de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
La guerre vue par le regard des appelés d’Algérie

La guerre vue par le regard des appelés d’Algérie

De tous les points de vue exprimés dans des livres sur la guerre d’Algérie, c’est encore celui des appelés qui fait le plus défaut. Il y a bien des témoignages mais isolés, parcellaires et le plus souvent littéraires. L’originalité de Lettres filmées d’Algérie (inclus un DVD-vidéo de plus de 2 heures d’archives, 360 pages, 35 euros, nouveau monde éditions) est de nous inviter à faire un pas de côté car on voit toujours mieux de biais. Grâce à l’historien Jean-Pierre Bertin-Maghit, auteur déjà remarqué pour ses recherches sur les documenteurs de l’Occupation, on ne contente pas de les écouter parler : on voit ce qu’ils ont vu. Le contre-champ de la guerre d’Algérie.

Par « lettres filmées », il faut donc entendre des films conçus sur un mode intimiste et autobiographique. Des instants de vie, des fragments de réel, des instantanés de l’intime, des ressentis d’anonymes, exemple de micro-histoire qui permet de se livrer à une contre-analyse de la société. Le corpus, tenu par l’auteur non pour une source mais bien comme un objet d’histoire, réunit 72 films réalisés par 38 soldats du contingent. L’auteur leur a projeté leur propre film, en se servant parfois à leur demande de leur propre projecteur, et ils les a fait réagir.Parachutistes blessés Ségalen - copie

Ces appelés, parmi lesquels les hommes de troupe côtoient officiers et sous-officiers, ont préféré la caméra 8 mm à l’appareil photo. Ce qui était rare à l’époque. Ils privilégiaient le mouvement, fût-ce pour montrer l’inertie, l’immobilité, la stagnation du temps qui ne passe pas ou si lentement. La matière de leurs films peut se diviser en trois catégories : le temps du loisir et du repos (méchoui et compagnie), le regard porté sur l’Autre (les Algériens musulmans), la guerre (opérations commandos, fouille des prisonniers etc). Mais si tout ou presque y est des instants d’avant et des instants d’après, l’acte de guerre dans ce qu’il a de plus spectaculaire est absent. Au feu, ils ne filment pas : ils tirent, contrairement aux futurs cinéastes sous les drapeaux, armés d’Arriflex 35 mm, frais émoulus de l’IDHEC tel Robert Enrico, Claude Lelouch, Philippe de Broca à la suite d’un Pierre Schoendorffer en Indochine.

Quand la mort entre dans les images des appelés, c’est par effraction. Ils étaient venus maintenir l’ordre, pacifier et puis… Les images qu’ils ont envoyées en métropole forment, une fois colligées, un saisissant décor de guerre : Atlas sahraoui, montagnes du Hoggar, relief de la Kabylie, gorges des Aurès… Un théâtre dont l’historien souligne qu’il dispose de « sa propre consistance », laquelle lui confère déjà sa singularité par-delà la nature des événements. Cette topographie fantastique est la première vedette de leurs films d’amateurs, non les embuscades, les combats au corps à corps, la torture. S’ils ont vu ces scènes, ils ne les ont pas retenues. Pas voulu plutôt que pas pu. Parfois un cadavre de fellagha gît au sol : on le voit mais on ne voit pas ce qui l’a précipité là. Mais l’indifférence des soldats français face aux cadavres est frappante. On dira que c’est la guerre, pareille des deux côtés. Mais rien à voir avec la violence des années 39-45, ces appelés en sont plus que conscients.

Rassemblement population Lemaître - copie« Pour celui qui a été tué, c’était la guerre, pour celui qui est revenu avec ses souvenirs, c’était une guéguerre » dit l’un d’eux.

Insatisfaits de leurs « tournages », ils se reprochent de n’avoir enregistré qu’une petite partie de leur vécu. Ils ont fait cela pendant vingt-sept mois entre 1955 et 1962. Jeunes pour la plupart, à peine 20 ans, à l’exception des rappelés, sursitaires, gradés d’active, réservistes. Ils n’avaient d’autre ambition que de donner des nouvelles à leurs familles, voire de les rassurer. Alors la pétanque à Blida, l’élection de Miss Metlili le marché de Télergma sont mises en valeur sans pour autant masquer les patrouilles dans les djebel, les retours d’accrochage avec l’ennemi, le quadrillage et la contre-guérilla.

L’air de rien, en confrontant les images d’hier aux paroles d’aujourd’hui, le livre de Jean-Pierre Bertin-Maghit écrit la chronique des appelés d’Algérie, mais avec les yeux. Il donne bien la mesure de ce temps long, très long, vingt-sept mois interminables. Son récit, et surtout le DVD qui y est joint, recueillant les films en question, livrent une vérité de la guerre des appelés en Algérie que les archives ignorent : leur regard.

(« Images extraites du DVD Lettres d’appelés »)

Cette entrée a été publiée dans Non classé.

990

commentaires

990 Réponses pour La guerre vue par le regard des appelés d’Algérie

la vie dans les bois dit: 14 novembre 2015 à 13 h 30 min

à 13 h 14 min

Oui, on en attend quelques uns.
De ceux qui, respectant l’union nationale, et les institutions de la République, souhaitent une inflexion politique majeure, dans la politique étrangère et de sécurité intérieure, dans la mesure où de la part d’un président de la République, se déclarer en guerre ne se limite pas à un contrôle des frontières.

Et cela sans sans laisser aux journaleux peu scrupuleux, -salut france info, bfm, et autres- le soin à des leaders religieux de se montrer comme des recours apaisants.

Par Descartes ! Allumez les Lumières..... dit: 14 novembre 2015 à 13 h 23 min

Pour des gens qui sont plus à l’aise à manipuler des idées que des armes, il est évident qu’il y a du fric à se faire dans les Centre de Formation aux Nouvelles Technologies !….

sweetsue dit: 14 novembre 2015 à 13 h 16 min

Je me souviens d’une réplique géniale de Woody Allen dans un film : cela se passait je crois dans une file d’attente pour entrer au cinéma : il disait -je résume et ne suis pas capable de restituer l’humour – contre les nazis je pense qu’une bombe est plus efficace qu’un discours !

la vie dans les bois dit: 14 novembre 2015 à 12 h 38 min

Non, pas de fermeture aux frontières mais des contrôles aux frontières.

C’est exact, uniquement si, sur un engin de déplacement terrestre, les roues bien plaquées au sol, on considère les grands axes routiers… Pour le reste: c’est fermeture.

la vie dans les bois dit: 14 novembre 2015 à 12 h 06 min

Chaque Préfet dans les limites du territoire dont il a la charge définit les dispositions en applications du décret d’état d’urgence.

Vous voulez des nouvelles de la province ?

Fermeture des frontières
Interdiction des rassemblements
Annulation de toutes manifestations publiques

zou admirateur éperdu dit: 14 novembre 2015 à 12 h 06 min

Daaphnée dit: 14 novembre 2015 à 11 h 39 min
« Oh, la compagnie des bus andins recrute !
Quelle bonne nouvelle . »

Divine Daaphnée vous allez pouvoir briller d’autant plus dans ce pour quoi vous excellez

Par Descartes ! Allumez les Lumières..... dit: 14 novembre 2015 à 12 h 01 min

Il va devenir indispensable d’opposer à des structures simplistes, agressives, des actes simples, défensifs….

Par Descartes ! Allumez les Lumières..... dit: 14 novembre 2015 à 11 h 57 min

N’ayez pas honte de votre babillage, chères sœurs, vous dévoilez par là une merveilleuse capacité de résistance aux adeptes du sac poubelle islamique !

bérénice dit: 14 novembre 2015 à 11 h 23 min

un don certain, mais pas celui de la dinde de thanks-giving ou pour la farce du dindon éponyme. Belles bêtes au demeurant mais le sort en décida différemment quoique’à vous lire il soit possible de vous accorder le don d’ubiquité qui manque tant aux forces en présence pour déjouer attentats et complots.

christiane dit: 14 novembre 2015 à 11 h 13 min

@Daaphnée dit: 14 novembre 2015 à 10 h 39 min
« Notre » pas « mon »… C’est-à-dire celui de mes proches, celui de mes voisins, celui de ceux que je ne connais pas.
Je tremble rarement pour moi mais beaucoup pour ceux que j’aime. Par exemple, ma petite fille (21 ans) qui va souvent au Bataclan et dans d’autres salles de concert avec ses amis… Je pense à tous ces jeunes qui y sont restés.

christiane dit: 14 novembre 2015 à 11 h 08 min

« Vous ne comprenez rien à rien »…
Déjà entendu et lu ici. Chacun comprend à l’aune de son expérience, de ses lectures. Mes livres je les choisis et votre critique de mes lectures m’importe peu.
J’espère que vous n’êtes pas enseignant !

bérénice dit: 14 novembre 2015 à 11 h 02 min

on ne va pas jouer à la baballe avec ce genre de bêtises, cela n’en vaut pas la peine ( LDVB ou daaphnée qu’importe) cependant vous ne devriez pas croire que tout le monde soit atteint d’une maladie ou d’une malformation de l’œil, je pourrais encore malgré mon grand âge distinguer sans lunettes et dans le détail un assaillant s’il s’en trouvait un pour attenter à ma vie, de près ou de loin. Je ne sais si vous même êtes victime du syndrome de la généralisation, peut-être devriez vous y réfléchir, ceci dit pas taupe non plus dans le sens d’espion, j’ajouterai que je pourrais éventuellement adopter une tenue de camouflage type pot de fleurs pour faire tapisserie, ça repose du présent .

PMB dit: 14 novembre 2015 à 11 h 02 min

Par Descartes ! Allumez les Lumières….. dit: 14 novembre 2015 à 10 h 18 min

M’éclairer à la bougie, cher cafard, je l’ai fait avec d’autres un 24 décembre de jadis :

…Les festivités commençaient par une veillée préparée de longue date à base de jeux, de chants et de saynètes édifiantes ou amusantes. Ensuite – levez le rideau, oui, vraiment ! – un passage fiévreux au dortoir pour revêtir les habits du dimanche, un défilé lent et recueilli vers la chapelle par les escaliers et surtout le cloître à la seule lumière, fascinante, de bougies dans leurs verres teintés d’émeraude et d’indigo envoyant nos ombres agrandies danser sur les murs, une messe de minuit aux splendides cantiques anciens me poignant le cœur et le corps ; une halte au réfectoire pour le mousseux choco­lat chaud et l’orange, magique pour moi qui chez mes pa­rents n’en mangeais guère qu’un croissant à la fois, un petit cadeau genre agenda microscopique gainé de vachette ; et retour épuisé au dortoir où nous nous endormions de bon­heur, emportés dans l’océan des rêves par les vagues mys­térieuses et lourdes à nos yeux de la Petite Musique de Nuit jaillies de mon cher électrophone ivoire et vert aux mains du Frère Alphonse…

Et merci pour la promo, rappelez-moi de vous faire une ristourne (un centime) sur l’achat du prochain roman.

Par Descartes ! Allumez les Lumières..... dit: 14 novembre 2015 à 10 h 56 min

Vous ne comprenez rien à rien, Christiane, votre commentaire est en dehors des clous :
« Tous les tabous explosent et faire le mal, être le mal devient une gloire, une nouvelle identité »

1/ les tabous ? ils sont dans un système de pensée différent, sans NOS tabous, seules les ceintures explosent : pas les tabous !
2/ ils ne font PAS le mal : ils font le bien, les terroristes islamistes, dans un autre référentiel, la lutte contre les Infidèles
3/ la gloire, oui ! celle des poilus, des harkis, des appelés, de tous ceux qui mettent leur vie en danger pour leurs idées
4/ Pas pour acquérir une nouvelle identité, ,mais pour aller au Paradis d’A.llah.

(Plutôt que les ouvrages* nombrilistes de Proust, Angot, ou PMB, je vous conseille de lire l’Alcoran !)
*ordre décroissant

Daaphnée dit: 14 novembre 2015 à 10 h 51 min

je pensais juste au renforcement des moyens de surveillance et à l’application drastique des mesures prévues à cette effet.

Tiens, donc !
Je ne vous imaginais pas myope comme la taupe et sourde comme un pot, mais puisque vous nous le dites ..

bérénice dit: 14 novembre 2015 à 10 h 49 min

« sotte » ( daaphnée ou ldvb, qu’importe)fait partie comme d’hab de la procédure de communication réservée à ceux ou plutôt celles que vous tentez de ridiculiser ou d’inférioriser( chacun trouve son plaisir là il peut, voyez certains l’ont cueilli dans le meurtre collectif hier soir), je pensais juste au renforcement des moyens de surveillance et à l’application drastique des mesures prévues à cette effet. Je ne sais pas ce que je ne sais pas certes mais je n’agiterais pas plus longtemps le chiffon rouge de’une surenchère indécente en ces circonstances.

Daaphnée dit: 14 novembre 2015 à 10 h 39 min

Quant notre sort, il dépend du hasard. Être au mauvais endroit au mauvais moment et tout bascule dans l’horreur.

Ne tremblez pas trop, notre Cricri, vous avez statistiquement plus de chances de vous faire renverser par une voiture.

Black Sabbath dit: 14 novembre 2015 à 10 h 34 min

317e section dit: 14 novembre 2015 à 10 h 22 min

Heu… en matière de nihilisme, ces tueurs sont quand même devant, non ?

christiane dit: 14 novembre 2015 à 10 h 32 min

@PMB dit: 14 novembre 2015 à 9 h 56 min
Ce qui est redoutable dans l’action de ces terroristes c’est que pour eux c’est la fin d’un monde et que même leur propre mort leur est indifférente. Que faire face à ces tueurs qui ne veulent que tuer, n’importe où. La propagande Daesh sur les réseaux sociaux fait des ravages auprès de bien des jeunes, supprime leur sens critique . Ça commence par la haine, la rancœur et ça s’exprime comme cela, des tueries aveugles où le seul but est de faire le maximum de morts dans une sorte de jouissance de porter une arme de guerre et d’obéir à un groupe sanguinaire. Tous les tabous explosent et faire le mal, être le mal devient une gloire, une nouvelle identité.
Quant notre sort, il dépend du hasard. Être au mauvais endroit au mauvais moment et tout bascule dans l’horreur.

Daaphnée dit: 14 novembre 2015 à 10 h 24 min

La guerre vue par lOn va faire comme vous changer nos lunettes et acheter de nouveaux sonotones.

Ce que vous êtes sotte, Bérénice, qui parlez sans savoir.
Il y a longtemps que je les vois et les côtoie, de très près et sans lunettes .

317e section dit: 14 novembre 2015 à 10 h 22 min

une soirée paisible

Je doute qu’un concert des Eagles of Death metal puisse être qualifié de paisible. Aucun hasard là non plus. Concert de musique satanique, idolâtrie du ballon rond, les djihadistes s’en sont pris à des symboles du nihilisme contemporain.

Par Descartes ! Allumez les Lumières..... dit: 14 novembre 2015 à 10 h 19 min

Il y a comme une toute petite différence entre Churchill et Hollande, on appelle ça « être à sa place » ou « dans les choux » …

PMB dit: 14 novembre 2015 à 10 h 18 min

Il n’est pas indifférent d’observer les endroits choisis pour perpétrer leurs crimes. Choisis non pour le potentiel humain à déshumaniser (sinon un métro, un train, une centre commercial auraient pu faire l’affaire) mais parce que stades, cafés, restaus, music-hall, sont des lieux de loisirs, de plaisir. Là où il y a eu le plus de morts, c’est au Bataclan, lieu de musique.

Va falloir demander au barbu salaud/salaf de Brest ce qu’il en pense.

Par Descartes ! Allumez les Lumières..... dit: 14 novembre 2015 à 10 h 18 min

Il est bizarre, ce PMB : un type à s’éclairer à la bougie ! A propos de bougie … suivez mon regard

317e section dit: 14 novembre 2015 à 10 h 09 min

Je suis révolté quand j’entends Hollande parler de peur, d’effroi, d’épouvante. Un chef d’état digne de ce nom doit rayer ces mots-là de son vocabulaire quand il s’adresse à la nation. Du sang et des larmes, rien d’autre.

PMB dit: 14 novembre 2015 à 9 h 56 min

christiane dit: 14 novembre 2015 à 9 h 21 min

Les commentaires de JC, je me les mettrais bien là où je pense mais, en bon nombriliste, j’ai trop le souci de mes arrières pour les leur imposer.

A propos de ces attentats. Il va falloir observer, dans les endroits (internet, écoles, banlieues) où s’était manifestée une solidarité avec les Kouachi/Coulibaly et une condamnation de Charlie Hebdo, les réactions. Aura-t-on à nouveau une approbation de la mort de plus de Français lambda, où réaliseront-ils que c’est eux qu’ils détruisent ?
Daesh gagne de plus en plus : tout ce qu’il entreprend marche, il fait monter la haine avec sa propre haine. Et, parmi ceux qui condamnent ces attentats, on trouve des gens qui lui donnent du grain à moudre par leurs actions au Moyen-Orient (pas encore pendus, Dubyâ et Tony ?), qui les financent (au Moyen-Orient), des gens qui leur fournissent clés en main le matériau idéologique (Moyen-Orient encore). Beaux crocodiles, avec leurs larmes…

Clopine dit: 14 novembre 2015 à 9 h 42 min

« rien ne peut entamer mon moral aujourd’hui »…

Sauf la nuit qui s’en est ensuivie, bien sûr.

A lire les commentaires trimballés par le web, la haine fleurit sur l’effroi et la terreur (mettre en cause « la clique du PS » pour expliquer le terrorisme islamiste, faut vraiment… Enfin bref.)

Je pense à Paris : j’y ai quelques amis, mon fils s’y rend tous les jours, et je tremble . Je pense à mon pays, et j’ai peur aussi. Je pense aux hommes et aux femmes en guerre contre Daech, là-bas, en Irak et ailleurs, et j’ai honte de notre engourdissement : maintenant qu’il ne s’agit même plus de « symboles » façon Charlie ou magasin casher , mais simplement de tuer, tuer encore, tuer en simultané à plusieurs endroits, comment collectivement réagir ?

Il faudrait que la raison devienne notre gouvernail : et cette raison nous commande, enfin il me semble, de lutter le plus fermement possible contre cette peste fanatique qui entend renverser par la violence l’équilibre si précaire d’un monde qui se veut, enfin le plus possible n’est-ce pas, civilisé…

Mais si tout mon cerveau réclame de mon pays l’attitude la plus conforme à la raison, il n’empêche que ma peau, elle, en frissonne toujours plus, de dégoût et d’effroi.

OZYMANDIAS dit: 14 novembre 2015 à 9 h 41 min

La France toujours debout, grâce aux françaises et aux français.
« …Et nous ferons de notre deuil une victoire,
et nous cracherons sur tous les barbares et nos morts seront notre Mémoire ».

VIVE LA REPUBLIQUE.
VIVE LA FRANCE.

christiane dit: 14 novembre 2015 à 9 h 21 min

J’ai lu vos remarques, PMB, mais passer de la lecture de votre livre à l’actualité terrible de la nuit fait que je ne sais plus trop ce que je vous ai dit.
Dix-sept années ont passé depuis la publication de ce livre. Heureuse de voir la distance que vous avez pris avec ces années-là, mais quand on lit, on est dans le présent du livre.
Il est vrai que tout n’y est pas triste et froid. Il y a tant de scènes vivantes et drôles de l’enfant, des enfants que vous étiez. Et là, Pagnol est proche de mes souvenirs de lectrice.
J’ai commencé par ce livre parce qu’il avait été
évoqué par vous en réponse à un commentaire agressif et équivoque de JC. Je ne regrette pas de l’avoir lu.
Bon, je retourne à d’autres pensées, surtout pour tous ces morts, ces blessés qui auraient pu continuer à vivre une soirée paisible si ces terroristes n’étaient venus les massacrer.

317e section dit: 14 novembre 2015 à 9 h 04 min

Paname
Si tu souriais j’aurais ton charme
Si tu pleurais j’aurais tes larmes
Si on te frappait je prendrais les armes

Paname
Tu n’es pas pour moi qu’un frisson
Qu’une idée qu’une fille à chansons
Et c’est pour ça que je crie ton nom
Paname, Paname, Paname, Paname

Ferré et Rouget de Lisle, même combat ? Toujours plus vibrant que Polémikon.

bérénice dit: 14 novembre 2015 à 8 h 52 min

comme vous ne voient pas venir ces gamins fanatisés qui, à plusieurs ou plus armés contre plus faible qu’eux, ne manqueront pas de leur tomber dessus !

On va faire comme vous changer nos lunettes et acheter de nouveaux sonotones.

alzuzu dit: 14 novembre 2015 à 8 h 49 min

gontrand dit: 14 novembre 2015 à 8 h 09 min
Dans le florilège de l’imbécillité,

cher ami contrand écoutez vous n’êtes pas en reste

l'espoir dit: 14 novembre 2015 à 8 h 47 min

13 novembre 2015 à 23 h 50 min
« Nous allons avoir des European Prides de diverses expressions et d’importance croissante. »

Avec des majorettes et gogo girls en petite tenue transparente

« une femme coréenne égarée en milieu suisse m’a demandé avant-hier:
Mais pourquoi? »

Et, happy end, uedazorro est arrivé !
(Le peuple prie pour qu’il fasse président en même temps que chroniqueur extralucide )

gontrand dit: 14 novembre 2015 à 8 h 09 min

Dans le florilège de l’imbécillité, j’ai oublié « les musulm.ns sont les premières victimes »… mais je crois l’avoir vu déjà écrit quelque part…

Polémikoeur. dit: 14 novembre 2015 à 8 h 08 min

Le quarteron de commentariaux d’ici
détient le brevet du vaccin antiterroriste
polyvalent universel, qu’on se le dise !
Tartarincement.

Polémikoeur. dit: 14 novembre 2015 à 8 h 01 min

Hélas, oui, le spectacle est lancé !
Il est même l’enjeu de la guerre du pauvre,
sporadique, qu’est le terrorisme.
La forêt des micros et des caméras
est en marche, dévastatrice
pour nos remparts ébranlés par le crime.
Ils montent au créneau, les consultants
de tous poils ! Editions spéciales !
Les bavards et leurs solutions toutes prêtes
parasitent le trouble légitime de la population,
la peine des victimes, le dévouement des sauveteurs
et la mobilisation des forces de l’ordre.
Commentarismiquement.

gontrand dit: 14 novembre 2015 à 8 h 01 min

Je résume deux conclusions implicites fascinantes:

– Bloom: c’est la faute à Nicolas Sarkozy;

– Attila: c’est la faute à l’extrême droite, puisque l’extrême droite va en profiter;

Il ne manque plus que « tout cela n’a rien à voir avec l’isl.m » et « pas d’amalgame » pour que le summum de la conn.rie soit atteint.

Daaphnée dit: 14 novembre 2015 à 7 h 57 min

voulue par les éternels
profiteurs, achetée comptant par les gogos
qui mendient les miettes du gâteau.

Polémoumou en parangon d’un complotisme économique international !
Avec un tel fatras dans la tête, pas étonnant que les gens comme vous ne voient pas venir ces gamins fanatisés qui, à plusieurs ou plus armés contre plus faible qu’eux, ne manqueront pas de leur tomber dessus !

Résumons..... dit: 14 novembre 2015 à 7 h 49 min

A part la maitrise des « retour chariot », Poléniqué ne maitrise plus du tout ses 256 neurones !

la vie dans les bois dit: 14 novembre 2015 à 7 h 45 min

« Sans parler des rétro-commissions dans l’affaire Karachi, qui me concerne personnellement. »

Diable, c’est un scoop, Bloom.

la vie dans les bois dit: 14 novembre 2015 à 7 h 42 min

Ok Polé, que vous n’ayez plus rien à perdre, fors la vie, vous autorise toute opinion. Même la plus nihiliste.

Polémikoeur. dit: 14 novembre 2015 à 7 h 38 min

Un, deux, dix crétins fanatisés.
Il y en aurait cent, mille,
il y en aura autant,
la France en a vu
et en verra
d’autres.
Hasardieusement.

la vie dans les bois dit: 14 novembre 2015 à 7 h 37 min

« Le cinéma est permanent,
la séance va commencer ! »

C’est cool Polé, cette séance cinéma que vous proposez. La guerre comme moyen de conter la crisé économique.
J’imagine que vous regarder la séance en famille, avec cornet de pop corn pour ceux qui pourraient être  » appelés »…

Polémikoeur. dit: 14 novembre 2015 à 7 h 28 min

De toute façon,
la guerre est la seule voie connue
de résolution de la crise économique
internationale. Elle est en gestation
depuis longtemps, voulue par les éternels
profiteurs, achetée comptant par les gogos
qui mendient les miettes du gâteau.
Le discours est en place.
Le cinéma est permanent,
la séance va commencer !
Amateuristement.

Bloom dit: 14 novembre 2015 à 7 h 23 min

Baroz, tu as voté NS, le VRP qui a vendu la France au Qatar, un des principaux fourriers du terrorisme international. Pas de remords?
Sans parler des rétro-commissions dans l’affaire Karachi, qui me concerne personnellement.
On les voit ici les copains de l’ancien chef d’état, conseillers consulaires qui bidouillent les élections à l’assemblée des Français de l’étranger. Pas thibulaires mais presque.

Polémikoeur. dit: 14 novembre 2015 à 7 h 15 min

Le succès du spectacle,
du pitoyable spectacle,
est d’ores et déjà garanti :
le cirque médiatique salive
et les récupérateurs s’activent !
Le métabolisme basal du commentarium
le désigne comme réservoir de performance
en période critique.
Recordéliquement.

Bloom dit: 14 novembre 2015 à 7 h 03 min

La 317e (J Brown, etc), m’expulsait de France dans la langue de Cervantès. Il a été renvoyé définitivement dans les ténèbres extérieures de ce blog où l’air est pus pur mieux malgré l’abjection (abjection, ueda, abjection) terroriste.
Zài jiàn, tóngzhi. Cào nǐ zǔzōng shíbā dài… jusqu’à la 18e génération.

Polémikoeur. dit: 14 novembre 2015 à 7 h 01 min

En telles circonstances,
l’agitation pathétique
n’est pas surprenante.
Elle est compréhensible,
excusable, quand la peur
ou l’ignorance la cause,
pas quand elle exploite
la situation.
Vatenguernieusement.

la vie dans les bois dit: 14 novembre 2015 à 6 h 54 min

« sur notre territoire
n’est pas la guerre.
En tout cas, pas encore. »

Vous n’habitez pas en France métropolitaine, Polé?

A l’heure où les conflits guerriers s’exportent, sans limitation de frontière, avec des moyens technologiques qui ne sont plus ceux de grand-papa, il faudrait peut-être vous doter de google glasses.

La France est engagée dans la guerre en Syrie depuis 2 ans, avec interventions militaires sur site depuis octobre.

Cela ne nécessite-t-il pas une information et protection ! des populations du territoire national que les dirigeants du pays mettent en état de guerre ?

Résumons..... dit: 14 novembre 2015 à 6 h 33 min

C’est beau d’aider un aveugle comme Poléniqué à voir clair, nous allons nous y employer par le verbe !

Polémikoeur. dit: 14 novembre 2015 à 6 h 30 min

Des incantations fausses sous le coup
de la surprise et du calme envolé
peuvent agir sur la peur
de qui les profère
en l’assourdissant,
elles ne produisent
que ce maigre effet.
Le terrorisme actuel
sur notre territoire
n’est pas la guerre.
En tout cas, pas encore.
Qu’il soit de la responsabilité
des forces constituées de le combattre
n’échappe même pas aux terroristes.
Offrir à ces derniers l’abandon
de tout repère jusqu’à celui du langage
est faire leur jeu. Le faire sciemment
range dans leur camp.
Sabotraîtreusement.

la vie dans les bois dit: 14 novembre 2015 à 5 h 59 min

« Il faut que les puissances occidentales s’unissent, en Europe et avec les Etats-Unis pour aller faire la guerre sur place au sol contre l’EI.  »

Pour cela, il faut d’abord s’assurer que les moyens sont mis en oeuvre sur le territoire national pour assurer la protection des populations.
Les discours politiques qui enjoignent au courage et de solidarité, face à l’ampleur du drame du 13 novembre en France, ne sauraient longtemps masquer une incompétence irresponsable.
Démission !

Polémikoeur. dit: 14 novembre 2015 à 5 h 47 min

La guerre, la guerre, la guerre,
elle brûle décidément la gorge
et les gencives de ses adorateurs !
Le terrorisme n’est pas la guerre,
pas encore, et il faut souhaiter
qu’il ne la devienne pas, qu’on
ne le laisse pas la devenir.
Auquel cas, il est probable
qu’elle serait accompagnée
du déshonneur, bien que
la situation ne soit pas
semblable à la municherie
qui a soufflé le mot à Churchill.
Sang-froidement.

Résumons..... dit: 14 novembre 2015 à 5 h 42 min

GUERRE anti TERRORISTE
Mode d’emploi

Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L’étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes!

Aux armes citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

…./…..

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs!
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire!

Bloom dit: 14 novembre 2015 à 5 h 25 min

Masud parle beaucoup trop.

Je découvre l’horreur dans les journaux maintenant. Une pensée pour toutes les victimes innocentes.

Ne pas céder à la peur, en France comme dans le monde.

oursivi dit: 14 novembre 2015 à 2 h 01 min

A propos du sujet du jour (ouais…), s’est jouée une superbe pièce à Avignon cet été.

Dans l' »off » bien sûr, un jeune type résumant les récits de son père dont il joue le rôle, envoyé sans enthousiasme de l’autre côté de la Méditerranée, en une pièce livrée avec trois fois rien et nous faisant revivre l’absurde d’être si loin de chez soi comme de soi-même.

AO

Widergänger dit: 14 novembre 2015 à 1 h 30 min

Les aéroports de Paris sont fermés.

On craint de nouveaux attentats cette nuit et demain.

C’est un véritable carnage au Bataclan.

Au moins sept attentats à Paris.

masud al-bukhari dit: 14 novembre 2015 à 1 h 06 min

Voilà ce qui était prévu.
L’état d’urgence décrété une deuxième fois, après 2005.

Le nombre des victimes est négligeable.
En dépit des commentaires, il est évident que le problème n’est pas là.
Ce qui importe est la nature de la riposte ou de la non-riposte.

WGG évoquait le patriotisme européen.
Il est évident qu’une manifestation plus brutale du volant guerrier de l’islamisme (djihadiste) permet une prise de conscience plus rapide que les progrès plus lents de l’autre volant (Frères musulmans), qui parie sur le noyautage, le progrès migratoire et l’influence accrue au sein des institutions républicaine (on connaît tout ça par coeur, grâce à nos pères staliniens).

Le point est la réflexion sur l’Etat d’urgence seul recours des démocraties (sa durée, ses limites): comment le mettre en oeuvre au sein de l’Union européenne.
Ausnahmezustand!
— Guerre d’Algérie, 2005, 2015. Ensuite?
Un simple galop d’essai, un footing pour nos minables hommes politiques, qui refusent encore de reconnaître la guerre qu’on leur impose.
« Honore ton ennemi! »

Ce soir n’est qu’un micro-événement en comparaison des morts que nos troupes provoquent en territoire islamique.
Je comprends parfaitement notre adversaire.

L’intéressant sera de voir comment des pays comme l’Allemagne se débarrassent de leur idéologie anti-politique et anti-militaire (accordant une importance désormais secondaire à l’éthico-économique).
La chancelière petite-fille aura probablement besoin de quelques années de désastres pour changer son fusil d’épaule, mais quoi, elle n’aura pas de choix.

Mais que de décisions autodestructrices, que d’aveuglements, que de faiblesses.
Un continent d’enfants gâtés qui pleure et s’excuse…
(« Beaucoup d’émotion », dit le reporter TV… Assez!)

Faudra-t-il en désespoir de cause s’inspirer des modèles de fermeté qui nous viennent de l’est européen?
On ne cesse de le dire.
Espérons mieux…

Buona nuotte!

oursivi dit: 14 novembre 2015 à 1 h 05 min

Ce que vous ne voulez pas comprendre est que ce que vous redoutez qu’y soit y est…

N’est pire aveugle que celui qui ne veut voir.

Et pour eux, « qui méprise sa vie tient la tienne. »
Sénèque.

AO

Widergänger dit: 14 novembre 2015 à 1 h 00 min

Ce que vous ne comprenez pas, c’est que ce n’est pas un texte qui est en cause, mais des fanatiques qui ne connaissent même pas le texte dont vous parlez.

oursivi dit: 14 novembre 2015 à 0 h 54 min

Relisez le texte d’Onfray dans le Point (de janvier) et que tant de crétins ont critiqué…

La vérité fait peur, ce n’est pas nouveau.

AO

oursivi dit: 14 novembre 2015 à 0 h 52 min

Je parle du texte cher Widergänger, et des dégâts qu’il peut faire sur certains esprits.

Nous en avons l’illustration depuis combien de temps déjà…?

AO

Widergänger dit: 14 novembre 2015 à 0 h 49 min

Ce n’est pas si simple voyons ! Vous n’avez pas le droit de dire des choses pareilles. Faites attention à ce que vous dites. Je connais des musulmans qui n’ont rien à voir avec ces assassins.

Il faut que les puissances occidentales s’unissent, en Europe et avec les Etats-Unis pour aller faire la guerre sur place au sol contre l’EI.

L’assaut vient de se terminer boulevard Voltaire : deux terroristes tués.

oursivi dit: 14 novembre 2015 à 0 h 38 min

A partir du moment où un texte prétendument sacré édicte clairement de tuer juifs et mécréants, cela ne peut produire que ce que cela produit…

AO

Widergänger dit: 14 novembre 2015 à 0 h 34 min

Je vous le disais, c’est la guerre. La situation va s’aggraver ; ce n’est que le début de l’horreur.

317e section dit: 14 novembre 2015 à 0 h 33 min

A qui croyez-vous que ces attentats font le plus de torts, il n’y a pas de hasard ?

Il est certain que le nazisme a fait un tort considérable à l’image des Allemands, et que les crimes de Staline, Mao et Pol Pot ont beaucoup nui à la réputation d’Alain Badillou, qui en souffre encore atrocement.

Bihoreau duc de Bellerente dit: 14 novembre 2015 à 0 h 27 min

À qui profite ces crimes? Sûrement pas à l’Islam. Alliés objectifs de l’extrême droite, les ravisseurs (tous issus de l’aristocratie et de la haute bourgeoisie, tous éduqués…) font le jeu de ceux qui veulent en découdre avec les Mahométans. Bon, un petit whisky et vivement dodo…

Giovanni Sant'Angelo dit: 14 novembre 2015 à 0 h 19 min


…le pouvoir en France,!…

…çà vient, çà vient,!…au pas de l’oie,!…à l’€uro,!…
…et lobbying de Stalag 2015,…
…entretenir l’illusion,!…
…les vacances en Disneyland toute l’année,!…avec tout ces fromages du terroir,!…
…déjà Versailles,!…de l’Emile blanche,!…à Rousseau,!…Ah,!Ah,!…etc,!…

Bihoreau duc de Bellerente dit: 13 novembre 2015 à 23 h 54 min

CNN prétend que des otages déclarent sur les médias sociaux que les ravisseurs exécutent les otages un après les autres.

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 23 h 50 min

317e section dit: 13 novembre 2015 à 18 h 29 min
Il n’y aura pas de patriotisme européen, parce que le patriotisme repose sur la fierté, et que l’Europe n’est plus que honte et reniement de ce qu’elle fut depuis la dernière guerre. Les Anglais ont raison de vouloir quitter le navire avant le naufrage inévitable.

Si vous pensez cela, cher Brown, vous vous carrez le cul dans une fin d’vie peu excitante.

Je crois le contraire.
Nous allons avoir des European Prides de diverses expressions et d’importance croissante.
Elles seront parfois pacifiques, parfois plus rugueuses.
Ce sera passionnant à observer.
De la Pologne à la Bretagne!

Le refus de voir disparaître des formes-de-vie qui ne relèvent pas de la race mais de l’histoire va mettre dans la rue des foules plus importantes que la fameuse Manif pour Tous.
Les sots et les paresseux diront: c’est pas de droite?, les observateurs feront observer est que la vraie droite est aujourd’hui la forme-de-vie sacralisant la maîtrise (maîtrise de l’Allah sur les hommes, maîtrise des hommes de l’Allah sur les autres hommes et sur les femmes).

Voyez-vous, Attila, une femme coréenne égarée en milieu suisse m’a demandé avant-hier:
Mais pourquoi?
Que cherchent ces jeunes gens qui partent vers Daesh avec le projet de revenir un jour at home répandre leur propre Evangile?

Vous reconnaîtrez que la question est difficile, surtout quand on a le souci démocratique de ne pas traiter-indifferemment une collectivité (foutez en l’air l’expression « amalgamer », elle a été récupéré par des forces réactionnaires, on l’emploiera dans 30 ans si vous voulez).

Réduit à quia que j’étais: le temps est court, le verre n’a qu’un temps, et la jeune femme d’Asie a bien de droit d’avoir d’autres soucis, incommensurables avec les névroses européennes.

Que pensez-vous de mon improvisation?

Ces jeunes gens veulent enfin être des maîtres.
Méprisés, marginalisés, ils pensent à leur manière comme l’abbé Sieyes.
« Que sommes nous? rien, que prétendons-nous être? tout »
La relation maître esclave doit être comprise selon une hiérarchie indéfinie, le plus ignoble trouvera toujours plus bas.

Là est l’erreur de M. Badiou: la relation de domination n’est pas destinée à s’abolir dans une dialectique imaginaire (quels enfants, ces platonico-hegeliens!), elle est destinée à se disséminer au contraire du haut en bas de la future hiérarchie sociale.

Les mouvements frères-musulmans (sous un mode mineur, pas vraiment gratifiant) et les mouvements djihadistes (voilà des hommes!) leur proposent exactement cela: devenez à votre tour des maîtres.
Le allah est déjà un maître et exige l’obéissance absolue.

Mais si tu obéis au allah (ô toi Lakhdar du Neuf-Trois, ô toi Murad des Quartiers nord) tu seras à ton tour un maître. Ta domination s’exercera:
(1) sur les individus d’origine musulmane qui devant la mosquée sont tentée par l’esquive, par la brasse coulée (« on s’rappelle, mon frère », « trop occupé »…): on te dira comment rattraper ces faux-frères!
(2) sur les femmes destinées selon la Sunnah à te servir;
(3) sur les futurs dhimmis, ces larves démocratiques (on les encule sans une plainte)
(4) sur tous les autres, hérétiques ou païens: l’esclavage s’impose alors (relis Ibn Taymiyya) et c’est tout bénef mon frère, femmes kurdes, femmes yazedi…
Rejoins-nous!

À toi le fric (nos réserves sont énormes), les marques (tout Apple par ici), les meufs (mais pas de dérapage: nos soeurs flic des moeurs, souvent européennes, tu n’y touches). Pour l’exercice de la « puissance jaculatoire » comme le Prophète (alayhi salat wa salam), même l’anthrologue libéral Malek Chebel te montre la bonne voie: vas au labour avec les femelles destinées à ce service!

Voilà: on est un minable de banlieue, marginalisé, sans père, sans profession digne de ce nom, considéré comme une merde, et on devient soudain un maitre, à l’image de l’allah (qui n’est pas un père) et de son messager M. Muhammad qui est homme de guerre.
C’est pas mieux que de rester au milieu de ces châtrés, de ces cocus, de ces pédés de cefrans de merde?
Allons! Enfin la jouissance légitimée, exclusive et rémunératrice!
Mai 68? Me faites pas rire j’ai les lèvres gercées.

A leur place, je m’appelle Maurice, je deviens Mouloud, et je pars en charter sans hésiter!

Voilà, ce n’était qu’un dialogue.
Une simple parabole…
La Coréenne a préféré, en silence, renouveler sa consommation.
I don’t blame her.
Mais dès le lendemain, elle me rappelait, c’était trop étrange (« kli-han »! 기이 한!)

Qui niera que qu’au sein de ce dialogue quelque chose est passé?

– Ni Dieu ni maître! Le jeune Badiou s’est longtemps endormi ainsi en suçant son pouce.
Devenu vieillard, il refuse de voir sous ses yeux une Révolution authentique qui lui rétorque: à nous, à moi, le Dieu ET le maître!.

Affaire à suivre.

Passou dit: 13 novembre 2015 à 23 h 41 min

Attila : « A qui croyez-vous que ces attentats font le plus de torts, il n’y a pas de hasard ? »

Aux morts et aux blessés de ces attentats. Toute autre réponse serait obscène.

Anonyme dit: 13 novembre 2015 à 23 h 41 min

Attila dit: 13 novembre 2015 à 23 h 30 min

Au victimes et à leurs familles; d’abord.

Aux musulmans ordinaires, bien sûr.

Et aussi, au gouvernement qui nous a survendu ses services de sécurité. Dès demain, MLP et Sarkozy (qui ne voudra pas se laisser distancer) vont demander sa démission.

Bihoreau duc de Bellerente dit: 13 novembre 2015 à 23 h 39 min

Nous payons le prix de l’impérialisme et de la colonisation des Mahométans qui s’en prennent à nous plutôt qu’à leurs chefs politiques et religieux qui les ont laisser croupir dans l’ignorance. Réaction presque normale: le déni libère du besoin de faire son examen de conscience. Les chrétiens ont renoncé à convertir les infidèles, pas les Mahométans. Le FN jubile: il blâmera la Gauche et la Droite, il réclamera plus de muscle de la part des autorités. Il faut s’attendre à une réaction violente de la part des plus militants du FN et de ceux qui se situent encore plus à droite. Je n’aimerais pas être Mahométan par les temps qui courent…

PMB dit: 13 novembre 2015 à 23 h 22 min

Christiane écrit : « Malgré l’atmosphère rigide, froide et prosélyte de cet internat, une conscience naît, une révolte sourde »

Désolé de vous contredire mais hélas, à part une fois une minute en trois ans, rien de tout ça. Si je peux me faire un reproche, c’est de cela.

Bon, malgré l’actualité sanglante une fois de plus, je vais reprendre les mémoires d’enfance de Pagnol. Mon tome préféré : le deuxième. J’ai longtemps et à tort pris cet auteur pour un écrivain mineur. Ma petite enfance fut heureuse, ça ne protège pas de tout, mais beaucoup…

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 13 novembre 2015 à 23 h 21 min

les religions user friendly !

Avec des émoticonnes, of cozrse. Tsssss… pauvre Sergio…

Mékelkon ! dit: 13 novembre 2015 à 23 h 09 min

je donnerai toute ma bibliothèque encombrée de livres de scribouillards nombrilistes à la PMB

Un kon qui sait pas acheter les bons livres !

PMB dit: 13 novembre 2015 à 23 h 05 min

Merci à Christiane et surtout au cafard du Var de faire la pub pour mon premier livre ! Inutile, bien sûr, de lui dire que j’ai écrit autre chose (deux autres publiés) de différent, et que je ne passe pas tout mon temps à dire du mal d’une Église qui le fait bien toute seule, voir comment le pape a un mal fou à nettoyer les écuries vaticanes.

« Mon âge d’or fut de cendre » est la reprise modifiée d’une phrase de Jean Rouaud, écrivain pour qui j’ai autant d’intérêt que de désintérêt pour Angot. Intérêt dû à un cocktail : écriture superbe, terroir riche du mien, et pudeur.

« Cette enfance traversée avec ténacité, fermeté. ». Hélas non, j’ai subi, et c’est pourquoi il a fallu écrire ce livre pour régler un compte (qui l’a été, j’ai fait la paix avec ces gens). Quand le défunt Panorama (France Cul) a chroniqué ce livre, un intervenant (Roger Dadoun?) a eu cette phrase terrible, en parlant de moi : « B… ne s’est pas pardonné ».

Sergio dit: 13 novembre 2015 à 23 h 01 min

Attila dit: 13 novembre 2015 à 21 h 13 min
La RDL va t-elle devenir une communauté cooptée de seniors majoritairement juifs ?

C’est trop de boulot ! L’athéisme, ou mieux l’agnosticisme, y a pas à en foutre une ramée… C’est ça les religions user friendly !

il n'y a pas de hasard dit: 13 novembre 2015 à 22 h 56 min

Combien faudra-t-il d’attentats pour déciller les yeux des imbéciles comme Attila ?
Je n’en sais rien, et c’est ce qui m’angoisse le plus.
Certains ne comprendront ce qui leur arrive que le couteau sous la gorge, et encore s’en trouvera-t-il parmi eux pour bénir leur bourreau.

hamlet dit: 13 novembre 2015 à 22 h 52 min

« masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 20 h 16 min
mais je vais ajouter la précision suivante: c’est TKT (lentement assassiné sous nos yeux par D’hamlet, dans l’indifférence générale) qui avait pointé avec beaucoup de finesse et d’expérience cette dimension imprévue de la nouvelle-ruralité. »

misère de misère…

D. n’est pas hamlet !

je suis victime d’une nouvelle affaire Dreyfus.

@Passou : voulez-vous être mon Zola ?

et dire que je n’ai jamais assassiné personne.

géo dit: 13 novembre 2015 à 21 h 43 min

« Si vous trouvez qu’amalgamer toute la population française issue de l’émigration maghrébine à ses aspects les plus extrêmes ce n’est pas du racisme, masud al-bukhari, que voulez-vous que je vous réponde ? »

Pas toute Attila! Pas toute! Mais suffisamment, nombreuse pour imposer sa loi dans certains quartiers…Il n’y a pas besoin que 100% d’une communauté soit communautariste pour que la « majorité silencieuse », comme partout, comme toujours, se soumette à la loi des plus intransigeants.

Prenez l’histoire de tous les totalitarismes, de toutes les révolutions, croyez-vous que la majorité des français voulait la Terreur, les massacres de Septembre, la mort du Roi et de Marie-Antoinette? Que la majorité des russes voulaient le Goulag? La majorité des allemands la Shoah? La majorité des arabes la charia saoudienne ou de l’Etat islamique? Non bien sûr…Mais il y a une masse critique d’extrêmistes au-delà de laquelle les gens les plus paisibles acceptent la loi des plus fanatiques. C’est déjà le cas dans certains quartiers.

Je viens de lire un compte rendu du dernier livre de Malika Sorel « Décomposition française : Comment en est-on arrivé là ? ». Cela paraît édifiant, sans parler des rapports classiques sur les banlieues souvent cités par Finky…Même Malek Bouty, socialiste, commence à paniquer.

Attila dit: 13 novembre 2015 à 21 h 13 min

Si vous trouvez qu’amalgamer toute la population française issue de l’émigration maghrébine à ses aspects les plus extrêmes ce n’est pas du racisme, masud al-bukhari, que voulez-vous que je vous réponde ?

Après ça, ne vous étonnez pas qu’un gentleman comme Abdel, qui lui signait de son vrai nom, ait renoncé à venir discuter avec nous !

La RDL va t-elle devenir une communauté cooptée de seniors majoritairement juifs ?

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 13 novembre 2015 à 20 h 50 min

BTW cutting the cord il est des sujets où le lire est à crever de rire et pas comme un corps de garde!

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 20 h 49 min

le garçon qu’on appelait monsieur dit: 13 novembre 2015 à 20 h 37 min

Ecoutez, mon vieux, ce blog entier a commencé par compatir.

Mais quoi, ça fait bien plusieurs jours que vous venez ici pleurnicher: « on m’a appelé ‘Monsieur’ au lieu de me donner des bonbons’…

Votre pseudo est devenu aussi lassant que le visage chafouin de Pascal assené aux lecteurs de ce blog au nom d’une ‘joie’ imaginaire.
JC (cet excellent homme) l’a déjà relevé.

Dieu d’Abraham, dieu des athées, délivre moi de cette connerie appelée joie!
C’est encore pire quand on lui adjoint des épithètes cauteleux: joie tragique, joie envers-et-contre-tout!…

À bas la joie, Duponts!

Fouenknios dit: 13 novembre 2015 à 20 h 48 min

J’aime bien me défendre, jamais je foutrais les pieds chez un gros tas de terre (en plus c’est un comble, je vais vous dire…)
Sinon, c’est ça? c’est des gros yeux? Bon : blog de merde. Ensuite : un pizza?

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 20 h 33 min

Décryptage dit: 13 novembre 2015 à 19 h 19 min
Mais mon pauvre ami, il y a longtemps qu’on se fout de cette hémiplégie droite/gauche comme d’une guigne
Réflexion typique d’un homme de droite.

Je vais vous surprendre: je suis avec vous!

Moi auss,i j’ai du, tout enfant, ouvrir la bouche pour avaler cette purée de pois héritée du père Sartre.
« Ne pas s’engager, c’est encore s’engager, mais mal », etc.

Vous ai-je bien compris?

Je vais vous dire mon secret: un beau jour vous vous débarrassez de ces platitudes d’un simple mouvement d’épaule.
Just shrug it off!

Ce qui se trouve devant vos yeux est tellement plus passionnant!

Zouzou est zouzou dit: 13 novembre 2015 à 20 h 29 min

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 20 h 16 min
« Faf », « triste », ‘sinistre »…

Pas mieux.

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 20 h 27 min

Mon cher Attila, je ne sais plus qui est « géo », mais sur ce coup, il est aujourd’hui dans le vrai.
Que voulez vous, la comparaison qu’il fait de la situation réelle des quartiers (comme dit la novlangue) et la situation fantasmée des anti-sémites des années 30 est proprement dévastatrice!

Trouvez-vous, if you please, des juifs contestataires des programmes scolaires ou policiers des moeurs, surveillant les habitus vestimentaires ou alimentaires de leur voisinage!
Nous avons changé d’époque.

Je sais, le réajustement demande du temps.
Certains sont plus prestes, les autres les rejoignent beaucoup plus tard, en s’excusant…
L’essentiel est un jour de faire front devant l’inacceptable (« Les pédés à la mer »?).

Widergänger dit: 13 novembre 2015 à 20 h 24 min

317e section dit: 13 novembre 2015 à 18 h 23 min
Si j’étais antisémite, je dirais qu’une certaine juiverie (pour paraphraser le subtil Bloom) serre les rangs autour du petit soldat Fink, mais Dieu merci, je n’en pense rien.
___________
Ça empêche pas que t’es une bonne petite ordure bien de chez nous…!

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 20 h 16 min

Bloom dit: 13 novembre 2015 à 19 h 58 min
Ueda fait de son mieux pour apparaitre respectable, mais c’est plus fort que lui, il faut qu’il sorte son (petit) dard.
sa nature profonde de petit faf de refaire surface & ruiner ses effets. Clown triste, bouffon sinistre.

Hihihi…

Mon ami, mon ami, quel excès!

« Faf », « triste », ‘sinistre »…

Ecoutez, « je vous demande de vous arrêter »!

Notre action culturelle à l’étranger, pour être efficace, demande, me semble-t-il, davantage d’ironie sur soi-même sous peine d’endosser le rôle pénible pour tous du Français pompeux et incapable de cracking a joke.
Je vous parle d’expérience, mon cher, croyez le bien, je vous lis les yeux mi-clos.

L’avertissement amical contre le snobisme vous comparait à Clopine, mais je vais ajouter la précision suivante: c’est TKT (lentement assassiné sous nos yeux par D’hamlet, dans l’indifférence générale) qui avait pointé avec beaucoup de finesse et d’expérience cette dimension imprévue de la nouvelle-ruralité.

Détendez-vous!

Le passé est le passé dit: 13 novembre 2015 à 20 h 09 min

Si le résultat du grec et du latin en sixième doit être assimilé aux grandes figures que sont Bloomy et Zouzou,
Vive Najat !
Et oublions les ridicules.

Widergänger dit: 13 novembre 2015 à 20 h 08 min

PS : le D. de mon pseudo est l’initiale de David.
____________
Mais on peut très bien être juif et con et antisémite.

Ça s’est vu. C’est votre cas par exemple…

géo dit: 13 novembre 2015 à 20 h 02 min

« Bien sûr, geo, que « la question juive » est très différente de « la question musulmane », mais vous trouvez sérieux d’écrire… »

Oui Attila, très sérieux.

Bloom dit: 13 novembre 2015 à 19 h 58 min

(Bloom, le snob le plus avéré ici, après Clopine).

Ueda fait de son mieux pour apparaitre respectable, mais c’est plus fort que lui, il faut qu’il sorte son (petit) dard. in minima cauda venenum Et hop, sa nature profonde de petit faf (mentalité & positionnement politique) de refaire surface & ruiner ses effets. Clown triste, bouffon sinistre.

Attila dit: 13 novembre 2015 à 19 h 45 min

Bien sûr, geo, que « la question juive » est très différente de « la question musulmane », mais vous trouvez sérieux d’écrire que :

« 10, 15 ou 20% de la population (on ne sait plus), contrôlant des quartiers entiers, imposant (l’halal), refusant la culture laïque, empêchant les filles de sortir autrement que dans l’accoutrement des (musulmanes) orthodoxes et dont les membres les plus extrémiste commettaient de temps à autres des attentats du type de ceux de Mehra, de Memmouche ou de Coulibaly » ?

christiane dit: 13 novembre 2015 à 19 h 39 min

@la vie dans les bois dit: 13 novembre 2015 à 19 h 06 min
J’ai pensé aussi à Pagnol. Ah, la chasse aux bartavelles, quel morceau de roi !
J’ai lu votre dialogue avec DHH. Il m’a rappelé certains passages du livre de Tobie Nathan.

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 19 h 21 min

« Dans le groupe des intellectuels qui vous accompagnent dans cette vilenie anti-juive, on me traite volontiers d’antisémite. Mais je ne fais que tenir et transformer positivement l’universalisme hérité non seulement d’une immense pléiade de penseurs et de créateurs juifs, mais de centaines de milliers de militants communistes juifs venus des milieux ouvriers et populaires. »

C’est d’une infernale démagogie.

Du reste « milieux ouvriers et populaires » est traduit du chinois des années soixante.

Pour les incrédules, je rappellerai un article dans le Monde signé par Badiou et Lazarus qui disait: « les foyers ouvriers, c’est bien ».

Attention à la syntaxe, if you please, c’est inspiré de Pékin Information rapportant la décision de Mao Zedong voyageant dans son train privé et observant un slogan.
« La commune populaire, c’est bien ».

Pour satisfaire le snobisme linguistique de Bloom: renmin gongshe hao.
(Bloom, le snob le plus avéré ici, après Clopine).

Décryptage dit: 13 novembre 2015 à 19 h 19 min

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 18 h 28 min
Mais mon pauvre ami, il y a longtemps qu’on se fout de cette hémiplégie droite/gauche comme d’une guigne

Réflexion typique d’un homme de droite.

christiane dit: 13 novembre 2015 à 19 h 02 min

@Le Fantôme….. dit: 13 novembre 2015 à 18 h 29 min
Écoutez, lisez ce livre au lieu de ronchonner. Tenez, ce passage délicieux :
« Quand j’étais enfant, avec mes frères, je gardais les oies… Nous partons au pré, poussant ces oiseaux criards et susceptibles qui répondent à grands coups d’ailes courroucés. La plus grasse traînasse et attire sur son croupion les coups de bâtons que, sots et cruels comme peut l’être une troupe, nous lui assénons avec jubilation. Une trique atteint la tête : Madame trépasse. Dégrisés, nous pressentons aussitôt l’orage paternel qui éclaterait sur nos postérieurs. Il faut ruser. Nous ramenons la suppliciée en traînant par le cou ses huit bons kilos à l’entrée de la ferme. Un œil à droite, un œil à gauche, et vite dans l’étable sur la litière sous les pattes des locataires. « Papa ! Papa ! les vaches ont pilaugé la oie ! ». Il arrive, constate le crime bovin et porte la blanche morte – quoiqu’un peu verte au soubassement : le verra-t-on ? – à la cuisine où la recette magique de Maman la transforme en rôti aux poires sèches. A table ! Et c’est là que Papa mâchant lentement ce qui reste de la pauvre défunte, commente d’un œil ironique et froid dardé sur nous penauds : « C’est drôle, la oie, elle a un goût d’herbe ! » Est-ce pour payer ce meurtre juvénile qu’il protégeait tout ce qui vole ? »
Il y a dans ce récit d’autres petites scènes de ce genre, pleines de joie de vivre insouciante.

hamlet dit: 13 novembre 2015 à 19 h 01 min

ce passage est excellent : « Dans le groupe des intellectuels qui vous accompagnent dans cette vilenie anti-juive, on me traite volontiers d’antisémite. Mais je ne fais que tenir et transformer positivement l’universalisme hérité non seulement d’une immense pléiade de penseurs et de créateurs juifs, mais de centaines de milliers de militants communistes juifs venus des milieux ouvriers et populaires. »

il fait penser à ce qu’écrit Traverso dans un des ses derniers bouquins : je ne suis pas juif, la preuve : j’aime Spinoza, Freud et Marx.

dit autrement : je ne suis pas antisémite la preuve j’aime tous les juifs qui sont sortis du judaïsme.

c’est excellent.

mais c’est bien, Badiou rappelle dans ses propos pourquoi a été créé non pas un état juif mais un foyer juif, un abri fait pour protéger les juifs de types comme lui, des types qui, même toute planète était ravagé par des nettoyages et des épurations ethniques continuerait d’avoir les yeux braqués sur Israël, ignorant toutes les autres épurations qui se déroulent aux 4 coins du globe mais ne retenant que cet immense état ethnique et colonisateur qu’est Israël, parce que quand on lit ce genre de types on bien l’impression qu’Israël est cent plus grand que la Russie et l’Australie réunis, cet effet de loupe qui n’existe pas géographiquement n’étant que le reflet de ses obsessions antisémites.

la vie dans les bois dit: 13 novembre 2015 à 18 h 56 min

Encore merci pour cette réflexion, trouvée en lien sur cette idée de Beckett et traduite en science par:
« Not succeeding is not the same as failing. Not in science. »

J’ai passé un excellent moment.
J’aurais en fait trop de liens à poster et le sujet ne fait pas recette ici. Hélas.

Lucien Bergeret dit: 13 novembre 2015 à 18 h 55 min

Le texte de Badiou ne me parait ni abject, ni dégueulasse. Il est plutôt mesuré.
Ce qui est abject c’est l’instrumentalisation de la Shoah, spécialité de plusieurs ici.
Il est vrai que je suis une « fiente communiste » ou quelque chose comme ça.

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 18 h 51 min

momo al boudueda dit: 13 novembre 2015 à 18 h 36 min
ueda, qui n’est pas de droite (et surtout pas de gauche) il est un pur tout droit sorti du fi garo

Je suppose que vous plaisantez.
Le Figaro est de centre-gauche.

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 18 h 47 min

Brown s’amuse.
Il titille le juif, comme d’autres taquinent le goujon.
Shame on him.

Je ne comprend pas pourquoi.
Défendre les Palestiniens?
Il faut reconnaître l’injustice profonde qui les a frappé un jour et qu’on appelle la Nakba.
Mais l’idée formellement juste des « deux Etats » est aujourd’hui, et pour longtemps, au purgatoire.

Pourquoi, c’est simple.
(1) La nouvelle conjoncture du guerre au Moyen-Orient a fait pour nous, « bons Européens », que la puissance militaire d’Israel est plus que jamais décisive;
(2) En dépit des discours publics, ni le Hamas ni l’Autorité palestinienne ne sont sincères dans l’acceptation définitive d’un Etat juif. Pour ces appareils, ce n’est qu’une étape, vers le but final qui est le retour de cette terre à ses précédents occupants non-juifs.

Leur imaginaire géographique, lorsqu’il n’est pas mis en cause publiquement par une opposition palestinienne démocratique (on l’a fait taire, mais elle reviendra!), est fondamentalement superposable à celui de Daesh: ce qu’on traduit fort mal par la « Syrie » (ash-Sham) comprend également la Palestine, la Jordanie et donc Israel.
Ne l’oublions jamais!

Le Fantôme..... dit: 13 novembre 2015 à 18 h 41 min

Quittons nous sur une excellente impression !

Si on n’aimait pas s’entretuer, nous autres intellectuels, pourquoi demanderions nous en mariage de futurs emmerdeurs ou emmerdeuses, bien cachés sous leur maquillage ?

Je vous le demande !
Bonne soirée…

momo al boudueda dit: 13 novembre 2015 à 18 h 36 min

il y a longtemps qu’on se fout de cette hémiplégie droite/gauche comme d’une guigne.

il faut en effet prendre exemple sur ueda, qui n’est pas de droite (et surtout pas de gauche) il est un pur tout droit sorti du fi garo

les îliens réunis dit: 13 novembre 2015 à 18 h 32 min

« qu’il la ferme et qu’il vive en homme…. point barre ! »

la fermer et vivre en homme, JC en est incapable

ras le bol dit: 13 novembre 2015 à 18 h 30 min

317e section

on n’en parle trop peu, des gens des deux camps opposés militent et manifestent ensemble contre les tueries – contre ceux qui, pour rester au pouvoir, ne pensent qu’à les faire s’entre-tuer

Bloom dit: 13 novembre 2015 à 18 h 29 min

Jean Calbrix, te voilà démasqué. M’est avis que tes subtilités de kappo vont bientôt plus être possibles.
Vivement les salons du livre en Caux!

Le Fantôme..... dit: 13 novembre 2015 à 18 h 29 min

christiane dit: 13 novembre 2015 à 18 h 24 min
« Oh la la ! vous mélangez tout. »

Je ne mélange rien !

PMB ? qu’il la ferme et qu’il vive en homme…. point barre ! Et se paie un psy pour l’aider, sans bavasser sur la Chrétienté qui a eu dans la formation des enfants, de redoutables mérites !

Nom de Dieu ! ce que cela me coûte de dire du mal de ce pauvre vieux gamin abimé, sans intérêt !…

317e section dit: 13 novembre 2015 à 18 h 29 min

Il n’y aura pas de patriotisme européen, parce que le patriotisme repose sur la fierté, et que l’Europe n’est plus que honte et reniement de ce qu’elle fut depuis la dernière guerre. Les Anglais ont raison de vouloir quitter le navire avant le naufrage inévitable.

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 18 h 28 min

A. S. D. dit: 13 novembre 2015 à 18 h 03 min
il est coupable de la pire ignominie selon les critères de ce blog : il est resté de gauche.
Mais on pardonnera tout à Finkielkraut et Renaud Camus puisqu’ils sont de droite.

Mais mon pauvre ami, il y a longtemps qu’on se fout de cette hémiplégie droite/gauche comme d’une guigne.
Réveillez-vous!

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 13 novembre 2015 à 18 h 25 min

La non-conscience de soi pour se la jouer narcissique assumé ça peut être d’un déchirant j’vous dis pas…

christ butin dit: 13 novembre 2015 à 18 h 24 min

A. S. D. dit: 13 novembre 2015 à 18 h 03 min
Ce qui est reproché à Alain Badiou est simple, et masud al-bukhari l’a illustré : il est coupable de la pire ignominie selon les critères de ce blog : il est resté de gauche.
Mais on pardonnera tout à Finkielkraut et Renaud Camus puisqu’ils sont de droite.

gauche est péché

christiane dit: 13 novembre 2015 à 18 h 24 min

@Le Fantôme….. dit: 13 novembre 2015 à 18 h 09 min
Oh la la ! vous mélangez tout. ce n’est pas un récit nombriliste, c’est l’interrogation d’un homme qui veut se défaire de son enfance, à ce trou dans sa vie, ce désert face à l’absence de scrupules de ces dits-formateurs. Ce livre , il le devait à cet enfant qu’il a été et qui a subi toute cette oppression, se taire ce n’est pas ne rien dire. Celui qui ne parlait pas pensait, jugeait, se réservait. PMB pose sur cette enfance un regard très grave. Il parle par l’écriture, par la réminiscence. En donnant la parole à l’enfant qu’il a été, à son être intérieur, l’apaisant, quarante ans plus tard. Il lui donne un refuge : ce livre, qui met l’horreur à distance. Après, il peut aller, debout.

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 18 h 22 min

Widergänger dit: 12 novembre 2015 à 17 h 03 min
C’est pas que le patriotisme européen n’existe pas ; c’est qu’il n’existe pas encore. Il suffirait que Daesh s’en prenne à l’Europe comme entité politique de croisés pour que d’un seul coup l’Europe crée du patriotisme.

C’est possible, c’est souhaitable, mais ce n’est pas certain tant il y a des Europes politiquement diverses.

Ce qui est sûr, en tout cas, c’est que la réaction sourde devant le désastre actuel (symbolisé par le discours résolument anti-politique de Mme Merkel, qui est une défaite en rase campagne) n’est pas comme on le dit sottement un « repli identitaire », c’est au contraire la recherche encore hésitante d’une contre-offensive.

L’actuel totalitarisme islamiste sera beaucoup plus difficile à vaincre que les deux précédents, fasciste et communiste, parce qu’il prétend tenir en otage « son » peuple, qui sont nos concitoyens musulmans. Lesquels n’en peuvent mais!
Le nouveau patriotisme européen ne sera pas uniquement fondé sur les Tables de la loi (le Verfassungpatriotismus existe déjà et il a montré son insuffisance) mais sur le partage d’une destinée culturelle commune.

Le Fantôme..... dit: 13 novembre 2015 à 18 h 21 min

Oui, SERGIO, oui !

Plus aucun noir dans les équipes françaises de foot, volley, basket, tir à l’arc, films porno, scrabble, tennis, pétanque…

Epurons les trio, quartet, quintet, big band de tous ces nègres musiciens de jazz !

Bloom dit: 13 novembre 2015 à 18 h 18 min

et ce sera votre malédiction, à vous les juifs, d’Europe ou d’Israël.

Ouf, il nous reste l’Amérique, l’Australie, le Birobidan…Et puis, ils ont de bons poètes là-bas, pas des chèvres à bouc qui broutent du vert pour crotter des vers.

Sergio dit: 13 novembre 2015 à 18 h 17 min

C’est pas grave, qu’ils soient tous noirs dans le foot ! Toutes manières après le match, hein… Ou alors on fait des quotas ; mais un truc sérieux calculé, hein ! Avec le nombre de quarterons* d’octavons…

* C’est pour aller avec le billet, le lecteur avisé l’aura discerné…

la vie dans les bois dit: 13 novembre 2015 à 18 h 13 min

à 18 h 06 min

Non j’étais dans quelque chose qui fait sens objectif:
« Condition servile qui fait tomber une personne dans le mépris »

Le Fantôme..... dit: 13 novembre 2015 à 18 h 11 min

Parmi ceux qui ont souffert, je préfère ceux qui la ferment à ceux qui l’ouvrent. Suis-je clair ? Angotphobe.

moriturus dit: 13 novembre 2015 à 18 h 11 min

Le Fantôme….. dit: 13 novembre 2015 à 18 h 09 min
je donnerai toute ma bibliothèque pour un seul regard vrai de mourant

Je te regarde, fantôme, droit dans les trous vides de ses yeux.

Phil dit: 13 novembre 2015 à 18 h 11 min

Camus s’est trop occupé d’affaires sexuelles dans sa jeunesse pour être cultivé comme un honnête homme à la fin de sa vie. Aragon aura pu mieux en juger que ne le pourra Finkielkraut.

DHH dit: 13 novembre 2015 à 18 h 10 min

@LVDB
effectivement
mais je dois à la verité de dire que les camps d’internement n’ont concerné qu’une minorité de cette population tandis que les évictions de l’école et des emplois publics ont été générales
en revanche la dernière phrase du texte que vous citez exprime des regrets que les auteurs de ces turpitudes n’aient pas eté poursuivis; mais c’est qu’ils n’avaient pas à l’être car ils ont agi en toute légalité appliquant des instructions officielles et c’est bien cela qui est scandaleux

Le Fantôme..... dit: 13 novembre 2015 à 18 h 09 min

Mais, chère Christiane, vous savez bien que je donnerai toute ma bibliothèque encombrée de livres de scribouillards nombrilistes à la PMB, pour un seul regard vrai de mourant …

la vie dans les bois dit: 13 novembre 2015 à 18 h 08 min

Je n’ai pas tout suivi.
Peut-on dire simplement qu’ un traumatisé à vie, ça peut faire un bouffeur de curé sachant écrire.

A. S. D. dit: 13 novembre 2015 à 18 h 05 min

Le Fantôme….. dit: 13 novembre 2015 à 18 h 01 min
Badiou, c’est de la fiente communiste

Prenez exemple sur JC : lui au moins ne s’embarrasse pas de circonlocutions comme masud al-bukhari, il parle franchement, et dans le ton de la RdL.

Le Fantôme..... dit: 13 novembre 2015 à 18 h 04 min

Dans toute démocratie bien organisée, il est important de disposer de camps de repos, prêts à accueillir des Badiou dans d’excellentes conditions de confort et de rayonnement Faraday …

Pour cela, il faut profondément transformer nos reflexes humanistes, ça prend du temps !

A. S. D. dit: 13 novembre 2015 à 18 h 03 min

Ce qui est reproché à Alain Badiou est simple, et masud al-bukhari l’a illustré : il est coupable de la pire ignominie selon les critères de ce blog : il est resté de gauche.
Mais on pardonnera tout à Finkielkraut et Renaud Camus puisqu’ils sont de droite.

christiane dit: 13 novembre 2015 à 18 h 03 min

@Le Fantôme….. dit: 13 novembre 2015 à 17 h 36 min
Non, le problème n’est pas là fantôme. Ne pas confondre une passe d’armes de type personnel (de la gnognotte) avec le ressenti d’un écrivain à travers son livre (autobiographique de surcroit). là c’est du sérieux.
Vous savez, fantôme, Pessoa était un type tout-à-fait banal, en apparence…
Ce monde des commentaires et des pseudos est une arène propice aux combats. La lecture d’un livre c’est autre chose de lent, de profond. Je dis qu’un homme vainqueur de ce désastre soit tourne à la férocité soit épanouit son humanisme. Je crois que PMB est dans le 2e cas et vous… dans l’autre !
Sauf si, Fantôme, derrière ce jeu de chamboule-tout (le vôtre) se cache un amateur d’hétéronymes…

Bloom dit: 13 novembre 2015 à 18 h 02 min

DDH,
reconnaissance à l’école publique laïque, bien sûr. A la méritocratie républicaine, jusqu’à un certain point aussi.
En revanche, Racine & Flaubert peuvent être aimés de tous, partout, en tous temps.
Quant à la place de l’Eglise (les cleuches, disait mon ainé), c’est beau en touriste, en passant. Un pays, c’est ses hommes & ses femmes, avant tout.
Il est une France pour laquelle Rayman, Elek, Wichitz, Alfonso, Manouchian & les autres se sont battus, la France abstraite des principes républicains, une territoire de l’esprit qui se réduit comme peau de chagrin, à certaines époques plus qu’à d’autres.
En réunion régionale, le délégué canadien de l’organisation internationale de la francophonie, évoquant les valeurs que cette dernière est censée véhiculer (la diversité culturelle, la règle de droit, etc.) nous a demandé comment on comptait faire pour préserver le peu de crédibilité qui nous reste si le FN remportait les élections.
Se méfier du sheol qui vient.

MC! dit: 13 novembre 2015 à 18 h 00 min

A signaler,pour revenir au sujet, chez une maison d’ordinaire sérieuse:
« Bretons: leur Guerre d’Algérie », Liv’Editions.
Bien à vous.
MC

masud al-bukhari dit: 13 novembre 2015 à 17 h 55 min

Je ne sais pas si la lettre de Badiou est « abjecte » (je n’aime pas trop ce vocabulaire, il signifie qu’on ne cause plus) mais son propos est inepte et son ton est carrément insultant.

Ce philosophe traverse ce début de siècle en somnambule et ne comprend rien à sa nouveauté.

Il n’est enfermé dans son universalisme dogmatique tel un Saint Paul sécularisé (Il n’y a plus de juifs ni de grecs, de maîtres ni d’esclaves, tous sont UN dans le communisme). À ses yeux, entre l’universel et le sujet révolutionnaire, il n’y a rien: tous les identités ou cultures historiquement constituées n’ont que la consistance d’un fantasme ou d’un artifice.

Il ne voit pas, par exemple, la spécificité de l’actuelle immigration musulmane et sa répugnance explicite devant l’assimilation, au nom d’une vision alternative: c’est la même chose que les Italiens ou les Polonais d’avant guerre. Ce ne sont que des prolétaires appelés à recommencer à nouveau frais la même révolution émancipatrice, qui ne peut être que la même pour tous (« l’idée communiste »).

Moyennant quoi, au lieu de d’analyser la nouveauté et le dynamisme des actuels processus d’identification, il présente une vision de l’histoire d’une inimaginable pauvreté.
Son imagination politique n’est peuplée que de catégories
en peau d’zombie:
le Prolétaire, l’Ouvrier, le Tiers exclus, le Sans-quelque chose…

Il commet la faute majeure: on seulement il n’observe pas ce que FONT concrètement les adversaires des démocraties européennes, mais il ne prend pas au sérieux ce qu’ils DISENT: à ses yeux, le projet islamiste n’est qu’un rideau de fumée cachant un comportement universel (oppression capitaliste/ révoltes prolétaires).

Finkielkraut a, comme tout le monde, ses manies et ses taches aveugles mais sa sensibilité littéraire le met à cent coudées au dessus du philosophe dans la perception précise et fine de « ce qui ne va pas », avec une attention aux détails et aux indices qui nous en apprennent bien davantage que la mathesis devenue folle du grand philosophe.

la vie dans les bois dit: 13 novembre 2015 à 17 h 55 min

DHH, vous faites sans doute référence, par votre histoire personnelle douloureuse, à cela:

Quand, le 7 octobre 1940, le gouvernement de Vichy abrogea le décret Crémieux, retirant aux Juifs tous leurs droits à la citoyenneté française et refaisant d’eux des « indigènes » au même titre que les Musulmans, ce n’était pas uniquement le résultat de la politique décidée en métropole mais aussi la conséquence de cet antisémitisme persistant au sein de la société européenne d’Algérie. 12 000 enfants juifs furent expulsés de l’enseignement public primaire, secondaire et professionnel à la rentrée de 1941, le nombre d’enfants écartés se montant à 18 000 l’année suivante. Seize camps, de vocations diverses, souvent gardés par d’anciens légionnaires ouvertement pro-nazis, furent ouverts en Algérie, dont certains regroupaient les soldats juifs algériens de la classe 1939, contraints à des travaux forcés. Les Anglo-Américains, en arrivant en novembre 1942, au prix de lourdes pertes (les autorités françaises d’Algérie leur ayant infligé 1 500 morts, enterrés dans le cimetière qui domine encore Oran), y dénombrèrent au total 2 000 détenus.[…] Ce ne fut que le 20 octobre 1943, soit près d’un an après le débarquement allié en Afrique du Nord – le Service des questions juives d’Alger étant resté ouvert jusqu’en mars 1943 -, que le Comité français de libération nationale accéda à la demande des Juifs d’Algérie de recouvrer leurs droits politiques de citoyens, demande à laquelle les notables musulmans, qui formulaient la même pour tous les Algériens, étaient loin d’être hostiles. Quant aux responsables européens de la répression anti­juive, ils ne firent, pour la plupart, l’objet d’aucune poursuite.
http://ldh-toulon.net/les-juifs-de-l-Algerie-coloniale.html

Phil dit: 13 novembre 2015 à 17 h 53 min

très bien, ce que vous écrivez, déashash. la loi du talion ressort de l’indigénat. « Mon village à l’heure allemande », prix goncourt de Jean-Louis Bory.

D. dit: 13 novembre 2015 à 17 h 50 min

Le fantôme et PMB est-ce la même personne ?… Si oui, c’est humble. Si c’est un autre, il y a un pb : « mais traumatisé à vie ce qui est nuisible à son jugement vicié ». Nuisible à un jugement vicié ?… en principe, ça devrait le remettre d’aplomb, non ?

Le Fantôme..... dit: 13 novembre 2015 à 17 h 36 min

christiane dit: 13 novembre 2015 à 16 h 05 min
@PMB
« Ah, au fait, vous êtes quelqu’un de bien. »

Oh, non ! N’exagérons rien … PMB est un type quelconque, nombriliste comme d’autres, mais traumatisé à vie ce qui est nuisible à son jugement vicié.

Je vous ai connu plus lucide, chère Christiane, mais votre extrême sensibilité excuse tout, n’est il pas vrai ?

DHH dit: 13 novembre 2015 à 17 h 33 min

@Bloom
Vous écrivez : » N’oublions pas ce qu’une certaine France PAS SEULE mais assez zélée tout de même a fait à nos parents »
Non je n’oublie pas d’autant que dans ce qu’a subi ma famille la France a agi délibérément, sans même l’alibi de la pression de l’occupant
Du jour au lendemain mes parents, déchus de la nationalité française ont été chassés de leur emploi de fonctionnaires et se sont retrouvés non seulement sans ressources mais à la rue expulses sans délai ni ménagement du logement de fonction qu’ils occupaient
Née française ,je sui devenue à 6 mois une indigène algérienne .
Et certains de mes proches alors d’âge scolaire restent marqués par la scène déchirante qu’ils ont vécue le jour où le directeur est arrivé dans la classe ,a appelé quelques noms et a dit à ces élèves qu’ils étaient renvoyés de l’école et qu’ils devaient prendre leurs affaires pour venir dans son bureau attendre que leurs parents viennent les chercher, brimades que même dans la France occupée on n’avait pas vues
Mais ,malgré tout, cela n’empêche pas un sentiment de gratitude pour cette France qui a su aussi se montrer généreuse, qui m’a fait comprendre et aimer Racine et Flaubert et qui m’a offert ce patrimoine culturel qui fait que je me sens chez moi sur une place de village avec l’église qui fait face à la mairie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*