de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
50 penseurs lancés vers leur Everest

50 penseurs lancés vers leur Everest

Déjà, ça commence mal. Prospect est un magazine qui se présente comme celui « qui  a la plus grande portée et la plus grande profondeur intellectuelle par rapport à tous les autres ». Bon, si c’est eux qui le disent…. Comme chaque année depuis 2004, ce mensuel britannique considéré comme de centre-gauche lance un vaste sondage auprès de ses lecteurs afin qu’ils élisent « Les 50 plus grands penseurs de l’année ». Les listes, on adore ça dans la presse anglaise et dans les journaux américains. Après tout, chacun ses manies. Un jour qui sait, le DSM classera la taxinomie dans les pathologies parce qu’un laboratoire aura un nouveau produit à écouler. Cette année donc, ils en ont sélectionné cinquante afin de les proposer au suffrage légèrement moins qu’universel.

Dans un chapô de circonstance, ils enrôlent Margaret Mead, Keynes et Victor Hugo pour justifier l’urgence d’un tel sondage à une époque violemment antiintellectuelle, ce qui n’est pas faux, et pas seulement à cause de l’énergumène de la Maison-Blanche encore en liberté à l’heure où nous mettons sous presse. En fait, la seule vertu de ce sondage est de nous interroger sur le sens que l’on donne à Prospect, et plus généralement de ce côté-là de la Manche, aux notions de « penseur », d’« intellectuel », d’« influence » et, appliquée à ces catégories, de « grand » (pour ce qui est de « année », on est d’accord, c’est 2019). Manifestement, ce n’est pas le même que le nôtre. Déjà, « penseur » n’a pas cours chez nous. Ni notion ni concept, ou alors très flous, plutôt une auberge espagnole.

Qu’on n’y trouve pas de Français, peu importe, cela ne témoigne pas d’une grande curiosité. Mais on ne dira pas qu’Espagnols, Italiens, Allemands, Indiens, Chinois s’y bousculent non plus, ce qui est plus embêtant. Quant à la sélection des 50 élus, les yeux m’en tombent. On dirait que leur seul point commun est d’exprimer leur pensée en anglais. Quatre écrivains seulement : Naomi Alderman, Svetlana Alexievitch, Ta-Nehisi Coates, Arundhati Roy (trois femmes sur quatre, jusqu’où va l’obsession de la parité…), pourquoi pas, il faut bien se serrer un peu et donc exclure quand on se limite à cinquante. Mais pour laisser la place à qui ? Georges Soros, quelqu’un d’important sans aucun doute mais dans un autre domaine que la pensée, et Greta Thurnberg qui témoigne surtout de la dérisoire infantilisation de l’époque (car si la cause est juste, ses prises de parole, discours ou interviews, n’évoquent vraiment pas un Everest de la pensée).

Cela dit, jugez-en par vous-même : la liste est là et malgré tout, si ça vous prend de voter, eh bien votez ! Et pour ajouter à la confusion, un petit extrait du Journal intime d’Amiel à la date du 27 février 1851 :

Le penseur est au philosophe ce que le dilettante est à l’artiste. Il joue avec la pensée et lui fait produire une foule de jolies choses de détail, mais il s’inquiète des vérités plus que de la vérité, et l’essentiel de la pensée, sa conséquence, son unité, lui échappe. Il manie agréablement son instrument, mais il ne le possède pas, et encore moins le crée-t-il. C’est un horticulteur et non un géologue, il ne laboure la terre que ce qu’il faut pour lui faire rendre des fleurs et des fruits, il ne la creuse pas assez pour la connaître. En un mot le penseur est un philosophe superficiel, fragmentaire, curieux ; c’est le philosophe littéraire, orateur, causeur, ou écrivain ; le philosophe est le penseur scientifique

.(« 320 alpinistes faisant la queue en mai dernier pour accéder au toit du monde » photo Nirmal Purja Magar)

Cette entrée a été publiée dans Actualité.

1774

commentaires

1 774 Réponses pour 50 penseurs lancés vers leur Everest

rose dit: à

1932

De retour en France, Péret travaille comme correcteur à l’imprimerie des Journaux officiels. Il participe de nouveau aux activités du groupe surréaliste qui vient de traverser une crise, décrite dans le Second Manifeste de Breton. 

Pat V dit: à

Breton a théorisé un cadre de pensée permettant aux artistes de s’exprimer.

Non, c’est plutôt le contraire! Breton adoptait ou rejetait ( ce qu’on luyia beaucoup reproché et souvent à juste titre!)une certaine forme de peinture. Il disait, cette peinture est surréaliste…en cela… petit défaut indexation à tout prix. Cela lui valu une belle brouille avec Dubuffet à propos d’artistes du merveilleux et du magique versus art brut!
Bref, Breton s’est plutôt exprimé sur eux!

rose dit: à

Ils me font -ces fous du guidons.

rose dit: à

MS 16h50
Qu’ils arrêtent tous de pédaler. Ilme font une peine infinie, c’est dire. Autant que mon père c’est pas peu dire.

Marie Sasseur dit: à

C’est la nature qui a dejoué tous les pronostics, des monsieur météo du tour de France; voilà la leçon du jour.

et alii dit: à

« surréalisme » tout tient dans le mot et pourtant on se demande ce qu’il peut y avoir au delà du réel.
c’est un mot d’Apollinaire, je crois

rose dit: à

pourquoi ne les a-t-on pas laissés tranquilles, pourquoi??
C simple, hein.
Pck il a fallu les mettre au pas, de l’oie.
Je connais un, homme, qui a intégré une de ces tribus.

Marie Sasseur dit: à

50 coureurs(et plus) lancés vers le sommet. Et stoppés net de l’autre côté de la montagne, par la grêle. Voilà que le climat météo se rebiffe… 😉

renato dit: à

hamlet, gardez vos leçon pour vous, merci. C’est justement le concept de cadre qui est aux antipode de la modernité.

MC dit: à

Alan B « Folie des hommes », peut-être, mais Cromwell n’avait-il pas demandé à contempler le corps décapité de Charles Ier?
Delaroche, qui a beaucoup peint d’exécutions capitales, a du commettre un tableau là-dessus.
De sorte qu’on pourrait parler d’effet boomerang.
Pablo 75, vous avez toujours des arguments aussi pauvres à opposer? S’agissant de Fry et d’une des plus grandes collectionneuses de son temps, je vous trouve bien léger.
Renato: C’est très possible.Je vois bien son dogmatisme le prédisposer à ça. PE, je tacherai de jeter un coup d’oeil dans cette Correspondance.
Bien à vous.
MC

hamlet dit: à

renato & Pat V : Breton a théorisé un cadre de pensée permettant aux artistes de s’exprimer.

Après il est difficile voir où se trouvent les passerelles entre les disciplines, être influent pour la peinture fait qu’on l’est forcément au delà de la peinture.

surtout dans des villes comme New York ou Chicago, même des capitales européennes, l’important est justement de faire évoluer un cadre de pensée déjà existant, de venir puiser, picorer, pour ensuite l’absorber, le recycler et le faire renaitre ailleurs.

Au départ Breton aurait pu faire d’autres choix (ex : dadaïsme) il a eu le flair de voir ce qui allait avoir de l’avenir, et sur ce coup il ne s’est pas loupé.

« surréalisme » tout tient dans le mot et pourtant on se demande ce qu’il peut y avoir au delà du réel.

Claudio Bahia dit: à

Delaporte dit: 26 juillet 2019 à 15 h 22 min
« ….l’hommage aux combattants de 14-18, cette guerre absurde, dont il est absolument impossible de dire exactement pourquoi elle a éclaté. »

Je pense, Delaporte, que le meilleur livre sur les prémisses de ce conflit est de Christopher Clark, « LES SOMNAMBULES – Eté 1914. Comment l’Europe a marché vers la Guerre », ed. Flammarion; Champs-Histoire, 2015. Titre original: « The Sleepwalkers – How Europe went to war in 1914.
C’est un pavé de plus de 900 pages, qui s’arrête au tout début de la guerre; ça ne décrit donc que ce qui a amené à celle-ci.
Quant à Août 14, c’est un livre essentiel pour savoir comment a éclaté le conflit à l’est. Magistral!
bonne lecture

et alii dit: à

je me disais aussi qu’à propos dU choix DE Greta, j’avais oublié de mentionner ce qu’ on a présenté puis wsuivi comme « le modèle suédois »
(j’ai été en Suède chez une correctrice dans l’édition

renato dit: à

hamlet, Duchamp a eu une grande influence dans le monde.

Ed dit: à

Ah Soleil Vert !! Au moins un qui a compris 😀

Pat V dit: à

hamlet dit: 26 juillet 2019 à 16 h 09 min

l’influence d’André Breton aux US est énormissime !

Dans la peinture américaine, c’est évident! Vous oubliez Rothko, Bacon, etc. ( j’ai déjà cité L’aventure surréaliste autour d’André Breton de José Pierre, Filipacchi/Arcurial éditeurs 1986 )Et aussi insister sur la préface de cet ouvrage de Robert Lebel, André Breton Initiateur de la peinture surréaliste)
Breton, peut-être pas écrivain ( l’anti romancier par excellence et revendiqué )mais un poète, cela est certain.

Ed dit: à

Merci jazzi pour l’info. Je me disais bien…

Claudio Bahia dit: à

Janssen J-J dit: 26 juillet 2019 à 15 h 21 min
@ r. : Orénoque-Amazone, l’expédition de Gheerbrant en 48-50, l’un de plus beaux récits qui soit. AG est mort en 2013, comme l’a rappelé un journal, n’est-ce pas, Claudio B. ?
https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2013/02/27/alain-gheerbrant-aventurier-editeur-et-ecrivain_1839374_3382.html
Oui, Jansen, c’est émouvant pour un vieux comme moi de revenir sur ces souvenirs anciens.
argument:
Les femmes Ikomatadi, n’ayant pas de plantations à cultiver, passaient le plus clair de leurs jours dans leurs hamacs, àjouer avec les enfants et les animaux qui les entouraient, et avec leurs seins dont elles partagent généreusement le lait entre tout ce qui est petit. nous vîmes ainsi plusieurs fois un bébé d’homme partager sa tétée avec un bébé de chien, ou deux petits singes, rapportés par les chasseurs, prendre la place de deux enfants sur la poitrine d’une femme, tandis que les fillettes de la tribu essayaient vainement d’imiter leurs mères en tendant leurs petits seins à leurs frères ou leurs cousins.
pourquoi ne les a-t-on pas laissés tranquilles, pourquoi??
A propos de ce livre je voudrais signaler que dès la troisième partie il est souvent question de la tribu des Guaharibos (=homme-singe); A G à cette époque ne le savait pas mais il s’agit en fait des Ianomámi tels qu’on les nomme aujourd’hui, et tels qu’ils se nomment eux-même (Ianomámi = être humain, personne)

renato dit: à

Breton arrive à NY, en 39, il me semble. En 38 il y avait eu au MoMA une grande exposition sur le Surréalisme que Breton avait snobé… Il s’attendais à qu’on lui fasse des ponts d’or, peut-être…

Duchamp avait déjà vecu à NY (1915) où il avait connu Man Ray, Katherine Dreier (collectionneuse de l’œuvre de Marcel Duchamp dès 1920) et les époux Arensberg (entre 1914 et 1921, leur salon devient le centre de l’avant-garde artistique et intellectuelle américaine).
Les Arensberg furent parmi les premiers collectionneurs de l’art précolombienne ; en 1919 ils acquièrent en particulier le Nu descendant un escalier n° 2.
En 1913 Brâncuși expose trois sculptures à l’Armory Show di New York. En 1914 Dorothy Parker, embauché par le groupe Vanity Fair, devient assistante de rédaction chez Vogue (voir l’Algonquin Round Table). Et ça ce n’est qu’un petit échantillon, bref un environnement culturel existait à NY, peut-être pas pour un (AB) qui se prenait pour le centre de l’univers…

hamlet dit: à

André Breton aura sans doute été l’intellectuel français le plus influent dans le monde…

du 20è s.

hamlet dit: à

Rose, oui Miro, Perret et tant d’autres !

et alii dit: à

merci d’avoir précisé la mémoire de . Gheerbrant

hamlet dit: à

l’influence d’André Breton aux US est énormissime !
l’école de Chicago, l’expressionnisme abstrait, je me demande si Pollock (New York) ne revendique pas cette appartenance ?

André Breton aura sans doute été l’intellectuel français le plus influent dans le monde.

son génie est d’avoir réussi à théoriser ce mouvement de pensée, de l’inscrire dans son époque, il était au bon endroit, au bon moment, il a compris avant les autres, dans cent ans il y aura des artistes qui s’en réclameront.

Claudio Bahia dit: à

merci et Alii pour ces liens; je vais ouvrir tout cela d’ici peu de temps.

Claudio Bahia dit: à

Janssen J-J dit: 26 juillet 2019 à 15 h 31 min

Oui, JJJ, c’est bien cela, et sur la dernière page cette observation de Claude Roy: « Alain Gheerbrant est devenu explorateur parce qu’il était poète »

rose dit: à

Paul Edel
Joan Mirò très en lien avec Benjamin Peret dont Anthologie de l’amour sublime.

hamlet dit: à

Jazzi dit: 26 juillet 2019 à 15 h 25 min

oui Jazzi ! tout à fait.

Jazzi, tu sais quoi ? je recherche un avocat, je suis accusé tu peux imaginer, je risque la pendaison, pablo il a pris chaloux comme avocat vinaigrette, ça te dit d’être le mien ? faut juste que t’arrêtes le cinoche pendant 1 mois vu que mon dossier fait 3 mille pages.

rose dit: à

Me fait penser au Chant des pistes de Bruce Chatwin
Mais une de ses citations préférées était signée Hans Arp : « Servez-vous une fois seulement d’un chemin, et ensuite, faites-en cadeau. »

Et continuez la route

Pablo75 dit: à

Il est comique (involontaire) MC:

Pensez-vous vraiment que les New Yorkais ignoraient le Surréalisme? Vous auriez beaucoup surpris Varian Fry […] ou Peggy Guggenheim
Petit Rappel dit: 26 juillet 2019 à 15 h 10 min

Où on apprend que dans les années 40 New York avait… 2 habitants !

Janssen J-J dit: à

…. toujours sur Alain GHEERBRANTn ce cri d’alarme datant de 1988 : « L’Amazone, un géant blessé »

(Collection Découvertes Gallimard (n° 40), Série Histoire, Gallimard

(argument) En 1542, les conquistadors Gonzalo Pizarro et Francisco de Orellana tentent de trouver une nouvelle route vers l’Inde, au-delà de la gigantesque barrière des Andes. Ils échouent, mais rencontrent de farouches guerrières, les Amazones, et découvrent un fleuve immense, qu’ils baptisent « Amazone ». En quête d’un mythique Eldorado, les aventuriers sillonnent désormais le fleuve et la forêt amazonienne. À partir du XVIIIe siècle, naturalistes et géographes y réalisent de grands voyages scientifiques et entrent en contact pacifique avec les Indiens. Après la grande exploitation du caoutchouc au tournant du XXe siècle, qui décime les populations indiennes, la déforestation, la pollution et le pillage des ressources naturelles mettent aujourd’hui en péril leurs cultures traditionnelles, en symbiose avec le plus vaste écosystème forestier du monde.
Tout en retraçant les étapes de la découverte et de l’exploration de l’Amazonie, Alain Gheerbrant, explorateur et écrivain, lance un cri d’alarme devant le danger qui menace le patrimoine de l’humanité tout entière.

Delaporte dit: à

Il y a un livre de Soljenitsyne qui s’appelle « Août 14 ». En 2014, je voulais le lire, pour comprendre, ne serait-ce que vu de Russie, pourquoi la guerre a éclaté. Les historiens n’expliquent rien. Peut-être, me disais-je, un romancier va nous dire ce qu s’est passé. Donc, il faut que je m’y mette… et vous aussi.

Paul Edel dit: à

Benjamin Peret

Paul Edel dit: à

Petit rappel bien sûr il y avait des

NEW yorkais cultivés marqués par le surréalisme mais lisez ce que Breton écrit à Péter et vous verrez l immense désillusion de Breton c est chez Gallimard cette très éclairante correspondance avec des notes précieuses

Jazzi dit: à

« pablito ton père il t’a dit quelle température il fait sous ses serres ? »

Tu ne voulais pas plutôt dire sous terres, hamlet ?

Delaporte dit: à

« Le décret est publié au JournalOfficiel ce matin : Maurice Genevoix entrera au Panthéon le 11 novembre prochain. »

Pour moi, il restera l’ « écrivain pour mulots » dénoncé par de Roux. Néanmoins, on ne dira jamais combien est nécessaire l’hommage aux combattants de 14-18, cette guerre absurde, dont il est absolument impossible de dire exactement pourquoi elle a éclaté.

renato dit: à

Marc Court, il faut tenir compte de la vanité et du provincialisme de Breton, il s’attendait que, puisqu’à Paris il avait fait scandale, le Newyorkais quelconque — chauffeur de taxi, vendeuse, barman — était informé.

et alii dit: à

à propos de l’opposition penseur /philosophe,l’article que j’ai relu pour C.Bahia parle de penseurs
sans avoir collaboré avec des penseurs de ces sociétés. Les Amérindiens sont des objets
et aussi de des penseurs indigènes,
mais plus loin dit Onfray alternativement penseur et philosophe(du café du commerce)
donc il faut citer précisément les critiques

rose dit: à

Le canal de l’Orénoque : celui de Casiquiare.

rose dit: à

Le canal de Corinthe, celui du Mozambique.
Le carpien de Lavande (Lavande des graines de lin dans une petite housse en tissu, que vous mettez à chauffer au micro-ondes, puis vous le malaxez) ; le canal lacrymal.
Le canal de l’Orénoque.

Petit Rappel dit: à

Pensez-vous vraiment que les New Yorkais ignoraient le Surréalisme? Vous auriez beaucoup surpris Varian Fry, qui en exfiltra nombre d’artistes, ou Peggy Guggenheim à qui Max Ernst a pu donner, en admettant qu’elle en ait eu besoin, des cours de rattrapage…
MC

et alii dit: à

C.Bahia:
c’est Maxime Brousse qui a écrit la critique d’Onfray sur Slate qui renvoie les intéressés à d’autres études ainsi:
Il existe déjà une excellente critique de Nager avec les piranhas: elle est signée des anthropologues Pierre et Françoise Grenand, élèves de Claude Lévi-Strauss et spécialistes reconnus de la Guyane. Elle a été écrite… en 1992, 25 ans avant que l’auteur de Cosmos ne dorme «à la belle étoile dans un hamac». Dans Y-a-t-il encore des sauvages en Amérique?, les deux chercheurs dénoncent ceux qui veulent penser à la place des Amérindiens. Et en quelques lignes, ils saisissent à la fois les inquiétudes profondes (et souvent légitimes) d’Onfray, et les travers de sa méthode:
http://www.slate.fr/story/156287/nager-piranhas-naufrage-intellectuel-onfray-guyane

Janssen J-J dit: à

une fois de plus, le Conseil d’Etat vient de se déshonorer en fermant les yeux, voire en justifiant, tous les excès de la répression macroniste en matière de MO. Mais où va-t-on s’arrêter ?

————-
Le Conseil d’État rejette une demande d’interdiction de la grenade GLI-F4 formulée par trois « gilets jaunes », mercredi 24 juillet 2019. Statuant au fond, le Conseil d’État estime que les dix blessures graves recensées depuis novembre 2018 ne sont « pas de nature à établir » que les règles d’emploi n’ont pas été respectées, et que l’utilisation de cette grenade lacrymogène dans le cadre de manifestations n’a pas pour effet de les interdire. Dans une seconde décision, le Conseil d’État confirme également la décision du juge des référés concernant le lanceur de balles de défense.
Gabriel Pontonnier, dont la main a été arrachée lors d’une manifestation le 24 novembre 2018, et deux autres « gilets jaunes » voient leur demande d’interdiction de la grenade GLI-F4 rejetée par le Conseil d’État, mercredi 24 juillet 2019. La haute juridiction administrative confirme, au fond, sa décision de référé prononcée en mai 2019. Les requérants, soutenus par la LDH et l’Acat, défendaient l’abrogation de la disposition du code de la sécurité intérieure, qui autorise les forces de l’ordre à faire usage de cette arme non létale lors d’opérations de maintien de l’ordre.
Le Conseil d’État rappelle en premier lieu les conditions d’emploi de cette arme « non létale », fixées par les textes réglementaires. Son usage doit être annoncé par une « triple sommation » et est permis uniquement en cas « d’absolue nécessité et de manière strictement proportionnée » pour dissiper un attroupement. « La circonstance que depuis novembre 2018 l’usage de cette arme non létale par les forces de l’ordre aurait provoqué dix blessures graves pour plus de 1 700 tirs réalisés n’est pas de nature à établir que les conditions légales mises à l’utilisation des grenades GLI-F4 ne pourraient être respectées », estime le Conseil d’État.
Le Conseil d’État rejette un autre argument des requérants relatif à l’abandon de cette grenade : « Les circonstances que l’État aurait renoncé à renouveler l’achat de ce type de grenades et que cette arme non létale ne serait plus, en règle générale, employée pour le maintien de l’ordre à l’étranger, ne sont pas à cet égard susceptibles d’entacher d’illégalité [le maintien de la grenade] ».
Le Conseil d’État considère également que « le recours à la grenade GLI-F4 n’a pas pour objet et ne saurait avoir légalement pour effet d’interdire le déroulement de manifestations pacifiques ou de restreindre le doit d’y prendre part ». Les trois « gilets jaunes » à l’origine de cette procédure considéraient que l’utilisation de cette arme contrevenait à l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui protège la liberté d’expression.
-> LBD : recours également rejeté
Dans une autre décision rendue mercredi 24 juillet 2019, le Conseil d’État rejette également la demande de plusieurs organisations – dont la CGT et le Syndicat de la magistrature – visant à interdire l’usage du LBD pendant les manifestations. Comme en référé, il considère que le recours à cette arme par les forces de l’ordre « n’a pas pour objet et ne saurait avoir légalement pour effet d’interdire le déroulement de manifestations pacifiques ou de restreindre le doit d’y prendre part ». Si le Conseil d’État reconnaît que « l’usage du LBD 40 mm a provoqué des blessures, parfois très graves », il souligne également, « la nécessité de permettre aux forces de l’ordre de recourir à cette arme, qui constituait […] un élément essentiel du dispositif de global de maintien de l’ordre sans lequel elles n’auraient pu faire face à ces situations de particulière violence qui prévalaient » lors des manifestations de « gilets jaunes ».

hamlet dit: à

Pablo, tu as raison, mille raison ! je reconnais mes fautes, et je mérite d’être pendu sur un bûche à feu doux d’une guillotine !

mais avant, laisse-moi dire adieux à mes amis ici.

Adieux mes amis !
voilà tout se finit
ô comme furent doux
les temps exquis
passés ici
loin des courroux

ô ces temps anciens
temps d’insouciance,
douces patience,
parmi les miens

ô ces heures radieuses
point de lamentations,
ni de réclamations
que se taisent les pleureuses

ô ces rires joyeux
de douces ribambelles
jouant à la marelle
et combien d’autres jeux

adieux mes amis
voilà que tout s’achève
n’était-ce qu’un doux rêve
nul doute, dans un instant
je reviendrai charmant,
c’est Puck qui vous le dit !

et alii dit: à

Claudio Bahia dit: 26 juillet 2019 à 13 h 56 minle livre de Onfray n’est donc pas sur la toile
bonne journée

Janssen J-J dit: à

(touite) Bernard Maris en aurait été heureux, lui qui avait dressé de son beau père un portrait si intéressant, dans un surprenant parallèle avec E. Jünger.

Pablo75 dit: à

Après Goebbels dénonçant des innocents, voilà maintenant Goering au procès de Nuremberg faisant l’innocent:

« non non non, il y a erreur dans la présentation des faits, il s’agissait simplement d’une question que je te posais, j’ai probablement eu tort de la poser mais c’était dans le feu de l’action, et comme tu ne m’as pas répondu j’ai pensé que j’avais visé juste. pourquoi tu l’as pas dit plus tôt gros nigaud que tu es ? donc pour résumer la situation : il y a bien des gens qui exploitent la main d’oeuvre d’immigrés.
ce n’est pas être nazi que de dénoncer ceux qui le font, ton père n’en faisant pas partie puisqu’il était travailleur social. voilà la situation clarifiée. fin de la partie, game over. et maintenant nous pouvons passer à autre chose Pablo. »
hamlet dit: 26 juillet 2019 à 13 h 56 min

Nazi en dénonçant, Nazi en essayant de se dédouaner, Nazi toujours.

Petite recherche dans tes messages de ces derniers jours:

« tu sais quoi pablito ? je crois que ta place n’est pas ici mais avec ton père ! lui au moins il fait son travail d’esclavagiste moderne sans se la péter, et toi tu devrais aller le rejoindre : ta place est avec lui ! alors que là tu nous joues le musicologue de mes deux alors que tu as le qi d’un esclavagiste ! on n’échappe pas à la génétique pablito, désolé mais c’est la nature. »
hamlet dit: 20 juillet 2019 à 14 h 32 min

et je te le redis pablito : si ta fille soigne des animaux il faut qu’elle aussi aille s’occuper des ouvriers de ton père, votre place à tous les deux est là bas à vous occuper du pauvre sort de ces gens qu’il fait travailler sous des serres où il fait 60 degrés ! pas ici !
hamlet dit: 20 juillet 2019 à 14 h 35 min

pablito tu vois : à chaque fois que je te parle de ton père le premier mot qui vient à l’esprit est celui de « nazi ». déjà ça c’est très mauvais signe. alors que moi je ne traite pas des ouvriers marocains comme les nazis traitaient leurs esclaves dans leurs usines.
hamlet dit: 20 juillet 2019 à 14 h 51 min

Chaloux, je n’ai jamais insulté son père, j’essaie juste de comprendre comment pablito est devenu ce qu’il est.
pour ce qui est de son père si je l’avais insulté pablito aurait démenti mes dires. au contraire je crois qu’il partage mon avis mais qu’il préfère ne pas aborder le sujet.
hamlet dit: 20 juillet 2019 à 15 h 02 min

pablito je te rappelle tu nous as toujours pas dit ce qu’il faisait ton père avec ses ouvriers marocains.
hamlet dit: 21 juillet 2019 à 18 h 13 min

pablito : tu nous as toujours pas dit non plus comment tu as convaincu ta fille de soigner des animaux alors qu’elle voulait devenir médecin ? quels ont été tes arguments ? tu lui as parlé d’Hitler qui aimait bien son chien ?
hamlet dit: 21 juillet 2019 à 18 h 15 min

pablito ton père il t’a dit quelle température il fait sous ses serres ? pour un salaire de misère?
hamlet dit: 21 juillet 2019 à 18 h 19 min

Ici, Pétomane pathologiquement Jaloux qui essaie de se faire passer pour Juif pour dissimuler qu’il est Nazi, ce n’est pas toi qui déclare que le jeu est fini et qu’on peut passer à autre chose. Ici tant que je serais là et que le patron du blog le permettra, je ne te lâcherais pas. Je te l’ai écrit le 3 juillet 2019 à 11 h 53 min après l’une de tes affirmations abjectes: « J’espère que tu ne te demanderas plus (ni toi ni personne ici) pourquoi je m’acharne sur toi. »

Janssen J-J dit: à

@ 13.56, Je n’ai pas grande mémoire des historiques de ce blog. Ne sais pas qui est hamlet, s’il a eu un blog et lequel, quel portrait il a tiré de vous, etc. Il a si souvent changé de pseudos que j’ai fini par manquer d’assiduité. Et c’est mieux ainsi.
Il parait que nous faisons partie d’un nouveau trio d’affreux. A chaque jour suffit sa peine, les amours et les haines fluctuent, les quatuors deviennent vite des octuors, que dis-je « un chorus universel de haine et de proscription, Qui diable y résisterait ? » , Puis… vient l’apaisement, comme chez Baudelaire.

(La musique souvent me prend comme une mer !
(Vers ma pâle étoile,
(Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
(Je mets à la voile ;
(La poitrine en avant et les poumons gonflés
(Comme de la toile,
(J’escalade le dos des flots amoncelés
(Que la nuit me voile ;
(Je sens vibrer en moi toutes les passions
(D’un vaisseau qui souffre ;
(Le bon vent, la tempête et ses convulsions
(Sur l’immense gouffre
(Me bercent.
(D’autres fois, calme plat, grand miroir
(De mon désespoir !
____

hamlet dit: à

passou, vous pourriez dire aux 50 Grands Penseurs que s’ils ont 2 désistements pour partir à la montagne on a 2 candidats ici à leur proposer.

hamlet dit: à

« hamlet dit: 26 juillet 2019 à 14 h 15 min

sondage d’opinion ! c’est ce disent toutes les Ordures de Nazi dans ton genre pour éviter d’avouer qu’elles sont des Ordures de Nazi !!! »

ah bon ?

hamlet dit: à

« hamlet dit: 26 juillet 2019 à 14 h 14 min

m’enfin mais non c’était juste un petit sondage d’opinion… »

sondage d’opinion ! c’est ce disent toutes les Ordures de Nazi dans ton genre pour éviter d’avouer qu’elles sont des Ordures de Nazi !!!

hamlet dit: à

« hamlet dit: 26 juillet 2019 à 14 h 13 min

ah revoilà le nazi qui fait des listes de noms comme la gestapo ! »

m’enfin mais non c’était juste un petit sondage d’opinion…

hamlet dit: à

« hamlet dit: 26 juillet 2019 à 14 h 11 min

chaloux & pablo : mettez un « M » si vous méprisez et un « A » si vous aimez. »

ah revoilà le nazi qui fait des listes de noms comme la gestapo !

hamlet dit: à

chaloux & pablo : mettez un « M » si vous méprisez et un « A » si vous aimez.

(c’est un sondage pour l’insee)

X :
Jazzi :
Marie Sasseur :
Lavande :
Clopine :
DHH :
Ed :
Christiane :
3J :
M. Court :
Paul Edel :
pado :
et alii :
Pat V. :
de nota :

si vous renvoyez votre formulaire avant fin juillet vous recevrez un porte clé avec la photo de passou en train de boxer !

hamlet dit: à

merci Pablo ! j’adore Brad Mehldau, et notamment ce qu’il fait avec Bach, même si cela peut porter à controverses (???), pas facile de toucher à l’ami JS, mais lui s’en sort pas mal, je l’ai écouté l’an dernier, à l’entrée j’étais perplexe, à la sortie j’étais conquis:

https://www.youtube.com/watch?v=rXGcoNGEA2U

Chaloux dit: à

Pablo : Réponse: parce qu’on ne méprise pas tout le monde. On ne méprise que les ordures comme toi, Pedo ou Gigi la visqueuse.

Oui, c’est exactement ça. rien à ajouter.

hamlet dit: à

sondage RDL :

@chaloux & pablo : citez-moi des personnes que vous ne méprisez pas sur ce blog avec qui vous aimez partager votre musique ?

aux autres : qui ne se sent pas méprisé par chaloux et pablo, et aime partager la musique avec eux ?

pado dit: à

J3 13h40

pado et vani

Après lecture du commentaire qui suit le votre de hamlet et si vous aviez accès à son ancien blog peut-être comprendriez-vous, mais je ne suis pas sûr qu’il en reste beaucoup d’exemplaires.

hamlet dit: à

« Pablo75 dit: 26 juillet 2019 à 13 h 36 min

hamlet dit: 26 juillet 2019 à 13 h 01 min

(…)
Dans le Sud de l’Europe il y a des gens qui exploitent des sans-papiers africains. Toi tu désignes un innocent que tu ne connais pas comme coupable de ses faits: mon père. »

non non non, il y a erreur dans la présentation des faits, il s’agissait simplement d’une question que je te posais, j’ai probablement eu tort de la poser mais c’était dans le feu de l’action, et comme tu ne m’as pas répondu j’ai pensé que j’avais visé juste.

pourquoi tu l’as pas dit plus tôt gros nigaud que tu es ?

donc pour résumer la situation :

il y a bien des gens qui exploitent la main d’oeuvre d’immigrés.

ce n’est pas être nazi que de dénoncer ceux qui le font, ton père n’en faisant pas partie puisqu’il était travailleur social.

voilà la situation clarifiée.

fin de la partie, game over.

et maintenant nous pouvons passer à autre chose Pablo.

Claudio Bahia dit: à

et alii dit: 26 juillet 2019 à 10 h 42 min
très interessant, mais je n’ai pas connaissance du texte de M. Onfray. Se trouve-t-il sur le net?
on peut consulter:

GRENAND, Françoise; GRENAND, Pierre; HURAULT, Jean-Marcel. Indiens de Guyane : Wayana et Wayampi de la foret. Paris : Autrement/Orstom, 1998. 200 p.
GRENAND, Pierre. Différents traits d’acculturation observés chez les indiens Wayana et Waiãpi de Guyane Française et Brésilienne. In: JAULIN, R. (Org.). De l’ethnocide. Paris : Union Génèrale d’Editions, 1972. p.159-75.
——– (Org.). Les peuples des forêts tropicales aujourd’hui. v. IV: Région Caraíbes, Guyanes, Bélize. Bruxelles : APFT, 2000. 478 p.
——–; GRENAND, Françoise. Les amérindiens de Guyana française aujourd’hui : eléments de compréhension. Journal de la Société des Américanistes, Paris : Société des Américanistes, v.66, p.361-82, 1979.
——–. L’occupation amérindienne, ethnoarchéologie et ethnohistoire. In: L’ARCHÉOLOGIE en Guyane. s.l. : APPAAG, 1997.

ps: je n’ai pas compris le lien entre votre texte et la longue liste après « … insultant un paquet de monde au passage » (??)
bonne journée

Pablo75 dit: à

chaloux, je peux vous poser une question ? si Pablo et toi vous méprisez tous ceux qui viennent sur ce blog pourquoi alors partager de la musique avec eux ?
hamlet dit: 26 juillet 2019 à 13 h 23 min

Ce pauvre Pétomane a l’esprit binaire des nazis. Et 3 neurones dans le cerveau mal placées.

Réponse: parce qu’on ne méprise pas tout le monde. On ne méprise que les ordures comme toi, Pedo ou Gigi la visqueuse.

Marie Sasseur dit: à

Pour moi un cloporte reste un cloporte.

Marie Sasseur dit: à

Un beau mec, lol. Toujours l’argument à la tête du client, le keuf.

Chaloux dit: à

Oui, Hamlet, va te faire foutre toi aussi.

hamlet dit: à

chaloux, il y a longtemps j’avais un blog, et sur ce blog j’avais fait le portrait des commentateurs, si mes souvenirs sont bons il y avait une photo de pado (à la montagne ?), si ces souvenirs sont exacts je peux vous dire que pado est plutôt assez beau mec.

toujours si ma mémoire est bonne à l’époque pado ne vendait pas encore des godes sur internet, j’imagine qu’il s’agit d’une reconversion professionnelle ?

cela dit je ne vois vraiment pas quel mal il y a à vendre des sex toys sur internet ? c’est même un métier assez honorable comparé à d’autres.

vous êtes vraiment 2 types sacrément bizarres pablo et toi.

allez remettez-nous des liens musicaux sur yt, c’est encore là que vous êtes les meilleurs.

Janssen J-J dit: à

@12.35 Je n’arrive pas à croire que vous le pensiez, mais si ça peut vous faire plaisir, continuez.

Non, je ne pense rien, à vrai dire, tout cela m’amuse 5 minutes…
L’une de vos remarques m’a juste étonné un brin l’autre jour, sur pado et vani, bien que je ne l’aie pas comprise. Mais pad’souci.

x dit: à

Jazzi : m’étonnerait qu’ils fassent du stop ensemble… On voit que tu lis davantage le Parisien que Mediapart.

Pablo75 à 12 h 43 min
Ah, bon ? Comme ça les gens qui font des suppositions à l’aveugle sur les autres et leurs ascendants, leur métier, leurs opinions politiques peuvent se tromper ? Non ?
Ah, pardon, je n’avais pas entendu : seuls les autres se trompent, pas vous ? Parce que vous, vous faites dans la subtilité, n’est-ce pas.

Ce qui est con c’est surtout d’appeler cons ceux qui ne vous plaisent pas (dont on n’apprécie pas l’œuvre ou qu’on prétend juger à l’instinct, s’agissant d’interlocuteurs sur blogs).
À la limite, les pouces levés ou baissés, les j’aime/ je n’aime pas (pour les auteurs), sont plus honnêtes parce que plus limités. Apprendre à dire « je n’aime pas tel auteur, telle œuvre de tel auteur, pour telle et telle raison » c’est un premier pas.
La critique normative a vécu.
Il paraît même que la grande demeure « Littérature » comprend de nombreuses pièces, et que comparer les choux (non, le persil) et les carottes n’a pas forcément beaucoup d’intérêt.

Curieuse idée aussi de voir la littérature comme une éternelle école où l’on entrerait seulement pour gagner des prix (et la lecture comme une vocation d’examinateur).
Pas sûr qu’un Joyce ou un Musil serait très heureux qu’on lui dise : bravo ! tu as réussi à attraper la queue du Mickey, tu auras droit à 2 tours de manège en plus.
Ou bien un grand Marché où une (toujours supposée saine) concurrence DOIT régner (qu’il y ait concurrence, rivalités, pas de place pour tout le monde dans un présent donné et qu’il y ait concurrence pour l’attention du lecteur d’aujourd’hui en raison de la conservation de pas mal d’œuvres du passé, même du seul 20e siècle, c’est autre chose) ?
« La main invisible » de la postérité, sans doute.
Comme autrefois il importait d’être « dans le sens de l’histoire ».

Un peu le même phénomène :
Je me marre un peu (mais ris jaune) quand je vois qu’il y a des gens qui s’aperçoivent que M. Onfray « simplifie », déforme. Tant que ça touchait des disciplines ou des domaines que soi-même on méprisait, on applaudissait et on faisait confiance (il pense comme moi, si c’est pas un signe que c’est un bon !)
Les athées militants (qui fort heureusement ont bien le droit de l’être, mais le sont-ils tous en parfaite connaissance de cause et de textes ?), les anti-psychanalyse, se sont réjouis sans entraves.
Et puis, curieusement, quand ça tombe sur quelque chose qu’ils connaissent un peu ou beaucoup, c’est que le bonhomme a changé de méthode…

Ce qui est un peu gênant aussi dans la « conversation » ici, en-dehors de la grossièreté (des termes et des analyses) de certains, c’est son mouvement centrifuge.
Auquel bien sûr, je participe comme tout le monde, mais quand on revient à son ordinateur et qu’on lit d’affilée tous les messages, ça frappe davantage. Je ne parle pas de « s’en tenir au billet » ni de « discipline ».
Je remarque plutôt que c’est un formidable outil pour « noyer » un thème, une question. Le désamorcer, le neutraliser, le trivialiser.
Plus besoin de censure : il suffit de submerger d’ « informations », d' »actualités », de nouvelles, de vidéos (pas le temps d’y réfléchir).
ET surtout d’interactivité, d’ouvrir tout grand les forums de discussion (réflexion suivie impossible. Arguments pris ou non en considération selon la sympathie que l’on éprouve pour le « personnage ». Et cet éloignement irrésistible du centre : on fait des ronds dans l’eau en y lançant un caillou, ça nous occupe.)
Dans le brouhaha, tout réduire à pas grand-chose.

Ceux qui pensent qu’il y a danger de catastrophe, qu’il y a lieu de sonner l’alarme, ou les relativement inquiets qui estiment qu’il faudrait quand même se pencher sur la question l’ont-ils remarqué ce mouvement d’éloignement inexorable  ? Au lieu de s’interroger sur la validité du message (quitte à le redéfinir si l’on estime que celui qui est porté par G. Thunberg n’est pas le bon) on s’intéresse aux caractéristiques de la messagère (s’il s’agit de s’interroger sur une étrange unanimité en parfaite contradiction avec les décisions prises il ne faut pas en rester à son « look »), puis aux tribunes qui s’attaquent à la messagère (ignominie ou bon sens), puis à l’autisme (si c’est pour distinguer une condition réelle des diagnostics abusifs c’est utile, mais au sujet « secondaire », le cas GT) et/ou au rôle que jouent les enfants dans notre société, puis aux caractéristiques et au lourd passé (non, pas son milieu, son lourd passé d’influenceur) de celui qui a attaqué la fille aux nattes, on s’éloigne toujours plus de l’essentiel. Non ?
Dans 2-3 ans quand celle-ci sera usée on reprendra un autre « porte-parole » mondial et tout recommencera, mais entre temps tout aura évolué comme si de rien n’était (s’il y a des seuils, de l’irréversible, c’est ennuyeux).

Pas de recette miracle à proposer, si ce n’est dans un premier temps, d’essayer au moins de parler des (répondre aux) messages, des arguments et non des gens tels qu’on les imagine ou caricature.

Pablo75 dit: à

hamlet dit: 26 juillet 2019 à 13 h 01 min

Je vois que tu as une logique de Pur Nazi. Pour toi, à partir du moment où un délit se produit, le coupable est un innocent.

En Allemange dans les années 30 il y avait des voleurs et des escrocs. Les Nazis désignaient des innocents qu’ils ne connaissaient pas comme les coupables de ses faits: les Juifs.

Dans le Sud de l’Europe il y a des gens qui exploitent des sans-papiers africains. Toi tu désignes un innocent que tu ne connais pas comme coupable de ses faits: mon père.

Tu imites les Nazis, non? Tu vois bien que tu es une Dangeureuse Ordure Nazi, non?

Et tu es une Dangeureuse Ordure Nazi au point d’imiter Goebbels dans tes « raisonnements ». Si je dis que mon père n’était pas un exploitant des sans-papiers africains, cela veut dire pour toi que je nie qu’il y ait des exploitant des sans-papiers africains: « tu veux dire que cette exploitation de cette main d’oeuvre d’immigrés n’existe pas ? »

Et encore plus fort: si je dis que le type qui dénonce un innocent en le traitant de coupable est une Ordure Nazi cela équivaut pour toi à une vraie dénonciation des vrais coupables: « tu veux dire que tous les journalistes qui le dénoncent sont des nazis ? »

Du Pur Cynisme Nazi.

Mais traduisons cela plus clairement encore. Imaginons qu’on est dans l’Allemange des années 30 et que tu es Goebbels et moi un Juif. Tu dénonces mon père, Juif, en tant que voleur et escroc malgré le fait d’être un avocat spécialisé dans les litiges avec la Sécurité Sociale et d’avoir vécu à 900 kms des lieux des crimes que tu dénonces. Tu ajoutes en plus, que mon père, Juif, soigne ses victimes, quand ils ont des malaises face aux vols, les considérant comme des animaux, avec des vétos.

Et quand on te le reproche tu dis, comme aurait dit Goebbels avec un sourire: « je ne comprends pas : tu veux dire que les vols et les escroqueries dans l’Allemagne nazi n’existent pas ? tu veux dire que tous les journalistes qui les dénoncent ne sont pas honnêtes ? »

C’est clair aussi pour toi maintenant que tu as une Âme de Nazi?

Chaloux dit: à

Lancez-lui une seau d’eau!… Euh, Non… C’est pas ça. Pauvre pedo…

Lavande dit: à

« Et vous savez, les tchèques sont encore plus cons que les allemands! »
D’une grande finesse d’analyse votre ami.
Kafka écrivain tchèque de langue allemande : double peine, un con à la puissance 2 en quelque sorte.

Chaloux dit: à

@Omlette.

A cause de la baguette du chef. Clac! Clac! Clac! Ou plutôt claques! Claques! Claques! (Le clac est un truc à pedo, je vous raconterai : avec son physique ingrat, plutôt vers l’heure de la sortie… et après bien des supplications… mais pour le moment, j’ai du travail).

pado dit: à

Mon chaloux 13h22
Il ne perd rien pour attendre.

Mais je n’attends pas mon chaloux, dès que je te siffle, tu viens.

pado dit: à

Mon chaloux 13h22
Je sais qui est cette pourriture de pedo

Mythomanie.

hamlet dit: à

chaloux, je peux vous poser une question ?

si Pablo et toi vous méprisez tous ceux qui viennent sur ce blog pourquoi alors partager de la musique avec eux ?

en principe on partage la musique avec des gens qu’on aime, pas qu’on méprise ?

là encore essayez de répondre calmement sans injures svp.

Chaloux dit: à

S’il n’est pas crevé entre temps.

Chaloux dit: à

Je sais qui est cette pourriture de pedo qui vient ici uniquement pour jouer les persécuteurs avec moi. Il ne perd rien pour attendre.

Marie Sasseur dit: à

pedo le cloporte, je n’ai rien à faire de fakes comme vous.

Marie Sasseur dit: à

Une gretânerie:

« c’est comme si vous n’aviez pas lu le dernier rapport du GIEC dont dépend l’avenir de notre civilisation »

Tu m’étonnes que les ricains ne veulent plus financer ces gouffres de la pensée.

pado dit: à

La Tique 13h15

Cette communauté de pensée avec mon chaloux et pablito vous va à ravir ma chère, une belle plongée dans l’ignominie.

Chaloux dit: à

Oui une grosse masse chauve, un gros cloporte édenté et puant qui ne fout rien et donne des leçons. Un petit persécuteur de merde.

Marie Sasseur dit: à

pedo le cloporte qui donne des leçons de netiquette, on aura tout lu sur ce blog.

Chaloux dit: à

Quant à l’autre, Pablo, le pado, c’est échanges de godes sur Facebook, un type écœurant. Tu as raison ne répondons plus.

pado dit: à

Pablito 13h02
Elle adore qu’on la fouette, cette salope.

Homophobie et misogynie, la marque de nos deux clowns.
A rajouter à leur devise :
« Fatuité, vacuité, mythomanie »

Marie Sasseur dit: à

Greta de Suède
Mme Masson-Delmotte.

Marie Sasseur dit: à

De quoi vous causez ?

Certainement pas de ce que Greta du Suède assène comme une vérité révélée: La page 108 de sa bible de chevet, un rapport du giec que lui a refilée on mentor, Mme Masdo-Delmotte Une dead line, qui la rend toquée.

Marre des cons.

Pablo75 dit: à

Je n’osais pas croire que Gigi la visqueuse était une telle pourriture. Mais si.
Chaloux dit: 26 juillet 2019 à 12 h 34 min

Ne perds pas ton temps à lire et à répondre à cette sous-merde visqueuse, gluante, glaireuse, à la cervelle en état de soupe quantique.

Elle adore qu’on la fouette, cette salope. On sent qu’étant une grande maso, elle vient ici pour s’exciter uniquement.

hamlet dit: à

« Pablo75 dit: 26 juillet 2019 à 12 h 43 min

hamlet dit: 26 juillet 2019 à 11 h 59 min

Comme les Nazis, tu dénonces des innocents comme s’ils étaient des criminels qui exploitent des sans-papiers africains(…) »

Pablo, je ne comprends pas : tu veux dire que cette exploitation de cette main d’oeuvre d’immigrés n’existe pas ?

dans la plupart des pays européens, et notamment ceux qui bordent la Méditerranée ?

tu veux dire que tous les journalistes qui le dénoncent sont des nazis ?

je comprends rien : essaie de t’expliquer calmement.

ps : je suis content d’apprendre que ton père était un travailleur social.

et alii dit: à

l’autisme deviendrait un nouveau combat identitaire
oui, d’une certaine façon;vous avez raison;depuis que lacanien est quasi synonyme de charlatan!

Paul Edel dit: à

Pablo. jugements à la hache, culture du mépris. j’abandonne.

Pablo75 dit: à

Je te cite des grands écrivains? un Dominique Fromentin, un Jean Cayrol, un Max Jacob.. un Patrice de la Tour du pin..une nathalie sarraute ou une Monique Wittig.. un Roger Vailland ou un Fajardie ou un Henri Thomas ou un Desnos…un alphonse Allais.. ou Semprun
Paul Edel dit: 26 juillet 2019 à 12 h 21 min

Rien à dire alors. Tu as raison, Breton est un grand écrivain.

Et dans ce cas-là, et par ricochet, Jacques-Pierre Amette est un bon écrivain.

C’est clair.

Chaloux dit: à

Peu d’hommes debout, Gigi. La plupart sont comme toi. A quatre pattes, bien graissés, attendant le bon vouloir du roi-chien. Si tu ne veux pas qu’on le lise, ne l’écris pas. Pas la moindre homophobie là-dedans.

Pablo75 dit: à

hamlet dit: 26 juillet 2019 à 11 h 59 min

Comme les Nazis, tu dénonces des innocents comme s’ils étaient des criminels qui exploitent des sans-papiers africains en les considérant comme des animaux, puisque tu as écrit qu’ils pourraient les faire soigner par des vétérinaires.

C’est une attitude d’Ordure Nazi.

Comme les Nazis, tu fais cela pour des raisons de Ressentiment, de Jalousie et d’Envie, ce qui veut dire que dans l’Allemagne des années 30, tu aurais été un type extrêmement dangereux, étant dépourvu de toute morale et ayant un complexe d’infériorité colossal.

Comble de la connerie, mon père était abogado laboral (avocat de travail), le matin travaillant dans une grosse entreprise et l’après-midi dans son bureau, où, étant spécialiste de la Sécurité Sociale, il s’occupait de défendre des ouvriers ou des autonomes qui avaient subi des accidents et pensaient être mal indemnisés par la Sécu ou des petits retraités -agricoles surtout- qui estimaient n’avoir pas obtenu la bonne pension de retraite.

Voilà pourquoi tu es une Ordure Nazi et tu m’auras face à toi À CHAQUE FOIS que tu essaieras ici de donner des leçon d’Éthique avec un cynisme infini.

Janssen J-J dit: à

@ Je n’osais pas croire que Gigi la visqueuse était une telle pourriture. Mais si.

Je n’osais pas croire que Chalumeau et Pablito fussent de pareils homos refoulés caractérisant leur homophobie à fleur de peau, dès que la colère leur dégorge. Mais non.

Ca vous va comme ça ? Basta !

Jazzi dit: à

Dans sa dernière chronique, Jacques Drillon nous informe du nouveau règlement intérieur de Passou à l’usage des erdéliens :

« À chaque nouveau billet on répondra toujours présent, et dans un style impeccable. On ne contestera jamais mes opinions, mais l’on s’abstiendra de toute obséquiosité. Chacun, lavera et repassera ses vêtements, et surtout ses sous-vêtements, en dehors de la RDL. »

pado dit: à

J3 12h27
@ wgw

Je n’arrive pas à croire que vous le pensiez, mais si ça peut vous faire plaisir, continuez.

Janssen J-J dit: à

@ un Dominique Fromentin,

J’ai jamais trouvé Dominique, ce roman d’Eugène Fromentin, à ce point génial. Si vou spouviez nous rappeler en quoi il vous semble important, marquant, P. Edel, je serais toute ouïe…
NB/ Ne répondez pas aux provocs à dix balles de P57, voyhons doncl…

Chaloux dit: à

Je n’osais pas croire que Gigi la visqueuse était une telle pourriture. Mais si.

Aigrefin : homme qui vit d’escroqueries.

Je ne savais pas que Plenel vivait d’escroqueries. Je crois qu’il sera content de l’apprendre.

Quant à la grosse fiotte percée de pado qu’elle aille se faire foutre. Bonne qu’à ça.

Janssen J-J dit: à

@ wgw vs chaloux : On se calme (y compris sur les fiotes ?). C’est ma faute ; j’aurais dû préciser au sujet des « aigrefins » – et je reconnais que ce temre n’est pas très heureux : colombani, plenel, minc… Mais il est certain qu’edwy n’a pas brillé à l’époque en foutant schneiderman à la porte, lequel avait osé soutenir péan dans son enquête sur le Monde…

Enfin bon, passons l’éponge. Désolé d’avoir remuglé. Je voulais surtout expliquer que j’ai arrêté mon abonnement à ce journal après cette affaire. Il s’était trop compromis à mes yeux… Je ne le reconnaissais plus. Et il s’était mis à rouler pour Sarkozy, en plus…

renato dit: à

« on trouve de trucs pas mal à manger chez camilleri »

Dans la cuisine de Camilleri :

http://www.vigata.org/cucina/ricette.shtml

Bon, sur certaine recettes il y a des meilleures variantes — plus élégantes.

pado dit: à

Mon chaloux 12h14
Ce n’est pas du tout ce que tu as écrit,

Ben, tu lis mal, c’est ton problème, tu viens bien trop vite quand je te siffle.

Je remarque que chaque commentaire de ton pote pablito ou de toi comporte au minimum une injure (dans le cas d’une seule ligne) tu ne trouves pas cela inquiétant ?
Cracheur-injurieur un jour, cracheur-injurieur toujours.

Pablo75 dit: à

Paul Edel dit: 26 juillet 2019 à 11 h 54 min

Si pour toi la preuve qu’une oeuvre est grande c’est qu’on l’étudie « au lycée et en agreg », je te conseille de regarder ce qu’on étudiait à ces deux mêmes endroits au XIXe siècle.

Quant à ta preuve définitive, « que le surréalisme ait marqué un Kundera », là, mon pote, je crois que tu as trouvé l’argument absolu, qui réussit à me laisser sans voix.

« Un autre idiot tu me diras. »

Cela me rappelle le mot d’un grand écrivain que je traduisais à l’époque où Kundera était à son apogée. Un jour il me raconte que l’auteur de « La Plaisanterie », qui l’admirant beaucoup, voulait le connaître (on venait de lui dire au tél. ou il avait reçu une lettre de lui, je ne me rappelle plus). Je lui demande s’il va le faire et il me répond: – Ah non… Je n’ai pas lu une seule ligne de lui ! Et on m’a dit que c’est pur tchèque. Et vous savez, les tchèques sont encore plus cons que les allemands!

Paul Edel dit: à

Pablo, je vais te faire de la peine.. mais un grand écrivain n’est pas forcement Hugo ou Dostoievski.. Je te cite des grands écrivains? un Dominique Fromentin, un Jean Cayrol, un Max Jacob.. un Patrice de la Tour du pin..une nathalie sarraute ou une Monique Wittig.. un Roger Vailland ou un Fajardie ou un Henri Thomas ou un Desnos…un alphonse Allais.. ou Semprun. un Jean Reverzy ou n Pierre Gascar.. ou un Cabanis. importants et précieux que Hugo..tu vois.. sont tous des grands..on ne parle pas de la même chose, je crois..écrivains.. leurs tirages importent peu.Ils ont tous une voix particulière inimitable.. si singulière..et une intelligence de leur époque.. et leur sensibilité..

Delaporte dit: à

D, vous allez voir, « etc. » avec un point final, ça va entrer dans le ciboulot à force… Ne vous découragez pas !

Chaloux dit: à

pado dit: 26 juillet 2019 à 12 h 09 min
Ah bon, le bouquin de Péan ne traite pas du Monde de l’époque Plenel ?

Ce n’est pas du tout ce que tu as écrit, grosse fiotte pourrie. Tu ne me siffles pas, je suis venu lire Pablo, et je suis tombé sur ta fuite déjectionnatoire.
Je ne te pisse pas à la raie, tant d’autres l’ont déjà fait… Essaie tout de même de sécher en silence….

Jazzi dit: à

Plenel et Mélenchon font du stop.

J’accélère !

D. dit: à

L’aiglefin je le fait en papillotes avec de la crème et de l’oseille.

Jazzi dit: à

« je considère Breton comme un grand écrivain »

Circonstances aggravantes, Paul considère aussi Aragon comme un grand écrivain et poète ! Il va sans dire que je partage son avis.
On est bon pour le peloton d’exécution, Pablo75 ? Et Chaloux ne manquera-t-il pas de viser la tête ? Ou le coeur…

pado dit: à

Mon chaloux 11h56

Je te siffles, tu viens, merci mon chaloux.

Ah bon, le bouquin de Péan ne traite pas du Monde de l’époque Plenel ?
J’aurais cru.

hamlet dit: à

Paul Edel dit: 26 juillet 2019 à 11 h 54 min

je ne pense pas que vous arriviez à lui faire comprendre ce genre de subtilité : son monde est taillé à la serpe.

hamlet dit: à

et alii dit: 26 juillet 2019 à 11 h 32 min

vous trouvez normal que seule une association d’autiste proteste ?

l’autisme deviendrait un nouveau combat identitaire où ils demanderaient le droit de ne pas se voir exclus du reste de l’humanité par le premier imbécile venu ?

et que tous les autres qui ne sont pas concernés par ce combat s’en foutent : je ne suis pas autiste ça ne me concerne pas.

et alii vous ne trouvez qu’on marche sur la tête ?

Jazzi dit: à

La naïveté est-elle un défaut ou une qualité ?
Je ramasse les copies dans deux heures !

Pablo75 dit: à

je considère Breton comme un grand écrivain
Paul Edel dit: 26 juillet 2019 à 11 h 21 min

Donc, l’égal d’un Proust, d’un Joyce, d’un Kafka, d’un Th.Mann, d’un Kavafis, d’un Yeats, d’un Céline, d’un Pessoa, d’un Unamuno, d’un Musil, d’un Pirandello, d’un Valéry, d’une Tsvetaieva, d’un Nabokov, d’un Borges, d’un Mandelstam, d’un Juan Ramón Jiménez, d’une Akhmatova, d’un T.S. Eliot, d’un Faulkner, d’un Kawabata, d’un César Vallejo, etc, etc (et j’en oublie plein d’autres, j’imagine) – pour ne parler que des écrivains du XXe siècle?

C’est ça?

hamlet dit: à

Pablo75 dit: 26 juillet 2019 à 11 h 24 min

Pablo je ne veux plus polémiquer avec toi, mais je vais tout de même te montrer que ta façon de procéder équivaut à celle d’Onfray.

toi tu essaies de me disqualifier en disant que je suis un nazi, pardon un Nazi.

et en le disant tu voudrais que tout le monde pense la même chose, et que cela aboutisse à mon bannissement de ce blog : comment accpeter parmi nous la présence d’un nazi ?

pourquoi ?

j’ai dénoncé la façon dont en Ialie du sud et en Espagne du sud certains exploitants agricoles traitent leur main d’oeuvre venue d’Afrique du nord ou sub saharienne comme le faisaient les négriers.

je ne sais pas qui tu es, ni qui est ton père, je ne sais pas ce qu’il fait : soit il fait partie de ces exploitants, soit il n’en fait pas partie, à la limite je ne veux pas savoir et je m’en fous.

mais est-ce là une bonne raison pour me traiter de nazi ?

réfléchis-y et donne-moi ta réponse.

la plupart des gens qui viennent ici me connaissent depuis assez longtemps pour savoir que non, et même en répétant un million de fois que je suis nazi tu n’arriveras pas à les en persuader.

Chaloux dit: à

Traiter Plenel d’aigrefin/i>

Coonnard de pado, incapable de lire une phrase simple. L’aigrefin ce n’est pas Plenel dans le commentaire de Gigi. Une pauvre fiotte qui joue les esprits supérieurs…

Paul Edel dit: à

tu es implacable, Pablo, logique,sang froid, nuances,modestie, tu as tout pour toi. un sommet vraiment. c’est idiot vraiment que le surréalisme ait survécu,et qu’on étudie Nadja au lycée et en agreg.. et que le surréalisme ait marqué un Kundera.Un autre idiot tu me diras.

pado dit: à

Janssen J-J dit: 26 juillet 2019 à 11 h 39 min
aux mains de ces aigrefins.

J3 se lâche, Traiter Plenel d’aigrefin va sûrement lui valoir une réponse cinglante de Delaporte et de mon chaloux.

renato dit: à

« Ça tout le monde le sait », un fragment est resté dans l’alambic. Donc, tout le monde sait qu’un autiste n’est pas manipulable… enfin, tout le monde…

Janssen J-J dit: à

on trouve de trucs pas mal à manger chez camilleri, mais chez victor hugo itou, Edel. Par exemple, dans 93, il cause de fur (une bouillie de blé noir), de godnivelle (du hachis de veau), de houichepote en rondeaux (une pâte de farine et de fruits crus à l’eau), et pour arroser le tout, de badrée (un pot de cidre).
Trouve-t-oon encore toussa à becqueter vers st malo ?

Pablo75 dit: à

J’ai oublié: c’est pour

Paul Edel dit: 26 juillet 2019 à 11 h 21 min

renato dit: à

« Penser qu’un ado autiste Asperger pense ce qu’on lui ordonne de penser, c’est être (volontairement ou non), totalement ignorant de ce qu’est le syndrome d’Asperger. »

Ça tout le monde le sait — devrait le savoir —, on se pose donc la question de savoir si un philosophe et un petit tas de politiciens ont pris quelques informations avant de mettre leurs langues en mouvement.

Pablo75 dit: à

Ce qui est con ce n’est pas la réaction des new-yorkais face au surréalisme. Ce qui est con c’est la mégalomanie de Breton croyant que le surréalisme était quelque chose d’important et donc connue à New York.

Et ce n’est pas parce que le public réagit mal en général aux nouveautés en art que toutes les nouveautés en art face auxquelles le public réagit mal sont des chefs-d’oeuvre. Que les gens aient mal réagit à la musique de Bartok ne rend pas, par une espèce de magie étrange, le surréalisme génial.

Tu as une logique vraiment étonnante. C’est la Logique Normande?

Et je ne comprends pas pourquoi tu discutes. C’est toi qui a parlé de « naïveté inimaginable ». Un type qu’à 45 ans est si naïf, c’est qu’il est con, non?

Quant à la Pléiade, je croyais qu’à ton âge tu avais compris que s’est devenu, depuis pas mal d’années déjà, une histoire de gros sous. Tu es au courant que D’Ormesson a un joli coffret de deux volumes dans la collection?

Janssen J-J dit: à

Oui il faut saluer la mémoire de Pierre Péan, bien évidemment.
http://www.lefigaro.fr/deces-de-pierre-pean-ecrivain-et-journaliste-d-enquete-20190726
Je n’ai qu’un regret, c’est leur mauvaise querelle avec plenel qui a entaché leur image commune… Mais bon, oublions tout cela. Et encore merci pour nous avoir ouvert les yeux sur le Monde, ce journal qu’il m’a fait fuir à jamais, une fois qu’il montra ce qu’il devint, apèrs être tombé aux mains de ces aigrefins. Quel naufrage !

et alii dit: à

médiapart

Dans moins de deux semaines nous serons appelés à décider de l’avenir de notre pays pour les cinq prochaines années.

Nous aurions aimé que ce choix soit tout-à-fait clair pour ce qui concerne la future politique de l’autisme. Depuis de nombreux mois nous avons ainsi essayé de dialoguer avec les principaux candidats. Nous avons pu avoir des échanges avec Benoit Hamon et les équipes de François Fillon et Emmanuel Macron. Mais, au delà de belles déclarations de principe, il s’est avéré impossible de les amener à prendre des engagements concrets.

Quant aux autres candidats, ils n’ont pas daigné répondre à nos mails.

Vous trouverez, en première page de notre site, ce que nous avons pu rassembler pour essayer d’avoir une idée sur les positions ou le désintérêt des uns et des autres pour cette question qui a tant d’importance pour nous :
https://blogs.mediapart.fr/le-raahp/blog/130417/le-theme-de-lautisme-dans-lelection-presidentielle

Pablo75 dit: à

je ne sais pas si certains trouveront des précédents à ce procédé : pour ma part c’est la première fois que je vois ça, il faut remonter aux années 30 pour trouver un équivalent.
hamlet dit: 26 juillet 2019 à 11 h 00 min

Les meilleurs précédents à ce procédé ce sont les tiens ici. Et bien pires. Des procédés d’Ordure Nazi.

Que toi, un type sans le moindre sens éthique, dont la seule obsession est le fric des autres et le seul moteur dans la vie la Jalousie et l’Envie, tu essaies de donner des leçons de Moral ici, c’est insupportable. Aussi insupportable que ça aurait été d’entendre un Goebbels donnant des leçons d’amour universel à la terre entière.

et alii dit: à

vous aviez cru que je fantasmais comme vous? moi, j’ai de la mémoire et elle est assez précise pour permettre un début de recherches

Paul Edel dit: à

Pablo, je considère Breton comme un grand écrivain et quelqu’un qui a fait bouger les lignes de la littérature entre les deux guerres. Tu sais,toi amoureux de la musique, quand quelques chefs d’orchestre de new-york ont commencé à introduire la musique de Bartók dans leurs concerts aux États-Unis , les mélomanes new-yorkais fuyaient , la critique des grands journaux restait perplexe…. alors.. le jugement des new -yorkais..je vais écrire Antoine Gallimard pour relancer ses volumes pléiade sur André Breton avec un bandeau rouge formidable: « Enfin un C… en pléiade. »

et alii dit: à

que c’est sur intervention de François Fillon que l’autisme a été grande cause nationale en 2012. Sa femme, Penelope, étant par ailleurs marraine officielle de l’association Asperger Aide qui intervient pour soutenir les personnes porteuses de ce syndrome.
« Stop aux clichés », a tweeté SOS Autisme France, réclamant des excuses et une rencontre avec l’ancien Premier ministre.

et alii dit: à

Autisme : les propos maladroits de François Fillon énervent le Web
VIDÉO. En arguant du fait qu’il n’était pas autiste, hier sur France 2, l’ancien Premier ministre s’est mis à dos de nombreuses familles touchées par ce handicap.

Pablo75 dit: à

pour reprendre avec Onfray le fun dont parle lavande: Le fantasme de l’étui pénien
et alii dit: 26 juillet 2019 à 10 h 42 min

À côté du surréalisme de ce blog, celui de Breton et de ses amis était vraiment enfantin.

renato dit: à

« … pourquoi la presse étrangère ne réagit pas non plus… »

Enfin, hamlet, Onfray n’est quand même pas Lady Gaga !

et alii dit: à

on a parlé d’ubris:l’article sur onfray:
L’anthropologue consciencieux –et avec lui, tout intellectuel ayant un soupçon d’éthique– prend conscience de ses limites et tente de les dépasser. Quand Michel Onfray reconnaît les siennes, c’est pour mieux s’y complaire.
la question autiste a été soulevée aux élections

hamlet dit: à

on sait que la technique d’Onfray est de surdoser pour justement faire le buzz médiatique, ce qu’il a fait avec Freud, sauf que sur ce coup il a franchi un cap inacceptable.

et je ne comprends même pas pourquoi la presse étrangère ne réagit pas non plus, cela donne une image déplorable de la France.

Pablo75 dit: à

Breton, à New-York découvrant avec une naïveté inimaginable que tout le monde s’en foutait de son Surréalisme…
Paul Edel dit: 26 juillet 2019 à 10 h 26 min

Mais ce n’est pas toi qui me discutait que Breton était con comme un balai?

et alii dit: à

hamlet:
au contraire le psychologue (comme le psychiatre) va toujours tenter de redonner une humanité aux êtres qui semblent en avoir le moins (par rapport à une normalité).
vous êtes bien naif! il n’y a qu’à voir les psychologisants de la RDL§à croire qu’onfray est leur maître

hamlet dit: à

je ne sais pas si certains trouveront des précédents à ce procédé : pour ma part c’est la première fois que je vois ça, il faut remonter aux années 30 pour trouver un équivalent.

voilà donc un type qui nous ramène sinon en plain moyen-âge, au moins aux années 30, dans l’indifférence générale.

le problème est qui on laisse passer ça comme une lettre à la poste on se demande quelle pourra bien être la prochaine étape.

hamlet dit: à

« et alii dit: 26 juillet 2019 à 10 h 30 min
(…)
onfray a voulu jouer le psychologue »

et alii vous avez déjà entendu un psychologue dire d’un individu qu’il n’a ni âme ni chair ?

au contraire le psychologue (comme le psychiatre) va toujours tenter de redonner une humanité aux êtres qui semblent en avoir le moins (par rapport à une normalité).

Onfray fait le contraire : il retire l’humanité d’un individu pour disqualifier son discours et même sa présence.

et alii dit: à

ce que j’ai remarqué aussi
Sur YouTube, la nouvelle star de l’extrême droite est une Américaine de 14 ans
ceci expliquerait le choix,la demande de nos élus

Fiammeta dit: à

Paul et fiammeta, n’oubliez pas 3Je vous salue Marie » du révérend père Godard !

C’est bien plus tard, ne mélangez pas les époques Jazzi! 😉

et alii dit: à

pour reprendre avec Onfray le fun dont parle lavande:
Le fantasme de l’étui pénien
Mais le sommet de l’approximation façon Onfray, c’est la mention, à trois reprises, des étuis péniens que les Amérindiens Wayana porteraient sous leur pagne. Ni les Wayana, ni les Teko, les Wayampi, les Palikur, les Kali’na ou les Lokono (les cinq autres peuples amérindiens de Guyane française) ne portent d’étuis péniens. Qu’Onfray ait cru voir ces cache-sexes, qu’il ait fantasmé ces pénis enfermés dans des calebasses ou noués par des petits liens, pourquoi pas. En faire une vérité sans chercher à la vérifier –en posant la question aux habitants de Taluen ou aux chercheurs spécialistes de la région –c’est malhonnête. Mais ne pas corriger l’erreur, alors que celle-ci lui a été signalée près de deux ans avant la publication de son livre, c’est un manque d’éthique qui dépasse l’entendement.

M. Dewever-Plana, qui l’a accompagné à Taluen, m’a confié:

«Je lui ai dit par téléphone (début 2016): “Je voudrais te signaler qu’il y a quelques erreurs d’interprétation, notamment quand tu parles des étuis péniens: les Amérindiens de Guyane n’ont jamais porté d’étui pénien.” J’ai entendu un blanc au bout du fil, puis il m’a dit: “Mais alors, qu’est-ce qu’ils portent sous leurs pagnes ?”»

Le photographe considère aujourd’hui la vision de Michel Onfray «à la fois choquante et méprisante».

Sur le suicide, le mercure, la médecine, l’école, l’orpaillage illégal, la citoyenneté française, les allocations familiales, les tenues que portent les Amérindiens, leur accès ou non à Internet et à l’électricité, c’est le même problème: il simplifie ce qu’il voit pour pouvoir s’indigner sans trop se fatiguer. Le suicide? La faute à la modernité. L’orpaillage? «Il suffirait de lutter résolument» contre (p.55). Les médecins? Ils ne comprennent rien. Les allocations? Elles font des Amérindiens des alcooliques. Si seulement la vie était aussi simple qu’un livre d’Onfray.

Onfray liquide l’héritage de l’anthropologie
En Guyane, ce texte n’a pas franchement suscité l’enthousiasme: «Les gens qui aiment Onfray l’ont trouvé vraiment très en-deçà de ce qu’ils aimaient chez lui: de la philosophie de café du commerce. Les connaisseurs, les amoureux, les engagés de la cause amérindienne ont trouvé que c’était un ramassis de clichés qui desservait la cause: les indiens infantilisés, l’opposition manichéenne tradition/modernité, les erreurs sur les étuis péniens, les méchants Surinamais et Chinois, les orpailleurs et les méchants blancs…», précise l’universitaire anonyme.

Il existe déjà une excellente critique de Nager avec les piranhas: elle est signée des anthropologues Pierre et Françoise Grenand, élèves de Claude Lévi-Strauss et spécialistes reconnus de la Guyane. Elle a été écrite… en 1992, 25 ans avant que l’auteur de Cosmos ne dorme «à la belle étoile dans un hamac». Dans Y-a-t-il encore des sauvages en Amérique?, les deux chercheurs dénoncent ceux qui veulent penser à la place des Amérindiens. Et en quelques lignes, ils saisissent à la fois les inquiétudes profondes (et souvent légitimes) d’Onfray, et les travers de sa méthode:

«Les Amérindiens […] sont devenus l’antidote miracle de la profonde angoisse qui étreint l’Occident face à la dégradation croissante de l’environnement à l’échelle planétaire. De païens irréductibles, de sauvages rejetés dans le domaine de la nature, les Amérindiens se trouvent brutalement transformés en emblème, en porteurs de flambeau du sauvage qui hante le tréfonds de notre être, en métaphore vivante de l’harmonie de l’homme avec la nature. Pourtant, pas plus aujourd’hui qu’hier les Amérindiens n’ont eu le choix de leur rôle sur la scène de notre théâtre à idées.»

Marianne Pradem abonde dans ce sens: «On dénie aux populations autochtones le droit d’avoir une façon de voir le monde qui est bien la leur, mais en même temps, on leur dénie une place dans la modernité.»

Dans leur texte, les Grenand s’enthousiasment:

«Les temps où les anthropologues parlaient au nom des Amérindiens sont heureusement révolus. Nous ne pouvons plus ignorer que nous parlons désormais en notre nom propre (…). Il nous reste désormais à apprendre à travailler avec eux.»

Seulement voilà: Michel Onfray n’est pas anthropologue. Le philosophe prend d’ailleurs soin de liquider l’héritage de la discipline d’un cinglant «Je ne hais pas les voyages. Mieux, ou pire: je les adore» (p.16). Un camouflet raté à l’incipit de Tristes Tropiques, de Claude Lévi-Strauss. L’occasion surtout, de prouver qu’il n’a pas compris la phrase du père de l’anthropologie française, et de donner raison à celui-ci. Car en écrivant «Je hais les voyages et les explorateurs», Lévi-Strauss critiquait précisément l’attitude des explorateurs à la Onfray. Pour lui, «ce qui compte, ce n’est pas du tout le côté touristique (…), c’est ce que nous rapportons de connaissances et d’informations.»

À LIRE AUSSI Lévi-Strauss, genèse d’un «intellectuel français»

Or, Nager avec les piranhas ne sont que mise en scène de soi, analyse aussi douteuse que paresseuse d’une société que le penseur n’a pas pris la peine d’observer. L’anthropologue consciencieux –et avec lui, tout intellectuel ayant un soupçon d’éthique– prend conscience de ses limites et tente de les dépasser. Quand Michel Onfray reconnaît les siennes, c’est pour mieux s’y complaire. C’est d’ailleurs là, dès la première ligne qu’il nous livre la clé de lecture de son texte: «Ce que l’on trouve dans un voyage est toujours ce que l’on y met. Les ethnologues n’échappent pas à cette règle» (p.15). Dont acte: il n’y a que du Michel Onfray dans ce texte, dans ces étuis péniens fantasmés, dans ces piranhas avec qui il a cru communier, dans ces Wayanas d’aujourd’hui qu’il a pris pour des vestiges d’un ancien monde.

Arrivé dans ce bout de république française sud-américaine, Michel Onfray a été choqué parce qu’il y a vu. Je le comprends: j’ai vécu les mêmes indignations, je me suis posé les mêmes questions lors d’un séjour sur l’autre grand fleuve de Guyane, l’Oyapock. Mais plutôt que de mettre son poids médiatique au service de la cause amérindienne, plutôt que de porter la parole des penseurs indigènes, des chercheurs, artistes, personnels médicaux qui tentent d’améliorer la situation quotidienne des peuples autochtones de Guyane et qui réfléchissent à la question complexe de l’identité, le philosophe s’est vautré dans des propos de comptoir, insultant un paquet de monde au passage.
Partager sur Facebook
Partager sur Facebook Messenger
Partager sur Twitter
Partager sur LinkedIn
En savoir plus:
France
Culture
Michel Onfray
Guyane
anthropologie
Maxime Brousse Journaliste et traducteur indépendant

CETA et farines animales : comment le gouvernement s’est fourvoyé
Greta Thunberg boycottée par les députés de l’Assemblée
Donald Trump veut zapper la Lune et aller directement sur Mars
Don de sperme : vers la fin de l’anonymat ?
Lecture en CoursLe sous-marin La Minerve, disparu il y a 50 ans, a été retrouvé
L’Afrique a perdu la moitié de ses lions en l’espace de 25 ans
40% des cancers restent évitables
La Corée du Nord tire deux missiles de courte portée
Paris dévoile sa nouvelle stratégie spatiale militaire
En 2000 ans, jamais la Terre n’a connu un tel réchauffement
Powered by
Contenus sponsorisés
Installez-vous confortablement et terminez la journée en beauté !
Installez-vous confortablement et terminez la journée en beauté !
Club Med
Julian Alaphilippe en souffrance après l’arrivéeJulian Alaphilippe en souffrance après l’arrivée
Julian Alaphilippe en souffrance après l’arrivée
Tour de France
Pourquoi les Français s’arrachent ce nouveau climatiseur ?
Pourquoi les Français s’arrachent ce nouveau climatiseur ?
http://www.mc-gadgets.com
[Nouveau] Opel Combo Cargo : élu véhicule utilitaire de l’année 2019 !
[Nouveau] Opel Combo Cargo : élu véhicule utilitaire de l’année 2019 !
Opel
Nous Recommandons
Le jour le plus dingue: comment des GIs se sont alliés à des soldats de la Wehrmacht pour libérer des Français en mai 1945
Le jour le plus dingue: comment des GIs se sont alliés à des soldats de la…
Aux États-Unis, les condamnés à mort n’ont pas droit à une exécution sans douleur
Aux États-Unis, les condamnés à mort n’ont pas droit à une exécution sans…
«Le Prisonnier», dystopie en 1968, réalité en 2018
«Le Prisonnier», dystopie en 1968, réalité en 2018
Sur YouTube, la nouvelle star de l’extrême droite est une Américaine de 14 ans
Sur YouTube, la nouvelle star de l’extrême droite est une Américaine de 14 ans
slate (même article)

D. dit: à

D. dit: 25 juillet 2019 à 11 h 36 min

Normalement il y aura une question à poser. J’ai évidemment la réponse. Mais j’attends la question.

Bon laissez tomber.

Fiammeta dit: à

Oui, oui, Théorème, Paul Edel!

et alii dit: à

t: 26 juillet 2019 à 10 h 15 min
j’ai lu une ou deux réactions sur cyborg et la chair :mais je suis d’accord avecvous pour l’essentiel
onfray a voulu jouer le psychologue

Pat V dit: à

Le penseur est au philosophe ce que le dilettante est à l’artiste. Il joue avec la pensée et lui fait produire une foule de jolies choses de détail, mais il s’inquiète des vérités plus que de la vérité, et l’essentiel de la pensée, sa conséquence, son unité, lui échappe.

Il s’agit vraiment d’une critique de la post vérité qui agite les pensées philosophiques contemporaines.
Actualité de Pascal Engel :
https://www.raison-publique.fr/article838.html

Pascal Engel, « Trump ne demande pas qu’on croie ce qu’il dit, mais qu’on croie en lui », Le Monde, 17 novembre 2016.

De même, Greta ne demande pas qu’on croie ce qu’elle dit, mais qu’on croie en elle ou aux scientifiques du Giec.

D. dit: à

Toute rigidité – des artères surtout, le sel, maman- est mortifère.

…euh. Ce n’est pas le sel qui rigidifie les artères. Les artères se rigidifient toutes seules avec l’âge. D’où l’élévation de la pression artérielle puisque pour un volume donné de sang artériel, celles-ci ne peuvent se dilater correctement.
Le sel est alors contre-indiqué puisqu’il favorise la rétention de liquide, donc l’hypertension.
Mais il n’est aucunement la cause de la rigidification des artères qui dépend de nombreux facteurs : âge, génétique, tabac, alimentation, stress etc…

et alii dit: à

onfray :toujours le même stratégie rhétorique(pratiquée sur la RDL)avec ce qu’il ne connaît pas:
… Il les qualifie d’ailleurs de peuples «fossiles» qui «sont ce que nous fûmes et, hélas, […] seront ce que nous sommes» (p.16).

Paul Edel dit: à

Fiammeta.Aucune trace de cette « Annonce faite à Marie » de Pasolini. Dans le film « théorème » de Pasolini il y a une sainte qui lévite au dessus d’une ferme…c’est peutêtre à ça que vous faites allusion.. En revanche, Claudel s’est fait remarquer au siècle dernier(celui où je me sentais mieux) avec une pièce « dans un moyen-âge de convention »(selon les mots de Claudel.. avec ce titre dont le sujet est la « possession d´une âme par le surnaturel » », qui nous rapproche peut-être de Greta.. J’ai aussi une voisine du premier qui se prénomme Marie;elle est confite en dévotion dans une chapelle de l’autre côté de la rue, et choisit ses bottes de carottes(« enlevez moi les fanes s’il vous plait ») avec un soin qui approche de la dévotion, chaque vendredi sur le marché couvert.C’est ma sainte aux légumes.j’ai essayé de lui parler de la tres belle correspondance entre André Breton et Benjamin Péret, pendant les année 42-43,l’un Péret, crevant la dalle au Mexique,dans ue région pu portée sur la culture surréaliste(comme le pays de Bray,ce qui ne m ‘étonne pas de la haute Normandie..) et l’autre,Breton, à ew- York découvrant avec une naïveté inimaginable que tout le monde s’en foutait de son Surréalisme, sauf les patrons de galeries d’art qui adoraient les peintres surréalistes,de Dali à Max Ernst et l’ami Duchamp… mais ça n’a pas tellement accroché son attention, à ma voisine Marie. elle préfère comparer d bottes de persil frisé au persil plat. finalement elle a choisi le persil frisé.

Lavande dit: à

Clopine : intéressantes vos explications sur la production d’électricité particulier/EDF, ainsi que les explications techniques de D.
Merci.

D. dit: à

rose dit: 26 juillet 2019 à 6 h 05 min

Bonjour Delaporte ♡

Bonjour Rose, etc… ♡

hamlet dit: à

et alii dit: 26 juillet 2019 à 9 h 50 min

pas saluée comme un chef d’oeuvre et alii ?

pour ma part je suis outré du silence absolu des médias : aucune réaction.

qu’on soit d’accord ou pas avec ce qu’elle dit, d’accord ou pas avec le fait qu’on envoie une enfant faire des discours dans des lieux institutionnels, qu’on soit ou pas avec tout le reste, on a là un type qui pour disqualifier cette personne la déshumanise !

non seulement ce procédé ignoble relève du niveau zéro de la pensée, mais en plus il nous ramène aux pamphlets d’une époque la plus sombre de l’histoire de ce pays.

en réaction ? quoi ? silence radio dans les médias ! ce qui démontre de leur part une complaisance léthargique.

chapeau la France !

et alii dit: à

sur onfray:
En novembre 2017, Michel Onfray publiait chez Gallimard Nager avec les piranhas, un «carnet guyanais» bourré d’approximations et d’erreurs, tiré de son expérience en Guyane et de son très bref passage dans le village amérindien de Taluen. En quatre-vingts pages, l’écrivain aux quatre-vingt-dix ouvrages méprise toute l’anthropologie française, mais aussi les efforts de nombreux professionnels en poste en Guyane.
Cumulant approximations, fantasmes et erreurs, le philosophe français a manqué de rigueur dans son «carnet guyanais».
http://www.slate.fr/story/156287/nager-piranhas-naufrage-intellectuel-onfray-guyane

Pat V dit: à

glissement progressif pour gagner un lectorat plus large ?

C’était déjà le cas bien avant 2008, lorsque Walter Lewino publia ses tests dans le NO ( qui étaient bidons comme il le précisa plus tard et qui plurent à Jean Daniel, notamment dans le cas de savoir avec quel goût de fromage on était de droite ou de gauche…il s’avéra que le choix de J.D. correspondait à être rocardien, ce qui fit qu’il accepta la publication de ces tests qui remontèrent l’audience de ce journal et c’était dans les années 70!)

hamlet dit: à

« ces jeunes de douze ans qui frappe quand on les voit porter fièrement leur panneau raté arborant le slogan: «Le climat est encore plus merdique que notre bannière». »

moi je l’aime bien cette nouvelle génération.

Chaloux dit: à

Les admirateurs de Greta veulent jouer à la poupée. Si ça les amuse… Reste qu’on peut demander à voir ce qu’il y a derrière. C’est ce que fait Onfray, avec raison.

Alan B. dit: à

Les lettres de Naturalité, pour le peu qui nous en est parvenu, concernent surtout des clercs, des prêtres.

M Court, il s’agit donc de la très faible immigration qui fit suite à la conquête Cromwellienne de l’Irlande, menée avec célérité & cruauté par la général Ireton, qui passa des villes entières (Drogeda, Wexford) par le fil de l’épée. Les prêtres furent ‘concentrés’ dans l’ouest du pays avec interdiction de prêcher.
A la Restauration en 1660, les cadavres de Cromwell et d’Ireton furent exhumés, pendus puis décapités. Les passions des hommes….

et alii dit: à

par ailleurs, greta a souri (photo sur la toile) et je l’ai écoutée:quand elle a parlé des animaux, elle semblait réprimer des sanglots

et alii dit: à

la chronique d’Onfray sur Greta n’a pas été saluée comme unchef d’oeuvre d’intelligence ,de réflexion et de parole critique;je persiste à le trouver honteux

Pat V dit: à

L’Obs s’est mis à faire dans le sensationnalisme et les titres accrocheurs ce qui ne me semblait pas être dans la lignée de ses débuts.

A quelle époque situeriez-vous ce changement rédactionnel, Lavande?
( Bonjour!)

Fiammeta dit: à

Paul Edel, nous allions voir les Gauloises bleues, pas terrible face au Falstaff d’Orson Wells et autre Annonce faite à Marie de Pasolini à la même époque.

Paul Edel dit: à

Jean-louis Bory puis Michel Cournot,pour la rubrique cinéma, dans l’Obs, grande époque, c’était assez miraculeux.

Chaloux dit: à

Je viens d’écouter, après l’avoir lue, la chronique d’Onfray sur Greta. Ce texte relève du simple bon sens.

Chaloux dit: à

C’est bizarre, moi qui appartiens à une génération intermédiaire, Jean Daniel m’a toujours fait gerber.

Lavande dit: à

Idem aussi.
L’Obs s’est mis à faire dans le sensationnalisme et les titres accrocheurs ce qui ne me semblait pas être dans la lignée de ses débuts.

Soleil vert dit: à

Jazzi dit: 25 juillet 2019 à 22 h 05 min
Moi aussi, JJJ, à 20 ans, je lisais religieusement l’édito de Jean Daniel chaque semaine.
Le Nouvel’Obs était le seul magazine que j’achetais…
Après ça a un peu trop tourné à la gauche caviar et j’ai décroché.
Ravi néanmoins que le vieux Jean Daniel tienne le coup !

idem

Des copains de ma génération se sont désabonnés de l’Obs aujourd’hui pour les raisons que vous invoquez

Delaporte dit: à

« Delaporte : j’ai écrit récemment etc. dans un com et j’ai pensé à vous »

Bravo Lavande, cela ne m’étonne pas de vous : vous êtes une femme exceptionnelle ! Il n’y a plus que Passou, ici, qui n’est pas au courant. Mais ça va s’arranger.

Chaloux dit: à

narguer indirectement un juré du Goncourt !

Probablement une resucée de la contestation de l’infaillibilité papale.
De plus en plus ici, c’est l’île aux enfants.

Lavande dit: à

Rose moi j’ai des problèmes avec le canal carpien. Certes c’est moins grave que le cholédoque.

Lavande dit: à

Delaporte : j’ai écrit récemment etc. dans un com et j’ai pensé à vous (flemme et aucun intérêt à le rechercher).
Je dois reconnaître honnêtement que c’est grâce à vous que j’ai cessé de l’écrire etc…
Pour autant, ça fait 54 fois que vous le répétez, vous pourriez peut-être arrêter … sous peine de passer pour un TOCard.

renato dit: à

« pas du tout ! »

Laissons, Lavande, à Delaporte le plaisir de narguer indirectement un juré du Goncourt !

Soleil vert dit: à

« Jean Langoncet dit: 26 juillet 2019 à 1 h 55 min
@« Les records de température que l’on constate ne sont jamais arrivés. »
Edouard Philippe, premier ministre de la Frâce et diplômé de l’ENA
Comment ceux qui ne sont ni premier ministre ni énarques formuleraient ils cette information capitale ? »

Bibi : Nous avons enregistré des records de température

Excellente observation ED

Lavande dit: à

Décès de Danièle Heymann, figure française de la critique du cinéma
Cette ancienne chef du service Culture au « Monde » avait aussi été membre de plusieurs festivals de cinéma, dont celui de Cannes en 1987. Elle est morte à l’âge de 86 ans.

Je la connaissais surtout par « le Masque et la Plume »

Lavande dit: à

« vous êtes la première à l’écrire correctement »
pas du tout !

renato dit: à

Puis il y a le canal de Corinthe entre la mer Égée et la mer Ionienne.

rose dit: à

laissée
Peut.lieux faire, rose. Rise up.

rose dit: à

Ah.
Détroit des Dardanelles.
Merci renato,

Étéocle ou Polynice, la dépouille aux vautours laissé ?
Seuls les remparts de Thèbes en furent témoins.

Delaporte, je m’applique.
Et cætera => etc.
Mon cher Passou (hum).

renato dit: à

Mer de Marmara, détroit des Dardanelles.

Delaporte dit: à

« Canal de Panama, canal de Suez, détroit de Magellan, détroit de Boering, détroit de Gibraltar, détroit pour passer dans la mer de Marmara.
Etc. »

Bonjour rose. Bravo pour « etc. », vous êtes la première à l’écrire correctement. Je suis époustouflé de chez époustouflant !

rose dit: à

D’où les ouvertures.
Canal de Panama, canal de Suez, détroit de Magellan, détroit de Boering, détroit de Gibraltar, détroit pour passer dans la mer de Marmara.
Etc.

rose dit: à

Rigidité du canal cholédoque aussi. C’est mortel.
Bouché c’est mortel.
Circulation c vital.

rose dit: à

Bonjour Delaporte ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*