de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Prendre le temps d’écouter ce bruit-là

Prendre le temps d’écouter ce bruit-là

Si tout autre maison que le Bruit du temps (avec La Dogana) avait publié ce coffret (1200 pages, 59 euros) habité par un cri et par la grâce, on aurait été en droit de dénoncer une injustice. Quel plus bel hommage que cette édition techniquement si soignée (typographie, papier, mise en page, finition) de ces deux volumes rassemblés, Œuvres poétiques ( en bilingue, 784 pages) et Œuvres en prose (736 pages) d’Ossip Mandelstam (1891-1938) ! On dira familièrement que c’est un petit éditeur. Comme quoi la taille ne préjuge pas de l’envergure. C’est pourtant un des plus discrets, exigeants, ambitieux, obstinés que celui qui se plaça dès sa naissance en 2009 sous l’autorité du poète en se donnant pour nom de baptême le titre d’un de ses livres : le Bruit du temps. Manière de rappeler la puissance et la fragilité de la parole poétique, c’est dire sa puissance symbolique.

Ossip Mandelstam a été traduit pour la première en français en 1925 par les soins de la revue Commerce (on ne louera jamais assez le rôle précurseur, pionnier, défricheur des revues tant en littérature qu’en poésie) mais il a fallu deux exceptionnels intercesseurs pour que les lecteurs non russophones soient en mesure d’en mesurer le génie : une première fois en 1959 lorsque le poète Paul Celan le traduisit en allemand dans un esprit d’une remarquable fraternité, en n’oubliant jamais que sa poésie lui donnait le sentiment de cheminer « aux côtés de l’irréfutable et du vrai » ; une seconde fois en 1972 lorsque Gallimard publia Contre tout espoir, le grand livre de souvenirs de sa veuve Nadejda Mandelstam.

Nombre de ces textes de ce coffret nous sont déjà connus : des poèmes, Le Timbre égyptien, le Voyage en Arménie etc Mais ici rassemblés, doublement préfacés avec une érudition sans faille par le traducteur Jean-Claude Schneider et l’auteure des notes et commentaires Anastasia de la Fortelle, augmentés de variantes, premiers jets et autres textes inédits, ils donnent le rare sentiment d’être enfin en présence de la totalité de l’œuvre. N’y manque désormais que la correspondance dont on sait à quel point elle permet parfois de déchiffrer l’indéchiffrable d’un écrivain, et les poètes n’y échappent pas. En attendant de l’y voir adjoindre, on ne se bercera pas d’illusion : il est aussi vain de tenter d’expliquer la vibration qui anime secrètement sa poésie que de vouloir le faire avec celle qui gouverne un tableau de Rothko.220px-Osip_Mandelstam_Russian_writer

Il disait être en Russie le seul poète à travailler à la voix, et il est vrai que dans ses derniers temps, confrontés aux interdictions et aux censures, il le sera comme jamais, ruminant clandestinement ses mots, les libérant pour leur permettre de retourner à leur musique intérieure. On dit de lui qu’il énervait l’écriture, autant qu’il pouvait parfois exaspérer ses plus proches. Pourquoi au cours de ses cinq dernières années, Ossip Mandelstam a-t-il pris le risque d’être dénoncé, arrêté, torturé, emprisonné et enfin déporté à mort en lisant devant son petit cercle d’amis réuni un soir de 1934 sa fameuse épigramme de seize lignes contre Staline ? Aucun de ses biographes, pas même Ralph Dutli, n’a réussi à élucider ce mystère de manière convaincante.

« Nous vivons sourds à la terre sous nos pieds/ A dix pas personne ne discerne nos paroles.
 On entend seulement le montagnard du Kremlin,/ Le bourreau et l’assassin de moujiks.
 Ses doigts sont gras comme des vers,/ Des mots de plomb tombent de ses lèvres.
 Sa moustache de cafard nargue,/ Et la peau de ses bottes luit. 
Autour, une cohue de chefs aux cous de poulet,/ Les sous-hommes zélés dont il joue.
Ils hennissent, miaulent, gémissent,/ Lui seul tempête et désigne.
 Comme des fers à cheval, il forge ses décrets,/ Qu’il jette à la tête, à l’oeil, à l’aine.
Chaque mise à mort est une fête,/ Et vaste est l’appétit de l’Ossète. » »

Ces lignes ont beaucoup fait pour son mythe de martyr-de-la-poésie-victime-de-persécutions-politiques. Mais ce serait injuste pour son génie de l’y réduire. Heureusement que les plus grands poètes en Russie comme ailleurs ont su lui rendre un hommage à sa mesure. Le cas du traducteur Jean-Claude Schneider qui juge que « aux informations à caractère biographique, aux commentaires sur les circonstances à l’origine de toute écriture, on peut privilégier l’abrupt du poème et sa gangue d’obscurité, sachant qu’une glose obscurcit ou éclaire » ; mais n’est-ce pas contradictoire avec le travail de l’éditrice Anastasia de La Fortelle qui se livre justement à l’indispensable travail savant sur les réminiscences historiques et les références mythologiques de sa poésie ?

Mandelstam connaissait Staline en qui il voyait un monstre fascinant. Ces lignes l’envoyèrent à la mort. Il en savait les conséquences. Alors pourquoi : le courage mêlé d’inconscience ? l’idéalisme et la conviction intangible que la vocation d’un poète est de dire la vérité ? Le poète, c’est celui qui dit la vérité, celui qui fait exploser un poème à la barbe d’un dictateur en hurlant que le roi est nu. Pour ses amis, la poétesse Anna Akhmatova et l’écrivain Boris Pasternak, Mandelstam était un phare. Eux-mêmes ont peiné à comprendre comment Mandelstam, du fond de sa nuit, effrayé par l’ombre de son ombre, désespéré, halluciné et guetté par le suicide, lâcha in fine une ode à Staline de sinistre mémoire dans le fol espoir d’en sortir enfin.

Là-bas, un poète, c’est quelqu’un. Et un poème, une chose qui compte. Vieille tradition qu’on peut leur envier.  Mais comment un grand poète peut-il être un homme petit ? Vaste question à laquelle celle qui la pose, en mars 1926, avoue ne pouvoir apporter de réponse. Seuls les attendus importent. Un livre écrit entre 1922 et 1925 est à l’origine de cette affaire : Le Bruit du temps, recueil d’esquisses autobiographiques. Po&sie, la précieuse revue animée par Michel Deguy, y a consacré un article en mai 2011 (No 135, 142 pages, 20 euros, Belin) : « Ma réponse à Ossip Mandelstam » de Marina Tsvetaeva. C’est l’histoire d’un mal-entendu entre deux des plus grandes voix poétiques de leur temps, l’une aussi pétersbourgeoise que l’autre est moscovite. Ils se sont rencontrés, se sont aimés, se sont quittés. Classique. Sauf que les poètes laissent des traces, à commencer par leur œuvre. Il leur arrive même de régler leurs comptes par articles interposés. Ce qui est le cas. Mandelstam, homme de ruptures, est alors au proie à une sévère dépression ; il vit une période d’angoisse, de désarroi et de détresse qui ne teinte pas seulement d’amertume sa vision du monde : elle tarit l’inspiration du poète qui se consacre dès lors à la prose, fût-elle violente, excessive, révoltée, voire haineuse et teintée de mauvaise foi, comme c’est le cas dans Le Bruit du temps, publié en mars 1926 avant d’être réuni deux ans plus tard à un autre ensemble de textes sous le titre Le Timbre égyptien.

8cc53f147ee6fc23259276e18dae1e7bMarina Tsvetaeva n’ignore pas son état, mais son exigence de vérité et d’absolu est telle qu’elle ne peut laisser passer ce texte sans réagir. Qu’elle réagisse en ancienne compagne, ou en ancienne partisane de l’Armée blanche et de la famille impériale, sa réponse s’adresse, avant tout et directement, à Mandelstam ; on ne sait s’il en a eu connaissance car ses amis devant lesquels elle l’avait lu, effrayés par sa férocité et l’ayant convaincue de surseoir à sa publication, la réponse n’est parue qu’en 1992. Elle vaut d’être lue et méditée car elle pose entre autres toute la question de la critique poétique, une critique qui, selon elle, ne peut être que passionnelle, le critique étant à la fois « un juge qui instruit et un être qui aime ». S’appuyant sur des citations de son livre « ignoble », elle n’a de cesse de reprocher à l’homme d’être davantage épris de pouvoir que de grandeur, et de se croire né en 1917 au point d’avoir rayé tout ce qui était advenu avant. Mais elle finira par sauver le poète, demeuré intègre pendant la Révolution, pour mieux accabler l’homme incarné en prosateur. Elle le schizophrénise malgré lui et le sauve par la seule grâce de son Verbe. Sous son regard, et sous ses traits assassins, le grand poète et l’homme petit coexistent. Ils se retrouveront bientôt, en 1934, dans la fameuse épigramme contre Staline, scandale qui le mènera au bord du suicide. La « Réponse » de Tsvetaieva pourrait ne relever que de l’anecdote polémique au sein de l’histoire littéraire, si elle ne posait pas des problèmes qui dépassent cette seule affaire. Elle donne envie de creuser et creuser encore dans la chair de leurs poèmes, ce privilège ne serait-il accordé qu’à ceux qui peuvent accéder àla langue dans laquelle ils ont été composés.

 Entretien sur Dante est un autre morceau de choix de ce coffret. Dans cet essai critique de 1933, Ossip Mandelstam, qui n’a jamais cessé de s’interroger sur la poésie et la langue, explore la Commedia en démontant sa structure de polyèdre à treize mille facettes ; il avance dans cette œuvre minéralogique, d’une couche à l’autre, dans le but de rendre palpable le grain des choses, armé de son seul marteau de géologue « pour parvenir jusqu’à la texture cristalline de sa roche, pour étudier ses impuretés, ses fumées, sa limpidité, pour en estimer la valeur en tant que cristal de roche exposé aux accidents les plus disparates ». En un peu moins de cent pages denses, rigoureuses, aiguës mais d’une luminosité sans égale, il dialogue de poète à poète par-delà les siècles, met l’accent comme nul autre sur la chimie à l’œuvre dans tel chant, sur le timbre de violoncelle de tel autre, sur des métaphores qui ont gardé le charme des choses jamais dites jusqu’à nos jours. En entraînant le lecteur dans leur commun laboratoire, là où cela pulse en plein milieu du mot, il rend justice au génie de la langue de Dante et donc de toutes les langues lorsque le souffle poétique les irrigue sans jamais se dégrader en récit. Vertigineux.

« N’a pas mugi, ce soir, l’ogivale forêt de l’orgue./ On nous chantait du Schubert- c’est notre berceau natal./ Le moulin murmurait et dans les voix de la tempête/ l’ivresse de la musique rirait de ses yeux bleus.

Ces lieder venus du passé, leur monde est brun et vert,/ mais éternelle demeure leur jeunesse,/ et le Roi des Aulnes dans sa rage insensée agite/ les tilleuls-rossignols aux feuilles grondeuses.

Et la force terrible de ce revenant nocturne,/ ce chant sauvage comme un vin noir,/ c’est, à la fenêtre glacée, le regard/ fixe et vide d’un spectre inhabité, le double ! » (Tristia, 1922)

Comme il le dit dans l’incipit du chapitre « La Komissarjevskaïa » du Bruit du temps, l’écriture autobiographique l’intéressait moins que d’épier « les pas du siècle, le bruit et la germination du temps ». Cela nous vaut des pépites comme ce « Scriabine et le christianisme » publié en 1916, soit un an à peine après la mort du compositeur. Il la met en parallèle avec celle de Pouchkine, l’un et l’autre ayant vécu des vies pleines à l’issue desquelles même leur mort faisait partie de leur œuvre jusqu’en être l’acte suprême. Cela permet à Mandelstam d’approfondir plus encore un thème auquel il ne cesse de revenir : la nature hellénistique de l’esprit russe. Les deux artistes lui paraissent témoigner mieux que d’autres de la soif russe de salut tout en devant à l’antique « la folie »avec laquelle elle s’exprime.

Plus loin, un autre bref essai datant également de 1916, lui permet d’aborder l’étrange question du progrès en poésie. « Aujourd’hui, on écrit mal d’une façon nouvelle : toute la différence est là ! » clame-t-il, réflexion qui n’a jamais cessé d’être, disons, actuelle. Six ans après, il la complète mais cette fois reproche au goût de Moscou de mépriser une double vérité (en poésie, l’invention et la réminiscence marchent la main dans la main) pour privilégier exclusivement l’inventivité. Et de chanter les vertus de l’imitation, du classicisme et encore de l’hellénisme. Et d’enjoindre l’Etat à s’occuper un peu plus de l’éducation de l’oreille à la poésie en enseignant le rythme. Mandelstam, qui plaide en 1924 dans Rossia, pour une science de la poésie si objective qu’elle balaierait l’arbitraire des interprétations, aimerait remettre le lecteur à sa place en balayant son esprit critique. Alors, quel progrès en poésie et en littérature ? Fumisterie ! Ce ne sont pas des machines, la notion de perfectionnement n’a donc aucun sens. En 1922, il commente ce qu’il considère la fin du roman à l’aune de… la biographie, son unité de mesure selon lui ; très admiratif du Jean-Christophe de Romain Rolland, qu’il place aussi haut que le Wilhelm Meister de Goethe, il ne voit pas moins dans ce fameux grand cycle romanesque « le chant du cygne des biographies en Europe »…

On aura compris qu’un pari risqué se niche dans toute entreprise d’édition d’Œuvres complètes. Celle de Mandelstam ne déroge pas à la règle. Malgré la contextualisation et les notes si éclairantes, et malgré l’heureux tour de force par lequel un unique traducteur en la personne de Jean-Claude Schneider restitue toutes ses voix de prose en poésie, on est souvent amené à se gratter la tête en se demandant ce qu’il a bien voulu dire, et c’est tant mieux car ces détours inattendus obligent à se poser de nouvelles questions. A commencer par sa définition même d’une parole de poésie :

« Ce qui distingue la poésie d’une parole machinale, c’est que la poésie nous réveille en plein milieu du mot »

Quant à ce qui nous échappe encore et encore, ce qui nous paraît impossible à soustraire à l’obscurité, on s’en consolera auprès de son passeur Paul Celan lorsqu’il écrivait :

« Qui parle ombre parle vrai »

(« Cimetière » photo Passou ; « Ossip Mandelstam », Nadjeda Mandelstam » photos D.R.)

Cette entrée a été publiée dans Histoire Littéraire, Poésie.

576

commentaires

576 Réponses pour Prendre le temps d’écouter ce bruit-là

christiane dit: 4 juillet 2018 à 22 h 51 min

@Soleil vert dit: 4 juillet 2018 à 21 h 48 min
Oui, Renoir peint d’une manière impulsive, sans retouches, à laquelle vont se rattacher toutes ces nus de femmes plantureuses dans des tons ocre-rouge.
Il souffrait de rhumatismes articulaires et fut contraint à s’établir dans le midi à Cagnes, où il fut frappé, progressivement d’une paralysie des jambes et des bras. Il continua néanmoins de peindre, un pinceau attaché à la main, pendant les sept dernières années…

Giovanni Sant'Angelo dit: 4 juillet 2018 à 22 h 47 min


…je crois, avoir, déjà écrit sur ce sujet, lier, aux arts,…

…pour ne rien dire, et illustrer, ce sujet, avec grande  » Vitesse « ,…

…les goûts et les couleurs, c’est répondre, comme un médecin, a ses spectateurs, novices et ,autres formes de théâtre,en plus déviances sociales et politique,…comptables,…

…la psychologie, à ses rounds,a ses inquisitions de victimes à dominateurs,…

…les contextes de profits, à vivre, sur le travail, des autres, pris en bourriques,…ou leurs confiances en leurs  » ânes d’or « ,…

…et, je n’ai rien écrit,…tous à nos chiffres,…ou est, l’art,…il reste, le confessionnal, pour maudire, les fausses vérités,…etc,…
…pour s’émanciper,…sur ses voisins,…
…vous dites, etc,…

Soleil vert dit: 4 juillet 2018 à 21 h 48 min

Christiane, est ce vous qui m’opposiez Renoir pour infirmer l’idée que les grands artistes produisent leurs meilleures œuvres sur le tard ? (j’ai la flemme de scroller ad nauseam)

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 21 h 44 min

Soyons clairs Delaporte et Edel, merde alhors !

J’ai copié collé un message laissé sur le blog de feu SERGIO (Amayerling). Je le recopie-colle

_____________

nous croyons que le record historique de connerie sur la rdl a été battu haut la main, les doigts dans le nez, sur une jambe, par le nommé Pablo75.
et ça malgré une concurrence de haut vol (les tkt et autres, plus récemment delaporte – encore que lui, on puisse penser que ce soit un canular).
jamais, jamais on avait atteint le niveau de pablo75.
si vous ajoutez cette idiote qui signe ed, vous vous dites que la rdl n’est vraiment plus fréquentable.

et qu’est-ce qui reste ? bernique. y a bien paul edel, mais il a des goûts que nous ne partageons pas, il aime thomas bernhard et gombrowicz, préfère harold pinter à beckett, etc. nous nous sentons intrus chez lui.

alors au revoir tout le monde.

Écrit par : nous, les membres du comité de lecture | 04/07/2018

————

J’ai juste posé l’hypothèse que ce pseudo était celui de Widerganger (mais il pourrait tout aussi bien provenir de lvdb). Et maintenant, j’attends qu’on vienne démentir, surtout après ma mise au point à ‘nous, les membres du comité de lecture’…
Je veux bien battre ma coulpe si je me trompe, mais je puis vous assurer que les opinions de ce « pseudo » sur Ed, Delaporte ou Edel le regardent. Qu’elles veuillent me nuire, c’est la règle du jeu, vu que là bas il n’y aucune modération et qu’on peut changer en permanence de pseudo en se faisant passer pour quelqu’un d’autre. Très drôle !Donc, pas de faux procès en « fake news » ou autres, SVP. Merci. Et bien bonne soirée à toussent.

Jean dit: 4 juillet 2018 à 21 h 24 min

Voici un certain nombre d’années, le musée de l’Abbaye de Sainte-Croix des Sables d’Olonne consacra une exposition à ces petites merveilles que sont les oeuvres « non peintes », d’Emil Nolde, encore jamais vues en France à l’époque. Interdit de peinture par les nazis, Nolde continua de créer dans sa maison (aquarelles et dessins).
On ne connaît pas encore assez en France cet expressionnisme allemand de la première moitié du XXe siècle. « Expressionnisme » : mot fourre-tout qui désigne en fait, ce qui, à l’époque, compta parmi les créations les plus inventives et les plus novatrices.

Paul Edel dit: 4 juillet 2018 à 21 h 03 min

De Lenz, je vous recommande un bref récit « Une minute de silence » qui raconte ce qui se passe dans la tête et le cœur d’un lycéen quand il apprend la mort de son prof d’anglais. Superbe de maitrise et dv émotion. qu’il ne se soit pas trouvé un seul éditeur français pour traduire « Heimatmuseum » de Lenz est vraiment stupéfiant.

Delaporte dit: 4 juillet 2018 à 20 h 51 min

« si vous ajoutez cette id.iote qui signe ed »

On l’ajoute, et elle ne multiplie que parce qu’elle est égale à zéro !

Delaporte dit: 4 juillet 2018 à 20 h 49 min

Une Ulrike meinhof est un épiphénomène exorbitant, quelque chose de vraiment significatif, qui a été nié par l’Etat, mais qui aujourd’hui resurgit avec force pour nous parler directement. Comme Jésus !

Phil dit: 4 juillet 2018 à 20 h 49 min

Bernhard immense aussi par l’autodéprimette postnazie. Lenz a plus de maintien, probable que l’Autrichien accuse un sang plus pouacre, dont il mourra, que Lenz. Il y des dégradations de nuanciers dans le postnazisme comme pour le mélange des cafés viennois.

Delaporte dit: 4 juillet 2018 à 20 h 47 min

« La Leçon d’allemand » parait en France en 1970.

Tous ces auteurs allemands sont essentiels. Grâce à un passé qui ne passe pas, ils ont eu une sorte de sursaut collectif pour réfléchir à leur condition borderline – sans parler de ceux qui furent enfermer dans un autre totalitarisme, celui de l’Allemagne de l’est.

gisèle dit: 4 juillet 2018 à 20 h 43 min

Christiane, où ai-je écrit que vous lisiez à la vitesse de l’éclair ??ce n’était pas ironique; un titre de livre ? hop, vs vs le procurez immédiatement et le lendemain, vs l’avez lu.Parisienne jusqu’au bout des livres !
Le temps que j’aille à la librairie, ça prend des plombes..;;

Delaporte dit: 4 juillet 2018 à 20 h 42 min

« si vous ajoutez cette id.iote qui signe ed »

N’est-elle pas nécessaire, elle aussi, pour révéler tous les travers d’une époque maudite, faite de pornographie et de stupre à en mourir, pour bien anesthésier les foules compactes ? Ed ou le summum de l’aliénation !

Delaporte dit: 4 juillet 2018 à 20 h 38 min

« delaporte – encore que lui, on puisse penser que ce soit un canular » Janssen

Janssen, désinformation et contre-vérités, jugements approximatifs et/ou intempestifs, et surtout « fake news », vous êtes la honte de ce blog.

Paul Edel dit: 4 juillet 2018 à 20 h 20 min

Janssen; Pas de désinformationsvp.. j’adore Wiltold Gombrowicz et l’immense Thomas Bernhard.. visiblement vous ne fréquentez pas mon blog car je leur ai consacré plusieurs pages enthousiastes…Ils font partie de mes auteurs préférés

raymond dit: 4 juillet 2018 à 20 h 19 min

Janssen : ah merci pour Duroy et « échapper »: oui oui les orages, on s’aime bien, moi et les orages; je vous reparle de « échapper » bientôt; cela paraît assez curieux de voir comment un roman peut susciter un autre roman autour d’une figure aussi forte que Nolde. Merci.

Paul Edel dit: 4 juillet 2018 à 20 h 17 min

Tres bon résumé de la « Leçon d’allemand » de Siegfried Lenz par un commentateur sur Amazon Lenz(1926-2014) est l’un des écrivains allemands les plus connus de la littérature de l’après-guerre et d’aujourd’hui. Il est l’auteur de quatorze romans et de nombreux recueils de courtes histoires, d’essais et de pièces radiophoniques ou théâtrales. Il a obtenu le Prix Goethe en 1999.
« La Leçon d’allemand  » parait en France en 1970.

C’est dans un centre de rééducation pour adolescents que s’ouvre le roman.
Le jeune Siggi Jepsen doit rédiger un texte dont le sujet est « Les joies du devoir » .
Un thème qui peut sembler anodin mais qui -pour Siggi- est lourd de sens.
Tellement lourd qu’il rend feuille blanche. Le directeur de l’établissement le somme
de travailler pour en sortir quelques pages.
Quelques pages qui vont prendre des heures, des jours, des semaines.
Car, c’est une enfance douloureuse, jusqu’ici enfouie au plus profond de lui-même, qu’il va falloir libérer.
Celle d’un père policier, chargé par le régime nazi de surveiller et saisir les peintures d’Emil Nolde effectuées par son ami d’enfance.
Un père qui remplit son devoir jusqu’à l’absurde, piétinant les relations amicales et familiales.

Une oeuvre puissante, dense, ou la symbolique est omniprésente.
La région de Hambourg , l’Elbe, le vent puissant, les moulins à vent, les couleurs ternes.
L’auteur nous plonge dans une page sombre de l’Histoire mais le message est plus vaste.
Face à la dictature, l’Art reste une réponse majeure.
L’auteur nous interroge sur la rééducation (ou son absence) d’une génération qui a agit en pensant « faire son devoir » .
Un très, très grand roman dont je dois la lecture à une fidèle « prescriptrice » (Merci Alma)

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 19 h 40 min

Sur l’autre chaîne, nous pouvons lire ceci (dernier message avant fermeture), ce qui nous a tout l’air de ressembler au « fumet gwg » (un comité de lecture à lui tout seul).
C’est-i par hasard qui s’rait le 2e à avoir été viré de la rdl, après la tique des bois ? Boudiou !
__________

(copié-collé) nous croyons que le record historique de conn.erie sur la rdl a été battu haut la main, les doigts dans le nez, sur une jambe, par le nommé Pablo75. et ça malgré une concurrence de haut vol (les tkt et autres, plus récemment delaporte – encore que lui, on puisse penser que ce soit un canular). jamais, jamais on avait atteint le niveau de pablo75. si vous ajoutez cette id.iote qui signe ed, vous vous dites que la rdl n’est vraiment plus fréquentable. et qu’est-ce qui reste ? bernique. y a bien paul edel, mais il a des goûts que nous ne partageons pas, il aime pas thomas bernhard et gombrowicz, préfère harold pinter à beckett, etc., nous nous sentons intrus chez lui.alors au revoir tout le monde.

Écrit par : nous, les membres du comité de lecture | 04/07/2018

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 19 h 20 min

@ c’est déjà une expression ultra moderne

mais non ! ce qui est ultra moderne c’est la façon dont vous avez orthographié à l’origine « non d’une pipe », ce qui aurait beaucoup amusé george Perrec, auteur méconnu de « Ceci n’est pas un cigare », … 😉 [je vous plaisante un brin, là, ne le prenez pas mal, mais vous êtes déjà si susceptib’ à votre âge !]

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 19 h 15 min

M. Prunier, connaissez-vous « Echapper », ce roman de Daniel Duroy, paru en 2015, et qui ne m’avait guère convaincu. Sans doute parce que Nolde et Lenz ne me disait rien, non plus que les amours malheureuses d’Augustin. On me dit que c’est un bon romancier, mais personnellement, je n’ai jamais trouvé.
https://www.telerama.fr/livres/echapper,122700.php
D’avoir votre sentiment me ravirait, pour sûr. Bien à vous. Attention aux orages qui menacent encore par chez vous !

Delaporte dit: 4 juillet 2018 à 19 h 11 min

« JJJ qui me fait de la publicité alors que je n’en ai pas beosin (et que personne ici ne peut comprendre mon dernier article,… »

Quelle confiance en soi ! ça fait plaisir à voir !

raymond dit: 4 juillet 2018 à 18 h 55 min

Alphaville: j’aurais voulu soutenir les admirateurs d’Alphaville mais bon je vois que le sujet est passé donc je reviens à Nolde.
Emil Nolde: autant dire la peinture par taches qui se côtoient; une verdeur crue, audace que l’on ne mesure qu’à Düsseldorf, pour moi le lieu de Nolde, alors que sa peinture est évidemment du Schleswig- Holstein. Sinon pour en savoir davantage à son propos, « L’heure d’allemand » roman fabuleux de Siegfried Lenz est une précieux roman document, en particulier pour le œuvres « non peintes »(en fait des aquarelles) et le nazisme.

Jean Langoncet dit: 4 juillet 2018 à 18 h 48 min

Je me demande si le prétexte générationnel n’est pas plus nocif et aussi inopérant que celui de genre

Ed dit: 4 juillet 2018 à 18 h 19 min

Bien sûr, dédé.

Ceci dit, « nom d’une pipe » n’est pas vraiment une expression de trentenaires (même si pour la plupart des protagonistes acariâtres de ce blog, c’est déjà une expression ultra moderne).

JJJ qui me fait de la publicité alors que je n’en ai pas beosin (et que personne ici ne peut comprendre mon dernier article, sauf langoncet j’imagine).

christiane dit: 4 juillet 2018 à 18 h 01 min

Gisèle 12h50
« Ch trouve « magnifique » l’édition en 2 volumes, mais Ch lit à la vitesse de l’éclair. »
Mais je ne l’ai pas eue entre les mains ! magnifique était à opposer à la mort d’O.Mandelstam. Une mort de bagnard, l’épuisement, la solitude, une fosse commune et malgré cela des traductions, des livres et maintenant ce coffret. C’est la résistance à l’oubli qui est magnifique.
(vous m’avez lue trop… vite, certainement à la vitesse de l’éclair.)

christiane dit: 4 juillet 2018 à 17 h 55 min

@Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 15 h 09 min
Ce n’est pas faux ! j’ai un rapport très émotionnel, sensitif avec les œuvres que je vois dans les expos ; quant à l’acte de peindre : quel bonheur, très sensuel.
PS : j’aime l’odeur de la térébenthine ! et passer la main sur mes toiles, toucher la peinture, la lisser, la griffer, l’estomper, faire semblant de l’abandonner, lui mettre la tête à l’envers, la regarder inversée dans un miroir, la tourner dos au mur pour la sortir de mon regard puis la réveiller avec un chatouillis de pinceau et de médium et retravailler patiemment une couleur, un dégradé. Poser avec un blanc un point de lumière sur la peau grenue d’un citron, le couvercle métallique d’un pichet, un reflet sur un verre ou sur une toile sans motif juste éclairer un ton. C’est en moi d’abord que naît la satisfaction, le plaisir. Ma main sait plus rapidement que mon cerveau. Je ne suis pas du tout cérébrale dans ce domaine.
Puis je marche longtemps pour remettre mon corps en équilibre, pour endormir la passion, l’émoi.

D. dit: 4 juillet 2018 à 17 h 50 min

J’ai décidé d’être réjouissant aujourd’hui, Christiane. Je ne peux néanmoins garantir que ce soit encore le cas demain.

D. dit: 4 juillet 2018 à 17 h 40 min

« Avec Nicole Belloubet nous avons décidé de supprimer l’atteinte sexuelle avec pénétration qui ne fait pas assez consensus auprès des acteurs de terrain que nous avons entendus(…) » vient de déclarer sur Twitter la secrétaire d’état à l’égalité hommes-femmes.

D. dit: 4 juillet 2018 à 17 h 18 min

Ed dit: 4 juillet 2018 à 15 h 57 min
JJJ écrit comme un ieuv en plein délirium. Il faut lire deux fois pour le comprendre. Un peu de respect pour vos lecteurs non d’une pipe !

J’aime ton langage jeune de trentenaire, Ed. Puis-je te tutoyer ?

Jean dit: 4 juillet 2018 à 17 h 15 min

Quand je pense au commentaire du tableau de Rothko par B-H L., je me dis qu’il n’a pas vu à quel point son commentaire était réducteur, à force d’être univoque. Non seulement l’oeuvre n’évoque en rien, directement, son interprétation, mais surtout, elle est, par principe, ouverte à toutes les interprétations, comme l’a voulu, je pense, le peintre, en choisissant l’abstraction et un titre qui s’abstient totalement de mettre les pieds dans un quelconque plat métaphysique ou religieux.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 16 h 57 min

c’est comme Gisèle du Lot…, Elle a eu beaucoup de courage pour nous recopier lettre après lettre ce tableau conceptuel de Sol LeWitt, à 16.41 ! Ca dû lui prendre toute la journée ! Magnifique résultat, entre nous !

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 16 h 51 min

et tous les ronchons ne portent pas forcément de couche-culottes anti pipi. En revanche, les ronchonnes du Hamburger, c bcp + probab. Du reste, Bérénice ponctue comme il lui plaît, j’apprécie fort sa ponctuation navigante, ses enchaînements séquentiels, sa logique argumentative qui s’éploie mangifiquement, comme une aventure spumescente et redoublée pr les flots. On épouse son style reconniasable entre tous. Mais vous, non, à votre âge, si sérieuse, si conventionnelle, si sylviegermanisée, qui vous piquez d’écrire si platement, avec parfois d’heuresues trouvailles involontaires. Oui, ce blog est toujours bin émouvant. Quelles qu’en soient les piliers.

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 16 h 47 min

« Bon. Ne nous plaignons pas, « les vieux », les sauter nous fait gagner du temps. Et c’est bien la dernière fois que qqn les sautera de toutes facons. Merci qui ? » (Ed)

Chœur des Vieux :
« Merci, mon bébé ! »

Jean dit: 4 juillet 2018 à 16 h 46 min

Relu, dans le catalogue de l’expo « Les aventures de la vérité », concoctée par B-H L., son commentaire au tableau de Rothko qu’il avait choisi. Il s’achève ainsi :

 » Un tableau pensée. Un tableau messie. Un tableau où la pensée juive apparaît pour ce qu’elle est : la meilleure alternative à la prétention hégélienne de fermer les bans de l’aventure humaine.  »

Bon. Soit. Mais j’avoue que si j’avais découvert cette toile de Rothko dans un quelconque vide-greniers, comme cela arrive, même pour de grands artistes, j’aurais été à cent lieues de penser à une telle interprétation pour une oeuvre qui, au demeurant, porte pour titre :  » Untitled ( Red, Yellow, Blue, Black and White ) « . Je me serais contenté d’en savourer l’harmonie subtile et musicale. Laissez-nous rêver, à la fin !

A la décharge de B-H L. dont le commentaire amphigourique achève, avec l’éclairage et le voisinage d’oeuvres sans rapport, d’éloigner le spectateur de l’art de Rothko, la reproduction contenue dans le catalogue est d’une toute autre qualité.

gisèle dit: 4 juillet 2018 à 16 h 41 min

radioscopie 14h12 . Challenge réussi…un Baselitz à l’endroit…ou à l’envers
data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAwICRYVExgWFRYZGBgaHSIfHRsbHSIiJyAgIyUgICAlJSIlKDYtJSczJyIfLkIuMzg7Pj8+IitFS0U9SjY9PjsBDA0NEhASIxQUIz0vKC89PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09PT09Pf/AABEIARcBxgMBEQACEQEDEQH/xAAbAAACAwEBAQAAAAAAAAAAAAADBAIFBgEAB//EAEMQAAEDAgMFBQYEBAUDBAMAAAECAxEAIQQSMQVBUWFxEyKBkaEGMrHB0fAUQlLhI2Jy8YKSorLCFSQzB0NT0hZEY//EABoBAAIDAQEAAAAAAAAAAAAAAAEDAAIEBQb/xAAwEQACAgICAgIBAwQDAAMBAQEAAQIRAyESMQRBIlETMmFxBRQjgTNCkVKhscHwQ//aAAwDAQACEQMRAD8A0zKIAi3IVKHt7Ck3o0Czmbhxq1FbF9rYwMsqcNgBbrRiisnR82YxLiswJ/8AJKoGtzIv5EVTJOlaDgxucuL9m49kR/25RFkqIB8lfE0vFkc02zT5GCOJpRHscxDzRi6cyicxH6REbwfDSrzeimFPkEVlOqE/5QT5xSnRrVr2QGUflTwuBVboLVqmTK1HjUtsCil0RINDZY7B4nzNHYNHVIG8T1g/GrbKtJ9i7uDZV77Lat8FI3X4UVNoXLBCRJnAMNJBZYbQRvgGOk1Z5XWhUfGipbDDHGIgKPE0r8jNP4UBQhSja5J4DWqbLul2dXgsgAJSOAH7aVGqApp9ICBBqowaXi1iAJQANAfvypjmxKxx/kXdSpxUnvHSTQblIsoxijqsKpOvkKHD7Ipp9AyidZJqcSyZ04Uke6SDyqcAOcfZBrChEhKQkbxlA87VfaKOMH6OrYR+Zps9W0/Sjzkirw436O4dAQorQ2hJP6UhMkcY18aHKT7IsMF0NDFOSTaTvgVOTL/jicUtwypSjahbZKitIi0ozmBiKiC0ujiTYzv1tUslEChPAHoIoaLqzyIGgFQIVTyiIm3AWo2V4oklSwJCiOhqbKtJ6POY1z9Zio5MixR+gLjmcZCSEEgwCYF53njU70FR47HNhPKL7jGaUMGJsZzJsJ5KC/ICr4/aMnkNNpr2jQhsU0z2ey0SHYqEICAYkSdBvioQz+1sUkPFKFEhUJUBdOe8+Ma02UJOH8b/AHJjlFS/nX7AASDY3FZEbWhnD4pSSCbiipUUljTGlYla1JyylM3+Jpibb0JaUVsptve1ycEsBSFLUoSEyBHAnxprWjM50U/sP7YLW6trEkrU4SpKv5jAygTASALAcPOnEkZ2bkOk8qNDLBPrCxB08KK10B7ItO5T7xM7jFBoKY22ud1VCFmoQGqoQC4JqMKFnW5QQeFVa0XT+RUYnAJSkIAhIve978aS46oa53ssgmniTqxRRCI1q5QxXtlj1PPpw6T3GhncjercPAfGqTlxiSMHkml6W2IgAKAO6JiN0RWFv4nXjF86Nn7KYchnMfznN4aesVowKoX9mby3eSvocxzqQtKfzHMR0GWf9wpk+hOBrlQKKUayOTpQoNkr8amyHiDxogJJSYqACsuoT7ycx+9KKaKSjJ9ME+sKVIEcpqrLRTS2cGhFQP7g0MlXuielUoLlXZILynjB0B5VOiVyIKcUZkm+tCwpJdHQ2QMx36VKJduj0byagDrTp5wOFqumCUSRZcVx8T8aNNg5RiBQ2Tpu50CzaQdDrmgVpVuTFuMO2QuSZE1XZfR4Rw9KhCViRaB41Aega1cKBdImHe7BA61LK8d2cCdagTxAvUCgYFAsSDRO6jQORNeHUm5THWjRVTTIpFQJFVBhTBAUIhZV+yzqlbXeYAlAPaqVJsU6f74407HGkc/yMnLLr0je7Y2gjDYd19futpKo4nQAcyYHjTBDdGH2V7SbTxzOIxDXYMtMIUQAgqUtaU58oKjHCTA1FjuhRSbLH2O9tTi2nA8hIebKfckBSVTBgkwRBm/Cg3QzEvyCHtTjP+6DzSilZT2ZBsYkkG2sydN1b/Hxx7Zj8mclpFk2yEpSmNL+O/4msM8jlJs6mPGowS+gqRSeh5JI1o0Ub2GYuoHjH35UYttopNJRZ819vMR2mOUkGcsJH35VpZzZ9nNgMBnarLZM5XAkza5BHoT6UERKpUbjZW3FOsPOA/8AuqyT+mJT4Rl9abCCk0WlOo2Pt42WwpWpAJjmJoSjUmkWjK0mA7ZbioRbMNeHCpSSJdsv8Km0+HlSWMDGgEiahBLaGKDQSdZMRy31WUqG48fMKU1YWKY5EpHX61SZaLOhOlWARi/SrAYntTHBhlx0/lBIHE6AedWA+jA4DvlTiiCtSrnfYDXj/asHkybeujqf0/HGm32GZZK1x+ogfIUpK0kaZOpNn0zDNBKQkaARXQ/Y48nbsrcepIxDYVqULI/0TyqT6DhrkeUrWBalGxEc3SgEhn+4oWWoInr5xRKsmkE7x4kVAWcIP8p9ahFR5pkqVEE9KiVskpUjuIayKI00Os1HplYy5KyD4VKQLAiyQd3OqOy0aJMYYKUEg9TwqJWSU6VnnAkryJnLN/maD7oCtRtncSJWAB4UX2SPRB1u531ApkW1QZiY0m1WQJKw6sQtQyiIq3JsWscVsNh2kxcJ8TUSKybJOoUkd1SSOon40WRNPtCTiVHp5VRocmgYUedAtSDJIyExebTR9FPYNkJMhSo4GN/0qqovK10eaQDI37qlEbrZFJ0qIJE1Akkxwnz+tEDsMl8jQAeFGyrimRceKtTNQKil0DoBIhfIeNSwdg5oLsNiezAjDbU7QJJ7ZtQIFyVSDI8ItWyMLijlZXWVivtdjMRtN1GDw6ChhLuVx2e6VASSYPupE66mN8VRumVpy6L/ACIYwZwmFEIShSZOq1EEEnmSSaqpXKh/4qg2ZP8A9PG4bfsJC0CYvorXkI05mrZF7F+K+0NBrttpd64R/wAdPUVsl8MWvr/9EL/Jn39//holC9c9HUbJAaVH9EX2RSq5HGPrV60Kv5DbCwkKUfypJqYlsrnfxPjWPxBdfcWT7yifDdTzmt7OKxay8XZOfMVTzNAjbs2mzDkbWgwLiANICMvyTWnEtoORpRouMP3kpHFCP9oqs/1Mvj/Si32egJSPvj+9JkNiWeAVKTyNUkFDBFVCRIqBKHGKDmIg+6jXwufM0mTuRuguOP8Adlmw+HEBYmDx6xTU7VmOUXF0wON93x+tCRIg8/wq9AJojdvqAMv7eYpKWUoUbE5iOITp4ElPrQm9UiyrtmEwhLac2qlkmT1A040qUeTovim8ceS7ZrvZTClxxsm+UZlE8LEDrMUiCvJrpHQm+OG5ds3wArWc5lRtNH8ZBk2SoRuuR9KGR6ovgXybOIMWk+OlJs1vZEpHGg2W2cHIULCTCTyo7K6JpB+xRAdJ5UbIRLsGRrQbolWDUZMkyTVXsKVI6pKtZoMiaOFCxwvQphuLItrKTNBWFpNBlLi8yqrFKvRzPJqEqjwUeIvrpVitEVp711241Cyeug6ez3qUfOjop8judrgTU0SpkTlMQk8ufhFQO17OlDg/Kr/LFTYLj9g+3IB58aFluKbBJv1oFwjzCkZSbE3FRporGakDE60CxFdRhR4q4VCI6lfKjZGSUoUQUDqEIlNTsnSJAUUBiW19muuBDjCkh1E5c+icwhR36gDdWmOVKNGDNgcp2gux9mjDsJbBki61XOZZ94yb6/ClykpLSL4oPH2x0p41ROnoc1aaZQezyUoxmNbAUkFSVAK33VmI5ZjbkRTJW0jLhSjOVDewmMzr7+5SsqfiTWnyHUVEV40bk5luTesqTqzdauibbZVoD13VVXYXSQX8GJmaaujO3uxTbLwawuIVwbMdYsPMipj02Vzv4nx1VMOeTw0Bac0xmExrEiY50SG72jd12NAsgRysPhW3x0U8h6HME4UvNA6KbA8cv2KVOLtsbjkqS/Y0IPeSBurOPHcC5BI3kj6VJKyJjTz2Xd/b7nypLdDow5FNj9qKK4bVCRy1NJlNt6NuLAkrkVa3Dfid9Us0cS+2U5LKZERbrG+tEHo52dVNnsd7vj8jUn0LiYx3aTjac2dcm8An4E2FZoucn2dKcccI7QxsjbLykpK1Zis2BAESYSJHz41b8zjLiKj46nj59FT7crLmIKD/AO2AkEmxtJPmYp9/IxOFxMwBmMg2AIA4AGB4m5ooo1e0+i+2Ziu4CTliBNxG75VjywcX8TreNmjOFzLRT7kApdXyhZ03RfSlwyyT2Py4IyVouNiYouKWp9YVkSAkqAm51ga6dda1LJyjs50sLhLXsscREZgsKHqarIZB+qFkqqg4KlSedEq7JpUniaKoDslmBB1q1g6BLRz9ZqF0zqdNPE1KAz2VA429aFInyPFwjRSvOgyV9hQpREAqM1NldIWy1UYT7E5c2U5eO6jXsHJXR1hgrVlETE3NRKwSlxVs6pkgXq1AUrPNpqJAbsMVAflT43qxSn9nluqHAdAKlkUUDSsBQMkx0oFnG1Qz/wBR6+dW5i/wgX8ZmBEC/KquReOKhSqDgqMRHhxq3Io4WeeeCtw8qDdkjCiBuKlhOCKFoOzhFQKPRRBZwqokR5Kt9WgUmdmYqeiDTbZPAVZRTQtyphSz/MPMfWpxK8gam+lCiyZ4NyO8bedXiikv4DsYZASAkWH3uqzbbtlElFUiZbRwTQt1ROO7J9sgb/Q/SiCnYs85mNiYqrl6LqHszft48U4IpGi3EJPqr/iKtifoz+UtJnzltJUsITqTTbMSVhSAlYzaAifSrANTgsal7OUz70mRx+zW3A0xOZj+DUVPpJ0QPQDKPvlTMtRh/JTDc8i/Yv2nJhW8X+/KsUfo3yH1v9moKIOUSSelVStUFutlcdsKdWSPd3D76Vnz43Bm7xJRyRZQbc2gWigJMbzz4Dp+1LxwT7GeRmcGkieF2ogpGZUqIJMAW0184oPHvQYeQq2ExeKcKUhDqg2RolRGvS+hrT48Y0+Rk8q3JOJZ7C7JOFShDiVrKipfGTu42ECs0mukXWOUdsodqsFDiGzw+JjysaHDiO/JzpDTbIgAWEACOlqyPs6kUuNGf9ons+JKoMzfrAkn0rbF8lZxcyUZV9CeysPkUSred/LX41Mi5InjfCTb9lw22hKSkARqP2rNPknys6eHg48KG0iAPlWZ9m2vjsb2Qm6xGuX/AJGtUf0nPk6ZcIEVdCn2RzChoskwiUzuoUGzhHKoGyJzTU2HRMA8aICbYM8Z61ZMDaJqCZ92PGpaAr+zhIG4TQsNNk041YEA2qcgPHFi6iDug/fGqUXqgyHVZcgJIP5Rf0q/aoo1G7ZCY4giq9Fuw+HeSJKgSbRHzq6aFTi30MphQs2L/D7NX79Cuntkm8KTOYJHIUUgOf0RLKJM30oaDcgDjjYMBA8f2oWi6UvsEUg6egqtDLa7OHDcAo+VSiczpwxH5Vc6lE5i60wb1UYnZGKATsUaAdy0KBZ0RUCcIooDIhPKpsh63CirAwrCQTemL9xTdDRQnifH+1Wr6KcmuyBEUCy2eA51AnQKhArDoSb3FFMrNWTcxiNIM8AJMdBVo76QiXx7Z7sFLEhJTe2bKD5TTKitNivyS9EV4NSZVBtwvbXQXpTivQ2OVt7Mb7ebRbdwraWlJXldlUG4ISoRl13melNiqRkzSUnaPn7aylQIMEaGiJDhRVrc8asDs0OwGIYWudVpQOsE1r8btic/6S/wqVyQgC4CiSJsLakgRenTUX2Vx8k/iN4d13TMgnhY/A0lxguh6lN9tBdqY4nDpFpVax4QT8vOpjxrnYMuT4UVWz1Htgme6EEnr3QPnWXzmuSR0P6dFqLbKT2keC1NqnVM/wCo/Sk41QPJdtMT2WApxAMmToPKrS6F4tyRsMYkZARuMelVwv0b80fZUPkh0BFu5eP6j9ay+Qqno14XeO39lv7WtAOtHik+hH1p8ujmw7PBEBJ4isMls7cH8UVW1sAVpzpEqTJiNRz6a+dPxTp0c/ysXJcvoq8CyCsBaCDvvIg8Ouop05LjoyYYfOpIuU9nNonmIPhXPal7O5GUP+pJSTyqqGNotNjJJz67tK1YVow52rotOwQdVg9DTHFP2Z+Ul6IKQEqiJHEGfWq9MYraIhRGmbz+kULLUgyJOpiomVdI4sxYKmowoik0CMIFDl8aNgo8SKhCChNSiyPAkbvSiTTJlwlMHTlUBSuyxwONQlIRZMUyMlVGbLik3YnjykrKkqmdbabqXJbsditRpoWRE94SOExQGO/RYsYxCRlCSAOZNMUkZpY5N22FTiQdwo8ivBgCtKSVceVDovTehV10KMgnpVW7GxjS2TafUnSR4fWinQHCLJnaLn6vQUeTK/hiQGPcmc/34UOTD+KNdAn385lRk9KDdl4x4qkDkbqGi2z0HnRAFQwcs6UaKOaugUUNFzhoaIRynjUtEo4pJopoDQZsneeVXtFOLDBfSoTiSCgdSBUJVeiClpnU+AoFrI9qPsVA0cdfAGhJJACRqSdKZDG5sz5svBHfaDbaMA0hSkFZUYhMC4Ekmd1BLkY5zrbM7gvbDEvrA7FLbSjAXckyYGUq7pI6RNB4l7KxyN+iw2DttaWe2xjwCCtXZnuysAbhvGtgAZGsUUqVIKl7ZR+1QYZSnGNMjt31SoOd9PeGYkJNgd3jWfx/IeScoP0Wy41FKRhFKkyd963GQYwpuKsgLs2fs5s0FhBdcCe0WooQdTYDSeW6mR8j8ehy8P8AIlJssNoYdaST2S3QEzIIJJkCADB0vwgVf+7j6Ky8Ga72VDb6luZTg3UJuSSDNhPCN3GrR8ttin4i/wDiyxew6QARMKBibEbrjyrR+TVi1hV0LodKW8U4NQmB5fU1x8j5ZDvL4YdfRmcaokITwT6ST86ejlzd0hzYWGJdQdwIqk3od48bkmazF2bA4qquFezoZX6KRlJU8vLcxHlArFkbc2zYko4lZpfazDz2B5keeT6VsZyIio90Vhl2duHQJb6kd5CoUDI53uPKavjkozTZnzxcoNLsYxTeCWVKywdRkMX38h0NPlOBhhhneivQtIsLp59N9YpO3aOtjTiqZ6Jqmx7prob2M/33UE2UNQNIjnXQjFfiOPkk/wA7LNISKVpDnbJBYqWiUzs0LISCeVGrJaIxyqUWs9m4g0AEkydAo+FSgWvs8CRx8qgexhGJWmIi3L40bZR40+yLj5VrHgAPhUuwqNEAYuKmy3Z2cypXI6RRp+wdKoksTkAHZ5iZvI3UWl6Kwcr+QNDiUiCgKV+pUny4VW0WabfZ5t0A3E+FFNEaDYnazDSCt2EJG/Tw/tV076M8lxVtlcv2r2aSP42u/X41Fv0xX5q9hle0GzxcYgHkDRlHirIs9gf/AMkwP61K6QfnS3JfTLLIwh9o8Kr3UKUBwEGlvOk6oKcu0xdv2hZWruYV4+BHxt61dSTel/8AYVOde/8Awaa2ik//AKyk/wBax8ATRt/RZOb7ZF3GBRjIEQNQZnl98aDY2EZAXcc2gStQSNSTQC5KPYi97T4NFi9J4JSpXqBFXUZP0Kl5GOPsSxXtkwhRR2Tqo5J6/qq34ZSVi5eVBOiOH9rg4QEYZxRJ5fECqTxqCttEj5XJ0osaxW18SE/w8OAeKlZo6pAB9azxz437GylP0g3sbi38S86nEwnImyQiBc6ySTI4Rv1rZFQktGX8mRP5GqGzr3V6Vb8Yz8/7HVYIDfR/GD+4ENouIw6czpVEx3EKVrySDU/Gw/3MUV//AFjDkSFKV/gWPiBxFM/tplP73G/ZJO1GuMDmD0qy8Wf0D+8xfYo9tJAxOGg90rWoqMiyEHjoJV6Ecapm5YYPQuWWOVriwuzWP+ppdOJUQhvElIbECcqfd81TbXKOFUrj0US59jyszquzcw7KmgotxN0pFgACL6CwAF+VxFmieFpJsS2/s04h9DKR2WHZGeQkXURACegmsWfyvx3/AOIqsXKjO+3OHcXkKUK7NhMKUYAleUCLyr8twLVf+n45cXkf/YX5UtqK9GP7KQoykZRMExOgtxN9K6LMiD4BQSoKImN1EkdM0ze30IKSMOCpAISoquAZsLW13a1Rws2fnSrXQ0fbA2/gf6v2ofjLf3X7HF+2a5ADA6lf7UPxB/vGvQqvb61kKU2kwSffIEklWgvv9Kd/IlZX6Qnj9qOOJy5oSfypEDyocdgnlk1RWISSb0RKLDZe1UMKBXJH8oH1qk1aH4cqg9mteGZKFj3SBHjehj1o3zqWynUlTTpySSpMnzrFmhxejZGXOO/RrfapCvwhUD7igST0KR6qFarOWVGzUrLSe0TlWBBvIMWkXrHOrtHVxOXBKS2cxTY1IudPvwpchi7Fez4351S/obxXthUqEW+FSmWUlQu6qBJMTTYRsz5cle6FcIuVOKDsOJmAnhMXNxNtORrZqMdnL5OU3W2HZQ/qX1RMjhFD8mB6bAsedO6/+x/DLXmSlSiriQrU2j1nSltwvTNH+StoHK+0VlWtIsYn0+NdCHiwcFJnMn5c1NxRDab5VAC1hR0OcpFjoTNqfjw4520Z83k5YUn7E07SdTZJsRvWpXzgeVOXhw9iH/UMhZYLHurBOUnKmCc8Tfdz30jJ4sV0zVi81y/69fuMsbWWrD9olKgc+TLnJIsVHvcLRpWX8E4ZODd2N/PGcOaQZG0HHMsDIcuilKXfWL6cPKpnwcYcmxvi+SnLi0V+IxWIUpaA52awSUkISUlFxBBEgzFK8fFHJJpmny5yxRUk+wCVY2SC+kDk2n4R862/2mNHPXm5WAxJx/5H0qjVISlJPmPmKH9rj9B/vMnvQDAKxb2cl9TZScpudbEwnTQ0v+2r9xkfI5bui0dQ+nuoxalD9SkpnyiCPW5rneRlWGVSRsxKWVXCQv8Aj3Uq7MErWI90xJIE62SAbkxaQBc1RJT36NEfikvY69h1Lsp1wDglZTpfUQatGKiMlivtmd9otjthAWC6t0XhSyqUj3jKpPrToPdGHycEYw5bK7D7KUVx2bug7qAHDcTNhEQRWiMLWzkyycZUkSxDGRRKEkAWsSCd1yki809+PGhEfLbZLZAxDzgZbeUmEqVClxZIkgHKbxO6suTx8fdG/DnyyaimXh2O9uxLg5TO7jlG/lWfhi/+J0fw5/8A5BsNgnkOJJxK1I/MCEzHCQmio447SCsWa9y0XQdSdJnhHz86A5xYNxBF91Bjccr0Qk1C7E8Xstt0olLaSFpJUUzaZUDxBq6m0Z83jxmutmMLP/cLbSSApxSRzGYp+Fa8vxx8jjxVyo+j4PDoZSENpASBArxuWcskrkdmMFFUghAOvnVU2ui1B9mLKHMqfz/IE/CfSur/AE/M+fB9My+RD42X7STBK4nMdOEwnxiK7hhIrFxVgFT7RPlOHcHukpMEG9gT8hWjx4pzTM3kSqDMPhdIj+aeHjXSm/Zy8ab0NtpUU2AKomNBxpbdIelbC7UUlKsNiHEBSWzleSBIhYgzxE15vG8kc8ll/wC21Z2JcXBOPrsfbxSU4j+CUqSXS9bQlQkG26Cr0p0ma8eNSqI9g8RmxDbSFArz9o7rZOVcDlcieoorQc7vV9eh91wqUd/39+lcTLJ58lR/hf8A9ZKUVZ889ttqq/GuNJWS0lKEKSTaRcmOMnXlXdwQ4RUUc3LK5MzDyhYC/H5U5iRjDtmY0I+9KJZKwzw0ECOX3PnUCyOSoSjqGzNgSflUBRbo7JLYAaOfeoqyjoBvqtmlJVVCriSYOcCPvhPpRKNMAtCUpJCvTWoVaSRXKSSOJNgOJqCkrPo3bkoQjQJAnmQImhCNHXl0ewDqUurnXKmD4qn5VlzP5jUm8evsvtowvDqSrRREjxFhT3C+jHGaXZRFcFZgwkkH9q58YNt0jqvKklbFnH81xccj9xVadllJdgC6JkzR4sn5I3bOtLB0T9KlMimmj34dTkJQnMZsAN/XdxrXihJbMHkZIy0mB2O2lKYSTlsqSNcwzCfMeVDzVJUing8abLcNjU1yKOhZxTaQRpcT8RfyrRitgvdCraxmUZF7+v716LEnHGos89lalklJfwQRhC4hCEgSYMk6E/KnYfhG2Z86/JKkVzuFKFkLlKhuN49a1qVq0YWuOnoLh32kggpJJBEhRT0sN3jVZRk3djIZIxVNE8G5LigkkIgEJkxoPOJN6XOFuLfqxsJr5Je6LPDqyrT1HoRSPIjyxSX7DcLqaf7hnVZnXbRCgBz7iD8Saxf05Vhs2+XJylXpEDrbxrh+X5MsuV70djxsCx40vZ09ZtSI5ZY38JDXjjP9SFsRieyQtWXNlSTExNjv42PpXpfC8n8+Pk+12cLysH4snFdMX2njw2yHmwClYSUkncRwFyZtFczysUs3kNy6RvwzWHAuPYXYmEU22S6ZcWcyz8B4fWmUkqXRswQcY3LtlxgP/KkxMGaMe0TPL4MpNmbbXjce7hnwkNBa8oCQkgAlABOp94HrNaHS7OMpOToawQcTj1NpIRMZjH8qAT5o8zT41wswTcvzcUZp9IBUBeJiPStq2jl9SFvZ62NR0XrzSofA1hzuos7ngrllibI61zrPT0mSSZo2BqgqUaX3zbyqyM+Rq+iw2c2lZKFCQR8P70yCTtMzTk4VJFUsQpQv3TFx40uUXE2Y8kcvXZ6gMKH2g2WVkPpyJcsEhIiQgISkq3ZiSLj9PlojNyjxZxvJxuE7X8lrsnbKH0fpcA7zZ1EW8Rz87157yPFlil9r7NuLNGa/csW4GtyTWRpsdZxzElshSbKGkiuz/SPG/Jk5vpGDzc3CNLtl7gMctTTEgqLilJUoCyQkLUCY3SkJ/wAQrtZIqM2kYoSbjbHoqpYxvtjthC5YbhRSe+rh/KPHXy6dHxcTXyZzPLzp/CP+ymwLcoUeKcvhEH1PpWif0IxXVlhhUb+XxpcmPgvYy22hyW3QShzumNQfykdDBrm+bj0sq7j/APhtwS24P2VmxGuwe7JQJlZQFAQAlMKKr9Z36VgU1kSkjp4P8dovG9jqaxS3mwG2ikJTBkqzBJUVHjIN+dU8rLwx67KYYLk2y6bSltQClXIJ6JSO94CRfpVfG8ZYl+7KZMnJnzTbmzRiMa67mDLSyCnOAFGAlJISD+YyRME610VGuzHLb0Ue0cOhp4JRmIABOaL3PyouvRRqh85pDibqWdRMzMee6oNr2gr2BLbQU5OdZsDw4+f3epdlnDirYiIJmiLLDBYZwhOUDO6oIbSRrJieQB38jVXIuourPo+E2Iyz2bZbDiiDmcUAZICZN9JMWFUdMfFtezF+12EQn+M13BmVKI1IIiw496RyoRdMOWLcdejJl9ara77D6U0xW3otth7FU4tLi5DY7wkQVEcp0nfvioaMOFt8n0asC9WSNsmJN4lKMSrNpkA8ZB+dY/Jjxkm/Y/DLljpemW2JxRURwER8a6uOGjh5J7ASb6XiaMcUY9IEsspdsSTgxESRB1k9SL1T8MfSD+aftnXGBoAOZ0gcjxoSjFfFItHk/k2FZVaNeZ5c6escfoQ8s32w+EdyOJXwIPl+01XIg42DwmHTmWgG6FrSI/SFGPQis08ccsd9mnHmlilaIysAj965eTwZrdWdfF5mGbpuiT61pAzlJlNgNw3zbrWjxvCm38tIz+T52KCrHtizKhN67UopdHCjJy7DqSJTKdIi/DTSouqQHt2zr2zA7LnboBUbApIg8Cq80Fl4aoksH5PlYtg8LKwkttkp3lRhXQ6catknSu+wYcVyppaANx2yvdTOgTpFtPKipXFAlDjNssFImQCRzGoqklaoZF07O4BtKC4hAIAUDBMwFJEX5kE1h8ZKDljb2bvIuUYzQwpF7VxPM8HJGblFWmdXxvKhOKTeyE1za3RtK32jxaW2SAYUsFIB52J8AT9mvQ/0/A8cXN6s43nZFOSgvQj7PYIuhlx26WgezSd0qJCj4kx0Bq+ZpOkX8WHJpy9dGmikVR1Uyl2zjXBIbMAqCZGtgFKvwuPKrpLRzs2SV0in9mnSvaKlCJWlUzuMCSL6yLdatmjyqzJ47+b/AINFsZZGMZLiic6CSZMmQpV/GtSX+Ol9mLNryE/TVlNjTmdWdyio+ZJrZFaRyJyVt/uJez4BxqAdwWR1ANYPJVo7n9P/AORM2ZPKsB6fSORyqBJNuQsJg96Y8L/WrRWjLlk7qizwKocSdBMHoavB0zPljcRBnFAY7E4dcFC0dolQ197LHAwbz0pr2qZlxOUcirs62kDMLGI+E/OkcaOnKal0VftU0Pwq1ZikpA0m+YhBSeRzecU7AvkY/LVwEsM43+GaW4puYzgBN5Fja99xPOt/KD+Mkcp42txZZYXFZkAiw4KBB46Gs78Hxcr5JbLrPnx6bI47aLLKgXXJ0MDUiQD01noDTsaWKKjGNC5fNtt2bbYQBw4KdCVEcgVEj0ik5X8h2NfEltFC1NLS0oIWRAUd3Mc6MKT2CabWj5lj8P2UAdD1BBmuzCXI4mWChpFrsJkqaMi1xPEf3nypOV0zRgVxGloglPCKonexzXop3dvtnEdmkSmSCsTGa9gALjiaT+RdF+Psc2bjUuv4h2ZbwrY725RgzHUgjnNcnhu/s6uLMkt+kM7G9owjCdti1qdW64S02hP6QhAjckSJgneONXniU+10IWRpX9lLtr2wW+2pKUdk4ruq7wV3Qr3UEREm5mmqKQqU20ZVeZSiSdOenThpVxW2WmOQHOxxGogBfUHSOZzDpFRjO6kTwrqg1mTIIWSkjdpHkahdPVmjx6O12a24s5lhoKzcTF5+FKWpGuS5YrZl8Y2hlWSc5AClEGIJmUddL01OzHJKGjR/+nrBexa8Q5fswUp0AzECAkbglJV/mFVYYJy+Rv39CdcomALzegNRi9s5ezcAJCnXUpTFikJABI4GQr/MKpkfFIf4+L8k39UBw2y2mLtpMmxUSST5/KtajpMRFRjJxQ0KX7NtrhZ4VYU2VGMZzPm35Qfv1rneT/yG7D/xL+S0EQDPSu/E8vImNPAVAkQnWgQi5QaoKd6BpTamCmMJUBMXB/uKpKNrZeMqejiAEKJiOI56ffhVeO9F+VLZFTp3C80xIU5NgXcWFWI03UVjp2Vlm5LiQASb+V6nFJk52grZIi+mlRxW/wBwqTVfsRUzJJubkxNpOpihGKiqRJScnbGmWxC8sp7pzEmTEaDhOlKyOWh+JR39exFpIzWvrenLSoQ9uxomKhBjZhQHlAKIUsHPyCUkj/ca403WVtnchTxpL6Bt51AkpyROpgCOfDnXQ/PBRUmc1YJuTSKx7E4srAaw4WkpBCpBE3HvhUHcdazuWC+SS/8ADRGGauLf/wBnHtguvx+IU0jLEJaBUQY0JJsDIMX3XqLI5y0F4ljXyG9iiUbrEgRuGo9IrFP9TOp4yVWWMXA++NVY9zSK15oFlxQ3F4+QKR8KL0zC1cWyo9icKkPKWfeCbA7u8PpTMktUZ/Fh8m2XG0EH8Ujs5BIKQB46eBrV48rg7MH9SxuOWHH6Edo7MdaQl1YssxM3kib+vlWqGRS0jlZMMoLlL2Z1h8s4ptY/VHUKOU+hrJ5K0zqeFOpJo3xWmuceqSb9kS5wSPKgX4/bOtyFjcYnzka6TypkYsRklGqQ6k1JKmJRl/a/GnC4vDvNnMoA5kkCClWW0D+lXpT+0c7LJxnZoMM+HG0rAgLSCOhuKS/o6UHyjYl7RMZ8KtMkSEzH9Q9Jg+FMxfrQjyY3jZlsUtKf4aBCUKUAOVj8Zrfkq6RyYP4odY9oHGUnuh2RNzYcZHnWdw3a0aPzOKpqweC2qlb3avob7pHeCAIFwEzGkmfCr1KuykZpvaNdh/adztVoQ0hTLaAc2feYhO++tuVSGNydFcuVK2iuxvtJilpUkhLWvukkxbUkC+unKt2Pxkuzn5PKb6Kp/vAbzNalroyNpvZbbO2s2EobEk2BI0B0jnu041mmu2bMcqSi/Yj7W7SDeZtJ/iL4bkzeesEeNInOo0OrdmTwrmQlUDOn3Zggc43m+hsOdY5716GR1s13sXsYuYV5Ts5HlIGt1BJKlH4jxNCk3r0PxxfDfsp2lLDLDAhaVqKkgjicmvAm/lVJ7TL41x4+7K7bOEDT7iAbBXd6RNMh+kTnjxyNIWdbUCSQYVMHiKsLaoMH8iFIvcC26ZH0+FAN0qGYjDNqkjvgRO4hU255R5CiH0i92JjQrCOsLMdmZST+lRuPOf8AMKW1uzZimnBxfoJt7ZodQh9JSoJyBQG8SZkjqKCdaLZcaklIY9gsAtKi7MISpyROuYICbabj6Ub2KjGob+zc4lakpJQBmVF404dbXo0BGf2thEhttsaoWlRUdVWXM1J47o1eNPi5fwJr08a0J6oXKNSs9S/Zob+KREVYVQm3fEkESOzHof3rB5G8n+jXj1i/2MNAd0bq7i6PNvsIhO4/cVGRHVmoiMERJPKiwJngm8Giir7ORB1ogCAyPvSq9FttEkp3i5G6hf2GvoQxK4km9zawpq+hEr7BIxYTuSfGgrbphbSWhxKyQDAANTQdhMp40C1MUexST3Zmfu/DxofGw/Kq9HUEDT5VYqGSq4oMi2xbFApD2IvCklLYG+AQVHlY/cVxscFK5yOxlk41FGfwu0lqbW2bjujvE6DUkaE2Bvvim+jMpWLHaTiULbTCUFYNhHeSZCupgeVDinsn5ZJOKNpsFxSmUqXBUTJMbt3pFasUeMRc5OT2T2NBaChopSlDoVGOlc2f6md7xtYkSOIAxaUbyPjl08AfOpVoVOS5ULYYks4lEmYUqOZSQbHSSk2+tBraFRfxkkVfsZ/5npNwkQnkVEz8POrT60L8a+Ts0LCYxzGdJulZGnvQY8bA+Ip+Jf45GXzJXnhf0yftNiJw5bWRmLmYf0jTxv6U7Ct2jD5Uvjxf2YjAYYvYpKQMwSQVcIETM84HjQ8hqhvgwbkv/Tcfh/hex+Qn0rE8bPRR8hJUeVhjxnpP0pdD1lPNMnN9atx4i3lU+hqI0qvZR6MD7buKcxQRAskARwAKifU+VaVXFHKztubNZ7Pk/hGT/L6SY9IpMuzo+O7xoPtJBLKwJHdOnAXN91hVsX60HN+hmEx7ZbWokggq+IB+vlXRzR4yODCVq0BQqW7nmPM/Ok2M9BGlJDSs0kFQsOUz/uFEHod2S2StRIiSAPDdWzxf0tmPyf1JF7gilSHURJBzpPKVA/H4U6dqSYrHTjJfQgpV7dLbqdejPxdsHiMWnDhLkZiO8BxMggecT40jLNRi7H4ouUlJejMuvqcWpazmWoySeJrmG81Hsx7Mdul2SmVNJvE5e0hY6KCAlXVY4UuTfofCBrdqYo4XBwwlMoSgXFokTYRuJpWJcY0bJqomYYUlzG4eAEhKJy8IClH1PpVu1ZWFfkijLbTxHavOLH5lKI8SYpqVIxZJcpNlpth1paWw0rMA3e0RpbrAv1qBlTWisQ1mSpW8W8h/ao2VStWPdjODSRuUVeU/U0Q18Rj2cGZ8pP52yL7zKT8qpJ0huDc6LJ+cM640bpUmPA3B6j51O1Y93jk4gXdpu4fDhDSspdVmKhqkACAOuvlVkhE5uqNR7N7cJ2cp7EuFRQ6UKVF+/lIsB/N5dKnTBB62T2mvMuQbQAPU/OnUOxySQko0Y9Fp9nI7w5z8qU3s0JfHZ6rFH1oVbVlxM8W/mmsGfWQ2wV4V/IVjQV3Iu0eZaphiu5qUSyCbGTrUIdFpPE0WwJAQCDzJPlaKXF/Ki8l8bJzIprFI602VnKkEnhb51G0lsit9HcXtHDshTbRU86JSpagcqVfmCZi8zx0rPDlPvofJxj12UTj8zv15z5762bSMWpMVfWSfh0qNa7DDvaAM7Vca90gj9JFp661heRxdI1tJ7AYjar7kgqMHcIHw3UuWST7ZIx3pC6nSmyRlIOs+G+qJvsu/oK1i1yFqUVZdLnXwoub+wJLs1GwG3VKIezQkT3hBJ3D4mj+aTXFDseBJ85eju2WH1vKGaGsoygac54c+tUklHRa5TbZmcIAlS5HEnwk0UKQopOvIp16R86hVm+2OiMOmNyfv4Voj+kjXyO+zpnDNDgCPU1zJ9nc8d/4RXbQy4hpwEpjePGfiKMejPlXyTJ7PcHbERAcbOvEEfKT40Jhx9/yip9j3f+4eSr3kpjwSr96tPpCvGfzaNZthWYJWkBLjSsyCBqdYPWPhTcM1tMT5mCTSnHtGb2xjS8oLMSQZGgFyB6Ret8I8Uzz+SbyyTZP2LwZShTytXFW/pTPxM+Qrm5pW6PS+HjUYcvs1OWdfOlQm0bJwTRyapexlaOAR8ajdkjFLo6o0ERnz/bOH7LELWTmMKAHDMSgdTknyrS3ySOVOPCTNjsVrJhmk8EAUlu2dPCqxpE9qPJS0QpOYOS3/AJwRJ9af48byIT5k+OJmG2j3o6fMiun5S2jgePuLEXGz2aTOkp8Jn4k1hND6GWsOpTJcy9zMT5QD8qtZbi6su8OpOZBSSRz5mt/ir/GzD5Ul+VUMbNduuPzIP+5Jp+RdGfDLtfZFhI7W4m/l9iaj/SFfr0CdSg5kCFL7RtABGmYkTP8AiHSKz553EdhhTr//AFGXWhAcVk7zYUQkn8yQbeYjzrnmz2fTPZbEJbYUgSXVpDhMf/IcoHgE+RFUkbMSX/8AQG3nYaUDeRljjyP3uqqNGV6M28gJU4637qWNeasyBedbVIqo0zPJ/JyXpFa822nCNqHvuEzvPdKgeg086aZdcRIGAKhUtMEjDllKS6rtFG6cosSYuZ0rO3l59aHx48O9ljhMCr8E+2R3mlSeh+5p5FH40V2xWc60Jj86ZPIEGKD7BBWjT7TYS6UJJHaAgKP6UEwJ+NIjLlJ10apbX7maxILqVrE2No0hQ3dIFakZHsd9nNqhlp5pcFKlJIncq4kcdU24A1PYIOtF1szEqdZSpUZgSkxpIsIjiIPjTE9GnErQYiouhsu0dUNPvcaSv1GqVcGcJplbEXor3j/HA/8A5/MVh8n9ZrwP/F/sZbVNwQRuI867OJ3BM85lVTJppgtHFquOtAI5hmQpSU6gXPWk5WOxoG6AbWmhVhToCWTpmFM50hfC2WmEwqWu+lXaupn3SQkTbWDNv7Vjy5pdNGrFhjemVG2sMvslvqbbzFQvBzCbTYifGTenwmtcexM8b3ezPrc/TzNb9s5/FLbFyw44YSFSTYDfy3R51izpwuUpUjVianSitnEbDeJAgAmTdVotaNTv3VzvzRfRtXjy9lr/ANFdQyAxGYkEqSFBRHCTNunlVXd3I0RXGNReylx2x8QhalLbVA1VBgneRNzrHhT47jaMcovlTHtnbJSl5OZWYJuUxE38beVIeZ8bo2Q8Vc0rNMjElfaKAywnXfYis8ckuzfPFHpbAY/FDInjkk+Jj5VthJyjs5+SKjKkZJxv3+eYehppkFMSLgjekeY19ahSRuNmOnskAaH6mtWONwKTlUgfs2o/hUkfrI/1n5Vy5rZ2sEqxL+RjFKbd7VAnMEBaSdIIIBHK16oiNqVpfRnMHj+z7Bazlyd0mfyk2kdD6CnSjfRkhNxSbPYAZNrkCwUVHhIUnN8R6VVv4FoWs+jZOj1pP8G99UzE7YVlKk8/3+ddlP4I8fwrNL+Wa7ZOFDTKG591IHU6k+ZNcie5M9XhVY1/A0sXFVQ19o6iZ5VUv6JVCHtxPCogMxmPQHCtSr53Upg8gqf9wp7dUjntKVv7ZrMI1lbQk7kgelKOjFUkim9pMSc7bYOigoi25Kz8h/mrd4a+Zy/6jP40Zx5MrAJ/KD5ya1+VL5Uc3xl8RVTSihS7ZUKg85Ji3gPOshoa9lvslwHCEHgufGTQXYyP6Aez1KATmEHMdfCun43/ABnJ8n9ZYbOcCHEk6A6ffSnZP0icL+ZFtZTJgmAowLkwJgcTQm6i2TErmkVe0GXMMkdpIcWCo8lKSAOhF/KufN/BfudCK+b/AIKkI7g6/fypA03PsOtSu0WbwUIH+EH5kUuf0bcG02E9qTDST/Mb9MtvX0qo3K0VCcycA7mggFKR4KzK+Jo9tClrG2zNqI0jQmDV6Mba6C4TBLeICEkgWKjYDqdNKrPJGC2GMXLoZ2lgmWBkSvtHfzQLJF7TNz4HwpWKc8juqRecYw0tsu9hbVLrbyXlJTCAgqJ/8gWcgB4qvqPrLm67DGVhMDsz8IrtHHEpSJjP3ZMGNdb8BWd+RBv47Y2OPitiux1F55xCFSkoVmUrVcwJPnpV2+CTkTG+UqQYMdmytvQtlSVczKVA+U+VPi7KuPHRX7fw34fswm3ao7QnWRJSBy0V58qnbFTVdDnsjjJztH+oegPyqyH4Jdo0KhRRqdXZ47qquxkv0gzTFszzdAcv8YyEwU6xeQePjWDyF/k/0bMMrxf7OsthMJSIAsK7UVSPOy2zs1YqeIuKAS4wDYTh1uGxVMHkOHjWWfyyUaY6hZVpBUeNOYqLOrTGtVSZZ0gyHo0qONg5HXcQopIgm1hPzqrxpl1ka9Geb2U4SmSEgW/UT1mxP0rTCoRq7Mko85J0aTZ2yWkpnMRx936Vzs8FkfyOjilxWh9nDMo7wQJ/UslXPfbyqkcSjpF3lb7A4r2hZbsp0CNwFX4FPyFUvb7WJVl928JCrTz5eNFpKDRIyuaYs62UrUCLpJGnTfXNbpcTrQVvkSCY5bjSrs01QntNuVQDfIk+pHyrfj/ScnPubKdBuofzH1rSjGVbipjlP1oCns1vs8/nw6D+mR5R8q14ncRUu7G9mbMIwzjJMBS1FB4CfqDXLm6kdjDC8dGX2biXGnVtvLy5UKZJN8sZsvhJPpUf2jPBuLaf8FrjNmZsEFoMggzPI2PI/vUi/kNnC8VoW2Qn8QEqzZcQ0qJ4xBTPIgLHnUkqtFcT5pP2jaLOYaaUno6HaMdtDDKViQClUF0D3TBTm9e6J866amvxdnmpY5f3DTWmzWMbq5r7PRQ/SHULEi9pgb+VBIs5UgWDfDgJAKYMQroD+3hQkqZaMrVh6qiwptV5SGFqSJMRrFjY0zH+oTmdRMxgcMtasMB7ucuLngMqh8AKZJ7Zlxxb4/ybCb0s6JkduJAdUqSVEuAcgAgf/YeArseHBceR5/zpNzcSuxiClQ6AW3xCaRklym2GEeEUhXtE9m4ibquD0N/h8aWT1QbCLjDqE6p+RHzqLsuv0FniCC7bTdymK6uF1jRyc65ZmiIEnrfwn6Gmy6EQdSssdkKAxDRJAAWJmN5A38ZpeX9DGYV/kQn/AOogJfSbxCj8Pvxrmz6SOl/2bKPsznDEg9nMwBdRF774MJHSlWMS3R9E9ksMlLCUj8oWVn+ckpI8DI8BS/1M1wfCALbeD7TDAbw6b8JSP/rVX0MmrkZHaSS1heyJEqdUs9MsQPEimRVMzTlUK/cpgIGYRf51doR1sNh9puNJKEkQdDlBIJgGD0pM8MZu2GOSUVSFnXcy1HjHwH70xKkVbt2RSuPKiRMscIwHCAsklQtJ4VVKuhiV9ktnuFnE5c3ETyIi/gaE48o0SD4yNJt4IA7cGzqRb+YfOD6GpjeqNWdLUl7K/wBqSV4PBvg2IU2oc0qUU+mf0q3sy5OkVHs6/kxTfBRKfMQPWKuuwYnUjdRROiurInUVEgTfSIK94dD8qsikwJEuD+k/EVj8r9SNHjP4P+UcQuQDxE11oO0cKZ5NWZVbCzQCXTaZZShYOVSR8jrurI3UrRqq40xHEbMyDMFymnLNy00JeLjtMUyirWytI4TG4VZbA3RNlJUYSknoKDpdkVsvsMxbvIQDwCYj5mscpW9GuMdbOLWhO/wSL/Shth0Vm1MU4pOVtKBJglc29DNNjFoW3a0U49nkrUFvLUs8B3QPnUl3sWlaGHdktdktKG0ixg7826+tMcVxBF7FmQUkhRzEEA9QkWmuL5DqR6Hw48oqxh6JMaRI8hSLNnHtCu0W8jjROi2x5pVmPooV0sX6EcTPrIzN4lzs1Hmoz0BP709MxS0xDEKyukcz6/3qC32aL2WXlQWyZBUSPIR6A07C6dAktFxsnGH8U8woyIS4gcAYC48TWTyY8Z2dDw8jceLKT2v2csPKeCf4awAqP1AGSfLXnSU9UHPBqXL0WPslji6wcOpJCkJkKIsQfuecnhRbqVlsLc4cBD2gwCsM8Hm5CVAZwniIMjoYP96YpKYnLjliaa/2X2x9pIxKAbZ0f2kcuW7ypM48TZhyLIv3LEiqDmkcSnhuqES1QEIX2gAdsk94RysCePSr8lQni70xtCu8U5eBncSZkeg86WxyWtEjQLlXt5cthsarN/6U95VMhrZmzdUQ2G1CSeBIHp/bwqN7L4Fqy0nedBQStj26RluzC3gToAVH/F31f6liu/jXDGjymWfPKytexQceaA0lPnIO6ua+mdC02ildUY8T61BDLFi7BHL4wKnsav0j+EGZSAd8V1YP/EmcmavM0HDZSo8Ukg+FviBTbtCKcWybZAUngCD5UHtBjqSFva/anbLAiCkHxB08hauZlXF0dWErRTbMXldbcMkBaSSeIJVE84rO+hse0fV9nhthlSZ7vbLEn+YqVBP9R9apAe+ilxeOKAG1b4k+cn0oS/Y0J9WUO3kBbLSxoVEz/UhP/wBTTIbMmRGeXMRz+FXYlgEIK1BA1UQB1JgVRulYErdD+0diOYdtDpIUlRKZB0O4EEAjQ0jF5EcknFDZ4nBWVsVoFDmExBSptQvkuek3E8xaoWT6Oty46VREnQc/2qEW3ZpcPiUv4dTThBy51JjcciymY51Wt2aufKHEhjnEr2PB1bdI8xI/3elSSdir+LMy0P4ecaoWm/UH5pFXFLqz6I0vMlKhvAPneizqQ2rIn3qsuhc+yJ18KtEpPoa2XhwtxRULBI9T+1Z/JXyRfx5VB/yVeHTlQlO8ADyrZjlcUc3JGpMmKf2J6OzVZFoj+G2msCFHMkCACNBSHjT2OU2tB8PiwpeWIB3cetLkmtjItPQy8WEC+UeFU5SL8UK/jmRN4jlTOEmKc4okraiBELmdwF/GYAo/hkD80STmKHFXoKixh52AxDtjltzNCcWo2XxNSlT6AEQmnQTpcuxM5Rt8egyTalyVzRE6iyKlAC5imSddlYqyi2fiu0zucVqInqY9IrheU/mej/p6uA84RruNJRsb2yW2SPwIWdUuAD1HzNb/AB+jj+ZXKzFYpz+MFEciNa1I5knuyL+GLiyRwmiBrZPZ2OLSgReSPmPrRi6dg70aBcofw2J00bc/xaf6reIq3kwuPIv4s+OSjSKSlxuDooXFcxr0drtFT7PIUwtzCrB7srbVxbUbieIV8RV5LViMPxbiy3eZC05SJ61VOmPlG0YvDMfg8Q2okpSSoERAnQjhvH9tNF8lRzYr8U0zaIUCAaznSTs8QONQjOlSRGpncAT9jnRSsq3XRJFo39aq2MS1R1SgASTAGpoIjdIrAC4HHzPuKDY4Jgyeppj1oRVpz/8AD2wVSwnx+P351JdlsF8Qu1nSlqEmFLUlCY4qITPhNNwq5lfKlxxsqnXMreIdE2CojlJPr8K7OR1E83iVybMjs5YCkk7q5vo2w7IPJJBJ1+tQqywaVlZSeOvyooZ1EYwCsgQeAHwrqwX+JL9jky1mv9yxbc7Rbndg+8RMxmkx98aEZevotOHbXsESMxHLyn7NMb0KUXdsp9sLBWlQMwE9CNQa5vkdnQxfpAKXkQUHQOz6ED5+dZVvY960b7Y+0Jw6kqSCpTeZANwVokgX00HkKXnhyjSNON+2UG2doqDsEZ8rYEHQqIkkjoasg5JU6Hcdhf8AsSQbJUlSeaTIT6ODypi7FS/SZZ0Sm2751aTFUdwWzw4hbhMRAHMn+4tvnlSMmTi0i0Ick2T2pjnnEBLq1EJIETbQ356a1XHixxdxXYckpNUyOGPas9mfeTdCuP8AJ04c6LXGXIkflGgOEbUTkSJUogAdSLU4ol6LJlstZ0qGUp3Hdx/40UMSonhGgh4FOiteF7fM1CRVM4/iIwjqOKmzHMEg+kUGCfRU4ZzuOpAsQD0yyZ9KItdM3+yl5sO0f5E/CozqYXcUGVrVk/RJK7ZBetXXViW7dDmy3ACsHfB+P1rN5D2i+KFJlLgB/DR0H1+dbca0cyb2MLFPQpnAKW+y6JBVS9BrZNq9SfRIaYo7gVlUha4nUqjnlvrWO4xfyZqUJ5F8USThFEkZf81q3fkUloxficXsabaCImD0FS2w0kNC96Wl9l2/oAAXHggaCST0+/jWXJludLpGvHiqFvthsTlhASSqRMxbd9atDK8ktdFJY1ji/s8LmtPuzM16Kz2mxfZsEiZIKQRuzCPn6VhyZOWRxXo1xjxx8it9nEjs0f1D1MfAVh8lfJHW/psqxtFm4IkaRWfp0brtNlb7RbS/hNNEjKDmKREyMwB6X1610cG4nD8t1KmUL90qO8EeBrSYXtHWnxAPC9QliQVKrdR8aBTs1uAKX2ChRMEQeI5jmPlWxLnjoX+mdlhsjGEfw16psZjgJ+R6K5Vypwcezs4cqki2UnRSbEaHlvHQ0tOtD3G9o72gzEeMcvsG9Ci17oQ2xsdOIQY7q5kKE6gED5UYyoVmw81a7M9sw7Qw5DRY7RGaxJ92/GdN8U1uJlxrLHVGwYQfzxPKfnSW16N6T9hSBQQX+xFN6q2W2L43DBwBJJgGSBv5Grx0VlDl2EKRlyx3dI5cKhZr0dCQkQIAHkBRDpFFicX22IbCUqAaSVjMIJUruN25yVDpW3xYXKzj+dlbVDGLbQ232ajYzPQQlR9TXQbtNnNilFqJjloaRijkUVNJMA2BhIv193XfbjXM3RtqKnroRxKu6I8ekJj51YW+i0cR/Bb/AJhH+qKKVsZLUAjYjKN0QfT966qTVL9jltp3L9x7CEl5S7DMnTmD8hAoOCjK0RZHJb+yOPPccm9jVsn6GUxf8qK7azKewbXvUQAOSUi/mqudle1/B0EtP+RHHIJ736gD/l7p+VZoe0Ml9l/sPElbWTMRl0IsQDMkeInxq43G7jQhtHBuIdKXCFLV3pSZBB0pMJqXX8BlF3s1bYC9mKG9Lah/lJj0Ap0ewv8ASYtCu4akhUXojs5JJy/lUCCJHgYnr50ubQcadnWnpSpDsFSbAnW27n1oVW4kT7UgDZKQLgd4H40x7KLRp9kbPH4tC0CyT2ip0sZHSSPid1ZJ5eMaNaxrlaE8fjS44pYtKrHQk6zWrHFqNMTKVsWcWUpFwSN433mmA6FNoe6BIVzHp86BSXQu2iCb3Ug2HMxHxqIrR9CwLWRltP6UJHjAqzR0MWkkFI1oexrvgQNX9CK+Q/sNrM4qf0/MVnzLaGRdRb/coMA5KE2Hup+ArXjnaOdONBnnIk7hRyZOEXIEIcpUBRiSqYBJ4Csy8tOPWzR/bOxjDtE2gzuA1PG14+NZ5+RJ6XZrx+MlbfQfCrAtr53PlVo+Uwvwo3tj+JwIWmUkyNB8bUqcee7NMUoKkgdoCpF7cwRa9bPHyKqOd5WN3YkTJreujmvsPisSGm5iToBWfLkUFY/HDm6PMJLLSyDLqgYjQKOm/d13VhkqXJo3R3pM4hqIPgL7rVbwadsX5dqkEiK6JhM37YKLi2mUkE6xvzGwngInzrnuNZJSNcrcYxQPZS8pKUiwIg3HuxcCNCT5VlzxtWdHwp8W4+mWS1yVc6yezpf9Sq20wFoQqJMkcLET8R8a2ePLbRy/NxpxT9lQokgpJGn767zrW1HL/YAoRE6KG6iUYsmUuAH73ih7AaTZa8jqU/rBI8I/etOF7ormWrHNsEtEOwSIyqHXRXgYpPkwctodhn+NUyPsltpS19k6YJHdgCDYnTcbai1Zpw0a/Gy3Kmad1rvBQEqiNYtrWdfub5R9oIPKgWTPJFQtZO1SgWeJoAR5C4uKhGQirFiIqBEtrbTTh0T7y1WQjeo/SmY4ObpCc2WOONsqNnrLas7hK3FHMon/AEpHITp/NXZx4VGNHms2fnOyv2+4pTS1k3JAidxVp6E1M8lGHFFcUG5c2Z0nN4CsBpZ1Rum06nwioEdaxWZvJABBEeKkmoW5aoPn/jFHDcOl62Ypf5f9GbOvhotGjlAIiQTP341rkm2ZINLRzEDMFjiD8DRlG40UhL/ImUmPeJaaT+lSx5Za5eT0dNMJiIOFbVvC4/zA/NCfOsi1la/Yc9wTOez+JyvJB0Jynx09Yp3oGN1Idx1sULaQFdUkgn0TS4qhktSL32TJdaxTR93slKkbioKR/wASfOrqgW2qMkCAlad4B31JdlYtU0M4b2iebQEpDcC3uAfCKzz8WEnbv/0Mc0kExOOXiBC1JSnhYTUhhji6LuXPsjh9lSu5hIIMn6U3lrYFjplpjtqIQ2WcOiMwAceI7xH6UncONVjGLZecvRVqwbikhQ90SQZ3SfpNPE1ZFIzlKTZMjMReBMTG/pRCGx6G5HZ5soEDNEk3ufCLUuRahbZeD7TEIE/mk8kgzVo7KxjbN4o3imNm2MdHBvqvsdVYwZq7My7LLYB/iL/pHxrNlfyHV8P9mUadXBAREaEH8u4nmaS/JqCS7Ex8duTbHW8MmAIJ8Tr0rdDx4fj3szTzSU9aGCgpXJMbonTh8PWufOdSddHYx4/gr7EdqF0AKazpLau/lJBIOXLoYImZ11TV8dbE+SpJRa6DbJxSylKzICrBURI038DSJLhM0YZ/kgaFtRHPjzp5ZoQxLg7wEWPqd/xrTjSUddnL8lyc6fQFpEVsc/iYFD5BC0kqCiJUNOVKpd+xm+iRvqLUnJ81TNOOPF2RyxGtNwYuEaE5svJk1EanrT+jP2ZLH4sP4n+GkJkQDFyBqpRG6B5A1gl22a47aSDIUEnu+6YHiAZnwFZJJtNM6MXFNSXXQ+2hUzu0+P0rIk+zptpaFsYmWTO4yOuketacLqRg8lXFmY7IqmNwPoCRXQOI0SWiUzwPpUI1oFiUJISTIjUjh06z51H9gfRe7JxaApKHLKIITI0VMa84FNxTpoE1caZphhe2bOaCmMsRqD/ejlyRhLi12NxYXljd9aMNtXZrmCWmVFQN0OCQQRuncY3VnT9Mk4PHtGy9mdrqxDUOAhaI7xAGcbjbfa9JnCujo+Pn5qpdluqks1M4BQsrR4CKLdkUaPKNADdHCTUoYkdSYB40SNWCUoAFSjAGv38qiVgnJRVmVSpzE4hT2SACEomLC9+pEeddjxsagrked8vJPI6iNraLaVOKgkyeGhNafyJ6Mv4Wtsz20dsh1oMpQAJuvebyI4Cwrn5JcpX6NiaUOIg2fetu1+HwqgEDcMQRvEULJ6HcCyISVDiSemnrRLJaJ41YTilEdfOaYpVKyrirLMLOW53k+cT8BXWS0ceT2TTqOfz0oku3SKjazESoaZ58xc+grneTCtnQwz5KhrCYZTmHWgpI/hpUg7lEGTB46Wrl5ZpSizdCLcWinw6oV5+dakINJtVsFSnf1IKhfULAynznyoNDm72X3spifwmDeecblK4CN2YDOTrulR9ap0y8VowuIcl1f8xPrV7sS9PQHDNqWoJSL3m+gFyTwAG+hKSirZVK9BEvBKjl3aGoG6egwxSpClEkcKDVl1OnbJuPyCcpInQGPWDUilEMpWixaxqVNqytpSLaXtfXTpfnVb2XTtaF8O8JkpngnnB1pllUF2y4lS19mLCYA0AFh6UpW3ZeWlQ17GYXvuOqG4BJvF5JjjoPPnT4AxR9moIuTxj5/Wia49URHumqLsfJfAEvdTTKtFlsD31/0ismT9Zol+hfyZdptRSlO8gTzi1/CubJ3I2Yo1DYxhHylQQoaWknh8/rWyPlTUeLEPwsblzQ0FxdQnN+XWQePCkRTk+jRKSiu6Csv5TJvyVcQdZG8R1re8Eoxv2Yv7nHkk4ehlCESEpAyCSEj3RMmw01pDSbNUYqK0NJ1qwWVrkdpAvfjV4Pi7EZoc48TrIMkzIOltK06e0zluMoaaDETeLH1o8l0BQfZJIiqQTc2x2VpQSImtS0YXtkVtBQIVpF7xbrQe+wrWkZdxSUOqU2JDhKRAEBIudNxtflWSUdWa06lQs6tXZuRJgpgTvJIsOhc8KW0vZa206LlC4SCdbfvXMbSPQJOSOKbzoUmYChHzHrBpkMlOxGbDyTiZtAyOFKtRIMcRXUi01aOBKLjJxZxsmVIO8RB++FFlF9CiRYyJAieN6jKJFgxggo5QZhMAmQZibA7oqdDFG+gn/5NiMOoBMGwCgq8xE9Dz51XL8+w48jxaRd7d2vhbIWhTqVpS4AkAwTManXf40vcofujTKcVLe0yv2lsN5spdw6ict0pmFCeG4/tvqscvpkn4zXygcwHtY6g5cQnMRrbKsdU6H0NBwT6JDypR1IuWvafDlJUM0TGh16kWqvBj15EezuK9pGsv8AD7ytwtHoapJOKHYsiyOkDb9ooUO0R3eKd0n1gUtTHvGuw6vaTChQTmN+VOjBsyy8iMezjm3093+EoJKoCp1Gk+Y+PCtC8WbEPzooI7K7rVCdyBHnx8TWyHjxg7W2YMnkzyr5aQHF4oNtkghAA8ad+7EN+jGY7aK3SU51dlAOXdIH1msTduxzk+hBJvyoFB1LZyQOZJ56VEXrQJsJsLyCSRuvAHjrVfZFVF/sbAdq2YjuIB8iCfnRY2KtFI6oqfk8p8LVeNWIltl06L+JrtLo4r7okACeX0oPaostOwG00Sw5AkgpiORv6Vm8pXA0+M/kyq2fjlt2BMTMc+I5j5nnXIljUuzpRm4mka2kygBa2EradSAuEgkETc8ReJsRGtc54cjdRlTRqU4rbWmOYvZzT2HScOcyEj3STOWQYvB3DW4jXfTsPlS5fjy6f2CeJNco9HvaHF5kCUlLYSQlI00MxwGiY5CtO+VAbXExN1uSB3ibD76Uz9K2Zv1PQy64ltJbSbn31Df/ACjl99KJOT5Ms2o6ExE6dCaYL0FaMjQ8qgV0W+AwLzgDaQEpzCSdSTa/Qek8arSbsYlJaNGj2caSjJnJiTm0CtYiNfOs7yU7ZpWPVGP26Sy+G21hRhJISmCF3GUi8nQ+NNT5LZnk3GWjXjYSG0NocTLhaSHIO/VXqSOcU/H9Gh4/im+yyaaCUwBAFXtF+PSPE1W7GVVHJtVV2Pn0BUNKfFWjnzdMNsl3+MpI/wDjB9TXPzP/ACf6Ogl/iT/cr2icmdOthxgC5+VY4xpGhO0dxaQR2gGoFutWlXZeP0cZINxv18K6XhONHK/qMZJphSLVvklWzlRbtUOYMd3xrj6t10elhy4rl2FYcMFRsNfAUEWaFQMpKlWnSeZjfxq4t0uxB/axnI2iUg94nj0Btbj6VFNp3Vip8ckXFOmG2ZjMwXmKEjcQrUCeN6ZLMkrRlj48m6kMt41sryoVmPLQeNOxeRGVRrYvN4co3O9B1ggToNSTuFN/JBOjP+KbjZSbU2s3BTmBSRBIm++Bx+dRtSkvoqrxxa9szze1DDiSAJB6xqRwGkeNLnK9Eg6tj2xxnBWE94Ei53CDWDyZNaOr4EIy+TLTJNj4VgO1/B1CNOR+tGyrWyh2xhci+0BspRnkda6Xj5LXH6OD5mFxlz9Mrlr1VOpEcd26tRz2TTiAhwLTuPeH+4UGrQeVO0Sw+LV2qTp9ioRSFNoOFaUzqJvxFiCfGR4VUkn0PfiEGAkSjs28wkySkX5jwqiWhrkr10XOydqOuYtNgGkpyJbC7JBNjvKlQLk+l6VKKSNGPJKU/wBi22vs5pxaA4ykhJnMCQY3jukHnffSHNx6NbxQn2in2sGB3MOiJyqWsKPGUgCbq5nl0p/5KVsz/hUp8Ir+Qmz9mpUtMnKN43kk8/jWDLn9nSWNYlUS/b2a0UqRII3jhvvv+dc9+RkTVIpbKbFbBSIKTI1E3vuNdPx/K4zqheTEs0afZzBbQacy4VxBSsCE27qhclJ4Gx8q7+HMpLRwfI8eWOVSGmwQQgC2aCZ0QJuB5CtEjNGyr9q24QtSSYOUHoDv3zZP2aRmvihsO2ZrDIQoEqVChomJzdKyDUk+yOIsrSiB9jZVbLyv130S/wCxB9hIdUETAKRfjAzf6pqqA0r0WYcLbLiQuDCbgm4MiOkxM0X2XeolaFQszzI/xaeholF2XC1TB4wfMA/OuzDcUcXLqbJNC1ElaCoTKVZvzKI8Jj4Uv9XY/UXoVa9nQ6DkXDqDorRSfynla3hXKyx/HI6uGKzQtdg8Jg3kocaUhSVohabSOBHMH61jyOKkn9jIwkk4s0rGMQWwpbDrakQkqQkiFATEcL6keNYZYZ+naNCmvoU2tsn8WAprEITxS4YiSCTCZINhaBvp2LLKGpr/AGLyQ59MpMTsN7D+4O1zA95sKJSBHvWhJN95MDdatP5scu2J/HKPSKsNycsSo2AHHdTr1ZTj6NBh9hqXhMkDtM6uzPKdDP8AiPSs3J87XRojhcoUWGyvZYMEO4mMoAyt5pJVP5oTER6nlTJ5UkHD40pSovcRtcH3W0gi07gOQAFZZZHI6MfErchD8YrNJM7ojdw0pd/YyeJVpB2MG28826UuEI0sDMSR+UGxvrqKq88YMzSxrsdxOKYJLhClAKCVHu7zAuLakCOdX5xySp2SMpVSBqxSHCoISEDupEn9W+d0QrS3lVZ6etAk5RdMSZZdDikqNh+aPKY/fjvql8alF0xyyJqmgiSZhQgit/j+Qp6kLy/p+JE10oGHKgmyhDy1RPcSPUmubl/5WdL/AP4xQlgHZBiSLa9KQmNitBktRY3Sd0aH6UVGi6ADDFJ7twToD9Yq2NvG9EyQjkVSHMO1BlW6nyzTkqfRmx+LCEuSDg6gDW56daWaTzzsJjjUckuyknRl9v4hRPaKIIBhpN4K9FLVOsXgaW51aL5Okc7PP/s/9FC3iSkEha0rCveSdevE0/jsxqeu9kF411cBThHW3PUUOEfos/IyPXIJh8S4hUocVzgxPKpxQFkktWeLinF99xUkyZVadbgUegW5PbJ7VLSVZELz5ZKnP5gPdTuiflwoxk62TIo8qTEmeAF1QPXhxNFi19I1qWU4dMAQALyd8d6T1nyrmZZOcz0njQWLC2WDa+0ZQsJj9+8KVPWjRgfLf2gBPLf9/Oko1SSKr2jT/BSZ/MPUKroeL2zg/wBS/Sv5M0lBzga6Gt5xvYfEKylKtykkq8FKT8AKF7LMi6QHAE3AAvxMAnyJI8KiYHSegS1AkchHrNQDJbP1KeNvOqosiw2Pj0tLTa4zX+A+XhSsidGnDJJpDWL2ytbgSVHvyVAGwmwEbv7Vn/HabNj8hKaihrBMiSoXm8Dj8z+9Iyz9G/BDiuX2abCsJYb7RYlUceO4el+Vcv5+RP8AHjKZci99AhtTDuQktlRJuMoVHOxNPXjZorUiu10MYtCUpGXQcNI1il4+V1Lsi7M5jW1JczJV+YKMATAMmOUaiu14uWpKynm4Xkx8l6LNtWa/lXoLPM1TplV7UKWGoHuqjNG4T9QKTmviWjVmXwiYUDaB9/fSsQ+P2dKgeMzeiBssMXdSSBEoQfMSY8SaK6Lt2xPDkSOZB+dAqj2MWolSiRMwI4D9/hUJIa2sqFIgQOzbkcCEpEVI9ByaY+wZQj+kfACuxh/QjjZ/+RhUQKYU9ECompRVuw6FrHeSYUDY+vlWfJijONG3DmlCSaDK2o4tuHGgTe6TcEW36bjXIyYV0ztRzOa6Cpx0D/zrQb93Ug8swM1k/tovsYpL26FHNvrzQQHI3rQkE+Qqf2MPTa/2Ued2eV7QKgp7MAEERffrpFD+zXfIH5/VBMDspDffSM6nEjKFiYmSSRGn0PGnSfLRZYkqp9l/hmshSmZCRrz3mizdx40iOOxy191w5gmyeQ61lm/TNOFJbQsDwpY6/s9vtU7KSVrY/gH5Q5qXCIE2m1r+FZskfkn6Mk4/RkMIpxtZbUFGViUHQQZHjOXdpXUuMvkc6MZJ8TTYNCgk8UgGZOo6XHvG8Vhyz4yo3ZFbG0ArtOogyd27S9uIpScm9oW1R7GIWluCIITIXM2A3cQN8mac5cZUkBPViSHZCSqxIE9SJrZi85KXGX/oJw5r9w2ylntliPyJv0JqkpqeRuJtS/xRKrZ+OKYzJgGAAOQqqdBx9FwhYI16dKuqL7CCNasE8FHWB4/OoAipW7U7z8aBCv2pjw0hSokgEgegv40v9c6RmzS4JsxGIxalxm3Cx5fYrbGCicieRy7BtuLW4cibkkwNAI+XWi9Ajbeiw2Xs9b6FLJASjNKtSoi/3uqjnTGwxOSsEt0IsGs3dE92TeTIOibaGDobVN/YNLVCuEcGaYEmbaC+mug+VXa0Li9i82jdVhYXBO5FpVYlCkkA770HtUXg6kmbDaN1lKp94kjiJt4Xrmwi+TPQ5pJQj9Fg2sukpbGpkCdIEHrrSZJttGvG0oKQNxshRHAaj1NLrdD21SZV7fQDh1SYiCOsgD4mt3irZxv6i/hRmW0nMVbgPgK6BxEcccC0hKQSrTzMkR1uOtV9hvSBJFzymiUOIAyk7wR5Xn5UPYaVHMMuFjcJEnlvoFl2PbUSnM2UQAU9eVKi3ux+RJU0J4YSSNNL8Be3UmKMnopjW6NtsFgKyWIEz4D+wrieVLjZ6FS/xph/a4udmiPcJvHHd86r/T+O/szSVmSVthbRcQltMLEJm5A0N98+ldmOOLVmPJ5WWMnFGr9mcQt5pSVgmIubxbSeUD1rl+WlCSZtjPklJ6YtigoKIgkpMkcBz5elNhJUpI2wprZDA40JUUKsCRlPWLffE13vFy8o0zznn4Px5NDuKbCgpKhIuOoOtb6tUct9mOxmBW04tMTl3yLgiUnxEVzZKnRqS9kNpdmCkNEqASJVBuSASL8DNV2Wko9IGMacsKEkCAeW6eYqWS9HG3ZhKRBnWiBfQdKUIW3n7yQZUBviDF+OlFhVJqyGOeKyVHVRJjhe3h9KqiTd7LjBiEJEzH9/nXV8aXLGczyo8coYKGU8Tp50/wBiP+tkRViiDIWQY4H7+FKT2zU1STY6y4hJM5oI1SY0+GtZ82J5Fo1YM6xN30ceeSiZSVjWFQTBuDJisawtrRvlnjF7GWSy4kBKRKhoBYcjNppEk0bIKEkZfGJAdUhsSlObQHQcRuvVl1swzSUqRpNlJUUtqV+VAA6ST8AKSlTZswJt2Wnz+/lVWapvYJ1jMT3oO74/OlTjbL4nT2LhlUwEzPCk8JdGm0tnl4dSTBBBBjy+zVap0V/ImtBcA6UrUCVXBAAE+YgzxpeVNoTIbTswrVnNxGpAnyExQ/LwWkVc19EcWCmEm1uMnWpj+TcmKu2B7Ug6gRyP3vrS4r0MyQqJaJVnQkkagkjkNb+ApGWPxtGdd0VqsOCCm4BJSDv7oEEf5aTb4pkXYhgMU/n/AO3CTIObNl0BAF1eNavHSi2mWzTk0qKUPKC8yh3tw3TrNjTLNSiqLVO1C4EhAhcd4xaeQ8z4Cjf0FtljhXLALKcw1PGronOvYyXwB3YJ5VVzXS7DyArcCTCiMx6elCTaWhV72UPtLiEBopJlSinS8QQSCd1DxoO7Zl8ua40ZtSUJQmBJtMm15nztwrec9pKhnCYIkFebuBYQUp1JURz4kamrxx8lZVy4uieydolgOsRBUqwib+6U/DjpSJw2aMWSk0hbFYZ8AuEKTFj+WBYC3UxarJx6KShPtibasijqFCI5EGfpR7FrRBKbff3vqxQK1Acvp08aBZdlijGQlCEmLkDU3MXM89w50vik3I0rI2owRq8K+GVJXIuooA4kpMeEgedc/HFyk5HezZFCEYI6FnLcyYEmIkn7NVrcmizbaimzPe1GKulof1H1j5+lbPEjps5P9Sn8lEqUuo7Ii+czrpB0++dazmpqhZtMAE7zaPCaCAeCwJgW3DlRADk6caBAjLZUYG/XpvqrdFoq9E3FZlQfyCB5j61RaGvbr6LDAYLtFKXYJQQNNTN/H9+FKyOoWavHx88qNpgIQY4J0rhZIvIdafQ1tTAF5KSSpKADMJkcifGuh4mBYoW+2ZG3y0yke2I0CRmMjUx8ooTzSjKhy4vZb7JwgnI1cTJO6R04VJ43mdUIlOttj2IsCFCDGhH3bWubLx8mOdMupqS0ZHauESBm0QrMkn9JvHkUnyr0PjtqhHlJShbHWnszLbh1UgT1gTXbi/icCS2UPtHhcj6Vb3hmjgR3ZngdaxT/AFM0taRXOkFQgWFp4mqgfYq6BJEXn131UgNKspsb1LAGdkKM8LVYhxaVQCZ0t8aqguy/wYsOBNrzaBXT8XWIweVvKkwywMogX0J4iTHxNPj+psRk/QokBpVxXobBBbJtmCrcwZn5Glu+SHxa4OyKFW++X0olbJMsFxWUb7TwmlzlGKbY7FCeSSSLtthDLczlQiSTvUd9cNy5M9PGCxx/YzzGz3FrdKszaFqJyiJIkkAq5Tpx6Ve12ZFibbb6LvANHswUCW092Z4cQb74ml8lyo0Yn6RJ13ilQO4zAtp9njwqjl9o0/j5K7ONuFKk94wZKp0Nhvm0Rr1qssiUbaFOLxtMMzikLulwSCRzkaikyzqPpjvzRkiTDkPZgbncTJI32E9azPLylaM0tssGW2woqSL6TM+FUnJkQ0h6KVyCLY3DhapmDxjdaw8qfBgK57DLSdJR1/anrJ8Rn5HVDxfjKYOQJiN5kyfOPWk5cifxQpL2VqcR/EKpsjP6BQPnKarLSoC7KTDKIzEWlaojhP1mnS/V/oZBfHYpi0pRkKTJKZM7id3xp4+L0Dw5IMgkWvBOlQYyxwDoAknuIBt1Mzz4VG36F0n2Mp2ugJkEJJEAK43tafLfapji7K5JpIqVbeQF5Uys3KlaT1nWnODl+xl/NGOuykxuKU+7J03DWBv+FPSUUYZyc5WMtnuyqIjSLc7felQt6HcBii+BlSjtARnkEhSERCuAXcx0PKtkZcl+5lqgXs1hspxbhHfYQY1ie9NtT7u+sOTbo34I1cvoRfxTiwVKV3FKuP8AFm0+9Kso0KlNy7ehPErBWpSQQkkxNFaFypu0NPN5G8u8lKvA5x8hUTstJcVQoYyTvn7tUKDmIbjEhKZ95sxvlQSojzJqq3EbJVkVGnxjacyjnH8ILgAiSvugCOhNZscXG19nU8jIp00+gmDS08pIbBJQnOpaye8dAEydJ8KLi1CvsEJweVP0jMYt9LuIKySUzEJ1MWHnFOxR4RUTB5GRZcrn6E8TAsLEa3mfufSmmZoLtFgIXkSc2VKQYj3sokCOdqEdotNJSoVCd2+iUJOJ053jhwqBYxs5APaTNkzI0F7+nwqkxmP2KJOVXjeoyqdGz2VhwnDJJ1lJ4697/lWPyH8XR2fEjSTZb4ZPeJ4QKx+PBPbNkujTPlRSUCOzACSJ1SbGurSqjj8nzsyGDXKlgiIIEHoPLfbdXH8hbR04rbG9iL7NrEqR31qc/LYgKgRe0gybcK6OFvgkY8mGpvk9Md2jiQ24kKvmSTB3TFvMK86p5CUnTLYYXFtGX9qsMosoUkmELMj+rQ+ZI/xU/wAbqjP5abimixSkHDtlIgbhwGn0rtQ2jjz0ZOCXlqJJCVKCZMwMxEDhWOXbNEN9i4EvATAK9SY38d1UZF+oghkKfXlNsyoJ4XN6qtBe3oihIPePHzq5Qg+vNUZOwvZns08SPT+0VVF2tFrhu40if0g+k10sEqxIw5oXk/0guFdzNIVvuD1kimYJOUbYnOlzSX0FQoXpwl9BE+4etB9kj0cQaL0RbZcIxHY4fMpOQRPMkxKvCQAOXSuDlk8mRs9ViSwYUqMvise9iXEiYEjKjcJO/jA486lKKMcss8jNNhVlCE94rUm88zeTzrNkknpm1NcVY43hylHcEmLCN5vFZMfkf5P2I1S0QZxBJgpUN0yI84roySXbLR8hP0xLaBUltRCTEpBJgaqAtGv0rK8kHLjYMk7jpAEJSHV90yfeSLd4QZEneCPKkZLaWxcUrPJfKlE5VJi17Eco8qLx8IrZFK2XmAcDgAKiFpEk6HX18eO+sslQxMeL0xCQob4NUSQbOLUQLabgdR40xIFii1uG3dSka628alIlspxtJx0Ds0ENiO8oi8flHKQBN9DxitLxxTuTE82+gGIdISEiCpREq0BvujdI9DwoOKbssmHVslSMOzJMkEqm1zeryx18hykmqKBT6O6nNJG4kTH9qtT7GKaur2RxWJbby3Uc2s2g+Zq0Y2VyZ+NBu3BSCCcpiRcTpUaaZaORNWVe2H9EwOJ5cqdjXsxeRP0VrSiDI13U1GX+C52pgzh0MpUYdWCpQnQWgee/jVYy5Mbkx/jS+xV1/uRb7A/emJCm9URwGJLVrwpSSYMGBOhg8TVlJpaKqr2XDW0k9tiVnupdCv4Y/MrdPK8zvpTVmpZFcvplO+7M8Pv78KYtGZuwj+zcuEbxGeStZTlG4AHXnI9RVOVyoY8dY1IhizmMDVKQCJ3gmQPOjHQJ76FMv5T0qz6FrbC4h7+Ksg/mVf0FVXRaT+TZdbDebBSXRICTkEgZlJyqgk7rnzqk+9D8TXsntT2klZUxnCjlzKVlMBMw2ABGS5M3JJ5VFDVMk8+7iUuEUoBSgASVoATGs9obeIHnVumKXVgsViFLUcwAOlvL5VYo3ZFC4gUQBGUGbb5EndOvkJqMkRp0tBCjJK1BOQ7gLT42PpVd2MfGv3B4F7K27O/L8b232JoS2TG6TFXxJUoaTPnaoBrto1GxsTLEcMmvICax5+qOx4b5LZftupQgEnU7r3uZrHglUmvRsVthXNrryZABB/OTFhfQityyNKhP9onPkB2RhytSlkhIkGyeBsbxrxNI4xlNW0geRPgtIWcwL2FJCQpxuR3wDfQ94AyD9imyTg7RMc8eaCUuzrjjjzvarEGISNwA0F+ppcnbuRZyhjhwiIbdfytBE+8U+hBPwFa8O5Wc3yJfD+WWaO7hm81sraZ5WBNdqOkceWzHdpCVKB1WfjNYn2PWkDxKAlKBYqV3jyB0HiL+IqgXpEQIKrX0APjP0qE6AuKy2O6o2VBBUmaBBtpwkptJ4dB+1SXRaL2XG0iFdrlTBBDYFtRCa2YYv8AnPL/PRHBtlLKQoQYJ/wBR+VasC4wSZizbyaJs760UZ5NssMKwFkJnLO89PrSpyrY7HFS0Q2fhy4oWsInxNJ8rJwhXtj/AwvJkv0hjH/8AcuFlKgVFBAE/e+PSuQtbO5P5/FA8DsnIlK4OcpgA7tR57qTPLboVHHWyzYYyQHJCibjgTx9K5+bJyb49GiMaWx8kQASdN2vH6Vp8bEox5P2McW0Jqwsznuke6ZI5nwsK0TSZFhpbKuXFPKZypzSbzEx3hM2FgDWd44wXJiN8uJ0OEPkrAGZMWuJTKdegF+Xnt8fx8eRVJGfPknj+SGnQklPdkEyZA9Nx3b6Ev6Y1K4y0Vj5iaprZLEbOkdoBKU3WASJHGOVjVcuCELaGwyOXYorEKYczhQU3qrXMBy3GufGEZql2Ok3Hfodb22hxBgkRvJAKeqZoPFOLJ+SLJhkm85uBJMHgLjpSteyxF7ELaSkqbSoKkHvSUxN+Ck6DcaYoxl0wW16Fdm4BT7yVqJKQc3AcE2FgI3C1q0YkugM020sQ20hJWnNJgD78POmTmorYYxb6Pk+3Y7VKk6FKeGo7vpAHhTcfQjP+qytWbC80RV2hrDvDIUKUYvlHyqcd2i6n8eLAuKm3DTpVxQbAYlTLiVhKSRpmB37+tBq1RaEuD5HMY+t10uLMlR8uAHIUVGtIEpuTtnFm9XFklOEmwGkaVAtjCGD2iUrJSVESTqJi55QZoXrRZRd0xN5XeInMASBGkTrUsDQVlwrSUFRgqCr8YIPjceVAsn6OLc/iLWLypRHQkmokCUt6OsO5FpWRMGYMwfGpLaokHTsj/wCRwwIzqJAnSTMSaKVIDfKQztl5Dj6i2AEwAIMjSTfqTQgtF8rTlo5hsIgqUXXAhCLkCMyjwSDv5/Gg210SMU+2IBZmZM1CpPEIgwCNBpuMfWiRhn1JW4tSE5UlXdAGg3eMVaJWTt6OOpJUE6Gp2To8oZiEp6DyNEHZBTZTYgjf8qqWIASY3Ex60H9hW9F97OJVmUlR91WXob/MVkzfsdHxG0+L+zVM4cLRlBAUJgnceE7q5U5cHb6Om5U9ni8pv/yNkEaGNN3Q1aL5fokSr6Z44guynKpQVrmAA8xoKesvBXKmxGTAn2xnCN9iTqAYGUqJFuEmfWj/AHOOSujJ+Pi9MjjXZuTJNyaXjfKVsv0ZLbCu0dShMkiAOEq0+I8q7PjrRi8t/Kvof2xtVCsNCLEkpM8ipIA8sx6itk5u2jJS4J+zOOWSE8ASetJI+qCYfCk5VKmCbnWwFBFuPtjK2uyGdUyqcgUNx3ndw8udq9l647ZXYTAqdkyAJCZP6lGAKDdFYwbLb2hwTbLqwmAAlvKLcCk9dEkxxNVjJsbmgkyqwSh2qM2kzfzp8abpmW2tot8PdGY/mUVeZJHpFdLxo1iVmDyJ3lbRYvtj8OlZTGZYCTxCUqCvUirdzUV/ILrG5P3oSbNObEpFghHcuY7uvC4Aqjey6XxEX8YWy22NFrClEcE3A6TB8Kw+Yrkmb/Blxi4/uC9mcQEYsqJtlUBPUBI84rBktx0bsElHI2/o0+KcCCCFWEb+Z+VYY70Pf2TxapdTeOdYEqTHNhkPCCrhv6V1YK4qvodCaq2SadC0G9wNOFW4utl24tuKYhiABiA6bBKFSeJ3fOk5Z38EZci+dnHWAGmSR34v/iBUf9RFdHw2+dGXzlFYl9kAolScsyANOUk+ldOWk7ORHbVGk2SswoqEpIj+9crK1ejqY0/YttXYDLzagCU6kHcPmB41jUIqXKI57VMyGMwGUfxGsro0WNDpfW/hbdaq85Qf7FHFNfuWGznG0hWTtCQADmWQP8pJA6DjWTLyk9j8aXoYVsJx1zM4AmQAe8VGAANOcX030+OKVUHRocDgksoyjxJ1Jp8YqKpAezP7bfLjv8qbCeJufl5VjyvlI0wVIxO2lApQCO8ka77kkdRBB863R0jFmdlSs6VdszDmz2ErDuYwUplPmJ+IoN0y8Ippkgw0HGgonKokrM7ptFrWFS36ClHVgnSC4rL7gJyzwkx6VdaFSpvQRtMLiRPHXr1q16BVOiTjKUDMTI3WM+IIoWFxOJfyupOXupUCRxAMkeNRttBVJ2E2rjF4l1SwPeOg3ACw03fc1WqRec+crEECQTvH7UULJJV3Y5z8PpRQG/R2bdasA8VEwJsNKgLOVCIkFQYqWFBcSQAACVApm43yZGp4UCz10BYT3getqqQk4kZyBJE7xBooj7G8GkJKZjW87uvACR5VZ9Aj2exLyVuuKQmM6jlTvgmw6m1BaQZPk3QZeBLeM7HWI05oGniary0M4VKhfaYvPj5/Yo+ikuxR1spMHX61CrtDeD2ioOToVABR4qT7pvvsPM0mUEzRDK1KzX4fFgLzXyqgxy3Vgz4rVI7say40zQMY4H3bjnNciWBrszvRFfZkTlEi3eEgb+la8WZw+LViXGxBb41JAG8geQFauUf+qAoNirkuEx3UgSZ8deZv9xTIRb2xih/9FWhTaVLfcUAVSGxvtbNHT1PIV2ceJRSTekcrNltuVbZnASo/X71NB7Zn7LHZGES84StQS2LrMxCRuHWgxmOKbtjD2LStXehttJUUjQwbgWE/pFBKkXclJ/SK7HY0urK1CJslI3DQekUVoVKXJkMQ4AhDZMz318idJ8Img6LXWgS3HMS4mSMxATJMDujUnoKoF3NnHkZVZeCd3Eg1dMpJUWmzllaFE/lgeAtbzroeLNtuzF5EPiqHi8opCc0pSDlHCbqjqa2UrsxuTaSApFWKtji3zljTuweYkK+IFU47LObqhB1I7ZknTMU+YgVj8xdM2+A9tCT7fZYkA6BSVDoYNYotXs15E4ypGxZcLuULSLWIKQNRcnjuM8q53lY1jn8Wa8E/yR2AU2sWIJIQoEcwLis0abHO0guCxTSmwZFx35sJiAeUgedaccpY5cX/AKDCca30TaxyFhQaCYSbhMDXQ89+vCnzcpK12WhONVAIGu0FwQSZMgRHCx40qPjtbvZZR5CpeVm7NxIskDtDOsi4kb441t8aL/Jr0YvMn8OMjmYpVINwda6zVqmcdOnaL3YmKSolJso6RvHCub5GFw+Uejo+Pl5afZcCQRaRxrGlZssX2hgW1oIKY1MjdS5wUuwp0VjLKGiMrKZGijcnnNCqCkE/FL3wlM7/AO9TmyySIO7VGUmZmwHHnyHyqryUi6hbM604HFFSra6cZ/vTf7Z8b+xT8hOVfRkttOELCRbujxnX50V0JyvZX7h976sKG8MCVqAnvBQ+J+VFsMVugTJEKJvpRKroggX3migDGXLBvPCKtYKoiXDB50QEHARPAGJ8/oarYaCNYvImIBBF/l1qr2Xi60AaFjH2N9FFQrCm/wA+bfp6CpbClH2DqxQ6KIBzBIgFwiyVZd2usEGqN26GxjS5MA4rMsqPDdxo0VtN2QWJAOn3+9EBFpUG1RAYdMFRJHMVKLWSfczKy2jefU0QWCCr5gSMsQd4Oo8anoF0yxxmLUtKMSYCykpMDhCZ+dJ/Y0Nv9QpioKEq/Vm8Lm1MQqX2LuBSkhcWHdnnc35/SgR7QJNQBa7O2mR3Fm248KTkh7R0PE8nj8JdMukPKEELPGxpSxpraNc526H29uKH5Z6GPXfWWXhxYFZDGbYW6AkJi+pNTH40cbsuo37AMYZxeYAlLf51HTXQTqbeHpXRwR9szeRk1xj0Z7aD3auqMiB3UxoEjQCwrW3bOQ9s8hvcLcagaLFrBLbZMqSntB3UmJtp5a1VjFGkVWUqVmnMSbmLk8AKHXYvtnFIQAorKs8DIgiNYNz0PKq3ZakhMqqFRvZzqUqKiPymOptRXRaLSewbplZNFFJFpsww2rS8D1rT48qkLyxuA4kEfDyv8xXU9nKfSZyb0QBNTYE8AN9BulYEraR3bjaW0NBF3W4cWd0lXdT4AT41z8reRS/ajp44rE4127KjaeLDjmYAiAAN28mfIxWPjRqyS5OzSYXaqnEIdHeISErHSZnwVfxrmyxqLcTVGfJWWrqLpdb0scqtQTNr6jSDxrP1pjuxHENYYPFQIScubsyJSdZBEcZEdONasWSdLVi6ipBsA4y4lJaTkBJEJEAEajS1amh8HCW1oliFrCsqXw3wzBBJ8LGKG0STa0nQs+SQEk5oEk6ST9iuh4WNRi5/ZxfMnynxvogo+79zW4xh8PigggzBGh4VSUeSGRmosvmdsApGbXiN9crPh4bR1cOXn2Gc2mg2zeRrK5GlRFl7QQNBPWlvIkW4sSx+OzpITHMndu041HGeRVFAUowfyZSOOkHW+6tmHxPxvlLsz5PK5/GPQvs9PdjUj6mtXHkqMrlxZnttqCuyWBEoI8UrWn6Vz0asn2Vk0RQRDhTBBg8RUJ1s6kgJiigEmHVIUlSTdJkUX0ROnYZ9/NcQN0A7qKVEk7DbOwCnToco9bEwOtvOqynRfHjchV17uBIuCSeevpQYOkDIAQNZk/L96KA+g2CYK85mAlJJPpHrRsiRApq9C2yaGrSSOm/rURK0DJNBhQ2y9GHUgSJUM3CZMHygeFVrdjOXwaFlKE1exVEskkIBBkiI4mg2FL0FxDIL5Qm3eCbbtBQXRaS+VINiRkTAMkASY6fCimSSoUaSpZCUglRNgN9W6KU29A3QU908j86q2Gh5JzYQA/kePkpIPxSqqpWxjfw/2eddQrDtoEhSCuf5goyD4aeFWSaZWUk4pEMI26pDiWySkDMpHEXvEXgUHSDHk06FQlJ1MH0qMqq9nliLGPOfWoChjBY3KoBXu6EjUDjzqnEdDJXZbLxiQshB7RAuVxE9BNH8djn5Uk/s4jaaBfIpSpkSoZeXdSgE+dWWPdi35MmqJY/bLr7QbcMptYJiY0nW9XUEhUsspKmIOoLYBIyzvOvgNfGrWinFpAEvGQRIg1LKo87iJMm8CLkn76CoRuyZxpQB2SiFEHOoCImLJPTU8+FUk2XTpaFn3cxmPUn41Cr2eaYUsFQFhEzbX70qr2WimOYphLKEQrMXUBWkZQTIF99r9auSSr/YvhyAFE3J+c/tRRQfwbpyKSDP7aU3E6kmR7i0OtOlQncSY+E+ldWEuVs5eaChUTwN6YKrQVl4oUFCxCgR1m1VlVUwxu7Xo86oqkquTr8PhU4pKkTnJy5NlRtIgqzARx67/Wa5WRJdHXb5bGdg4mFFExmv46fSseWCexmKVaLZG2ezBSe8kz7wNuIsbHw86TLx2OWVLsSxWIaXLi5KT+ZEEp3d4EifIUFCcdRI5Re2KI/CBQV2jiiCCkZMt9bm9qunmfpFP8ad2XzbjS1LcVlU5YkAk5QdLned3Wac8U55VjT17Jk8iKg8jRwuSSTrXbUFGKijjcnKTkzrYkjofgTRZEtphDB3CeIodB7IrKk77VSUIz7LxySgcaUJJ1ms88NM1489okHCLgnzqjxxl2iyySXTBFdW0tldvQsm6jJkgE0EFuhI4ooUYPKkyY1FC42pa1BIUuCbAEwJvYbpPrWFdDmm2DaYKs0flTmPQET8aJVRbHv+iL7Dt8ycuUKi8wfsVXluhv4nx5FaKsJGElISeNrVewHG251MCCZtu4CeNCw0X2yseBhlgKCVt5iCTuyyOuih40ucfkacc/g0ZvpVzKSUokAcPnrUCOIcbS2QnNnKLkxE5wYH+EC++TUV2WtUAkkdaYK6HHMPISUmZAkGBcmAB+9ELjaVCzqIJvMGD4a0L+gVTphsN2XYuhaCXjGRU2Sm2a03P1qu7GRceL+yGNby5bWI7sUSrVAwyrJmgwTr6VAU+yLSlJIIJBF6NAugr+KWsd4mJ0FhOkxxqUkRybCM4tTYSW+4oTKwbmd3IVO+wqVLQ1tLDdph04lAAAUUuDeJIKTzE5gOFqq00MdSVorWXQAACQZvwPC3nVosVIabcBssAcFRGvHlvmrAT9M7hsY4wsltUSII1BB5G3jVXG+y0ZuHQN/FBaSChAVM5kiDvt8KnEjna6FstQqcAo0Sxhlwj8wiOE/GiRMkHEjeaNkom1jSkKypkkQFH8vG3Hx8KD2FSoVWom5JJO8mTUpAts8mBregQ6CSaJCPSoAlKQCTc7k/Mn5VVuiyRNt3Q2hJBAj3uM+vnzNSPdhbpBNoYtby8yzJPoOFWZVyb2whaEISn3oJV/xHkPWoGloYwawhOaJBUoHp9mrJsKpbLFsAgRcAQOgt8q6vjf8AGjleV/ysGPep4r/qeWJUm1hfxiB8TVGm5IKpQf7kxbfrVvfZW7WkV2MwisxUgSDqOe+3rWLNhlyuKNmHMmqkK5VtLSrQ6jnWPJjlHUkaYTT2hnFY1C5OUpJNxqKNx4JeyNybf0LAoOp9KroIVhRPdbSVHmBA8NPOrRi5aiRy47Zd4PD9mgjVSjmWo8a34cP49+zFmy/k0ugqlfGtJmb2GTIgj7tVNDVdEgdAZBqERNyToaFItb9C+UzFFyXsqoS9HV6VmnRrhfsE9pExS5RLxkBFpO8g1F0FvdCDjRzkDff5Vkzvih0NsLsJpsPKVJzgGw/mNYtuJ0IKKlfsq/xaG33zlKkrzpiRvVN9aZQjklJiqcc4GlNBXcVEjoZ13UKXZTm64+gSmymJtIzDodKsirVDmydnl9d7ITdauA+tBui+OHJnsRkdWS3/AA247oUQIAHHrPHWitIrKpS10TcxqC2UhoBRtI4WvxuZNSmHkqqivij0LOTQsg+9gwhpClQM6cwM6iY086ll3Gls9jsQ2SkMApQlIBJF1KvJ1NjVogm1/wBSey1yskqykCQZGvKbaTRb0CG2R2ahDjsPOBtJBJUr4a6mg3rQYRTltkcKEDtgtX5SlJSJlWZNxygG/OptgXFXZzE4hxSUBaiUpGVHCN8el9dOVHSA3J9lhgdg4l9AWGwUR3czgTPMDWquSGwwykrJH2XxUKUoJSlIzEqXuAn4UeaJ+CRXN4Ra2XHBGVvKVXv3jlEDrRb2KjFtNhxspSsL+IRcJJChI8xe/Shy2WWO42dw2OZ/DuNOBYKlJUMhsY3EE63majbDFqmmRVhMMUynEXgd1SFC++DEVF+4HFemCXh/0uIUP60A+RIJq3JFHBkHTGWYJHMGjYKogRRKhmW2ie+pQ6J/vQdlo17ZM4No+6+J/nSU+on1qUGl9kzsxKUlSnmjpAQoknzAoFuKrsExgy4rKiOJJNkjipW4VbSKKLb0CyAEgnQ6D6/fhUBSRBV7C1Qh1ZSD3ZjidT9BQCd7KQCogDzPkKhEGStAQckhQ0Jieen2KnoIq0gq5xfpVUiWPIQkJKyLARYb+NXpoCrsApGXLO/7+Pwo0V9D2z05kOK/Mkf7u7uoUMjtM9hmAWSSqI0G8mQasBR1ZbbLTdvhI9TXSxf8Jgmv86/0VqsXCog/dqEfI0hk/HTbDrWomU6HwOqePKabKUn+kzRhBal2TSk79YpiXt9i5SXS6JirC6+gjLBUYgePDfVZUXimFOzGRfICTrM+gmKzrDC7aNDzSrTBnZrX/wAafM/Wrfhx/RX82T7CIZCRAEDgBTIxUekKlKUu2SCuIPKiwrXZwRN9OX30o2U472GKkiIWDyqmx2l0Ms4kqBlIjlwqlDbBnTXwpgn0CV1qjV+iykl2wajaq/ibLfmS6ArIovHQFlsHS3GkNU05aKraeMCVpi5IMx1/vWDyJLo140xt5ptLmYJ/9uFBO8kXmee8b6zONJNfRtjTeyjcwKkozEi2oG6ok2uXoTKPF0+yDDkBQJtAJEawbT51CthH8xCbW/LfTU2G6i1ROyTToSjKpTgF7JiL+N9N9AsnqhnC4BL0Jbd03LSbT0tU5UFY1LplhtjZLbWHBFiLFX6jaqJuxuTHGMdGbSqAeYj1B+QqxnOoVANtR5XB+VEgfDtreWhsGTZIk2A0Hheg3QUnJ0Pbe2R+FU2kKzZkkkxFxrHK4qRlZfNi4MrUjiPWmVYi6DYfDFxxKECVKMAE/Oi6SJFOTpF+n2XWWe0SsLVu1AsY1IndFUWTdUP/ALf43ZUu7IxAsW51IIUmN0mJovXZTg+gKsW+zCS4tMCAM0gDhExFDTJ8ohE7XxCkqQX1lKgQoEyCCL61FFAeSVAUrWEqSlRCVABQBMGDInxq7iLUq0KkVVlkcoEPTUIempZAgUIq1gCJdFrDW8Tf1o3RKCtsLWQEJmdBI+ZqKZPxsdTsZ0tldrflnd1pvGVWV4hGNhKW2XJItYEC5E7woxpUUWwuKSFsNs9bicyUykmJkC/nNVtIijKWw2D2b2hAC0jwUfkKao+yjTsssV7OJDYUHSI94qmPAASKFR6GfjdWIp2FMALTKvdMm/8AptQ4InF1ZPF7Oaw7QU5JKrCLyRrrpRajHsFMpFKKuSZ90Uimw3Qw2AkDWNVRF/s05RS7KsscYjMltIMaKFtAR3QL8Cau6l0R2h3aOASGUIBSTlnNfUnp18zQcLLOqoBsVAGdtaQQsSeRSd3IzSmr6DjpWmI4hCQmx+xH1qy/co6rRd7PbSEAkkRFvKfjW/DJ8El+5kyRip8m/orH09mlaytOUrMWM623VljleP4yNjipvkiLWJB4nmLVqhl5aMs8KW0FyjWVf5jTHBe7/wDRScrpV/4MJdnUev1pyv0IcUnthUOxoSKNFAv4owbgwJuOcfOqsur+xY4pU6CKW5tMasUZLsbS0oiYHnVlliUeCdEcO4lSgm1547td1Ll5EOrGQ8bI30Ewyc68gSZKSZOnCkPyY+jXHxJexlliEkrbAgwLgzzHja9GOW+wSwcRlnE5gYSYFrxE8NT9mr+xfple4sm/wsK0qkYXcgRq1laIUSpEioHbJtYRxc5E5vEDlvPOkzy41qQ/Hhyt3Ez7jTRfVmBCQIVl/XP7GuP5Dg53A6mFSUan2f/Z

le lien me semble un peu trop fourni..il doit y avoir beaucoup de têtes à l’envers…
Rothko, c’était à la TaTE modern ‘.
Rothko me donne mal à la tête, mais il est permis de l’apprécier, autant que le veau à la menthe verte.

Pat V dit: 4 juillet 2018 à 16 h 33 min

tu en as déjà vu une nue de près? Pablo75.

Plusieurs et je parlais avec chacune d’ entre elles une langue différente. 😉

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 16 h 29 min

@ Moi cela fait longtemps que je ne le lis plus.

(pour pouvoir en argumenter l’idée, l’a pas mal dû jeter un oeil quand même, et même, systématiquement). Moi, je lis tout, tout le monde et très acidûment, pablito comme chachale et leur jeunesse, Ed, un triumvirat qui se gargarise de sa prose jeuniste et claire (non d’une pipe à bulles). Tout le monde a bin compris que ces 3 loutiques-là sont les plus tristes de la rdl, et surtout mentalement et sexuellement beaucoup plus âgés que leurs suce-nommés de prédilection. Wouarf.

Ed dit: 4 juillet 2018 à 16 h 26 min

« A quoi jouez-vous à Hambourg, entre jeunes femmes, pendant ce temps »

À organiser un excellent concours d’écriture parrainé par Sylvie Germain.
Désolée de faire de belles choses, les ronchons.

Ed dit: 4 juillet 2018 à 16 h 23 min

Ah. Et j’ai oublié bérénice. Alors elle, elle a carrément oublié la ponctuation et les conjonctions de coordination.

Jean dit: 4 juillet 2018 à 16 h 22 min

Vu naguère, à Saint-Paul-de-Vence, dans une exposition regroupant des oeuvres d’artistes divers choisies par B-H L. , une toile de Rothko. Elle pâtissait (en plus d’un éclairage inadapté) du voisinage avec des oeuvres qui claironnaient bien plus vigoureusement leur différence. Souvent, il n’est pas judicieux d’extraire une oeuvre de son climat particulier pour des confrontations hasardeuses, d’un intérêt douteux. Ce fut le cas, je pense, pour cette oeuvre de Rothko, artiste délicat et fin.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 16 h 21 min

@ Un style d’embaumeur de vrai berbère !

Merci mon pote : je prends cela comme un vrai compliment, car nul ne m’avait jamais rien dit de mon style. Quand la métaphore que l’on vous adresse à la ronde est fumeuse, disait Georges Perros, on doit toujours la recevoir comme un hommage, car tous les imbéciles du public n’oseront en moufter et auront plutôt tendance à applaudir au bon mot. Et vu qu’il n’y a personne icite pour nous dire que le roi prêcheur est nu…, hein.

Ed dit: 4 juillet 2018 à 16 h 21 min

Pablo75,

J’ai la même impression que vous. Cependant, les ieuv qui délirent et qu’on n’a pas du tout envie de lire son trop nombreux ici : WGG, Delaporte, JJJ (et JC, mais il est sympathique et drôle).

Bon. Ne nous plaignons pas, les sauter nous fait gagner du temps. Et c’est bien la dernière fois que qqn les sautera de toutes facons. Merci qui ?

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 16 h 14 min

« JJJ écrit comme un ieuv en plein délirium. Il faut lire deux fois pour le comprendre. »
Ed dit: 4 juillet 2018 à 15 h 57 min

Si le pauvre Janssen J-J « écrit comme un ieuv en plein délirium » c’est parce qu’il est « un ieuv en plein délirium ». Il y a 2-3 ans il était plus ou moins normal, mais depuis quelque temps son cerveau a commencé à dégénérer, à devenir une compote de neurones qui le fait écrire de façon incohérente et avec une espèce d’exaltation de fou qui paraît s’aggraver chaque jour.

Moi cela fait longtemps que je ne le lis plus.

Pat V dit: 4 juillet 2018 à 16 h 14 min

Et que je pense que ce qu’une femme a de plus érotique c’est son cerveau. PAB de Paris.

Si je ne sais pas lire, vous, vous ne savez pas écrire. 😉

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 16 h 06 min

@ un ieuv en plein délirium (edmonde)

C’est quoi au juste, un ieuv ? J’aurais aimé vous remercier d’écrire si clairement, hélas…
Avez-vous lu la vie de Modesta, l’héroïne de « L’art de la joie » ? Non ? Vous devriez je pense : Goliarda Sapienza vécut une vie assez convulsive dans sa chair, mais fort enrichissante sur le plan littéraire. Bien plus profonde en Italie que toutes les amies prodigieuses réunies, quel que soit le mérite personnel d’EF.

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 16 h 05 min

« Et que je pense que ce qu’une femme a de plus érotique c’est son cerveau. » (Pablito)

C’est exact. Cependant, nous ne devons rien négliger ….

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 16 h 00 min

« Vous nous avez expliqué ici même récemment votre aversion envers les femmes trop brillantes et trop intelligentes, apparemment cela vous a marqué durablement aussi pour tout ce qui concerne le domaine de l’ art en général et l’ art moderne en particulier. »
(Pat V)

En plus d’avoir des idées fumeuses sur tout (je ne t’ai jamais lu une phrase intelligente), je vois que tu ne sais pas lire (les deux faits sont probablement liés dans ton cas). Ou c’est ton cerveau qui ne sait pas interpréter, non seulement ce qu’il voit, mais aussi ce qu’il lit.

Sache donc que j’adore les femmes très brillantes et très intelligentes (d’ailleurs, dans le texte auquel tu n’as rien compris, je parlais d’une « ex »).

Et que je pense que ce qu’une femme a de plus érotique c’est son cerveau.

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 15 h 59 min

Ed dit: 4 juillet 2018 à 15 h 49 min
« Rien sur Georges-Emmanuel Clancier ? »

Rien, en ce qui me concerne, car j’ignorais qu’il existât un Clancier écrivain.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 15 h 58 min

Ed, chacun joue aux jeux de son âge. A quoi jouez-vous à Hambourg, entre jeunes femmes, pendant ce temps ? Je rappelle pour mémoire que « les choses » ne sont pas un roman du limougeau Clancier.

Ed dit: 4 juillet 2018 à 15 h 57 min

JJJ écrit comme un ieuv en plein délirium. Il faut lire deux fois pour le comprendre. Un peu de respect pour vos lecteurs non d’une pipe !

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 15 h 55 min

« Une chose semble certaine : Redoine Faïd est un criminel d’envergure » (Delaporte du Cachot)

Pour lui rendre hommage de haut niveau, il fallait bien une conne de l’envergure de Béatrice Que Dalle !!!

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 15 h 55 min

con et infantile plutôt…, un peu comme l’ex JC….. et Jean-Claude Goering qui voudraient désormais se blanchir d’un seul tenant, y compris sans le soutien de Jean Goebbels amené à prendre quelque distance d’avec cet Oberstumfuhrer de bas étage.
Si l’on comprend bien celui-là : pablito57 serait à widerganger ce que Pat V. serait à chachale en peinture ! Eh bé, nous voilà frais !

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 15 h 52 min

@ Jean et Pat V

Relisez le conte d’Andersen « Les habits neufs de l’empereur » (intitulé aussi « Le roi est nu »). Ou « el entremés » de Cervantes « El retablo de las maravillas ». Ou consultez les vieilles histoires de l’art ou de la littérature du XVIIIe ou XIXe siècle (que je collectionne). Ou lisez dans les journaux intimes d’il y a 150-200 ans les jugements sur l’art ou la littérature des « experts » de l’époque. La quantité de peintres et d’écrivains nuls qui étaient considérés comme des génies et payés très chers, est ahurissante (regardez, par exemple, les prix des tableaux de Bouguereau – le peintre le plus cher en France de la 2eme moitié du XIXe siècle – par rapport à ceux de Manet, par exemple).

Exactement comme aujourd’hui.

Et comment ça se fait que de telles choses arrivent dans toutes les époques? L’explication est très simple et les latins la connaissent déjà, puisque l’un de leurs proverbes disait: « Stultorum infinitus est numerus » (le nombre des imbéciles est infini).

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 15 h 48 min

Aujourd’hui, je dis que :
« Oui, c’est vrai ! j’aime ROTHKO et DUBUFFET et SOULAGES. Je déteste MATTHIEU et BUFFET et DUCHAMP. »

Demain, on verra ce que j’aime !

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 15 h 43 min

JJJ
pourquoi écrivez-vous : » Comme quoi, on peut être na.zi et ouvert à la science. » ? (Christiane)

Mais, c’est si évident : parce qu’il est infantile et con !

Pat V dit: 4 juillet 2018 à 15 h 39 min

Un nul absolu écrivant: nettoyez mon matériel. Passionnant, non? Pab75.

Cela a à voir avec Vialatte, les  » hautes pâtes » de Dubuffet et ses portraits d’ écrivains.
Si vous mettiez autant de curiosité intellectuelle aux histoires littéraires et picturales que celle que vous mettez à propos de la musique classique, cela vous rendrait un peu plus intelligent et surtout moins borné.
( Vous nous avez expliqué ici même récemment votre aversion envers les femmes trop brillantes et trop intelligentes, apparemment cela vous a marqué durablement aussi pour tout ce qui concerne le domaine de l’ art en général et l’ art moderne en particulier.)
Décidément vous abhorrez les beautés trop intelligentes! 😉

Jean dit: 4 juillet 2018 à 15 h 25 min

Un nul absolu (Pablo75)

Si je comprends bien, le nul absolu, c’est Dubuffet. Les appréciations de Pablo75 en matière d’arts plastiques me font penser aux anathèmes de Widergänger stigmatisant Chaloux.

Pat V dit: 4 juillet 2018 à 15 h 24 min

Pablo confond  » croûtes » avec hautes pâtes, chez Dubuffet.
Mais cela n’ a aucune importance. 😉

Jean dit: 4 juillet 2018 à 15 h 20 min

J’ai lu quelque part (Wikipedia) que Rothko était considéré comme un représentant de l’ « expressionnisme abstrait ». De son côté, Emil Nolde est lui aussi considéré, avec quelques uns de ses contemporains allemands, comme un expressionniste. J’ai l’impression que le mot « expressionnisme » , mis ainsi à des sauces contradictoires, ne signifie à peu près rien de clair. Au vrai, tout peintre, quelle que soit l’époque, n’est-il pas, à sa manière, un « expressionniste » ? Au diable les étiquettes.

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 15 h 18 min

« Cela me fait me souvenir de la lettre autographe de Jean Dubuffet à Sibille Boffard-Coquat écrite à l’ encre violette un mercredi sans date… »
(Pat V)

J’ai lu beaucoup de Correspondances, mais des lettres aussi peu intéressantes que celle de ce décorateur lamentable que fut Dubuffet, je crois que jamais.

Un nul absolu écrivant: nettoyez mon matériel. Passionnant, non?

On comprend pourquoi elle appartient à Pat V.

Jean dit: 4 juillet 2018 à 15 h 14 min

les croûtes de Rothko (Pablo75)

Lesdites « croûtes », dans leur subtile simplicité, sont très belles et très jouissives. Pablo75 veut sans doute plaisanter.

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 15 h 09 min

@ Pat V

Cela fait un bon moment que j’ai compris que tes idées sur l’Art sont très confuses, contradictoires souvent, toujours dépendantes de ce que d’autres en ont dit ou écrit. Et que discuter d’Art avec toi était donc stérile.

Tu as une vision de l’Art de fonctionnaire – avec le langage qui va avec.

Je préfère encore les délires pseudo lyriques de Christiane (« des monochromes où flottent ses couleurs irradiantes, vaporeuses, posées avec une extraordinaire maîtrise […]. Un poudroiement coloré de lumière. […] Atmosphère de silence et rayonnement partout qui émanent de leur ensemble. Surtout dans les variations de jaunes et de bleus. Je pense aussi aux mosaïques byzantines, ça miroite. Mais aussi une sensation de tragique face aux toiles où il travaille les rouges car émane alors de ses compositions beaucoup de gravité comme dans certain opéra de Mozart, légèreté et drame. »)

Et surtout les poèmes érotiques que les croûtes de Rothko lui inspirent:

« Face à ces grands tableaux,
je me sens enveloppée par sa peinture,
quelque chose de très intime,
les soies du pinceau sont à l’œuvre…

Je me sens alors prête
à traverser une couleur
à la recherche de celle qui fuse en-dessous.
Des voiles laiteux
conduisent de l’une à l’autre.
Une profondeur qui semble illimitée… »

(On a mieux décrit un coïte pictural que notre amie dans ces lignes?)

Pat V dit: 4 juillet 2018 à 15 h 04 min

Vous ne croyez pas si bien dire D. Cela me fait me souvenir de la lettre autographe de Jean Dubuffet à Sibille Boffard-Coquat écrite à l’ encre violette un mercredi sans date ( il s’ agit de 1947 )

Chère Sibille

j’ ai beaucoup de pinceaux laissés à l’ abandon et encroutés de vieille peinture sèche qu’ on pourrait peut-être essayer de rénover avec de la benzine et beaucoup de palettes pareillement dégueulasses, et aussi des couteaux divers, qui demanderaient à être nettoyés par une main diligente, patiente et avisée
amitiés
Jean Dubuffet

Collection personnelle.

r une main diligente, patiente et avisée dit: 4 juillet 2018 à 15 h 01 min

Parmi les plaisirs il y a le lavage des pinceaux à l’eau tiède et au savon, dans le creux de la main jusqu’à ce qu’ils ne rendent plus aucune couleur.

Vous ne croyez pas si bien dire D. Cela me fait me souvenir de la lettre autographe de Jean Dubuffet à Sibille Boffard-Coquat écrite à l’ encre violette un mercredi sans date ( il s’ agit de 1947 )

Chère Sibille

j’ ai beaucoup de pinceaux laissés à l’ abandon et encroutés de vieille peinture sèche qu’ on pourrait peut-être essayer de rénover avec de la benzine et beaucoup de palettes pareillement dégueulasses, et aussi des couteaux divers, qui demanderaient à être nettoyés par une main diligente, patiente et avisée
amitiés
Jean Dubuffet

Collection personnelle.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 14 h 59 min

Si vous vous donnez l’éternité + 1 j pour râbacher les mêmes salades sur ce blog-ehpad-épave, eh bé, grand bin jean vous fasse, mais moi, perso, j’ai jamais envié le gâtisme de quiconque et je vous plains 1 brin @ 14.50.

Jean dit: 4 juillet 2018 à 14 h 56 min

A Rothko je préférerai toujours Emil Nolde. Ne fut-il pas inscrit au parti national-socialiste ? Il est vrai que ledit parti le classa parmi les artistes dégénérés. Je m’y perds, moi, dans ces contradictions.

Jean dit: 4 juillet 2018 à 14 h 50 min

Ceci dit, Clancier, mort à 104 ans ne sera pas immortel. Tant pis pour lui. Tandis que moi, qui ne suis guère connus que pour quelques écrits anti-hachémites, à 135 ans, j’ai toutes les chances de le devenir. Tant mieux pour moi.

Pat V dit: 4 juillet 2018 à 14 h 50 min

christiane dit: 4 juillet 2018 à 14 h 25 min

Votre texte appelle beaucoup de réponses! :)

Votre premier paragraphe qui concerne les petits plaisirs de peindre ne ferait alors que renforcer la marque de Pablo75!
On ne connait rien ( à ma connaissance ) des  » petites joies  » de Rothko. Vous ne nous feriez pas là une description à la Ch. Bobin? 😉 Et quand bien même notre peintre aurai-il eut ces  » petite joies « , ces petites culbutes de désir, en quoi cela intéresserait fondamentalement notre perception de ses tableaux? Là est me semble-t-il la question à se poser.
 » Dans votre galerie » (…) eh bien là, je ne suis pas peintre mais spectateur de l’ œuvre des autres et leurs émois très personnels ( à moins d’ être un acte essentiel biographique à l’ évolution et/ou transformation de leurs peintures) me sont d’ aucun secours ni consolation perceptives.
Mais je peux vous parlez de mon expérience en tant que peintre 😉 si toutefois, certaines péripéties existentielles de mon travail indiquaient une nuance stylistique importante et propre à la connaissance globale de celui-ci. :)

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 14 h 39 min

Je salue la mémoire de georges-emmanuel Clancier pour « L’Eternité plus un jour », le seul roman remanié durant 20 ans, signalé par lgl de f. busnel, et qui me valut le détour … comme on irai ten pélérinage chez Julien Gracq. Je sais bien comparaison n’est pas raison, mais ils se connurent et s’apprécièrent, je crois. Paix en son âme.
http://www.ina.fr/video/CPF10005636

D. dit: 4 juillet 2018 à 14 h 37 min

L’odeur de la térébenthine lasse assez vite quand on a pas d’atelier et qu’on est obligé de travailler et faire sécher chez soi.
Heureusement il existe des essences sans odeur, Sennelier en vend.
Parmi les plaisirs il y a le lavage des pinceaux à l’eau tiède et au savon, dans le creux de la main jusqu’à ce qu’ils ne rendent plus aucune couleur.
Les chiffons pleins de peinture qu’on ne sait plus par où attraper…

D. dit: 4 juillet 2018 à 14 h 27 min

Passer une apres-midi dans un musée en votre compagnie doit être inoubliable, Christiane. Pouvoir profiter de vos commentaires éclairés, regarder les oeuvres sous l’éclairage de votre conférence…

christiane dit: 4 juillet 2018 à 14 h 25 min

@Pat V dit: 4 juillet 2018 à 14 h 13 min
Bonjour,
je pensais à l’acte de peindre, au plaisir de tenir un pinceau, de créer une variation de couleur par un mélange subtil, de l’étendre par petites touches, de sentir l’odeur de la térébenthine, de l’huile de lin, l’onctuosité de la matière, de ces petites joies qui naissent en cours de travail quand on atteint une certaine harmonie. Une activité qui apporte un réel bonheur que que soit le sort réservé ultérieurement à la toile qui peut être achevée, transformée, détruite, abandonnée.
Dans votre galerie vous devez vous ravir de la présence de ces toiles, les frôler, les contempler longuement vous souvenir de l’ambiance de tel ou tel atelier quand il faut se frayer un chemin entre les toiles, les chevalets, les pots de peintures et tout un tas d’objets qui font le cocon de l’artiste.

Pat V dit: 4 juillet 2018 à 14 h 13 min

Des toiles qu’il a dû aimer peindre [Tous les peintres nuls aiment leurs toiles].

(Pablo75 critiquant la formulation de Christiane.)

@cristiane
On peut tout d’ abord se poser la question de savoir si un peintre accepterait de dire à l’ achèvement, l’ accomplissement d’ une toile qu’ il ne l’ aime pas.
Où alors il s’ agit d’ autosatisfaction béate…

@Pablo75.
Non, il existe des peintres très doués qui aiment leurs toiles, mis à part les masochistes… 😉
Une affirmation inadéquate avec une objection totalement à côté de la plaque. Ainsi va la RDL ! :)

radioscopie dit: 4 juillet 2018 à 14 h 12 min

gisèle dit: 4 juillet 2018 à 12 h 50 min

Il y a 2 ou 3 ans, à Londres, dans quel musée? un conservateur s’est aperçu que l’un des tableaux de R.était accroché, la « tête » à l’envers; fâcheuse méprise; personne ne l’avait remarqué…

Moins grave que d’exposer un Georg Baselitz la tête à l’endroit.

D. dit: 4 juillet 2018 à 14 h 09 min

Le poète et écrivain Georges-Emmanuel Clancier est mort à l’âge de 104 ans, annonce, mercredi 4 juillet, son éditeur. « Il est mort cette nuit vers 5h45 dans son sommeil », a indiqué à l’AFP une attachée de presse d’Albin Michel.

Georges-Emmanuel Clancier était l’auteur d’une œuvre sensible et variée, d’où émergeait Le Pain noir (1956), début d’un cycle romanesque enraciné dans le terroir limousin où il était né voici plus d’un siècle. Né le 3 mai 1914 à Limoges, il était également l’auteur du roman L’Éternité plus un jour. En 2016, à 101 ans, il a fait paraître aux éditions Albin Michel la suite de ses Mémoires, Le Temps d’apprendre à vivre.

Jean dit: 4 juillet 2018 à 14 h 04 min

Tai, au fait, où est-il passé, le maître Jean t’SSSS ? (Janssen J-J)

Je suis là, et pas qu’un peu ! Je viens en effet de fêter mes 135 ans. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, j’ai récemment raflé à l’Euromillions le gros lot de 135 millions (d’euros). Je compte donc, même si je connais l’intégrité désintéressée de l’intéressé, proposer à Assouline de lui racheter, moyennant une somme rondelette, ses droits sur la RdL, avec le droit pour moi d’inonder jusqu’à ma mort le fil des commentaires de propos moisis directement inspirés des thèses des professeurs Faurisson et Tarquier de Pellabois.

Jusqu’à ma mort ? Hi hi ! Une étude scientifique récente (voir « Le Monde » de ce jour) vient de prouver qu’au-delà de 105 ans, les humains ont une chance sur deux de survivre indéfiniment, année après année. Autant dire que l’immortalité serait à la portée du centenaire moyen. Ainsi, j’ai de fortes chances, dans 3500 ans, de continuer de faire scier les lecteurs de la RdL avec mes posts infames (comme ne dira probablement plus Popaul). Et de les faire d’autant plus scier que personne ne saura plus ce qui aura bien pu se passer entre 1940 et 1945 de l’ère pré-crétine.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 14 h 02 min

Ch., 12.4O – Je répondais à l’ex JC…. désormais affublé du qualificatif de Goering ou Goebbels (!!!) de 9.18 qui vous signalait, à juste titre, la résolution du théorème de Fermat.

christiane dit: 4 juillet 2018 à 13 h 59 min

Gisèle,
toujours heureuse de vous lire.
C’est en visitant l’exposition « Fra Angelico et les maîtres de la lumière » au musée Jacquemart-André, en 2011, que j’ai fait ce rapprochement. Bien sûr les fresques n’y étaient pas mais ces tempera sur bois ou sur parchemin étaient de pures merveilles. Fra Angelico (Fra Giovanni da Fiesole / Guido di Piero) peignait parfois sur fond d’or. La couleur alors prend un éclat incomparable. Comme les autres artistes du Quattrocento il sait faire chatoyer la lumière au sein d’un clair-obscur, rendre visible l’invisible pour exprimer la présence des forces sacrées. C’est une peinture spirituelle. Il ne faut pas oublier son appartenance à un ordre monastique)
Quant à Rothko, depuis ses premières toiles figuratives, semi-abstraites, il n’a cessé de progresser, à partie de 1951, vers la clarté dans des monochromes où flottent ses couleurs irradiantes, vaporeuses, posées avec une extraordinaire maîtrise (avant qu’elles s’assombrissent dans ses derniers panneaux). Un poudroiement coloré de lumière. Il travaillait au pinceau, par larges touches,( pas en aplats), en couches diaphanes.
Face à ces grands tableaux, je me sens enveloppée par sa peinture, quelque chose de très intime, les soies du pinceau sont à l’œuvre… Je me sens alors prête à traverser une couleur à la recherche de celle qui fuse en-dessous. Des voiles laiteux conduisent de l’une à l’autre. Une profondeur qui semble illimitée… Atmosphère de silence et rayonnement partout qui émanent de leur ensemble. Surtout dans les variations de jaunes et de bleus. Je pense aussi aux mosaïques byzantines, ça miroite. Mais aussi une sensation de tragique face aux toiles où il travaille les rouges car émane alors de ses compositions beaucoup de gravité comme dans certain opéra de Mozart, légèreté et drame.
J’ai vu récemment à l’Orangerie la façon dont des peintres de l’abstraction américaine avaient été inspirés par les 22 panneaux des Nymphéas de Claude Monet. Il y avait un Rothko, près d’un Pollock et de la lumineuse Ellworth Kelly.
Il y a ainsi des artistes qui, à travers le temps et l’espace s’influencent.
Lors d’un voyage en Italie, Rothko avait été subjugué par les fresques de Fra Angelico…

J’ai peu lu Ossip Mandelstam mais ce que j’ai lu n’a pas été rapide, superficiel. Je suis revenue souvent sur ses derniers poèmes. Aucune connaissance de sa prose. Sa vie m’impressionne. Il me manque la connaissance de la langue russe pour mieux approcher ce chant de douleur.
Dès votre premier commentaire qui rugissait, à juste titre, contre l’anecdote de cette prof inspectée, il était évident que Mandelstam était important pour vous.

Lacenaire dit: 4 juillet 2018 à 13 h 52 min

aïe, hier à 21 heures 38, MC (Petit Rappel, p’tit Court ou chineur breton pour les intimes) se paie l »impudente Anna Fort et déballe tous ses talents qu’il tenait soigneusement cachés… que de grandeur, mazette, comment un Homme tel que lui ne soit pas élu à l’Académie Français, qu’il ne soit pas entré au Panthéon (on y mas Simone Veil pour moins que ça) écouté tous les jours sur France Culture ou confident de ceux qui nous gouvernent, quel gâchis de ne pas reconnaître les talents multiples d’une telle personnalité si discrète… à moins que… mais non, il ne se résignera pas à répondre à l’analphatrèsbête que je suis et tous les incucultes de de blog minable à ses yeux
les moutons du Carmarthenshire sont béats d’admiration (hihihihihi)
bien à vous
CM (Claude Mauduit….)

gisèle dit: 4 juillet 2018 à 12 h 50 min

Rothko . Il ferait penser à Fra Angeliko ??
Il y a 2 ou 3 ans, à Londres, dans quel musée? un conservateur s’est aperçu que l’un des tableaux de R.était accroché, la « tête » à l’envers; fâcheuse méprise; personne ne l’avait remarqué…
Après tout, on peut aimer Rothko,à l’envers et à l’endroit !
J’ai lu son journal, édité par ses enfants, je crois. Très intéessant.
*** Donc, Ossip Mandelstam ne rencontre aucun succès. Flop. Ch trouve « magnifique » l’édition en 2 volumes, mais Ch lit à la vitesse de l’éclair.
J’ai ressorti mes 2 ou 3 versions ,en fr. du « sceau égyptien », les Gall. non bilingue; j’ai ressorti Blok,Biely,Brodsky,Gontcharov, j’ai écouté, fr.cul. « Oblomov » (remarquable) et je me prépare des vacances russes. Un ami, plus expérimenté que moi en russe et litt.russe,va éclairer mes connaissances.
Quelle excellente idée, Mandelstam, merci à PA.
Bons échanges sur Ogawa et Rothko, et bel été.

Giovanni Sant'Angelo dit: 4 juillet 2018 à 11 h 36 min


…et, à y regarder, les évolutions, diverses chasses-gardées, parallèles au  » cirques « ,…

…écrire, penser,…autant, agir, pour soit,…
…et, ne laisser, aucune trace,…de ces châteaux – partout,…aux quatre vents du monde,..etc,…
…déjà tout, avec rien,…Ollé,!…
…Go,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 4 juillet 2018 à 11 h 07 min


…tout, est dans, le gain, escompté,…

…les lois, les manœuvres, sociales et politiques, tout en régressions, et, puis après,…

…quels, hommes de confiances,!…les université, les formations de purs nazis, ou autres fascistes, en chambres des coffres, point final,…

…tout çà, pour des présidents, plus cons tu meurt,…aux agences pôle-emplois,…du chiffre,…au culs,…Ah,!Ah,!…etc,…

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 10 h 56 min

« J’ai toujours admiré Marc Rothko, et jamais eu le sentiment d’être manipulé dans mes goûts… »
(Janssen J-J)

Mais toi c’est normal: tu es le C.on du Blog.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 10 h 48 min

J’ai toujours admiré Marc Rothko, et jamais eu le sentiment d’être manipulé dans mes goûts par le croû(pe)teux et besogneux pablito57, çui qui s’prend pour l’alléluia des élégances picturhâles et musicoprologiques.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 10 h 45 min

@ « ne retenir que celle d’un type qui la ferme sans jamais l’ouvrir » (la réouvrir ?)

Pas facile -> on va bin voir s’il va exécuter sa promesse sur le blog à SERGIO. J’y crois pas trop. Quand on retourne à la niche de soi-même sur injonction « COUCHE ! », on n’y reste jamais bin longtemps, trop dur de pas aller aboyer un brin avec la meute nazillarde quand l’passe en rut dans les parages ! Tai, au fait, où est-il passé, le maître Jean t’SSSS ?

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 10 h 38 min

@ christiane

« J’aime passionnément l’œuvre de Rothko ».

À toutes les époques il y a eu des gens qui ont aimé passionnément des croûtes, des faux peintres à la mode, en obéissant religieusement aux injonctions des manipulateurs du marché de l’art.

Rien de nouveau sous le soleil.

D. dit: 4 juillet 2018 à 10 h 37 min

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 6 h 10 min
Sauf confusion, il me reste une seule image d’Alphaville : un type qui visite une usine de fabrication de portes, qui en ouvre une, qui la ferme…

Dear Jean-Claude,
Certains vous conseillerons de ne retenir que celle d’un type qui la ferme sans jamais l’ouvrir.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 10 h 26 min

@ le C.on du blog.

… une catégorie générique, somme toute assez peu singularisante. Comment vous qualifieriez-vous vous-même : le Pucier du Blog de Montreuil ?

christiane dit: 4 juillet 2018 à 10 h 19 min

@Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 10 h 00 min
Moquez-vous, peu importe. J’aime passionnément l’œuvre de Rothko, la fresque de L’Annonciation, peinte par Fra Angelico (Florence, Couvent de San Marco) et la sonate pour piano n°14, au Clair de Lune, de Beethoven.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 10 h 17 min

Zut, voilà que la place du Snob de service serait prise par un autre… Evidememnt, ça la fout mal dès le matin, au p’tit déj !…

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 10 h 17 min

« Cher Renato, ne vous laissez pas abattre par cette bande. Vous lire et ouvrir votre ablum de photos chaque matin est une joie, rehaussée par la petitesse de vos pitoyab’ détracteurs… »
(Janssen J-J )

On avait le Porc du blog, le Curé du blog, le Esnob du blog, et maintenant on a le C.on du blog.

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 10 h 11 min

Cher Renato, ne vous laissez pas abattre par cette bande. Vous lire et ouvrir votre ablum de photos chaque matin est une joie, rehaussée par la petitesse de vos pitoyab’ détracteurs : deux notamment : Pablito57, musicologiste et artiste peinturleur, remplaçant pour un temps de son compère musicâtre Blablacar en lune de miel à kiev ou stiges, … ET le nouveau Fermat de Goering, l’ex JC….. de toutes les aventures pittoresques.

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 10 h 09 min

« Comme quoi, on peut être nazi et ouvert à la science. » (JJJ)

Ce con n’a vraiment rien compris au monde ….

christiane dit: 4 juillet 2018 à 10 h 08 min

@Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 9 h 18 min
Chut ! il ne faut pas révéler la fin du roman, ni évoquer le mémoire de mathématiques caché dans le double-fond d’une certaine boîte, ni du nombre parfait 28. C’est un roman qui jongle avec le réel.

Phil dit: 4 juillet 2018 à 10 h 06 min

in levare, pas in battere… tout ça n’est franchement pas « mostriciattolo ».
Renato dans sa cuisine à miroirs vénitiens

Janssen J-J dit: 4 juillet 2018 à 10 h 01 min

@ « Je n’avais jamais songé à leur succession aléatoire, aux premiers jumeaux qui ne sont séparés que par un seul nombre (pair), à ce « 2 » si mystérieux ».
Généreuse et assidue lectrice, détournée de la poésie pour un temps…, merci pour la fraîcher de votre témoignage qui a également inspiré Fermat. Comme quoi, on peut être nazi et ouvert à la science.


Hier, je suis tombé sur une illustration très emblématique de la raison pour laquelle, dans nos « sociétés du risque », les théories du choix rationnel ont définitivement supplanté les autres paradigmes de la déviance et du crime dans sa composante terroriste. Voilà un argument pragmatique imparable qui donne bien à comprendre pourquoi les meilleurs défenseurs des droits de l’homme ne parviendront plus jamais à faire le poids face aux sécuritaristes. Dans le film The Ghost Writer (2010), un ancien Premier ministre britannique accusé d’avoir livré des terroristes présumés à la CIA qui les a torturés, justifie sa décision : « Vous savez ce que je ferais si j’étais encore au pouvoir ? J’exigerais deux queues aux aéroports. Une pour les vols où aucun contrôle ne serait effectué, sans le moindre empiétement sur les libertés civiles, sans obtention de renseignements par la torture et, sur l’autre vol, nous ferions tout notre possible pour y assurer une parfaite sécurité. Et alors, on verrait dans quel avion mes détracteurs feraient monter leurs enfants ».

Comment voulons-nous protéger nos enfants de leur addiction aux smartphones, et tablettes ? : telle est bien la question.

BJ à toussent, à Jean Daniel Mbappé et à Edgar Killian Morin. A Rose, également : j’aime beaucoup les messages extravagants de cette internaute de la rdl. Rares sont ceux qui ne m’arrachent pas quelque étonnement et sourire.

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 10 h 00 min

La très-obéissante-à-toutes-les-modes Christiane sur Rothko:

« Couleurs, plénitude, lumière, rayonnement. [ Du bla, bla, bla ] Des toiles qu’il a dû aimer peindre [Tous les peintres nuls aiment leurs toiles]. Les expositions permettant de rester longuement devant ses grandes toiles, exposées dans une lumière tamisée, sont comme des sonates avec leurs variations chromatiques. [Remarque tout simplement ridicule] Il est si proche des Fra Angelico [Du grand n’importe quoi], de leur paix intérieure [c’est pour cela qu’il s’est suicidé]. Que certains aient spéculé sur ses peintures, soit, mais lui est intègre [Ce n’est pas moi qui va perdre mon temps à lire la biographie d’un décorateur aussi nul pour vérifier cela]. Il ne s’exprimait jamais (ou peu) sur ses peintures, trouvant le silence « plus pertinent » [Je le comprends: quoi dire de panneaux décoratifs aussi navrants et répétitifs?]. Il ne peut être assimilé à l’art abstrait, à l’École de New-York [Il est donc un peintre figuratif: il peint des couchers de soleil sans lunettes en étant un grand myope], c’était plutôt un solitaire, mystique, un poète, un philosophe pas un charlatan ni un opportuniste [ce qui n’exclue pas qu’il ait été un décorateur nul – d’ailleurs, le sachant, il a préféré arrêter la comédie, ce qui montre qu’il était lucide sur ses propres barbouillages]. La palette sombre des derniers panneaux monochromes pour la chapelle de Houston est impressionnante [vus à genoux, oui], difficile à affronter [eh oui, on se dit que l’arnaque de l’art contemporain est allé trop loin]. Était-il dépressif, désespéré, malade ? [Il était nul, surtout] Que d’austérité… [beau synonyme de nullité] Il a dû s’enliser dans ces noirs, combattre obstinément [dans sa lutte contre son manque absolu de talent de décorateur, il a perdu pied, et on le comprend]. Ce sont les seules devant lesquelles je n’ai pu m’attarder au musée d’Art Moderne.[La preuve définitive du génie de Rothko. Là, je m’incline…] ».

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 9 h 38 min

Renato fut, sous le généreux gouvernement du Macron italien Il Duce BENITO, le titulaire inspiré de la chaire de snobisme populaire à l’Université de Bologne …

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 9 h 24 min

« Ecoutez bien, ça commence in levare, pas in battere…  »

Renato ou il a plusieurs oreilles absolues réparties dans tout le corps ou est le Snob du Blog.

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 9 h 18 min

« Donc les mathématiciens s’interrogent depuis des siècles sur leur répartition. on y parle beaucoup du théorème de Fermat qui est resté une énigme. » (Christiane)

Magnifique Christiane ! Énigme résolue en 1995…

Lire dans Wikipedia, ce qui suit :
« Après avoir été l’objet de fiévreuses recherches pendant près de 350 ans, n’aboutissant qu’à des résultats partiels, le théorème est finalement démontré par le mathématicien ANDREW WILES, au bout de huit ans de recherches intenses, dont sept dans le secret le plus total.
La démonstration, publiée en 1995, recourt à des outils très puissants de la théorie des nombres : Wiles a prouvé un cas particulier de la conjecture de Shimura-Taniyama-Weil, dont on savait depuis quelque temps déjà, via les travaux de Yves Hellegouarch en 1971 (note au CRAS), puis de Gerhard Frey, Jean-Pierre Serre et Ken Ribet, qu’elle impliquait le théorème.
La démonstration fait appel aux formes modulaires, aux représentations galoisiennes, à la cohomologie galoisienne, aux représentations automorphes, à une formule des traces… »

Le meilleur livre de vulgarisation sur la résolution de ce dernier théorème de FERMAT a été publié chez JC Lattès, signé Simon SINGH.

Je l’ai lu en 1997, et vient de le retrouver dans ma bibliothèque, couvert de poussière. Une fois secoué le dormeur de Simon, je n’ai pu m’empêcher d’en embrasser la couverture …..

Après 350 ans, des dizaines de mathématiciens …ANDREW WILES triomphe !!!

christiane dit: 4 juillet 2018 à 9 h 14 min

@Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 0 h 10 min
Oh, Pablo, comment pouvez-vous écrire cela ? Couleurs, plénitude, lumière, rayonnement. Des toiles qu’il a dû aimer peindre. Les expositions permettant de rester longuement devant ses grandes toiles, exposées dans une lumière tamisée, sont comme des sonates avec leurs variations chromatiques. Il est si proche des Fra Angelico, de leur paix intérieure. Que certains aient spéculé sur ses peintures, soit, mais lui est intègre. Il ne s’exprimait jamais (ou peu) sur ses peintures, trouvant le silence « plus pertinent ». Il ne peut être assimilé à l’art abstrait, à l’École de New-York, c’était plutôt un solitaire, mystique, un poète, un philosophe pas un charlatan ni un opportuniste. La palette sombre des derniers panneaux monochromes pour la chapelle de Houston est impressionnante, difficile à affronter. Était-il dépressif, désespéré, malade ? Que d’austérité… Il a dû s’enliser dans ces noirs, combattre obstinément. Ce sont les seules devant lesquelles je n’ai pu m’attarder au musée d’Art Moderne.

renato dit: 4 juillet 2018 à 9 h 09 min

Ecoutez bien, ça commence in levare, pas in battere… je ne dois pas vous expliquer cette évidence, j’espère. Puis tous vos citations et rien ça revient au même. Ma pause café volge al termine, bonne journée.

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 8 h 57 min

@ renato

Ton idée (« Où commence la 5e de Beethoven ? […] faire « entendre » la pause initiale est un problème à résoudre ») est tellement stupide
que je ne vais pas perdre mon temps à regarder dans les livres que j’ai sur Beethoven (Romain Rolland, les Massin, Edmond Buchet, Elisabeth Brisson, etc) ce qui est dit sur le début de la 5eme. Il suffit de regarder dans la Wikipédia:

« Dans sa Cinquième Symphonie, Beethoven ne rompt pas vraiment avec les anciens modèles pour créer une nouvelle forme. En fait, non seulement la forme du premier mouvement est conventionnelle dans la mesure où l’on trouve des précédents au cours du demi-siècle écoulé, tant chez Haydn que chez Mozart… »

« Le motif par lequel débute le premier mouvement (Allegro con brio) est l’un des plus célèbres de la musique occidentale. Presque rien en fait : trois sols et un mi bémol, trois brèves et une longue, une des figures les plus simples qui soient et les plus courantes de notre inventaire rythmique — Louis Spohr en déplora même le manque de « dignité ». D’ailleurs, on le retrouve dans toute la littérature musicale, comme maintes fois dans l’œuvre de Beethoven lui-même. Ainsi, ce thème transparaît dans de nombreuses œuvres de Beethoven antérieures à la Symphonie en ut mineur. On le trouve déjà notamment dans l’andante du Trio à cordes no 1, dans l′Allegro de la Sonate pour piano à quatre main op. 6, dans le finale de la Sonate pour piano no 5 op. 10 no 1, dans le Presto du Quatuor à cordes no 5 op. 18 no 5, dans la coda du premier mouvement du Concerto pour piano no 3 op. 37, dans le thème principal du Concerto pour piano no 4 op. 58 et dans le premier mouvement de la Sonate « appassionata ».

Ces huit notes (sol-sol-sol-mi bémol, auxquelles répondent fa-fa-fa-ré) jouées fortissimo, symbolisent bien le caractère révolutionnaire de la musique de Beethoven, pleine de puissance et de passion romantique. C’est moins dans le motif rythmique que dans l’incroyable ténacité avec laquelle Beethoven l’exploite pour faire de tout le premier mouvement une étude sur le rythme, que réside l’idée originale de Beethoven. »

Mais surtout il suffit de l’écouter. Tu entends où, toi, le « demi soupir écrit » dans les versions de Celibidache, Giulini ou Abbado?

Beethoven – Symphony No.5 in C minor – Sergiu Celibidache
https://www.youtube.com/watch?v=MKjX5u1p4mc

christiane dit: 4 juillet 2018 à 8 h 41 min

JJJ,
vous avez rendu ma soirée compliquée. Je ne m’attendais pas à plonger dans le cœur du livre de Yôko Ogawa, si longuement, dans le mystère des nombres premiers ! J’en étais restée à leur propriété de n’être divisibles que par 1 ou par eux-mêmes. Et me voilà par le prodige de ce récit (« La formule préférée du professeur ») immergée dans ce qui fascine le vieux mathématicien. Je n’avais jamais songé à leur succession aléatoire, aux premiers jumeaux qui ne sont séparés que par un seul nombre (pair), à ce « 2 » si mystérieux. Donc les mathématiciens s’interrogent depuis des siècles sur leur répartition. on y parle beaucoup du théorème de Fermat qui est resté une énigme. Mes premiers pas en ce domaine sont modestes m’intéressant au travail légendaire d’Alan Turing, pendant la dernière guerre, sa fameuse machine à la base des ordinateurs. Le film « Imitation game », magnifiquement interprété par Bénédict Cumberbatch, m’avait mise sur cette piste.
Donc, il m’a fallu croiser cette recherche avec ces trois personnages tellement attachants qui pourraient presque exister sans elle : un vieux monsieur qui perd la mémoire, une jeune femme peu gâtée par la vie qui est envoyée chez lui comme aide ménagère, son fils de dix ans, passionné de baseball qui devient l’ami du professeur.
Un roman complexe dont la fluidité est obscurcie par cette fameuse et fragile recherche du vieux mathématicien. Je pense que le suivant, conseillé par Raymond (« Les tendres plaintes »), me dirigera vers ce facteur de clavecins solitaire et cette jeune calligraphe. Nature, sonorités, solitude contre mystère d’une formule mathématique qui agite les pensées d’un vieux mathématicien fragilisé par des amnésies répétitives.
Merci à vous deux.
Voilà qui m’a éloigné d’Ossip Mandelstam.

renato dit: 4 juillet 2018 à 8 h 36 min

« L’endroit où les Rothko vibrent le plus c’est dans les coffre-forts, à l’écart des regards. »

« La valeur d’un homme est aussi son prix », disait Rembrandt.

renato dit: 4 juillet 2018 à 8 h 34 min

… « banques de la rage », ce sont celles dont les produits donnent actuellement les meilleurs intérêts.

renato dit: 4 juillet 2018 à 8 h 24 min

Le sens de mostriciattolo, Phil, est « être ridiculement moche et malbâti », mon bon père aimait la fioriture explicative…

Phil dit: 4 juillet 2018 à 8 h 19 min

Dear Renato, vos propos d’espresso sont denses ce matin, heureusement allégés par un lapsus, « vision nouvelle de l’ensable »(ment).
Quelle est la traduction du mot de Spinelli que vous citez ? Spinelli qui a donné son nom à un des bâtiments européens très moche de Bruxelles, ville construite comme vous savez sur du sable. « banque de la rage » semble plus parlant en vo ?

renato dit: 4 juillet 2018 à 8 h 06 min

Extra ! nous avons ici un certains Pablo75 qui en sait plus que Celibidache, Giulini, Abbado. Il doit être un gars incommensurablement cultivé.

renato dit: 4 juillet 2018 à 7 h 56 min

Nous n’avions pas besoin de la dégringolade interminable à laquelle nous assistons, pour savoir que l’Europe est un avorton ; « un objet ridiculement moche et malbâti », selon mon fédéraliste de père lors de la signature du Traité de Rome ; « un mostriciattolo », selon Luciana Castellina se souvenant d’Altiero Spinelli. Si par-dessus le marché, sur cette base déjà défaillante nous laissons qu’un personnel politique outrecuidant, inculte et sans une conception politique de qualité ni une vision nouvelle de l’ensable, conduise son action sur des bases banalement administratives ou ne croyant que dans leurs désires et préjugés. Si l’on oublie qu’en démocratie la doxa l’emporte sur l’épistémè — ce que les Grecs déjà savaient —, les partis se transforment vite en « banques de la rage » et la chute pourrait se révéler interminable et infiniment destructive.

renato dit: 4 juillet 2018 à 7 h 55 min

« Les proses de Mandelstam », dit Angelo Maria Ripellino dans sa préface pour l’édition De Donato, « donnent une joie non différente de celle que l’on prouve en parcourant les pages de Buffon et les planches colorées qui les accompagnent. »

J’ai eu La quarta prosa entre mes mains en 67 ; depuis il est l’un des livres que j’ai toujours dans mon bagage lorsque je voyage — les autres : La cognizione del dolore de Gadda ; Il tolemaico de Benn ; Mottetti de Montale ; Moby-Dick. D’ailleurs, dès que j’ai lu les proses de Mandelstam, j’ai commencé à crécher le Buffon — c’est à la même époque que j’ai découvert les œuvres d’Aloïs Zolte — http://blogfigures.blogspot.com/2011/04/aloys-zotl-gepard-7-april-1837.html —. C’est par le biais des espaces blancs crées par la rédaction déliée de Voyage en Armenie, j’ai expérimenté l’état d’esprit de Joseph Conrad lorsque dans Heart of Darkness il imagine Marlow qui rêve sur les cartes géographiques : l’Afrique équatoriale ; le dernière espace blanc ; le fleuve qu’il pouvait suivre sur la carte comme un immense serpent — la tête dans la mer.

rose dit: 4 juillet 2018 à 6 h 37 min

non pablo 75 n’ai pas lu ce que vous avez écrit sur Tarkovski. Lorsque sont lus les poèmes d’Arseni son père, les écouter en russe pour entendre les rimes. Sinon, il manque tte la musique.
bonne journée

Jean-Claude Goering dit: 4 juillet 2018 à 6 h 10 min

Sauf confusion, il me reste une seule image d’Alphaville : un type qui visite une usine de fabrication de portes, qui en ouvre une, qui la ferme, qui ouvre une autre, puis une autre …

C’est peu.

Bérénice dit: 4 juillet 2018 à 5 h 29 min

Pablo 23h34 je ne voudrais pas prouver une fois de plus que je péche par mon inculture mais concernant « le sexe » c’est comme pour une marque célèbre , plus on en parle moins on en mange ( et inversement , forcément).

Giovanni Sant'Angelo dit: 4 juillet 2018 à 0 h 36 min


…dans, le style à Rothko,…
…tout les peintres sont amenés, a en faire, aux moins plusieurs, pour s’évacuer, du trop, plein techniques, dans nos, vies,…

…comme, un espace de récréation, il y a, de tout, comme des tons et coloris, sur catalogue,…çà frôle, la mentalité, d’usine,….aux mètres carrés,…
…( ………… ………),!….etc,…

Pablo75 dit: 4 juillet 2018 à 0 h 10 min

« …il est aussi vain de tenter d’expliquer la vibration qui anime secrètement sa poésie que de vouloir le faire avec celle qui gouverne un tableau de Rothko. »
(Passou)

La seule « vibration » qui gouverne un tableau de Rothko est celle de son prix, résultat uniquement de la spéculation financière sur « l’art contemporain ». L’endroit où les Rothko vibrent le plus c’est dans les coffre-forts, à l’écart des regards.

Dans les expositions et les musées, les tableaux de Rothko ne sont que de la très mauvaise décoration.

Pablo75 dit: 3 juillet 2018 à 23 h 50 min

Le langage d’éclessiastique de Delaporte:

– De l’abjection, elle sortait toujours la tête haute.
– Brigitte Lahaie […] un nom inimitable, signe de stupre, et qui s’est fondu dans le décor médiatique putride.
– Il faut toujours donner la possibilité au condamné de se repentir, de faire son mea culpa
– on peut espérer que la religion chrétienne va faire son grand retour d’ici peu.
– Je suis optimiste pour l’avenir, en ces temps eschatologiques…
– Un jour, vous connaîtrez le silence. C’est ce que je voudrais vous apprendre.
– la moralité […] ne semble pas vous étouffer !
– Autre nom féminin horrible, qui me vient à l’esprit pour sa dimension incurable…
– la presse putride…
– On parlait des homélies, hier. Voici celle de Mgr Aupetit, dite ce soir à Notre-Dame. Un beau morceau de foi et d’espérance…
– Quand on me frappe, je tends l’autre joue…
– Que la justice règne parmi les hommes !

Etc, etc, etc.

Giovanni Sant'Angelo dit: 3 juillet 2018 à 23 h 48 min


…quelle chance, j’ai rien à écrire,…

…mais, il faut remplir, en diversions,…presque du jeux de paume, acrobatique,…informations sur l’angle de vision de la caméra virtuelle objective,…

…bouger, le petit doigt,pour se consommer, en variables flux ailés,…
…mais, c’est, que je vole, déjà le temps perdue,…j’atteins le plafond,…

…çà doit être, se prendre en charge, sans édulcorants,…ni saindoux,…
…la vie comptée,…etc,…quel bazar, tout ce  » chiffre « , aux alouettes,…et le bec,…et le bec,…
…rien, rien, à écrire, et rien à peindre, tout dans la tête,…etc,…

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 23 h 46 min

Mon cher Pablo, nous sommes tous « en mission » sur cette Terre putride, où les médias et la pornographie ont pris le pouvoir. Nous avons à lutter, chrétiennement, pour sauver notre âme et faire notre salut et celui du maximum d’individus que nous côtoyons. Lourde tâche, qui vous incombe à vous aussi, en tant que traducteur, afin de faire connaître les beautés de littérature.

Pablo75 dit: 3 juillet 2018 à 23 h 34 min

Delaporte est un vrai obsédé sexuel, comme seuls les curés savent l’être. C’est le type qui parle le plus de sexe ici, mais toujours négativement.

Pablo75 dit: 3 juillet 2018 à 23 h 29 min

Il se confirme que Delaporte est un vieux curé à la retraite. D’abord il ne commente pas mon post sur cette hypothèse, ce qui est très rare chez lui qui commente tout et n’importe quoi, et ensuite il utilise des expressions que seuls les prêtres d’une autre époque utilisent encore: « L’écriture, même de courts posts, est démoniaque, dangereuse. »

Delaporte est ici en mission: il veut ramener au bercail des âmes égarées (surtout les plus jeunes). D’où la très lourde insistance avec certaines personnes, qui montre bien son obsession maladive du pêché, typique d’un clergé borné complétement dépassé par leur époque.

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 22 h 18 min

Avec la grande Charles-Roux, c’était « Oublier Palerme ». Avec Ed, notre petite punkette, c’est « oublier Hambourg ». Ce n’est pas le même standing !

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 21 h 59 min

C’est dommage que sur ce blog toute une catégorie de la population n’intervienne pas : on n’imagine pas ce qu’aurait pu y apporter de génial, de son vivant, une « Ed » Charles-Roux ! On aurait eu deux « Ed » pour le prix d’une !

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 21 h 53 min

Maintenant, je me demande pourquoi Ed a choisi ce pseudo. Est-ce le début de son prénom ? Edmonde, par exemple. En hommage à Charles-Roux. La nostalgie de l’allure Chanel ? Le style bien calibré ? Le panache ? Alors, quoi qu’il en soit, notre Ed a encore bien des progrès à faire…

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 21 h 45 min

Plus récemment, il y avait la jolie Clara Morgane. Un nom très adéquat, classieux comme ses prestations. De l’abjection, elle sortait toujours la tête haute. Elle n’a pas tourné longtemps, elle a su se reconvertir avec talent… dans les calendriers.

Petit Rappel dit: 3 juillet 2018 à 21 h 38 min

Cela, chère Anna Fort, c’est ce que n’importe qui peut trouver, et ça remonte à la nuit des temps…
Mais il y a, je le dis avec tout le respect que j’ai pour vous, des participations à des colloques internationaux qui vous échappent, et des études érudites publiées assez régulièrement dans une Revue autour des Hautes Etudes.
Je crois même que la dernière en date de celles-ci a quelque peu circulé chez certains membres du blog de Paul Edel.
Vous me pardonnerez de ne pas avoir songé à vous l’envoyer. Si je n’ignorais pas vos efforts désespérés pour trouver mes œuvres, J’ignorais en revanche que vous leur portiez un si paternel intérêt.
Quand on ne trouve pas une chose, chère Anna, cela ne signifie pas qu’elle n’existe pas. Cela signifie simplement qu’on a mal cherché. Oserais-je dire que le spectacle de vos recherches tout comme vos jugements hâtifs sur ma supposée mythomanie sont pour moi des plus réjouissants?
Croyez, chère Anna, à mes sentiments choisis et fidèles.

MC

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 21 h 36 min

Quant à Brigitte Lahaie, c’est pas piqué des hannetons. On la « sautait » sans doute comme les coureurs sautaient les haies, au relais quatre fois cent mètres. Une coureuse de fond, qui a signé hélas cette pétition anti-me-too. Bref, un nom inimitable, signe de stupre, et qui s’est fondu dans le décor médiatique putride.

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 21 h 33 min

Dans le cinéma X, le nom des actrices aussi était souvent gratiné. Qu’on songe par exemple à Linda Lovelace. « Lovelace », sans doute pour la connotation libertine. C’est du lourd…

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 21 h 23 min

« Il reste donc bien un univers mystérieux : les femmes »

C’est même un « continent noir », selon Freud et Lacan.

Soleil vert dit: 3 juillet 2018 à 20 h 46 min

« 7Ed 14h57 « les hommes doivent absolument renoncer à leur volonté de comprendre les femmes ». Applause ++++ »

Voilà qui devrait réconforter l’écrivain américain Robert Silverberg qui dans une de ses « Reflections » regrettait la disparition des terres inconnues et la fin de la littérature qui leur était associée (As anyone with a GPS can testify, there are no unexplored places left on Earth. The gnomes of Google have been everywhere…)

Il reste donc bien un univers mystérieux : les femmes

raymond dit: 3 juillet 2018 à 20 h 36 min

@janssen: merci à vous, vous aussi vous êtes généreux, je ne consulte la RDL moi-même que pour avoir de nouvelles lectures qui m’aideraient à comprendre un peu mieux notre temps. Y. O. est un phénomène rare où se conjuguent lisibilité et profondeur; quand même cette étonnante passion de japonais pour notre clavecin notre lointain baroque qui leur va si bien… quelle étrange folie de s’habiller ainsi d’un pays lointain, temps et espace. Rameau ressuscité avec succès par une écrivaine japonaise, c’est ébouriffant.

Phil dit: 3 juillet 2018 à 20 h 11 min

Le pseudomisé stalker est souvent intervenu ici il y a des années, à déverser des tombereaux d’insultes scatologiques d’où émergeaient quelques bons propos critiques. Il faut imaginer le destin de ce critique ouebique qui commença pour ne jamais la finir une thèse sur Julien Green, « bloyant » sous le fardeau sans doute.

christiane dit: 3 juillet 2018 à 20 h 04 min

@raymond dit: 3 juillet 2018 à 18 h 33 min
Ah, forte envie de découvrir ce livre. Merci, Raymond. J’ai connu en 1975 un ami qui, sur ses heures de loisir, avait construit un clavecin : une merveille. Dans la journée il s’occupait d’enfants marginaux. Qu’a-t-elle pu faire de ce clavecin ? Hâte de le découvrir. Elle écrit avec tant de légèreté.

D. dit: 3 juillet 2018 à 19 h 21 min

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 19 h 08 min

« J’aime bien Juliette Binoche mais enfin bon, elle a commencé sa carrière en jouant à poil. »

L’humanité aussi, avec Adam et Eve.

Oui, à la différence qu’au tout début ils ne savaient pas qu’ils étaient à poil. Je vous assure que ce n’était pas le cas de Juliette Binoche.

Janssen J-J dit: 3 juillet 2018 à 19 h 10 min

C’est ça: « S-t-a-l-k-e-r » est interdit ici. Pourquoi? Va savoir…

Un vieux contentieux sanglant qui remonte, entre eux, aux années 2007 ou 2008… faut bien dire que la violence haineuse de JA envers PA n’eut jamais d’autre exemple ultérieur… Il faudrait que Jazzman ou CT le confirment.

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 19 h 08 min

« J’aime bien Juliette Binoche mais enfin bon, elle a commencé sa carrière en jouant à poil. »

L’humanité aussi, avec Adam et Eve.

D. dit: 3 juillet 2018 à 19 h 04 min

Ed dit: 3 juillet 2018 à 16 h 52 min

Je pense aussi. Je ne fais pas partie de ces – à vue de nez – 98% de personnes qui chialent au passage du cap des 30 ans. Tant qu’on me donne la santé, je suis contente de vieillir. Plus je vieillis, plus ma vie me plaît.

Alors je ne voudrais pas vous décevoir, Ed, mais ça ne va pas durer.

Pablo75 dit: 3 juillet 2018 à 19 h 03 min

C’est ça: « S-t-a-l-k-e-r » est interdit ici. Pourquoi? Va savoir…

(Hasard? Ce mot signifie « harceleur » en anglais).

D. dit: 3 juillet 2018 à 19 h 02 min

Je vous rejoins dans ces analyses, Delaporte.
Le top du top étant je vous l’accorde Eva Braun.
D’ailleurs je l’imagine immédiatement en train de se raser les jambes avec un rasoir électrique.

Janssen J-J dit: 3 juillet 2018 à 19 h 02 min

M. Prunier, excellente, cette autre suggestion, les « tendres plaintes » de YO, dédiées à Rameau. Il faut avoir ce rondeau en tête comme toujours avec cette romancière, où musique, nature et beauté du monde rachètent les handicaps des éclopés de la vie que l’on finit par aimer, tant ils sont mystérieux, silencieux, invisibles et résilients, sous sa plume.
BS, Prunier et Ch…, vous êtes les lecteurs les plus généreux de la rdl.
https://www.youtube.com/watch?v=segCBE0oX9Q

Pablo75 dit: 3 juillet 2018 à 18 h 58 min

@ Rose

Tu as vu mon commentaire et les citations de Tarkovski enfin « libérés » de la modération folle de ce site à propos de ton commentaire sur « Stalker »?

Pablo75 dit: 3 juillet 2018 à 10 h 46 min

(@ Passou: on peut savoir ce qui dans ce commentaire et ces citations ne passait pas la « censure » automatique du site?).

Anna Fort dit: 3 juillet 2018 à 18 h 50 min

MC à 10 heures 22 : quelle touchante mais fausse modestie : « je n’encombre pas le net avec mes œuvres » (une thèse, deux préfaces) de la part de quelqu’un qui quotidiennement vient étaler ses vieilleries culturelles rigolotes pour épater les incultes ici ou chez Pauledel.
J’arrête là, car comme vous dites souvent en vous débinant :
« j’ai d’autres choses à faire que vous répondre »
clap de fin
bien à vous
votre dévouée
AF

Phil dit: 3 juillet 2018 à 18 h 44 min

Vous avez bien raison Delaporte de condamner toute cette saleté. Dalle a un tête de suceuse et ce Redouane d’entubeur, belle paire. Du reste, Alphaville a bien vieilli comme écrit M. Court, Constantine à bout de souffle. Le dernier film de Godard sera projeté à Marseille en avant-ptemio la semaine prochaine.

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 18 h 44 min

Dans « Vanessa Paradis », le coup de génie c’est « Paradis ». Vanessa n’est pas un prénom que j’admire beaucoup, mais accolé à Paradis, c’est l’enfer !

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 18 h 41 min

« Juliette Binoche », c’est extra, également. C’est Godard qui l’a découverte, et l’a fait jouer dans sa première prestation au cinéma.

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 18 h 37 min

Le nom le plus épatant pour une actrice, c’est bien « Sophie Marceau ». Là, elle a eu tout bon, en prenant le pseudonyme de « Marceau » au hasard. C’est propre et net, et ça se retient bien. Et puis le prénom « Sophie » est quand même génial.

raymond dit: 3 juillet 2018 à 18 h 33 min

@christiane, si vous aimez Yoko Ogawa essayez « les tendres plaintes »; une merveille, sur le clavecin, oui oui. Douce et cruelle histoire, très belle, hantée par la baroque de chez nous et la joie de faire non pas DU clavecin mais UN clavecin. Merci de nous parler d’un livre de cette auteure ; je vais le lire.

Delaporte dit: 3 juillet 2018 à 18 h 30 min

Ed, ça vous va bien de prendre la défense de Béatrice Dalle, qui a quand même dû revenir sur ses propos inconséquents et les effacer. Oui, les effacer. Parce que la cavale de Redoine Faïd est une chose de grande ampleur, de par son passé criminel, de par son présent de fugitif armé et prêt à tout. Les autorités s’en rendent comptent à votre place : il s’agit d’une question de vie, Redoine Faïd « joue sa vie ». On ne peut donc pas plaisanter assez légèrement sur cette affaire, même à propos d’une actrice qui s’est laissé aller à des paroles graves, vu le contexte. Il faut toujours donner la possibilité au condamné de se repentir, de faire son mea culpa et de tenir compte de sa bonne volonté : mais dans le cas de Redoine Faïd nous n’en sommes pas encore là :

Une chose semble certaine : Redoine Faïd est « un criminel d’envergure », un individu « excessivement dangereux » qui ne se laissera pas interpeller facilement. Pour cause : il avait été condamné à 10 ans de prison supplémentaire pour s’être évadé de la prison de Lille-Sequedin en 2013. Les policiers déploieront donc pour l’arrêter « un dispositif conséquent ». « Il joue quelque part sa vie. » 20Minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*