de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
L’Amérique nous fera-t-elle perdre notre passé ?

L’Amérique nous fera-t-elle perdre notre passé ?

Il paraît que nous sommes devenus américains. Ce serait même tellement évident que l’on ne se demande plus pourquoi mais comment. C’est d’ailleurs inscrit dès le sous-titre de Civilisation (230 pages, 19 euros, Gallimard), le nouvel essai de Régis Debray. Une réflexion à la Debray, brillante et digressive, aussi attendue qu’inattendue d’une page l’autre, provocatrice, usant et abusant d’un goût immodéré de la formule heureuse   ou moins heureuse (« Bobards d’un bobo qui a bobo »), jonglant avec les citations, les ellipses et les raccourcis, télescopant les époques et les références, le latin pur jus s’acoquinant avec le globish pour les besoins de la cause, mais laquelle au juste ?

Heureusement, l’auteur prend soin de préciser le sens des mots afin d’éviter tout malentendu, ce que tout intellectuel devrait faire systématiquement avant de développer son argumentation tant le lexique s’est galvaudé. Ainsi « Amérique » désigne-t-il sous sa plume une certaine forme de civilisation, terme qu’il distingue nettement de « culture ». Donc acte. Il va même jusqu’à créer le néologisme de « civilisaction » au motif que la culture réagit, elle se place toujours sur la défensive, contrairement à la civilisation qui est par essence plus dynamique. A titre d’exemple, dans le monde grec, Périclès a incarné la culture et Alexandre la civilisation.

Jusque là on le suit. De même lorsque Régis Debray dénonce, après beaucoup d’autres, la vision économiste de notre société, la réduction du réel à des tableaux de chiffres, de pourcentages et de statistiques. Et il rappelle que dès 1924, Marcel Mauss annonçait la prééminence redoutée de l’Homo oeconomicus sur la réflexion. Mais là où il touche plus juste que d’autres, c’est lorsqu’il observe que si la puissance économique des Etats-Unis n’est plus ce qu’elle fut, sa « capacité d’impression » demeure inentamée. Le périmètre de son influence s’est agrandi grâce à son empire sur les esprits par la langue, la musique, le cinéma, la télévision, le numérique, le marketing etc Toutes choses qui participent d’une hégémonie sur le visuel, l’image, le spectacle.

Mais une fois qu’on a dit avec Paul Valéry « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles », réflexion épuisée à force d’être répétée à satiété, que dire et que faire ? Les outrances d’un extrait des Ecrits historiques et politiques de la philosophe Simone Weil, daté de 1943 et placé en épigraphe du livre, serait plutôt de nature à nous glacer le sang :

« Il y va du destin de l’espèce humaine. Car de même que l’hitlérisation de l’Europe préparerait sans doute l’hitlérisation du globe terrestre, accomplie soit par les Allemands, soit par leurs imitateurs japonais- de même une américanisation de l’Europe préparerait sans doute une américanisation du globe terrestre. Le second mal est moindre que le premier, mais il vient immédiatement après. Dans les deux cas, l’humanité entière perdrait son passé ».

Jouant sur les paradoxes, Debray avoue que sa franche détestation du Français moyen tel que l’archétype le représente généralement (rouspéteur etc) n’a d’égale que sa sympathie pour celui de l’Américain moyen (direct etc). Pourquoi pas même si personnellement, tout archétype me paraît imbuvable tant il gomme la complexité et les nuances que tout individu recèle dès lors que l’on prend le temps de gratter un peu la caricature. Dans des pages assez drôles, l’auteur se campe en Hibernatus décongelé au moment d’arpenter le bon vieux Boul’ Mich d’un quartier qui a perdu son latin. Tout n’y est qu’enseignes en globish dédiées au diptyque Fringues&Bouffe. Un vrai chemin de croix. Mais le constat est déjà si évident et si ancien qu’il en est un lieu commun, même si l’abaissement, la résignation, l’effacement de la langue française doivent être combattus avec la dernière énergie à chaque fois que l’occasion se présente – au risque de passer pour réactionnaire, so what et alors ?

Andreas GURSKY, 99 Cent, 1999. 207 x 337 cm

Curieusement, il ne cite pas Georges Duhamel (à moins que cela m’ait échappé) : il aurait pu, d’une part parce que Civilisation fut d’abord le titre de son grand roman sur la première guerre (Goncourt, 1919), d’autre part parce que l’écrivain publia en 1930 dans Scènes de la vie future le récit de son long voyage aux Etats-Unis ; il y dénonçait le machinisme, l’obsession de l’argent, la strandardisation, la société de consommation, les méfaits de la publicité, toutes choses reprises et amplifiées un an après dans l’introduction de sa Géographie cordiale de l’Europe, insistant sur ses craintes pour l’avenir d’une France américanisée. Deux livres qui ont fait date dans la naissance du sentiment antiaméricain en France et dont on retrouve l’écho tant dans Tintin en Amérique que dans Voyage au bout de la nuit.

Tout cela suffit-il à faire de l’Amérique le nouveau Satan ? L’essai de Régis Debray a la vertu involontaire de rappeler que la France des élites conserve un ancien tropisme américanophobe hérité d’un certain esprit d’après-guerre, celui des accords Blum-Byrnes de 1946, de la méfiance du général de Gaulle, du vieux fond antiatlantiste du Quai d’Orsay… Il y a de cela chez Debray sublimé par sa propre expérience de l’impérialisme américain au Chili, en Bolivie, à Cuba et alentour. De quoi lui conférer un prisme que l’on jugera déformant en raison d’un détail aux pages 92 et 93 de son essai. Juste un détail. Il lui permet d’épingler au passage notre nouveau président coupable d’avoir trahi son américanisation. Son crime ? Avoir écouté la Marseillaise en ne gardant pas les bras le long du corps comme il sied mais, horresco referens, le bras droit replié et la main posée sur le cœur, comme on fait « là-bas » en pareille circonstance.

Vraiment, cela suffit à le démasquer ? Encore heureux que, pour les conférences de presse présidentielles, le fauteuil ait été remplacé par le pupitre en plexiglas à la fin des années 80 et non le mois dernier, sinon, à ses yeux, cette marque de soumission au modèle américain aurait sans doute enfoncé davantage Emmanuel Macron !

Mais n’allez pas croire que tout cela le rend pessimiste. Non seulement il trouve bien des vertus au chef de l’Etat (intellectuel, littéraire etc), mais il ne se désole pas, ou plus, contrairement aux déclinistes et déploreurs, que de nouveaux métiers en chassent d’autres plus anciens. Malgré ses pages sur l’empire austro-hongrois et le bouillonnement culturel de Vienne début de siècle, ses accents nostalgiques se sont estompés. Ce n’était pas mieux avant. La mélancolie est toujours là mais désormais teinté d’optimisme. Régis Debray continuera d’écrire le français à sa manière tout en s’inquiétant du fait qu’il y aura de moins en moins de gens à qui parler car bientôt plus personne n’aura connu Napoléon. Traduisez : combien de personnes peuvent encore lire du Gracq ou le Bloc-notes de Mauriac ? s’interroge-t-il dans un entretien à l’Obs. En fait, la question n’est pas tant de savoir qui le peut (ce n’est pas du Giraudoux, écrit dans un magnifique français d’autrefois devenu inintelligible) mais qui en a encore le goût.

Deux mots encore piqués dans la conclusion de son livre : il s’agit désormais de « prendre la suite ». En un mot, celui de l’excipit : « transmission ». Belle idée, qui redonne le sourire et la foi, en effet. Transmettons, on verra bien ce qu’il en reste. Sauf que nous ne serons plus là pour en juger.

(Photos Martin Parr et Andreas Gursky)

Cette entrée a été publiée dans Essais.

742

commentaires

742 Réponses pour L’Amérique nous fera-t-elle perdre notre passé ?

Widergänger dit: 31 mai 2017 à 17 h 07 min

Les cas de pédophilie ne sont en effet pas rares dans la communauté ultraorthodoxe en Israël. Ma cousine Jeanne, qui est devenue israélienne et vit à cheval sur Paris et Tel-Aviv, m’a raconté une fois une triste histoire de ce genre, qu’elle a connue par sa belle-fille avocate qui avait eu en charge la défense. Un père qui violait sa fille.

Ceci dit, ma mère m’a aussi raconté sur le tard, quelques années à peine avant de décéder, qu’un de ses cousins lui avait mis la main dans la culotte dans son enfance alors qu’elle faisait une sieste chez lui en vacances l’été.

Les ultraordoxes ne sont pas épargnés par ce fléau. Les statistiques doivent être identiques au reste de la population. Des gens normaux en somme… Tous ne sont apparemment pas des élus. Et ce qui rend ces affaires particulièrement tristes et sordides en Isarël, c’est que la misère matérielle de ces violeurs d’enfants ultraorthodoxes est aussi grande que leur misère morale. Misère matérielle, misère morale, misère sexuelle, le cocktail explosif pour devenir un criminel, c’est bien connu.

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 17 h 04 min

je ne sais pas… Comme chez les keufs tous pourris comme djavert, la pédophilie est devenue tabou chez les profs, on dirait.
Des putains de voyeurs, qui se couvrent entre eux, ça oui.

Delaporte dit: 31 mai 2017 à 17 h 04 min

Godard disait que l’objectivité c’est cinq minutes pour les juifs et cinq minutes pour Hitler.

Delaporte dit: 31 mai 2017 à 17 h 02 min

Hanouna se voit presque récompensé de ses méfaits en étant invité par la ministre, qui va le consoler de ses ennuis spectaculo-judiciaires. On va sans doute lui dérouler le tapis rouge ! Sa grande carrière, qui repose néanmoins sur le trucage, va continuer sans heurts :

« Cyril Hanouna sera reçu ce mercredi après-midi par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, qui souhaitait «être dans un dialogue» avec l’animateur vedette «au lieu de demander sa démission». »

Janssen J-J dit: 31 mai 2017 à 17 h 00 min

et avec une prise de captagon au volant de ta juva4, là c le somome, tu pars dirèque au nhirvana.

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 16 h 57 min

C’est bizarre, avec le nombre de profs, enfin au moins 3 ici, et regulierement , pas un pour développer le sujet de la pédophilie. Inexplicable timidité, certainement. C’est grave.

bouguereau dit: 31 mai 2017 à 16 h 49 min

Chez les Grecs anciens, la pédophilie n’était-elle pas en vigueur ?

en vigueur..sapré baroz

bouguereau dit: 31 mai 2017 à 16 h 45 min

« Delaporte est plein de ressentiments, comme un roi sans divertissements… »

il rêve d’échafauds en fumant son houka..tu le connais baroz ce monstre délicat

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 16 h 45 min

djavert, roule en  » boîte de six », mais il fait du sur-place, en panne d »essence » .

bérénice dit: 31 mai 2017 à 16 h 44 min

De nombreux toxicomanes ont été abusé, l’alcoolisme aurait pour origine l’inceste, l’abus. Les conduites addictives je ne sais trop dans quel pourcentage s’originent dans des faits traumatisants de ce type.

bouguereau dit: 31 mai 2017 à 16 h 44 min

par humilité, bien que les gènes soient remarquables, que par respect pour la planète

..bientôt tu vas réclamer le consolament dédé..t’es sur la pente savonneuse

Sergio dit: 31 mai 2017 à 16 h 38 min

bérénice dit: 31 mai 2017 à 16 h 18 min
Avec tous ces contrôles routiers c’est risqué

Il y a même des types qui téléphonent aux fliques en roulant, de préférence sur l’autoroute, pour dénoncer un qui leur a pas plu…

Si l’aute fait pareil on va encore rajouter des flics !

Y aura des hembouteillages de Juva quatre…

bérénice dit: 31 mai 2017 à 16 h 37 min

Et j’ajouterai que certains dont le mode de fonctionnement s’il était connu seraient passibles des assises tiennent tout ceci pour normalité tandis que d’autres comme les époux Courjault nagent en plein déni. Pour résumer, ils sont malades mais néanmoins dangereux . La pédophilie ne soulève pas seulement un problème moral mais modifie des psychismes en maturation en les perturbant, c’est donc aussi un problème d’hygiène psychiatrique ou de santé publique.

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 16 h 29 min

Cette forme de puritanisme hors d’âge, montré dans ce film sur les Marie Magdalena, subsiste encore, en Amerique dans certaines communautes, qui vivent un peu en autarcie, où le sort des filles est peu enviable. Mais, c’est aussi un peu partout, au XXI ème, avec la montée de l’islamisme, aussi. ,

bérénice dit: 31 mai 2017 à 16 h 27 min

13h04 ces histoires sont aussi vieilles que le monde, les grecs s’en étaient arrangés, on nous dit ailleurs dans le fil des commentaires que certaines cultures les autorisent, pour ma part j’en entends parler depuis plus de 50 ans, dans les années 60, ballets bleus, ballets roses sévissaient partout y compris dans des provinces insoupçonnables, le vice est inhérent à la condition humaine ce qui ne signifie pas que nous soyons tous atteints.

bérénice dit: 31 mai 2017 à 16 h 22 min

1996, si vous ne l’avez pas vu à sa sortie, le détour vaut la peine. Très bon film , témoignage fidèle, je l’ai vu en ignorant préalablement tout de cette page d’histoire, pauvres femmes d’Irlande.

D. dit: 31 mai 2017 à 16 h 19 min

JAZZI dit: 31 mai 2017 à 15 h 35 min
D. songe-t-il a se reproduire, ou est-ce déjà fait et comment ?

non, je me refuse à engendrer une descendance tant par humilité, bien que les gènes soient remarquables, que par respect pour la planète.

bérénice dit: 31 mai 2017 à 16 h 18 min

Sergio, ne vous laissez pas impressionner par ce trait de caractère forgé à la sueur de son front, du whisky dans votre boîte ou c’est la panne sèche? Pourriez vous décrire le flacon de l’ivresse, est-ce un cadeau qu’on vous a fait, est-il en inox, argent, recouvert d’une étoffe écossaise? Avec tous ces contrôles routiers c’est risqué, il vaut mieux boire sur canapé!

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 16 h 18 min

Le film sur les Maria Magdalena, est très instructif. Il me semble que cette maison à fermé en 1984. Un vrai scandale.

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 16 h 10 min

Et le Tonton de France, pas celui d’Amérique, il l’aimait bien la jeunesse. Il nous en reste une pyramide, d’ailleurs…

Delaporte dit: 31 mai 2017 à 16 h 07 min

« Delaporte est plein de ressentiments, comme un roi sans divertissements… »

Pas du tout, Jacuzzi. Je suis simplement soucieux de la justice, justement pour qu’on ne fasse pas d’énergumènes comme Polanski des boucs émissaires. La justice passe, Polanski se rend, et il n’y a plus de violence émissaire. Tout rendre dans l’ordre – enfin plus ou moins, car l’ordre est une idée dangereuse quand elle est poussée aux extrêmes.

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 16 h 04 min

sergio, occupez-vous de votre boîte à gants. J’attends le vieux »courageux », pour qu’il cause pédophile chez les keufs, ou de cette ambiance au commissariat du 93. Mais les profs, les habitués ici, peuvent aussi causer de leurs collègues, on est ouverts d.’esprit, depuis qu’on a compris que l’akademie anciennement tenue par des gauchistes qui ont connu la gloire sous Tonton, en croquaient .

Sergio dit: 31 mai 2017 à 15 h 56 min

JAZZI dit: 31 mai 2017 à 15 h 50 min
Il y a aussi Sollers

Houi ben dis rien, passeque j’en ai lu un ou deux, je trouvais que c’était pas mal je vais me faire repérer !

Sergio dit: 31 mai 2017 à 15 h 53 min

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 15 h 37 min
le commissariat du 93 qui defraye la chronique

En plus c’est des Le Pen, non ? Faut que ça soye complet !

Toutes manières c’est tous des Le Pen ça au moins on en est sûr…

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 15 h 52 min

je pose une question à djavert. Il va bien finir par la cracher sa valda, cette vieille enflure.

JAZZI dit: 31 mai 2017 à 15 h 48 min

« Polanski est attendu en Amérique »

Ce n’est pas une raison pour nous faire perdre (la mémoire de) notre passé, LVDLB. Chez les Grecs anciens, la pédophilie n’était-elle pas en vigueur ?

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 15 h 42 min

Polanski est attendu en Amérique, comme on dit: c’est chez eux que ça se passe, après tout.

JAZZI dit: 31 mai 2017 à 15 h 34 min

« comment les vierges font-elles pour se reproduire »

Surtout si, femelles ou mâles, elles sont homosexuelles, Delaporte !

JAZZI dit: 31 mai 2017 à 15 h 28 min

Comment se débarrasser des questions gênantes, notamment celles qui relèvent du tabou universel ?
En les niant, ansi que l’on fait dernièrement les autorités tchéchènes, en affirmant avec une fausse bonne foi, c’est-à-dire une vraie mauvaise foi, la main sur le coeur : « Nous ne sommes pas homophobes puisque l’homosexualité n’existe pas chez nous ! »
Ou bien en se choisissant un bouc émissaire privilégié. Il semble que pour Delaporte, Polanski soit tout désigné ?

bérénice dit: 31 mai 2017 à 15 h 19 min

Bloom , vu le film qui a été consacré à l’enfermement de ces femmes en Irlande jusqu’à assez récemment, ce n’est pas pour rien que ce pays n’a adopté que très tardivement une loi autorisant l’avortement. Elles étaient soumises à la volonté et à l’arbitraire du père ou du frère qui pouvaient tout aussi bien les laisser croupir dans ces maisons de rétention toute leur vie, de plus on leur volait leur enfant quand elles étaient enceinte ce qui d’ailleurs étaient le motif du déshonneur familial et motif de  » l’emprisonnement ». Mais ce pouvait être une inadéquation entre leur désir de vivre et la morale chrétienne et rétrograde, un petit ami, un baiser défendu, un refus d’obéir à un ordre ou de se conformer à la volonté paternelle ou masculine, une dénonciation …

Delaporte dit: 31 mai 2017 à 15 h 14 min

« La pédophilie est une pratique qui commence principalement au sein de la Famille. »

On peut se demander aussi comment les vierges font-elles pour se reproduire. Grande question !

Sergio dit: 31 mai 2017 à 15 h 07 min

JAZZI dit: 31 mai 2017 à 14 h 59 min
La pédophilie est une pratique qui commence principalement au sein de la Famille.

Hévidemment ! En Auvergne qui c’est qu’on croit qui dépucelle les filles ? Faut pas qu’elles arrivent comme des oies…

bérénice dit: 31 mai 2017 à 15 h 04 min

Jazzi, pour être plus précis, la famille est la principale structure où ont lieu les abus un peu comme les piscines privatives sont les plans d’eau où l’on constate le plus grand nombre de noyades.

Sergio dit: 31 mai 2017 à 15 h 02 min

Ha ça les cellules de dégrisement c’est très bien ; mais faudrait vendre des rafraîchissements à la porte, havec un petit chariot, comme aux chemins de fer…

bérénice dit: 31 mai 2017 à 15 h 01 min

pédophiles dans la population générale est estimé entre 2% et 5%

Peut-être mais les familles n’accordent pas nécessairement confiance totale en confiant des enfants sans défense à ces deux à cinq % de la population qui d’autre part n’a pas à gérer des centres de vacances, les catéchèses, les chorales, les scout sans même évoquer l’absence de sanctions qui fait suite aux signalements quand ils ont lieu. Mutation, changement de paroisse ou diocèse, omerta avérée et scandaleuse.

JAZZI dit: 31 mai 2017 à 14 h 59 min

La pédophilie est une pratique qui commence principalement au sein de la Famille. Un antique et immémorial tabou, que l’on dénonce généralement chez les autres !

JC..... dit: 31 mai 2017 à 14 h 56 min

Nous devons reprendre les objectifs élevés de nos Anciens !

Mettre fin au stupre, à la luxure, au libertinage, à la lubricité réjouie, au défaut de morale capitaliste, sans négliger la reproduction sexualisée conjugale.

Envoyez vos propositions, accompagnées d’un chèque de 15 euros, à l’adresse suivante :
« Cardinal Jan Culasek, Isle de PORQUEROLLES , Place d’Armes, groupe des Volontaires Mentulaires.

Par le Christ, notre Sauveur, merci !

bérénice dit: 31 mai 2017 à 14 h 52 min

11h48 je n’ai rien contre non plus quand ils ne me réveillent pas ou troublent sans motif déclaré à coup de e.c.l. le calme relatif de la ville. Il n’y a pas d’âge pour se montrer idiot et ou grossier, je vous le concède.

Phil dit: 31 mai 2017 à 14 h 44 min

peut-on avoir une idée de ce que raconte Debray sur l’Autriche-Hongrie ? « le bouillonnement culturel » toujours indiqué n’est pas nouveau et plutôt uchronique pour sa partie « culturelle ». nous achèterons le livre de Debray mais ce serait agréable d’avoir un avant-goût de sa prose concernant l’empire de Sisi.

JC..... dit: 31 mai 2017 à 14 h 43 min

Eloignons nous des dérives cérébro-spinales de ce fada de BLOOM que la Salpêtrière attend de pied ferme !

« Vous verrez également que ces estimations sont très incertaines, puisque personne ne va avouer l’être. Pédophile… »

J’AVOUE ! JE SUIS UN PEDOPHILE ! J’AI UNE ASSISTANTE QUI A 25 ANS DE MOINS QUE MOI, PERVERS LUBRIQUE APATRIDE, QUI EN A 100…

Janssen J-J dit: 31 mai 2017 à 14 h 41 min

Et icite, on en pense quoi du 3e Sernon Vubutex ?… vu qu’on n’aura pas icite l’opinion du confrère du prix goncourt, ça se fait pas, virginie.

Janssen J-J dit: 31 mai 2017 à 14 h 36 min

encore des histoires de gouines, de keufs et du cur’tons en SSD, c une épidémie, ma parole.

Bloom dit: 31 mai 2017 à 14 h 24 min

Il y a beaucoup de chose dans l’Eglise, en effet, qui seraient à critiquer. Cela ne veut pas dire pour autant que partout les choses vont mal. Dans de très nombreux endroits, la vie ecclésiastique fonctionne, malgré la désaffection des fidèles. Etre chrétien devient une chose parfaitement élitiste. Pourquoi pas ?
==

Restez entre vous. Excellente idée.

En Irlande, les Petites sœurs de la charité, liées aux tristement célèbres hospices pour ‘femmes de mauvaise vie’ qu’étaient les Blanchisseries de Marie-Madeleine / Magdalen Laundries, auraient gagné à être plus élitistes, elles. Las, pendant des générations, elles ont persécuté les filles-mères, abusé sexuellement des enfants de celles-ci quand elle ne les laissaient pas crever de faim. Honte éternelle à ces trous D.Q.
Voir ‘Philomena’, le film de S.Frears.
Les Irlandais ont payé très cher leur inféodation à l’Eglise catholique romaine, à ses croyances archaïques et ses pratiques déviantes.
https://www.theguardian.com/world/2017/may/29/sisters-of-charity-nuns-give-up-role-in-dublin-maternity-hospital

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 14 h 24 min

Et toi djavert tu en penses koi de cette forme de pederastie des keufs du département de la Seine St Denis?
Ils font encore la une de l’info ces jours.
es gros pedes.

Janssen J-J dit: 31 mai 2017 à 14 h 24 min

Impression que JC ne veut avoir aucun compte à rendre de son passage sur terre, et que même à PQ, 14 myards d’années, c’est même pas une paille ! Remarque, le j’menfumisme, ça peut toujours se défendre, c un brin lassant à la longue. Hrsmt qu’on à delapuerta pour nous faire accéder aux pensées journalières de sa cheville ouvrière, sans lui on n’irait même pas les voir. Quant à la pédophilie de certains prélats, il faudrait tous les faire passer aux tests préventifs de la pléthysmographie pénienne avant de songer à les ordonner : les docteurs en droit canon seraient d’accord.

D. dit: 31 mai 2017 à 14 h 01 min

Oui, c’est indéniable, l’Église n’a pas en temps voulu pris la mesûre de ce problème dévastateur surtout pour les victimes plus que pour son image puisque, une fois encore, il n’y a pas plus de pédophiles criminels dans l’Eglise catholique que partout ailleurs. Il y en a même en réalité beaucoup moins. Seulement l’Église à voulu donner une image de perfection morale ainsi que d’infaillibilité qui ne trouve ses fondements nulle part, pas même dans l’infaillibilité du premier pape, Pierre, qui renià le Christe trois fois.
L’Église se recentre donc sur l’humilité, l’humanité et la miséricorde, toutes choses contenues dans Dieu.

closer dit: 31 mai 2017 à 13 h 58 min

« de la pedophilie des prêtres ? »

Encore une inadmissible « essentialisation ». La pédophilie n’est statistiquement pas plus répandue chez les prêtres qu’ailleurs. Si vous faites une recherche rapide sur internet, vous verrez que le % de pédophiles dans la population générale est estimé entre 2% et 5%. Les chiffres pour les prêtres tournent autour de 2%, voire moins. Vous verrez également que ces estimations sont très incertaines, puisque personne ne va avouer l’être. Néanmoins, rien n’indique que les ecclésiastiques soient plus concernés que les autres, au contraire car, figurez-vous, aussi extraordinaire que cela puisse vous paraître, beaucoup croient à leur mission et sont capables de contrôler leurs pulsions sexuelles, quelle que soit leur orientation.

Au plan médiatique, c’est bien différent…

D. dit: 31 mai 2017 à 13 h 50 min

Vous soulevez des problématiques très intéressantes, Delaporte. Oserai-je vous dire, sans intention de flatterie, que vous êtes souvent beau coup plus intéressant que pas mal de gens ici qui ne savent que regurgiter des connaissances, sans sens critique suffisant. Je pense au hasard à des Bloom, des Bérénice, des Christiane. Mais il y en a d’autres.

bouguereau dit: 31 mai 2017 à 13 h 43 min

Bérénice est dans le vrai, Dédé ! Haïssons les jeunes et la jeunesse…

hen plus c’est tous des suppots à mahomet ces ptis hanculés..des rejtons d’hétéro..les jeunes c’est lgrand remplacment..pis au moment dgagner crac y sont vaincu et vioc..et pédés

Delaporte dit: 31 mai 2017 à 13 h 36 min

L’Eglise n’a pas pris assez tôt la mesure de ce problème dévastateur. C’est sous Jean-Paul II qu’il aurait déjà fallu sévir et prendre des mesures efficaces. Mais au contraire, il y a eu là une timidité relative du Vatican face à un nouveau problème qui arrivait, et non des moindres.
Il y a aussi le fait, selon moi, que l’Eglise est trop axée en direction des jeunes, au détriment des « vieux ». Il y a là une forme de démagogie, comme si les fidèles moins jeunes ne faisaient pas autant partie de l’Eglise que les autres. Les scouts, les catéchumènes, etc. c’est bien, mais les autres aussi existent. On ne le leur fait pas assez sentir.
Il y a beaucoup de chose dans l’Eglise, en effet, qui seraient à critiquer. Cela ne veut pas dire pour autant que partout les choses vont mal. Dans de très nombreux endroits, la vie ecclésiastique fonctionne, malgré la désaffection des fidèles. Etre chrétien devient une chose parfaitement élitiste. Pourquoi pas ?

bouguereau dit: 31 mai 2017 à 13 h 34 min

phil et baroz s’en sortent pasqu’y sont trop compromettant..dans l’bon sens attation

D. dit: 31 mai 2017 à 13 h 31 min

Il n’est donc pas possible de défaire le sacrement de l’Ordre, mais il est possible de mettre le prêtre à l’écart pour un très long temps, qui peut être toute une vie s’il le faut. A l’écart peut vouloir dire, une fois la lourde sanction pénale purgée (prison) : dans un monastère de vieux religieux n’approchant jamais d’enfants, dans des missions de recherche et d’études. Surtout pas dans une paroisse, cela va de soit !

D. dit: 31 mai 2017 à 13 h 25 min

Delaporte, vous avez tout-à-fait raison sur les l’aspect pénal, encore qu’un juge n’aura pas à tenir compte de l’aspect apostolique, mais du rôle d’encadrement d’enfants et de l’autorité représentée, comme dans les nombreux cas de pédophilie recensés dans le domaine laïc (enseignants, colonies, chorales, sports etc…)
Il faut ajouter qu’un prêtre de l’Église universelle (catholique), la seule non sectaire issue d’un schisme, est ordonné pour l’Éternité, selon la parole-même de l’Ancien Testament : Tu es Prêtre à jamais selon l’ordre de Melchisedek.

Delaporte dit: 31 mai 2017 à 13 h 05 min

« Et que pensez vous Delaporte – sur un simple plan moral bien entendu – de la pedophilie des prêtres ? »

Tous les prêtres ne sont pas pédophiles, heureusement. Ceux qui le sont doivent être bien sûr poursuivis comme n’importe qui (avec sans doute la circonstance aggravante qu’ils sont prêtres, et ont donc trahi leur apostolat). Dans l’affaire de Lyon, par exemple, j’approuve complètement que Mgr Barbarin soit entendu par la justice pour faire le clair sur cet inadmissible scandale. Là au moins, il n’y a pas de cavale à la Polanski. Ceux qui sont coupables seront condamnés. Il faut même qu’en cas de prescription, l’autorité religieuse, en vertu du droit canonique, condamne ceux qui se sont livrés à ce genre de crime. Un Polanski ne doit pas être possible dans l’Eglise. On va y arriver…

Nicolas dit: 31 mai 2017 à 12 h 42 min

Et que pensez vous Delaporte – sur un simple plan moral bien entendu – de la pedophilie des prêtres ?

Delaporte dit: 31 mai 2017 à 12 h 08 min

« J’ai interrogé plusieurs potes psychanalystes, Delaporte, sur votre haine pour ce consommateur de tendresse, Polanski que je révère. »

Aucune haine contre Polanski, qui a besoin de miséricorde plus que de tout autre chose. Il me semble que dans cette affaire, la Justice a été mise à mal, et que l’une des victimes en est désormais Polanski lui-même, toujours en cavale. Mes propos sont mesurés et ne ressortissent que d’un jugement moral normal.

JC..... dit: 31 mai 2017 à 11 h 59 min

J’ai interrogé plusieurs potes psychanalystes, Delaporte, sur votre haine pour ce consommateur de tendresse, Polanski que je révère.

Ils m’ont tous dit : « Frustration, gravissime, pour ce Delaporte des Alcôves sécurisées » ! … Jalousie, envie, morbidité…

Delaporte dit: 31 mai 2017 à 11 h 55 min

Chevillard ce matin, une phrase typique de l’écrivain raté qu’il est, qui essaie de se trouver des circonstances atténuantes :

« Un coup d’œil au miroir. C’est bien moi. Bon. On essaiera de faire mieux la prochaine fois. »

JC..... dit: 31 mai 2017 à 11 h 54 min

D. dit: 31 mai 2017 à 11 h 48 min
« Moi contrairement à vous je n’ai rien contre les jeunes, Bérénice »

Bérénice est dans le vrai, Dédé ! Haïssons les jeunes et la jeunesse…

Le jour où les Vieux comprendront qu’il faut « neutraliser » les Jeunes pour devenir immortel, nous serons sauvés ! …

Delaporte dit: 31 mai 2017 à 11 h 52 min

L’affaire Polanski continue à créer le malaise. Ainsi, pendant la cérémonie des Molières, une comédienne a fait une allusion au viol que traîne Polanski derrière lui depuis des décennies, alors qu’il ne s’est toujours pas livré à la justice américaine :

« Lundi 29 mai, lors de la 29e cérémonie des Molières, la comédienne Blanche Gardin s’en est ouvertement prise à Roman Polanski et à ses défenseurs, estimant qu’il fallait “savoir séparer l’homme de l’artiste”. »

D. dit: 31 mai 2017 à 11 h 48 min

Moi contrairement à vous je n’ai rien contre les jeunes, Bérénice, sans doute parce que j’ai su garder l’esprit jeune et même le corps jeune. Mes collègues de travail s’extasient d’ailleurs sur mon apparence juvénile.
Vous devriez en faire autant. Par exemple en ce moment-même, je freins de travailler, comme je le faisais déjà à l’école primaire en démontant mes stylos mes doigts cachés par la trousse, au collège en programmant des ordinateurs de poche cachés dans mes cahiers, au lycée etc…

bérénice dit: 31 mai 2017 à 11 h 26 min

hier soir ici assez tard dans la soirée, il y eut toute une bande de jeunes, presque’une manif qui défila avant que deux agents n’obtiennent le retour au silence , en scandant des  » E.c.l. , on devrait les convoquer pour qu’ils reviennent manifester leur désapprobation.

JC..... dit: 31 mai 2017 à 11 h 21 min

KABOUL, 80 morts ….

BOUM
(Chanson djihadiste, d’après Trenet)

La pendule fait tic-tac-tic-tic
Les oiseaux du lac font pic-pic-pic-pic
Glou-glou-glou font tous les dindons
Et la jolie cloche ding-din-don, mais boum !

Quand notre cœur fait boum
Tout avec lui dit boum
Et c’est la Mort qui s’éveille

JC..... dit: 31 mai 2017 à 11 h 01 min

Après avoir confié à un danseur argentin les clefs du Vatican, on confie à un enfant malade de lui-même les caves de l’Elysée.

Comment ne pas finir en cellule de dégrisement …. uhuhu !

JC..... dit: 31 mai 2017 à 10 h 57 min

Si on ne filtre pas trop serré, trop menu, il ne s’est rien passé de signifiant depuis 14 milliards d’années…

D. dit: 31 mai 2017 à 10 h 56 min

L’équipe Macron semble totalement indifférente aux importantes difficultés que rencontrent depuis trois jours les automobilistes franciliens désireux de remplir le réservoir de carburant de leur véhicule, soucieux de ne pas tomber en panne sèche.

JC..... dit: 31 mai 2017 à 10 h 54 min

J’imagine Bloomie le Frogie comme un des bourgeois de Calais, de l’autre tailleur de pierre, corde de l’emprunt au cou !…

Sinistrose garantie ! Ce sont parmi les syndicalistes et les militants politiques que les vies se défont le plus vite.

Pour vivre vieux, vivez insouciants, le j’menfoutisme est l’avenir de l’homme…

bouguereau dit: 31 mai 2017 à 10 h 35 min

a l’impression qu’il ne s’est strictement rien passé entre 00h 10 et 05h 06

entre deux billet de lassouline il ne se passe rien..dmande lui

bouguereau dit: 31 mai 2017 à 10 h 34 min

c plus rigolo !

à Macondo ? cte blague..sinon quelques maboul exotique y’a que des gringos..non kabloom les mistèques et les zatopèques zont pas été rpassé par les espagnols

bérénice dit: 31 mai 2017 à 10 h 33 min

Je m’attends à tous les noms d’oiseaux du monde et bien que ceux ci ne devraient être cités pour définir les signes d’un mépris motivé ou non . J’ouvre mon bouclier anti-missile dans l’attente à moins que le silence pour une fois soit de mise et lui aussi signifiant, c’est si reposant!

bérénice dit: 31 mai 2017 à 10 h 30 min

» rando exposée », je précise pour les mal-comprenants, qui sont légion, ça veut dire, ce que ça veut dire.

j’en suis, que voulez vous dire? Est-ce de l’ordre de la menace, de la plainte, de la prophylaxie ?

D. dit: 31 mai 2017 à 10 h 15 min

On a l’impression qu’il ne s’est strictement rien passé entre 00h 10 et 05h 06. Je puis vous affirmer qu’il n’en est rien.

JC..... dit: 31 mai 2017 à 9 h 15 min

Ribouldingue,
si vous avez besoin de compagnons de route pour votre action de sauvetage sensuel annoncée un peu avant 9 heures, je connais des Filochard nécrophiles qui ont réveillé des mortes datant des années 1900 par leur profonde maitrise de la chose !

Félicitations pour votre humanisme du pucier ! Vous faites preuve d’une humanité qui vous honore, et toute la RdL avec vous !

ribouldingue dit: 31 mai 2017 à 8 h 59 min

« Rose, vous comme moi avons passé l’âge du désir, »

Certainement pas Bérénice, certainement pas.

C’est une question de mise en route, c’est tout.

A votre disposition.

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 8 h 29 min

renato, il a réponse à tout. C’est ça k’est bien aussi, chez les coucous suisses; en plus, te donne l’heure d’un fuseau horaire improbable, de son foutoir mental détraqué.

Hop, je m’en vais.

renato dit: 31 mai 2017 à 8 h 10 min

Un tribun ne devrait pas faire dans la victimisation. On peut aussi dire qu’un grand tribun qui fait dans la victimisation devient petit, ce qui laisse serpenter le doute qu’il n’était déjà pas grand et que le public se contente de peu.

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 8 h 09 min

Y’a un peu de Melville, dans cette lutte à mort, mais bloom est trop fat pour s’y engager.

renato dit: 31 mai 2017 à 8 h 09 min

Du moment où un doute se lève on démissionne — indépendamment de la nature des faits que le dossier contient ou ne contient pas : c’est la meilleure manière d’assoir son autorité et d’instaurer, éventuellement, des nouveaux usages. Incidemment, ceux qui croient en une cause devraient oublier qui ils sont et d’où ils viennent — la devise Perinde ac cadaver ce n’est pas qu’une représentation idéologique, s’y tenir serait opportun. Puis chacun voit la chose selon sa perception du réel, mais ça c’est une autre histoire.

XYZ dit: 31 mai 2017 à 8 h 08 min

C’est pas l’homme qui prend la mer
C’est la mer qui prend l’homme,
Moi la mer elle m’a prit
J’me souviens un mardi

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 8 h 05 min

 » rando exposée », je précise pour les mal-comprenants, qui sont légion, ça veut dire, ce que ça veut dire.

JC..... dit: 31 mai 2017 à 8 h 02 min

Donald TRUMP a raison de mettre la reine sans couronne, Mutti MERKEL, à sa place.

Son crime d’Etat, condamné par les européens de l’Est, ne peut être pardonné : elle a ouvert les portes d’une civilisation européenne fragile, à des millions de migrants !

L’Europe est morte ! Vive l’Europe !

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 7 h 59 min

Les vautours sont là.

Il y a eu un témoin malheureux de la lutte de B. HOEPFFNER, pour se sortir d’un mauvais pas.

Faut-il ne jamais avoir fait de rando exposée, tout seul… pour que les non concernés se fassent des idées à la con.

renato dit: 31 mai 2017 à 7 h 59 min

Il y a de bon que les bons-à-rien et les envieux — même ceux qui ne cumulent pas les deux spécialisations — ne volent jamais très haut.

Annelise dit: 31 mai 2017 à 7 h 51 min

..venais justement de découvrir le twit relayant la disparition de Bernard Hoepffner « probablement emporté par une vague sur la côte galloise » le 7 mai. Touchée par la remarque de son frère & ami, sa façon de privilégier l’accident plutôt qu’un suicide : « cet amateur de Perros et Borgès ne nous aurait pas laissés comme ça, sans signes »

XYZ dit: 31 mai 2017 à 7 h 48 min

B. Hoepffner, my pardon.

Tu kritiques mais tu sais pas d’kzwa ou d’ki tu causes, et t’abimes les noms. Faut dire qu’en langue de pu.e, tu degages, clot-porte.

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 7 h 36 min

Cette évocation sensible de la disparition de B. Hoeffner, dans l’article de l’Obslolète, ne me fait penser à aucun livre.

la vague, prenant l’homme en lutte contre elle, n’a laissé que l’habit…

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 7 h 30 min

Constatant l’activisme du prime minister,  » Philippe , els deux morales », pour faire passer des  » éléments de langage », dans une « ethique » un peu strange, j’ai enfin compris ce que voulait dire « président jupitérien » que certaine presse parisienne se fait fort de nous refourguer, sans autre forme de procès.

Cela veut dire, en somme: qu’il n’est pas responsable de ce qui se passe, il n’a pas participé à la constitution du gouvernement. Il a d’autres  » chats » à fouetter.
Beau tableau !

Bloom dit: 31 mai 2017 à 7 h 24 min

Les circonstances de la disparition de Bernard Hoepffner semblent sorties tout droit d’un roman de Ian McEwan ou de Jim Crace.
What a way (wave) to go!
Je regrette de ne pouvoir être à la Maison de la poésie le 7 pour saluer cet immense passeur, un de nos maitres.

la vie dans les bois dit: 31 mai 2017 à 7 h 08 min

@ « Sympathiques les illustrations de cet article qui n’ est pas que de promotion. »

« promotion » pour dire pub pour confiseries ?

__________________________________

Ce sont surtout les couleurs qui sont pétantes, pour ce qui ressemble à des paradis artificiels, temples de la consommation et des loisirs, parcs d’attraction, presque à leur aboutissement.
La première photo , de ce centre de loisirs japonais, (ironie de l’emplacement , et à plusieurs titres) peut renvoyer à beaucoup d’ouvrages de science fiction ou de prospective littéraire.
A ce sujet, il me revient en mémoire les légendes de M. Houellebecq, en commentaire de ses photos pour son expo passée  » before landing ».

Et puisque’il y a ici des amateurs de BD, Bilal et Christin, dans  » la ville qui n’existait pas » illustrent ce qu’est « la cité idéale », quelque part dans le Nord, les Flandres, aux abords de la ville en proie à la crise économique qui rend nécessaire la restructuration de l’usine , seul poumon économique du coin…
C’est alors une ville sous cloche de verre, une Auroville, qui sort de terre, destinée à faire connaître à ses occupants « la vraie vie »
Avenir assez sombre s’il en est. Mais c’est bien le rôle des artistes et écrivains que d’éveiller les consciences dans des projections aux frontières du réel.
Manière aussi de résister aux idéologues de l’akadémie comme Ph. Descola, et autres B. Latour.
http://www.philomag.com/les-idees/dossiers/la-nature-a-t-elle-toujours-raison-12586

D. dit: 31 mai 2017 à 3 h 50 min

Bérénice,
Je vous écris un peu tard, étant en voyage à Kuala-Lumpur. Il se trouve que régulièrement des navettes de déchets radioactifs font le voyage Mars-Terre, les martiens qui vivent dans la croûte martienne s’en débarrassent de cette façon en fonction d’accords passés avec les terriens il y a 63000 ans déjà. Il y a 150 millions de tonnes de déchets martiens hautement radioactifs dans les fosses du Pacifique, dont des isotopes de l’élément 115.
C’est pour votre information, ma vieille, parce que vous semblez débarquée, comme souvent. Ne le prener pas mâle.

Jean Langoncet dit: 30 mai 2017 à 23 h 45 min

Deux mots encore piqués dans la conclusion de son livre : il s’agit désormais de « prendre la suite ». En un mot, celui de l’excipit : « transmission ». Belle idée, qui redonne le sourire et la foi, en effet. Transmettons, on verra bien ce qu’il en reste. Sauf que nous ne serons plus là pour en juger.

On met quoi dans Voyager III ?

Sergio dit: 30 mai 2017 à 23 h 03 min

Ha mais il y a aussi les spiritueux, les véhicules de forte cylindrée, la castagne…

Hurry up, boys !

bérénice dit: 30 mai 2017 à 23 h 03 min

probablement moi non plus mais je n’ai personne dans le viseur d’où ce discours pour tuer le temps et anticiper sur un avenir qui se rapproche à vitesse soutenue, de plus je fais le triste constat de n’être pas concernée pas les gens de mon âge ni par les plus âgés, je finirai comme l’épouse du président.

rose dit: 30 mai 2017 à 23 h 02 min

Et je n’ai pas du tout rangé l’amour où que ce soit. Amore, amore

Et vieillir n’est pas un naufrage pour tout le monde.

Ouh ouh bérénice, gardez le moral

bérénice dit: 30 mai 2017 à 22 h 57 min

Rose, vous comme moi avons passé l’âge du désir, du moins je le présume aussi pouvons nous débarrassées de ces sentiments hasardeux et indépendants de toute volonté qu’occasionnent cette déraison du sentiment, de l’émoi, de la passion ou encore d’un onirisme chronophage ruineux et sans issue , pouvons nous consacrer à la météo, au jardinage, au ménage, et autres activités soit plus instructives soit plus altruistes. Ne vous en sentez vous pas mieux, l’amour enfin rangé comme une vieille décoration de fête démodée, une guirlande à laquelle manquerait l’ampoule de tête et qui ne s’allume plus. Érosion, non seulement vieillir est un naufrage mais le phénomène réussit à user ce qui nous était le plus cher ou le plus vital, restent la famille, les amis , les animaux de compagnie, les manies, les habitudes, les découvertes inhabitées.

bérénice dit: 30 mai 2017 à 22 h 41 min

Rose , photo truquée! vous devriez succomber à moins d’être comme beaucoup d’entre nous attirée par des êtres homozygotes . ( je déc..ne bien évidemment)

bérénice dit: 30 mai 2017 à 22 h 40 min

Rose , photo truquée! vous devriez succomber à moins d’être comme beaucoup d’entre nous attirée par des êtres homozygotes . ( je déconne bien évidemment)

bérénice dit: 30 mai 2017 à 22 h 07 min

Rien de tout à fait limpide ni vraiment simple, à cela la présence des forces alliées sur le territoire ont vraisemblablement alimenté la méfiance du Général en dépit de la nécessité qui se présentait d’avoir à sécuriser le terrain après le 2ème conflit mondial.

bérénice dit: 30 mai 2017 à 21 h 30 min

Bouguereau j’ignorais que cette idée ait été développé, je ne lis pas de SF . Si vous aviez une idée envoyez là à N Hulot, nous n’avons pas encore amorcé notre transition et Flamanville est en panne , nous restons un pays pionnier et premier dans ce domaine de production de l’énergie.

http://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/epr

Mon avis est que compte tenu des investissements et des enjeux nous ne sommes pas prêts d’en sortir par la bonne issue.

bouguereau dit: 30 mai 2017 à 21 h 02 min

tiens si t’as 1h nico..de mémoire le bouquin commence par ‘la maison de mon enfance n’existe plus’..c’était en vente dans tous les bartabacs..c’était de la sous culture..le live de mémoire commence par ‘la maison qui m’a vu naitre n’existe déjà plus’..
https://www.youtube.com/watch?v=fkUwXenBokU

bouguereau dit: 30 mai 2017 à 20 h 37 min

Et puis halor si je cherche des pièces détachées pour ma Yam qui faut aller au casse-moto de Mars…

le coup des planétes dépotoires c’t’un hincontournabe dla spéculativ fixion des 60’s..’old science’ comme ils disent..car l’avnir haussi a son hestoire..qui stoppe ses transmissions..et dplus en plus..

bouguereau dit: 30 mai 2017 à 20 h 31 min

cette révolution a complètement stoppé la transmission d’un certain nombre d’éléments historiques et culturels

c’est que ça l’hestoire..dpuis l’temps

bouguereau dit: 30 mai 2017 à 20 h 29 min

Le discours de Bilal tient la route, jusqu’à son exemple de la shoah qui dérape dans la soupe

mais henfin phil..ceci esplique cela..bilal est un bourin prétentieux et nico sait pas que dick est un félé qui laisse passer la lumière que si hon est bien dans l’asque..tout est dans le noeil du regardeur

bérénice dit: 30 mai 2017 à 19 h 06 min

Phil 18h46, je ne lis pas qu’il dérape, son analyse est incomplète, pourquoi la transmission n’opère plus? Il dit plus loin dans l’interview:

– En revanche, j’ai toujours été sensible à la mémoire collective, que je compare à un air qu’on respire. Dans mon enfance, cet air était un peu vicié et inquiétant : nous vivions dans une dictature soft mais avec un pouvoir omniprésent, une forme de paranoïa s’était développée en moi, mon père était parti [en France], ma pauvre mère se débattait avec ses deux enfants… Toutes ces choses-là s’impriment en vous. –

Comment adapter les programmes d’histoire dans l’enseignement à une population qui change et n’a pas le même héritage générationnel ou culturel . Sensibiliser les jeunes générations aux effets des barbarie d’un passé encore proche mais qui n’appartient plus aux parents parce qu’eux même n’ont pas vécu cette période ou parce qu’ils viennent d’ailleurs et n’ont pas accès à la même Histoire.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2017/05/30/enki-bilal-il-ne-faut-jamais-mariner-dans-le-milieu-dans-lequel-on-cree

bérénice dit: 30 mai 2017 à 18 h 54 min

Sérieusement , Sergio, je pensais que ces sites pourraient constituer avec un peu plus d’aisance technologique une solution à nos déchets radioactifs dont on ne sait toujours que faire.

Nicolas dit: 30 mai 2017 à 18 h 52 min

Cette plutôt cette partie qui m’intéresse « cette révolution a complètement stoppé la transmission d’un certain nombre d’éléments historiques et culturels, comme si l’accélération des choses n’avait pas permis de les digérer. » Ah bon?
Pour ce qui est des étirements ça ne me choque pas, on utilise ce procédé en SF pour mieux regarder. Dans une nouvel de K Dick, Là oú il y a de l’hygiène…, on a d’un côté ceux avec des dents très blanches et de l’autre ceux qui ne se lavent pas du tout et notre héros in the middle qui ne veut pas choisir. L’absurdité d’un monde consumériste poussé à son paroxisme et de ceux qui sont contre à tout prix et l’obligation de choisir un camp ou l’impossibilité de rester en dehors. Entre autre http://sickmyduck.narod.ru/pkd068-0.html

bérénice dit: 30 mai 2017 à 18 h 51 min

On va finir par mettre en hexamen des types qui sont morts en mille neuf cent douze…

l’affaire n’est pas classée et ne peut dans ces conditions entrer dans l’Histoire de France , E B 88 ans, il n’y a pas d’âge pour être justiciable et pas d’autres enquêtes plus dissuasives ou préventives afin de moraliser la vie politique et plus récentes que celle ci, Karachi , Kadhafi, toutes les affaires en i ou en k ( kaki) vont y passer.

Sergio dit: 30 mai 2017 à 18 h 51 min

bérénice dit: 30 mai 2017 à 18 h 20 min
les déchets toxiques sur Mars

C’est pas évident qu’un jour même cela ne sera pas ennuyeux… Reste le soleil, qui est déjà radioactif, mais halor faudra trouver des volontaires pour aller porter…

Et puis halor si je cherche des pièces détachées pour ma Yam qui faut aller au casse-moto de Mars… Faudra prendre des RTT, quoi !

Phil dit: 30 mai 2017 à 18 h 46 min

Le discours de Bilal tient la route, jusqu’à son exemple de la shoah qui dérape dans la soupe. Toujours un problème de raccourcis dans les bandes dessinées.

bérénice dit: 30 mai 2017 à 18 h 20 min

Sergio, je propose d’exporter les déchets toxiques sur Mars ou la Lune puisque pour le moment ce sont les seuls endroits inhabitables connus où l’on sait aller et qui du fait de la distance encore qu’il faille calculer pourraient être transformés sans nuire à qui ou quoi que ce soit en dépotoir .

Sergio dit: 30 mai 2017 à 18 h 17 min

JAZZI dit: 30 mai 2017 à 18 h 03 min
une des premières mesures de l’arrivée de Bayrou à la Justice ?

On va finir par mettre en hexamen des types qui sont morts en mille neuf cent douze…

bérénice dit: 30 mai 2017 à 18 h 17 min

Tant qu’à lire une possibilité de caricature, des auteurs qui s’attachent à portraiturer des français qui de près ou de loin ont dépassé la moyenne soit par le haut soit vers le bas? Il doit certainement exister des archétypes de ceux qui récompensés de leurs effort ou bien nés resteront fidèles aux clichés et des autres qui jamais ne sortiront la tête de l’under-ground moisi où l’eugénisme toujours en vigueur leur a donné une chance de respirer et gesticuler.

Sergio dit: 30 mai 2017 à 18 h 14 min

Sur Mars, sur Mars… Si le whisky se met encore en boule…

Sinon on peut garer c’est déjà pas mal et c’est encore gratuit !

Et y a pas de foncière…

closer dit: 30 mai 2017 à 18 h 08 min

« Les Russes ne valent pas beaucoup mieux que les Américains » (l’inénarrable Bloom)

Voilà des généralités qui, si elles étaient appliquées à d’autres groupes humains (suivez mon regard) seraient aussitôt accusées d' »essentialiser » les dits groupes et de faire des amalgames criminels.

Ben tiens, Bloom…dis nous donc « qui » (quelle ethnie? quelle nation?) vaut mieux que les russes, qui ne valent pas mieux que les américains qui, probablement représentent au yeux de Bloom, le sommet de la barbarie et de l’ignominie, sans qui la planète se porterait infiniment mieux.

JAZZI dit: 30 mai 2017 à 18 h 03 min

Edouard Balladur mis en examen, une des premières mesures de l’arrivée de Bayrou à la Justice ?

Nicolas dit: 30 mai 2017 à 17 h 53 min

Dans Le Monde Enki Bilal nous dit « Dans une époque d’oxymores multiples. D’un côté le monde ¬progresse à vitesse grand V, de l’autre il régresse comme jamais. Une énorme faille s’est créée : le déficit de transmission. Je suis ¬favorable au progrès. Il a littéralement explosé avec les avancées du monde numérique, qui sont sans doute plus importantes que celles engendrées par Gutenberg avec l’invention de l’imprimerie. Le problème est que cette révolution a complètement stoppé la transmission d’un certain nombre d’éléments historiques et culturels, comme si l’accélération des choses n’avait pas permis de les digérer.
Prenez l’exemple de la Shoah : il y a toute une génération qui ne sait pas ce que c’est aujourd’hui. Ce n’est la faute de personne, c’est ainsi. Ce défaut de mémoire est arrivé brutalement, comme un AVC. Un fossé s’est creusé avec ceux qui ont un accès parcellaire à la culture. Cette régression se fait également sur le plan moral. L’obscurantisme est de retour. Dans le même temps, l’homme envisage d’aller sur Mars. L’oxymore absolu. »
Franchement ca me laisse dubitatif.

bouguereau dit: 30 mai 2017 à 17 h 06 min

Moi, je préfère passer, en toute indifférence…

l’hindifférence c’est quantique..sans hobservateur toudsuite dans la boite y’a que du mou d’veau pour nourrir le chat mort

bouguereau dit: 30 mai 2017 à 17 h 00 min

delaporte et son algéco sonacotra..comment veux tu que ça passe..c’est comme la niche d’un vieux cleb..y’a des croquettes inside mais y ressort pour s’haboyer

Delaporte dit: 30 mai 2017 à 16 h 59 min

La version originale :

La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’août, foi d’animal,
Intérêt et principal.
La Fourmi n’est pas prêteuse ;
C’est là son moindre défaut.
Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
Vous chantiez ? j’en suis fort aise :
Et bien ! dansez maintenant.

bouguereau dit: 30 mai 2017 à 16 h 55 min

Encore que on peut mettre le chien dans la caravane, en entrouvrant une fenêtre, des croquettes et de l’eau

t’es hamboché dédé ! tu prends la place de tarzoune il est fired !

JAZZI dit: 30 mai 2017 à 16 h 51 min

Il ne lui reste plus que le créneau « poète maudit », D., mais c’est plus difficile, à vivre et du point de vue de l’oeuvre correspondante à offrir en échange.
Dur, dur, d’être contre !

Delaporte dit: 30 mai 2017 à 16 h 47 min

« Entre être du côté des chiens qui aboient ou de celui de la caravane, il faut choisir, Delaporte ! »

Oui, Jacuzzi, mais c’est ce que semble avoir oublié Zagdanski dans sa très grande folie. Le voilà maintenant sans éditeur, sans manuscrit, et condamné à écrire sur son blog de petites notules que personne ne lit. La vie est injuste, doit-il penser. Sollers au firmament du pavé parisien, et lui en bas, qui crie famine.

D. dit: 30 mai 2017 à 16 h 42 min

Encore que on peut mettre le chien dans la caravane, en entrouvrant une fenêtre, des croquettes et de l’eau.

JAZZI dit: 30 mai 2017 à 16 h 38 min

Entre être du côté des chiens qui aboient ou de celui de la caravane, il faut choisir, Delaporte !
Moi, je préfère passer, en toute indifférence…

Delaporte dit: 30 mai 2017 à 16 h 36 min

Zagdanski aurait aussi écrit un petit pamphlet contre de Gaulle. Eh bien là, c’est pareil : sans doute pas à la hauteur. Que vaut le minuscule Zagdanski, viré de presque partout, et la grande figure historique du Général ? Non, Sollers était la tête de turc idéal.

Delaporte dit: 30 mai 2017 à 16 h 32 min

« On ne se grandit pas en étant exclusivement contre, Delaporte, prends-en de la graine ! »

Zagdanski s’est grandi, grâce à ce pamphlet vidéo contre Sollers. D’un autre côté, quand le même Zagdanski s’est mis a dire du bien de Heidegger, là il faisait vraiment fausse route, et il n’était pas à la hauteur du propos. Il devenait ridicule, je dois dire. Conclusion : parfait contre Sollers, mauvais pour Heidegger.

JAZZI dit: 30 mai 2017 à 16 h 29 min

« Même si Zagdanski est un petit esprit ou un petit écrivain »

On ne se grandit pas en étant exclusivement contre, Delaporte, prends-en de la graine !

Delaporte dit: 30 mai 2017 à 16 h 26 min

« L’écrivain Zagdanski. »

Pour ses livres, je ne sais pas, ne les ayant pas lus. Par contre j’ai regardé sa vidéo obsessionnelle contre Sollers, et c’est à la fois marrant et juste. Je vous le recommande, mais à petites doses, certes. Au fond, c’est facile de critiquer Sollers, tant il a de défauts et prête le flanc aux invectives. Même si Zagdanski est un petit esprit ou un petit écrivain, il est assez grand pour comprendre la nullité sollersienne. C’est pourquoi, ça marche.

JAZZI dit: 30 mai 2017 à 16 h 17 min

Oui, pour le resserrement de l’amitié franco-américaine, Sergio, mais il faut quand même préciser, qu’avant tout Joe Dassin était Grec !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*