de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

documents

Coup de grâce de Patrick Rambaud à Sa Piaffante Majesté

187

commentaires

Maurice Thorez n’a jamais dit : « Il faut savoir finir une saga », mais il aurait pu car Patrick Rambaud l’a pensé très fort. Il est le seul Français que l’échec du candidat-président Nicolas Sarkozy à sa réélection a délivré d’une tragédie intérieure. Car ce qu’il avait lancé comme une boutade, une farce, lui était devenu un fardeau, un boulet. D’ailleurs, sa dédicace aux copains est d’une éloquente brièveté : « Ouf, c’est fini ! ». On partage son soulagement. Manifestement, des centaines de milliers de lecteurs itou, non parce qu’ils en avaient marre de lire sa savoureuse chronique du règne de Nicolas 1er mais parce qu’ils […]

lire la suite .../ ...
L’édition est-elle l’avenir du reportage ?

380

commentaires

Peut-on encore dire, comme Hegel autrefois, que la lecture du journal est la prière du matin de l’homme moderne ? S’il a tendance à changer de forme et de support, l’esprit demeure tel un vieux réflexe dont on ne saurait se débarrasser. On verra bien pour la prochaine génération de citoyens-lecteurs. En attendant, les réflexions de fond sur l’avenir du journalisme sont suffisamment rares pour être remarquées. Raison de plus pour faire une place à part  au Manifeste XXI, brochure de 20 pages encartée dans la dernière livraison de la revue du même nom à l’occasion de son cinquième anniversaire (No21, […]

lire la suite .../ ...
La lettre écarlate de Salman Rushdie

322

commentaires

C’était en 1987. Comme je me trouvais à Londres, j’en profitai pour rencontrer un écrivain, histoire d’écrire son portrait ; le magazine pour lequel je travaillais alors n’y était pas opposé, même si son dernier livre, récit de voyage dans le Nicaragua sandiniste, lui paraissait aussi faible littérairement que politiquement. Ce qui n’était pas faux. Mais l’homme valait le détour ; son premier roman avait laissé une puissante empreinte. Il m’avait dit : « Rappelez-moi le matin même pour confirmer ». Une certaine Marianne, sa femme, décrocha le téléphone ; j’eus droit à une bordée de sarcasmes agressifs et nerveux ; c’est tout juste si elle ne me […]

lire la suite .../ ...
PAGE1234