de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Pour saluer Edmonde Charles-Roux

Pour saluer Edmonde Charles-Roux

« Ah, Edmonde, quelle « bio » si tu voulais bien !… ». S’ensuivait généralement un long soupir, le mien car elle se contentait de sourire. On savait que ce serait non. Pas question. La réponse muette était aussi rituelle que la question depuis des années, lors des déjeuners mensuels des Goncourt chez Drouant, le plus souvent après qu’elle eut raconté sans effort de mémoire mais avec une précision étonnante, un franc-parler réjouissant tout juste bridé par le souci de discrétion vis à vis des morts comme des vivants, et un talent inentamé de portraitiste, quelque anecdote sur un événement auquel le destin l’avait mêlée. Et il y en eut, tant historiques, politiques, artistiques que littéraires. Ils se bousculent dans la mémoire au moment où l’on apprend sa disparition à 95 ans chez elle à Marseille.

Sa vie, c’était son œuvre même si, contrairement à Oscar Wilde, elle ne songea pas à répartir consciemment talent et génie entre l’une ou l’autre. Elle avait bien une œuvre comme il sied en principe à un écrivain, marquée par quelques balises : un grand roman sicilien sur fond de drogue et de mafia tiré d’un fait divers auquel elle avait assisté dans sa jeunesse (un petit vendeur de jasmin assassiné par jalousie par un notable américain fils d’immigrés sisciliens, candidat à la mairie de New York) qui lui valut le Goncourt 1966 (Oublier Palerme), une ambitieuse biographie dans laquelle se nichait en creux son propre reflet (Isabelle Eberhardt), un portrait casse-gueule d’une grande dame pas facile (L’irrégulière, Coco Chanel documentée par Paul Morand), une poignée d’autres. Tout en leur rendant justice, une biographie d’Edmonde Charles-Roux les aurait intégrés à un parcours hors-pair dans le siècle. Regrets éternels, les miens. Car si ses archives sont bien quelque part, son témoignage, sa voix, sa présence rayonnante manqueront pour rassembler les morceaux du puzzle.

Indépendante, curieuse, irrévérencieuse, sobre, empathique, raffinée, ardente, insoumise, courageuse, frémissante, cosmopolite, la conviction faite femme, élégante en toutes choses, cette méditerranéenne témoignait de ce qu’une grande bourgeoise, élevée sous les lambris des chancelleries à Saint-Pétersbourg, Istanbul, Le Caire, Prague, Londres, Rome, éduquée par les meilleurs maîtres, pouvait s’accomplir en aventurière sans rien renier de ses origines ni de sa personnalité. Ce qui ne l’empêcha pas de rompre avec son milieu, son frère ayant épousé l’autel et le trône, et sa soeur le chef de cabinet du comte Ciano, ministre des affaires étrangères de Mussolini.

Imaginez l’adolescence dans le cadre majestueux du palais Farnese à Rome où son père est ambassadeur de France. Puis la guerre. Etre une femme de ce milieu-là, avoir 20 ans en 1940 et s’engager dans la Légion étrangère comme infirmière ambulancière au 11ème régiment étranger d’infanterie, être blessée en secourant un blessé, continuer après l’armistice en entrant dans la Résistance au réseau Brutus regroupant des socialistes des Bouches-du-Rhône, retrouver la Légion à la Libération au moment du débarquement en Provence en août 1944, être attachée à l’état-major du général de Lattre de Tassigny, être à nouveau blessée lors de la campagne d’Autriche, recevoir la Croix de guerre et la Légion d’honneur à titre militaire, se battre encore mais dans le civil cette fois au début des années 50, après avoir fait ses premières armes à Elle, en prenant la rédaction en chef du magazine de mode Vogue qu’elle révolutionne par les signatures littéraires et artistiques qu’elle y fait entrer, par ses idées graphiques, par ses audaces surtout, la dernière lui valant d’en être exclue par les propriétaires américains en 1966 : elle avait osé imposer un mannequin noire en couverture, ce que la direction du magazine finira par accepter… vingt ans après ! Edmonde était convaincue qu’on avait également voulu lui faire payer sa fidélité aux communistes Aragon et Triolet. La femme de lettres prend alors le relais de la journaliste. Des livres, une élection à l’Académie Goncourt dont elle deviendra la présidente, toutes choses qui en font tant un personnage qu’une personnalité de la vie littéraire, et pas seulement l’épouse du maire de Marseille, ayant convolé avec Gaston Defferre en 1973.

On lui prêtait nombre de conquêtes tant auprès d’hommes que de femmes, du peintre Derain dont elle fut un modèle au jeune colonel Kadhafi en passant par la comtesse Pastré, Orson Welles, Maurice Druon dont elle fut l’un des nègres pour l’écriture de sa saga romanesque Les Rois maudits, et… Il est vrai que son charme étant irrésistible bien qu’elle fut recrue d’années, on imaginait sans peine ce qu’avait été son pouvoir de séduction. On comprend qu’elle ait toujours refusé d’écrire ses mémoires. Quand il y a trop à dire sur trop de monde, il vaut mieux se taire, surtout quand on n’a jamais pratiqué la langue de bois et que les zones d’ombre subsistent. Edmonde, c’était un style, une allure, un goût, un ton. Une femme, quoi. Mais quelle ! Ce que son père lui avait reproché :« Tu vis comme un homme ! » Il est vrai qu’elle était caporal d’honneur de la Légion étrangère.

 

 

609

commentaires

609 Réponses pour Pour saluer Edmonde Charles-Roux

Sergio dit: à

Jibé dit: 25 janvier 2016 à 23 h 09 min
Avec la publicité de « Golem » sur son propre site

C’est comme Philips, c’est plus sûr ! S’il la met sur le site d’un méchant qui lui casse la baraque tout au long de trois cents billets… Encore que, après tout…

Sergio dit: à

de nota dit: 25 janvier 2016 à 22 h 14 min
Il faut lire:
» Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées

et fractalistes…

Jibé dit: à

Avec la publicité de « Golem » sur son propre site, Passou réussit un grand pas de côté : le beurre et l’argent du beurre !

Sergio dit: à

Rivoire & Carret, Rivoire & Carret… Y en a peut-être qui sont passées dans le bloc soviétique, comme les bas sans couture… Seulement le problème maintenant c’est de retrouver des Vieux-Croyants…

Jibé dit: à

« youpine »

Jibé dit: à

Quant à tous ces commentaires de LVDLB qui commencent ou finissent par « ce vieux pédé » ça finit par être lassant et déplaisant… ET pourquoi pas « la vieille poupine », tant qu’on y est ?

Jibé dit: à

C’st qui ce Javert dont tout le monde cause ?

Jibé dit: à

Par ailleurs, oui pour la métaphysique, en ce qui me concerne, mais non pour la bimbeloterie paranormale ou les tables tournantes !

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

la big mama qui couve hein suffit d’en faire un problème à la papa

Jibé dit: à

« En tous cas, beaucoup plus qu’Attila-Veneziano. »

Désormais, Jibé pour les intimes, D. !

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

merci pour la livraison au passage du radotage idéologico-publicitaire de service, j’ai vu assez de gens refuser d’exister et ailleurs qu’ici ou dans les clubs à prouts…

de nota dit: à

Il faut lire:
 » Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées l’une vers Dieu, l’autre vers Satan »

Chaloux dit: à

Incroyable boulette de Sarkozy.

Amis politiques, tous chez P., l’éditeur qui peut vous faire gagner une élection… qui n’existe pas.

de nota dit: à

Baudelaire met toujours un M majuscule au Mal, dans le titre les Fleurs du Mal, pour insister sur la valeur théologique du terme, c’est-à-dire sur le péché originel.

Certes, le satanisme de Baudelaire, ou le « caïnisme » comme l’appelait Lançon, est un trait d’époque dans la lignée du romantisme noir. Satan se montre chez Chateaubriand, Lamartine et Hugo; il est omniprésent chez quelques romantiques mineurs et « frénétiques », comme Maturin, l’auteur Irlandais de Melmoth, ou l’homme errant, dont le prestige fut grand à Paris, ou chez Petrus Borel. Mais , là aussi, Baudelaire se rattache à une tradition biblique et apocalyptique plus ancienne, et notamment au Paradis perdu de Milton:  » le plus parfait modéle de beauté virile est Satan-, à la manière de Milton » lit-on dans Fusées (I, 658) Lorsque Baudelaire, dans l’un des projets de préface des Fleurs du Mal se donne pour fin d’extraire la beauté du Mal, ce programme exige une connaissance intérieure et une expérience mystique du Mal. (…) Le satanisme de Baudelaire, renouvelé à la lecture d’Edgar Poe par cet « esprit de perversité »que le poète français reconnu chez son frère américain, engage une métaphysique: « Il y a dans tout homme, à toute heure, l’une vers Dieu, l’autre vers Satan », écrit Baudelaire dans Mon coeur mis à nu.

Antoine Compagnon, Baudelaire devant l’innombrable, Presses de Paris-Sorbonne 2003

D. dit: à

Rue Lanneau avec deux enne, je rectifie.

D. dit: à

C’est la rue Lasneau avec une esse, pas Laneau.
Je connais fort bien cette maison hantée et je pourrais vous en dire beaucoup sur ce secteur de Paris.
En tous cas, beaucoup plus qu’Attila-Veneziano.

MC dit: à

Jem, de Maistre est une des clés, en effet, comme pour bien des grands de cette génération.
Satan est partout dzans les années 1850, avec l’affaire du Presbytère de Cideville, de la Maison hantée de la rue Laneau, sans parler des tables tournantes telles qu’elles sont perçues par des ultras-catholiques Légitimiste tels Mirville ou un père Ventura.
Baudelaire occupe une place à part, rejetant le néo-paganisme d’un Nerval ou Banville, et n’entrant pas plus qu’Hugo dans la Mort de Dieu évoquée par Nerval. (« Dieu est peut etre mort, » citée in Préface des Misérables)
Il lui manque peut etre le sens Miltonien et le souffle de Paradise Lostpour aboutir à une Fin de Satan, qui, elle, fait éclater le code convenu de l’épopée Chrétienne, et de quelle façon!
MC

Curieusement

la vie dans les bois dit: à

Javert, tu n’aurais pas la musique de la pub Rivoire et Carret ?

Pendant ce temps, je vais me repencher sur l’histoire de Gustave.
Et, note bien, que je vais t’épargner d’autres références, comme le Dr J-C. Ameisen, le Dr H. Laborit, aso.

L’inné et l’acquis dans la structure du cerveau
spécial 30 ans – par Jean-Pierre Changeux dans mensuel n°331 daté mai 2000 à la page 19 (1565 mots) | Gratuit
http://www.larecherche.fr/savoirs/dossier/inne-acquis-structure-du-cerveau-01-05-2000-85925

D. dit: à

Savez-vous, La Vie dans les Bois, que les coquillettes Rivoire et Carret sont extrêmement difficiles à trouver de nos jours ? Et quand j’écris extrêmement, je pèse mes mots.

D. dit: à

De plus, et j’en resterai là, du moins pour le moment, ce soir je mange un rollmops (de marque Carrefour) avec des coquillettes Rivoire et Carret.

la vie dans les bois dit: à

Et le message de 19H58 pourrait également être le mien. Ne me demande pas pourquoi, Javert. C’est même pas génétique.

D. dit: à

Si ça n’avait pas été moi, je l’aurais su immédiatement. De plus jaurais écrit « en tout cas ». Avec le t qui convient.

D. dit: à

En tous cas, à 19h 46, c’est bien moi.
Je peux en attester.

la vie dans les bois dit: à

Sergio, à 14 h 35 min.
Rien de grave, de mon côté j’ai tout remis dans les bons Ordres…

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

allez, en route pour le sommet des cons

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

et soudain… (et il y en aura d’autres…)

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

et c’est reparti pour la ritournelle des plus intelligents au monde…

bouguereau dit: à

sexe puant la lessive

t’as qu’a échanger ton baril

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

drape ton pif dans ta morve (ou tes morveux, comme…)

la vie dans les bois dit: à

le vieux pédé fait ses adieux à plus finir.
Mais que cela ne détourne pas de ce sujet intéressant. Cette « étude » sur les porteurs du gène FKBP5.

bouguereau dit: à

comme un requin dans l’onde

damien en a fait hune lecture paranoiaque critique..c’eut été plus nice..mais bon quoi javère..dans un autre élément exotique..’autre’ tu voudrais pas ête un hareng !..c’est un peu l’probloc de bodler..alleye jle dis..y’est snob

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

et pour la 1’000’000ème fois, très heureux de ne pas vous connaître

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

c’est cela oui, bonne soirée madame tout le monde

la vie dans les bois dit: à

Moi je m’adresse respectivement à tout le monde, concernant le lien de 9h45

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

pas pour habitude de faire ch.er le monde avec mes préférences, vous laisse bégayer c.nnement en continu…

D. dit: à

A force, on ne sait plus qui s’adresse à qui sur ce réseau social.

la vie dans les bois dit: à

ouais ouias, le vieux pédé scato préfère que l’on cause littérature invertie.

J’ai d’ailleurs lu à ce sujet, recherchant à quand remonte l’apparition des premiers cercles littéraires homosexuels, que le mode discursif exclusivement sexuel était  » le propre » des pédés. Ce qui, je vous l’avoue, ne m’étonne guère.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

débordez pas de votre tabloïd, vous, ça vaut mieux…

la vie dans les bois dit: à

C’est quand même un vrai scandale épistémologique, que le marteau de Poltergeist assène avec son lien.

Javert dit: à

« et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde »…
Pierre Pachet n’a jamais compris le mystère de ce vers (avoue-t-il dans son magnifique essai : « La force de dormir »). Quelque spécialiste en études baudelairiennes, sans nécessairement en référer à l’écran de la Shoah, pourrait-il aider à le lui faire comprendre ? Merci.

la vie dans les bois dit: à

Le lien de 9h45 est passé comme une lettre à la poste. C’est dire que le code épigénétique de l’addict rdlien moyen est atteint. Mutant ignorant.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

les idéologies ont pour but de changer le monde, pas de faire éclater la vérité, nuance…

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

pire que cela: l’ennui qui prétend ne pas l’être

Widergänger dit: à

C’est le Diable qui tient les fils qui nous remuent !
Aux objets répugnants nous trouvons ds appas ;
[…]
Dans la ménagerie infâme de nos vices,
Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde !
[…]
C’est l’Ennui ![…].
(Ch. Baudelaire)

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

malades des mots d’amour et de sexe puant la lessive

le garçon qu'on appelait monsieur dit: à

le déni

à lire le traitement des informations génératrices de grands mots (par exemple dans les derniers trucs en date les cologneries) il est clair que la mauvaise foi n’exclut pas les variations de la gauche vers la droite et inversément mais tout reste incroyablement mensonger…

Chaloux dit: à

Bien vu, le plaisir rachète -presque- tout. Un peu comme la confession, mais en mieux.

Gérard-Jean dit: à

» l’immondice en émoi de l’homme surgissait d’un paquet de crin. «

ce qui est une façon de rappeler que, tout fils de dieu qu’il était, Jésus n’en était pas moins pourvu, comme tout un chacun, d’une belle paire de…, d’une belle paire de…,et d’un sacré…, d’un sacré …, sujet à des accès de… des accès de … Sans compter les …. comment dit-on déjà ?… Villosités, c’est ça : villosités. A bien y réfléchir, le satanisme a parfois du bon.

Larbin de bouguereau dit: à

bouguereau dit: 25 janvier 2016 à 18 h 24 min
« ..t’as beau haller au chalet de necessité havec une mitre d’évèque jean marron..ça va pas nous monter ha la tête »

Sans qu’on lui demande rien, Monsieur fait dans le déni.

Et pourtant…

christiane dit: à

Baudelaire et le diable ?
Il lui donne les traits du serpent, d’avant la chute. Le serpent, le diable et la femme pour ce génial poète misogyne forment une trinité démoniaque :
« Et je te donnerai, ma brune,
Des baisers froids comme la lune
Et des caresses de serpent
Autour d’une fosse rampant.
(…)
Je mettrai le Serpent qui me mord les entrailles
Sous tes talons (…)
Ce monstre tout gonflé de haine et de crachats. »

On est loin de « L’invitation au voyage, si douce :
« Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir, Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !… »
Éros et Thanatos….

bouguereau dit: à

l’immondice en émoi de l’homme surgissait d’un paquet de crin.

..t’as beau haller au chalet de necessité havec une mitre d’évèque jean marron..ça va pas nous monter ha la tête

Gérard-Jean dit: à

 » l’immondice en émoi de l’homme surgissait d’un paquet de crin. «

ça, il fallait le trouver ! Et dire que Huysmans n’est toujours pas dans la Pléiade. Peut-être qu’une procession à Notre-Dame-des-Landes…

Chaloux dit: à

Génial Huysmans :

« Un enfant de chœur, vêtu de rouge, s’avança vers le fond de la chapelle et alluma une rangée de cierges. Alors l’autel apparut, un autel d’église ordinaire, surmonté d’un tabernacle au-dessus duquel se dressait un Christ dérisoire, infâme. On lui avait relevé la tête, allongé le col et les plis peints aux joues muaient sa face douloureuse en une gueule tordue par un rire ignoble. Il était nu, et à la place du linge qui ceignait ses flancs, l’immondice en émoi de l’homme surgissait d’un paquet de crin. « 

Pinpin dit: à

les vieux, ça sert à rien.

bouguereau dit: à

il noue des aiguillettes en cuisine drh..c’est dsa condition et ça donne des motifs a la taloche..c’est du demaistre

Chaloux dit: à

DHH, ce n’est certainement pas à vous que je pensais.

DHH dit: à

@Chaloux 16 h 42

Vous êtes bien sévère pour nous autres, les vieillards somnolents .
On a envie de vous répondre comme Corneille à la Marquise

bouguereau dit: à

l’horreur diabolique pour bodler c’est ses poèmes chanté par pattismiss..chte dis qu’il l’a vu polo dans ses fumettes..ça lui a pas donné henvie d’rigoleye..ha c’est pas rabelais dit par un pétomane au chat nouar

Chaloux dit: à

« – Amen, crièrent les voix cristallines des enfants de choeur.

Durtal écoutait ce torrent de blasphèmes et d’insultes; l’immondice de ce prêtre le stupéfiait; un silence succéda à ces hurlements; la chapelle fumait dans la brume des encensoirs. Les femmes jusqu’alors taciturnes s’agitèrent, alors que, remonté à l’autel, le chanoine se tourna vers elles et les bénit, de la main gauche, d’un grand geste.

Et soudain les enfants de choeur agitèrent des sonnettes.

Ce fut comme un signal; des femmes tombées sur les tapis se roulèrent. L’une sembla mue par un ressort, se jeta sur le ventre et rama l’air avec ses pieds; une autre subitement atteinte d’un strabisme hideux, gloussa, puis, devenue aphone, resta, la mâchoire ouverte, la langue retroussée, la pointe dans le palais, an haut; une autre, bouffie, livide, les pupilles dilatées, se renversa la tête sur les épaules puis la redressa d’un jet brusque, et se laboura en râclant la gorge avec ses ongles; une autre encore, étendue sur les reins, défit ses jupes, sortit une panse nue, météorisée, énorme, puis se tordit en d’affreuses grimaces, tira, sans pouvoir la rentrer, une langue blanche déchirée sur les bords, d’une bouche en sang, hersée de dents rouges.

Du coup, Durtal se leva pour mieux voir, et distinctement, il entendit et il aperçut le chanoine Docre.

Il contemplait le Christ qui surmontait le tabernacle, et, les bras écartés, il vomissait d’effrayants outrages, gueulait, à bout de force, des injures de cocher ivre. Un des enfants de choeur s’agenouilla devant lui, en tournant le dos à l’autel. Un frisson parcourut l’échine du prêtre. D’un ton solennel, mais d’une voix clignotante, il dit: « Hoc est enim corpus meum », puis, au lieu de s’agenouiller, après la consécration, devant le précieux corps, il fit face aux assistants et il apparut, tuméfié, hagard, ruisselant de sueur.

Il titubait entre les deux enfants de choeur qui, relevant la chasuble, montrèrent son ventre nu, le tinrent, tandis que l’hostie, qu’il ramenait devant lui, sautait, atteinte et souillée, sur les marches.

Alors Durtal se sentit frémir, car un vent de folie secoua la salle. L’aura de la grande hystérie suivit le sacrilège et courba les femmes; pendant que les enfants de choeur encensaient la nudité du pontife, des femmes se ruèrent sur le Pain Eucharistique et, à plat ventre, au pied de l’autel, le griffèrent, arrachèrent des parcelles humides, burent et mangèrent cette divine ordure.

Une autre, accroupie sur un crucifix, éclata d’un rire déchirant puis cria: mon prêtre, mon prêtre! Une vieille s’arracha les cheveux, bondit, pivota sur elle-même, se ploya, ne tint plus que sur un pied, s’abattit près d’une jeune fille qui, blottie le long d’un mur, craquait dans des convulsions, bavait de l’eau gazeuse, crachait, en pleurant, d’affreux blasphèmes. Et Durtal, épouvanté, vit, dans la fumée, ainsi qu’au travers d’un brouillard, les cornes rouges de Docre qui, maintenant assis, écumait de rage, mâchait des pains azymes, les recrachait, se tordait avec, en distribuait aux femmes; et elles les enfouissaient en bramant, ou se culbutaient, les unes sur les autres, pour les violer.

C’était un cabanon exaspéré d’hospice, une monstrueuse étuve de prostituées et de folles. Alors, tandis que les enfants de choeur s’alliaient aux hommes, que la maîtresse de la maison, montait, retroussée, sur l’autel, empoignait, d’une main, la hampe du Christ et ramenait de l’autre le calice sous ses jambes nues, au fond de la chapelle, dans l’ombre, une enfant, qui n’avait pas encore bougé, se courba tout à coup en avant et hurla à la mort, comme une chienne!

Excédé de dégoût, à moitié asphyxié, Durtal voulut fuir. Il chercha Hyacinthe mais elle n’était plus là. Il finit par l’apercevoir auprès du chanoine; il enjamba les corps enlacés sur les tapis et s’approcha d’elle. Les narines frémissantes, elle humait les exhalaisons des parfums et des couples.

– L’odeur du sabbat! Lui dit-elle, à mi-voix, les dents serrées.

– Ah çà, venez-vous, à la fin? »

Polémikoeur. dit: à

Le diable est bien pratique…
pour transbahuter des colis pesants.
Travaillamment.

bouguereau dit: à

et une grande attirance pour Satan et ses pouvoirs

tous les métalleux l’adore..il est dans les pochettes des beateuls..les femmes trouvent que c’étaient l’age d’or etc..c’est la plus grande sous culture de l’europe

bouguereau dit: à

je rappelle que le satanisme etoie simplement moqué au moyen age..frappé d’impuissance..d’infantilisme
les cathos c’est bien les plus caricaturés de tousse faut rconnaite

Paul edel dit: à

Tournier comme Baudelaire avait un mépris absolu pour la bien-pensance et une grande attirance pour Satan et ses pouvoirs

bouguereau dit: à

le diabe est populo et tout xix eme..ça trace dabord chez les ‘demis savants’ dont certains sont dailleurs des entiers formidabe..demaistre n’est en rien sataniss, point, pov zoller, hou trés simplement négationniss..le satanisme de bodler comme disait philippe, c’est la -modernité même- il hentrevoit sa puissance inoui..rabelais n’avait pas peur du rire et du diabe, ils étaient tout deux sous les tabes comme les cleps

Gérard-Jean dit: à

» Voici venir les temps où, accablé d’ivresse,
Mon vit reluit en toi comme un grand arrosoir… »

Ah ! la mémoire du sexagénaire somnolent ! Le vrai de vrai commencement est :

 » Voici venir les temps où, vibrant sur sa tige,
Mon vit s’épanche en toi comme un grand arrosoir « 

Chaloux dit: à

Gérard-Jean dit: 25 janvier 2016 à 17 h 46 min

Bien joué, c’est moi qui me trompe.

Daaphnée dit: à

l’excellent éditeur Jérôme Millon

Heu .. Vraiment ?

Gérard-Jean dit: à

Chaloux dit: 25 janvier 2016 à 17 h 44 min

« Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir. »
(…)
« Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir ! »

Vous auriez dû citer les premiers vers du poème :

 » Voici venir les temps où, accablé d’ivresse,
Mon vit reluit en toi comme un grand arrosoir… »

Si ma mémoire est bonne, bien entendu.

Chaloux dit: à

Il me semble plutôt que l’abbé s’accouple plus ou moins avec un vieillard jouant à l’enfant de chœur, tout ridé et particulièrement concupiscent. Ivresse des sacrements.

Gérard-Jean dit: à

Chaloux dit: 25 janvier 2016 à 17 h 34 min
Huysmans, dans « Là-bas », manifeste lui aussi, par l’entremise de Durtal, une forte affinité avec les deux !

Non sans humour, si on relit la fin du roman.

C’est vrai que (si ma mémoire est bonne), une fois l’épouvantable abbé Docre (l’inverse de CREDO!) et la mère Chantelouve laissés à leur hystérie, tout se termine autour d’un succulent pot-au-feu cuisiné par l’épouse du sonneur de cloches de Saint-Sulpice. Rien de tel que les nourritures terrestres pour vous guérir des délires mystiques à l’endroit ou à l’envers !

Chaloux dit: à

La composante chrétienne et même catholique n’est évidemment pas négligeable chez Baudelaire, à qui je crois on ne comprends rien si on n’a pas lu ses lettres d’enfance et de jeunesse.

« Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir. »
(…)
« Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir ! »

Deux vers que Michel Tournier qu’on enterre aujourd’hui aimer citer.

Chaloux dit: à

A lire ou à relire, Le Satanisme et la Magie de Jules Bois -1895- réédité récemment par l’excellent éditeur Jérôme Millon.

Chaloux dit: à

Huysmans, dans « Là-bas », manifeste lui aussi, par l’entremise de Durtal, une forte affinité avec les deux !

Non sans humour, si on relit la fin du roman.

Paul edel dit: à

Dans les « litanies de Satan « on est marqué par le fait que cet ange déchu puni par dieu ressemble a une victime d une injustice ou d une rancune de dieu et bien sur Baudelaire trouve un vrai plaisir à faire l éloge de la cruauté diabolique et le constat d une proximité du poète avec ce Satan vertigineux mais on ne sort jamais du cadre catholique traditionnel du XIX siècle voir par exemple la critique littéraire de Baudelaire à propos des misérables de Hugo

Gérard-Jean dit: à

jem dit: 25 janvier 2016 à 17 h 03 min
Les parfaits décadents (Baudelaire, Barbey d’Aurevilly, Oscar Wilde…) ont toujours eu une affinité particulière avec la religion catholique, et bien sûr avec le Diable.

Huysmans, dans « Là-bas », manifeste lui aussi, par l’entremise de Durtal, une forte affinité avec les deux !

jem dit: à

Les parfaits décadents (Baudelaire, Barbey d’Aurevilly, Oscar Wilde…) ont toujours eu une affinité particulière avec la religion catholique, et bien sûr avec le Diable.

Gérard-Jean dit: à

La découverte tardive du portrait d’un Baudelaire rigolard par Nadar est une éventualité totalement inconcevable. La lippe triste est à jamais l’attribut du poète des « Fleurs du mal ».

jem dit: à

Baudelaire était fasciné par un Joseph de Maistre : « Baudelaire, un de ses rares admirateurs inconditionnels, a peut-être pensé à lui en écrivant que personne n’était plus catholique que le diable. Ouvrez un volume de Maistre, vous serez servis. » (Ph. Sollers) Ceci expliquant un peu cela…

Hadrien dit: à

Chaloux est resté à la crapette, le bridge est trop intello

Hygiène buco-dentaire dit: à

Bloom dit: 25 janvier 2016 à 16 h 34 min
Suis du 26, Phil. Après les choses sérieuses…..

En rince-bouche.

Gérard-Jean dit: à

Paul edel dit: 25 janvier 2016 à 16 h 15 min
Dans un article théorique capital sur le rire Baudelaire en juillet 1855 note que »le comique est un des plus clairs signes sataniques de l homme «

S’il est vrai que, comme le pensait Rabelais, le rire est le propre de l’homme, ce n’est pas rassurant.

Chaloux dit: à

Comment est-il possible que la RDL, naguère si verte, soit devenue ce club de bridge dépourvu de jeux de cartes, où quelques sexagénaires somnolent après un déjeuner trop lourd? Signe des temps…

Gérard-Jean dit: à

Il y a pour moi une parenté entre cette photo d »Edmonde Charles-Roux et celles de Simone de Beauvoir datant approximativement de la même époque. Images de l’intellectuelle chic et choc des années cinquante. Comme le temps passe…

Bloom dit: à

Suis du 26, Phil. Après les choses sérieuses…..

Hadrien dit: à

meusieu courte le petit marquis Létriqué de la Pensée ne doit pas rire souvent ou alors en cachette

Paul edel dit: à

Dans un article théorique capital sur le rire Baudelaire en juillet 1855 note que »le comique est un des plus clairs signes sataniques de l homme « et il a aussi un développement passionnant sur le rire des enfants ces « Satans e herbe »

bouguereau dit: à

Max Milner écrit quelque part

ben..s’il en a écrit beaucoup des comme ça..tu lui fais pas sa pub à max..j’espère que c’est ton but sinon vous avez tous les deux l’air con

bouguereau dit: à

dieu est français hévidemment..on y croit encore moins..le mal que se donne dracul a y croire je me dmande si polo y croit..

bouguereau dit: à

tout l’univers de Baudelaire

il a été un poteau à félicen !..ce salopiot qu’a commencé a moquer cambronne..une preuve satan l’habitait..hévidemment le diabe belge on y croit ou pas..c’est sa force !

bouguereau dit: à

et dans son vieillissement et un sentiment de chute très emouvant

..sa vie étoye vraiment pas folichonne

Phil dit: à

dear bloom, quelles nouvelles sur le front des rafales ? le sari de Mme Ségo est-il bo ?

Phil dit: à

bonjour dear bloom, les rafales, ça gaze ? Madame Ségo porte le sari.

Bloom dit: à

15 h 12 min

Et inversement.

(Eh, un ver se ment
Aie un verre semant
Eh, un ver, ce Ment
etcoitera…)

D. dit: à

On ne peut pas résumer tout l’univers de Baudelaire aux Paradis artificiels.

Widergänger dit: à

Max Milner écrit quelque part : « Dans les Paradis artificiels, Baudelaire se critique très souvent lui-même, mais par ailleurs, il est évident que les Paradis artificiels résument tout l’univers spirituel de Baudelaire.

Paradoxe donc. Paradoxe intéressant même.

Widergänger dit: à

Flaubert écrit à Baudelaire après avoir lu Les Paradis artificiels : « Votre livre m’intéresse beaucoup. Il est très bien, mais je suis surpris d’y trouver « comme un levain de catholicisme ». « 

Widergänger dit: à

Th. Gautier s’étonnait de voir son ami Baudelaire croire au Diable. Baudelaire lui-même a fait des déclarations fracassante à ce sujet. Baudelaire répond en effet à une lettre de Flaubert à qui il a envoyé ses Paradis artificiels, en ces termes : « j’ai été obsédé de me rendre compte de certaines actions ou pensées soudaines de l’homme sans l’hypothèse de l’intervention d’une force méchante extérieure à lui. » Flaubert ayant lu son ouvrage comme exemplaire d' »un levain de catholicisme » chez Baudelaire à cause du satanisme chez ceux qui se droguent.

Il y aurait à mieux comprendre la place des Paradis artificiels dans la création poétique Baudelairienne. À mon avis il y a une parenté entre la drogue et la poésie mais aussi une différence, que fait Baudelaire, entre la drogue et l’ivresse poétique. Autant l’ivresse poétique est salutaire et du côté du D.ieu, autant l’ivresse procurée par la drogue est vue comme un effet satanique, un péché chez celui qui refuse la vie et ses inéluctables souffrances. D’où le commentaire de Flaubert.

Sergio dit: à

la vie dans les bois dit: 25 janvier 2016 à 8 h 43 min
treizième génération

C’est encore pas mon jour j’avais appris « jusqu’à la septième », ce qui nous menait jusques à Louis XI, fin de la guerre de Cent ans ; passeque là la treizième ça fait dans les Charles IX toutes manières ça zigouilllait à qui mieux mieux à ce moment-là…

D. dit: à

La formation des médecins en France est totalement à revoir. Le prochain gouvernement aura cette importante réforme à accomplir.
Trois axe :
– créer dès le recrutement, au niveau du concours d’entrée à l’école de médecine, des contrats visant à installer des généralistes à proximité des zones dont ils sont issus, notamment les zones rurales. Importante défiscalisation pendant dix ans à compter de leur installation.

– Modifier le concours d’entrée à l’école en ne faisant peser l’épreuve écrite scientifique qu’à 60 p. Cent.
Ajouter une épreuve de sciences humaines comptant à 20 p cent et un entretien avec le jury avec présence d’un psychologue donnant un avis sur le potentiel du candidat en terme de relations humaines non stéréotypées.

– augmenter d’un tiers le nombre de place en Médecine, ouvrir des écoles privées subventionnées, créer des places d’internesven clinique privees.

– Fixer un objectif de limitation de l’exercice de médecins étrangers sur le territoire.

sherlock dit: à

Europe is currently facing the most significant terrorist threat in over 10 years

Paul edel dit: à

Son satanisme est tout sauf simple mais ce défi à dieu ne me semble pas du tout une pose chez luiet on sent l effroi dans ses carnets et dans son vieillissement et un sentiment de chute très emouvant il a une écriture de désespéré.

bouguereau dit: à

La prochaine guerre avec Gaza « n’est qu’une question de temps » (Yaïr Lapid, président du parti centriste Yesh Atid)

en même temps parier sur le likoud c’est pas trop dur..c’t’un malin yaïr..chte parie qu’ça va aller mal mais c’est pas dma faute attation..10 contre 1..

bouguereau dit: à

par 24 divisé par 60 divisé encore par 60. Rien de plus

si c’est plus ou moins t’as faux c’est certain..mais quel branleur ce dédé

bouguereau dit: à

qu’on croit pas que j’y croit..hévidemment..ha la casusitique sataniss c’est teutchi attation

bouguereau dit: à

Baudelaire croyait-il réellement au Diable ?

croyait il réellement..tu vois que tu vinasses..c’est freud qu’en havait une trouille hintense..pourvu..pourvu qu’on croit que j’y crois..ça ruinrait ma martingale

bouguereau dit: à

Un Président digne de ce nom la virerait dans l’heure

dans l’heure.toudsuite hon sent l’feignant a casquette de baisebol qui procastine

roro dit: à

21ème siècle, un moustique, zika, fait trembler le monde

bouguereau dit: à

il ne correspond à strictement rien de rond au niveau cosmique

et le kil de rouge..arrête d’insulter l’prophète dédé épicétou

bouguereau dit: à

Je ne suis pas Antoine adam

..t’es meusieu courte

bouguereau dit: à

t’as une barrette de shit qui dépasse de ta poche géo..fais gaffe

MC dit: à

également, Paul Edel. Je ne suis pas Antoine adam qui parle de satanisme de salon.

christiane dit: à

18h38 – 24/01
« Il y aura ce que nous avons été pour les autres, des bribes, des fragments de nous que parfois ils crurent entrevoir. Il y aura ces rêves de nous qu’ils nourrirent, et nous n’étions jamais les mêmes, nous étions chaque fois des inconnus magnifiques qu’ils inventaient. »
Michèle Desbordes – Les Petites Terres (Verdier, 2008)

Paul edel dit: à

Spontanément à propos de Baudelaire et du diable je penche plutôt pour le oui

geo dit: à

A lire ce comportement presque inimaginable: Vallaut Belkacem ministre de l’Education Nationale ne condamne pas franchement l’Etat Islamique (c’était sur Canal+):

« Najat Vallaud-Belkacem s’est contentée du strict minimum pour répondre aux propos polémiques du président de l’ONG musulmane Baraka city. Sihamedi Idriss peine à condamner clairement l’Etat islamique? «Non», la ministre ne souhaite pas réagir. Avant de se reprendre: «Je crois que c’est une association qui porte une façon de voir les choses qui n’est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas et qui me met aussi mal à l’aise, honnêtement, sur votre plateau, et donc je n’ajouterai rien».

Daesch « une association qui porte une façon de voir les choses qui n’est pas la mienne, à laquelle je ne souscris pas »!!!!!

Un Président digne de ce nom la virerait dans l’heure.

D. dit: à

L’unité la plus débile est finalement le mètre parce que pour le coup, il ne correspond à strictement rien de rond au niveau cosmique et en plus le kilogramme en découle puisque 1 kg est la masse d’un decimetre-cube d’eau.

D. dit: à

JC, je pense très sérieusement que vous pourriez prendre une bonne résolution cette année : davantage de tolérance pour les religions, on ne vous demande pas d’être convaincu mais de respecter tout comme je respecte votre athéisme, sans propos insultants. Qu’en pensez-vous ?

D. dit: à

WGG, à la base, une seconde c’est tout simplement le temps d’une rotation terrestre divisé par 24 divisé par 60 divisé encore par 60. Rien de plus.
Après on s’est aperçu que c’était trop imprecis et on a pondu le fameux : 9192631770 périodes de la radiation correspondant à la transition entre les niveaux hyperfins F=3 et F=4 de l’état fondamental 6S1/2 de l’atome de Césium 133.

Widergänger dit: à

Le roman de Passou, Golem, a parfois le ton d’une blague de potache.

Hadrien dit: à

à 9:55, Miss Tigris : super votre commentaire sur l’incuculte et le supercuculte, le duo JC /MC, hihihihi

Widergänger dit: à

La prochaine guerre avec Gaza « n’est qu’une question de temps » (Yaïr Lapid, président du parti centriste Yesh Atid)

Widergänger dit: à

Et une autre grande question demeure : Baudelaire croyait-il réellement au Diable ?

Widergänger dit: à

Est-ce qu’on sait seulement ce que c’est qu’une seconde ? Je me demande bien comment on a pu élire une telle unité de temps. Combien de temps dure une seconde… ? C’est au fond un profond mystère semblable à mystère de D.ieu…

JC..... dit: à

Avant de nous séparer, D, je vous en supplie : ne succombez pas à la propagande extragalactique !

Ces gens ne nous aiment pas ! Ils nous font passer pour des avachis, ce sont des Barbares envahisseurs … Des particules qui remontent le temps, j’en connais personnellement.

Bien à vous !

D. dit: à

Un jour, je devais aller à une réunion importante et qui s’annonçait très pénible. J’avais pas envie du tout.
J’ai fait un petit saut dans le futur, trois heures de gagnées. Croisant un de mes collègues dans le couloir, celui-ci me lance « t’as été drôlement bon, aujourd’hui ». Près de dix ans plus tard, j’avoue ne pas avoir réussi à saisir le sens de cette parole.

JC..... dit: à

Pour en finir, car le temps est propice à l’apéritif entre haltérophiles cultureux et sportifs d’estaminet :

Certes, la pluie pluit, bouguereau bougueurote , mais …. ne trouvez vous pas que Wiwi wiwifie ?

D. dit: à

Vous faites une erreur considérable sur la remontée du temps, JC : celle-ci est rigoureusement impossible alors qu’il n’en est pas de même lorsqu’il s’agit daller dans le futur, mais il ne faut pas perdre de vue qu’un tel saut est irréversible.

JC..... dit: à

Vous avez raison : je ne peux pas aller au fond des choses, car il faut en laisser aux simples, du mystère, ne serait ce que par affectueuse compassion !

Allez ! Brisons ensemble le plafond de verre.

D. dit: à

Ces deux assertions permettent de déduire qu’il en est ainsi de toutes choses. Ainsi un quanta gravitationnel n’a pour seule fonction que porter une quantité de gravité. Il serait vain d’aller plus loin.

JC..... dit: à

Ribouldingue, vous savez bien que le temps n’existe que pour nous, les macros-bolos ! Le monde l’ignore, n’en a pas besoin, c’est une petite variable pas bien importante, que l’on peut même remonter !

D. dit: à

JC, considérez attentivement ce que je vais vous dire car cela vous éclairera définitivement sur les mystères les plus profonds de l’Univers :
– la pluie pluit.
– Bouguereau bouguereaute.

D. dit: à

Cependant, JC, il y a d’autres faits que vous ne prenez hélas pas en compte ce qui fait que vos explications conservent un arrière-goût d’incomplétude, ou de non finition, comme vous préférez. Je ne veux pas dire par là que vous n’êtes pas capable d’aller jusqu’au bout des choses, je veux simplement dire que vous n’en avez pas les moyens; ce n’est donc pas Dr votre faute.

JC..... dit: à

NE TOUCHEZ PA A EDMONDE !

C’est une sainte ! une icône ! une tout ce que vous voudrez ! Ne touchez pas à Edmonde !

Laissez faire Passou, qui a 75% de la bio d’ECRD, dans ses tiroirs neuronaux…

D. dit: à

JC, je suis entièrement d’accord avec vous sur l’aspect quantique de l’espace, vous auriez d’ailleurs dû écrire espace-temps, puisqu’au niveau macroscopique, il vous faut du temps pour parcourir l’espace qui vous sépare du café du coin.

bouguereau dit: à

ta gueule dracul

cesse havec tes tsalhal calcifries..ed monde trouvrait ça d’gout mauvais..

bouguereau dit: à

le porc de marseille a 4 pattes havec des bois de cerf..dracul sur son vélo électrique en sologne..ed monde forcée comme une biche..

JC..... dit: à

Croyez vous possible, Ô Templiers de Passou mes frères, qui rodez ici mentule en bannière, de donner à ce fumier de Philippe le Bel, royal voleur intriguant, le titre posthume de « COMTE DE BERCY » …. ?

(pardonnez moi cette cahuzacquerie, due à la chaude température ici, 15°C sous abri…)

bouguereau dit: à

mettrait l’Europe des siècles à venir dans la mouise

..ha ces kings il leur suffit de répéter « sans moi ça srait bien plus pire » pour havoir du sens politique

Phil dit: à

Budapest aussi sous la neige. c’est un coup sioniste, Herzl derrière tout ça.

Widergänger dit: à

Shimon Peres est en train de passer l’arme à gauche. Garde à vous !

bouguereau dit: à

Pierre Klossowski

ha je vois bien la classieuse ed monde lui servant de modèle ficelée dans la clairière..sapré pierrot

Widergänger dit: à

Jérusalem sous la neige.

Widergänger dit: à

Ha’aretz ton char, dear Phil…

JC..... dit: à

Miss Tigris dit: 25 janvier 2016 à 9 h 55 min

Il me semble, Mademoiselle, que vous n’avez pas besoin de nous …. pour être gâtée.

Phil dit: à

gare aux haretz en mangeant le poisson, dear Widergg

Widergänger dit: à

Israël: l’armée restitue des terres aux Palestiniens dans la vallée du Jourdain
Les 14 parcelles devraient se retrouver à l’extérieur d’une nouvelle frontière délimitant la zone militaire
L’armée israélienne a l’intention de réduire la taille de sa zone militaire dans la vallée du Jourdain en Cisjordanie et de permettre aux propriétaires palestiniens de retourner cultiver leurs terres, rapporte lundi le journal israélien Ha’aretz.
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/100436-160125-israel-l-armee-restitue-des-terres-aux-palestiniens-dans-la-vallee-du-jourdain

ribouldingue dit: à

Merci JC. C’est parfaitement clair pour ceux qui comprennent.

Widergänger dit: à

Le Baphomet, Pierre Klossowski, 1965.

Miss Tigris dit: à

marrant le duo JC / MC : JC l’incuculte qui se sert de Rovelli, nom pioché au hasard et MC le supercuculte qui noie le poisson par sa logorrhée permanente, on est gâtés par les gâteux

Widergänger dit: à

Des chercheurs israéliens révèlent que ceux qui sont nés durant la Shoah ont 41% plus de risques
Les survivants de la Shoah encourent un risque plus élevé de souffrir de schizophrénie que les gens qui n’ont jamais connu ce genre de traumatisme, révèle une nouvelle étude effectuée par des chercheurs de l’université de Haïfa en Israël.
http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/societe/100454-160125-shoah-les-survivants-plus-susceptibles-de-developper-la-schizophrenie-etude

Widergänger dit: à

Des chercheurs démontrent que les facteurs environnementaux peuvent être transmis génétiquement
Les changements génétiques issues du traumatisme subi par les survivants de la Shoah sont susceptibles d’être transmis à leurs enfants, le signe le plus manifeste que l’expérience de la vie personnelle peut affecter les générations suivantes.

Les conclusions d’une équipe de chercheurs de l’hôpital Mount Sinai de New York dirigée par Rachel Yehuda s’appuyent sur l’étude génétique de 32 hommes et femmes juifs qui ont soit été prisonniers dans les camps de concentration nazis , soit été témoins ou ayant subi des tortures, ou bien encore ont dû se cacher durant la Seconde Guerre mondiale.

Les chercheurs ont également analysé les gènes des enfants de ces personnes qui sont connus pour avoir une probabilité accrue de troubles du stress et ils ont comparé les résultats avec les familles juives qui ont vécu en dehors de l’Europe pendant la guerre.
http://www.i24news.tv/fr/actu/international/82960-150822-le-traumatisme-de-la-shoah-serait-transgenerationnel-etude-genetique

Phil dit: à

« louis 11 s’il avait vu ça il aurait bien rigolé »

il a vu par ses émissaires et n’a pas rigolé. l’araigne avait le sens de l’histoire et savait bien que la mort du grand duc mettrait l’Europe des siècles à venir dans la mouise.

JC..... dit: à

Dans la mesure où la RdL de Passou est le Temple de la Littérature, ne pourrait-on pas nous définir comme les TEMPLIERS ?

Et considérer PASSOU comme notre Grand Maître ? …..

bouguereau dit: à

« quand au Luynes »…

Sique transite…

point! la brioche c’est pas dla merde

JC..... dit: à

Quand on est riche, on gêne les fauchés.

Je me mets à la place de ce malheureux de Philou le Bel, roy de France, supporter l’arrogance friquée de ces donneurs de leçon de Templiers ! Inadmissible !

Un coup de Baphomet, un petit crachat sur le Crucifix, un baiser rectal, une sodomie généralisé entre Templiers…. voila de bonnes idées pour piquer leur pognon.

Jacquou le Molet s’est fait mettre, financièrement et juridiquement, « bien bien », comme disent les cagoles du Vieux Port. Il l’a pas volé, le Molay !

bouguereau dit: à

Et on finit bouffé par les loups comme le Téméraire !

ma mère je me souviens de l’histoire enseigné avec un grand postère façon bédé..ce jour là c’était le téméraire..à moitié dessous la glace, cerclé de loups et du commentaire de l’instit « louis 11 s’il avait vu ça il aurait bien rigolé »

la vie dans les bois dit: à

« A ce jour les théoriciens décrivent le monde comme granulaire, faits de grains quantiques d’espace, qui sont les nœuds des graphes d’interactions constituant volumes et surfaces …. »

les prêtres sociologues de la sociologie radicale qui veulent modéliser le monde disent pareil.

JC..... dit: à

ribouldingue dit: 24 janvier 2016 à 17 h 41 min

Après les cordes qui ont déçues, les boucles quantiques, prometteuses de Rovelli et Smolin ! Difficile de répondre avec simplicité sans trahir. Essayons.

Matériellement, nous ne devons pas penser aux choses comme elles sont, comme elles nous paraissent, mais à la manière dont elles interagissent, ce qui les créent, les constituent. Le monde n’est pas posé sur une grille de spins en réseau. L’espace est un nuage de probabilités sur tous les réseaux de spins possibles.

A grande échelle, le monde nous parait lisse et ordonné, cartésien, euclidien. A très petite échelle, l’espace est un pullulement fluctuant de quanta de gravité qui agissent entre eux : l’espace n’est pas un continuum indéfiniment divisible. Plus on descend dans la matière, plus notre espace « euclidien » devient agité, écumant d’interactions quantiques …

Le monde n’est pas existant, comme une boite vide, peuplé de champs quantiques qui occupent l’espace. L’espace n’existe pas, ce sont les champs gravitationnels quantiques qui sont l’espace.

A ce jour les théoriciens décrivent le monde comme granulaire, faits de grains quantiques d’espace, qui sont les nœuds des graphes d’interactions constituant volumes et surfaces ….

Pour mieux comprendre, lire Rovelli lui-même !

Plutôt de bonnes nouvelles qui nous permettent de « croire » que, comme vous dites, « c’est bon pour la planète »….

Widergänger dit: à

Le 16 août 2014, dans le cadre d’un débat organisé par The New American Foundation, un Think Tank certes proche des Républicains, réunissant d’anciens acteurs de premier plan en Irak, le colonel de l’US Army Dereck Harvey – désormais à la retraite après avoir été un des principaux conseillers de l’emblématique général David Petraeus en Irak -, avait mis en exergue le danger actuel de la situation qui ne serait que le résultat d’un manque de vision du président Obama dans le domaine de la politique étrangère. Selon Dereck Harvey : « Le Moyen-Orient est devenu un théâtre de rivalités entre les djihadistes d’Al-Qaïda et ceux de l’Etat islamique. Mais Obama a sous-évalué le risque de cette organisation, qui s’est largement implantée, en Syrie et en Irak. Les réseaux sociaux ont, activement, contribué à l’extension de cette organisation. Cette dernière dispose, dans le seul Moyen-Orient, de plus de 10 000 combattants ; mais elle a des membres occidentaux, sur qui elle compte, pour commettre des attaques, aux Etats-Unis et en Europe ». (David Rigoulet-Rose)

Widergänger dit: à

Les services de la police ont gravement failli pour laisser tuer dans un théâtre comme le Bataclan 130 personnes et blesser plus de 300 autres. L’attentat au Bataclan était connu des services secrets depuis longtemps.

La police a gravement failli en laissant assassiner 17 journalistes à Charlie Hebdo. Il n’y avait aucune surveillance policière devant l’immeuble alors qu’il y aurait dû y avoir un car de police.

Le gouvernement cache son incompétence derrière des insultes en s’en prenant aux intellectuels comme les pires des démagogues.

Les Français en ont assez de toute cette canaille qui nous gouverne.

Sergio dit: à

MC dit: 25 janvier 2016 à 0 h 52 min
Il a aimé Mademoiselle de Hautefort

Oui ça aussi c’est impardonnable c’est le nom de mon fournisseur de blog je l’avais repéré.

Bon un de ces quatre je vais me fendre des paroles du Duc de Chevreuse la tentation croît… Joué par Passou à la trompe de chasse ça peut faire un tabac…

C’est sûr avec Mazarin les ferrets de diamant étaient en de bonnes mains risquaient pas d’en partir…

Widergänger dit: à

Un pays qui n’a comme alternative politique à Sarkozy Hollande et comme alternative à Hollande Sarkozy est un pays foutu !

Widergänger dit: à

« J’en ai assez de ceux qui cherchent en permanence des excuses ou des explications culturelles ou sociologiques à ce qui s’est passé [i.e. les attentats du 13 novembre] », a dit Manuel Valls au Sénat.

Valls s’en prend à la sociologie.

Il faut rappeler que les colonels grecs quand ils ont instauré la dictature en Grèce en 1967 ont interdit la sociologie. Ils ont fait déporter dans les îles Yannis Ritsos. Manuel Valls s’en prend quant à lui à Michel Houellebecq.

La dictature de gauche est en marche dans notre pays. Mardi, les professeurs du sécondaire se mobilisent contre la réforme Belkacem qui est programmé pour détruire l’Ecole de la République et mater les profs afin d’en faire à terme des gentils toutous bien dociles.

Vive la Révolution ! À bas la dictature des bien pensants !

Sergio dit: à

la vie dans les bois dit: 24 janvier 2016 à 23 h 39 min
« quand au Luynes »…

Sique transite…

Mais après tout… Peut y avoir Luynes quand du Seigneur ! Pourquoi pas… C’est ça la parité ! Charles-Albert c’est mignon quand même…

Et alors dans trente siècles les gus des soucoupes vont savoir que j’ai mis ça ! Vont me défenestrer pire qu’à Saint-Denis ! Meldalor comme dirait Clopine…

Bon je rentre à la base… Si je la trouve !

MC dit: à

Il a aimé Mademoiselle de Hautefort, derrière laquelle se profilait sans doute l’ombre du Père Caussin, le confesseur du Roi, celui_là meme que Richelieu voulait exiler au Canada, et à qui les bons pères répondirent qu' »on n’y envoyait des personnes que d’une exigeante piété »! Richelieu dut se contenter de Quimper, et Caussin de pleurnicher sur les vagues de l’Odet qui l’empêchaient de dormir, ce qui en fait un précurseur indéniable des galéjades, marseillaises ou non.
Luynes, dont la rapacité de la Chevreuse devait rendre le Duché alternatif une génération sur deux n’était pas un si mauvais ministre.
Pour Anne d’Autriche, vraie ou fausse, la jolie présentation par Richelieu de Mazarin: « Il vous plaira, Madame, il ressemble à Buckingham! »
MC

D. dit: à

Qu’est-ce que c’est qu’une étude lévinassienne ?

la vie dans les bois dit: à

« quand au Luynes »…
Quelle faute, Sergio, venant de vous.

Bonne nuit.

Sergio dit: à

Faut pas aller faire le coup de feu dans les Vogesen, c’est des climats pouvantables ni humains… Et on finit bouffé par les loups comme le Téméraire !

Sergio dit: à

Phil dit: 24 janvier 2016 à 19 h 47 min
Louis 13 a viré pédé

A priori non, tout était surveillé à mort en particulier au moment de la conception du dauphin, des femmes de chambre à une encâblure du pageot (rideaux fermés, quand même, enfin elles avaient le son), le lendemain matin inspection des draps, le tout consigné par le médecin du roy ; c’était aussi important sur le plan politique, tant intérieure qu’extérieure, qu’une vieille guerre européenne de cinq ou six ans.

Normalement, donc, pour Louis XIV, son jumeau et le frangin Philippe d’Orléans, nul doute.

Louis XIII aurait eu également une amour véritable, mais platonique un peu avant.

Quand au Luynes, son oiseleur depuis l’enfance, et qui à un moment avait tant de pouvoir, a priori nul doute également, d’autant que lui pour le coup était marié et s’en servait comme tel…

Phil dit: à

Vous êtes une drôlesse, lavie. Quid d’abdelkader ? Plus envie d’un canard aux cerises à la Coupole ?

christiane dit: à

Merci la vie pour cette émouvante vidéo : E. Charles-Roux – Caubère.

la vie dans les bois dit: à

Phil, vous militez pour un planning familial d’un gender très particulier. Vous trouverez bien un jeune ipodé indien pour vous masser.
______________________

Je trouve très touchant que Philippe Caubère mette en ligne, sur son réseau social, une histoire de Marseille, racontée par Mme Charles-Roux.
https://www.youtube.com/watch?v=759Hg_RrObs

Phil dit: à

La cité radieuse des indiens était parfaite, mis à part l’oubli des armoires à préservatifs, comme le rappelle un aimable lecteur du Figaro.

Sant'Angelo Giovanni dit: à


…les bois chargés de la vie,!…

…Oui,!…c’est les nouvelles fraîches,!…

…et l’U.N.E.S.C.O.,!…dans tout çà,!…
…enfin,!…etc,!…

la vie dans les bois dit: à

Phil à 19h47, en remontrer ?
Mais cher Phil, des paul morand, caniche devant la princesse Soutzo, heureusement que l’histoire s’en passera.

Sant'Angelo Giovanni dit: à


…les fous,!…mon compte courant,!…déjà soustrait en plus de 1200 euros,!…alors que Visa me doit, au moins déjà près de 3000 euros,!…
…et sur ce même compte, il le laisse en défaut de payement,!…avec toutes les assurances d’être protégé,!…

…Visa,!…un système d’idiots pirates,!…à prendre les gens, pour des soumis  » arabes « , ou autre  » sémites « , à se branler, sur les comptes d’Ô truie,!…

…pauvres cons d’employés,!…comme nos gouvernements lèche-culs des  » américains « ,!…et leurs  » liberty and oncle Sam « ,!…

…a se faire éclater, avec leurs merdes de  » bombes atomiques « ,!…
…par ici,!…j’attend d’être pulvérisés, par des grands cons d’américains à se faire foutre de leurs pressions débiles pour des soumis alliés d’arabes saoudites,!…

…go home U.S.A.,!…
…Go Home U.S.A.,!…avec N.A.T.O. et gladiator’s,!…
…etc,!…
…bandes de cons,!…Ah,!Ah,! publiques,!…

Widergänger dit: à

Le dernier numéro des Etudes lévinassiennes est en vente dans tous les bons libraires ; le thème de réflexion est l’Etat :

L’État de César
Présentation
Carine Brenner et Gilles Hanus
L’État de César
. Luc BRISSON, « La loi selon Platon et la plupart des philosophes de l’Antiquité. L’État de César et son enracinement dans un au-delà »
. Gérard CONIO, « L’empire russe et Moscou troisième Rome »
. Gilles HANUS, « Le paradoxe de l’État chez Emmanuel Lévinas »
. René LÉVY, « L’État, l’ambivalence du pouvoir »
Variations
. Eric VUILLARD, « Vie de John Jacob Astor »
. Pierre MOYSE « Au clair de la mer »
Textes
. Franz ROSENZWEIG, « Introduction aux Écrits juifs d’Hermann Cohen » (1ère partie)
. Gilles HANUS, Commentaire : « Penser avec un autre »
Panorama
. Emilio BACCARINI, « La réception italienne de la pensée d’Emmanuel Lévinas
Plus les rubriques habituelles de Bibliographie et de recensions.

Les Cahiers d’études lévinassiennes rendent compte du travail de l’Institut d’études lévinassiennes. Ne bénéficiant d’aucune subvention, ils ne vivent que de leurs ventes.

Cordialement à vous tous.

Phil dit: à

Anne d’Autriche, une femme admirable qui en aurait remontré à l’Edmonde. Louis 13 a viré pédé, comme la rue saint Anne. That’s cute.

Sergio dit: à

MC dit: 24 janvier 2016 à 17 h 07 min
meme cas avec la Supérieure du Val de Grace sous Anne d’autriche, qui y faisait des Retraites, mais conspirait alors pour l’Espagne.

J’en avais une aussi avec le roi lui-même, qui aurait été amené à farfouiller de sa blanche main, tout le piquant venant bien sûr de sa nature diamétralement opposée à celle de son père, dans des circonstances genre théâtre de boulevard, et sans lien avec, on pourrait dire, l’infrastructure psychologique mise en place pour enfin engendrer un dauphin. Mais j’ai oublié les faits exacts ! Je crois que ce n’était pas avec la reine, mais aussi pour un document.

A+

Phil dit: à

Merci bloom pour le political update. Indeed, les jeunes indiens venus dans la vieille ieurope s’occuper de web et télécom semblent s’asseoir autant sur leur histoire que dans les BMW offertes en cadeau d’embauche. Si l’hiver reprend, nous irons diner un curry passage Brady avant de visionner un dividi avec devdas – il vit encore ?

Bloom dit: à

Drôle d’idée de vendre des mirages aux fakirs.

En l’occurrence, dear Phil, ce serait aux sadhus plutôt qu’aux fakirs. Le dernier gadget idéologique du gouvernement « safran » actuel (nationaliste hindouiste crypto fasciste) encourage la réhabilitation de Netaji, aka S.Chandra Bose, qui rendit visite à Hitler & collabora avec les Japonais pour favoriser la « libération » de l’Inde du joug colonialiste anglais…
Gandhi a été assassiné par un des membres de la RSS, le groupement de jeunesse du parti au pouvoir actuellement, qui défile en masse en uniforme au Maharashtra (Pune, Bombay). Gandhi & Nehru sont considérés comme des quasi-occidentaux, singulier renversement de l’histoire, s’il en est…Des billets sans l’effigie de Gandhi circulent dans les fief du parti au pouvoir….Les jeunes indiens sont totalement ignorants de leur histoire, ce qui facilite la diffusion d’une version passablement manipulatrice.
Dans ce contexte, les fanatiques islamistes ont beau jeu de semer la panique. L’Inde est le 2e pays musulman au monde avec 180 millions de fidèles. On sait qu’il ne suffit que de quelques allumés…
Rien ne dit que les Rafales ne se retourneront pas un jour contre ses concepteurs.
Tomorrow’s another day.

Les gars de la vidange dit: à

Mé keskelnoufé cricri?

christiane dit: à

W. 14h44
Faut-il relire Tocqueville ? (« De la démocratie en Amérique »).
« Il y a des gens en France qui considèrent les institutions républicaines comme l’instrument passager de leur grandeur. (…) Ceux-là sont à la liberté ce que les compagnies franches du Moyen age étaient au roi ; ils font la guerre pour leur propre compte… »

Autre chose, vous lire c’est vaciller entre allonger le temps (Lecture de romans, d’essais), c’est le différé de la réponse, de la manifestation de l’idée, le présent mis à distance avec sérieux, brillo et calme…
et
l’urgence du on-line tyrannique, vous faisant répondre dans l’immédiat, dans la proximité des interventions des uns et des autres. là fleurissent « mes petits chéris » mais aussi insultes et rejet de la pensée des autres, dans dialogues éphémères et houleux ou monologues dithyrambiques.
Entre les deux, votre métier, que vous servez avec passion et abnégation, ce service public auprès des enfants des banlieues que vous défendez bec et ongles. Votre bataille pour les langues en est partie liée comme votre vision d’une autre réforme des collèges.
Et puis, la foi liée au sacré et à la transmission, dans votre sphère privée.
Une appartenance multiple, donc, pour laquelle Confucius vous donnerait ce conseil : « Plutôt que de passer ton temps à maudire les ténèbres, allume donc une bougie dans la nuit. »
Je relis l’immense essai de Régis Debray « Le Feu sacré – fonctions du religieux » (Fayard)- 2003. Ces pensées en sont inspirées comme les citations de Confucius ou de Tocqueville. Les dernières lignes de l’ouvrage vous semblent destinées :
« Certains stoïciens en conçurent même une gaité non exempte d’orgueil. Ils appelèrent amor fati cet acquiescement à l’inévitable, qui fait du saumâtre une fête. l’amour du destin ressemble à celui des chats : n’attendant rien en retour, le chagrin lui est interdit. Ce qui en fait, réjouissant paradoxe, notre seul amour heureux. »

Sergio dit: à

bouguereau dit: 24 janvier 2016 à 17 h 06 min
un cheval..un vieux matelas..comme du fond du canal saint martin

No problemo la Florentine était pour le moins plantureuse…

ribouldingue dit: à

« En 1988, Carlo Rovelli et Lee Smolin ont présenté la gravitation quantique à boucles. En 1995, ils ont obtenu une base explicite des états de la gravité quantique basée sur les réseaux de spin de Penrose, et ont montré que la théorie prédit que surface et volume sont quantifiés. Ce résultat suggère l’existence d’une structure discrète de l’espace à très petite échelle. »

JC, toi qui es un grand spécialiste de Carlo Rovelli, tu pourrais nous expliquer le passage ci-dessus en langage clair?
Est ce que c’est bon pour la planète?

Merci

bouguereau dit: à

bouguereau dit: Votre commentaire est en attente de modération.
24 janvier 2016 à 17 h 12 min
Mahaut…

cette vieille tru-ie..
et j’étais toumpti !

..passe même pas l’robot à passou cette classieuse hélégante

bouguereau dit: à

tu dvrais menacer dalia dracul..et qutu laisses l’europe et ses chiards de mehrde lâche ou islamiss en plan

bouguereau dit: à

Le contraire de la gauche caviar, ce serait la droite camembert ?

havec de la brioche..la droite n’a pas d’himagination pour la débine..elle a besoin de bon écrivain pour ça

MC dit: à

Sergio, meme cas avec la Supérieure du Val de Grace sous Anne d’autriche, qui y faisait des Retraites, mais conspirait alors pour l’Espagne.
Une fouille musclée dans le corsage ordonnée par Richelieu amena la rédaction des « capitulations de la Reine », ou elle se reconnaissait toute au pouvoir du Cardinal.
Les papiers subsistent. ils valent le détour…On y reconnait la main d’un grand politique.
Bien à vous.
MC

bouguereau dit: à

plonge une large pogne et enfin extirpe

un cheval..un vieux matelas..comme du fond du canal saint martin

Sergio dit: à

Jibé dit: 24 janvier 2016 à 15 h 02 min
Le contraire de la gauche caviar, ce serait la droite camembert ?

Houi c’est pas mal… Ou alors Cambremer… C’est quand même une marquise, c’est celle qui bat la mesure avec son frais minois et son chignon durant la sonate de Vinteuil ; et puis c’est dans le code Rousseau !

Phil dit: à

Mince alors, dear bloom. Drôle d’idée de vendre des mirages aux fakirs.

Sergio dit: à

Clopine, définitivement un cas à part… dit: 24 janvier 2016 à 14 h 56 min
« à la goutte d’eau »

Marie de Médicis passait le plus clair de son temps, comme on dit, à comploter contre son propre fils le roi avec Philippe d’Espagne sous couvert déjà d’histoires de religion. Un poulet arrive d’outre-Pyrénées au Louvre, les services secrets en instruisent Louis XIII, y a plus qu’à on sait même où, précisément dans cette partie haut placée du vertugadin de la reine-mère, ce qui n’était pas une pratique bien originale.

Le roi envoie au charbon son chancelier, qui si l’affaire tournait mal risquait quand même au moins sa carrière ; et effectivement, « La Marchande » crie comme un boeuf, invective refuse veut rien savoir, le malheureux garde des sceaux doit se résoudre à procéder « à la main », plonge une large pogne et enfin extirpe.

Et le lendemain, toute la journée, encerclé par les muguets, les pimpésouées de la cour, il dut se résoudre à produire une réponse à l’imperturbable question :

– Alors, c’est comment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*