de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Gaston Gallimard versus Bernard Grasset et réciproquement

Gaston Gallimard versus Bernard Grasset et réciproquement

Si la rivalité entre deux monstres sacrés de l’édition moderne n’avait été qu’une querelle de personnes éminentes, ou un affrontement d’egos, elle serait secondaire. Si elle vaut que l’on s’y attarde, c’est bien que deux visions de leur monde, deux conceptions de leur métier, et, tout de même, de la littérature, se sont opposées à travers l’antagonisme qui lia Gaston Gallimard (1881-1975) à Bernard Grasset (1881-1955) durant toute la première moitié du XXème siècle. De quoi justifier le passionnant documentaire que Jérôme Dupuis, journaliste littéraire à L’Express, leur consacre ce jeudi à 21h35 sur France 5 dans la série « Duels ». Le titre dit bien l’intention : « Guerre dans l’édition ».

Leur histoire commune ne fut pourtant pas exclusivement belliqueuse. Il y eut des pauses. Il est vrai qu’ils s’estimaient tout en guerroyant. Ils déjeunaient régulièrement en tête-à-tête. Gaston poussa même l’élégance jusqu’à publier sous la couverture blanche Gallimard les quelques livres (Remarques sur l’action et Psychologie de l’immortalité, 1928, La chose littéraire, 1929) que Bernard Grasset ne pût s’empêcher d’écrire. Peut-être avait-il pris au premier degré la boutade de Jean Cocteau qui, raillant la légère mégalomanie de son éditeur, suggérait que sur la couverture de son prochain livre, on imprimât en gros caractère « Un livre de Bernard Grasset » puis dessous en tout petit « Paroles de Jean Cocteau »…NRF

L’anecdote est rapportée dans ce documentaire bien informé (même si les sources viennent surtout de la rue Gaston-Gallimard), de même que d’autres assez édifiantes. Un demi-siècle d’édition française est revisité à travers cette relation pour le moins contrastée entre ces deux commerçants assez particuliers puisqu’ils avaient en principe passé « un pacte avec l’esprit ».

A vrai dire, tout dans leur tempérament, leur personnalité, leurs origines, leur formation, leurs méthodes, leurs ambitions, les opposait. Tout ! Tant et si bien que lorsque entre les deux guerres Edouard Bourdet, l’un des dramaturges les plus courus de Paris, écrivit une pièce sur les coulisses du milieu littéraire dans sa dimension combinarde et spectaculaire, il le fit exclusivement à travers l’affrontement entre les deux hommes, et qui avait commencé dès « l’affaire Proust » : l’incessante débauche des auteurs de l’un par l’autre et réciproquement, la sourde guerre pour le contrôle des jurés littéraires etc. Un siècle après, on se rend compte que rien n’a vraiment changé, que tout se passe à peu près dans le même quadrilatère germanopratin et que les moeurs n’ont guère évolué, pour le meilleur et pour le pire.

On sentait bien dans cette comédie intitulée Vient de paraître que, pour l’un comme pour l’autre, l’édition était un métier de joueur, preuve que tous les joueurs ne se ressemblent pas. On pourrait raconter la vie littéraire dans le Paris de cette époque via leurs relations, tout en évitant comme le fait le documentaire, en raison des contraintes de « Duels », de trop resserrer la focale sur leurs deux maisons.

grassetJérôme Dupuis a même ramené des scoopinous dans son filet : des images d’archives parfois originales, des mises en perspective judicieuses, la voix si rare de Gaston Gallimard – laquelle ne fait oublier ni la diction catastrophique du commentateur, ni le simili-jazz au kilomètre qui sert hélas de fond sonore. La discrétion du grand patron de la Nrf, l’ampleur de son réseau, la subtilité avec laquelle il faisait jouer son influence, tout cela ressort bien ; de même que le flair de son concurrent, son usage sensationnel de la publicité littéraire, son sens du lancement (« Radiguet A 19 ans… »), sa facilité à inventer des slogans et des formules (« les 4 M » : Morand, Mauriac, Montherlant, Maurois).. Au fond, les rares qui les ont tous deux roulés, et pas qu’une fois, sont Morand et Giono : ils leur ont fait signer à chacun un contrat pour le même livre…

Gaston Gallimard a gagné parce qu’il se plaçait toujours dans la durée. Parce qu’il avait la patience d’écrire tous les jours aux auteurs, de les cajoler, de les attendre. Parce qu’il a eu l’habileté de mettre deux fers au feu durant toute l’Occupation et la prudence de ne publier d’Allemands que classiques (Goethe). Parce qu’il avait une revue (la Nrf) susceptible d’attirer des auteurs pour quelques articles avant de les ferrer pour l’édition. Parce qu’il était une famille avec à ses côtés un frère qui avait le sens des chiffres, un fils pour prendre la relève, des neveux à tous les étages. Parce qu’il a toujours songé à constituer un fond.

Bernard Grasset a perdu parce qu’il n’avait aucune patience, qu’il était un maniaco-dépressif à tendance hystérique, et que son ego était surdimensionné. Parce qu’il vivait dans l’instant, dans l’immédiat et voulait que tout livre soit un « coup » éditorial, se fichant bien de la postérité. Parce qu’il disparaissait sans explication pendant des semaines. Parce qu’il avait collaboré sans retenue tant avec Vichy qu’avec les Allemands pendant l’Occupation, leur ouvrant son catalogue. Parce que c’était un homme seul,  que sa maison ne reposait que sur lui, et donc sur sa propre fragilité.

Et puis quoi : de nos jours, quand il est question de « Bernard » chez Grasset, c’est de BHL qu’il s’agit ; alors que lorsqu’on dit « Gaston » chez Gallimard, on se souvient qu’il n’y en a eu et qu’il n’y en aura jamais qu’un.

(« Gaston Gallimard et Bernard Grasset » photo D.R.)

Cette entrée a été publiée dans Histoire Littéraire, vie littéraire.

694

commentaires

694 Réponses pour Gaston Gallimard versus Bernard Grasset et réciproquement

renato dit: à

« Tuto » putrido, marcio e « mufito ».

Rad.: Tutto putrido, marcio e ammuffito.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…tuto, pas à pas, pronto,!…grazie,!…
…& scout
…l’archet à pointe de fôret pour feux,!…
…déjà, les feuilles d’agenda,!…en miettes,!…sous couvert,!…
…à l’abri des vents mixtes,!…etc,!…
…pudrido mufito à Coluche,!…etc,!…

JC..... dit: à

Ton esprit est malade, MOUMOUNE, ce thermomètre n’est que le doigt impérieux de Josette cherchant la vérité…

JC..... dit: à

A l’époque de ces joyeux dépoussiéreurs scientistes à la Descartes, Dieu existait : il employait même une Milice dévouée, qui vous invitait paisiblement, vous penseurs, à un rappel évident des certitudes concernant son existence.

M OU MME dit: à

je ne lis jamais au lit me contentant d’explorer de justes satisfactions horizontales. (JC)

Vous avez tout faux. Quant à moi, je lis au lit d’une main tout en explorant de l’autre de justes satisfactions horizontales. Mais en plus, j’ai pris la précaution de m’introduire dans le, dans le conduit un thermomètre dernier cri que je consulte pour vérifier que l’élévation de chaleur animale, produit de mes émois, n’est pas une pure invention de mon esprit, étant objectivement et précisément quantifiable. Ainsi la réalité de mon existence matérielle m’est prouvée, ce qui m’évite de tomber dans un scepticisme stérile.

renato dit: à

« Tuto » « pudrido », marcio e « mufito ».

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…11 h 45 mn,!..
…tout dépend des priorités du maître,…romancier,!…à copier/coller en tranches,!…
…la reliure,!…merci,!..
…débourrage à dégrossissage des financiers Pâris d’époque à leurs temps de noviciat aux bourses,!…
…les relevés topographiques  » contourniates « ,!…etc,!…
…bel instrument,  » pas touchez au grisbi « ,…Ah,!Ah,!…etc,!…
…distanciation,!…
…un maigre mot,!…

JC..... dit: à

MOUMOUNE, mon livre de chevet n’existe pas, j’ai le chevet désert !

En effet, cartésien, tendance Berkeley ou Bentley je ne sais plus, je ne lis jamais au lit me contentant d’explorer de justes satisfactions horizontales.

Même sans Dieu, le réel est une pure invention humaine, ne pouvant être approché que par une modélisation fine valable dans votre référentiel, approché, voire contredit, nié, dans tous les autres …

M OU MME dit: à

A propos de George Berkeley, s’est-on avisé que le choix d’un prénom masculin fait de George Sand un incontestable précurseur de nos modernes théorie du genre ? Pas que le prénom, d’ailleurs.

M OU MME dit: à

Le réel est une construction purement humaine, diverse et fausse. (JC)

Sophiste et sceptique comme je vous sens bien, les trois « Dialogues entre Hylas et Philonous » de George Berkeley, Bishop of Cloyne, doivent être un de vos livres de chevet. Le subtil évêque y développe une thèse proche de la vôtre, quoique plus radicale, puisqu’il nie radicalement l’existence d’un réel matériel extérieur à nos perceptions et à nos pensées, mais croit sauver les meubles en soutenant que nous appréhendons toutes choses en Dieu, dont l’Esprit englobe le nôtre. Evidemment sa démonstration se casse la figure si vous éjectez le Divin Artisan, de l’existence duquel il donne des « preuves » qui n’ont jamais dû convaincre que lui. Avec Descartes et quelques autres, Berkeley est de ces philosophes préoccupés de concilier l’existence de dieu avec les avancées de la science moderne (Galilée, Newton). Cela ne va pas sans quelques acrobaties et oublis tactiques; par exemple, dans le premier dialogue, Berkeley entreprend de prouver que la chaleur n’existe que dans notre esprit, par le truchement de nos perceptions sensibles, oubliant que les premiers thermomètres ont déjà près d’un siècle d’existence.

JC..... dit: à

Je ne recherche pas la respectabilité ! Je l’ai toute entière …

Je suis connu pour être le satyre de Porquerolles le plus respecté. Rien à voir avec des incultes de basse-fosse qui parfois tentent leur chance sur des vieilles de 50 ans !

Lorsqu’il y a des viols, des atteintes au poponetz par lune pleine, le Commissaire m’invite au commissariat, on cause, on boit un coup entre ivrognes… et basta !

Si c’est pas de la respectabilité, ça ?…

ici Londres dit: à

JC cherche respectabilité désespérément malgré le veto de Popaul et l’animosité de tout le monde à son égard

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…des films comme vernis, pour des pinocchio’s de bois,!…bien profonds,!…aux écumes,!…
…Ah,!Ah,!Ah,!…etc,!…

JC..... dit: à

Depuis peu, la Princesse de Clèves pointe à Pole Emploi … bravo la gauche !

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…closer,!…( ),!…

…pouvez-nous, nous expliquer,!…

…pourquoi deux films, aux titres proches,!…

… » touchez pas au grisbi,( Albert Simonin ) », 1954.film de Jacques Becker avec Jean Gabin,…
…&
… » touche pas au grisbi,…des tontons flingueurs,!…1963. film de Georges Lautner,!…

…les deux films avec Lino Ventura,!…
…quelle morale diffusée dissimulée ?,…entre les deux films,…évolution ou pas,!…de quoi,!…etc,!…
…les spiritueux,!…en partage,…

JC..... dit: à

Comment ne pas être étonnés par les réflexions de MOUMOUNE sur les perceptions de réalité différentes d’un extrême à l’autre, du patient au soignant ? Classique… On retombe sur la diversité de l’approche du réel par les témoins d’un fait divers : jamais le même réel transcrit à un tiers constatant …

Le réel est une construction purement humaine, diverse et fausse.

Ceci étant dit, le film est génial, et le Cabinet du Docteur Caligari, gueules et décors, absolument inoubliable.

JC..... dit: à

Il faut que l’argent public destiné à l’Education Nationale aille aux Ecoles du Privé, Rose ! Plus un sou pour les Nuls gauchisant…

Là, il est serait bien employé …

Vous avez vu comment est internationalement noté notre Secteur éducatif Public ? Réformes ! Réformes !

Distribution de bananes pour les Syndicats d’EN et le Ministère de l’Insavoir.

M OU MME dit: à

la vie dans les bois dit: 21 mars 2015 à 8 h 28 min
@moumme le 20 mars 17h55

Vous avez vu le film Shutter Island ?
Pour ma part, je pense que ce devait être la 3ème fois, espérant découvrir le moment où tout bascule dans la tête du marshal Teddy Daniels. Peut-être me faudra-t-il une 4ème fois, mais encore, ce serait sous-estimer le talent de Scorcese qui ne donne pas la clé.

Moi, c’était la seconde fois et la fascination qu’exerce ce film sur moi reste toujours aussi forte. Mon sentiment rejoint, je crois, globalement le vôtre.Je ne connais pas assez le cinéma de Martin Scorsese pour savoir si « Shutter Island » est un hommage conscient à ce grand classique du cinéma muet, Le Cabinet du Docteur Caligari, de Robert Wiene (1920). Le principe de base est le même : nous faire entrer sans nous prévenir dans la conscience d’un fou et nous faire voir la réalité telle qu’il la voit dans son délire. Ce n’est qu’à la fin que, chez Wiene comme chez Scorsese, un autre point de vue s’impose, celui des non-fous, favorisant un retour à la « réalité » : il faut des guillemets car cette excursion de l’autre côté du miroir conduit à se demander quelle est donc cette réalité dont les uns comme les autres ont la conviction d’avoir une connaissance « vraie ».
Les lignes fuyantes, cisaillées ou bien courbes des décors expressionnistes de toiles peintes du film de Wiene nous faisaient entrer dans un univers angoissant , carcéral, distordu. Scorsese obtient des effets semblables par une utilisation magistrale de la couleur et du son, jointe au choix d’un décor dont le caractère tourmenté , sinistre s’efface dans les dernières images du film, quand nous sortons de la conscience torturée du personnage puissamment incarné par Leonardo DiCaprio pour le voir, en somme de l’extérieur.
Mais justement, comme c’était déjà le cas dans le film de Robert Wiene, le statut des images que nous voyons reste problématique et ambigu. Celles de la fin du film ne sont pas affectées par le metteur en scène d’un coefficient de réalité supérieur aux scènes qui les ont précédées , si bien qu’on ne peut pas dire avec certitude de quel côté est la vérité : est-elle du côté des médecins psychiatres ? Est-elle du côté de Teddy Daniels / DiCaprio, auquel cas la « vérité » qu’il finit par reconnaître sur les instances des médecins ne serait qu’une leçon que, de guerre lasse et sous l’effet des neuroleptiques, il finirait par réciter, pour ainsi dire par coeur ? Il semble impossible de trancher.
Il me semble pourtant que l’interprétation la plus intéressante est celle qui voit dans la suite des événements auxquels nous assistons dans la première partie du film le produit du délire d’un psychopathe. La force du film consiste à nous faire accepter comme réels des faits qui n’ont d’existence que dans sa conscience, et cela dès le début du film ( la scène de l’arrivée dans l’île du « policier » Daniels et de son « assistant » — en réalité un de ses médecins — à bord d’un bateau) , sans que jamais puisse être établi de façon certaine le départ entre les faits réels et leur distorsion imaginaire.
En effet, malgré les indices de plus en plus nombreux d’une manipulation délirante des données du réel, nous acceptons celle-ci avec une étonnante facilité et nous adhérons à la vision du personnage, nous faisons nôtre son angoisse. La force de conviction de certains malades mentaux, leur aptitude à donner un semblant de cohérence à leurs hallucinations, sont communicatives. Dans un couple, par exemple, le partenaire sain d’esprit au départ peut finir par entrer dans la vision de l’autre et partager son interprétation pathologique du réel : c’est le délire à deux de certaines psychoses maniaco-dépressives. De même le spectateur est ici entraîné irrésistiblement dans le délire du fou.
Au fond, nous ne reconnaissons avec certitude la maladie mentale que lorsque celle-ci a été dûment certifiée par ces experts que sont les psychiatres. Un fou n’est vraiment catalogué comme fou , même par les psychiatres, que lorsque son comportement le rend manifestement dangereux pour lui-même et pour les autres . Notre difficulté à évaluer ce qu’a de délirant la perception de son environnement par le personnage central du film vient de ce statut particulier des pathologies mentales parmi les autres pathologies.
Le film de Scorsese serait sans doute moins inquiétant, moins sinistre, et, surtout, moins profond, si la société dans laquelle évolue le fou était elle-même exempte d’atteinte délirantes en fin de compte bien plus graves que les siennes. En 1954 , Teddy Daniels souffre manifestement toujours des séquelles traumatiques de ce qu’il a vécu dans les rangs de l’armée américaine à son entrée en Allemagne. Il a été un des premiers GI’s à entrer dans le camp de Dachau, à voir les visages exsangues des déportés derrière les barbelés, les entassements de cadavres sous la neige. C’est une autre folie, bien plus énorme, bien plus monstrueuse que celle des fous qu’on enferme à cause de leur dangerosité, qui se donne alors à voir dans ses effets. L’interprétation du réel délirante dans laquelle Hitler et les nazis se sont perdus doit être vue comme une psychose collective aux effets terrifiants. Arrivé dans l’île, Teddy Daniel est très vite fasciné par un phare désaffecté où les psychiatres se livreraient à des opérations de lobotomie et à des expériences destinées à faire de certains malades mentaux des zombies susceptibles d’être complètement manipulés à des fins politiques inavouables. Ici encore, la réalité empêche de taxer d’emblée d’invraisemblance ses inquiétudes. Dans les années cinquante, la lobotomie est encore fréquemment pratiquée. Le film de Milos Forman , « Vol au-dessus d’un nid de coucous » , avait déjà montré à quel point, encore à cette époque, le traitement des malades mentaux peinait à se délivrer de l’insoutenable violence de pratiques d’un autre âge. Une violence de laquelle — parce qu’elle doit affronter la violence des malades — , la psychiatrie ne parviendra peut-être jamais à s’affranchir complètement.
Qu’est-ce qu’un phare ? C’est un repère destiné à éviter aux navires perdus dans la nuit de venir se fracasser sur les écueils. Le film de Scorsese, après s’être ouvert sur l’image d’une étrave de navire émergeant de la brume, s’achève sur l’image non moins inquiétante , douloureuse et sinistre, puissamment symbolique, de ce phare abandonné qui ne guide plus personne. Acharnée à effacer ses propres traces qui la ramèneraient , si elle avait le courage de les suivre à rebours, à l’écueil du drame terrifiant sur lequel elle s’est brisée, la conscience de Teddy Daniels a perdu ses repères. Mais les hommes autour de lui les ont perdus aussi . Le sens échappe ; la folie , le mal , la violence sont partout. Aucune lumière salvatrice ne perce les ténèbres . L’angoisse du pathétique héros de « Shutter Island » est la nôtre.

JC..... dit: à

Encore heureux qu’en France on célèbre à peine, mises à part les baudruches qui se font mousser grâce au césaire qui lave plus blanc, cette Journée de la Poésie !

Non, mais ! Y a pas mieux à faire que ces couillonnades de poésie qui ne créent pas d’emploi ?…

À la recherche du trop c'est trop perdu... dit: à

« accord, accommodement, compromis transaction, arrangement »

Ce que la fine équipe du pervers-narcissisme plouc obstiné m’aura fait subir jusque dans les couloirs et chambres d’hopital où j’allais voir ma mère paralysée suite à un accident, cela je ne me sens pas très près de le pardonner. Vous le savez. Ce que d’autres en savent, après avoir vu cette obstination de petits c.nnards, on peut s’en f.utre, et un « peuple » devenu tas de m.rde à force de lècher frénétiquement des gros c.uls n’a qu’à l’assumer.

Deneb dit: à

Je ne dis pas que vous avez des idées d’un autre siècle, Rose, entendons-nous bien, je pense simplement que vous ne réfléchissez pas toujours assez.

l'autre pour the same dit: à

Pour célébrer la journée mondiale de la poésie le 21 mars, plus de mille cafés permettront à leurs clients d’échanger un poème contre un café gratuit, rapporte le Guardian.

PAS EN fRRANCE

Deneb dit: à

« (…)Et je rejette aussi-en bloc et sans concession aucune- que les écoles privées soient financées par l’État.
Ceci quel que soit le bord auquel elles appartiennent. (…) »

Rose, il est étrange que vous omettiez que Primaire et Secondaire sont devenues les Écuries d’Augias, mais pas partout, non : principalement dans le Public.
Quand les gouvernements sont devenus incapables de faire le ménage là où décennies après décennies ils ont sali par réformes inadaptées, mauvais recrutement des enseignants, mauvaise utilisation de l’argent public et politique sociales globales dangereuses, il est toujours facile de désigner le Privé comme coupable, alors que Lui, précisément réussit, car parvenant à slalomer tant bien que mal à côté des obstacles et chausses-trappes qu’on place sur son chemin: il serait doublement inique de tenter de lui extorquer le peu de subventions qu’il reçoit sachant que les dizaines de milliers d’élèves qui le fréquentent ne pourraient évidemment pas être accueillis dans les établissements publics malades et surchargés et que les deniers récupérés ne suffiraient en aucun cas à ouvrir le nombre de classes nécessaires.

Ce que vous écrivez est donc parfaitement insensé, du moins par les temps qui courent.
Mais il y a eu au XXème siècle un âge d’or du Public qui aurait sans doute permis de réaliser votre souhait.

closer dit: à

Rose, vous devez être la seule personne ayant vécu les 50 dernières années en France à ne pas avoir vu « Les Tontons Flingueurs »…

Vous verrez, il y a de bons moments, très bons même…et puis d’autres un peu pénibles. Donnez-nous votre avis.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…tient, j’ignorais avoir un grain de farine à Robespierre,!…un sac de ( … )à cautérisé,…

…docteur, vous faite quoi,!…médecine en biais-verte d’outre- atlantique,!…
…vous pousser gros la liberté aux  » zé’ €ro’s « ,!…sans frontières,!…
…travaillez ou au chômage,!…l’€urope fait le plein aux  » ass « ,!…Ah,!Ah,!Ah,!…
…les profits  » entubées « ,aux  » alchimies  » du Bordeaux,!… » la part des anges « ,!…
…comme un chantier en pantographe,…à l’échelle d’abeilles à Napoléon, les bonnes villes  » matînes « ,!…aux z’€ros,!…à cornes,!…
…etc,!…Frêres Jacques  » chantons les matïnes « , Ding, Ding, Dong,!… » ultra « ,!…

…Ah,!Ah,!Ah,!…Bip,!Bip,!…Go,!…etc,!…

Sans illusion.... dit: à

Du moment qu’on a des organes fonctionnels sans recours excessifs à des artifices et qu’on n’est pas un opinion leader lâche et planqué…

JC..... dit: à

« On ne peut pas nourrir le serpent en son sein avec nos deniers du peuple. » (rose)

Un propos de Rose que nous pseudomatiserons, désormais, car elle en est digne : Rosebespierre

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…d’abord en écrire en excité, pour en faire des omelettes,…

…le mâtin, reprendre à  » chaud « , sur le four électrique,!…le gibier aux Chaperons Rouges,!…

…bénissons le Seigneur, prions pour lui,!…etc,!…

…c’est Bio maman,!…c’est plus que Bio,…

…c’est  » campagne « , pour recluse à mâter,!…

…ton, mari, il est Bio, au  » Champagne « ,…ma fille,…je dois y consulter sa topographie du mâtin,!…

…une main, au frigo,…votre piqure aux cinq sens,!…sans la majorité,…la voie aux encombrants,…

…mais, je suis,!…Oui,!…emmerdant,…
…mon café sans sucre,!…la topographie en les secondes et minutes,!…un plat au poil  » shawed « ,!…un fil de lait,…plus que çà,!…

…les omelettes déjà chaudes,!…un rien de piments,!…etc,!…
…tout ce froid, pour payez plus sa consommation électrique, de quoi prendre les nouvelles fraîches du mois passé,!…
…avec son casque,!…aux faux nones,!…
…of course,!…Ah,!Ah,!Ah,!…etc,!…
…Go,!…de,…mit,…uns,!…

renato dit: à

Il serait opportun de ne pas utiliser la locution latine « modus vivendi » au sens que donne sa traduction littérale : « mode de vie, manière de vivre », mais bien au sens de « accord, accommodement, compromis transaction, arrangement ».

JC..... dit: à

Toutes les militantes me l’ont confirmé : « Militer, c’est bon, c’est meilleur que fellationner. »

Rose a raison !

rose dit: à

Voilà, je milite activement.
Comme c’est bon.

Et que les solutions soient pacifistes, envers et contre tous.

rose dit: à

Que des gens veulent vivre différemment de mon modus vivendi, je l’admets amplement.
Par contre, qu’ils aient en exergue le désir violent de me faire vivre comme eux, je le rejette catégoriquement ; et, à ce sujet, puisqu’il faut bien s’engager, je rejette le port du voile à l’université, ceci de manière radicale.

Et je rejette aussi-en bloc et sans concession aucune- que les écoles privées soient financées par l’État.
Ceci quel que soit le bord auquel elles appartiennent.

On ne peut pas nourrir le serpent en son sein avec nos deniers du peuple.

Quelles que soient les trois confessions monothéistes, toute école privée aurait à financer de ses fonds propres l’enseignement aux élèves qui les fréquentent.

La laïcité étant la spécificité des écoles de la République.

Des lycées comme Averroès où l’on fomente la haine contre les juifs, c’est inacceptable. Et j’espère bien, si je le sais, je vous informe illico, que dans les écoles juives on ne fomente pas la haine contre les musulmans.
Quant aux écoles catho avec leur petit catéchisme gnagna gna, style la Bible pour les nuls, a-t-on encore à craindre je n’y crois pas trop, mais sait-on jamais.

Restons sur nos gardes.

rose dit: à

C’est à dire qu’avant le déchaînement de violence contre les Tutsis il y eût massacre organisé de tous ceux qui, Hutus pacifistes, se seraient opposés au génocide des Tutsis.

rose dit: à

Et, il paraît, qu’au Rwanda, dès lors que les deux présidents Nigerian et l’autre ? (pas pris de notes durant la conversation) furent morts dans le dit accident d’avion, les prmeeirs massacrés furent des Hutus, modérés semble-t-il.

C’est à dire qu’avant le déchaînement de violence contre les Tutsis il y eût massacre organisé de tous ceux qui, pacifistes, se seraient opposés au génocide des Tutsis.

Dès que j’ai de plus amples nouvelles sur ce sujet, je vous en informe.

rose dit: à

Enfin, en tout cas, quittons, même si c’est provisoire le sujet des génocides.
Ai entendu bcp sur les Hutus cette semaine. Sujet qui me passionne. Et sur l’avion avec deux présidents de la république, Nigeria et qui a explosé la veille du démarrage du génocide contre les Tutsis.

A ce jour, j’en suis à 450 000 morts chez les Hutus en deux opérations successives, l’une en 1987 et l’autre ? avant le génocide des Tutsis qui compte 750 000 individus massacrés sauvagement par l’autre ethnie ; qui fut elle-même, auparavant drastiquement exploitée durant des années mortellement longues.

Ce que je veux dire par là, c’est qu’il n’y a pas déclenchement de violence sans violence qui l’a précédée.

Ce qui me fait plussoyer à votre concept de terreau.

Je ne cherche pas à donner tort aux uns, pas plus qu’aux autres mais à comprendre le processus du déclenchement.

Petit rigolo... dit: à

(donc pas besoin de marcher sur autre chose, précision…)

rose dit: à

Se faire observer tout le temps c’est parfaitement horrible.
Celui qui le fait est responsable.
Celui qui le subit le subit.Ce ne fut pas son choix.
Lien fort/prégnant avec le viol.
Un temps me suis demandé s’il n’aurait pas mieux valu le fils et au moins les autres eussent été tranquilles.
Mais comme je pense qu’il est bon de casser radicalement les répétitions autres que latines, rosa, rosa, rosae, alors, c’est ainsi.
Vaut mieux que le fils soit sauvé. Et que les autres trinquent.

Petit rigolo... dit: à

(ça porte…)

rose dit: à

Je n’attends rien de vous.
Ce n’est pas du cirage de pompes.

J’aimerai, si tant faire se peut, que parfois, vous laissiez accès à vous-même;

Je ne rajoute pas pour que nous vous aimions pck ce serait superfétatoire.

Petit rigolo... dit: à

Au rayon chantage, l’humour ne devrait rester de préférence qu’un moyen d’en sortir, et pas le contraire.

Allez, c’est le week-end, profitez ! Bonne journée

rose dit: à

votre propre point de vue, qui souvent, c’est vrai marquait un pont entre diverses choses. Peut-être votre talent réside-t-il là hormis l’esprit de synthèse, dans les ponts que vous jetez entre diverses matières. On pourrait appeler cela reliance, cette faculté que vous avez.
Cela n’existe pas à voir le rouge qui souligne ce terme.

la vie dans les bois dit: à

A ce sujet il me revient- pour l’avoir lu récemment- que des medecins comme Cawley et Naering, pouvaient avoir  » exercé » à Dortmund, pendant les années nazies.

Petit rigolo... dit: à

(enfin, se faire observer c’est pas toujours drôle, j’aurais au moins pu le voir ça et là sans trop insister, mais bon, tant pis)

rose dit: à

Je n’ai pas vu ce film. En ce moment, j’ai une priorité c’est Les tontons flingueurs, ce film m’intrigue. J’essaierai de le voir votre film de Martin Scorcese.

rose dit: à

Sur vous :
vous passez tant de temps à nous faire inventorier différents points de vue qu’à terme, nous ne savons point le vôtre. Propre.

J’en suis toujours décontenancée.
J’apprécie fort pourtant votre tentative de nous mener à une pensée autonome et critique, mais, fut un temps, vous preniez la peine d’évoquer votre propre pont de vue.
Et c’était, incessamment lumineux et brillant d’intelligence, avec un esprit de synthèse ultra-développée et une analyse qui avec un spectre large de bon aloi, qui nous permettait de quitter le plancher des vaches.

Me souvenait avec tristesse hier au soir d’un, qui lorsqu’il écrivait, mettait mon cœur en émoi.
Je n’ai pas son pseudo, là. Sous la main.
Où est-il ?

la vie dans les bois dit: à

quelques petites fautes de clavier, mais ce matin, ça caille un peu.

la vie dans les bois dit: à

@moumme le 20 mars 17h55

Vous avez vu le film Shutter Island ?
Pour ma part, je pense que ce devait être la 3ème fois, espérant découvrir le moment où tout bascule dans la tête du marshal Teddy Daniels. Peut-être me faudra-t-il une 4ème fois, mais encore, ce serait sous-estimer le talent de Scorcese qui ne donne pas la clé.

Pour faire suite autrement à ce que vous en dites, les personnages des docteurs Cawley et Naering, médecins sur cette île prison pour patients psy dangereux, me renvoient à ce qui a eu lieu en 1945.
Cette année-là,  » Etrange avion que celui qui se posa sur l’aéroport de Washington. C’était un transporteur militaire dont les hublots avaient été noircis pour soustraire les occipants aux regards indiscrets. Quelques instants plus tard, trois hommes descendirent de l’appareil, qui venait de s’immobiliser sur le tarmac. L’un d’eux s’appelait Herbert Wagner, le créateur du du HS 293, le premier missile guidé allemand pendant la seconde guerre mondiale(…)
« En septembre 1945, 300 scioentifiques nazis entrèrent sans visa aux Etats-Unis ».
Lu dans un article du mag Geo-Histoire d’avril-mai 2015,à propos de l’opération Paperclip: la chasse aux cerveaux, opération au cours de laquelle les américains partirent à la recherche des savants du Reich, sans tenir compte de leur implication dans les atrocités nazies.( il faudrait ajouter que du côté soviétique, cette recherche a été un peu semblable).
Mais comme Phil a bien connu la dernière secrétaire du fuhrer, je ne peux pas dire de mon côté :  » j’ai bien connu la veuve de l’un de ses nazis débarqués aux USA », puisque j’ai refusé de prendre le thé, lorsque l’on nous emmena chez elle, à titre de visite « touristique », quelque part en Amérique, il y a longtemps.

rose dit: à

Ben enfin, moi je l’ai vu à l’écran, et écouté autant François-Henri Désérable, en même temps qu’une autre jeune femme cultivée et les deux m’ont, ce soir-là, donné envie d’acheter et de lire leur livre. C’était comme un message romantique adressé à une jeune demoiselle son livre sur Evariste Galois.
Quant à la jeune femme elle était gaie et c’était plaisir de l’entendre parler de ses rebondissements choisis par elle pour traiter de son sujet.

Je ne comprends pas votre acrimonie envers lui.

Petit rigolo... dit: à

effacé pour avoir voulu aider la lecture ? possible, mais alors quelle implication ?

rose dit: à

Pourtant, écoutant les résultats des élections en Israël, ai entendu une journaliste dire que la campagne électorale de B. Netanyahou a été entièrement axée sur « qui je suis », « moi je » etc. ce qui pourrait corroborer la thèse du culte de la personnalité.
Comme si le peuple avait besoin d’hommes forts, de décideurs, de conquérants.
C’est triste.
Pck c’est passif comme attitude.

rose dit: à

Pck sur le terreau germe, certes. En cela je comprends votre analyse.

bon appétit dit: à

euh…

rose dit: à

En ce qui concerne la loi, pck c’est ce qui m’intéresse, il me semble que vous suggériez, hier, au cours de la conversation avec F. Delpla, que le terreau était prêt et mûr pour le développement du génocide qui s’ensuivit.
Ce terme de terreau, je l’emprunte à l’exposition faite au camp des Milles où sur un grand panneau analytique il est montré comment par les comportements quotidiens on laisse se fomenter l’innommable.
Pas seulement on laisse passivement, mais aussi on participe activement par tous les petits trucs de tous les jours.

rose dit: à

Bof, JC pas trop, désolée.

Allez courage rose :
la fellation c’est nul, je plussoie rachida dati ; et c’est mon point de vue.

En tout cas, si ce peut être bon, à ce que j’ai goûté, cela n’a pas à être répété, au grand jamais.

Et vous, ce dont je suis convaincue, pas vous el huomo, mais tous, cela vous transforme en carpettes.
A ce que je constate.

Je pratique plus volontiers l’ironie que l’humour ; en est-ce une forme ?

rose dit: à

Ai tenté de comprendre alors ce que vous recouvriez sous ce terme de loi et, voulez-vous dire en ce sens quelque chose qui se répète inéluctablement et ceci de manière chronologique (d’où votre rappel de l’Inquisition et des différents massacres ayant émaillé notre accès à la démocratie) ?

C’est une loi style c’est comme cela que cela se passe de manière systématique (comme une loi de physique); un principe immuable et répétitif.

JC..... dit: à

rose dit: 21 mars 2015 à 8 h 03 min
Mais dans un cas celle qui essuie est active, dans l’autre il est passif.
« Oui, c’est comme la fellation »

Vous aussi, rose, vous en avez, de l’humour !

rose dit: à

Ai pensé, hier au soir, mais ai lu 27 pages de Cratyle, & ai eu la flemme de revenir argumenter, que lorsque vous parliez de loi, ce n’était pas en terme de justice. Vous le contradicteur de F. Delpla.

JC..... dit: à

Par bonheur, renato, le don d’humour vous l’avez, et de l’humour vous en avez à revendre !

rose dit: à

Mais dans un cas celle qui essuie est active, dans l’autre il est passif.

>bab el oueda à 23H10

Oui, c’est comme la fellation.Et ce qui implique la perte de virilité des hommes qui d’un acte sexuel actif -pénétrer Lucie dans la caverne sur un lit de fougères fraîches, y préfèrent un acte sexuel passif. S’ensuit ce qu’il en est.
Ce qui n’a jamais voulu dire que Lucie fut passive parce qui, qui traversa le fleuve hein ?

Et, de surcroît, lorsque Marie écoutait religieusement un prophète de passage en sa ville, si Marthe n’avait pas préparé à manger, qu’auraient-ils eu au banquet qui s’ensuivit hein ?
Dommage qu’en lieu et place de la remercier, ils trouvent moyen de lui passer un savon pendant qu’elle s’activait pour les nourrir, ces exaltés sous son toit.

renato dit: à

Jamais compris les gens qui se plaignent des conseils des prescripteurs… car tout le monde sait que les écouter c’est comme prendre des notes en regardant le paysage… il est évident que au premier tremblement de terre émotionnel l’on perd le sens de l’humour… bon, il est vrai qu’après avoir observé les réactions de certains, je me demande si la nature leur a fait ce don…

M OU MME dit: à

un dangereux sophistes

sophistès : l’s final est donc impeccablement étymologique.

M OU MME dit: à

MOUMOUNE,
Pourquoi voulez vous mettre du sérieux dans une approche de la littérature ?! (JC)

Je n’ai pas dit « esprit de sérieux », monsieur (ou madame) JC. Ne confondons pas. Vous m’apparaissez comme un dangereux sophistes, excessivement amateur de bananes de surcroît.

JC..... dit: à

LE MOYEN DE PARVENIR (1617)
Béroalde de Verville

« Pour t’élever au dessus de ceux qui ont les pieds sur terre, fais toi baudruche ! »

JC..... dit: à

MOUMOUNE,
Pourquoi voulez vous mettre du sérieux dans une approche de la littérature ?!

Soyons sérieux ! Evitons le sérieux en littérature ….

M OU MME dit: à

Il faut reconnaître que c’est maladroit de ma part de critiquer le concept, novateur, de la grande maison Gallimard publiant un livre sur la vie d’Evariste Galois, novateur en maths, livre baclé écrit par un hockeyeur, l’immense Désérable :

-sans avoir lu le livre (JC)

Oui, en effet. C’est pour le moins de la critique aventurée. Il faudrait un peu plus de sérieux dans votre approche de la littérature, Monsieur (ou Madame) JC

JC..... dit: à

Voici ce qu’écrit sans rire un Jérôme Garcin, critique littéraire au Nouvel Obs, le 26 février dernier :

« Tout cela est raconté avec verve, des formules d’époque et des anachronismes, un mélange inédit de préciosité et de familiarité, de raffinement et de mauvais goût («Elle pouvait se la carrer où on pense»; «Il n’avait jamais tiré – pas même Stéphanie»), d’emprunts à Dumas et de pastiches de Sagan, sans oublier quelques apostrophes au «Vieux», comprenez Dieu le Père.

Hockeyeur professionnel, voltigeant sur la page comme sur la glace, poussant la phrase comme un palet, François-Henri Désérable s’en donne à cœur joie et fait vibrer le nôtre. En somme, il vient d’écrire un livre culotté sur un savant osé. »

Pitoyable ! …. comment voulez vous que le métier de critique ne soit pas suspecté de lèche-édition ? de respect du communautarisme germano-pratin ? de retour d’ascenseur ? Bref comment voulez vous que le bolo-lecteur qui n’est pas de cette mafia littéraire, ne se tourne pas vers les forums de lecteurs, plutôt que vers une élite-critique qui lui parait corruptible ?

Populisme littéraire, peut être, comme il y a un populisme politique anti-élite … réaction aux magouilles mafieuses dont les bulles crèvent la surface à petits bruits, blop ! blop ! blop ! …

JC..... dit: à

Il faut reconnaître que c’est maladroit de ma part de critiquer le concept, novateur, de la grande maison Gallimard publiant un livre sur la vie d’Evariste Galois, novateur en maths, livre baclé écrit par un hockeyeur, l’immense Désérable :

-sans avoir lu le livre
-en rappelant méchamment que c’est le dixième, au moins, sur ce génie français mort en duel
-en conseillant de lire les commentaires des lecteurs sur Amazon.
-en rigolant par avance de la décrépitude littéraire entretenue soigneusement par une édition avide de coups foireux …

Mais pour quelle raison faudrait il ne pas exercer sa liberté… même avec maladresse ?

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…François Depla à 21 h 30 mn,…

…et, dans ce cas, pourquoi, tout continue,…comme avant ces évènements,!…
…ou est la ligne de non-métissage possible des points de vue ou conciliations entre justes – à victimisés et profiteurs – éternels de remplacements,!…

…en inversant les couleurs, le dessin du profit mécanique reste le même,!…par d’autres endoctrinés,!…
…une démocratie mécanique, sur nos têtes, la montre de liberté, juste les apparences pour le soleil de très loin,…etc,!…

…bon A2,…en cour,…pour perdre son temps,!…des concepts et puis, comment s’en débrancher,!…
…de la prêche, d’église,…
…victimisé la liberté & le bon sens,!…en souffrir sa raison,…jusqu’à la fin des temps,!…
…années après années, un parquet simili-bois,!…anti-feux, anti-insectes,!…

…le vrai, revient à dire,!…
… » amusons les jeunes à des travers graduels en confiance,…on trouvera bien des jeunes sous un sens de passion ou autres crédibilités, qui reste accrochés,…pour en tirer un profit inconscient à l’individu, en recherche de sa personnalité qui devient  » surfaite « , sur des bases amovibles de démocratie,!…
…comme un prisonnier, pour des fautes qu’il n’est pas responsable en plus de subir des séquelles, qui le confronte à l’isolement en casserole, ou on décide pour lui, sans voie,…a quel sauce de strates, un niveau d’Histoire à Chaperon Rouge remodeler,!… » je vous le confie en bandoulière, il est de l’E.N.A., en chochottes dogmatisées « ,…
…?, qui ne l’est pas en des convictions, le chemin heureux  » suivis  » de prendre des raccourcis en lectures, ( prendre des vessies pour des lanternes ), pour imaginé l’approximation des soi-mêmes en ses leurres d’être réduit à un faucon en cage,!…

…suivant, la portée de la fosse portante en oubliette sociales, vous êtes en châteaux, …mais à quel niveau  » réduit « ,…
…vous faite l’amour, ou la branlette,…
…fascisme d’un style aux cuisinés,..je suis la première, queue je vous montre à démontrer, votre dette Ycelieu,…etc,!…

…mes parents, vos parents, pris aux jeux des systèmes sociaux, au de là, des affinités naturelles,…la main mise,…
…de ne vivre que sous les jougs,…& jupes,!…

…Youtube, Claude François, de ville en ville – 1964,…Chaperon – Rouge,!…à mère-grand,!…l’équité,!…James-Bond,!…
…aux pieds,!…Yes Sir,!…diversions,!…of course,!…my Lord’s,!…Ah,!Ah,!Ah,!…Bip,!Bip,!…etc,!…

bab el-oueda dit: à

Chaloux dit: 20 mars 2015 à 22 h 30 min
M OU MME dit: 18 mars 2015 à 22 h 15 min

On se connecte pour jeter un oeil, sourire en coin.
Embêtant, ces sucrages: on ne saura jamais ce que Chaloux critiquait.

J’ai noté le verbe français essuyer.

1. Marie-Madeleine essuie les pieds du Christ avec ses cheveux (parce qu’elle les avait d’abord rendus humides: larmes, parfums…)
2. Himmler essuie une colère de Hitler (F. Delpla).

Le diable et le bon dieu, si on veut sacrifier aux clichés.
Mais dans un cas celle qui essuie est active, dans l’autre il est passif.
Le français… Mâtin, quelle langue.

M. Delpla, je ne suis pas d’accord avec votre perspective, et comme je suis très paresseux, je vais dire que c’est sans importance.
En revanche, vous argumentez et citez soigneusement vos sources, et donc je vous salue.

Buona notte

rose dit: à

[399d] HERMOGÈNE.

Aussi bien, je pense que ce sera la suite de ce que tu viens de dire. Nous disons l’âme, ψυχὴ, et le corpsy σῶμα, de l’homme?

SOCRATE.

Certainement.

HERMOGÈNE.

Tâchons donc d’éclaircir ces mots comme les précédents.

SOCRATE.

Tu souhaites que nous examinions d’abord la propriété du mot âme, ensuite celle du mot corps?

HERMOGÈNE.

Oui.

SOCRATE.

Au premier coup d!œil, voici, je crois, quelle pouvait être la pensée de ceux qui ont fait le nom d’âme, ψυχὴ. Tant que l’âme habite avec le corps, elle est la cause de sa vie, le principe qui lui donne la faculté de respirer et qui le rafraî- 49 chit, ἀναψῦχον; et dès que le principe rafraîchissant l’abandonne, le corps se détruit et meurt. C’est de là, à ce qu’il me semble, qu’est venu le nom de ψυχή. Mais non; attends, je te prie. Je crois entrevoir une explication qui serait mieux accueillie [400a] chez Euthyphron; car il se pourrait bien qu’on y dédaignât celle que je viens de donner, comme un peu grossière. Vois donc si toi-même tu trouveras celle-ci préférable.

HERMOGÈNE.

Parle.

SOCRATE.

A ton avis, qu’est-ce qui conduit et voiture notre corps pour le faire vivre et marcher? N’est-ce pas l’âme ?

HERMOGÈNE.

Oui.

SOCRATE.

Et ne crois-tu pas, avec Anaxagoras, qu’il existe une intelligence et une âme qui ordonne et maintient toutes choses ?

HERMOGÈNE.

Je le crois.

[400b] SOCRATE.

C’était donc fort bien fait de donner à cette force qui voiture et maintient la nature, φύσιν ὄχει καὶ ἔχει, le nom de φυσέχη, dont on a pu faire pour plus d’élégance ψυχή.

50 HERMOGÈNE.

Fort bien, je trouve cette explication plus savante que l’autre.

SOCRATE.

Il est vrai; et pourtant ce mot paraît fort bizarre, prononcé comme il a été formé.

HERMOGÈNE.

Eh bien,que dirons-vous du mot qui doit suivre?

SOCRATE.

Du mot corps, σῶμα?

HERMOGÈNE.

Oui.

SOCRATE.

Pour peu qu’on touche à sa forme actuelle, [400c] je vois à ce mot plus d’une origine. Quelques-uns appellent le corps le tombeau, σῆμα, de l’âme où elle serait présentement ensevelie (27); en outre, c’est par le corps que l’âme signifie tout ce quelle veut signifier; et, à ce titre, le nom de σῆμα, qui veut aussi dire signe, est encore parfaitement convenable. Mais je crois que les disciples d’Orphée considèrent le nom de σῶμα comme relatif à la peine que l’âme subit durant son séjour dans le corps en expiation de ses fautes. Ainsi cette enceinte corporelle serait comme la prison où elle est gardée, σώζεται. Le corps est donc, comme son nom le porte, sans qu’il 51 soit besoin d’y changer aucune lettre, ce qui conserve, τὸ σῶμα (28), l’âme, jusqu’à ce qu’elle ait acquitté sa dette.

in Cratyle de Platon oeuvres du dit traduites par Victor Cousin

pas encore lu en entier, mais ne vais pas tarder à le faire.

Merci encore Erik Simak, bonsoir,

rose dit: à

>Erik Simak le 22 mars 2013 à 21 h 49 min je vous remercie des références que vous m’avez fort aimablement données et qui me permettent une réponse, provisoire sans doute sur le lien entre l’âme et le corps (y rajouter les douleurs qui s’ensuivent dans le cas qui nous intéresse de Himmler).

rose dit: à

>F. Delpla merci de votre réponse : ah oui, je l’ai bien lu comme cela ds le livre de Kessel, il semblait, Himmler, terrifié par les colères du führer, incontrôlables à ce qu’il paraît.

rose dit: à

>Phil il ne me semble pas. Je peux rechercher mais je crois me souvenir que c’est la syphilis.

Chaloux dit: à

M OU MME dit: 20 mars 2015 à 17 h 55 min

N’importe quoi.

Chaloux dit: à

M OU MME dit: 18 mars 2015 à 22 h 15 min

On verra donc dans trente ans. Mais je doute qu’un historien ou une période de l’histoire puissent échapper à ce qu’il faut bien considérer comme une loi. Quant à « approche mondaine », c’est d’une imbécillité venimeuse.

François Delpla dit: à

ma note 81 de mon Histoire du Troisième Reich, p. 390, répond à Rose point par point :

81. Cf. The Kersten Memoirs 1940‑1945, Londres, Hutchinson, 1956, entrée du
11 novembre 1941. Un récit très célèbre de Joseph Kessel, Les Mains du miracle, qui
prend Kersten pour héros (Paris, Gallimard, 1960, p. 172‑175), déforme ce passage en
fonction d’un antinazisme simpliste qui sévit à l’époque : Himmler est censé être troublé
non par une mission abominable, mais par le fait qu’ayant émis une timide objection
il avait essuyé une terrible colère de Hitler qui l’avait traité de lâche et de traître.

Phil dit: à

Vous mélangez dans votre encyclopédie des détraqués, dear rose. La syphilis, c’est al Capone.

rose dit: à

Difficile, je ne vous comprends guère.

rose dit: à

Je peux me tromper.

rose dit: à

Il faudrait souligner le culte de la personnalité.
Il était craint par ses affidés, Hitler. Et fou à lier. La syphilis je crois (je mets sur le compte de la syphilis, mais une enfance malheureuse ferait aussi bien l’affaire à vrai dire). Et ce qui est dit à travers les propos d’Himmler renforce cela. Tout le monde craignait ses colères noires.
Ce qui est plus difficile à comprendre, dans le bouquin, même si on admet lier l’âme et le corps, ce sont les crises terribles de la maladie de Himmler entre les ordres donnés par Hitler dans une succession d’horreurs suivant une courbe exponentielle (à peine Hitler avait-il obtenu quelque chose qu’il lui fallait pire + fort, + grand, + pire) et son corps d’Himmler qui réagissait dans une douleur atroce.

Là, je l’avoue, j’ai difficilement compris cela : comme si le corps refusait ce que la tête d’un autre lui ordonnait à lui, incapable de refuser les ordres de son supérieur.

Le craignant.
Culte de la personnalité me semble dès lors majeur dans l’analyse des faits.

Phil dit: à

Le Nrf entrelacé a été dessiné par Schlumberger, qu’était huguenot et pas juif, qu’on se l’dise. Et on ne raconte pas qui a trouvé le liseré noir et rouge. Finalement, Gaston n’a pas inventé la poudre.

la vie dans les bois dit: à

Et puisque c’est le printemps.

« Fait de langue, la poésie est aussi, et peut-être d’abord, « une manière d’être, d’habiter, de s’habiter » comme le disait Georges Perros.
Parole levée, vent debout ou chant intérieur, elle manifeste dans la cité une objection radicale et obstinée à tout ce qui diminue l’homme, elle oppose aux vains prestiges du paraître, de l’avoir et du pouvoir, le voeu d’une vie intense et insoumise. Elle est une insurrection de la conscience contre tout ce qui enjoint, simplifie, limite et décourage. Même rebelle, son principe, disait Julien Gracq, est le « sentiment du oui ». Elle invite à prendre feu. »

http://www.printempsdespoetes.com/index.php?rub=7&ssrub=68&page=201

Bonne nuit.

Phil dit: à

Pauledel n’a toujours pas mis de deuxième commentaire suite à son premier commentaire de sa notule. Ça va pas fort et le comptoir est fermé.

rose dit: à

>F. Delpla
Pourquoi Kessel déforme-t-il les propos de Himmler et/ou de Kersten ? D’après ce livre, lu récemment, ce serait Kersten qui aurait raconté toute l’histoire directement à Kessel, reporter de guerre quand même.
D’où vient la citation que vous faites de Himmler ? Pas dans le livre de Kessel Les mains du miracle . Non.
Pourriez-vous me donner votre source je vous prie ?

la vie dans les bois dit: à

Dimitri, tu as une chemise, comment dire, un peu trop grande pour toi. Fallait-il que tu impressionnes à ce point avec ta cravate, pour que tout le monde ne se soit pas rendu compte que tu étais finalement qu’un petit flic mal dans sa peau ?

Phil dit: à

Tu cliques sur Gallimard-grasset, tu tombes sur le médecin masseur de l’immler. Le point Godwin est devenu un aspirateur à trous noirs. Ceci dit j’ai connu la dernière secrétaire de l’adolf, elle a dit: le führer détestait les fleurs mortes et les pots de fleurs.

Deneb dit: à

moi c’est Dimitri.

Deneb dit: à

la vie dans les bois dit: 20 mars 2015 à 20 h 26 min

toi, tu t’appelles Guillaume.

Les Franciliens reconnaissants dit: à

JC….. dit: 20 mars 2015 à 20 h 46 min

Camion, vous avez un défaut : vous consommez beaucoup et faites peu de route …

tout à fait, et en plus vous n’êtes pas à la norme Euro 5, dont bientôt interdit de commenter, sauf les week-ends.

François Delpla dit: à

Je verse au débat sur la spécificité de l’antinazisme nazi en général et hitlérien en particulier l’entrée du 11 novembre 1941 du journal de Felix Kersten, le médecin-masseur de Himmler, utilisé et déformé par Joseph Kessel dans Les Mains du miracle.
Il trouve que son patient va mal et en insistant beaucoup lui fait exposer ce qui le tracasse. Il a reçu l’ordre de tuer tous les Juifs. Kersten se récrie : jusque là il ne voulait que les expulser. Himmler se justifie :

« Il faut considérer les points suivants : les Juifs ont toujours bouleversé tous les systèmes de gouvernement par des guerres et des réévolutions. Il suffit de considérer la destruction de l’honneur commercial, le saccage des codes artistiques, en bref tous les modèles
qui donnent sa stabilité à un Etat. Cela conduit à voler aux nations leur héritage matériel et intellectuel, et à une prolétarisation générale.
Mais comme le prolétariat ne peut diriger un Etat, le commandement échoit aux Juifs du bord opposé, adversaires du prolétariat.
Les Juifs causent la pourriture et s’en nourrissent. Ils dominent le monde entier par les centres d’information, la presse, le cinéma, l’art et pratiquement tout le reste. Le dommage qu’ils ont causé pendant des siècles – et à l’avenir ce serait pire encore – est tellement complet qu’on ne peut y remédier qu’en les éliminant totalement. C’est
l’esprit juif destructeur qui a empêché l’unité de l’Europe. Il en va de même pour toutes les guerres et toutes les carences. Ils sont
coupables d’avoir dévoré des millions de victimes et s’apprêtent à en faire plus encore. On peut seulement leur opposer leurs propres
méthodes et leurs propres mots : oeil pour oeil et dent pour dent.

Les millions de morts dont ils se sont rendus coupables à travers les siècles doivent être retenus contre eux. Ces faits convergents ont
déjà été à l’origine de l’extermination partielle des Juifs par d’autres peuples dans le passé. Ce n’est que quand le dernier Juif aura disparu de la surface de la terre que la destruction des nations prendra fin – et la guerre conçue comme une bonne affaire rapportant des millions ; et des générations sans nombre à venir seront préservées
du massacre mutuel pour le bien de l’empire juif invisible ».

Un tel discours est introuvable avant 1919, où que ce soit. Et Himmler était incapable d’en inventer le quart.

la vie dans les bois dit: à

Je n’ai aucune idée sur la hiérarchie économique des maisons d’éditions.
Il semblerait que les éditions Gallimard soient bien classées grâce à l’acquisition de Flammarion

http://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_d%27%C3%A9dition

ça me fait tout chose, vu que Camille Flammarion était « ministre des étoiles ».

la vie dans les bois dit: à

On va attendre encore un peu, oh pas très longtemps, un remake de « inconnu à cette adresse ». Vous vous y coller, Diagonal ?

JC..... dit: à

Camion, vous avez un défaut : vous consommez beaucoup et faites peu de route …

albert camion dit: à

« OUAAAAAAH !!! Donnez lui une banane enveloppée dans Le Dormeur du Val… et qu’on n’en parle plus ! »
JC, vous avez une vertu : mettre ce blog à sa place.

la vie dans les bois dit: à

Diagonal, C’est parfois encombrant un « ami », non ?

Du nouveau, encore... dit: à

C’est con, là pas vraiment…

la vie dans les bois dit: à

Je ne sais pas si le lecteur lambda s’est rendu compte qu’il y a un intervenant, changeant de pseudo régulièrement comme à 20h32, en détresse psychiatrique. Qui nécessiterait à minima une prise ne charge médicale, même si les urgences sont actuellement saturées.

Du nouveau, encore... dit: à

Ah tiens, les excuses à mémère de la dent dure…

Diago..... dit: à

la vie dans les bois dit: 20 mars 2015 à 20 h 26 min
« Elle est pas bonne, mon idée, Diago ? Vous en pensez quoi ? »

Je pense que vous êtes une chienne délatrice de la pire espèce, du genre lettre anonyme aux miliciens nazis pour embarquer le pauvre Juif…

On la placera quand même... dit: à

Faut dire que des beaux qui font la gueule avec tous les trous… Non, rien…

Pas compris grand chose mais... dit: à

lvdb, quand vous vous tirez le slip éminence gris jusqu’au nombril on vous voit les boules où ça dépend de l’éclairagiste qui s’est chargé de votre appartement ?

la vie dans les bois dit: à

Diagonal, rien ne presse. Mais quand même ne vous déballonnez pas. Ce serait dommage.

ZEUS..... dit: à

Ne soyez pas méchant avec la Garde des Sottes…

Elle vient de sortir du néant indépendantiste, elle fait du vélo, elle aime la poésie, elle est incompétente, elle adore les applaudissements… la poésie qu’elle aime, c’est la belle, hein !

Quand à son goût du métissage, je passe : nous sommes Grecs, nous autres dieux et déesses grecs….

Vous nous voyez « métissés » avec des Allemands, lourdingues, culottes de peau, bavarois, bier und tralala ?…

Folie totalitaire ! Tous égaux, tous moches …

la vie dans les bois dit: à

J’aime bien lire, à titre du curiosité intellectuelle et de quelques minutes à perdre, les  » témoignages » de Diagonal.

Accessoirement je viens de relire, par ailleurs, un truc incompréhensible sur la définition de  » témoin de moralité ».

La ministre de la Justice du gouvernement du Bedonnant, -en France à ce ministre est confiée la Garde du Sceau scellant la Constitution-, semble rassembler sur sa personne, non par ses décisions qui incombent à sa charge, -il ne s’agit pas ici de statuer sur sa compétence- tout ce que peut contenir le cerveau d’un phallocrate raciste inculte blanc français nationaliste, du fait qu’elle est une femme de couleur et plutôt cultivée.

Donc kom ça, une idée kom une autre, je me demande ce qu’un témoin de moralité pourrait dire, et non jouer sur un air de jazz, de son  » ami », qui, en brocardant un ministre avec des propos qui tombent sous le coup de la loi, écrits sur un blog très très lu, pourrait dire devant un juge, dans le cas où les écrits de cet « ami » couard, phallocrate et raciste, auraient été « vidéosurveillés ».

Elle est pas bonne, mon idée, Diago ?
Vous en pensez quoi ?

Papier Monsanto dit: à

Arthus-Bertrand pourra sortir lui aussi ses 50 nuances de gris.

Faut voir le bon côté des choses.

Et le noir et blanc ça peut être tellement flatteur…

ça allit dit: à

Les Franciliens reconnaissants dit: 20 mars 2015 à 19 h 04 min

en fait c’est bien pire certains jours

V . T dit: à

René Char, Aimé Césaire, Edouard Glissant, Kateb Yacine, Antonio Machado, Pablo Neruda, Paul Celan, Mahmoud Darwich… J’aime aussi François Villon, Goethe.

Et valérie, non?!

Diagonal dit: à

René Char, Aimé Césaire, Edouard Glissant, Kateb Yacine, Antonio Machado, Pablo Neruda, Paul Celan, Mahmoud Darwich… J’aime aussi François Villon, Goethe.

A tous les mêmes, je voudrais également témoigner de mon amitié. A la place de Goethe, j’aurais plutôt préféré Louise Labé. Mais ce n’est là qu’un détail de genre qui n’emporte pas grande différence dans nos goûts poétiques communs.
Je vous admire Christiane, non seulement vous êtes une très grande dame, intelligente et courageuse, mais de surcroît sensible et sans aucun doute le meilleur Garde que nous ayons eu sous la 5e République, depuis Robert Badinter et Elisabeth Guigou.

Polémikoeur. dit: à

Le commentarium a besoin d’un nettoyage,
au moins de la fin d’après-midi.
Dégueulassement.

D. dit: à

GS’A, laissez Simon tranquille !

Les Franciliens reconnaissants dit: à

Merci à Anne Hidalgo et Ségolène Royal d’avoir brassé de l’air pendant 2 jours et ainsi dissipé le smog.

M OU MME dit: à

ce qu’ils ne supportent pas, c’est le métissage, c’est-à-dire la rencontre (Christiane Taubira)

Notre garde des sceaux parle d’or. Le métissage, sous toutes ses formes, est l’avenir de l’humanité, l’antidote aux poisons de la sottise, de l’intolérance, de la haine.

M OU MME dit: à

Ce qui rend une idéologie folle, qu’il s’agisse du nazisme, du marxisme-léninisme-stalinisme, du maoïsme-polpotisme, du catholicisme médiéval d’avant la Réforme, ou, aujourd’hui, de l’islamisme radical, c’est toujours son systématisme; en somme, son inaptitude à prendre en compte la différence de l’autre autrement que pour la détruire.

M OU MME dit: à

Le saut est bel et bien qualitatif.

Que la haine se donne une base religieuse ou raciale, pour déboucher sur une extermination générale elle a eu besoin de la médiation d’une psychose individuelle, doublée d’un immense talent de politicien, d’organisateur et d’illusionniste. (François Delpla)

La haine, pour être efficace, a besoin d’être systématique. La haine antisémite dans l’Europe chrétienne, appuyée sur un argumentaire religieux, ne fut pas moins systématique que l’antisémitisme racial qui la relaya. Je pense que le projet d’extermination générale des Juifs n’est pas le produit d’une psychose individuelle mais qu’il était inscrit dans les principes mêmes sur lesquels ce nouvel antisémitisme s’était fondé. L’argumentaire selon lequel les Juifs, race inférieure, perverse, nuisible, constituaient, par leur existence même, un danger pour la race aryenne fut une construction intellectuelle qui se voulait cohérente, et prétendait s’appuyer sur des « preuves » scientifiques. Y voir une construction délirante, produit d’un esprit malade, c’est se condamner à ne pas comprendre comment cet argumentaire a pu être accepté par des millions d’Européens qui purent y voir une construction rationnelle. Bien sûr, cette construction, dans ses fondements mêmes, peut être qualifiée de folle, mais chacun sait que certaines folies savent être convaincantes et communicatives, comme le montre superbement Martin Scorsese dans « Shutter Island ». Mais ne jouons pas sur les mots : dire que cette idéologie est folle, ce n’est pas y voir une psychose, c’est repérer sa nature irrationnelle, incohérente, et en dénoncer l’imposture scientifique. Je persiste à croire que François Delpla surestime le rôle d’un homme, Adolf Hitler. Himmler, Goebbels et quelques autres furent des « penseurs » de l’antisémitisme nazi tout aussi efficaces que leur bien-aimé führer. Or ces gens-là n’étaient nullement des esprits dérangés en proie à une quelconque psychose, ce qui les rendait d’autant plus dangereux. Quant à parler de « psychose collective », c’est, selon moi, prendre une simple métaphore pour une réalité et faire bon marché des responsabilités des uns et des autres.

merci dit: à

« La sagesse n’habite pas une seule case » (proverbe haoussa)

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…Simon,!…tout à fait, à côté de la plaque,!…
…au genre, j’interviens , mon nombrilisme prévôt,!…( je vais me les mettre tous sans arguments ),!…je pêche dans le tas,!…
…qu’elles options de conciliation avec ces prérogatives,!…( faite du Cinéma ailleurs à, et laisser les gens sur ce bloc à s’exprimer,!…ce qui vous gêne ),…pourquoi,!…
…même si c’est le problème de vos parents, à vous laisser courir, sur les blog à califourchon,!…
…lisez ce que vous écrivez, c’est de l’auto dilapidation perpétuelle,!…des cultures sur l’Europe des carrefours,!…

…etc,!…Ah,!Ah,!Ah,!, vous touchez combien, de qui, pourquoi faire, du vent en pagaille,!…tout est en mémoire dure,!…etc,!…
…Bisous, cailloux , choux, genoux, hiboux, chouchou, poux,!…bijoux à plume de paon,!…
…etc,!…
…les enfants de l’élite, plus cons tu meurs,!…un film pour se détendre,!…
…Ah,! qu’il est beau mon lavabo,!…

François Delpla dit: à

enfin des arguments !

souffrez que je les conteste.

Le saut est bel et bien qualitatif.

Que la haine se donne une base religieuse ou raciale, pour déboucher sur une extermination générale elle a eu besoin de la médiation d’une psychose individuelle, doublée d’un immense talent de politicien, d’organisateur et d’illusionniste.

Détails ici (entre autres lieux) http://www.delpla.org/article.php3?id_article=500 .

M OU MME dit: à

La différence est dans le caractère systématique, succédant à des millénaires de meurtres intermittents. (François Delpla)

Ce qui me paraît significatif dans l’évolution de l’antisémitisme européen entre Drumont et Hitler, en passant par l’affaire Dreyfus, c’est qu’il travaille à se constituer un argumentaire laïc et profane capable de relayer le vieil argumentaire religieux à l’efficacité déclinante dans des sociétés en voir de déchristianisation et de plus en plus laïcisées. or cet argumentaire est en effet beaucoup plus radical et efficace dans la mesure où il se fonde sur des bases raciales et non plus religieuses. On peut espérer convertir l’infidèle mais le « péché » d’infériorité et de nocivité raciale est sans rémission. Sans cette mutation, Auschwitz était inconcevable ; cela n’implique pas pour autant que l’antisémitisme nazi ait développé, de ce point de vue, une quelconque spécificité; les antisémites français avaient depuis longtemps ouvert la voie aux antisémites nazis en défrichant le même terrain idéologique et, dès 1933, se sont retrouvés sur la même longueur d’onde que leurs homologues allemands.

Priape..... dit: à

Naomi Klein et moi on est pareil.

Quand j’ai les soutes pleines de fertilisant, que je suis en crise de fertilisation, ça influe sur mon analyse du capitalisme anti-écologique qu’est à bannir, honnir, trucidir en Occident !

transcendentalement dit: à

« Il semblerait que l’optimisme critique de Naomi Klein à l’égard de la crise écologique de la planète aurait été façonné par ses « réactions face à [sa] propre crise de fertilité et vice versa  »

Ben voyons!

M OU MME dit: à

François Delpla dit (5h07)

La différence est dans le caractère systématique, succédant à des millénaires de meurtres intermittents.

Le saut quantitatif est indéniable; il n’est pas sûr qu’il s’accompagne d’un saut qualitatif. L’entreprise hitlérienne d’extermination totale des Juifs peut en effet être légitimement interprétée (et elle l’était sûrement ainsi par beaucoup de nazis) comme l’aboutissement naturel et logique de la haine de l’Europe pour les Juifs depuis deux millénaires. Rebond dialectique au demeurant, faisant suite à plus d’un siècle d’assimilation dans un contexte de reflux des persécutions. La violence de la persécution nazie est à la mesure de l’amélioration spectaculaire de la condition juive en Europe occidentale depuis 1789. Dans cette perspective, l’affaire Dreyfus peut être vue comme un signe annonciateur des déchaînements antisémites à partir du milieu des années 30, en Allemagne, mais aussi en France, même si, dans notre pays, ils restent essentiellement verbaux (Céline etc.) jusqu’en 1940. La thèse de Delpla sur la spécificité de l’antisémitisme hitlérien me paraît fragile et contre-productive, dans la mesure où elle peut conduire à le couper de son substrat historique européen et à masquer les solidarités entre cet antisémitisme-là et les autres formes de l’antisémitisme en Europe et ailleurs.

François Delpla dit: à

peu de réponses à mon 5h 07, et aucune qui tente de décrire autrement la différence entre l’antisémitisme des nazis et ce qu’on entendait auparavant par ce terme.

Phil dit: à

Le capitalisme de Gallimard n’a pas été affecté par la crise orageuse qui s’est abattue sur la France en 40. Il a dû planter un paratonnerre sur la tête du Drieu.

Diagonal dit: à

Il semblerait que l’optimisme critique de Naomi Klein à l’égard de la crise écologique de la planète aurait été façonné par ses « réactions face à [sa] propre crise de fertilité et vice versa » (in le journal du Télérama, n° 3400, p. 8).
Voilà une idée fort intéressante à méditer qui rejoint qq part la thèse de Nancy Huston sur les « professeurs de désespoir », des nihilistes nietzschéens n’ayant jamais rien engendré de positif à force de n’avoir jamais eu d’enfants à élever. Je me demande ce qu’auraient pensé Gaston et Bernard du lien entre capitalisme et changement climatique par le biais du genre. Très étonnamment, Passoul n’en dit rien dans son billet, étonnant, non ?

Bloom dit: à

Salon du livre à Paris : la seule librairie de France qui fasse payer 12 euros l’entrée et 90 euros le droit d’entendre parler de traduction

On sent comme un agacement légitime.
Avis aux intéressé(e)s: le 11 avril, la librairie Oxford Bookstores à New Delhi organise une série de débats sur la traduction:
 » ‘From Walls to Bridges : Indian Literatures and Translation’, will discuss the necessity and value of engaged literary translation, as well as modalities of the translation process ».
Et c’est gratuit, bien sûr.
http://www.oxfordbookstore.com/dotcom/oxford/stores/oxford_new_delhi.htm

bab el-oueda dit: à

« un livre culotté sur un savant osé »

Ou le contraire?

renato dit: à

Les livres pour comprendre le monde?! je comprends: le confort, etc., etc.; c’est vrai, que si le travail c’est déjà fait… et puis… c’est aussi vrai que dans la rue on risque de tomber sur une crotte de chien…

M OU MME dit: à

JC….. dit: 20 mars 2015 à 11 h 24 min
Je rêve d’un Livre Saint illustré par Achille Devéria…

Reiser ou Dubout ou Charb , oui.

transcendentalement dit: à

WG toujours aussi brillant dans l’insulte

bertrand dit: à

11 h 46 min
les faits vous gènent

Simon dit: à

Un outil pour comprendre le monde. Très drôle. Et ça fait extra-terrestre chez les starship troopers (la foule sentimentale va aimer).

Bloom dit: à

Alors qu’on lit pour s’amuser à lire des phrases. C’est terrible de présenter la littérature comme un outil pour comprendre le monde, et non comme un outil de plaisir.

Surtout éviter de comprendre et s’éclater à la Fête au phrases. C’est P. Murray qui doit bicher.

Widergänger dit: à

bertrand dit: 20 mars 2015 à 7 h 31 min
Comment peut-on être si bête ?

JC..... dit: à

Je vous quitte sur une horreur, un drame, une tragédie pour la littérature, la jeunesse, la presse cuculturelle…:

Eric Reinhardt, prix des étudiants France Culture-Télérama 2015, pour « Amour et foret »

On est prié de ne pas tirer sur le lauréat, il ne vaut pas le prix du coup… Vive la littérature franzouèse !.

Simon dit: à

moins se tromper d’interlocuteurs,!…

Il vaut mieux ne pas trop afficher son usage ou son appui de bien trop mauvais, insistants et puants moyens de pression…

Simone Moune dit: à

11 h 21 : commentaire enregistré… pour ressortir plus tard quand JC aura nié l’avoir écrit

JC..... dit: à

Je rêve d’un Livre Saint illustré par Achille Devéria…

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…l’arbalétrier,!…du bloc,!…puisque constant,!…
…indésirables  » politiques fictions nazis-juifs-arabes « ,!…
…touché-aux-vents des vernis  » yodle « ,!…
…Salza-magiore,!…Ah,!Ah,!Ah,!…etc,!…

M OU MME dit: à

bab el-oueda dit: 20 mars 2015 à 10 h 50 min
Le jour où il n’y aura plus qu’un livre, LE livre, les anciennes librairies seront des lieux de prière.

Mon dieu quelle horreur. Heureusement que je n’y serai plus.

Fons dit: à

@ 10:06

écrit sur ce blog, Oui,
mais,
est-ce qu’il aura le courage avec sa franchise tellement connue, de le répéter à vive voix demain au Salon aux gentlemen Reinhardt et Daoud? J’en doute! Et je le vois plutôt faire la queue

nouvel obs:

François Bégaudeau: Verticales me demande d’y aller, la maison en a besoin, donc je le ferai, sans déplaisir. C’est amusant à regarder, cette grande foire. Je sais bien qu’il y aura une longue queue pour Zemmour, et qu’on aura moins de monde chez nous.

Diagonal dit: à

Sur le dernier twist de la RDL après l’éclipse.
Bégaudeau et Gran sont aussi faux-culistes l’un que l’autre… Quand ils racontent ce qu’ils ont à raconter, désolé : on ne va pas Salonner à Versailles, ni se répandre au NO en espérant vendre 3 exemplaires de son propre torchon voué au pilon.
Un peu de cohérence les mecs, bordel de merde, bordel de dieu ! C’est pas qu’en plus, vous croyez donner vos leçons de morale d’écrivassiers aux politicards incultes-heureux !
La morale, ça se donne à voir par son comportement personnel au quotidien, pas par des bavardages sur ‘le syndrome de Nivek’.

La mère Denis dit: à

ne sachant plus quoi inventer pour prendre le ton du procureur, là même où il est pris en flagrant délit de débilité, monsieur delpla demande gravement, le 19 mars 2015 à 21h 47min, à propos de l’entreprise d’extermination nazie :

Quel modèle antérieur ?
merci d’être précis

Voilà qui évidemment n’est pas sans rappeler le sketch Sar Rabindranath Duval, qui m’avait bien fait rire (cf. « pouvez-nous nous dire? » etc.) mais qui est là surtout pour rappeler que chez monsieur delpla, l’enflure sait le disputer à la boursouflure. Car enfin, s’il s’agit de nous dire qu’Auschwitz ne peut se comparer à rien : pour ça, on ne l’a pas attendu. Mais pour le reste delpla ne fait qu’ici afficher une ignorance, feinte ou réelle, que des internautes lui ont ici rappelée à propos de l’Inquisition. Aussi je prendrai plutôt l’exemple de l’époque de l’affaire Dreyfus à propos de laquelle la pulpeuse Madeleine Rebérioux, qui passe pour avoir cornaqué monsieur delpla, pouvait déclarer en 1994 dans une interview à ‘La République Internationale des Lettres’ (n. 9, 16/12/1994, p. 4):

« les cris de haine proférés à partir de cette époque ne visent pas seulement les juifs, ils visent aussi les italiens qui arrivent en flots à ce moment là et qui sont massacrés allègrement par des ouvriers français notamment en 1893 au cours des massacres d’Aigues-mortes. /…/. C’est bien en tant qu’étrangers que les italiens sont agressés, avant eux les belges et d’autres plus tard. POUR LES JUIFS C’EST LA MEME CHOSE* ».
*souligné par mes soins, Germaine Denis

Mais, à ce que me signale mon ami et camarade Luc Nemeth, la réponse à ces trouducuteries avait déjà été donnée en… 1899 dans le ‘Journal du Peuple’ par Sébastien Faure, dans un article où il faisait allusion aux « candidats antisémites » qui s’étaient présentés quelques mois plus tôt aux élections en Algérie :

« Ce ne sont pas seulement les juifs adultes que les amis et les électeurs des Drumont, des Morinaud, des Marchal et des Firmin Faure traquent comme on pourchasse les fauves; ce sont encore les femmes, ce sont les viellards, ce sont les enfants, ce sont les infirmes, ce sont les malades ».

renato dit: à

Vous admettrez qu’un pilon à l’arrêt ce n’est pas élégant…

eh oui dit: à

Milena et Dora dit: 20 mars 2015 à 10 h 06 min

oui, un vrai fhaine (frustré aigri, débile )

à vrai dire dit: à

C’ÉCRIT ICI, MÊME SUR CE BLOG

oui mais en génégal on lit les com de ce … seulement par mégarde, et l’oublie vite

en bref dit: à

JC….. dit: 20 mars 2015 à 10 h 14 min

jc et ses obsessions

bab el-oueda dit: à

Le jour où il n’y aura plus qu’un livre, LE livre, les anciennes librairies seront des lieux de prière.

bab el-oueda dit: à

« Deux livres drôles et rageurs »

On dit aussi « féroces et tendres ».

ZEUS..... dit: à

« Sortir 800 romans fin août pour en envoyer 795 au pilon au bout de deux semaines, c’est génial. Un dieu, quelque part, doit se dire: ils me font bien rigoler, ces mecs. » (Iegor Gran)

C’est exactement ce qu’on se dit, ici par chez nous… « rigolo ! »

G.M. dit: à

La sottise chatouille son propriétaire et il rit (proverbe rwandais)

bab el-oueda dit: à

Touite

« les Foires du Livre où personne ne sait qui il est, les interviews par des journalistes qui n’ont pas ouvert son livre, les pénibles interventions en milieu scolaire, les voyages sans objet, les conversations sans intérêt…
Ce week-end, vous pourrez retrouver Iegor Gran et François Bégaudeau au Salon du Livre de Paris. Ils y signeront leurs livres.

Hihihi…

JC..... dit: à

Que ceux qui ressentent l’effet Equinoxe de Printemps lèvent le doigt….!

Simon dit: à

Parce que vous imaginez que vous ne faites pas très (et même trop) gonzesse dans votre genre ?…

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…demander plus ou moins, mais m’assurer ma liberté de manoeuvre de la pensée,!…

…Daphné du Maurier,…le week-end,…j’ai du la croisée sur un programme télé du matin,!…
…un rien austère – coincée,!…
…trop de travail à dégeler Notre-Dame à Just for Games,!…
…une fonte en bronze style art-déco,…en moule au Louvre,!…
…comme De Andrea et ses moulages  » le corps du désir « ,!…
…avantages, pas de vents mixtes,!…etc,!…

Simon dit: à

chez vous l’érotomanie se limite au public hair… au risque de vous surprendre il est possible de trouver mieux…

JC..... dit: à

Ne confondons pas éructomane et érotomane

Simon dit: à

Le mieux vivre ensemble. Euh… vu les résultats à ce stade faudra songer à réviser vos prétentions…

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…mais, pourquoi ne pas garder la même tête de pipe,…encore 10 ans,!…cool,!…

…adopter les suggestions ( les seules,? ) récentes de Mme de la Castafiore,!…
…les mosquées en gel profond,!
…contrôles aux frontières,…sans démantelés chaque véhicule,…par Pôle-Emploi,!…du jambon pour tous,!…
…ne pas faire dans le détails, du chien enragé à dressé,…of course,!…chargés de  » croix « ,…attachés-niche,!…

…le coeur  » vierge  » des balourds financiers « ,…la garde des pierres d’églises,!…la sécurité pour Notre-Dame à Seins louis à l’oeuf prospère,!…
…diversions, diversions, à la paires climatsées,!…etc,!…
…l’Edit de Nantes réadoptés,!…
…si c’est pas de bonnes mesurées, qu’est ce que c’est,!…bourre-lingus,!…
…etc,!…Ah,!…2 X rien, pour durer,!…
…ou est le mâle,!…

arthur dit: à

« son appartement où ils vivaient tous deux, heureusement leurs amours illicites »

les ancêtres avaient de la retenue

rose dit: à

c’est le premier jour du printemps.
aujourd’hui beau printemps à tous, affectueusement
rose

rose dit: à

Jeunes gens : des siècles de pouvoir autoritaires dictatoriaux tyranniques autocratiques : un/ Clysthène l’athénien projette son rêve, invente la première utopie qu’il soit (après baiser Lucie sur le lit de fougères fraîches dans la caverne, parce qu’elle en a envie et toi aussi pck t’as eu trop peur du mammouth croisé à la rivière).
Il instaure donc la démocratie et son rêve dure un siècle et demi : l’avènement de la démocratie, les p’tits loups ce n’était pas rien.

Vous me direz, sarcastiques « ben y’avait pas de musées » .
Et je serai obligée d’obtempérer, narquoise : ben non, pas de musée couillons de la lune puisque vous viviez dans les musées, in situ, que vous vous baladiez dans les rues de Pergamon et croisiez le lion de Mossoul matin et soir en allant et revenant de l’agora.

Héhé.
J’les ai eus.
Tchack.

arthur dit: à

rose dit: 20 mars 2015 à 8 h 57 min
Moi, en tout cas, je propose que un lache les basketts à François Delpla : cela ressemble à de l’acharnement.

ou à du harcèlement . Ah ces intellos!

Milena et Dora dit: à

un seul verdict pour ce qui est écrit : inattaquable jissé l’éructomane est coincé et ne sait pas comment s’en sortir

M OU MME dit: à

E après ça, y en aura

ça doit être les effets de l’attraction lunaire.

Il paraît que, profitant de la conjonction Lune/Soleil, François Delpla se serait pesé : il serait moins lourd que d’habitude ! Et après ça, y en aura encore pour ne pas croire aux miracles.

M OU MME dit: à

Il paraît que, profitant de la conjonction Lune/Soleil, François Delpla se serait pesé : il serait moins lourd que d’habitude ! E après ça, y en aura

rose dit: à

Vous mais pas moi.
Merci cependant du lien commis avec moi. Autre approche nous trouverons.

rose dit: à

Modération, cantabile ok.

tout comme dit: à

« on est toutes des… » alors pas de raison de changer

rose dit: à

Mieux-être => mieux vivre ensemble.

rose dit: à

Bien les jeunes : je conçois la difficulté de taille.
S’en référer à l’histoire peut parfois donner qq clés : faire pareil, ne surtout pas faire pareil faire différemment. Bien entendu la troisème me semble la plus intéressante.
Faire différemment de manière pacifique.

Nota bene : quoiqu’il en soit, dès que votre démocratie sera installée, dès lors (bis repetitat) que les hommes (les femmes étant des hommes -quelle belle connerie que ce truc du genre : je ne suis pas un homme)feront passer leur profit personnel avant un meiux-être de la communauté dont ils ont la charge, il faudra réinventer.

Tuer nombre de gens innocents n’est pas une méthode : pourquoi, me direz-vous impatients ?
Parce que vos actes vos inscrivent et que, donc, la barbarie vous inscrit dans la barbarie.

Il faut donc commencer différemment, vous suggéré-je.

Milena et Dora dit: à

Paul s’en souvient… c’est pour cela qu’il censure le jissé qui vient de démontrer sa fourberie et sa perfidie une fois de plus

JC..... dit: à

MOUMOUNE,

Je n’ai jamais traité Paul Edel, qui est un ami que je vénère depuis toujours, de « petite fiente » …. comme tu l’insinues !!!

Je lui ai rendu hommage d’un « pythique science » …. ce qui n’est pas du tout la même chose.

Mais qu’est ce que vous avez tous, ce matin, mes petites hyènes ?

rose dit: à

tous les stocks
la touche « s » déc……

rose dit: à

Non elle vote avec passou c’est pour cela que je suis dicrète, en hommage pudique à deux amants complices.

rose dit: à

Autre bonne nouvelle : (je me suis réveillée de bonne humeur) le Louvre, etc. va pouvoir copier, mouler reconstituer en trois D tous les tocks d’Antiquité qui encombrent ses caves et rendre aux pays en paix qui auront mis en palce leur régime démocratique (de merde, y’a qu’à voir chez nous, tous des vendus, des pourris et des rastaquouères). Nous on aura de la place, ce qui est fort bien lorsque l’on range, de l’air, et eux leurs antiquités retrouvent leur terre natale ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh.

Merci les petits d’être allés au musée.
Question subsidiaire : fait-il obligatoirement installer la démocratie par la force ?

Phil dit: à

Court dit
Pour Maximilien Vox, il est sur que les livres ont été dispersés.
Rose dit
En ce qui concerne Gaston, l’important dans sa vie a été l’amour vécu avec une grande dame,

Est-ce la même, Loviton, dont le voile a battu aussi chez Le Roy Ladurie qui donnait ses ordres depuis Fresnes au factotum Maximilien Vox (celui qui disait ne pas connaître Robert Denoël)?

rose dit: à

prenez mon brave tout ou partie de la Vénus de Milo et un bout de mosaïque aussi. Mais photographiez avant.

rose dit: à

à trente six ans

la mort c’est dégueulasse

rose dit: à

Je projette la Tunisie, rapidement et Jérusalemn avant. Carthage et Albert Memmi sa ville radieuse.

>DHH grâce à vous j’ai grand succès. Sans congélateur j’ai laissé refroidir la première couche, orange (abricots)puis mis les pots au frigo qq heures ; ensuite j’ai versé bouillante la seconde couche prunes rouges et j’ai varié les hauteurs : superbe effet un tiers, la moitié ou une fne tranche de prunes.

Suis très très contente.

Peut-être que, comme pour les ombrelles et parapluies on met un bac, on pourrait prévoir une caisse pour les kalachnikovs.

Et quelques femmes d’un âge certain, cultivées, leur feraient visiter le musée en désordre. Parce qu’ils ont un goût marqué pour le désordre ces jeunes gens. Donc on ferait une visite chaotique uchronique allant vers ce qui les anime. Les marques de pouvoir & la grandeur future qui va renaître sous le feu de leur kalach tout ça. Tout ce qui est massif et monumental.

En architecture, disons un palais à Palerme à côté du palais des normands où il y a ce truc merveilleux sculpté à l’intérieur des niches.
En cascade.
De là on les emmenerait voir la porte monumentale de Pergamon in the museum à Berlin. On les nourrirait de sandwich vegetariens et de lait de brebis ou de là on irait à Cordoue et on les emmèneraient voir la mosquée dans la synagogue dans la cathédrale. De Cordoue on les emmènerait dans les jardins de Grenade pour leur expliquer le circuit de l’eau pour irriguer les jardins.

Faut-il obligatoirement remercier Michel Audiard ?
C’est à Pierre Desproges que je pense. Est-ce mieux de mourir à la kalach que d’un cancer qui te bousille lentement et que t’es enterrée à trente six laissant homme et enfants ?

M OU MME dit: à

Je n’ai jamais traité Paul Edel de « fiente nourrie à la grappa », mais de « science nourrie à la grappa »

Menteur. Tu l’as même traité de « petite fiente », ce qui est ajouter le plagiat à l’insulte. Robert Pinget a l’intention de réclamer des dommages et intérêts.

M OU MME dit: à

Y fait tout gris, pas plus d’éclipse que de beurre en boîte. Est-ce qu’on peut réclamer un dédommagement ?

JC..... dit: à

Je n’ai jamais traité Paul Edel de « fiente nourrie à la grappa », mais de « science nourrie à la grappa », ce qui nécessite la même quantité volumétrique de grappa mais n’est pas du tout la même chose.

Que vous êtes désobligeantes, mes petites larves baveuses !…brûlez en Enfer !

M OU MME dit: à

rose dit: 20 mars 2015 à 9 h 11 min
Sur ces jeunes gens de vingt ans et guère plus, sans aucune affinité, me suis réveillée heureuse : ils vont au musée;

M’dame, est-ce que je peux casser un bout de bras de la Vénus de Milo ? Mémé voudrait que je lui rapporte un souvenir.

JC..... dit: à

Le Printemps arabe, c’est le retour au musée….

Milena et Dora dit: à

jissé roi de fourbes demande pardon à Paul ! de l’avoir traité de « fiente nourrie à la grappa » ???

rose dit: à

Sur ces jeunes gens de vingt ans et guère plus, sans aucune affinité, me suis réveillée heureuse : ils vont au musée;
Yeah…
Cela fait quanrante ans que l’on essaie avec différentes méthodes : entrée gratuite, carte jeune, premier dimanche du mois et plus, de chaque mois et patin et coufin.
Et là, depuis peu de temps ils y vont tout seul sans accroche tapageuse.

Bravo les jeunes !

Nota : vou avez le droit de venir sans kalach.
Nota bis : sur le plan théorique, mais cela n’est pas grave vous savez, on est prêt à comprendre et même à admettre, sur le plan théorique donc, le droit le Droit la Justice tout çà la Loi vous demande de ne pas tout casser. Vous implore. Vous supplie.

Pis, vous savez si quelques gens passent par là désireux de connaître votre culture millénaire vous n’êtes pas obligés de tirer dans le tas.

Non, non y’a la foire du trône pour ça. Et les jeux de massacre.

Si si.

Bon : je retiens que vous fréquentez les musées et pour moi c’est belle satisfaction. Vous n’avez pas encore tout compris mais mettre les pieds dans un lieu c’est un premier pas.

Je pense que vos enfants tailleurs de pierre de leur état, reconstitueront l’ampleur de vos dégâts t que ce sera plus beau que ces antiques vieilles ruines.

En attendant ce temps, qui va prendre quelque délai, quelques uns -autres jeunes de votre génération, doués et actifs, derrière leurs écrans refont les plans les structures, les palais etc.
Et le lion de Mossoul.

M OU MME dit: à

Moi, en tout cas, je propose que un lache les basketts à François Delpla : cela ressemble à de l’acharnement.

Il ne faut pas confondre acharnement et enthousiasme.

M OU MME dit: à

A signaler, du même François Delpla : « Poupoupidou : Adolf Hitler et Arletty » , paru aux éditions Gallipette.

rose dit: à

jeune femme qui allait le retrouver en catimini dans son appartement où ils vivaient tous deux, heureusement leurs amours illicites. Aujourd’hui grande élégance de cette vieille dame désormais.
Pfff.

rose dit: à

En ce qui concerne Gaston, l’important dans sa vie a été l’amour vécu avec une grande dame, celle d’Oublier Palerme (chose impossible à tout jamais) qui le retrouvait en catimini dans son appartement, lorsque sa fonction de maire – qui lui permettait d’occuper le terrain- lui laissait quelque répit.

rose dit: à

Moi, en tout cas, je propose que un lache les basketts à François Delpla : cela ressemble à de l’acharnement.

>François Delpla à la Kolyma dans les camps Varlam Chalamov raconte cela de manière détaillée il y avait le même souci d’extermination de masse envers tout opposant au régime de Staline. Les fosses étaient creusées dans la pierre et avec le gel parfois tout se fissurait et des milliers de cadavres décharnés déboulaient sur le flanc de la montagne. On tentait d’éviter la vue de cela aux prisonniers que l’on faisait travailler mais Varlam Chalamov a témoigné.

la vie dans les bois dit: à

Hello Abdel, indeed, le tonton de la vieille Dame de Turin, qui cause plus, qui flingue, n’y est pas allé par quatre chemins, quand il a vu courir Carlito, la savatée qu’il allait mettre aux punks de Dortmund.
 » Barcelona, Torino, Les Galapagos… Les Aléoutiennes… J’vais leur en foutre,moi, des voyages !… Attendez un peu… Attaquer une pauvre Vieille Dame qu’est toute seule dans la vie… Quelle bande de fumiers !… Moi, avec les prétentieux, ch’connaisqu’une tactique… Souffler dessus… Mais alors, souffler fort… Comme ça,quand les comiques le recevront sur la tronche…le ballon, y n’auront plus qu’à aller se faire lifter… »
( avec l’aimable autorisation de M. Audiard)

Thank You, for this total solar eclipse.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…qui tient, les fils de la marionnette islamiste,!…elle obéi aux ordres, des sanguinaires de bonne école,!…

…de qui on se moque, à nos intello’s aux parfums,!…
…chacun son mode d’emploi en Titus en Irak,!…assurer son pétrole,!…aux Dallas-nazis-juifs,!…
…touché en combat-naval,!…en A – 3,…
…ridicule montage à mystères de marionnettistes,!…
…mon café, une couronne de roi,!…sans sucre,!…
…etc,!…

M OU MME dit: à

« A table avec Adolf Hitler : 50 menus de Berchstesgaden »

Avec deux « s », ça fait tout de suite plus couleur locale.

M OU MME dit: à

Il faut saluer en François Delpla un authentique spécialiste du IIIe Reich. J’ai lu avec un vif intérêt « SS mes amours » et « A table avec Adolf Hitler : 50 menus de Berchstesgaden » (avec la liste des ingrédients et les recettes) — « le livre idéal pour organiser des dîners à thème entre amis », selon le prospectus des éditions Brun sur brun.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…Simon,…à 4 h 55 mn,!…Non,!…je ne mendie pas un disque,…en ton église,!…

…je participe, à une normalité d’adhérents libres de s’exprimer,…suivants leurs humeurs,!…et le contexte du mode de vie à mieux vivre ensemble,!…

…j’ai une douche à prendre, je ne vais pas vous confier mon portefeuille,!…

…à l’avenir,…une image claire à côté du post,…permettra de moins se tromper d’interlocuteurs,!…
…mère-grand,!…
…chapeau-melon et botte de cuir,!…
…Monsieur le loup, un tour pour vous déniaiser notre  » chaperon rouge « ,!…of course en connivences,!…
…un attaché-case,!…Ah,!…Ah,!…Ah,!…
…Godiva en larmes,!…aux parfums,!…etc,!…
…c’est très limites, la morale sur rails,!…etc,!…

…Simon, je ne vous répond plus,…
…TKT,…était presque aussi insidieux, l’air de rien,!…
…un appel d’offres des Swissleack’s,!…
…aux  » yodle  » traditionnels,!…
…un Guillaume Tell,!…en manque,!…
…dommage, pas de fils à pommes sur la tête,!…Ah,!Ah,!Ah,!…
…un roi des Suisses, une place vacante,!…etc,!…Ah,!Ah,!Ah,!,…les vaches,!…
…envoyez,!…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*