de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Pour saluer Gérard Rondeau

Pour saluer Gérard Rondeau

Quelque chose passe dans le tremblé de l’image. Ce n’est qu’une photo parmi d’autres mais dans ses livres et ses albums, elles ont toutes ou presque cette signature invisible, sa patte, sa personnalité, un peu de son esprit et de son âme comme il sied à un artiste. Plusieurs de ses images peuplent mon quotidien sur mes murs sur ma table. Avec d’autres, elles nous expliquent ce qui nous arrive mieux que nous ne saurions le faire. Le propre de l’art. C’était l’un des photographes les plus fins, élégants, généreux, attentifs et patients que j’ai croisés depuis que je me passionne pour la photo (ça m’a pris à l’âge de 16 ans et ça ne m’a jamais lâché). Il s’appelait Gérard Rondeau, il nous a quittés hier à 63 ans à la suite d’un cancer fulgurant. Un ami irremplaçable. Il est parti comme il vivait : discrètement.

Il avait tiré le portrait de nombre d’écrivains, de poètes, d’artistes, de musiciens et de penseurs en tous genres pour le compte du Monde – et pour d’autres aussi. Il était du genre à avoir besoin d’une commande pour se mettre en branle. Elle le stimulait. Après, c’était parti. Ses albums reflétaient fidèlement tant l’homme que son travail. Des livres édités avec un soin remarquable, qu’il s’agisse de la fabrication, de la conception, de la mise en page. Très fouillés sous des apparences de fouillis, des images dans tous les sens, des légendes manuscrites au feutre noir, un grain inoubliable, une qualité de noir, de gris et de blanc des plus rares, tout ça pour dire les rencontres d’un regard qui a un vrai goût des autres. Olivier Frébourg, un proche, propageait ses livres à l’enseigne des éditions des Equateurs.rondeau

J’y ai retrouvé au détour d’une page, comme échappés du chapitre, les différents Rondeau que j’avais entr’aperçus ces dernières années : la première fois d’abord à Sarajevo accrochant sa série sur les coulisses du Louvre aux cimaises d’un centre culturel, puis dans l’album splendide qu’il fit avec son ami Yves Gibeau sur les champs de bataille de la Grande guerre, un petit matin au Sélect alors que je lui faisais du coude pour qu’il prenne Jean-Pierre Léaud tout enchifrené qui s’était assis par hasard à notre table et parlait tout seul, une autre fois à dîner quelque part en province où je l’avais scandalisé en lui avouant mon peu d’enthousiasme pour le vin de Champagne, plus tard encore dans le visionnage compulsif du film incroyable qu’il a réalisé avec une patience inouïe sur son ami le peintre Rebeyrolle dans son atelier même ; car il fallait bien un espèce d’amitié pour décider l’ours à ouvrir son atelier à l’objectif et à se laisser regarder au travail ; le filmeur est si fin que tout en se mouvant dans le motif qu’est sa peinture même, l’artiste évoque l’influence du Louvre, de Delacroix, de Géricault, de Rubens, de Rembrandt, du Titien et du Tintoret ; il en parle en homme du bâtiment et c’est passionnant ; jamais dans l’indiscrétion, Rondeau nous entraînait au coeur du laboratoire des forces obscures, dans les ténèbres expressionnistes de Rebyrolle et c’était prodigieux : rarement un peintre a accepté qu’un oeil extérieur, fut-il complice, viole pendant tant d’années son intimité de créateur.(Vidéo 2000/RMN 84mn).

gerard-rondeau-sarajevo-janvier-1994-haute-defTous ces Rondeau se retrouvent derrière l’objectif pointé sur l’éclat de rire d’Eric Clapton et l’énigmatique couple de Boileau et Narcejac, le sculpteur Richard Serra en abominable Hulk et Weyergans paumé comme jamais, Gilbert et George naphtalinisés à souhait et Jacques Derrida derrière la vitre, Antonio Tabucchi les yeux grands fermés et Sami Frey ténébrissime tel que dans le journal, Bernard Frank en ses murmures dissimulé derrières ses mains et Jean-Paul Kauffmann avec qui il avait fraternellement remonté la Marne, Poirot-Delpech à toute vitesse sous la coupole et Frédéric Dard au bord des larmes, Music dans le prolongement du personnage de son tableau et André Dhôtel en fantôme de lui-même. Il avait exposé aux Galeries Nationales du Grand Palais à Paris, à la National Gallery de Jakarta, à la Maison Européenne de la Photographie à Paris, au Festival de la Luz à Buenos-Aires, au Musée de l’Élysée à Lausanne, au Martin-Gropius-Bau à Berlin, mais aussi à Istanbul, New York, Sarajevo et Rome

Dans son art photographique, la curiosité était son guide, avec une profonde empathie, le reste n’étant que technique. Jamais de recadrage, dents du négatif apparentes ou bords peints en noir au risque du procédé, l’esprit de finesse à la rencontre de l’esprit de géométrie, que du noir et blanc bien charbonneux et profond d’un grain exceptionnel.  Il avait fait sienne l’une des phrases de l’écrivain du Grand Jeu, Roger Gilbert Lecomte, dont il se sentait si proche :

« Regarder à se crever les yeux, à éclater le crâne, avec les yeux de derrière les yeux, de derrière la tête, comme un aveugle avec un grand cri lumineux. »

Gérard Rondeau ne trichait pas. C’était quelqu’un de rare, pudique, élégant en toutes choses. J’ai passé une grande partie de la nuit assis à regarder ses photos. A l’aube, je n’en étais pas vraiment sorti. Ses personnages me poursuivent. Silhouettes, regards, lumières : tout un monde, son univers, sa sensibilité, son héritage. Tant qu’on les regardera, ils vivront.

(Photos de Gérard Rondeau extraites de son site)

x600x337_mea_gerard_rondeau-jpg-pagespeed-ic-0epjdalmvh

Cette entrée a été publiée dans arts.

820

commentaires

820 Réponses pour Pour saluer Gérard Rondeau

Widergänger dit: à

Je suis tout à fait d’accord avec ce que dit Marc.

Le miracle justement, c’est que grâce à l’École et à la culture et au savoir faire des professeurs, que le public devrait vénérer au lieu de dénigrer sans arrêt, des écrivains comme Molière soient accessibles à notre compréhension, ou des Térence ou des Ménandre dans l’antiquité. C’est ça qui est extraordinaire avec l’École, qui est capable de former des gens à transmettre ces textes si subtiles, si difficiles à comprendre parce qu’ils reposent sur d’autres repères que les nôtres aujourd’hui. C’est ce cultes des morts qui fait la grandeur de l’institution scolaire. Mais malheureusement, on veut vivre dans le présent. Et notre rapport à la mort n’est plus tragique.

Widergänger dit: à

la fille à la voilette dit: 18 septembre 2016 à 19 h 44 min
Vos propos sont amusants parce qu’ils traduisent une incompréhension totale des problèmes de l’École.

Qui vous a dit d’abord qu’il fallait cesser d’enseigner l’orthographe ? J’ai pas compris.

Qui vous a dit : « Dire à longueur d’années que tout fout le camp, ce n’est pas la solution » ? On le dit une fois parce qu’il faut que ce soit dit ; mais après on travaille. Il me paraît essentiel de dire la vérité des choses si on veut essayer d’y trouver un remède. Le système scolaire est devenu tel que du haut en bas de la hiérarchie, tout le monde se fait son petit cinéma pour se voiler la vérité. C’est contre ça que vous devriez récriminer et non contre le désir d’yb voir clair. Là aussi comprends pas.

Le plus comique, mais c’est le discours ordinaire, hélas, c’est ce que vous dites : « Je pense que ça tient peut-être à peu de chose pour que ça aille mieux, à l’école.Banalité de dire cela. » Il ne faudrait pas grand-chose pour que ça aille mieux. Comme si la crise de l’éducation et de la transmission de la culture et de ses codes n’étaient pas mondiale !

Vos propos dénotent une totale inconscience. Vous êtes assises sur un volcan prêt à exploser et vous vous demandez si un petit replâtrage ici ou là ne ferait pas l’affaire quand la Souffrière gronde de partout. Mais est-ce que vous réalisez ne serait-ce qu’une seule seconde l’énormité de ce que vous dites ? Je ne crois pas.

On ne peut pas penser un problème si on ne veut pas prendre la mesure du problème, toute la mesure. Cette façon de se cacher la tête dans le sable est proprement sidérante mais typique de notre époque d’imbéciles ou d’hypocrites patentés. Lisez La Crise de la culture de Hannah Arendt ; elle décrit la situation aux Etats-Unis juste après la guerre, et elle est catastrophique déjà ; elle n’a fait que s’étendre à l’Europe. Lisez ensuite Histoire et décadence, de Pierre Chaunu, qui tire la sonnette d’alarme en 1981, voilà plus de trente ans ! La transmission de la culture ne se fait plus dans nos pays de haute civilisation. Tel est le constat dramatique qu’on est bien obligé de faire. Certes, on peut retarder l’échéance fatale par le travail des professeurs et le conservatisme inhérent à l’institution scolaire. Mais il ne faut pas se leurrer, l’effondrement de la culture occidentale est ce que nous sommes en train de vivre. Rien ne pourra l’arrêter. Mais comme prof, on doit agir comme s’il était possible de l’arrêter, c’est clair. C’est ce que je m’évertue de faire tous les jours. Et en plus, je le fais avec enthousiasme ! Mais oui ! Alors que je sais qu’à terme, c’est vraiment peine perdue. Pessimiste en idée, optimiste en action. J’en sauverai un ou deux sur la masse. C’est déjà ça pris sur la mort de la civilisation. Et une ou deux tête sauvée, ça vaut toujours la peine de le faire. Certains élèves, les meilleurs bien sûr, viennent me remercier des années plus tard : Ah ! Monsieur, me disaient l’un de mes anciens élèves l’an passée que j’avais eu en 5ème et qui se trouvait en 3ème, Vos cours sur Les Fourberies de Scapin m’ont profondément marqué. J’en suis le premier étonné d’ailleurs parce que je n’ai fait que mon travail. Mais on voit bien que celui-là, je lui ai ouvert des portes qui sont restées fermées malheureusement pour la plupart des autres. La rentabilité du métier de prof est très très faible, hélas ! Mais les parents, le père de cet élève-là, lui aussi m’avait félicité pour la qualité de mes cours. C’est dire qu’à la maison, le discours sur l’École était positif et favorable à l’institution. Alors que chez la plupart des parents, le discours à la maison consiste la plupart du temps à dénigrer les professeurs et l’institution. On le voit bien dans les réunions parents-profs où les parents se montrent très souvent agressifs à l’égards des enseignants et ne comprennent stric tement rien aux enjeux de l’École et agissent le plus souvent de telle sorte qu’ils coupent la branche sur laquelle ils sont assis au lieu de faire confiance aux professeurs. Ce manque de confiance est la ruine de l’École et de la société en général qui ne peut bien fonctionner que par la confiance. Sans confiance rien n’est possible.

Une anecdote. L’année dernière, une de mes élèves de 5ème avait eu une note lamentable à une rédaction où il s’agissait d’écrire une petite scène de théâtre. Sa mauvaise note résultait du fait qu’elle avait confondu dialogues dans un récit et dialogues de théâtre, y mettant même un narrateur. La mère, furieuse ou à la furie contenue, demande à me voir pour avoir une explication de la note catastrophique de sa fille. Je le lui explique et rajoute : « Est-ce que vous avez vu chez Molière, que j’étudie avec la classe, un narrateur et des dialogues au théâtre avec des verbes de parole pour introduire la réplique ? » Elle me répond : J’écris moi-même des pièces de théâtre et je n’avais pas vu ça comme ça… » Les bras m’en sont tombés ! Voilà à quel degré d’inculture on en est aujourd’hui. Et quand je dis inculture, c’est barbarie que je devrais dire. Donc, la mère a dû dire à la maison que je ne connaissais rien au théâtre et sa fille n’avait dès lors absolument aucune chance de comprendre jamais comment fonctionne les dialogues au théâtre. C’est la fin de l’École avec des parents pareils !

bérénice dit: à

En tout cas MC j’ai acquis cet exemplaire du tirage de l’édition réalisée en 1950 pour 4 euros, une première à partir du manuscrit autographe découvert en 1891 par Georges Monval .

Delaporte dit: à

« quand on est léger comme Delaporte, on ne s’embarrasse pas de lecture »

Je suis certainement moins léger que vous, JC, et je passe mon temps à lire, loin du fracas médiatique. C’est même pour cela que, lorsqu’on me cite un prétendu livre, je vois immédiatement de quoi il s’agit et toute la falsification du réel qu’il représente. Moi, je ne m’y laisse pas prendre.

la vie dans les bois dit: à

Lavande à 10h27, c’est super rigolo. J’ai adoré le message en retour:  » mission accomplie ».

la vie dans les bois dit: à

à 9 h 24 min, non merci. Ce brexit à la syna-gogue me parait sus- pet…
J’ai honte , c’était trop facile.

Pas de nouvelles de la nounou d’enfer ?
Dommage !

bérénice dit: à

L’érudit qu’était Jean Fabre dans cette matière a l’air de savoir de à partir de quoi il travaille mais si vous le dites, vraisemblablement avez-vous raison, l’histoire de cette oeuvre est mouvementée, il est dit dans l’introduction que le texte avait été confié par Diderot à Grimm en février 1792, lorsque ce dernier quitta définitivement la France pour une retraite à Gotha mais qu’il fut égaré ou dérobé après sa mort.

MC dit: à

C’est justement parce qu’on écrit avec génie sur un monde perdu qu’on est irremplaçable.
Je ne crois pas que les mondes de Corneille, de Racine, de Molière meme parfois, soient immédiatement accessibles à nos contemporains. Mais c’est la grandeur de la littérature d’avoir osé le faire. Par ailleurs, La somme de ces mondes perdus constitue notre mémoire occidentale….
MC

Petit rappel dit: à

Bérénice, L’originale du Neveu, c’est autour de 1855-60, dans la Nouvelle Bibliothèque Elzévitienne, publiée avec tout le soin dont était capable le Baron Pichon. Elle se trouve encore en cherchant un peu, et pas toujours à un prix prohibitif…
Bien à vous.

JC..... dit: à

J’ai appris tardivement, vers 30 ans, qu’un malheureux, Marcel Proust, écrivait comme un cochon sur un monde perdu sans aucun intérêt … So what ? Pas grave ! on peut vivre sans jamais avoir entendu parler de ce bourge rassis !

Proust ? Poubelle …

bérénice dit: à

D 16h39 Vous êtes vous rendu à cette exposition qui eut lieu cette année jusqu’en mai? Elle est naturellement belle, aucune retouche d’une chirurgie, des lèvres non trafiquées, une sobriété toute classique et élégante, je ne sais qui elle est et vous? Capa aimait fréquenter le beau monde quand il rentrait à Paris, contraste total avec sa vie de reporter, j’ai vu au musée d’art américain de Giverny quelques uns de ses clichés en noir et blanc.

bérénice dit: à

16h52: la version dont je dispose est issue du texte autographe, le manuscrit quand Jean Fabre prépare son édition se trouve en Amérique, la direction de la Pierpont Morgan Library lui en fait parvenir une parfaite reproduction photographique. Jean Fabre précise que – la netteté même du film, où sont perceptible les moindres détails et jusqu’aux différences d’encre, en rend la lecture extrêmement aisée, mais d’avantage l’écriture, cursive, d’une régularité sans bavures. il ajoute: nous sommes en présence non d’un auteur qui improvise ou qui raccorde, mais d’un écrivain qui donne sa forme dernière à une oeuvre, dont il a voulu prendre seul l’entière responsabilité.-

la fille à la voilette dit: à

WGG 16h18 16h30. Je regrette d’avoir remis la casserole sur le feu. Il y a qqs jours,j’en ai pris sur ce blog plein la figure pour avoir dit à De Nota,que sa citation de M.Zinc était la bienvenue. Vlan,Zinc était un pov’type qui dégoisait à la tv ou la radio; quel abruti à côté de L-F C.Je n’ai rien répondu, de nota,je ne sais pas.
« ma génération avait le goût de l’effort,dites-vous;les gamins d’aujourd’hui ignorent le nom de Proust.Déliquescence,dégénérescence de notre pays,un pied dans la tombe… »
J’ai envie de répondre. Si vous considérez votre expérience, comment y arriver? En 3° je faisais des devoirs de français de 3 ou 4 copies doubles (petit format gds carreaux) en 1°, 3 ou 4 copies doubles(grands format) A mes enfants(ils ne sont pas jumeaux.ni triplés.) en 3° on leur demandait pour le brevet 20 lignes.
Où est l’erreur?Moi,bien sûr!!!!
Vous dites que les parents sont débiles et agressent les profs.Mon cousin,le père du gamin de 6° n’est pas débile; les autres pères non plus.Ils n’ont pas prévu d’attaquer à coups de cailloux le prof. de français.Ils sont inquiets,ça commence mal.Je ne me mêle pas de leurs »histoires » et je n’habite pas en Bretagne. Je peux comprendre qu’il faut une sacrée santé pour être prof dans un collège (et non prof DE collège) ;beaucoup de patience;beaucoup d’imagination. Epuisant,assurément. Dire à longueur d’années que tout fout le camp, ce n’est pas la solution.Je n’ai rien à proposer.Je pense que ça tient peut-être à peu de chose pour que ça aille mieux, à l’école.Banalité de dire cela.En tout cas, cesser de faire de l’ortho, le grand cheval de bataille.Pour moi, c’est indispensable.
Je regrette vraiment de vous avoir dérangé. Il y a des moments où il faut laisser couler. Je vais en prendre plein la figure ? eh bien, tant pis.

JC..... dit: à

« Lisez le bouquin de Bat Ye’Or, Eurabia, et vous serez fixé sur l’avenir de l’Europe. » (Wgg)

Excellent conseil, mais quand on est léger comme Delaporte, on ne s’embarrasse pas de lecture : on répète ce que la doxa médiatique vous susurre à l’oreille ….

Lis le ! Tu ne perdras pas ton temps !

keupu dit: à

19 heures 11 : merci Papa chéri, on se ressemble bien tous les deux

bouguereau dit: à

une autorité justement exercée est une qualité

de quelle film dolioud vient la phrase ‘jai de l’otorité tant que je ne l’exerce pas’ dédé..

bouguereau dit: à

Lisez le bouquin de Bat Ye’Or, Eurabia

pas terribe..ça manque de mordant..ha olioud..dracul était la cibe et hil l’a eu..

bouguereau dit: à

On croit aller voir un film indépendant, et c’est en fait un pur produit de Hollywood !

t’étais la cibe et tu l’as eu profond..

Jean Langoncet dit: à

Pfff

bouguereau dit: à

toujours haussi con ce keupu..c’est un roc

bouguereau dit: à

mon larbhin y’a l’habitude qu’on la lui mette dans l’oreille..ça donne pas dbeaux enfants

boudegras dit: à

17 heures 56, sergio : « les brassards à croix gammée »… demandez à votre pote JC, il en connait des brassées qu’il admire

bouguereau dit: à

..en attendant quand que tu sras mort t’iras en henfer

Sergio dit: à

Cd qu’on veut savoir, nousses, c’est quand les religions s’en alleront…

la vie en cause dit: à

à Berlin on a voté aujourd’hui

Sergio dit: à

En plus si personne veut plus voter, personne rouler en petite cylindrée et personne regarder Ruquier ben… Y a plus qu’à happeler les Muslims pour qui remettent de l’ordre…

L’ennui c’est que les brassards à croissant c’est pas facile de faire le pli comme sur ls brassards à croix gammée…

Chaloux dit: à

D. dit: 18 septembre 2016 à 17 h 18 min
Avez-vous reçu des marrons sur la tête, WGG ?

A mon avis, à cet endroit-là, plutôt des glands.

Sergio dit: à

C’est joli, souverainiste ; d’ailleurs les Jaguar s’appellent comme cela. Mais ce qu’il y a, les mecs des soucoupes, si on leur raconte ça, qu’on l’est, quand même i doivent se demander…

D. dit: à

Avez-vous reçu des marrons sur la tête, WGG ?

Chaloux dit: à

Cafouillus : »Je m’asseayais là »

Pas trop de mal à t’asseayoir?

Chaloux dit: à

Cafouillus: »sur les quais de la Seine, sous un grand marronnier séculaire qui était planté à hauteur à peu près des guichets du Louvre ou un peu avant en remontant vers les Tuileries. Je m’asseayais là à l’ombre du grand arbre séculaire et je lisais Flaubert.  »

Ah, cafouillus, tu les choisis tes endroits…

Hurkhurkhurk!

Delaporte dit: à

Je suis allé voir hier soir le film égyptien « Clash », je l’ai trouvé bien trop timide, notamment par rapport aux réalité historiques décrites. J’ai appris ensuite que le réalisateur avait fait ses classes aux USA. Ceci expliquant peut-être cela. On croit aller voir un film indépendant, et c’est en fait un pur produit de Hollywood !

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…il est certain, qu’une autre direction de nos civilisations était possible, à différentes époques,!…

…et, il est tout aussi certain, que l’esprit du lucre, et l’obsolétisme programmé entre machines et religions,!…

…nous dévoile, une phase de conquête, du capitalisme pour se servir des immigrés à l’islam,!…à nous immergés les rapports  » syndicats – patronats « , au fond des puits, pour une construction sociale,!…

…déjà moins cher, avec une main d’œuvre étrangère,!…
…le vers déjà, dans le fruit des tractations et commerces,!…mais si,!…

…un gros vers,!…comme les lézards à l’Apocalypse du rendement,!…
…les yeux bandées, les fesses en l’air,!…un degré dans l’humour noir,!…

…des têtes coupées,!…c’est à refaire la solidarité,!…et nos athées des paradis fiscaux en connivences  » morales « ,!…

…une guerre des religions,  » juste « , pour se faire du fric et de la solidarité à se faire baiser,!…
…la soumission, pour son beurre à lire,!…
…Ah,!Ah,!…
…Cinéma pour les vaches du profit à se faire du chiffre sur la république des bananes sans foies ni lois,!…
…envoyez,!…etc,!…

Widergänger dit: à

C’est avec des classements aussi bêtes que « théorie conspirationnistes » pour parler d’un chercheur comme Bat Ye Or qu’on en est en Europe dans la situation où on retrouve.

Vous n’avez même pas lu le bouquin de Bat Ye’Or, et vous reproduisez ce qu’en disent vos ennemis, qui le qualifie de « théorie conspirationniste ». Dieu qu’il faut être minable et bête pour reproduire ainsi ce qui vous tue !

Petit rappel dit: à

Comprends pas très bien pourquoi la modération met en conserve un billet sur la première édition du texte définitif du Neveu de Rameau destiné à Bérénice.

Delaporte dit: à

« Lisez le bouquin de Bat Ye’Or, Eurabia, et vous serez fixé sur l’avenir de l’Europe. »

Pas besoin à mon avis de recourir aux théories conspirationnistes pour constater la gestion hasardeuse des gouvernements occidentaux. Il faut seulement remarquer leur courte vue, et la mettre en perspective avec l’histoire. Hegel nous dirait qu’ici c’est la dialectique du maître et de l’esclave.

Sergio dit: à

bérénice dit: 18 septembre 2016 à 16 h 26 min
Si on clic sur une photo, on l’obtient en grand:

Ha ben voilà quand elle met un casque au moins ça se coince pas… Hon peut bomber !

Widergänger dit: à

Non, je ne vote plus depuis 2002. Ça ne sert plus à rien. Ça fait près de quinze ans maintenant que je ne vote plus du tout.

Widergänger dit: à

Je me souviens que, sortant de 3ème, j’allais au mois de juillet 1970, avant de partir en vacances, lire Madame Bovary sur les quais de la Seine, sous un grand marronnier séculaire qui était planté à hauteur à peu près des guichets du Louvre ou un peu avant en remontant vers les Tuileries. Je m’asseayais là à l’ombre du grand arbre séculaire et je lisais Flaubert. Je trouvais ça difficile mais je lisais sans forcément tout comprendre de ce que je lisais. Mais je voulais comprendre. Aujourd’hui, une telle attitude est devenue très rare chez mes élèves.

D. dit: à

Cette femme est très belle en dépit de son petit bracelet bling-bling.

D. dit: à

Bon, vous allez donc voter souverainiste, WGG ?

JC..... dit: à

« Mais cela ne m’empêchait pas de me plonger dans Proust par exemple. J’ai commencer de lire La Recherche vers 14 ans en vacances. » (WGG)

…ça c’est des vacances !….

Widergänger dit: à

Delaporte dit: 18 septembre 2016 à 16 h 26 min
C’est le fruit de la politique européenne depuis plus de trente ans !

Lisez le bouquin de Bat Ye’Or, Eurabia, et vous serez fixé sur l’avenir de l’Europe.

Le fascisme islamiste nous guette en Europe. Même graine que le nazisme. Avec la complicité et la lâcheté des dirigeants européens depuis trente ans ! C’est la même politique de lâcheté qu’à l’époque de Munich. Même cause, mêmes effets.

JC..... dit: à

On est plus du tout dans le domaine de la politique « aménageable » mais dans celui du contrat social entre nationaux : un contrat implique des valeurs communes républicaines respectées. Le non respect des valeurs doit entrainer déchéance de nationalité et expulsion vers des contrées théocratiques, pétrolières et religieuses accueillantes !

Droit du sol, aides diverses, stoppés net, surveillance des frontières efficace … Bref, on a tout faux depuis la décolonisation !

Widergänger dit: à

Ma génération avait le goût de l’effort devant les difficultés. Je me souviens que je n’étais pas très fort non plus en français quand j’étais en 3ème au collège ; je lisais bien les pièces de Racine qu’on avait à lire mais au fond je n’y comprenais rien. Il faut dire à ma décharge que j’avais un prof nul. Mais cela ne m’empêchait pas de me plonger dans Proust par exemple. J’ai commencer de lire La Recherche vers 14 ans en vacances. Ma mère nous l’avait acheté. Je n’y comprenais pas grand chose mais au moins je lisais du Proust, et pas du Harry Potter ! Les gamins d’aujourd’hui ignore même le nom de Proust. Et pourtant ma mère n’était pas ce qu’on pourrait appeler une femme cultivée comme le sont les parents de mes élèves, enfin certains, parce que les autres sont simplement des nouveaux riches hyperfriqués mais totalement incultes par ailleurs…

Delaporte dit: à

L’enquête de l’Institut Montaigne est effectivement inquiétante : l’on ne peut y voir que le résultat sur le long terme d’une politique désastreuse des gouvernements depuis des décennies, en remontant au colonialisme puis aux guerres au Proche et Moyen-Orient. Les musulmans allaient-ils se laisser faire ainsi à être dominés et humiliés sans répliquer ? Telle est la question que ce sondage pose, ainsi que celle d’une nouvelle orientation politique possible.

D. dit: à

Ces couleurs sont ternes, Bérénice. Probablement dû aux techniques de cette époque. Dans ces conditions la couleur me plait moyennement.

D. dit: à

Oui c’est exact.

Widergänger dit: à

Justement, D., « autoritaire » veut dire le contraire de « qui a naturellement de l’autorité ». Mais vous n’avez pas compris ça.

Widergänger dit: à

bérénice dit: 18 septembre 2016 à 16 h 01 min

Dans mon collège c’est le haut du pavé. La grande bourgeoisie hyperfriquée, pas pétainiste mais pas loin parfois… Et dans cette couche sociale-là, c’est la catastrophe comme dans toutes les autres couches sociales. Ne parlons même pas du 93. Du haut en bas de l’échelle sociale, la langue française est en pleine déliquescence. C’est un fait patent, que les autorités cachent. Mais la sotuation est extrêmement grave en réalité.

Et ce que je peux quantifier à propos de l’orthographe se vérifie aussi à propos de la narratologie. Les élèves n’assimilent pas non plus tout ce qu’ils sont censés savoir pour lire un texte de manière savante : les notions de narrateur, personnage, auteur, point de vue, style indirect, etc. Ils ne savent pas problématiser un texte à étudier ; mais avec moi, c’est la première chose que je m’efforce de leur apprendre, et je peux vous dire que je rame dur ! Mes collègues ne s’embarrasent pas tant, je le vois bien avec les élèves que je prends en charge, qui ne savent quasiment rien faire devant un texte. Mais avec moi, ils apprennent à problématiser un texte, parce que c’est absolument fondamental non seulement pour apprendre à lire, mais pour apprendre n’importe quoi d’autres. Savoir poser des questions pour lire un texte ou lire le monde, c’est la formation élémentaire de base de l’esprit humain. Et c’est ça que l’école ne fait plus. Et chaque année je corrige le Brevet des Collèges, je vois bien le niveau des élèves à Paris, c’est faible. Les élèves ne savent pas lire, ils ne comprennent que 10 à 20% de ce qu’ils lisent. La conséquence c’est qu’ils lisent des textes faciles où ils n’ont plus cette impression d’être dans une forêt obscur et touffue où ils ne trouvent plus leur chemin. Je le vois même avec mes élèves qui lisent pour eux mêmes des romans médiocres et faciles qui flattent leur ego. Du coup, quand ils se retrouvent devant une page d’une nouvelled e Maupassant à problématiser pour en explorer le sens et les formes pour l’exprimer, ils rechignent, c’est trop dur. De mêle que la langue française, c’est en réalité des pans entiers de la culture française qui tombent en désuétude.

D. dit: à

Widergänger dit: 18 septembre 2016 à 12 h 34 min

Une enquête de l’institut Montaigne indique que 38% des Musulmans ont un profil autoritaire. Une enquête qui risque de faire du bruit.


une autorité justement exercée est une qualité.

D. dit: à

Ce soir je mange du cabillaud.

bérénice dit: à

St Thomas d’Aquin, Voyez si nous n’avions qu’un saint à opposer à tous ces fanatiques qu ne jurent que par Allah, mais non! une ribambelle de saints plus tous les canonisés en attente, cela ne va pas, il faut unifier la pensée chrétienne et la réduire comme les effectifs dans les usines pour plus de profit et d’efficacité.

bérénice dit: à

c’est la grande dépression

J’ai remis mon projet à plus tard, trop de vent, Sollers n’aime pas non plus le vent, voilà le genre de choses absolument inutiles qui retiennent mon attention et occupent ma mémoire! un désastre!

bérénice dit: à

WGG 15h33 Sait-on si tous les pays sont atteints de la sorte par les nouvelles technologies et l’usage qui en est fait dès le plus jeune âge? Est-ce que cette modification concerne toutes les couches sociales dans la même mesure? Des études sont-elles réaliser pour objectiver l’incidence du numérique dans le dés-apprentissage des langues, pourquoi la France serait seule concernée par ce problème

la vie en cause dit: à

pas de résultats sportifs à se mettre sous la dent par un dimanche gris et c’est la grande dépression

bouguereau dit: à

inventeur de la liqueur du même nom

haleine a tuer un chval..

bouguereau dit: à

eh bien , tu vois, ça ne m »étonne absolument pas. j’en ai tant vu, et toit ausis ,sans doute, des pères musulmans d’une suffisance et d’un autoritarisme à vous scier en deux !

couleurs de microtrottoire

bérénice dit: à

le tyrannicide .

c’est pas un truc hérité du jurassique parc?

berguenzinc dit: à

St Thomas d’Aquin, inventeur de la liqueur du même nom, justifie le tyrannicide .

JC..... dit: à

« Sous le titre « Les Musulmans de France, une population jeune et diversifiée », « le Monde.fr » publie un excellent compte-rendu d’un récent sondage pour le compte de l’Institut Montaigne. A lire absolument pour éviter les habituels clichés. » (Jean)

A lire absolument pour éviter les habituels clichés de la gauche bisounours !!!

Clairement, le sondage est catastrophique : UN MILLION DE MUSULMANS ne respectent pas les valeurs de la République, mais la CHARIA !!! Ce qui est normal quand on connaît les exigences de soumission du Livre ….

bérénice dit: à

baptiste, sorry.

bérénice dit: à

Jean, un million de personnes en désaccord avec les valeurs du pays, après surement existe-t-il des graduations au désaccord , je ne suis pas musulmane, pas d’accord non plus avec tout et ne vais pas semer le désordre, l’incivilité ou tuer mon prochain sous prétexte qu’il appartient au courant Batiste de la chrétienté ou pour rien juste comme ça parce que sur les réseaux on voit que c’est tendance.

Chaloux dit: à

Bérénice, si l’UE continue de semer la guerre partout ailleurs, on ne donnera pas cher de cette « paix ». Quant à la « paix » à laquelle seront disposés les citoyens de l’UE, on verra d’ici deux ou trois ans où elle en est.

Widergänger dit: à

Nouveauté, non. Je fais ça chaque année à chaque rentrée. Mais d’ordinaire le niveau en orthographe n’est pas si médiocre.

Le pire, c’est que ces élèves ont eu tout au long de l’années passée d’excellentes notes en orthographe, des 18/20. Mais on voit bien qu’il n’en reste absolument rien. Les élèves n’assimilent plus les règles d’orthographe. La raison principale, c’est qu’ils ne se servent plus du tout de la langue écrite, sauf à l’école pour rédiger des rédactions. En dehors de l’école ils utilisent un nouvel idiome, le SMS. Qui résonne désormais comme un SOS… L’École est le lieu de la réaction et du conservatisme, une raison de plus à leur yeux de détester l’École. Ce qui n’arrange rien à la situation. À ce rythme-là, il est clair que le français écrit va disparaitre dans les vingt ou trente ans qui viennent. Et suivra le français tout court sous la pression générale de la déliquescence de la langue ; la culture française et son esprit de liberté disparaîtra aussi, il ne peut en être autrement à mon avis. La dégénérescence de la langue n’est qu’un symptôme parmi tant d’autres de la mort de notre pays.

Jean dit: à

Sous le titre « Les Musulmans de France, une population jeune et diversifiée », « le Monde.fr » publie un excellent compte-rendu d’un récent sondage pour le compte de l’Institut Montaigne. A lire absolument pour éviter les habituels clichés.

bérénice dit: à

Christiane je vous vois bien filer comme un bolchevique la baguette, euh non! le couteau entre les dents!

bérénice dit: à

Mais rien de cela n’existe durablement… ici ou ailleurs.

Christiane, je voulais simplement faire remarquer à ses détracteurs que la construction européenne a été et est encore aujourd’hui garante de la paix dans cette partie du monde jusqu’à il y a peu avec l’irruption de ces Islamistes agités qui la menacent et ceci dit sans justifier la complexité de ses règlements qui peuvent être une entrave, une gène, un frein à certains choix qui devraient relever du national .

christiane dit: à

@bérénice dit: 18 septembre 2016 à 14 h 54 min
Mais c’est justement à la mort d’un tyran qu’on peut observer ce genre d’exactions.
Quant à votre dernier post et cet entracte où je suis sensée filer entre les balles, vous êtes en pleine fiction. Vous pourriez écrire des scénarios de films noirs. Je me contente de vivre, comme d’autres, entre actualité lointaine et proche, tantôt angoissée, tantôt indifférente, tantôt émue. Ainsi va la vie…
Bon, une balade à faire dans le cadre de la journée du patrimoine : ATELIERS CHANA-ORLOFF –
7 bis Villa Seurat.
Découverte de l’œuvre et de la vie de Chana Orloff, sculptrice du XXe siècle, dans les lieux conçus pour elle par l’architecte Auguste Perret. enfants de l’artiste, toutes le

bérénice dit: à

Mes tests portent sur des élèves de 5ème et 4ème.

je ne garde aucun souvenir de tests réalisés dans ces classes, de ceux effectués en primaire oui, sont-ils des nouveautés?

Sergio dit: à

Houi enfin l’abus de digestifs faut déjà arriver jusque-là…

bérénice dit: à

; c’était il y a un peu plus de 10 ans.

ce qui nous ramène à la modique somme de deux ans, l’âge de votre fille en 2006?

Widergänger dit: à

Je n’enseigne pas en 6ème : trop difficile pour moi.

Mes tests portent sur des élèves de 5ème et 4ème.

Apprendre du latin ou le grec ne se réduit pas à l’étymologie, voyons ! L’étymologie c’est peut-être 1% de ce que je leur enseigne.

Je fais toujours un état des lieux avant de prendre en main une classe. C’est nécessaire pour plusieurs raisons, dont celle de savoir sur quoi va porter le cours d’orthographe, que je ne leur fasse pas de cours sur ce qu’il savent déjà. Or, ils ne savent rien.

La réponse des parents des toujours la même : Vous découragez les élèves. Mais c’est avec des réponses débiles de ce genre que le niveau des élèves en orthographe est ce qu’il est aujourd’hui. Mon collège passe pour l’un des tout premiers de Paris. La ministre y fait des visites, c’est dire ! Eh bien, on voit qu’en réalité, le niveau de français est tout à fait catastrophique. Et si c’est comme ça dans l’un des collèges qui passent pour l’un des meilleurs de Paris, c’est qu’ailleurs en France la situation est encore bien pire ! C’est dire l’état de déliquescence de la langue française dans notre pays. Michel Zink est simplement lucide. Et la seule réponse que les parents sont capables de fournir, c’est d’être agressifs à l’égard des professeurs. Ça en dit long sur la dégénérescence complète du système scolaire. Ce pays a déjà un pied dans la tombe.

bérénice dit: à

la Bretagne, Fille à la voilette, qui est très bien placée en ce qui concerne la réussite scolaire.

bérénice dit: à

Christiane, 14h54, sûrement êtes-vous méritante aussi je ne vous demanderai pas de préciser vos fonctions et adresse, pas non plus besoin d’une déclaration publique de patrimoine, c’est le jour. Vous vivez extrêmement dangereusement et fuyez entre les balles à l’entracte.

christiane dit: à

@Chaloux dit: 18 septembre 2016 à 14 h 53 min
Le monde est grand et les « tyrans » ça pousse comme le chien-dent !

Widergänger dit: à

C’est un signe de bonne santé mentale de toute façon que d’éprouver de la haine pour les ordures.

la fille à la voilette dit: à

@ WGG 13h22 Vous avez décidé collégialement d’apprendre le latin et le grec à vos élèves de collège;puis de passer au cunéïforme. Le niveau de vos 6°, après les tests d’orth de la rentrée, sont nuls,avez-vous dit. Vous vous en lamentez.
Le sujet du billet est G.Rondeau, mais il fut surtout question de Heidegger; permettez-moi donc un brin de commentaire.
L’un de mes jeunes cousins ,10 ans, entre en 6° ,dans un collège en Bretagne, assez bon élève;cette semaine, son père me tél ( je ne suis pas prof)ahuri: test d’orth,N( le gamin) a eu 5/20 au test d’orth,subi, dès la rentrée; ses copains guère mieux; ça gronde chez les gamins et leurs parents, qui ne comprennent pas. « – t’en penses quoi? -moi je suis au bout du fil – bof, du calme. Renseigne-toi,il y a sûrement une réunion d’info prévue avec les parents etc… »
J’ai tjrs entretenu de bons rapports avec l’orth, comment? je ne sais pas trop.Pour mes enfants, ns avons laissé faire les instits,les profs; tests d’ortho ? jamais. Ont-ils fait L.ou G. ? non; c’était il y a un peu plus de 10 ans.Je connais mal la réforme de la ministre, mais je pense que assommer les élèves, dès la rentrée avec des tests, ça se discute.Vs parlez ici assez souvent de vos classes et de vos élèves, qui vs tiennent à coeur; on sait vos engagements;initier aux L.A. de jeunes élèves ,de l’étymologie( bien plus retorse qu’il y paraît) est-ce la clé qui leur permettra d’être meilleurs en orth? Aucune envie d’orienter les commentaires sur ce sujet, ni de critiquer votre méthode que je ne connais pas. Je pense à mon jeune cousin et à ses copains, pleins d’enthousiasme, ils entraient chez les grands,ils sont éveillés, ne passent pas leur temps devant la TV, normaux…si normaux qu’ils ont déjà trouvé un surnom au prof de français.Je n’habite pas la Bretagne, je ne suis pas donneuse de leçons moralisateurs, mais l’ortho, toujours en parler et se lamenter,zut à la fin.
Bon courage avec de l’imagination.

christiane dit: à

Bérénice,
votre dernier commentaire décrit un mirage : « Éprouver de La joie d’en avoir fini avec un de ces salauds et ce qu’ils imposent, respirer, vivre tranquille sans la peur d’être traité arbitrairement, arrêté, torturé, menacé, privé, spolié, déporté, enfermé, martyrisé…… »
Mais rien de cela n’existe durablement… ici ou ailleurs.

bérénice dit: à

Christiane là n’est pas la question, au départ on se demandait ce qui retenait de fêter la mort d’un tyran et il n’était pas question du sort réservé à ceux qui pris dans les mailles du filet de la haine ont eu à souffrir de la vengeance populaire sans passer par un tribunal.

Chaloux dit: à

Christiane : »Un tyran remplace un autre tyran ».

Christiane, est-ce que vous diriez que de Pétain au général de Gaulle « un tyran a remplacé un autre tyran »? L’abus de bons sentiments est comme l’abus de digestifs, c’est un ennemi de l’esprit.

christiane dit: à

@bérénice dit: 18 septembre 2016 à 13 h 58 min
Difficile de vous répondre, Bérénice. Tout ce qui relève de la haine est difficile d’accès, déroutant. Où s’arrête-t-elle ? Qu’en est-il de ces pulsions qui ont poussé à des actes pas très glorieux à la fin de la guerre (je pense au sort des femmes qui avaient eu une liaison avec « l’ennemi », aux exécutions sommaires…) ou actuellement ici, ailleurs ? La haine défigure, amplifie l’agressivité de la société, de groupes humains.
Soulagement ? Un tyran remplace un autre tyran, un ter.roriste, un autre, un pervers dangereux, idem…
Une pulsion facile à ressentir, difficile à analyser. La mort d’un homme ne règle jamais un problème de société…

bérénice dit: à

, qu’est-ce qui motive alors si ce n’est de la haine ?

La joie d’en avoir fini avec un de ces salauds et ce qu’ils imposent, Christiane, respirer, vivre tranquille sans la peur d’être traité arbitrairement, arrêté, torturé, menacé, privé, spolié, déporté, enfermé, martyrisé……

Chaloux dit: à

Il faudrait demander à Assouline ce qu’on dit de tout ça au Siècle!

bérénice dit: à

-cette note pour dire que rares sont ceux qui peuvent être spécialistes(reconnus) d’une époque, d’un écrivain et diriger de main de maître ,avec succès une maison d’édition pour enfants, aux succès mérités.

Les talents chez ce genre de personnages sont pluriels, ils pourraient comme les hommes politiques cumuler les mandats d’ailleurs nombreux ceux de cette trempe qui sont occupés par plusieurs pôles d’activité, je ne vois guère d’incompatibilité essentielle surtout que ces deux domaines appartiennent au registre culturel, on peut supposer que chacun des deux soit chronophage et n’autorise pas à leur addition par le même homme.

bérénice dit: à

https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Fabre_(professeur)

La fille à voilette: Vous avez raison c’est celui ci qui fut à l’origine de l’ouvrage déniché dans l’édition originale. Il est mort à 70ans, le Fabre de l’école des loisirs est mort en 2014 à 93ans.

Chaloux dit: à

Rappelons que Dreuz info est site d’extrême droite.

Widergänger dit: à

Ce n’est pas seulement l’article qui est une escroquerie, mais le journal en lui-même, qui est devenu quasiment l’ennemi de la France et de la culture française.

gontrand dit: à

Ce que Le Monde a retenu de l »enquête de l’institut Montaigne:

« Les musulmans de France, une population jeune et diverse »

Bien sûr l’article en dit plus, mais le titre est une pure et simple escroquerie…

christiane dit: à

@Widergänger dit: 18 septembre 2016 à 14 h 07 min
Est-ce une confusion, Michel ? Le désir de donner la mort, de vengeance, ne sont-ils pas construits sur de la haine ? C’est un problème pas simple à résoudre. Que l’on tienne l’arme ou qu’on se « réjouisse » de celui qui l’a tenue pour mettre fin à la cruauté d’un tyran, à l’abjection d’un criminel sadique, d’un dangereux ter.roriste, qu’est-ce qui motive alors si ce n’est de la haine ?
Les agents du Mos.sad ne se font-ils pas « bourreaux » dans leur traque des criminels na.zi ou de ter.roristes ?

Chaloux dit: à

« Cela n’en a jamais fait des millions de gens haineux. ».

Ah bon. On voit bien que Gracchus Cafouillus n’a pas entendu dans son enfance parler des rafles et des prises d’otages de l’occupant allemand (rien ne change).
Quand les allemands sont partis de mon village pour rentrer chez eux, un peu précipitamment, ils ont pu effectuer cinq kilomètres. Ensuite, ils sont morts. Pas de haine? Tout à fait légitime, à mon avis.

Cafouillus continue de radoter ce qui lui passe par la tête. Sans rien savoir, comme d’habitude.

bérénice dit: à

Ce Jean Fabre qui est à l’origine de cette édition de 1950 était prof à l’université de Strasbourg, édition critique avec notes et lexique .

la fille à la voilette dit: à

@ Bébénice à propos de Diderot et de l’école des loisirs. Pourriez-vous accepter que je précise ceci:
Il y a d’innombrables » jean fabre » dont le fondateur de l’Ecole des Loisirs(que je continue à pratiquer avec joie) ET « jean fabre » honorable prof d’université, Paris, USA, spécialiste du 18° et de Diderot. Que voulez-vous, j’aime Diderot, j’ai tous les vices !
-cette note pour dire que rares sont ceux qui peuvent être spécialistes(reconnus) d’une époque, d’un écrivain et diriger de main de maître ,avec succès une maison d’édition pour enfants, aux succès mérités.

bérénice dit: à

14h07 je me demande s’il vous arrive de lire les autres.

bérénice dit: à

WGG écoutez si vous voulez l’exemple de la pensée d’un brave juif franchouillard.

gontrand dit: à

L’enquête mise en lien par WG enterre la fable de « l’immmmmeeeennnssse majorité » des musulmans qui serait parfaitement intégrés dans notre société laïque.

Je n’ai jamais cru à cette foutaise parce qu’elle est évidemment contradictoire avec ce que l’on peut savoir de l’islam en observant simplement les sociétés musulmanes d’aujourd’hui.

Deux exemples:

Constitution tunisienne de 2014, présentée par tous les médias comme le sommet du progressisme dans le monde arabe:

« Article 1 – La Tunisie est un État libre, indépendant et souverain, l’Islam est sa religion

L’article 6 prévoit que l’État est le gardien de la religion…

L’État s’engage à protéger le sacré ; nul ne peut y porter atteinte. »

Bien sûr, la liberté de conscience est aussi garantie, mais tous les ingrédients sont là pour prendre n’importe quelle mesure contre les athées par exemple. Quand vous appartenez à un pays dont l’islam est la religion d’état inscrite dans la Constitution, vous vous sentez un peu mal si justement l’islam n’est pas votre religion. Et je répète qu’il s’agirait de la constitution la plus « progressiste » du monde arabe…

Deuxième fait (pas petit du tout): la Déclaration des droits de l’homme en islam, adoptée au Caire le 5 août 1990 par l’Organisation de la conférence islamique, est une adaptation particulière de la Déclaration universelle des droits de l’homme aux pays musulmans. Cinquante-sept États l’ont ratifiée.

Cette adaptation se traduit notamment par une forte imprégnation religieuse, l’affirmation de la primauté divine (de la charia), la limitation de la liberté de choisir sa religion et d’en changer et par l’inégalité des droits entre l’homme et la femme.

Je souligne: ratifiée par CINQUANTE SEPT états…

Vous avez tous compris que nous n’aurons bientôt plus le choix. Les Tariq Ramadan et autres attendent tranquillement que la démographie et les flux migratoires fassent leur oeuvre et ils imposeront leur loi partout où ils seront assez forts pour le faire. Ils condamnent la violence car elle est contre-productive. Elle ne sert à rien, il suffit d’être patient.

Chaloux dit: à

bérénice dit: 18 septembre 2016 à 13 h 54 min
Cafouillus : »(…) il n’y a pas que l’allemand (…) grosse faute de frappe ! »

« Gros lapsus révélateur. »

Gracchus Cafouillus est à lui tout seul, et dans son ensemble, un « gros lapsus révélateur ».

Widergänger dit: à

Faut pas tout confondre, christiane, ça n’a rien à voir. Se réjouir de la mort de Franco ou d’Hitler n’a rien à voir avec de la haine. Cette joie fut le sentiment partagé par des millions d’Européens à la fin de la guerre. Cela n’en a jamais fait des millions de gens haineux.

Widergänger dit: à

Ce qui me paraît intéressant, bérénice, c’est surtout votre façon d’en parler qui relève de l’hôpital psychiatrique.

Que la judéité et Heidegger, tout confondu, se voient psychiatrisés par les braves franchouillards me semble typique de l’état de décadence où a sombré notre beau et malheureux pays.

bérénice dit: à

Christiane il est possible de se réjouir de la fin de quelque-chose ou quelqu’un sans haine, dans la joie, le soulagement de vivre encore et de pouvoir continuer débarrassé .

bérénice dit: à

(…) il n’y a pas que l’allemand (…) grosse faute de frappe !

Gros lapsus révélateur.

Gontrand si la mort de salauds n’avait pas pour origine la mort des autres il serait certes plus facile de sabler le Champagne, ce n’est pas leur mort qui en empêche mais le souvenir de ceux qui ont péri et souffert sous leur commandement.

christiane dit: à

Etty Hillesum écrit dans son journal, quelques mois avant d’être déportée à Auschwitz où elle mourra :
« le moindre atome de haine que nous ajoutons à ce monde nous le rend plus inhospitalier qu’il n’est déjà. »
Elle observait un membre de l’administration au camp de transit de Westerbork et écrivait : « … Il débordait de haine pour ceux que nous pourrions appeler nos bourreaux, mais lui-même eût fait un parfait bourreau et un persécuteur modèle… »

bérénice dit: à

WGG je pense que comme Israël , Heidegger est une espèce de TOC chez vous néanmoins si l’on reprend vos communiqués depuis deux ans et quoique cela tourne autour de la judéité votre fixation se déplace en une translation qui visite différents éléments du patrimoine jusqu’au membre fantôme, c’est intéressant.

christiane dit: à

@gontrand dit: 18 septembre 2016 à 13 h 16 min
merci

Widergänger dit: à

Moi aussi, je pense que j’aurais fêté au champagne la mort de Hitler, Mussolini, Staline et autres ordures du même genre. Je me souviens de la mort de Franco ; je ne l’ai pas fêtée au champagne mais j’en étais très heureux.

Widergänger dit: à

J’ai décidé avec mes collègues que cette année je ne vais pas seulement apprendre du latin et du grec à mes petits élèves de 5ème mais à partir du second trimestre, je vais leur apprendre l’histoire de l’écriture en partant de l’écriture cunéiforme.

Quand je vois les résultats de mes tests d’orthographe de début d’année, je me dis que la situation est quand même très grave et que Michel Zink n’a pas tort quand il dit que la langue française (du moins la langue écrite) est en passe de devenir une langue morte. J’ai 120 élèves qui ont entre 3/20 et 4,5/20 en moyenne. Sur les 24 classes du collège, il y a à peu près une classe par niveau qui est correcte. Donc 4/24 = 1/6. Ça veut dire que sur les 720 élèves du collège, il y a 600 élèves dont le savoir en orthographe ne leur permet pas d’avoir plus de 4,5/20 de moyenne ! Il s’agit bien d’une vraie destruction de la langue écrite, une perte radicale du code écrit de la langue comme ça n’a jamais été le cas auparavant dans l’histoire de notre pays.

gontrand dit: à

 » la mort de salauds absolus, genre Frère Kouachi et toute la bande ne me tirera aucune larme…aucune. »

Entre « ne pas tirer une larme » et sabler le champagne, il y a plus qu’une nuance, Bergounet…Il ne m’a jamais été possible de fêter bruyamment la mort de qui que ce soit.

Je suis 100% d’accord avec Christiane sur ce point.

Widergänger dit: à

(…) il n’y a pas que l’allemand (…) grosse faute de frappe !

Widergänger dit: à

Je retiens aussi : jehudi, celui qui a de la gratitude pour être en vie, pour exister.

Tout ce que dit GAG n’est pas une plaisanterie…

Ce qu’il dit de Heidegger me paraît à la fois juste et faux. Juste parce qu’il n’y a que l’allemand bien sûr qui rend l’homme capable de penser l’être ; faux parce que Heidegger le pense en allemand, reprenant une question ou plus exactement une aporie de Platon dans Le Sophiste (en 244a), qui sert de point de départ à Sein und Zeit. On ne peut pas balayer ça d’un revers de main tout de même.

closer dit: à

« ces pierres m’ont toujours fait un effet étrange, une persistance comme si l’âme de nos lointains ancêtres planait encore en ces lieux mystérieux. »

Oui, d’ailleurs je propose d’ajouter les racines mégalithiques de la France aux racines gréco-romaine et judéo-chrétienne.

christiane dit: à

@berguenzinc dit: 18 septembre 2016 à 12 h 37 min
C’est le terme « réjouir » qui est important. Que des salauds quittent cette terre : ouf ! soulagement mais pas réjouissance. Constat amer que cette vie-là a été dévastatrice pour les autres, qu’une justice a été rendue par le sort ou par les hommes (tribunal).
Mais se réjouir c’est entrer dans un plaisir qui ici n’a lieu d’être.

Widergänger dit: à

Oui, absolument, Jean-Philippe. Comme toi, ça ne m’étonne absolument pas. Je l’ai moi aussi consté mille fois chez des parents (le père) de mes élèves. J’ai même eu l’audace de le dire un jour à ma principale… Que n’avais-je pas dit là ?! J’étais un raciste, un horrible… On voit ce qu’il en est aujourd’hui. De même ce que dit cette enquête au sujet des femmes musulmanes me paraît extrêmement grave.

Et quand on a en tête ce que dit ton père sur la sexualité des Allemands comme source inavouée du nazisme, il y a de quoi se faire de gros soucis.

C’est toute la culture française qui est en danger.

J’ai été heureux d’entendre ton père être un admirateur comme moi des Pensées de Pascal.

berguenzinc dit: à

Widergänger dit: 18 septembre 2016 à 12 h 34 min

eh bien , tu vois, ça ne m »étonne absolument pas. j’en ai tant vu, et toit ausis ,sans doute, des pères musulmans d’une suffisance et d’un autoritarisme à vous scier en deux ! C’est lié au caractère profondément guerrier de l’Islam. Car de révolution humaniste il n’y eut point. Ou si, en andalousie, à Ispahan, mais elle fut rapidement tuée dans l’oeuf.

berguenzinc dit: à

@Et aucun « survivant » ne peut se réjouir de la mort d’un autre, fut-il le pire des sa-lauds.

contestable, chère Christiane, très très contestable. La mort de Goering, d’Hitler, de Franco, de Pol pot, de Staline…et autres ordures, eh bien…champagne !!!! Une petite anecdote: en Novembre 75, quand Franco de Porc est crevé, mon grand père français, un homme doux , protstant, ttolérant, animé d’un fondamental humanisme, nous attendait le soir avec des coupes de champagne pour fêter la mort de ce détritus…
Alors, je pense que la mort de salauds absolus, genre Frère Kouachi et toute la bande ne me tirera aucune larme…aucune.

Polémikoeur. dit: à

Il est même écrit (plus bas)
qu’il y aurait
comme un intérêt
à mourir à son sommet
pour avoir droit à plus d’écho.
Est-ce que ça ne mérite pas
une petite discussion ?
Quant à croire que la mort d’autrui
ne peut pas être réjouissante,
n’y a-t-il pas plein de déclarations
du contraire, ne serait-ce
que dans le petit monde
éditorial et littéraire ?
Sans la louer non plus,
nier la satisfaction
de survivre, à certains
de ses semblables,
est-il bien sérieux ?
Mécréânement.

Widergänger dit: à

Une enquête de l’institut Montaigne indique que 38% des Musulmans ont un profil autoritaire. Une enquête qui risque de faire du bruit.

christiane dit: à

Je ne suis pas certaine que certains commentaires soient à lire au premier degré. Un certain « jeu » intellectuel, pour briser les paroles souvent convenues entendues après la mort de tel écrivain ou artiste, l’emporte sur le prix d’une vie. Ratée, réussie, célébrée, ignorée, enrayée par le mal, magnifiée par le bien, au service d’une œuvre ou humblement offerte au bonheur… elle reste ce mystère insondable, cette déchirure quand la mort la fauche. Et aucun « survivant » ne peut se réjouir de la mort d’un autre, fut-il le pire des sa-lauds.

Polémikoeur. dit: à

Sans mettre la lecture freudienne
à toutes les sauces, n’a-t-elle pas
un peu décoincé le couvercle victorien
(et pas seulement) qui était bien vissé
auparavant ?
Décomplextatiquement.

Polémikoeur. dit: à

Mourir comme signal
pour attirer l’attention
est tout de même bien radical !
Il y a aussi les prix et récompenses.
L’incursion dans les rubriques décalées
marche plutôt bien pour les dirigeants
du Fonds Monétaire International.
Les exemples sont légion,
qui donnent raison
à Andy Warhol
sur la minute
sous les projecteurs
pour presque n’importe qui.
Une question d’identification,
autrement dit, de miroir.
Les réseaux sociaux sur la Toile
sont une aubaine pour tou(te)s
jusqu’au suicide par dépassement
de la dose comme il est arrivé
à cette Italienne devenue
trop exposée à son goût.
Gloriobornioliquement.

Petit rappel (bibliographe) dit: à

Bérénice, l’Originale du Neveu, texte définitif, c’est dans la Nouvelle Bibliotheque Elzévirienne je pense vers 1855; Et elle se trouve en cherchant un peu…

Janssen J-J dit: à

10.24 tant qu’il est vivant le génie aurait du temps a perde à le contredire

Ne pas prendre ça au pied de la lettre, plutôt comme un plaisir mental naricissique… genre woody allen qui se prend à rêver et mettre en scène, dans une file d’attente au cinéma, de se payer la tête d’un intello newyorkais suscitant une stupide vénération du public baveur.
Ce besoin élémentaire de casser les réputations indues, je voulais dire. Et sans besoin de freudisme, pas ma tasse de thé non pu, cela dit on peut pas faire comme si on n’avait pas été pétris de cette daube tjs mobilisable dans les diners en ville de la rdl, pour ou contre. Eros et Thanatos, donc, ça t’était pas vraiment destiné.

Janssen J-J dit: à

@dans le lien de 10.04 « Mais il connaîtra aussi la douleur d’être renié par sa mère, qui, parce qu’il est homosexuel, l’interdit d’héritage »

Jamais compris ces histoires de reniement : car ou bien la pression de l’interdit religieux conventionnel de l’Ancien Testament est plus forte et surdétermine tout le reste chez la mère, et alors t’as pas une affaire à une mère digne de ce nom : elle n’aima pas ses enfants. Ou alors, t’as affaire à une « vraie » mère qui aime ses gosses quels qu’ils soyent, vu que son ‘instinct maternel’ (s’il existe) lui interdit de faire le tri : il joue à égalité pour tous ses mioches, en tout cas, plus fortement que la pression de toutes les conventions sociales qui l’obligeraient à faire un tri sélectif (ou ne pas en faire, en cas de fiston ou fistonne unique). Or c’est à cette croisée qu’il faut dire un mot de l’imposture du freudisme (l’idole crépusculaire de MO), Sigismond t’expliquant que l’homo aurait eu un rapport particulier avec sa maman.
Il ne reste plus qu’une seule conclusion à tirer : passons nous de mères maternelles ou maternantes pour pouvoir engendrer des homos ou des hétéros. Laissons faire la science et la nature, délivrons les parturientes d’un vrai calvaire ancestral et évoquons les vrais pb d’aujourd’hui : les héritages matériels.
Car plus personne n’a peur de Virginia, maintenant.

Chaloux dit: à

berguenzinc dit: 18 septembre 2016 à 10 h 32 min
« alors boug’, déjà bourré? ».

Ô solitude du Faf, vieillissant dans la plaine à betteraves…

Polémikoeur. dit: à

Un héros n’est-il pas aussi
bien plus rassurant
et contrôlable
mort que vivant ?
Un Coluche, par exemple,
n’a-t-il pas, aujourd’hui,
bien plus d’amis que si un camion
ne l’avait pas empêché de continuer
à balancer des balles de son
dans les bobines des figures
de proue de l’actualité ?
Croquemortellement
et charlypocritement.

Chaloux dit: à

Ce qui amusant et mystérieux avec Albee, c’est la fameuse malédiction de Qui a Peur de Virginia Woolf. Tous les interprètes de cette pièce finissent par se vouer une haine absolue. Derniers en date, à ma connaissance -mais qu’en est-il des représentations de village ? – Boyer et Arestrup.

bérénice dit: à

10h27 c’est de l’artisanat, avant de lire j’imaginais les églises équipées de tout un attirail numérique sophistiqué qui aurait permis comme pour les volets ou le chauffage, l’arrosage des pelouses… de commander à distance depuis un smartphone l’achat d’un vrai faux-cierge puisque se vendent bien des vraies fausses-bougies pour ne pas salir.

Paul Edel dit: à

Une pensée pour l’incisif Edward Albee qui secoua le théâtre américain, et qui , comme Harold Pinter, jeta quelques braises dans le puits noir de l’humanité.
A cette occasion j’ai envie de citer cette déclaration d’ Harold Pinter à un journaliste :
« Ce que le public ne comprend pas, c’est l’immense ennui qu’on a à converser sans cesse avec soi- même, et souvent quand je regarde mes mots tomber sur le papier je pense: « Oh mon dieu , tout ce que j, ‘écris me parait si prévisible, si décevant , et sans espoir. «
Il précisa aussi ceci :
« Je n’efforce certainement pas à atteindre je ne sais quelle universalité dont vous me parlez, j’ai bien assez de mal comme ça à lutter pour simplement écrire une pièce sanglante! «

bouguereau dit: à

je vois pas trop le rapport,i doit y en avoir un quand même

dommage que tu me ramènes zigmoud..c’était pas du tout mon propos..comme quoi c’est vrai qu’il rabaisse..et quhavec lui hon s’en sort à telment bon compte

bouguereau dit: à

on embrasse les femmes!

mes bien chair frère..on en mangrait

Janssen J-J dit: à

@10.29 petit t’as du hanterrer des vers de terre écrasée havec des croix hen bois toi

je vois pas trop le rapport,i doit y en avoir un quand même. Mais voui…, comme toi, j’ai fait qq chose dans ce goût là, peut-être d’encore plus pervers : j’arrivais à choper des mouches vivantes dans mon poing, et j’éprouvais un immense plaisir à aller les balancer dans les toiles d’araignée de la grange, puis à contempler ces dernières sortir en furie de leur trou pour se mettre immédiatement au boulot. Fascinant ! Eros plus que Thanatos, pas vrai ?…

Lavande dit: à

Bouguereau vous savez bien que quand on dit « les Hommes » on embrasse les femmes!

bouguereau dit: à

yavé a voulu qutu boives pour ça

bouguereau dit: à

Par exemple, je ne puis m’empêcher de souhaiter vivement la mort prématurée de Houellebecq

hon contruira une grosse mosquée sur le sansdent

Janssen J-J dit: à

10.08 Je préfèrerai mourir sans avoir rencontré un chef d’oeuvre inconnu en apprenant que le bougre qui l’avait pondu est mort à 110 ans, heureux, ayant bien vécu, bien mangé, bien lutiné…

Eh bé c’est exactement ce qu’on se dit et qu’on ressent à la lecture du petit bouquin testament de Jim Harrison (bon baffreur, bon baiseur, bon buveur, bon jouisseur couac…), Le vieux saltimbanque (Flammarion). Je le recommande chaudement, si t’as 4 heures à perdre entre chien et loup, à l’abri de la bise après la cueillette, ou après avoir fini les guiliguilis à la grosse truie mamelue et à ses 9 petits porcelets dans l’enclos attenant.

berguenzinc dit: à

alors boug’, déjà bourré?

bouguereau dit: à

« BON DIMANCHE mes frères » comme disait le curé de mon enfance

‘les soeurs restez là..j’ai des trucs a vous dire…’

bouguereau dit: à

un rapport d’égalité avec elle…, dont nous serons seul à jouir en tant que son survivant

petit t’as du hanterrer des vers de terre écrasée havec des croix hen bois toi..sapré jjj

bouguereau dit: à

Oui, j’ai écouté mon dâbe aussi…assez formide, je dois dire

vivant ha la radio

bouguereau dit: à

pour jjj tant qu’il est vivant le génie aurait du temps a perde à le contredire

Jean dit: à

christiane dit: 18 septembre 2016 à 10 h 00 min
Jean,
vous êtes un paresseux ! vous attendez les vendanges de la mort pour goûter au fruit d’un créateur.

Pas du tout. Je jouis autant que vous au jour le jour de ce qui naît au jour le jour. Dans ce cas la mort n’existe littéralement pas… Encore que … Après tout, une oeuvre, quelle qu’elle soit, à quelque moment qu’elle apparaisse à ma conscience, est toujours la production d’un mort. Pour reprendre l’exemple de Modiano, vous pensez bien que celui qui écrivit « Villa triste » est mort depuis longtemps. Je, dans le temps, est sans cesse un autre. Tous ceux qui l’ont précédé sont au tombeau. C’est vrai du lecteur comme de l’auteur.

berguenzinc dit: à

Et plus encore… de ne jamais aller perdre mon temps à rentrer chez Heidegger, le haut de plafond.

& JJJanssen, très bonne initiative. Oui, j’ai écouté mon dâbe aussi…assez formide, je dois dire.

bouguereau dit: à

clamser c’est du buz

Janssen J-J dit: à

@9.15, Oui, ces deux dimanches à l’écoute de G-AG furent un réel enchantement. Ce matin, il m’a vraiment convaincu de relire simultanément le Procès traduit d’un côté par Lortholary et de l’autre par lui-même. Et plus encore… de ne jamais aller perdre mon temps à rentrer chez Heidegger, le haut de plafond.
@9.41 « Plus j’admire un artiste, plus je souhaite qu’il meure avant moi : la véritable admiration est thanatologique ». Très honnêtement, ce genre de pensée m’est souvent venue à l’esprit, même si je n’aurais jamais osé la formuler aussi crument. Et je me demande alors pourquoi on en vient à penser cela. « Thanatologique » c’est joli, mais n’est pas le terme adéquat… Je crois plutôt qu’il y a quelque chose de malsain, comme de la revanche sur l’humiliation culpabilisante éprouvée à l’égard d’un être admiré… La nécessité de se défaire de ce sentiment d’admiration est liée au fait que la personne admirée ou vénérée ne pourra plus nous hanter ou nous objecter, quand nous nous mettrons à douter d’elle,c’est-à-dire quand elle nous permettra de nous faire revenir à notre juste proportion, un rapport d’égalité avec elle…, dont nous serons seul à jouir en tant que son survivant.

bouguereau dit: à

et tant pête et polue et pue du cul

berguenzinc dit: à

moi, les fruits du créateur, au fond, je l’en balance royalement. Ce qui me fait chaud au coeur , c’est le bonheur de vivre. Que l’artiste , au lieu de nous pomper l’air avec sa production constipée, , se mette à table comme dans un Brueghel. un chef d’oeuvre? vous voulez que je vous dise: c’est de se réveiller chaque matin, d’aimer chaque heure de cette putain de vie. Voilà ce chef d’oeuvre soi-disant inaccompli….une côte de veau fermier épaisse , avec des girolles, de l’ail, de la ciboulette fraîche…et l’odeur d’un feu de hêtre..le hêtre n’est pas le néant.

christiane dit: à

@berguenzinc dit: 18 septembre 2016 à 10 h 02 min
Magnifique ! que jean en prenne de la graine !

berguenzinc dit: à

Cette idée de la mort prématurée favorisant la notoriété ne le semble pas très pertinente, désolé. Car comme rien ne vaut la vie, le fumet de ma cuisine en témoigne, au fond , moi la ponte, je la place nettement au second plan. Je préfèrerai mourir sans avoir rencontré un chef d’oeuvre inconnu ene apprnant que lebougre qui l’avait pondu est mort à 110 ans, heureux, ayant bien vécu, bien mangé, bien lutiné.

christiane dit: à

Jean,
vous êtes un paresseux ! vous attendez les vendanges de la mort pour goûter au fruit d’un créateur. Il faut explorer le présent, là où justement la célébrité n’a pas encore mordu les fruits. Après… des noms peuplent les plateaux de télévision et cachent la modestie, l’invisibilité du travail littéraire ou artistique. Hors les noms que vous citez, hors la mort, hors la célébrité, comment rencontrer une œuvre qui se construit tout au long d’une vie ?
Il faut aussi explorer le passé et découvrir, redécouvrir par exemple … des paysages dans les romans de Camus… Lire, se balader, regarder…

berguenzinc dit: à

Et la mort d’Albee nous castre, en effet, elle nous constarne. Personne, pourtant, n’avait dit « Jaurès appeau ».

Jean dit: à

Donc, vous souhaitez que tous les êtres « à découvrir » (arts – littérature…) meurent avant vous (Christiane)

Autant que possible oui. Comme ça, je puis avoir une vue panoramique et synthétique de l’oeuvre de l’un ou de l’autre. Imaginez un lecteur enthousiaste de « Du côté de chez Swann » qui serait mort bien avant que Proust ne publie la suite, et même bien avant la publication posthume du « Temps retrouvé » : quelle irrémédiable perte culturelle pour lui. And so on … Par exemple, je ne puis m’empêcher de souhaiter vivement la mort prématurée de Houellebecq, de Modiano et de quelques autres. Dans le cas de Modiano, comme je trouve qu’il se répète un peu beaucoup dans ses derniers livres, je regrette qu’il ne soit pas mort.Plus j’admire un artiste, plus je souhaite qu’il meure avant moi : la véritable admiration est thanatologique.

Jean dit: à

Cette maladie qui l’a terrassé, il s’en serait bien passé, sa famille et ses amis aussi…
Il y a un autre moyen d’explorer le monde des créateurs : les expos, les livres, les émissions de radio, les vidéos. (Christiane)

Mais je n’en doute pas, ma chère amie. Tout ce que je voulais signaler — comme d’ailleurs vous le remarquez –, c’est que la mort peut jouer le rôle de signal utile en temps utile. Imaginez un Gérard Rondeau mort centenaire : il est assez probable que personne ne se serait avisé de saluer sa disparition, son oeuvre photographique étant oubliée depuis longtemps (à moins qu’il n’ait acquis sur le tard la gloire d’un Cartier-Bresson). Tandis que là, étant mort en pleine notoriété, son trépas en acquiert un effet positif incontestable, du moins sur les ignorants tels que moi.

christiane dit: à

@Jean dit: 18 septembre 2016 à 9 h 23 min
Donc, vous souhaitez que tous les êtres « à découvrir » (arts – littérature…) meurent avant vous et assez rapidement pour que des nécrologies inspirées vous les fassent découvrir ! Cette maladie qui l’a terrassé, il s’en serait bien passé, sa famille et ses amis aussi…
Il y a un autre moyen d’explorer le monde des créateurs : les expos, les livres, les émissions de radio, les vidéos.
Mais sensible au fait que ce triste évènement ait pu vous (nous) faire découvrir et l’homme et le photographe et le cinéaste (documentaire), rare.

Jean dit: à

Mort de rire. Au bon moment ?

Jean dit: à

La mort de Rondeau à 63 ans est sans doute un événement douloureux pour sa famille et ses amis, mais pour moi, qui n’avait jamais entendu parler de lui ni vu aucune de ses photos, c’est plutôt une opportunité. Si le bonhomme avait cassé une pipe nonagénaire, j’aurais certainement complètement zappé son existence et celle de ses productions, étant mort moi-même bien avant, ou alors ça aurait eût été parce qu’il fût été tombé dans l’oubli depuis longtemps. tandis que comme ça, j’ai pu prendre connaissance de quelques uns de ses clichés, dont certains ne sont pas sans intérêt. On a souvent tort de se lamenter à l’excès sur la mort des autres : elle tombe souvent au bon moment.

christiane dit: à

Euh… « Talmudiques » serait mieux ! (Emission du dimanche de M-A.Ouaknin – 8h10/9h42
Passionnant !
Langue allemande et naz.isme

boudegras dit: à

JC, le petit sergent de ville de ce blog est parti prendre son quart… bon débarras, ouf !

christiane dit: à

G-A.Goldschmidt reçu sur « Tamuldiques » – F.C maintenant.
Thème : La langue allemande.

JC..... dit: à

Quittons nous sur un signe du destin témoignant que la vie continue, malgré de tristes disparitions comme celle de ce malheureux Rondeau.

Depuis qu’Annelise de la RdC m’a traité de gros porc, je suis désespérément à la recherche d’un nouvel équilibre affectif car il est dur de passer du Romeo de Giulietta, au Naf-Naf de Walt Disney …

Mais le destin m’a comblé ! Je suis tombé amoureux de la plus belle cochonnette du paf : Martine AUBRY !

Bien sûr elle est à gauche, à gauche caviar, … eh bien, je me convertirai au caviar ! Elle me plait, la cochonnette lilloise, c’est plus fort que moi … je l’aime !

bérénice dit: à

Berguenzinc, méfiez-vous des champignons! Les bergers grecs ont été parmi ceux qui sont partis rapidement après tcherno car ayant pour habitat privilégié les lieux naturels ( cancers fulgurants), les végétaux sont les premiers à absorber la saloperie.

bérénice dit: à

JC il nous faudrait convertir tout ce vert opposé inutilement en vert opposé pragmatiquement écologique, ils ne changeront pas de couleur mais de direction et de revendications qui si l’on se projette dans le long terme rejoignent leur souci de pouvoir intemporel.

bérénice dit: à

dispersés, je vous laisse les autres nombreuses comme objet de moquerie.

bérénice dit: à

7h27 au lieu de pérorer vous feriez mieux de lire l’être et l’étang sinon vous ne bénéficierez pas du cadeau Bonux: une canne à pêche vous autorisant à visiter les compostas radioactifs dispersé par Areva non loin de là au fond de l’eau.

bérénice dit: à

6h52 il n’est donc point seul pour déguster le fruit de ses cueillettes, dommage!

bérénice dit: à

60 000 000
5,6% donne 3 360 000 de musulmans.

28% de ces derniers donnent: 940 800 en arrondissant à la valeur supérieure, 1 million d’habitants sont opposés ou en marge des valeurs de la république française.

JC..... dit: à

Son fidèle compagnon, Sancho Wiwi Pensa, l’accompagnerait sur son vélo électrostatique de marque Heidegger, engin démoniaque acheté à Berlin…

JC..... dit: à

Aux dernières nouvelles, le fameux Don Quijote de la Bergue remplacerait, en Margeride, la mythique Bête dévorante du Gévaudan…

On affirme qu’Il dévorerait de bisous les imprudentes qui viennent, nombreuses, le gangasser dans sa retraite !

JC..... dit: à

SONDAGE IFOP Musulmans de France

« Le dernier groupe, que l’Ifop évalue à 28%, réunit des croyants qui ont « adopté un système de valeurs clairement opposé aux valeurs de la République », s’affirmant « en marge de la société ». Les jeunes, les moins insérés dans l’emploi et les convertis sont les plus disposés à adhérer à ce modèle. » (Le Monde)

Sachant que la population de religion musulmane est évaluée à 5,6% de la population nationale ….

bérénice dit: à

Fascination scopique pour la Mère.

Quand vous aurez déjeuné, pourriez-vous m’aider à percer le mystère de cette affirmation. Merci d’avance.

bérénice dit: à

En cherchant, vu que c’est une édition rare, une des premières en français et découvert que Jean Fabre qui a quitté ce monde en 2014 à l’âge de 93ans n’est rien moins que le fondateur de la collection  » L’école des loisirs » que je recommande à tous les parents de jeunes enfants.

bérénice dit: à

23h28 fait acquisition ce matin de la maison DROZ  » Le neveu de Rameau » _ achevé d’imprimé en 1950 _
édition critique avec notes et lexique par Jean Fabre. Ce livre aurait appartenu à Alliy? vivant à St Cloud.
Je n’ai jamais lu Diderot, ce Neveu devrait me permettre de continuer d’entretenir la hauteur de mon plafond qui effectivement ne vole pas très haut mais cela présente l’avantage de n’avoir point trop de volume à réchauffer à la morte saison.

Chaloux dit: à

Gracchus Cafouillus:
« Commencez donc par lire Sein und Zeit. Vous viendrez nous en parler quand vous l’aurez achevé et compris, d’accord ? »
(« Mais est-il possible en ce bas monde d’analyser la pensée d’un philosophie etc. ».)

S’il reste autant de la pensée de Heidegger qu’il subsiste de Montaigne dans les résumés de Cafouillus, on lui renverra, sans le moindre état d’âme, son compliment. Et même, pourra-t-on lui suggérer d’ouvrir pour la première fois les Essais et d’en lire quelques pages au hasard.
« Mais est-il possible en ce bas monde » d’écrire autant de bêtises que Cafouillus?
La réponse, hélas, tombe -si l’on ose dire- d’elle-même. Comme si nous n’en étions pas déjà submergés. L’obstination de ce Cafouillus à être « d’époque » en fait un cas. Si Pierre Assouline le rencontre, son roman sur l’Inquisition, n’en doutons pas, finira en histoire de l’enquiquinisition!
Cafouillus, le grand enquiquinisiteur.

Widergänger dit: à

Gérard Rondeau, c’est Œdipe en photographe : « un aveugle au grand cri lumineux. » Fascination scopique pour la Mère.

Widergänger dit: à

Mais est-il possible en ce bas monde d’analyser la pensée d’un philosophie sans passer pour un de ses disciples ? Cela paraît impossible. On est sommé de prendre parti et de se ranger dans un camp ou dans l’autre. Ça rigole pas au pays des bas de plafond…

bérénice dit: à

Nous reste à nous autres qui n’avons pas lu ce maître à penser du IIIème Reich la possibilité d’être vivants et bons sans références.

bérénice dit: à

WGG je ne vous surprendrez pas en vous avouant que j’en suis incapable, j’ai à une époque emprunté de grands auteurs, sans formation de base ce niveau de philo est illisible. Pauvre d’esprit si vous voulez, tordue , je ne crois pas.

bérénice dit: à

Bonne nuit à vous.

Widergänger dit: à

Bérénice, mon petit chat, Heidegger n’a jamais dit une énormité pareille, voyons !

Seul, votre esprit tordu est capable d’inventer pareille ineptie. Commencez donc par lire Sein und Zeit. Vous viendrez nous en parler quand vous l’aurez achevé et compris, d’accord ?

bérénice dit: à

Je crois que je vais devoir monter au dessus du Soulier pour trouver moi-même ces délicieux champignons.

bérénice dit: à

Je n’en ai pas rien à faire, je prends note. Je veux bien manger les girolles avec vous.

berguenzinc dit: à

bref, vous demandez des conseils et vous n’en avez rien à cirer, ce qui est le parangon du vrai voyageur.
Et puis pour les champi les champipi, les ernestpignons, oui, c’est D, je crois….j’ai trouvé des girolles, ç’t’aprèm…dans la montagne,je les ferai demain avec une côte de veau de là-bas, des échalotes et des fèves.

Michel, des loups, il y en a dans la réserve faunistique du Sauvage, à Chanaleilles, justement, une vaste réserve créee en 1973. Mais , évidemment, il y a y a des Ysengrins qui se sont fait la malle en bouffant les piquets de bois de la clôture…ils se sont réfugiés dans les taillis et ont une trouille bleue de l’homme. De temps en temps, ils bouffent une brebis ou un veau, plus rarement un gendarme, parce que c’est trop dur. et les gens du coin les détestent.

bérénice dit: à

Je vais revoir le Prieuré St Michel de Grandmont si personne n’indique de piste plus intéressantes, je n’ai juste qu’aperçu leur collection d’animaux de loin, des daims, des chevreuils, des chevaux très beaux et jeunes, des oies, un paon, le dépliant montre un dolmen imposant datant du II ème millénaire avant JC. En se promenant dans la forêt mais à l’est du côté de st Pons, au delà il y a des alignements de petits mégalithes, si on ne trouve pas de cèpes on peut se consoler de leur présence, ces pierres m’ont toujours fait un effet étrange, une persistance comme si l’âme de nos lointains ancêtres planait encore en ces lieux mystérieux.

Sergio dit: à

« Très fouillés sous des apparences de fouillis »… Ben c’est pas dans la fouille !

Si c’est comme la lettre volée de Lacan planquée tel le périscope qui surgit, c’est un fouillis à une dimension…

berguenzinc dit: à

bérénice dit: 17 septembre 2016 à 22 h 08 min

le Lac de Salagou, dans le Haut-Hérault,
Aigues-Mortes
Uzès
Carcassonne
La vallée de la Buèges
Sommières
L’oppidum de Nages, près de Nîmes

…par exemple

et aussi prendre le « canari », le train jaune formidable, de Villefranche de Conflans à Latour de Carol…et puis Collioure…

bérénice dit: à

Que faut-il ne pas rater en Languedoc Roussillon en profitant des journées du patrimoine, quelqu’un aurait-il une idée? pour mon dimanche, un conseil, un petit resto, un bel endroit?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*