de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Sur Godot, on n’attendait plus que Beckett

Sur Godot, on n’attendait plus que Beckett

Boulevard de Port-Royal à Paris, chez Samuel Beckett, le téléphone ne sonnait pas ayant été par lui châtré. C’est lui qui appelait les autres, regardant par les fenêtres de son appartement qui donnaient sur les cours de la prison de la Santé. Comme il voyageait souvent, en Irlande notamment, il se livrait volontiers à son épistolat. S’il est vrai qu’en dehors de son œuvre stricto sensu, un créateur ne se dévoile nulle part mieux que dans sa correspondance, Beckett-le-taiseux ne déroge pas à la règle, sa pudeur, son effacement légendaires dussent-ils en souffrir. Le premier volume de sa correspondance révélait qu’il était aussi un grand épistolier ; le second le confirme. Avec Les années Godot. Lettres 1941-1956 (The Letters of Samuel Beckett, édité par George Craig, traduit de l’anglais par André Topia, 754 pages, 54 euros, Gallimard), on ne dispose que de ses lettres, et non celles de ses correspondants (Georges Duthuit, Roger Blin, Jérôme Lindon, Michel Polac pour ne citer que les Français) ; mais l’édition savante est si bien faite que les notes de bas de page permettent de saisir la nature de l’échange.

Le succès d’En attendant Godot fut décisif dans ce qu’on n’ose appeler sa carrière tant il était éloigné de l’esprit que le mot suppose. Disons plutôt son histoire. C’est peu dire qu’il fut un « damné de la célébrité », comme le rappelle Dan Gun dans son introduction. On s’en doute, le ton comme le fond ne sont pas les mêmes avant et après Godot. Avant, c’est feutré, à voix basse, comme si l’empreinte de la clandestinité héritée des années de résistance et de maquis, renforcée par la découverte des horreurs de la guerre, le marquait encore ; après, c’est plus affirmé et surtout plus informatif, largement dominé par les problèmes d’édition de ses textes en France et par les réactions aux réactions des critiques et des lecteurs à la parution de Murphy, Molloy, Malone meurt, godot6l’Innommable ; lorsqu’il se confie à des amis, il le fait volontiers « à tripes ouvertes » ; quand il s’estime floué aussi et n’hésite pas en 1953 à parler d’ « escroquerie » après que Jean Paulhan a coupé un passage d’une demie-page de « Mahood » extrait de l’Innommable avant de le passer dans NNrf, le comité de lecture (Malraux, Schlumberger, Caillois) l’ayant jugé « compromettant » et même susceptible de ruiner la revue, rien de moins ; il est vrai qu’elle commençait à peine à reparaître après huit ans de sommeil au purgatoire pour cause de châtiment épurateur. Vérification faite, il s’agit de l’endroit où l’écrivain parlait de masturbation devant le cul d’un cheval et de « tuméfaction de la pine ».

En attendant Godot est évidemment le morceau de choix de ce recueil et l’on comprend que l’éditeur ait jugé utile car plus commercial de le rappeler en couverture. Cette pièce en deux actes, dont il achève l’écriture entre octobre 1948 et janvier1949, est vraiment un tournant. Mais là encore, cela ne va pas de soi avec les censeurs, et quelques lettres rappellent opportunément combien elle fut considérée à sa sortie, du moins dans certains milieux et certains pays, comme une chose pornographique et scatologique. Dans la perspective de la faire jouer dans le West End à Londres, elle est soumise au Lord Chambellan qui réclame pas moins de douze suppressions : des mots tels que « érection », « pisser », « péter » ainsi que toute allusion à des vents intestinaux. Et Estragon doit être bien couvert lorsque son pantalon tombera ! Il n’y a pas que l’hypocrite et prude Albion. En Hollande, la presse catholique voulut faire interdire la pièce jugée homosexuelle parce que Gogo dit à Didi : « Tu vois, tu pisses mieux quand je ne suis pas là ». Et encore, ses censeurs ignoraient que Beckett avait demandé à son éditeur de préparer pour plus tard un volume renfermant ses faux-départs qu’il voulait intituler « Merdes posthumes ».

On y apprend qu’il a songé à en changer le titre lorsqu’il s’est rappelé d’un précédent qui l’ennuyait : M. Godeau intime de Marcel Jouhandeau. Il y a des réflexions passionnantes sur le décor au théâtre lorsqu’il est question que Nicolas de Staël s’en occupe pour Godot. Ce qui n’enchante pas Beckett, c’est peu de le dire ; non par mépris pour l’artiste mais en raison d’une conviction bien ancrée selon laquelle la collaboration des arts est vaine :

 « Je veux un théâtre réduit à ses propres moyens, parole et jeu, sans peinture et sans musique, sans agréments. C’est là du protestantisme si tu veux, on est ce qu’on est. Il faut que le décor sorte du texte sans y ajouter. Quant à la commodité des spectateurs, je la mets là où tu devines. »

Pareillement, toute musique de scène lui apparaîtrait comme un pénible contre-sens. La parole doit se charger de tout. Elle est là pour lutter contre le silence et y renvoyer, ce silence dont Beckett dit qu’il attend toujours son musicien. On ne peut pas écouter la pièce tout en regardant de la peinture. Pour Godot, un arbre suffit, bien sordide, bien quelconque, de manière à ne rien exprimer d’autre que ce qu’il dit. Du Beckett pur jus. De même, lorsqu’un producteur de la radiodiffusion française lui demande ses idées sur En attendant Godot, histoire d’éclairer un peu le propos, Beckett lui répond gentiment mais nettement : rien à signaler.

« Il n’est pas donné à tous de pouvoir passer du monde qui s’ouvre sous la page à celui des profits et pertes, et retour, imperturbable, comme entre le turbin et le Café du Commerce »

Déconcertant, Beckett, pour son interviewer, mais si fidèle à lui-même.  Le théâtre ? Je n’y connais rien et d’ailleurs, je n’y vais pas. Des vues sur la pièce ? Pas plus que le premier venu de ses lecteurs. Dans quel esprit a-t-elle été écrite ? Aucune idée. Et les personnages ? Itou. Mais leur aspect ? Chapeau melon. Tout de même, Estragon, Wladimir, Pozzo, Lucky ? A peine entraperçus, perdus de vue depuis, qu’ils se débrouillent sans moi, ainsi nous sommes quittes. Mais alors Godot himself ? Ne sais pas qui c’est, s’il existe, à quoi il ressemble, pas plus lui que les deux autres. Autre chose ? Tout est sur scène. Peu tout de même ? Trop déjà. Bref : s’il en savait plus, il l’aurait mis dans le texte. Comme ça n’y est pas, c’est qu’il n’en sait rien. Circulez ! Et à sir Ralph Richardson qui veut en savoir davantage avant de jouer dans la pièce, il répond :

« Si par Godot j’avais voulu dire God j’aurais dit God, et non Godot. «

Ce qui déçut beaucoup le comédien, et désespéra durablement durablement des bataillons de critiques et des légions de thésards. Au fond, il pourrait se contenter de dire : pour Godot, voyez Blin ! Et renvoyer ainsi à celui qui l’a monté de façon « exemplaire ». Pas de symboles, pas d’idées, pas de formes, pas d’emblèmes, pas d’allégories, pas de clés, pas de métaphysique. Godot, c’est ce que c’est, rien de plus et débrouillez-vous avec ça. Comme disait son ami James Joyce en publiant son monstre Ulysses : voilà de quoi donner du travail à deux ou trois générations avedond’universitaires. Basta ! Pas de compromis. Le fameux arbre leur cache la forêt. Ils cherchent des symboles là où il n’est question que de l’attente. Dans une très belle lettre de 1954, Beckett rappelle qu’il avait fait la connaissance de Joyce en 1928, qu’il n’avait jamais été son secrétaire, qu’il l’admirait, qu’il avait été sous son influence, que son affection et sa reconnaissance étaient sans borne car Joyce lui avait appris ce que signifiait exactement « être artiste ». Una cadeau qui n’a pas de prix. Les éditions de Minuit peuvent bien lui suggérer d’accepter le prix Renaudot pour L’Innommable en échange de sa présence à la cérémonie et d’une interview aux Nouvelles littéraires, c’est non : « Si l’attribution de ce prix dépend de singeries pour ne pas dire de marchandages pareils, merde ». Car s’il y a bien une chose dont un tel écrivain est incapable, lui qui n’écrit que sous l’impulsion, c’est d’expliquer ce qu’il écrit.

Kafka ? L’a peu lu car il s’y sentait tellement chez lui que la cause était d’ores et déjà entendue. Les raisons du choix du français pour l’écriture après 1945 ? « Le besoin d’être mal armé ». Beckett a parfois des expressions énigmatiques : « à contre-canaille ». D’autres fois des lignes d’une simplicité et d’une sobriété bouleversantes : « Pauvre lettre de ma mère ce matin. Où ai-je fourré mes larmes ? ». En quatre lignes, il sait brosser un portrait qui pourrait servir de modèle dans les écoles de journalisme et les ateliers d’écriture :

« Rencontré Giacometti, granitiquement subtil et tout en perceptions renversantes, très sage au fond, voulant rendre ce qu’il voit, ce qui n’est peut-être pas si sage que ça, lorsqu’on sait voir comme lui ».

Et puis quoi, un homme capable de pleurer à nouveau en relisant pour la quatrième fois Effi Briest de Theodor Fontane ne saurait être totalement mauvais. Son éditeur français, Jérôme Lindon, qui le connaissait si bien, dira n’avoir jamais rencontré en dehors de Beckett un tel concentré de bonté, d’humilité, de noblesse, de modestie et de lucidité. De quoi se réconcilier avec l’humanité quand elle vient à manquer.

 « Mais quant à dire qui je suis, d’où je viens et ce que je fais, tout cela dépasse vraiment ma compétence ».image

Passionnante correspondance qui, contrairement à tant de recueil de lettres d’écrivains, nous épargne l’inutile du quotidien. Les notes de blanchisserie. Ce qui ne signifie pas que le banal en est banni ; mais beckettisé, il prend un tout autre visage, surtout lorsqu’il est en proie au découragement et que la dépression rôde. Quant au fameux tableau de Caspar David Friedrich Deux hommes contemplant la lune (Zwei Männer in Betrachtung des Mondes), dont Beckett a confié qu’il était à la source de Godot longtemps après l’avoir vu à la Galerie Neue Meister à Dresde en 1936, il faut se reporter au premier volume. Ou à Avant Godot (163 pages, 18 euros, Arléa), subtile réflexion de Stéphane Lambert sur ce que cette rencontre a pu provoquer. Quelque chose de l’ordre du choc suscité par le petit pan de mur jaune de la Vue de Delft de Vermeer sur le narrateur de la Recherche. Face aux deux personnages du tableau de Friedrich, l’un s’appuyant sur l’épaule de l’autre dans un paysage désolé dominé par un arbre déraciné le tout baignant dans une lumière cendrée, Beckett prend conscience de cet insaisissable qui lui permettra de donner une forme à sa propre détresse intérieure. La découverte agira comme un déclencheur. En mettant le doigt sur ce détail, Stéphane Lambert fait surgir, avec une délicatesse qui a le bon goût d’éviter la dérive mystique, Vladimir et Estragon sur leur route de campagne avec arbre.

(« Samuel Beckett » photo D.R. ; « Représentation de En attendant Godot » photo D.R.; « Beckett, Paris, Avril, 1979 »,  photo de Richard Avedon. © The Richard Alvedon Foundation ; « Zwei Männer in Betrachtung des Mondes », 1819-1820, huile sur toile de Caspar David Friedrich, Galerie Neue Mister du Staatliche Kunstsammlungen Dresden)

Cette entrée a été publiée dans Histoire Littéraire, Littérature de langue française.

605

commentaires

605 Réponses pour Sur Godot, on n’attendait plus que Beckett

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 9 décembre 2015 à 12 h 19 min

« les coups et blessures, ne conduisent plus à l’emprisonnement mais à des remontrances et à du sursis »

Ah ben c’est amusant. Hier – c’était hier? je sais plus – je savais plus tellement comment comprendre le mot « copine » selon le parler indéfini des lettrés écrivant les titres en 20 minutes après avoir fait leurs humanités, enfin j’en sais rien je sais pas décrypter les CV et de toute manière j’en lis jamais.

Pour être précis il s’agit de l’expression « sa copine », non non pas « ça copine » – tout le monde le sait – mais bel et bien la variante collée sans ambages à un possessif.

Donc là c’était l’histoire d’un mec et de sa copine, rencontrée dans un salon, de leurs relations sans préservatif et des problèmes vieux comme le monde liés à leur négociation.

Donc « sa copine » était sa pute. Bon. En même temps chez 20 minutes le lecteur de passage a l’impression d’en avoir déjà vu passer justement tellement qu’il n’a aucune raison de s’en étonner. Que le mec se paie ensuite des hommes de main à hauteur du prix d’une escorte luxueuse pour financer une interruption de grossesse du genre musclé (pas du tricot à mémère), et que cela paraisse une opération exagérément violente et coûteuse n’est pas surprenant non plus puisque le gars souffrant d’un baby blues pré-partum est dentiste.

Là ça chauffe jusqu’à un niveau de station service Visconti Violence-et-Passion-etc. Obergeil.

Mais le meilleur est pour la fin qui finit bien, le mec admet avoir fait une connerie parce que la fille est quelqu’un de bien qui fera une bonne mère, il est lui-même d’une profession libérale hein il peut comprendre, il aurait été libero une sex tape serait disponible pour que tout le monde puisse comprendre mais bon, tant pis pour vous mesdames et mesdames.

Alors là le mec à la fin du dernier épisode en date de hier il est clairement pour l’abandon des remontrances et le sursis. Encore une fois vous avez tout compris et magnifiquement résumé.

Les dealers se cachent pour mourir dit: 9 décembre 2015 à 11 h 54 min

Trois hommes sont jugés à partir de mercredi devant les assises des Bouches-du-Rhône pour l’assassinat, en décembre 2011, de trois rivaux pour le contrôle d’un trafic de drogues dans un dossier de barbecue marseillais.

Noël 2011, les pompiers avaient éteint l’incendie d’une voiture dans une pinède au nord de Marseille.

Trois cadavres se trouvaient sur la banquette arrière, trois hommes tués par balles. Quatre ans plus tard, les auteurs présumés de ce barbecue marseillais sur fond de trafic de drogues risquent la perpétuité.

D. dit: 9 décembre 2015 à 11 h 51 min

Cela-dit je ne défends pas cette moyenne de 37 jours qui est inadmissible à mon sens. Tout comme sont inadmissibles les blocages du point d’indice.

D. dit: 9 décembre 2015 à 11 h 48 min

Parlez-nous aussi des salaires, Docteur. On aimerait connaître leur progression depuis quelques années, comparativement à des emplois similaires exercés dans le secteur privé ?

Docteur Jabuse dit: 9 décembre 2015 à 11 h 23 min

Agents du Service Public
La durée moyenne des arrêts pour raison de santé, est de 37 jours en 2014. Elle a progressé de 9 % entre 2007 et 2014 passant de 34 à 37 jours en sept ans.
En 2014, près de la moitié des agents (42%) ont été absents au moins une fois pour raison de santé.
Le travail est un acte épuisant. A éviter.

D. dit: 9 décembre 2015 à 11 h 13 min

On apprend aujourd’hui qu’en région NPDC les syndicats auraient reçu en deux ans plus d’un million et demi d’euros de subventions.
Les contribuables, même petits, apprécieront.
On continuera cependant à nous mettre en garde contre « un danger ».
Pour le moins amusant.

jem dit: 9 décembre 2015 à 11 h 05 min

« Four-day marathon public reading of « War and Peace » begins in Russia »

Un tel « marathon » sur « Guerre et paix » précisément avait été inventé par Thomas Bernhard pour l’un de ses personnages (la mère) dans sa pièce « Au but ». Il avait fallu au personnage 48 heures non-stop. Une idée parfaitement mégalo et délicieuse.

JC..... dit: 9 décembre 2015 à 10 h 14 min

Quittons ce billet-à-bout-de-souffle sur une nouvelle industrielle de grande importance.

La Société POURKELQUEPOURCENT, basée en Bretagne, vient de mettre sur le marché une brouette électorale à deux places, légère, maniable : le modèle FG-EELV, qui vient de remporter une commande d’un anonyme de Corrèze, livrable en 2017 à Paris…

JC..... dit: 9 décembre 2015 à 9 h 47 min

ELOGE DE LA DIVERSITE

Les services viennent d’identifier le terroriste qui s’est fait exploser au Bataclan ! C’est un :
– Kamikaze, donc Japonais
– Strasbourgeois, donc Alsacien
– Humanitaire, donc Internationaliste en Syrie
– Français, donc revenu chez lui
– Démembré, un jambe retrouvée sous un ampli
– Exemplaire, par son martyre

Va comprendre …. !

Sant'Angelo Giovanni dit: 9 décembre 2015 à 9 h 10 min


…vivre en république,!…
…c’est déjà  » broyez « , toutes les formes de soumissions par les doctrines des églises,…

…à l’échafaud, toutes les églises, nos voleurs les mains pleines,!…si, si,…

…enfin,!…l’Empire et ses vespasienne gratis,…propres et bien tenues,!…

…avec nos U.L.M. motorisés,…pissé de haut,!…encore du brouillard ce matin,…
…ma famille divine,!…Apollon,!…revient,!…pour un rien c’est glacial,!…
…Zeus,…en Pampers,!…et ses profits cabotins,!…tirez la chasse aux parfums,!…pour tout les partis pris  » cavalier « , en famille,!…et toutes ces  » escorts « , pour travaillez plus,!…un chois ou une mafia de basse-court en plus,!…etc,!…

…l’état, souverain, responsable de tout, même de vos yeux bleus,!…d’enculés de gays joies,!…Ah,!Ah,!…

JC..... dit: 9 décembre 2015 à 8 h 58 min

Avant qu’un crétin sous-diplômé le dise, je m’en charge : « Porquerolles* a peur ! »

* la France aussi !… alors… que faire ?….

JC..... dit: 9 décembre 2015 à 8 h 45 min

FAITS DIVERS

Une société se doit de traiter ses délinquants avec humanité, leur épargner la prison, tenter coûte que coûte de les réinsérer dans une société qu’ils rejettent, elle et ses lois contraignantes.

La société française ne doit pas échapper à cette responsabilité collective de traiter les délinquants avec la plus grande humanité !

Mes amis, réjouissons nous ! C’est le cas !

Les vols à l’arrachée, les cambriolages, les tabassages et agressions diverses, les coups et blessures, ne conduisent plus à l’emprisonnement mais à des remontrances et à du sursis, grace à Dieu et nos représentants.

Notre délicieuse Ministre de la Justice, aidée par les magistrats et leur syndicats humanistes désengorgent les prisons en laissant les récidivistes dehors, lesquels ont bien compris qu’ils ont carte blanche et un métier en main….

Gaudeamus ! Félicitons nous de cette action remarquable du gouvernement socialiste de notre cher vieux pays, à peine plus minable que le précédent …. Bonne chance à tous !

JC..... dit: 9 décembre 2015 à 8 h 03 min

Que faire lorsqu’un troupeau perdu de baleines, énorme, vient s’échouer sur le rivage sinon les repousser affectueusement vers la mer d’où elles viennent ?

Il n’est point d’acte plus noble que de les reconfier doucement à leur milieu naturel, là où elles sont nées, là où elles seront à l’aise, là où se trouve leur avenir, pour peu qu’elles s’en donnent la peine…

Chaloux dit: 9 décembre 2015 à 6 h 59 min

JC….. dit: 9 décembre 2015 à 5 h 48 min
Plongez dans l’Héraclite de Marcel Conche… tout y est, y compris ce qui n’y est pas.

Avec un long détour par Diogène Laêrce, tout à fait extraordinaire.

Sant'Angelo Giovanni dit: 9 décembre 2015 à 6 h 23 min


…le rôle des églises, dans tout çà,!…

…voler et redistribuer,… les richesses du seigneur les châteaux, les titres et sa famille, au plus offrant soumis accorte en prières,!…

…voir,!…aussi, la réalité des voleurs ( nobles américains,…),…
…dans,…
…le livre  » Les Maquereaux Légitimes « , par le Comte A. de Puysegur,…

…Du Coursier des Croisades au bidet de Rebecca.
…La Technique du livre

…au confessionnal,!…pour son jeux de rôle,!…donc, l’église et ses mafias, ses collèges universitaires, ses unions sacrées, et que sait je,!…pour dominer l’Occident,!…

…êtes vous nobles,!…depuis le temps tout est distribuer, vendus à des acolytes de l’église, ( systèmes ), chaque nouveau Pape, n’y est pour rien,…la machine de l’Amour et des filles de joies, comme y glisser  » bananes  » en républiques,!…
…Front National,!…beau culs, pour se faire baiser encore,!…etc,!…
…tu à trouver çà tout seul,!…un chevalier servant en moins,!…
…continuons la lutte pour délivrer un homme le Crist-voleur, mort,…
…remuer la  » merd.e du pouvoir « ,!…
…à nos anges du F.N,…en manque d’huiles,…etc,!…

JC..... dit: 9 décembre 2015 à 5 h 48 min

Plutôt que de parler pour ne rien dire comme tant de crétins hexagonaux ou en poste à l’étranger à propos de changements politiques en vue qui les inquiètent bêtement, pauvres marionnettes en bois tendre, revenons aux fondamentaux : lire.

Laissez tomber Torah, Bible, Alcoran et les papelards médiatiques actuels !

Plongez dans l’Héraclite de Marcel Conche… tout y est, y compris ce qui n’y est pas.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 9 décembre 2015 à 3 h 30 min

( il va havec dire pour ceux qui rectifient trop machinalement et jamais deux mêmes que si le sus-non-nommé présentateur officiait in der Tat sur d’autres chaînes j’aplati d’avance toutes mes confuses )

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 9 décembre 2015 à 3 h 24 min

« cette fameuse fonte ductile, ça a l’air très sérieux »

Havant on trouvait comique je sais plus quel présentateur des niouzes sur FR3 qu’avait toujours l’air de porter toute la misère du monde, depuis le jour d’après faut habsolument rester bluffant de compétence havec les Hüften assez larges pour se trimbaler l’air de tous les trombones à coulisse et la peau assez dure pour pas faire trop baudruche (nonmais quand-même quoi )

Et ça fait des rondes qu’on s’y croirait, très beaucoup, une âme particulièrement sensible peut même s’élever jusqu’au grade de Kaiser, si si…

Sant'Angelo Giovanni dit: 9 décembre 2015 à 2 h 26 min


…Oui,!…@,…gardel,…à,…21 h 21 min,…

…Oui,!…à la recherche du dernier, Marquis Sant’Angelo  » mâle « ,!…qui prévaut dans cette  » famille « ,…

…puisque, les filles éteignent leurs lignées,!…

…à propos,!…quelqu’un de compétent,!…d’aviser,!…peut il me situer, sur quelle branche lointaine, je suis accoler à cet arbre, à ce nom, à cette famille,!…
…un simple lieux-dit,!…une bouffée d’éclat de rire,!…

…vendre , acheter,!…attendre que l’eau passe sous les ponts,!…Ah,!Ah,!…
…un titre alter – égo,…à revérifier,…
…tout ces A.D.N,…mais, siciliens,!…
…du tourisme pour les vergers,!…
…etc,!…

Sergio dit: 8 décembre 2015 à 23 h 05 min

Phil dit: 8 décembre 2015 à 22 h 49 min
Les aciéries

On a encore cette fameuse fonte ductile, ça a l’air très sérieux ; on exporte en Chine, Algérie, etc.

Phil dit: 8 décembre 2015 à 22 h 49 min

Les aciéries ont effectivement magnifié le ciel de Lorraine, surtout la nuit, lavie. Qui n’a pas connu le rougeoiement de Longwy à minuit, ne comprendra pas les puissances occultes de la Lorraine de François-Etienne à Barrès.
M. Masseret doit être un admirateur d’Antoine Bloyé, comme M. Huchon.

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 22 h 47 min

Beckett avait bon goût pour avoir aimé Effi Briest de Th. Fontane. C’est en effet un très grand romancier. Un peu le pendant de Thomas Hardy en Grande Bretagne.

zarbizarbo dit: 8 décembre 2015 à 22 h 14 min

Oui enfin les 23 pages du discours du Nobel d’Alexithymie quand je les mets en forme comme les autres tirages ça fait une page et demie. Des ces cas là, moi je le veux bien le prix Nobel ou le prix co is ou tout ce que vous voulez.

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 22 h 07 min

De toute façon le personnage d’Estragon n’est dénommé ainsi que pour le lecteur que nous sommes. Dans la pièce, sur scène il n’est jamais nommé que « Gogo ». Par l’intellectuel de la bande, Vladimir, avec une certaine touche de mépris, donc. Toujours rapport de dominant à dominé entre eux deux, avec de perpétuels renversements de position. C’est une manière qu’a trouvé Beckett de remplacer le nœud dramatique, qui n’existe pas dans la pièce. Ce conflit perpétuel entre eux deux. Nœud qui ne se dénoue jamais, autre innovation dramaturgique.

la vie dans les bois dit: 8 décembre 2015 à 22 h 01 min

« magnifique estragon »
Je ne saurais dire sur l’adjectif, mais il a certaines vertus.

« Drakontion en grec ou dracunculus en latin veut dire  » petit dragon  » ou  » petit serpent « . S’il a le nom botanique de petit dragon, cela peut être dû à la forme de sa racine qui a tendance à s’enrouler sur elle-même, ou à son appartenance à la famille des Artemisia qui avaient selon les Anciens le pouvoir de chasser les serpents des maisons et de guérir des morsures. ce qui explique qu’on appelait l’estragon serpentine ou dragonne. Rabelais fut le premier à lui donner le vocable d’estragon en 1540. »
http://www.boitearecettes.com/epices/epice_estragon.htm

la vie dans les bois dit: 8 décembre 2015 à 21 h 41 min

« un dictateur sans pouvoir du XXème siècle »

Et un dictateur impérial aurait dit en substance que les français ont de l’esprit à défaut d’avoir du caractère.
Et chez certains, c’est de la fiente.

D. dit: 8 décembre 2015 à 21 h 31 min

Je suis peu intervenu aujourd’hui parce que je réfléchissais beaucoup et longtemps.
J’en suis arrivé à la conclusion qu’on ne peut pas interdire le Front National en tant que parti, mais qu’on peut l’interdire d’élections.

gardel dit: 8 décembre 2015 à 21 h 21 min

Jusqu’à une date pas très lointaine (quoique un peu démodée, maintenant), pour parler des petits enfants on utilisait la formule : « nos chères petites têtes blondes ». Cela exprimait quoi, au fond? Il faudrait y réfléchir. Il y a deux ans, à propos d’une grève des hôtesses d’Air France qui demandaient une réduction d’horaires de travail et une augmentation des salaires, le présentateur de France Inter, à midi, a comparé leurs revendications à celles de leurs collègues de la Lufthansa, « qui, quand même, travaillent plus d’heures avec un salaire moindre. Et en plus – ajoutait-il – : elles sont blondes ». Quand ces jours-ci, presque tous les commentateurs politiques soulignent, notamment, quelques uns des avantages de la candidate FN des Régionales de PACA : jeune – 26 ans d’âge -, dynamique, avec un aplomb évident au vu de ses interventions farfouillesques au Parlement; lorsqu’on fait son portrait de femme politique engagée dans un processus électoral d’une certaine importance, on perçoit l’effort pour éviter toute référence à son allure et surtout à sa blondeur (atouts non négligeables de sa performance). Cependant, cette espèce d’auto-censure laisse un léger goût d’hypocrisie. On a bien rigolé de la cravate d’Hollande et des talonnettes de Sarkozy. Mais peut-être faudrait-il fouiller dans le code déontologique du journalisme por y découvrir les mots récemment biffés.

tabula rasa stabulante dit: 8 décembre 2015 à 21 h 09 min

Ce qu’il peut se passer dans de petites têtes dures et de grandes têtes molles ; les français sont des veaux disait un dictateur sans pouvoir du XXème siècle. Poutine leur prépare une autoroute Paris – New-York (elle ne passera a priori pas par Lille, mais cela pourrait se négocier)

Réons dit: 8 décembre 2015 à 21 h 06 min

la vie dans les bois dit: 8 décembre 2015 à 20 h 58 min
cours, reons, cours.
M. Masseret est un athlète

Défense toujours aussi dérisoire La Vie.
Chez vous la sottise s’ajoute toujours au risible.

la vie dans les bois dit: 8 décembre 2015 à 20 h 57 min

C’est bizarre, vous me direz, Phil.
Car cette image des aciéries de Lorraine, je l’avais vue magnifiée.
Et vous savez où ?
Dans une expo parisienne, clichés en région, de l’ennemi public de la RDL.
Cette expo s’appelait:  » before landing »
Je vous (re)conseille d’aller voir-l’année prochaine si tout va bien- ses photos, au palais de Tokyo.

Réons dit: 8 décembre 2015 à 20 h 48 min

la vie dans les bois dit: 8 décembre 2015 à 20 h 23 min
pas le temps de m’attarder sur tes bavasseries.

Attardons-nous.
Comme cette candidate socialiste qui par son maintien a fait élire la blondasse décervevelée par Grand-Papa, le sieur Masseret fait tout pour qu’une région soit dirigée par le FN.
Par pureté des sentiments dit-il, par besoin d’un hochet gratifiant et payant pouvons-nous lui répondre.
Que votre niveau de lucidité ne vous permette pas de comprendre cela, ô divine forestière, nous n’en doutons pas,
mais peut-être seriez-vous apte à nous excuser de l’exprimer.
Que vous soyez frontiste, c’est votre droit le plus strict, que nous n’apprécions pas c’est le nôtre.

la vie dans les bois dit: 8 décembre 2015 à 20 h 16 min

Mais cette décentralisation du pouvoir, proposée il y a déjà 36 ans avait fait tomber un vieil Homme politique.
Les mêmes contestataires, plus autoritaires que jamais, au pouvoir, maintenant.

Réons dit: 8 décembre 2015 à 20 h 16 min

la vie dans les bois dit: 8 décembre 2015 à 20 h 03 min
moi je trouve héroïque…..Massseret

Marine est son d.ieu et Masseret est son pro.phète.
La Vie dans dans toute sa splendeur.

Réunion choc dit: 8 décembre 2015 à 20 h 09 min

la vie dans les bois dit: 8 décembre 2015 à 20 h 03 min
le Bedonnant de Corrèze

LVDLB s’exprime comme JC.
La marine peut être fiere d’elle,
tous contaminés.

la vie dans les bois dit: 8 décembre 2015 à 20 h 03 min

@19h16, il est bien de rappeler certaines évidences.
Et encore, ce lien ne fait pas état de la dernière saillie du borgne…

Mais ce message, outre qu’il s’adresse au paumé, pathétique, de la rdl, contient une conclusion -marxiste ?- erronée.
Le Medef, grande entité, fait par la voix de son président état d’un véritable scandale. C’est écrit en signe mathématique: 11%
de chômeurs.

Au delà des politiciens, encartés, jacobins,qui n’ont d’autre horizon que leur propre avenir, moi je trouve héroïque, -comme celle tous ceux qui ont refusé la présence de représentants nationaux de partis pour cette dernière ligne droite entre deux tours d’élections- la position de M. Masseret, et de ses colistiers.

A l’heure où le Bedonnant de Corrèze stupéfie par son silence assourdissant. Devant la tombe.

http://www.vosgesmatin.fr/actualite/2013/04/25/ici-reposent-les-promesses-de-francois-hollande

j'avert-is dit: 8 décembre 2015 à 19 h 16 min

Pour tous les fachos derrière jicé qui sévissent en faisant mine de pas en être, le valent pas plus cher que ceusses qui veulent faire croire que la blondasse aurait pas dédiabolisé son parti. Qu’ils s’informent un peu.
http://www.laviedesidees.fr/Le-mythe-de-la-dediabolisation-du-FN.html
Les français « cl. moyens », y compris de la rdl, sont aussi consternants que ceux des cl. popu, qui eux ont des excuses. Et c’est le médef derrière le nain qui pisse au froc ast’heure ! Aurons tout vu.

lélé dit: 8 décembre 2015 à 19 h 00 min

Quai de gare dit: 8 décembre 2015 à 18 h 22 min

C’est vrai, c’est un personnage bizarre : il gueule contre jicé (on peut le comprendre) mais quand jicé est pas là il le réclame au lieu de se réjouir de son absence.
il (ou elle?) ne vit que par ou pour jicé.

Quai de gare dit: 8 décembre 2015 à 18 h 22 min

En attendant Dingo dit: 8 décembre 2015 à 15 h 30 min

Ce mec (ou nana) passe son temps chez Paulo et Sergio pour pouvoir crier au loup.
Un vrai mariniste.

Phil dit: 8 décembre 2015 à 17 h 23 min

dear bloo, certains ambassadeurs ne trouvent jamais à se recaser après une alternance un peu sévère. Ainsi cet ancien ambassadeur de ddr en France qui finit patron de copy-shop après la chute du mur.
La France n’est certes pas la ddr mais il y a des bérézina qui feraient le plus grand bien à ses serviteurs prébendés.

Sergio dit: 8 décembre 2015 à 17 h 16 min

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 17 h 02 min
un ambass ne « bouffe » pas: il déjeune, dine, soupe, se restaure, se sustente, prend une collation…

Non mais d’accord mais le prince de Ligne, celui de sous Louis XIV, qui précisément se tapait les fameuses vingt-trois douzaines d’huîtres à chaque petit déj, je sais plus quel sang il avait, mais enfin ça devait remonter au moins à l’époque où y avait pas encore un seul type en Gaule, eh bien il les glopait, ses trucs ; et après il retournait au combat il tapait dur comme fer !

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 17 h 14 min

On a vu des ambassadeurs virés pour incompatibilité politique, mais des ambassadeurs se retirant d’eux-mêmes, presque jamais à ma connaissance.

Gageons qu’une majorité ne prendra pas le risque de cautionner un politique radicalement autre que celle qu’ils ont servie. Ils n’évoluent pas dans le vide. 2002 a été très durement ressenti dans les chancelleries.
Il n’est, théoriquement aucune limite au mandat d’un ambassadeur: ils peuvent aisément demander leur réintégration à la centrale.

Adorée Floupette dit: 8 décembre 2015 à 17 h 14 min

En attendant Marine, petit florilège des positions du fn (pour une plus franche rigolade voir le site
http://www.frontnational.com)

l’Ecole:

Fin de l’aventure pédagogiste : la méthode syllabique sera obligatoire en CP, l’histoire sera apprise de façon chronologique tout au long de la scolarité. La géographie sera enseignée sur des cartes, et l’apprentissage de la géographie française obligatoire.

– L’histoire de France retrouvera sa place au cœur de l’apprentissage

L’apprentissage à 14 ans sera rétabli

Instauration de cours de français obligatoires pour les parents qui ne maîtrisent pas notre langue nationale, pour inciter les parents à franchir le seuil de l’école et à discuter avec l’équipe éducative de la scolarité de leur enfant.

La Justice:

La présence des victimes dans les commissions de décision de remise en liberté conditionnelle sera prévue et obligatoire

Confier à un jury de cour d’assise, après un vrai procès, le soin d’accorder ou pas la libération conditionnelle pour les condamnés à des peines de réclusion criminelle assorties de période de sûreté.

Réserver un traitement énergique et efficace à la délinquance des mineurs : la responsabilité pénale sera accrue pour tous les mineurs de plus de 13 ans, le traitement des dossiers les concernant sera accéléré et les aides sociales aux parents d’enfants récidivistes seront supprimées, sous réserve de la preuve de leur carence.

Rétablissement de la peine de mort ou instauration de la réclusion criminelle à perpétuité réelle

L’alternative entre ces deux possibilités pour renforcer notre arsenal pénal, sera proposée aux Français par référendum. La réclusion à perpétuité aurait un caractère définitif et irréversible, le criminel se trouverait sans possibilité de sortir un jour de prison

La Culture:

Soutenir l’exception culturelle française : les dispositifs favorisant notre exception culturelle (quotas de diffusion d’œuvres françaises, aides spécifiques à l’industrie française, etc.) relèvent d’une logique de priorité nationale, l’exception culturelle n’étant rien d’autre que la priorité nationale appliquée à la culture. Les quotas de diffusion d’œuvres françaises à la télévision et à la radio seront garantis, comme seront encouragées les grandes productions illustrant l’histoire de France, et la vitalité du monde francophone.

Redonner la parole au public : nous favoriserons la création d’associations du public et nous leur donnerons une place dans les conseils d’administration des institutions culturelles. Les subventions seront plus liées qu’aujourd’hui aux recettes propres, les structures subventionnées devront prouver qu’elles touchent un public important. Par ailleurs, le processus de nomination à la tête des institutions culturelles sera rendu transparent, les postes les plus importants seront pourvus, après audition des candidats, devant une commission de parlementaires, les débats étant publics.

pour finir:

L’Ecole Nationale d’Administration (ENA) veillera en particulier à recruter des hauts fonctionnaires patriotes.(sic!)

La pénurie de logements étudiants est l’un des plus gros problèmes actuels de l’enseignement supérieur français. L’Etat y remédiera en engageant une politique volontariste de construction et en accordant une priorité d’accès à ces logements aux étudiants français et en faisant un effort particulier pour nos étudiants français issus de la France ultra-marine.(sic!)

Lam dit: 8 décembre 2015 à 17 h 07 min

Attila, si (éventualité peu probable) Marie Le Pen se retrouvait à l’Elysée, elle n’aurait pas de majorité pour gouverner. On assisterait donc soit à une cohabitation (avec un Premier ministre LR) soit à une série de retournements de vestes des LR pour lui donner une majorité d’alliance suffisante. Mais, dans ce cas, la tendance Bihoreau de Bellerente de la droite ferait une jaunisse.

à la question de Bloom : quel ambassadeur accepterait un poste sous un gouvernement FN ? Réponse : tous. On a vu des ambassadeurs virés pour incompatibilité politique, mais des ambassadeurs se retirant d’eux-mêmes, presque jamais à ma connaissance.

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 17 h 02 min

« Faut bien bouffer »

Allons, Sergio, un ambass ne « bouffe » pas: il déjeune, dine, soupe, se restaure, se sustente, prend une collation…
Vous oubliez que ce sont des êtres d’exception, appartenant au seul ministère qui fonctionne encore selon les règles de l’Ancien régime, des roitelets républicains qui se plaisent à donner des ordres, et supportent mal la contradiction. Leurs femmes (ou maris ou « autre ») peuvent être redoutables également.
On compte près 163 de ces Ministres plénipotentiaires ou Hauts représentants de la République de par le vaste monde, soit moins que le public d’une conférence sur la littérature française contemporaine à l’Alliance française de Pékin.
Certains, dans leur entourage, parlent de psychopathes: c’est parfois un peu exagéré, tout de même.

Attila dit: 8 décembre 2015 à 16 h 35 min

L’extrême droite française se réduit à une sombre affaire de famille, la SARL Le PenFN, père et filles.
Une pieuse famille, à vraie dire, réduite aujourd’hui à la Sainte Trinité de la fille, de la petite fille et de l’esprit du père et grand-père toujours braillant, bien que bâillonné et, peut-être, sodomisé par la jeunesse avant-gardiste de ce mouvement d’inspiration fasciste ?
Serait-il sérieux de leur donner les clés du palais présidentiel à la suite des présidences régionales ? Auquel cas, il n’y a plus qu’à espérer, entre les deux, la baudruche se dégonfle rapidement !

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 16 h 29 min

Baroz, on attendrait la même de Zizou, made in Marseille….Mais peut-être s’en fout-il? A man of few words, pas payé pour parler, comme dit ma femme. Eric Cantonna, acteur lui aussi?

Je disais qu’il fallait mettre les villes à la campagne: c’est valable pour les campagnes qui n’ont pas placé le FN en tête. Pour ces dernières, il conviendra de mettre uniquement les banlieues.

Je rappelle aux aimables citoyens que « La région a la charge des lycées, des établissements d’éducation spéciale et des lycées professionnels maritimes. À ce titre, elle en assure la construction, la reconstruction, l’extension, les grosses réparations, l’équipement et le fonctionnement. La région peut organiser des activités éducatives, sportives et culturelles ».

Le suite (restauration, recrutement des personnels non enseignants, apprentissage, formation professionnelle) sur
http://www.education.gouv.fr/cid199/les-collectivites-territoriales.html

Sergio dit: 8 décembre 2015 à 16 h 20 min

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 12 h 57 min
Vous connaissez beaucoup d’ambassadeurs qui accepteraient de servir sous le FN?

Faut bien bouffer ; on se posait la même question à propos de l’armée de l’Armistice qui filait pas comme un seul homme en Angleterre.

Estragon dit: 8 décembre 2015 à 16 h 13 min

La République Française sera-t-elle bien bientôt par Etat Français ? ses habitants catalogués Bons ou Mauvais Français ? les Milices rétablissant l’Ordre Public ? Marion Maréchal Pétain la nouvelle Marianne ? Allez zou !

Lam dit: 8 décembre 2015 à 16 h 02 min

« n’oubliez pas de snober le vergé de Hollande numéroté pour mieux vous la jouer libertaire, ce serait dommage de gâcher du si beau papier dans les mufle de vieux ruminants se la jouant spoliés de leur pré carré… »

Si quelqu’un comprend cette phrase, qu’il nous l’explique.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 8 décembre 2015 à 15 h 52 min

Phil, dans vos obsessions de vieilles biroutes à tirages n’oubliez pas de snober le vergé de Hollande numéroté pour mieux vous la jouer libertaire, ce serait dommage de gâcher du si beau papier dans les mufle de vieux ruminants se la jouant spoliés de leur pré carré…

elisa dit: 8 décembre 2015 à 15 h 46 min

« Si seulement on pouvait voir la gueule de « soyons serieux », on comparerait et on aviserait. »

il en tient une couche, ce DJC!

Phil dit: 8 décembre 2015 à 15 h 40 min

Vite Baroz, un téléthon pour les victimes du vote fn..
Plus triste est tout de même le décès de Holly Woodlawn. Toute une époque d’underground repart en sous-sol sans remplacement. Vous connaissiez sûrement mieux son bon ami Dalessandro.

Attila dit: 8 décembre 2015 à 15 h 31 min

Message express !

« Je ne peux pas croire que ma région, celle où je suis né, où j’ai grandi, où j’ai tout appris, que j’aime tant et que je mets en valeur dans mes spectacles et dans mes films depuis plus de 25 ans en vantant sa tolérance, son ouverture d’esprit, son sens de l’humour, sa générosité et son humanité, soit demain dirigée par un parti d’extrême droite. Je comprends le ras-le-bol, la peur, l’incertitude de l’avenir mais je vous assure, mes biloutes, que voter pour l’extrême droite ne résoudra aucun des problèmes actuels, au contraire. Je vous aime. »
signé Dany Boon

En attendant Dingo dit: 8 décembre 2015 à 15 h 30 min

ah! le blog de Sergio, quel pied ! des conversations pleurnicheuses de pieuses mémères avec des vieux pochtrons, c’est très gai.

D. dit: 8 décembre 2015 à 15 h 11 min

Jean-Marie Le Pen n’était pas vilain homme. En tous cas il s’agit d’un homme cultivé, sans doute plus que beaucoup ici, un homme courageux et un homme d’honneur. Ce qui ne veut pas dire que je cautionne certains de ses propos, inutilement dérangeants et provocateurs.

soyons sérieux dit: 8 décembre 2015 à 14 h 54 min

« deux femmes plutôt jolies  »
beurk ! deux brutes avec deux gueules de brute, c’est pourquoi elles en imposent aux a.rutis, journaux pipeuls etc

« blondes donc stéréotypées féminines (avec ce que cela implique, dans l’image inconsciente trimballée partout, de douceur, de peu d’orgueil et de goût du pouvoir, etc.). »
c’est tout nadine!
(voyons clopine, on n’en n’est plus là )

Paul edel dit: 8 décembre 2015 à 14 h 54 min

Oui dingoˆc est vrai c était mieux quand on me prêtait un studio via del babuino face à une petite boutique de fringues et une vendeuse qui ressemblait à un tableau de Ingres rt

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 8 décembre 2015 à 14 h 46 min

« La lepénisation des cerveaux »

Le problème des 30% français est de vraiment rêver aux ors du pouvoir baroz…

geo dit: 8 décembre 2015 à 14 h 39 min

Oui Clopine, c’est une chance inouïe pour le FN que la succession du père fondateur soit assurée par deux femmes plutôt jolies (très pour la jeune -26 ans ce mois ci-, moins pour l’autre mais il faut tenir compte de l’âge) dont l’apparence est aux antipodes du stéréotype du jeune au crâne rasé ou du vieux moustachu scrongneugneu…

A mon avis, ce seul fait vaut 5 à 10% de suffrages.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 8 décembre 2015 à 14 h 33 min

« 10 h 38, Paul Edel affirme : « c’était mieux avant »; oui, lui aussi »

Avec Phil et Sergio de quoi faire un trio bien lampant d’énergie fossile subventionnée. Houellebecq n’en a pas prophétisé la disparition c’est sûr.

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 14 h 30 min

Je dirais même plus, Svletana Alexievitch est unE auteurE extraordinaire.
Ne pas laisser le féminin au « Maréchal-Le Pen, les voilà »

Lam dit: 8 décembre 2015 à 14 h 29 min

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 14 h 09 min
Le Front national obtient ses meilleurs scores dans de petites communes

Et l’inverse aussi. On a recensé 110 communes où le FN n’avait obtenu aucune voix. Toutes de petites communes. Principalement dans l’Aude (souvenirs du Midi rouge?), les Pyrénées orientales et… la Drôme, en PACA.

Lam dit: 8 décembre 2015 à 14 h 25 min

À TWIT’ VITESSE
Lisez « A propos d’une bataille perdue », le discours de Suède du prix Nobel de littérature.

Très beau discours. Alexievitch est un auteur extraordinaire. Quand elle a eu le Nobel, j’ai lu La fin de l’homme rouge pour voir ce que c’était. Vachement bien. Mieux que ça, même.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 8 décembre 2015 à 14 h 12 min

oh la la

Clopine a des racines québécoises rayons blagues et elle prend soin de sa vessie avec du jus de caneberge.

radioscopie dit: 8 décembre 2015 à 14 h 11 min

Je ne vois pas un Sarkozy (qui a tout fait pour démanteler les services publics) pas plus qu’un Valls/Macron (qui ont allègrement poursuivi le chantier)s’arrêter deux secondes sur cette conséquence de leur action.

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 14 h 04 min

avec Philippot aux manettes, l’ambassadeur pressenti pour le Vatican par Hollande ne virera pas sa cutie pour renoncer à sa curie.

Dear Phil, ça fait longtemps que l’on parle du Gay d’Orsay….Perso, sur 6 ambass, 2 ouvertement gay &1 trop coincé pour faire son coming out (le pire de tous).
Il y a bien longtemps que l’homosexualité n’est plus un truc de gauche, encore moinss subversif.
Les 2 ambass gays parfaitement épanouis et très compétents, d’ailleurs. Parfaite séparation des pouvoirs, si je puis dire.
L’un d’entre eux, fin linguiste à la retraite depuis 5 ans, traine encore dans les bars en tenue cuir, comme un jeunet.

Clopine, je vous entends. Question discours, la petite nièce est plus Jean-Marie que la fille, non? Il faut dire qu’elle n’a pas les mêmes zozos à driver – la région Caca est connue pour ses « me.des dures », comme disait Beckett.
Amis du Vallon des Auffes, de Toulon & de Cadenet, je pense à vous…

radioscopie dit: 8 décembre 2015 à 14 h 03 min

J’ai entendu Philippot au 13h de France Inter. Entre autres propositions, il a parlé de restauration des services publics dans les zones rurales. Même s’il m’en coûte de dire cela : il a parfaitement analysé la situation.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 8 décembre 2015 à 13 h 55 min

Il paraîtrait que le taux d’abstention aux derniéres régionales fut moindre que lors des précédentes, pas le courage de retrouver la source s’il est de toute façon bon de gober les participations au débat des élus. Mais au fait… non, rien…

hollywood dit: 8 décembre 2015 à 13 h 52 min

ce que cela implique, dans l’image inconsciente trimballée partout, de douceur, de peu d’orgueil et de goût du pouvoir,

eh ben dites donc

Clopine, définitivement un cas à part dit: 8 décembre 2015 à 13 h 43 min

Bloom, sur la question des deux femmes : il me semble justement que cette particularité explique, pour une infime partie certes mais enfin, la montée du FN : elles font moins peur que le patriarche au verbe haut et haineux, elles sont blondes donc stéréotypées féminines (avec ce que cela implique, dans l’image inconsciente trimballée partout, de douceur, de peu d’orgueil et de goût du pouvoir, etc.). Elles en sont doublement dangereuses…

Perso je suis allée regarder le pourcentage d’abstention aux législatives allemandes de 1933 : 11 % seulement.

On est loin de nos 50 % actuels.

Mais faut-il s’en réjouir ?

Phil dit: 8 décembre 2015 à 13 h 36 min

Le fond de cuve sous Vichy

Dear Bloom, il se trouvera toujours un Brinon qui pratiquait la mixité du mariage tant vantée aujourd’hui mais jamais pratiquée par certaines communautés.
Et puis avec Philippot aux manettes, l’ambassadeur pressenti pour le Vatican par Hollande ne virera pas sa

cutie pour renoncer à sa curie.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 8 décembre 2015 à 13 h 12 min

Et l’aut’ qui planque le dentier à sa grand mère sous le joufflu d’un arrière petit il a du plomb sur sa carte de syndiqué dans son slip ?

h elas dit: 8 décembre 2015 à 13 h 11 min

L’absence d’alternative, ce n’est pas nouveau
et on voit les ravages des années d’escroquerie et de médiocrité, toute cette complaisance écoeurante, le buzz….
Quant aux exploits de la sainte famille.. elle entretient son héritage, dont on sait comment il a été acquis, et continue à s’engraisser aussi à l’ue par ex

e s s a y dit: 8 décembre 2015 à 13 h 02 min

12 h 43 min
non ce n‘est pas rassurant au contraire
(ça ne veut pas dire qu’ils le sont tous mais dans le rejet la haines systématiques de l’autre, il y a de la perversité)

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 8 décembre 2015 à 12 h 58 min

« qu’une façon de se rassurer que de dire que les votants du FN seraient des pervers »

C’est de l’argumentaire à leur manière pauvre WGG !

chantal dit: 8 décembre 2015 à 12 h 57 min

évidemment dans le contexte, il tenait, vu son âge respectable et chrétien d’orient à se singulariser des jeunes délinquants radicalisés qui grouillent il faut bien l’admettre de l’autre côté du canal de willebroek.

il s’extasiait sur les monuments debouts, bien conservés, disant que chez lui tout n’était que ruine, me faisant sentir l’univers prospère que nous a légué le passé.

j’ai tenté de lui expliquer que nous aussi nous avions vécus trois guerres successives, mais il m’a regardé d’un air sombre et dit laconiquement que je ne pouvais pas comprendre la situation, chez vous il y a le droit, les règles, chez moi cela n’existe plus.

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 12 h 57 min

Quand j’enseignais à Drancy et à Dourges, je disais qu’ils (les élèves) nous mettraient le FN au pouvoir dans dix ou quinze ans. Je ne me trompais pas, hélas !

Lors d’un forum francophone dans le Pacifique, j’ai posé la question de savoir quel avenir & quelle valeurs porteraient la notion (déjà vague) de francophonie, en cas de victoire du FN: silence glacial…
C’est tout un discours porté devant « le monde » (pour faire court) qui est en train de s’écrouler.
Vous connaissez beaucoup d’ambassadeurs qui accepteraient de servir sous le FN? On va se retrouver avec le même fond de cuve que sous Vichy.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 8 décembre 2015 à 12 h 55 min

« vous tueriez père et mère pour un bon mot ! »

Ces temps-ci plutôt les femmes et les enfants d’abord pour un style moins chaloupé, mais nions…

chantal dit: 8 décembre 2015 à 12 h 44 min

le cordonnier parlait araméen mais nous avons échangé en français, natif de Hamath, il m’a confrontée a ses opinions personnelles, j’avoue que m’entendre louer Sadam Hussein, le Sha d’Iran et Bart De Wever comme étant des hommes de savoir, respectant les études à l’ancienne et protecteurs des arts j’ai du prendre sur moi.

La ville était vide dimanche depuis les évènements, de temps en temps une patrouille de policiers armés jusqu’aux dents, le cordonnier savourait l’ordre … et je n’avais pas le courage de regarder les plateaux télévisés.

Wiedrgänger dit: 8 décembre 2015 à 12 h 43 min

Ce n’est qu’une façon de se rassurer que de dire que les votants du FN seraient des pervers.

Hélas, non ! Il ne peut pas y avoir 6 millions de pervers.

C’est le résultat (à hauteur de 40 %) de la catastrophe qu’est devenu le système scolaire.

Wiedrgänger dit: 8 décembre 2015 à 12 h 41 min

Oui, en effet, Bloom, la question se pose de la famille Le Pen. Les chiens ne font pas des chats.

Il y aurait 40% de jeunes et 20% de séniors dans les votants du FN.

Quand j’enseignais à Drancy et à Dourges, je disais qu’ils (les élèves) nous mettraient le FN au pouvoir dans dix ou quinze ans. Je ne me trompais pas, hélas !

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 12 h 27 min

Les électeurs du FN sont aussi et surtout des pauvres d’esprit ML. Echec de notre système d’éducation, pour lequel j’accepte ma part de responsabilité en tant que prof pendant 20 ans.
Reste une singularité peu débattue: pourquoi le fascisme français a-t-il pour incarnation deux femmes de la même famille?

le niveau baisse dit: 8 décembre 2015 à 12 h 12 min

« Des braves gens  »

beaucoup d’abrutis et de pervers aussi -: la médiocrité, souvent fièrement revendiquée

adrien dit: 8 décembre 2015 à 12 h 09 min

Lam dit: 8 décembre 2015 à 12 h 04 min
Qu’entendez-vous par là ?

que, quoi qu’il en soit, ce n’est pas une consolation

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 12 h 05 min

Les jeunes qui votent FN, ce sont les recalés du système scolaire, les jeunes mal formés, au chômage, qui galèrent pour trouver un boulot, qui ont déjà été esquintés par l’Ecole. C’est tragique. Et ils risquent de nous foutre la lèpre au pouvoir.

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 12 h 03 min

Non, il n’y a pas 6 millions de duconlajoie !

Je vois quel genre de personnes ça peut être, des gens que je peux rencontrer en Sologne par exemple. Des braves gens complètement dépassés par les enjeux de la mondialisation, qui ont perdu tout repères. Même des jeunes. Pas mal de jeunes parmi les votants du FN !!

Réveil pénible dit: 8 décembre 2015 à 12 h 01 min

Quel c.rétin, ce D. Son renouveau de ces derniers temps, dû à l’intervention de contributeurs inconnus de lui et signant à sa place, a pu faire illusion. Mais, dès qu’il redevient lui-même, quel pauvre mec… quel canular minable.
TKT était un âne mais il avait raison sur un point : c’est le même niveau que JC.

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 12 h 01 min

adrien dit: 8 décembre 2015 à 11 h 57 min
« Vous pourriez en dire autant de » (11h47)

c’est pas une raison
___________
En effet, c’est pas une raison ! Je dirai même que c’est encore plus inquiétant vu comme ça.

helas dit: 8 décembre 2015 à 12 h 00 min

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 11 h 56 min

Pas mal de du.onlajoie parmi eux
Pour ne rien arranger ils regardent peut-être les JT

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 12 h 00 min

Il paraît clair que Nabokov n’a vraiment rien compris à En attendant Godot. Rien. Il n’a pas vu non plus tout le parti qu’a pris Beckett des silences qui démultiplient le sens des mots au fur et à mesure que défile le texte. C’est d’ailleurs une raison de plus de considérer que les personnages inventent leur texte au fur et à mesure pour peupler le vide, et que le langage est le vrai et seul au fond personnage de la pièce. Un français éblouissant d’invention, de poésie de toutes sortes, contrairement à ce que dit Nabokov, qui n’est ici qu’un prétentieux nabot…

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 11 h 56 min

Ok, Bloom, si vous parliez des membres du FN. Oui, là d’accord !

Dans les votants il doit bien y avoir aussi quelques sales types. Mais dans l’ensemble, ce sont 6 millions de pauvres gens et de gens pauvres. Ils sont désespérés.

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 11 h 53 min

V.N. – En anglais et en français. Le français de Beckett est celui d’un instituteur, un français en conserve. (Nabokov)
__________
Où l’on peut voir qu’un grand romancier peut dire de grosses sottises !

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 11 h 48 min

La rapprochement entre Maeterlinck et Beckett a été fait depuis bien longtemps. Maeterlinck invente des formes nouvelles qui annoncent en effet à bien des égards le théâtre de Beckett, qui n’est pas tombé des cintres mais de tout un courant d’innovation au théâtre.

Lam dit: 8 décembre 2015 à 11 h 47 min

« La situation est affreusement triste et les politiciens sont pitoyables. C’est la France d’aujourd’hui. » (Wdg)

Vous pourriez en dire autant de l’Espagne, du Portugal, de la Belgique, de l’Angleterre… de… de…

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 11 h 46 min

Prétendre avec une certitude en béton (en s’appuyant sur Beckett lui-même) qu’un arbre mort sur une scène de théâtre ne serait pas un symbole, quel qu’en soit le sens, relève tout simplement de la sottise la plus ordinaire.

Widergänger dit: 8 décembre 2015 à 11 h 41 min

Hélas les gens du FN ne sont pas des voyo.us mais des abr.utis, de pauvres gens qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Il y avait un exemple d’une femme qui avait voté Sarko puis Hollande et maintenant Le Pen. Typique de la France d’aujourd’hui. Pas des voyous, mais de pauvres gens désemparés.

La situation est affreusement triste et les politiciens sont pitoyables. C’est la France d’aujourd’hui.

Est-ce que c’était mieux avant ?

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 11 h 30 min

Le couicouineur de Trump porte bien son nom: to trump something up = inventer une fausse accusation ou excuse.
Trump = Trompeur

Paul edel dit: 8 décembre 2015 à 10 h 58 min

Oui je suis trop limitatif j ai oublié la huche à pains chez ma tante dans sa demeure près d alencon pardon de cet oubli

chantal dit: 8 décembre 2015 à 10 h 47 min

christianne ils sont beaux vos extraits, je suis triste de ce qui arrive, très mal dormi.

je reste dans mon coin avec une sensation de déréalisation.

hier en marchant, croisé un cordonnier araméen,

Il avait des idées vraiment très extrêmes, j’ai tout somatisé sans rien pouvoir lui répondre.

Eve dit: 8 décembre 2015 à 10 h 42 min

Vous trop limitatif, Paul Edel. Pourquoi ne pas dire carrément : le monde, c’était mieux avant ?
La vie, c’était mieux. Quand on était jeune.

en passant dit: 8 décembre 2015 à 9 h 43 min

« Comme Poutine, leur idole, ce sont des voyous.  »

Les coingues en redemandent, hypnotisés qu’ils sont par la bêtise les biceps les aboiements de la grosse gue ule de la famille coin gue

Sant'Angelo Giovanni dit: 8 décembre 2015 à 9 h 39 min


…J.C.,…à ….5 h 55 min,…

…Mode,!…inquiet,!…

…c’est incroyable,!…
…réfléchir,…perdre 40 kg.,…
…réfléchir,…se souvenir,!…gadget, luxe à sa santé, et test dérisoire,!…

…déjà, l’esprit à prévaloir la santé, au détriment de l’appât du gain,!…

…conséquences, la sensibilité à s’échelonner en sois, et au parvis de sois, l’éducation tout en souplesse et glacis sur peintures,!…le temps de réfléchir outre nos réflexions,!…
…avec des riens, dans la palette des fins gourmets,!…entre plages et montagnes,…revivre de nouveau sa jeunesse,…mystères et boules de gomme,!…
…je retrouve mes quinze ans,!…
…je me suis posé nu, hier devant mes miroir,!…je suis, comme quand, je me suis photographié par automatisme au 10 seconde,!…
…je suis encore plus Adonis, qu’avant,…
…le hasard de la bonne ligne, contre monts et vents, ou détriments,!…rien que par des petits détails à s’accrocher total,!…

…la Mode,,…non pas un marché de dupes,!…
…et, ma Mode vous ne l’avez jamais vue,!…satisfait de vous même,!…
…le mérite, retrouvez sa lignée, l’A.D.N.,…en relief des poupées russes,!…etc,!…
…vivre riche en prison,!…Ah,!Ah,!…
…des escrocs emboitées,!…etc,!…

en passant dit: 8 décembre 2015 à 9 h 37 min

JC….. dit: 8 décembre 2015 à 6 h 16 min
jc in con solable depuis la mort de franco ..
maduro n’est pas chavez

Polémikoeur. dit: 8 décembre 2015 à 8 h 52 min

Heureux, les simples d’esprit, disait-on,
jusqu’à ce qu’ils soient affamés, condamnés,
eux aussi, à disparaître, parce qu’inutiles
dans un temps voulu simple, lui aussi, propre
et en ordre.
Inutilement.

Bloom dit: 8 décembre 2015 à 7 h 53 min

Vous prenez les gens du FN pour des coings ?

Non.
Pour un ramassis de sales coings et de sales couines, oui.
Comme Poutine, leur idole, ce sont des voyous.

JC..... dit: 8 décembre 2015 à 6 h 26 min

PRAGMATISME

Louons le bon sens de Donald – pas le canard l’autre… Trump – qui veut interdire l’entrée aux USA des muslims ! Simple ! Il fallait y penser …

Un exemple à suivre en nos contrées giboyeuses où le « barrage » préoccupe les élites : interdire le FN qui embête tout le monde, coudre sur ses électeurs une Etoile Blonde, les parquer ces non-républicains, cela permettrait de parler des problèmes réels, croissance, chômage endémique, identité, sécurité et autres babioles actuellement sous le tapis médiatique.

Interdisons ! C’est l’avenir ….

JC..... dit: 8 décembre 2015 à 6 h 16 min

VENEZUELA

Le putschiste Chavez est mort une seconde fois, entrainant dans la tombe les collectivistes étonnés…

JC..... dit: 8 décembre 2015 à 5 h 55 min

MODE

Plutôt que de redouter le changement* politique en France, revenons à des sujets majeurs, trouvés dans le Figaro :
« Les magazines de mode américains ne passent pas le test. Le site Fashionista.com a passé au crible les couvertures de dix magazines de mode américains durant l’année 2015.
Résultat ? Les femmes en Une sont dans leur grande majorité blanches et jeunes. »

AFFREUX ! AFFREUX !
Nous exigeons des Une avec des vieilles colorées toutes ridées !

*on appelle changement politique en France, le remplacement d’une équipe d’incompétents menée par un nul par une équipe d’incapables menée par un c.on (la définition peut être conjuguée au féminin, modernité oblige …)

Sant'Angelo Giovanni dit: 8 décembre 2015 à 0 h 41 min


…Zoon,!…à ,…14 h 44 min,…
….
…est ce une clé, du vote F.N,…
…à la une,!…et les autres clés,!…
…nous faire des saints aux Pampers,!…

…se remonter, aux repères des pères fondateurs,!…la psychologie par des inquisitions management lobbyings aux soumissions,!… » la violence des riches « ,!…pour revers de la médailles,!…
…tout ces Christs séducteurs,!…en croix,!…les couples en baignoirs, pour les vider de leur sang, et sens dela vie,!…

…mon papy-russe, pour écrire les connivences assister,!…un Waterloo, un échec sur toute la ligne,!…contre mes adversaires du soucis de  » mort à crédit « ,!…en échecs total,!…les batteries en contre-sens,!…
…magnifique journée,  » la bataille de Bruxelles, ce 07 décembre 2015,… », de bonnes pièces qui on fait long feux,!…
…l’Apocalypse à genoux,!…Ah,!Ah,!…
…etc,!…

christiane dit: 7 décembre 2015 à 23 h 16 min

@lola dit: 7 décembre 2015 à 19 h 01 min
Les contes de Ionesco… Lointain souvenir enchanté. C’est un dialogue réjouissant, absurde, rieur avec sa fille, petite (moins de trois ans), une surenchère d’improvisations où les mots sont en liberté. Des scènes cocasses, poétiques où il n’y a ni fée, ni sorcière, ni ogre, ni prince ou princesse. Une tendresse palpable en voix off. Je crois qu’ils ont souvent été adaptés au théâtre pour des enfants mais le meilleur qui puisse leur arriver c’est d’être lu à deux, un grand et un petit et des rires et des inventions. Je me souviens un peu des très belles illustrations de E.Delessert inventives aussi dans les couleurs, proportions, les détails, entrant sans difficulté dans l’imaginaire des enfants.
Les plus beaux contes sont ces contes à deux voix où tour à tour, au bord du sommeil ou à l’heure d’écouter une histoire (cachée ou non dans un livre), l’enfant et le parent (ou autre adulte aimant) tissent ces contes absurdes et délicieux où se mêlent le quotidien et la fantaisie, les transformant à l’infini.
Merci pour cette mémoire. Je vais les acheter à nouveau pour le bonheur. Et je trouverai bien quelqu’un à enchanter par ce partage et cette transmission.
(Heureuse parenthèse dans cette journée bien compliquée. D’un dimanche à l’autre, ça ne va pas être simple…)

Sergio dit: 7 décembre 2015 à 23 h 04 min

le garçon qu’on appelait monsieur dit: 7 décembre 2015 à 20 h 52 min
un expert en balance des paiements.

Compte tenu du fait qu’on est la capitale mondiale du phynancement électoral par le BTP, aujourd’hui c’était calme tout le monde compte ses sous…

Sergio dit: 7 décembre 2015 à 22 h 56 min

Phil dit: 7 décembre 2015 à 22 h 03 min
Pas de nouvelles d’Abdelkader

I peut pas sortir dans la rue, il est en train de se faire faire une tenue de garde champêtre chez Smalto comme tout le monde…

Habercrombi c’était fermé !

Sergio dit: 7 décembre 2015 à 22 h 48 min

la vie dans les bois dit: 7 décembre 2015 à 20 h 54 min
Sergio, il me semble que vous êtes demandé à la kommandantur…

I faut pas dire du mal ; une fois le flic m’a offert un cigarillo. Comme un sombre renégat, je l’ai non seulement accepté mais fumé (le cigarillo, pas le flic) ; et j’ai fait semblant de pas voir l’épouvantable rédaction du pévé sans quoi sûr ça aurait grevé l’ambiance…

Phil dit: 7 décembre 2015 à 22 h 10 min

Vous avez un sens de l’hyperlien, lavie. Ce doit être l’équivalent du câblage dans l’industrie du tire- fesses.

Phil dit: 7 décembre 2015 à 22 h 03 min

Pas de nouvelles d’Abdelkader, lavie ? Ce grand silence ne vaut pas remplacement. En fin d’année il vient traditionnellement à Paris déguster un canard aux cerises ( celui à l’orange est hasbeen).

les redoutées dit: 7 décembre 2015 à 21 h 56 min

Le catalogue est ouvert : montrer patte-blanche, consigner au clou, passer les soldes et reprendre ses avoirs au printemps.

la vie dans les bois dit: 7 décembre 2015 à 21 h 45 min

Phil mon village, comme vous dites, est au 8 décembre 2015, ne vous déplaise. Et plutôt du côté de la dynamique.

Je n’ai pas lu de Goncourt depuis 2010. Et alors ?

la vie dans les bois dit: 7 décembre 2015 à 21 h 31 min

Lire: seront.
Pourquoi appeler Barozzi, Phil ? Il vote en Lorraine ?
Vous faites une fixette, un peu déplacée.

la vie dans les bois dit: 7 décembre 2015 à 21 h 28 min

Phil, try again.
Vos goût pour l’inversion, ce sera une autre fois.
Il faut appuyer là où ça fait mal. Gageons que les enfant de philippot nous en serons reconnaissants.

Phil dit: 7 décembre 2015 à 21 h 25 min

Lavie, n’appuyez pas trop sur l’inverti comme si vous sortiez du bal des pompiers.
Aujourd’hui est annoncée la mort de Holly Woodlawn. Heureusement il nous reste Joe Dalessandro, bête de sexe admirablement conservée ( niveau qeckett). Baroz n’a toujours pas ouvert sa république du cinéma, restée coincée dans les urnes.

la vie dans les bois dit: 7 décembre 2015 à 21 h 13 min

Saluons au passage le courage de M. Masseret, osant braver le diktat parisien, pour contrer l’inverti.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 7 décembre 2015 à 21 h 09 min

Rien de plus qu’un tout petit chantage au démenti lvdb, on ne va pas ouvrir un Super U ici faut pas rêver.

Phil dit: 7 décembre 2015 à 20 h 58 min

Tout ça nous promet une belle littérature, passou se frotte les mains de pouvoir notuler (dans quelques années, certes, mais les régimes sains conservent) tous les ouvrages de la future période collaborationniste, toujours riche de sève littéraire contrainte.
Même nos amis belges se souviennent de Hergé qui écrivit ses meilleurs albums sous la botte. Le directeur de sa fondation, un certain monsieur nick, n’y pense jamais sans émotion.

la vie dans les bois dit: 7 décembre 2015 à 20 h 35 min

mon dieu, mon dieu, mon dieu, Marie-Chantal, quelle histoire belge nous racontez-vous-là !
Il n’y aurait qu’un politicien introverti et inverti, à la solde de la famille du borgne qui veut faire un hold-up sur la France, fille, gendre et petite-fille aux origines pour le moins douteuses, pour porter la Croix de Lorraine ?
Allons, allons, reprenez-vous, que diable.

DHH dit: 7 décembre 2015 à 19 h 52 min

@radioscopie 18 06
Florian Phillipot n’est peut-être pas passé par sciences_po mais il a toujours eté dit qu’il sortait de l’ENA et cela se vaut

Widergänger dit: 7 décembre 2015 à 19 h 41 min

Mais priorité aux Français, mon pauvre ami, ça ne veut rien dire. Qui c’est qui va payer ta retraite, pauvre couillon, sinon les braves étrangers clandestins qui se font régulariser ?

Faut descendre de ton arbre et cesser de parler cette langue de ouistiti amélioré !

D., obligé d'intervenir dit: 7 décembre 2015 à 19 h 11 min

Effectivement, il n’a pas été reçu à Sciences-Po, mais on peut dire que ca lui a rendu service vu qui en sort et ce qu’ils deviennent ensuite.

D., obligé d'intervenir dit: 7 décembre 2015 à 19 h 07 min

Et je précis frais que dans l’immédiat, jusqu’à preuve du contraire, l’imbécile c’est celui qui paye, mais jamais pour sa cause. Peut-être es-tu concerné? N’as-tu pas un enfant jeune professionnel engloutissant la moitié de son salaire dans un studio, le troisième quart en impôts? Se disant…mais mais mais, comment cela se fait-i-il que je pas avoir deux pièces logement social et allocations ?

radioscopie dit: 7 décembre 2015 à 19 h 02 min

chantal dit: 7 décembre 2015 à 18 h 26 min
Une erreur dans votre lien : Philippot n’a pas à ma connaissance intégré Sciences-Po. Confusion avec son frère ?

lola dit: 7 décembre 2015 à 19 h 01 min

Christiane, vous êtes incorrigible; pour bien comprendre Ionesco ,il faut lire les 4 livres de contes pour enfants, illustrés par Etienne Delessert,vous le savez très bien !

@Bloom; en ce moment vous dormez dans la chaleur de l’été -25° ?30°? Don’t forget: dans 18jours c’est le départ de la Sydney- Hobarth; en direct,n’est-ce pas ?dans la splendeur des voiles …

D., obligé d'intervenir dit: 7 décembre 2015 à 19 h 00 min

Ah si mon petit bonhomme, ca veut dire des choses très claires : ça veut dire que si tu veux toucher les allocs, il faut être francais. Sinon tu les touches pas, et à l’occasion tu révisés tes ambitions, ta voilure, ton train de vie, tes projet, tes financements, tes regroupement. En fait c’est très simple : ca veut dire tout ça.

D., obligé de préciser dit: 7 décembre 2015 à 18 h 51 min

Je rigole, bien sûr. Priorité aux Français, je sais bien que ça ne veut rien dire. Et les économies, une façon politiquement correcte de dire « austérité ».
Je suis obligé de préciser parce que j’ai remarqué que certains, sur ce blog, avaient tendance à me prendre pour un imbécile.

D., obligé d'intervenir dit: 7 décembre 2015 à 18 h 47 min

Déjà commencer par faire des économies : priorité aux français, ça me semble un tout petit peu normal, non ? Rien que cela, bien mené, ferait revenir des dizaines de milliards dans les caisses de l’État tout en enrayant la pompe de l’immigration illégale ingéré e, (car ingérable).

D., obligé d'intervenir dit: 7 décembre 2015 à 18 h 38 min

Phillipot a juste fait l’ENA, comme Hollande. Et il a juste été Inspecteur Général de l’Administration.
C’est certain qu’il improvisera sur toute la ligne…
Vous prenez les gens du FN pour des coings ? Énarques, économistes, avocats, juristes, et c’est bien parce qu’ils sont tous sauf des coings qu’ils ont réussi la prouesse d’hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*