de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
L’ego-péplum d’Emmanuel Carrère

L’ego-péplum d’Emmanuel Carrère

Il y a des livres qu’on aimerait aimer pour de multiples raisons : on suit l’auteur de longue date, sa personne a toute notre sympathie, les bonheurs de lecture qu’il nous a déjà offerts sont encore vivaces, l’annonce même de son projet nous avait déjà enthousiasmé en son temps (et quand en plus, on a écrit Vies de Job, on se sent déjà en complicité). Seulement voilà : on aimerait mais on n’y arrive pas. Difficile de se dire déçu car un écrivain ne doit jamais rien à ses lecteurs. Il n’a de comptes à rendre à personne. Il écrit ce qu’il a à écrire pour le meilleur et pour le pire, et débrouillez-vous avec ça. Emmanuel Carrère se remettra sans peine de ma voix discordante dans le concert d’éloges qui accueille déjà Le Royaume (630 pages, 23,90 euros, Pol). C’est peu dire qu’il a la carte : prix littéraires, critiques au rendez-vous, public fidèle… Il est des rares à bénéficier d’un automatisme dans la ferveur. Pourtant, on imagine mal qu’un tel livre vitrifie la rentrée, comme ce fut le cas avec les romans de Michel Houellebecq, même si, de La vie catholique au Nouvel Observateur en passant par Télérama, ils s’y sont déjà presque tous mis, et dans les grandes largeurs. Quelle couverture alors que le livre ne sort qu’en septembre ! Le royaume des cieux médiatiques est à lui. C’est là un privilège dont les mécanismes demeurent une énigme, mais qu’importe : seul compte le texte.

C’est d’une quête personnelle qu’il s’agit. Celle d’un Français de 56 ans nommé Emmanuel Carrère, auteur d’une douzaine de livres, qui se demande comment il a bien pu, lui le laïc, avoir une crise de foi à l’automne 1990. Trois ans durant, il avait alors renoué avec son baptême et vécu intensément le catholicisme. Rencontres, échanges, partages, doutes, lectures et la messe tous les soirs à 19h, en l’église Saint-Séverin, avec confession et communion à la clé. Et d’embarquer ses enfants dans son aventure spirituelle. On conçoit que cela secoue. Mais pourquoi y revenir longtemps après, une fois virée la cuti ? Un paragraphe en donne une idée : celui où l’auteur s’ouvre à son agent de sa panne d’inspiration, de l’assèchement de son imaginaire, de sa pénurie de sujet. Une première fois, sur les conseils de celui-ci, cela donnera une originale biographie de Philip K. Dick (Je suis vivant et vous êtes morts, Seuil, 1993). Quelques livres et épisodes dépressifs plus tard, il se résout à se retourner vers son moment mystique. Non seulement pour s’expliquer à lui-même les détours de son chemin vers le Très-Haut, mais encore pour explorer les origines du christianisme en se focalisant sur l’évangile de Luc et les épîtres de Paul. Ainsi une quête se mue-t-elle en enquête. Fort bien. Mais ce qui me gêne le plus, c’est qu’Emmanuel Carrère soit convaincu qu’un livre, c’est « un sujet » :

« J’ai l’œil pour repérer un sujet quand j’en aperçois un” assure-t-il, non sans fierté.9

Or un récit, puisque celui-ci n’est pas vraiment un roman même s’il reconnaît que c’est celui de ses livres dans lequel la part d’invention est la plus importante, c’est tout ce qu’on veut, un cœur qui bat, du chagrin développé par la grammaire, une dépression habillée de syntaxe, un moyen de comprendre ce qui nous arrive, tout mais pas un « sujet » ! Sauf au lycée.

La première partie, longue d’une centaine de pages, mêle un certain nombre de considérations personnelles sur la vie comme elle va, la légèreté du joug du Christ, l’insoutenable légèreté des Lettres, les problèmes avec la baby-sitter, aux repentirs et doutes existentiels d’un ancien catho dogmatique, à ses problèmes conjugaux, à l’influence de sa marraine Jacqueline qui a écrit nombre de cantiques. Les trois parties suivantes se collètent avec les Ecritures dans les versions comparées de la Bible de Jérusalem, de la TOB et de Lemaître de Sacy, savant scrupule des plus louables. Mais à la Carrère, c’est à dire avec l’esprit et la manière d’un fan de Philip K. Dick, qui voit dans l’histoire des débuts du christianisme des ressemblances troublantes avec Les Revenants.

« C’est l’histoire de quelque chose d’impossible et qui pourtant advient » écrit-il dans le prologue. Certes, encore que dit comme cela, le compas est si largement ouvert que nombre d’événements de par le monde seraient concernés.

Des naïvetés y côtoient des lieux communs et des erreurs, ou des contre-sens comme cette drôle d’idée de vouloir à tout prix faire d’Ekklesia la transcription grecque de l’hébreu tsahal « qui veut dire l’assemblée et désigne aujourd’hui l’armée israélienne », alors que Tsahal est tout simplement l’acronyme de Tsva Hagana LeIsrael  qui signifie « Forces de défense d’Israël » et qu’en hébreu « assemblée » se dit klal ou knesset ; ou Flavius Josèphe présenté comme « un ami » de Titus alors qu’il n’est que son protégé ; ou Luc « se serrant la ceinture » pour acheter La guerre des Juifs, comme si c’était une nouveauté, à la Fnac etc.

On sait la pauvreté d’une pensée qui s’exprime par analogies. Or ce livre en est plein. C’est ainsi que l’on voit débarquer Lucky Luke, le général de Gaulle, Ben Laden et Mel Gibson à tout instant en pleine exégèse. Ce qui donne par exemple :

« Paul de Tarse n’était ni Philip K. Dick ni Staline- même s’il tenait un peu de ces deux hommes remarquables ».

Nous voilà bien avancés même si c’est de paranoïa qu’il s’agit. Or toute la fresque est de cette encre. Emmanuel Carrère dit avoir mis sept ans à venir à bout de son projet littéraro-spirituel ; on se demande pourquoi. La bibliographie manque cruellement à la fin (on a bien repéré Ernest Renan et Hyam Jacoby au passage mais guère plus). Son exposé, tant de l’ancien que du nouveau testament, est d’un didactisme confondant. La Torah pour les nuls ! Les Evangiles racontés à mes enfants ! On attendait moins de niaiseries sulpiciennes. Si c’est cela l’universalisme paulinien, autant s’engager tout de suite dans le djihad en Irak ! Dans un premier temps, je me suis dit que tout esprit frotté d’un peu de catéchisme en sourirait et que le public ne suivrait pas cette fois l’auteur dans sa vie et ces autres vies que la sienne ; mais je me suis ravisé lorsque des voix amies m’ont appris l’ignorance crasse des Français sur les origines du christianisme, et sur le fait que nombre d’entre eux allaient tout découvrir dans ce livre. Au passage, ils y apprendront également (cela doit être important car l’auteur y consacre près de onze pages) que, pour ce qui est des films X, les filles qui se masturbent face caméra ont la faveur des fantasmes d’Emmanuel Carrère, tout cela pour finir par se demander si la Vierge Marie elle-même ne se branlait pas puisqu’elle avait sûrement un clitoris comme tout le monde…

L’auteur reconnaît n’avoir pu venir à bout des Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar.  Lorsqu’on lit Le Royaume, on comprend pourquoi. L’un est aussi écrit que l’autre ne l’est pas. Non que sa langue en soit vulgaire à force de vouloir vulgariser. Mais elle se veut si familière, elle en devient si relâchée, qu’elle finit par être ordinaire. Ce qui est incompréhensible quand on a écrit La Moustache, La classe de neige, L’adversaire, Un roman russe, D’autres vies que la mienne. Aujourd’hui, Emmanuel Carrère dit avoir du mal à se passer de « la folie du christianisme ». Il ne croit plus mais on ne dira pas qu’il n’y croit plus car il demeure très attaché aux leçons de vie du message évangélique. Ses derniers mots à l’issue de son enquête sont pour s’interroger sur sa fidélité à lui-même. Ai-je trahi le jeune homme que j’ai été ? Fidélité, le plus beau mot du livre. Car c’est bien l’auteur le vrai sujet de cet ego-péplum revendiqué comme tel. Regrets éternels pour le lecteur qui aurait tant aimé s’y royaumer.

(Photos de Jean-Pierre Bertin-Maghit)

Cette entrée a été publiée dans Littérature de langue française.

1014

commentaires

1 014 Réponses pour L’ego-péplum d’Emmanuel Carrère

bérénice dit: 27 août 2014 à 7 h 13 min

Pour l’égalité à la française il faut vivre entre La Halle aux Chaussures et Point Vert.

Et bien nous y sommes, chacun d’entre nous vit entre ces deux pôles magnétiques, une question de variabilité de la distance et de l’usure.

JC..... dit: 27 août 2014 à 6 h 09 min

L’adorable cycliste guyanaise reconduite dans son rôle destructeur, c’est la fête chez les délinquants.

Notre Dame des Délinquants, priez pour eux !

JC..... dit: 27 août 2014 à 6 h 07 min

Que cette jolie pétasse, une fesse française, une fesse marocaine, devienne responsable de l’Instruction publique va faire des vagues.

Un frais minois ne réussira pas à cacher la dérive prévisible d’un service public bien malade …

d'un ton familier... dit: 27 août 2014 à 0 h 22 min

Au va qui vient…

« Le philosophe Théodor Adorno, au milieu du XXe siècle, aboutissait déjà à ceci : la fétichisation du langage, son écrasement sur des étiquettes interchangeables (réac, il est réac, tu es réac, pas lui ?), annulait jusqu’à la possibilité même d’une subversion critique (bobo, tu es bobo, il est bobo, pas elle ?). Toute critique sera désormais susceptible d’être récupérée sous les traits grimaçants de ce qu’elle dénonce. La critique fétichisée, dans une économie de signes publicitaires – quels sont les signes qui se vendent le mieux ? – ne vaudra désormais qu’en fonction de la place qu’elle occupe sur la carte stratégique des mots valises de la semaine. Si la critique ne peut produire à son tour que des signes intégrables dans le grand marché indifférencié des logo-techniques, pour quelle raison lui prêter encore attention ? Épuisement terminal des mots de la critique. Non pas que le monde soit devenu à ce point insignifiant, mais au sens exact où il se trouve saturé de significations rendues insignifiantes par prolifération et contamination virales. La philosophie se trouve ici au bord du gouffre et avec elle la possibilité d’un discours dit encore critique. Ils restent bien sûr, ici ou là, quelques Barons de Crac qui ne voient pas mon problème. Perchés sur des boulets langagiers, ils survolent le champ de mines de la critique.

Philosopher, à l’heure de cette saturation de signes et de discours, d’étiquettes et de marques repères (facho, tu es facho, il est facho, pas lui ?) consiste pour eux à choisir son camp : pour ou contre le réel ? La position d’Adorno est sur ce point exemplaire de l’aporie critique contemporaine. Adorno en fait un constat essentiel de sa Dialectique de la raison : les mots sont devenus interchangeables, négociables, transposables à l’infini. Mais il soutient aussi dans Minima Moralia, Réflexions sur la vie mutilée, qu’on ne saurait, au nom d’une prétendue capacité intuitive, briser « le cercle de l’existence », sortir de l’immanence, afin de surplomber le langage pour le sommer à rendre raison de lui-même au nom du réel. L’alternative est claire : exclure le réel et soutenir que tout (ou presque) est idéologie – y compris son propre discours – ; ou prétendre penser dans l’horizon d’un réel révélé dans la clarté d’un discours transparent et univoque. La sortie de l’aporie est par contre beaucoup plus opaque : « Il faudrait, nous dit Adorno, établir des perspectives dans lesquelles le monde soit déplacé, étranger, révélant ses fissures et ses crevasses, tel que, indigent et déformé, il apparaîtra dans la lumière messianique. » (Minima Moralia). Donner figure à l’invisible par les mots. Je cherche… S’agit-il de reformuler les conclusions épiscopales de Nicée II (787) ? L’icône comme signe de la présence du divin – ou de son absence, ce qui ne change rien aux termes du problème ? Ordre visible ou invisible peu importe, du Verbe pour nous sauver du désordre des mots et du chaos de la critique postmoderniste. »
Critique et critique de la critique, Le Monde.fr blog

Je vais, je viens dit: 26 août 2014 à 21 h 39 min

Mado Plurvinelle dit: 26 août 2014 à 21 h 29 min
dominée par la gauche cassoulet ou radsoc

Tiens le cloaque est revenu.
Toujours facho ?

Jimmy Pourriel dit: 26 août 2014 à 21 h 37 min

L’ ordi de ris talmater hoquète, maintient à chaque ligne le suspens, l’ effet est parfait car on relis deux fois plutôt qu’une ses commentaires!

Mado Plurvinelle dit: 26 août 2014 à 21 h 29 min

s’installer durablement en province où la vie est pourtant moins dure qu’à Paris. Décadence de la France.

Vous plaisantez WGG?
La vie en Province dominée par la gauche cassoulet ou radsoc est très dure, elle ne fait pas de cadeau avec ses taxes foncières disproportionnées vis à vis des services public rendus. Et en province, plutôt des moyens petits salaires que des gros…

des journées entières dans les arbres dit: 26 août 2014 à 21 h 21 min

B de B, si vous avez la TSF, il y a Yvonne présentée par S. Bern, sur la deuxième chaîne.

des journées entières dans les arbres dit: 26 août 2014 à 21 h 11 min

Je voulais préciser, l’aménagement du territoire prévu dans le manuel.

des journées entières dans les arbres dit: 26 août 2014 à 21 h 07 min

B de B, il va falloir réviser votre ABCD.
Tout a été fait pour que l’aménagement du territoire- vue par un expert en rouerie jacobine- soit préservé,; il espère peut-être un miracle en 2017.
Certainement pas le courage politique de De Gaulle, en 1969.
Demander notre avis.

des journées entières dans les arbres dit: 26 août 2014 à 20 h 59 min

j’aime beaucoup ce pseudo  » Arolle ».
C’est un arbre qui peut être à 2 troncs.

Bihoreau de Bellerente dit: 26 août 2014 à 20 h 44 min

«Quand vous regardez de Gaulle en 1940, beaucoup de gens le prenaient pour un fou. De même, à son retour. En 1958, tout le monde pensait que la France était perdue, engluée dans ses problèmes de décolonisation. Là encore, de Gaulle l’a sortie de l’ornière en jetant aux orties une partie des convictions qui l’avaient fait revenir au pouvoir, en particulier sur l’Algérie. Sa réussite est venue de son revirement face à un principe de réalité. Henri de Castries, PDG AXA dans Le Monde 26.08.2014»

Alors monsieur Hollande virez à droite toutes, ou à gauche toutes? Revirement, mais vers quoi? Angoisse, angoisse… et puis bon, il reste encore du saucisson, alors…

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 20 h 37 min

Ah, c’était vous, D. !

Bon, j’aurais deux mots à dire sur le choix de cette chemise à carreaux .. mais ne chipotons pas.
D’ailleurs, un même événement – chez Ben Jelloun, la vie conjugal racontée par ses deux protagonistes qui l’oent vécue, nécessairement, différemment – c’est une bonne idée ..
Vous parleriez de cette charmante personne – moi, en toute modestie – mystérieuse et assise près de vous .. lisant, mais avez-vous seulement vu ce que je lisais ?
Moi, de cet homme en chemise, lisant Ben Jelloun et levant de temps à autre les yeux pour me regarder à la dérobée ..

(Dites, je trouve que vous avez commencé bien jeune à fréquenter des filles très coquines .. à votre corps défendant… Ben si ! )

Arolle dit: 26 août 2014 à 20 h 31 min

Les cimetères ne sont pas là pour s’auto-guillotiner mais pour vous recevoir si vous avez réussi votre coup.

Arolle dit: 26 août 2014 à 20 h 28 min

Conclusion,
comme Jacky vivons tous à Paris, il y a des cinés, des éditeurs qui ont du goût et des cimetères.
Autre énorme avantage, pour manifester entre Nation et République pas besoin de prendre le car.

Arolle dit: 26 août 2014 à 20 h 21 min

Il est vrai que si vous habitez entre La Halle aux Chaussures et Point Vert souvent votre entreprise ou votre usine ferment ce qui résoud le problème de votre facture numérique.

bouguereau dit: 26 août 2014 à 20 h 19 min

J’ai bien vu son regard lubrique et intéressé pour des raisons autres que médicales

et c’est manman qu’a payé..

bouguereau dit: 26 août 2014 à 20 h 14 min

La bière, ici, c’est de la merde

les soulots c’est toujours pareil..le nichon d’manman, du lait djument fermenté sinon rien

Arolle dit: 26 août 2014 à 20 h 07 min

D. dit: 26 août 2014 à 19 h 43 min

Pas besoin qu’il soit haut, le débit tout simple coûte une fortune dans certaines provinces.
Pas de dégroupage, donc si vous voulez un accès tout bête pour venir dire bonjour à passou, vous devez payer la ligne Orange PLUS la box (généralement plus cher que dans une grande ville) ou au minimum une ligne ADSL.
Sans parler des chaînes de la box impossibles à capter, comme les six nouvelles chaînes de la TNT d’ailleurs.
Pour l’égalité à la française il faut vivre entre La Halle aux Chaussures et Point Vert.

Giovanni Sant'Angelo dit: 26 août 2014 à 19 h 56 min


…Non,…pas çà,!….Ah,!Ah,!Ah,!Ah,!Ah,!…
…je reprend mes tableaux de bord,!…..etc,!…

Widergänger dit: 26 août 2014 à 19 h 49 min

Ce que dit D. me paraît très juste. Mais ça fait peur pour l’avenir de la France et le nôtre. C’est un obstacle pour s’installer durablement en province où la vie est pourtant moins dure qu’à Paris. Décadence de la France.

Giovanni Sant'Angelo dit: 26 août 2014 à 19 h 47 min


…D,…c’est assez provoquant, vos mise en scènes,…
…faut pas oublier, que sous la contrainte médicale,…il subsiste le bénéfice du doute,!…de l’appréciation à son savoir,…

…dans le sens,que bon,!…elle procède par habitudes pour aller au plus presser, dans la dialectique de son savoir faire,!…pour te coller des souvenirs mémorables à germer,!…

…chacun les siens, n’en rajoutons pas,!…

…elle ferme bien la porte à double tours, pour que tu sois pas gêner des soins et procéder à tes tests adultes,!…pour voir les corrections qu’elle apporte , pour mieux te débrouiller,…en cas de bonheur solidaire,!…
…c’est pas mieux comme çà à deux mains un peu tremblantes,!…
…ne faite plus rien,…je vous prend en charge,!…j’ai une collège qui aussi mieux se spécialiser,!…à tantôt,!…
…ne bouger pas je revient,!…Ah,!Bon,!…

…tout ces écrits ne sont que pures coïncidences avec des faits fortuits et rarissimes,…dans des concours cérébraux,!…en fin de vacances,!…pour embêter son monde,!…
…le panache,!…suivez mon drapeau blanc,!…le pantalon à l’envers,!…

…presque de l’actualité sur mesures,!…etc,!…

D. dit: 26 août 2014 à 19 h 43 min

Moi je peux vous parler d’un dossier en cours, Bérénice : celui du très haut débit dans les campagnes afin de réduire la fracture numérique, très importante en France.
Eh bien ce dossier, dans son application concrète par les opérateurs c’est à 90 % du vent. Ils ne font rien ou quasiment rien. Tirer des fibres optiques coute des fortunes et personne ne met la main au porte-monnaie et ça ne risque pas de changer. Tout ça c’est du vent, du vent du vent, des mots ronflants et des intentions, mais sur le terrain la réalité c’est que des centaines et des centaines de milliers de ruraux ont un internet qui rame. Pire, bien souvent c’est leur téléphone mobile qui rame, on leur vante le 4G alors même qu’ils n’ont jamais vu ni la 3G ni la 2G, du flanc, du vent, de l’air, paroule et paroule et paroule.
http://www.youtube.com/watch?v=b6pIJyfpDZo

Widergänger dit: 26 août 2014 à 19 h 41 min

Les affres du métier :
________

Il a déménagé tout de suite chez elle, quelques jours seulement après l’avoir vue pour la première fois au Café Flore. Il vit avec elle à l’hôtel de la Couronne avec vue sur le port de plaisance et sur la gare. Les autres n’en reviennent pas. Cette jeune femme brune à la peau bronzée, si vivante, et ce vieux soulographe de Roth ? Comment est-ce possible ? Et où va-t-elle les mener, cette histoire ? « Elle cherche à lui faire perdre l’habitude de boire et lui, à la lui faire prendre. Je crois que c’est lui qui gagne », dit Kisch. Et Stefan Zweig est incroyable, mais il en est d’abord heureux, parce qu’il voit bien comme cette histoire réussit à son vieil ami et le remet d’aplomb, et l’aide à surmonter la séparation avec Manga Bell. Mais ensuite, il redevient bien vite le frère qui se fait du souci, bien conscient que Roth, quand il prend place à une table avec Keun, fait de nouveau monter en flèche la quantité de schnaps qu’ils absorbent. Car l’interdiction qui frappe la consommation de schnaps, dont il parlait, qui sévissait en Belgique, est, pour des buveurs expérimentés comme Keun et Roth, facile à contourner.

Keun décrit la chose ainsi : « Hélas, les boissons, en général, en Belgique, c’est de la merde. Pas étonnant si on s’empoisonne dans un pays où le schnaps est interdit. Je te le demande, que faut-il boire ? La bière, ici, c’est de la merde. Le vin, n’en parlons pas, il est vraiment hors de prix. Les apéritifs, les liquoreux vous écœurent après le quatrième verre et vous flanquent par dessus le marché la migraine. Bien sûr, je peux trouver des endroits où on me sert du schnaps. Mais toujours à un prix dingue et en définitive il n’est presque jamais bon. On devrait comme écrivain gagner assez de telle sorte qu’au moins dans les deux ou trois derniers mois de l’écriture d’un roman on pourrait boire chaque jour décemment une à deux bouteilles de Champagne sec. Là, on aurait alors, dans cette époque de merde, de quoi faire pour se sentir bien au travail et on ne deviendrait pas malade. »
_________
(Volker Weidermann)

bérénice dit: 26 août 2014 à 19 h 27 min

Fleur Pèlerin est un bon choix, ex-ministre à l’économie numérique elle connait certains des dossiers en cours.

bérénice dit: 26 août 2014 à 19 h 25 min

A part ces considérations autrement importantes que tout ce qui peut occuper les intelligentsias de France et de Navarre, j’ai vu ce film merveilleux qu’est Arizona dream puisque rien de mieux à moins de cent kilomètres à la ronde ce soir là. Qu’en pensez-vous?

bérénice dit: 26 août 2014 à 19 h 23 min

A moins que soudainement vous fassiez la carpe en CDI, auquel cas je me vois bien seule pour longtemps au delà de la date indiquée sur cette lettre sans cachet.

bérénice dit: 26 août 2014 à 19 h 21 min

Répondez après avoir défini ce genre auquel je suis tenue d’appartenir, selon vous, épitre VIII.

D. dit: 26 août 2014 à 19 h 14 min

Qu’est-ce que l’ENS vient faire dans cette conversation ? Merci de respecter les échanges en cours s’il vous plait.

D. dit: 26 août 2014 à 19 h 10 min

Depuis je l’ai préservé de toute œillade perverse. Sauf une fois chez la doctoresse quand j’avais 14 ans. J’ai bien vu son regard lubrique et intéressé pour des raisons autres que médicales.

Ancien élève dit: 26 août 2014 à 19 h 08 min

Encore une licenciée à l’EN.
Daaphnée et ueda vont pouvoir continuer leurs discours de caste.

D. dit: 26 août 2014 à 19 h 07 min

bouguereau dit: 26 août 2014 à 16 h 35 min

..c’est un peu comme la première gonzesse qui t’autorise à lui enlever sa culotte..enfin seul..avant y’a toujours la salope qui joue au docteur avec plusieurs comme aux urgences..c’est pas pareil..

J’ai vécu cela à l’école maternelle d’Aurillac, Bouguereau. Il y en avait une qui voulait absolument voir mon zizi et j’ai catégoriquement refusé.

D. dit: 26 août 2014 à 19 h 03 min

Tiens, dans le TGV qui me ramenait à Paris, mon voisin lisait le Bonheur conjugal de Tahar Ben Jelloun ..

C… c’était mot, Daaphnée. Le monde est incroyablement petit !
Je dois reconnaitre que vous avez beaucoup de charme et que vous n’avez pas l’air si vieille qu’on essaye de le supposer. Je regrette bien de ne pas vous avoir adressé la paroule.

radio keupu dit: 26 août 2014 à 19 h 03 min

au moins chez Popaul, on ne fait de propagande nazillarde et on ne balance pas des saloperies toutes le dix minutes, ouf comme dirait bbouguereau

Hébus dit: 26 août 2014 à 19 h 00 min

deux cloches en texticules dit: 26 août 2014 à 18 h 16 min
Entre le cafteur JC

Pourquoi cafteur ?
Paul Edel fait un billet sur la rdl, pourquoi ne pas le dire ici ?

Seriez pas anonyme chez Paul et ici ?

renato dit: 26 août 2014 à 18 h 48 min

Des « motivations », bérénice ?! mais, ce n’est que pour le cabinet de curiosités de la RdL…

renato dit: 26 août 2014 à 18 h 21 min

« deux cloches en texticules » ?! ça doit vous poser quelques problèmes pour aller d’un point à l’autre…

Mme Michu dit: 26 août 2014 à 17 h 53 min

Ah mais faut choisir son monde… Celui où l’on se divertit en rendant triste à mourir à force… Ou pas…

Maussade, il l'est. dit: 26 août 2014 à 17 h 46 min

Comme le sieur Popaul se fait un plaisir d’allumer passou et les commentateurs de la rdl sur son blog, nous pouvons lui répondre ici puisqu’il nous lit (chez lui la Nastasie faucheuse est trop active).

Donc, Paul Edel vous êtes devenu un vieux grincheux radoteur aux passions rabougries.
Bien triste.

bérénice dit: 26 août 2014 à 17 h 46 min

Renato quelle serait votre motivation? Un peu tard pour espionner le Christ et ses apôtres, vous gardez espoir en une relève rebelle et intrigant avec tous ces systèmes high tech de sécurité et surveillance? Il va lui falloir assurer un maximum mais je crois que déjà les plus brillants se passent de manuels et agissent en free lance.

Hébus dit: 26 août 2014 à 17 h 32 min

Popaul avance à grands pas vers un statut de vieux barbon triste et aigri.
Depuis son départ du Point il mouline à vide.
Finalement son blog n’a de l’intérêt qu’en Vacance.

JC..... dit: 26 août 2014 à 17 h 25 min

Sur son blog Popaul bougonne et reproche à Passou de ne pas donner une bonne image de la rentrée en critiquant le Royaume du grand écrivain Emmanuel Carrère (630 pages, 24 euros).

Je cherche un mot plus cool que ‘pitoyable’, et ne trouve pas …

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 16 h 49 min

C’est connu, le Boug’ .
Il y a des vilaines et des affreux, oui.
Mais pas uniquement ..
Tiens, dans le TGV qui me ramenait à Paris, mon voisin lisait le Bonheur conjugal de Tahar Ben Jelloun ..

Giovanni Sant'Angelo dit: 26 août 2014 à 16 h 48 min


…@,…Sergio,…15 h 14 mn,…

…le fait de ses pulsions antagonistes simultanées,!…
…( tout un programme ),…
…à se coller aux A.D.N.,…pour faire son << Alzheimer << royale,!…loger, nourris, gâter,…bichonner,!…le rêve,…

…à une époque,!…je croyais que c'était des simulations de comédiens,…
…comme la scène dans " les tontons flingueurs ",…ou Bernard Blier,…sort de sa voiture explosée, en titubant, et se trémoussant avec moult agitation de son corps,…

…il faut être un artiste,…pour réussir une scène pareille,!…( combien de répétitions avant ?,…),…c'est qu'il aimait çà,!…Ah,!Ah,!…etc,!…qu'elle pluie !

Sergio dit: 26 août 2014 à 16 h 47 min

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 16 h 31 min
les stigmates d’une couronne d’épines

Ha ça c’est La Vigue ! Le monde à Ferdine c’est extra ! Une syntaxe à soi tout seul…

bouguereau dit: 26 août 2014 à 16 h 47 min

tu sais dafnoz..on rit du cul, énormément, pourquoi ? mais c’est comme des revenant tiens..on a les foies..tolstoy a pas faux..

bouguereau dit: 26 août 2014 à 16 h 44 min

accéder à l’âge d’homme ?

non je ne crois pas..c’est mystique comme dirait sergio..j’essaie de me souvenir de l’écrivain qui voulait se cacher quand il a vu sa première fille nue..et pas de honte..c’est exagéré mais c’est pas con

bouguereau dit: 26 août 2014 à 16 h 42 min

la salope qui joue aux docteurs que j’aurais du mette, au pluriel!..et c’est vrai kiki que t’as le rire lugube

Popol, le breton dit: 26 août 2014 à 16 h 41 min

y’a comme une fissure dans l’espace temps

Alors, le Boug’, c’est le rituel.
Le garçon pense franchir l’épreuve d’un rituel ré-inventé qui le ferait accéder à l’âge d’homme ?

bouguereau dit: 26 août 2014 à 16 h 35 min

..c’est un peu comme la première gonzesse qui t’autorise à lui enlever sa culotte..enfin seul..avant y’a toujours la salope qui joue au docteur avec plusieurs comme aux urgences..c’est pas pareil..

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 16 h 31 min

e m’ai chopé une haie en plein mais j’étais content

Ben voilà, le Boug’ !
Des sparadraps comme les stigmates d’une couronne d’épines, non ?

bouguereau dit: 26 août 2014 à 16 h 30 min

probable que la puissance de l’éducation est là..presque un changement de nature comme disait aristotote

bouguereau dit: 26 août 2014 à 16 h 27 min

La première fois que l’on fait une dizaine de mètres à vélo

je m’en souviens..je m’ai chopé une haie en plein mais j’étais content..c’est profond cque tu dis sergio..l’essentiel!

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 16 h 24 min

En un mot, « c’est venu », et l’on a, ou abandonné ou décalé ou changé, ou peut-être abandonné ses repères. Question complexe et importante…

mmm … sans sombrer dans le « on écrivait/pensait mieux avant », force est de constater ces dérapages (?) .. qui laissent songeur ..

Mme Michu dit: 26 août 2014 à 16 h 22 min

Et encore grammaire et conjugaison… Avant la rentrée 2014… Ouais bon, amusez-vous bien les amis de la puanteur…

Grévisse dit: 26 août 2014 à 16 h 18 min

Clopine, elle, a au moins le mérite d’écrire un Français correct et compréhensible.

Un français: pas de majuscule, hé patate!

Sergio dit: 26 août 2014 à 16 h 11 min

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 15 h 54 min
On est en pleine crise des repères,

On en a probablement, des repères, mais ce serait à creuser. La première fois que l’on fait une dizaine de mètres à vélo, ou la première fois que l’on nage,sans pains, sans bouée, ou encore que l’on parvient à trouver le rythme de la godille, où est la différence avec les situations précédentes ? En un mot, « c’est venu », et l’on a, ou abandonné ou décalé ou changé, ou peut-être abandonné ses repères. Question complexe et importante…

Mme Michu dit: 26 août 2014 à 16 h 09 min

Que d’eau, que d’eau, tout le monde a oublié Archimède mais quelques classieux saurons expliquer aux foules si l’alpha bête grec était privatif ou pas. Pitoyable mégalomanie très très très merdeuse tout de même…

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 15 h 54 min

Et voilà, Sergio !
C’est l’autre, l’ « autre » est une quiche, comme diraient les djeuns !

Bon, si on transpose l’ « autre » c’est ce foutu lecteur et PA aurait tort de descendre en flêche le bouquin de Carrère.
En fait, non.

On est en pleine crise des repères, où une vague notoriété (celle de Carrère) laisserait autorisé à revisiter une crise mystique à l’aune d’un j’tecausecommeça m’prend ..

Mais, mince alors !
C’est quoi ce vautrement ?
C’est dégoûtant !

C'est pas pour dire dit: 26 août 2014 à 15 h 42 min

« …c’est insensé de la laisser poursuivre par les bois par les champs cette espèce de culture du commentaire aussi pesant qu’une glaise qui s’attacherait à nos pas pourtant zélés en quête de substrat de qualité. »
Quel galimatias!
Clopine, elle, a au moins le mérite d’écrire un Français correct et compréhensible.

Sergio dit: 26 août 2014 à 15 h 39 min

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 15 h 24 min
es pulsions antagonistees simultanées

Au volant d’une Yam, c’est l’accident non ?

Comme dirait Renaud Séchan c’est même pas un volant c’est un guidon. Pour être plus précis, l’objet de ses désirs est très exactement une Malagutti quarante-neuf neuf, réalisation historique s’il en fut. Et il est allongé au volant !

Maintenant, juridiquement parlant, il faut savoir que pour ma Yam par définition c’est l’autre qui est responsable, même si c’est un tramway, un cargo, un téléphérique, un cactus, ou un platane de la vallée du Rhône…

Sergio dit: 26 août 2014 à 15 h 14 min

Giovanni Sant’Angelo dit: 26 août 2014 à 14 h 35 min

…il reste une évidence,!…liée au respect de chacun dans sa conformité différentié,!…

Et même, chacun change lui-même, non pas chaque seconde ou dixième, mais simplement par le fait de ses pulsions antagonistees simultanées… Alors dis donc…

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 15 h 11 min

ils se poussent tous un peu du coude pour parler peinture.

Vous savez quoi, le Boug’, on (vous, U., renato, … ) devrait monter un truc … avec la précaution de se présenter comme « amateurs », rien que pour clouer le bec à tous ces bouffis !
Non ?
Si, !
Quand on voit ce qui se passe en politique ..

kicking dit: 26 août 2014 à 15 h 07 min

pauvres gens…

mais non mais non, z’ont tous hérité des trophées de leurs ancêtres.. des chasseurs d’élite!..

ris talmater dit: 26 août 2014 à 14 h 41 min

. Difficile de se dire déçu car un écrivain ne doit jamais rien à ses lecteurs.. Difficile de se dire déçu car un écrivain ne doit jamais rien à ses lecteurs.. Difficile de se dire déçu car un écrivain ne doit jamais rien à ses lecteurs.. Difficile de se dire déçu car un écrivain ne doit jamais rien à ses lecteurs.. Difficile de se dire déçu car un écrivain ne doit jamais rien à ses lecteurs.. Difficile de se dire déçu car un écrivain ne doit jamais rien à ses lecteurs.. Difficile de se dire déçu car un écrivain ne doit jamais rien à ses lecteurs.. Difficile de se dire déçu car un écrivain ne doit jamais rien à ses lecteurs.

que P.Assouline est péremptoire !
il me semble toujours un peu sot de parler de déception, mais ce n’est surement pas d’une lettre habile d’un auteur à un lecteur, ami, parent, critique, éditeur , agent que l’on trouvera l’ argument que l’auteur ne doit rien qu’à son interprétation heureuse .
P.A prévient, anticipe peut-être pour ce qui le concerne

Giovanni Sant'Angelo dit: 26 août 2014 à 14 h 35 min


…il reste une évidence,!…liée au respect de chacun dans sa conformité différentié,!…

…il en reste à nos jours,!…le seuil de l’art fauve,  » le fauvisme « ,…

…tant & tant d’écritures et rester vaincu par la sensibilité aux tableaux,…un seuil à maintenir vivant,!…

…avant les lois, les raisons et les hommes, des mets impérissables pour les esprits,… …avant les manipulations aux écritures pour les masses aux populaires comme bétails et troupeaux à garder,!…Ah,!Ah,!…etc,!…

bérénice dit: 26 août 2014 à 14 h 27 min

Et la radasse de maniatis a bien évidemment occulté cela.

Explication

La rengaine et le rabâchage sont produits en effet de comique de répétition, pour alléger de la lourde charge la ligne de l’esquisse, du dessin, de l’exquis croquis et ainsi l’égayer.

bérénice dit: 26 août 2014 à 14 h 20 min

Daaphnée desjournées une et indivisible avant le fragment du discours qui nous structure bien évidemment, à côté ce n’est pas vous, au-delà ce n’est déjà plus vous non plus mais qui?

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 14 h 04 min

Palme du propos anticlérical!

Ou Gitano à ses heures .
Le hérisson au-dessus du lit et une vierge accrochée au rétroviseur, guirlande clignotante sur la plage arrière de la vénérable Mercedes ..

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 13 h 59 min

souffre elle aussi de dissociation

Oh, Bérénice !
Ne vous laissez pas éparpiller, déjà qu’un certain désordre ..

bérénice dit: 26 août 2014 à 13 h 57 min

En revanche beaucoup savent de vous. Une source intarissable livrant une eau filtrée par des sommets comparables à ceux de nos Alpes françaises pour plaire à la modestie de votre esprit et flirter avec ce vœu perpétuel de non-agression qui espérons sera encore longtemps respecté.

ueda dit: 26 août 2014 à 13 h 57 min

bouguereau dit: 26 août 2014 à 13 h 43 min
ça me rappel un hérison écrasé que j’ai eu longtemps accroché au dessus de mon lit

Palme du propos anticlérical!

Bloom dit: 26 août 2014 à 13 h 53 min

Au pays d’Ubu roi, trois ministres virés refusent de participer au prochain gouvernement alors qu’ils n’y ont même pas été invités !

C’est l’art de la contre attaque préventive, celui de la filature qui précède au lieu de suivre, le coup d’avance de Kasparov…Hamon, Monte, bourre et s’endort, et Aurélie F. sont de grands lecteurs de Kautilya. L’Artashastra est sur toutes les listes de lecture de 1ere année d’IEP…

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 13 h 53 min

Mais c’était sur « son épaule d’albâtre »

Quand les gens sont bien faits, de l’épaule on peut deviner la courbe de la fesse ..
Alors, qu’ensuite l’éclat de la belle éblouisse un  » comte de la Fère » ..
Mais je ne sais rien , U., de la personne réelle dont est parti Dumas pour brosser son Athos ..

des journées entières dans les arbres dit: 26 août 2014 à 13 h 52 min

Ce que j’en retire ?
Mais comme tout le monde pas trop « Passionné ».
Que ceux qui se disent juifs ici sont des récents convertis eu égard à la méchante- hein- réalité historique.
Pires que les inquisiteurs du moyen-âge.
Perso, j’en reste au livre II jamais paru d’une belle histoire sur le rire.

Ciao.

bérénice dit: 26 août 2014 à 13 h 48 min

Clopine chère Daaphnée, souffre elle aussi de dissociation, elle est également « non-adhérente » de ce fait son verbiage trouve à se confondre avec ce délire collectif qui nous occupe ici, c’est insensé de la laisser poursuivre par les bois par les champs cette espèce de culture du commentaire aussi pesant qu’une glaise qui s’attacherait à nos pas pourtant zélés en quête de substrat de qualité.

des journées entières dans les arbres dit: 26 août 2014 à 13 h 40 min

Pourquoi se serrer la ceinture ?
Il faut dire merci.
Gros travail.

http://remacle.org/bloodwolf/historiens/Flajose/guerre1.htm#_ftnref1

texte numérisé et mis en page par François-Dominique FOURNIER

La guerre que les Juifs engagèrent contre les Romains est la plus considérable, non seulement de ce siècle, mais, peu s’en faut, de toutes celles qui, au rapport de la tradition, ont surgi soit entre cités. soit entre nations. Cependant parmi ceux qui en ont écrit l’histoire, les uns, n’ayant pas assisté aux événements, ont rassemblé par oui dire des renseignements fortuits et contradictoires, qu’ils ont mis en œuvre a la façon des sophistes; les autres, témoins des faits, les ont altérés par flatterie envers les Romains ou par haine envers les Juifs, et leurs ouvrages contiennent ici un réquisitoire, là un panégyrique, jamais un récit historique exact. C’est pour cela que je me suis proposé de raconter en grec cette histoire, à l’usage de ceux qui vivent sous la domination romaine. traduisant l’ouvrage que j’ai composé auparavant dans ma langue maternelle[2] à l’usage des Barbares de l’intérieur. Mon nom est Josèphe, fils de Matthias, Hébreu de nation[3], originaire de Jérusalem, prêtre : aux débuts j’ai moi-même pris part à la guerre contre les Romains ; les événements ultérieurs, j’y ai assisté par contrainte.
préambule de théodore Reinach.

bouguereau dit: 26 août 2014 à 13 h 39 min

« Le Christ au Sombrero »

ça c’est bien tu vois rénateau..du catho made in rdl..manque des robinets en or dirait dracul

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 13 h 37 min

la brayonne vous a « mâché » le boulot

Comment ?
Clopine est revenue ?
Avec sa fameuse soupe des chaunières ???
Bien, bien ..
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes .

bérénice dit: 26 août 2014 à 13 h 37 min

13h27, Et vous-même, quelle expérience autre que celle de la lecture des œuvres et leur appréciation critique nous donnerez-vous à parcourir, visiter, voir, regarder, questionner?

ueda dit: 26 août 2014 à 13 h 36 min

« ( une fleurs de lys sur la fesse »

Un érotisme d’enfance, bouleversant

Milady…

Mais c’était sur « son épaule d’albâtre »

— Quel beau personnage que le comte de la Fère.

ris talmater dit: 26 août 2014 à 13 h 36 min

n’est pas inintéressante l’histoire de la Mésopotamie de V.Grandpierre (folio)
on y croisera le fils d’Ur Nammu, SULGI qui régna 48 ANS aucune précision sur les épisodes dépressifs

MCourt (horreurs chrétiennes, archi) dit: 26 août 2014 à 13 h 34 min

Chaloux.
J’ai vu et visité votre Couvent de Sainte Colombe. C’est une horreur néo-médiévale revue 1930, Avec réfectoire simili-gothique, mais aux piliers creux, et, dans la nef, sur l’Autel un gigantesque bas-relief triangulaire représentant un christ auréolé sur une croix. L’auréole est si ratée que voir l’ensemble face à face durant une cérémonie est un supplice raffiné ,et que j’ ai baptisé cette chose « Le Christ au Sombrero ».
Pour Saint Colombe, persécutée sous Aurélien, ceci, dans l’hagiographie locale et conventuelle.
« Qui se souvient d’Aurélien? Mais le monde n’oubliera pas Sainte Colombe »!!!
Bien à vous.
MCourt

bouguereau dit: 26 août 2014 à 13 h 34 min

Le plus drôle c’est qu’Onfray est supposé aller y faire une conférence !
Le pire est à venir !

bon..il faut se réjouir qu’ils se poussent tous un peu du coude pour parler peinture..dans le lot un jour il y en aura un pour interesser

renato dit: 26 août 2014 à 13 h 32 min

« c’est d’une rare connerie..aucune ne t’échappe »

Et bien, je fais mon possible pour maintenir ton niveaux … c’est aussi vrai que t’es un lecteur aproximatif… mais bon, on peut faire avec…

des journées entières dans les arbres dit: 26 août 2014 à 13 h 30 min

M. Court, je n’irai pas plus loin, concernant Crouzet.
Y’a un schisme intellectuel à propos de  » crime d’amour ».

Ce qui est rigolo finalement c’est que la brayonne vous a « mâché » le boulot, il y a quelques temps, ave le néoplatonicisme.

des journées entières dans les arbres dit: 26 août 2014 à 13 h 27 min

On ne connaît l’auteur que par quelques confidences dispersées dans son oeuvre. D’origine juive, Guillaume a été converti au christianisme par Guillaume de Dongeon, qui fut archevêque de Bourges de 1200 à 1210. Ce fait invite à situer la composition du Livre des Guerres du Seigneur dans la première moitié du xme siècle. Plusieurs indices permettent à G. Dahan de préciser davantage. La mention du port de la rouelle par les Juifs ne semble pas antérieure à l’année 1227,
date d’un Concile de Narbonne qui est le premier témoin de cette pratique. D’autre part, l’utilisation très réduite et très timide de la littérature rabbinique montre que le Livre des Guerres du Seigneur a
dû être écrit avant la controverse sur le Talmud qui s’est déroulée à Paris en 1240.
Les quelques années comprises entre ces deux dates
sont précisément celles où l’hérésie de La Charité-sur-Loire a particulièrement inquiété les autorités ecclésiastiques. Ajoutons que, dans un passage du Livre des Guerres du Seigneur, Guillaume de Bourges déclare que la Synagogue s’est endormie depuis mille deux cents ans,ce sommeil ayant commencé avec la passion du Christ.

même lien
( bonjour Dr)

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 13 h 27 min

( une fleurs de lys sur la fesse

et pour les tatoo, le Boub’, expo Combas au carré STe Anne toujours à Montpellier:
belle expo mais commentaires par l’artiste nullissimes !
Bref, on ne lui demande pas d’avoir qq chose à dire, à Combas ..
Le plus drôle c’est qu’Onfray est supposé aller y faire une conférence !
Le pire est à venir ! )

Giovanni Sant'Angelo dit: 26 août 2014 à 13 h 27 min


…il faudrait, tout de même vivre tranquille,…
…au dessus, des remous du magma – cinéma politique,…
…tant, de forces vives, bouchés en Europe,…

…des ponts levés, des ponts oscillants, des ponts démultiplicateurs,…

…une logistique pour s’en foutre,!…de ces nombrilismes du prestige,!…
…les dos-fins aux mythes-errants parasites à sept candélabres pour prendre des vessies pour des lanternes,!…
…opportunistes des malheurs en colonies d’€urope,!…
…les autorités pour couvrir les méfaits par les cultures,!…et j’en passe,!…de l’air,!…
…etc,!…

renato dit: 26 août 2014 à 13 h 25 min

« la droite a le temps de se refaire pour dans trois ans… »

Optimiste… il faut déjà qu’ils arrivent à « détruire même les ruines »… et puisque la gauche s’est attelée à la même tâche… faudrait compter sur ce truc républicain…

Benoit Hamon..... dit: 26 août 2014 à 13 h 25 min

Vieil étudiant au chômage donne cours d’idéalisme. Tarif raisonnable. Laisser votre message à Mr Assouline, qui transmettra.

bouguereau dit: 26 août 2014 à 13 h 22 min

U. tiennent la férule

un tison rougit avec une fleurs de lys sur la fesse..branding comme dirait rénateau

Daaphnée dit: 26 août 2014 à 13 h 16 min

Oh !
Je n’imaginais pas que Jacounet – tssssssssss ! – avait besoin d’une petite leçon d’éducation sexuelle ..
Pauvre garçon !
Heureusement, que Le Boug’ et U. tiennent la férule ..

Arnaud Montebourg Dream Team ..... dit: 26 août 2014 à 13 h 14 min

Vous vous souvenez ?!
Le redressement productif, c’est moi !

Problème d’érection ?
Problème d’élection ?
Le Montebourg Dream Team est là, pour vos donner réussite et santé.

Démonstration gratuite, chez vous ! Remise aux erdéeliens, crédit possible, assistance juridique garantie !

N’oubliez pas :
« Là où Montebourg passe, tout casse ! »

ueda dit: 26 août 2014 à 13 h 09 min

« Rixes de blacks dans un passage souterrain ».

Chez un photographe de talent, Bertin-Maghit, ça devient « Leçons de ténèbres ».
Sainte-Colombe…

renato dit: 26 août 2014 à 13 h 06 min

C’est vrai que c’est difficile à croire… cependant… mourir qu’ils élargissent le paysage au delà de leur queue… ou de leur gode-ceinture… c’est selon… on dirait qu’ils ont un problème dans cette zone là… Quoi, pas d’élévation ? Pas de stimulations valides dans l’environnement proche ? Corps en décadence ou visions apocalyptiques de corps mal soignés ? Bof, enfin, pauvres gens…

bouguereau dit: 26 août 2014 à 13 h 01 min

elle nous singe..comme dracul et rénateau singent yavé..on est des compagnons de misère avec lui

Jacques Barozzi dit: 26 août 2014 à 12 h 52 min

Et les hétéros ne sont pas tous des actifs, le boug. Le gode ceinture, meilleur ami de qui ?

bouguereau dit: 26 août 2014 à 12 h 43 min

je vois que voir votre pays dans les affres vous consoles et vous distrait des votres..vive la france

ueda dit: 26 août 2014 à 12 h 06 min

« du petit minet ueda à sa maman » (roland, frère de laurent)

C’est moi sur la photo posant la tête sur les genoux de la femme à barbe.

« Maman »…

(Atroces, ces visions du christianisme)

Agatha Christie..... dit: 26 août 2014 à 11 h 44 min

Sir Barozzi,
votre façon d’enquêter au plus profond des secrets rend mon Hercule, Poirot et timoré.

roland dit: 26 août 2014 à 11 h 28 min

« jamais l’Eglise n’a endossé cette position »
ya pas plus fo-q !
___
« la faute à lui ? »

« qu’il DEGAGE, lui et sa clique de lobotomisés autistes »
De quoi se gaverait la haine des brêles de pécu, du petit baroz, du petit minet ueda à sa maman ?!
______

« L’homo est le meilleur ami des femmes ! »
ahem…il les hait la preuve

JC..... dit: 26 août 2014 à 11 h 28 min

Aurélie Filippetti ne veut plus « avaler d’autres couleuvres » (Le Monde)

Mmmmmh… quel lupanar ce gouvernement ! Il ne manque plus que DSK enfilant des couleuvres à Martine.

(je m’en vais, Passou, je m’en vais ! désolé pour ces hors-sujets non-littéraires, mais terriblement actuels…)

Jacques Barozzi dit: 26 août 2014 à 11 h 13 min

Ce président ubuesque, renato, non seulement il faut le remonter tous les soirs mais il faut aussi l’essuyer ! Depuis qu’il a été élu, il pleut sur la France : la faute à lui ?

JC..... dit: 26 août 2014 à 11 h 08 min

Hollande demande «cohérence, respect et solidarité» (Libé)

Nous demandons qu’il DEGAGE, lui et sa clique de lobotomisés autistes …. ahahaha !

MCourt dit: 26 août 2014 à 10 h 58 min

Non Des Journées, Crouzet traite du Néo_Platonisme comme constituant de la période qu’il étudie , et il a mille fois raison.
Le Lanson de l’Histoire de la Tragédie est un grand bonhomme. Celui de la bibliographie est préhistorique. Sur Lanson joliment mis enboite,mis en boite, voir la jolie discussion avec Henri Bremond retranscrite par Maurice Martin du Gard reprise sur le site Apothegme. Le plus étroit des deux n’est pas celui qu’on pense…
Bien à vous.
MCourt

JC..... dit: 26 août 2014 à 10 h 56 min

SCOOP

Un Ministère de la Logorrhée serait créé : attribué à Emmanuel Carrère. Pour faire plaisir à Maman Zourabichvili.

ueda dit: 26 août 2014 à 10 h 54 min

Le propos de ce post laisse circonspect:

ris talmater dit: 26 août 2014 à 10 h 51 min
enseigner le jud

renato dit: 26 août 2014 à 10 h 53 min

« La culture, avec un budget réduit? »

Pourquoi pas ? Il faut décourager les arts… (Degas, il me semble, ou Paulhan, peu importe).

ueda dit: 26 août 2014 à 10 h 51 min

Jacques Barozzi dit: 26 août 2014 à 10 h 44 min
L’homo est le meilleur ami des femmes !

C’est très juste.
Ça ne les empêchera jamais de rêver à leur ennemi favori.

Jacques Barozzi dit: 26 août 2014 à 10 h 50 min

Taubira en place, c’est la plus belle claque donnée aux trois hurluberlus qui ont repris « leur liberté de paroles » !

la tête à toto dit: 26 août 2014 à 10 h 50 min

Christian Combaz à propos de l’intervention de Montebourg, un aristo chez les ploucs :

« Deux citations littéraires, Saint-Augustin et un général romain, proférées sur un ton digne de la Troisième république, avec des formulations délicates (»j’ai voulu reprendre ma liberté, il a bien voulu me la rendre») et c’était l’estocade pour le pauvre Manuel Valls qui ne possède pas le dixième des ressources de son lieutenant en matière de gestuelle et d’expression. »

ris talmater dit: 26 août 2014 à 10 h 49 min

que les juifs neconnaissent rien au judaïsme que de dire que les chrétiens ne connaissent rien ni au judaïsme et à Israel , où ils-les chrétiens – prétendent faire la leçon à tous les hommes comme ayant à ce titre des droits de naissance,squand le grand chic chez les juifs est de contester publiquement toute appartenance au judaïsme à ceuxqui, ne sont pas les élèves de ces nouvelles autorités et dont le tissu familial a été troué par la Shoah

JC..... dit: 26 août 2014 à 10 h 49 min

Les Radicaux Socialistes sont l’avenir des hommes du passé : « Vieux, nous sommes ! Cons, nous finirons ! »

Chaque vieux Radsoque sera accompagné d’une infirmière EELV. Un gouvernement de COMBAT ! Bandant !

ça me rappelle quelqu'un dit: 26 août 2014 à 10 h 49 min

Les travaux et les jours, tête à cloaque?, nominatif nmon général, …

de l’éclectisme dans les avatars.

ueda dit: 26 août 2014 à 10 h 49 min

Voyons voir…

Garder la mère Taubira à la Justice serait pure folie.
(Seule la virago Dati a fait pire)

La culture, avec un budget réduit?

renato dit: 26 août 2014 à 10 h 42 min

Il y a de là quelque jours Scarlett Johansson, maintenant Taubira, qu’est-ce qu’il se passe Jacques ?

Pépère Combes dit: 26 août 2014 à 10 h 41 min

SCOOP 5

Un communiqué du parti radical à l’AFP annonce l’adhésion de M. tête à cloaque? au plus vieux parti de France.
Vieux je suis, vieux je resterai a déclaré le nouvel adhérent.

JC..... dit: 26 août 2014 à 10 h 38 min

Jacky, tu mérites mieux que ce tas de chair fatiguée !!! Qu’est ce qui t’arrive ? tu ne vas tout de même pas virer HETERO !!!

nominatif mon général dit: 26 août 2014 à 10 h 35 min

Un adjectif qui sent bon son connard à cent mètres.

En voilà un qui sort son étron à la place de son litron…

Jacques Barozzi dit: 26 août 2014 à 10 h 31 min

Ce n’est pas un problème, tête à cloaque, c’est une reine de la pédale, elle était irrésistible en arrivant hier à Matignon sur son vélo et sous la pluie : si elle est libre, je la demande en mariage !

JC..... dit: 26 août 2014 à 10 h 30 min

Notre Dame des Délinquants va pouvoir continuer son travail de haute culture et d’humour meurtrier.

Chouette !

ça me rappelle quelqu'un dit: 26 août 2014 à 10 h 29 min

Les travaux et les jours dit: 26 août 2014 à 10 h 18 min
coruscant

Un adjectif qui sent bon son connard à cent mètres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*