de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
93 rue Lauriston : de la révision à la négation

93 rue Lauriston : de la révision à la négation

Il y a comme ça des noms maudits. Les principaux concernés le vivent comme une fatalité. Le cas d’espèce ne concerne pas les noms de famille, catégorie à part, mais les noms de rue ou de ville. Les habitants de Vichy n’y peuvent rien si ce n’est se plaindre s’en relâche : même des historiens spécialisés sur la période confondent encore « vichyste », qui désigne un partisan du régime du maréchal Pétain et de la Révolution nationale, et « vichyssois », réservé en principe aux seuls habitants de la ville quelle que soit l’époque. Sous leur plume, ils apparaissent souvent comme tous vichyssois ! A Paris, au chapitre des rues maudites, il en est une dont la seule évocation fait remonter à la surface le pire de la collaboration mondaine des années 1940-1944, avec son cortège de collaborateurs véreux, de trafiquants du marché noir, de trafiquants d’influence, de receleurs de biens juifs, de tortionnaires patentés, de comtesses de la Gestapo et de putes de luxe : la rue Lauriston, une longue artère à sens unique du XVIème, arrondissement très « occupé » dans ces années-là, qui prend naissance tout près de la place de l’Etoile (ah, Modiano…) pour finir une centaine de numéros plus loin dans l’avenue Raymond-Poincaré. Au numéro 93, un petit hôtel particulier, sans charme et sans cachet, y fut pendant l’Occupation le siège de ladite « Gestapo française » connue comme La Carlingue, surnom d’un groupe d’auxiliaires français des polices allemandes mené par l’agent de l’Abwehr Henri Chamberlin alias Lafont et l’ex-inspecteur principal de la PJ Pierre Bonny. Les deux ont été jugés et passé par les armes peu après la Libération de Paris. Sous leur direction, outre de nombreux assassinats, des centaines de résistants ont été torturés avant d’être livrés aux Allemands pour être déportés. C’est peu dire que le 93 rue Lauriston est marqué à jamais. […]

lire la suite .../ ...

201

commentaires

Les 10 Articles les plus récents

Dreyfus, au-delà de l’Affaire

Par François Maillot

Je le dis sans fausse pudeur : La vraie vie du capitaine Dreyfus (Tallandier, 216 pages, 18,90€) de Laurent Greilsamer m’a profondément ému. Il ne s’agit pas tant d’apprendre des faits […]

lire la suite .../ ...