de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
L’islam selon Claude Lévi-Strauss

L’islam selon Claude Lévi-Strauss

Des textes classiques pour éclairer notre lecture actuelle de l’islam, il n’en manque pas. Privilégier le grand livre de Claude Lévi-Strauss Tristes tropiques (Pocket) pour en isoler quelques pages, ce n’est pas seulement surprenant car inattendu : c’est aussi passer pour provocateur, surtout un demi-siècle après sa publication, à une époque rongée par le principe de précaution, la bien-pensance et le politiquement correct. Ces fameux passages ne sont pas inconnus mais méconnus. Régulièrement évoqués, rarement commentés. On sent comme une gêne chez ses admirateurs. Bien qu’il fut totem, il n’est pas devenu tabou. L’intellectuel a maintes fois été dénoncé pour son antihumanisme alors qu’il voulait fonder les droits de l’homme en ne privilégiant pas l’espèce humaine par rapport aux autres espèces vivantes, animales, végétales. Le débat dure encore. Mais ses vues sur l’islam, non, franchement, passons… Lisons plutôt ! ici les morceaux choisis  ou là le Pdf intégral du livre.

FullSizeRenderDirecteur d’études à l’école pratique des hautes études à la Vème section dite des sciences religieuses, il avait passé quelques mois en 1950 à voyager en Inde du nord puis à enquêter au Pakistan pour une mission de l’Unesco sur l’état des sciences sociales dans le pays. Il écrivit Tristes tropiques en 1954 et 1955 à l’invitation de Jean Malaurie qui lançait alors chez Plon une collection appelée à devenir fameuse « Terre Humaine ». Un récit rédigé sans précaution par sauts et gambades, recomposant son expérience avec le recul des ans mais sans réprimer ses impulsions. Il est vrai qu’il venait d’essuyer deux fois de suite un cuisant échec à l’élection au Collège de France après avoir été invité à se présenter à la chaire de sociologie comparée.

Le succès fut immense. Tristes tropiques est à ce jour le plus célèbre et le plus traduit de ses livres – et son incipit assuré de demeurer longtemps dans l’anthologie des meilleures attaques :

 « Je hais les voyages et les explorateurs ».

A l’origine, l’ethnologue avait pensé cet ensemble de réflexions retour du terrain moins comme un texte scientifique que comme une sorte de roman ; l’Académie Goncourt ne s’y était pas trompée qui publia un communiqué exprimant le grand enthousiasme de son jury, notamment Pierre Mac Orlan qui s’y retrouva (et pour cause : ses propres livres avaient passionné le jeune Lévi-Strauss) et regrettant de ne pouvoir couronner un texte qui ne fut pas vraiment une oeuvre de fiction. Inévitablement, la médaille avait un revers : des portes se fermèrent dans la sphère savante, des maîtres et des collègues lui tournèrent le dos.

A5056386-82FA-4D85-B376-53EF53254708Indifférent au sentiment religieux, à cette inquiétude-là et à tout rapport avec un Dieu personnel, Lévi-Strauss n’en a pas moins étudié et enseigné l’histoire des religions, toute son œuvre en témoigne tant elle est traversée de part en part de la notion de religieux, notamment, il est vrai, chez les peuples sans écriture. Toute son approche du fait religieux est anthropologique et structurale au sein d’un système de communication entre groupes et individus. Ce qui le tourmente et le déconcerte dans l’islam, ce sont ses contradictions face à l’Histoire : sa volonté de fonder une tradition qui s’appuie sur la destruction de celles qui l’ont précédé.

Au chapitre XV, il se dit impressionné par la manière dont les musulmans se font leur place dans le cosmos, comment ils s’inscrivent dans l’espace : un minuscule tapis de prière leur suffit à s’isoler de la rumeur du monde, à s’en abstraire pour rejoindre ce qui est plus grand qu’eux.

« Pour pouvoir résister, il faut un lien très fort, très personnel avec le surnaturel, et c’est là que réside peut-être un des secrets de l’islam et des autres cultes de cette région du monde, que chacun se sente constamment en présence de son Dieu ».Et le voyageur de rapporter son émotion en observant un vieillard prier seul sur une plage de l’océan indien au coucher du soleil après s’être fabriqué son univers avec deux chaises de guingois. Pourtant vers la fin du livre, dans le fameux chapitre XXXIX qui fait tant problème, il voit l’islam comme une religion si naturellement collective et communautaire qu’elle éprouvera toujours des difficultés à penser la solitude. Quand il y reviendra plus tard dans une lettre à Raymond Aron, il reconnaîtra :

« Les brefs contacts que j’ai eus avec le monde arabe m’ont inspiré une indéracinable antipathie » IMG_5501

Dans ses dernières années, au cours d’un long entretien avec Didier Eribon (De près, de loin, 1988), il dira n’avoir pas « accroché » au cours de ses quelques mois passés dans les pays musulmans, faisant observer qu’il s’était « confessé » à ce sujet dans Tristes Tropiques mais n’exprimant pas le moindre regret. Y revenant avec le même interlocuteur en 2002, il enfonça le clou :

« J’ai dit dans “Tristes Tropiques” ce que je pensais de l’islam. Bien que dans une langue plus châtiée, ce n’était pas tellement éloigné de ce pour quoi on fait aujourd’hui un procès à Houellebecq. Un tel procès aurait été inconcevable il y a un demi-siècle; ça ne serait venu à l’esprit de personne. »

Et lorsque Didier Eribon se demande et lui demande ce qui a bien pu changer, il répond sans hésiter :

« Nous sommes contaminés par l’intolérance islamique. Il en va de même avec l’idée actuelle qu’il faudrait introduire l’enseignement de l’histoire des religions à l’école. J’ai lu que l’on avait chargé Régis Debray d’une mission sur cette question. Là encore, cela me semble être une concession faite à l’islam : à l’idée que la religion doit pénétrer en dehors de son domaine. Il me semble au contraire que la laïcité pure et dure avait très bien marché jusqu’ici. »

Depuis, lorsque la question revient, il est toujours des voix pour s’étonner que tout Lévi-Strauss qu’il fut, nul n’ose le taxer d’islamophobie. Et qu’importe si l’on sait bien que l’ethnologue s’intéressait moins aux hommes qu’aux croyances, coutumes, institutions, structures.

Abdelwahab Meddeb, qui avait consacré une longue analyse à ces pages de Tristes tropiques en deux parties intitulées respectivement : « Divagations » et « Lucidité » dans la revue Esprit en août/septembre 2011, les jugeait sévères ; à ses yeux, le grand ethnologue y faisait preuve d’autant de méconnaissance que d’aveuglement ; néanmoins, Meddeb reconnaissait que son analyse du blocage de l’islam et de l’inertie historique qui s’en est suivie, pour être sans concessions n’en était pas moins pertinente. De quoi suffire à la rendre actuelle avec ses attendus, dussent-ils déranger bien des consciences.

(Illustration Ch. ; Documents et machine à écrire de Tristes tropiques, fonds Lévi-Strauss/ Bnf, photos Passou)

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans sciences humaines.

962

commentaires

962 Réponses pour L’islam selon Claude Lévi-Strauss

Delaporte dit: 6 juillet 2017 à 13 h 06 min

Après une année catastrophique de mensonges médiatiques et de lavage de cerveau à base de « fake news », sa spécialité, Vanessa Burggraf jette l’éponge :

« Mais Vanessa Burggraf quitte finalement « On n’est pas couché ». La journaliste annonce au « Parisien » qu’elle ne reviendra pas dans le talk-show du samedi soir de Laurent Ruquier. »

Sa remplaçante sera placée face au défi de faire encore pire dans le genre de la falsification et des fausses rumeurs. Il paraît que les candidates se bousculent à ce poste malhonnête, pour que l’escroquerie soit complète et puisse continuer. Telle est la TV de 2017 !

Phil dit: 6 juillet 2017 à 11 h 04 min

un cas, dear Lavie, vous êtes.
Ronet qui incarna brillamment Drieu, dont la prose vous échappe autant que celle d’un Morand, réalisa un reportage sur les lézards géants des îles. Retenez ce que vous pouvez.

la vie dans les bois dit: 6 juillet 2017 à 10 h 42 min

Pause café, Phil. Histoire de troller deux minutes sur votre auteur de chevet. Non seulement vous avez ici déboucher des ecoutilles à propos de Morand. Mais c’est allé au-delà du révisionnisme béat sur lequel vous escomptiez peut-être.
Mal vous en a pris, d’autant que je fus aidée en cette ‘découverte » par plus  » diplomate » que vous s’il en est…
Seul, « Passou » n’est pas dupe de cette petite cerise sur le gâteau.
Je reprends la road, Phil. Non sans me permettre un petit remerciement à la manière de Simone Veil qui renercia le bègue Béarnais de l’avoir à jamais détournée de la politique politicienne,
Merci cher Phil, de m’avoir permis de saisir toute la saloperie de votre « pur sang »
À plus tard.

Phil dit: 6 juillet 2017 à 10 h 20 min

Oui Chaloux, les atermoiements de Leautaud sont plus sexuels qu’amoureux, vous jugerez dans le corps du « texte ». L’homme ne bluffe pas plus dans sa vie que dans sa prose. A Berl qui lui disait que lui « a été amoureux dès l’âge de cinq ans » (à dix-sept ans avait répondu Léautaud), l’homme du Journal lui rétorqua: « je ne suis pas un pervers, moi ! »
Widergänger, Baroz, le mogoul des médias Maxwell eut aussi une lignée de vie à reconstruire, il est enterré sur le Mont des Oliviers, seul, car il a ruiné les employés de son groupe avant d’être liquidé.
Voyez plutôt les chaînes du tombeau de Saint-Simon dans celui de la famille Veil.
Lavie, Morand ferait le plus grand bien à vos écoutilles mais vous n’avez jamais franchi la porte du sleeping des madones.

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 10 h 14 min

Si TAGRADEK signifie « … ta gueule raclure de keupu ! »

Que peut bien signifier TAGRADEM ?
– Macron
– Mélenchon
– Montaigne
– Mishima
– Mahomet
– Mitterrand
– Mickey
– Maupassant

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 9 h 49 min

La haine n’a pas besoin de justifications rationnelles, c’est un délassement instinctif absolument irremplaçable …

Laura Delair dit: 6 juillet 2017 à 9 h 49 min

Contrairement à keupu, et en accord avec Christiane, je trouve les réponses de JC très intelligentes et compréhensibles : « ta gueule raclure de… »

Jean dit: 6 juillet 2017 à 9 h 46 min

JC….. dit: 6 juillet 2017 à 9 h 34 min
Jeanjean,
les nôtres, de contemporains, surtout dans les quartiers mal fréquentés, sont ils si différents de ceux du Grand Willie, question judeophobie ?

Sans doute. La force de la vulgate antisémite, c’est, aujourd’hui comme hier, sa résistance brute à l’esprit d’examen.

Jean dit: 6 juillet 2017 à 9 h 43 min

Ce que l’universitaire Stephen Greenblatt a appris de la haine ethnique grâce au « Marchand de Venise » du grand Bill

Si je me rappelle bien, cette haine des Juifs s’exprime sous la forme de sorties injurieuses mais nullement argumentées. Tout se passe comme si elle procédaient, chez certains personnages, de préjugés si ancrés et si anciens que personne n’éprouve plus le besoin de les justifier.

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 9 h 37 min

Il m’est impossible de regarder une image retouchée de Birgit Strogneugneux sans ressentir, au plus profond de ma culotte cérébrale perverse, une pulsion érotique à caractère nettement gérontophile.

Est-ce normal, Docteur Folamour ?

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 9 h 34 min

Jeanjean,
les nôtres, de contemporains, surtout dans les quartiers mal fréquentés, sont ils si différents de ceux du Grand Willie, question judeophobie ?

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 9 h 32 min

Il m’est impossible de regarder une vidéo de France Gall sans ressentir, au plus profond de ma culotte cérébrale perverse, une pulsion érotique à caractère nettement pédophile.

Jean dit: 6 juillet 2017 à 9 h 30 min

Ce que l’universitaire Stephen Greenblatt a appris de la haine ethnique grâce au « Marchand de Venise » du grand Bill

Greenblatt me paraît retarder d’une rame. Une simple lecture du « Marchand de Venise » suffit pour constater que certains personnages (appartenant à la « meilleure » société) y étalent sans aucune retenue leur haine des Juifs. Pour autant, il serait imprudent de taxer Shakespeare d’antisémitisme : il peint ses contemporains tels qu’ils étaient.

ribouldingue dit: 6 juillet 2017 à 9 h 26 min

 » qui se prend pour un gros cochon parce qu’il regarde France Gall sur youtube…! Y a vraiment de quoi rire ! »

Peut-être WG, mais France Gall chantant en allemand, ça vaut le clic!

la vie dans les bois dit: 6 juillet 2017 à 8 h 30 min

guigui, à 7h50, tu es une vieille pisseandlove, twa.
___________________

A qui demander comment le levistraussisme est devenu un classique des pseudo-sciences parisiennes ?

Eh bien, mais à l’un de ses meilleurs spécialistes !

https://lettre-cdf.revues.org/219

renato dit: 6 juillet 2017 à 8 h 29 min

« Les gens de ma sorte ont toujours été des victimes de la sottise universelle. »

De quelle sorte parle-t-il ? Il y a-t-il quelque part une production artistique ou économique ou scientifique assez non conventionnelles pour justifier ce ressenti ?

bob dit: 6 juillet 2017 à 7 h 50 min

WG « Je suis arrivé comme le messie. Mais mon problème c’est que personne ne veut le reconnaître…! »
Mais si, mais si !

JAZZI dit: 5 juillet 2017 à 20 h 52 min
Très juste

Giovanni Sant'Angelo dit: 6 juillet 2017 à 7 h 17 min


…une mesure qui plait,…la suivante, qui ne vous convient pas,!…vous êtes en république,!…
…adoptez, celle qui vous convient le mieux, à chaque régions, chaque arrondissement, chaque lotissements habités,!…
…du moment qu’il n’y a pas d’atteintes aux civilités internationales, en les domaines sensibles des morales et libertés, en le respect de chacun, des usages éternels de chaque terroir,!…

…pas besoin, de se mettre toutes les jalousies, et séquences d’inquisitions pour punir, ses voisins pour les voler, en perversions calibrées sur les trônes des priorités,!…
…les lois de Paris, ou des états centraux, pourquoi faire, si le bonheur des régions doit s’en passer,!..chacun à son Bio – régional modulable d’atmosphère,…

…en tout lieux de conformités humanistes, pour tous,!…sans ségrégations de qui ce soit, pour quoi que ce soit,!…
…avec le respect des lignages, avec les nouveaux actionnaires du capitalisme,…des taxes pour le balancier social, sur l’échiquier, tout est dit,!…
…enfin, démerder- vous, avec la logique en droit,!…sans plus,!…
…Bip,!…Bip,!…en corrélations trigonométriques, remontons, nos montres, nos boîtes à musiques, chacun à ses acquis dans sa vie,pluriel,…Go, de sa pensée dans son manuscrit,…etc,!…
…attention de ne pas marcher, sur les acquis des voisins,!…s’ils en ont,le sens des propriétés,!…

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 6 h 33 min

Pendant ce temps là, derrière le rideau de fumée du blablabla, la Hollandie recase discrètement ses concierges et ses femmes de ménage ministériellement étatisés.

Dame, on ne va pas les forcer à travailler, ces pauvres choux socialistes !

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 6 h 20 min

Ce qui est bien, c’est que le monde va mal.

Par exemple, le mariage pour tous, la GPA, la PMA, la CGT, le boboïsme gai, l’Europe, l’islamisme d’importation, la macronite contagieuse, la niaiserie active des media imbéciles, le bac à 78% de réussite….

Cela oblige a réfléchir. Actuellement, 5% des hexagonaux sont touchés par cette curieuse passion : « réfléchir ». C’est un bon début …

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 6 h 05 min

Comme nous n’avons pas la chance de posséder une pierre noire pour tourner autour sans fin, on tourne autour de nos stars civiles, panthéonisées dans la poussière médiatique …

Besoin d’idoles, les idolâtres hexagonaux !

Crapules honorées comme Robespierre et Saint Just ou Napoléon, le tyran européen mégalomane, tout est bon !

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 5 h 58 min

Une copine étrangère me dit tout de go : « Qui c’est cette Simone Veil ? ». Je lui réponds instinctivement : « Sans importance ! De la matière à commémoration pour l’enfant président nommé Macron ! »

JC..... dit: 6 juillet 2017 à 5 h 51 min

« La vraie culture passe par le respect des autres. » (Delaporte)

Exactement l’inverse : elle passe par l’irrespect de tout.

Widergänger dit: 6 juillet 2017 à 2 h 02 min

Des petites crottes, des petites crottes, le chaloux, toujours des petites crottes, des petites crottes, des petites crottes qui deviendront des grosses crottes…!

Chaloux dit: 6 juillet 2017 à 1 h 23 min

– Au reste, vous saurez
Que je n’ai demeuré qu’un quart d’heure à le faire.
-Voyons, Monsieur ; le temps ne fait rien à l’affaire.

Widergänger dit: 6 juillet 2017 à 1 h 05 min

Dans ton œil, qui me brûle,
j’ai consenti
au sang, à la mort, au serpent :

deux larmes
habillent de nuit l’éclair.

Ton regard si beau m’a rendu invisible.

Widergänger dit: 6 juillet 2017 à 1 h 02 min

Non, ce n’est pas le seul : Action poétique où j’ai publié des poèmes, L’Ire des Vents où j’ai publié un article remarquable sur André du Bouchet, qu’un universitaire m’a pillé pour sa thèse, la revue des professeurs, L’Information littéraire. C’est pas si mal pour un début ! Qu’est-ce qu’il a a proposé le pauvre chaloux à part ses petites crottes mal odorantes sur la Rdl ? Néant. Le néant fait homme, le pauvre chaloux. La misère intellectuelle avec ses remugles de pisse-froid comme chez Léautaud avec ses chats, et qui se prend pour un gros cochon parce qu’il regarde France Gall sur youtube…! Y a vraiment de quoi rire ! Un sacré couillon, le mec !

Nicolas dit: 6 juillet 2017 à 0 h 40 min

Un lieu oú ni la mort ni le suicide ne résolvaient quoi que ce soit, car rien n’y était jamais devenu asssez réel pour accéder à la vie.
Malcolm Lowry

Chaloux dit: 6 juillet 2017 à 0 h 27 min

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 23 h 50 min
Hélas, mes pauvres chéris ! Je crains fort que vous ne soyez jamais pour moi qu’un triste décor !

Le seul où tu aies trouvé refuge, Blabla, n’en dis pas trop de mal…

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 23 h 50 min

Hélas, mes pauvres chéris ! Je crains fort que vous ne soyez jamais pour moi qu’un triste décor ! C’est ce que me dit toujours Saint-Pierre. Qui détient la clef du paradis, ne l’oubliez pas.

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 23 h 39 min

Delaporte, je pense que vous êtes un cœur pur, certainement cultivé, avec quelques petites pointes obsessionnelles.

Quant à la larve qui poigne son monde à distance… oignons-le.

Delaporte dit: 5 juillet 2017 à 23 h 32 min

« c’est dlalourde qui havait raison..pour hune fois lpovre homme..t’es vraiment un pti con »

Merci Bouguereau de me rendre justice. Sans vous, je ne sais ce que je deviendrai !!! N’est-ce pas, Chaloux ?

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 23 h 17 min

quel mépris pour les informations « savantes » qui peuvent être réjouissantes

faux havouer qudracul paie dsa personne..un sapré gogo danceur..

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 23 h 16 min

« je vas te tuner de beaux rêves. »

Conditionnés façon pot de chambre. C’est le talon d’Achille du procédé.

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 23 h 13 min

Moi aujourd’hui je me suis senti un peu musulman

bien nico..je vas te tuner de beaux rêves..tla mérité

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 23 h 11 min

L’émotion suscitée par son décès est légitime, mais nous avons besoin, pour comprendre et juger un passé récent, d’un sens un peu plus affûté de la complexité des choses.

baroz havait fait meilleur et court havec labsence de giscard..ça c’était un joli pas de coté..’entre ici giscard gros baiseur danglaise et de laidi daï’..

et alii dit: 5 juillet 2017 à 23 h 09 min

l’étalage savant lénifiant et barbant.
pourquoi parler d’étalage spreading ? un savoir à propos n’est pas barbant : nul besoin de l’étaler pour le présenter , l’énoncer;quel mépris pour les informations « savantes » qui peuvent être réjouissantes, et même soulager :merci à tous ceux qui envoient des « informations » même si elles ne sont pas toutes fraiches , ni très savantes

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 23 h 07 min

Le boumou est pareil au petit prof amer,
Ses ailes de néant l’empêchent de se torcher.

Blabla, dévoues-toi, tu prouveras ainsi que pour toi les autres ne sont pas qu’un décor. Et ça nous ferait des vacances.

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 23 h 03 min

Phil, mais qu’est-ce que vous avez contre les wagons-lits ?

mais rien du tout..d’ici qu’il y ait été concu dans l’vintimille ya pas loin..

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 23 h 00 min

Il faut l’avouer, la cuistrerie avec des limites serait beaucoup moins amusante.

(@Phil. J’ai fait l’emplette d’un exemplaire du livre épuisé d’un M. Raymond Mahieu

roo..dracul le déboutonne mon larbin..et c’est dlalourde qui havait raison..pour hune fois lpovre homme..t’es vraiment un pti con

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 22 h 56 min

Aussi vides surtout !

Ah Blabla! Ah Blabla! Ah Blabla!
Comme une ripopée qui bout dans une outre trop pleine!

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 22 h 53 min

un troupeau de rats malveillants du genre rose ou chaloux qui courent partout sur moi

sapré dracul..ça reproduit vite

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 22 h 51 min

C’est l’inverse, ils les matraquent encore plus

serdgio t’es trop habitué au habitus dla liberté winwin..t’es conditionné..la spicologie dla prison c’est pas lmême potlatch..hévidemment hon va dire quj’ai fait dla prison pour le savoir

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 22 h 48 min

Je laisse les ânes se frotter entre eux. C’est tout ce qu’ils savent faire, les pauvres ! Faites pitié tous autant que vous êtes, d’être aussi cruches, aussi cons ! Je remercie Dieu de m’avoir fait autrement.

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 22 h 47 min

Parfois, on échappe à quelque chose et on se dit, j’ai la vie sauve

dracul c’est un genre de dutrou du cul rose..je veux dire c’est un genre de dutrouducul point virgule rose

Sergio dit: 5 juillet 2017 à 22 h 47 min

rose dit: 5 juillet 2017 à 22 h 23 min
des prisonniers politiques

Il y avait aussi (comme partout) une forte représentation de droits communs, puisque Chalamov s’insurge pendant un nombre de pages très respectable contre, lorsque l’on parle d’eux généralement, une approche en quelque sorte hypocoristique et, pour lui, parfaitement déplacée : ce sont d’authentiques criminels, et ce n’est pas leur statut privilégié auprès du commandement du camp qui les incite, bien au contraire, à profiter de ces circonstances pour essayer d’alléger le sort des « vrais », c’est-à-dire des politiques. C’est l’inverse, ils les matraquent encore plus.

C’est assez surprenant (et certes juste) cette très longue digression dans le bouquin.

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 22 h 44 min

« Je suis à la kermesse de ma fille, non seulement j’ai dû payer pour avoir une part du gâteau que j’ai amené, mais en plus il est pas bon. »

belle tranche de vie..

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 22 h 31 min

A propos des obsèques nationales de Simone Veil, en lisant le Kaddish aujourd’hui, je me suis senti aussi profondément juif que chrétien.

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 22 h 27 min

Le lien y compris architectural entre les camps russes et les camps de concentration allemands est de notoriété publique.

rose dit: 5 juillet 2017 à 22 h 25 min

Je déteste étaler ce que je sais. Silencieuse souvent, j’utilise divers biais pour dire ce que j’ai à dire. Jamais l’étalage savant lénifiant et barbant.

rose dit: 5 juillet 2017 à 22 h 23 min

ce type (…) : il ne sait même pas que des prisonniers politiques, en commençant par les récits de la kolyma en sibérie ont vécu des conditions atroces d’internement comparables en cruauté à ce qui a été vécu dans les camps de concentration. Les prisonniers de Staline. L’élimination systématique ds des conditions atroces d’internement.

rose dit: 5 juillet 2017 à 22 h 22 min

Quand j’ai écouté le discours de jean le fils de simone veil, il a dit exactement à un mot près la raison pour laquelle j’ai cité romain gary dans les racines du ciel : il a dit la déshumanisation. Lutter contre la déshumanisation.
Ce texte en est le parfait exemple.

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 22 h 17 min

Pas obligé d’aller toujours très loin, Rose. souvenons-nous : Port-Royal est un désert; celui où va s’enfoncer Alceste n’est peut-être pas si éloigné de la ville. De même, celui ou vit M. de Sainte-Colombe.

rose dit: 5 juillet 2017 à 22 h 11 min

pardon, chaloux (et non nicolas)

ne connais pas les déserts. irai voir la côte sur le trajet de l’aéropostale, Telouet, Ouazazarte jusqu’à cap Juby.

Parfois, on échappe à quelque chose et on se dit, j’ai la vie sauve. C’est mon cas, ce soir.

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 22 h 10 min

« L’Information littéraire est la revue savante des professeurs ».

Notons pourtant que des sottises, même lues dans L’Information littéraire, revue savante des professeurs, demeurent inéluctablement des sottises.

JAZZI dit: 5 juillet 2017 à 22 h 09 min

« L’Information littéraire est la revue savante des professeurs, faite par les professeurs du secondaire et du supérieur à destination des professeurs. »

ça doit être passionnant !

rose dit: 5 juillet 2017 à 22 h 08 min

c’est à dire nicolas que j’ai envie de mettre de l’abricot avec un gros porc haché menu menu.
et dessus, amandes effilées. Hop.

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 22 h 08 min

Rose, j’aime les déserts parce que le temps s’y allonge démesurément comme dans l’enfance.

Il y a un texte de Gracq (Carnets du grand-chemin) dans lequel il parle du couloir de silence de la France qui passe par la Nièvre.

Sylvain Tesson a emprunté ces couloirs de silence pour sa longue marche.

Delaporte dit: 5 juillet 2017 à 22 h 08 min

« je rappelle que L’Information littéraire est la revue savante des professeurs »

Je parie que vous n’avez même pas été payé pour votre exercice scolaire. Cela ne devait pas valoir grand chose.

rose dit: 5 juillet 2017 à 22 h 06 min

quand on est prof, monsieur jourdain, l’intérêt n’est pas dans la relation avec ses collègues, encore moins dans les relations avec ses supérieurs hiérarchiques ou pire des savants inconnus des attali pensants mais dans la relation avec les élèves : c’est la différence entre les excellents profs et les autres. Ceux qui ont d’excellentes relations avec leurs élèves et qui ne passent aucun temps sur leurs plans de carrière et avancement hors concours.

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 22 h 06 min

Pour les crétins incultes d’ici, je rappelle que L’Information littéraire est la revue savante des professeurs, faite par les professeurs du secondaire et du supérieur à destination des professeurs.

rose dit: 5 juillet 2017 à 22 h 03 min

oui comme un tajine marocain (quel magnifique pays et reportage vu du ciel !) mais là cela me permet de nettoyer ma bassine en cuivre ; c’est l’astuce.

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 22 h 02 min

Mais heureusement qu’elle est modérée, la rose. Sinon elle nous ferait un AVC comme elle est partie… Ah j’en ai eu des collègues comme la rose ! De sacrées engeance de merde !

Nicolas dit: 5 juillet 2017 à 22 h 00 min

Les symptômes de Delaporte établissent une bonne psychose paranoïde avec tendances à la mégalomanie. Un fou abreuve de ses maux le blog de Passou !

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 22 h 00 min

Rose, à votre place, au lieu de confiture je mettrai plutôt des abricots cuits très légèrement sucrés. La cuisine aux abricots est un pur délice.

rose dit: 5 juillet 2017 à 21 h 59 min

merci christiane de votre soutien ; j’en suis à afficher les notes de mes anciens élèves de lycée, il faut qu’il m’ait bien agressée pour cela. Je cesse d’argumenter, je me tais.
Je connais par coeur et Yvain le chevalier au lion et le fine amor. Et fort bien le moyen-âge aussi.

rose dit: 5 juillet 2017 à 21 h 57 min

Quand j’ai écouté le discours de jean le fils de simone veil, il a dit exactement à un mot près la raison pour laquelle j’ai cité romain gary dans les racines du ciel : il a dit la déshumanisation. Lutter contre la déshumanisation.
Ce texte en est le parfait exemple.

Ce type n’est pas seulement un co… c’est un barbare ignare : il ne sait même pas que des prisonniers politiques, en commençant par les récits de la kolyma en sibérie ont vécu des conditions atroces d’internement comparables en cruauté à ce qui a été vécu dans les camps de concentration. Les prisonniers de Staline. L’élimination systématique ds des conditions atroces d’internement.

J’ai cru qu’il progressait ; j’ai eu à coeur avec grande sincérité de faire cesser les disputes incessantes entre chaloux et lui, c’est désormais une page tournée.

Les gens bornés sont bornés. Toute ouverture aux autres au monde leur est dangereuse et ils ne peuvent sous peine de se dissoudre eux, dans autrui.

Contrairement à ce type lèche-cul – c’est la seule et unique manière de devenir agrégé par liste d’aptitude c’est en léchant le cul de ses supérieurs hiérarchiques, j’ai enseigné au lycée et dans un lycée international. Une de mes élèves a eu 19/ 20 à l’écrit et 20/ 20 à l’oral. D’autres ont eu 18 à l’écrit et 18 à l’oral. J’ai été une excellente prof de lettres et jamais de ma vie aucun élève n’a joué aux cartes durant mes cours.

Je déteste étaler ce que je sais. Silencieuse souvent, j’utilise divers biais pour dire ce que j’ai à dire. Jamais l’étalage savant lénifiant et barbant.

Ce type est un imposteur. D’ailleurs, il n’a jamais de sa vie préparé des lycéens au bac de Lettres. Il choisit les petits comme tous ceux qui ont des problèmes de discipline avec leurs élèves.

christiane dit: 5 juillet 2017 à 21 h 56 min

Rose, le procès que W. vous fait sur cette page est du pur délire. J’aime vous lire. Bonne lecture et bonne soirée.

Delaporte dit: 5 juillet 2017 à 21 h 54 min

Les symptômes de Wgg établissent une bonne psychose paranoïde avec tendances à la mégalomanie. Un fou abreuve de ses maux le blog de Passou !

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 21 h 54 min

Mon article sur Cairn a fait l’objet de bien des éloges de la part de mes collègues ! Il en est même qui se sont inspirés de mon expérience pédagogique avec le chinois pour l’utiliser dans leurs propres classes. Et cet article a été publié sous l’égide de Jean-Christophe Abramovici, qui est éminent spécialiste du XVIIIè siècle, avec qui d’ailleurs j’avais entretenu une correspondance à propos des réformes en cours à l’époque, échanges qui ont abouti à cet article, qui est le fruit de mes réflexions de l’époque sur le métier de prof. Un article en tout point remarquable. Sinon L’Information littéraire ne l’aurait jamais publié.

Il faut être stupide comme chaloux pour en dire ce qu’il en dit qui est non seulement stupide mais con archi con !

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 21 h 49 min

Parmi mes collègues il y a aussi certains de cette engeance petite bourgeoise qui vote pour Mélenchon. Comme dit Jean-Claude Milner, c’est l’ennemi principal. Des gens extrêmement dangereux, que je ne respecte pas. Et il y en a une sacrée floppée de ce genre dans le monde des profs ! La bêtise meurtrière, je les crains plus que tout au monde.

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 21 h 49 min

Il y a chez Blabla un lien évident entre l’idée délirante qu’il se fait de lui-même (et qu’il n’a jamais pu imposer nulle-part, -lire son affreux texte sur Caim, symptomatique sur ce point) et l’indigence de ses relations avec autrui. Là où il se trouve terré, il ne peut pas le savoir.

rose dit: 5 juillet 2017 à 21 h 47 min

Jazzi, très longs, très froids ; j’ai compté cet hiver grâce au citronnier : six mois d’hiver et six mois d’été. Vous avez raison.

rose dit: 5 juillet 2017 à 21 h 44 min

Ce n’est pas tant une histoire de respect que de positionnement : il ne se formule qu’en terme de supériorité : je suis le messie je suis le meilleur je suis le plus aimé je suis savant etc.

Pour moi, les gens sont à égalité.

Enorme et gigantesque faille séparant deux mondes opposés.

Il a osé de plus me faire une leçon de morale de merde lorsque fin janvier par là j’ai écrit je parle couramment espagnol. Il m’a accusé d’immodestie. et de vantardise alors que j’étais simplement hyper fière des progrès accomplis.

J’ai fini d’avoir besoin des paralytiques des jambes de bois des aveugles et des morts de trouille. Pas besoin des c… non plus. Besoin de gens chaleureux, aimants, ouvert épanouis en accord majeur.

bonne soirée, vais finir un carson mac culler sur le passage si difficile entre l’adolescence et l’âge adulte. Frankie Addams.

connais de près deux personnes ainsi qui se posent en victimes sacrificielles, de leur histoire de leur enfance. A terme, ce sont des gens odieux qui se nourrissent de leurs propres miasmes. Le cauchemar.

salut

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 21 h 42 min

Mais je sais aussi respecter les autres, ceux qui sont respectables. Certains de mes collègues (pas tous !), qui sont des gens remarquables que j’admire et respecte. Les proviseurs de mon lycée aussi qui sont des gens remarquables. Mais les gens que je méprise, je les méprise vraiment ! Et je méprise toujours des gens qui sont méprisables. Je n’ai aucun respect pour les gens méprisables.

Quand on assimile les conditions de vie à Auschwitz-Birkenau aux conditions de vie dans un camp de prisonnier militaire, c’est à mes yeux l’abjection absolue, surtout venant d’une prétendue prof de lettres ! C’est tout simplement ignoble et impardonnable. Et ça ne mérite que le plus profond mépris. Le mépris absolu ! Pour moi, en disant ce qu’elle a écrit ici, elle s’exclut de l’humanité normale. Elle rejoint les bourreaux dans leur monstruosité et leur ignominie absolue. Ça ne mérite que le mépris.

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 21 h 30 min

Les autres ne sont qu’un décor qui m’est utile pour penser, utile et nécessaire.

Tu mourras comme tu as vécu, sans rien savoir d’autrui. Aucune pensée ne peut se développer sans ce lien et cette épreuve perpétuels. C’est tout le problème de tes œuvrettes avortées. Qui a parlé du lopin de terre que nous sommes d’abord et que nous resterions s’il n’y avait les autres? Tu chercheras.

J’ai besoin des cons, en fait.

C’est que tu ne sais pas vieillir.

Delaporte dit: 5 juillet 2017 à 21 h 30 min

« Humilié par la valetaille, comme le christ. » Wgg

Ce disant, vous humiliez vous-même le Christ, en vous comparant à lui. Et en ne mettant pas de majuscule à Christ. Vous êtes vraiment un plouc !

rose dit: 5 juillet 2017 à 21 h 28 min

Je viens ici pour des raisons fondamentalement différentes et ne me sens supérieure en rien et à personne ; à égalité.

Et d’ailleurs, je vous laisse la place.
N’étant pas conne, et loin de là, pas besoin d’être ici.

Bonne fin de soirée

(bilou tu avais raison pour la colle, deux heures et on ne peut plus le dépéguer. Pas de travaux d’intérêt public non plus).

rose dit: 5 juillet 2017 à 21 h 25 min

achèterai pâte feuilleté, pas le temps je rafraîchis ma maison comme bihoreau de bellerente. Nous rafraîchissons notre maison.

Je voudrai vous l’annoncer définitivement mais je n’en suis pas totalement sûre : cela fera en 2018 trente ans fin août que je vis ici. Cette année, pour la première fois depuis trente ans, j’ai entendu des cigales. Avant, les cigales c’était à partir de Martigues, Callelongue, les Goudes sous les pins. Bien plus au sud.

Je crois que c’est à cause de l’extrême chaleur, 30 à 35 ° celcius.

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 21 h 22 min

Non, je ne fais jamais de copier/coller. Je ne vois pas l’intérêt d’ailleurs. Quand il m’est arrivé de copier un truc sur rikiki, c’est simplement pour aider tel ou tel d’entre vous mais à mes yeux il était parfaitement inutile de préciser que c’était un extrait de wiki tellement c’était évident.

Non, moi, je viens ici:
1°) comme je l’ai indiqué pour observer la sottise humaine; ça m’intéresse beaucoup. Voir de près les cons c’est toujours instructif;
2°) je viens ici le plus souvent, quand je ne suis pas infester par un troupeau de rats malveillants du genre rose ou chaloux qui courent partout sur moi, je viens pour penser ds problèmes qui me titillent intérieurement. Le simple fait d’avoir à m’expliquer ici avec moi-même m’oblige à penser des problèmes qui sinon resteraient non pensés, en l’air. Je trouve que de ce point de vue, un blog est une machine à penser pour qui sait l’utiliser pour soi. J’ai besoin des autres, mêmes incapables de comprendre ce que j’écris (ce qui se révèle être le cas neuf fois sur dix, ça ne manque jamais !), ça m’oblige à formuler les choses et à les reformuler encore. Et c’est comme ça que j’apprends en fait beaucoup de choses avec moi-même, grâce à tout ce que je pense ici. Alors bien sûr, je ne pense pas sans références, ce serait trop prétentieux de ma part. Je pense à partir de références plus ou moins obligées. Mais ce qui sort est original et authentique. Et moi, ça me sert ensuite beaucoup pour assimiler ma propre culture. Mais je ne compte sur personne ici pour me comprendre. Les autres ne sont qu’un décor qui m’est utile pour penser, utile et nécessaire. J’ai besoin des cons, en fait.

rose dit: 5 juillet 2017 à 21 h 20 min

dernier cours de gym ce sont les vacances j’ai inventé pendant le cours une recette de cuisine :

j’ai acheté, c’est pour cela un moule à croissants tupper…

je n’ai pas la pâte

dedans je vais mettre un hachis menu menu de rôti de porc froid ; ds chaque bouchée je mettrai deux raisins secs et au milieu une minuscule cuillerée de confiture d’abricots. Je roulerai les croissants & ferai cuire ; pense congeler, mes enfants arrivent dimanche soir. Lorsque je les mettrai au four je badigeonnerai les croissants de jaune d’oeuf et parsèmerai le dessus d’amandes effilées. ce sera un salé sucré à servir avec une grosse salade verte, sans ail.

rose dit: 5 juillet 2017 à 21 h 16 min

qui primaient

laudine

je commence à être énervée

dans peu de temps je vais copieusement l’injurier

je maîtrise encore mais cela ne va pas durer

hors quand tu perds ton calme tout de suite tu as tort

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 21 h 14 min

Mon pauvre Blabla, avoir de monstrueuses illusions sur soi n’est certes pas un délit, les exhiber d’une manière hallucinante comme tu le fais ici chaque jour, non plus, – mais tu pourrais au moins convenir que ce travers peut devenir un peu fatigant pour les autres.

hamlet dit: 5 juillet 2017 à 21 h 14 min

déballer les détails son existence c’est certainement le truc le plus inintéressant qui puisse exister.

un peu comme si je racontais qu’il y a quelques années je m’étais perfectionner dans les arts martiaux pour apprendre le coup de la paume de Bouddha (aussi appelé « paume vibrante » qui consiste à donner un léger coup, un effleurement à son adversaire qui sur le coup ne sent rien, sauf qu’exactement un an plus tard, jour pour jour, boum le type tombe raide mort.

en fait il faut être hyper exercer pour pratiquer ce coup de la paume vibrante, il n’y a qu’une petite poignée de types sur la planète qui peuvent le faire.

du coup comme je pensais être arrivé à maitriser ce coup j’ai voulu le tester sur un bon ami à moi(l’amitié sert à ce genre de truc).

vous imaginez pas la joie quand un an plus tard j’ai appris que cet ami venait de rendre l’âme, je n’ai jamais été aussi fier de mézigue, sauf fque j’ai déchanté rapidement quand j’ai appris qu’il était mort en se prenant un tramway dans la tronche l’imbécile !

sérieux ça peut intéresser qui si je déballe ce genre de chose personnelle sur ma vie ?

personne ! déballer sa vie en public n’a aucun intérêt !

allez donc l’expliquer à WGG.

rose dit: 5 juillet 2017 à 21 h 13 min

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 20 h 13 min
Mais rose n’st pas une interlocutrice valable ni au niveau pour parler de Chrétien de troyes ! Ici, on patauge dans le marais et on s’enfonce… Accorder le moindre intérêt à ce qu’a pu écrire rose sur Chrétien est proporement honteux. C’est un pur déni de culture et de savoir ! Le degré zéro.

et vous continuez ?

*De Calogrenant rien, alors qu’il a une importance première : sa mésaventure initiale annonce bien avant le début de celles d’Yvain ce qui lui tombera sur le paletot.
**Le combat avec Gauvain : vous omettez l’essentiel à savoir que ce combat terrible se déroule alors que chacun ne connaît rien de l’identité de son adversaire. Et ils tomberont dans les bras l’un de l’autre parce que leur franche amitié surpasse et de loin leur inimitié passagère.
*** Les combats lors desquels Claudine voit son chevalier d’en haut : là c’est la totale : les tournois, appelés joutes se déroulaient dans l’espace du château entre le premier et le second rempart nommé lices, les lices, d’où l’expression en lices, pour que les combat commence.

C’était la loyauté et la correction, l’élégance et la grandeur d’âme qui primait sur le combat physique qui avait son importance bien sûr.

Des tribunes étaient montées en bordure des lices accolées au rempart intérieur et les dames et seigneurs du château s’asseyaient là pendant que la populace prenait place debout sur l’herbe à hauteur des combattants. La récompense était un mouchoir brodé délicatement tendu par la dame.

De la tribune on est plus haut que le cheval et il n’y a nulle condescendance : le combat gagné amène le hérault à rejoindre le rang des dignitaires. Il est adoubé souvent ou bien au retour du combat ou bien grâce à son courage extraordinaire. Fait chevalier s’il ne l’était pas.
La tribune est un observatoire surplombant : plongée et contre-plongée. Comparez avec les tribunes des combats de gladiateurs au temps des romains. Regardez le début de Spartacus lorsque l’esclave noir se jette sur la tribune et qu’il se fait poignarder par un tribun.

Il n’y a pas là de connotation méliorative, péjorative. C’est une position dans l’espace comme lorsqu’il se perd, nu et fou de douleur dans les essarts. Proche de la fontaine magique et du mendiant qui vit dans la forêt.

C’est hyper grave d’accuser quelqu’un et de bêtise et de manque d’intelligence. Vous n’êtes pas un martyre. Vous vous sentez supérieur ce que je dénie totalement.

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 21 h 10 min

Mais je ne vous dis presque rien de moi. Ma réalité dépasse infiniment ce que vous pouvez en avoir comme écho ici.

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 21 h 09 min

Non, le problème c’est que Wgg vous dit vos quatre vérités et que ça ne vous plaît pas ! Mais pas du tout ! Et que Wgg, lui, il en a vraiment rien à cirer de ce que vous pensez de lui, vous pensez bien ! Il est au-dessus de ça ! Si vous saviez comme il se marre de vos sottises, le Wgg ! Vous n’imaginez même pas combien le Wgg vous dépasse de mille coudées, mes pauvres enfants. Vous n’êtes que des nains pour lui, parfois des nains borgnes même…!

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 21 h 08 min

En outre, Blabla qui s’est fait pincer je ne sais combien de fois à faire du copier-coller, a trouvé une parade : il fait ce qu’on appelle de la reformulation. Pas vu pas pris, mais résultat identique. C’est quand il écrit de son cru, les jours de grande fatigue, qu’on voit à qui on a vraiment affaire. Sans compter l’invention pure et simple, ainsi que Rose l’a noté avec raison. S’il se trouve des lecteurs pour tomber dans ce panneau, qu’ils y tombent.

hamlet dit: 5 juillet 2017 à 21 h 05 min

« JAZZI dit: 5 juillet 2017 à 20 h 44 min
« Tintin de Milou »
Tout a fait, D., chacun enc.ule ce qu’il peut ! »

oui ça c’est sûr !

j’aime bien quand tu m’appelles D. ça crée une intimité, du coup ça donne envie de faire comme WGG : déballer sa vie en public.

WGG vous savez pourquoi vous n’êtes pas stendhalien ? parce quee Stendhal partait du principe qu’il ne faut tout dire de soi, il dit d’une manière assez marrante que je me souviens plus du genre l’intelligence c’est l’art de ne pas tout déballer de soi.

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 21 h 05 min

Dans mon lycée du 11è le cru 2017 est excellent. De nombreuses mentions même, dont des mentions TB ! Le proviseur nous en a même félicité cet après-midi. Tout n’est pas perdu.

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 21 h 02 min

Jacquot, toutes les illusions sont possibles. Ce pauvre Blabla amoncelle tellement les considérations sur tout et n’importe quoi qu’au bout du compte elles ne peuvent tout de même pas se révéler toutes fausses. On pourrait monter une fonction statistique sur cette question, tout comme on a calculé qu’un chimpanzé auquel on confierait une machine à écrire aurait une chance sur je ne sais combien de millions de réécrire L’Odyssée. Toute la science de Blabla, hormis l’habitude de parler de tout et n’importe quoi, développée à un stade monstrueux dans ses classes, ne va pas beaucoup plus loin que celle du singe et de la machine à écrire.

la vie dans les bois dit: 5 juillet 2017 à 21 h 00 min

@ Phil, figurez-vous que des jeunes lisent.

« Anti-perles du bac
Non, le lycéen d’aujourd’hui n’a pas le QI d’une huître, et nous allons noter ici les éclairs de génie des candidats au bac 2017!  »

https://padlet.com/francoisecahen/antiperles

A demain, les clebs ont les crocs et bas rosis est trop camée, ce soir encore.

Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 20 h 55 min

@Le problème c’est que WGG ne peut pas s’en.uler lui-même, quand même !

Il s’essaie pourtant à l’autofellation, mais peut pas, l’a pas assez longue, epi avec son lumbago, pas facile… et toute cette valetaille qui l’aide pas… Mais toi, tu pourrais pas te dévouer avec martine ?

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 20 h 54 min

Les gens de ma sorte ont toujours été des victimes de la sottise universelle. Il n’y a pas un post de chaloux qui n’exprime sa profonde sottise. On ne peut pas le reprendre à chaque fois, d’autant qu’il ne sait pas s’arrêter. Mais c’est un fait. Ici, c’est mon laboratoire d’étude anthropologique. J’y viens comme le savant fou ouvre la porte de son labo pour faire ses expériences. Depuis un peu plus de dix ans que je fréquente ce blog, j’en ai vu des cinglés défiler !

On gueule contre l’École et les élèves qui n’apprennent plus rien. Mais il suffit de fréquenter un blog comme celui-ci pour comprendre. Il est impossible ici d’avoir quelque discussion savante que ce soit. Toute parole savante et authentiquement savante, sans contestation possible, est immédiatement contestée, et contestée de la manière la plus délirante qui soit. L’ensemble des posts de rose peuvent servir d’exemplaires à cet égard. Un tissus grossier des pires âneries, avec une mauvaise foi d’une épaisseur rare… Enfin, on ressort de ce blog, tout le temps avec une image vraiment pitoyable de l’humanité courante ! Heureusement que je fréquente d’autres milieux, où je côtoie des gens « normaux », bons, intelligents et cultivés, avec lesquels je peux avoir de vraies discussions littéraires, comme avec certains de mes collègues. Ça me nettoie… ça me purge… parce qu’avec les rose et chaloux ce sont les écuries d’Augias ici…!

JAZZI dit: 5 juillet 2017 à 20 h 52 min

Non, Chaloux, WGG a un vrai discours, variant, le plus souvent, du meilleur au pire, quelquefois, hélas !

LVDLB elle n’a rien d’autre à dire que pisser sa haine…

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 20 h 43 min

Mais je me vois déjà tel que je suis, et, ma foi, l’image qu’on m’en renvoie est des plus flatteuse. On peut dire que je suis un homme d’une grande qualité humaine et intellectuelle. Et je suis sans conteste le plus cultivé de ce blog, le plus savant. Le plus fin. Je me demande même ce que je viens faire ici…! C’est une vraie question, n’empêche.

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 20 h 40 min

L’archi-sot Blabla est en crise. l’idée qu’il se fait de lui-même étant de moins en moins partagée, il s’envoie à lui-même les fleurs qu’on ne songe point à lui lancer. Été chaud et comique en perspective. Prépare-toi, Blabla! Il faudra bien un jour que tu te voies tel que tu es. Dure épreuve en perspective, mais lot commun des pauvres créatures.

hamlet dit: 5 juillet 2017 à 20 h 37 min

« JAZZI dit: 5 juillet 2017 à 19 h 23 min
On ne sépare pas Héloïse d’Abélard, Phil, ni Tristan de Iseut ! »

ni Tintin de Milou

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 20 h 34 min

Planter une lance dans un flan? Mon dieu, j’ai autre chose à faire.

(La petite phrase de Macron sur le cynique qu’il faudrait réprimer en nous chaque jour me semble tout droit sortie de la plume de M. Prudhomme. Où en serions-nous si Voltaire et tant d’autres s’étaient livrés à un tel régime? Hénaurme !.)

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 20 h 30 min

De toute façon, entre rose et chaloux, on peut dire que je vis un véritable martyre ici. Le martyre de l’honnête homme, de l’hommed e savoir, du savant. Humilié par la valetaille, comme le christ.

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 20 h 28 min

Ce qui est sûr, c’est que je peux compter sur chaloux pour planter sa lance dans mon flanc ! Mais qui tiendra le Graal pour recueillir mon sang sacré ?

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 20 h 27 min

Phil, mais qu’est-ce que vous avez contre les wagons-lits ? Est-ce que c’est parce que vous n’y avez pas rencontré la madone des sleeping ? Ou au contraire parce que vous l’y avez rencontrée…?

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 20 h 26 min

 » Je suis arrivé comme le messie. Mais mon problème c’est que personne ne veut le reconnaître…!

Fais-toi crucifier place de Clichy.

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 20 h 19 min

Ce que dit Jazzi à propos de Simone Veil est très juste. Les gens ne se rendent vraiment pas compte de ce que les Juifs comme Simon Veil ont vécu dans l’horreur des camps. Mon père, qui n’a pourtant pas été déporté, n’en revenait pas d’avoir trois fils ! Ma mère m’a toujours dit que mon père était en extase devant mon frère aîné quand il est né. Le retour à la vie, à l’avenir, après des années de mort. Mon père et sa génération ont vécu ça comme une sorte de résurrection. Et quand mon frère aîné a eu la scarlatine, qui alors était encore mortelle, il est revenu à la maison complètement soûl, m’a dit ma mère. Mais je n’étais pas encore né. Je suis arrivé comme le messie. Mais mon problème c’est que personne ne veut le reconnaître…!

Chaloux dit: 5 juillet 2017 à 20 h 17 min

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 15 h 55 min
« (…)Le savant ici c’est moi !(…) »

Il faut l’avouer, la cuistrerie avec des limites serait beaucoup moins amusante.

(@Phil. J’ai fait l’emplette d’un exemplaire du livre épuisé d’un M. Raymond Mahieu, Paul Léautaud, la recherche de l’identité, 1872-1914, Minard 1974, qui vous donne raison. D’autant plus amusant que j’ai lu autrefois -pourquoi? C’est une autre question- le livre de Mallet, Une mort ambigüe dans lequel l’auteur révèle apparemment certains faits. J’en ai commandé un nouvel exemplaire pour le relire. Reste que chez Léautaud, ces épisodes restent souvent inaboutis, et visiblement le produit de ses difficultés et tensions amoureuses avec les dames. Rien de bien profondément ancré, il me semble. C’est l’avis de M. Mahieu, et mon humble avis de lecteur).

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 20 h 13 min

Mais rose n’st pas une interlocutrice valable ni au niveau pour parler de Chrétien de troyes ! Ici, on patauge dans le marais et on s’enfonce… Accorder le moindre intérêt à ce qu’a pu écrire rose sur Chrétien est proporement honteux. C’est un pur déni de culture et de savoir ! Le degré zéro.

la vie dans les bois dit: 5 juillet 2017 à 20 h 01 min

C’est en 1979,à l’occasion d’une émission les dossiers de l’écran, que les téléspectateurs ont découvert l’horreur de laquelle Simone Veil était revenue.

JAZZI dit: 5 juillet 2017 à 20 h 01 min

Faut-il écrire au Vatican pour la procédure accélérée de sanctification de sainte Simone ! Qui s’y colle ?

JAZZI dit: 5 juillet 2017 à 19 h 59 min

« Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 19 h 50 min »

Si vous préférez vous extasier avec Passou sur le juif honteux, moi je préfère célébrer la juive fière d’être française, contre vents et marées…

christiane dit: 5 juillet 2017 à 19 h 55 min

Dire que cela aurait pu être si beau le dialogue Rose /W. sur les romans de Chrétien de Troyes. Et ils se mordent et cassent tout.
Pour Simone Veil, je n’ai rien compris à ces histoires d’opportunisme… J’ai trouvé ces fils très bien, ce matin.
Quant à CLS je ne saurai plus le lire maintenant. J’aimais mieux avant ces batailles… Il me reste Françoise Héritier, la discrète audacieuse.

Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 19 h 50 min

19.34 ben qu’est-ce qui vous prend jazzman à traiter les gens de pétainistes, vous devenez cinglé ou quoi ? le livre noir du judaïsme, c’est le sujet du post de passou par hasard ? vous allez qd même pas commencer à nous faire votre martine, si ? mais moi, je vous emm., à défaut d’autre chose. Du calme, hein…, qu’est-ce que vous mangez ce soir avec D., sous les toits de paris ?

la vie dans les bois dit: 5 juillet 2017 à 19 h 50 min

@ Phil, vous avez m’avez écrit cela:

« me souviens que Lévi-Strauss eut maille à partir avec sa première épouse, universitaire, qui contesta une partie des théories de T. Tropiques. Une bonne âme pour updater l’affaire ? Lavie qui turbine dans le wikipedia pourrait nous sortir généreusement quelques liens ? »

Pas du tout Phil. Ce n’est pas l’aspect de l’affaire qui m’intéresse.
Et puis, entre nous, votre lecture de Morand, vous transforme.
Il n’était déjà pas très fufute, à pat-ventre devant sa princesse, obligé pour compenser, de marquer son  » territoire » par quelques persiflages de salonnard, mais voilà que vous le surpassez.

Je choisis ma fréquence, cher Phil. Histoire de vous dire que radio paris, n’est pas la mienne.

Mais, Phil, ouh ouh, vous avez simplement, une étourderie ? de revenir sur votre message précédent:
« Le plaisir à relire « Tristes tropiques » est identique à celui éprouvé en ouvrant « L’usage du monde ».
Ce ton des années cinquante, heureux dans son délestage des années de guerre et pas encore chargé de culpabilités outrées par une génération qui n’a rien vécu de cette période, est aujourd’hui perdu. »

Nous aimerions bien savoir quelle page du pdf de  » Passou » vous avez ouverte, puisque manifestement, vous avez tout oublié de vos  » lectures » de  » tristes tropismes ».

Il y a par exemple un chapitre  » comment devient-on ethnographe ».
C’est édifiant. A peine bon pour faire romancier d’auto-fiction…
Et lors que dire de ses  » thèses » sur les Nambikwaras…
‘Reusement que la fiche Wikipédia a été actualisée.

JAZZI dit: 5 juillet 2017 à 19 h 34 min

Pendant que Jean et JJJ enculent la mouche ethnologique ils se bouchent les yeux devant les pages du livre noir de la question juive…
Pétainistes !

Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 19 h 23 min

@19.12, c’est exactement cela. Mais pour élaborer son anthropo structurale, il n’avait besoin que de sa chambre. Maurice Godelier continua à faire du terrain intéressant, et Jean Malaurie à publier de beaux livres noirs. Je ne pense pas que d’autres « terrains exotiques » par CLS eussent donné grand chose. Après lui et la décolo, plus personne ne croyait à l’apport des explorateurs et des ethnologues. Fort heureusement, il nous est resté les romanciers profonds (genre j. conrad) ou british légers (nigel barley). Une exception scientifique majeure bien vivante qui y croit encore et renouvelle pas mal le champ/ philippe descola : je sais, je me répète. Il y avait également le regretté Clifford Geertz. Mais Descola, je l’aime bien, c’est un grand esprit (de chez nous), encore trop méconnu.

JAZZI dit: 5 juillet 2017 à 19 h 23 min

« On peut avoir été président des wagons-lits et finir au Panthéon. »

On ne sépare pas Héloïse d’Abélard, Phil, ni Tristan de Iseut ! On voit que vous ne savez pas ce qu’est l’amour. Simone et son mari ont reconstitué une tribu à partir du point zéro. La France devait bien reconnaitre au plus au point la dette qu’elle traine depuis Vichy. Au Panthéon demeurent les tombes de nos plus illustres représentants de la France unifiée…

Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 19 h 13 min

quand sergio poste ici, la rdl pourrait-elle le raccrocher en rouge comme Jean, qu’on aille direc ché lui en cliquant sur son nom, plutôt que d’avoir à taper amayerling ?

Jean dit: 5 juillet 2017 à 19 h 12 min

sa leçon du « regard éloigné » en anthropo. (Janssen J-J)

Lévi-Strauss, c’est pour moi la puissante dialectique du regard proche et du regard éloigné ; c’est pour cela que « Tristes Tropiques » est un livre passionnant et exemplaire. On peut regretter qu’après « Tristes Tropiques », Lévi-Strauss ait cessé d’être un homme de terrain, ou qu’il l’ait été si peu. Regard éloigné / regard proche : quelque chose comme l’usage alternatif du plan large et du zoom par un photographe.

Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 19 h 08 min

« Nous voulons rester, redevenir peut-être, une nation de lecteurs »

Ah bon ? Vous êtes sûr de vous, le dernier touite ? Eh bé, c’est pas aux bla-gueurs de la rdl qui faudra vous adresser, edouard, i sont pas nationalisses, seulement républicains, nuance ! D’autant qu’on n’a qu’un seul savant qui sait lire icite : wgg, mieux même que l’passou himselfie !

Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 18 h 59 min

moi ce qui m’étonne, c’est que CLS avait déjà une opinion bien arrêtée sur houellebecq à 84 ans, d’après l’eribon, comme s’il avait eu une prescience de ‘Soumission’. Quant à la honte de ses origines juives… via ses aïeux culottés, cela m’étonne tout autant. On a oublié le plus important, sauf paul edel, ie ce que nous valut sa leçon du « regard éloigné » en anthropo. Petit rappel au passage infra. Alors forcément, on a beau jeu, maintenant d’aller remugler sur l’islam… Mais pourquoi diable s’amuser à cela, à st germain tout près ?
http://sophia-cholet.over-blog.com/2014/04/les-vertus-du-regard-eloigne-de-l-ethnologue-selon-levi-strauss-par-hubert-bricaud.html

Jean dit: 5 juillet 2017 à 18 h 44 min

Je suis frappé de la ressemblance entre l’esprit, la volonté, le style réformiste de Giscard et de son équipe (Chirac, Veil…) au début des années 70 et ce que nous proposent aujourd’hui Macron et son équipe. La volonté de donner des responsabilités de haut niveau à des membres de la société civile (dont Simone Veil, à l’époque) était issue), n’est pas la moindre de ces ressemblances.

Jean dit: 5 juillet 2017 à 18 h 40 min

Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 18 h 31 min
et apparemment vous avez changé pour un titre simonien plus décent… avez doute reconnu y être allé un peu fort vu la puanteur du premier jet

Bah, laissons cela. Il est trop tard pour me guérir de mon goût de potache pour les vannes aussi provocatrices que moisies.

Jean Langoncet dit: 5 juillet 2017 à 18 h 40 min

Topé chez une voisine ; le reste est à l’avenant

« Je suis à la kermesse de ma fille, non seulement j’ai dû payer pour avoir une part du gâteau que j’ai amené, mais en plus il est pas bon. »

Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 18 h 31 min

et apparemment vous avez changé pour un titre simonien plus décent… avez doute reconnu y être allé un peu fort vu la puanteur du premier jet : reconnaissez qu’elle avait attiré pas mal de chacals à mouches.

Janssen J-J dit: 5 juillet 2017 à 18 h 21 min

sur ce coup-là, Me jean, votre commentaire mesuré est tout à fait acceptable. Et notamment, sa chute… Vous auriez du commencer par là, dans votre post initial qui a déclenché à juste titre pas mal de furieux malentendus. Quant à la ‘merveille’, désolé bwana, mais mes gosses de 4e n’oseraient plus : c’est pas écartab’, je vous le dis nettement.

Jean dit: 5 juillet 2017 à 17 h 53 min

Delaporte dit: 5 juillet 2017 à 16 h 48 min
Un bon titre pour une nécrologie de la mère Veil : « Une artiste de l’opportunisme ». Toute en finesse… il faut lui reconnaître ce mérite.

Assez d’accord avec Delaporte sur ce coup-là. La mère Veil (quelle jolie formule) a très courageusement et obstinément défendu, en 1975, son projet de loi. Cependant, cette réforme fut voulue d’abord par le tandem Giscard / Chirac (certes, elle dut mettre plus que son grain de sel dans la décision de réformer la loi et dans la mise au point du projet). Faut-il rappeler cependant que les lois Neuwirth (1967) et Veil (1975) répondirent au souci de mettre à jour une législation française qui, sur ce terrain, affichait un retard de nombreuses années sur plusieurs pays d’Europe (dont la Grande Bretagne). Avant son entrée au gouvernement Chirac, Madame Veil ne fut pas une militante féministe et ne se battit pas pour la légalisation de la contraception et de l’avortement. Il était plus que temps de réformer. Elle l’a fait, de concert avec Giscard et Chirac. C’est bien. Mais, après la guerre et particulièrement dans les années soixante, ce sont les militantes féministes et leurs association (notamment le planning familial) qui ont fait avancer les choses. La loi de 75 est typiquement le produit d’un réformisme de centre-droit qui est de même nature que le réformisme de Macron et de ses alliés ; il s’agissait, à l’époque, de rattraper un retard sociétal majeur. Madame Veil a tiré de cet épisode un brillant profit en termes de carrière, dans un style tout-à-fait classique (présidence de l’Assemblée Européenne, Académie). Il ne s’agit pas de nier ses éminentes qualités, mais de là à faire d’elle la pasionaria du féminisme qu’elle ne fut jamais, il y a une marge. L’émotion suscitée par son décès est légitime, mais nous avons besoin, pour comprendre et juger un passé récent, d’un sens un peu plus affûté de la complexité des choses.

Jean dit: 5 juillet 2017 à 17 h 38 min

Comme si le cerveau d’homo sapiens sapiens n’était pas programmé depuis sa naissance pour produire la rationalité ! Mais il faut être complètement aveuglé par je ne sais quelle haine de soi, quelle haine du Judaïsme comme il n’est pas permis, pour oser affirmer une telle sottise ! (Widergänger)

D’après les dernières trouvailles au Maroc, les premiers cerveaux d’homo sapiens sapiens remonteraient au moins à 300 000 ans. WGG peut-il nous expliquer ce que le judaïsme vient faire là-dedans ? Je sais bien que la mythologie scientifique ne saurait invalider la chronologie biblique mais tout de même ( je reconnais que je n’ai pas lu le post incriminé par WGG).

Sergio dit: 5 juillet 2017 à 17 h 32 min

Phil dit: 5 juillet 2017 à 17 h 18 min
L’homme en tout cas n’appréciait pas le rappel de ses « origines »

Passeque son dodécasaïeul fabriquait des jean’s ? Mais c’est bien c’est de la serge de Nîmes, de la toile de Gênes…

Phil dit: 5 juillet 2017 à 17 h 18 min

Merci Widergänger pour votre avis sur l’athéisme supposé de Lévi-Strauss. L’homme en tout cas n’appréciait pas le rappel de ses « origines », comme on dit en France, mais il avait conscience de sa capacité héritée de les effacer.
On peut avoir été président des wagons-lits et finir au Panthéon.

Delaporte dit: 5 juillet 2017 à 16 h 48 min

Un bon titre pour une nécrologie de la mère Veil : « Une artiste de l’opportunisme ». Toute en finesse… il faut lui reconnaître ce mérite.

Delaporte dit: 5 juillet 2017 à 16 h 37 min

En regardant les discours de ce matin, en particulier celui de Macron, je pensais très fort à la chanson de Dutronc, et je me suis quand même étonné que personne ne dise qu’en fin de compte Simone Veil était une horrible opportuniste :

L’OPPORTUNISTE

Je suis pour le communisme
Je suis pour le socialisme
Et pour le capitalisme
Parce que je suis opportuniste

Il y en a qui conteste
Qui revendique et qui proteste
Moi je ne fais qu’un seul geste
Je retourne ma veste
Je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je n’ai pas peur des profiteurs
Ni même des agitateurs
Je fais confiance aux électeurs
Et j’en profite pour faire mon beurre

Il y en a qui conteste
Qui revendique et qui proteste
Moi je ne fais qu’un seul geste
Je retourne ma veste
Je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je suis de tous les partis
Je suis de toutes les patries
Je suis de toutes les coteries
Je suis le roi des convertis

Il y en a qui conteste
Qui revendique et qui proteste
Moi je ne fais qu’un seul geste
Je retourne ma veste
Je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je crie vive la révolution !
Je crie vive les institutions
Je crie vive les manifestations
Je crie vive la collaboration !

Non jamais je ne conteste
Ni revendique ni ne proteste
Je ne sais faire qu’un seul geste
Celui de retourner ma veste
De retourner ma veste
Toujours du bon côté

Je l’ai tellement retournée
Qu’elle craque de tous côtés
A la prochaine révolution
Je retourne mon pantalon

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 16 h 20 min

Faudrait mette un char israélien un merkava sur la gauche ça essepliquerait…

l’oeil artiss..l’équilibe des masses..du naratif..lsens dla compo..prends en dla graine dracul

bouguereau dit: 5 juillet 2017 à 16 h 18 min

un homme dans toute la plénitude du terme

bien..c’est mieux que tes en terme de plénitude..sans faute ça fsait hencore plus sa bourrine..pas bzoin d’un dessin là rose

Widergänger dit: 5 juillet 2017 à 16 h 09 min

Pour le moment, un « électron » est plus un ensemble d’équations qui marchent, qu’une réalité tangible.

De toute façon, nous ne sommes qu’un rêve de Dieu. Dans le meilleur des cas… Parce qu’autrement, nous sommes son cauchemar…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*