle à son propre temps, à défaut de rester fidèle à « notre temps », à sa morale contingente et provisoire coincée entre deux néants historiques de longue haleine, autrement dit dans les injonctions contradictoires de la force et de la justice, ce défi réaliste de Pascal si mal solutionné par la belle trouvaille de l’article 12 et forcément, de l’article 13) – rappelés au fil de l’eau ##
Programmations sécurisantes à faire peur pour 5 ans :
-> Jordan Bardella (Le Pen) propose de créer 15000 postes de policiers et gendarmes
-> Christophe Castaner (Macron), 10000 postes P-G
-> Eric Ciotti (Fillon), 5000 postes P-G
-> Dominique Raimbourg (Hamon), 5000 postes P-G (1000/an)
-> Ugo Bernalicis (Mélanchon), 3000 postes P-G + 2000 en PTS et 3000 agts adm.
/// Pour les 6 autres on sait pas trop : des diminutions drastiques d’effectifs à prévoir, surtout chez Nathalie et Philippe/// » (fermons la parenthèse des quotes avec nos 2 doigts pliés).
Littérature : ‘Des souvenirs américains’, de Michael Collins (Bourgois), un roman m’a beaucoup déçu. Heureusement, le souvenir des amours pudiques de la grande Goliarda Sapienza sont un régal compensateur, notamment son « Rendez-vous à Positano » que je conseille à mes entourages.
Medias : persiste à penser que Christine Angot fut courageuse avec son bracelet électronique face à fion, et pourtant je ne la lirai jamais, à la différence du cardinal de Retz.
Bonne journée aux filles de la rdl, dans l’ensemble bien moins co.nnes que pas mal de glan.dus retraités d’icite.

XYZ dit: 29 mars 2017 à 12 h 36 min

l’époque du pdg à la sœurette philosophe

Aussi philosophe que Michel Henry était rocker. Le frèrot est toujours du bon côté de la cognée (oppotuniste? comme vous y allez!) Fratrie de rêve, le nec plus ultra du boboisme socialo-caviar. Insubmersibles.

Janssen J-J dit: 29 mars 2017 à 12 h 34 min

@ « l’on nous parle d’identité, de racines ; mais de la brève parabole de notre vie, de la fidélité au temps, rien ». Non, moi, je ne dirais pas cela… chacun reste fidèle à son propre temps, à défaut de rester fidèle à « notre temps », à sa morale contingente et provisoire coincée entre deux néants historiques de longue haleine, autrement dit dans les injonctions contradictoires de la force et de la justice, ce défi réaliste de Pascal si mal solutionné par la belle trouvaille de l’article 12 et forcément, de l’article 13) – rappelés au fil de l’eau ##
Programmations sécurisantes à faire peur pour 5 ans :
->Jordan Bardella (Le Pen) propose de créer 15000 postes de policiers et gendarmes
->Christophe Castaner (Macron), 10000 postes P-G
->Eric Ciotti (Fillon), 5000 postes P-G
Dominique Raimbourg (Hamon), 5000 postes P-G (1000/an)
->Ugo Bernalicis (Mélanchon), 3000 postes P-G + 2000 en PTS et 3000 agts adm./// Pour les 6 autres on sait pas trop : des diminutions drastiques d’effectifs à prévoir, surtout chez Nathalie et Philippe. (je ferme la parenthèse des quotes avec mes 2 doigts pliés).
Littérature : Des souvenirs américains, de Michael Collins (Bourgois)…, ce romancier m’a beaucoup déçu. Heureusement, le souvenir des amours pudiques de la grande Goliarda Sapienza restent un régal compensateur et notamment son « Rendez-vous à Positano ».
Medias : je persiste à penser que Christine Angot a été courageuse avec son bracelet électronique face à fion, et pourtant je ne la lirai jamais, à la différence du cardinal de Retz.
Bonne journée aux filles de la rdl, dans l’ensemble bien moins connes que pas mal de glandus retraités d’icite.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 12 h 30 min

J’ai beaucoup de respect pour toi, ami WGG, mais cela doit être réciproque. Il ne peut y avoir qu’une heureuse Europe, celle des Nations comparables, pas des provinces, pas des affamés de budgets.

Le reste est verbiage.

D. dit: 29 mars 2017 à 12 h 29 min

Oui c’est une chaîne de haute qualité et en plus gratuite.
Mais pas toujours neutre. Nettement pro-européenne, avec toutes les idéologies bien-pensantes mais en realité décadentes qui peuvent en découler.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 12 h 13 min

Mais on a une chance formidable d’avoir une chaîne de TV comme ARTE ! Quand on voit l’état de déréliction des autres chaînes en Europe. Je ne suis pas forcément d’accord toujours avec ARTE, notamment quand on y parle d’Israël, mais dans l’ensemble c’est quand même une chaîne de haute qualité. Et les soirée « théma » sont le plus souvent remarquables. On n’est pas forcé d’être d’accord avec tout ce qui s’y dit mais au moins on pose les bonnes questions, on ouvre des débats. J’espère simplement que les gens en province les regardent aussi, tous les braves gens de Sologne que je connais un peu. Je n’en suis pas sûr mais il faut l’espérer quand même.

Phil dit: 29 mars 2017 à 11 h 59 min

Les docs de la bbc sont sympathiques, Lavie, mais dois avouer que je n’ai plus regardé Arté depuis l’époque du pdg à la sœurette philosophe.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 11 h 54 min

Mais c’est normal que les Hongrois ou les Polonais connaissent ces problèmes d’identité nationale avec l’histoire qui est la leur depuis trois ou quatre siècles !

Ils n’ont pas connu l’unité administrative de la France, l’unité linguistique, ils ont été tiraillé à hue et à dia dans des empires, peuplés de nombreuses ethnies diverses, de langues diverses, de cultures. Qu’ils éprouvent le besoin de s’interroger sur eux-mêmes n’a rien que de nécessaire. Mais ce que nous, nous avons fait en deux ou trois siècles, eux vont le faire en quelques décennies. Et c’est ça que permet de faire l’Europe. Un sacré défi ! Mais ça va marcher, même si ça grince de partout, l’Europe va réussir à serrer les boulons quand même.

Le danger pour l’heure, c’est Poutine. Il faut maintenir la pression. Les gens comme Fillon ou Le Pen sont les plus grands dangers pour l’Europe. Mais à long terme, nous devrons aussi intégrer la Russie à l’Europe. Un grand rêve qui se réalisera un jour parce que la littérature russe fait partie de l’Europe. Et les écrivains aujourd’hui comme Olivier Rolin prépare le terrain pour demain, ce sont des avant-gardistes, des pionniers de la future construction européenne grand angle. Un jour leur heure viendra et la reconnaissance de tous pour leur immense travail de défrichement de l’horreur stalinienne pour panser les plaies qui peuvent encore faire tant de mal.

D. dit: 29 mars 2017 à 11 h 41 min

Doucement, les identités ont besoin d’une assise nationale pour se construire. On ne peut nier les influences multiples et omni-originelles, mais elles ne sont que des influences.
Comme le souligne Finkielkraut, la grande faute de Macron est de prétendre, par une sorte de bonté idiote (mais en realité interessée – ça Finkie ne le dit pas) faire une place en France à toutes les duversités sans rien hiérarchiser.
Les Hongrois ont au moins ce mérigé d’être conscient de la supériorité culturelle hongroise traditionnelle au sein de la nation hongroise.

la vie dans les bois dit: 29 mars 2017 à 11 h 26 min

Faudrait être moins tendu dans vos élucubrations Phil. Comme je ne L’ai pas précisé hier, le doc diffusé en french sur Arte, le procès de speer à Nuremberg, est un « biopic » de la BBC. Stop vos comments bashing.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 11 h 19 min

S’il n’y en avait qu’un interviewé, Phil, j’acquieserais à ce que vous dites. Mais ce n’était pas le cas. On entendait des responsables politiques, et bien des braves gens refermés sur eux-mêmes et leur monde étriqué.

Ils veulent être fiers d’être hongrois ou polonais. Mais qui le leur dénie ? On peut être à la fois hongrois et européen. Catholique et accueillant à l’égard des musulmans persécutés chez eux. Comme si la culture millénaire de l’Europe était à ce point faible qu’elle puisse s’effacer en une génération. C’est tout à fait invraisemblable. Ils se contredisent eux-mêmes en pensant des choses pareilles. Notre culture judéo-chrétienne résistera à toutes les migrations. L’Europe est une immense forge à intégrer l’Autre. Il faut simplement sortir de ce regard de myope !

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 11 h 13 min

Tu confonds tout, JC. On te parle d’identité sociale, de papiers d’identité civile. Pas d’identité ethnique.

Phil dit: 29 mars 2017 à 11 h 12 min

Widergänger, comme le répétais hier à laviedesbois qui fait sa crisette, Arté est un canal collaborateur. Nos amis hongrois ont une plus grande connaissance de la cohabitation ottomane que la France et l’Allemagne réunies, ils en ont conservé les délices des bains malgré le joug du croissant ce qui démontre une vue plus intelligente que les dogmatismes des journalistes artéiques à la recherche de l’interviewé « qui cadre ».

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 11 h 12 min

Je suis convaincu que l’Europe est une formidable machine à ouvrir les cœurs de tous ces peuples de l’est encore profondément arriérés. Le décalage est énorme entre les Français et les Hongrois de la Hongrie profonde. Faut les entendre ! On a parfois l’impression d’être au Moyen-Âge. Mais l’Europe, en quelques décennies, va brasser tout ça et rééquilibrer le monde. Jamais dans l’histoire des hommes un tel miracle ne s’est jamais produit. Et ce sont les Européens qui vont réussir à tenir ce défi extraordinaire. Victor Orban ne pourra lutter longtemps contre cette énorme vague de fond qui est l’histoire du continent européen.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 11 h 03 min

« L’identité sociale est une évidence, elle est donnée par les papiers d’identité. » (Wiwi)

Illusions que vous êtes belles….
Rien n’est plus faux que cette affirmation détrompée dans tous pays, en tous temps !

Ah ! être « yougoslave » !…

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 11 h 03 min

Mais qu’ils viennent nous voir, nos amis hongrois, Phil ! Je regardais hier ces braves hongrois sur ARTE dont l’un disait : Nous, les Hongrois, on aime bien rester entre nous. Pas de mélange ethnique, il voulait dire ! Ça fait vraiment pitié d’entendre ça. Qu’ils viennent, qu’ils s’ouvrent au monde, à l’Autre qui est en eux. Mais la beauté sauvera le monde, j’en suis convaincu.

christiane dit: 29 mars 2017 à 11 h 00 min

@renato dit: 29 mars 2017 à 8 h 46 min
Ce qui est magnifique c’est que cette chute passe inaperçue, là, dans un angle du tableau. Juste une jambe hors de l’eau. Elle ne trouble en rien le laboureur pas plus que le berger, ni le pêcheur assis sur la rive, indifférents au drame qui se joue. Pierre Bruegel l’ancien a traduit étrangement ce mythe. Icare ? Grisé par son pouvoir ailé, vola trop près du soleil… On dit que son père ne retrouva que quelques plumes éparses sur la mer. De la métamorphose d’Ovide à cette campagne électorale… Pas mal, Renato ! Vous ne manquez pas d’ironie.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 11 h 00 min

Oui, je compte bien m’y rendre un jour. Mais j’aimerais auparavant apprendre un peu de hongrois pour ne pas arriver complètement aveugle.

Je me suis promis aussi avec ma cousine israélienne de faire un tour de Pologne et de retourner une fois encore sur les lieux de nos ancêtres, de nos morts, de la catastrophe qui nous hante. Ça a l’air de rien mais c’est un voyage quand même quelque peu éprouvant et je dirais sensible. La Pologne est pour nous un grand cimetière traversé par un immense serpent qui ondule sur son territoire de l’embouchure à sa source et où sûrissent les cendres de nos ancêtres dans la vase.

Phil dit: 29 mars 2017 à 10 h 55 min

Faut apprendre le hongrois et aller les voir chez eux, leur parler, quelques cars de tourisme bien pleins qui débarquent dans les campagnes magyars…

en attendant, dear Widergänger, et pour quelques bonnes années à venir, ce sont des cars de touristes magyars qui vont continuer de débarquer au pied de la tour Eiffel pour la visiter derrière un mur de verre pare-balles. L’effet paramount européen est garanti.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 10 h 54 min

L’identité sociale est une évidence, elle est donnée par les papiers d’identité. C’est ce que dit Clément Rosset. C’est inattaquable. Ou alors on ne peut plus se fier à la raison.

Tout autre définition de l’identité est forcémnt problématique. Ça me paraît inattaquable aussi. Mais de là à réduire le problème à l’identité que les autres projettent sur nous, il y a un pas que Clément Rosset ne franchit pas.

Notre identité est une combinaison complexe d’imaginaire personnel et de projection imaginaire des autres, d’héritage et d’interaction avec notre culture et le milieu où on gravite. Elle est souple et dynamique, elle est une interrogation constante : Qui suis-je ? C’est d’ailleurs la question de Nadja, d’André Breton. Celle qui nous hante jusqu’à notre mort sans jamais pouvoir y répondre. Nous sommes une énigme à nous-même et c’est ça qui est formidable.

Mais il est clair que la question de l’identité est au cœur de notre existence. Elle est la corde tendue dans le vide de la naissance à la mort sur laquelle nous avançons en équilibre précaire.

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 10 h 54 min

Va faire un tour à Budapest, WGG, c’est une ville très aérée, vivante et ouverte, pleine de cafés et de librairies…

XYZ dit: 29 mars 2017 à 10 h 51 min

le chèque de 840 000 € lui passera sous le nez

Zimmer doit se ficher du chèque comme de sa 1ère paire de jeans. Ca représente ce qu’il touche en quelques semaines (un peu plus de 10 mois de salaire pour Macron quand il était à la banque Blason Rouge).

JC..... dit: 29 mars 2017 à 10 h 47 min

Dans la mesure où notre cher Donald Trump est Maitre du Monde faisant-chambre-à-part, je ne vois pas en quoi Bob Dylan, ce génie des ruelles, ne serait pas un exemple à suivre pour les candidats au prochain Nobel de Littérature. Orgueil excuse tout.

PS : Lacenaire, fais un effort : essaie de PENSER, raclure.

Widergänger dit: 29 mars 2017 à 10 h 42 min

La question est de savoir si repliés derrière nos frontières nationales, on peut garder notre identité, notre souveraineté, notre sécurité ? La réponse évidente à terme, c’est non. La France à elle seule n’a plus les moyens d’assurer ces trois facteurs. C’est bien pourquoi l’Europe est nécessaire et inéluctable quelle que soit la forme politique qu’elle prendra. Les nationalistes polonais et hongrois y viendront aussi un jour ou l’autre. C’est le mouvement de l’histoire. Ils se rendront compte tôt ou tard mais mieux vaut tard que jamais ! que Poutine ne cherche qu’à les asservir pour former l’ancien glacis de protection contre les Américains. Notre chance, à nous Européens, c’est que l’Amérique est en déclin et qu’elle n’a plus ni les moyens ni la volonté de s’imposer à la Russie. L’intérêt des Polonais comme des Hongrois, c’est de chercher protection avec l’Europe pour former une entité politique capable de s’imposer en dépit de ses 4% de population dans le monde. La Pologne a besoin de nous pour sortir de sa mélasse archaïque de vieux pays catholicard réactionnaire et les Hongrois ont besoin de s’ouvrir au monde pour laisser entrer un peu d’air frais, ça pue le rance chez eux. On y arrivera. Faut apprendre le hongrois et aller les voir chez eux, leur parler, quelques cars de tourisme bien pleins qui débarquent dans les campagnes magyars…

JC..... dit: 29 mars 2017 à 10 h 24 min

Le PS n’est pas détruit …

Il se recomposera : le Capitalisme a besoin d’idiots utiles comme les socialistes, parfaits dans le rôle.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 10 h 16 min

Souhaiter « l’Europe » à Hollande, c’est être d’une cruauté impardonnable, JiBé, comment peux tu être si maléfique, de bon matin ?!…

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 10 h 10 min

Hollande a remarquablement réussi dans son mandat de transition, JC, il mérite une promotion : l’Europe !

JC..... dit: 29 mars 2017 à 10 h 06 min

La délicieuse Pénélope Fillon est mise en examen, ayant touché des sous publics à rien foultre. Nous attendons la mise en examen, pour les même raisons, de nombreux ministres et secrétaires d’Etat.

Sans épargner le Petit Bedonnant Casqué, qui lui aussi a pris les sous des contribuables tout en bénéficiant d’un emploi fictif de Président pendant 5 ans.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 9 h 59 min

Les parlementaires porquerollais (une bande d’ivrognes imbibé de Scapa) viennent de voter à l’unanimité moins une voix (celle du parkinsonien qui s’est trompé de bouton), l’organisation d’un referendum pour aboutir à l’indépendance de l’île ! Vivre loin des nuls du Continent, car par Beroalde de Verville, on n’est pas plus bête que les Ecossais de la Queen Babette, cornecul !

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 9 h 56 min

« L’Académie suédoise attend de Bob Dylan qu’il fasse sa « leçon Nobel » avant le 10 juin. Sinon le chèque de 840 000 € lui passera sous le nez »

Est-ce Bob Dylan ou le chèque qui obsède tant Passou ?

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 9 h 53 min

Non, pas Valls !

« Après avoir remercié l’ancien Premier ministre, le candidat d’En marche ! a rappelé l’importance du «renouvellement des visages» et des «méthodes», ce qui ne garantit pas une place dans son gouvernement pour Manuel Valls. »

JC..... dit: 29 mars 2017 à 9 h 50 min

« Autant l’identité sociale est une évidence autant l’identité personnelle est douteuse. »

Je vais faire de mon mieux pour ne pas sourire : je pense exactement l’inverse. Restons serein : autant de philosophes, autant de philosophies, autant de filousophies.

raymond dit: 29 mars 2017 à 9 h 39 min

pour JC:
– Qu’est-ce que vous faites dans la vie?
– Je fais de mon mieux.

(Merci pour votre: « je suis un moraliste » qui m’a fait sourire).

raymond dit: 29 mars 2017 à 9 h 33 min

Dans « Loin de moi » de Clément Rosset, le philosophe reprend la distinction habituelle entre identité sociale et identité personnelle. Autant l’identité sociale est une évidence autant l’identité personnelle est douteuse. Je trouve le livre passionnant; c’est Hume contre Kant ou Rousseau. C’est un petit livre truffé d’anecdotes amusantes et convaincantes. On en sort « sans moi » personnel ! ça fait du bien. Mais Montaigne avait déjà dit bien des choses sur le même sujet.
L’idée est simple: je suis fait du pseudo-moi des autres.

Bob dit: 29 mars 2017 à 9 h 15 min

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 9 h 07 min
Beau tableau d’experts – Très encourageant. Merci Jazzi …

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 9 h 07 min

Voie ouverte par Hollande et Chirac. On voit déjà se former l’esquisse du prochain gouvernement :

Manuel Valls, Premier ministre
Dominique de Villepin, Ministre des Affaires étrangères
François Bayrou, Ministre de l’intérieur
Jean-Yves Le Drian, Ministre de la Défense
Bertrand Delanoë, Ministre de la Culture
Jacques Attali, Ministre des Finances

Pour les autres postes, va falloir songer à appliquer la parité…

JAZZI dit: 29 mars 2017 à 8 h 52 min

Valls se ralliant à Macron, belle prise de guerre, cerise sur le gâteau, conséquence logique du libéralisme social, prolongement de la voie ouverte par Hollande. Changement dans la continuité ou relooking et rajeunissement ?

renato dit: 29 mars 2017 à 8 h 39 min

« Architecte », un insulte pour Degas — il songeait au Baron Haussmann en le proférant ?

JC..... dit: 29 mars 2017 à 8 h 11 min

L’identité féminine impose la reconnaissance en Italia de 3 jours de « congé menstruel » pour nos sœurs qui ont des règles douloureuses.

Et nous alors ?…

L’identité masculine impose la reconnaissance en France de périodes de « congé priapique » pour nos frères qui ont des érections douloureuses.

Logique, non ?

renato dit: 29 mars 2017 à 8 h 08 min

Négligeable candeur soutenue par des repères normatifs à perdre la raison. État de suspension angoissée : l’on évoque des menaces diffuses, des catastrophes imminentes ; mais cohérence éthique et rigueur intellectuelle nada. Défaite morale : l’on nous parle d’identité, de racines ; mais de la brève parabole de notre vie, de la fidélité au temps, rien. Il est où l’ailleurs ? Que savent-ils des symboles de l’expérience de leur voisins ? Que savent-ils de leurs narration de cette expérience ? Lieux d’identité ? Matrice de quoi ? Les coutumes nationaux ? XIXe siècle, comme les Écoles nationales en musique, et beaucoup de « traditions » d’ailleurs. D’où était-il originaire le géographe de Louis XIV ? Les italiens étudiaient les gravures des allemands et vice-versa. La maison de ma grand-mère était à 500 mètres du lieu d’où Bruegel imagina voir Icare tomber à la mer — il s’agit d’un lac, le lac des Borromées, les drapeaux en témoignent, mais peu importe. Sur l’autre rive du même lac, sous l’eau, villages-étape avant la traversée des Alpes : commerce de l’ambre de la Mer du Nord à Mycènes. Migrations, voyages, explorations… Désormais on ne peut même plus parler d’identité européenne car d’autres influences sont maintenant en jeu ; mais voilà qu’une pensée pauvre pour pauvre gens occupe le paysage et par quelques discours tragiquement pompeux les survivants d’un monde dominé par le misérable héritage de quelques vaniteux monarques, s’efforcent d’instaurer des lieux identitaires artificiels. Ombres échappées de l’enfer du nationalisme et de l’ignorance.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 6 h 23 min

Seul l’organisation industrielle des abattoirs de la Shoah singularise le caractère particulier du nazisme, mis en œuvre pendant ces décennies tyranniques, si proches de nous. On est toujours le Juif de quelqu’un. Immuable. Et cela partout, depuis la nuit des temps.
La qualité de la haine sera toujours au cœur du bolo humain standard. Seuls les moyens d’exterminer changent. On arrête pas le progrès.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 6 h 15 min

Quant à l’identité -l’autre crétin avec son Identité Heureuse – c’est celle de la tribu, celle du clan, de la famille de même culture, qui ne pense qu’une seule chose : s’imposer aux autres. Appliquer ses propres lois. Régner sans partage.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 6 h 12 min

Bien sûr quelque chamelier, ou prophète qui finira crucifié, quelques allumés écrivant les droits de l’homme veulent légiférer le troupeau et créer de toute pièce des communautés bon chic bon genre !

Foutaises.

Tout le monde fait semblant de respecter la domesticité, le jour, pour mieux la niquer, la nuit. La morale est un chiffon de papier.

JC..... dit: 29 mars 2017 à 6 h 07 min

Lorsque je regarde, sans intervenir, ma chatte et mon chat recueillis du refuge, guetter de magnifique façon mes deux tourterelles apprivoisées, je vois l’âme humaine agir au grand jour dans ces félins habiles et sournois. Combattre. Survivre. Sans morale.

Bloom dit: 29 mars 2017 à 4 h 30 min

Je donne la réponse: pour l’armée israélienne, un Golem peut en cacher un autre car c’est un leurre de forme humaine.
Le 1er ministre indien/hindou voit dans l’existence de Ganesh, mi-home, mi-éléphant, la preuve que l’hindouisme a inventé la transplantation chirurgicale…Aussi peu convaincant que votre histoire de clonage. Allez-y voir dans les mythes amérindiens…

et alii dit: 29 mars 2017 à 1 h 28 min

Pour Hubert Védrine, les anti-européens n’ont certes pas de plan sérieux pour l’après, mais les « élites doivent admettre que ce n’est pas dégoûtant que les peuples veuillent garder de l’identité, de la souveraineté et être en sécurité, et qu’ils ne souhaitent pas seulement de la croissance ! » Il propose une trêve de l’intégration, et que les gouvernements volontaires imposent aux institutions européennes « moins et mieux dans certains domaines, plus et autrement dans quelques autres ».

D. dit: 28 mars 2017 à 23 h 12 min

Aujourd’hui j’avais laissé une petite liste de courses à faire par ma femme de ménage au magasin bio du coin. Dont du beurre.
Tout ce qu’elle a été fichue de me ramener, c’est du beurre allemand. Si ça ne tenait qu’à moi ce serait une faute grave. Mais à cause du code du travail je suis obligé de la garder.

D. dit: 28 mars 2017 à 23 h 09 min

Beaucoup de choses sur Arte relèvent de la pensée unique, Phil. On préfèrerait souvent que cette pensée soit communiste au lieu d’unique, on y gagnerait sans doute au change.
Cela-dit il reste des trucs bien, et je regarde assez souvent cette chaine. Quand même.

la vie dans les bois dit: 28 mars 2017 à 22 h 55 min

Phil au lieu d’imaginer pr les autres , et de causer suppositoire, vous devriez pouvoir trouver à la boutique Arte un excellent reportage sur le procès de Nuremberg, où apparaît speer comme au cinema. Vous aurez moins envie de « rire ».

Phil dit: 28 mars 2017 à 22 h 27 min

lavie, le bunker était encore visitable lorsqu’il fut noyé sous les eaux volontairement pour éloigner le touriste. Speer comme Hess emporteront leurs secrets qui ont pu être utiles en leur temps. Vous n’imaginez pas que l’Allemagne de l’après-guerre s’est reconstruite avec l’esprit du scoutisme.
Speer est le seul mémorialiste de cette période qui osa mentionner les fous rires de Hitler: quand on lui offrait pour son anniversaire un écrin où mettre les traités qu’il n’avait pas rompus.

D. dit: 28 mars 2017 à 21 h 27 min

Bob dit: 28 mars 2017 à 18 h 57 min

D est sans doute pas un vicelard mais sans doute un grand musicien et poète sans doute généreux

Moi ? Vous rigolez. Tout le contraire…

la vie dans les bois dit: 28 mars 2017 à 21 h 20 min

Aujourd’hui j’ai appris que les plans originaux de la Tour Eiffel étaient entreposés dans un endroit inimaginable.

la vie dans les bois dit: 28 mars 2017 à 21 h 06 min

Non, parce que Von Braun, je vois parfaitement de quoi il s’agit. Je l’ai vu de mes yeux.
En revanche, vous seriez bien aimable d’étayer vos insinuations, parfois pénibles, sur cet architecte du Reich nazi.

la vie dans les bois dit: 28 mars 2017 à 21 h 02 min

« L’homme a dû rendre quelques bons services à nos amis américains de l’après-guerre »

lesquels, Phil ?

la vie dans les bois dit: 28 mars 2017 à 21 h 00 min

« oui lvdb, l’architecte a tendance à prendre le melon rapidos. »

Peut-être pas autant que ceux qui usent du coupe-cigare dans des salons où l’on tousse, pour se donner une contenance.

Phil dit: 28 mars 2017 à 20 h 45 min

Widergänger, les mémoires de Speer fut le rare sinon le seul livre « autorisé » par les puissances occupantes après la seconde guerre sur le sujet, d’où la (relative) liberté dont a joui l’auteur. L’homme a dû rendre quelques bons services à nos amis américains de l’après-guerre qui ne sont jamais très regardants quand il s’agit du « make business ».
oui lvdb, l’architecte a tendance à prendre le melon rapidos.
La Spree coule juste à côté du Reichstag.

Nicolas dit: 28 mars 2017 à 20 h 40 min

Il est marrant Macron il vient de découvrir que la Guyane est recouverte par la forêt. Je trouve ça super drôle. ^^

la vie dans les bois dit: 28 mars 2017 à 20 h 23 min

« Les architectes ne sont pas une race de gens modestes. »

Phil,bel effort.

Certains gagnent un  » Mépris », tout à fait mérité.

la vie dans les bois dit: 28 mars 2017 à 20 h 20 min

On apprend que Picador 1er rejoint le camp de Manu Pikachu. Ce dernier, trouve enfin sa légitimité, avec ses nombreux followers, qu’il fait marcher: celle une auberge espagnole.

Widergänger dit: 28 mars 2017 à 20 h 19 min

Moi, ce qui me fascine quand meme, Phil, chez Albert Speer, et qui donne beaucoup à réfléchir, c’est sa capacité étonnante à se raconter une histoire, une authentique névrose tout de même, qui non seulement l’a aidé à oublié ses remords car je pense qu’il devait en avoir quand même, mais lui a permis par ailleurs de s’enrichir de manière vraiment indécente en écrivant ces Mémoires qui sont un tissu d’énormes mensonges, en vendant des dessins d’Hitler quelque 4000 $ de l’époque et des tableaux volés aux Juifs pour près d’un million de dollars en 1981 ! Ce qui lui a permis d’entretenir une maîtresse britannique et de baiser à Londres, ville que Hitler voulait détruire, aux frais des Juifs qu’il a fait assassiner ! C’est quand même énorme comme histoire de criminels. Une catastrophe morale à l’intérieur de la catastrophe.

Widergänger dit: 28 mars 2017 à 20 h 14 min

Force est de constater en tout cas que le Talmud, qui a pensé à tout, a aussi inventé le clonage…

Phil dit: 28 mars 2017 à 20 h 12 min

oui Widergänger, les mémoires de Speer sont à lire comme un scénario des Damnés qui n’aurait pas trouvé son Visconti. Les architectes ne sont pas une race de gens modestes.

Widergänger dit: 28 mars 2017 à 20 h 11 min

C’est dans le Talmud de Babylone qu’on trouve les premières mentions d’histoires qui racontent la création d’un Golem, dans Sanhedrin 65b :

« Rava dit : si les justes le voulaient, ils pourraient créer un monde, car il est écrit (Isaï, 59, 2) : Vos péchés forment une séparation entre vous et votre Dieu. »

Le texte continue en disant : « Rava créa un être masculin et l’envoya à Rabbi Ze’ira. Le Rabbi parla avec lui et celui-ci ne donna pas de réponse. Alors il dit : Tu as bien été façonné par des mages de l’Académie talmudique ; retourne à ta poussière. »

Le Talmud enchaîne sur une autre histoire : « Rav Haninah et rav Oshayah s’occupait chaque veille de shabbat du Sefer Yetsirah ou Livre de la création — ou, d’après une autre variante, des prescriptions concernant la création. Ils fabriquaient un veau arrivé à maturité et le consommaient. »

C’est sans doute ce qui a fait dire à de Gaulle que les Français étaient tous des veaux…

Widergänger dit: 28 mars 2017 à 19 h 56 min

Le grand délire du XXè siècle, comme je l’écris chez Popaul, c’est d’avoir voulu créer un homme nouveau. C’est à ce fantasme qu’on est redevable de la mort de centaines de millions de pauvres diables. Et le pire, comme le dit à peu près Passou dans son roman Golem, c’est qu’on n’en est toujours pas guéri et qu’on s’apprête à recommencer avec le posthumanisme de la Silycon Valley googlelisé.

Jean Langoncet dit: 28 mars 2017 à 19 h 50 min

Peut-être que la vie publique a des limites et que le législateur n’a pas à statuer sur tout

Widergänger dit: 28 mars 2017 à 19 h 48 min

En fait, Phil, il y a très peu de plans en extérieur. Le même plan d’ensemble qui montre les gratte-ciel, mais il y a quelques plans dans le stade qui font furieusement penser aux projets hitlériens.

La grande coupole n’était pas exactement à la place du Bundestag actuel mais perpendiculaire à lui ; sans doute au bord de la Spree pour autant que je me représente mentalement les lieux.

Jean Langoncet dit: 28 mars 2017 à 19 h 47 min

Nicolas dit: 28 mars 2017 à 12 h 20 min
La devise américaine c’est « vie, liberté et poursuite du bonheur », la française « liberté égalité fraternité ». Les ricains mettent la liberté en avant, la liberté d’entreprendre, c’est leur identité, les francais la fraternité mais les identités ici régionales s’y opposent, d’où le nouveau nom pour les régions. C’est mieux?

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789

Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

En conséquence, l’Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Etre suprême, les droits suivants de l’Homme et du Citoyen.

Art. 1er. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

Art. 3. Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Art. 4. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Art. 5. La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Art. 6. La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Art. 7. Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.

Art. 8. La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Art. 9. Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Art. 10. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

Art. 12. La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Art. 13. Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

Art. 14. Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

Art. 15. La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

Art. 16. Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Art. 17. La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

Ni monnaie ni sexe, Nicolas ; on a du les oublier in this empty cage now corrode

Widergänger dit: 28 mars 2017 à 19 h 44 min

Suite de la lettre de « l’inspektor » :

Ze swej strony chciałbym Panu przekazać, źe Włocławek pamięta o ludności źydowskiej i miejscach związanych w ofiarami holokaustu.

W 2001 roku, przy ścisłej współpracy z przedstawicielami społeczności włocławskich źydów mieszkających w Izraelu. władze miasta upamiętnily ofiary hitlerowskiego ludobójstwa.

« Vous aimeriez que nous transmettions de Włocławek l’image d’une ville qui se souvient de sa population juive et des sites liés aux victimes de l’Holocauste.

En 2001, en étroite collaboration avec les représentants des Juifs de Wloclawek vivant en Israël. les autorités de la ville ont commémoré les victimes du génocide nazi. »
_______
Ont-elles aussi commémoré le fait que la population polonaise de Wloclawek a largement participé au nettoyage du ghetto que les nazis y avaient construit ?

rose dit: 28 mars 2017 à 19 h 25 min

Phil
Voudrai vous ajouter une gravure mais peux pas. Comme avec pinterest, les lys, sortent 500 gravures. Pas une.
————
Widergänger, d’accord, d’accord.

————-

150 ans au moins pour le retour du refoulé
😨😩

Phil dit: 28 mars 2017 à 19 h 16 min

Oui Widergänger, la démesure de Metropolis a sûrement plu à Speer (sa rotonde à coupole prévue au centre de Berlin, à la place du parlement aujourd’hui, aurait dû contenir des nuages exhalés par la foule qui pouvait s’y presser) mais l’esthétique de Lang est plus inspirée des arcanes vermoulues de l’empire austro-hongrois que par les piliers prussiens d’un Brecker, par exemple.

Widergänger dit: 28 mars 2017 à 19 h 13 min

Et en Pologne, les Polonais n’ont pas moins été responsables de la morts de 200 000 Juifs ! Pendant et après la guerre. Et après ça, on a droit à un courrier de la mairie de Wloclawek m’assurant que la bonne ville de Wloclawek n’oublie pas ses Juifs… Foutaises, mensonges et aveuglement qui perpétue le silence des criminels. Jamais on ne pourra bâtir une Europe solide sur un tel déni de la réalité. Le retour du refoulé détruira tout.

rose dit: 28 mars 2017 à 19 h 11 min

Faudrait regarder les choses en face.
Le diable c’est une conception métaphorique/hypothétique des choses.

Widergänger dit: 28 mars 2017 à 19 h 07 min

Il y a quand même une volonté délibérée des autorités allemandes après la guerre de ne pas aller fouiller là où il aurait fallu aller fouiller pour tout savoir de Speer. L’Allemagne d’après-guerre et les autorités d’occupation sont largement coupables de l’élargissement de Speer et de son insolence mondaine. Les lois n’ont pas été à la hauteur. Il a fallu attendre que les coupables d’Auschwitz présents sur les lieux soient tous morts pour que l’Allemagne se décide à promulguer une loi rendant automatiquement responsable tout soldat présent sur les lieux. C’est quand même énorme. C’est le diable qui gouverne le monde.

Widergänger dit: 28 mars 2017 à 19 h 03 min

Regardez certains plans, Phil ! Vous verrez de l’architecture à la Speer. Prémonition, pas inspiration. Les plans dans le stade en particulier. Je viens de le visionner encore tout à l’heure sur mon ordi.

rose dit: 28 mars 2017 à 18 h 58 min

Quant aux identités singulières.
La Guyane touche le Vénézuela.
Nombre de trajets se font en pirogue. Le bassin de l’Amazone s’étend dans ses deux pays, outre le Brésil et une des sources de l’Amazone est située près d’Arequipa, Pérou ; ce qui vient d’être prouvé récemment.

Si on se déplace en pirogue pour aller d’un point à un autre, droit aux soins au logement, à la nourriture. Identité nomade.

Bob dit: 28 mars 2017 à 18 h 58 min

D(laporte)
« mêmes sourcils broussailleux et physionomie de sainte-nitouche. »

sans doute un fin observateur philosophe très perspicace à qui rien n’échappe

Phil dit: 28 mars 2017 à 18 h 44 min

Lang n’a pas inspiré par Speer et Metropolis ne préfigure pas l’esthétique nazie, il faut se garder des dérives zélées à la Krakauer (Siegfried), frais émigré aux usa qui voulait aussi voir Goebbels dans le Mabuse…de 1922. L’université américaine produit régulièrement ce genre de délires, en augmentation à mesure que les témoins des époques étudiées disparaissent.
L’inspiration architecturale de Fritz Lang est à chercher dans la Vienne du début du siècle passé.

Delaporte dit: 28 mars 2017 à 18 h 33 min

Sur les vieilles photos en noir et blanc représentant Albert Speer, on discerne une certaine ressemblance avec Fillon : mêmes sourcils broussailleux et physionomie de sainte-nitouche. Une même race d’hommes qui ont su évoluer comme des anguilles dans la jungle politique de leur temps.

Delaporte dit: 28 mars 2017 à 18 h 18 min

Dylan a tort de dédaigner tout cet argent qui tombe du ciel. Il aurait pu le redistribuer pour aider les plus pauvres. Dylan est sans doute un gros plouc, renfermé sur lui-même et son petit univers mesquin. Cela en dit long sur sa musique et sa « poésie ».

Delaporte dit: 28 mars 2017 à 18 h 14 min

Les héros sont fatigués. A son procès où il a quand même pris la perpétuité, Carlos n’a pas prononcé de discours fleuve. Il est nettement moins flamboyant qu’avant :

« Il s’est contenté d’une intervention d’une demi-heure pour dénoncer «l’absurdité d’un procès jugé 43 ans après les faits». »

Cela ne nous rajeunit pas…

Bob dit: 28 mars 2017 à 17 h 49 min

D: 28 mars 2017 à 17 h 15 min
Oh les paresseuses vous avez raison, des feignasses

D « surtout l’argent qui va avec » :t il s’est pas fait offrir des tenues sur mesures ? Cherchez bien

Delaporte dit: 28 mars 2017 à 17 h 24 min

Dylan apparemment, même s’il vient en Suède chanter, ne prononcera pas de discours et snobera magnifiquement le Prix, et surtout l’argent qui va avec :

« L’Académie suédoise a prévenu le lauréat du Nobel de littérature Bob Dylan qu’il avait jusqu’au 10 juin pour donner son discours de réception sous peine de voir l’argent du prix lui passer sous le nez. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*