de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Patti Smith, ce n’est pas facile d’écrire sur rien

Patti Smith, ce n’est pas facile d’écrire sur rien

Ceux qui sont passés à côté de Just kids en 2010 n’auront pas d’excuses s’ils se soustraient au nouveau livre de Patti Smith au titre si énigmatique M Train (traduit de l’anglais par Nicolas Richard, 260 pages, 19,50 euros, Gallimard). Pas un roman, ni des mémoires, encore moins une autobiographie, même si toutes ces formes sont convoquées dans ce récit « à la Patti Smith ». Non qu’elle ait créé un genre. Juste le genre qui lui faut et c’est tellement touchant, sans plus mais c’est déjà beaucoup.

L’équivalent d’un road-movie littéraire dans sa mémoire à travers les gens qu’elle a croisés, les lieux où elle s’est attardée, et il y en eut car elle est du genre à parcourir des centaines de kms juste pour vérifier un détail entrevu dans un roman de Boulgakov ou dans un traité de Wittgenstein, s’attabler à une certain table dans une certaine ville longtemps après Goethe et Schiller, s’asseoir sur la chaise de Roberto Bolano dont elle admire l’œuvre, effleurer du revers de la main la table d’échecs autour de laquelle se sont affrontés Bobby Fischer et Boris Spassky lors d’un tournoi d’anthologie, quand ce n’est pour photographier les bottes d’un grand explorateur, déposer des pierres sur la tombe de Jean Genet à Larache face à la mer, laver la pierre tombale de Mishima au Japon, ou s’allonger sur le lit même de Diego Rivera juste après avoir photographié celui de Frida Kahlo à la Casa Azul à Mexico suite à un malaise de déshydratation. Toujours repartir en voyage et consentir au destin en quête de l’un de ces petits riens qui font la vie. D’ailleurs, elle le reconnaît en une formule qui lui sert de leitmotiv : ce n’est pas facile d’écrire sur rien. Et même :Auto-portrait

« Je suis certaine que je pourrais écrire indéfiniment sur rien. Si seulement je n’avais rien à dire »

Sauf que cela sort de sa plume, un matin face à un café noir et une tranche de pain complet trempée dans l’huile d’olive, attablée dans un coin dans l’un des bistros où elle a ses habitudes un peu partout dans le monde. A Paris, c’est le Rouquet, sur le boulevard Saint-Germain, à deux pas de Sciences Po., à Berlin le Café Zoo tout près de la gare, à Amsterdam le Bluebird Coffeeshop, à Naples le Caffè del Professore, à Vienne le Café Josephinum,  et puis le Gran Café de Paris à Tanger, je vous fais grâce de ceux d’Uppsala, de Shibuya et de Point Loma parce que cela m’étonnerait que… J’allais oublier le principal d’entre eux, celui de Manhattan, le Café ‘Ino où elle se rend le plus souvent, et même tous les matins, de sa sixième avenue à Bedford street. C’est là qu’on a le plus de chance de la trouver absente. Il y a quelque chose en elle d’une zombie optimiste, incurablement léthargique, comme elle en convient sans se forcer. Ce n’est pas qu’une question de physique ou de dégaine tant elle a été longtemps insouciante de son âge et de son apparence.  « Bon sang, comment avons-nous fait pour devenir si vieux ? Je demande à mes articulations, à ma chevelure couleur de fer » se demande-t-elle à 69 ans. Alors quoi ?

Plutôt un mode de vie, un état d’esprit, une façon de se déplacer comme si elle marchait sur des coussins d’air. On en retrouve la trace dans son écriture en apesanteur. Patti Smith marche dans ce livre aux côtés de ses chers disparus visibles d’elle seule, ses parents, son frère, son mari, son amour de jeunesse le photographe Robert Mapplethorpe, l’écrivain William Burroughs. Son armée des ombres. Mais elle évite de les frôler de crainte qu’elles se dissipent, question de distance. Elle n’est peut-être pas du genre à pleurer à l’annonce de la mort de Mme de Rênal, mais du genre à considérer Linden, personnage de la série The Killing, comme « l’un des êtres qui m’est le plus le plus cher » bien qu’elle ne l’ait jamais rencontrée. D’ailleurs comme tous ceux qui présentent une véritable addiction aux séries, elle ne se contente pas de la copie et va toujours à l’original, le danois Forbrydelsen en l’espèce. Il y en a d’autres : le Saint (à moi, Simon Templar !), Inspecteur Barnaby, Luther, Doctor Who et même, misère, Les Experts : Miami, New York Police judiciaire… Elle ne rate jamais un épisode. Mais à quelle heure dort-elle ? D’autant qu’elle lit de manière tout aussi compulsive, le Musil de l’élève Törless, le Genet du Journal du voleur qu’elle lit à Madrid histoire de vérifier la réverbération sur son esprit de cet hymne à l’Espagne et tant pis si l’histoire se déroule plutôt dans le barrio chino de Barcelone, le Camus du Premier homme pour la beauté de la langue davantage que pour l’intrigue.

Dire qu’elle prend même le temps de rêver, juste assez pour vérifier l’avis tranché de son père selon lequel il est rarissime de voir ses propres mains dans un rêve (mais à la toute fin du livre, elle y parvient). On trouve des notations de cette encre dans M Train, serties dans un vaste halo poétique où l’heure est donnée par une horloge sans aiguilles, et où il est grand cas de la profane Cantate du café de Bach.

« Rétrospectivement, longtemps après sa mort (celle de Fred, son mari), je me dis que notre mode de vie de l’époque paraît miraculeux, un miracle qui n’a pu être accompli que grâce à la synchronisation silencieuse des rubis et des mécanismes d’un esprit commun ».

autopolaQuant à ce drôle de titre de M Train, l’explication vient presque par hasard, à la fin d’un chapitre, après qu’un barman lui ait resservi une tequila légère comme du jus de fleurs :

« J’ai fermé les yeux et j’ai vu un train vert avec un M à l’intérieur d’un cercle ; le même vert décoloré que le dos d’une mante religieuse ».

De toute façon, où qu’elle aille et quelle que soit la situation, elle la vit comme un personnage : à l’instant d’entrer dans une salle à Berlin pour y prononcer une conférence, elle se croit Holly Martins dans Le Troisième homme ; quand elle perd son manteau noir mité, elle se prend pour le croyant fautif du Voyage en Orient de Hesse lorsque la chevalière disparaît de son doigt ; et si elle brûle des pages qui la rendent insupportablement nostalgique, elle se croit complètement Gogol jetant au feu des pages des Âmes mortes. Pourquoi ? Because the night, tout simplement.

Et pourtant, ce n’est jamais triste car l’écriture de cette réminiscence est d’une fluidité merveilleusement enveloppante. Ce n’est pas du Billie Holliday que l’on entend en fond sonore mais bien la chanson fétiche de l’auteur, What a wonderful world toute timbrée de l’hypertrophie des fausses cordes vocales de Satchmo. Qu’on ne s’y trompe pas : de ses trois fois rien, elle a fait une matière dense d’affects, de sentiments, d’émotions d’une légèreté étourdissante, ainsi qu’elle l’annonce dès les premières pages :

« Insensiblement je m’enfonce dans un malaise léger mais persistant. Non pas une dépression, davantage une fascination pour la mélancolie, que je retourne dans ma main comme s’il s’agissait d’une petite planète, striée de bandes d’ombre, d’un bleu impossible »

De nombreuses photos parsèment le récit de son errance, toutes prises avec un Polaroïd 1967, appareil vétérotestamentaire, on ne peut plus vintage, qui donne sa couleur au noir et blanc de sa mémoire. Elle prend souvent des photos de chaise et de table. Le jour où le patron du café ‘Ino à Bedford Street a fermé définitivement, il lui a fait porter chez elle sa table et sa chaise : « Mon portail vers quelque part ».

A propos, elle est aussi chanteuse sous le même nom, elle fut même une icône du rock et du mouvement punk, cette Patti Smith qui écrit depuis toujours. Cette fois, ne la ratez pas.

woolf

(Photo par Claire Hatfield ; autoportraits au polaroïd de Patti Smith et chez Virginia Woolf par Patti Smith)

Cette entrée a été publiée dans Littérature étrangères.

448

commentaires

448 Réponses pour Patti Smith, ce n’est pas facile d’écrire sur rien

berguenzinc dit: 27 avril 2016 à 15 h 57 min

LU DANS LA PRESSE DÉCHAÎNÉE, CET « HOMMAGE » À STENDHAL:
« Les punaises de lit sont attirées par le rouge et le noir »
ET ON EN TROUVE SURTOUT DANS LA CHARTREUSE, À PARME.

Au demeurant, les punaises de lit, ou géocorises, sont attirées par les sujets souffrant d’affrédériction rénales.

Sergio dit: 27 avril 2016 à 15 h 31 min

Oah faut pas Guru pour trier même les mille coms de la RDL…

Ce serait possible, maintenant, un vrai système expert, qui pourrait d’ailleurs être standard, simplement avec des niveaux, etc. Mais quel intérêt ?

Et puis on peut se demander si l’intelligence naturelle n’est pas en train de se rapprocher plus vite de l’artificielle que l’inverse…

la vie dans les bois dit: 27 avril 2016 à 14 h 11 min

Polé, je pense qu’il ne s’agit pas de d’anéantissement en fait, à propos de ce livre de Mrs Smith.
Ce rien, ce nothingness- et je viens de le découvrir- peut être à rapprocher d’un kanji japonais.µ
C’est très drôle. C’est en repensant à une personne, connaissance d’enfance, que j’avais perdue de vue depuis lors, et plusieurs dizaines d’années plus tard, un coup de téléphone, et cette inflexion de voix qui était reconnaissable. J’avais retrouvé une femme, qui avait beaucoup voyagé et, qui quite looks like Mrs Smith, there and then. Same zen. Almost same love for her haunting souls.

Bloom dit: 27 avril 2016 à 12 h 13 min

Le BAT, c’est le point final mis au manuscrit, Bloom.

Saint Cloud Paris-Plage, Baroz, je crois me souvenir d’une validation avant impression du BAT, quelques semaines en arrière…

Polémikoeur. dit: 27 avril 2016 à 11 h 07 min

La révolte de l’intelligence (!?) « artificielle »
vient peut-être de commencer avec la modération
du commentarium, déclenchée par l’expression
« écrire sur rien ».
Anéantissement.

ribouldingue dit: 27 avril 2016 à 10 h 46 min

Qu’est-ce qu’on en a à foutre de la goutte d’eau de Claude Simon? Comment a-t-on pu prendre au sérieux pendant des années ce type de littérature?

Janssen J-J dit: 27 avril 2016 à 10 h 24 min

@« Je suis certaine que je pourrais écrire indéfiniment sur rien. Si seulement je n’avais rien à dire »,
…mais voilà, il y a cette goutte qui tombe invariablement du robinet stillatoire de ce café, cette goutte que Claude Simon (dans La route des Flandres, 1960) avait ainsi décrite -et ce n’est quand même pas rien-, le sentiment d’éternité qu’elle produisit en moi :

(exactement à la façon d’une goutte d’eau qui se détache d’un toit ou plutôt se scinde, une partie d’elle-même restant accrochée au rebord de la gouttière (le phénomène se décomposant de la façon suivante : la goutte s’étirant en poire sous son propre poids, se déformant, puis s’étranglant, la partie inférieure -la plus grosse- se séparant, tombant, tandis que la partie supérieure semble remonter, se rétracter, comme aspirée vers le haut aussitôt après la rupture, puis se regonfle aussitôt par un nouvel apport, de sorte qu’un instant après il semble que ce soit la même goutte qui pende, s’enfle de nouveau, toujours à la même place, et cela sans fin, comme une balle cristalline animée au bout d’un élastique d’un mouvement de va-et-vient)

Phil dit: 27 avril 2016 à 9 h 42 min

Aucun frais, pas besoin de s’inscrire à l’avance. C’est gratuit, mes chéris.(Wgg)

Pas de low cost à Zuriche, dear Widergänger
La famille Mann s’y plaisait bien.

renato dit: 27 avril 2016 à 8 h 46 min

À un moment Ginsberg a dit que s’il avait su à 20 ans ce qu’il savait à ce moment-là il serait devenu chef d’orchestre à Minneapolis… plus attentif au réel et probablement plus prévoyants, Mapplethorpe acheta une Hasselblad…

renato dit: 27 avril 2016 à 8 h 36 min

« Je suis certaine que je pourrais écrire indéfiniment sur rien. Si seulement je n’avais rien à dire »

Il serait chic (élégant-kotelette) d’écrire sur rien tout en ayant quelque chose à dire…

sse ? dit: 27 avril 2016 à 8 h 08 min

Patti Smith, ce n’est pas facile d’écrire sur rien

.. que se dit Assouline, épuisé, en reposant sa plume.

sse ? dit: 27 avril 2016 à 7 h 30 min

Affalée depuis six jours au fond du bar de la rdl, entre les toilettes et le placard à balais, Tatie Smith rêvasse, entre deux Jack Daniel’s, au temps lointain où elle poussait la chansonnette.

OZYMANDIAS dit: 26 avril 2016 à 19 h 21 min

Ceux qui savent

Ceux qui savent
Depuis longtemps se sont tus
La parole a déserté l’inerte rivage
Les arbres même sont un signe
Un vol d’oiseau annule l’espace
Les mots perdent sens et pesanteur
Ceux qui savent
Ont su confier la pierre
Uniforme
Et à l’image de l’informe
La part du silence qui donna sens jadis
à la rumeur des mots
Pesante
Et sans cesse recommencée
Ceux qui savent
Ont su creuser l’espace
Et briser le temps pour y sacrifier
Ce double d’eux-mêmes
Et dans l’inertie des gestes figés
Et des lèvres closes
Bâtir l’idéale cité.

OZYMANDIAS dit: 26 avril 2016 à 19 h 19 min

Impression

Rien d’éternel
Un ciel
Bas
Bas
Atone
C’est tout l’automne
Un vol épais
Désir d’absence
Silence
Dense désir de paix

Sergio dit: 26 avril 2016 à 17 h 26 min

Véro dit: 26 avril 2016 à 14 h 32 min
j’ai réessayer 3ou 4 fois, le post disparait je ne sais où;quelqu’un dans mon cas?

J’ai eu l’affaire il y a quelques mois avec la République des arts ; j’ai fini par arriver à placer deux mots, mais au prix d’acrobaties hors de propos et j’ai laissé choir.

A l’évidence il y a interférence, mais ou trop ou pas assez, entre les diverses République ; c’est probablement devenu un travail d’Hercule que d’essayer d’y mettre de l’ordre, et même en y faisant passer le fleuve Jaune ou le Iénisséï…

Giovanni Sant'Angelo dit: 26 avril 2016 à 17 h 17 min


…qui nous à cacher ce monstre d’imaginations,!…
…encore plus de cinq cents ans à vivre,!…
…vite,!…
…faisons le plein dans notre cerveau,!…
…au prix du baril aux conneries,!…
…etc,!…
…aux larmes citoyens,!…etc,!…Non,!…
…çà serait de trop,!…
…certains n’en survivrait pas,!…Ah,!…
…Stop,!…etc,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 26 avril 2016 à 17 h 01 min


…ce qui est bon, avec les artistes,!…c’est qu’ils innovent,!…d’instincts,!…
…Ah,!Ah,!…et ru crois çà toi,!…

…des rôles et des acteurs,!…pour nous pondre du style,!…pour nous en mettre du management,!…
…et tu pense quoi toi,!…
…je sais pas,!…des châteaux bleus en Australie,!…tu oserais, y pondre des classes sociales, des vrais,!…mais Non,!…
…c’est du cinéma,!…diplomatique,!…
…tout dans les commissions, comme en Europe, au Japon, en Chine, aux Indes, aux Afrique à l’ail,!…
…encore des banque à Papa,!…
…les dix plus grandes fortunes de France,!…de quoi créer un continent en plastique  » dur « , et des dômes transparents,!…sur plates-formes sous marines,…a droites toutes à gauches,!…

…les meilleures places,!…se remuer les fesses,!…
…pour des paradis  » éternels « ,!…
…et, alors, ces Guerres du Pacifique,…çà avance,!…Cinéma pour ne pas vivre ensemble,!…encore ou çà,!…
…à nos €uros-Pacific,!…sacré $ dollar australien,!…à nos France d’Outremer encore pris de cours, sur la ligne de flottaison,!…Ah,!Ah,!…etc,!…le retour des visiteurs , mais ou somme nous tombés,!…
…vingt Dieux de merde,!…vas y lèche ton rôle intello de soumis catho-plasmique,!…
…à nos communions pédophiles,!…
…la vigie à son tour d’horizon,!…
…le vent en poupe,!…
…etc,!…diversions pour retomber sur ses pattes,!…c’est leurres des braves au bon-repos,!…

Véro dit: 26 avril 2016 à 14 h 32 min

Patti Smith, c’était l’époque où on lisait Les clochards célestes, avec en couverture la jolie illustration du train chez Folio, gros casque à écouteurs sur les oreilles avec Tin man d’America ou elle dedans ; l’amitié amoureuse avec Robert Mapplethorpe évoquée par Passou paraissait très rock. aujourd’hui cela a des connotations presqu’un peu rétro, cet « avant-gardisme » !!

Zut, depuis deux jours je n’arrive pas à accéder à RDC. Après avoir lu le billet d’Anne-Lise Roux sur Paulina, je voulais poster dessus; le temps de murir mon propos, j’ai réessayer 3ou 4 fois, le post disparait je ne sais où;quelqu’un dans mon cas?

Sergio dit: 26 avril 2016 à 14 h 23 min

Feuille de laitue, feuille de laitue… Non mais les limaces elles sont comme tout le monde s’il n’y a qu’une feuille c’est le bourre-pif immédiatement !

bouguereau dit: 26 avril 2016 à 12 h 28 min

Aussi doux peut-être
Que l’étreinte où se perdent les corps
épris seulement d’eux-mêmes

c’est l’corps mistic ozi ! ha cmoment là c’est un volk ein reich ein fureur!..lseul hennui dirait serdgio c’est qu’ça ndure pas 1000ans..faut sfaire une raison épicétou

bouguereau dit: 26 avril 2016 à 12 h 23 min

a confié lundi soir un expert sécuritaire israélien à la chaîne américaine Fox

havec des free uzi donald y dit que ça aurait pus hêtre hévité et que ça aurait été vachment bon pour la balance commerciale izraélienne

bouguereau dit: 26 avril 2016 à 12 h 19 min

Les autres, comme moi-même, sont exclus

quelle belle bombe humaine de konnerie tu fais dracul..boum!..yavé c’est lplus gr!t

bouguereau dit: 26 avril 2016 à 12 h 17 min

..les français n’hont pas henfoncé les carambouilles belges..qui donc est montée à ce petit créneau bien tartiné de merde?..à ton havis dracul?

Widergänger dit: 26 avril 2016 à 11 h 31 min

« Cette technologie aurait permis d’éviter les attentats de novembre », affirme une source israélienne

Peu après le sanglant attentat contre Charlie Hebdo et près d’un an avant les attaques de novembre dernier à Paris qui ont tué 130 personnes, les autorités françaises ont rejeté une offre d’une compagnie israélienne spécialisée dans des logiciels de traque de terroristes qui aurait permis la détection des cellules djihadistes de Paris et Bruxelles, a confié lundi soir un expert sécuritaire israélien à la chaîne américaine Fox.
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/111086-160426-france-refus-d-en-haut-d-achat-de-logiciels-israeliens-anti-terroristes-par-la-dgsi

Widergänger dit: 26 avril 2016 à 11 h 29 min

« Cette technologie aurait permis d’éviter les attentats de novembre », affirme une source israélienne
✕Peu après le sanglant attentat contre Charlie Hebdo et près d’un an avant les attaques de novembre dernier à Paris qui ont tué 130 personnes, les autorités françaises ont rejeté une offre d’une compagnie israélienne spécialisée dans des logiciels de traque de terroristes qui aurait permis la détection des cellules djihadistes de Paris et Bruxelles, a confié lundi soir un expert sécuritaire israélien à la chaîne américaine Fox.

L’offre technologique israélienne aurait permis aux autorités françaises de faire une connection de tous les chainons des milieux extrémistes islamistes grâce à des logiciels permettant la récupération d’informations fournies partout dans le monde qui auraient ainsi pu déjouer le complot dès le début. Ce logiciel est utilisé pour analyser et faire correspondre des rapports de renseignements fragmentés à partir de plusieurs bases de données nationales et internationales ce qui permet de fournir aux agents de lutte contre le terrorisme des informations mises à jour en temps réel sur les terroristes potentiels et leur historique.

« Les autorités françaises ont apprécié (le système israélien), mais les hauts fonctionnaires ont affirmé avoir reçu des instructions d’en haut de ne pas acheter de la technologie israélienne et la discussion s’est arrêtée là », a confié une source sécuritaire israélienne à Fox.

La Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), qui dépend du ministère de l’Intérieur, n’a pas motivé son refus de l’offre israélienne.

✕La source sécuritaire n’a pas donné l’identité de la compagnie israélienne ni davantage de détails sur la technologie utilisée, mais elle a indiqué qu’elle est utilisée aux Etats-Unis et dans d’autres pays avec lesquels Israël entretient de bonnes relations.

Le directeur d’une autre compagnie israélienne, BriefCam, dont la technologie permet aux utilisateurs de visualiser des images de sécurité rapidement pour détecter toute activité suspecte – a confié au journal Haaretz avoir reçu des commandes urgentes de Belgique, d’Italie et d’Allemagne, à la suite des attaques terroristes qui ont ensanglanté l’Europe.

Widergänger dit: 26 avril 2016 à 11 h 24 min

C’était une info réservée seulement à ceux qui se baladent du côté de Zürich, évidemment. Les autres, comme moi-même, sont exclus.

Widergänger dit: 26 avril 2016 à 10 h 37 min

Pardon, j’ai oublié de traduire.

Il s’agit d’une conférence qui aura lieu à Zürich à la Villa Bleuler ; le thème : le rapport de l’art et de la réalité. Aucun frais, pas besoin de s’inscrire à l’avance. C’est gratuit, mes chéris.

Widergänger dit: 26 avril 2016 à 10 h 31 min

Villa Bleuler Gespräch: Patrick Hari und Sandra Senn
Wann: 10. Mai 2016, 18.00–19.30 Uhr, anschliessend Aperitif
Wo: SIK-ISEA, Zollikerstrasse 32 (Nähe Kreuzplatz), CH-8032 Zürich

Die Teilnahme an der Veranstaltung ist kostenlos. Es ist keine Anmeldung erforderlich. Die Platzzahl ist beschränkt.

Im dritten Villa Bleuler Gespräch werden Patrick Hari und Sandra Senn zum Wirklichkeitsbezug von Kunst befragt von Daniel Morgenthaler (Helmhaus Zürich / Autor Kunstbulletin) und Monika Schäfer (SIK-ISEA). Begrüsst werden die Gäste von Claudia Jolles (Kunstbulletin).

Giovanni Sant'Angelo dit: 26 avril 2016 à 9 h 15 min


…s’écrire un livre,!…en combien d’exemplaires,!…
…de  » la résurrection du socialisme à sa renaissance « ,!…

…fabriquer les sous-marins en Australie,!…
…pas de frais,  » franco de port « ,!…sur les brevets d’inventions,!…
…des ingénieurs  » corvéables  » à merci,!…
…Ah,!Ah,!…etc,!…
…à toutes ces plates formes habitables du Pacifique!…
…un futur du côté de la mer de Chine,!…
…aiguisons les longs couteaux à sushis, makis,…
…une nouvelle terre pour le japon qui s’écroule sous les catastrophes,!…
…et puis quoi encore,!…
…l’Agora à vénérer Athéna,!…à son poulpe de Zeus,!…etc,!…
…que c’est vieux jeux,!…sur la planète bleu,!…à verte dans les tiroirs,!…
…du cheval, du chameau,!…des dindons de la farce,!…la cuisine dans les bourses, l’intérêt sécurisé,!…etc,!…

renato dit: 26 avril 2016 à 8 h 31 min

Ah! s’occuper des grandes choses! Pour une limasse, par exemple, c’est quoi une grande chose, une feuille de laitue, de choux? et pour une coccinelle, une branche de rosier, une autoroute?

renato dit: 26 avril 2016 à 8 h 16 min

« … dans d’obscures sentences… »

Pas si obscure que l’on puisse le croire si on prends la peine de donner un sens à la date (21 octobre 1969), via wiki, p. ex. … et puis, ce n’est pas seulement pour PS que l’aventure est finie…

Sergio dit: 26 avril 2016 à 0 h 06 min

La dérive des continents… Faudrait encore pas qu’il y en ait qui tombent de la Terre ! Pour aller les récupérer, après…

Giovanni Sant'Angelo dit: 25 avril 2016 à 22 h 56 min


…des mots clefs,!…et alors pour ces dégrossissages,!…
…les méthodes,!… » mobbing lobbyings et fractures sociales,!…Ah,!…Oui,!…

…suivants,!… avec des hameçonnages,…
… » harcèlements « , bancaires utopique de dettes et commissions sur crédits,!…

…et ces  » grenats verts diamantoïde « , ce Van Gogh,!…etc,!…

…sous le nez par les règlements collectifs de dettes,!…Cristhis, à Sothebizz,!…

…les marchands d’art sur ma têtes,!…
…Buzzes-ness,!…echecs et mat,!…etc,!…

…payez,! payez,!…payez,!…mobbing de merde,!…Ah,!Ah,!…
…des mots qui éclaire les à-faire en cours,!…
…joaillier’s, just of course sans fracture sociale,!…

…c’est beau, les entourloupettes ,!…
…encore du bilboquet en l’air,!…
…faut souffler dans le ballon,!…

…des vessies pour des lanternes à gauche aussi,!…enfin un nouveau millionnaire avec des riens  » choisis « ,!…évident de bonheur,!…Ah,!Ah,!…etc,!…Bip,!Bip,!…
…Go,!…best diversions,!…

la vie dans les bois dit: 25 avril 2016 à 22 h 30 min

Pas facile d’écrire sur rien.
Où va la glace…

« En dépit de l’équilibre interétatique instauré par la CMB, la raréfaction des ressources naturelles, les conséquences du réchauffement climatique et les luttes d’influence dans des régions historiquement conflictuelles incitent de plus en plus d’États côtiers à revendiquer une extension de leurs droits exclusifs, notamment d’exploitation, et à tenter de redéfinir certaines frontières maritimes. »
http://ceriscope.sciences-po.fr/content/part2/les-enjeux-politiques-autour-des-frontieres-maritimes?page=2

la vie dans les bois dit: 25 avril 2016 à 21 h 48 min

Phil, le 23 avril 2016 à 21 h 01 min.
Il n’est pas dit, comme l’affirme renato, dans d’obscures sentences, dont il se réjouit, -on ne se demande pas de quoi-, que pour Patti Smith  » l’aventure qu’elle aimait tant » (renato, en robe de chambre) se soit terminée en 1969.

Vous ne fréquentez pas les bons clubs berlinois. Et je me permets d’élargir votre horizon.
La dérive des continents, c’est un bon sujet. Mais Mrs Smith, qui le tenait bien, en ce sens, même par les pieds de l’explorateur, prenant une carte dans un weird club l’a laissé filé. Pour une obscure histoire d’échiquier. Una cosa mentale.

Alfred Wegener embarked on four Greenland expeditions between 1906 and 1931, a time when the conquest of the North and South Pole began to enjoy enormous international public attention. Within this so-called “heroic phase” of polar exploration, Wegener embodied a new type of polar explorer in that he was mainly interested in basic geoscientific and meteorological questions and that he introduced new scientific methods and instruments in the field of polar science. Aside from investigating unresolved geographic and cartographic questions with the intention of filling the last blank spots on Greenland’s map, Wegener’s work focused on gaining detailed knowledge about the origins of the Greenland’s weather and climate conditions, the dynamics of its ice sheet, and the atmosphere above the Greenland ice sheet.

http://www.environmentandsociety.org/exhibitions/wegener-diaries/greenland-diaries

OZYMANDIAS dit: 25 avril 2016 à 21 h 11 min

Mysticité

Et le voyageur aux portes de la cité de sable
Entonne son chant qui monte
son chant le plus beau
Or voici que l’envol délicat préside
à la rupture et toute magie dès lors
Se brise
A jamais ?
Mais voici que s’exalte une fois de plus
Le chant après l’errance et l’oubli
Feutré
Aussi doux peut-être
Que l’étreinte où se perdent les corps
épris seulement d’eux-mêmes.

Saint Agme dit: 25 avril 2016 à 21 h 04 min

Yourcenanar dit: 25 avril 2016 à 18 h 32 min

Et voilà que l’Anna Fort renait de ses cendres.
Les vieux normands ont du mal à s’avouer qu’ils ont passé l’âge.
Le nôtre, englué dans ses redites n’est plus que l’ombre de lui-même.
Même PE finit par le rejeter.

Sergio dit: 25 avril 2016 à 19 h 16 min

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 18 h 02 min
de bohème par le cul..la nature est pas borné

On le l’est tous, borné, le seul problème c’est esseque les crochets sont tournés vers l’extérieur ou l’intérieur*…

* incluant ou non la limite, comme le mur mitoyen à Lefuneste…

Jibé dit: 25 avril 2016 à 18 h 42 min

De petits riens en petits riens on finit toujours au néant d’où l’on était venu, WGG, homme ou femme, c’est du pareil au même…
Ne soyez pas sexiste !

Yourcenanar dit: 25 avril 2016 à 18 h 32 min

Popaul a un nouveau copain sur son blog, un îlien exilé de la RdL qui lui bavait dessus il y a peu

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 18 h 04 min

On pourra se mettre à plusieurs pour la trado…

on srait pus aleine et y’aurait pus d’varoume..dracul y dirait qu’on trahit géruzalème

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 18 h 02 min

un escargot de Bourgogne privé de calcaire pour faire sa coquille va extraire du silicium de son milieu ambiant et le transmuter en calcium

c’est con pasqu’il pourrait souffler du cristal de bohème par le cul..la nature est pas borné comme toi dédé

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 18 h 01 min

par exempe les femmes regardent pas dans la même direction que dracul..il l’a sous lbras et il est pas content

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 17 h 59 min

ruquier..la bite à dudule..hou gêruzalème..c’est juste pour dire la même direction..ils saiment épicétou

Sergio dit: 25 avril 2016 à 16 h 52 min

Ha mais c’est vrai, ça ! Pourquoi on voit pas Rodrigue en train de se mettre discréto en concubinage notoire avec Chimène pour remplir sa deux mille quarante-deux ? Sans compter les revenus immobiliers… Passeque c’est facile de se balader comme ça avec des épées de larder tout le monde !

Et ensuite qu’ils regardent Ruquier bras dessus bras dessous ça leur fera voir du pays…

Widergänger dit: 25 avril 2016 à 16 h 06 min

Ce qu’elle veut dire par « rien », c’est plutôt les tout petits riens. Il est vrai en effet que ce n’est pas facile d’écrire sur les petits riens de la vie ordinaire. Une femme ne s’intéresse pas au néant, elle ne sait même pas ce que cela veut dire, elle laisse ça aux hommes avec leurs grands mots. C’est une écriture féminine qui ne s’intéresse qu’aux petites choses qu’on néglige trop souvent. C’est aussi la mode en littérature de ne s’intéresser désormais qu’aux petites choses, on ne croit plus à la littérature qui s’occupe des grandes choses… C’est la crise !

D. dit: 25 avril 2016 à 14 h 54 min

Ceci explique parfaitement les anomalies isotopiques souvent rencontrées dans les couilles d’escargots et que personne n’était jusqu’à présent parvenu à expliquer.

D. dit: 25 avril 2016 à 14 h 52 min

Ainsi, Bouguereau, un escargot de Bourgogne privé de calcaire pour faire sa coquille va extraire du silicium de son milieu ambiant et le transmuter en calcium. Les neutrons, protons et électrons manquants nécessaires à la transmutation seront prélevés dans l’eau.

Sergio dit: 25 avril 2016 à 14 h 49 min

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 9 h 32 min
ich bine aleine..und varoum

Ha oui ça c’est joli ; un soir lugubre s’il n’y a pas les soucoupes sur la RDL je le mettrai, tiens… Je pense pas que ça file à l’attente de modération ?

On pourra se mettre à plusieurs pour la trado…

D. dit: 25 avril 2016 à 14 h 45 min

qu’est-ce que c’est encore que cette histoire fumeuse, Michel ? On paye en dollars à Chicago, pas en euros…

D. dit: 25 avril 2016 à 14 h 42 min

Bouguereau, vous faites ici le malin à longueur de journée pour occuper votre temps mais avez-vous seulement conscience que les transmutations sont, au quotidien, bien plus nombreuses que ce que l’on veut bien s’imaginer ?
J’ai bien dit transmutation et pas transformation.

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 13 h 50 min

rien à lui

hé oui..prot..coco..juif..catho..ou rien..cette chose là appartient à l’espèce mon larbin..à lespèce

Chaloux dit: 25 avril 2016 à 13 h 40 min

Que de la récup’, boumou la vieille poseuse, rien d’autre, rien à lui. Le désert. Le néant.
Terribe.

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 13 h 38 min

Elle décréta que j’étais possédé par le Diable et m’adjura de prier pour me faire pardonner, si je voulais être protégé par Dieu, tout puissant et miséricordieux !

hier j’ai maté la première partie de lhestoire des prots im frankreich à la tili..honnête emission..à un moment y’en a un interviewé qui dit qu’il allait en vacances chez ma grand mère adventiss en suisse..et pour elle y’a que les adventiss qui vont au paradis.. »et moi mémé j’irai pas ? »..et le gars mime sa grand mère faisant la moue.. »à 7 ans vous vous rendez compte ? c’est terribe! »

Chaloux dit: 25 avril 2016 à 13 h 34 min

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 13 h 30 min
c’est xactement l’age baroz..pour certains c’est assez terribe

Quelle vieille poseuse, ce boumou. « Terribe » surtout pour ceux qui sont obligés de se coltiner ça à longueur d’années.

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 13 h 30 min

C’est ainsi que, très tôt, j’eus la perception du néant. D’une manière quasi palpable.

c’est xactement l’age baroz..pour certains c’est assez terribe

la vie dans les bois dit: 25 avril 2016 à 13 h 26 min

« Né en 1922 à Varsovie, Martin Gray est surtout devenu célèbre pour son livre « Au nom de tous les miens », dans lequel il explique comment il a perdu sa famille dans les camps d’extermination nazis et dans l’incendie de sa maison dans le sud de la France. En plus de ce livre et d’une dizaine d’autres ouvrages publiés, Martin Gray a créé la fondation Dina Gray, chargée de lutter contre les incendies de forêts et pour la protection de l’Homme. Il fut également le président de l’Arche de la Défense à Paris de 1989 à 2001 et a été membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence. »
http://www.lalibre.be/culture/livres-bd/l-ecrivain-martin-gray-celebre-pour-son-livre-au-nom-de-tous-les-miens-retrouve-mort-a-son-domicile-de-ciney-571df8d135702a22d6bb60cf

ribouldingue dit: 25 avril 2016 à 13 h 14 min

« Cette séance se tiendra à l’Université de Chicago à Paris »

Quelle classe ce WG! Je ne savais même pas qu’elle existait…

berguenzinc dit: 25 avril 2016 à 12 h 53 min

Royal sur Macron:

« En période de réchauffement climatique, sa fraîcheur fait du bien »

Le Foll :

« Eh ! Oh ! La gauche !

La c.onnerie épaisse, grasse, toujours là, collant aux tatanes comme une m.erde de clébard fermentant un après-midi d’Août 1964, sur le trottoir de l’Avenue Gambetta…
La c.onnerie immense, innombrable comme la foule, intarissable…

FLAUBERT, reviens….

Chaloux dit: 25 avril 2016 à 12 h 42 min

Paradis et d’Enfer dont nous serinait

« que »?

Ce passage me fait penser aux souvenirs de Julien Green, Partir avant le Jour.

Widergänger dit: 25 avril 2016 à 12 h 03 min

Institut d’études lévinassiennes
Bulletin d’informations
25 avril 2016
——————————————–

Chers Amis,

La prochaine séance (hors-thème) de notre séminaire aura lieu le mercredi 4 mai prochain. Nous aurons le plaisir d’y entendre le philosophe Christian Jambet dans la première des deux conférences qu’il nous proposera (la deuxième aura lieu le mercredi 18 mai) :

La théologie politique en Islam shî’ite :

1. Le « dieu humain »

Cette séance se tiendra à l’Université de Chicago à Paris, à 20h30.

Entrée : 10 euros ; membres : 5 euros ; gratuit pour les chômeurs et les étudiants.

Nous espérons vous y rencontrer nombreux.
Cordialement,

Yourcenanar dit: 25 avril 2016 à 11 h 12 min

Boulez en mars, Patti Smith ce mois, en attendant un billet sur Prince, ça commence à trépigner sec dans la sacristie

Jibé dit: 25 avril 2016 à 10 h 40 min

Trou noir hier matin entre 9 h 53 min et 13 h 32 min dans lequel a disparu cet extrait, où l’on voit que le narrateur de 7 ans et son frère ainé de 10 ans discutaient déjà de la joie tragique, sans avoir lu Clément Rosset !

« Dès cette période, je commençai à me poser des questions d’ordre métaphysique. C’est ainsi que, très tôt, j’eus la perception du néant. D’une manière quasi palpable. L’idée de n’être plus, m’emplissait d’une immense frayeur. J’essayais, de toutes mes forces, de repousser ces pensées. Mais il arrivait, qu’à l’heure du coucher, elles parvinssent à s’imposer.
Un soir, lumières éteintes, Ange et moi couchés côte à côte, chacun dans notre lit, je le questionnai : « Qu’est-ce qu’on devient après la mort ? » Plein d’une docte philosophie, il me répondit qu’on était mangé par les vers et que l’on disparaissait à tout jamais. Pour lui, les histoires de Paradis et d’Enfer dont nous serinait notre mère : « c’est des conneries ! » A sa manière, fanfaronne, il confirmait mes craintes. Sans pitié, pour l’humanité en général et moi en particulier.
Une autre fois, par un bel après-midi ensoleillé, à l’heure de la sieste, je fus réveillé par la certitude qu’un jour prochain je serai définitivement séparé de ma mère, pour l’éternité. Notre vie à tous m’apparut comme une brève parenthèse, une goutte de temps dans l’océan de l’infini. Ces mots d’éternel, d’à jamais de pour toujours, souvent utilisés par mademoiselle Buffet, la vieille fille qui nous enseignait le catéchisme, je me les répétai jusqu’à en être submergé d’horreur. Jaillissant de ma couche, je partis en pleurant chercher secours auprès de la seule personne qui pouvait me consoler. En vain. Quand je lui expliquai les raisons de mes larmes, ma mère me repoussa, en se signant, scandalisée. Elle décréta que j’étais possédé par le Diable et m’adjura de prier pour me faire pardonner, si je voulais être protégé par Dieu, tout puissant et miséricordieux !
Pourquoi n’ai-je jamais songé à aborder ces questions là avec mon père ? »

Chaloux dit: 25 avril 2016 à 10 h 19 min

J’avoue tout. Il se trouve que quand je n’ai pas mes bottes je ne lis qu’un mot sur deux dans les posts de boumou pour éviter de ma salir. Là, c’est mal tombé.

sse ? dit: 25 avril 2016 à 10 h 19 min

Le « Quijote » intégralement twetté en 17 000 tweets ? C’est possible, un Espagnol l’a fait.

Si seulement cet imbécile en avait profité pour se lancer dans une entreprise aussi follement ambitieuse que celle de Pierre Ménard, on applaudirait : mais c’est fort peu probable.

Hautes-Etudes dit: 25 avril 2016 à 10 h 13 min

Chaloux dit: 25 avril 2016 à 10 h 00 min

Le vrai problème de Chaloux ce n’est pas la lecture, tout le monde est d’accord il ne sait pas lire,
c’est le calcul.
Il ne sait pas compter (ou il ne sait vraiment pas lire)

Chaloux dit: 25 avril 2016 à 10 h 00 min

pour notre ami boumou dont la moelle épinière repose paisiblement dans un bain de Pernod, un triumvirat c’est évidemment deux personnes. Sic transit.

Jibé dit: 25 avril 2016 à 9 h 40 min

renato et bouguereau sont réunis sur le même bateau, lequel des deux tombera le premier à l’eau ?

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 9 h 32 min

bicoz la musique adoucit les moeurs aurait dit goering..comme à singmaringueune..ich bine aleine..und varoum

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 9 h 28 min

Il y a tout de même un doute quant au fait que l’histoire se soit jamais construite à la tribune de l’UNESCO

si gueubèlçe havait été interviouvé a nurimbère il aurait surement dit « et vous ajoutrait à cette puissante réflexion hurkurkurkurk meussieu le journaliss »

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 9 h 19 min

On devrait exiger de savoir les noms des français qui ont voté et par qui ils ont été nommés

.. »l’agence a été créée en 45..la kommandantur c’était havant..raclure

bouguereau dit: 25 avril 2016 à 9 h 14 min

Toujours à côté de la plaque bouguereau?

..monaco et ses casinos c’est trés mal fréquenté rénateau

renato dit: 25 avril 2016 à 8 h 45 min

« Ça commence toujours comme ça : un vote à l’Unesco, et ça se termine par les chambres à gaz. »

Difficile à comprendre car l’agence a vu le jour le 16.11.1945…

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 23 h 49 min

Fournier dit: 24 avril 2016 à 22 h 42 min

Evidemment, toute autre chanson. Quelqu’un peut-il dire de quel ministère dépendent les relations avec l’Unesco? La France a-t-elle voté pour ou pas?

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 23 h 26 min

La direction de l’Unesco a finalement reculé devant les nombreuses protestations contre la décision. Tant mieux ! Mais ce n’est que partie remise ; toute cette racaille s’emploie à dessaisir le patrimoine juif des mains des Juifs depuis de longues années. L’Unesco est devenue pour tous ces antisémites un outil de propagande contre Israël.

Sant'Angelo Giovanni dit: 24 avril 2016 à 23 h 19 min


…là,!…je vois rien de rien,!…à écrire,…pour y ajouter deux mots en Domino,!…

…il est très familier ce chat du jardin,!…sur mon bureau,!…Oui,!…un vrai chat quoi,!…etc,!…

gontrand dit: 24 avril 2016 à 22 h 48 min

Si l’on en croit le lien de Fournier, la résolution aurait été amendée dans un sens moins défavorable à Israël..

gontrand dit: 24 avril 2016 à 22 h 44 min

WG, j’ai lu intégralement en anglais la résolution incriminée de l’UNESCO sur le site de dreuz. Pour quelqu’un qui n’est pas familier des lieux et des noms des sites, il est extrêmement difficile de conclure. Pourriez-vous nous indiquer exactement les articles qui aboutissent au scandale que vous dénoncez et nous les expliquer.

Pourquoi la presse grand public (Figaro, Le Monde) n’en dit encore absolument rien? Le CRIF a les moyens de les mettre au courant, non?

Fournier dit: 24 avril 2016 à 22 h 33 min

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 22 h 20 min

Tout jugement péremptoire mérite vérification.
Règle saine de survie.

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 22 h 20 min

Fournier, yo espero que tu orgullo no llegará a tanto que nos aceptes que el CRIF no sabe de que se trata en esta cosa.

Fournier dit: 24 avril 2016 à 22 h 20 min

En prime j’ai lu l’article de Dreuz.
Ben voilà, voilà.
J’y sens comme une certaine neutralité « orientée » qui m’inquiète quelque peu.
Pauvre Anne Sinclair.

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 22 h 15 min

La différence, Fournier, entre ce qu’on me dit et ce que je vous dis, c’est que je suis insulté par des imbé.ciles, ce qui n’est pas votre cas.

Hurkhurkhurk!

Bonne fin de soirée tout de même,

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 22 h 13 min

Je dirai ce que j’en pense quand j’aurai trouvé sur le site de L’UNESCO les explications fournies. Pour l’instant je ne trouve pas (« résolution 2016 : 0 »).

Fournier dit: 24 avril 2016 à 22 h 11 min

« cette quiche de fournier mais il n’a sûrement pas inventé l’eau chaude. »
Chaloux

Pour quelqu’un qui se fait traiter de burne à longueur de commentaires je trouve cette remarque savoureuse.

Fournier dit: 24 avril 2016 à 22 h 09 min

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 21 h 59 min

Ok je pensais que c’était dans les deux posts suivants (vous et WG)
Mon anglais étant ce qu’il est je ne m’aventurais pas à prendre parti sur ce document.
Trop de contresens possibles (pour moi).
Vous en pensez quoi ?

Les sites cités ce soir ne me semblent pas d’une objectité à toutes épreuves

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 21 h 59 min

L’adree?

Lien d’Alba à 20H32. On ne sait pas qui est cette quiche de fournier mais il n’a sûrement pas inventé l’eau chaude.

Delaporte dit: 24 avril 2016 à 21 h 52 min

Heureusement que l’UNESCO est un organisme d’opérette, une sorte de princesse Diana pour amuser les foules…

Fournier dit: 24 avril 2016 à 21 h 51 min

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 21 h 46 min
Fournier -boumou déguisé ou quelque autre trouillard incapable d’apparaître sous son pseudo habituel?-, j’insulte, certes, mais j’argumente toujours.

Chaloux donnant des leçons de pseudos.
La charité nous dispensera de rire.

L’adresse?

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 21 h 46 min

Fournier -boumou déguisé ou quelque autre trouillard incapable d’apparaître sous son pseudo habituel?-, j’insulte, certes, mais j’argumente toujours. Et pas que j’ai toujours raison?

Fournier dit: 24 avril 2016 à 21 h 43 min

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 21 h 36 min

Belle réponse, digne de Chaloux.
Tu régresses ou tu t’améliores ?
La question se pose.

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 21 h 42 min

Fournier, vous êtes aussi malhonnête que votre adversaire. Il y a bien un document officiel de l’UNESCO en bas de l’article, même si l’article est orienté.

berguenzinc dit: 24 avril 2016 à 21 h 36 min

RIPOSTE LAÏQUE…….

cette piscine de pus, cet océan de radasserie fasciste ! Plutôt me faire arracher toutes les dents sans anesthésie que de croire une milliseonde que ces charognes vont défendre les Juifs…
au passage, je félécite ce WG pour ses références…il doit être de même farine qu’un Ramadan ou une Le Pen

Et cette équation WG+ RL = WC

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 21 h 36 min

Fournier dit: 24 avril 2016 à 21 h 21 min
Comme a dit Finkielkraut Place de la République : Pauvre c…!

Nollet dit: 24 avril 2016 à 21 h 26 min

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 21 h 13 min

Mindieu, les vacances ne lui ont rapporté aucun réconfort.
Sitges et la Sologne sont incompétents face à un tel mur de b.tise.

Fournier dit: 24 avril 2016 à 21 h 21 min

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 21 h 04 min
nazillon

Qui nous a sorti en premier l’article d’un site manifestement ult.ramari.niste ?
Toi.
Donc tu les fréquentes.
Alors pour les crac.hats, voit la glace de salle de bains.

oursivi dit: 24 avril 2016 à 21 h 14 min

Envie de parler de Patti-Rimbaud-Smith, mais surtout de lire les bouquins du général Soubelet et de la courageuse et opiniâtre ouïe chez Finkie

http://www.franceculture.fr/emissions/repliques/le-feminisme-etat-des-lieux

et vue chez Taddei.

Surtout après avoir dû subir les sempiternels plats de nouilles tiédasses de la fielleuse autain relayées ici par notre distributeur gratuit de « mangez des pommes » et des poncifs idiots.

Un coup de Vertigo et je repasse développer cela.

AO

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 21 h 13 min

Ça commence toujours comme ça : un vote à l’Unesco, et ça se termine par les chambres à gaz. Une lente dérive. On n’extermine pas 5 à 6 millions de Juifs israéliens d’un coup de baguette magique…

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 21 h 02 min

Macron est en train de se faire engluer dans la tambouille hollandaise. C’est cuit pour lui. Il a tout l’appareil du PS et tous les appareils d’Etat contre lui. De toute façon, la France est foutue. C’est pas un Macron qui va la ressusciter.

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 21 h 02 min

Il y a tout de même un doute quant au fait que l’histoire se soit jamais construite à la tribune de l’UNESCO.

Fournier dit: 24 avril 2016 à 21 h 01 min

Feignasse toi-même mon dracul.
Aucun texte de résolution dans cet article.
Raison, tort, pour l’instant je n’en sais rien.
Bataille d’archéologues, fondée, idéologique, je n’en sais rien.
Parfois il faut savoir attendre et réfléchir, ça aide.

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 20 h 55 min

Allez sur le site indiqué, vous pourrez y lire le texte de la résolution, espèce de feignasse !

Fournier dit: 24 avril 2016 à 20 h 53 min

Bon, on attend toujours.
Pourquoi aucun de ces articles (et donc des commentateurs) ne donnent le texte exact de la résolution.
Une arnaque digne des sites marinistes ?

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 20 h 32 min

C’est là, mes pauvres chéris incrédules. Ah, on vous aura vraiment tout fait :

La France antijuive existe : elle a voté la résolution révisionniste de l’Unesco
PUBLIÉ PAR JEAN VERCORS LE 24 AVRIL 2016
33 pays ont voté pour la résolution de l’Unesco qui cherche à dépouiller les juifs de leurs racines, afin de leur faire réintégrer de force le statut du juif errant et apatride que les antisémites espèrent ensuite lui reprocher.

Et parmi les pays signataire : la France.

2 autres pays de l’UE, la Slovénie et la Suède, ont également voté pour la résolution, tout comme l’Argentine, avec qui Israël attendait une amélioration spectaculaire des liens après les élections de l’année dernière.

6 pays ont voté contre : Estonie, Allemagne, Lituanie, Pays-Bas, Royaume-Uni et États-Unis.

17 se sont abstenu.

Comme l’Etat islamique qui a détruit Palmyre à coups de pioches, le vote du conseil exécutif de l’Unesco efface les lieux historiques juifs du Mont du Temple et du Mur occidental (Kotel, plus connu sous le terme Mur des lamentations) à coups de textes.

Le directeur du ministère des Affaires étrangères israélien Dore Gold a envoyé une lettre aux 33 pays signataires pour protester contre cette ignoble résolution.
http://www.dreuz.info/2016/04/24/la-france-antijuive-existe-elle-a-vote-la-resolution-revisionniste-de-lunesco/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 20 h 30 min

Il faut rendre cette justice à Macron que ce qu’il dit de l’Europe, donc de l’impossibilité d’en sortir, est imparable. C’est aussi sa plus décisive critique de l’ère Hollande, ce que nos amis commentateurs professionnels ne semblent pas pressés de constater.

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 20 h 24 min

Eh, Dupont la joie, tu sais pas que les Arabes chrétiens de Palestine sont persécutés par leurs frères arabes en Palestine ? Tu trouves toujours ça « amusant », vieille noix creuse ? Y a vraiment des baffes qui se perdent…

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 20 h 02 min

Je suis de gauche, c’est mon histoire…

Rappelons que le couronnement d’Hugues Capet c’est aussi « notre histoire »…

Ce Macran est tordont…

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 19 h 50 min

Entre 18 H00 et l’heure qu’il est à présent (19H41), lu un petit livre étonnant qu’il me faut rendre rapidement à la personne qui me l’a prêté. L’Affaire Arnolfini de Jean-Philippe Postel, consacré au tableau de Van Eyck.
L’auteur est médecin et définit ainsi son travail : »l’application à une oeuvre picturale des méthodes de l’observation clinique attentive ». Lecture rapide mais très éloignée d’être dénuée d’intérêt. (Actes-Sud).

http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/laffaire-arnolfini

Sergio dit: 24 avril 2016 à 18 h 43 min

Ha ben voilà on peut pas le croire mais Ruquier il en a écrit, des bouquins ; un, trente, je sais pas trop…

Passou i pourrait… Euh… Comment dire… Peut-ête pas un billet… Mettons le dix-millième d’un billet !

sse ? dit: 24 avril 2016 à 17 h 59 min

« Le « Parsifal » de Wagner monté cet été par Uwe Eric Laufenberg au Festival de Bayreuth sera « islamo-critique ».

Où va se nicher l’islamophobie ambiante ! quand va-t-on en finir avec cette sinistre hystérie ?

Delaporte dit: 24 avril 2016 à 17 h 48 min

« une résolution négationniste remettant en cause l’existence même de Jésus, voire du Christianisme »

Les joies de la bureaucratie ! Amusant, si l’on peut dire, lorsqu’on sait que 2 à 3% des arabes sont catholiques, et jusqu’à 10% des Palestiniens.

Sergio dit: 24 avril 2016 à 17 h 40 min

Ha oui ça c’est vexant on zigouille le type i s’en tape i continue à regarder Ruquier ou le footby… Des coups à s’énerver ! A se prendre une embolie… L’aute du coup il arrête Ruquier i se marre comme un bossu ! Tsoum vaule qu’i dit… Il enlève son chapeau c’est là qu’il a les bières !

Sant'Angelo Giovanni dit: 24 avril 2016 à 17 h 14 min


…les César en familles qu’on ne choisis ps,!…et ses corrections, çà vient,!…

…rien à foutre, chacun pour soit,!…
…tirer votre plan,!…etc,!…avec Gogol,!…Ah,!Ah,!…

Sant'Angelo Giovanni dit: 24 avril 2016 à 17 h 06 min


…un très grand savant,!…

…fallait pas le dégrossir à souhaits,!…

…c’est tout ce qu’il vous en restera,!…

…allez y chercher des sarcasmes toute la journée,!…des détails sur muguets,!…

…bienfaits, tas de barbares agglomérés,!…

…rien à cirer,!…aux propos d’A.D.N. & à zombis,!…
…Ah,!Ah,!…etc,!…Pauvre cons,!…disait quelqu’un en passant,!…en fort intérieur,!…à s’exprimer en murmurant,!…

…vous dites,!…Oui, plus fort,!…
…inutile à se conforter à ses seules esclandres, pour s’y peu,!…Honni soit qui mal y pense,!…of course,!…

…Ah,!Ah,!…
…je vais finir par croire que je me suis évader d’un gros donjon,!…possible,!…avec tout ces courants d’air pour oriflammes,!…
…etc,!…

Chaloux dit: 24 avril 2016 à 17 h 04 min

Curieux choix que de comparer Emmanuel Macron à Brutus.
On aurait pu faire allusion à un certain Macron, préfet du Prétoire, qui passe pour avoir étouffé Tibère sous des oreillers. Si la comparaison de Hollande avec César semble hardie, convoquer le souvenir de Tibère aurait été plus délicat encore : César meurt au Sénat, hanté de pressentiments funèbres qui ajoutent à sa grandeur, peut-être volontairement,- avec l’incomparable dernier geste, tout à la fois d’humilité face à l’inéluctable, de discrétion et de morgue, de couvrir son visage de sa toge avant que ses tueurs n’achèvent leur besogne. Le vieux Tibère, usé jusqu’à la corde, est occis sur son lit, dans le sommeil sénile qui suit un malaise, et très probablement ne s’aperçoit de rien.
Je me demande si inquiet des conséquences possibles de la seconde comparaison, on n’a pas souhaité prendre les devants. Qui que nous soyons, où que nous allions, l’ombre d’un romain se tient près de nous, impitoyable, silencieuse tant qu’une voix inconnue ne s’avise de la faire parler. Reste que rien n’est plus complexe que la mort de César.

Le doute n'est pas permis dit: 24 avril 2016 à 15 h 23 min

Bon je crois qu’il faut abandonner Michel à sa propagande.
La Mauvaise Langue est toujours vivante et les colargols qui adorent les ragots laissent dire.
Oublions la rdl

Doutons un peu dit: 24 avril 2016 à 15 h 17 min

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 14 h 21 min

WG passe son temps sur les sites d’extrême droite et comme il est un croyant invétéré, il croit, toutes les Konneries.
Vous avez le texte exact de la résolution mon petit chéri ?

Deneb dit: 24 avril 2016 à 14 h 42 min

C’est l’ère du Verseau qui se manifeste de plein fouet, mais si l’ère précédente, celle des Poissons, a apporté le sacrifice et la charité, celle du Verseau apporte imagination et superficialité. C’est naturellement, et en toute Justice, qu’au cours de celle-ci surviendra la Fin des temps et le Jugement.

Deneb dit: 24 avril 2016 à 14 h 38 min

Bien sûr, il y a toujours un petit 5 % qui se distingue des 90 % restant, mais qui ne parvient pas à le relever, loin s’en faut.

Deneb dit: 24 avril 2016 à 14 h 36 min

L’athéisme a été initié par les générations précédentes et encore amplifié par l’actuelle.
Cette génération, l’une des pires – si ce n’est la pire de toutes (ceux qui ont entre 15 et 35 ans aujourd’hui), ceux-là portent une énorme responsabilité. C’est la génération « manque de tout », dans le sens où elle manque de toutes les vertus et qualités.
Manque de générosité, manque de lucidité, manque de courage, manque de combativité, manque d’intelligence, manque de foi, manque de discernement, manque d’art, manque du sens du beau, je ne sais pas comment arrêter ma liste mais je l’arrête quand même.

Sergio dit: 24 avril 2016 à 14 h 31 min

Elle est en cellule de dégrisement ? Enfin nous en général* ça ressemble à cela…

* Il y en a que je connais pas encore, elles étaient en réfection, maintenant ça doit être all OK…

Widergänger dit: 24 avril 2016 à 14 h 21 min

A la demande des pays Arabes et le vote de la France, l’UNESCO
a voté une résolution remettant en cause l’existence de Jésus.
Chrétiens réveillez vous !

Il ne s’agit pas d’un canular : L’UNESCO, sur proposition des pays arabes, a voté
une résolution négationniste remettant en cause l’existence même de Jésus, voire
du Christianisme, le 18 avril 2016.
Avec l’Espagne, la Slovénie, la Suède et la Russie, la France a voté favorablement
cette résolution.
Cette résolution proposée par plusieurs pays arabes, efface purement et simplement tout « lien entre les juifs, le Mur occidental et le Mont du Temple à Jérusalem ».

Polémikoeur. dit: 24 avril 2016 à 13 h 32 min

Un petit essai pour vérifier
que le commentarium a bien été
décapité un peu avant dix heures.
Pouf, plus rien de postérieur !
Le début de l’extinction ?
Pluriennement.

bouguereau dit: 24 avril 2016 à 9 h 53 min

T’es trop fort WG, met toi à notre portée…

ça quand sa batrie est à plus de 50% il fait le malin..nous hon doit prende des produits

bouguereau dit: 24 avril 2016 à 9 h 48 min

On pourrait faire une religion de Schrödinger. On aurait un chat ; enfin, on l’aurait…

un tien vaut mieux que 2 tu l’auras

bouguereau dit: 24 avril 2016 à 9 h 46 min

et, incidemment, pourquoi devrais-je répondre?

rénateau si qu’il dit qu’il a bzoin d’un avocat c’est que ça fait riche

bouguereau dit: 24 avril 2016 à 9 h 44 min

Il faut bien que le spectateur fasse quelque chose… « La transformation-révolution de l’instrument de communication entraîne une révolution dans le processus de perception et dans la nature humaine elle-même* », enfin ça ne sert à rien d’avoir une montre si tu arrive toujours en retard aux rendez-vous

momentum dow jones..kerviel causant à son ex board

renato dit: 24 avril 2016 à 8 h 59 min

(« S’en féliciter », Phil, parce qu’elle a, peut-être, finalement compris que l’aventure qu’elle aime tant est finie le 21 octobre 1969…)

sse ? dit: 24 avril 2016 à 8 h 50 min

Widergänger dit: 23 avril 2016 à 23 h 27 min

Très belle définition de la pensée tragique. Il n’y manque quasiment rien. Mais que la beauté soit capable de sauver le monde, je n’y crois pas du tout. C’est déjà bien qu’elle procure à tel ou tel un adoucissement au désespoir, même momentané. Ce matin, dans le ciel lavé, le vent agite les feuillages tendres; ça donne des forces pour affronter la nouvelle journée. Mais :

 » Nous autres encore vivant ici sur terre,
Le soleil là-haut est notre sauveur.
L’ami du matin qui nous pousse hors du lit,
Le miroir où les alouettes se font piéger,
Le dieu d’or semant sa poudre trompeuse,
Qu’on voit comme un gros oeil rouge à son déclin
Quand le moment approche de reprendre en main
Les pièces de cet interminable procès,
D’avoir à comparaître devant soi-même
Selon le rite imposé par l’insomnie […] »

(Louis-René des Forêts, « Poèmes de Samuel Wood »)

renato dit: 24 avril 2016 à 8 h 28 min

« … laisser tout lboulot au recepteur… »

Il faut bien que le spectateur fasse quelque chose… « La transformation-révolution de l’instrument de communication entraîne une révolution dans le processus de perception et dans la nature humaine elle-même* », enfin ça ne sert à rien d’avoir une montre si tu arrive toujours en retard aux rendez-vous.

*M McLuhan.

renato dit: 24 avril 2016 à 8 h 19 min

Peut-être que je n’ai rien à dire relativement à des questions dont le sens me fuit. Et puis, pourquoi me poser une question à propos de quelque chose dont je n’ai pas parlé, et, incidemment, pourquoi devrais-je répondre?

la vie dans les bois dit: 24 avril 2016 à 7 h 00 min

Phil, ça doit pas être aussi simple concernant Patti Smith. L’âge d’or des partouzes de l’underground us, auquel a accédé la miss, plus par opportunisme que par talent artistique, ne conduit pas nécessairement à une léthargie suicidaire. Elle peut aussi conduire à un retour aux origines « primitives », comme une rédemption. Devenant une sorte de prédicateur évangéliste, bonne étudiante de la bible, version gothique, une babayaga poilue des sunlights.

Le café du gringo, combien de sucre ?

http://www.newyorker.com/culture/cultural-comment/the-theology-of-patti-smith

Polémikoeur. dit: 24 avril 2016 à 3 h 05 min

Il semblerait
que notre cerveau
soit pré-programmable
en espèce de machine
à détecter la magie,
donc à guetter
un messie.
Pas de quoi
non plus gober
n’importe quelle
explication du monde
par défaut en raison
d’une connaissance
incomplète à un
temps t !
Aujourd’hui,
le secret de la vie
est vraiment très près
d’être trouvé dans
l’éprouvette
et une recette
de soupe primitive.
Quant à notre besoin
si orgueilleux de sens,
où nous jouerions un rôle
à l’échelle de l’Univers,
notre place microbienne
ne devrait-elle pas
nous apprendre
l’humilité ?
Un astéroïde,
du poison gazeux
ou le feu excessif
que nous avons allumé
pourraient sinon
s’en charger.
Profêtiquement.

Sant'Angelo Giovanni dit: 24 avril 2016 à 2 h 04 min


…l’insaisissable,…le fond tragique des complots ruineux d’aujourd’hui,!…

…comme contributions bien sur,!…mais non pas confiscations arbitraires,!…

…l’influence du  » Boch « ,!…encore latent,!…nous protéger, pour nous voler et nous démunir,!…la confiance à voter sur nos têtes victimes d’usurpateurs au profil social,!…
…le crocodile à fables, entrer danser dans sa mâchoire,!…etc,!…Ah,!Ah,!…
…chicon jambon au gratin à la sauce béchamel,!…
…etc,!…

Phil dit: 24 avril 2016 à 0 h 05 min

Ni reniement, ni humilité, Baroz. Simple grosse fatigue; avoir connu l’âge d’or des partouzes vous donne envie de finir camé dans un ascenseur comme le prince.

Widergänger dit: 23 avril 2016 à 23 h 27 min

Par principe, jibé, la laïcité n’est pas une religion. Elle les admet toutes, reste neutre. Mais il peut aussi exister un totalitarisme laïcard qui ressemble fort à une religion.

À la base de toutes ces déviances, une chose à mon avis domine : les hommes n’ont pas assez de cran pour supporter la pensée tragique, alors ils cherchent des certitudes. Et finissent évidemment par les trouver. Très peu d’hommes sur la terre sont capables de supporter la pensée tragique. De là viennent tous les maux de l’humanité.

La pensée tragique c’est :
— le monde n’a pas d’ordre, il n’est qu’une version possible du chaos;
— la pensée humaine est démunie devant le monde qu’elle est incapable de penser même si bien sûr le cerveau ne sait faire que penser;
— le monde manquant d’ordre et de sens est nécessairement angoissant;
— les avancées sociales n’apportent pas le bonheur escompté même s’il est indécent, monstrueux et scandaleux de plonger l’immense majorité de l’humanité dans la détresse sociale par égoïsme ;
— il n’y a que des problèmes qui n’ont pas de solution;
— le problème de la vie est sans solution ;
— on ne sait pas comment faire pour vivre;
— on meurt souvent sans avoir jamais vécu ;
— l’art est la seule illusion qui puisse nous consoler ;
— la beauté sauvera le monde parce que le monde est beau comme un miracle dans un éternel cauchemar…

Bonne nuit…!

filochard dit: 23 avril 2016 à 22 h 03 min

Beaucoup de ceux qui se croient athées parce qu’ils refusent les religions institutionnelles seraient prêts à croire à un « intelligent design » quelconque…et pourquoi pas WG?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*