de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Appel pour un collège de l’exigence

Appel pour un collège de l’exigence

« Professeurs, écrivains, anciens ministres de l’Education Nationale, citoyens d’options politiques et personnelles différentes, nous sommes engagés pour défendre et servir l’école républicaine. Nous décidons de nous exprimer ensemble contre la régression qu’engage la réforme annoncée du collège.

Tous les élèves ont besoin d’une Ecole forte et structurée pour réussir. Ecole forte, parce qu’elle affirme sa mission de transmettre des connaissances et des valeurs. Ecole structurée, parce qu’elle donne toute sa place aux savoirs disciplinaires.

Nous n’acceptons pas l’affaiblissement des disciplines au profit d’une interdisciplinarité floue, sans contenu défini, dont les thèmes sont choisis selon la mode et l’air du temps, imposés autoritairement et uniformément par le ministère, conduisant au « zapping » pédagogique. L’échange entre disciplines est fécond et mérite mieux que ces faux-semblants.

Nous n’acceptons pas que l’égalité des chances soit confondue avec l’égalitarisme niveleur et se résume à la suppression de tout parcours d’excellence. Les victimes de ce renoncement, ce seront d’abord les enfants de milieux populaires ou défavorisés pour qui l’école est le seul recours, car ils ne peuvent avoir accès aux cours privés et aux leçons particulières de leurs camarades plus favorisés.

Fidèles à la maxime de Paul Langevin fixant en 1945 la mission de l’Ecole républicaine : « la promotion de tous et la sélection des meilleurs », nous défendons la notion d’élitisme républicain pour que chacun puisse aller au bout de ses capacités.

 

Quatre éléments sont pour nous fondamentaux :

1. Nous affirmons que la plus efficace des réformes du collège est celle de l’école primaire, puisque les difficultés du collège naissent à l’école primaire.

2. Nous défendons les langues vivantes. Nous n’acceptons pas que les classes européennes, bi-langues, internationales, soient rayées de la carte. Ces classes relèvent d’une pédagogie particulière. On les supprime, on ne les remplace pas. Prétendre imposer précocement deux langues vivantes à tous les élèves, quand une large partie d’entre eux peine à maîtriser le français et la première langue, est un leurre.

3. Nous affirmons la légitimité des langues anciennes. Nous n’acceptons pas que le latin et le grec, qui ont fait le socle de la culture et de la pensée françaises, qui forment les racines de notre langue comme de la langue scientifique mondiale, disparaissent en tant qu’options offertes dans tous établissements, dotées d’un horaire garanti.

4. Nous défendons des programmes clairs et compréhensibles par tous, loin des jargons indécents. Les programmes doivent partir de notions solides et fixer des objectifs clairs et atteignables. Le programme d’histoire en particulier doit proposer des repères chronologiques et ne peut réduire à de seuls traits négatifs ou facultatifs la civilisation européenne et l’héritage des Lumières.

* * * Sur des sujets aussi graves, aucun gouvernement n’a la légitimité de décider sans débat. Les citoyens sont en droit de l’obtenir et d’y participer. Nous signons et appelons à signer cet appel pour obtenir le retrait du décret de « réforme » du collège. Nous demandons que ce décret soit refondu après les consultations et le débat républicain qui s’imposent.

P.S. de Passou : Cet appel a été lancé à l’initiative de trois anciens ministres de l’Education nationale (François Bayrou, Jean-Pierre Chevènement, Luc Ferry) et trois intellectuels (l’essayiste Pascal Bruckner, l’historien Jacques Julliard, le philosophe Michel Onfray) de sensibilités différentes mais tous également atterrés et mobilisés, comme beaucoup d’autres, par les effets catastrophiques annoncés de la réforme du collège lancée par la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Leur appel peut être signé sur www.pouruncollegedelexigence.fr.

(Illustration Christoph Niemann)

Cette entrée a été publiée dans Actualité.

684

commentaires

684 Réponses pour Appel pour un collège de l’exigence

Bloom dit: 8 juin 2015 à 15 h 37 min

« sexier », dear Phil…i pod, you pod, he pods etc…
J’ai fait pratiquer pendant des années la sous-vocalisation (quand un élève reprend un énoncé corrigé, toute la classe articule celui-ci en silence…Vieux truc de phonétique corrective. Un peu coton à mettre en place (1 trimestre) mais une fois que c’est fait, c’est 30 gamin(e)s qui malaxent à donf…
On s’éclate en classe de langues, billy vmi!

Phil dit: 8 juin 2015 à 15 h 27 min

dear bloom, at your time it was kitchen englich. today it’s airport engliche. same result but people are ipdoded. more sexy. (sexiest ?)

Le factum du recteur dit: 8 juin 2015 à 15 h 25 min

Bien. Je vous informe que le sujet du billet va bientôt changer. Si vous avez quelque chose à dire, il est encore temps, mais dépêchez-vous.

Le factum du recteur dit: 8 juin 2015 à 15 h 23 min

Ah, monsieur Bloom, l’Education nationale a bien changé depuis le temps où vous étiez prof d’anglais, savez-vous.

Bloom dit: 8 juin 2015 à 15 h 09 min

« On a calculé qu’en moyenne un élève parle anglais seulement 10 minutes entre la 6ème et la Terminale ! »
—-
30 élèves en seconde, 3h par semaine à 30 + 1h à 15. L’élève doit parler 5mn en continu sur les news pendant l’heure en demi groupe, t’en fais passer 3, pour laisser le temps à l’intercorrection. En 5 semaines, ils sont tous passés, en 10 semaines, ils ont parlé 20mns, en excluant les prises de parole dans les autres cours.
Pas plausible, cette ‘moyenne’.

Deneb dit: 8 juin 2015 à 14 h 45 min

C’est moi qui ai calculé ça. Qu’este qui vous dérange? Vous voulez vérifier mes travaux?

radioscopie dit: 8 juin 2015 à 14 h 32 min

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 11 h 34 min
« On a calculé qu’en moyenne un élève parle anglais seulement 10 minutes entre la 6ème et la Terminale ! »
Qui est ce « On » ? Où avez-vous pêché cette faribole ? Quelle étude sérieuse pourrait aboutir à une conclusion aussi absurde ?

radioscopie dit: 8 juin 2015 à 14 h 27 min

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 14 h 25 min
radioscopie dit: 8 juin 2015 à 14 h 20 min
Oui, nous sommes un pays de sourds muets et vous en êtes le grand minitou, mon petit chéri !

Le moment de lucidité n’a pas duré : voilà que ça le reprend.

radioscopie dit: 8 juin 2015 à 14 h 26 min

Au fond, ce Widergänger qui a dit pis que pendre de mes remarques (et de moi-même) fait des constats qui ne sont pas si éloignés de mes propres observations. Il y a sûrement des jours avec cohérence et d’autres…

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 14 h 25 min

radioscopie dit: 8 juin 2015 à 14 h 20 min
Oui, nous sommes un pays de sourds muets et vous en êtes le grand minitou, mon petit chéri !

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 14 h 24 min

Même pas. Comprendraient pas mieux Houellebecq que Balzac. En plus j’aurais les parents sur le dos et toute la hiérarchie pour faire du sexe avec des bambins incultes et immatures…

radioscopie dit: 8 juin 2015 à 14 h 20 min

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 11 h 34 min
« On a calculé qu’en moyenne un élève parle anglais seulement 10 minutes entre la 6ème et la Terminale ! »

Cela fait donc (en moyenne) moins de 2 minutes par année scolaire. Il se pourrait que l’étude concernât des classes de sourds-muets.

Bloom dit: 8 juin 2015 à 14 h 12 min

Passou, « Fail better » = « Echoue mieux », non? Pas « échoue un peu moins »…
« -M. Wawrinka, pourquoi le tennis?
– Bon qu’à ça… »

Mon ami Rémy. dit: 8 juin 2015 à 13 h 53 min

Benoit est confortablement installé sur une cuillère en bois.
Il est tendu par une élastique fixe.
Un joueur de foot passe, pourquoi?

û est arrivé dit: 8 juin 2015 à 13 h 41 min

(’on devrait comprendre davantage cette histoire (au-delà du trop fameux « un étudiant sur deux…, etc »))

Ce qu’on peut être bête! heureusement que ueda est là pour nous guider!

zûedada dit: 8 juin 2015 à 13 h 33 min

Ils confondent bourgeoisie et noblesse. Pour eux, ce sont des gens riches, point barre (WG)

l’argent est vulgaire et les pauvres sont bien utiles pour les oeuvres de charité

Bloom dit: 8 juin 2015 à 13 h 30 min

Les Espagnols seraient indifférents (Ueda)…Vraiment? Ne peut-on leur accorder le droit d’avoir leurs opinions, d’exprimer leurs conceptions, fussent-elles de coulanges ou antisémites. La Fondation Terra Nullius a décidément une façon bien à elle de faire des sciences sociales…

de nota dit: 8 juin 2015 à 13 h 22 min

du haut de ces mille ans (apertisation)
je mets
C’est super, bien (thumbs up)
= riche$
Poor man, it’s poor

Attila dit: 8 juin 2015 à 13 h 20 min

Et bien, WGG, quel tableau désastreux vous nous faites, à vous lire, il est plus que trop tard pour un quelconque collège de l’exigence, il n’y a plus qu’à baisser le rideau !
Ou à remplacer au programme Balzac par Houellebecq, le tourisme sexuel devrait intéresser les élèves ?

D. dit: 8 juin 2015 à 13 h 17 min

J’ai beau rigoler, ce que vous dites est la réalité, w. Notre civilisation est clairement décadente. Après ce constat qu’il est raisonnable de faire, on peut essayer d’en déceler les causes afin de tenter d’en guérir.
Est-Ce à cause des astres ? Non, parce que bien que tout soit inscrit dans les astres dans le sens ou leur position détermine pour chacun et chaque chose, époque et situation, des tendances, il n’en demeure pas moins que chacun agit librement et détermine ainsi son propre comportement.
Observons quelles autres influences a subi notre civilisation ces cinquante dernières années et nous pourrons aisément identifier les causes de ce désastre. Finalement, le pire ne serait-il pas d’avoir tout bien identifié mais de ne pas agir en conséquence par la suite sous le couvert d’un politiquement correct inspiré précisément par l’un des facteurs du désastre étudié?

Bloom dit: 8 juin 2015 à 13 h 13 min

L’élégante Donna Tartt

D’autant plus remarquable que le nom n’est pas facile à porter (a tart = aguicheuse/allumeuse, voire « pute »)
« a woman who intentionally wears the type of clothes and make-up that attract sexual attention in a way that is too obvious »
« a female prostitute »

Eric Clapton s’appelle en vrai Eric Clapp (the clap = la chtouille). Grand guitariste, Eric Chtouilleton.

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 12 h 44 min

Pour donner un autre exemple des problèmes qu’un prof peut rencontrer dans l’étude des œuvres littéraires, prenons Le Père Goriot, du sieur de Balzac.

1°) Le savoir historique : le problème de la guerre des farines est totalement ignoré des élèves. Le père Goriot s’est enrichi en spéculant sur les farines. Le jeu de mot fait sur le mot farine (en plus en latin) dans l’entrevue de Rastignac chez Meme de Beauséant est incompréhensible pour l’élève moyen. Pour le faire comprendre, le prof est donc obligé de faire un petit laius de cinq minutes à la classe, pendant lequel les élèves bavardent et n’écroutent plus le prof au bout de 30 seconde. Parce que leur demander 5 minutes d’attention est devenu une chose impossible. Donc, les élèves ne comprennent toujours rien à la farine au sortir du cours.
2°) Les descriptions de Balzac les ennuient. Il est devenu très pénible d’étudier des descriptions en classe. Les élèves ne saisissent pas l’intérêt de tant de détails. Il est devenu très fastidieux de le leur faire comprendre. Donc, ils ne comprennent rien à la description de la pension Vauquer. Ils ne savent pas non plus évidemment ce que peut représenter à cette époque une pension dans un tel quartier. Et ils s’en foutent…
3°) Il est très difficile de leur faire comprendre les étonnement de Rastignac, le comportement des huissiers de la maison de la comtesse de Beauséant. D’abord, ils ne savent pas ce qu’est un hôtel particulier, ni comment c’est disposé, avec une cour, des murs sur la rue, un jardin derrière, etc. Le leur expliquer requiert de leur part une attention qu’ils ne veulent pas avoir. Donc, ils n’écoutent pas l’explication, bavardent et ne comprennent rien à l’attitude des personnages décrite par Balzac.
4°) Ils confondent bourgeoisie et noblesse. Pour eux, ce sont des gens riches, point barre. Il devient donc très difficile de leur faire comprendre la différence entre un Goriot et un noble comme le comte de Beauséant. Ils ne comprennent donc rien aux enjeux majeurs du roman.
5°) Il est quasiment impossible avec une classe de rentrer dans la dynamique narrative des signes qui deviennent illisibles pour Rastignac lors de la fameuse scène chez la comtesse de Beauséant et de ce qui fait l’originalité du récit de Balzac dont la dynamique et la suspens reposent sur la lecture des signes qui ne fonctionne plus. On fait donc dans le gnan gnan. Les élèves sont contents parce qu’ils ont l’impression de comprendre Balzac alors qu’ils n’ont rien compris. Les parents sont coontents parce que leurs enfants ont de bonnes notes aux contrôles alors que leurs enfants n’ont pas reçu la formation qui leur permettent de réussir au bac qui est très exigeant ; l’administration est contente parce que les élèves et les parents sont contents. Seul le prof est mécontent parce qu’il a été obligé de faire un cours de mer.de dont pourtant tout le monde est content, y compris l’inspecteur… C’est ça la logique actuelle du suicide de l’Ecole et du suicide de la société qui ne fait plus confiance aux professeurs et les méprise.

Un commentateur sous faux nom dit: 8 juin 2015 à 12 h 44 min

« misogynie du monde littéraire »

Dans presque toutes les maisons d’édition, les responsables du domaine étranger sont des femmes.
En général, la majorité des directeurs de collection sont des directrices.
Cela dit, il est vrai que les prix littéraires vont majoritairement aux hommes et que les jurys sont plus masculins que féminins. Mais même le Fémina couronne plus souvent des hommes.

gérard sébastien dit: 8 juin 2015 à 12 h 39 min

je vous envoie mes réponses de façon morcelée pour faciliter votre lecture, Ueda

gerard dit: 8 juin 2015 à 12 h 32 min

on ne peut tirer grand chose de ces bribes d’information, sinon qu’on devrait comprendre davantage cette histoire (au-delà du trop fameux « un étudiant sur deux…, etc »)

Faites donc

gerard dit: 8 juin 2015 à 12 h 31 min

« Je ne connais pas la situation de l’Espagne mais ce tableau me laisse incrédule. »

vous n’avez auune idée du poids de l’Eglise Opus D compris

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 12 h 27 min

À Séville, un organisme juif privé a organisé un musée juif et des visites de l’ancien quartier juif de la ville. La guide est une bretonne…

Ueda dit: 8 juin 2015 à 12 h 15 min

Bloom dit: 8 juin 2015 à 4 h 20 min

Ce « sondage » est bien connu mais on l’applique de manière brutale à la population entière.
Je ne connais pas la situation de l’Espagne mais ce tableau me laisse incrédule.

Il est clair qu’on constate la persistance de clichés dans la langue ordinaire qui viennent d’un longue histoire catholique et que (d’un autre côté) l’opinion politique semble plus favorable aux Palestiniens que dans les pays voisins.

« La responsable de comunicación de la Federación de Comunidades Judías de España María Royo asegura que “lo que molesta no son estas expresiones sino la pervivencia de determinados estereotipos relacionados con lo judío”. “España no es un país antisemita”, explica María, “pero sí pervive un estereotipo sobre lo judío que es muy difícil de extirpar. Se relaciona fácilmente con dinero, con poder, con lo oscuro. A mí todavía me dicen cosas como: ‘¿Tus jefes son judíos? Pues deben de pagar muy bien’”.

Ce qui frappe beaucoup d’observateurs, c’est l’ignorance.

Pour le reste, l’ambassadeur israélien ne se plaint pas, mais il est vrai que se plaindre n’est pas le boulot d’un diplomate.
« El embajador israelí en España Alon Bar considera que “España es el mejor destino que podría soñar un diplomático israelí. Me encantan las personas y los debates que tenemos”. Advierten poco rechazo. Lo que reconocen todos los entrevistados para este reportaje es que, a pesar de la influencia que ejerce sobre la cultura española y sobre el cristianismo que profesan mayoritariamente los españoles, existe una ignorancia generalizada acerca de las cuestiones más básicas de la tradición judía, empezando por la más elemental: ¿Qué diferencia a un judío de un gentil? Prueben a realizar esta pregunta en su entorno. »

Pour un chercheur, « les espagnols » (qui?) ne sont ni antisémites ni prosémites mais indifférents:

« Como asegura el investigador del Real Instituto Elcano, Javier Noya: “Los españoles no son prosemitas ni antisemitas. Son completamente indiferentes, porque no conocen ni la religión hebrea, ni la historia de los judíos en su país”. “Aquí, aunque los antisemitas quisieran profanar una tumba no sabrían dónde encontrarla”, zanja. En definitiva, según Noya, “España no es Francia”.

En bref, on ne peut tirer grand chose de ces bribes d’information, sinon qu’on devrait comprendre davantage cette histoire (au-delà du trop fameux « un étudiant sur deux…, etc »)

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 12 h 06 min

Non, ce n’était pas du tout le cas dans les années 60 ou 70. Mes copains au CEG de la Molière venaient pour la plupart de milieux simples — ils habitaient la rue Quincampois ou les Halles, fils d’ouvrier ou de petis employés — et ils étaient adaptés à l’école par leur éducation. Tout a changé avec le tournant du milieu des années 70 et la massification de l’Ecole.

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 12 h 03 min

Un autre problème massif : les élèves d’aujourd’hui sont devenus très « bébé ». Ils sont très immatures à cause du cocooning des parents qui les empêche de grandir. Il devient donc de plus en plus difficile d’étudeir avec eux des œuvres littéraires qui requièrent une « certaine » maturité pour être comprises, comme les nouvelles de Maupassant, Le Cid de Corneille, Flaubert, Antigone, etc. Très vite le prof qui fait correctement son boulot est accusé par les parents, par son administration de faire des cours trop difficiles. On lui reproche d’être trop cultivé, d’exiger trop de ses élèves. C’est une catastrophe pour la littérature et pour l’avenir de l’Ecole. Et comme les parents ont pris le pouvoir dans les établissements scolaires de certains quartiers, c’est foutu pour le savoir littéraire. On est obligé de faire dans le gnan gnan…

Un vieux de la vieille dit: 8 juin 2015 à 11 h 59 min

L’éducation reçue à la maison ne permet plus aux élèves d’être capables de rester 55 minutes le cu.l sur une chaise à participer activement à la construction du cours. (WDG)

Ouais, euh, ça c’était déjà le cas de mon temps et j’ai soixante-cinq balais.
Mais, effectivement, à l’époque, un chahuteur était prié de prendre la porte. J’ai d’ailleurs fait l’essentiel de ma scolarité dans le couloir.

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 11 h 55 min

Aujourd’hui, le problème de l’inégalité est le suivant : on a beau être intelligent et travailleur, on n’arrive à rien si on est dans une classe pourrie de banlieue ou d’ailleurs avec des élèves indisciplinés, tout puissants qui foutent un bazar du diable à chaque cours.

Il est interdit de virer du cours quelque élève que ce soit sauf s’il met en danger la vie d’autrui ou la sienne propre. Donc, il est impossible de virer un élève perturbateur qui empêche à lui seul bien souvent de faire un travail normal.

Les élèves ont pris la sale habitude de parler sans arrêt. Il est devenu quasiment impossible de faire un cours normal avec des élèves attentifs. La perte d’attention et d’information est énorme. C’est ainsi que la plupart des élèves arrivent au lycée sans rien savoir des bases mêmes du savoir littéraire. Les bases ! Pas des trucs d’élites ! Les fondations de la maison du savoir sont complètement pourries. En grandes partie à cause des problèmes de disciplines et de bavardage. Le prof a beau être excellent et dévoué, ça ne change rien. Le problème dépasse de très loin l’Ecole, c’est un vrai problème de société. L’éducation reçue à la maison ne permet plus aux élèves d’être capables de rester 55 minutes le cu.l sur une chaise à participer activement à la construction du cours. C’est particulièrement visible en français quand on explique des textes, où il faut une attention particulière et des échanges fructueux et formateurs entre la classe et le prof et entre les élèves. Toutes choses devenues extrêmement difficiles à obtenir aujourd’hui. Sur les quatre classes que j’ai en français, ça ne marche que dans une seule. Donc, 75% d’échec !

giulietta massina dit: 8 juin 2015 à 11 h 53 min

10 h 08 : vous avez raison, en effet, personne ne lit ses commentaires quelles que soient leurs signatures

Visiteur de passage dit: 8 juin 2015 à 11 h 49 min

La fille qui a failli tuer son chat dit: 8 juin 2015 à 11 h 10 min
la « supposée » misogynie de l’édition et du monde littéraire.
La « supposée ». Vraiment ? Il me semble pourtant que c’est un fait…

On voit que vous ne travaillez pas dans l’édition, Clopine. Les femmes y sont majoritaires et y détiennent le vrai pouvoir : celui de la relecture. Ce sont à peu près toujours des femmes qui font la leçon aux auteurs et traducteurs.

D. dit: 8 juin 2015 à 11 h 43 min

Écoutez, Michel, on ne peut pas passer son temps à mettre tous les maux du monde sur le dos des mauvais enseignants.

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 11 h 42 min

Les élèves le disent d’ailleurs eux-mêmes. Les professeurs sont méprisés par tout le monde : par les élèves, par les parents et même par leur propre administration que c’en est vraiment affligeant.

Quelqu’un a écrit un bouquin voilà quelques années qui s’intitulait L’Ecole ou la guerre civile. On s’en approche…

D. dit: 8 juin 2015 à 11 h 40 min

Ce Clotaire me rappelle Hamlet dont nous nous réjouissons pourtant d’être débarrassé. Si je ne me revenais pas, je lui dirais Ta gueule Keupu, mais nous devons rester ici courtois en toutes circonstances, c’est une question de déontologie.

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 11 h 39 min

La situation actuelle du recrutement des profs, toutes matières confondues, est catastrophique. Plus personne ne désire devenir prof, tellement la situation dans les classes avec des élèves de plus en plus indisciplinés et surpuissants ont rendu les conditions de travail des professeurs très pénibles, harassantes, épuisantes et intellectuellement nulles.

ZEUS..... dit: 8 juin 2015 à 11 h 35 min

Soyez raisonnables : ne prenez pas Dame Clopine de Beaubec pour la Comtesse de Ségur, ni la musique militaire pour de la musique.

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 11 h 34 min

L’Ecole n’a jamais prétendu faire d’un âne bâté un génie. Premier point.

Deuxième point : L’Ecole de la République doit créer les conditions pour chacun de développer ses capacités le mieux possible et de sélectionner les plus doués. C’est ça l’égalité républicaine, ce n’est pas l’égalité théorique.

Que faudrait-il faire par exemple comme réforme qui permettrait de rétablir un peu d’égalité pour tous ?

1°) Rétablir l’heure d’étude le soir, de 17h à 18h pour tous les élèves sous la surveillance et l’aide d’un étudiant de licence. Les élèves en difficulté auraient ainsi la possibilité de poser toutes les questions souhaitables et de bénéficier de l’aide des camarades et de l’étudiant compétent. C’est comme ça que j’apprenais mes leçons quand j’étais au CEG de la rue Molière au Palais-Royal ; j’expliquais souvent les problèmes de maths à mes copains et nous nous stimulions ainsi les uns les autres si bien qu’en arrivant en 2de au lycée Chaptal, j’étais à nouveau le plus fort de la classe en maths et en physique. En français, j’étais très moyen. Mais je me suis mis à lire vraiment et je suis devenu aussi très fort en français et je me souviens d’avoir fait un exposé sur le salon bleu de Mme de Rambouillet… après, l’année suivante, j’ai créé une revue littéraire du lycée avec des publications (article sur Baudelaire, poèmes etc.). Les années 1971-73, c’était 30% d’une classe d’âge à cette époque qui avait le bac. Il faut donc rétablir d’autant plus maintenant l’heure d’étude que la massification de l’éducation change la donne.

2°) Il faut diminuer le nombre d’élèves par classe. Une mesure de bon sens. Il est impossible d’apprendre quelque langue étrangère que ce soit dans une classe de 30 élèves ! On a calculé qu’en moyenne un élève parle anglais seulement 10 minutes entre la 6ème et la Terminale ! Et on s’étonne que les petits Français ne maîtrisent pas les langues étrangères. Mais on se moque du monde !
En Allemagne, ils sont beaucoup moins par classe. En primaire ils sont par petits groupes de 6 élèves et ce sont des spécialistes de la langue qui leur donnent des cours. En France, on veut que les professeurs des Ecoles donnent des cours d’anglais sans parler eux-mêmes anglais, ou avec une maîtrise très imparfaite de la langue et surtout de l’accent anglais qui est d’une importance primordiale pour parler cette langue si pénible à prononcer pour un Français ! Donc, on se moque de nous et des élèves !

Voilà les deux premières mesures qu’il faudrait prendre ! Au lieu de faire de l’idéologie débile, inconsistante et suicidaire.

3°) Augmenter le salaire des profs de 1000 euros/mois.

val t dit: 8 juin 2015 à 11 h 26 min

« la misogynie supposée de l’édition et du monde littéraire »

misogynie certaine(quand on sait qu’une immense auteure méritait le Nobel !)

Clotaire dit: 8 juin 2015 à 11 h 26 min

. Que croyez-vous qu’il puisse se passer au bout d’un moment ?

Jusqu’à présent le dessein de l’Homme se perdait dans l’infini et acquérait en cela des dimensions grandioses mais avec ce que vous rapportez de la diminution de la Matière perdue dans un infini qui ne cesse de croître et de s’effilocher comme la queue d’une géante comète quelque part au milieu de nulle définition, nous pouvons prévoir une déflation de celui-ci qui va sombrer dans de mesquins trafics, revoir ses prospections à la baisse jusqu’au flétrissement de l’esprit qui l’anime. Ce sera un sauve qui peut sa vie incluant des intérêts égoïstes et riquiqui, perdu de vue les mensurations philosophales, l’idée même d’un avenir commun avec un programme pour tous. Les blés ne germeront plus que pour ceux qui se nichent au fond de la varine humide et exiguë, les océans déborderont nos désespoirs jusqu’à ce qu’ils obtiennent l’espace de nos imaginations les plus insensées.

ZEUS..... dit: 8 juin 2015 à 11 h 19 min

Nous avions noté une réflexion fort pertinente de l’un des vôtres, curieusement assimilé à la misogynie la plus basse : « Aux hommes les affaires de l’esprit, aux femmes les affaires de ventre. »

D. dit: 8 juin 2015 à 11 h 12 min

Je suis déjà allé à Salo au mois d’août, c’est une très jolie petite station de vacances,on peut prendre le bateau pour aller visiter sirmione, il y a bien quelques canards et des orangers mais de la a affirmer que c’est du tout Bio certifié …

La fille qui a failli tuer son chat dit: 8 juin 2015 à 11 h 10 min

Je maudis mon ignorance de l’anglais, qui ne me fait comprendre qu’imparfaitement la « provocation » de Kamila Samsie (voir le tweet d’à côté) , mais je sursaute cependant devant l’expression employée par notre hôte :

la « supposée » misogynie de l’édition et du monde littéraire.

La « supposée ». Vraiment ? Il me semble pourtant que c’est un fait…

A moins de considérer la littérature comme entièrement dégagée de toute contingence extérieure, sociologique ou temporelle, flottante, extatique, dans le ciel pur et vide d’un art asexué : là, évidemment, on pourrait considérer que le déséquilibre patent entre le traitement des hommes et des femmes ne relève pas d’une… « supposée »… misogynie, mais bien d’une justice souveraine : « elles » ne reçoivent que ce qu' »elles » méritent, individuellement, et sans interférence avec leur sexe…

Oui, évidemment, on peut se placer de ce point de vue.

On peut croire aussi que les petits garçons naissent dans les choux, et les filles dans les roses, notez.

On peut toujours.

François Delpla dit: 8 juin 2015 à 11 h 08 min

D. dit: 8 juin 2015 à 10 h 11 min

21h49 je pense finalement que François Delpla se faisant passer pour MCourt.
*************************************************

JE SUBODORE POUR MA PART que ce faisan, ce faisant, court trop de lièvres à la fois.

LABAT dit: 8 juin 2015 à 11 h 01 min

Le pape veut béatifier un abbé antisémite qui a écrit: « Le peuple juif nous tient asservis. Le Talmud est le manuel du destructeur social»

christiane dit: 8 juin 2015 à 11 h 00 min

@ Devinez qui? dit: 7 juin 2015 à 21 h 49 min

« Amis, ne creusez pas vos chères rêveries ;
Ne fouillez pas le sol de vos plaines fleuries ;
Et quand s’offre à vos yeux un océan qui dort,
Nagez à la surface ou jouez sur le bord ;
Car la pensée est sombre ! Une pente insensible
Va du monde réel à la sphère invisible ;
La spirale est profonde, et quand on y descend,
Sans cesse se prolonge et va s’élargissant,
Et pour avoir touché quelque énigme fatale,
De ce voyage obscur souvent on revient pâle ! »

Victor Hugo – Les Feuilles d’automne, XXIX, « La Pente de la rêverie ».

D. dit: 8 juin 2015 à 10 h 57 min

Pour revenir à des sujets plus sérieux, et surtout moins étriqués, notre univers continue son expansion de façon irrémédiable et également irréfutable. Or plus il se dilate et plus sa densité d’énergie diminue, or c’est bien cette densité d’énergie qui fait que tout tient. Pour prendre une analogie, nous nous trouvons à l’heure actuelle sur la surface d’un ballon de baudruche qui ne cesse d’être gonflé. Que croyez-vous qu’il puisse se passer au bout d’un moment ?

élève assidu dit: 8 juin 2015 à 10 h 52 min

Bloom dit: 8 juin 2015 à 10 h 35 min

à 10h17 le Monsieur veut dire que, depuis (2011), la courbe s’est inversée à 70%

ami sincère dit: 8 juin 2015 à 10 h 43 min

ML « une république de salo où le biologique règne en maître absolu. »

c’est le rêve du prorc’and rollé

Sant'Angelo Giovanni dit: 8 juin 2015 à 10 h 37 min


…des sans-dents, pour des monarchies industrielles du capitalisme,!…
…mes actionnaires entre-nous,!…nous sommes entre-nous,!…
…je t’achète, si tu m’achète en progression l’équivalent du même, à nous monter les apparences de bénéfices mondialistes,!…

…mon gros, tout est dit,!…etc,!…
…Oui,!…je frappe médailles à mon nom et écu,!…etc,!…rien à vendre,!…
…pour vos libidos monarchiques,!…Ah,!Ah,!…
…l’entretien démocratique,!…comme un  » crach « , prévisible,!…
…nationaliser, pourquoi,!…
…tout est déjà, dans les bonnes mains privées,!…dictatures et mafias des mêmes,!…connivences pour un pied de porc,!…mon humour, à sa joie,!…

…la fin du monde,!…des valeurs humaines,!…tout dans l’esclandre,!…etc,!…
…suivant,!…

Bloom dit: 8 juin 2015 à 10 h 35 min

Toujours d’actualité, ML, indémodable, tel l’aquarium à verre dépoli pour poissons timides.

ZEUS..... dit: 8 juin 2015 à 10 h 34 min

Qu’entendez vous, pratiquement, par : « La République se doit de prendre en compte ces inégalités biologiques » ?

Clotaire dit: 8 juin 2015 à 10 h 32 min

All this business of a labour to accomplish, before I can end, of words to say, a truth to recover, in order to say it, before I can end, of an imposed task, once known, long neglected, finally forgotten, to perform, before I can be done with speaking, done with listening, I invented it all, in the hope it would console me, help me to go on, allow me to think of myself as somewhere on a road, moving, between a beginning and an end, gaining ground, losing ground, getting lost, but somehow in the long run making headway.

Samuel Beckett.

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 10 h 24 min

De toute façon, mes petits chéris, vos considérations métaphysiques sur l’inégalité des êtres humains n’ont rien à voir avec les problèmes concrets de l’Ecole.

La République se doit de prendre en compte ces inégalités biologiques pour ne pas se conformer à elles, sauf à devenir une république de salo où le biologique règne en maître absolu.

Vous ne voulez pas qu’on vous traite de fasciste mais vous avez une pensée fasciste !

LABAT dit: 8 juin 2015 à 10 h 22 min

sur le genre dans le milieu littéraire
intéressant de lire à la suite les livres du couple lirréraire : aini ai-je lu un livre de Auster et de son épouse à la suite .

Widergänger dit: 8 juin 2015 à 10 h 17 min

Bloom, tu dates, mon petit chéri ! Ça fait longtemps que je l’ai lu ton article. Il date de 2011… Faut te secouer, tu roupilles.

ZEUS..... dit: 8 juin 2015 à 10 h 16 min

Souvent associé aux plus grands, je puis bien être associé, temporairement, à votre petit JC, si énervant ! Laissez tomber ces vaines querelles, tout le monde y gagnera.

L'ennui naquit un jour de l'uniformité dit: 8 juin 2015 à 10 h 08 min

Professeur Bourget dit: 8 juin 2015 à 9 h 39 min

Vous pourriez changer de disque ? Personne ne peut encadrer le personnage auquel vous faites allusion, il ne poste ici que pour nuire, mais est-il indispensable de le rappeler toutes les cinq minutes ?
Faites comme la plupart des intervenants, ne le lisez pas. Et passons outre.
Merci.

A. D. dit: 8 juin 2015 à 10 h 02 min

Clotaire dit: 8 juin 2015 à 9 h 47 min
« Fail better »,
Mieux échouer, ce peut être échouer avec moindre dégât, une manière de progresser vers la victoire ou la réussite

C’est probablement le sens que Wawrinka donne à cette formule, mais pas Beckett.

Clotaire dit: 8 juin 2015 à 9 h 47 min

« Fail better »,

Mieux échouer, ce peut être échouer avec moindre dégât, une manière de progresser vers la victoire ou la réussite en prévoyant de ne pas se laisser impressionner par l’échec, de persister dans l’effort et endurer , d’améliorer et renouveler les tentatives jusqu’à obtention d’un résultat fixé préalablement; pour un migrant arriver sur le rivage de Lampedusa, pour un sportif persévérer dans l’effort et l’amélioration de son jeu, pour un chercheur réussir après de multiples heures de travail à mener son équipe à la découverte qui soulagera des milliers de vie, pour un gros actionnaire délocaliser afin d’obtenir une progression de son bénéfice en s’installant là où la carence de protection permet de mieux exploiter la pauvreté.

Professeur Bourget dit: 8 juin 2015 à 9 h 39 min

La liste des maux dont souffre JC est trop longue pour être énumérée ici; celle de Zeus est identique… pas de guérison en vue

A. D. dit: 8 juin 2015 à 9 h 23 min

Facebook, en haut à gauche :
«Ever tried. Ever failed. No matter. Try again. Fail again. Fail better.» Autrement dit : «Déjà essayé. Déjà échoué. Peu importe. Essaie encore. Echoue encore. Mais échoue un peu moins.»

Non, contresens. Fail better, c’est échoue mieux, pas échoue moins. Ça change tout.
« Echoue un peu moins », c’est optimiste, c’est un précepte de gagneur. « Fail better », c’est complètement désespéré.

Bureau international du travail dit: 8 juin 2015 à 9 h 18 min

Déjà 5 coms de JC. Un stakhanoviste, bravo. Gare au burnout, tout de même.
Nous déplorons toutefois que tant d’acharnement soit si peu productif. Cinq contributions, cinq c.nneries, c’est ballot.

JC..... dit: 8 juin 2015 à 7 h 01 min

Je vous laisse ! définitivement…

Souhaitant à mes chers usurpateurs bien du plaisir masochiste, et aux amis un début de semaine bandant…

JC..... dit: 8 juin 2015 à 6 h 54 min

Ce faux-cul d’Erdogan l’a dans les reins post électoraux. Ses rêves de sultanat ottoman sont partis en fumée, hier : rien n’est joué, cependant.

JC..... dit: 8 juin 2015 à 6 h 40 min

La globalisation mondiale est devenue l’équivalent d’une langue d’Esope qui aurait été piquée par le majestueux Serpent Numérique… langue énorme, gonflée, gonflée, gonflée, démesurément !

C’est la pire des choses, car elle permet que nous soyons envahis par des sauvages, pauvres hères ou banquiers finauds, à la pensée guerrière sans que nous y prenions garde, et que les déplacements de masse sont facteurs de guerre, de déséquilibre, de misère rapide.

C’est la meilleure des choses, car c’est l’outil technique qui fait l’homme : nous n’avons plus de limite, nous sommes surinformés, nous pouvons communiquer avec la planète entière pour un coût dérisoire. Tout est possible.

Une copine est partie en Chine pour un trip de 15 jours avec sa fille, et la fille de sa fille. En Chine. Ce qui fut lointain. Le bout du monde. Quelques Jésuites astronomes. A côté de nous, tout près. Pour toujours ….

JC..... dit: 8 juin 2015 à 5 h 57 min

Ce qui manque, nous le croyons trop souvent, ce sont les lois. Encore des Lois, toujours des lois. Et des juges, et des condamnations ou du laisser-faire, respect et non-respect, changement lié aux modes…

Ce qui manque, c’est l’exemple : les lois sont moins puissantes que l’exemple, pour une société.

JC..... dit: 8 juin 2015 à 5 h 40 min

Les Saint-Just, les Robespierre, les Fouquier-Tinville qui veulent interdire les trolls, les usurpateurs, les délateurs, les crétins, les gnomes rances, les fiottes vaporeuses, las fachos, les anti-fachos, les socialistes, les besancenot de la besance pas nette, les racistes, les sémites, les anti-sémites, les méchants et les trop gentils …. ces débiles aux idées folles n’ont rien compris au monde.

Le monde, le peuple, le populo, ce n’est pas ce dont ils rêvent avec leur « homme nouveau » humaniste. Le monde c’est ce cloaque dans lequel nous vivons : éternellement inégalitaire, éternellement divers, éternellement en guerre ….

L’égalité nord-coréenne, le communisme parfait, la fin des privilèges, c’est le rêve des c.ons finis !

Bloom dit: 8 juin 2015 à 4 h 20 min

Persévérance dans l’être… O laid!

« Les niveaux de l’antisémitisme en Espagne sont parmi les plus élevés en Europe », écrit le quotidien espagnol El Pais. Selon un sondage publié le 30 novembre 2011 lors du Séminaire international sur l’antisémitisme hébergé à la Fondation Caja Navarra de Madrid, 52% des étudiants espagnols ont déclaré qu’ils ne voudraient pas avoir un camarade juif assis à côté d’eux, et 58% des adultes pensent que les Juifs ont trop de pouvoir et qu’ils sont tous trop riches.
Les organisateurs de la conférence de Madrid ont déclaré être « consternés » par ces chiffres qui représentent « un problème qui est souvent nié dans le pays ». La Fédération des Communautés juives d’Espagne (FCJE) a également déclaré que bien que les sondages indiquent qu’il y a des niveaux élevés « d’hostilité » envers les Juifs. La sociologue Alejandro Baer explique que la situation est devenue insupportable et qu’il est temps d’affronter le problème : « En Espagne, des insultes, des écrits et des slogans contre les Juifs sont considérés comme normaux ». Baer a ajouté que l’antisémitisme en Espagne est particulièrement surprenant, car «il n’y a guère de Juifs ». Même si le pourcentage de juifs en Espagne est seulement à 0,2% de la population, les stéréotypes négatifs sont très présents et ils sont le symptôme d’une «pathologie sociale».

http://jssnews.com/2011/12/26/un-etudiant-espagnol-sur-deux-refuse-de-sasseoir-a-cote-dun-juif/

Sant'Angelo Giovanni dit: 7 juin 2015 à 23 h 25 min


…de toute façon, les jeux sont fait ou en cours,!…

…le pire, qui peux nous arriver,!…

…c’est une monarchie capitaliste,!…comme dirait,!…Karl Marx,!…

…questions d’alchimies des robinets du capital à distribuer,!…
…cool à l’irrigation par les liasses,!…aux contributeurs collaborateurs,!…par zones rapprochées,!…
…autrement, des déserts aux flans,!…

…ou çà peut péter,!…partout et en même temps,!…se préparer,!…à vivre sans gouvernements,!…
…chacun pour soi,!…avec ses cow-boy,!…
…le futur, un Texas sur nos têtes,!…
…t’a les patates, et l’oseille,!…la classe aux  » pistoleros « ,!…Zapata,!…
…Ah,!Ah,!…Gringo,!…Ollè,!…etc,!…

rose dit: 7 juin 2015 à 23 h 22 min

bérénice dit: 7 juin 2015 à 7 h 39 min

Je crois bien que le sadisme participe d ela perversion et que les SS en étaient. rose

Rose en lisant ceci on peut relier ce type de personnalité à un fonctionnement sociétal soumis, via son chef et ses cadres.

ce n’est pas ce qui est écrit par Fallada. Le peuple est terrorisé par ce qui se dit sur la torture de la gestapo. La soumission est préventive pour échapper à un séjour dans les caves.
De plus, il n’y a pas ce statut cadre et chef : tout est aléatoire : ceux qui règnent dont le führer sont tellement cinglés que n’importe qui peut y passer à son tour, dont le commissaire enquêteur et patient. Et je vous le redis, dans ce roman l’alcool règne en maître et corrobore tous les dérèglements.
Effrayant le lien montré entre perversion et sadisme dans ce roman.

rose dit: 7 juin 2015 à 22 h 51 min

bérénice dit: 7 juin 2015 à 7 h 57 min
et à l’impasse en matière de recrutement

se demander pourquoi cette impasse

le jour de l’explosion de la première bombe atomique on a demandé à HG Wells son impression
cela peut éradiquer tout ce qu’il y a de mauvais ou tout ce qu’il y a de bon sur la terre, c’est au peuple de décider ceci est transmis par cedric villani dans une interview conduite par annie kahn sur le thème « innovation, facteur de progrès ? »

Sergio dit: 7 juin 2015 à 22 h 49 min

Mais les trolls, c’est la respiration d’un blog ! C’est un peu comme les sortes d’oiseaux miteux, là, qui se promènent sur le museau des crocos… Ils doivent leur faire les ratiches… Ils sont pas rendus !

vers à soi dit: 7 juin 2015 à 22 h 06 min

« …Bienheureuse si elle parvient à leur apprendre quelque chose de commun qui forme une nation… »

Et qui sait, apprendre à le dépasser pour toucher quelque chose de propre qui ne déformerait rien

Devinez qui? dit: 7 juin 2015 à 21 h 49 min

Sauf que du temps de Christiane, il y avait consensus, et pas prétention de la part de je ne sais quels lobbys dont l’ineffable FCPE Fédération des Crétins de Parents d’élèves, et un GO qui ferait mieux de s’appeler le Grand Désorienté à imposer un égalitarisme de type nord -Coréen.
L’homme nait dans l’inégalité, point barre. Et l’EN n’a pas à suppléer, par un age métaphysique hérité d’un 1789 fantasmé, à ces inégalités là.Bienheureuse si elle parvient à leur apprendre quelque chose de commun qui forme une nation, mais c’est précisément ce que l’on veut détruire au profit du communautaire et du mémoriel.
MC

Widergänger dit: 7 juin 2015 à 20 h 37 min

Bloom dit: 7 juin 2015 à 14 h 35 min
je prendrai ma retraite en Espagne

Judicieux. 70% des Espagnols se disent antisémites.
___________
Et alors ?
Avec moi sur le sol espagnol, ça va changer ! Ce sera 80% d’antisémites…

pétition dit: 7 juin 2015 à 19 h 56 min

pour une vérification enfin sérieuse des adresses de contact pour éviter le trolls et le PQ de Porquetrolle

LABAT dit: 7 juin 2015 à 19 h 35 min

sur la règle du jeu et l’exigence

 » Accompagné de l’embarras, je dois confier ma fierté d’appartenir à ce milieu éducatif exigeant, bien plus vivant qu’un mammouth, bien plus fin aussi, qui cherche à œuvrer pour le bien commun.

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 19 h 25 min

« Je vais voir si on peut pas trafiquer le wiki ! »

Ne trafiquez surtout pas son passage au Lycée !

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 19 h 22 min

De mon côté Sergio, je viens de me souvenir que l’on m’a promis, il y a moins d’un mois, de m’envoyer la photo d’une maison à Saïgon; il faut que je rétablisse ce contact.

Sergio dit: 7 juin 2015 à 19 h 20 min

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 19 h 12 min
Le Vice Consul ne va pas aimer ça du tout.

Boh il a tiré au moins trois mille cartouches il a pas cassé un carreau le bicloud on peut le polisher et le repolisher…

Sergio dit: 7 juin 2015 à 19 h 16 min

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 19 h 01 min
je lis que Roland Garros était un HEC.

Ha oui ça c’est la honte ! En plus un pilote, un héros et tout… Misère…

Je vais voir si on peut pas trafiquer le wiki !

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 19 h 12 min

« une sorte de maharadja genre bachelor »
Sergio, merci de ne pas trop perturber la promenade dans les allées bordées de laurier-rose. Il y a un Vice Consul qui veille.

Et puis elle est très bien cette bicyclette, poussiéreuse, abandonnée, sans emploi, presque effrayante.
Ne vous avisez pas de la toucher!
Le Vice Consul ne va pas aimer ça du tout.

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 19 h 01 min

Sergio, je lis que Roland Garros était un HEC.
C’était avant que cette école ( bas de casse) ne devienne une fabrique de jeunes gens très souriants pour la photo.

Sergio dit: 7 juin 2015 à 18 h 54 min

J’essaie en deux parties :

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 17 h 45 min
que vous vous souveniez

Non mais ça m’est revenu ! Par une sorte de capillarité, quoi…

Sergio dit: 7 juin 2015 à 18 h 22 min

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 17 h 45 min
que vous vous souveniez

Non mais ça m’est revenu ! Par une sorte de capillarité, quoi…

La pantoufle on l’a bien retrouvée, mais une seule, et il y a deux types qui se la disputent : un haut fonctionnaire communiste avec une limousine de soixante mètres de long comme dans Indochine, et une sorte de maharadja genre bachelor… Ils se sont donné rendez-vous derrière les tennis déserts, ils croient que c’est celle d’Anne-Marie Stretter !

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 17 h 45 min

Sergio, que vous vous souveniez que de la transhumance des bouteilles est déjà énorme !
Si vous arrivez à gagner un peu en hardware, la prochaine fois qu’on en causera, vous verrez, ce sera mieux encore.

Car on est le lendemain du 6 juin, et voilà que la meute avinée se réveille. So, à plus.
Pour les pantoufles, laissez-tomber. C’était pour une femme, mais je pense qu’elle préfère ne pas savoir à quoi elles ressemblent.

Sergio dit: 7 juin 2015 à 17 h 28 min

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 16 h 58 min
« avec la prudence réservée aux prématurés ».

Tudieu c’est Passou qui a écrit cela ? Je me souvenais plus… Ben il est fort, hein !

Et alors pour la note en plus faut se méfier y a l’Alsaco du bout du banc qui lorgne tout intégralement ! Le gus de la sécu, quoi, celui qui a son bureau en l’air dans le vide… Qui connaît des femmes !

Eldritch dit: 7 juin 2015 à 17 h 23 min

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 14 h 16 min
C’est exactement ça niveau de l’insulte anonyme gratuite et haineuse.

arrêtez de vous ausculter sans gants de silicone, Dubois, vous allez finir par pétitionner contre vous-même

Sergio dit: 7 juin 2015 à 17 h 15 min

Ouaip ; les pétitions c’est du flan…

Les gamins déjà d’abord et avant tout faut leur coller deux verbes ; avec les subjonctifs, conditionnels deuxième forme, tout !

Haprès, un bon vieux coup de déclinaisons ; mais pas rosa rosa rosam, non, troisième, quatrième, cinquième déclinaisons ; que y ait à causer, quoi…

Ensuite une lampée de verbes forts allemands… Irréguliers brit pour ceux qui comprennent que dalle !

Bon là ça commence à tenir à l’estomac, mais c’est pas tout… Un peu d’analyse logique ! Au hasard une phrase du Marcel, mettons soixante quatre-vingts pages… Une de Claude Simon pour ceux qui ont fini !

Là c’est pas mal, on termine par l’intégrale des développements limités…

Le matin, le midi, le soir et au milieu !

Après l’ordre règne sur les remparts…

Pour saluer un troll dit: 7 juin 2015 à 17 h 13 min

leurtillois dit: 7 juin 2015 à 15 h 44 min
Je ne viens pas souvent ici

Arrête, giuletta, tu y passes ta vie.

jojo dit: 7 juin 2015 à 17 h 13 min

leurtillois dit: 7 juin 2015 à 15 h 44 min
« Je ne viens pas souvent ici, mais lire tous les jours des commentaires hors sujet, politiques ou haineux  »

en fait de politiques, de la propagande souvent

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 17 h 07 min

Et à part ça Sergio, vous n’auriez pas retrouvé une paire de pantoufles à l’hôtel, par hasard ?

JC..... dit: 7 juin 2015 à 17 h 03 min

Comme je vous comprend, monsieur leurtillois ! ce garçon, vulgaire, débauché, inculte, est insupportable !

Vous vous rendez-compte, il ennuie le monde depuis le 24 septembre 1922, 13h20 ! Sa mère l’avait jeté dans une poubelle post-accouchement, il en est sorti seul…. Coriace !

Réjouissons nous ! il n’en a statistiquement plus pour longtemps. Soyez patient…

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 16 h 58 min

Sergio, il fallait voir cette grande transhumance en sous-sol, organisée par une équipe improvisée, terrassiers, maçons, sous la rue des chablis. Jugez plutôt: des Margaux 1929, lafite 1914, yquem 1923, Filhot 1916, bonnes-mares 1933, richebourg 1929, toutes ces bouteilles de grand âge à transporter « avec la prudence réservée aux prématurés ».

Vous imaginez un homme d’Etat, quittant l’hôtel et demandant à la réception: « Ma note, je vous prie ».

Sergio dit: 7 juin 2015 à 16 h 05 min

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 10 h 59 min
45 Bd Raspail

Et on n’a pas parlé du pinard ! Il est emmuré, le pinard… Enfin plus maintenant, vu qu’il est bu… Mais à l’époque c’étaient les services de l’amiral Canaris qui occupaient le gourbi… Ils l’ont jamais trouvé, le pif ! Alors là faut le faire… Evidemment, qu’il était emmuré camouflé sous leurs pieds… Mais enfin, je sais pas, moi… Un sourcier ! Tu parles de services secrets des jobards pareils…

Oncle Wolf il devait s’en méfier il a jamais voulu croire que ça débarquerait à Balbec… Penchait pour Dieppe, se faire rezigouiller…
S’ils avaient trouvé le pinard, les Canaris, il aurait eu confiance, oncle Wolf, il les aurait crus ! A quoi ça tient… En plus ils sont restés assoiffés toute la guerre ça leur apprendra l’exigence !

leurtillois dit: 7 juin 2015 à 15 h 44 min

Je ne viens pas souvent ici, mais lire tous les jours des commentaires hors sujet, politiques ou haineux comme ceux d’un certain JC ne donne pas envie de revenir souvent, quel dommage !

jojo dit: 7 juin 2015 à 15 h 06 min

« lui a arraché six dents qu’il a ensuite jetées par la fenêtre.  »
« Le tout sans anesthésie, un vieux chiffon plein d’huile servant à arrêter l’hémorragie. »

Il allait pas laisser salir la bagnole !

« Après la sixième dent, je lui ai demandé d’arrêter. Ça faisait mal, je ne voulais pas qu’il aille plus loin », a expliqué la victime lors du procès.

Elles sont jamais contentes

qui sème la troïka récolte la syriza dit: 7 juin 2015 à 14 h 49 min

varoufakis fait bien de ne pas se laisser intimider par la troïka.

un ardennais juncker contre un australo – grec, match point !!

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 14 h 40 min

Il y a du rififi en hollandie.
Picador 1er s’éclipse de la fête donnée à Poitiers par ses amis et effectue un déplacement éclair à Berline. Supporter d’une équipe de copains d’enfance, trajet en jet, ravitaillé par nos impôts. En revient avec deux cartons, un jaune et un rouge
L’homme à la marinère fait le show, et leur donne une bonne leçon de désastre dans le journal, en leur montrant l’immense gouffre au bord duquel ils se serrent tous.

Ce n’est pas avec des pétitions qu’il sera mis un terme à cette grande mascarade.

ps: Je reviendrai, peut-être, pour un autre billet, si le livre m’intéresse.

JC..... dit: 7 juin 2015 à 14 h 21 min

Je me tue à le dire ! Des clebs, tous des clebs…. et des chiennes !

Résumons : ne mélangeons pas les bassets et les molosses : il est là, le problème de l’EN. On fait de la mixité sociale, on mélange* lions et babouins.

*il s’agit d’une image, pas damalgame…

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 14 h 16 min

C’est exactement ça. Prendre le risque de commenter ici, c’est aussi prendre celui de se mettre au niveau de l’insulte anonyme gratuite et haineuse.

Le seul truc qui na pas été dit clairement dans l’analyse de cette expérience bloguesque, c’est l’effet de meute.
Ils me font toujours le même effet, ivres et pas que de rage impuissante et aveugle: Des clebs entre eux.

JC..... dit: 7 juin 2015 à 14 h 05 min

NEW ZEALAND HERALD
Amour, quand tu nous tiens… ça fait mal.

« Les faits se sont déroulés entre 1988 et 2011 dans la région de Wellington, la capitale néo-zélandaise. Philip Lyle Hansen, un habitué des sites de rencontre, jetait son dévolu sur des femmes seules et isolées.

Dans un premier temps, la relation de couple se passait bien, puis l’homme devenait de plus en plus tyrannique : il commençait alors à parler de leurs dents à ses compagnes.

Il leur expliquait qu’il pouvait les leur enlever, en leur assurant qu’il avait une certaine pratique en la matière. A force de manipulation et de domination, il a réussi à passer à l’acte avec au moins quatre femmes tombées sous sa coupe avant d’être arrêté en 2012 et placé devant la justice depuis la fin du mois d’avril.

Ses anciennes compagnes ont témoigné contre Philip Lyle Hansen, lors de son procès.

L’une d’elles a ­expliqué comment, alors qu’ils allaient avoir une relation sexuelle à l’arrière d’une voiture, il l’a bloquée contre la portière, a attrapé des pinces, lui a arraché six dents qu’il a ensuite jetées par la fenêtre.

Le tout sans anesthésie, un vieux chiffon plein d’huile servant à arrêter l’hémorragie.

« Après la sixième dent, je lui ai demandé d’arrêter. Ça faisait mal, je ne voulais pas qu’il aille plus loin », a expliqué la victime lors du procès.

Sous les ordres de son amant, elle est ensuite allée chez le dentiste se faire arracher les dents qui restaient et poser un dentier… qui n’a pas tardé, lui aussi, à disparaître. »

Nous rappelons que la fellation reste un acte artistique dangereux dans les lieux à forte historicité cannibale… De grâce ! choisissez une partenaire expérimentée pour ne pas en arriver à ces extrémités, bien excusables par ailleurs … !

ZEUS..... dit: 7 juin 2015 à 13 h 46 min

A jouer au con, nous ici, parions gagnant sur le clown actuellement Premier Ministre grec : le Luxembourgeois ne fait pas le poids !

JC..... dit: 7 juin 2015 à 13 h 15 min

« Là encore, la proposition est axiologique : le jugement de valeur y remplace le raisonnement. » (le dernier de la famille, ce qui se comprend !)

Tout raisonnement poursuit un seul objectif : formuler un jugement de valeur.

Next (si possible instruit …)

Widergänger dit: 7 juin 2015 à 12 h 53 min

La France est foutue, faut en faire son deuil. Moi, je prendrai ma retraite en Espagne. Retour aux sources, au pays de mes ancêtres. Et je laisserai la France dans sa mouise.

Widergänger dit: 7 juin 2015 à 12 h 50 min

Des fanatiques pro-arabe comme Ed. Plenel. Un type sectaire qui bafoue tous les jours son éthique de journaliste.

Widergänger dit: 7 juin 2015 à 12 h 47 min

Askolovitch intellectuel de gauche…! Ça me fait bien rire quand on sait ce qu’il était quand il était élève (un mauvais élève) au lycée Chaptal.

Georges Lucas dit: 7 juin 2015 à 12 h 29 min

J’aimerais tellement que ces petites productions ne soient pas marquées par ma procrastination.

Sergio dit: 7 juin 2015 à 12 h 19 min

Alors ça se termine comment cette affaire de fantasy?
A quatre, dans un lit. Idée de faire ses classes.

Pour la paix des blogs dit: 7 juin 2015 à 11 h 50 min

Vous êtes dure, la vie dans les bois. Bayrou incarne l’idéal politique de Ueda, et vous le savez bien.

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 11 h 46 min

Qui a signé ?

Portrait d’pétitionnaire, de la pétition dont il est question dans le billet, qui a reçu cet « hommage » avec beaucoup d’indulgence, lorsqu’il était pressenti pour devenir premier ministre en 2022 :

« Ce qui est extraordinaire chez Bayrou, ce qui le rend irremplaçable » poursuivit Tanneur avec enthousiasme,  » c’est qu’il est parfaitement stupide, son projet politique s’est toujours limité à son propre désir d’accéder par n’importe quel moyen à la  » magistrature suprême », comme on dit; il n’a jamais eu, ni même feint d’avoir la moindre idée personnelle; à ce point c’est tout de même assez rare. Ça en fait l’homme politique idéal pour incarner la notion d’humanisme, d’autant qu’il se prend pour Henri IV, et pour un grand pacificateur du dialogue interreligieux; il jouit d’ailleurs d’une excellente cote auprès de l’électorat catholique, que sa bêtise rassure »
« Soumission » p.152 de qui-vous-savez

Le dernier de la famille dit: 7 juin 2015 à 11 h 39 min

Attila dit: 7 juin 2015 à 11 h 34 min
Mais existe t-il une alternative entre « l’islamisme progressiste » et le « christianisme conservateur » ?

Cette proposition en soi pose l’alternative. Peut-être vouliez-vous dire: existe-t-il un moyen terme ?

Le dernier de la famille dit: 7 juin 2015 à 11 h 36 min

JC….. dit: 7 juin 2015 à 11 h 30 min
ces types sont des crapules, des minables, des gauchards, à fouetter le cul nu

Là encore, la proposition est axiologique : le jugement de valeur y remplace le raisonnement.

Attila dit: 7 juin 2015 à 11 h 34 min

Beau résumé de la situation, ueda.
Mais existe t-il une alternative entre « l’islamisme progressiste » et le « christianisme conservateur » ?

Le dernier de la famille dit: 7 juin 2015 à 11 h 34 min

Ueda dit: 7 juin 2015 à 11 h 22 min
l’hétérogène est par essence supérieur à l’homogène

Cette proposition étant axiologique, le « par essence » est abusif.

JC..... dit: 7 juin 2015 à 11 h 30 min

« Des sites intellectuels comme Mediapart ou Terra Nova »

Camarade ueda, j’aurais plutôt parlé de la mekke des mecs de merds… ces types sont des crapules, des minables, des gauchards, à fouetter le cul nu devant le Pape François !

Ueda dit: 7 juin 2015 à 11 h 22 min

Pendant la première guerre civile du Liban, les journalistes ont inventé des néologismes pour décrire les deux principales coalitions en présence: les « islamo-progressistes » contre les « chrétiens-conservateurs ».
Ces monstres conceptuels ont fini par acquérir une vie propre et devenir des identités effectives, au nom desquelles on se massacrait.

On assiste en France à la lente constitution d’une mouvance « islamo-progressiste » de nature différente.
Ses intellectuels organiques se multiplient, d’Emmanuel Todd à Edwy Plenel ou à Claude Askolovitch.
Ils font le constat réaliste de l’existence d’un électorat potentiel nouveau (pour la « gauche ») et ils ont accepté l’idée de voir l’espace national divisé en espaces différenciés, au nom de la diversité (l’hétérogène est par essence supérieur à l’homogène). Que des formes de vie étrangères à l’héritage républicain (rapport hommes/femmes, etc.) se développent dans une autonomie croissante, dans un contexte d’échanges idéologico-religieux transnationaux, ils le jugent inévitable.
Des sites intellectuels comme Mediapart ou Terra Nova sont souvent le relais de ces nouvelles propositions sur le droit, l’éducation, la ville…

Le fait que l’idée d’une alliance comparable (jeunesse marginalisée, anciens cadres ouvriers, éthique machiste islamique) est également mise en oeuvre par par d’autres forces classées plutôt à l’extrême droite (Alain Soral et allii) devrait quand même les inquiéter. Dans ce dernier cas, un des ciments d’un tel agglomérat est évidemment un anti-sémitisme/anti-sionisme d’inspiration « anti-capitaliste ».

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 10 h 59 min

Mais il faut également avouer que je ne viens pas ici pour me faire héler par la radasse verbeuse de 10h35, cette sensation de se faire agresser dans la rue par la pocharde du coin, qui fait la manche, pour avoir deux mots.
_________________________________

Pour la bibliographie du propriétaire des lieux, j’ai dû aller vérifier hier soir dans ma bibli, à cause de Sergio qui a réglé son GPS sur le 45 Bd Raspail, et aussi pour oublier cette finale des champions qui fut honorable dans la défaite. J’en ai compté très rapidement: 23, j’espère que cela ne froissera personne, ni par le trop du nombre, ni par son insuffisance.

Ce faisant, j’ai également aperçu le livre d’un professeur de collège qui aimait le foot.
Et qu’il est toujours bon de mettre sous le nez de ses collègues, ici:

http://www.cahiers-pedagogiques.com/Entre-les-murs

JC..... dit: 7 juin 2015 à 10 h 59 min

Définition de l’OBSEDE

-Personne en proie à une obsession
-Sujet tourmenté par des obsessions sexuelles

giulietta massina dit: 7 juin 2015 à 10 h 48 min

définition du FANFARON : qui fait le brave, vante ses exploits réels ou supposés, en réalité : JC

JC..... dit: 7 juin 2015 à 10 h 22 min

trahi par mes notes,
trahi par mes ootes,
trahi par mes potes,
trahi par mes qotes,
trahi par mes rotes,
trahi par mes sotes,
trahi par mes totes,
trahi par mes uotes,
trahi par mes votes……

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 10 h 19 min

Il faut quand même passer aux aveux. Il y a des livres comme un bon vin: ils se bonifient à la (re)lecture. Ce doit être ça la maturité, du raisin.

la vie dans les bois dit: 7 juin 2015 à 10 h 13 min

Rose à 0 h 38 min,
M’sieur Edouard Kiefer ne va pas trop apprécier ce  » lutecia ». En plus  » i couchait » pas, au Lutetia : il veillait. Un fin « viseur ».
Votre message c’est un peu comme les graffitis sur les murs des toilettes, au collège.

JC..... dit: 7 juin 2015 à 9 h 45 min

Ici Porquerolles !
Message reçu : on parle du Livre de l’intranquilité de Pessoa…?
A vous les studios !…

ici Londres dit: 7 juin 2015 à 9 h 34 min

à M. Passou : blog littéraire ou tribune politique à
lire les posts de JC ce matin comme tous les jours

Sant'Angelo Giovanni dit: 7 juin 2015 à 9 h 13 min


…des grandes manoeuvres d’intellos pour l’enseignement,!…

…trop de riches, qui deviennent  » cons  »

…et trop d’intellos, qui n’osent pas se substituer aux riches,!…

…mais, allez y les gars,!…poussez votre champignon,!…la tête la première,!…
…non pas en reculons, faite en votre remise,!…

…la Finlande,!…
…tout les enfants aux claviers,!…plus d’apprentissage traditionnel de l’écriture,!…
…les longs, les déliés, les courbes, les entre-deux,!…

…et dire, que c’est la spécialité de leurs  » ancêtre « ,!…les coups fourrés,!…
…l’art des réseaux sur lignes gravés, l’art des scandinaves,!…

…faut croire, que de scandinave, il ne reste plus, que le pied,!…d’être blond-con,!…avec évolution des têtes dites blondes,!…
…avec générations du poulet façons, inséminations artificielles de l’humain introduit,!…

…se taper des blondes, ou se tirer une balle dans le dos,!…laisser tomber,!…
…ce raisonnement finlandais,!…plus tartes en mutations objectifs,!…du juif-blond concentré,!…une issue déviante,!…

…être le meilleur ( avec rien de spécial ),!…
…la caste du clavier d’abord,!…Ah,!Ah,!…etc,!…en runiques, l’alphabet,!…passe encore,!…à la règle,!…
…Go,!…

JC..... dit: 7 juin 2015 à 8 h 01 min

Ayant quelque peu voyagé, on ne peut que constater l’incapacité française, comparée à d’autres, de se réformer hors du grillage posé autour de ce peuple intelligent après 1789.

Jacobin, un jour, Jacobin toujours….!

Crétins de révolutionnaires qui nous castrise comme à Cuba, avec son humanisme obligatoire !

bérénice dit: 7 juin 2015 à 7 h 57 min

JC force est de constater que majoritairement la droite est contre ce projet et qu’à gauche il divise l’électorat. La réforme envisagée est-elle trop radicale, obéit-elle en plus des buts pédagogiques visant à freiner la dérive et obtenir un meilleur classement à des impératifs budgétaires et à l’impasse en matière de recrutement. Concrètement sur le terrain ne va-t-on pas dire que si peu d’inscrits dans telle ou telle option ne nécessite pas de fournir tel poste et d’ouvrir tel cours… Que font les Allemands autre exemple face au phénomène pluriculturel qui semble demander à ce que de nouvelles orientations soient prises? Beaucoup de questions se présentent sans l’apport d’un recul permettant d’évaluer l’efficacité des choix .

JC..... dit: 7 juin 2015 à 7 h 54 min

…et notre ami WDG a bien raison de recommander la lecture d’EURABIA de Bat Ye’or !

EURABIA : ce marché de dupe passé en Europe, par goût du pétrole, qui nous tue à petit feu en nous priant d’accueillir les parasites dont les pétro-monarchies pourtant musulmanes et riches ne veulent pas… !

JC..... dit: 7 juin 2015 à 7 h 44 min

En ce beau dimanche, souvenons nous que si le précédent gouvernement gouvernait mal, ce gouvernement socialiste pourri ne gouverne pas, lui, tant il tangue dans cette mer agitée qu’il n’a jamais pratiquée.

On n’est pas sorti de Charybde et Scylla, jeunes gens : droit vers le Califat et la ruine…

Seigneur Dieu ! Aie pitié de nous !

bérénice dit: 7 juin 2015 à 7 h 39 min

Je crois bien que le sadisme participe d ela perversion et que les SS en étaient. rose

Rose en lisant ceci on peut relier ce type de personnalité à un fonctionnement sociétal soumis, via son chef et ses cadres. Il est question du mal, de sa perception en tant que tel, de la possibilité pour un individu de considérer, le respect des règles comme nécessité ou contingence.
http://www.implications-philosophiques.org/actualite/une/le-rationalisme-moral-face-a-la-psychopathie/

Clotaire dit: 7 juin 2015 à 7 h 13 min

L’avez-vous lu vous aussi ? rose.
Non, j’en ai fait l’acquisition pour compléter mon intention de le lire plus tard.

canary in a coal mine dit: 7 juin 2015 à 1 h 27 min

« …Cet article est tout à fait symptomatique de la pensée qui règne à gauche et à l’extrême gauche, qui est à situer et à comprendre dans l’ensemble de la politique pro arabe de l’UE depuis 1974 et vise à noyer la culture européenne sous la politique de l’Eurabia bien analysée… »

(Et l’Eurafrique, c’était de qui ? Trinquier ? … pauvres colportreurs …https://www.youtube.com/watch?v=dQEIYjS1ePY )

Widergänger dit: 7 juin 2015 à 1 h 12 min

Clotaire dit: 6 juin 2015 à 23 h 33 min
La pensée de gauche de l’article de mediapart est l’expression d’une sorte de Cinquième colonne de l’EI qui vise, sous prétexte d’intégration des populations d’origine arabe, à détruire la citoyenneté française pour y installer à la place un communautarisme très inquiétant pour l’avenir de la France, notamment avec des idées de ce genre : « Pour amoindrir les dérives délétères et atomisantes de l’individualisme à l’occidentale, dont celle de « l’enfant-roi » bien connue des éducateurs, la référence aux différents espaces communautaires d’appartenance devient incontournable. »

Cet article est tout à fait symptomatique de la pensée qui règne à gauche et à l’extrême gauche, qui est à situer et à comprendre dans l’ensemble de la politique pro arabe de l’UE depuis 1974 et vise à noyer la culture européenne sous la politique de l’Eurabia bien analysée par Bat Yé Or. Prétendre qu’introduire l’enseignement de l’arabe pour résoudre l’éducation parentale de l’enfant-roi est une idée absurde et fallacieuse. Cette fausse rationalisation des problèmes ne trompe que ceux qui ont envie d’être trompés.

L’actuelle réforme vise plus fondamentalement à détricoter l’Education nationale pour la transformer en Education régionale avec une autonomisation accrue des régions qui passe par l’autonomie des établissements pour définir la politique d’éducation. Elle est à comprendre dans l’ensemble de la politique du gouvernement qui vise aussi à détricoter les régions pour les adapter au projet d’une Europe des régions contre une Europe des Etats-nations, le remplacement de la chrétienté par l’islam et la promotion de l’arabe. A terme, c’est la guerre contre Israël et les Juifs qui est ainsi programmée.

rose dit: 7 juin 2015 à 1 h 11 min

maintenant, montrer aux hommes le pire de soi-même je trouve non seulement cela dangereux mais aussi contagieux. D’ailleurs Fallada le signale au sujet de celui qui mime la folie -à force il devient fou pour de vrai.
Je l’avais déjà pensé depuis un bon moment mais n’osais pas le dire.
C’est le danger encouru.

rose dit: 7 juin 2015 à 1 h 07 min

en fait beaucoup de choses m’ont marquée dans ce livre dont la chute et aussi la torture.
Vers la fin, j’ai songé à Balzac pour la description de la nature humaine et l’espèce de froideur avec laquelle ils sont disséqués.
(Comme un fait tout le temps des leçons aux autres, qui ne lui demandent rien.)
J’ai craint un moment que cela ne vire à la laideur absolu mais non, par son chapitre terminal, il laisse la possibilité au garçon de vivre une forme de rédemption, de semer autre chose que l’ivraie reçue intra-familiale pour récolter autre chose pck ‘il préfère le bon grain de facto. Pour du bon pain.

J’ai bien aimé. Je le range dans la catégorie des livres puissants, qui ont du souffle. J’ai aimé particulièrement le personnage d’Otto, la phonétique de ce prénom m’a surprise ensuite -mais n’a pas influé sur mon choix- et sa rencontre tardive mais comme miraculeuse avec la musique, en prison.

Le sadisme sinon est kekchoz qui me sidère toujours ; qui semble participer du vice. Qui est soutenu -semble-t-il incessamment par l’alcool, en tout cas Fallada le signale comme concomitant. Ce n’est plus de la fourberie, dirait un trop bien élevé, c’est du vice.

Je crois bien que le sadisme participe d ela perversion et que les SS en étaient. Hitler a laissé faire cela : se développer en l’homme le pire de lui-même. A posteriori cela est toujours effrayant.

rose dit: 7 juin 2015 à 0 h 48 min

Clotaire dit: 6 juin 2015 à 22 h 52 min

rose je connais la radioscopie et encore faudrait-il aussi démonter le principe d’imagerie à résonnance magnétique. De quoi désirez-vous nous entretenir ce soir, j’ai lu que vous étiez agitée toute la journée et peu exigeante sur la qualité du propos.
Très embêtée je suis ; vous me rappellez un qui joue aux chevaux et se loupe dans les pronostics.
J’ai passé une journée très calme -vous devenez confondre avec l’usurpation de mon pseudo ce jour et d’autres, ah la célébrité comme Paris Hilton…
Hormis la mise à l’abri face à un orage terrible mais salvateur, j’ai fini Seul dans Berlin de Fallada. L’avez-vous lu vous aussi ?

rose dit: 7 juin 2015 à 0 h 43 min

et pis qui ?

certain n’ont peur de rien souci de justice etc.
La modestie ne les étrangle pas eux.

rose dit: 7 juin 2015 à 0 h 42 min

Sergio dit: 6 juin 2015 à 22 h 57 min

Clotaire dit: 6 juin 2015 à 22 h 34 min
j’ai cru comprendre que vous ne cassiez pas des briques, moi non plus

On croirait Bouvard et Pécuchet sur leur banc…

ou encore Vladimir et Estragon dans En attendant Godot du bon vieux samuel

Sant'Angelo Giovanni dit: 7 juin 2015 à 0 h 42 min


…l’exigence,!…l’exigence,!…l’obsolescence programmée,!…le nez dessus,!…
…le cirque des mafias  » intellos « ,!…liberticides,!…ludiques,!…

…les rouges ou les noirs,!…Banco,!…
…les jeux sont faits,!…limites diantre,!…

…& en être marié à sa classe,!…et des en-plus,!…stop à la mondialisation des commerces à Pareto,!…
…suivons les traditions en châteaux,!…
…encore une roturière,!…
…hisser, au haut du pavé,!…etc,!…
…ne nous gênons plus,!…
…faut envoyez,…les nouvelles doctrines à la mode,!…Ah,!Ah,!…les diversions,!…

…mes péchés capitaux,!…mon dieu, qu’est ce qu’il est difficile,!…

rose dit: 7 juin 2015 à 0 h 38 min

la vie dans les bois dit: 6 juin 2015 à 23 h 31 min

à 23 h 25 min
Javert, calme toi, tu es au bout de tes capacités. Depuis longtemps.

suicide clutch dit: 7 juin 2015 à 0 h 24 min

l’

plaise à dieu, ils sont deux, misère de nous autres !
passou doit aussi y dormir au Lutecia, il y a ses aises, i fait pas des manières.

suicide clutch dit: 7 juin 2015 à 0 h 22 min

« des fois ça marche comme disaient les Dupondt… »

C’est qu’avec une promesse de bombonne à avant, on convertirait des amateurs de deux roues à l’embrayage au pied

Sergio dit: 6 juin 2015 à 23 h 54 min

la vie dans les bois dit: 6 juin 2015 à 23 h 23 min
le surgé

« Césarine », on avait ! Elle terrorisait deux mille élèves… Et aussi « le bifteck cuit », un ancien sous-officier de la coloniale, comme on dit… Evidemment, on avait des colonies ça expliquait ! Maintenant y a plus que le zouave… Même le tirailleur Banania ils l’ont désarmé… Il a dû filer chez Bob Denard !

Sinon comme excuse hypocoristique j’aime bien : « Ah mais c’est un cas spécial ! » Mais attention, il faut tout dire, hein, pas louper un mot un phonème ! Sinon le charme explose… Et puis tout est dans la prononciation ! Une sorte de fraîche naïveté inébranlable, des dentales un peu précieuses, avec un brin, mais alors pas boucoup, de cette ignorante suffisance genre vendouze HEC ; des fois ça marche comme disaient les Dupondt…

intermède dit: 6 juin 2015 à 23 h 47 min

https://www.youtube.com/watch?v=_rqLYJqhZHI

Something there is about you that strikes a match in me
Is it the way your body moves or is it the way your hair blows free?
Or is it because you remind me of something that used to be
Somethin’ that crossed over from another century?

Thought I’d shaken the wonder and the phantoms of my youth
Rainy days on the Great Lakes, walkin’ the hills of old Duluth
There was me and Danny Lopez, cold eyes, black night and then there was Ruth
Something there is about you that brings back a long-forgotten truth

Suddenly I found you and the spirit in me sings
Don’t have to look no further, you’re the soul of many things
I could say that I’d be faithful, I could say it in one sweet, easy breath
But to you that would be cruelty and to me it surely would be death

Something there is about you that moves with style and grace
I was in a whirlwind, now I’m in some better place
My hand’s on the sabre and you’ve picked up the baton
Somethin’ there is about you that I can’t quite put my finger on

la vie dans les bois dit: 6 juin 2015 à 23 h 31 min

à 23 h 25 min
Javert, calme toi, tu es au bout de tes capacités. Depuis longtemps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*