de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

La mauvaise herbe de la mafia

Par Philippe Godoy

godoyL’herbe, même la mauvaise herbe, a besoin d’air, d’oxygène ; or, c’est ce qui manque à Giueseppe Grassinelli depuis plus de vingt  ans. Enfant, il était surnommé par sa famille malerba ce qui signifie en italien « mauvaise herbe ». C’est le titre de son récit qui vient de sortir en France sous le titre Malerba (traduit de l’italien par Nathalie Bauer, JC Lattès), co-écrit avec Carmelo Sardo. Effectivement,  l’auteur de ce texte  est emprisonné à perpétuité après avoir été condamné pour de nombreux assassinats avec préméditation.

Un mafieux de plus, pensera le lecteur français. Mais pourquoi à vie ? Tant de repentis ont livré des informations à la justice ! L’auteur qualifie son livre de roman, certes les noms de lieux ont été changés ; le narrateur s’appelle Antonio, prénom qu’il a utilisé pendant dix ans. Mais l’auteur  des vols, des crimes  et le narrateur lucide ne font qu’un et pour cause !

Antonio-Giuseppe évoque son enfance sicilienne d’enfant chapardeur, prêt à commettre les quatre cent coups, pourtant élevé par des parents honnêtes et courageux. Leurs réprimandes et coups ne font rien, l’adolescent suit une mauvaise pente. Conseil de famille : on décide de l’envoyer en Allemagne, à Hambourg, chez un parent, pour le remettre dans le droit chemin et l’éloigner de ses mauvaises fréquentations. Il a dix sept ans. Mais le parent est un puissant patron de boite de nuit à Hambourg et le jeune émigré trouve  sa voie : il s’enrichit rapidement par le trafic de drogue et sa grande spécialité, ce sont les parties de poker truquées, au cours desquelles il dévalise les joueurs. Il poursuit ces activités pendant dix ans sans être inquiété. Tout lui est facile, l’argent, les belles voitures, les femmes. Il écrit lui-même qu’il se conduisait comme ‘un jeune con’. Rien ne semble l’inquiéter.

Or l’été 1986, alors qu’il se trouve, en vacances en Sicile, avec sa famille, dans un café restaurant,  une fusillade éclate : son grand-père admiré et son oncle sont tués devant lui. Les auteurs des crimes sont des amis d’enfance et leurs familles étaient apparemment amis et se ‘fréquentaient’. Antonio découvre  les causes de ce carnage ; le clan qui l’a commis, n’obtenait pas ‘la collaboration’ de l’oncle qui possédait des commerces.  A cette résistance, s’ajoutait ‘un crime d’honneur’ : un cousin aurait séduit la fille d’un boss de ce clan ! Antonio retourne an Allemagne avec une obsession tenace et morbide : venger l’honneur de sa famille et surtout abattre les auteurs de ces assassinats qui sont ses ‘ex’ amis d’enfance, devenus des membres influents de Cosa Nostra.

Il va continuer sa vie dorée de délinquant arrogant et apparemment désinvolte. Mais tous ses actes, tous ses gains sont orientés vers un seul but : tuer les assassins de sa famille. Il est outragé de voir son père et un oncle en prison, à la suite faux témoignages, alors qu’ils n’ont fait partie d’aucun clan. Cette  hallucinante cavale devint une  descente aux enfers, sur fonds de fusillades et d’attentats à répétition. Elle est décrite très précisément par l’auteur qui,  avec le recul,  se demande s’il était inconscient ou courageux ; certainement ivre de vengeance au point de perdre tout contact avec la réalité, prisonnier d’une folie meurtrière.

Une autre obsession : « La mafia c’est l’Etat », ce qui l’empêche  de  se mettre sous la protection de la police car il est persuadé que la justice est corrompue par Cosa Nostra. Pour la même raison, il refusera d’être un repenti et de collaborer avec les juges  Il constitue un  groupe de tueurs qui semble inquiéter  les autres clans et  il parvient  à tuer, entre autres, les assassins de sa famille, avec une férocité implacable

Ce bain de sang s’achève après la tenue  du ‘maxi-procès’ des repentis, à Palerme (1986-1987). Depuis longtemps, sans s’en rendre compte, il est  poursuivi, dans l’ombre, par la police ; la trahison-repentance d’un proche facilite sa capture. Elle intervient au moment où les juges Falcone et Borsellino sont assassinés : la réaction d’Antonio est de constater que Cosa Nostra a gagné sur toute la ligne, même contre l’état. Le verdict de son procès est à la mesure des  actes commis : il est jugé comme un criminel dangereux et condamné à la réclusion perpétuelle. D’abord cinq ans dans un pénitencier en Sardaigne, puis en Basilicata, sous un régime moins dur mais toujours avec l’interdiction de sortie et de demande de réduction de peine.1387537870_757699_1387538355_noticia_normal

Ce sont les dernières pages de ce récit qui révèle le sens profond de ce témoignage : ce n’est pas une  confession pour se déculpabiliser, c’est l’itinéraire d’une ‘rédemption’ morale et intellectuelle.  Elle commence avec la découverte de la lecture alors qu’il était presque analphabète et parlait seulement le dialecte sicilien. Il dévore Tolstoï, Nietzche, entre autres. Le déclic se produit grâce à l’autorisation d’assister à des cours donnés aux détenus par un professeur de l’université de Naples, Giuseppe Ferraro. Il va s’en suivre une correspondance régulière qui est, pour le criminel, le début d’une renaissance ; ce qui va le conduire à soutenir brillamment une maitrise de lettres et de philosophie.

Un autre contact va déclencher aussi le processus de l’écriture : La visite à la  prison du journaliste Carmelo Sardo pour  réaliser son interview. Entre eux, c’est une longue histoire. Le détenu l’appelle l’agent secret : effectivement, le journaliste, spécialiste de La Mafia, a suivi sa traque pas à pas, pour raisons professionnelles, non sans risques. Dans un post-scriptum, ce dernier évoque avoir été témoin involontaire de la fusillade d’août 1986 à Porto Empedocle ; il passait par hasard, pour une sortie avec une amie.

C’est à lui que Giuseppe confie le manuscrit  qui sort sous leurs deux signatures.  Rappelons que Porto Empedocle est un lieu mythique, avec le nom d’un grand philosophe grec ; il est situé, au bord de la mer, en contre bas de la célèbre vallée des temples d’Agrigente et à proximité de la maison natale de Luigi Pirandello (lieu appelé le ‘Chaos’).

Malgré cette évolution, l’auteur sait qu’il ne peut être pardonné :

« Il est impossible que je sois pardonné du mal que j’ai commis. Personne ne pourrait le faire ».

L’ambiguïté s’insinue derrière les accents de vérité de cette confession. Est- ce que l’être humain change vraiment ? 

« Un homme peut-il changer après plus de vingt ans de réclusion ? Peut-il devenir quelqu’un d’autre. Ne faudrait-il pas aussi évaluer les êtres sur le plan de la variabilité  du temps intérieur, et pas seulement sur le temps extérieur ? ».

La force du récit tient au fait que cette évolution, à lire, est à la fois prenante et surprenante. D’une part, il y a un parcours détaillé, jalonné  de situations tragiques, d’un point de vue humain et historique ; d’autre part, on découvre l’auto analyse lucide et sans concession d’un meurtrier qui le conduit à une renaissance mentale et  morale.

Le livre a reçu le prix Sciascia-Racalmare en septembre 2014. Cette récompense a suscité des polémiques en Italie : on reprochait au jury d’avoir honoré  un meurtrier ! Faut-il rappeler que Leonardo Sciascia (1921-1989)  a été le premier, dans les années 1960, à dénoncer les liens entre l’état italien et Cosa Nostra, sous forme de romans policiers ?  Dans Le jour de la chouette, Todo modo, Le contexte (entre autres), la dénonciation est explicite. Aujourd’hui, il existe, dans le village natal de l’écrivain, Racamulto (province d’Agrigente), une fondation avec une importante bibliothèque. Des manifestations culturelles  rappellent l’importance de ses écrits et de ses témoignages alors que Cosa Nostra cherchait à imposer sa loi par la violence, contre la société civile et l’état italien.

PHILIPPE GODOY

 (« Philippe Godoy » photo passou ; Illustration D.R.)

Cette entrée a été publiée dans Littérature étrangères, traducteur.

1

commentaire

Une Réponse pour La mauvaise herbe de la mafia

Giovanni Sant'Angelo dit: 20 juillet 2015 à 6 h 02 min


…mais, tout çà,…c’est  » archi connu « ,…

…les liens de l’état italien du  » piémont « , avec la  » cupola à cosa nostra « ,…
…les milles de Garibaldi, encore à dominer par leurs lombards-administrateurs, sur les autochtones de ses terres,!…
…c’est du chaperon rouge pour abrutis du terroir,…
…comme d’être serveuse de boissons, entre deux pipes  » rapides « , les honneurs, entre se là jouer,…les  » Troie  » églises,!…
…les vierges à culs sacs,!…
…l’éducation des cocus qui s’ignorent,!…
…aux Madone du terroir,!…
…un plus, de zèle,!…sans imaginations à Machiavel,!…
…alors, ce nouveau Dante,…encore entre les plis,…Ah,!…Ah,!…
…de la culture juive – sarde italienne,!…

…à nos Archimède des poubelles, comme chats-errants autour des bordels et autres églises des morts à crédits du Sud,!…
…etc,!…
…un conseil, les amis, çà n’existe pas,…
…des lois sévères pour encadrer tout les profits lier à des escroqueries d’argent,’…
…vérifier, les comptes des pseudos-riches et fiscaux, du matin au soir, pour l’éternité,!…
…Oui,!…
…mais, nos bonnes sont logées et nourris gratuitement,!…en attente de corniauds stupides àux honneurs  » rapides « , aux croix, gammées, juives, celtiques, ou de lorraines,!…
…à nos croix, les profits, aux délinquants des capitalismes et des misères d’abrutis,…
…les nouveaux nobles à Berlusconi et autres Luchi Lucciano, et Castelmare des trous de culs,!…
…Vive le Roi des Univers, c’est moi,!…nà,!…suivant à GoGo, Cinéma et entourloupètes,!…
…le moteur ‘ soumis et persécuteurs « ,…Banco dans le cul,!…etc,!…Ah,!Ah,!…
…Allo,!…Allo,!…écrase ton lombard de trop,!…
…etc,!…au change,!…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*