de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres

LE COIN DU CRITIQUE SDF

Pour saluer Patrick Kéchichian

Pour saluer Patrick Kéchichian

3

commentaires

(L’écrivain, poète et critique littéraire Patrick Kéchichian, qui longtemps collabora au « Monde des livres », vient de nous quitter subitement à l’âge de 71 ans. En hommage, la République des livres republie cette puissante réflexion sur le métier parue ici-même en 2013) Le critique en crise d’identité « Je ne saurai trop recommander la vieillesse à tous les critiques littéraires. » (Jean Paulhan)   A la question « Qu’est-ce que la critique ? », on peut répondre longuement, savamment, paradoxalement. Il arrive qu’on exagère son importance ou qu’on affirme avec force qu’elle n’est rien. Et même moins que rien. Il arrive aussi que l’on réconcilie ces […]

lire la suite .../ ...
Héctor Abad et les raisons du cœur

Héctor Abad et les raisons du cœur

Albert Bensoussan

4

commentaires

L’écrivain de Medellín n’a pas son pareil pour ouvrir une fenêtre grand angle sur sa Colombie. Il est vrai que, comme beaucoup de romanciers, a fortiori latino-américains, il fut et il est, aussi, journaliste. Il en a même tiré un livre journalier, Lo que fue presente (2019) qu’on pourrait traduire par Le présent du passé (au cas où un éditeur français serait preneur). On le connaît chez nous par ses deux grands romans, L’oubli que nous serons (2010), chant d’amour à son père assassiné par des sicaires à la solde d’« allez savoir qui », et qui était médecin hygiéniste et… président […]

lire la suite .../ ...
Vargas Llosa & Pérez Galdós : Un regard tranquille

Vargas Llosa & Pérez Galdós : Un regard tranquille

Albert Bensoussan

5

commentaires

Un siècle après, l’Espagne redécouvre son plus grand et prolifique romancier du XIXe siècle, le Balzac ibérique, et dans le même temps l’édition française entend redonner voix à la Comédie humaine de cet immense écrivain. Et ainsi voisinent sur la table la grandiose étude que l’hispano-péruvien Mario Vargas Llosa consacre  à l’hispano-canarien Benito Pérez Galdós (1843-1920), et ses « Romans de l’interdit » qui paraissent aujourd’hui en France. En marge de son œuvre immense et de ses cinquante titres, l’écrivain Vargas Llosa s’est toujours interrogé sur la démesure de certains romanciers qui, d’une façon ou d’une autre, ont interféré avec son écriture. […]

lire la suite .../ ...
Buzzati et le désert de Saint-Exupéry

Buzzati et le désert de Saint-Exupéry

Jean-Pierre Pisetta

9

commentaires

Dino Buzzati connaissait-il le français ? Né dans une riche famille de Vénétie, devenu dès les années 1930 journaliste au Corriere della Sera dont il sera par la suite un des envoyés spéciaux à l’étranger, il a sans doute été en contact, pour le moins, avec la langue du grand pays voisin, bien que ses biographes ne s’attardent pas sur la question. Lorsqu’on lui demanda d’où lui était venue l’idée « fantastique » de son Désert des Tartares, ce roman de l’attente, par des militaires isolés, d’un ennemi invisible ou, plus simplement, d’une raison de vivre, Buzzati répondit qu’elle lui avait été inspirée […]

lire la suite .../ ...
Louise Labé : le choix de la Pléiade est une « momerie » !

4

commentaires

Suite à votre chronique « Du rififi chez les seiziémistes » qui me tombe sous les yeux ce jour, il me vient un certain nombre de réflexions à adresser à l’écrivain et au journaliste que vous êtes. « À l’examen, il apparait bien que des poètes humanistes s’étaient réunis autour du grand Maurice Scève pour concocter ce canular nourri de Sappho, Ovide, Catulle… » écrivez-vous. Peut-être devriez-vous, avant d’écrire une telle phrase, vous appuyer sur les textes, rien que les textes.  Je vous invite à comparer la poésie de Louise Labé, d’une simplicité raffinée, à celle de Maurice Scève, obscure, hermétique et qui, malgré sa position de […]

lire la suite .../ ...
De notre envoyé spécial à Marignan

De notre envoyé spécial à Marignan

ANNE BERNET

6

commentaires

Marignan, 1515. Il fut un temps où cette date était dans toutes les mémoires et tous les manuels scolaires, accompagnée de l’image traditionnelle du jeune François Ier adoubé sur le champ de bataille par Bayard, « le chevalier sans peur et sans reproche ». Date et image se sont effacées. Le souvenir des Guerres d’Italie aussi, et les causes pour lesquelles elles furent menées, et les noms de ceux qui les menèrent. À peine se souvient-on que les campagnes outre-monts de Charles VIII, Louis XII et François Ier permirent aux « Barbares » français, comme disait le pape Jules II, de se frotter enfin à […]

lire la suite .../ ...
Polanski, tel qu’en lui-même enfin…

Polanski, tel qu’en lui-même enfin…

Albert Bensoussan

26

commentaires

De quelque côté qu’on le prenne, sous quelque film qu’on l’envisage, pour peu qu’on soulève son masque ou ses divers dominos,  Roman Polanski est toujours le même, un petit bonhomme qui, par son astuce, son intrépidité et  un impérieux instinct de survie, a su fuir du ghetto de Cracovie pour échapper à la déportation et Auschwitz où périt sa mère ─ traumatisme initial et plaie immarcescible. À tout jamais il restera cet enfant orphelin. Mais c’est un homme accompli, un mensch franco-polonais, un cinéaste de première, issu de la prestigieuse académie de cinéma de Łódź où il côtoya son maître […]

lire la suite .../ ...
La langue de Louis Guilloux

La langue de Louis Guilloux

Jean-Pierre Pisetta

11

commentaires

    Louis Guilloux. Ni d’Ève ni d’Adam. À part dans le nom d’une amie normande qui s’appelle Le Guilloux, jamais entendu ce nom-là. Et jamais su que cet homme-là était un grand écrivain. Breton. Briochin, comme on dit, c’est-à-dire originaire de Saint-Brieuc. Presque devant la station de métro la plus proche de chez moi trône, sur quatre échasses, une boîte à livres. J’y jette toujours un coup d’œil en passant, quand je n’y jette pas moi-même un ouvrage et, ce jour-là, j’y ai pris Le pain des rêves de cet auteur, de moi inconnu mais publié quand même par Gallimard […]

lire la suite .../ ...
Coup de vent salubre sur l’Académie française

Coup de vent salubre sur l’Académie française

Daniel Lefort

8

commentaires

Depuis que la nouvelle a filtré, la candidature de Mario Vargas Llosa au fauteuil de Michel Serres a suscité maintes réactions, y compris dans ce blog. Trois points prêtent à polémique – la nationalité étrangère du candidat, son âge et l’absence de la langue française dans ses œuvres. La critique balance entre respecter les règles de l’institution, qui sont autant d’obstacles – a priori insurmontables – à cette candidature, et aligner les arguments qui les démolissent. Il est clair qu’en littérature, la nationalité est une notion purement abstraite qui renvoie du côté de l’administration et de la fiche de police : elle […]

lire la suite .../ ...
Le latin et la bourgeoisie

Le latin et la bourgeoisie

Christophe Bertiau

5

commentaires

Il semble désormais admis que le latin soit une matière scolaire d’élite, destinée à reproduire les inégalités sociales en érigeant en valeur suprême la distance à la nécessité matérielle, la gratuité des apprentissages non professionnalisants, dont seuls les bourgeois peuvent faire ostentation. La Russie soviétique, déjà, supprimait le latin des programmes en vue d’émanciper les travailleurs, tandis que l’Italie fasciste lui prêtait des vertus anti-marxistes. On ne peut nier que le latin s’adresse depuis longtemps en priorité à des catégories sociales aisées, sinon en théorie, du moins dans les faits. Mais en soutenant que le latin est une matière scolaire « […]

lire la suite .../ ...