de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Les petits papiers de Jacques Drillon

N° 80 La mort dans une douze-cylindres en V

N° 80 La mort dans une douze-cylindres en V

Jacques Drillon

« Joyeuses Pâques » (féminin pluriel), mais « Pâques est célébré un dimanche » (masculin singulier) ; « faire ses pâques » ne comporte pas de majuscule ; « manger la pâque » (l’agneau pascal) : masculin singulier sans majuscule  ; « la Pâque », fête juive, célèbre la sortie d’Égypte (féminin singulier, avec majuscule). * La laideur des livres anglais, avec leurs titres en relief, dorés, aux caractères énormes ou tarabiscotés, aux illustrations criardes et repoussantes. * Personne ne sait Dans quel sens fonctionne l’ascenseur social. *  « Ce qui » ou « ce qu’il », « ce qui m’arrive » ou « ce qu’il m’arrive ». L’embarras (la querelle) vient d’une surcorrection de « qui » en « qu’il ».  Parce qu’on prononce […]

lire la suite .../ ...
N° 79 Misandrie et discours amoureux

N° 79 Misandrie et discours amoureux

Jacques Drillon

Les plantes grasses, qui aiment une chose par-dessus tout : qu’on les oublie. * Les cinémas dont les meilleures places, dans l’axe central de la salle, sont occupées par une allée. * (Suite) Personne ne sait Le nombre exact d’architectes qu’il faudrait mettre en prison ; ou plutôt le nombre exact d’architectes qu’on pourrait laisser en liberté. * Les obsolètes : les pèse-personnes, sur les quais de métro. Y en a-t-il encore dans les pharmacies ? * La haine des hommes, assez bien portée, revendicable et revendiquée. Ainsi, une femme peut dire haut et fort le dégoût que lui inspire un homme, surtout s’il […]

lire la suite .../ ...
N° 78 Ne jamais sortir des Nombres et des Êtres

N° 78 Ne jamais sortir des Nombres et des Êtres

Jacques Drillon

Les bananes, ça « resserre », les pruneaux, ça « fait aller ». * Le regard perdu de la caissière de supermarché qui attend , la main posée sur la machine, deux doigts écartés de part et d’autre de la fente, que sa petite imprimante crache la facture. * Hospice ➔ maison de retraite ➔ E.H.P.A.D. En France tout finit en sigles et acronymes sans couleur ni saveur. Le sigle tue la connotation. « Ehpad » ayant été connoté négativement par les vieillards morts du covid, il est prévisible qu’un nouvel acronyme lui sera substitué. * La population des vivants dans le monde, plus importante en nombre que […]

lire la suite .../ ...
N° 77 La tentation de Belmondo

N° 77 La tentation de Belmondo

Jacques Drillon

Personne ne sait Par qui les kamikazes se font sauter. * Mme Hanska, qui meurt rue Balzac. * Messe en si et seulement si. * Boulez, selon Barenboïm, était « fasciné, presque obsédé, par le concept de complexité ; pour lui, on pouvait admirer la simplicité dans l’exécution, mais pas dans l’écriture. » * Faire « bouillir les sangs ». Sang bouillu, sang foutu. * Hypallage sévère à la une du « Monde » (26 juillet) : La pollution ne saurait être plastique, bien entendu. Pollution par. Pollution par l’hypallage, par exemple. * La balle de ping-pong, immobilisée sous la raquette. * Les piscines privées (trois brasses dans […]

lire la suite .../ ...
N° 76 Le café en situation de bouquet garni

N° 76 Le café en situation de bouquet garni

Jacques Drillon

Le petit sur le trône : « … Ayé !!! » * Rossy de Palma, qui rêve d’inventer le demi paquet de levure. On n’a jamais besoin du paquet entier, c’est très difficile à diviser en deux, on garde le demi paquet restant, on finit par le jeter. * La figure du diable dans l’esprit des petits enfants qui lisent des livres : le chasseur qui tue la maman de Babar. * Les « personnes en situation de prostitution ». * Sur un paquet de café : « Noble, franc et long en bouche. Notes de mandarine et de cannelle, compote de patates douces et ananas rôti. » * Emmanuelle, […]

lire la suite .../ ...
N° 75 Béquille et bâton blanc

N° 75 Béquille et bâton blanc

Jacques Drillon

De Gaulle, qui a toujours refusé de réenregistrer après coup son appel du 18 juin, dont il ne restait aucune trace. Et aussi, plus tard, de le commémorer par une fête nationale chômée. * Les obsolètes : le fichu de plastique transparent qu’on portait pour se protéger de la pluie, et qui se repliait d’un seul coup en accordéon lorsqu’on tirait sur les deux cordons. L’objet s’appelait une caroline.  * Le beurre « manié » (malaxé à de la farine). * « Prends du pain pour pousser ! » * Les obsolètes : L’agent, bâton blanc, clope au bec :   (extrait de Études sur Paris, le film […]

lire la suite .../ ...
N° 74 La tristesse post-prandiale

N° 74 La tristesse post-prandiale

Jacques Drillon

L’éclatement, à la BNF,  des services et des magasins destinés au stockage des ouvrages. Nous sommes passés de quatre magasins principaux sur le site de Richelieu à 180 à Tolbiac (86 dans les tours et 94 dans le socle). * (Suite) Les livres au centre, et bibliothécaires et lecteurs autour, comme dans une bibliothèque normale ? Pas du tout. Au milieu, du vide. Et tout le reste centrifugé. * « L’idéal pour Godard c’est d’obtenir tout de suite ce qui doit aller. Le tout de suite, c’est le hasard ; en même temps, c’est le définitif. Ce qu’il veut, c’est le définitif par hasard » […]

lire la suite .../ ...
N° 73 Canicule et croissants chauds

N° 73 Canicule et croissants chauds

Jacques Drillon

Jacob Blake, sur qui le policier Rusten Sheskey a tiré sept balles dans le dos à bout portant, menotté sur son lit d’hôpital. * Le pare-brise de Bérurier, en contreplaqué. * Anna Karénine « Que manque-t-il à la meilleure adaptation [cinématographique] ? Tolstoï. Le vrai Tolstoï, c’est ce qu’on ne peut pas transposer, après qu’on a tout transposé. Anna Karénine est indissociable. Non parce qu’elle ressemble à la vie, mais parce qu’elle ne lui ressemble pas » (Malraux). * Les objectifs des iPhone, qui aplatissent tout. * Le bruit des sachets de croissants, leur doux froissement. * Nicolas Sarkozy, forcé par son […]

lire la suite .../ ...
N° 72 Eurodisney trempé dans l’eau froide

N° 72 Eurodisney trempé dans l’eau froide

Jacques Drillon

Les obsolètes : Le volant, remplacé par le badminton. * Frédéric Dard, qui se fait enlever sa fille contre rançon alors qu’il est en train d’écrire un roman dans lequel un romancier se fait enlever sa fille contre rançon. * Personne ne sait Pourquoi il y a tous les ans un horaire d’été à la SNCF, avec une modification d’une ou deux minutes par rapport aux heures d’hiver. * Laureléhardy. * Eurodisney pour Philippe Muray : « Ninive interactive », « colonie distractionnaire », « Eurobabylone », « Eros center infantile », « Disneygraal de l’Idiote au bois dormant »… * Les petites vieilles, obligées d’appeler un voisin pour ouvrir leur  pot […]

lire la suite .../ ...
N° 71 Location et louange d’Isabelle Huppert et de ses attributs

Prière d’insérer des Contes du chat perché, de Marcel Aymé : « Ces contes ont été écrits pour les enfants âgés de quatre à soixante-quinze ans. Il va sans dire que par cet avis, je ne songe pas à décourager les lecteurs qui se flatteraient d’avoir un peu de plomb dans la tête. Au contraire, tout le monde est invité. Je ne veux que prévenir et émousser, dans la mesure du possible, les reproches que pourraient m’adresser, touchant les règles de la vraisemblance, certaines personnes raisonnables et bilieuses. À ce propos, un critique distingué a déjà fait observer, avec merveilleusement d’esprit, que […]

lire la suite .../ ...