de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Le droit inaliénable du poète en fin de droits

Le droit inaliénable du poète en fin de droits

Vous, je ne sais pas ; mais moi, je n’y comprends rien à ce conflit des intermittents du spectacle. L’affaire a tout de la patate chaude que l’on se refile de gouvernement en gouvernement, de ministre de la Culture en ministre de la Culture (ici les dernières propositions d’Aurélie Filippetti) en espérant chaque fois l’envelopper dans une serviette pour ne pas se brûler, le temps que passe l’été de tous les dangers en raison des menaces d’annulations qui résonnent comme autant de mises à mort des festivals. La grève ? Pas vraiment la solution. A titre d’exemple, 80% des intermittents du festival d’art lyrique d’Aix-en-Provence viennent de faire savoir qu’ils lui étaient hostiles. Personnellement donc, je ne me risquerai à expliquer le pourquoi du comment de crainte d’obscurcir ce qui n’est déjà pas très clair sous cette avalanche de chiffres, de pourcentages et de clés de répartition. Charlotte Lipinska a du mérite d’avoir débrouillé tout cela sur son blog de « La République du théâtre ».

Je n’y connais rien. En revanche, je connais Yvon Le Men (Tréguier, 1953). Job avait fait les présentations il y a quelques années., un soir au Rosebud, rue Delambre. Ils s’étaient fréquentés, frottés l’un à l’autre. Job l’avait aidé à ne pas en finir, un soir de pluie sur une route de Bretagne. L’un de ces rares poètes qui vivent de, par et pour la poésie. Rien d’autre. Autant qu’il en vit difficilement. Il aurait pu faire sienne l’indignation de Camus qui disait ne pas supporter que l’on parle de la pauvreté autrement qu’en connaissance de cause. Mais l’indignation n’est pas son fort. Lui préfère glisser à mi-voix : « Le pire pour un pauvre c’est de ne pas pouvoir faire de cadeaux ». C’est tout Yvon le Men. La poésie, il l’écrit, la publie, la lit, la dit jusqu’à en faire un spectacle vivant. Après de nombreuses années de vaches maigres, ce breton au cœur sur la main, étranger comme ce n’est plus permis au cynisme ambiant, à la vulgarité de l’époque et à l’esprit de calcul, a réussi depuis vingt ans à faire passer la poésie, la sienne et celle des autres, ses glorieux devanciers et ses discrets contemporains, là où elle était le plus souvent ignorée. Il joignait les deux bouts sans Yvon-Le-Menjamais se plaindre, du côté de Lannion, soutenu le plus souvent par de petits éditeurs aussi fauchés que lui, constamment sollicités pour des théâtres, ateliers d’écritures, dans des écoles, des prisons, des rencontres, des festivals etc. Tout un travail qui relève de l’interprétation et de la mise en scène, mais dans lequel les pôlesemployeurs ne voient désormais qu’une conférence du troisième type.

Jusqu’à ce que la directrice de Pôle Emploi/ Bretagne (« un pôle/ comme pour nous dire/ où aller/ où chercher/ du travail/ de l’emploi ») lui réclame le remboursement de 30 000 euros d’indemnités au motif qu’en fait, selon elle, il a triché, menti pour prendre l’argent auquel il n’avait pas droit, via « Chant manuel », une association de Saint-Brieuc dont il aurait été le président fictif, ce qu’il conteste avec la dernière énergie (Le Men, président !..). Pardon : 29 796 euros de rétropédalage pour n’avoir pas été dans la bonne case depuis 1986. Il a essayé de savoir mais le chef a renvoyé au chef qui a renvoyé au chef.  On lui a fait comprendre qu’un poète qui poétise en public ne pouvant décemment prétendre à être un artiste du spectacle vivant, il était donc radié du régime des intermittents.

 « intermittent/ l’inter de mi-temps/ quel drôle de mot/ rien que de l’écrire/ on sent comme un/ trois-petits-points/ qui sautent moutons et mutent/ mes rêves en cauchemars/ je me réveille à l’abattoir/ il est vrai/ que nous sommes en république/ c’est au peuple/ de décider/ le peuple dont fait partie/ comme moi/ le directeur de Pôle Emploi/ des plaintes en proie/ au désarroi/ des rats des villes/ des rats des champs/ et cetera et cetera »…

Faut-il préciser qu’il n’a jamais disposé d’une telle somme sur son compte en banque ? Alors il a fait ce qu’il sait faire comme peu d’autres : un poème. En fin de droits (avec des dessins de Pef, 72 pages, 13 euros, Editions Bruno Doucey) a ceci de particulier qu’on y perçoit un cri d’une rare douceur. On ne se refait pas. Même dans la colère, il demeure courtois, poli, attentif, tendre. Pas de misérabilisme, pas de pathos, pas de violence. Même s’il a voulu l’écrire en lettres de sang. Le statut précaire est consubstantiel à la vie d’artiste. Les comédiens les plus réputés le savent – et il en est parmi eux qui ont la carte et savent qu’elle peut leur être retirée à tout moment. Yvon le Men a donc décidé de raconter son histoire en vers et contre tout avec les armes qui sont les siennes. Dans l’ombre portée de Verlaine « Voici des fruits… » et de Villon « Frères humains… ». Sa manière de remettre les conteurs à zéro. Seul moyen, avec la mobilisation des empathiques, de ne pas passer la prochaine saison en enfer. Car la date limite de paiement est fixée au 15 décembre 2014. Autant dire demain.

C’est un poème jeté sur le papier en espoir de cause. Pas faute d’avoir essayé de se faire entendre dans les bureaux mais, à défaut de l’écouter ou même de l’entendre, nul ne lui a parlé. Pas une voix n’a surgi de l’horreur administrative. Que des cliquetis de clavier. Pas âme qui vive. Ce que c’est que d’être accusé d’avoir piqué dans les caisses du chômage. Quelqu’un quelque part lui a suggéré de rédiger une lettre de recours gracieux. Mais comment expliquer qu’on peut avoir écrit cinquante livres sans être capable de composer un tel texte ?

« Emploi/ avant j’avais un métier/ maintenant j’ai un emploi/ m’a dit un jour/ un paludier/ dont le sel brillait encore en blanc/ dans ses yeux ».

 Emploi… Quand je pense que j’ai connu Le Men grâce à un nommé Job ! La publication de ce poème, c’est son droit, l’ultime, le seul qu’on ne peut lui retirer. A Pôle Emploi/ Bretagne, c’est désormais le silence. On ne lui répond plus. Il n’y a même plus personne pour demander au poète ses papiers.

(« En rade » photo Bertrand Langlois/ Afp et « Yvon Le Men sur scène » photo D.R.)

Cette entrée a été publiée dans Actualité, Poésie.

1285

commentaires

1 285 Réponses pour Le droit inaliénable du poète en fin de droits

Les Amis de Descartes..... dit: 7 juillet 2014 à 9 h 02 min

Notre philosophe de la raison n’a jamais réussi à pénétrer l’âme nord-africaine qui reste désespérément ignorante, mensongère, fallacieuse, oublieuse, sur des siècles de colonisation, de méfaits, de pillages et d’esclavage des nègres entrepris systématiquement par ses ancêtres arabes colonisateurs.

François Delpla dit: 7 juillet 2014 à 8 h 58 min

Laurent Berger (CFDT) droit dans ses bottes (et courbe dans le droit !) à l’instant sur France Inter :

-reconnaissez-vus un ratage, dans l’accord avec le Medef, sur la question des intermittents ?

-pas du tout ! Il fallait d’autres sources de financement que l’UNEDIC et c’est ce qui est en train de se négocier.

C’est là

1) reconnaître qu’il a signé un chèque en blanc au Medef;

2) ne pas reconnaître les mérites de la grève et de toutes les actions de la profession, sans lesquelles cette « négociation » (pas engagée encore pour l’heure) n’aurait même pas été envisagée.

Qu’en pensent les personnes qui, sur ce blog, ont obstinément parlé d’une défense réactionnaire d’intérêts corporatistes ?

renato dit: 7 juillet 2014 à 8 h 28 min

« vous voyez tous ces beaux immeubles a Brusseles ? ben oui ma brave dame…je sais…shocking… ».

«Le douloureux chapitre de la déportation des Africains en terre d’Islam est comparable à un génocide. Cette déportation ne s’est pas seulement limitée à la privation de liberté et au travail forcé. Elle fut aussi – et dans une large mesure – une véritable entreprise programmée de ce que l’on pourrait qualifier d’’« extinction ethnique par castration » ». (Tidiane N’Diaye)
Ici : http://nawaat.org/portail/2008/05/16/esclavage-le-lourd-heritage-de-%C2%AB-la-traite-orientale-%C2%BB/

Commencez donc par jeter un coup d’œil à « votre » histoire ; après, éventuellement, vous nous rappelez la nôtre. Je tiens quand même à vous rassurer, quelques abrutis bien à part, nous savons nous en rappeler tous seuls.

TKT dit: 6 juillet 2014 à 21 h 48 min

@ D. dit 6 juillet 2014 à 18 h 05: Serions nous en présence d’un plagiat, assez mauvais, de D. ? Le mot « inverti » ne s’utilise plus.

TKT dit: 6 juillet 2014 à 21 h 41 min

« il y a des ploucs intelligents et des citadins idiots. » nous écrit un connaisseur. Mais le connaisseur se trompe, les ploucs et les snobs (lire Thackeray attentivement) se trouvent dans tous les milieux sociaux et cela n’a rien à voir avec ville ou campagne.

Michel Alba m’a traité de plouc, la belle affaire !
On est toujours le plouc ou le nouveau-riche de quelqu’un d’autre.
Le prof de français pour classes de 5ème est un plouc pour les agrégés ou ceux qui ont choisie une carrière universitaire.
Certaines de ses interventions de critique littéraire sont même appréciés par Paul Edel. Ce qui est un compliment.
Alba*, homme fort élégant, djellaba revisitée façon hippie années 70, cheveux longs jamais soignés pour faire « cool », rarement lavés pour garder un look quartier-latin révolutionnaire, s’horrifie que l’on puisse parler « vêtements » sur un Blog rendu grâce à lui, de haute tenue littéraire genre conférences au Collège de France…
Pour une raison style JCouille, il déclare que la maison Céline est un fournisseur de ploucs. Tiens, tiens, bien sûr ce n’est pas Hermès mais quand même. D’ailleurs j’ironisais sur les sacs Céline, je ne parlais pas de la confection. Alba, grand intellectuel à la carrière brillante, maintes publications dans les journaux littéraires, conférences et publications dans les officines universitaires, me traite de plouc pour avoir parlé, dans un contexte qu’il se garde bien de respecter, de vêtements. Comme si l’habillement ne faisait pas partie de la culture et parfois de la Culture. J’ai vu au Kunst und Gewerbemuseum de Hamburg, une exposition sur la mode. Dans la König Buchhandlung, il y avait tout un choix de livres sur la mode et l’habillement, franchement, pourquoi les propos littéraires gargarisants de Wiederspucker, seraient la preuve de sa supériorité sur tout le monde ? Les propos d’Abdelkader, à propos du port de la couleur rouge pour les pantalons, sont intéressants. Fait sociétal, justement un peu comme la tenue féminine dont je parlais.
Quant à JCulé, ou un de ses alter-ego, il fait remarquer qu’il y a plus de magasins Céline à Tokyo qu’à Paris. Ben oui, les Japonais dépensent beaucoup d’argent pour l’habillement et Tokyo est parfois citée comme une agglomération de plus de 30 000 000 d’habitants. On y trouve donc des filiales des brands internationales, dans tous les quartiers un peu upscale. C’est un phénomène assez courant en Asie, non la multiplication des petits pains, mais des filiales de marques.
Pour ceux qui aiment la boulangerie française, voir même la patisserie, je conseillerais volontiers Tokyo, Seoul et Taipei.
Si D. était protestant, il adorerait Seoul, des filiales Kayser, une dans le quartier des musées et des galeries, des filiales d’un marchand de pain soi-disant français tout les 150 mètres et tout les 300 mètres, une église protestante. Seulement voila, notre ayatollah catholique, ne reconnait comme seule et valable, que sa religion, celle de Rome.
* Alba: Je parle de son portrait de présentation sur so Blog, depuis il me semble qu’il s’est fait couper les cheveux. Ouf !

abdelkader dit: 6 juillet 2014 à 20 h 39 min

JC….. dit: 6 juillet 2014 à 20 h 10 min
Abdelkader ?
Abdelpakler…!

Pas grave, mon garde-chambrette favori…je parlais a un intello poids-lourd du blog prestigieux de Me Pierre…j’te ferai un dessin tout a l’heure…

abdelkader dit: 6 juillet 2014 à 20 h 36 min

Oui c’est vrai une tonne d’acier a 10 euros, j’en veux moi aussi…je voulais bien sur dire une tonne de fer…mais bref…ce fut le rêve nocturne des capitalistes de la première heure d’avoir une main d’œuvre gratuite, et ils l’ont trouvée…mais bon sang, mais c’est bien sur…Marcel, va vite en Afrique…quant au Leopold , j’vous dis pas, monseigneur…vous voyez tous ces beaux immeubles a Brusseles ? ben oui ma brave dame…je sais…shocking…

abdelkader dit: 6 juillet 2014 à 20 h 07 min

renato, vous avez rejoint la ‘conversation’ a mi-chemin…la est le probleme…perso, j’ai pas le morale a vous expliquer ce qui prit place avant votre intervention quasi-divine…lisez pour vous-meme…sinon, j’ai pris rencart avec D. pour discuter de choses et d’autres dans exactement 4 ans…vous etes libre l’apres-midi? cool…mettez ca dans votre agenda…oui c’est ca…2018…

renato dit: 6 juillet 2014 à 19 h 26 min

Jamais employé l’expression “civilisation merdique”… Toutefois, si cela peut se révéler utile à votre équilibre, personne ne vous empêche de vous y agripper.

abdelkader dit: 6 juillet 2014 à 19 h 02 min

renato dit: 6 juillet 2014 à 10 h 56 min
Je suis, Abdel, ne vous faites pas de souci pour moi, peux même vous devancer sur la chose dont vous nous bassinez. …’

Renato, est-ce le ‘nous’ royal ou celui de la collectivité ? je suis tres content que vous puissiez me devancer sur la chose dont de laquelle je vous bassinasse…et qui sait ? peut-être même en vivre…vous êtes un homme multi-talentueux…un Jack of All Trades…c’est bien…perso, je ne peux pas vivre de mes hobbies…mais chacun son truc… il y’a un system génial quand les gens vous bassinent, comme vous le dites si bien, sur un blog : vous les zappez…perso, je fais ca depuis des années…et vous savez quoi ? ca marche…vous par exemple,, je ne vous lis pas depuis des années…ben, jusqu’à ce que vous m’interpelliez, je gardais ca pour moi…mais ne voila t-il pas que, tel un sphinx, vous avez tranché sur la question épineuse de ce que constitue une civilisation …a partir du moment ou quelqu’un vous sort l’expression ‘civilisation merdique’ sur un blog aussi prestigieux, je suis en droit de me demander : qu’est-ce qui constitue une civilisation ? et quels sont les critères, objectifs de préférence hein sinon on tombe sur le café du commerce, qui permettent de classer telle ou telle civilisation comme ‘merdique’ ? vous me suivez ? en l’absence de tels critères, vous serez d’accord avec moi, il est impossible de trancher avec certitude…peut-être même que c’est une discussion futile qui n’avance en rien le schmilblick national…ce qui nous ramène au café du commerce, ou je vous retrouve…accoudé au comptoir…un vrai pilier de la communauté…un dont les opinions, légendaires, Solomonesque que dis-je, fermes et définitives, devraient être transcrites sur des tablettes d’argile et conservées pour l’éternité… …bonne journée a vous aussi…

ici Londres dit: 6 juillet 2014 à 18 h 27 min

Medef-intermittents : Fournouille est tombé dans le piège la tête la première : navrant (et moi, je suis poli)

D. dit: 6 juillet 2014 à 18 h 16 min

Je viens de lire le billet. J’aurais dû le faire plus tôt car j’avais des choses à dire sur ce Le Men. Maintenant c’est trop tard, je le regrette pour vous.

D. dit: 6 juillet 2014 à 18 h 05 min

TKT dit: 5 juillet 2014 à 21 h 23 min
Quant à D., son homophobie relative,

Mon Dieu, cette remarque m’avait échappé. Comment pouvez-vous dire une chose pareille, Thierry ? Jacques Barozzi a pourtant dû vous en informer : je suis moi-même inverti.
Je pensais que vous le saviez et que votre hostilité envers moi venait justement de ce fait.

Sant'Angelo Giovanni dit: 6 juillet 2014 à 18 h 02 min


…@,…Fournioul!,…à 17 h 46 min,…
………………….Non,…faut pas exagérer !,…je suis plouc!,…si çà rapporte plus!,…cool!,…
…mais!,…encore sicilien!,…d’origine des marionnettes contrôlés!,…
…cinquante ans chez les belges!,…de quoi laisser et voir venir!,…en passant par l’Alsace,…cool!,…
…jamais, sans châteaux & domaines!,…
…aux papillotes!,…

Fournioul dit: 6 juillet 2014 à 17 h 51 min

ici Londres dit: 6 juillet 2014 à 15 h 25 min
pourquoi les adhérents du MEDEF ne sont pas intermittents ?

Parce que, pour être adhérent du MEDEF, il faut être chef d’entreprise.
En principe, tout le monde sait ça. Mais pas « ici Londres ».
« Ici Londres » appartient à l’ensemble « commentateurs pas très intelligents ». Ce n’est pas une démonstration, c’est un constat.

Fournioul dit: 6 juillet 2014 à 17 h 46 min

Par exemple, Sant’Angelo est un peu bête. Mais ce n’est pas un plouc, c’est un Belge. Y a une nuance.

Fournioul dit: 6 juillet 2014 à 17 h 44 min

Widergänger dit: 6 juillet 2014 à 16 h 25 min
Quel plouc avec ses histoires de chiffon, ce pauvre TKT ! Mais quel con !

Disons qu’il n’est pas très intelligent.
Mais ce n’est pas un plouc pour autant.
D’ailleurs, il y a des ploucs intelligents et des citadins idiots.
J’en connais.

Fournioul dit: 6 juillet 2014 à 17 h 42 min

Certains commentateurs ne sont pas très intelligents.
Ce n’est pas une critique, c’est un constat.

Sant'Angelo Giovanni dit: 6 juillet 2014 à 17 h 41 min


…encore ,!…peut, mieux faire!,…Si,si!,…

…allez, donc,…à la recherche du Graal en Walhalla!,…

…donc,…vous me peignez ce mur en blanc!,…Oh!,…c’est bien!,…ce côté en carmin,!…c’est très bien!,…
…Oui!,…Oui!,…la petite fenêtre à coté du W.C.!,…Ah!,…c’est beau!,…voilà,…je vous garde en plein emploi!,…

…et!,…maintenant!,…je fais passer une toile,…devant la fenêtre du W.C.,…entre deux rouleaux,….très doucement,…à la main!,…sur la manivelle!,…Oui!,…peignez, Oui!,…peignez-vite,…remplissez la fenêtre,…vite,vite!,…

…attention!,…je toune toujours avec la manivelle!,…allez peignez,…et mélanger les couleurs!,…un peut de répit,…encore trop de blanc!,…par là,…Oui!,…
…on continue!,…plus!, projetez plus vite!,…les couleurs-pures,…avec chaque pinceau!,…ne réfléchissez pas!,…projetez encore!,…magnifique mon mari va terminez mieux, ce cinéma sur toile!,…comme décors!,…motus & bouches-cousus,…d’accord!,…autant,…c’est les fantaisies à mon mari!,…Ah!,…je vois un style  » gay’s « ,…un genre!,…Oui!,…

…et!, qu’est ce qu’il dit le pinceau par ici!,…un petit repos du guerrier,…mais, c’est pas écrit sur le contrat!,…si!,…en petit caractères sur le dos du contrat!,…Ah!,…
…l’intermittent pris aux pièges du pôle-emploi!,…se donnez corps et âmes en spectacles!,…
…avec!,…la formule,!,…dorénavant vous faîtes partis de notre maison!,…logés, nourris!,…lavés!,…la grosse bébête en esclavage & cons-soeurs!,…

…artistes!,…naïfs!,…très endoctrinés,…Bon,!…des frais de beurre!,…
…vient-voir Monsieur, attaché-case,…pour tes liens affectifs!,…encore un majord’home au pinceau attaché-bîte!,..

…l’art, un prétexte à travers les temps!,…pour en jouer du pinceau!,…et la flûte alors!,…Ah!,…Ah!,…etc!,…
…envoyez!,…une autre!,…

Madame de Valognes dit: 6 juillet 2014 à 16 h 53 min

air connu : quand les petits fachos manquent d’arguments, il ressortent les injures, le coup classique et pitoyable

Widergänger dit: 6 juillet 2014 à 16 h 28 min

Les vêtements du prêt à porter de Céline, c’est vraiment fait pour les ploucs. M’étonne pas que TKT connaisse ça. Le pauvre homme.

Sant'Angelo Giovanni dit: 6 juillet 2014 à 16 h 08 min


…Sergio,…c’est pour le style,…en bref!,…

…chacun, fait son  » tendance  » loufoque , comme il peut,…
…les raccordements aux cas par cas!,…Ah!,…etc!,…

Sergio dit: 6 juillet 2014 à 16 h 03 min

TKT dit: 6 juillet 2014 à 15 h 46 min
faire partie de la Milice, de la Gestapo et de la Stasi.

Si on a les trois payes, après tout, mis bout à bout…

Modes et Travaux dit: 6 juillet 2014 à 16 h 03 min

« je préfère les Tokyoïtes chics et excentriques. »
TKT

Vous devez très mal les connaître (comme à peu près tout ce dont vous parlez) sinon vous ne leurs opposeriez pas les sacs Céline.
Savez-vous qu’il y a plus de magasins Céline à Tokyo quà Paris ?

Sergio dit: 6 juillet 2014 à 16 h 00 min

Sant’Angelo Giovanni dit: 6 juillet le W.C.,…sur la table du Salon!

C’est surtout les raccordements, qui sont complexes… On le voit bien dans les bombardements…

Et bien sûr je ne suis pas JC dit: 6 juillet 2014 à 15 h 55 min

« vous auriez dû faire partie de la Milice, de la Gestapo et de la Stasi. »
TKT

Mais Thierry je n’ai aucune de vos capacités de bureaucrate spécialiste des fichiers, de délateur et surtout je ne souhaite la mort de personne.
Ne transposez pas vos fantasmes de petit-bourgeois collaborationniste.

Sant'Angelo Giovanni dit: 6 juillet 2014 à 15 h 52 min


…@,…entre camembert et chaussettes à 12 h 16,…
… » artistes de supermarché à dis-sous!,… »

…comme un  » de Gaule « ,…français!, je vous ais compris!,…
…Vive mon Walhalla!,…mais, c’est bien sûr!,…
…et dire!,…qu’il faut payez ces artistes avec des crottes à la chaîne!,…
…probablement,…les vendeurs – même, qui copie/colle , n’importe quoi!,…

….avec les combines des  » juifs à Andy Warhol, & C° Trust!,…Roy Lichtenstein,…Alten Jones,…David Hockney,…Mel Ramos,…
…avoir,…dans,…
…l’art d’aujourd’hui, Edward Lucie-Smith,
…avec une introduction de Max-Pol Fouchet
…Fernand Nathan 1977,…

…et, encore, ceux là,…sont encore soignés dans leurs  » modernismes « ,…
…mais, en plus, nous avons, les cherches-crottes à peintres!,…
…la poésie aux parfums, quoi!,…

…mais, chéris!,…mais enfin!,…le W.C.,…sur la table du Salon!,…c’est du propre!,…
…tu n’y connait-rien,…c’est tendance!,…

…de plus, en cas d’urgence!,…si vous me faite chier!,…j’y fait mon  » Imperatum Sarko-Holland ,…tu oserais,…si c’est tendance!,…
…français, je vous est compris!,…restons  » gays  » mais avec l’art!,…à porter de main!,…
…enfin!,…avec un escabeau, pour monter sur le trône!,…

…l’art, la politique moderne!,…les escrocs nazi’s-juif’s moderne,…rien ne les arrête,…même changer de camps!,…si le bateau coule!,…à la rage qui nage!,…avec une dent de requin!,…l’analogie!,…

…touchez-pas à mon pinceau!,…bandes d’abrutis!,…Ah!,…Ah!,…Bip!,…etc!,…
…envoyez!,…

TKT dit: 6 juillet 2014 à 15 h 46 min

JC, d’abord je préfère les Tokyoïtes chics et excentriques.
Votre manière de manipuler une phrase, c’est géniale, vous auriez dû faire partie de la Milice, de la Gestapo et de la Stasi.

Serre-tête, kilt bleu-marine, sac Céline ?
Votre fantasme ?

D. dit: 6 juillet 2014 à 15 h 42 min

Modes et Travaux dit: 6 juillet 2014 à 15 h 29 min

« Il reste quand même une partie du 16ème, Versailles, où des gens sont encore habillés comme dans les années 50″

La femme des rêves de TKT, serre-tête, kilt et talons plats.
L’érotisme à la portée du petit-bourgeois.

Ehhhh.. moi j’aime bien.

Pierre dit: 6 juillet 2014 à 15 h 41 min

Sûrement dit: 6 juillet 2014 à 15 h 34 min

Il est vrai que l’on sent chez ces deux commentateurs le même goût pour le dialogue constructif et le rejet de toute insulte.
Ainsi que des amis communs et une volonté manifeste de commenter à la même heure.

Modes et Travaux dit: 6 juillet 2014 à 15 h 29 min

« Il reste quand même une partie du 16ème, Versailles, où des gens sont encore habillés comme dans les années 50 »

La femme des rêves de TKT, serre-tête, kilt et talons plats.
L’érotisme à la portée du petit-bourgeois.

ici Londres dit: 6 juillet 2014 à 15 h 25 min

à tous ceux qui dénigrent les intermittents sans connaître leurs statuts : pourquoi les adhérents du MEDEF ne sont pas intermittents ?

Les intermittents de mon Office du Tourisme veulent bosser dit: 6 juillet 2014 à 15 h 15 min

« signé sous l’inspiration du Medef par des syndicats non représentatifs : cela a été démontré et aucun démenti n’est venu. »
F. Delpla

C’est ce j’appelle une position clanique.
Du JC à l’envers.

rose dit: 6 juillet 2014 à 15 h 09 min

>hamlet au beurre (petits petits)

dans votre tentative d’essai de compréhension entre intermittents et marseillais, c’est pareil que l’an passé personne à la culture en juillet août à Marseille malgré l’année européenne : la question ne se pose même pas.

Marseillais et puis n’importe quoi (peu nous chaut…).

On peut se poser la question pour les allemands : intermittents ou footballeurs ?

Il pleut, ô délice, le tonnerre gronde archi-délice…mmmmhhhh ! Volupté, de l’eau, de l’eau.

TKT dit: 6 juillet 2014 à 15 h 08 min

Abdelkader, nous avions déjà parlé des pantalons rouges, et j’ai regardé les photos du nouveau link. OK, ce sont plutôt des gens « convenables » du genre well-off et well-to-do, on attend d’eux qu’ils sachent si le lait se met avant ou après, dans la tasse de thé. Ces pantalons rouges sont un peu ce qu’est en Allemagne, les Junkers de lin ou de daim. Normalité en Bavière, snobisme dans le nord. Je viens de passer une petite semaine à Hambourg, j’ai vu au Hamburg Oper, un jeune-homme avec sa mère. Il devait avoir moins de 30 ans, un Junker de lin blanc-cassé, des chaussettes rouges, des chaussures genre anglaises. Une tête distinguée, du genre officier de WW1 ou, peut-être, officier de la Wehrmacht. Bref pas vraiment un homme sympathique. Il était avec sa mère, très élégante, du genre Hanseat. Une amie de la mère arriva, le jeune lui fit un baise-main parfait, le corps plié en deux, ne manquait plus que les talons qui claquent. Jamais il n’esquissa le moindre sourire en direction de l’amie de sa mère. Pour vous « les pantalons rouges » sont la signature d’un monde qui vous irrite. OK, j’en déduis que vous n’avez pas de pantalons rouges.
Personnellement, je préfère, de loin, ces gens là, à ceux qui portent des pantalons du genre randonnées dans les pays exotiques avec une multitude de poches et la possibilité de détacher la partie en dessous des genoux. Quand ces pantalons sont portés en ville, par des gens qui ne sont ni sportifs, ni adolescents, je trouve cela bien pire que les pantalons rouges . Vous avez décidé de vivre à Londres, les Anglais en général se moquent bien de la manière dont les gens sont habillés. Le peuple le plus coincé reste quand même les Français.
On ne devrait jamais juger quelqu’un sur sa tenue, quoique, cela en dit long sur l’image ponctuellement voulue de l’habillé.

La prochaine fois que j’irais à Londres, je ne manquerais pas d’ajouter des pantalons rouges…
Pour dire vrai. il y en a marre de ces Bourgeois qui voudraient être des prolos, du moins en apparence. Comme si les prolos, n’auraient pas droit à changer de milieu. Triste France.
Il reste quand même une partie du 16ème, Versailles, où des gens sont encore habillés comme dans les années 50.
Il y a aussi Wien/Vienne ville encore plus coincée, sauf pour quelques personnes cosmopolites et aussi les habitants du « Bermuda-Dreieck », ceux là parlent une langue personnelle, c’est une sorte de pigalle-ménilmuche des années 30.

rose dit: 6 juillet 2014 à 15 h 04 min

Onésiphore de Prébois dit: 5 juillet 2014 à 19 h 35 min

Nous ne sommes pas dans la vie réelle. Nous sommes les personnages d’un spectacle de marionnettes (mézigue)

Et si mon hypothèse était fausse ? Et si nous étions des êtres réels ? Mais alors, mais alors, nous passerions notre temps à nous manipuler nous-mêmes, tout en nous efforçant de manipuler les autres ? Et pas seulement sur la RdL ? Toute la vie se passerait à ça. Mais quelle horreur. Mais quelle horreur. Tu me diras,quand je vois Sarkozy se manipuler lui-même tout en croyant manipuler les autres, apparemment, il ne s’en porte pas plus mal.

pas tant manipuler qu’influencer ; nuance.

mais je lis la statue de sel d’Albert Memmi : je suis scotchée ; grand merci à DHH.

Et s’il s’agissait d’ouverture plutôt que d’influence ? D’étendre son champ. C’est à dire de penser autrement qu’en terme de pouvoir mmmh ?

Ciboulette dit: 6 juillet 2014 à 14 h 56 min

à François Delpla, avec mon soutien : ne cherchez pas à discuter avec ce petit JC, il est dans les bras de la Marine et s’y trouve bien

D. dit: 6 juillet 2014 à 14 h 55 min

De toutes façons, vu le peu d’intérêt des spectacles proposés, le plus simple ne serait-il pas de les supprimer purement et simplement ?
Qui s’en plaindrait enraiement ?
Pourquoi s’obstiner à faire de la culture pour faire de la culture. La véritable culture, on la fait s’en même s’en apercevoir et sans intermittents.

François Delpla dit: 6 juillet 2014 à 14 h 42 min

Le régime actuel des intermittents et le financement de la culture en général sont améliorables et nul n’en disconvient.

Mais il n’en est pas DU TOUT question dans cet accord.

Hollande, Valls, Rebsamen, Gattaz et leurs auxiliaires associatifs ne connaissent que le coup de rabot.

François Delpla dit: 6 juillet 2014 à 14 h 39 min

Les intermittents de mon Office du Tourisme veulent bosser dit: 6 juillet 2014 à 13 h 49 min

vous êtes d’accord avec qui ?

« un contrat a été signé, il faut le respecter »; signé sous l’inspiration du Medef par des syndicats non représentatifs : cela a été démontré et aucun démenti n’est venu.

Sergio dit: 6 juillet 2014 à 14 h 16 min

abdelkader dit: 6 juillet 2014 à 2 h 08 min
porter des pantalons rouges

C’est pour l’ennemi voye pas le sang et se croye pas trop vite arrivé. Du coup on a signé des contrats pactolesques et peut-être même emphytéotiques avec les betteraviers de la garance.

Les intermittents de mon Office du Tourisme veulent bosser dit: 6 juillet 2014 à 13 h 49 min

François Delpla dit: 6 juillet 2014 à 8 h 59 min
Les intermittents, engagés dans une lutte qui conjugue comme rarement les intérêts corporatifs (si on ose dire) et généraux, auront au moins la satisfaction d’avoir vu disparaître ici même les objections.

Je ne sais si les objections ont disparu, à ma connaissance non, elles existent toujours au fil de ce billet sans aucune contre-argumentation.
Désolé de vous contredire M. Delpla mais comme vous n’avez apporté aucun argumentaire à vos assertions sur le bien-fondé de ces actions il semble très difficile d’objecter.
Vous avez une position clanique (un membre de la famille ?) donc peu discutable.

Closer dit: 6 juillet 2014 à 13 h 41 min

« Pour quelle raison bizarre, on tait soigneusement dans les medias officiels le fait que la meurtrière au couteau de cuisine de l’institutrice d’Albi se prénomme Rachida, d’ascendance hispano-marocaine ? »

Oui, mon bon JC…Quand aucun media ne cite le nom ni ne montre de photo d’un criminel quelconque, on sait d’avance à quoi s’en tenir…

Gondolfo dit: 6 juillet 2014 à 13 h 24 min

Quand l’émotion ne va plus jusqu’au cœur, restent la haine et le cynisme. Et pourtant même cracher sur des tombes à rien ne sert.

kicking dit: 6 juillet 2014 à 12 h 56 min

s’il faut des chasseurs blessant gibier pour permettre aux chiens de se la jouer loup..

vivez libérés dans votre liberté tant que vous le voulez..

enfants gavés..

bouguereau dit: 6 juillet 2014 à 12 h 50 min

c’est nouveau ces peintres, artistes de supermarchés

hurkurkurk..j’ai dit que le chef de rayon expozrait jamais damien hirst

François Delpla dit: 6 juillet 2014 à 12 h 40 min

François Delpla dit: 6 juillet 2014 à 8 h 59 min

Les intermittents, engagés dans une lutte qui conjugue comme rarement les intérêts corporatifs (si on ose dire) et généraux, auront au moins la satisfaction d’avoir vu disparaître ici même les objections.

JC….. dit: 6 juillet 2014 à 9 h 11 min

La CGT, comme partout où elle règne SNCF, SNCM, Dockers de Marseille, Aciéries, Intermittents du Spectacle etc… offre dans l’absence de spectacle, le spectacle ridicule, obscène, de luttes arqueboutées sur un passé révolu …

Normal, dirait l’autre : comment demander à des syndicalistes obtus de réfléchir plus loin que leurs privilèges ?

J’avais bien dit les objections (du genre : « un contrat a été signé, il faut le respecter »; signé sous l’inspiration du Medef par des syndicats non représentatifs : cela a été démontré et aucun démenti n’est venu.

Pas les abjections. Hélas.

F. Lepape dit: 6 juillet 2014 à 12 h 20 min

Oh là là, je m’étais absenté quelque temps, je reviens et : 1217 commentaires. Je peux pas les lire, désolé.
Une seule question : que devient Chaloux ? Lors de mon dernier passage, il faisait du quatre pattes. S’est-il relevé ?

Entre camembert et chaussettes dit: 6 juillet 2014 à 12 h 16 min

On expose dans les centres Leclerc, c’est nouveau ces peintres, artistes de supermarchés.
Il y avait les artistes élitaires nécessités par le circuit de la haute finance internationale et M.E. Leclerc aurait-il inventé l’artiste à dix sous de la grande consommation?
Et on laisse crever le pauvre breton Le Men?

bérénice la vraie dit: 6 juillet 2014 à 11 h 46 min

12,6, Pas terrible pour dériver de sérieuses préoccupations concernant plus que la projection d’ombres des silhouettes découpées à même la matière des livres lus et qui nous transforment en plus que ce que nous serions sans, chargés d’alluvions nous voici tous à secouer et secourir le sujet du gouffre annoncé.

l'heure de la sortie dit: 6 juillet 2014 à 11 h 37 min

1213 commentaires en 96 heures environs ça fait du combien à l’ heure?
Du 12,6..mention passable.

bérénice la vraie dit: 6 juillet 2014 à 11 h 31 min

Eh ben, d’un seul coup , tu respires plus du tout. Alors tu penses si j’en profite. Heureusement que Josette est une artiste de la piqouze.

Quel dommage qu’elle ne soit un as de la partouze, une réconciliation ratée.

bouguereau dit: 6 juillet 2014 à 11 h 21 min

une tonne d’acier vaut 10 euros peut-être, mais le génie est de la transformer en 10k poêles a frire que vous allez ensuite revendre a 50 euros la pièce…

outre que l’acier est une produit déja hautement transformé..prend mittal pour un cromagnon..un bon économiss a le sens des ordres de grandeur gaga.. »10€ peut être »? ..ton brouqueur va te virer..10k ça nous fait la poele à 100g..au souk d’alger il te vire à coup de pompe pour ta drouille

Pépère pervers dit: 6 juillet 2014 à 11 h 02 min

Rien de plus beau qu’un con en acier massif prenant les autres pour des cons. Liberace se prenant pour Chopin, Néron pour Virgile, Abdelkader pour Milton Friedman.

renato dit: 6 juillet 2014 à 10 h 56 min

Je suis, Abdel, ne vous faites pas de souci pour moi, peux même vous devancer sur la chose dont vous nous bassinez. Reste que le fait de vous obstiner à regarder chez les autres semble vous procurer un certain confort. Il serait grand temps, pour vous, de regarder de l’autre côté de la médaille, c’est-à-dire du côté du fournisseur de la main d’œuvre… ça pour le passé… et si cela vous fatigue trop, de regarder le présent…
Bonne journée

abdelkader dit: 6 juillet 2014 à 10 h 42 min

pour faire pour qu’un système de demand & supply puisse marcher, il faut d’abord qu’il y ait un fournisseur de matières premières, le grossiste si vous voulez, et l’acheteur ou transformateur de ces matières premières en produits de consommation…la valeur ajoutée est la…dans la transformation…une tonne d’acier vaut 10 euros peut-être, mais le génie est de la transformer en 10k poêles a frire que vous allez ensuite revendre a 50 euros la pièce…vous me suivez ? non ? tant pis, mais persistez je vous prie…il t eut des arabes, des juifs, des noirs d’Afrique et que sais-je d’autres, qui ont tous trafiqué…mais ce n’est pas la que la valeur ajoutée a été injectée dans la chaine de production…non monsieur, suivez la piste jusqu’aux caraïbes et en Virginie…donc la tonne d’acier serait restée a l’état brut, sous le sol si le fabricant de poêles a frire n’eut pas exprime le besoin pour 1 tonne…vous me suivez toujours pas ? bon…c’est dimanche…faut pas non plus pousser avec la macro-économie expliquée a un citoyen lambda…

En passant vite dit: 6 juillet 2014 à 10 h 41 min

Complètement raté ce billet. Comment Pierre Assouline a t il pu écrire ce délire onctueux d’amitié, pour ce boulet de poète breton ?

Pépère pervers dit: 6 juillet 2014 à 10 h 37 min

Abdelkader profite de la terre anglaise, comme les autres profiteurs de la liberté européenne, tout en nous jouant le grand air de la Oumma. Pfff !

bouguereau dit: 6 juillet 2014 à 10 h 28 min

la satisfaction d’avoir vu disparaître ici même les objections

qu’est ce que veux dire françois..c’est à donner sa langue à jean marron à clopine

Daaphnée dit: 6 juillet 2014 à 10 h 28 min

Oh, Abdel !
Votre « votre condescendance n’a d’egale que le mépris que vous portez pour votre prochain et surtout votre prochaine » est des plus savoureux !

Je suis l’une des rares, ici, à être dans le dialogue avec vous et vous venez vous plaindre d’un mépris, que lis-je (!) d’une condescendance dont je ferais preuve ?
Je vous vois en bien mauvaise posture !

On a du mal à comprendre pourquoi vous, par exemple, préférez vivre en Angleterre quand vous défendez, ici, bec et ongles la « mère-patrie » de vos parents ?!
Et au-delà, pourquoi les jeunes algériens qui sont venus se former en Europe – comme vous – préfèrent-ils y rester plutôt que retourner en Algérie et contribuer à son développement économique,
participer au débat public,
prendre des responsabilités .. ?

Il est où, là, l' »honneur » de la nation arabo-musulmanne que vous défendez ?

Echange club échangiste contre club de philatélie dit: 6 juillet 2014 à 10 h 28 min

Cette pauvre fiotte de Ciboulette fait du sous-bouguereau ! Horrible simulacre, grandeur et déchéance d’un ancien liftier du Martinez devenu enculé mondain chez Assouline.

bouguereau dit: 6 juillet 2014 à 10 h 23 min

élucubrez, élucubrez, quelque chose restera

tu vas pas nous redécouvrir le pilpoil jean marron..il te reste des papillotes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*