de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Littérature étrangères

La vérité, version John Le Carré

618

commentaires

J’avoue avoir eu une pensée émue pour John Le Carré le 9 novembre 1989. Ce jour-là, on a pu craindre que la destruction du mur de Berlin ne le réduise au chômage technique, la chute des régimes communistes en Europe ne tardant pas à entraîner l’effondrement de l’Union soviétique et la dissolution du Pacte de Varsovie. Mais Berlin demeurait dans l’imaginaire collectif le siège même de la guerre froide. C’est bien là que tout avait commencé pour David Cornwell lorsque cet agent du MI6 à Hambourg trouva un pseudonyme qui ne tournait pas rond, par son regard happé à la […]

lire la suite .../ ...
Traduire, une histoire de maux

Traduire, une histoire de maux

William Desmond

3

commentaires

Le Monde a publié, en 2008, un article sur un traducteur reconnu, Pierre-Emmanuel Dauzat. Comme tous mes collègues ayant lu ce papier, je n’ai pu m’empêcher de tiquer sur une affirmation rapportée par le journaliste qui l’interrogeait : P-E Dauzat prétendait en effet qu’il traduisait de plusieurs langues, même de celles qu’il ne connaissait pas. Ou P-E Dauzat est un plaisantin (ce que je ne crois pas, comme l’atteste son œuvre de traducteur) ou le journaliste s’est laissé berner par une boutade destinée à voir jusqu’où pouvait aller sa crédulité. On peut cependant faire de cette provoc le départ d’une […]

lire la suite .../ ...
Le Booker Prize 2013 : une pépite

Le Booker Prize 2013 : une pépite

Marie Tourres

0

commentaire

De la Nouvelle-Zélande, on connaissait surtout le haka des All Blacks. Le roman d’Eleanor Catton n’en impose pas moins. The Luminaries vient d’être récompensé par le Man Booker Prize. Sans même évoquer le prestige dont ce prix auréole chaque année un écrivain du Commonwealth, la lauréate 2013 est un véritable phénomène. Eleanor Catton peut en effet se prévaloir d’un multiple record dans l’histoire du booker prize : à 28 ans, elle est le plus jeune auteur récompensé, à l’unanimité, pour le plus long roman – 832 pages –, et l’un des deux seuls écrivains néo-zélandais primés. La performance a de quoi impressionner […]

lire la suite .../ ...
Toute la fiction étrangère n’est pas traduite de l’anglais !

444

commentaires

Parfois, c’est à se demander si la fiction de langue anglaise n’est pas la seule à être traduite dans ce pays. On sait bien que ce n’est pas le cas, qu’il en vient de partout et que la France détient même une manière de record dans ce domaine. N’empêche qu’à lire les critiques, à écouter les émissions et à prêter l’oreille à la rumeur, on a l’étrange impression que nous n’en avons que pour les écrivains américains, ou à la rigueur britanniques. Il y a pourtant de si belles pépites alentour… Deux pour aujourd’hui, venues de nos voisins. On comprend […]

lire la suite .../ ...
Défis, dilemmes et délices du métier de traducteur

8

commentaires

Je vais commencer par quelque chose d’un peu banal, mais bon, tant pis, je le dis quand même : le métier de traducteur est un métier merveilleux. Chaque traduction est un voyage dans un nouvel univers, une occasion d’approfondir ses  connaissances ou d’en acquérir, une rencontre avec une personne hors du commun — je parle de l’auteur, bien sûr. Tous ceux que j’ai eu la chance de traduire étaient ou sont des écrivains de talent ou de grands écrivains. Et ici,en prime, il y a le poète dont l’auteur fait le portrait, Anna Akhmatova, que j’aime tout particulièrement… Bien sûr, chaque […]

lire la suite .../ ...
Ortega y Gasset et la philosophie de la traduction

Ortega y Gasset et la philosophie de la traduction

JEAN-YVES MASSON

17

commentaires

L’essai de José Ortega y Gasset intitulé Misère et splendeur de la traduction est considéré dans de nombreux pays comme une référence classique en matière de philosophie de la traduction. Écrit au milieu des années 1930, alors que son auteur était en exil en France, ce court traité aurait dû depuis longtemps féconder la réflexion française sur ce sujet ; or il n’en a rien été. Ces pages sont demeurées presque inconnues chez nous, et c’est ici la première fois que ce texte est édité en France (après une unique version canadienne). Sa publication, dans la traduction précise et élégante de […]

lire la suite .../ ...
Faut-il parier sur l’intelligence du lecteur ?

806

commentaires

Mais oui, c’est possible : des traducteurs peuvent se réunir trois jours durant sans qu’il soit question de l’éternel dilemme « Fidélité ou trahison « , ou de « L’intraductibilité de la poésie », et sans que s’affrontent « ciblistes » et « sourcistes ». Ca change ! C’était ce week-end au Moulin de la Tuilerie à Gif-sur-Yvette (Essonne), la première édition du Festival VO-VF organisé par des libraires, Sylvie Melchiori (La Vagabonde à Versailles), Hélène Pourquié et Pierre Morize (Liragif à Gif-sur-Yvette), avec une équipe de bénévoles constituée de leurs plus fidèles clients. Songez qu’à la table commune, parmi ceux qui avaient mis la main à la pâte, c’est […]

lire la suite .../ ...
Comment devient-on le plus célèbre critique littéraire d’Allemagne ?

26

commentaires

 Mort à 93 ans, le 17 septembre dernier, Marcel Reich-Ranicki a dominé la scène littéraire  pendant plus de quarante ans avec ses articles. Il a représenté une espèce en voie de disparition : le Grand Critique Littéraire exemplaire. En France, la disparition récente de Maurice Nadeau et de François Nourissier a aussi sonné le glas de cette espèce en voie de disparition. Notre Reich –Ranicki a marqué sinon influencé  plus de deux générations d’écrivains  allemands parmi les meilleurs. Il a  montré également  le pouvoir d’un vrai « pro » de la critique sur la librairie de son pays. Pourquoi donc  cette célébrité hors- norme ? Il […]

lire la suite .../ ...
Le pacte faustien de Richard Powers

572

commentaires

« Richard Powers arrête le temps ! » Vous imaginez le titre sur cinq colonnes à la une ? Sensationnel. Les foules se précipiteraient sur le journal qui oserait une telle manchette. Celui qui arrête le temps quand il s’emballe et que la vitesse domine sur toute autre considération. Drôle de type que ce Powers né en 1957 . Il n’a pas fait tous les métiers, comme les autres. Un seul lui a suffi, une voie : la physique, bientôt prolongée par l’informatique. Jusqu’à ce qu’il se rende compte que seul le roman était susceptible de contenir et de raconter la connaissance. Il a alors inventé […]

lire la suite .../ ...
La coupe à ras bord

La coupe à ras bord

JEAN PAVANS

11

commentaires

         Quelques remarques négligées sur ma récente version de « The Golden Bowl »   Un des tout premiers articles de critique littéraire de Virginia Woolf, publié le 22 février 1905 dans The Guardian, traite de Mr. Henry James’s latest novel, autrement dit The Golden Bowl, paru en novembre 1904, chez Scribner en Amérique, et Methuen en Angleterre. Virginia alors encore Stephen venait d’avoir vingt-trois ans. Elle formule avec fermeté ce qu’elle doit comme éloges, en introduction et conclusion : « Dans les 550 pages de son dernier livre, il n’en est aucune, nous pouvons l’affirmer, qui porte les traces de […]

lire la suite .../ ...