de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

Les petits papiers de Jacques Drillon

N° 105 Marguerite Duras, haltérophile professionnelle

L’âge venant, les yeux qui pâlissent. Et cette toute jeune femme, mourante, dont les cheveux blonds étaient devenus jaunes. * Claire Bretécher, qui raconte qu’un admirateur lui a dit : Votre réussite est éclatante, sachant que vous dessinez comme vous dessinez. * Leïla Slimani, à laquelle on a commandé un livre, et qui récuse le terme : « On ne commande pas un livre à un écrivain, on lui fait une proposition. » Elle n’est pas, ajoute-t-elle, un « pâtissier auquel on commande un gâteau » ! Elle s’est d’ailleurs posé la question : devait-elle accepter d’écrire un livre « qui ne venait pas d’une nécessité intérieure » ? Finalement oui. […]

lire la suite .../ ...
N° 104 Trop lente, la pâte feuilletée ?

N° 104 Trop lente, la pâte feuilletée ?

Jacques Drillon

Le niveau scientifique exigé d’un étudiant en médecine, et ce qu’il en ressort dans une consultation. * L’instrument de musique qui donne les plus belles mains : le violoncelle. * Le dernier endroit où l’on puisse boire un café en terrasse, dans Paris « confiné » : une cafétéria d’hôpital, comme celle de la Pitié-Salpêtrière. Très agréable. * Les trompes de Fallope, connues dans l’Antiquité (notamment de Rufus d’Éphèse, au Ier siècle), redécouvertes par Falloppio, au XVIe. Entre-temps, on les avait oubliées. * Les « best sellers sans lendemain » qu’évoque Bourdieu. * La cruauté de la pitié. Pas seulement sa « dangerosité », mais sa violence, sa […]

lire la suite .../ ...
N° 103 La sage-femme et le pseudonyme

N° 103 La sage-femme et le pseudonyme

Jacques Drillon

Les Latins, qui, au théâtre, éclataient de rire quand ils entendaient une rime. * Le romancier tenaillé par la fin. * Ô œuf mayo, quatre ou six demi œufs surmontés d’une énorme quantité de mayonnaise un peu brunie sur le dessus, quand te reverrons-nous ? * Une blague que Muray aimait bien – Bonjour madame, je voudrais un préservatif, s’il vous plaît. – Je ne les vends pas à l’unité. En boîte de six, minimum. – Non, je n’en veux qu’un. – Je suis désolée, c’est impossible. – Si vous voulez, je vous paie toute la boîte ! Vous m’en donnez un, […]

lire la suite .../ ...
N° 102 L’ingénieur dans l’arche de Noé

N° 102 L’ingénieur dans l’arche de Noé

Jacques Drillon

Les gens qui regardent dans leur mouchoir après s’en être servi. * L’humiliante perplexité ressentie par un auteur porté aux nues par un critique qu’il juge d’une parfaite incompétence. * « Avoir l’âme chevillée au corps » signifie : a. Résister à la maladie, aux blessures b. Résister au démon et à ses œuvres c. Résister à sa lâcheté naturelle, ou à sa paresse. * De moins en moins d’espèces animales représentées dans les dessins animés de Walt Disney. * Le prestige dont jouit l’artisanat. Ils disent tous : « Je suis un artisan », pour éviter de se définir artistes, et de paraître en […]

lire la suite .../ ...
N° 101 Adèle et les décimales de pi

N° 101 Adèle et les décimales de pi

Jacques Drillon

Cinq fois plus de garçons bègues que de filles. * Le plan, désormais mythologique, célébrissime, cité dans toutes les encyclopédies du cinéma, extrait d’Éperdument (de Pierre Godeau, 2016), où l’on voit Adèle Exarchopoulos fermer la bouche, sans doute à la suite d’un vœu, ou d’un pari :    * L’éruption du Krakatoa (actuelle Indonésie), en 1883, dont le bruit est jugé le plus violent de l’Histoire : son onde de choc fit sept fois le tour du monde. * Les obsolètes : les films d’Antonioni. Aujourd’hui, pour l’incommunicabilité, les rencontres avortées, il y a les Tindertotenlieder, de Gustave Malheur. * * Le […]

lire la suite .../ ...
N° 100 Al Capone et les Chinois

N° 100 Al Capone et les Chinois

Jacques Drillon

La blague qui circulait, au moment de la publication de Le cru et le cuit, de Lévi-Strauss : « Chez moi, c’est plutôt Le cramé. » * Des vies qui se terminent par des obstructions, des autres par des fuites. * Roosevelt, qui veut aller à la radio déclarer la guerre au Japon, juste après Pearl Harbour. Pas de voiture blindée à disposition. Obligé d’aller récupérer celle d’Al Capone. * Les Chinois, qui vaccinent en priorité les actifs. Sans doute pensent-ils qu’un vieillard qui meurt six mois plus tôt est une moins grosse perte qu’un ouvrier ou un ingénieur de trente ans. * […]

lire la suite .../ ...
N° 99 Charlemagne et la Pall Mall sans filtre

N° 99 Charlemagne et la Pall Mall sans filtre

Jacques Drillon

Les contorsions intellectuelles qu’il faut faire pour trouver un début de commencement d’intérêt à la Lettre de saint Paul aux Éphésiens. * Le « genre », « genrer », « genré » Le genre masculin, le genre féminin, le genre humain. * La place Stanislas, plus facile à trouver dans Nancy que la place Stanislas Leszczynski. Le prénom seul épargne au promeneur « l’aspect de fortifications de consonnes par lesquelles la langue slave protège ses voyelles, sans doute afin de ne pas les perdre, vu leur petit nombre » (Balzac). * Pendant des siècles, Paris sans trottoirs. Les premiers : rue de l’Odéon, 1817. * Cet homme qui n’a […]

lire la suite .../ ...
N° 98 Les pas perdues de Michel-Ange

N° 98 Les pas perdues de Michel-Ange

Jacques Drillon

Les gens qui, à l’instar de notre éblouissant premier ministre, ne peuvent s’exprimer sur aucun sujet, la politique intérieure, la sécurité, la manière de déboucher un lavabo, sans que chacun se dise aussitôt, en levant les bras au ciel : Mais mon pauvre garçon, qu’est-ce que tu peux bien en savoir, de tout ça ? * Sarkozy et ses montres à montrer Deux Breitling Navitimer (5 000 et 10 000 €), une Rolex Daytona (13 000 € pour l’édition 1998 en or blanc), une Rolex Oyster (4 000 €), une Breguet Réveil du Tsar (25 000 €), une Pequignet Moorea (4 000 €), une Patek Philippe 3940 […]

lire la suite .../ ...
N° 97 La chasse d’eau de Marlène Schiappa

N° 97 La chasse d’eau de Marlène Schiappa

Jacques Drillon

Le contrat que Debord avait signé avec Gallimard/Pauvert. Une clause stipulait que nul n’avait le droit de lui téléphoner, hormis Antoine Gallimard et Jean-Jacques Pauvert. * Contrario motu Doguereau, le « libraire » d’Illusions perdues. Il part voir Lucien de Rubempré pour lui prendre son manuscrit. Il pense lui en donner mille francs ; mais se ravise en voyant l’hôtel où le jeune auteur est logé. « Il n’a que des goûts modestes. » Ce sera huit cents. Il monte au dernier étage, arrive dans une soupente. « Si ce jeune homme gagnait trop d’argent, il se dissiperait, il ne travaillerait plus. » Six cents. Il entre […]

lire la suite .../ ...
N° 96 Marguerite Duras au conditionnel

N° 96 Marguerite Duras au conditionnel

Jacques Drillon

Les gens qui pensent que vous employez des termes savants, et vous en veulent, alors que vous ne saviez pas qu’ils étaient savants. * Personne ne sait Si l’on devient ministre de l’Intérieur parce qu’on est un salaud, ou bien si l’on devient un salaud parce qu’on est ministre de l’Intérieur. * Le prix exorbitant des échalotes grises. * Personne ne sait si : 6÷2(1+2) = 1 ou 6÷2(1+2) = 9 * Les obsolètes : le four de cuisine Tito-Landi, espèce de cloche métallique qu’on plaçait sur un grill et le transformait en four. * Daniel Craig Jouer James Bond quand on […]

lire la suite .../ ...