de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
De l’obscénité à représenter la violence

De l’obscénité à représenter la violence

« Bien sûr, les choses tournent mal… ». Six ans après l’attribution du Goncourt à son Sermon sur la chute de Rome, cette phrase récurrente rythme non seulement A son image (220 pages, 19 euros, Actes sud)  mais aussi les précédents romans de Jérôme Ferrari. A l’examen moins un tic d’écriture qu’un mot de passe d’un livre à l’autre. Connue avant tout comme « la femme de Pascal B. », un militant nationaliste qui avait accédé au prestigieux statut de prisonnier politique, l’héroïne est une jeune Corse qui avait commencé au mitan des années 80 à travailler comme photoreporter dans une agence locale du journal de l’île. Comme souvent les débutants, on lui avait réservé les mariages, les communions, les inaugurations et autres événements à saisir impérativement au grand angle afin de faire entrer le maximum de monde dans le cadre. Seuls les nuits bleues et les règlements de comptes internes aux différentes factions du camp indépendantiste lui donnaient l’occasion d’espérer une vraie photo. Outre son homme au loin, elle se tournait régulièrement vers un autre homme, son oncle et parrain Marc-Aurèle, un prêtre dont « l’insupportable angélisme lui apparaissait comme une forme particulièrement perverse d’assentiment donné à l’obscénité du monde ». Jusqu’à ce qu’il demande un jour à son évêque de le changer de paroisse et de le muter n’importe où sur le continent : « Je n’ai plus la force ». Leur dialogue est permanent depuis son adolescence. Sauf que, aux photographies, lui préfèrera toujours les images susceptibles d’être transcendées : les premières relèvent de l’instant et s’inscrivent dans l’éphémère quand l’éternité est le registre commun des secondes. Ainsi les voit-il car la Passion n’est que d’un seul côté. Si l’invention de la photo avait été contemporaine de Jésus, le christianisme n’aurait été au mieux qu’« une atroce religion du désespoir ». « Sur les photographies, les vivants mêmes sont transformés en cadavres parce qu’à […]

lire la suite .../ ...

69

commentaires

Les 10 Articles les plus récents

Bob Morane a 100 ans !

Par François-Xavier Lavenne

Henri Vernes a 100 ans, mais son œuvre est à jamais associée à la jeunesse. La série des Bob Morane brosse, en creux, un portrait de l’évolution des goûts et […]

lire la suite .../ ...

Intraductibilités sonores

Par Roméo Fratti

Dans son essai intitulé Peut-on lire Pascoli en français aujourd’hui ? Jean-Charles Vegliante, poète, traducteur et professeur émérite à la Sorbonne-Nouvelle, se demandait si l’œuvre de Giovanni Pascoli, poète italien de la […]

lire la suite .../ ...