de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Place Taksim, lire c’est résister

Place Taksim, lire c’est résister

Après un mois de manifestations réprimées avec la violence policière que l’on sait (plusieurs morts, des milliers de blessés), et la place nette faite à coups de lance à eau et de gaz lacrymogène dans le parc Gezi attenant à la place Taksim désormais aussi célèbre que la place Tahrir, un homme seul a poursuivi la lutte à sa manière. En s’y tenant debout immobile pendant des heures. Devenu l’icône du mouvement par la force d’une seule photo, un peu comme le fut à « son corps défendant » le jeune chinois stoppant par sa seule présence une colonne de chars sur la place Tian-An-Men, le chorégraphe du nom de Erdem Gunduz a fait des émules dans toute la Turquie. D’autres « hommes à l’arrêt » ont pris le relais de sa présence muette et non-violente. Mais à Istanbul, le mouvement a pris ces derniers jours un autre visage avec l’apparition d’hommes et de femmes, certes debout et immobiles, mais ostensiblement plongés dans la lecture d’un livre. Jusqu’à inspirer un « Taksim Square Book Club », comment en témoigne le blog du photographe anglais George Henton.

Nul doute que si son reportage n’était pas aussi fort, et si largement diffusé par Al-Jazeera, l’initiative aurait rencontré moins d’écho. Que lisent-ils en turc, en anglais, en français (ici toutes les photos en grand format) ? Des discours et des biographies de Mustafa Kemal Atatürk, le père de la République laïque turque, dont le portrait leur fait face puisque le centre culturel qui porte son nom se situe sur cette place ; Le Mythe de Sisyphe d’Albert Camus , Trois jours chez ma mère de François Weyergans, Des feuilles dans la bourrasque de Gabriel Garcia Marquez, La crise du monde moderne de René Guénon, La Métamorphose de Kafka, La Fin des temps de Haruki Murakami, Et Nietzsche a pleuré de Irvin David Yalom, Resurrection Gallipoli 1915 de Turgut Ozakman, des nouvelles de Tezer Ozlu, le livre le plus plébiscité par les lecteurs de la place Taksim étant, d’après le photographe, 1984 de George Orwell. Quel chemin parcouru depuis les tous débuts du mouvement lancé à l’origine par des écologistes contre le projet de destruction du parc Gezi, sa piétonnisation, la reconstruction d’une caserne et la construction d’un centre commercial ! La réaction du pouvoir fut si radicale que le mouvement déborda largement son objectif initial et se mua rapidement dans tout le pays en contestation contre un gouvernement islamiste qui a multiplié les initiatives autoritaires restreignant les libertés.

Ils lisent tranquillement, sereinement, sans proférer le moindre slogan ni harceler les policiers et les soldats omniprésents dans le quartier. Ils le font à visage découvert malgré les risques de fichage et de poursuite judiciaire. On verra bien si dans la Turquie d’Erdogan la lecture publique et silencieuse est tenue pour un « acte de vandalisme », c’est à dire comme une dénonciation vue comme une insupportable provocation, et si des hommes et des femmes, figés en autant de statues de sel, ont pu durablement l’ériger en un acte de résistance au régime.

(Photos de George Henton)

Cette entrée a été publiée dans Actualité.

587

commentaires

587 Réponses pour Place Taksim, lire c’est résister

Jacques Barozzi dit: à

La sauterelle ayant sauté toute la nuit s’en trouva toute décatie au petit matin.
Et c’est ainsi que du « fait -moins -long(que le félon fêlé) » il ne reste plus que « le fl « au » !

never more dit: à

Les potes aux jc tégniez et autres assassins peuvent bien bomber le torse et ricaner, ils hurlaient « à mort Camus » et assassinaient à tour de bras dont des intellectuels humanistes comme Mouloud Feraoun meurtres qu’ils revendiquaient avant de se planquer parfois sous des étiquettes de notables

Colonel Papy dit: à

La Ligue des Droits de l’Homme est une vieille boiteuse déséquilibrée, sa jambe gauche reste bloquée dans le passé, sa pauvre patte folle traîne définitivement ses regrets, sa tête se vide de sens, son œil borgne ne voit qu’une toute petite partie du spectacle du monde. Triste fin !

jean-claude dit: à

Ce sont des papys qui prennent le frais, bien tranquilles, sur la côte. Au menu de leurs journées : soleil, pastis et rigolades. Sauf que. Sauf que ces gentils papys ont du sang sur les mains. Attentats et violences politiques, ils se voient comme des héros, des résistants. Non, décidément, les anciens de l’OAS ne regrettent rien…
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?rubrique69

renato dit: à

Dans leurs vestons en papier vélin aux couleurs variées les mandarins participent aux congres en représentation des agrumes de saisons…

Cela dit, quelqu’un a dit au fléau : « non, t’es trop moche, tu n’es qu’une cloche », etc., et cela lui a produit des aigreurs d’estomac…

le fl "au dit: à

il y a des blogs de doctorants et ceux qui ont fait un peu de chemin connaissent le mépris qui leste le terme de « doctorant  » qui est du même tonneau que celui qui leste celui de star et de mandarin, et d’artiste !alors leurs sous, c’est pour la causerie soupe lorsque leurs bas rosissent

Bloom dit: à

Dear tkt, vous lisez le turc en anglais ou en français ?
Parce qu’en français, c’est fort mal traduit. Pas du coton de se taper Pamuk en Français.

I beg to differ, Phil. Pour Coton, ok, (de toutes façons,ce n’est pas le plus intéressant) mais pas pour les autre. Enis Batur (Actes Sud), Mario Levy (Sabine W.) ou Ozdemir Ince (Al Manar) son tous excellemment traduits par un ami proche, qui a obtenu le prix Max Jacob pour la traduction de ‘Mani est vivant’. Je recommande également les excellentes publications des Editions Turquoise, sises à Levallois-Perret.

le fl "au dit: à

ce blog est sans intérêt il apparaît comme un moyen pour P Assouline de se concilier des personnes à son service des esclaves volontaires pour se défrayer de ses propres questions de dette de vie comme disent les psys aux moindres frais .
c’est ce qui explique le départ de personnes qui

Le Sous Doctorant dit: à

t’ x t > t – T = x.
=> Haletant ?

La suite Mister renato SVP.

le fl "au dit: à

‘ ce « trop trop » n’est pas à imputer à une répétition involontaire comme c’est banal sur internet !c’est même très intentionnel
vous acez écrit sans doute en cela par subsition à vos supposé lecteurs qu’il vous manquerait toujours quelque chose : voilà donc ce que vous prêtiez à vos lecteurs de penser.
évidemment je suppose que pour nombre de lecteurs c’était une formulation bien maladroite disons de psy très novice
qui pourrait accepter cette manière de justifier son propre désir de l’autre », de désir de désir ?
car s’il s’agit de commenter le billet , voici une citation (copiée de chez claro)
 » you fuckers, you screwheads. Here is a man who would not take it anymore. A man who stood up against the scum, the cunts, the dogs, the filth, the shit. Here is a man who stood up. »

le fl "au dit: à

ce qui rend ce blog totalement inintéressant c’est que certains semblent dans une panique narcissique absolue quand ils ne peuvent ps caser leur « petite dernière » .
pauvre Pierre Assouline !
C’est vrai que votre personne avec son désir avoué de « biographe » ne me fascine absolument pas. »ce côté de « déjà vu » – et cela pour le dire avec retenue !
non que je cherche « du nouveau » d’ailleurs, mais quand même ‘est-ce que vous prenez les lecteurs, tous les lecteurs confondus, ce qui implique professeurs ,confrères en tout, copains d’ici ou de là ,jeunes et vieux se demandait un commentateur , un jour ;
pour des billes, mais ce serait déjà quelque chose d’autre que ce que d’aucuns appellent le négatif , qui d’ailleurs n’est pas « rien en photographie .
mais non c’est bien plus effrayant , ce blog.
voilà aussi pourquoi je ne peux pas non plus vous aimer juste un peu , ni vous ni ceux qui s’identifient tant soit peu à vous par « confusion » ce qui n’est pas mon cas ! et non parce que vous seriez un visage du passé , ce serait trop simple. comme les modes de censure de ce blog .
c’est parce que vous êtes trop trop!

renato dit: à

C’est vexant… c’est vexant… enfin, ils lui ont dit : « non, t’est trop moche, tu n’es qu’une cloche », etc., et cela lui a produit des aigreurs d’estomac…

le fl "au dit: à

si ce blog est si vexant c’est que certains n’y viennent que pour s’ébattre et y chercher je ne sais quoi et eux peut-être guère mieux que moi et s’y donner de l’importance aux dépens des propositions de commentaires du billet . (et la plus grande hypocrisie de ce blog est là)

renato dit: à

Quoi, évoquer ceci plutôt que cela ce serait une obligation ?! et puis quoi encore ?

le fl "au dit: à

si ce blog est si vexant , c’est qu’il a été épilogué par des gens qui se présent en experts d’histoires de ardis et que n’ a pas été évoquée la sculture au luxembourg
Par Gaston WATKIN.

Ce monument, érigé en 1956, est un hommage aux étudiants morts dans la Résistance. Il s’inspire du « Chant des partisans » et se présente comme le symbole de l’union salvatrice et du sacrifice de la jeunesse française.

Le Sous Doctorant dit: à

Lecture interdite pour les Islamophiles :

Ballade des femmes infidèles

1)
Veux-tu une femme, mon fils, pour toi tout seul
Alors renonce au reste et fais ton testament
Si en cochon tu ne te transformes pas
A celle d’un cheval ta queue ressemblera
Il y a des filles qui se plaignent après
Ne les désire pas : elle ne valent rien

2)
Mens-lui, aucune n’est plus grosse que la tienne
Dis-le-lui très clairement, garçon, prends une hachette
Et assieds-toi près d’elle, avant qu’un autre ne lui mette
Tout de suite un oreiller sous le fesses.
Il y a des filles qui résistent
Tiens-toi loin d’elles, elles ne valent rien.

3)
Plante ton couteau à côté de vous dans le lit
Et ne sors pas si tu ne le dois pas
Puis prends-la, je te dis, ça vaut mieux
Sinon quelqu’un lui pelotera la poitrine
Il y a des filles qui s’en fichent
Alors reste loin d’elles : elles ne valent rien.

4)
Tu ne dois pas t’en servir trop souvent la nuit
Sinon tu dors profondément et rien n’est pire
Si en dormant tu n’es pas capable encore de fumer la pipe
Elle court tout de suite dans une autre chambre
Il y a des filles qui vénèrent le sommeil
Tiens-toi éloigné d’elles : elles ne valent rien.

Bertolt Brecht :
« Ballade von den untreuen Weibern » 1926.
Texte français : Louis-Charles Sirjacq.

le fl "au dit: à

le livre le plus plébiscité par les lecteurs de la place Taksim étant, d’après le photographe, 1984 de George Orwell.
intéressant cette substitution de plébiscité au »populaire » de l’internet !
mais comment le sait-il ? y-a-t-il eu une enquête parallèle ? ses photos lui ont-elles donc suffi à conclure si vite ?
ce n’est pas là que je trouve l’intérêt du travail , mais au fait qu’il donne un visage à des acteurs d’ une manifestation

Le Sous Doctorant dit: à

« D. dit: 29 juin 2013 à 20 h 35 min
L’idée d’une méridienne verte était formidable; un immense jardin traversant toute la France du Nord au Sud. »

La France,un jardin ce pays…
Regardez le tour de France !.

le fl "au dit: à

le plus intéressant de l’expression en français de « corps défendant » me semble
– dans son histoire la date qui fait apparaître l forme
« EN son corps défendant »
il peut être simpliste de se limiter au C.D sous prétexte de français de… manager ou d’e(x) coach : les composantes perverses de leur pratique, de ses rapports à ..leur (!)paranoïa comme ils disent- et écrivent ! et les effets de celle -ci ont été étudiées

le fl "au dit: à

au moins, je peux dire que j’ai lu au moins un auteur, et qui fut bien lauréé qui se posa une seule et même question pendant quarante ans, il l’a écrit- sans faire de sa vie un désert et qui , au contraire en fit des découvertes fondamentales pour l’humanité !
votre passoul* fait souprizU

passoul*barlozzi dit: à

J’aime beaucoup ce que vous écrivez, monsieur San’Angello G. C’est toujours au coeur du sujet du jour et vos ponctuations sont si spirituelles !

Jacques Barozzi dit: à

« Frelon (je simplifie le pseudo, pardon) »

On devrait l’appeler définitivement la « sauterelle », pour sa manie de sauter d’un pseudo à l’autre constamment ?

u. dit: à

« aux coiffures si hautes de Marie-Antoinette »

Halte là, Jacques.
On commence par Marie-Antoinette (cette femme ordinaire devenue une quasi-sainte).
On finit par se moquer des coiffes bretonnes.
Et quand on touche à ma grand-mère, je vois rouge.

(Ne soyez pas surpris, nos femmes bigouden sont des asiatiques: pommettes hautes, et « tache bleue » sur la fesse du niveau-né, les sérologues en restent cois).

Enfin, je vois rouge.
Je vois bleu, je vois blanc. Ça dépend.

u. dit: à

Intéressante expression en effet, Frelon (je simplifie le pseudo, pardon)

Si je comprends bien le corps s’est fait coeur (esprit), si on comprend « à son corps défendant » comme « à contre coeur ».

C’est là qu’on voit la malice de Molière:

« Et l’on sait qu’elle est prude à son corps défendant. »
(Tartuffe)

Jacques Barozzi dit: à

(les pseudo de HR ressemblent de plus en plus aux coiffures si hautes de Marie-Antoinette qu’elle ne pouvait plus entrer dans son carrosse !)

Jacques Barozzi dit: à

« j’ai dû me rendre à l’évidence que toute cette critique et cet art culinaro pédagogico-critique au sel de menu de blog m’emmerdaient prodigieusement »

Pourquoi en redemander constamment, par pur masochisme, fait -moins -long(que le félon fêlé) ?

fait -moins -long(que le félon fêlé) dit: à

nul ne sait ….
Spinoza et l’improvisation en danse : nul ne sait ce que peut le corps !
Projet des Curiosités Danse Philo, rencontre du jeudi 28 octobre 2010
http://www.citedanse.org/curiosites/4/SPINOZA.pdf
« 

fait -moins -long(que le félon fêlé) dit: à

à son corps défendant nul a sait ce que peut le corps Spinoza
aujourd’hui j’ai lu différents articles et pa-ges sur la toile de critique d’art dont la page
sur l ’étonnante histoire de “Alkahest”, tableau d’Anselm Kiefer,
non sans penser à la mnière dont F.Jacob appelait De gaulle « la cathédrale gothique »!
et j’ai dû me rendre à l’évidence que toute cette critique et cet art culinaro pédagogico-critique au sel de menu de blog m’emmerdaient prodigieusement . alors lire, oui !mais rien de trop !

Sant'Angelo Giovanni dit: à


…surproduction,…des biens et services,…quelles valeurs d’échanges produire,…des diversions,…

…le Matto Grosso et ses mines d’or, et son pétrole,…la déforestation,…les Couvent de la droite pour prier aux Louis d’or,…l’arche de Noé à sec sur le mont Blanc,…dernière nouvelle fraîche,…
…les esquimaux au clair de lune, les igloos fondues du capitaine La-Pond,…en Zen du voyage,…aux îles  » colibris  » de Montpellier,…
…Montpellier la diversion à deux balles de rafraîchissant les jus de fruits,…
…self-service,…etc,…Bip,…Bip,…Ah,…Ah,…

renato dit: à

Jacques, pas besoin d’être Suisse pour ouvrir un compte en Suisse, il suffit de le déclarer à l’autorité fiscale du pays de résidence.

Jacques Barozzi dit: à

La canicule ?

Voilà ce qu’écrivit Félix Platter, à la fin du 16e siècle siècle, lorsqu’il vint de Bâle pour étudier la médecine à Montpellier :

« Montpellier est une belle ville bien bâtie. Je n’ai pas vu sa pareille en France pour la beauté de ses maisons, construites généralement en pierres de taille, et renfermant des logements superbes. Les rues sont étroites, ce qui les garantit contre les ardeurs du soleil pendant les fortes chaleurs. A cette époque, on se tient au rez-de-chaussée, où l’on entretient la fraîcheur en arrosant les appartements et les rues. »

bérénice dit: à

Jacques j’ai progressé car il y a de cela quelques années je décidais de m’y rendre et demi-tour au premier carrefour ensuite j’ai visité l’ultra-centre cueilli quelques beaux fruits proposés, apprécié , jolie ville agréable à éviter en période de canicule mais ceci vaut pour toutes les villes.

bérénice dit: à

Montpellier les vrais lieux du pouvoir en une du Point? Montpellier capitale régionale, festival radio-France très bientôt, s’y rendre ou pas telle est la question.

fait -moins -long(que le félon fêlé) dit: à

Et elle n’a pas dit un mot quand on a abordé le chapitre sur Montpellier !
elle ne tient pas debout sa chanson de son lion au grand coeur dont vous seriez jalouse » alors elle a TITU bé, eh eh eh !

D. dit: à

Si, si. Bérénice habite dans l’Hérault. Elle me l’a confié.

Jacques Barozzi dit: à

D., les troubadours chantaient l’amour libre, vous ne devez pas avoir le profil pour votre bien aimée !

Jacques Barozzi dit: à

Bérénice habite dans l’Hérault ?
Et elle n’a pas dit un mot quand on a abordé le chapitre sur Montpellier !

D. dit: à

Quand je pense que 224 ans après la Révolution française, on a toujours des élites non élues directement, surpayées, qui mangent gratuitement les meilleurs fruits pendant que le peuple a à peine de quoi en acheter de mauvais, bourrés de pesticides et mal mûris, dans les supermarchés.

bérénice dit: à

Et je n’aime que vous tant qu’à faire plutôt vous qu’un autre moins beau moins drôle moins érectile.

bérénice dit: à

D 20h46 En tout cas pas de balcon j’aurais eu de vos nouvelles avant!

bérénice dit: à

Jacques c’est parce qu’au USA ils en comptent proportionnellement plus que chez nous, voyez tous ces bars à gays avec cuirs muscles débordants et casquettes de marins et bien ça fait peur et ils ont peur aussi ont-ils pour une fois déplu au cuculsclan en acceptant tous ces homosexuels débordant de testostérone, un peu obligés quand même en raison du rapport de force évident; mais êtes-vous certain qu’au Texas ou dans l’Arkansas ces lois soient passées?

fait -moins -long(que le félon fêlé) dit: à

debout statues de sel, vous qui disiez « mais arrête de bouger mon petit hyperactif adoré, ou j’irai te vendre morceau par morceau , autour du monde en caddie , arrête, arrête donc petit dénaturé …

D. dit: à

J’ai eu une double déception aujourd’hui. D’une part Bérénice habite dans l’Hérault, d’autre part elle n’aime pas les huîtres.
Je me fais trop d’illusions sur les gens. Ça me servira de leçon.

D. dit: à

L’idée d’une méridienne verte était formidable; un immense jardin traversant toute la France du Nord au Sud.

Jacques Barozzi dit: à

renato, il n’y a aucun mal à avoir un compte en Suisse, surtout si l’on est Suisse ou si l’on y travaille et réside !

Jacques Barozzi dit: à

En fait, sous toutes les pierres de Paris, c’est plein de fantômes, D. Mais c’est comme tout, il y en a de gentils et d’autres moins. Il suffit de les connaître…

Jacques Barozzi dit: à

Il y a aussi de mauvaises ondes telluriques au Luxembourg, D., puisque c’est à cet emplacement que se trouvait, hors de la ville, le château de Vauvert. D’où l’expression aller au Diable Vauvert !

Jacques Barozzi dit: à

En tout cas, aux USA, pays soi-disant plus religieux que le notre, le mariage gay est passé sans problème, semble-t-il !

Jacques Barozzi dit: à

La tradition des variétés rares de poire du Luxembourg, plantées en espaliers, date des Chartreux, anciens propriétaires des lieux, chassés par Marie de Médicis, D.

Jacques Barozzi dit: à

Ce manifestant « inoffensif » contre le mariage pour tous, condamné à deux mois fermes, c’est une connerie, u. Le faire payer pour les casseurs (pour l’exemple ?) n’est pas la solution, ni l’expression de la justice, ils n’ont réussi qu’à en faire un bouc émissaire. Vals et Taubira n’ont pas de quoi en être fiers, trahissant ainsi leur faiblesse plutôt que leur force…

Jacques Barozzi dit: à

« y a de graves problèmes telluriques aux Tuileries »

Oui, D., les gardes suisses en ont fait jadis les frais !

C’est que le Sénat est plus riche que l’Etat (ministère de la culture) DHH !

Il y a aussi le cas singulier du Jardin des Plantes, longtemps laissé en déhérence et qui semble mieux se porter aujourd’hui ?
Tout les autres parcs et jardins, ainsi que les deux bois, eux, sont gérés par la Ville de Paris (plus de 400 espaces verts).

fait -moins -long(que le félon fêlé) dit: à

après le cente le tour
. Intermède des prologues. Il aura donc fallu attendre 47 ans pour voir un sprinter succéder à un sprinter et parader en jaune à l’issue de la 1ere étape du Tour de France.

D. dit: à

C’est tout à fait exact, et seuls les sénateurs peuvent manger les variétés rares de poires du verger. Il va falloir que ça cesse.

DHH dit: à

ce qui fait la difference entre le tuileries et le Luxembourg ,c’est que le premier emarge au budget de l’etat et est geré à l’economie avec un personnel insuffisant ,tandis que l’autre releve des frais de fonctionnement du Senat ,qui sont surabondants et permettent d’employer pour son entretien dix fois plus de jardiniers .

D. dit: à

Or, le Palais des Tuileries était particulièrement chargé en mauvaises ondes.

D. dit: à

Ces perturbations telluriques qui affectent les esprits viennent des bâtiments aujourd’hui disparus. Lors de la disparition de bâtiments, toutes les mauvaises ondes passent dans le sol et se répartissent toujours sur une bande de direction Est-Ouest, qui est traditionnellement l’axe du bien (Est – ce qui commence, l’espérance) ou du mal (Ouest – ce qui disparait, le néant, le désespoir).

D. dit: à

Et la proximité de la pyramide du Louvre n’arrange rien du tout.

D. dit: à

Je peux vous assurer qu’il y a de graves problèmes telluriques aux Tuileries, Jacques.
Je m’y connais.

Objectif dit: à

Etre moins con qu’hier et plus intelligent demain!

éducation dit: à

Jacques Barozzi dit: 29 juin 2013 à 16 h 21 min
fait -moins -long(que le félon fêlé) dit: 29 juin 2013 à 16 h 34 min

@Education dit: 29 juin 2013 à 16 h 21 min
et votre ignorance en matières?

Erreur, impasse pair et passe.

u. dit: à

Furgole et M. Régniez ont bien le droit de soulever des questions.

Bloom parlait (en gros) du rapport entre espace urbain et espace civique.

Le document suivant est intéressant, indépendamment de l’idéologie des « Veilleurs », sur ces questions de droit concernant l’espace public.
Elles sont compliquées (cf. l’histoire du « voile »).
Le sang froid de l’officier est estimable.
Le ridicule de la police est de nature républicaine plus que démocratique.

http://www.youtube.com/watch?v=yAtKk6WRCNM

C’est égal, il est dommage que ce ne soit pas des démocrates qui posent ouvertement ces questions.
Un démocrate qui ne se pose pas en permanence la question de la possibilité (ou de l’impossibilité) de la démocratie n’est pas un démocrate.
C’est un imbécile.

combien de sexes dit: à

A bas les intégrismes!

combien de sexes dit: à

C’est vrai Kicking, c’est sympa le Luxembourg avec toutes ces pelouses bien tondues ces marronniers ces poneys ces voiliers à baguette ces cours de tennis la rumeur assourdie de la ville filtrant à peine à travers l’espace paysager,j’y ai même rencontré un homme qui portait des baskets rouges et mangeait le plus tranquillement sa gaufre, incroyables mystères de Paris!

observer dit: à

les intégristes cathos et autres obscurantistes/fascistes comme furgole ou le furoncle du paraguay essaient d’infilter la démocratie pour vendre leur camelote

kicking dit: à

Le jardin des Tuileries est surtout un peu trop « poussiéreux » à mon goût, contrairement au Luxembourg

voilà qu’aujourd’hui je suis d’accord avec barozzi, c’est grave docteur ?

renato dit: à

Vous pouvez prouver ce que vous avancez, Jacques ? Enfin, Traube étant résident ce serait étonnant s’il n’avait pas un compte… mais bon, on dit ici que vous êtes une pipelette, toutefois si j’étais en vous je me tiendrais aux Mystères de Paris…

Philippe Régniez dit: à

Furgole apporte une remarque intéressante à 7H42.

Il faut cependant considérer que dans le climat actuel, il est très difficile de publier des textes ou des articles, hors sur des blogues partisans, sur ce qui semble être des dysfonctionnements dans les mécanismes démocratiques du pays.

Il est donc permis de penser que le présent article dans les colonnes de la RDL est une façon « en creux » d’aborder ce problème sociétal contemporain, de donner matière à réflexion, et que le recours à un exotisme géographique est un moyen de parler de ce dont il serait difficile de parler autrement.

Sant'Angelo Giovanni dit: à


…l’€urope,…et ses Cyclopes  » de la horde à l’état « ,…Oui,…et après,…
…des lèches-culs soumis,…des tenants aux aboutissants,…la pensée obscurantiste en Show-Ah,…collabos,…pour deux balles à morpions,…etc,…
…soumis, enculés, et contents,…Bip,…Bip,…Ah,…Ah,…

…sans châteaux donner la musique aux canons,…
…mieux choisir ses victimes pauvres,…tout les rôles ne sont pas en coïncidences inversées,…
…partager les taxes à payer et les profits de toute espèces,…ou signifiants  » impôts politiques aristocrates « ,…
…A bas,…les Louis XIV, les Louis XV,…et tout les rois tyrans du monde, et à venir,…
…faîte le ménage et partager la directions des entreprises,…Go,!…etc,…
…A bas les Cyclopes capitalistes, et la gestion collabo du droit en Europe,,…etc,…
…Bip,…Bip,…etc,…

Jacques Barozzi dit: à

« Lattès change le titre du roman « Le fils de John McEnroe », programmé à la rentrée
L’éditeur, échaudée par l’affaire qui oppose Scarlett Johansson à Grégoire Delacourt, ne veut pas prendre de risque quant à l’utilisation du nom d’une star et rebaptise l’ouvrage d’Arnaud Friedmann, titré désormais Le tennis est un sport romantique. »

Les temps changent… en pire ou en mieux ?

Il y a plus de trente ans, Jean-Pierre Enard publiait « Le dernier dimanche de Sartre », où il décrivait la mort imaginaire de l’auteur qui était encore en vie. Il ne lui a pas fait de procès et le livre eut du succés…

combien de sexes dit: à

Puisqu’ici le potentiel généreux des intelligences rares lit il pourra sans ressentir la difficulté d’un travail fastidieux dresser la liste des livres dont le titre comporte une indication sexuelle destinée à renseigner sur la nature de ces choses les lecteurs qui ne craignent pas le regard de réprobation de leurs voisins de librairie au moment de l’achat.

Jacques Barozzi dit: à

« l’erdélien » est un mythe, et hormis renato et TKT, il n’a pas de compte en Suisse…

fait -moins -long(que le félon fêlé) dit: à

@Education dit: 29 juin 2013 à 16 h 21 min
et votre ignorance en matières?
la Turquie a un riche passé et les fouilles y ont été fécondes ce qui implique aussi un tourisme nombreux et des savants de nombreuses langues , et des interprétations conflictuelles alors pensez qu’aujourd’hui qu’il y a je ne sais plus combien de sexes l’erdélien n’est pas couru comme une denrée rare e

bérénice dit: à

16h21: Au chili, les veuves cherchent leurs disparus depuis la fin de la dictature et dans le désert, une vie dont on n’a pas pu faire le deuil demeure comme une étoile à émettre une lumière longtemps après sa fin alors ces veuves errent sans relâche à la recherche d’un signe de leur cher disparu, un bijou, un effet, des ossements, ce désert est l’endroit du monde où le niveau d’hygrométrie est le plus faible du monde et pour cette raison les plus grands observatoires y ont été installés pour comprendre notre ciel.

bérénice dit: à

16h06: voici ma suggestion: Zina ou Ta aussi éloignés l’un de l’autre que le sont l’Amérique latine du Japon, deux cultures trois hommes on cherche encore le disparu mais je vois qu’au Chili les femmes cherchent toujours.

renato dit: à

« … il fut aménagé à partir de 1564 par Catherine de Médicis à l’emplacement d’une ancienne fabrique de… tuiles. »

De là la poussière…

Jacques Barozzi dit: à

Quant au Luxembourg, palais et jardins, c’est à Marie de Médicis que nous le devons.
D’une Médicis l’autre, nous devons une reconnaissance éternelle à ces reines italiennes…

Jacques Barozzi dit: à

Le jardin des Tuileries est surtout un peu trop « poussiéreux » à mon goût, contrairement au Luxembourg, D.
Savez-vous d’où vient ce nom des Tuileries ?

Parce qu’il fut aménagé à partir de 1564 par Catherine de Médicis à l’emplacement d’une ancienne fabrique de… tuiles.

fait -moins -long(que le félon fêlé) dit: à

Education dit: 29 juin 2013 à 15 h 47 min
oui mais dans son chapeau il ne faut pas prendre les femmes pour des bérets, comme disait ? ce n’était pas yalom, ni Camus , ni sartre ni Derrida ni coluche

Education dit: à

Lorsque le temps sera venu, même la littérature mangera sa poussière.

fait -moins -long(que le félon fêlé) dit: à

trop de féulents messieurs nuit gravement à la littérature de blog

Education dit: à

Si si veux stopper ton adversaire, va dans son son sens et attend l’instant ultime où tu pourras l’abattre, mais surtout ne te découvre pas.

C'est mon opinion dit: à

Lorsque face à soi, seule la médiocrité dogmatique fait autorité, le livre me semble noble, mais inadapté au duel, donc j’aurais tendance à rejoindre J.C..
Seule la KALAChE,NIANT LE KOF-DOGME peut résoudre le problème du dogme courant, quel que soit le contenu du livre.
Avec les abrutis, seul la force compte.
Si la manif avait pris comme livre le coran, alors l’humour et la manif manip aurait un sens.

D. dit: à

Les Tuileries ne sont pas terrible, Jacques, en raison de leur orientation quasi Est-Ouest. Au point de vue tellurique, cela pose un gros problème. Moi en tout cas j’y suis sensible.
Un jardin agréable doit être orienté Nord-Sud, voire Nord-Ouest – Sud-Est. Ou bien pas orienté du tout, je veux dire par là sans longueur particulière. C’est le cas des Jardins du Luxembourg.

cotton dit: à

« On verra bien si dans la Turquie d’Erdogan la lecture publique et silencieuse est tenue pour un « acte de vandalisme », c’est à dire comme une dénonciation vue comme une insupportable provocation »
je signale que le vice-1er ministre B. Arinç a indiqué que ce n’est pas du vandalisme !
attention de ne pas tomber dans la turcophobie et l’islamophobie comme certains : d’iribarne ds le fig d’hier

Jacques Barozzi dit: à

Histoire de faire tomber les voiles !

Jacques Barozzi dit: à

Peut-être que si tous les jeunes turques se mettaient torse nu sur les principales places du pays, cela aurait un plus grand impact contre la tartufferie des religieux au pouvoir ?

fait main dit: à

Les femen savent bien que les fines mouches du style et de la pensée , et du français correct ne chassent ni sur la RdL, ni sur les courts

Jacques Barozzi dit: à

« il est certain que si les féministes lisaient autre chose que leurs propres oeuvres, nous n’en serions pas ou nous en sommes aujourd’hui. »

Les femens ne lisent plus, elles agissent à découvert, M. Court !

Sant'Angelo Giovanni dit: à


…il faut, une nouvelle  » classe  » politique,…plus juste,…que des simples soumis profiteurs-collaborateurs,…à la classe actuelle au nombrilisme lobbiyng  » aristocrate à deux balles de démocratie parlementaire « ,…
…partager les taxes et les profits,…ou la révolte gronde déjà,…
…les actionnaires,…Out,…héritiers de vols organisés de l’histoire des peuples,…
…le peuple plus radical,…et actif,…en tout lieux,…etc,…
…défendons nous des Cyclopes financiers et usufruitiers,…Ulysse revient,…
…nettoie-nous cette académie de bordel financier,…l’électronique au service du peuple,…etc,…Bip,…Bip,…Ah,…Ah,…etc,…
…devise,…toujours attaquer et détruire les profiteurs,…du matin au soir,…toujours attaquer les profiteurs et escrocs du peuple,…etc,…pas de répits,…etc,…

MCourt dit: à

Ah, ineffable Clopine, il est certain que si les féministes lisaient autre chose que leurs propres oeuvres,j nous n’en serions pas ou nous en sommes aujourd’hui.
Consuelo est le moins mauvais et le plus fou des romans de Sand. Il y a là une sorte de croisement entre Venise et Pierre Leroux, sans le dogmatisme épais du second. On est avant la Grève de Samarez, cette « somme du Messianisme raté » et Sand va à sauts et gambades entre Italie et Allemagne, Dix-huitième Siècle finissant et sociétés secrètes façon Léo Buckardt. L’oubli, qui nous débarasse de Sand, peut se montrer clément pour Consuelo.
MCourt

Jacques Barozzi dit: à

« Le Jardin des Tuileries, dessiné par Le Nôtre au XVIIème siècle, sert de prolongement paysagé au Musée du Louvre. Il tire son nom du Palais des Tuileries, résidence royale et impériale jusqu’en 1870, aujourd’hui disparu, qui formait le quatrième côté du Louvre.
Au XVIIIème siècle déjà, il était le rendez-vous notoire des homosexuels. Comme il appartenait au domaine royal, les gays élégants pouvaient y draguer sans crainte d’être arrêtés car la police ne pouvait y entrer. Les « mouches » séduisaient alors les infâmes (comme on appelait les homosexuels au XVIIIème siècle) et les attiraient dehors où des officiers les attendaient. Ces « mouches » étaient de beaux jeunes hommes recrutés par la police. Aujourd’hui encore, malgré les modes, le jardin des Tuileries reste un lieu de drague entre garçons. C’est sur la terrasse du Bord de l’Eau (côté Seine) que se concentraient habituellement les allées et venues, côté Musée de l’Orangerie. La drague s’est déplacée à l’autre extrèmité du jardin, vers les Jardins du Carroussel.
A mi-longueur de la terrasse du Bord de l’Eau, en bas des escaliers. On se retrouve alors au bord de la Seine, au niveau de la passerelle de Solférino.

Les bords de Seine du Quai des Tuileries sont plus connus des gays parisiens sous le nom de « Tata Beach » !
C’est une des promenades les plus agréables de Paris que de flâner à cet endroit sur les bords de Seine, sur des quais réservés aux piétons. On les dirait même réservés aux gays ! Il y a toujours du monde et plus particulièrement en été, bien sûr, quand beaucoup n’hésitent pas à se faire bronzer en maillot de bain. On vient à Tata Beach autant pour voir que pour être vu. »

arpeggio dit: à

tandis qu’Elsa coud !

et qu’Ezra pond !

Jacques Barozzi dit: à

Le banc-bureau d’Aragon aux Tuileries a dû probablement constituer un superbe alibi pour partir à la chasse aux éphèbes le long de la promenade du Bord de l’Eau : Louis drague tandis qu’Elsa coud !

arpeggio dit: à

Pinpin dit: 29 juin 2013 à 11 h 28 min

Les accords, ça sert à rien.

Bien d’accord.

Sant'Angelo Giovanni dit: à


…vous, et lisez,…pour résister, sans peines,… » jamais soumis « ,…Pardieu,…etc,…

juancosta dit: à

ah, si vous continuez comme ça, barozzi, renato ne va pas être d’accord.

Sant'Angelo Giovanni dit: à


…en Europe,…aussi,…on lit pour résister,…

…à nos têtes de Cyclopes turcs bicéphales au pouvoir,…
…même avec la cavalerie polonaise collabos,…le sérail des financiers hors-taxes,…etc,…jamais sans châteaux,…et industries,…Bip,…Bip,…Ah,…Ah,…etc,…

Jacques Barozzi dit: à

« il devait s’en aller écrire sur un banc des Tuileries pour laisser Elsa travailler sur l’unique table disponible »

Est-ce sur cette table qu’Elsa créait des bijoux fantaisie qu’Aragon allait ensuite tenter de placer au porte à porte chez les couturiers ?

Jacques Barozzi dit: à

Alain Bougnoux nous fait pénétrer dans l’antre du paysan de Paris :

« Je venais, à vélo, de partir en repérage rue de La Sourdière, et j’avais découvert pour la première fois l’immeuble, très calme, où Aragon et Elsa « vécurent et travaillèrent » au numéro 18 (comme dit la plaque posée l’année dernière), de 1935 à 1960. Nous nous sommes donc repliés sur cette petite rue tranquille, seulement animée à cette heure par les cris d’enfants de l’école voisine (…) quand un homme se pointa pour entrer dans l’immeuble, je lui demandais à quel étage se situait l’appartement d’Aragon, « J’y habite », je le suppliais aussitôt de m’en ouvrir la porte, ce qu’il accepta de bonne grâce, à condition de n’y prendre aucune photo.

Cette visite fut la bonne surprise de la journée, car elle dissipe un mythe. J’ai lu partout, à la suite des propres déclarations d’Aragon, que le deux-pièces qu’il habitait alors était si exigu qu’il devait s’en aller écrire sur un banc des Tuileries pour laisser Elsa travailler sur l’unique table disponible, entre les amoncellements de livres, de journaux, d’affiches et de tableaux qui croulaient des murs et rétrécissaient encore leur demeure. Directeur de presse, Aragon ne pouvait recevoir chez lui faute de place, et donnait tous ses rendez-vous au dehors ; ce n’est qu’avec l’achat du Moulin, en 1951, que le couple retrouva pour lire et pour écrire les coudées franches, loin de cette rue où le téléphone n’arrêtait pas de sonner, et où l’espace leur était si chichement mesuré. En bref, je m’attendais à pénétrer dans un trou à rats.

Au deuxième étage d’un bel escalier en spirale, on franchit l’unique porte palière pour déboucher sur une entrée, bien éclairée par une large fenêtre, qui ouvre sur le sud en regardant la minuscule cour, et le grand arbre qui orne celle du 16. La pièce principale, à main droite, compte en fait les deux volumes, spacieux et en enfilade, d’un salon-salle à manger abouché à une cuisine que je n’ai pas vue ; ces deux pièces comptent deux fenêtres au sud, et deux à l’ouest sur la rue ; comme ces fenêtres, posées bas sur le sol, sont très hautes (les murs doivent dépasser les trois mètres), l’impression est d’une grande luminosité, et d’un cadre raffiné : on remarque au sol du séjour un parquet « Versailles », mais celui de la salle en manger est encore plus rare car monté en octogone, de style « Trianon » m’apprend l’actuel occupant. Je l’interroge sur son métier, il est expert en salle des ventes, pour Sotheby me dit-il, et je comprends l’interdiction de photographier : les murs sont intégralement recouverts de dizaines de tableaux, généralement figuratifs et que je n’ai pas le temps d’identifier. La seconde ou plutôt troisième pièce s’ouvre à gauche de l’entrée, et prolonge l’appartement au-dessus de la cour, vers le sud ; les mêmes hautes fenêtres, deux ou peut-être trois, y sont donc à l’ouest, éclairant d’abord une pièce en longueur dont le mur en vis-à-vis est tapissé de livres, jusqu’à la séparation d’une petite alcôve, derrière laquelle trône théâtralement un grand lit, encadré de rideaux cramoisis : l’ensemble ne fait pas étriqué, et n’a rien d’un appartement de fortune pour ménage débutant… Un dernier dégagement, dans le prolongement nord de cette partie chambre, mène à la salle de bains que je n’ai pas vue, et qui doit se trouver au niveau de la cuisine : le couloir qui y conduit, de la longueur du séjour, n’est pas étroit et offre aux livres, ou aux tableaux, encore un espace appréciable.

Je n’avais lu nulle part de description de cet appartement, ni n’en connaissais de photos. Autant celui de la rue de Varenne a été filmé, et souvent décrit, autant celui-ci est demeuré obscur, et réputé sans intérêt. J’apprends à mon hôte, qui l’acheta en 1980 (en très piteux état dit-il), que le couple Aragon n’y était que locataire, et qu’il fallut attendre l’âge de soixante-deux ans, et le succès financier de La Semaine sainte pour accéder aux « beaux quartiers ». »

bérénice dit: à

écrire fuir l’écrit en digression fantaisiste, une dérobade, de la broderie, un loisir, une babiole, un bibelot.

Polémikoeur. dit: à

Si lire, c’est résister,
écrire, c’est attaquer !
Echèquématraquement.

bérénice dit: à

Le mythe décisif probablement

bérénice dit: à

D votre éclectisme me surprend! Avez-vous lu ces pensées? Comment parvenez-vous à trier ensuite si les textes dont vous vous nourrissez vous imprègnent? Quel usage se présente aujourd’hui quoiqu’il soit établi que la littérature ne serve à rien?

Jacques Barozzi dit: à

Un mythe peut-il avoir un compte en Suisse ?

Jean de Dieu dit: à

Laissez Thérèse d’Avila tranquille !
(et renato aussi, par la même occasion. Il a bien le droit de ne pas être d’accord !)

th dit: à

des indications sur la véracité de son existence

c’est là que tu gourres, béré. des fausses pistes. renato n’existe pas c’est un mythe.

bérénice dit: à

Eh bien oui D c’est ainsi qu’il va de nos vies, séparés à jamais pour un détail superfétatoire, c’est d’un ridicule… J’espère au moins que cela réussit à vous amuser, j’en pleure de rire.

tonton magoutte dit: à

avec moi, ça collera, bérénice. Je suis comme renato : pas de sentiments, beaucoup de sexe.

D. dit: à

Je vous recommande plutôt le Château de l’Âme, de Sainte Thérèse d’Avila, réformatrice du Carmel. Exigeant mais très beau.

bérénice dit: à

C’est Kafkaïen ce chapitre avec renato, ça ressemble au Château, impossible d’y arriver cependant des indications sur la véracité de son existence attendons l’épreuve de la preuve si tant qu’elle puisse être fournie par l’accusateur.

bérénice dit: à

J’ai passé l’age des sentiments amoureux ne reste qu’une sexualité débridée dans mon calendrier éclaté.

D. dit: à

oui, renato est comme moi connu pour sa neutralité.

bérénice dit: à

Qu’a-t-il dit? Qui l’exposerait à la raillerie collective

Daru dit: à

Vous aussi vous êtes amoureuse de Renato bérénice ?

bérénice dit: à

parce que,

Daru dit: à

C’est quoi encore ces histoires avec Renato ? Vous devez comprendre qu’il se situe à un autre niveau que vous, alors forcément il ne peut pas être d’accord, vous n’arrivez pas à suivre.
Et aussi il y a beaucoup de second degré dans ce qu’il dit.

bérénice dit: à

Enfin!!! Où donc renato a-t-il signifié son désaccord et envers qui ou quoi? C’est ce que l’on aimerait savoir bien que le désaccord ne soit pas à tous les coups uniquement musical, il s’offre en possible argument.

Loubiakoff dit: à

bérénice dit: 29 juin 2013 à 10 h 46 min
Loubiakoff est vraisemblablement un ami de Smirnoff

Il n’y a aucun Smirnoff dans mes relations. Je constate simplement que renato n’est pas d’accord, voilà tout.

Pépé Grandlieu dit: à

je comprends renato. Si j’étais à sa place, je ne serais pas d’accord non plus.

bérénice dit: à

D je lis votre exposé mais actuellement ma composition diffère de votre projection désoxyribonucléique, je suis en jambon, essentiellement blanc, pas envie de me casser le ..l!

bérénice dit: à

Loubiakoff est vraisemblablement un ami de Smirnoff c’est sans importance renato, je vous conseille de laisser tomber

bérénice dit: à

Enfin ce n’est pas si grave le cours de l’huître grimpera les riches amateurs n’en seront pas frustrés, les autres redécouvriront les bienfaits de la conserve de crevette d’élevage.

renato dit: à

« … n’est pas d’accord. On s’en doutait. »

Pas d’accord avec quoi ? Vous vous doutiez de quoi ?

bérénice dit: à

D de fait je ne sais pas trop quel est l’agent infectieux en cause mais l’avenir est compromis, il faut tout de même que vous sachiez que des années sont nécessaires à une huître, les petits bivalves en couveuses sont détruits à 70% compromettant sérieusement les récoltes prochaines sur plusieurs annuités .

renato dit: à

« … secrètent une substance qui peut être néfaste… »

Quelques gouttes de citron ou autre acide et le problème est résolu… je ne sais pas si le diéthylamide de l’acide lysergique (LSD 25) convient, faudrait essayer…

D. dit: à

renato est un grand mélancolique également. C’est pour cela que le courant passe plutôt bien entre nous deux.

Phil dit: à

Dear tkt, vous lisez le turc en anglais ou en français ?
Parce qu’en français, c’est fort mal traduit. Pas du coton de se taper Pamuk en Français.
A regretter le temps des sultants. Le traducteur aurait reçu la cordelette, si l’étrangleur n’aviat été d’abord requis pour lui faire payer ce forfait.

Loubiakoff dit: à

Donc renato n’est pas d’accord. On s’en doutait.

D. dit: à

Je ne dis pas ça pour chercher à me mettre en valeur, mais c’est un fait.
L’huître ne peur rester longtemps vivante dans votre estomac, Bérénice. Elle se trouve plongée dans un milieu extrêmement acide, commence à se tortiller en voyant se dérouler tous les moments importants de sa vie. Puis son âme quitte son corps charnel pour atteindre une dimension d’ordre divin alors que son corps charnel commence à se diviser en peptides simples puis en simples acides aminés qui traversant votre muqueuse gastrique pénètrent dans votre flux sanguin afin d’être acheminés là où il faut en mettre ou en remettre. Les ribosomes cellulaires se chargent d’enchainer ces acides aminée d’origine invertébrée selon un code très précis déterminée par l’ARN moulé sur votre merveilleux ADN, jusqu’à former les protéines humaines qui composent votre sublime personne.
Je peux attester sur l’honneur que c’est comme ça que ça se passe.

bérénice dit: à

Elles sont victimes d’un virus de type herpès le naissain décimé l’ostréiculture en deuil nombre d’exploitants en difficulté l’institut IFREMER a du travail!

en vélo électrique qu'il dit: à

D, assurez-vous que le cerveau soit branché avant de taper des conneries sur votre clavier.

D. dit: à

Je n’aime pas parler de moi à tort et à travers, j’ai souvent une âme mélancolique en dépit des apparences. Seulement contrairement à beaucoup, je domine tout ça par la force de mon caractère et de ma volonté.

bérénice dit: à

D je n’y tiens pas n’y tiens pas plus après avoir appris que si vous les gobez négligeant de les mastiquer elle sont encore vivantes dans votre estomac et secrètent une substance qui peut être néfaste à votre muqueuse, mais je n’en suis pas certaine. Qu’importe je n’ai jamais aimé et toujours contemplé les mangeurs d’huître en attendant la suite du repas sans impatience.

D. dit: à

Vous évoquiez les huîtres du 34, Bérénice, ou des huîtres convenables ? Parce qu’il y a une différence.

D. dit: à

Cela-dit je déteste pas Mozart, mais je suis plus attiré par la Musique de Beethoven et de Schubert. Au point que je me suis déjà demandé si je n’avais pas été Beethoven dans une vie antérieure. J’ai fini par me dire que non : 1- nous n’avons qu’une vie, éternelle 2- nous n’avons qu’une vie, éternelle. Le turcs ne vous diraient pas autre chose, d’ailleurs.

D. dit: à

J’ai pas vu Cosi sur Arte, Bérénice. A la place j’ai regardé en VOD 2001 l’Odyssée de l’espace. Une nième fois, pour essayer de comprendre la fin sans aller trouver la solution sur Wikipédia. Et j’ai toujours pas compris.
Sinon, pour les huîtres c’est embêtant parce que j’adore ça. Je vois là un motif majeur de mésentente.

D. dit: à

Vous êtes géniale, Bérénice. Magnifiquement géniale, sublimement magnifique.

bérénice dit: à

ne sachant si le phénomène s’étend au delà du département duquel je sors rarement comme assignée à résidence je déplore un certain appauvrissement du vocabulaire dans le 34 qui oscille invariablement tel un métronome entre deux adjectifs qualificatifs inusables semble-t-il puisqu’ils sont déployés employés sur-employés presque à toutes les sauces; aussi puisque l’heure est au constat je vous les livre quoique le faire ne conduise pas à l’éradication de cette espèce de paresse qui pousse la plupart à les sortir du lexique pour emploi extemporané.
1) MAGNIFIQUE
2) SUBLIME
Je manifeste contre le dévoiement de ces éléments de langage qui selon moi devraient, comme à cette occasion, les photos de la place, ne s’apparier qu’à qualifier l’exception, Evènement unique et hors norme, l’apparition d’une Vénus à la Botticelli ou tout autre motif de ce genre. A la place tout devient, de la paire de chaussettes en soldes en passant par le mauvais TV film et le fait divers banal sublime le plus souvent magnifique, En attendant de tester un sonotone ils valent mieux bien sur qu’un silence imposé.

juliette92 dit: à

Merci pour ce reportage. Les photos sont sublimes. Les livres aussi.

TKT dit: à

Place Taksim: Bon point de départ pour acheter des livres.
1/La rue principale qui traverse Beoglu est une rue de librairies, dont une magnifique pas loin de l’Ambassade de Russie. Plus près de la place Taksim, dans une rue opposée à la rue principale, une librairie qui m’avait parue de gauche (voyage en 2006) et qui vendait des livres sur le problème arménien (holocauste pour les uns, fait de guerre normal pour les autres). Fazit: Quel livre pour la place Taksim en 2013: Un livre des nombreux auteurs turques.

Jacques Barozzi dit: à

« Lire c’est résister »

Rire aussi.
Lire c’est rire en silence
Ou pleurer sans un cri…

Samu Social Club dit: à

Alors quand est-ce on s’écoute un peu de Berimbau?
Avec mon tri-aieul on adorait ça.
Samu Social Club.

renato dit: à

« On sait déjà qu’il n’est pas d’accord… »

Pas d’accord avec quoi ? Et… par quels biais vous le savez déjà : êtes- vous télépathe ? cartomancien -e ? aruspex ? simple andouille ?

JC dit: à

« Car ici la lecture est transformée en acte politique collectif, et le livre sert tout à la fois de lance et de bouclier, grâce à la notoriété des auteurs ainsi affichée sur les couvertures. Quand aurons-nous le courage (je pense aux féministes occidentales) de nous aussi nous tenir immobiles, lisant un livre ? »

Bonne question ! Quand te tiendras-tu chère belle âme (!), immobile lisant un livre-lance-bouclier à la couverture tartinée de notoriété ? Immobile et muette …

bérénice dit: à

ciao bello .

abdelkader dit: à

cool…good night…I’m off…

bérénice dit: à

Un bon vieux blues, c’est de l’auto-flagellation!

bérénice dit: à

Abdelk? Suis-je assez soporifique ou faut-il que je vous chante une berceuse?

bérénice dit: à

Et livrant aussi bataille aux tyrans à la mort institutionnelle la mort de l’institution dans l’institution par l’institution la mort injustement infligée avec ou sans torture, dénonçant les procédés, mettant en pages et en images des hymnes à la vie célébrant les saisons déplorant dénonçant étalant les scandales commençant par le martyre du Christ sur sa croix et son chemin.

bérénice dit: à

Contrairement à la naissance et aux douleurs attenantes la mort s’installe dans la souffrance pour mener au néant, ça qu’est inconcevable, la représentation du néant du rien du plus rien pour l’éternité aussi pour conjurer le sort et la peur l’homme s’est mis au travail et bâtit des cathédrales des mosquées des synagogues avant de s’affranchir carrément pour nous donner Miro Cézanne Picasso une armée d’artistes en tout genre bataillant.

bérénice dit: à

Expression populaire signifiant arrêt du cœur à un age convenable pendant le sommeil, quoi de mieux pour mourir inconscient entre deux rêves… Après bien sur il existe quantité de morts moins attrayantes. Le mieux est de n’en rien savoir, de quoi gâcher une vie sinon la transformant en une attente angoissée du dernier râle douloureux.

abdelkader dit: à

belle mort ? la mort n’est jamais belle …par contre, la vie…

bérénice dit: à

Soit vos options dignes d’intérêt ne manqueront pas de retenir l’attention des camarades qui courent le long des barricades mais pourquoi associer votre contrat obsèques à l’évocation de notre démographie galopante et conséquences prévisibles? Personne ne meurt sauf à boire du thé au polonium ou du lait à la dioxine d’autre chose que de sa belle mort ou d’un cancer(1/5 de la population française sera concernée environ)

abdelkader dit: à

soiENT…tain…je va me faire dodo tiens…

abdelkader dit: à

perso, j’aime les huitres et j’ai opté pour la crémation et que mes cendres soit dispersées sur la plage de mon patelin…sinon le Sous Doctorant, c’est un autre presque agrégé, n’est-il pas ? faut m’excuser, je ne suis pas très familier avec la nomenclature francaise…

bérénice dit: à

Abdelk avez-vous remarqué ce pseudo intrigant Le Sous Doctorant qui n’a pas et ce pourrait être un facteur de discrimination sociale obtenu son doctorat…et avoue ainsi son incapacité à fayoter avec les légumes endoctorés du potager, si c’est pas un monde de lire une chose pareille!

bérénice dit: à

Perso je tente de me familiariser avec les vers de terre en raison du futur proche qui vraisemblablement portera la mutation de nos régimes alimentaires et pourquoi pas politiques, le kratos nous imposera de bouffer des insectes aussi je prévois de boycotter les animaux de compagnie comme nous le faisons aujourd’hui contrairement aux chinois qui se nourrissent d’hippocampes de chiens de porcs à l’engraissage douteux en revanche les français persévèrent à manger et décimer la réserve de grenouilles et d’escargots, perso je n’aime pas ni les huîtres; c’est dégueu.

abdelkader dit: à

perso, j’ai beaucoup d’affinités avec les chats et certains chiens, dont mon caniche bien sur…les oiseaux aussi, d’ailleurs…mais les boucs et les belettes? nah…

bérénice dit: à

« ce con qui bêle… » Allez s’il fallait procéder à une classification des vivants en troupeaux et races vous moi trouverions un groupe duquel se rapprocher pour entente et plus si affinités, je veux bien jouer le Dagliç et vous pourrez choisir entre le mouton de la reine le Daghman le Campinois, Sas-Ardi, Southdown, Romanov ou l’agneau de Karakol qui abattu entre deux et trois mois sert aux amateurs d’Astrakhan

abdelkader dit: à

y a le festival de Glastonbury a la TV…le meilleur certainement …cette année. comme toutes les années précédentes, j’ai pas pu y aller a cause de pas mal de choses, la vie en général et aussi le fait que je ne n’ai pas vu mon jardin depuis un mois…la musique est très live, variée et superbe comme d’hab…et ce con qui bêle depuis son ile malodore, je me dis c’est juste une petite fausse note qui ne vaut pas un pet de lapin dans l’ordre des choses…

bérénice dit: à

D à ce propos avez-vous suivi la retransmission sur ARTE de Cosi fan Tutte au théâtre de Madrid le 21juin de cette année? ( qui d’ici a permis à quelques opposants d’éviter le vacarme institutionnalisé °)dont moi). Sinon à personne ou alors en termes imprécis, de rien qui ne se sache déja depuis la nuit des temps, la nature de nos échanges en invariable, la forme en question.

abdelkader dit: à

JC dit: 28 juin 2013 à 22 h 46 min
Ces gens là ne représentent rien…
Et toi mon garde-champête favori, tu représentes qui ou quoi? Comment ? je pensais que l’OAS c’était fini…ah oui d’accord…tu t’es recyclé dans la Marine Nationale…non, les uniformes et les meutes, c’est pas mon truc…par contre le blues et le jazz oui…mais c’est pas vraiment ta tasse de the, n’est-il pas? En fait je me demandais comment quelqu’un qui a prétendu ici-même avoir lu et apprécié le Tristram Shandy (remarque tu dis ca hein ca ne prouve pas grand-chose, ML aussi prétend l’avoir lu) puisse être si tristement fait au moule…

Le Sous Doctorant dit: à

« D. dit: 29 juin 2013 à 0 h 05 min
Qui c’est AD ? »…

Action directe !!! !! !.

Sant'Angelo Giovanni dit: à


…lire c’est résister,…
…et s’occuper de ses affaires,…dans les tumultes,…
…c’est ne pas s’effeuiller le gland à tout vents,…
…pour la lune,…qui en à vu d’autre sans pyjamas,…depuis des lustres de pourpre,…
…etc,…Bip,…Bip,…Ah,…Ah,…

D. dit: à

Puis il fait trop chaud à Montpellier, le sol est trop sec, les murs trop clairs, le relief inexistant.

D. dit: à

Jacques Barrozzi, comment pouvez-vous aimer l’archituture boursouflée du XIXème siècle ?

Jacques Barozzi dit: à

Sommes toute, le néoclassicisme des nouveaux quartiers se marie bien avec le classicisme louis quatorzième du centre le la cité : là, partout, de splendides hôtels particuliers et, à chaque coins, de ravissantes places où l’on peut s’installer aux terrasses des nombreux restaurants et cafés. Incontestablement, il fait bon vivre à Montpellier !

D. dit: à

Qui c’est AD ?

D. dit: à

Je vais me laver les dents et je reviens. Ce sera fait comme ça.

Le Sous Doctorant dit: à

A D.
Paye toi un vélo électrique, ou emprunte celui de LML…
Ainsi la corne d’or ne te restera pas inconnue.

Quant aux autres cornes :
Tue Dieu, elles doivent bien pousser sur ta petite tête.
Sort ton I.Pad de ton calbut,
ou va te noyer au fond de ta piscine !.

D. dit: à

Ce sont des considérations qui peuvent sembler décousues, mais après tout ne sommes-nous pas ici pour témoigner de la couleur de notre âme ?

D. dit: à

Les turcs m’ont toujours été sympathique et Constantinople est une ville qui m’a toujours beaucoup attiré quoique je ne m’y sois encore jamais rendu du fait du trajet très long et coûteux. Je ne peux que leur souhaiter le meilleur, c’est à dire de ne surtout jamais au grand jamais entrer dans ce piège infernal qu’est « l’Europe », qui broit impitoyablement les nations, les peuple, les cultures

Le Sous Doctorant dit: à

« Le Sous Doctorant dit: 28 juin 2013 à 22 h 39 min

« Clopine Trouillefou dit: 28 juin 2013 à 21 h 17 min
si vous alliez place Taksim, quel livre liriez-vous ? »
Les malheurs de Sophie. »

N. de Dieu :
pas fait exprès celle là,
comme quoi !!!.
Rétroactivement :
Salutation à Sainte Sophie.
Méa Culpa.

l'oscar du qi dit: à

une fois encore j’ai regardé les photos et le texte les légendant accompagnant sur les différents liens donnés par le billet .
Mais la première photo du billet permet de ..lire (ô pardon!) que tous les acteurs n’avaient pas un livre et n’en emmerdaient pas pour autant ceux qui lisaient : ce qui autorisent à conclure q’ils n’en participaient pas moins en accompagnant la manifestation pour en être ensemble debout qu’il ne s’agissait pas de la glorification d’une langue singulière mais de la réaction de conscience d’hommes de ce monde ,cette terre, ce temps, les livres faisant lien entre tous et toutes comme l’a rappelé Clopine lassée des provocations qu’elle a comprises (peut-être pas toutes )
tout cela cette poussée qui suscite la manifestation se perçoit et coordonne les « gestes » des acteurs jusqu’à cette « communication » par la toile , ces différents liens : à la différence des provocations duelles sur ce blog dont la stratégie est simpliste et dégradante .

JC dit: à

« Curieux qu’au bout de plus d’une centaine de post il ne se soit pas trouvé un commentateur pour observer que c’est le mythe de Sisyphe de Camus que lit la jeune femme de la photo du haut »

Judith,
On se fout de ce que lit cette manifestante protégée par les médias occidentaux ! Camus ou le Coran, qu’importe ! Il s’agit de Photoshop littéraire sans aucune importance …

Une photo, ce n’est que cela. Un montage de propagande occidentale ! Ces gens là ne représentent rien…

Sergio dit: à

Le bleu du ciel… Faut pas compresser les fichiers, ça fait des halos !

Le Sous Doctorant dit: à

« Clopine Trouillefou dit: 28 juin 2013 à 21 h 17 min
si vous alliez place Taksim, quel livre liriez-vous ?  »
Les malheurs de Sophie.

Le Sous Doctorant dit: à

« u. dit: 28 juin 2013 à 21 h 17 min »,

Ils en ont payé le prix,
et cela continue.
Peuple trop habitué au servage !.

Le Sous Doctorant dit: à

« Jacques Barozzi dit: 28 juin 2013 à 20 h 53 min

Perso, je ne suis pas fan du catalan Boffil, mais il n’y a pas que lui qui a refaçonné le nouveau Montpellier, et pour le réseau dense et varié du tramway conduisant jusqu’aux plages, ils ont pas été les derniers, à Montpellier… »

Les seules plages où j’ai failli me faire prendre sans mon consentement !.
Mais trop de moustiques à la nuit tombée.

Le Sous Doctorant dit: à

« pomponette tarine dit: 28 juin 2013 à 20 h 44 min la critique des fondements de l’autorité « …

Ah que le fondement Gréco-Romain, c’est Enjoy !.

Le Sous Doctorant dit: à

« Egoyan dit: 28 juin 2013 à 19 h 53 min

Le problème d’Erdogan, c’est qu’il a un nom arménien, ça lui reste en travers de la gorge. »

Comme le B. d’un Kurde !!! !! !.

Le Sous Doctorant dit: à

Apoil et enc.
avec un stérilet,
ces jeunes femmes deviendront crédibles.
Demain, place Trahir***, combien de violée !!!.
Pas prendre les crouilles pour des « canards sauvages » !!! !! !.

Le Sous Doctorant dit: à

« Franz Hurkhurk dit: 28 juin 2013 à 19 h 17 min
pas du tout. Le Corbusier a eu une descendance, qui perdure. »

Perdure pour les enfants de la cité radieuse ???
Une histoire de sardine dans un porc*** ?
Omnivore, n’est-il ?.

Le Sous Doctorant dit: à

En mage estée,
sorry pour le « s ».

Le Sous Doctorant dit: à

« bouguereau dit: 28 juin 2013 à 19 h 10 min

bofill s’il avait voulu refaire le caveau à baroz..ça aurait fait mal..mais voilà chirac l’avait pas mauvais gout..mais pas de gout du tout..aimer la despérado signe son zéro..son néant a été son atout..france pas moisie, aber guépasteurizen »,

Ok pour J.Barozzi,
une statue monumentale au zizi tronqué !.
Mais aux majestueuse mains ouvrant la voie sur l’arrière !.

l'oscar du qi dit: à

je suis aussi en colère d’avoir tant aimé ce travail avec cet enchaînement de compétences pour réaliser cette manifestation dignement et l’acheminer jusqu’à nous P.Assouline s’y employant de même et que les commentateurs semblent trop résister et ne pas le lire du tout ce travail .
au regret d’avoir laissé tant de fautes de frappe : je me bats avec ma machine aussi (on ne voit ps un acteur de la manifestation avec une machine :l’objet est bien ce que permet le livre , qu’il exige peut-être aussi et le reportage donne l’impression que tout cela a été « pensé ».

Clopine Trouillefou dit: à

Certes, l’agora c’est la joie, mais pourtant… Ramener ainsi Mylène Farmer ! Heureusement, l’ortographe incertaine rend le message abscons :

« Mylène est parvenue a délivré des visions vraiment décalée »

euh, oui, « décalé » est le terme !

bérénice dit: à

Je n’ai ni rien ni contre votre Mylène mais il me semble que ces turcs convoquent la réflexion le talent la pensée sous une autre forme nécessitant l’action minimum consistant à lire pour s’ouvrir au monde tel qu’il est aujourd’hui peuplé d’hommes et de femmes qui demandent silencieusement à ce que soient pris en compte leur projet leur désir et s’oppose à l’arbitraire de décisions non-discutables qui pourtant devraient amener à un débat pour que persiste une harmonie entre le peuple et ses dirigeants. Le silence absorbé sera-t-il lui aussi réprimé? Faire taire le silence, après tout, pourquoi pas

Le Sous Doctorant dit: à

« JC dit: 28 juin 2013 à 17 h 53 min

Mais alors, agent 003, un cérébro-spinalien ?… Ce serait un intellectuel d’Epinal ? »

Et du Sapeur, le JC,
suce t’il la barbe ou le tablier ?.

John Brown dit: à

Bofill n’est pas un postmoderne (rédigé par Bouguereau)

c’est surtout un foutu néo-classique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*