de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

documents

Le bon goût d’un faux guide

Le bon goût d’un faux guide

1092

commentaires

Nul doute que l’on peut très bien voyager sans guide. Ce serait même recommandé. Rien prévoir, rien anticiper, pas même le gîte et le couvert, et pourquoi pas. Question de tempérament. Encore que certains ont l’art et la manière d’organiser l’inattendu. Adresses, conseils, contexte etc : la plupart des guides de voyages se ressemblent ; seule la cible visée fait vraiment la différence, selon les moyens supposés du voyageur, et les exigences qui en découlent. Mais s’il en est qui prend ses distances, c’est bien celui qui paraît dans la collection « Le goût de… » dans la collection de poche à bas prix Le […]

lire la suite .../ ...
J.M. Besnier : « La technologie ne doit pas se couper des sources du langage »

1114

commentaires

Jean-Michel Besnier, philosophe, responsable d’un pôle de recherche sur les problèmes de santé connectée et d’humain augmenté à Paris-Sorbonne, est de ces chercheurs qui, en France, travaillent sur les conséquences du transhumanisme, du posthumanisme, de l’intelligence artificielle et de la robotisation sur la société. Il est notamment l’auteur de Demain les posthumains : Le futur a-t-il encore besoin de nous ? (Fayard/Pluriel, 2012), L’Homme simplifié : Le syndrome de la touche étoile (Fayard,  2012) et avec Francis Brunelle et Florence Gazeau de Un cerveau très prometteur : Conversation autour des neurosciences (Le Pommier, 2015). La République des livres : Curieux comme les robots se présentent presque tous sous une apparence androïde ou […]

lire la suite .../ ...
L’énigme Chris Marker

L’énigme Chris Marker

385

commentaires

Vous avez vu ce type sur la photo ? Effrayant, non ? On dirait Nosferatu faisant une halte dans un hôtel sur la route du château d’Orava. C’est l’un des très rares portraits du cinéaste et photographe Chris Marker, personnage mystérieux entre tous. Encore s’agit-il d’un autoportrait, un selfie avant l’heure, réalisé avec ses fameuses lunettes-appareil photographique. Ce n’est pas cela qui va entamer l’énigme Marker. Une telle vision serait plutôt de nature à l’augmenter. Que sait-on de lui ? Officiellement, pas grand chose. Uniquement ce qu’il en a laissé paraître. Neuilly 1921- Paris 2012. Dans les deux cas, le 29 juillet. Déjà, […]

lire la suite .../ ...
Quand le secret tue plus que la vérité

830

commentaires

Peut-on raisonnablement faire confiance à un homme qui se permet d’écrire des notes cryptées dans ses Pléiades en les maculant à l’égal de vulgaires livres de poche ? M’est avis que non. Si les jurés de la cour d’assises d’Ille –et-Vilaine avaient commencé par là, ils auraient gagné du temps. L’affaire, comme on dit, défraya la chronique. Vous vous souvenez peut-être de Maurice Agnelet, avocat tenant cabinet au cours Saleya, manipulateur et charismatique, lâche et fourbe, séducteur casqué roulant en BMW 750, grand notable niçois, conseiller municipal, vénérable de sa Loge, président de la Ligue départementale des droits de l’homme, allié […]

lire la suite .../ ...
Mais qui ne se dit pas républicain ?

493

commentaires

On ne s’attendrait pas à ce qu’un tel livre soit un « livre de l’été », catégorie floue dont on a longtemps crû qu’elle était un genre en soi, qui condamnait les lecteurs à s’abêtir au soleil en lisant des romans particulièrement creux fabriqués à cet usage. Mais depuis l’incroyable succès de plage de Montaillou, village occitan d’Emmanuel Le Roy Ladurie en 1975, passionnante mais assez aride étude d’ethnohistoire sur la vie de paysans montagnards imprégnés de foi cathare au XIVème siècle, éditeurs et libraires ont compris qu’ils avaient intérêt à ne pas trop programmer les habitudes de lecture en été (dans […]

lire la suite .../ ...
L’Allemagne intérieure de Michel Tournier

652

commentaires

Il y a comme ça des écrivains très français qu’un réflexe nous fait associer automatiquement à un pays étranger tant ils l’ont loué, critiqué, décortiqué et habité jusqu’à en être à leur tour habité. Un pays, c’est à dire une langue, une culture, un passé, une littérature. Michel Tournier, c’est l’Allemagne. Ou plutôt les Allemagnes. Non à la façon d’un Mauriac qui se réjouissait qu’il y en eut deux tellement il l’aimait, mais à la Tournier. Il en voit quatre : l’Allemagne de l’Ouest, l’Allemagne de l’Est, l’Autriche et la Suisse alémanique (ça va grogner du côté de Zurich, ville qu’il […]

lire la suite .../ ...
DSM : le livre qui rend fou

DSM : le livre qui rend fou

515

commentaires

Les médecins ont toujours déconseillé à leurs patients d’ouvrir le Vidal, et plus encore les traités de médecine et autres dictionnaires spécialisés. Ils étaient d’avis, à juste titre, qu’il y a dans cette littérature de quoi se rendre malade tant les termes employés, d’autant plus mystérieux qu’ils sont incompréhensibles au commun, risquent d’ajouter la souffrance à la douleur. Encore fallait-il avoir les moyens de se procurer ce genre de livres, à supposer qu’on ait su où les trouver et qu’on ait su les choisir. Mais depuis que les patients peuvent obtenir n’importe quoi sur un clic, les médecins ont baissé […]

lire la suite .../ ...
Des personnages en état limite

704

commentaires

Il y a quelque chose de plus doux, en tout cas de moins violent, dans la désignation d’une personne comme étant limite plutôt qu’en état limite, et plus encore si on la dit borderline. Lorsqu’elle est simplement limite, on a l’impression qu’elle n’a pas encore basculé de l’autre côté, qu’on peut encore la rattraper, voire l’aider. Au-delà, c’est la pathologie, la camisole chimique. Ces gens qui seront peut-être nous un jour, mais qui sont un autre en attendant, sont au cœur d’un roman et d’une enquête. Le deuxième roman de Sylvie Le Bihan Là où s’arrête la terre (288 pages, […]

lire la suite .../ ...
Le Corbusier, lumière et pénombres

660

commentaires

Rien n’exaspérait Le Corbusier comme d’être appelé Charles Le Corbusier, d’autant que pour l’état-civil il était Charles-Edouard Jeanneret. Il fut « Doudou » pour sa famille, et « le fada » pour les Marseillais. A propos, un biographe peut-il appeler son héros par son prénom ?  Il y a là un abîme de réflexion. Tant et si bien que le quotidien The Guardian s’en est récemment ému en lui consacrant une enquête. Il est vrai qu’il y avait péril en la demeure : Robert Crawford n’ose-t-il pas donner du « Tom » à son héros dans sa nouvelle biographie de T.S. Eliot ? Il s’agit certes de l’écrivain dans […]

lire la suite .../ ...
La mort, la mort, la mort…

La mort, la mort, la mort…

1526

commentaires

On en connaît qui célèbrent le culte des morts tous les jours de l’année sauf le 2 novembre, jour des Défunts. N’allez pas creuser leur psychologie. Ni fouiller dans le capharnaüm gothique. Disons qu’ils ont le goût des cimetières, ces îlots privilégiés dans une capitale où l’on enregistre le plus bas taux de décibels, ces lieux si calmes que les mamans y promènent leurs bébés entre les tombes. Rien des morbide là-dedans. On en connaît même, tel M. Landru, qui y consacre un blog. Nathalie Rheims est connu pour appartenir à l’internationale informelle des arpenteurs de cimetières. D’ailleurs on l’appelle […]

lire la suite .../ ...
PAGE1234