de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
A lui seul bien des John Irving

A lui seul bien des John Irving

Mais que deviendraient-ils tous sans Shakespeare ? Il est partout, ce qui n’a rien d’étonnant car tout y est déjà. Sans lui, le treizième roman de John Irving ne serait rien. Pas d’esprit, pas d’âme, pas de colonne vertébrale. Il tient du début à la fin A moi seul bien des personnages (In One Person, traduit de l’anglais par Josée Kamoun et Olivier Grenot, 480 pages, 21 euros, Seuil), à commencer par le titre échappé de Richard II : « Je joue donc à moi seul bien des personnages/ Dont nul n’est satisfait » citation en épigraphe qui éclaire déjà à elle seule les zones d’ombre du roman de John Irving qui n’en manque pas. Une histoire parfaitement ficelée et techniquement au point, particulièrement réussie par un vrai pro à l’américaine. L’affaire est réglée en quatorze chapitres bien dosés, de l’incipit « Je commencerais bien par vous parler de Mrs Frost » à l’excipit qui s’achève par les deux mots qui résument le fond « … amour interdit ». Heureusement, entre les deux, il y a un monde et du monde. Un travelo rendu à sa vérité pathétique dans son sommeil car c’est le seul moment où il ne s’applique pas à être une femme, papa qui est une gouine, grand-père qui se prend pour une Reine Lear…Inutile de réclamer les papiers d’identité sexuelle. On aura compris que le Shakespeare d’Irving a été rattrapé par la théorie du genre. Pour mieux s’en débarrasser ensuite et lâcher la bride à la fiction.

C’est l’histoire d’une quête. Nous voici embarqués dans le récit des tribulations d’un « suspect sexuel », car ni tout à fait ni tout à fait l’autre mais les deux à la fois, minoritaire au sein d’une minorité, sur une durée d’une quarantaine d’années. Peut-on être un type bien tout en étant bisexuel ? telle est la question. On est bien chez Irving : le narrateur, William Marshall Abbot dit Bill, originaire de First Sister, Vermont, est un écrivain, qui pratique la lutte gréco-romaine à l’université et ne se remet pas d’avoir eu un père absent. Ne manque plus que les ours ! (c’est à peine s’ils glissent à peine une patte vers la fin).

Attiré par les femmes à la carrure de déménageur, Bill est un garçon à cheval sur les formes, surtout celles de la bibliothécaire qui lui donne le goût de la littérature, Mrs Frost, brune sculpturale aux petits seins bourgeonnant de jeune fille. Tôt shooté à la lecture de Dickens, il nourrit de grandes espérances. Jusqu’à imaginer de rewriter le théâtre de l’autre Bill. Sans être pinailleur, c’est un roman très sexué. Rien à voir, pourtant, avec les obsessions de Philip Roth, bien que les deux auteurs partagent la même traductrice française. Encore que le côté « professeur de désir » y est. Il aime enculer, son exploit ne dut-il pas rester dans les annales. Il couche avec Esmeralda, une soprano qui atteint le contre mi bémol en plein orgasme cunnilingue et elle le tient, performance qu’il ignore étant rendu sourd par l’étau puissant de ses cuisses. Effrayé par la perspective d’une « erreur d’aiguillage amoureux », terrorisé par les vagins dont il redoute l’aspect « hall de gare » (les fantasmes ferroviaires des bi, ce doit être quelque chose), il entretient des rapports intercruraux avec Mrs Frost, en quoi il est l’héritier tant des anciens Grecs que des actuels Japonais.

N’allez pas en déduire qu’il survole son humanité de papier  pour placer un peu de Madame Bovary ou de la Chambre de Giovanni dans la bouche de l’un, le souci du sida dans celle de l’autre : les personnages sont fouillés et il sait les rendre attachants par leur ambiguïté même. Les hommes y sont aussi maltraités que les femmes ; ils ne sont eux-mêmes, enfin bien dans leur peau, qu’en représentation, sur une scène de théâtre. Toute la tendresse de l’auteur va de manière égale aux uns et aux autres dès lors qu’ils sont dans le trouble, l’indécision, l’incertitude (la couverture du livre, tant en France que dans l’édition originale américaine, montre un soutien-gorge sur un dos viril dont on ne sait trop…). On comprend qu’ils soient tous sais en pleine Tempête, celle de Shakespeare qu’ils montent au théâtre. A Vienne, il est considéré comme un ausländer, un étranger, ce qui ne sonne pas dans leurs bouches comme un compliment ; de toutes façons, l’endroit lui paraît si puritain, pire encore que les States, qu’on y pratique la politique de l’autruche dès qu’il s’agit de sexe, alors le reste.

Le trait est cru mais parfois si forcé, dans une volonté de parvenir au comique, au loufoque et au grotesque, que cela rend le récit invraisemblable. Et alors ? Cette histoire d’un amour inassouvi, aussi drôle qu’émouvante, ne devrait pas plaire aux effrayés par le mariage-pour-tous. Trop tolérant. Dommage car au-delà des troubles de l’identité sexuelle, c’est aussi un hymne au théâtre et à la littérature. On se doute bien que John Irving n’a pas écrit tout cela pour nous révéler que nos désirs nous façonnent. Et puis quoi encore ? En livrant son « Education sentimentale » tenté par « La solitude du bi au moment du penalty », ce diable d’Irving a réussi son coup. Il a du métier. On ne lâche pas son livre. Pour toutes les raisons ci-dessus évoquées, plus une, qui nous emporte et nous roule : la fluidité. C’est le secret. Parce que  cette réussite formelle est le flux de la vie même.

(Photo D.R., illustration Geoff Grandfield)

Cette entrée a été publiée dans Littérature étrangères.

387

commentaires

387 Réponses pour A lui seul bien des John Irving

D. dit: 25 mai 2013 à 16 h 33 min

TKT dit: 25 mai 2013 à 13 h 38 min

… Ce n’était donc pas vraiment une connerie…
————
Après expertise et contre expertise : SI.
Mais quoi de plus normal après tout .

Mme Michu dit: 25 mai 2013 à 15 h 58 min

… voire surtout pas à quel bistro il va se servir, jusqu’à le planquer dans un sac de papier kraft !

Mme Michu dit: 25 mai 2013 à 15 h 48 min

… un Voltaire ? un tyran ? un démocrate …

est-ce une référence à une citation qui d’après ce que j’ai pu lire est faussement attribuée à Voltaire ?

un démocrate c’est quoi ? un billclintonien qui n’assume pas ce qu’il boit (donc avale) ni à quel bistro il va se servir ??????

idole à jc dit: 25 mai 2013 à 14 h 33 min

« toutes silicosées, botoxées et passé la cinquantaine, toutes liftées. »

ça fait marcher le commerce, c’est tout bénéf , que demander de plus

renato dit: 25 mai 2013 à 14 h 21 min

Et cette exemplaire preuve de courage dans la l’expression de ses opinions qui consiste à les proclamer haut et fort… sous pseudo… Ça c’est des hommes ! « Viriles », dirait un (une ?) intervenant (intervenante ?) incontournable du blog à Passou…

bouguereau dit: 25 mai 2013 à 14 h 17 min

quant aux femmes, elles semblent toutes silicosées

tata pourquoi tu tousses?..sapré vontraube
toujours a faire la sortie des sinagogémagog..mais est ce que ça encule en amérique au moins vontraube..est ce qu’on est heureux de vivre comme dans les sacristies ?

Jonquille printanière dit: 25 mai 2013 à 13 h 53 min

Notons que chez l’Italo-Helvéto-Alsacien le narcissisme n’a jamais exclu la mégalomanie.

TKT dit: 25 mai 2013 à 13 h 38 min

Renato, geehrter Renato, je pensais par mal nourris aux habitants moyens/prolétaires et pas trop nantis, des USA. Ce n’était donc pas vraiment une connerie, mais un manque de développement ou de précision de ma pensée. Bien sûr, il m’arrive de dire des conneries, comme nous tous, même vous Signor dottore. J’ai observé à Disney World le nombre conséquent d’Américains obèses (120/300 kil.), j’ai même vu des adolescents avec des sièges électriques pour ne pas se fatiguer à marcher. Dans les milieux plus élaborés, il y a pas mal de gens sveltes, quant aux femmes, elles semblent toutes silicosées, botoxées et passé la cinquantaine, toutes liftées.

renato dit: 25 mai 2013 à 13 h 16 min

Ce serait du narcissisme plutôt que de la mégalomanie — position plusieurs fois revendiquée par ce titre : « Paul Zweig, The Heresy of Self-Love: A Study of Subversive Individualism ».

Cela dit, je m’abstiens de coucher noir sur blanc le peu flatteur jugement que l’on peut porter à propos des gens qui se laissent tenter par des conseils amicaux… et ils tombent dans le panneau de les donner… comme disait un gars dont le nom me fuit : « Le meilleur conseil que vous pouvez donner c’est de ne suivre l’enseignement d’aucun conseil ».

renato dit: 25 mai 2013 à 13 h 05 min

« Mieux vaut un enfant hyper-actif qu’un enfant dans un demi coma dû à une mauvaise alimentation »

Les polyphosphates sont les témoins d’une mauvaise alimentation, vous dites une connerie Traube car vous n’avez pas bien évalué ma nuance là où j’ai écrit : « … nourris mais mal… »

D’ailleurs on peut acheter du jambon blanc avec ou sans polyphosphates, et en ligne de principe il vaut mieux payer un chouia plus cher le jambon blanc que gaver l’enfant de Ritaline… même si on peut l’avoir (la Ritaline) gratos via la caisse maladie… n’est-ce pas…

Amical conseil dit: 25 mai 2013 à 12 h 47 min

ludi dit: 25 mai 2013 à 12 h 28 min

Zetes nouveau(elle) ?

Si oui un conseil, laissez tomber HR, elle n’en a rien à battre et nous on s’en fout (seul renato tente le dialogue, mégalomanie oblige)

ludi dit: 25 mai 2013 à 12 h 28 min

jardin d’acclimatation très sincèrement puis-je soumettre mon ressenti quant à vos histoires généalogiques? Sacrément prétentieuses et ennuyeuses,leur récurrence finit par lasser pour finir si vous débloquiez les moyens d’illustrer vos pages autrement un peu plus de couleur moins de noir plus de blanc par exemple et bien que mon avis ne pèse pas le poids d’une âme, merci d’un éventuel effort de diversification.

TKT dit: 25 mai 2013 à 12 h 12 min

J’ai gardé le souvenir d’un camarade du Cours Pollès-Bergson, dont la mère de 16 ans son aînée, était une grue de haute-volée

TKT dit: 25 mai 2013 à 12 h 06 min

L’Église catholique refuse les prêtres membres d’une loge maçonnique.
Fazit: Il vaut mieux être prêtre pédophile (homo ou hétéro) que maçon.

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 11 h 32 min

Nicole Lapierre – Oui, je le crois. Je conseille toujours à mes étudiants d’éviter absolument ce « nous » de majesté qui ne veut rien dire. Ce « nous » académique me paraît tout à fait impudique, par excès de pompe ou de prétention. Assumer le « je », au contraire, n’est pas de l’impudeur ou du nombrilisme, c’est accepter la réalité d’une implication : nous sommes poussés, attirés, par certains objets, par certains sujets d’étude ou de recherche, qui ne sont jamais vraiment choisis par hasard. Il y a un investissement dans la recherche – pas seulement en sciences humaines et sociales, mais a fortiori en sciences humaines et sociales – et cette attirance, ce tropisme pour certains sujets, fait partie de la manière dont on les traite. Dire « je » manifeste plutôt de la rigueur ; c’est l’exigence de produire, en même temps que le résultat d’une recherche, ce qui l’a portée, ce qui l’a poussée, ce qui a pu à un moment l’infléchir et qui tient aussi à l’histoire, à la sensibilité, à l’identité du chercheur. C’est une manière d’objectiver la part de subjectivité dans la recherche. Cela me semble important, rigoureux et honnête.
http://www.laviedesidees.fr/Eloge-de-la-batardise.html

Ludo dit: 25 mai 2013 à 11 h 27 min

« Chevillard, ce fantaisiste écervelé? »

Pour voir un fantaisiste en Chevillard, écervelé me paraît le bon qualificatif.

renato dit: 25 mai 2013 à 11 h 19 min

À vrai dire on (je) s’en (m’en) fout (fous) : qu’il claudique un peu où il veut pourvus qu’il ne claudique pas dans ma salade composée… parfaitement végétalienne S.V.P. !

Sigismond dit: 25 mai 2013 à 11 h 10 min

boudegras gâtouille de plus en plus le nez dans l’potage de pote âgé sénile et ça l’sait pas, l’hospice guette

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 11 h 06 min

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 10 h 53 min
je répondais donc que le père a écrit des livres et publié son enseignement(c’est sur la toile ! et que le père a été mis en « spectacles »: le fils n’en parla jamais , ni les soignants autour de lui !bizarre quand même tous ces gens si peu branchés livres et éditions alors qu’ils tournoyaient autour d’un nom fondateur

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 10 h 57 min

morque j’écris marxo claudicant , je ne fais que souligner que le fils avait hérité de la passion marxiste bien connue du père (et sans doute de la bibliothèque : mais il n’en a jamais parlé, alors qu’il a dit que s’il claudiquait, c’était de naissance des suites d’ un accouchement raté dont le praticien émérite était un ami de la famille .

Simon dit: 25 mai 2013 à 10 h 53 min

Gardez donc vos tortillages en préoccupations JC, si cela se trouve je n’en ai pas tant que vous l’imaginez et sans altimètre.

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 10 h 53 min

quand je pense qu’il y en a qui s’imaginent qu’on va leur raconter! il y a des livres pour ça !
j’ai quand même lu la page sur le père du fils qui m’a dit entre autres qu’il n’avait jamais été sur la tombe de son père(à l’enterrement, je ne me souviens pas, et j’étais trop jeune alors pour oser ! )
eh les histoires pères-fils !

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 10 h 48 min

pour s’éventer
ce n’est
on ne repensera jamais assez la thèse de ‘Hermann Simon que
 » qu’un établissement est un organisme malade »
c’est comme un blog , ou que la RdL

bouguereau dit: 25 mai 2013 à 10 h 43 min

un marxo claudicant de père en fils qui qui m’a un jour dit :et il buvait comme il dansait: mais il lisait beaucoup moins peut-être pas du tout, à cause de son père dont il parlait souvent, un nom son père , catalan je crois

..et brussel ne dit rien..et aprés ça on cherche des colorants et des ogm chez les autres

bouguereau dit: 25 mai 2013 à 10 h 40 min

..un peu de colorant interdit par brussel..mais qu’il ose l’interdire tien..et crac on achète pus le prochouto sans l’étuver a 360) farenheit en atmosphère souffré..bonjour bonsoir l’italie

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 10 h 40 min

ludi dit: 25 mai 2013 à 9 h 57 min
imaginez donc Philippe twitters en petite fille adoptée ; et parlez en avec lui? elle?
tout le monde n’a pas la chance d’avoir connu des gens en transe , et en tranche !
j’en ai connu beaucoup mais dans le bus, le jeune mec qui sortait de sa course muscu , au parc- il avait de la place pour d’éventer !- je n’ai jamais parlé avec lui alors que les filles qui faisaient auxiliaires thérapeutes et se pourléchaient sous la table, si
mais leur histoire à elles, ce n’et pas elle qui m’en ont parlé : c’est le patron, un marxo claudicant de père en fils qui qui m’a un jour dit :et il buvait comme il dansait: mais il lisait beaucoup moins peut-être pas du tout, à cause de son père dont il parlait souvent, un nom son père , catalan je crois,

bouguereau dit: 25 mai 2013 à 10 h 37 min

Tableau célèbre : « Bonjour monsieur Bouguereau ! »

ha tu te rattrapes jicé..c’est vrai qu’on le visualise bien en 3 dés..du saindoux de la pate d’amande..du loukoum..de la crèmes..du banana split..bref l’amérique quoi jicé, avoue

bouguereau dit: 25 mai 2013 à 10 h 30 min

La mer ne pardonne jamais l’incompétence, même passagère

tu vas pas nous faire le coup du vieux loup jicé..t’as peur qu’on te prenne un bon kil pour appater le requin..bon wiquène au bout dla ligne

renato dit: 25 mai 2013 à 10 h 28 min

Par exemple, contrairement au clocher qui est phallique et masculin, la cheminée des vieilles usines comme d’ailleurs celle des incinérateurs est féminin et vachement phallique en même temps…

bouguereau dit: 25 mai 2013 à 10 h 27 min

un « professionnel »..un titre de nanar des années 70’s non mais chte dmande un peu que la littérature a bzoin de « professionnel »..autant qude morpions comme keupu

JC dit: 25 mai 2013 à 10 h 25 min

Avant de virer Debord, on peut louvoyer un peu au plus près et tenter de remonter la mauvaise brise … Hélas ! d’ici peu, certains mauvais skippers vont virer lof pour lof car ils sont partis à l’abattée grand largue, en fuite … et l’empannage va être rude pour la mâture ! La mer ne pardonne jamais l’incompétence, même passagère.

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 10 h 25 min

une histoire incongrue donc :
En bref : une grue pond au Royaume-Uni, une première depuis 400 ans
il n’y a pas que des histoire de chi(-na)-gogne, na

bouguereau dit: 25 mai 2013 à 10 h 24 min

j’espère ne pas trop déranger les ruminants de gags éculés

même zouzou a du prende sur lui pour dire du bien d’irving..ça lui coute mais il prète toujours aux riches

bouguereau dit: 25 mai 2013 à 10 h 22 min

dans les sacristies on encule et on se souhaite du bien..prenez en dla graine bien profond bande de torves contrefaits chafouins tartuffes

bouguereau dit: 25 mai 2013 à 10 h 20 min

des bonnes journée bon wiquène bonsoir comme va te casser une jambe..des politesses de sortie de temples et de sinagogues

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 10 h 15 min

les mots n’ont pas un genre stable dans la langue française : tout le monde connaît amours délices et orgues mais il y en a bien d’autres
et pourquoi ne pas reconnaître que dire « c’est viril » et « c’est féminin » ça fait ringard et puéril , au temps où si c’est pas viral, c’est viré !
donc virons de bord , pas Debord ..

a friend dit: 25 mai 2013 à 9 h 58 min

« je ne vous réponds pas, tant votre innocente bêtise me navre »

qu’il est c.n ce PQ!

ludi dit: 25 mai 2013 à 9 h 57 min

acclimatation comme jardin
Que serait la RdL sans vos histoires de familles signées sous différents pseudonymes, un peu votre marque de fabrique; on louera vos services en matière de documentations divertissantes, vos réflexions intéressantes et dispensables, votre souplesse d’esprit prompte à l’adaptation, à l’utilisation de l’espace de façon autocratique et pragmatique, presqu’envie de chanter Jean Ferrat pour « Que serais-je sans toi… » . Je n’oserai vous demander ni même imaginer ce à quoi vous vous livrez quand vous êtes enfin seul(e) dans votre salle de bains peut être lirez-vous le dernier Chevillard, ce fantaisiste écervelé? A moins que vous vous offriez un karaoké sur Rigoletto un casque vissé sur vos célestes oreilles

renato dit: 25 mai 2013 à 9 h 53 min

Pourtant dans les grandes villes il y a depuis un bon moment déjà des parcs publics où on peut voir toutes espèces d’arbres, y compris les érables…

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 9 h 37 min

pour ma veine érable
http://www.maillot-erable.com/
Vous trouverez sur ce site une collection de plus de 700 variétés d’érables japonais, acer d’espèces différentes, ex : acers palmatum. Certaines sont uniques en Europe et font l’objet de soins spéciaux pour permettre leur adaptation à la culture en pleine terre sous les climats les plus variés.

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 9 h 34 min

quoi qu’il en soit si l’on me demandait à quoi me fait penser l’érable jusqu’ici, j’aurais dit à un bonsaî* avant le sirop sur les pommes et autres entremets Maintenant j’ajouterai à Irving !
bonne journée !
*images sur la toile

addendum dit: 25 mai 2013 à 9 h 31 min

jc & lml: la moindre preuve tangible d’un espoir, d’une preuve, vous met mal à l’aise tellement vous adorez vous vautrer dans la m.. et tout rabaisser – vous vous nourrissez de haine et petitesse, vous n’avez même pas honte, vous êtes complètement fêlés, des pervers, et encore je suis poli

épitaphe dit: 25 mai 2013 à 9 h 24 min

JC et ML les autiste invétérés : désolé de ne pas adhérer à votre complaisante et irrécupérable morbidité – digne de l’objet de votre haine et mesquinerie obsessionnelles – encore un peu d’effort pour vous hausser au niveau des tarés qui assassinent et se font pêter le cigare

Simon dit: 25 mai 2013 à 9 h 13 min

La lecture de plusieurs romans de John Irving m’a laissé de très bon souvenirs, sa « griffe » est d’avoir un talent particulier de faire basculer brutalement et de manière inattendue les situations du comique le plus tordant au tragique. Mes préférés sont L’Hotel New Hampshire, L’Oeuvre de Dieu, La Part du Diable et Une Prière Pour Owen… pour donner les titres en français. Les derniers ne me sont pas (encore) connus pour pleins de mauvaises raisons. Voilà, j’espère ne pas trop déranger les ruminants de gags éculés balbutiant éternellement la même heure arrêtée au cadran de la montre, j’ai certainement mieux à faire que prétendre au politiquement incorrect sur commande. Bonne journée

JC dit: 25 mai 2013 à 9 h 12 min

new age,
La démonstration bien-pensante, tentée par votre lien de 8:33, est battue en brèche par les déclarations de l’apostat musulman, objet du lien de 8:13 De la part de Venner qui remet les comportements en perspective !
Vous êtes d’une naïveté confondante…

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 9 h 10 min

si j’accepte mon identité sexuelle de naissance, comme ils disent ceux qui causent il n’en a pas été de même pour ceux qui ont voulu s’en charger pour comprendre la vie et le monde ce qu’ils en voulaient ce qui leur manquait .
alors j’ai préféré leur manquer !
un homme qui avait fait le tour du monde avec et pour sa firme m’ raconté un soir sa renconre avec son beau-père au sujet de la fille à marier qui à l’époque était sur le divan d’une psy amie de la belle-mère du mon interlocuteur bellemère juriste avec laquelle il passait des oirées entières au téléfon , jeune épousée qui se shootait (c’est quand même le mari qui achetait le produits )lui, mon interlocuteur était devenu orphelin assez jeune et d’un père quasi suicidé , en voiture
A l’époque où il me raconta, il se préparait à un voyage en Chine

JC dit: 25 mai 2013 à 9 h 05 min

La domination masculine ? Mais les hommes sont les esclaves des femmes ! De leur mère, de leur soeur, de leur épouse, de leur maitresse, puis pour terminer de leur infirmière …

Ainsi font, font, font... dit: 25 mai 2013 à 9 h 01 min

« d’autant plus que la liberté de s’éloigner du sujet est le côté chouette de la RdL. »

Le pivot central, rénato, en est la chaisière,mieux, la chèvre avec son pieu et sa ficelle comme un lourde et pesante marionnette…

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 8 h 57 min

S’il est vrai que le développement des études de genre est lié au mouvement féministe des années 1970, le concept de gender (« genre ») n’est pas créé par les féministes. Il apparaît dans les années 1950 aux Etats-Unis dans les milieux psychiatriques et médicaux. Le psychologue médical américain John Money parle ainsi pour la première fois des « gender roles » en 1955 afin d’appréhender le cas des personnes dont le sexe chromosomique ne correspond au sexe anatomique.

En 1968, le psychiatre et psychanalyste Robert Stoller utilise quant à lui la notion de « gender identity » pour étudier les transsexuels, qui ne se reconnaissent pas dans leur identité sexuelle de naissance.

C’est dans les années 1970 que le mouvement féministe se réapproprie les questions de genre pour interroger la domination masculine. Les « gender studies » se développent alors dans les milieux féministes et universitaires américains, s’inspirant notamment de penseurs français comme Simone de Beauvoir – et son célèbre « On ne naît pas femme, on le devient » –, Michel Foucault ou Pierre Bourdieu.
http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/05/25/masculin-feminin-cinq-idees-recues-sur-les-etudes-de-genre_3174157_3224.html

OneNote dit: 25 mai 2013 à 8 h 52 min

Essaye de penser par toi-même, regarde avec tes yeux, imbécile, au lieu de citer Cameron comme si c’était parole d’Évangile.

Depuis quand accorde-t-on du crédit aux paroles d’un homme politique ? Cameron est dans son rôle : il défend la paix publique avant de défendre la vérité. Mais c’est une erreur tragique. Ce n’est pas rendre service à la démocratie. Maintenir la paix publique au détriment de la vérité ne fait que différer l’inéluctable. Voyez ce qui se passe en Suède, pays au passif colonial et à l’intolérance bien connu.

There is nothing in Islam that justifies this truly dreadful act

Celle-là je l’encadre et je l’accroche dans mes toilettes en cas de constipation.

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 8 h 29 min

y a pas que le fun-e-culaire !
C’est à l’âge du lycée peut-être en seconde que j’appris par coeur
« William Shakespeare – All the world’s a stage (from As You Like It 2/7)

All the world’s a stage,
And all the men and women merely players:
They have their exits and their entrances;
And one man in his time plays many parts,
His acts being seven ages. At first the infant,

alain dit: 25 mai 2013 à 8 h 21 min

David Cameron : « This was not just an attack on Britain and on the British way of life, it was also a betrayal of Islam and of the Muslim communities who give so much to our country. There is nothing in Islam that justifies this truly dreadful act »

alain dit: 25 mai 2013 à 8 h 18 min

le pq tellement conditionné par ses maîtres les ex tortionnaires se fait des frissons de haine

renato dit: 25 mai 2013 à 7 h 58 min

Bof ! Alfred Jarry fut capable de reconnaître le cerveau d’un gendarme par son contenu ! Marie-Claire, Play-Boy, l’Équipe, ne peuvent ne pas laisser des traces indélébiles !

new age dit: 25 mai 2013 à 7 h 53 min

Le gulf-stream peut le faire: ce azbine de pq et son bunker bouffés par la glace, un rêve (de modernité) qui peut devenir réalité réelle

acclimattion comme jardin de dit: 25 mai 2013 à 7 h 39 min

le franaçais dit langue de Shakespeare, on dit- je crois plutôt langue de Molière que de Vaugelas,, et langue de Goethe que de Luther.
Il est trop tôt pour que j’aie présent à l’espit comme il en va pour d’autres langues et dans les autres langues . D’autres le diront peut-être s’ils pensent que ça peut intéresser, et intéresser comme commentaire .
Bonne journée et bonne suite.

JC dit: 25 mai 2013 à 7 h 31 min

Il est vrai que c’est chouette d’user de la liberté de pouvoir s’éloigner du sujet en République des Livres ! Mais il ne faut pas en abuser, n’est ce pas ?… Quel serait l’intérêt pour tous de lire sous ma plume que le Notre-Dame Circus vient d’engager trois groupes de danseuses monothéistes ? Aucun ! Raison pour laquelle je ne vous dirai pas qu’elles se nomment les Nonnette’s, les SacsPoubel’s et les Maussade’s. Que London disparaisse sous la glace polaire, ça m’ennuie pour Abdel. Bon week-end ! Bonne manif anti-hollandaise !

renato dit: 25 mai 2013 à 7 h 09 min

« Je reconnais que ce propos éloigne de John Irving, mais il aussi plus important, donc justifié. »

Mais pas du tout ! Il n’y a pas le feu ni un exalté qui tire aveuglement sur les passants, chercher une justification dans quelque chose qui serait plus important il parfaitement inutile. Je dirais même plus : c’est parfaitement hypocrite, d’autant plus que la liberté de s’éloigner du sujet est le côté chouette de la RdL.

Cela dit, que la fonte des glaces polaires est en train de mettre fin aux bienfaits du Gulf Stream ce n’est pas une nouveauté. La possibilité d’une nouvelle ère glaciale n’est pas à écarter, ce qui fait que toute l’architecture non adéquate aux conditions extrêmes (d’une ville comme Londres, par exemple) sera détruite et bouffée par la glace.

ludi dit: 25 mai 2013 à 6 h 46 min

 » Le romancier tient à souligner sa dette à l’égard des œuvres mentionnées ci-dessous et la reconnaissance qu’il porte à leurs auteurs: fin de siècle Vienna,de Carl E . Schorske; A Nervous Splendor, de Frederic Morton; Vienna Inside-Out, de Sidney Jones Vienna de David Pryce Jones; Lucia Di Lammermoor, de Gaetano Donizatti; The Dover opera guide and Libretto Series (introduction et traduction de Ellen H Bleiber); et l’interprétation des rêves, de Sigmund Freud.
Très sincères remerciements à Donald Justice. Très sincères remerciements également – et l’assurance de toute notre affection – à Lesley Claire et aux responsables du Foyer d’aide aux victimes de viols du canton de Sonoma, Santa Rosa, Californie.
Le 18 juillet 1980, l’hôtel Stanhope, à l’angle de la Quatre-vingt-et-unième Rue et de la Cinquième Avenue, a changé de propriétaire et de direction, pour rouvrir sous le nom de The American Stanhope – un hôtel remarquable, en général épargné par des problèmes qui, dans ce roman, accablent Stanhope. »
L’Hotel New Hampshire
Avril 1982 éditions du Seuil pour la traduction française

Sant'Angelo Giovanni dit: 25 mai 2013 à 0 h 47 min


…les bienfaits de la guillotine,…l’indépendance sans tutelles  » lèche-culs « ,…

…des projets de timbres,…à 1 €,…2 €,…
…couleurs transparentes,…rouge sans,…du carmin au vermillon,…la république de l’an-pire,…est revenue de nos voeux,…en drooping ou à la courte paille,…etc,…

…l’étranglement des voix du peuple,…pour distanciation sociale,…l’union fait la force du pouvoir,…diversions à dégrossissages,…çà conti-nue à poils de chameaux,…etc,…lustu-cru,…en bivouac,…
…etc,…Ah,…Ah,…

Joli mois de mai dit: 25 mai 2013 à 0 h 28 min

5°, le Gulf stream qui part en couillle.
Ah D. oiseau de mauvaise augure !
Le ciel te tombera sur la tête et ce sera mérité.
Etre ou ne pas être, le printemps se pose la question.
Mais qu’il soit bons dieux, qu’il soit,
je caille.

D. dit: 25 mai 2013 à 0 h 05 min

Je reconnais que ce propos éloigne de John Irving, mais il aussi plus important, donc justifié.

D. dit: 24 mai 2013 à 23 h 56 min

Je vais vous faire une petite révélation sans importance : le Gulfstream est en train de s’annuler petit à petit en raison de la fonte des glaces polaires qui fout tout en l’air.
Ceci signifie simplement que nous aurons très bientôt les mêmes températures ici à Paris qu’à Montréal. Trois ans suffiront pour que ce climat s’établisse.
Ne comptez surtout pas sur le fuel ou l’électricité, les deux seront hors de prix en raison de la demande et de l’effondrement de l’économie française. Quand je dis hors de prix, c’est hors de prix.
Comptez plutôt sur la cabane en bois sue vous allez faire construire sur les terres de vos ancêtres, et sur sa cheminée. Comptez sur votre adresse à scier et à protéger votre bout de terrain des vols de bois et des topinambours que vous cultiverez avec amour et respect.

Sant'Angelo Giovanni dit: 24 mai 2013 à 23 h 36 min


…la raison des médecins,…c’est d’avoir toujours raison sans risques et la bourse pleine de solutions toute faites,…

…s’y le patient reste en vie,…c’est que les médicaments pour l’occire tardent à faire office,…

…si le patient meurt,…il seras le premier à ne pas se plaindre du coût des médicaments, et il ne vous porteras pas griefs,…des mauvais soins prodigués,…parce que vu son compte en banque,…il n’y avait plus rien à tirer,…au contraire pour l’état,…une économie de pension en plus,…

…la médecine,…l’or,…le nerf de la guerre pour se remplir l’Hermès de blanc d’argent au mercure,…la stratégie sociale, le Waterloo des finances, l’alambic d’Azincourt,…
…y être au bon moment,…pour se faire étriper,…par des balourDs,…de l’Utopie éternelle à se persécuter,…par manque de discernement de la côte de maille à la côte d’Adam,…
…les chiens d’Eves aux abois,…à notre Artémis processuelle,…etc,…Ah,…Ah,…
…tic,…tac,…tic,…je vous sert un Cointreaux des falaises,…aux abîmes,…etc,…

…Oui,…plus de volutes du verbe,…pour ne pas en rester raide,…encore un effort,…
…etc,…

médecins contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 21 h 47 min

oh et puis s’il est snob de ne pas trouver très réussis tous les remakes et pastiches puant les ravages de la mentalité real-tv-geek-series, oui, pauvre brassens (entre autres)

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 21 h 44 min

il y a longtemps que j’ai eu l’intuition que les choix de P.Assouline réveilleraient dans mon imagination des questions que j’avais préféré laisser pendantes après des recherches, sur la toile ou dans la vie , plutôt que de leur apporter des réponses simplistes après des gestes frénétiques : ce billet le confirme encore. Et je le remercie .

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 21 h 34 min

@des journées entières dans les arbres dit:
merci,le travail d’Irving devenant John Irving est émouvant pour moi ; je sentirai son regard en le lisant .

Mme Michu dit: 24 mai 2013 à 21 h 25 min

comme le gimmick de vouloir faire reluire ce dont on n’a rien à cirer à chaque fois que … non, rien … mais si ne voilà pas encore un preuve de l’obstination dans ce que je vais me retenir de qualifier … cela fait longtemps que c’est clair, bien du PLAISIR les ploucs !

des journées entières dans les arbres dit: 24 mai 2013 à 21 h 02 min

Ah oui, non mais c’est hénaurme.

— »I was 11 when a very nice woman in her 20s had sex with me, » he says calmly.

Mme Michu dit: 24 mai 2013 à 21 h 01 min

la lâcheté si ce n’est le sadisme collectif n’aurait donc pas de limite ? est-ce un CQFD ? faut-il se résoudre à vraiment le croire ???

JC dit: 24 mai 2013 à 21 h 00 min

Contre les nuisibles, ne vaut-il il pas mieux faire intervenir un vétérinaire ? un stalinien ? un Voltaire ? un tyran ? un démocrate qui connaîtrait l’âme humaine par le menu ….? bref, un concept !

médecin contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 20 h 52 min

si on veut se vanter de ses effets autant ne pas faire dans l’identique des milliers qu’on n’aura pas compté

JC dit: 24 mai 2013 à 20 h 50 min

« Dix-sept personnes, selon la liste officielle de la préfecture, ont déposé leur candidature à l’élection législative partielle visant à remplacer Jérôme Cahuzac »

La démocratie est un bon business !

médecin contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 20 h 50 min

bon, à trop accorder d’attention à la lecture de certains zélés on finit par leur ressembler et radoter en vain… bonne soirée !

médecin contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 20 h 45 min

mais votre méprise contribue à autre chose qui n’a pas grand chose de nouveau

médecin contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 20 h 44 min

mais vous n’avez pas compris de qui je parlais dans cette histoire de fausse commune, visiblement….

médecin contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 20 h 40 min

En exhiber la pose par des moyens comparables tient de la flagrance (je n’ai besoin de toi que pour te mépriser résumant la chose)

des journées entières dans les arbres dit: 24 mai 2013 à 20 h 25 min

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 19 h 38 min
It’ll make my/her/his evening.
Smiley

« Irving had two tattoos done: a maple leaf on his shoulder, right, in honor of his Canadian wife, and the starting circle on a college wrestling mat on his right forearm. « 

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 20 h 16 min

quelque chose qui me rappelle un billet
 » The sentence contains, of course, a father. And here is what he says as the paper leaves his hands: « There you go. But don’t print it. » ~

Jane Harrigan directs the journalism program at UNH.

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 20 h 13 min

restons un peu littéraires
After he’d sent that supposedly finished book to Random House, he pulled it back and rewrote all 819 pages, changing the narration from first person to third.

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 20 h 09 min

Ever the tough guy, Irving maintains that talking about being sexually abused caused him far less agony than writing the scenes in which Jack Burns meets the same fate. « It’s the detail that gets you » is his concise explanation. He’s fine answering questions about his past, Irving insists—which is lucky because he’ll spend much of next year talking about it again, when the book is released in various languages around Europe. His novels, which often are set partly overseas, sell better in Europe than in the United States. Irving chooses his foreign publishers carefully and likes to be there when the books launch.Ever the tough guy, Irving maintains that talking about being sexually abused caused him far less agony than writing the scenes in which Jack Burns meets the same fate. « It’s the detail that gets you » is his concise explanation. He’s fine answering questions about his past, Irving insists—which is lucky because he’ll spend much of next year talking about it again, when the book is released in various languages around Europe. His novels, which often are set partly overseas, sell better in Europe than in the United States. Irving chooses his foreign publishers carefully and likes to be there when the books launch.Ever the tough guy, Irving maintains that talking about being sexually abused caused him far less agony than writing the scenes in which Jack Burns meets the same fate. « It’s the detail that gets you » is his concise explanation. He’s fine answering questions about his past, Irving insists—which is lucky because he’ll spend much of next year talking about it again, when the book is released in various languages around Europe. His novels, which often are set partly overseas, sell better in Europe than in the United States. Irving chooses his foreign publishers carefully and likes to be there when the books launch.Ever the tough guy, Irving maintains that talking about being sexually abused caused him far less agony than writing the scenes in which Jack Burns meets the same fate. « It’s the detail that gets you » is his concise explanation. He’s fine answering questions about his past, Irving insists—which is lucky because he’ll spend much of next year talking about it again, when the book is released in various languages around Europe. His novels, which often are set partly overseas, sell better in Europe than in the United States. Irving chooses his foreign publishers carefully and likes to be there when the books launch.

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 20 h 06 min

Then he learned from his half-brother that in fact his biological father had spent time in a psychiatric hospital. John Wallace Blunt died in 1996; Irving never met him.

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 20 h 03 min

The process took seven years, during which things happened to Irving that would be unbelievable if they weren’t true. (« People who complain that my books are bizarre, » he’s fond of saying, « haven’t been paying attention to real life. »)

First, the matter of the missing father.
first ! first!

mondeville dit: 24 mai 2013 à 20 h 00 min

J.Ch. dit: 24 mai 2013 à 18 h 05 min
j’ai tout plein de romanciers à vous faire découvrir, surtout des anglo-saxons et des ibériques
sympa J.Ch!! vous promettez depuis des mois et rien ne vient

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 19 h 57 min

et pour la précision
Wrestling, always wrestling. (He competed until age 34 and coached until 47.)Wrestling, always wrestling. (He competed until age 34 and coached until 47)

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 19 h 53 min

ces américainns ils ont tous les fantasmes plus un ceux du père
Yount responded in two sentences that Irving recites from memory nearly 40 years later: « Melancholy is good for the soul. Stay in Europe. »

médecin contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 19 h 43 min

oh mais à la fin vous qui savez tout sur tout dites-moi donc si je dois ouvrir ma porte à midi demain pour enfin voir une horloge parlante mal placée de face !!!

Ludi dit: 24 mai 2013 à 19 h 13 min

19h03
Les temps sont lourds le fond de commerce des comiques épargne nombre de nos concitoyens de leur vérité amusante une limitation au domaine des fous tout de même

renato dit: 24 mai 2013 à 19 h 07 min

« la photo a été prise dans la salle d’entrainement.
les haltères ne sont pas des jouets de croisette »

Non ! c’est vrai ?

médecin contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 19 h 03 min

parce qu’il existe autant d’individualités que d’individus

les caricatures servant à gérer le foutoir que cela implique

Garpiot dit: 24 mai 2013 à 18 h 40 min

@Marcel le petit

J’ai lu Garp, bien pendant les deux premiers tiers, puis répétitif et chiant.
L’épaisseur des suivants m’a toujours découragé, la hantise du 1/3 de trop.
Pour le code à Léonard ok je n’ai pas lu, pas vu et ne veux ni lire ni voir.
Mais je maintiens, « mondialement reconnu » ne signifie rien.

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 18 h 34 min

la photo a été prise dans la salle d’entrainement.
les haltères ne sont pas des jouets de croisette

Marcel le petit dit: 24 mai 2013 à 18 h 26 min

Garpiot : ils ne courent pas dans la même catégorie… on voit bien que vous ne les avez jamais lus… pitoyable comme raisonnement

Garpiot dit: 24 mai 2013 à 18 h 17 min

Marcel le petit dit: 24 mai 2013 à 17 h 50 min
j’ai lu TOUS les livres d’Irving, grand auteur mondialement reconnu

Waouh courageux le mec.
Dan Brown aussi est mondialement reconnu, ça ne paraît pas une raison suffisante (ni nécessaire)

JC dit: 24 mai 2013 à 18 h 06 min

Frigide Barjot me fait penser au Général Boulanger, lequel me fait penser à Hollande… le costume s’avère trop grand pour eux. Bonne soirée, les amis !

J.Ch. dit: 24 mai 2013 à 18 h 05 min

j’ai tout plein de romanciers à vous faire découvrir, surtout des anglo-saxons et des ibériques

JC dit: 24 mai 2013 à 17 h 46 min

Marcel le petit, moi non plus, je ne l’ai pas lu le livre d’Irving : est-ce grave ? Vous l’avez lu ?

Marcel le petit dit: 24 mai 2013 à 17 h 35 min

@Marcel, pasque toi t’as tout compris ? tu as lu le livre d’Irving ? tu préfère sans doute minute ?, pauv’ tache

JC dit: 24 mai 2013 à 17 h 31 min

Bonjour, frères et soeurs erdéeliens ! J’espère que vous allez bien, lovés sous vos couettes ? Il gèle ici, moins de 20°, mistral à décorner les cocus, personne sur la Place.

Je vous livre le témoignage d’une de nos techniciennes de surface, ce matin, à la villa : « Je suis si triste, j’aimais beaucoup Moustaki ! » Je pose la question pour Barbara : « Barbara, j’aimais bien, mais moins que Moustaki ! »

Je tente le tout pour le tout : « Et John Irving, Valerie, vous l’aimez ? » Elle hésite : « Il joue dans quel film ? »… Ceux qui disent que je suis con sont en dessous de la vérité : je finirai socialiste !

Marcel le petit dit: 24 mai 2013 à 17 h 02 min

Passou Passou revenez vite, ils sont devenus fous et dénaturent VOTRE blog dont ils s’emparent indûment… Passou, please, faites quelque chose biscotte yen a marre mais alors marre

C'est mathématique dit: 24 mai 2013 à 16 h 56 min

« rétablir la démocratie républicaine, laïque ….. interdire le Printemps Français »
Avatar de JC

Logique.

INTERVIEW QUASI IMAGINAIRE dit: 24 mai 2013 à 16 h 41 min

– Monsieur le Ministre Manuel, depuis des années les mêmes musulmans, les mêmes pierres, les mêmes voitures en feu, les mêmes trafics, les mêmes journalistes pour leur trouver des excuses, les mêmes dirigeants politiques pour expliquer que le chômage et l’exclusion justifie, excuse, autorise presque, leurs crimes, et, bien entendu, tous en chœur pour expliquer que si l’islam ordonne d’imposer la charia par la guerre, s’ils égorgent au cri de Allah Akbar, leurs actes n’ont bien entendu rien à voir avec l’islam. Que comptez-vous faire pour rétablir la démocratie républicaine, laïque, dans les ghettos de banlieues devenues zones de non-droit ?

– Vous avez raison ! Il est urgent d’interdire le Printemps Français, véritable danger pour la démocratie. Je vais le faire et la Justice m’y aidera !

Sergio dit: 24 mai 2013 à 16 h 30 min

jissé dit: 24 mai 2013 à 16 h 06 min
la Patrie est en danger

Ha ben ça c’est sûr les sillons ils sont abreuvés ça ment pas…

pseudo du mat oublié dit: 24 mai 2013 à 16 h 15 min

Vous pouvez en témoigner ou c’est de l’ouï-dire ?

de l’ouï dire -via des ‘natifs’ du coin – H y est détestée en général -mais ça a peut être changé depuis son job comme Ministre des affaires étrangères

jissé dit: 24 mai 2013 à 16 h 06 min

Bloom
« Ils prévoient à peine 10° le 26 mai »

la Patrie est en danger, c’est à cause de la cgt et des socialos -normalement on devrait se diriger vers la sécheresse alors que là les nappes phréatiques sont pleines- dès que la sacre de la fille de son père est réparé ça va changer vous allez voir

renato dit: 24 mai 2013 à 15 h 56 min

Il paraît que pour vivre plus intensément il faut acheter un Smartphone. Et si on veut vivre un chouia moins intensément qu’est-ce qu’il faut acheter ?

b dit: 24 mai 2013 à 15 h 38 min

15h16/ En exagérant un peu beaucoup et parfois pas du tout parce qu’il existe autant d’individualités que d’individus

médecin contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 15 h 16 min

en forçant le trait bien évidemment

machisme ou machinisme ? y’a plus d’une nuance de bleu !

Sant'Angelo Giovanni dit: 24 mai 2013 à 15 h 16 min


…au lieu de se rapprocher pour en être une grande famille,…
…on en rajoute de la différenciation et mixtures à revoir ses copies  » clonées-bio « ,…

…diviser,…pour régner  » au zoo social « ,…l’€urope dans tout ses états à Stalag 13  » économie bidon à la pensée et banque unique « ,…etc,…et de bande unique à Rapetous,…

…d’abord obéir,…puis encore obéir,…Nous on pense pour vous,…zoo social hétéroclite sous surveillance,…groupir et obéir,…donne une bonne France moisie,…en fromage,…

…nous on connait les  » bonnes vaches abruties « ,…laitières,…des romans fleuves,…et t.v,…etc,…
…en passant par la lorraine avec mes sabots,…etc,…Dallas,…des rombières,…etc,…

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 14 h 46 min

maintenant je sais la différence entre un homme et une femme : les hommes ont au moins une ombre

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 14 h 44 min

médecin contre les nuisibles dit: 24 mai 2013 à 14 h 08 min
méfions nous de l’obsession thérapeutique !elle est à la guérison ce que les génériques sont au paradis ou l’inverse

b dit: 24 mai 2013 à 14 h 41 min

14h27/ votre patient m’a l’air mal en point! Cette représentation en elle-même donne le reflet exact de l’esprit de caste qui sépare, faux respect s’abritant derrière la déontologie. Et pourquoi ne pas produire une image à la Freud du praticien avec pour légende what’s on doctor’s mind et un billet de banque à la place de la femme, en forçant le trait bien évidemment.

b dit: 24 mai 2013 à 14 h 24 min

Quelqu’un a-t-il une idée de ce sur quoi le gouvernement avance hors mariage? Y-a-t-il ici d’anciens votants PS? Quelles sont à ce jour leurs intentions de vote pour une hypothèse qui n’attendra pas d’être contrée pour se replier avant délibération, pauvres patrons, pauvres riches allocataires! Que ne vont-ils pas payer? Pourquoi n’auront-ils plus besoin de mentir

quel fou rut ! dit: 24 mai 2013 à 14 h 05 min

Ce n’est que justice. Ils prévoient à peine 10° le 26 mai.

sont beaucoup trop à se la jouer cool épicétou

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 14 h 04 min

ce houx, un nom , l’autre m’a fait penser au conte de Noël
 » Ecrite en six semaines en 1943, alors que la carrière de Dickens commençait à battre de l’aile, l’histoire de Scrooge deviendra le conte de Noël le plus populaire au Royaume Unis et aux Etats-Unis. Vieillard avare et acariâtre, Scrooge reçoit dans la nuit précédent Noël la visite de quatre fantômes, qui lui font prendre conscience qu’il ne trouvera la paix qu’en se consacrant aux autres… En plus d’avoir inspiré au dessinateur Carl Barks

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 13 h 56 min

@ à 13 h 34 min
se fasse psser pour le surmoi est un déguisement banl du çatatanneur pour faire croire qu’il n’est pas un pauvre diable !
dans la video, d’Alix Roubaud, elle commente sur une photo de on père(entre autres)

Bloom dit: 24 mai 2013 à 13 h 34 min

Le monde selon GAP: histoire de l’esclavagisme contemporain., co-rédaction bangladesho-cambodgo-vietnamienne.
Vu la dégradation du climat en Europe (ici, il fait un petit 30°), les T-shirts ne serviront bientôt plus à rien. Ce n’est que justice. Ils prévoient à peine 10° le 26 mai. Faut pas jouer ni avec les saisons ni avec les symboles. Voilà où ça mène de confondre le Printemps français et l’hiver néolithique.

l'unique et sa propriété dit: 24 mai 2013 à 13 h 21 min

Ici, l’émission de la radio nationale du pouvoir en place sur Irving, de Katleen Evin durant laquelle cette brave dame nous intime à son propos « de faire lire autour de soi en ce moment de vociférations »…etc…
Où comment un roman du libéralisme sauvage mais autoritaire américain, devient un pensum de la bonne morale désormais ordinaire!
Les lgbt ont trouvé par occase leur Comtesse de Ségur!

http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=612478

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 13 h 19 min

élèves patients pour les médecins (là aussi dans cette relation de vie , de mort se jouent de grandes espérances et de grands désirs, de part et d’autre !)

red holly berries dit: 24 mai 2013 à 13 h 12 min

ce n’est pas la première fois qu’il me semble qu’l y a une rivallité entre les enfants à l’état civl devant la loi et tous ceux qui, élèves, parients pour les mdecins -et c’est parfois la mère des enfants-ont accompagné la création de l’auteur/atiste .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*