de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Remâcher le passé

Remâcher le passé

On pourra encore déplorer la misère de l’édition de livres d’histoire en regard de son âge d’or, et depuis plusieurs années, on ne s’en prive pas. Mais curieusement, on n’a guère prêté attention au fait que, par un étrange phénomène de vases communicants, ce qui disparaissait d’un côté réapparaissait de l’autre : l’Histoire était simplement passée en partie de son champ naturel au champ d’à côté, celui de la fiction.

Il ne s’agit pas des romans historiques, genre de longue date installé dans un domaine aux frontières bien balisées tant par ses auteurs que par ses lecteurs. C’est du roman littéraire qu’il s’agit, celui qui concourt pour les grands prix d’automne et passionne les critiques toute l’année. Nous connaissons même l’éminent juré d’un grand prix qui peste rituellement chaque année contre cette tendance. Or rarement comme en cette rentrée ces écrivains auront nourri leur inspiration dans le déjà su, déjà vu, déjà lu et déjà connu du passé. Une véritable inflation.

Tant et si bien que la critique Marianne Grosjean, en en dressant l’inventaire pour une pleine page de la Tribune de Genève, a intitulé son article « Les auteurs de la rentrée littéraire 2017 remâchent le passé » (que ce verbe est cruel…) avant de leur donner le coup de grâce dans le sous-titre en leur reprochant de « snober le monde actuel ou imaginaire » (que ce verbe est féroce…). Elle a été jusqu’à compter les romans concernés éditeur par éditeur : Grasset remporte la palme puisque la quasi totalité de sa production littéraire (11 romans) est tournée vers le passé, suivis par Stock (ratio de 7 sur 9), et le Seuil (ratio de 5 sur 6). N’en jetez plus !

N’empêche que sur le fond, elle n’a pas tort. Les thèmes dominants ne surprendront pas : les deux guerres mondiales (Niels d’Alexis Ragougneau, La disparition de Joseph Mengele d’Olivier Guez…), l’après-guerre (La gloire des maudits de Nicolas d’Estienne d’Orves) les Trente glorieuses, la guerre d’Algérie (L’Art de perdre d’Alice Zeniter, Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud…), Mai 68 (Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus…), la libération des mœurs, l’émancipation des femmes, la louange des grands hommes (Légende d’un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant), des grands destins (Bakhita de Véronique Olmi) et des grands artistes (Je me promets d’éclatantes revanches de Valentine Goby, Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable) se taillent la part du lion, pour ne rien dire des fresques les plus ambitieuses qui embrassent tout le siècle.

Inutile de se le cacher : il y a une paresse de l’imaginaire, un manque d’audace, un défaut de confiance dans sa subjectivité, une absence de risque, un déficit d’assurance, à ne pas se colleter à son époque et à refuser de se projeter dans l’avenir proche. Il est tellement plus pratique de s’en remettre à des personnages déjà construits et célèbres, plutôt que les créer de toutes pièces, et à des événements avérés et connus plutôt que les inventer. Sauf à se donner pour ambition de les dépasser. A mettre la barre si haut que l’Hisoire en est larguée. Encore faut-il considérer personnages et événements comme un moyen et non comme une fin. Les tenir quasiment pour des prétextes et leur donner une épaisseur et une vérité auxquelles l’historien prisonnier de ses sources et archives n’a pas le droit d’accéder.

On en revient à la formule d’Alexandre Dumas : il est permis de violer l’Histoire à condition de lui faire de beaux enfants. Le problème, c’est qu’en s’emparant de ses faits et gestes, nombre de romanciers ne décollent guère du réel, ne transcendent pas cette matière toute prête et si prometteuse, et souvent peinent à en faire de la littérature. Ce qui résiste à être forgé par l’enclume de l’historien se fond plus naturellement dans le creuset du romancier. Sauf que ça ne marche pas toujours. Alors ces écrivains se retrouvent au point de départ sur la même ligne que tant d’historiens, indifférents à l’écriture ou impuissants à l’honorer, et qui réussissent parfois l’exploit de rendre le vice aussi ennuyeux que la vertu.

(« Les Roches noires », Trouville, photo Passou)

Cette entrée a été publiée dans vie littéraire.

1010

commentaires

1 010 Réponses pour Remâcher le passé

bouguereau dit: 15 septembre 2017 à 10 h 00 min

l’probloc cloclo c’est comment qu’on va le numériser lbambin..et pis comment hempécher les normands de rmettre du calva dans les bibrons et son effet clopinant subséquent bien connu..tout l’monde au coca et au fusil à pompe cloclo..sus à lirrédentiss

closer dit: 15 septembre 2017 à 9 h 41 min

 » le « tilde » sur le n, conforme à l’orthographe traditionnelle bretonne, a été jugé non compatible avec l’alphabet français, »

M Court (ou quelqu’un d’autr) n’a toujours pas répondu sur le point de savoir si le tilde ~ faisait oui ou non partie de l’alphabet français jusqu’au 17 ième siècle…

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 9 h 21 min

Quittons nous, pour aujourd’hui, sur un conseil nutritionnel, bien utile :
« Après avoir remâché le passé pré-mâché …. RECRACHEZ LE ! »

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 9 h 17 min

Des passants ont entendu aux abords de la tombe de l’illustre CHAVEZ, spécialiste du coup d’Etat réussi, comme un vrombissement.

Un objet lourd, quelque chose qui tournait sur lui-même, avec en bruit de fond comme un soupir …. « MADURO ….. ! »

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 9 h 10 min

« Pour faire face à la crise alimentaire, le gouvernement vénézuélien entend développer l’élevage de ce rongeur, considéré dans ce pays comme un animal de compagnie, et non une denrée alimentaire.
Confronté à une crise alimentaire et économique sans précédent, le Venezuela semble déterminé à combler ses carences. Le gouvernement, sous l’impulsion du président Maduro, a annoncé, mercredi, la mise en place, dès le 4 octobre prochain, d’un nouveau plan d’agriculture urbaine.
Dans ce cadre figure notamment le «plan lapin» afin de développer l’élevage du rongeur, et inciter les habitants à en manger. «Il y a un problème culturel parce qu’on nous a appris que les lapins étaient des animaux mignons», a déploré cette semaine le ministre de l’Agriculture, Freddy Bernal, lors d’une émission télévisée. «Un lapin n’est pas un animal de compagnie. C’est deux kilos et demi de viande riche en protéines, sans cholestérol.» (AFP)

Pour quelle raison aller se fatiguer à traquer l’imaginaire en littérature actuelle ? Foin de Lafon !…

L’imaginaire est partout dans la vie quotidienne.

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 8 h 42 min

Renato confond le concept « moralité » et le concept « gouvernement ». Normal chez un artiste de sa valeur …

La Birmanie a une armée politiquement puissante, la Dame le sait, et ce n’est pas pour rien qu’elle met la moralité où elle doit être dans ces circonstances : poubelle ! Bangladesh, exode, si vous voulez…

renato dit: 15 septembre 2017 à 8 h 34 min

On peut se poser la question de savoir quelle tension irrésolue a resurgi dans l’esprit de Aung San Suu Kyi pour qu’elle se produise en un faux mouvement et oublie que la moralité est une ligne de conduite.

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 8 h 33 min

« C’était prévisible. Le tribunal de grande instance de Quimper a refusé le 13 septembre qu’un bébé finistérien porte le prénom Fañch. Motif : le « tilde » sur le n, conforme à l’orthographe traditionnelle bretonne, a été jugé non compatible avec l’alphabet français, le seul accepté aujourd’hui par l’état-civil. » (l’Express)

Il suffirait que les parents bretons appellent leur gars Mohammed, ou Rachida si c’est une garce, et la magistrate Fabienne Clement, pauvre bête, serait contente.

Tout va bien ! Dormez tranquille….

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 8 h 16 min

Quoi ? la race des Bergé aurait des difficultés à se reproduire…. uhuhu !
(lourd ! lourd !… mais j’adore la vulgarité)

la vie dans les bois dit: 15 septembre 2017 à 8 h 13 min

« Des mécènes comme Bergé, hélas, la race s’en éteint petit à petit. »
C’est indéniable.
Il n’y a plus personne pour courir vite le long de la Seine.

la vie dans les bois dit: 15 septembre 2017 à 8 h 01 min

je suis bien contente, j’ai retrouvé où j’avais déjà vu la photo, qui illustrait un autre billet.
Répondant simplement à une question sur le mot « imaginaire » appliqué ici à littérature de la rentrée qui « (snobe) le monde actuel ou imaginaire ».
Certainement que toute littérature, ici catégorie roman, est du ressort de l’imaginaire.

Quand l’imaginaire n’est pas réduit à sa dimension psy, du fantasme, du rêve. Comme cette pauv’ mme Lafon qui en fantasmant sa pauvre petite vie de prof’, vous inflige une double peine, un enfermement psychologique à la caisse du franprix: regard de biais et prétexte à geindre.

Mais littérature de l’imaginaire, c’est autre chose.
Ce qui est indiqué dans le billet comme  » paresse », je le vois plutôt comme: ignorance, manque de connaissances, historiques, scientifiques, manque de curiosité, tout simplement.

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 6 h 59 min

« Une nouvelle flambée de violences dans l’Etat d’Arakan, souvent en proie à des troubles, a commencé après l’attaque d’une vingtaine de postes-frontières, le 25 août, par des rebelles de l’Armée du salut des Rohingya de l’Arakan (ARSA), faisant douze morts dans les rangs des policiers birmans. » (Le Monde)

Si vous n’avez pas compris que ces pauvres et gentils musulmans birmans sont maltraités par les méchants birmans bouddhistes sous le regard complices des ex-colonisateurs occidentaux, c’est que vous êtes obnubilés par le traitement indécent infligés aux Juifs et aux Chrétiens d’Orient et d’ailleurs en Califat, bandes de sauvages Infidèles !

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 6 h 00 min

« J’ai choisi de donner à mes vers cette envergure de crucifixion » (Aragon/Epilogue, cité par Gigi)

Euh …. ! …Raté, P’tit Louis !

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 5 h 46 min

Il faut avoir une méconnaissance totale de ce qui anime les dictateurs pour croire que le gros KIM détruirait ses pétards nucléaires si les grandes puissances en prenaient l’initiative !

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 5 h 44 min

« Bonne nuit d’amour à toussent » (JJJ)

Frémissant de sa frèle mentule, à 22h37 GMT, son épuisante journée derrière lui, Gigi bande un peu … Enfin ! Donc, parle d’amour.

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 5 h 37 min

Je me demande parfois si le problème de nos chers littérateurs ne s’est pas déplacé.

Ne plus de faire de beau enfants en violant l’Histoire, car les gosses ça se mérite, ça pèse lourd, mais de passer un moment de plaisir éphémère en se contentant de la sodomiser.

Légèreté de l’impuissance ….

JC..... dit: 15 septembre 2017 à 5 h 27 min

« Pour eux, la culture ne sert à rien… » (Delaporte, fermé de l’intérieur)

Mon ami ! la culture n’est pas faite pour servir à autre chose qu’à décorer …Les affaires sont les affaires, ne pas confondre !

Delaporte dit: 15 septembre 2017 à 4 h 56 min

A noter un dossier dans Courrier international sur la Corée du Nord cette semaine. Plusieurs options sont étudiées – toutes catastrophiques. Le journal rend également hommage à Pierre Bergé, mécène de la presse qui aida ce journal à naître et à subsister de manière désintéressée. Espérons que cette disparition ne remettra pas en cause cette publication qui valait parfois le détour, en tout cas assez originale et très utile… Des mécènes comme Bergé, hélas, la race s’en éteint petit à petit. Les nouveaux business man, qui les remplacent, comme l’immonde Bolloré, sont d’affreux requins. Pour eux, la culture ne sert à rien…

Delaporte dit: 15 septembre 2017 à 4 h 48 min

Si les grandes puissances étaient dénucléarisées, la Corée du Nord n’aurait plus rien à craindre et pourrait arrêter son programme, la menace étant réduite à zéro. La paix perpétuelle vivrait, et adieu les peurs !

Delaporte dit: 15 septembre 2017 à 3 h 38 min

Ce n’est plus de la provocation, c’est un défi :

« La Corée du Nord tire un nouveau missile au dessus du Japon. Tokyo condamne « dans les termes les plus forts » cette nouvelle provocation. Le Conseil de sécurité de l’ONU va se réunir en urgence vendredi. » Le Monde

et alii dit: 15 septembre 2017 à 1 h 58 min

tout pur plaire à la rdl
Notons que des entomologistes japonais, un biologiste brésilien et un zoologiste suisse ont obtenu le prix Ig Nobel de biologie pour leur découverte d’un « pénis féminin » et d’un « vagin masculin » chez une espèce d’insecte vivant dans une grotte au Brésil.
idem

christiane dit: 15 septembre 2017 à 0 h 55 min

@Janssen J-J
Retour à la base, comme disait Sergio… Du temps donc, pour commencer « Nos vies ». Rapidement elle passe au conditionnel et ne le lâchera que pour plonger dans sa propre histoire. Pour le reste elle invente une vie, d’abord celle de Gordana, la caissière du Franprix esquissant sa famille, ses habitudes possibles. Elle l’observe, enrichit son invention d’indices(photos), reprend la nouvelle écrite en 2012 où déjà elle construisait quelque chose autour d’une histoire d’amour qui n’aura pas lieu dans un Franprix. Elle reprend la piste, l’enrichit pour en faire un roman. Au passage, elle nous offre toutes ces esquisses de vies imaginaires qu’elle a plaquées sur le visage des usagers du métro, sur les passants. Donc un homme, deuxième personnage, qu’elle choisit au hasard car il était dans la file, devant elle, menant à la caisse de Gordana. Le décor : le Franprix aux « allées tapissées de produits en couleurs » et ses chansons « salmigondis des émotions ». Elle y marche machinalement « parce qu’il le faut »… comme tous ceux qui y font leurs courses.
Elle « brode », là-dedans, y plante son théâtre ( retrouvant ses jeux, à Moulins, au pensionnat quand elle « racontait à voix haute sous le préau et que les autres filles attendaient la suite ».)
Un livre en tension entre ce théâtre urbain et « le pays premier » de son enfance (l’enfance de « la regardeuse, celle qui invente les vies de ces inconnus qui palpitent autour d’elle », tel qu’elle le dit dans l’entretien de 5 mn que j’avais mis en lien à 2h39.
C’est chouette ce roman, une belle ambiance un peu mélancolique. Merci de l’avoir signalé.

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 septembre 2017 à 0 h 55 min


…çà me rappelle,…l’histoire mâchée, des électeurs d’outre-Rhin, ,…
…un panier, entre-ouvert, comme l’élection de Charles – Quint, comme empereur germanique,…
…la banque, pour en conclusion, un président,…la république banane,!…etc,!…
…encore des cow-boys,!…du Nobel,…
…sur le fil,!…Ah,!Ah,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 septembre 2017 à 0 h 44 min


…une réflexion, qui me vient à l’esprit,…

…en nous relisant,…

…qu’elle est, la part, du panier, vide,!…de nos discussions fécondes, à bien s’y rester tremper,!…de bio-enzymes,!…corporatistes,!…

…pour, enfin, voir immerger, du fond, du panier,…le nouveau Beaujolais,  » Dauphin prix Goncourt « ,…d’une courte tête, à se la rallonger,!…

…une technique d’élevage, se faire, payez, le prix à attribuer,!…of course,!…
…Ah,!Ah,!…etc,!…
…partenaires particuliers,!…la main, au panier,…

bouguereau dit: 14 septembre 2017 à 19 h 59 min

Qu’est-ce que vous mangez ce soir, les filles

le ventredi soir c’est une vraie question..hon va la sauter pour une poignée de cacauète et 3 bières en trop..c’est ça le fasting dirait polo

bouguereau dit: 14 septembre 2017 à 19 h 53 min

si je veux devenir député LREM, je te contacte

hen marche c’est ein zwei polo..ha la rigueur si t’es dans les ptis papiers de l’oborschtourmf tu peux monter sur le panzer..

Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 19 h 47 min

à dame Christiane : je rentre du boulot ; je ne suis pas le seul à dégainer ici; je suis un de vos anciens élèves turbulents : C M…. bonsoir

Janssen J-J dit: 14 septembre 2017 à 19 h 36 min

@19.10, Et en plus, l’est très fort en efficacité commerciale, le boug’ célestin : management, communication professionnelle, accompagnement opérationnel des cadres et dirigeants d’entreprises petites et moyennes… L’est super balèze pour te filer de bons tuyaux sur les pratiques managériales, surtout avec sa spécialisation en grande distribution, distribution spécialisée, librairie, pour y dynamiser les points de vente des romans en têtes de gondoles, en périodes de rentrées littéraires chaudes. Un cador à pas négliger, hein Pierre-Jacques ! Qu’est-ce que vous mangez ce soir, les filles, en sortant du Franprix avec La Hyène, Vodka Satana et Lydia Bazooka ?

D. dit: 14 septembre 2017 à 19 h 27 min

J’ai croisé Sollers il y a quelques jours et j’ai trouvé qu’il avait pris un sérieux coup de vieux.
On oublie qu’il a déjà 81 ans !

Paul Edel dit: 14 septembre 2017 à 19 h 10 min

Bouguereau, je sens que tu es un communicant classieux.Un cador.Une épée. si je veux devenir député LREM, je te contacte.

et alii dit: 14 septembre 2017 à 18 h 41 min

F.Wiseman
his 41st documentary film, Ex Libris, an examination of the New York Public Library, which recently debuted in competition at the Venice Film Festival

la vie dans les bois dit: 14 septembre 2017 à 18 h 39 min

On remarquera le professionnalisme de certains keufs, à croire qu’entre le harcèlement et certains d’entre eux, les moins culturés, il n’y a que le » masque de rigolade », (car lorsque le keuf est culturé, il « rigole jaune ») :

« La première fois qu’elle a alerté la police, cette dernière dit-elle, a pris son témoignage à la rigolade. Sa harceleuse s’était présentée chez son éditeur en lui présentant ses deux enfants et avait eu des propos glaçants : « J’attends qu’ils soient majeurs et ensuite je me suicide devant toi ». Depuis elle s’est régulièrement invitée à des séances de dédicaces où elle n’avait pas hésiter à ceinturer l’auteure. Son éditeur, qui a été prévenu, avait fait en sorte d’établir une surveillance afin que l’importune ne se présente plus dans les divers salons. Malheureusement, l’évitement physique s’est transformé en véritable hystérie épistolaire. L’auteur de Stupeurs et tremblements a reçu des centaines de lettres de menaces de mort, ou… de déclaration amoureuse! Le dernier courrier remonte à juillet 2017. »
closer

Amélie Nothomb a sorti pour la rentrée, un petit livre formidable, que pour les filles.

bouguereau dit: 14 septembre 2017 à 18 h 17 min

ce que Musset a pu souffrir quand elle s’est amourachée à Venise,d’ un médecin italien

un coup dgrappa et 10 de retrouvé..20 si t’as fait les choses bien

Paul Edel dit: 14 septembre 2017 à 18 h 12 min

dans le couple Sand-Musset, ce que Musset a pu souffrir quand elle s’est amourachée à Venise,d’ un médecin italien.ce fut sanglant. En revanche Sollers et Dominique Rolin, ça allait plutôt bien et a duré longtemps, et joyeusement..Sartre et Beauvoir, très vite, ce fut assez un couple en trompe l’œil.

Delaporte dit: 14 septembre 2017 à 17 h 43 min

Sollers a besoin du talent des autres pour exister. C’est un vampire. Sollers, ou comment réussir quand on n’a aucun talent…

Delaporte dit: 14 septembre 2017 à 17 h 42 min

Paul Edel, ce n’est pas une règle. Cf. par exemple George Sand et Musset. Mais les couples sont rares, même aujourd’hui, à part l’infernal duo Sollers/Kristeva, où c’est d’ailleurs la femme qui se fait avoir.

Paul Edel dit: 14 septembre 2017 à 17 h 26 min

bouguereau 17hO1 t as jamais rencontré de couples d’écrivains? ça se voit.quand l un à un infime soupçon de célébrité l’ autre se sent à l abandon dans le placard à balai et il te maltraite 20 ans plus tard dans une autofiction. merci

Delaporte dit: 14 septembre 2017 à 17 h 07 min

Mélenchon refait le match de la présidentielle :

«S’il avait retiré sa candidature, il serait aujourd’hui Premier ministre et moi président de la République», martèle Jean-Luc Mélenchon en parlant de Benoît Hamon.

Il s’en est fallu effectivement de peu, et pour ma part je regrette que cet accord ne soit pas intervenu, qui aurait permis à Hamon de finir en meilleur place, et d’être en mesure d’imposer son programme d’abolition légale du travail. On peut dire que là, dans ces circonstances électorales dramatiques, la France a raté le coche.

Delaporte dit: 14 septembre 2017 à 16 h 49 min

C’est donc en effet Amélie Nothomb qui, après Christine Angot, porte plainte, contre une fan trop entreprenante et probablement hystérique :

« l’importune a pris pour habitude de se présenter aux séances de dédicace pour ceinturer Nothomb » (Le Figaro)

la vie dans les bois dit: 14 septembre 2017 à 16 h 10 min

Amélie Nothomb dépose une plainte pour harcèlement. Contrairement à D. le Vigan, elle n’en fait pas une histoire sordide. C’est cela la lucidité face aux pervers.

Janssen J-J dit: 14 septembre 2017 à 15 h 52 min

Pas de cooptation, de la mise au point par opération de calcul élémentaire, tout simplement. Ici, il ne neige pas, ça rend plus lucide.

Paul Edel dit: 14 septembre 2017 à 15 h 38 min

Clopine, guillerette, et si à l’aise sur France inter.. on avait l’impression qu’elle travaillait depuis des années sur France Inter?c’était elle l ‘intervieweuse et lui l’ interviewé de passage.Performance .

Janssen J-J dit: 14 septembre 2017 à 14 h 50 min

mais quand tu voudrais faire la promo de ta boîte de bonbons ou de ton bouquin qu’ont rin à voir avec d’la littérature, t’aurais l’idée d’venir y faire ta pub en loucedé sur la rdl, toi, martine ?
(fake new) On annonce la parution imminente du « fantôme d’Auschwitz », et donc le retour pavlovien de chalo75 et pablitoux.
Serdgio ? Mais il s’est jamais pris pour le p’tit pépère des peuples, à ma connaissance, arthur !

Janssen J-J dit: 14 septembre 2017 à 14 h 24 min

@13.49 -< Au temps pour moi, je n'avais pas votre familiarité avec Moha. Il en faut pour tout le monde… les fous comme les sages, pas vrai ? (un roman pas lu, vous pensez-bien, jen'aurais pas commis cette bévue).
-< Ah… le tiers-mondisme littéraire (sic) !… quand on n'a plus que de vieilles haines rancies à l'algérienne (sic) !… Raisonnement dur à vous suivre pourtant… Essayons quand même… J'en serais un représentant, ou bien Daoud ou bien Ben Jelloun, mais pas Sansal ? Incompréhensib' !…
"Cette civilisation n'est le plus souvent pas la nôtre" (sic)… Là, ça devient un tout petit poil plus clair, encore faudrait-il préciser. De quelle "civilisation" nous parlez-vous (de la musulmane ? de la maghrébine ?) ; et où commence et finit la "nôtre" ? (la chrétienne ? la judéo-chrétienne ? la bouddhiste ? l'océanienne ?). Décidément, je crains qu'on ne sorte jamais du syndrome renaud camus/jean raspail. C vraiment lassant.
-< Enfin, ai-je bien compris que TBJ (vous ne prononcez pas son nom, puerait-il à ce point ?) serait un despote envers sa domesticité ?… Très bien, mais de quel ragot parlez-vous au juste, déontologiquement, j'adore avoir accès aux sources et aux supports, car là, on entre dans la diffamation de la vie privée pour mieux la mettre en parallèle avec le moralisme public de l'auteur, apparemment… Voulez-vous dire que "l'arabe de service" des Blancs chrétiens qui l'auraient charitablement accueilli en leur pays de France, n'aurait quand même pas de leçon d'anti-racisme à leur donner ? Si cette insinuation est juste, précisez nous au moins de quelle couleur et d'origine est la domesticité tyrannisée du sieur TBJ. Nous tenterons d'établir alors ensemble un comparatif des services rendus par les petits amis de certains de ces messieurs de la rdl. Warfl'.

christiane dit: 14 septembre 2017 à 14 h 11 min

Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 14 h 07 min
Alors, « je est un autre » qui vous ressemble comme un frère…

christiane dit: 14 septembre 2017 à 14 h 10 min

L. 13h04
Pour l’extrait du journal de Boris Schreiber « L’excavatrice », à vous destiné, il faudra attendre la fin de la mise en attente par la modération.

christiane dit: 14 septembre 2017 à 14 h 08 min

13h04
On essaie de dire et les malentendus s’accumulent. Parfois, il me semble que vous êtes Jacques Chesnel pour ce plaisir à dégainer.

christiane dit: 14 septembre 2017 à 14 h 07 min

13 h 04 min
Mais quand même seriez-vous le seul, votre parole a de l’importance pour moi. Je vous entends et vous avez certainement raison. Bouguereau au contraire m’a reproché souvent mon indécision. C’est comme ça…

christiane dit: 14 septembre 2017 à 14 h 05 min

Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 13 h 37 min
Bien sûr puisque c’est vous ! 2 réponses en attente de modération…

D. dit: 14 septembre 2017 à 13 h 55 min

J’vous avouerais que je ressens pas de bonnes ondes de chez Sergio depuis six mois environ. Des infos réelles et avérées, Bouguereau ?

D. dit: 14 septembre 2017 à 13 h 51 min

(attendons la salve d’insultes de J.C.)

Que serait le Yin sans le Yang, le noir sans le blanc, le chaud sans le froid, Clopine sans JC, JC sans Clopine ? Il faut observer tout cela avec un regard cosmique et métaphisyque.

Petit Rappel dit: 14 septembre 2017 à 13 h 49 min

Moha Le Fou Moha le Sage, Janssen, est tout betement un Roman de ….Tahar Ben Jelloun en meme temps qu’un personnage commun à deux cultures dont l’écrivain a su tirer parti.cf Albert Adès, Le Livre de Goha.
Pour le reste, je vous laisse libre de sacrifier au tiers-mondisme littéraire. C’est assez souvent le fonds de commerce local d’écrivains n’ayant plus rien à dire que de vieilles haines rancies à l’algérienne, si je puis l’écrire. Et cette civilisation là n’est le plus souvent pas la notre. Dut l’expression vous paraître tout aussi haissable que la précédente. (Il y aurait un livre à écrire sur le comportement despotique du personnage que vous nommez envers sa domesticité; alors il peut bien jouer qui au Castor Junior et aux donneurs de leçons. Dans ce role, il a perdu toute crédibilité.

Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 13 h 37 min

Dame Christiane,je me souviens de vos accrochages avec Chesnel (qu’on ne retrouve pas assez souvent ici), vous n’y alliez pas avec le dos de la cuillère

christiane dit: 14 septembre 2017 à 13 h 37 min

Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 13 h 04 min
Mais quand même seriez-vous le seul, votre parole a de l’importance pour moi. Je vous entends et vous avez certainement raison. Bouguereau au contraire m’a reproché souvent mon indécision. C’est comme ça… On essaie de dire et les malentendus s’accumulent. Parfois, il me semble que vous êtes Jacques Chesnel pour ce plaisir à dégainer.
Rien que pour vous cet extrait du journal de Boris Schreiber L’excavatrice,que J.C. avait trouvé idiot.
« Car les assauts de ces indifférents fanatiques risquent de laisser des séquelles. Premièrement, le risque d’en dire trop : à force de répondre, c’est susciter d’éventuels soupçons, du genre : « Tiens donc ! Il y tient tellement à ce qu’il tient caché ?  » (…)
Par exemple, en disant que je médite, je ne dis presque rien, puisque je ne dis rien de ce sur quoi je médite (…) je médite sur les pièges.(…) Ne pas le dire risque de grossir le non-dit, au point de m’en faire perdre le contrôle. Mais le dire risque d’alerter les sbires, comme le moindre bobo attire les piranhas.
Cela étant dit, en ai-je trop dit ? Êtres ? connectés, déconnectés… Il faut donc que je me défausse, comme disent les joueurs de cartes. »
Sur ces éclats de rire, je vous quitte. Restez dans votre paradis-miroir. A la prochaine.

JAZZI dit: 14 septembre 2017 à 13 h 34 min

Oui, mais Clopine, je t’en conjure, arrête de te (vous) poser en « amateurs » ! D’abord, parce que c’est faux, Clopin est un excellent photographe et réalisateur, qui a fait l’une des meilleures écoles de cinéma, celle de la rue Vaugirard à Paris, et ensuite parce que c’est dévalorisant pour votre travail. Dans ce monde, il faut sans cesse se mettre en valeur. Agnès Varda en est l’exemple parfait. A titre personnel, je veux bien que tu joues les modestes, et encore, mais en tant que présidente de Beaubec production, c’est une faute professionnelle.

DHH dit: 14 septembre 2017 à 13 h 32 min

Un très bon film qui a pour toile de fond les précédents JO de paris en 1924, et qu’on reverra sans doute sur les écrans cette année:Les chariots de feu
Une histoire du temps d’avant la marchandisation du sport

D. dit: 14 septembre 2017 à 13 h 24 min

Je viens de l’écouter, Clopine s’est très bien debrouillée, très à l’aise, excellente élocution, belle voix, disons-le, radiophonique. Elle pourrait faire de la radio… Juste dommage que ce soit au téléphone, c’est toujours embêtant d’entendre les gens au téléphone.

christiane dit: 14 septembre 2017 à 13 h 20 min

Lavande dit: 14 septembre 2017 à 13 h 08 min
J’ai trouvé beaucoup de bon sens et de modestie (face à la documentariste professionnelle). L’allusion à l’immersion dans le groupe des associés est réitérée. Dans le film sur les haies, que j’avais fort apprécié, on entendait son compagnon : une sacrée pointure dans le domaine écologique. Rien à ajouter. Du beau travail mis en valeur par le journaliste.

DHH dit: 14 septembre 2017 à 13 h 08 min

@LVDB
vous ecrivez
« Si on fait bien le compte, comme Marianne Grosjean depuis la Suisse,
cela fait ici, trois ou quatre anciennes de l’EN à la retraite,
+ un keuf « antiraciste » à la retraite
qui votent pour mme Lafon.

D’anciennes de l’EN retraitées ici je ne vois connais que les deux qui se presentent comme telles
Si elles sont vraiment 4,donc encore plus nombreuses à aimer MH Lafon, non seulment cela n’invalide pas ce point de vue ,mais cela le cautionne

Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 13 h 04 min

dame Christiane, vous me reprochez mes certitudes alors que je suis bourré de doutes mais je remarque, en vous lisant ici ou ailleurs, que vous affichez constamment les vôtres, ce que je ne vous reproche pas, je ne suis pas le seul à l’avoir constaté

bob dit: 14 septembre 2017 à 12 h 30 min

Bloom dit: 14 septembre 2017 à 8 h 32 min
Vous en savez de s choses vous êtes voyant –d’après l’exemple de Londres sans doute

Jazzi
A Barcelone les JO ont été une aubaine poru la ville etc et nombreux sont maintenus les emplois créés pour l’occasion

Janssen J-J dit: 14 septembre 2017 à 12 h 29 min

Delaporte, je n’y crois pas trop à cette histoire de défection de la candidature d’Hamon qui aurait permis à Mélanchon de gagner la présidentielle. Le remake Taubira torpillant Jospin en 2002…, y’aurait guère que Ménilmuche pour y croire.
J’apprends que Paris aurait gagné les olympiades de 2024. J’espère qu’à cette époque, JC aura fait son grand sot à la perche, et se sera fracassé dans le vide en se prenant pour Caruso.
Cela dit, je ne souhaite faire de mal à personne, vous m’connaissez, j’dis ça our le fun. 12.30 : je pars à la cantine retrouver mon clopin D., mon boulot chez les keufs est pas fini, hélasss.

JAZZI dit: 14 septembre 2017 à 12 h 12 min

Tu pourras l’entendre en replay, D. ? Beaucoup, ici, découvriront son véritable patronyme…
Je n’écoute jamais la radio, mais je vais faire une exception !

Janssen J-J dit: 14 septembre 2017 à 12 h 11 min

@11.37 – Layid Moha du « sacrifice des vaches noires », j’imagine, plus certainement qu’Oulhoucine Achiban, le chanteur qui vient de nous quitter à 100 ans ?… Mais vous n’êtes jamais très clair, monsieur Court, quand vous nous balancez vos auteurs marocains de prédilection. D’autant que vous pourriez tout aussi bien faire allusion à Edouard Moha, l’historien engagé de la marche verte.
Laissez-moi vous dire surtout ceci… Ce qu’est devenu Tahar Ben Jelloun m’importe peu mais ne me le fait pas réduire à « l’arabe de service », une expression que pour ma part, je hais et dont je trouve qu’à en user comme vous le faites, elle ne vous honore vraiment pas. « Le racisme expliqué à ma fille », rien à faire, vu que je n’ai pas de fille en âge de profiter de ces leçons jamais inutiles…, pas plus que ne m’intéresse le roman de son impuissance physique… Il se trouve que je préfère toujours garder le bon souvenir d’un auteur comme lui, surtout quand je l’ai découvert naguère en même temps que la condition des Algériens exilés en France. « La plus haute des solitudes » m’avait alors permis de découvrir un monde, une condition, et j’ai regardé certains ouvriers du BTP invisibles de l’époque, tout à fait autrement. Et cela me suffit amplement pour ne pas cracher dans la soupe aujourd’hui… Ce témoignage poignant du psychiatre très informé eut le mérite d’exister et de s’être incrusté dans pas mal de mémoires, me semble-t-il. Or, je ne demande rien d’autre à la littérature ou à l’essayisme… avoir été favorablement marqué à jamais par un auteur, un livre. Sinon, pourquoi s’attarder ?

D. dit: 14 septembre 2017 à 12 h 09 min

JAZZI dit: 14 septembre 2017 à 12 h 02 min
C’est gentil, D., de te faire l’attaché de presse de Clopine !

Je la sais modeste, elle a dû se faire violence pour revenir ici hier mais il le fallait.
Il est tout-à-fait normal que nous prenions le relais.
C’est une émission de Philippe Bertrand, « Carnets de Campagne », c’est aujourd’hui à 12h 30 sur France-Inter. Ça dure 1/4 d’heure. Moi je pourrais pas, je serai à la cantine.

christiane dit: 14 septembre 2017 à 11 h 58 min

11h51 –
« mais les gens rigolent »
Louis XIV disait : – L’état c’est moi.
Vous : – Les gens (c’est-à-dire : moi)
Entre les non-dits, les mal-dits, les maudits, certains se paient de mots…

D. dit: 14 septembre 2017 à 11 h 57 min

Cette émission sera suivi du Jeu des mille euros, puis des informations radiodiffusees nationales.
Sur 3,417 mètres, en fréquence modulée.

christiane dit: 14 septembre 2017 à 11 h 53 min

@Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 11 h 48 min
Bien sûr mais ce n’est pas pour moi une source de mépris mais un enrichissement.

Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 11 h 51 min

le bedeau est sorti de la sacristie pour pondre un salmigondis dans lequel, comme d’habitude, il mélange tout pour en mettre plein la vue, mais les gens rigolent

christiane dit: 14 septembre 2017 à 11 h 50 min

@Petit Rappel dit: 14 septembre 2017 à 11 h 37 min
Oui, M.Court, d’autres blogs accueillent aussi notre dialogue et j’avais aimé lire cet éclaircissement. Musique et Histoire… Encore merci.

D. dit: 14 septembre 2017 à 11 h 47 min

Je vous supplie de ne pas publier d’écouter la voix suave et envoûtante de Clopine Trouillefou tout-à-l’heure à partir de 12h 30 sur la Radio nationale « France-Inter », diffusée en fréquence modulée à travers tout le territoire, jusqu’aux confins des territoires ultramarins et par Internet dans le monde entier, chez les inuits, les ouzbek, les patagons, nawaiens, néo-guinéens, tibétains…
Seul le Vénérable Guide Suprême et Nucléaire Kim Jong Il n’a pas consenti à ce que les paquets TCP/IP contenant Clopine parviennent jusque dans les coquets appartements de Pyongyang.

JAZZI dit: 14 septembre 2017 à 11 h 40 min

Avec le bandeau publicitaire au sommet de la RDL, si Marie Hélène Lafon a le Goncourt, ça risque de faire jaser ? En politique, ce ne serait plus possible !

Petit Rappel dit: 14 septembre 2017 à 11 h 37 min

Pour résumer de que j ai écrit ailleurs, la carrière de Meyerbeer est celle d’un musicien promu par les élites françaises représentant du nec plus ultra de la musique franco-germanique. Ce qui a beaucoup fait rire ceux qui connaissaient ou pratiquaient la musique allemande (Berlioz, Schumann, et Heine, qui savaient de quoi ils parlaient.
Après, à travers la Correspondance on peut y voir un homme honnete, parfaitement conscient de ceux qui ont plus de génie que lui. Reste qu’hors le Prophète et l’Africaine, le Maitre n’est pas ce que Fétis ou Clément ont vu: l’aboutissement de l’école Allemande dans une oeuvre qui surpasserait Fidelio , Beethoven, et les autres.
Janssen .Le « bon arabe de service » est celui qui tourne le dos à son oeuvre pour se perdre dans des essais grand public ou qui veulent l’etre, façon « Le Racisme expliqué à ma fille ». C’est peut etre louable, mais ce n’est pas , plus, par rapport à Moha, de la Littérature. D’ailleurs, depuis Moha, c’est une longue descente aux Enfers! C’est une chose qu’on ne peut dire de Sansal. Et c’est pourquoi le vote Kaddour , encensant l’enfant du pays par une Académie Goncourt entunisianisée pour un bouquin honnêtement fabriqué mais sans plus, est particulièrement oubliable.

christiane dit: 14 septembre 2017 à 11 h 35 min

« Marie Hélène Lafon comme Barbara : idoles pour les plus de 50 ans, parlez-en aux jeunes, ils rigolent »
Lacenaire,
trop de certitudes, encore une fois ! votre paradis est un trompe-l’œil…

JAZZI dit: 14 septembre 2017 à 11 h 35 min

« vous en oubliez ce qu’a pu être autrefois un roman. »

Le roman est sans cesse à réinventer, D. !

Quant aux jeux olympiques, d’ici 2024, les responsables politiques auront le temps d’être remplacés. Paris sera toujours Paris, avec ou sans nous ! Bloom, le grincheux du Quai, lui, sera depuis longtemps à la retraite.

Phil dit: 14 septembre 2017 à 10 h 53 min

Dear Bloom, la « gente du Quai » en poste sous les cocotiers continue-t-elle de se mouvoir avec la pompe du Grand siècle en frayant avec les indigènes ?

hamlet dit: 14 septembre 2017 à 10 h 49 min

j’adore MH Lafon, autant elle que ses textes.

mais quand même, quand passou parle de « paresse de l’imaginaire, de manque d’audace etc… »

on ne peut pas lui répondre avec MH Lafon, ses écrits restent cantonnés aux limites de son existence et de ses expériences, ce n’est pas exemple en matière d’imagination et d’audace.

désolé de le dire mais vous pataugez tous tellement dans la semoule que vous en oubliez ce qu’a pu être autrefois un roman.

je crois que l’influence des femmes dans la littérature est trop grande aujourd’hui, tous ces trucs de gonzesses c’est plombant, vous pataugez tellement dans la semoule que vous avez oublié ce que c’est d’avoir une paire de burnes littéraire !

D. dit: 14 septembre 2017 à 10 h 39 min

Je ne sais que penser des jeux olympiques à Paris. En tant que Français et Parisien je devrais me réjouir mais quand je regarde qui tient les manettes de tout ça je ne peux que trembler…

JAZZI dit: 14 septembre 2017 à 10 h 27 min

Jamais deux sans trois. Vous croyez que l’on va encore avoir droit au Simon Liberati cette année ? Il n’est pourtant pas sur la liste des Goncourt…

Pas V dit: 14 septembre 2017 à 10 h 26 min

« Ce n’est surtout pas un écrivain régionaliste, du terroir. Elle atteint dans son écriture l’amplitude des grands textes classiques. »

BOF !( beurre, œuf, fromage ), nos régions ont du talent.

Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 9 h 54 min

le p’tit Court a d’autres chats à fouetter, il a encore Heine et Meyerberg en travers de la gorge, il n’a même pas envie de répondre à Christiane, il est planqué dans la sacristie

Lucienne dit: 14 septembre 2017 à 9 h 50 min

JC l’andouille prend ses rêves de séduction pour des réalités, pour nous qui le connaissons bien c’est un véritable cauchemar

closer dit: 14 septembre 2017 à 9 h 10 min

Qu’en pense M Court?

« La bataille basco-bretonne du N tildé

Publié le mercredi 13 septembre 2017 à 6h00

par Corinne [email protected]

Un couple de Bretons, qui souhaitent prénommer leur nouveau-né Fañch, saura ce mercredi s’ils ont le droit d’utiliser cette orthographe à l’état civil.
L’administration française ne reconnait par le tilde sur les prénoms, notamment bretons
…………………………………………
Tous demandent que la circulaire, qui n’a pas force de loi, soit réécrite pour intégrer le N tildé. D’autant que d’après le recherches menées par Bernez Rouz, président du conseil culturel de Bretagne, le N tildé figurait dans la langue française, au moins jusqu’au XVIIe siècle… »

Bloom dit: 14 septembre 2017 à 9 h 09 min

Ne pas oublier le siècle, Phil, et puis Paris, aussi, (Robida, dans son Tabelau visionnaire de la Ville Lumière en 1953, publié à la fin du 19e, prévoyait qu’elle s’étende de Rouen à Meaux, Chantilly et St German en Laye devenus de simples faubourgs).
Il y a chez nous bien d’autres choses incommensurables, mais nous serons charitables…

Lucienne dit: 14 septembre 2017 à 8 h 57 min

la forte demande féminine, écrit le JC.. elles se barrent toute rapido quand elles voit l’andouille avariée

JC..... dit: 14 septembre 2017 à 8 h 44 min

Lacenaire de rien, je ne harcèle pas les femmes, je répond avec civilité, courtoisie, et lubricité de bon aloi, à une forte demande féminine !

Evidemment, moche comme un cafard que tu es, tu peux pas comprendre…

JC..... dit: 14 septembre 2017 à 8 h 41 min

Félicitons Hidalguette la Pauvrette d’avoir obtenu cette grande faveur : dépenser l’argent qu’on a pas, pendant 10 ans, pour faire de belles images TV de nos sportifs mondiaux pharmaco-dépendants sponsorisés !

bouguereau dit: 14 septembre 2017 à 8 h 40 min

…même les « maires irresponsables » sont responsables !…

donc hencore moins coupabe..fais pas ton vergèze

Lacenaire dit: 14 septembre 2017 à 8 h 39 min

5 heurs 53, l’andouille vitupère contre le harcèlement des femmes alors qu’il prétend le pratiquer quotidiennement, quel pignouf

Phil dit: 14 septembre 2017 à 8 h 35 min

right dear Bloom, tout est grand en France, le pays, le remplacement, le mensonge. Baroz, mandez-nous le goût de la grandeur

bouguereau dit: 14 septembre 2017 à 8 h 33 min

Il faut féliciter Anne Hidalgo, quoiqu’on en pense

que du mal baroz..un championnat de pétanque havec boulles en liège sur la seine et bain a remou flottant pour les gitons du 3 éme millénaire..le tout financé par younkère évidemment..là je clique

Bloom dit: 14 septembre 2017 à 8 h 32 min

version corrigée

Baroz, la France est le seul pays à considérer que les JO sont une aubaine; Ce ne sont que des emmerdres, à tous les niveaux, sans parler des hausses des loyers etc etc…Montréal a payé son stade pendant 30 ans…Ca NE va créer QUE quelques emplois car la majorité des petites mains seront bénévoles…Et je te dis pas le casse tête de la sécurité.
Une bonne nouvelle pour personne SAUF pour ceux qui aiment les médailles en chocolat.

Bloom dit: 14 septembre 2017 à 8 h 31 min

Il faut féliciter Anne Hidalgo, quoiqu’on en pense, pour avoir porté avec succès le dossier des jeux olympiques pour Paris !

Baroz, la France est le seul pays à considérer que les JO sont une aubaine; Ce ne sont que des emmerdres, à tous les niveaux, sans parler des hausses des loyers etc etc…Montréal a payé son stade pendant 30 ans…Ca va créer quelques emplois car la majorité des petites mains seront bénévoles…Et je te dis pas le casse tête de la sécurité.
Une bonne nouvelle pour personne sinon pour ceux qui aiment les médailles en chocolat.

JC..... dit: 14 septembre 2017 à 8 h 26 min

Enfin, Renato ! Vous devriez avoir honte d’infliger aux jeunes commentateurs de ce blog littéraire de prestige vos photos cochonnes N&B …

renato dit: 14 septembre 2017 à 8 h 05 min

Il faudrait que Dame Aung San Suu Kyi comprenne qu’un prix, même le Nobel, ne garantit pas que l’on est moralement viable, et ce ne sera pas la fréquentation du smart people qui arrangera les choses, c’est le paradigme qu’il faudra changer : retrouver l’avant même si on risque de perdre l’après.

JAZZI dit: 14 septembre 2017 à 8 h 05 min

Il faut féliciter Anne Hidalgo, quoiqu’on en pense, pour avoir porté avec succès le dossier des jeux olympiques pour Paris !

JC..... dit: 14 septembre 2017 à 7 h 45 min

Bien d’accord !

Le Grand Remplacement de nos petits rugbymen de souche à la Roger Couderc par ces brutes anglophones sorties de leur enfer anglo-saxon … pourquoi on n’en parle pas ?

Pourquoi on cache cette épuration ethnique technique qui se déroule sous nos yeux ?

Au RCT, à Toulon, pas un d’entre eux qui aime l’aïoli !!! Un véritable scandale culturel. Je bous ! je bous ! y a baisse….

Bloom dit: 14 septembre 2017 à 7 h 24 min

Le plus terrible, c’est le grand remplacement des rugbymen hexagonaux par des stars des iles britanniques ou néo-zed dans les clubs du Top 14, le pire chamionnait du monde. Il y en a un en particulier qui pratique systématiquement le recrutement des vieilles gloires, le RCT ou quelque chose comme ça. Bref, plus de place pour les Gallion ou Herrero d’antan.
Résultat, « les petits » deviennent des « nains »…

la vie dans les bois dit: 14 septembre 2017 à 6 h 18 min

que… que… que….
Et que la France est une République, c’est mal connaître ses valeurs, qui ne sont pas à adapter localement, au profit de quelques maires irresponsables.

la vie dans les bois dit: 14 septembre 2017 à 6 h 09 min

Je pense que Monsieur Pivot doit bien aimer la grammaire de mme Lafon; à la dictée, ça doit y aller.

la vie dans les bois dit: 14 septembre 2017 à 6 h 06 min

Boualem Sensal, avec un A please (SANSAL)

Et une queue de cheval.

____________________

Si on fait bien le compte, comme Marianne Grosjean depuis la Suisse,
cela fait ici, trois ou quatre anciennes de l’EN à la retraite,
+ un keuf « antiraciste » à la retraite
qui votent pour mme Lafon.

se racontent leur vie de à l’épicerie de quartier. 😉

JC..... dit: 14 septembre 2017 à 6 h 03 min

« La France insoumise, qui a tenté de faire supprimer chaque article du texte, a voté contre « la mise en place d’un état d’urgence permanent », reprenant les critiques émises par des organisations de défense des droits de l’homme ou syndicats de magistrats. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a estimé que si les amendements LFI avaient été adoptés, la France serait « désarmée » face au terrorisme. » (le Figaro)

Que Mélenchon, et ses petits soumis, se fasse le complice des terroristes ne surprendra personne. Il faut la terreur à toute révolution. Que les défenseurs des droits de l’homme s’insurgent, ils récitent leur catéchisme. Que les Syndicats gaucho de la Magistrature emboitent le pas, en dit long sur le chemin à parcourir pour combattre l’ennemi intérieur …

JC..... dit: 14 septembre 2017 à 5 h 53 min

Bien triste pays que la France, aussi, Maitre Bloom !

Des quartiers entiers, des villes, subissent depuis des décennies une épuration ethnique des français indigènes, avec le harcèlement des femmes, des morts à la bombe, au coutelas, au camion fou …

Comme d’habitude, dans tout les pays du monde où prospère la religion d’amour des terroristes imbéciles.

Bloom dit: 14 septembre 2017 à 3 h 52 min

Birmanie, Muslim-rein. Avec une population musulmane représentant 4% du total, les bouddhistes avaient des raisons d’être menacés.
Les Karen, bouddhistes, chrétiens ou animistes, ont déjà fait les frais de cette politique de purification ethnique. Bien triste pays.

christiane dit: 14 septembre 2017 à 2 h 39 min

Voici un lien, court, qui restitue bien mon souvenir de la virtuose qu’est Marie-Hélène Lafon quand elle parle de ses livres :
https://www.youtube.com/watch?v=RIVWlvzpl5Y
A l’opposé de cette maitrise, pleine de certitude, il y a le grand silence et la lenteur de ses nouvelles et romans, des histoires écrites patiemment, où elle ne brusque rien, où elle laisse venir, revenir dans son écriture ce qu’elle a observé. Écriture qu’elle retravaille patiemment. Elle avait dit lors de la rencontre dans la librairie de « L’éternel retour » qu’elle n’avait pas d’imagination, qu’elle n’inventait pas. Ses fictions sont emplies de son regard sur les autres et de sa mémoire. Ce n’est surtout pas un écrivain régionaliste, du terroir. Elle atteint dans son écriture l’amplitude des grands textes classiques.

rose dit: 14 septembre 2017 à 0 h 19 min

je l’ai rencontré aussi MHL ; je l’ai trouvée enthousiaste et respectueuse de son auditoire. Pas prof pour un sou ; elle a simplement expliqué comment de son métier de prof, de son agrégation de grammaire, elle tirait son goût de la langue, qu’elle aimait affiner, choisir avec précision comme un joailler sa pierre qu’il va sertir.
Je trouve aussi la proximité avec Annie Ernaux valide, cette attraction/répulsion de la province et en même temps ce retour permanent parce que c’est là que tout se joue et qu’elle le sait.
J’aime également ses descriptions minutieuses ; sa compréhension du désintérêt de mettre du trash dans ses romans pck ses histoires tiennent fort sans cela.
Elle est écrivaine, sensible, attentive.

Janssen J-J dit: 13 septembre 2017 à 23 h 50 min

Tu nous as pas dit ce que t’as bouffé ce soir, ça nous a manqué, D. (de la soupe à la grimmler, peut-être ?). Va donc te coucher ast’heure !

Janssen J-J dit: 13 septembre 2017 à 23 h 44 min

– Boualem Sensal, avec un A please (SANSAL)
– Daoud, prix goncourt du 1er roman (seulement)
– Oui, erreur sur Pierre de patience, le mari n’était pas arabe. Mais pourquoi cette accusation de racisme dont toute ma « vie de naze » (nazi ?) attesterait plutôt du combat dans l’autre sens ?… quand je cherchais uniquement à me remémorer le nom de l’auteur : Atiq Rahimi (merci Marc Court pour votre aide).
– Encore une frasque de votre bipolarité congénitale, martine walden ? Il faut sortir des bois maintenant, croyez-moi, la situation ne fait qu’empirer, il y a urgence… Je pense que votre médoc à la Risperidone commence à perdre de son efficacité, il faut consulter à nouveau, au risque de perdre votre définitivement votre patience. Keep cool !
https://www.youtube.com/watch?v=tdXJ8n_ZkO8

la vie dans les bois dit: 13 septembre 2017 à 22 h 53 min

« Kaddour dans le déboussolage du panarabisme !… »

tu es vraiment le dernier des cons. Mais vraiment, infect.
Un bon « prépondérant » koi.

la vie dans les bois dit: 13 septembre 2017 à 22 h 36 min

(au fait Petit Rappel, -ou qqu’un d’autre- pendant qu’on y est, pourriez pas me rappeler le nom de cet autre écrivain primé qui racontait l’histoire de cette épouse imaginant ce que pensait son arabe de mari frappé de paralysie sur son lit d’hôpital tout au long du roman).

Pierre de patience

Janssen J-J dit: 13 septembre 2017 à 22 h 15 min

TBJ et Passoul sont des combattants de la bonne cause partis en guerre contre les tyrannies homophobes pour y rétablir la démocratie, comme nous l’a appris Ayerdhal dans son savoureux Rainbow Warriors. Classieux ! Et en plus, ça décoiffe, pour sûr !…
T’en a pensé quoi, toi, Jazzman, de ce roman très ‘lgbt’ ? Eh bé moi, j’ai pas boudé mon plaisir au soleil dans le jardin, hein, ça nous changeait des macronades estivales.
http://www.lexpress.fr/culture/livre/rainbow-warriors-sabre-au-clair_1257355.html

Janssen J-J dit: 13 septembre 2017 à 22 h 02 min

Perso, j’ai tellement souffert avec Waltenberg que je m ‘étaisforcé à lire jusqu’au bout que j’ai passé fissa mon chemin avec les Prépondérants… Le masochisme a quand même ses limites ! Quand je pense qu’on a agoni d’injures ce pauvre Mathias Enard pour Boussole, qui n’eut pourtant rien à envier à Kaddour dans le déboussolage du panarabisme !…
Je trouve dommageable que même Mar Court lui-même ne juge des romanciers arabes que par le prisme de ceux qui, à ses yeux, ne seraient pas récupérés par l’occident… Incroyab » !
Mais dans quelle catégorie va-t-il nous ranger Boualem Sansal pour son 2084 ? (bon ou mauvais « arable de service » ?) – Au fond, c exactement la même rhétorique que celle d’un JC pour qui tous ces écrivains arabes prétendument rsistants feraient quand même le jeu des pouvoirs islamofascistes triomphalistes ayant un poil besoin d’avoir des opposants vendus aux colonisateurs chrétiens)…
Je parle même pas d’Orhan Pamuk, le nobélisé turc… Tu imagines l’état de dépravation où ils en sont arrivés pour accepter ça !… Pire qu’un Tahj Mahal ben Jelloun !
(au fait Petit Rappel, -ou qqu’un d’autre- pendant qu’on y est, pourriez pas me rappeler le nom de cet autre écrivain primé qui racontait l’histoire de cette épouse imaginant ce que pensait son arabe de mari frappé de paralysie sur son lit d’hôpital tout au long du roman). Merci d’avance.

la vie dans les bois dit: 13 septembre 2017 à 21 h 40 min

une petite communauté de lgbt, à laquelle participe également activement  » Passou », qui a défilé en Espagne, ne l’oubliez pas.

la vie dans les bois dit: 13 septembre 2017 à 21 h 37 min

Mais comme T.B.J anime maintenant une petite communauté de lgbt, -qui se souvient du Goncourt de l’an passé ?-, il n’est plus tellement crédible.

Giovanni Sant'Angelo dit: 13 septembre 2017 à 21 h 34 min


…pour moi, tout le monde, peut avoir, le Goncourt,!…
…de toutes façons, je m’inscrit, pour les techniques d’arts,…au plus, des rouages des politiques, pour promettre, et remettre au lendemains, depuis belle lurettes, et Cosmopolitain,…à Peter Pan,…et,…non,…

…pas, à en ajouter, de l’huile, sur le feux des vertus alambiquées, en vanités imaginaires,!…
…les Bourses, se suffisent, à elles-mêmes,!…avec, leurs tirants d’Ô,…clock,!…of course,!…etc,!…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*