de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Le traducteur amoureux d’un roman d’amour

Par BERNARD LORTHOLARY

Faut-il aimer un livre pour bien le traduire ? J’ai plus d’une fois pensé que non. Qu’un peu de distance rendait plus lucide, plus exact, plus précis. Qu’à trop s’identifier l’on risquait au contraire de s’aveugler, de s’emballer en suivant la pente, et de finir par trébucher. I would prefer not to. Plutôt être un traducteur brechtien, distancié, qui joue le rôle (de l’auteur) sans se prendre pour lui, qui le mime en l’ayant à l’œil, toujours prêt à s’en méfier tout en l’admirant souvent. J’ai traduit bien des romans ainsi, sans que les auteurs en prennent ombrage. Certains (rarement, j’en conviens) ont même corrigé leur texte après telle de mes remarques de traducteur ! Ce roman de Daniela Krien, c’est une autre affaire. Cette fois le traducteur est tombé sous le charme du texte. Redoublant en somme l’effet du livre, puisque en peu de pages c’est l’histoire d’un grand amour. J’ai découvert ce livre dans le précieux catalogue de mon amie Tanja Graf , éditrice à Munich. J’ai aussitôt désiré l’éditer en français, j’ai aussitôt voulu le traduire moi-même. Il ne m’appartient donc pas d’en faire l’éloge, d’autres déjà s’en sont chargés avec talent, comme Pierre Deshusses dans Le Monde des livres. En revanche, j’aimerais dire par quelles particularités et difficultés mon plaisir de traducteur a été encore aiguillonné.

Mais de quoi s’agit-il ? Maria est élève de seconde au lycée d’une petite ville (de RDA, au moment où cet État est absorbé par la RFA),  proche du village où elle vivait jusque là chez ses grands-parents et sa mère divorcée. Son copain Johannes Brendel vient de la persuader de les quitter pour venir vivre dans sa ferme familiale, non loin du même village. Elle y est accueillie gentiment, avec un peu de méfiance d’abord, mais avec indulgence aussi pour son ignorance de la vie rurale, à laquelle assez vite elle s’adapte pourtant. Dans ce coin de campagne que, par un petit miracle assez rare, ni la guerre ni la RDA n’ont beaucoup transformé, on sent maintenant que les temps changent : la réunification fait peur et réjouit à la fois. Un fils aîné enfui à l’Ouest et resté vingt ans sans donner de nouvelles revient en visite avec femme et enfants. Joie, stupeur, perplexité devant tant de différences insoupçonnées. De même lorsque Johannes et Maria font à l’Ouest leur première incursion d’une journée et découvrent comment sont là-bas, si près, les vitrines, les rues, les gens. De tout cela Maria est un témoin sincère, lucide, vrai. Et aussi de son récent passé d’enfant du socialisme : soupçonnée par ses hôtes d’y avoir été trop docile, elle leur raconte si bien ce qu’elle a subi dans un camp de jeunesse qu’ils crient à la barbarie, alors qu’un moment auparavant ils entonnaient encore avec ferveur des chants… socialistes – parce que c’étaient ceux de leur jeunesse ! Ce passé compliqué a fait des ravages dans la famille de Maria comme chez les Brendel, ou encore chez Henner, le propriétaire solitaire de la ferme la plus proche.

C’est pour lui, ce sauvage retranché dans sa ferme vétuste avec ses chevaux et ses chiens (du moins quand il ne va pas se débaucher en ville), que la jeune fille va se découvrir un amour fou, charnel et total, qu’ils vont vivre en cachette pendant quelques semaines. L’homme a quarante ans et, derrière lui, une vie personnelle et familiale malmenée par le passé récent, Maria le comprend vite, comme elle l’a compris s’agissant de sa propre mère ou des Brendel. Mais Henner (qu’elle n’appelle jamais qu’ainsi, par son nom de famille) avait tant d’énergie qu’il a payé plus que d’autres : c’est un homme brisé, tour à tour brutal et tendre, alcoolique et grand  lecteur – comme était sa mère, violée par les soldats russes en 1945.

Maria est pleine de remords envers Johannes et sa famille, mais elle se donne  entièrement à cette passion secrète qui, découverte, ne pourrait être que scandaleuse. Personne n’en saura rien : nulle trace sinon ce récit que Daniela Krien nous donne à lire et dont la simplicité apparente est un tour de force, psychologique et littéraire. A cette adolescente au fond de sa campagne, l’auteur sait donner à la fois un regard et un langage d’une véracité sidérante, qu’il s’agisse des gens qu’elle découvre et observe, ou de l’aventure inouïe qui lui tombe dessus. Certes, Maria, élève moyenne craignant de rater son bac, préfère sécher les cours pour lire Les Frères Karamazov (dont la dernière phrase donne son titre au récit), c’est une lectrice comme sa mère et comme l’était celle de Henner, et elle en parle avec autant d’intelligente fraîcheur que des paysages, des animaux, de la nature. C’est dire les écueils menaçants que la romancière allemande a su éviter en faisant parler sa jeune héroïne : elles risquaient la niaiserie, le ton faux, le jeunisme kitsch, la trivialité ou le pathétique, que sais-je encore ?  Rien de tout ça. Maria parle vrai, son ton est juste, et si parfois ses mots sont crus, elle reste pudique. C’est en allemand une réussite parfaite.

Alors, c’est au traducteur de jouer ! Pour faire parler Maria en français, il doit veiller à contourner les mêmes écueils que l’auteur a su si bien éviter. Mais ce ne sont pas vraiment les mêmes, car les codes langagiers sont différents, parce que ce monde de l’Allemagne de l’Est en 1990 est à la fois proche et pour nous presque inimaginable. Du coup, le parler des différentes générations ou la langue de bois officielle, reconnaissables en allemand au moindre mot et reproduits comme tels par Maria, ont une résonance  difficile à faire entendre en français. C’est pourtant essentiel, car cette Allemagne présente n’est pas le décor de ce beau roman d’amour, elle en est l’étoffe même. Et beaucoup d’écrivains l’ont dit : c’est en étant le plus concrètement locale qu’une histoire devient universelle.

 BERNARD LORTHOLARY

(« Bernard Lortholary et Daniela Krien », photos D.R.)

Daniela Krien

Un jour nous nous raconterons tout (Irgendwann werden wir uns alles erzählen )

Traduit de l’allemand par Bernard Lortholary

240 pages, 19 euros

Flammarion

Cette entrée a été publiée dans traducteur.

16

commentaires

16 Réponses pour Le traducteur amoureux d’un roman d’amour

atumane ernesto dit: 31 mai 2013 à 14 h 04 min

j’ai bien aime, et je voudrai faire partie des vos constants lecteurs…
Votre offre est toujours importante, et ça fait bien a ceux que la lecture fait son arrentour!

Audrey Whynot dit: 13 février 2013 à 22 h 06 min

« d’autres déjà s’en sont chargés avec talent » sans s
———————————————

Et on ne passe pas sans saluer ueda et les traducteurs qui s’exprimeront, comme vous dites, à présent ici.

Tous les traducteurs bien sûr ne sont pas humbles (Mr Lortholary d’avoir conduit des auteurs à reprendre leur texte), et Frédéric Boyer (La Bible, notre exil) sans être heideggerien [d'ailleurs Heidegger peut aussi l'être de façon touchante (à un 'disciple' : "mais moi, je ne me vois pas", référence à retrouver) et on ne sait pas de quelle patrie vous parlez].
Baudelaire oui, ça semble drôle (la France), vu d’ici.
«Il faut, c’est-à-dire que je désire qu’Edgar Poe qui n’est pas grand’chose en Amérique, devienne un grand homme pour la France.» (cité http://www.erudit.org/revue/ttr/1988/v1/n1/037008ar)

Remarques dont je ne sais pas très bien qu’elles s’appliquent à la démarche illustrée dans l’article, mais enfin je n’aimais déjà pas du tout le titre.

Rien n’est égal, il ne faut pas écrire des choses pareilles, Monsieur.

ueda dit: 12 février 2013 à 23 h 39 min

Je repasse deux jours plus tard, et je n’ai droit à rien?

Les Grands ignoreraient-ils le rôle des Petits, sans lesquels leur grandeur s’abolit?

Was heisst Grossheit?
Jaspers est le plus intrépide à poser la question, il est vrai qu’il s’agissait des Grands Philosophes.

C’est égal.
Cette rubrique ouverte par M. Assouline est une idée généreuse et intelligente à la fois.

Les traducteurs s’étant jusqu’à présent exprimé ici sont comme écrasés par leur modestie personnelle, ou une idée fausse qu’ils se font de la déontologie qui s’imposerait à eux.

Mais non.
Grand un jour, petit demain.
Toi un jour, moi demain.
En fonction de notre champ respectif d’expertise (toujours si ridicule, si dérisoire, au regard de l’essentiel).

Ce n’est qu’affaire de chorégraphie, de maître de danse.
Nul ici n’a encore énoncé les règles du bien danser.
Ça viendra.

Cet espace virtuel ne sera dominé par personne, sinon ceux qui tracent le chemin en l’empruntant eux mêmes.
(Mais non je ne suis pas heideggerien, mes compatriotes sont assez tombés dans le panneau.

Jaaa, shitsurei shimasu…
Gomen nasai, ne.)

ueda dit: 9 février 2013 à 22 h 18 min

« Ai-je le droit de rapetasser tout ça ? Dilemme d’autant plus exaspérant… »

Le droit en effet, car le dilemme, on l’a bien compris n’est en aucune manière linguistique.

Il relève de l’ordre pratique: érotique (comment traiter ce que je n’aime pas?), éthique (« corriger », est une générosité ou une trahison?), économique (peut-on décevoir l’attente raisonnable, quant à la réception, de l’éditeur ou de l’auteur?), de la politique (quel exemple vais-je laisser à ceux qui me suivent?), etc.

Une fois le choix pratique opéré en amont, le reste est tout d’exécution, et selon l’orientation librement choisie il n’y a plus de dilemme, car il existe toujours une solution préférable pour ce qui est du choix de tel mot, de telle phrase, de tel style (préférable: digne d’être défendue telle par une argumentation).

Le traducteur américain du Nobel chinois Mo Yan s’est fait étrillé par le redoutable professeur allemand Wolfgagng Kubin:

DW: Mo Yan erhielt den diesjährigen Literaturnobelpreis. Ist denn Mo Yan aus Ihrer Sicht ein Schriftsteller von Weltrang, der diese höchste Literaturauszeichnung verdient?

Wolfgang Kubin: « Ich habe Mo Yan unentwegt in aller Öffentlichkeit kritisiert. Er ist der von mir meist kritisierte chinesische Autor überhaupt. Deswegen sollte ich jetzt mal zunächst sagen: Ich freue mich für ihn, für China und für die chinesische Literatur. Gleichwohl bleibt meine Kritik nach wie vor berechtigt.
Bei Mo Yan: Was liest man da? Man muss sagen, dass Mo Yan in der Lage ist, Romane zu schreiben, die sich verkaufen lassen. Es gibt hier in China viel bessere Autoren, die nicht so prominent sind, weil sie nicht ins Englische übersetzt werden bzw. nicht diesen überragenden amerikanischen Übersetzer Howard Goldblatt haben. Goldblatt übersetzt nach einer ganz raffinierten Methode ins Englische. Er übersetzt nicht Wort für Wort, Satz für Satz, Abschnitt für Abschnitt. Er übersetzt das Ganze. Das ist eine Übersetzungsmethode, die in Europa seit ungefähr dem 18. Jahrhundert üblich ist. Das heißt: Howard Goldblatt weiß genau, wo die Schwächen der Autoren sind. Und er rafft alles zusammen und übersetzt es in eine englische Sprache, die besser ist als das, was im Chinesischen abgeliefert wurde. Deswegen wird auch beispielsweise oft aus dem Englischen ins Deutsche übersetzt, statt die Werke der Autoren direkt vom Chinesischen ins Deutsche zu übersetzen. »

De fait, la version anglaise ne préserve pas toujours les disparates, les inégalités, les idiotismes du texte de Mo.
Mo est un paysan, fin, rusé, qui joue de sa situation de non-lettré, d’autodidacte, pour imposer ses innovations de langue, pour accueillir dans son écriture la monstruosité vécue qui est la sienne et celle de son peuple.
Une traduction littérale dérouterait le lecteur occidental.

Goldblatt ne l’ignore pas, il a seulement choisi l’autre voie du dilemme: faire passer, avant toute considération stylistique, la puissance d’évocation de Mo et rendre sensible le lectorat à l’arrière-fond historique et politique qui l’a rendu possible. Faire comprendre que Mo Yan est bougrement intéressant.

Personne ne peut dire qu’il est un mauvais traducteur, puisque cette appréciation est suspendue au choix préalable qui est éthique et politique.

Bon…
Puisqu’on est sur ce sujet.
Le rigorisme de Kubin n’est pas complètement désintéressé: il est lui-même le traducteur du poète moderniste Bei Dao, exilé après Tian’anmen, et déjà proposé comme nobélisable à plusieurs reprises.

A vrai dire les deux hommes sont très différents par le caractère: l’un a appris la culture étrangère par la base, par l’expérience vécue de la culture populaire (Goldblatt), l’autre par le haut, par la rigueur philologique et l’histoire littéraire (Kubin).

Une fois compris leurs choix initiaux, les deux sont très bons (quoique Bei Dao se plaigne un peu de la rigidité de son associér germanique, ce n’est pas trop pour surprendre).

plop dit: 9 février 2013 à 12 h 30 min

vais-je me substituer à l’auteur ? (ueda)

C’est un problème qui se pose surtout avec les auteurs qui écrivent mal. Actuellement, je suis en train de me colleter à un texte très attendu et affreusement mal écrit. A chaque relecture de ma traduction, je suis désespéré. Ai-je le droit de rapetasser tout ça ? Dilemme d’autant plus exaspérant que les lecteurs qui n’ont pas eu accès à l’original vont m’accuser d’être un mauvais traducteur, alors que je suis fidèle.

C.P. dit: 9 février 2013 à 12 h 02 min

J’aime beaucoup me retrouver avec quelques-uns sous ces articles parallèles au billet plus suivi. Et il faut remercier Pierre Assouline pour cet enrichissement de son site.

Plein accord avec ueda : Bernard Lortholary est non seulement un écrivain et traducteur de grand goût (ici trop modeste), mais encore, chez Flammarion -je le sais-, un lecteur et un conseiller attentif et généreux envers les écrivains jeunes.

ueda dit: 8 février 2013 à 23 h 19 min

« On a l’impression toujours de pénétrer comme dans le saint des saints d’une langue. » (ML)

Mais non, pas toujours.
Le jour où le traducteur entrera dans le temple du livre la tête couverte, nous regarderons par la fenêtre en baillant.

ueda dit: 8 février 2013 à 23 h 17 min

« Lortho » (pour les étudiants), c’est un grand.

« Du coup, le parler des différentes générations ou la langue de bois officielle, reconnaissables en allemand au moindre mot et reproduits comme tels par Maria, ont une résonance difficile à faire entendre en français. »

Voilà précisément ce qu’on aimerait comprendre, sur textes, avec quelques exemples.

Mais c’est la pudeur des grands (« Vais-je lasser? Combien sont-ils à lire l’allemand, hélas? La technique ne doit elle pas s’effacer pour laisser la place au plaisir? A faire ainsi la leçon au lecteur comme un Herr Doktor Doktor, ne vais-je pas me substituer à l’auteur, le seul ici qui ait le droit à la parole? »).
Eh bien, cette modestie est coupable.

La mauvaise langue dit: 8 février 2013 à 23 h 03 min

Relever des défis pour traduire, c’est toujours un jeu un peu enivrant. On a l’impression toujours de pénétrer comme dans le saint des saints d’une langue.

paniss dit: 7 février 2013 à 17 h 15 min

effectivement ce n’et pas de Passou… nobody is perfect. mais cela ne change rien au fond de mon comentaire. Il faut donc remplacer Passou et notre hôte par Bernard Lortholary. Et avec mes excuses.

Giovanni Sant'Angelo dit: 7 février 2013 à 16 h 38 min


…çà ne change rien,…pour moi,…
…l’Allemagne devait être réunifier depuis longtemps,…
…par la sagesse des peuples voisins et des alentours,…et chacun est libre avec les contraintes de l’histoire de se trouver une sérénité suivant sont tempérament à la merci du voisinage quotidien,…
…de là à en faire un,…roman,…y à de quoi tomber des nues,…enfin,…

…si un jour, les populations préfèrent d’autres segmentations du territoire qu’ils le fassent librement comme la  » Tchécoslovaquie « , récenmment,…en Tchèque et Slovaquie,…quitte à se réunir de nouveau sous d’autres prétextes en lucidité de causes à effets et sous aucune contrainte de l’un à l’autre,…
…en faire un roman de la Rose,…du droit de cuissage de jeunesse sauvage sans guide ou tuteur,…pourquoi faire dénaturée la nature,…le sens naturel,…d’y trouver son maintien au bonheur,…aux limites extrêmes,…encore béantes à combler,…
…Vive la Bavière, la Prusse,…Hanovre,…
la Bismarck libre à poils de carottes,…
…etc,…Non pas çà,…si, si, si,…vite fait bien fait l’union de la liberté de vivre,…
…Honnit soit qui mal y pense,…tout le monde à poils contrôle des Zizi »s encore valides,…un voyage gratis chez Cathérine la Grande,…pour les pointures ad-hoc,…

paniss dit: 7 février 2013 à 10 h 45 min

s’il fallait un manifeste à la gloire des traducteurs, nul doute que ce billet de Passou serait de la partie… Il est vrai que l’on soucie bein trop peu du traducteur lorsque l’on lit un bouquin; j’en veux pour preuve ma propre ignorance de celui qui a traduit le bouquin de Mo Yan, « l’apparatchik nobélisé », comme l’a écrit -un peu facilement- le Nouvel Obs. Vérification faite, il s’agit de François Sastourné, traducteur de nombreux romans…
mais je suis étonné quand notre hôte écrit: « (de RDA, au moment où cet État est absorbé par la RFA) »; c’est ce qu’écrivait l’Humanité au moment de la réunification de l’Allemagne. Curieux, quand même!

Jacques Barozzi dit: 7 février 2013 à 6 h 13 min

Roman ou autofiction ?
L’amour du traducteur ravagé est-il consécutif à l’histoire du livre, à l’adolescente Maria ou à l’énergique Henner ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>