de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
P.D. James a filé à l’anglaise

P.D. James a filé à l’anglaise

Il y a une vingtaine d’années de cela, j’ai eu l’occasion d’enquêter en Angleterre sur « les reines du crime ». Car une certaine tradition du roman policier s’incarne à travers des romancières anglaises depuis l’avènement de la reine mère, Agatha Christie, même si, au sein du genre, toutes diffèrent par l’art et la manière. J’ai conservé de ce séjour le souvenir d’une catastrophe et celui d’un enchantement. Ruth Rendell incarne la première. Dès qu’elle m’ouvrit la porte de son appartement, je compris que cela n’irait pas entre nous. Sèche, glaciale, pète-sec. Elle me fit aussitôt asseoir dans un fauteuil de velours face au canapé sur lequel elle prit place ; autant dire qu’elle me l’ordonna. Une photo aurait mieux exprimé ce que je ressentis alors : elle au premier plan, tendue, crispée, un regard d’acier, sans un sourire, l’emploi du temps minuté, sacrifiant pour la énième fois au rite de l’interview par conscience professionnelle ; et au second plan, assis à une petite table, son mari dont la voussure et les regards craintifs qu’il jetait de temps en temps vers nous manifestaient un certain accablement sous le poids de l’autorité qu’elle dégageait. Je me serais bien enfui mais il était trop tard. J’entrepris d’engager le propos par un babil littéraire en préliminaire, ce qu’elle balaya aussitôt tandis que je préparais mon magnétophone. Une certaine impatience émanait de ses gestes ; or je ne savais trop comment lui accrocher le micro-cravate car elle portait un pull en cachemire ras-du-cou qui moulait considérablement sa poitrine de bronze ; cherchant une entrée, craignant un geste déplacé ou irréparable, je finis par l’accrocher tout près du cou, ce qui ne manqua pas de défaire une maille. De ce jour, je pus témoigner de la réalité de l’expression « fusillé du regard ». L’interview se réduisit à une trentaine de minutes : des réponses […]

lire la suite .../ ...

6

commentaires

Les 10 Articles les plus récents

En fuyant la montée du fascisme

Par Philippe Godoy

Dans Tanta Vita ! (traduit de l’italien par Renaud Temperini, 228 pages, 17 euros, Belfond), Paolo di Paolo évoque la brève existence de Piero Gobetti (1901-1926). Turinois, fils d’épiciers, très jeune, […]

lire la suite .../ ...

Pour redécouvrir Epictète

Par OLIVIER D’JERANIAN

Nous pensions avoir tout lu d’Épictète, tout connu de ses maximes si profitables à la conduite de nos vies, tout entendu de ses Entretiens, ravis par leur style percutant, n’ayant d’égal […]

lire la suite .../ ...