de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Remâcher le passé

Remâcher le passé

On pourra encore déplorer la misère de l’édition de livres d’histoire en regard de son âge d’or, et depuis plusieurs années, on ne s’en prive pas. Mais curieusement, on n’a guère prêté attention au fait que, par un étrange phénomène de vases communicants, ce qui disparaissait d’un côté réapparaissait de l’autre : l’Histoire était simplement passée en partie de son champ naturel au champ d’à côté, celui de la fiction.

Il ne s’agit pas des romans historiques, genre de longue date installé dans un domaine aux frontières bien balisées tant par ses auteurs que par ses lecteurs. C’est du roman littéraire qu’il s’agit, celui qui concourt pour les grands prix d’automne et passionne les critiques toute l’année. Nous connaissons même l’éminent juré d’un grand prix qui peste rituellement chaque année contre cette tendance. Or rarement comme en cette rentrée ces écrivains auront nourri leur inspiration dans le déjà su, déjà vu, déjà lu et déjà connu du passé. Une véritable inflation.

Tant et si bien que la critique Marianne Grosjean, en en dressant l’inventaire pour une pleine page de la Tribune de Genève, a intitulé son article « Les auteurs de la rentrée littéraire 2017 remâchent le passé » (que ce verbe est cruel…) avant de leur donner le coup de grâce dans le sous-titre en leur reprochant de « snober le monde actuel ou imaginaire » (que ce verbe est féroce…). Elle a été jusqu’à compter les romans concernés éditeur par éditeur : Grasset remporte la palme puisque la quasi totalité de sa production littéraire (11 romans) est tournée vers le passé, suivis par Stock (ratio de 7 sur 9), et le Seuil (ratio de 5 sur 6). N’en jetez plus !

N’empêche que sur le fond, elle n’a pas tort. Les thèmes dominants ne surprendront pas : les deux guerres mondiales (Niels d’Alexis Ragougneau, La disparition de Joseph Mengele d’Olivier Guez…), l’après-guerre (La gloire des maudits de Nicolas d’Estienne d’Orves) les Trente glorieuses, la guerre d’Algérie (L’Art de perdre d’Alice Zeniter, Un loup pour l’homme de Brigitte Giraud…), Mai 68 (Le déjeuner des barricades de Pauline Dreyfus…), la libération des mœurs, l’émancipation des femmes, la louange des grands hommes (Légende d’un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant), des grands destins (Bakhita de Véronique Olmi) et des grands artistes (Je me promets d’éclatantes revanches de Valentine Goby, Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable) se taillent la part du lion, pour ne rien dire des fresques les plus ambitieuses qui embrassent tout le siècle.

Inutile de se le cacher : il y a une paresse de l’imaginaire, un manque d’audace, un défaut de confiance dans sa subjectivité, une absence de risque, un déficit d’assurance, à ne pas se colleter à son époque et à refuser de se projeter dans l’avenir proche. Il est tellement plus pratique de s’en remettre à des personnages déjà construits et célèbres, plutôt que les créer de toutes pièces, et à des événements avérés et connus plutôt que les inventer. Sauf à se donner pour ambition de les dépasser. A mettre la barre si haut que l’Hisoire en est larguée. Encore faut-il considérer personnages et événements comme un moyen et non comme une fin. Les tenir quasiment pour des prétextes et leur donner une épaisseur et une vérité auxquelles l’historien prisonnier de ses sources et archives n’a pas le droit d’accéder.

On en revient à la formule d’Alexandre Dumas : il est permis de violer l’Histoire à condition de lui faire de beaux enfants. Le problème, c’est qu’en s’emparant de ses faits et gestes, nombre de romanciers ne décollent guère du réel, ne transcendent pas cette matière toute prête et si prometteuse, et souvent peinent à en faire de la littérature. Ce qui résiste à être forgé par l’enclume de l’historien se fond plus naturellement dans le creuset du romancier. Sauf que ça ne marche pas toujours. Alors ces écrivains se retrouvent au point de départ sur la même ligne que tant d’historiens, indifférents à l’écriture ou impuissants à l’honorer, et qui réussissent parfois l’exploit de rendre le vice aussi ennuyeux que la vertu.

(« Les Roches noires », Trouville, photo Passou)

Cette entrée a été publiée dans vie littéraire.

1010

commentaires

1 010 Réponses pour Remâcher le passé

D. dit: 20 septembre 2017 à 20 h 46 min

On va rallonger la tour Montparnasse de 17 mètres, ni vu ni connu; que les parisiens soient d’accord ou pas, on s’en floute, comme d’habitude.

D. dit: 20 septembre 2017 à 20 h 44 min

Je révise un peu ma position : le courrier des lecteurs est sans aucun doute la partie la plus convenable de tout un Télérama.
Il est moins pire pour Clopine d’être cantonnée dans cette zone.

D. dit: 20 septembre 2017 à 20 h 41 min

Aaahhhh !! Télérama ! L’organe de propagande de la bonne pensée unique. Je m’en délecte par avance. Je ne mettrai pas un centime là-dedans.
Faudra que j’aille lire ça en douce au Leclerc.

christiane dit: 20 septembre 2017 à 20 h 40 min

@Jean Langoncet dit: 20 septembre 2017 à 19 h 57 min
Non, bien sûr, mais l’argent a été une carte prioritaire, comme pour ce bateau de nuit affrété pour n’accueillir que de riches touristes américains…

Jean Langoncet dit: 20 septembre 2017 à 19 h 57 min

@Les premières évacuations ont bien montré qui étaient les prioritaires…

Quand Plume se noie … Fallait-il les tirer au sort ?

christiane dit: 20 septembre 2017 à 19 h 50 min

@D. dit: 20 septembre 2017 à 18 h 59 min
J’ai lu après d’autres commentaires de vous et j’ai compris que vous pointiez ces riches résidents qui vivent à côté des gens de l’île souvent dans de grandes difficultés (chômage, revenus…). Les premières évacuations ont bien montré qui étaient les prioritaires…

Delaporte dit: 20 septembre 2017 à 19 h 31 min

« Parfois je me demande si Delaporte à un coeur. »

Bien sûr que j’ai un coeur et du bon sens, et que je suis humain. Justement ! Mais je n’ai jamais rencontré ce misérable Paul Wermus, qui reste seulement pour moi un archétype de ce que l’humanité peut faire de pire. J’aurais certainement eu pitié de lui si nos chemins s’étaient croisés. Je lui aurais fait l’aumône d’un encouragement. Ce n’est certes pas drôle de vivre aussi bas qu’il le fit. Peut-être a-t-il eu le temps de se convertir avant de rendre le dernier souffle ?

JC..... dit: 20 septembre 2017 à 19 h 11 min

Tragique constat : même Mugabe, même Maduro, même Pol Pot, même Chavez, semblent plus intelligents que le malheureux François RUFFIN, l’Insoumis, Roy des Crétins !

JC..... dit: 20 septembre 2017 à 19 h 06 min

Il va de soi que nous allons nous précipiter, tous ensemble, tous ensemble ouais, sur ce torchon de bar de Télérama, pour déguster les bêtises d’une serveuse beaubequoise !….

JC..... dit: 20 septembre 2017 à 19 h 03 min

Quittons nous sur l’évocation d’un souvenir personnel de voyage, hilarant.

De retour du Mexique, la gueule de touristes en sombrero tentant de rentrer malgré leur couvre-chef immense, et bon marché, dans un aéroplane trop étroit pour cette imitation ratée du béret basque.

Voyager c’est bien, tourister ça craint.

radioscopie dit: 20 septembre 2017 à 19 h 02 min

Sans vouloir « remâcher le passé », vous pourrez lire Clopine dans le dernier Télérama, au courrier des lecteurs, sous la signature « Marie de Beaubec » et dans son style inimitable (nom d’là !)

et alii dit: 20 septembre 2017 à 19 h 00 min

Si nous étions une référence culturelle et morale actuelle et avérée je contenterais à ce que nous nous proposions aux mexicains mais la vérité c’est que nous sommes une nation décadente, déchristiannisée, au bord du précipice sur quasiment tous les terrains, avec comme préoccupation la GPA. Voilà ce que nous sommes.
envoyez la funambulance

D. dit: 20 septembre 2017 à 18 h 59 min

Je vous en prie, Christiane. Je suis content de vous avoir fait plaisir. J’étais un peu tourmenté ces derniers temps de vous avoir choqué, bien involontairement, au sujet des îles.

D. dit: 20 septembre 2017 à 18 h 56 min

Non, Olga, le soleil se trouve abondamment en France, nous n’avons aucun besoin d’aller le chercher au Mexique. Je ne connais pas votre âge, je vous devine jeune et fraîche, ce qui n’est pas courant ici soit-dit en passant et sans vouloir offenser personne ni témoigner de maladresse, mais je vous imagine plus belle et rayonnante sous le riant soleil provençal, voire Corse que sous celui de Mexico. Tout ce kitch des mexicains en sombrero avec les cactus, Zorro et rantamplan, il faut bien comprendre que c’est offensant à la longue pour un peuple.

Delaporte dit: 20 septembre 2017 à 18 h 47 min

On imagine mal Bossuet ressuscitant et devant faire par devoir l’oraison funèbre de Paul Wermus ou le panégyrique de Stéphane Bern ou Berne, je ne sais comment ça s’écrit. A cela, on constate la dégénérescence active de l’humanité, la décomposition de la société dans son ensemble.

D. dit: 20 septembre 2017 à 18 h 45 min

Mais Delaporte, Paul Wermus n’a jamais vraiment exercé de profession. Il avait des activités rémunérées ça et là, je pense qu’il avait quand même cette conscience de n’être rien vraiment, ni animateur, ni humoriste, ni écrivain, ni polémiste. Pourquoi vouloir lui prêter absolument un rôle et laisser entendre qu’il l’a mal tenu ? Je ne vous suis pas du tout.

Delaporte dit: 20 septembre 2017 à 18 h 42 min

« Dédé, je comprend parfaitement Delaporte de l’Infirmerie : il y a moins de risque à s’acharner sur un défunt amorphe que sur un haltérophile pétant de santé ! »

Ce n’est pas du tout ça. C’est prenant l’occasion de son immonde disparition qu’il m’a semblé qu’il était enfin temps que j’en parle ici, pour bien avertir tout le monde. Mais il y a bien sûr des vivants qui suivent le même chemin que ce cadavre à peine froid : par exemple, cet impeccable faux-cul de Stéphane Bern. Mais l’étoile de ce dernier est en train de pâlir plus vite qu’il n’a fallu de temps à Paul Wermus pour entrer en agonie.

D. dit: 20 septembre 2017 à 18 h 38 min

Les mexicains savent très bien faire des armes. Ils ne sont pas nés de la dernière pluie. Tous leurs ancêtres étaient des guerriers puissants. Nous n’avons rien à leur apporter tant technologiquement que culturellement ni même culinairement. Et la réciproque est sans doute vraie, sauf à de rares exceptions.

Delaporte dit: 20 septembre 2017 à 18 h 37 min

« Je ne comprends pas cette haine à l’égard de Paul Wermus, Delaporte. N’éprouvez-vous pas de la honte à vous acharner ainsi sur un défunt ? »

Je crois qu’il y a toujours eu un consensus négatif à l’encontre des gens comme Paul Wermus, qui font honte autant à leur profession qu’à l’humanité en général. Le fait qu’il soit mort n’y change rien, hélas.

JC..... dit: 20 septembre 2017 à 18 h 32 min

« Je ne comprends pas cette haine à l’égard de Paul Wermus, Delaporte. N’éprouvez-vous pas de la honte à vous acharner ainsi sur un défunt ? » (D)

Dédé, je comprend parfaitement Delaporte de l’Infirmerie : il y a moins de risque à s’acharner sur un défunt amorphe que sur un haltérophile pétant de santé !

D. dit: 20 septembre 2017 à 18 h 31 min

Sergio, je pense sincèrement que les mexicains n’ont absolument pas besoin de nous et le contraire est sans doute vrai aussi. Ils sont suffisamment nombreux pour pouvoir se débrouiller seuls et faire de grandes choses là où ils sont sans avoir besoin de cette fichue influence française qu’on essaye de faire passer pour nécessaire. Je le dis de façon très claire : je suis contre ça. Si nous étions une référence culturelle et morale actuelle et avérée je contenterais à ce que nous nous proposions aux mexicains mais la vérité c’est que nous sommes une nation décadente, déchristiannisée, au bord du précipice sur quasiment tous les terrains, avec comme préoccupation la GPA. Voilà ce que nous sommes.
Et nous voudrions aller jouer les ķékés au Mexique, jouer les poseurs cultureux. Mais regardons-nous avant. Prenons un balai et nettoyons. Il y a y tant à faire dans les Écuries d’Augias qu’est devenue la France.

Sergio dit: 20 septembre 2017 à 18 h 10 min

D. dit: 20 septembre 2017 à 17 h 52 min
J’ai eu beau essayer de comprendre ce qu’ils pouvaient bien y faire

– le corps diplomatique ;
– peut-être, du coup, une (petite) école ?
– restaurants français, peut-être plusieurs ;
– Dieu soit loué on exporte, par exemple notre fameuse fonte ductile : cela pourrait (si oui) toujours un peu de monde ;
– Armes, électronique, maintenance etc.

On n’est pas si noeud, au fond…

Hasta luego !

D. dit: 20 septembre 2017 à 18 h 07 min

Personne n’a jamais prétendu que Wermus était une lumière. C’était une personnalité dans sa catégorie, un personnage curieux et sympathique. En ce qui me concerne il ne m’a jamais diverti ni interessé, c’est un fait, mais il en faut pour tous les goûts.
Il n’y a aucune raison d’en faire la montagne que vous tentez de faire.

D. dit: 20 septembre 2017 à 17 h 56 min

Je ne comprends pas cette haine à l’égard de Paul Wermus, Delaporte. N’éprouvez-vous pas de la honte à vous acharner ainsi sur un défunt ?

D. dit: 20 septembre 2017 à 17 h 52 min

J’ai appris aujourd’hui avec une certaine surprise que des français résidaient à Mexico pour des raisons autres que touristiques.
J’ai eu beau essayer de comprendre ce qu’ils pouvaient bien y faire, je suis resté sans la moindre réponse.

Giovanni Sant'Angelo dit: 20 septembre 2017 à 16 h 57 min


…les passions et les prédictions, souvent, ré-écrient,après les faits,!…en relectures au coin du feux,!…

…tout s’écoule des sources, déjà, à relire, les visages,!…tous médecins, à la couronne des conspirations perpétuelles,!…
…des fusées armoriées, qui s’ignorent,!…

…le prestige, à ses lunes, que la raison, ignore,!…of course,!…tambours et rataplan,!…etc,…

…chacun, avec son dossier, personne n’en à rien à foutre,!…

Delaporte dit: 20 septembre 2017 à 16 h 13 min

Que devient Obama ? L’argent coule à flots :

« Le 44e président des Etats-Unis s’est fait payer 400.000 dollars pour une conférence auprès de clients d’une banque de Wall Street. »

Delaporte dit: 20 septembre 2017 à 16 h 05 min

« nous c’est un boulot dgalérien.. »

Très significatif que sur ce blog il y ait des « galériens » comme Bouguereau, des esclaves du capitalisme et de la société spectaculaire-marchande. Révolte-toi, misérable !!!

bouguereau dit: 20 septembre 2017 à 15 h 58 min

Cet article fait froid ds le dos.Combien en a-t-il purifiées, combien de fric ?

ha l’haphrique et ses gros nègs à grosse teubes

bouguereau dit: 20 septembre 2017 à 15 h 51 min

une science. Très rigoureux

un phameux spindoctor..les conodiens y disent ‘doreur d’image’..c’est des fortiches pour les nouveaux mots..rien hon vaut

bouguereau dit: 20 septembre 2017 à 15 h 45 min

Si elles n’ont pas de pantalon, qu’elles l’enlèvent !

c’est pas dur de faire des heureux..nous c’est un boulot dgalérien..je parle pas des homos baroz..y devraient ête taxé en bonne justice

Sergio dit: 20 septembre 2017 à 14 h 55 min

JAZZI dit: 20 septembre 2017 à 14 h 19 min
rappelle défunte

Euh… T’as vraiment fait partie des services secrets ? Comme stagiaire halor…

Delaporte dit: 20 septembre 2017 à 14 h 32 min

On se croirait revenu au temps de Marie-Antoinette, quand cette dernière disait en direction du peuple : « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! » Tout ça risque de mal finir :

« Pour sa première visite au mémorial du 11-Septembre, Brigitte Macron a opté pour un pantalon taille haute noir et un t-shirt blanc. Une association simple pour un agenda dense. Côté chaussures, des bottines, une accessoire phare du vestiaire de l’épouse du chef de l’Etat. »

Ces considérations font vraiment avancer les choses !

la vie dans les bois dit: 20 septembre 2017 à 14 h 21 min

bas rosis, c’est fou, indeed. La pauvre doit encore pleurer son « chinois »…

Bon allez, zou, je me sauve.

D. dit: 20 septembre 2017 à 14 h 20 min

Blason du « Lion jeune », ayant par accident mortellement blessé le Roy : Écartelé: aux 1 et 4, d’argent, à la bande d’azur (Durfort); aux 2 et 3, de gueules, au lion d’argent (Lomagne), au lambel de gueules en chef, brochant sur les deux premiers quartiers.

Delaporte dit: 20 septembre 2017 à 14 h 14 min

« La démocratie, ce n’est pas la rue »

De New York, Macron fait le fier. A sa place, je serais moins insolent. Etre président, ce n’est pas lancer des impertinences à tort et à travers en direction du bon peuple, qui n’en peut mais, mais qui va un jour se réveiller.

D. dit: 20 septembre 2017 à 13 h 57 min

Le lion jeune le vieux surmontera / En champ bellique par singulier duelle, / Dans cage d’or les yeux lui crèvera, Deux classes une, puis mourir, mort cruelle.

la vie dans les bois dit: 20 septembre 2017 à 13 h 57 min

Tu fais bien de rappeler ducon, que ton modèle défuncté fût mis à l’écart de la rdl pour insultes scato.
Tu ne lui arrive pas à la cheville, quand on y repense…

Janssen J-J dit: 20 septembre 2017 à 13 h 53 min

oui Olga, la rdl (et la rdc) c la chasse gardée de ducognasse, dès qu’elle sent la présence d’une nouvelle meuf, son sang fait qu’un tour, faut qu’elle lui vole dans les plumes, c comme ça, elle hait son propre genre (grand classique !), c’est un-e trans sans partnership qui vieillit mal, qui veut pas faire son blog mais qui sait pas faire de blag non plus. Son alter égal-e l’appelle tarzoune, ça vous étonne ?

D. dit: 20 septembre 2017 à 13 h 52 min

J’ai un immense respect pour Nostradamus, Michel de Nostre-Dame de son vrai nom. J’ai également du respect pour Catherine de Médicis, femme aux nombreuses qualités qui fut une remarquable régente et que l’Histoire n’a hélas pas reconnu comme telle.
Pour en revenir à Nostradamus, il était avant tout un très grand astrologue, qui était à l’époque une science. Très rigoureux. Il faut accorder du crédit à ses prédictions. Ce ne sont pas des choses en l’air. Voyez par exemple avec quelle remarquable précision il avait prédit la mort tragique d’Henri II.

Paul Edel dit: 20 septembre 2017 à 13 h 47 min

olga, je ne rentre à Paris que dimanche ,mais oui je me précipite au théâtre de poche Montparnasse car T.Bernhard est un écrivain capital ,relisez aussi ses écrits autobiographiques comme un enfant ou le froid ou la cave .je crois que cette enfance catho nazi et sa terrible maladie des poumons sa désespérance surmontée lui a donné une hauteur et une grandeur fastueuse inoubliable. je crois que lui possédait cette »joie tragique « dont nous parlait Wgg.

Sergio dit: 20 septembre 2017 à 13 h 45 min

et alii dit: 20 septembre 2017 à 10 h 12 min
Encore faut-il considérer personnages et événements comme un moyen et non comme une fin.

« L’image étant le seul élément essentiel, la simplification consistant à supprimer purement et simplement les personnages réels serait un perfectionnement décisif. » Le Marcello.

Oui, seulement pour s’y coller, se fendre d’un ours sans personnages et néanmoins lisible et pas trop sopo, là en voilà, de la recherche ! Il la faut bien, l’imagination que réclame Passou à trompe de chasse et à cri…

la vie dans les bois dit: 20 septembre 2017 à 13 h 40 min

olga ? un autre robot ménager, sans doute.
Next.

__________________

J’ai commencé  » Jerusalem » de A. Moore. Pas mal, l’ambiance.
Autres livres en pile: Un Franck Bouyse ( inconnu), et une nature-writer, Emily Fridlund ( Gallmeister)
La réponse à la question,
-Quel livre de la liste M. Grosjean avez-vous pris ?
– Celui de Pollet-Villard, pourquoi ?

olga dit: 20 septembre 2017 à 13 h 30 min

La vie dans les bois : je ne suis pas « la merde aux chats » Vos plaisanteries scatologiques et degueulasses,ne me gênent pas; en font-elles rire beaucoup ??

Janssen J-J dit: 20 septembre 2017 à 13 h 30 min

A défaut de purifier les femmes, lydie salvayre a écrit en 2008 un délicieux « petit traité d’éducation lubrique » pour les dessaler un peu.
Elle vient de publier « Tout homme est une nuit », pas encore lu, mais rien que le titre, euh…, ça craindrait un peu. Qu’en pensez-vous, paul edluard, vous qui lisiez toutes nos bonnes romancières « à gros problèmes » ?

olga dit: 20 septembre 2017 à 13 h 26 min

PaulEdel, tout le monde sait que vous avez une tablette coquine …c’est ce qui fait (une partie seulement…) de votre charme.Bon je range ma peau de chamois ! Lydie Salvayre est un écrivain; et si elle est aussi psy, aucune commune mesure avec Marie Darieusseq..
Etes-vs allé voir la pièce de Th. Bernhard ? On attend votre critique, à côté ..
Avez-vous vu que la Comédie de Saint-Etienne renaissait toute neuve avec plein de projets ? Je pense avec nostalgie à cette époque révolue où j’allais 2,3 fois par sem. au théâtre,partout où il y avait des Maisons de la Culture, avec des directeurs de troupe…
Pour achever ma confession, j’ai apprécié votre critique du « redoutable » sur la RdC et j’ai ouvert le lien qui donnait sur « nouvelle vague » extra .

olga dit: 20 septembre 2017 à 13 h 07 min

« et alii » a posté le 20/9 à 10h14 un lien exceptionnel; il faut s’y reporter de toute urgence. C’est un article du Monde-Afrique en date du 26/03 2017; il traite des « hyènes » au Malawi et s’intitule  » hyène et fier de l’être » C’est l’itv d’un « fisi » payé par des familles pour « purifier sexuellement » les femmes, malgré la loi de 2013.
Cet article fait froid ds le dos.Combien en a-t-il purifiées, combien de fric ?
J’ai pensé, même si cela n’a pas vraiment de rapport, à la réflexion de Petit Rappel, hier, parlant de Marboeuf et de Laetitia Bonaparte : « encore une délaissée par son mari » . Mince, Petit Rappel doit fournir ses sources…peut-être, après tout, vit-il au milieu de mâles triomphants plantant là leurs misérables épouses pour s’afficher conquérants aux bras de jeunes et sublimes déïtés ??
Quant à « la vie dans les bois » elle déplore de ne lire que des Mémères sur la RdL, des « vieilles » (sic) des « mortes-vivantes » qui la font bailler d’ennui . Je ne poste quasiment rien sur la RdL mais je lis le billet et ,en zigzags, les posts. LVDB y triomphe , en absolu, ds toute la gloire de son savoir, de ses relations, de ses lectures et toute la suite; pourquoi donc n’a-t-elle pas encore ouvert son blog, où elle pourrait répandre à loisir sa prose et ses idées pour le plus grand plaisir et le plus grand progrès de l’humanité.Et des Femmes !
* ps pour LVDB je ne poste pas de link qui représente du moùt de chat. Mon lien hier était une vache qui tirait en cadence une langue rose pour caresser l’objectif.
** ps merci pour Barozz qui calmement défendait une « mère’grand »..
je ne suis pas encore grand’mère et pas davantage « une femme délaissée » une femme banale en quelque sorte…

Paul Edel dit: 20 septembre 2017 à 12 h 54 min

pour que ça écrive Lydie il faut lancer le tel contre un mur ensoleillé et dire la formule magique dans 8 1/2 ASA nisi asa de Fellini

Paul Edel dit: 20 septembre 2017 à 12 h 18 min

Lucie Salvayre fait remarquer dans les Inrock: »20 livres retenus pour les fêtes votives de Septembre et les 500 autres à la casse! « pas faux car dans les 500 autres quelques excellents textes. sans doute

Janssen J-J dit: 20 septembre 2017 à 12 h 01 min

Eh bien, voilà que je découvre le sonnet des grenades grâce aux petits enfants de DHH. C’est « charming », et ça nous préfigurerait la figue de francis ponge. J’ai juste ?..
____
Dures grenades entr’ouvertes
Cédant à l’excès de vos grains,
Je crois voir des fronts souverains
Éclatés de leurs découvertes!

Si les soleils par vous subis,
Ô grenades entre-bâillées
Vous ont fait d’orgueil travaillées
Craquer les cloisons de rubis,

Et que si l’or sec de l’écorce
À la demande d’une force
Crève en gemmes rouges de jus,

Cette lumineuse rupture
Fait rêver une âme que j’eus
De sa secrète architecture.
____
Passouinant, ce blog quand on y cause des vraies choses qui comptent vraiment… Remâcher le passé quand on le connait pas, moi je dis que ç’a du bon, quand même. Merci aux bâtisseuses de futurs printemps !

Janssen J-J dit: 20 septembre 2017 à 10 h 54 min

@ « si j’étais Hélène SG je le dirais. je crois que c vous ».
Mais non hélas, c pas moi, et c’est dommage que ce soye pas vous (quand atteignez vous la pointe du Maroc ?). Un p’tit malin, halors ?
(HSG) Surgères ? Petit rappel de géographie : sur la Gère, un ru qui se jette dans la Boutonne, laquelle grossit la Charente, lequel fleuve se jette dans l’océan Atlantique à Port des Barques.

@8.50, Elles se lèvent plus tard en général, le temps de décuver.

@Sergio, je voulais vous signaler que durant votre descente aux enfers déconnectés, la France a remporté le pouvoir d’organiser les JO de 2014 à Paris, et qu’une nouvelle épreuve de courses pour mobs de grosses cylindrées y sera mise au programme. Vous avez encore le temps de vous y préparer à donf, car, -en dehors de Jazzman ?-, à la rdl, on voit pas trop bien qui pourrait y porter nos couleurs.

Bonjour à toussent et à celzéceux qui sont définitivement partis… prendre l’air du large.

et alii dit: 20 septembre 2017 à 10 h 18 min

mais quand je vois le temps passé, depuis quatre mois, à ne commenter que mes silences et mes dires, je me dis que c’est un système totalement narcissique. »
obs

et alii dit: 20 septembre 2017 à 10 h 12 min

Encore faut-il considérer personnages et événements comme un moyen et non comme une fin. Les tenir quasiment pour des prétextes et leur donner une épaisseur et une vérité auxquelles l’historien prisonnier de ses sources et archives n’a pas le droit d’accéder.

je est un prétexte?

rose dit: 20 septembre 2017 à 8 h 29 min

je vous le dis ce matin, je ne sais comment sera la connection internet ce soir.
Nous partons d’Essaouira vers Cap Juby qui se nomme Tarfaya. Piste de sable large et courte avec une ligne blanche tracée au milieu pour garder l’axe.
Porte du désert.
Là St Ex qui y a passé plus d’un an a commencé à écrire Courrier Sud. Son bureau rempli d’un amoncellement bordélique, il en connaissait le contenu par coeur : si qqu’un lui réclamait un document, il allait droit et le sortait d’une pile de papiers.

Loin des nuits festives de Casablanca, où Daurat a été obligé d’envoyer un courrier comminatoire à Reine et son pote, les deux enfants terribles de la ligne, dans l’obscurité dense du désert et sous la lumière vive des étoiles St Ex a pris sa plume et ne s’est jamais plus arrêté.

Nous sommes 35 avions, 90 personnes à peu près dont 70 pilotes, dix sont des femmes, nous refaisons le trajet de l’Aéropostale.

je pense à vous,

renato dit: 20 septembre 2017 à 8 h 24 min

Pourquoi lorsque je remémore la drôle de relation WWG-Chaloux c’est le portail de Les Fleurs bleues qui me revient à l’esprit ?

renato dit: 20 septembre 2017 à 7 h 58 min

Extra, j’entends « moi, j’aime ça, personnellement », et j’imagine, par contraste, quelqu’un qui aime un quelconque ÇA… impersonnellement.

Giovanni Sant'Angelo dit: 20 septembre 2017 à 3 h 04 min


…inutile de pondre des œufs, je ne les couvent pas,!…

…mes procédés techniques, de raisonnements divers,!…Oui,!…vous en êtes , trop loin,…
…déjà, questions Vecteurs,…alors, le reste, en opiniâtreté personnelle,!…
…autant, payez, des châteaux, par réponses,!…donc, la recherche bien, bloquée, pour les lobbying et bourses, tournez manèges, en rond, sur les ponds aux €uro, des réponses, pour des crétins de première,!…
…des indépendants, à lui, tout seul,!…
…of course, au dessus, de toutes les lois,!…Ah,!Ah,!…très Loin, déjà,!…
…inaccessible, pour l’éternité, par les liens inexistant,…( ? techniques ? ),…

…mémorable, échec & mat,!…etc,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 20 septembre 2017 à 0 h 49 min


…strip-tease des fortunes, et Trust – propriétaires,!…Non,!…

…des héritiers mendiants éternels, à jours,!…les cœurs à l’ouvrage,!…
…une certaine classe,!…Ah,!Ah,!…à ses bourses,!…
…l’Europe, et ses foires de banques,!…
…etc,…

Nicolas dit: 19 septembre 2017 à 21 h 46 min

Faudrait se préoccuper de bien des choses plutôt que de nous envoyer Bern dans un formidable plan com soporifique. On notera que ca à l’air réussit.

Sergio dit: 19 septembre 2017 à 21 h 45 min

D. dit: 19 septembre 2017 à 21 h 37 min
je vous croyais mort.

J’ai changé d’avis ! J’avais peur de ne pas être satisfait de la nourriture… Faut tout prévoir, quoi !

la vie dans les bois dit: 19 septembre 2017 à 21 h 40 min

bah oui, il faut le dire que la france de choupinet est en passe de devenir un hub de la mondialisation enchantée. Malgré ses performances de showbiz, à deux balles.

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 21 h 19 min

Oui, Bern n’est pas Mérimée. Et Macron Napoléon III. Cela dit, mettre l’accent sur le patrimoine, n’est pas négligeable. Encore faudrait-il se préoccuper de tous les patrimoines, pas seulement les églises et les châteaux : patrimoine végétal, minéral, industriel…

la vie dans les bois dit: 19 septembre 2017 à 20 h 54 min

« Gestion à courte vue dont on peut déjà sentir les effets délétères et destructeurs…. » Courtement dit.

Court c’est un « visiteur » qui s’est gouré d’époque. Il nous vient vient tout droit de la monarchie de Juillet.

Bern ne va pas faire concurrence à la ministre de la Culture. Y’a plus rien à inscrire sur la  » liste complémentaire », ça se saurait, depuis le temps ! ( ou alors si ça se sait, parfois, vaut mieux éviter de se faire inscrire…)

Bern, aussi bien coiffé et maquillé que choupinet, cherche un nouveau concept télé pour  » chefs d’œuvre en péril », qui date trop, à l’heure du buzz.

« «Chefs-d’œuvre en péril», le titre de l’émission est passé dans le langage courant. Pierre de Lagarde, né en 1932, est un passionné de vieilles pierres. Il sait raconter, faire vibrer chez les téléspectateurs les cordes sensibles de l’histoire et de la spiritualité, il sait aussi crier au scandale. C’est en découvrant, stupéfait, le courrier qui suivit un premier reportage consacré aux monuments de France qu’il eut l’idée de lancer cette série qui occupa les écrans de 1962 à 1974. Durant ces années, le patrimoine est devenu la première passion et le premier loisir des Français. Bien avant que ne soient lancées les Journées du patrimoine, il en avait inventé tous les ressorts. La force de l’émission a été de reposer sur des lettres, des témoignages, des interviews non seulement d’architectes ou de spécialistes mais d’habitants des lieux »
le Figaro

Je crois, par ailleurs, que cette appel aux dons est une pratique courante en GB.

Sergio dit: 19 septembre 2017 à 20 h 36 min

On pourrait fonder les éditions Passou… Avec deux ou trois je pourrais pousser les diables dans les FNAC, on ferait des piles majestueuses… On virerait celles des autres bien entendu !

Sergio dit: 19 septembre 2017 à 20 h 30 min

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 19 h 29 min
Il a l’air solide ce gars-là

C’est un cas spécial… Dans son Pétain, certains paragraphes sont en un français indiscutable, on pense comprendre au fil de la lecture, mais à l’issue on n’est plus sûr de rien, on est dans une sorte d’apesanteur, une sorte de malaise un peu du genre de l’espèce de vertige qui prend lorsque l’on n’arrive pas à déterminer, une seconde, si c’est son propre train qui s’ébranle ou le voisin.

Et c’est caractéristique puisque j’avais exactement la même impression en essayant d’apprendre ses cours que, par définition, j’avais pourtant transcrits moi-même…

Maintenant que j’y pense, cela me rappellerait dans une certaine mesure ce que rapportait Juin à propos de de Lattre, avec toute son aura de roi Jean et sa légendaire exigence…

rose dit: 19 septembre 2017 à 20 h 21 min

JJJ à 19h24
si j’étais Hélène SG je le dirais. je crois que c vous.
j’aimerai bcp être au courant de ce qui manque ds la liste.

Petit Rappel dit: 19 septembre 2017 à 20 h 07 min

Ah? parce que la vision de l’Histoire selon le Nouvel Obs n’est ni tronquée ni douteuse?
Ne pas oublier que l’intitulé du nouveau secrétaire aux monuments comprend l’obligation de « trouver des financements innovants. » Manière de confirmer le désengagement dudit Etat pour le patrimoine. Gestion à courte vue dont on peut déjà sentir les effets délétères et destructeurs….

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 19 h 58 min

« c’est super injuste ! »

C’était sans doute dans tous tes manuscrits qui ont été refusé, Hamlet. Mais déjà, on aurait pu commencer sous l’Ancien Régime et toutes les révolutions qui s’en sont suivies, non ?

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 19 h 56 min

le champ naturel c quand tu cultives du maïs comme depuis les incas, et la fiction, c’est quand tu passes aux OGM

Si tu mets un S à champ (champs), alors là évidemment, tu passes dans une autre dimension, faut que tu y colles sous-champ, habitus, illusio, et reproduction au moinssssse, et là tout le monde te suit à st germain, même si personne y comprend que dalle.

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 19 h 51 min

@ qu’il manque je truc dans cette liste,

-> un acte manqué, pardine : le manuscrit damlète, un brulot messianique trop révolutionnaire et sulfurique… qui terrorise le monde, tu m’étonnes. Un gros complot pour l’étouffer depuis des lustr.

hamlet dit: 19 septembre 2017 à 19 h 49 min

« l’Histoire est passée en partie de son champ naturel à celui de la fiction. »

je lis pas souvent ce blog parce que ce genre d’idée c’est trop compliqué pour moi.

sérieux je comprends pas cette histoire de champs naturel de l’Histoire.

quelqu’un pourrait me dire c’est à quelle époque que l’Histoire a eu un champs naturel ? au Moyen Age ?

sérieux passou vous balancez comme ça des vérités à l’emporte pièce c’est hyper flippant.

hamlet dit: 19 septembre 2017 à 19 h 39 min

– les deux guerres mondiales
– la disparition de Joseph Mengele
– l’après-guerre
– les Trente glorieuses
– la guerre d’Algérie
– Mai 68 et la libération des mœurs
– l’émancipation des femmes
– la louange des grands hommes
– la vie des grands destins
– la vie des grands artistes

comme liste c’est super dense, sauf qu’il manque je truc dans cette liste, je saurais pas dire quoi mais il manque un truc énorme que tous les écrivains sont passés à côté, soit les écrivains soit les éditeurs, si ça se trouve il y a un écrivain qui parle de ce truc énorme qui manque à cette liste mais l’éditeur en n’a pas voulu, au motif que pour lui ça n’entrait pas dans la liste, alors qu’il est évident que ça y rentrait, sérieux ce genre d’injustice ça fout les boules, ça fout tellement les boules que je comprends pas pourquoi les autres écrivains n’ont pas lancé une pétition pour défendre ce bouquin ! des histoires de ce genre c’est lamentable ! ça montre bien que ces histoires c’est tout calculé d’avance ! c’est idiot ça me revient pas ce truc qui manque, mais c’est super injuste !

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 19 h 34 min

@ « tu peux tout me dire »,
Il te lui fait les questions et les réponses, c pas un psy mais un keuf qui cuisine le gars. (le chœur): « Bon alors, comment ct’as fait pour échouer là hein ? » c la seule question sans réponse pour le moment qui t’pose, le divisionnaire, t’as compris, tu vas répond’ ordure ?

hamlet dit: 19 septembre 2017 à 19 h 30 min

merci Mr Assouline, grâce à vous je viens de découvrir la Tribune de Genève, comme journal ça a l’air très bien, du coup je m’y suis abonné pour le lire en ligne, merci!

hamlet dit: 19 septembre 2017 à 19 h 25 min

greubou, tu sais que je suis psycho ? pas psychotique, psychologue, tu peux tout me dire, comme le jour où t’es rentré chez toi et t’as trouvé ta mère avec ton meilleur pote, il avait quel âge ? 14 ans ? ça t’a foutu un sacré coup. le problème est qu’après tu as effacé ce souvenir de ta mémoire pour surmonter le traumatisme, et c’est comme ça que tu as commis ton premier meurtre à 19 ans, et ensuite ça s’est enchainé de façon diabolique, jusqu’à ce que tu crées cette secte, t’avais quel âge ? 28 ans ? si l’armée n’était pas intervenue vous seriez tous morts à l’heure qu’il est, et c’est après ça que pour échapper à la police tu es parti vivre à las Cuevas, à la frontière entre le Chili et l’Argentine, et c’est donc là que tu rencontré Claudette, avec qui tu t’es marié malgré ses 35 ans de plus que toi, greubou dis-moi un truc, comment t’as fait pour débarquer sur ce blog ?

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 19 h 24 min

rose, vous n’allez pas commencer à vous faire passer pour Hélène SG quand même !… et en profiter pour dire des méchancetés à passoul, hein ?

Sergio dit: 19 septembre 2017 à 19 h 03 min

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 18 h 42 min
pensé à wgg en lisant cet article

artic de raclures d’estrème droites

Oui-da qu’il en est…

hamlet dit: 19 septembre 2017 à 18 h 58 min

greubou, t’as des frères et des soeurs ? c’était comment quand t’étais à l’école ? ils étaient comment tes parents ? ta mère était alcoolique et elle vous battait toi, tes frères et ton père ?

hamlet dit: 19 septembre 2017 à 18 h 55 min

greubou c’est quoi ton problème ? on a pas eu son gros câlin ?

tu fais le fort en gueule mais je suis sûr que t’es une bonne pâte.

greubou tu pourrais nous raconter l’histoire de ta vie ?

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 18 h 54 min

de connivences camoristes aussi,!…un pourcentage, aux paradis,!

les framaçons zéro..c’est quya hune justice la haut

hamlet dit: 19 septembre 2017 à 18 h 53 min

« il est permis de violer l’Histoire à condition de lui faire de beaux enfants. »

avec Angot ce serait plutôt il est possible de violer ses enfants à condition d’en faire de belles histoires.

hamlet dit: 19 septembre 2017 à 18 h 52 min

inutile de se le cacher : sur ce blog il y a une paresse inouïe de l’imaginaire, un énooorme manque d’audace, un défaut évident de confiance dans sa subjectivité, une absence de risque et un très gros déficit d’assurance !

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 18 h 50 min

JC, il ne te reste plus qu’à partir en Syrie

plus plus..c’est pas haussi fastoche que d’aller a superu baroz

hamlet dit: 19 septembre 2017 à 18 h 49 min

pour ceux qui l’ignorent : keupu est le verlan de puck !

dans l’Histoire, la Grande Histoire, l’Histoire Immémoriale (ça se dit?), l’Histoire Vénérable de ce blog on a déjà D. qui s’est fait passer pour Dexter, Clopine qui s’est fait passer pour Mr Court, Greubou qui s’est fait passer pour Mr Assouline, Rose pour Baroz (c’est son diminutif), et maintenant on a ce keupu qui se fait pour maître Ioda puck !!!

avec les milliards de pseudos qui existent vous pouvez vous en trouver un qu’à vous !!!

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 18 h 47 min

Donald TRUMP est le meilleur Président des USA depuis les Paires Fondatrices !…

dailleurs hon dirait qusa normalisation est en cours

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 18 h 45 min

la grande grammaire, pour » les cercueils «

..dailleurs jean profite pour dire qu’entre 4 planches c’est fautif..les pieds y dépassent..et pas que

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 18 h 41 min

Eh bien ces rats n’ont causé ni de Passou, ni de Ferdine, ces ploucs !

y’en a qupour les femmes nues dans les caves et les bouteilles de badoit..sic transit..y’a pus qu’a filmer la pub..normalment jdevrais toucher un myon de roro..perrier est henfoncé

Hélène SG dit: 19 septembre 2017 à 18 h 17 min

A SIGMARINGEN, de la peur du déclin à la peur du migrant. L’arrivée de réfugiés apaise les inquiétudes démographiques d’une région en situation de plein emploi, mais fait monter l’AfD, le parti d’extrême droite (Le Monde).
On N’en finit jamais avec l’Histoire…

Sergio dit: 19 septembre 2017 à 17 h 47 min

Tiens, sur Arte, voici deux trois semaines il y a eu en soirée un reportage à caractère historique sur Sig, avec quelques personnages de composition pour hanimer.

Eh bien ces rats n’ont causé ni de Passou, ni de Ferdine, ces ploucs !

En revanche on a vu quelques instants mon ancien professeur d’histoire, Jean-Paul Cointet, qui s’était certes fendu d’une bio de Pétain.

Giovanni Sant'Angelo dit: 19 septembre 2017 à 17 h 46 min


…@,…Jazzi,…11 h 32 min,…

…mes fautes, très, express,!…pourquoi,!…

…comme, pour  » battre  » monnaies,!…le plus, en relief, qui s’écrase, dans les flancs,…
…l’onde de choc,…pour faire parler,!…et qui s »émousse, après, manipulations,!… » faire jazzer, quoi,!…
…pourtant, ils sont loin et éteint, les sculpteurs  » grecs « , de Sicile,…
…aucun exemplaire, dans mes collections, quelques Trajan, et autres de bonnes finitions, pour étayer mon imagination, sur le savoir faire des anciens,!…

…tout se suffit, à soi-même,!…etc,!…
…et, pour, mon 10 h 23 min,!…me remercier, plutôt, que de  » chipoter « , la grammaire, cela, trahie et situe votre embarras, votre niveau mental,!…des déductions endoctrinés,!…

…j »écris, aussi, pour ma relecture facile, en dehors des us et coutumes, des pièges de la grammaire, à ne pas, pouvoir, exprimer, mieux, la logique, et le gel, des émotions, par la grammaire, pour  » les vieux « ,!…

…la grande grammaire, pour  » les cercueils « ,…administratifs, des états, aux chiffres, et lucres,!…de connivences camoristes aussi,!…un pourcentage, aux paradis,!…
…Zoé, à nos joies,!…etc,!…
…tiens bon, la barre,!…

JC..... dit: 19 septembre 2017 à 17 h 30 min

Que ce soit clair : Donald TRUMP est le meilleur Président des USA depuis les Paires Fondatrices !…

Il faut être de mauvaise foi pour dire le contraire, ce qui est le cas de cet aveugle de JJJ, la honte de ce blog avec keupu, celui qui pue du QI depuis qu’il est petit.

Hélène SG dit: 19 septembre 2017 à 17 h 07 min

A SIGMARINGEN, de la peur du déclin à la peur du migrant. L’arrivée de réfugiés apaise les inquiétudes démographiques d’une région en situation de plein emploi, mais fait monter l’AfD, le parti d’extrême droite (Le Monde).
On en finit jamais avec l’Histoire…

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 17 h 04 min

Est-on sûr en plus que cette mission ait été confiée à titre bénévole ?
Et qui va encore nous faire accroire que ces deux guignols, sans aucune légitimité politico-culturelle, soient d’une moindre vulgarité ou d’une plus haute tenue que celle du blondasse aux States confiant la marche du monde à des charlatans ?

http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20170918.OBS4778/stephane-bern-en-charge-du-patrimoine-sa-vision-de-l-histoire-est-etriquee-et-orientee.html

Petit Rappel dit: 19 septembre 2017 à 14 h 59 min

Qui dira le coup de piston de Marbeuf donné au petit Napoléon au nom de la si compréhensive Laetitia? (encore une délaissée par son mari!)
il a longtemps existé un portrait de Marbeuf à Ajaccio. Napoléon trouvait que ça faisait désordre: « Je te prie d’enlever le portrait de Marbeuf du Salon »…
Il serait volatilisé autour des années 1969, disent de mauvaises langues…

la vie dans les bois dit: 19 septembre 2017 à 14 h 18 min

Cette aventure du catalan, langue régionale, issue du latin vulgaire, c’est extraordinaire, et ma foi: dantesque.

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 14 h 03 min

En vraque… avant d’aller faire mon dernier exposé de géopolitique à l’Académie. Il est prêt.

@ à GWG, Vous le trouvez comment, ce blog de pier.re insu.line, vous ? On dirait qu’il ressemble à michel a. (?)http://www.ladict.aturedeslivres.com/

@ Sergio : je me demande si le saint-Ex a vraiment percuté sur « le sol » du lac de Der, in fine ?

@ rénato : Buxeude préférait qu’on l’écrivît Buxtehude, Dietrich (prononcer Bietrich).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dietrich_Buxtehude

@ grosse duco.gne : « sauf que l’espagnol reste en majorité une langue écrite, alors que c’est l’inverse à l’oral ». C clair comme un fouillis végétal boudiné, ça !

Bon allez, j’y vais. Je suis en pleine forme ast’heure.

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 14 h 00 min

En vraque… avant d’aller faire mon dernier exposé de géopolitique à l’Académie. Il est prêt.

@ à GWG, Vous le trouvez comment, ce blog de pierre insuline, vous ? On dirait qu’il vous ressemble à michel a.l.b.a (?)
https://www.ladictaturedeslivres.com/

@ Sergio : je me demande si le saint-Ex a vraiment percuté le sol sur le lac de Der, in fine ?

@ rénato ; Buxeude préférait qu’on l’écrivît Buxtehude, Dietrich (prononcer Bietrich).
https://fr.wikipedia.org/wiki/Dietrich_Buxtehude

@ grosse duco.gne : « sauf que l’espagnol reste en majorité une langue écrite, alors que c’est l’inverse à l’oral ». C clair comme un fouillis végétal, ça !

Bon allez, j’y vais. Je suis en pleine forme ast’heure.

la vie dans les bois dit: 19 septembre 2017 à 13 h 42 min

Ah, je vois le topo, ils sont maintenant au moins 3 commentateurs à faire les frais d’une  » création » littéraire. Un phagocytage de très mauvaise facture.

Sergio dit: 19 septembre 2017 à 13 h 37 min

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 10 h 19 min
l’Amant du Grand Est de France !

Heureusement qu’on a le lac du Der pour se repérer ! Et Brienne où était Nabulione… Sinon en zinc on tournerait pendant dix ans pire que la Mendiante et ensuite on percuterait le sol comme le Saint-Ex !

la vie dans les bois dit: 19 septembre 2017 à 13 h 29 min

l’espagnol reste en majorité une langue écrite, alors que c’est l’inverse à l’oral, ou dans la vie quotidienne. moi
C’est que les locuteurs du catalan deviennent , en Espagne, plus nombreux que ceux du castillan.

Sergio dit: 19 septembre 2017 à 13 h 27 min

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 10 h 04 min
j’ai pas vu le mot signé par l’un des deux parents pour justifier ton absence !

C’est passeque je m’entraîne à imiter les signatures ! Comme pour les heures de colle, quoi… J’avais un peu perdu la main, verstehst du ?

la vie dans les bois dit: 19 septembre 2017 à 13 h 26 min

tweet: « Indépendantistes ou pas, le fait est qu’en Catalogne, les lecteurs préfèrent lire en castillan. »
Olé, olé, cette info ?

On aurait aimé avoir un peu l’historique, et la spécificité du castillan-langue officielle, et du catalan- langue régionale, au delà de l’actualité politicienne du moment, surtout mal traduite par un sondage en librairie, qui ne dit rien, sauf que l’espagnol reste en majorité une langue écrite, alors que c’est l’inverse à l’oral, ou dans la vie quotidienne.

Au fait je n’ai pas trouvé d’indication sur la richesse comparée.
Nombre de mots du vocabulaire espagnol vs nombre de mots du vocabulaire catalan ?

keupu dit: 19 septembre 2017 à 13 h 25 min

quand l’andouille ne comprend pas (ce qui lui arrive à plein temps), il traite de « con » celui ou celle qui s’exprime le plus clairement

JC..... dit: 19 septembre 2017 à 12 h 26 min

Quittons nous sur un projet de société hollandophobe !

Mariage pour tous ? On le conserve, bien entendu !

Pour des raisons techniques….

Les mariés arrivent joyeux à la Mairie, complice communale du forfait. Lorsque tout le monde est entré, malfrats conjugaux et invités amoraux, des repris de justice banalisés ferment les portes à clef …

On tire dans la foule festive jusqu’au « dernier râle » …. quelle joie hétérosexuelle !

JC..... dit: 19 septembre 2017 à 12 h 16 min

« ce sont les femmes sans hommes qui parlent le mieux des hommes sans femmes » (10h49)

Quand on vous dit qu’il est « con »….

JC..... dit: 19 septembre 2017 à 12 h 10 min

« la rdl devrait prendre des dispositions sur les fautes d’orthographe: qui les corrigera ??? » (11h52)

Fô pa t’anguoissé, mecque ! … Ont sans fou de l’aurtograf !

et alii dit: 19 septembre 2017 à 11 h 52 min

la rdl devrait prendre des dispositions sur les fautes d’orthographe: qui les corrigera ???Comment ?y a-t-il un grammairien (une grammairienne) qui se dévouerait à cette tache ingrate MAIS nécessaire ?

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 11 h 52 min

« Indépendantistes ou pas, le fait est qu’en Catalogne, les lecteurs préfèrent lire en castillan. Valé ! »

Mais pas l’inverse, Passou !
Idem pour les Bretons, les Basques et les Corses avec le Français…

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 11 h 39 min

« ce sont les femmes sans hommes qui parlent le mieux des hommes sans femmes »

Il convient de dire, plus exactement keupu : « Ce sont les femmes sans hommes qui parlent le mieux des hommes et les hommes sans femmes qui parlent le mieux des femmes »
Pour quelle raison ?
La même qui veut que l’on parle le mieux de son pays, de sa ville, depuis l’exil. Par un phénomène d’idéalisation qui se substitue à la perception réelle, dans toute sa quotidienneté.

Giovanni Sant'Angelo dit: 19 septembre 2017 à 11 h 11 min


…vous avez, compris, que mes méthodes de dessins, graphiques,!…
…me permettent d’écrire, à la volée,!…et à faire des schémas, à nul autre égal,!…

…techniques à se faire soi-mèmes,en auto-déterminismes, cool,…

…pourquoi, divulguer, ce qui fait, mon indépendance de la pensée,…n’est ce pas,!…

…l’atelier à ses secrets,…avec des riens,!…etc,!…Ah,!Ah,!…

christiane dit: 19 septembre 2017 à 10 h 40 min

@rose dit: 19 septembre 2017 à 7 h 21 min
Trente années plus tard…
Beaucoup de femmes seules avec leur nichée d’enfants, idem pour certains hommes. Chacun a appris à déployer des talents ménagers puisqu’il le faut. Notre époque se teinte de séparations de couples, de naissance de couples éphémères, de familles recomposées. Les femmes sont entrées de plein pied dans le monde du travail et bien des hommes divorcés savent assurer les heures où ils sont seuls avec leurs enfants. Je connais des hommes, fins cuisiniers, d’autres qui repassent mieux et plus calmement que leurs ex, leurs chemises et puis, beaucoup de tissu ne se repassent plus.
Quant au ménage, les « ménagères de plus de cinquante ans » ont d’autres chats à fouetter et les hommes, idem. Parfois, le samedi on entend ronronner les aspirateurs et les machines à laver.
Mais Duras écrit cela, convaincue et fort joliment…
Notre époque développe la débrouillardise quant aux couples qui résistent au temps, la tendresse et la défense du pré carré de chacun créent les conditions d’un bonheur tranquille.

Giovanni Sant'Angelo dit: 19 septembre 2017 à 10 h 37 min


…comme, il disait, l’autre, en moi,!…sales putes les états,!…les états de joies des milieux,!…aux parfums,!…déjà,!…
…etc,!…& paradis fiscaux, Trusts et C°,…
…tous pourris,!…etc,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 19 septembre 2017 à 10 h 23 min


…une chose, de primordial, à se retenir, en son esprit,…

…ne pas, se faire bluffer, et ou pour le moins, quand, tout est faux,!…refaire ses vérités, propres,!…

…déjà, ne porter, aucun, crédits, à tout gouvernements, par les hommes ou et femmes, ou autres ordinateurs et P.C., internet,!…truqués,…

…çà, passe, c’est bien,…mais, ne pas, s’y fier, pour des vérités, fiables, absolues, pour en fin de comptes, se voir spolier, par des apparatchiks, ou lobbyings,!…

…de plus, les états, nous manipulent, par des procédés de confiances, et nous jettent, tous,!…le moment voulus, pour leurs profits, camoristes privés,!…

…conclusions,!…quand, pour dire,!…retournons, traire nos vaches, déjà, pour trouver, du vrais lait frais,!…

…les cours d’enseignements, comme en Australie, par  » vidéos – conférences « ,!…
…en somme, d »abords, assurés, sa survie indépendante de tout services ou autres super-marché, !…
…la qualité, c’est les paysans, avant tout marché – commun, et ses lobbyings,!…à vous racheter vos terres,!…pour vous avoir, au travail, en maison -close, entre-ouverte aux spoliations et crédits, pour camoristes, et de deux,!…
…Ciao,!…Ouroboros,!…etc,…c’est gratuit,!…

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 10 h 19 min

La mendiante, qui erre au fond des bois, attend ta mort, Sergio pour livrer sa version de l’Amant du Grand Est de France !

« Cris au loin, de joie, appels dans cette langue inconnue : l’hindoustani.
La lumière revient peu à peu.
La pluie, le bruit, très fort pendant plusieurs secondes.
Il diminue. Les cris isolés et les rires percent, plus précis, le bruit de la pluie.
La lumière revient toujours.
Tout à coup, cris plus précis, plus près, de femme. Rires de la même femme.

VOIX 1
Quelqu’un crie… une femme…
VOIX 2
Quoi ?
VOIX 1
Des mots sans suite.
Elle rit.
VOIX 2
Une mendiante
Temps.
VOIX 1
Folle ?
VOIX 2
C’est ça…

Dans les allées du parc, soleil d’après la pluie. Soleil mouvant. Taches de lumière grise, pâle.
Cris et rires de la mendiante toujours.

VOIX 1
Ah oui… je me souviens. Elle se tient
au bord des fleuves… elle vient de
Birmanie… ?
VOIX 2
Oui.

Tandis que les voix parlent de la mendiante les trois personnes bougent, quittent la pièce par des portes latérales.

VOIX 2
Elle n’est pas indienne.
Elle vient de Savannakhet.
Née là-bas.
VOIX 1
Ah oui… oui…
Un jour… il y a dix ans qu’elle marche,
un jour, devant elle, le Gange… ?
VOIX 2
Oui.
Elle reste.
VOIX 1
C’est ça…

Les trois personnes ont disparu. L’endroit est vide.
Discours au loin, comme crié, dans une langue douce : le laotien.

VOIX 1 (temps)
Douze enfants morts tandis qu’elle
marche vers le Bengale… ?
VOIX 2
Oui. Elle les laisse. Les vend. Les
oublie. (Temps.) Vers le Bengale devient
stérile.

Les trois personnes arrivent dans le parc, marchent, pas lents, de promenade, dans la fraîcheur qui suit la pluie, se déplacent dans les taches de soleil. Toujours, au loin, le discours crié, de la mendiante. Dans ce discours, tout à coup, le mot : Savannakhet.
Court arrêt des voix. Puis reprise :

VOIX 1
Savannakhet, Laos ?
VOIX 2
Oui. (Temps.) Dix-sept ans… elle est
enceinte, elle a dix-sept ans… (Temps.)
Elle est chassée par sa mère, elle part.
(Temps.) Elle demande une indication
pour se perdre.
Personne ne sait.
VOIX 1 (temps)
Oui.
Un jour, il y a dix ans qu’elle marche,
un jour : Calcutta, devant elle.
Elle reste.

Silence.
VOIX 2
Elle est là au bord du Gange, sous
les arbres, elle a oublié.
Silence.
(« India Song », éditions Gallimard, 1973)

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 10 h 04 min

ONU soit qui mâles y panse, JJJ !

Sergio, j’ai pas vu le mot signé par l’un des deux parents pour justifier ton absence !

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 9 h 58 min

macron essaie de passer aux yeux de l’opinion internationale pour moins cinglé ou plus sensé que trump, mais tout ça, c’est enfumage et faux semblant. Voilà de quoi il a seulement pu le convaincre : d’organiser un meilleur défilé militaire tous les 4 juillet. Quelle avancée.

Sergio dit: 19 septembre 2017 à 9 h 52 min

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 9 h 33 min
A voile, d’un côté

Houi attends, quand il faut les enlever, les voiles… Faut pas ête comme Delon dans L’homme pressé !

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 9 h 50 min

Toutes manières il y en a bien une, de béquille, pour les arts et lettres, c’est justement recopier son voisin

y’a que le vol qu’est licite daprés picasso..
dailleurs certains et pas des plus pire lui hinterdisaient l’accés à leur hatelier

Janssen J-J dit: 19 septembre 2017 à 9 h 49 min

@ ils mettent longtemps à grandir & ils ont du mal à vieillir le jeu est partie intégrante de leur vie.

Voici une généraliation nocturne subjective bien sympathique, mais qu’aucun homme féministe comme moi n’irait partager, le jeu n’en valant pas la chandelle. Et je n’ai jamais connu de femmes de mon entourage ayant eu du plaisir ou de l’indifférence à vieillir ni la moindre facilité à grandir.

Cela dit, tous les clichés ont leur part de vérité. Surtout, ils nous émeuvent comme toutes les roses à cueillir…, quand elles sont racontées par ronsard à hélène de surgères.

BJ à toussent et à Mignonne Alonvoir.

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 9 h 44 min

ou chez certains blonds à peau diaphane et parfaitement sobres — sans l’excuse de l’ébriété, donc

les lombards hont toujours fait des complesques

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 9 h 43 min

c beau ce qu’ écrit Duras sur les hommes. c le lien entre leur fragilité et leur force qui fait l’attachement que je leur porte

ça vaut pas un caramel madame..plein dgonzesses qu’on été plus maline à leur plume reuzment

bouguereau dit: 19 septembre 2017 à 9 h 40 min

un homme – à mes yeux éblouis- n’est pas fait pour être mené par le bout du nez. Ni par les c…les

himagine que polo écrive le symétrique pour les filles..la grosse teube..tu comprends pourquoi il fait l’hébahi le faux cul

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 9 h 33 min

N’est-ce pas à travers le rôle dévolu aux femmes que l’on perçoit le mieux la différence entre l’Orient et l’Occident ?
A voile, d’un côté, à toute vapeur de l’autre !

JAZZI dit: 19 septembre 2017 à 9 h 24 min

« La Première ministre serbe Ana Brnabic a participé à la Gay Pride de Belgrade, le 17 septembre. »

Couillue, la gonzesse !

keupu dit: 19 septembre 2017 à 9 h 12 min

le FIGARO se trompe et écrit Darman au lieu de Darmanin et l’andouille de JC répète cette erreur ; ça vous étonne ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*