de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Enterrer les morts, réparer les vivants

Enterrer les morts, réparer les vivants

Soit la maladie. Qu’est-ce qu’un écrivain peut bien en faire ? Première solution : rien. Qu’il l’ait vécue ou observée, nul n’est obligé d’en faire de la littérature. Ou disons un objet d’écriture. Passer outre n’est pas l’ignorer mais la mettre en distance dans sa dimension littéraire. Deux écrivains ont éprouvé la nécessité de s’en emparer. Non dans un souci d’auto-thérapie, comme s’il suffisait de publier pour se débarrasser.

Dans L’ablation (128 pages, 14,90 euros, Gallimard), Tahar Ben Jelloun se fait écrivain public, dans la pure tradition africaine, pour se mettre à la place d’un ami opéré d’un cancer de la prostate qui lui demande de témoigner pour lui. Elle est aux hommes ce que le cancer du sein est aux femmes. Y penser toujours en parler jamais. Il l’a écouté, suivi, accompagné ; il a mis ses pas dans les siens, essuyé ses larmes, recueilli ses rires, enregistré ses espoirs et rapporté ses désarrois. Il a fait sien son témoignage. Comme s’il lui fallait impérativement rapporter cette aventure intérieure, ce voyage dont on revient, pas toujours mais souvent, et dans quel état. L’un et l’autre avaient conscience d’affronter un tabou. Pas pour tous, question de milieu social, d’origine, d’éducation. Car s’il ne s’agissait que d’une affaire de tuyaux et de robinetterie, on en parlerait. Mais comme c’est de sexualité qu’il s’agit en fin de compte, et du spectre de l’impuissance, du moins pour ceux qui s’en sortent, on hésite, on contourne.

Récemment, Franz-Olivier Giesbert s’y était essayé, à sa manière, bien différente avec Un très grand amour (2010). Philip Roth aussi, quoique plus gravement, avec Exit le fantôme (2011). D’aucuns en avaient été choqués. Les mêmes le seront en lisant L’ablation. Ce dont l’auteur ne devrait pas s’étonner car il y a tout de même une volonté de provoquer dans son entreprise, mais provoquer pour bousculer, troubler, inquiéter. Malgré son humour, et certains passages au comique de situation involontaire, c’est un livre grave. Une méditation sur la mort. Celui qui tient la plume pour l’autre tient que la mort brutale rend le deuil impossible, ce qui est discutable ; de toute façon, l’expression même de « travail de deuil » le hérisse. Le scripteur et le mémorialiste de ce récit s’entremêlent vite pour ne faire qu’un. Ce qui n’est pas plus mal. Dès les premières pages, son problème se manifeste et ne le lâchera plus : il ne bande plus. Fini. Ce qui est un peu dur pour un séducteur de 56 ans qui n’a cessé d’aller de femme en femme. Il peut croire que c’est passager. Mais son urologue le convainc de tenter l’opération. La prostatectomie totale au risque de ne plus oxygéner son corps caverneux. La décision lui revient car CIMG2578il a le choix de préférer la curiethérapie ; dans ce cas, le fonction érectile sera préservée mais le cancer pourra récidiver. Les mots se bousculent dans sa tête. On lui parle de « tumeur », il entend « tu meurs» ; il se croit unique quand il n’est qu’eunuque. Les types qui puent la bonne santé l’horripilent. Exténué par le dilemme, il baisse les bras et se résout car l’ablation le dépasse.

C’est fait. Commence alors la résurrection vécue comme une agonie, avec son cortège de hontes et d’humiliations publiques : l’incontinence, les couches-culottes, ce qui coule malgré tout à table et qui pue, l’inconfort de la cystite, la hantise de la rectite… Rien n’est physique comme ce sentiment de la honte. Une guerre intérieure que nul ne soupçonne jusqu’à ce qu’elle s’impose à la vue de tous. Car ce n’est jamais éradiqué à coup sûr. Il faut poursuivre : scanner, IRM etc avec un raffinement dans la torture :  Abba hurlant Mamma mia dans le casque. L’horreur. A la fin, il se résigne :

« C’est la grande leçon que je tire de cette épreuve : il faut accepter ce qui arrive. La vie sans libido est aussi une vie… Une nouvelle vie est possible. Le manque est là comme la douleur du bras fantôme… »

Ne lui reste plus qu’à se faire des idées jusqu’au bout de ses nuits et de ses jours. A ressusciter ses femmes. A revivre son passé en le sublimant. Ce récit drôle et poignant, parfois très cru jusque dans ses évocations érotiques mais plutôt du côté de Luis Bunuel, tire sa force de ce qui s’y joue de la première et la dernière page, quoique jamais de manière appuyée : la peur de la solitude. Car c’est seul que ce malade affronte le mal, lui qui n’avait jamais cessé de s’entourer de femmes et d’enfants pour n’avoir jamais à défier l’esseulement. Ce thème est récurrent dans l’oeuvre de Tahar Ben jelloun, depuis La plus haute des solitudes (1977) sur la misère sexuelle des travailleurs immigrés en France, et La réclusion solitaire (1978) jusqu’à L’ablation où le narrateur se retrouve seul à décider, en passant par Cette aveuglante absence de lumière (2001) sur l’enfermement au bagne de Tazmamart. L’insupportable solitude de celui qui s’éveille le matin sans personne à qui parler. Il lui faut tourner la page. Le seul moyen de vivre encore, mais autrement, à la recherche non d’une maitresse, d’une amante ou d’une amoureuse, mais d’une compagne. Avant de vivre à nouveau, ensevelir sa part morte en lui pour mieux réparer le reste.

« Enterrer les morts, réparer les vivants » : on trouve cela dans le Platonov de Tchékhov. Maylis de Kérangal s’en est servi pour intituler Réparer les vivants (280 pages, 18,90 euros, Verticales), un roman de toute beauté, d’une écriture, d’une langue éblouissantes. Dès la première page, on sait qu’un écrivain est là et qu’une voix s’impose. Car l’auteure donne l’illusion, sinon l’espoir, qu’une autre forme est possible dans cet enchevêtrement de passé et de présent, de familier et de tenu, dans une même phrase, le tout emballé par une fascinante précision lexicale, un souci musical de la scansion, une exigence dans la ponctuation et un sens de l’espace qui n’est qu’à elle. Autant Naissance d’un pont, son précédent roman fort acclamé de partout, nous avait laissé sceptique quant à sa finalité, autant celui-ci nous emporte dès le début sans nous lâcher. C’est fin et intelligent sans jamais se pousser du col, en nous évitant tout pathos, sans chercher même à provoquer la compassion bien que cela se passe à la Pitié. L’histoire démarre au mieux du côté des plages de surfeurs, chez les fondus de glisse, avec leur idiome international de spot en line up, et même leur logique (ah, la lecture de la vague…) si particuliers. Puis c’est l’accident : le van qui s’encastre dans un poteau. Le jeune conducteur Simon Limbres (on est déjà dans les limbes) souffre de lésions irréversibles au cerveau. Coma dépassé. Il se retrouve vite en état de mort cérébrale.

Pendant vingt-quatre heures, le lecteur assiste à un ballet de silhouettes autour de lui pour permettre une transplantation cardiaque. L’intensité de l’opération contamine toutes les pages. Infirmiers coordinateurs de greffe, amis, envoyés de l’Agence de la Biomédecine, ambulanciers, parents et le chirurgien qui dit faire un boulot de plombier. Tous d’un héroïsme des plus discrets chacun dans son registre. Si l’on osait, on dirait que ce roman est palpitant. Il y a ceux qui déjà s’affairent à « renseigner le corps » à grands renforts de codes et d’acronymes, puis à promettre de le restaurer, avant que les parents aient à prendre « la » décision. Laisser leur fils se faire dépecer. Autoriser un expert à vider son corps. Imaginer que son cœur battra dans la poitrine d’une inconnue souffrant d’insuffisance respiratoire, d’une inflammation du myocarde, et bientôt de l’intrusion d’un corps étranger en elle. Tout cela sous l’œil d’un chardonneret acquis à Alger – cet oiseau, aussi réputé pour son plumage que pour la beauté de son chant, est décidemment la vedette de la rentrée puisqu’il règne également sur le roman de Dona Tartt. Dans un cas comme dans l’autre, une affaire de coeur.

« Une aventure métaphysique » : c’est écrit au dos et pour une fois qu’un quatrième de couverture ne raconte pas des salades, on salue.  Car l’humanité qui s’en dégage nous entraîne bien au-delà de la sensibilité de l’auteur.

(« Biarritz », photos Passou)

Cette entrée a été publiée dans Littérature de langue française.

1087

commentaires

1 087 Réponses pour Enterrer les morts, réparer les vivants

Valeria Elena von Bank und Rottweiler.... dit: à

« Le président de la République, M. François Hollande, effectuera une visite d’Etat aux Etats-Unis d’Amérique le 11 février 2014, à l’invitation du Président des Etats-Unis, M. Barack Obama. »

Je l’accompagnerai fidèlement, mon petit gros ! C’est une certitude.

Notre programme est bien ficelé : je ferai des visites humanitaires avec Michele et Hillary Clinton …. et l’autre pétasse – qui nous accompagnera c’est un indécis – visitera une sex-shop évangéliste et un teinturier amish avec Monica Lewinsky !

Attendez que je sois reconstruite, vous allez voir le retour !

de nota dit: à

« scoot toujours! »C’est la devise de François.
Cette Julie est bien jolie et made in France,qui plus est.Vous me direz les précédentes aussi,et cebandant elles n’ont pas échappées à l’obsolescence programmée.Alors,quid de Julie?
Sinon Ribery,le footbaleur germano papratin,a loupé le ballon d’or,c’est injuste et je prostate avec la dernière énergie!Et dieudonné nous dira que c’est un complot sioniste dans son prochain spectacle.On voit par là que la France est toujours surprenante.

JC..... dit: à

Les barboteurs de nénuphars nains étaient plusieurs au Kew Gardens : on soupçonne Abdel le Maure, son compère Kader le Chauve. Le cerveau du gang serait un certain Bloomie, l’ortie Culture…

Nymphaea thermarum dit: à

Mr Abdelkader, did you visit the Kew Gardens, 9th of january, between 8:30 am and 2:55 pm ?

Le petit Marseillais dit: à

Toute la France attend avec impatience l’heure de la conférence de presse de l’infâme, en fredonnant la déjà célèbre rengaine : « François, la sens-tu / qui se glisse dans ton cul / la quenelleeuu  »

T’inquiète, Valérie, tu seras vengée.

JC..... dit: à

Bien d’accord avec toi, Dédé !

Il est beaucoup plus facile de prouver l’existence de nombreux « trous du cul » que d’un seul « trou de ver » inter-univers, le fameux tunnel spatio-temporel au sens d’Einstein…

game of war dit: à

Anacharsis Cloots était très bien aussi, à une autre époque : celle de la Révolution française.

JC..... dit: à

Il y avait un prince scythe, au VIème BC, qui était loin d’être bêta. On l’appelait ANACHARSIS et il aurait pu faire un excellent conseiller en communication présidentielle…

Il disait aux Grecs, lui le Barbare de la Mer Noire, des choses vraies. Par exemple :
« Chacun est l’ennemi de soi-même »,
ou encore des maximes qui auraient pu servir à notre Cupidon imprudent :
« Il faut savoir maîtriser sa langue, son cœur et son sexe. »

Sa conclusion sur le malaise créé dans notre période difficile, eut été sévère mais juste :
« Si ma patrie m’est un sujet de honte, toi, tu es un sujet de honte pour ta patrie »

JC..... dit: à

Dédé,
Il y a mille « trous de vers » pour passer de notre space-time au tien, tu vas nous voir rappliquer TKT en tête…. Prépare le barbecue nucléaire.

JC..... dit: à

Parlons quelques instants du GONCOURT.

Celui des footballers. Le joueur qui a fait meilleur ouvrage cette année s’appelle Ronaldo. Plusieurs jurés voulait confier le Ballon d’Or à un certain Ribéry, bon joueur d’une grande équipe… Et s’étonnent qu’il n’ait pas été choisi !

Ne soyons pas méchant : vous aviez d’un côté un type, genre poseur de bombe fanatisé, avec une sale gueule à faire peur à un Horse Guard courageux, Ribéry, de l’autre une gueule d’ange, le genre enfant de chœur sympathique, le type que tout cardinal frétillant rêve d’avoir au Vatican comme assistant diurne et nocturne, le beau Ronaldo…..

Il ne pouvait en être autrement, médiatiquement parlant…. Pauvre Scarface ! Va falloir qu’il retourne chez les putes pour se sentir aimé.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…@ Abdelkader,…

…Oui;…la menuiserie,…est essentielle dans la vie,…comme aux analogies face aux destins,…
…d’ailleurs même pour des bateaux en bois,…suivre les plans,…ou autres meubles grandeur nature,…les bricolages fait mains,…et toutes transformations suivant l’utilité et l’espace personnel,…

…c’est un excellent investissement intello et pratique autant et plus que les amalgames liés à la grande photographie de laboratoire avant le numérique,…d’accord 10 SUR 10,…etc,…
…dans un sens les deux sont complémentaires!,…comme points de vues,…

Abdelkader dit: à

Ah oui Tahar Ben Jelloun…j’ai du lire un ou deux de ses bouquins et je dois dire que ce n’est pas ma tasse de thé à la menthe…en fait, il n’y a plus beaucoup d’écrivains contemporains qui soient vraiment ma tasse de thé, ces jours-ci…et la question que je voudrais poser à mes chers camarades du bac à sable de Maître Pierre est celle-ci: est-ce que avec l’âge, on se tourne de la fiction et lisons plutôt de la non-fiction? Je me posais cette question très récemment …la seule fiction que j’ai lue en 2013 était celle de Le Carré , sinon des trucs scientifiques ou historiques (jamais d’économie, ça me rappelle le bureau)…j’en parlais à un copain récemment et apparemment lui aussi s’est détourné de la fiction…

Abdelkader dit: à

D. Puisque probablement vous quittez ces lieux, que dis-je, cette terre et peut-être même ce système solaire, permettez-moi de vous dire que vous êtes un trou noir dans le blog prestigieux de Passou et ce depuis un bout de temps et Perso, vous me faites chier quoique je sois pour le
vivre et laisser mourir …votre nombrilisme, même si post-moderniste est enfantin, fatiguant, navrant et sape l’énergie de ce blogue…je voudrais que vous ‘leur’ disiez qu’abdel vous la dit: Kiss my ass… Vous n’êtes pas con,
pourtant vous passez votre temps ici à jouer au con…est-ce que ça valorise votre vie? Sinon, comme j’ai dit, on se parle encore dans 5 ans…si je suis encore la et si vous êtes encore la…
Et la je suis de bonne humeur, car Arsenal a gagné …et même si Ronaldo a lui aussi gagné…peux pas encadrer ce connard…

Marcel dit: à

Fuir

Quand tout s’éteint dans la détresse,
La flamme meurt dans le lointain,
Et l’espérance ainsi s’affaisse
Quand tout s’éteint dans la détresse.

Fuir dans la nuit qui l’on délaisse,
En mobylette au loin, très loin.
Quand tout s’éteint dans la détresse,
La flamme meurt dans le lointain.

Jean Calbrix le 14 janvier 2014

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…çà on savait déjà,…après nous le déluge!,…tu nous manquera s’est tu!,…etc!,…

…c’est pas tout d’être beau,…un coeur çà s’oublie pas,…Nom de Dieu!,…etc,…

D. dit: à

J’ai eu une autre confirmation aussi, hélas. Vous allez tous mourir.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…D,…n’oublie pas de prendre tes tables de conversions à l’€uro,…
…ne nous ruine pas cette cons-fellation d’Ô’rions,…promis!,…promis!,…juré!,…etc,…

D. dit: à

Bon, maintenant passons aux choses réellement sérieuses.
Je vais vous quitter pour de bon le 17 janvier, j’en ai eu la confirmation aujourd’hui.
Lorsque Orion sera à l’apogée de sa culmination, un grand vaisseau-mère sera positionné non loin de la couronne solaire.
De nombreuses navettes se positionneront en des endroits stratégiques de notre planète.
Il est prévu que j’embarque dans l’une de celle-ci. Je taie évidemment le lieu de ma récupération.
Où irai-je ? Je vais être très direct : dans une autre galaxie, tellement lointaine qu’on ne peut observer celle-ci depuis la Terre, même avec Hubble. Dans quelle direction ? Je ne peux vous le révéler.
A partir du 17 janvier, il sera devenu impossible pour nous de communiquer. Nous ne vivrons pas dans le même espace-temps et je n’ai pas souhaité que soit créé un tunnel de communication entre eux.
Ce qu’il adviendra de la Terre et des terriens ?
J’en ai eu connaissance hier, et cela me rend à la fois triste pour vous et heureux pour moi.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…et slip et chemisette, et en grand froid même des chaussettes de nuit !,…très frileux,…que je suis!,…tout était prêt fin, préparée par maman,…et le matin,…petit déjeuner au lit,…
…Oui !,…Messieurs !,…et sans titres ni châteaux,…s.v.p,…
…faire le dur à cuire ou du cinéma!, c’est pas mon genre,…etc,…

Sergio dit: à

D. dit: 13 janvier 2014 à 23 h 26 min
mon Famas dans le sac de couchage

Bon c’est toujours plus commode que le Gras ou le Chassepot ! Ca doit faire au moins six mètres de long ces vistemboires…

Sergio dit: à

Jacques Hullat dit: 13 janvier 2014 à 23
Se purger plus fréquemment la quenelle, une solution?

Le petit commerce de proximité c’est très bien… Naturellement faut habiter au bon endroit mais ça faut prévoir avant…

Sergio dit: à

A Nancy un jour y avait grève des contrôleurs aériens le jour d’une transplantation cardiaque à l’hosto… L’avion arrive avec le coeur, personne avait prévenu personne, aérodrome fermé finalement on a balancé le coeur dans la Moselle ! La Lorraine c’est comac, isn’t ?

Jacques Hullat dit: à

Y aurait-il que des commentaires pollutions nocturnes sur ce blog, à la façon Sant’ Angelo ou quoi?
Se purger plus fréquemment la quenelle, une solution?

Sergio dit: à

Daaphnée dit: 13 janvier 2014 à 21 h 23 min
légèreté suspecte.

Non, sérieux, le plastic ça tache pas. Y a que les détos, si on peut éviter de les sertir avec les dents, c’est mieux…

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…en voilà,…une question,…
…je dors toujours en slip,…
………………………….à une époque aussi une cravate !,…
…maintenant,…je met des gants,…
…jamais en bottes,…on voit bien que vous ne me connaissez pas bien!,…

…j’ai échapper aux vigiles de Stalag 13 Paris,…s’est sûr!,…
…en plus du pyjama bien sûr!,…
…si je devrais raconter ma vien c’est à mourir de rire,…sans efforts,…etc,…

Sergio dit: à

Jacques Barozzi dit: 13 janvier 2014 à 22 h 24 min
Vous gardez votre slip pour dormir

C’est le problème… On se les fait voler !

Jacques Barozzi dit: à

Vous gardez votre slip pour dormir, Gianni Sant’Angelo ?
Moi, jamais !

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…la connerie la plus totale,…
…c’est quand vous mêlez du sexe a votre conversation,…on rit et personne ne vous croit,…
…même, au personnel de santé qualifié pour des anecdotes,…

…j’expliquait donc, une sorte d’inversion au sujet du jour sur ce blog,…Quoi donc,…

…convertit et adepte de ne pas user mes instruments de nature,…

…je me suis réveillez il y a plus de dix ans,…avec,…( mon slip qui baignait dans ce foutre blanc translucide,…qui s’était échapper de nuit, au nez et à la barbe de ma conscience,…sans permissions de sortis ),…
…comme la nature est libre!,…incontrôlable !,…
…si, chaque fois que je la raconte,…
…je vois dans les regards,…des visages à la Joconde,…
…et pourtant, je préfère encore d’autres passions de graphismes,…etc,…

…la nature suit son cour normal,…les résolutions ne l’arrête pas !,…
… etc,…

des journées entières dans les arbres dit: à

« La responsabilité de votre homme est évidente »
tout cela, -ces amitiés, de faire-valoir-, devient vraiment grotesque.
Ce que j’en dis et rien, c’est pareil.

Cristiano Ronaldo, ballon d’or !

u. dit: à

« Real Men Don’t Eat Quiche », Daaphnée.
Bruce Feirstein, remember?

Daaphnée dit: à

Le suspect, qui transportait les pains d’explosif dans sa voiture
Simple affaire de bon voisinage, on vit ça tous les jours.
C’est des pains, après tout.

Alors ça, U!
Je me demande si vous ne donnez pas dans une légèreté suspecte.
Heureusement que D. est là pour aborder le sujet consistant de la quiche. Au poireau.

des journées entières dans les arbres dit: à

je voulais écrire: Tahar Ben Jelloun.

des journées entières dans les arbres dit: à

la lettre à une copine aveugle-t-il à ce point ?

Jacques Barozzi dit: à

C’était du temps de sa prime jeunesse que JC se maintenait à 45 minutes de rectitude, désormais quand il atteint 45 secondes, il sort le champagne !

Dimitri d'Arlatan dit: à

Bon. Je vais manger une flamiche au poireau et une Francfort-moutarde et je reviens.

Dimitri d'Arlatan dit: à

Ce n’est pas dans mes habitudes de commenter sous d’autres pseudonymes, u. mais je le fais toujours si on me le demande gentiment. Et vous me l’avez demandé gentiment.

u. dit: à

« D. dit: 13 janvier 2014 à 20 h 23 min
Pour être là du matin au soir et presque tous les jours, certains doivent terriblement s’ennuyer. »

C’est ça, Dédé.
Je passe et vois ton commentaire cauteleux (et toc).

Et si tu nous présentais sous un autre pseudo quelques réflexions comme tu sais parfois le faire, au lieu de jouer périodiquement avec ta queue, même lorsque ce n’est pas le sujet du jour?

Aujourd’hui j’ai du temps, profites-en!

D. dit: à

…et il faut bien admettre que la région PACA est largement surreprésentée ici.

D. dit: à

Pour être là du matin au soir et presque tous les jours, certains doivent terriblement s’ennuyer. C’est une réflexion que je me suis faite toute à l’heure chez le boulanger en achetant ma demi-baguette, juste avant de rentrer et de découvrir avec effarement les commentaires du jour.

D. dit: à

Ce n’est pas Porte de la Violette, u., mais Porte de Charenton. Vous êtes mal renseigné, comme souvent hélas.

Jacques Barozzi dit: à

« Trouvez pas qu’on donne un peu dans le style concierge ou paparazzi sur ce coup ? »

Pas plus qu’au temps de la cour à Versailles, bénette : Madame Delpy est la dernière maîtresse en cours et la Trierweller en a fait une syncope, vraie ou feinte ?

u. dit: à

« Un homme arrêté avec un kilo d’explosif à Paris

Le suspect, qui transportait les pains d’explosif dans sa voiture, a été interpellé porte de la Villette. L’affaire ne serait toutefois apparentée «ni à du terrorisme ni à un réseau de collectionneurs d’armes».

Simple affaire de bon voisinage, on vit ça tous les jours.
C’est des pains, après tout.

JC..... dit: à

Excellente nouvelle ! Tahar écrit des ridicuculeries, et l’affiche… et il n’en meurt pas !

Bobo, un jour, bobos toujours…

renato dit: à

Il ne manduait plus que celui-là…

des journées entières dans les arbres dit: à

A vrai dire, je préfèrerais que ce soit Ronaldo qui ait le ballon d’or. Question de principe. J’aime pas Ribery.

Le petit Marseillais dit: à

il y a un chanteur, Valery, de son prénom François (Des journées)

François Valéry, le pimeur de ces dames

des journées entières dans les arbres dit: à

des mots pour se souvenir dit: 13 janvier 2014 à 17 h 10 min
Ah, non; il y a un chanteur, Valery, de son prénom François (et non Paul) qui a dit: aimons-nous vivants.
(je vous épargne le youtube, pour ce soir)

des journées entières dans les arbres dit: à

Court (pour Miss Howard) dit: 13 janvier 2014 à 16 h 01 min
Excellent, M. Court.
Feydeau au théâtre ce soir avec ses « portes qui claquent » est la représentation qui marche le mieux en province.

JC..... dit: à

Béré,
Exact. mais j’ai toujours considéré que Kawabata les avait « épurés » de leur jeunesse pour élever la poétique de situation

Le petit Marseillais dit: à

Johnnie, tu commences à m’énerver avec ce René Girard, tu n’as que ce nom à la bouche depuis quelque temps. (Josette)

Après l’indépassable Flanby, René Girard est le second imposteur de France. Mais lui, dans le genre, il a du génie. Et puis, il est de l’Académie française.

Miss Presse Tige dit: à

Ouais ben les futurs nobels de la relève, ils feraient mieux de commencer à écrire quelque chose parce qu’en attendant on a un bizness à faire tourner.

JC..... dit: à

Josette,
Valérie se sent seule, oubliée… si tu veux prendre la navette, il y a une chambre pour toi.

Tu aimes Chopin ? c’est un Polonais… non, pas ce que tu crois.

bérénice dit: à

JC Dans mon souvenir ces humains désirants étaient tout de même des humains vieillissants…

Josette dit: à

Johnnie, tu commences à m’énerver avec ce René Girard, tu n’as que ce nom à la bouche depuis quelque temps.

JC..... dit: à

Les Belles Endormies de Kawabata ne décrivent pas des vieillards impotents mais des humains désirants … et permettent de distinguer, au profit de ce dernier, grande littérature et petits reportages en clinique ! Evolution matérialiste égocentrique … (ego sans trique ?)

Le petit Marseillais dit: à

A lire John Brown le Marseillais, on a l’impression que Hollande vient de commettre un meurtre ou de lancer une bombe H sur l’Iran. (Saint-Pierre…)

C’est seulement un être impur, indigne de gouverner un grand pays tel que le nôtre. Et les paroles de notre hymne national révèlent, à qui sait les lire, la forme naturelle du dépassement de ce que René Girard appelle la « crise sacrificielle ».

Saint Pierre-Emile Klon dit: à

Bérénice est, de loin, la commentatrice la plus érotique de ce blog. Je me demande à quoi cela tient.

Saint Pierre-Emile Klon dit: à

« La société fait un carton » a remporté le premier prix de l’académie des sciences, belles lettres et arts de Lyon en 2002 (1500 euros).

Le jury était acheté !

bérénice dit: à

Caroline je vous lisais à l’opposé de PA concernant « réparer les vivants » de MDK. Comparez vos deux points de vue.

Marcel dit: à

marcel a l’sens des chutes.
Merci Boug, pour de compliment. Je n’ai aucun mérite en la matière car je suis à bonne école. Mon patron a fait dans la nouvelle (je vois déjà les vautours de la scatologie dresser l’oreille). Il en a pondu une centaine dont certaines laurées dans des concours réputés, en particulier son « La société fait un carton » a remporté le premier prix de l’académie des sciences, belles lettres et arts de Lyon en 2002 (1500 euros).

le centenaire de service ..... dit: à

…comment ne pas retrouver dans l’œil de Passou à Biarritz, la célèbre photo du Général marchant aux côtés de Tante Yvonne sur une plage d’exil….

Sergio dit: à

Le petit Marseillais dit: 13 janvier 2014 à 18 h 44 min
le coup fatal

Il pourrait descendre du TGV… Sonner chez le garde-barrière !

Saint Pierre-Emile Klon dit: à

A lire John Brown le Marseillais, on a l’impression que Hollande vient de commettre un meurtre ou de lancer une bombe H sur l’Iran.

Sergio dit: à

Faut pas quand même exagérer : dans les hostos on peut regarder Mac Gyver toute la journée…

bérénice dit: à

« Tahar Ben Jelloun, homme de 70 ou 75 ans dirigé vers la sagesse, ou un renoncement forcés par une maladie, ce n’est pas pareil qu’un homme dans la force de l’âge , censé être « valide » sexuellement, qui brise le tabou des pannes, éjaculations trop tôt libérée et autre impuissances, levant le voile sur ces pans d’ombre. Et, je le redis, qui le ferait sans donner dans le versant entièrement trash ni trop fanfaron ou distancié ou univoquement blagueur »
Caoline peut-etre est-ce là un sujet rarement abordé mais bien que n’ayant pas inventorié ce genre, je pense qu’il n’y a pas tabou, comment en voir un où il n’est question que de la maladie et ses conséquences ou le vieillissement et sa somme de deuils, le thème ne se pose pas en interdit mais en peu visité, si ce n’est dans les cabinets médicaux par des praticiens dont c’est le métier de réparer, pallier, accompagner; il est vrai que c’est très peu décrit, écrit avec sensibilité. Les belles endormies de Kawabatta en ellipse poétique de la disparition de la fonction en parallèle d’un désir qui lui ne veut s’éteindre, pas de souffrance ni maladie dans ce récit.

JC..... dit: à

Mon Petit Marseillais,
Laissons le faire. Il se débrouille très bien tout seul …

Saint Pierre-Emile Klon dit: à

renato dit: 13 janvier 2014 à 18 h 25 min
« Pisseux » ça peut aller, P-E Klon ?

Je sens là une pointe de méchanceté, qui me navre.

Le petit Marseillais dit: à

Le roitelet Hollande est décidément nu. La seule question intéressante, désormais, est de savoir quand, où, cmment et surtout par qui sera porté le coup fatal. Souhaitons seulement que cela ne tarde pas.

JC..... dit: à

Curiosa dit: 13 janvier 2014 à 18 h 30 min
« les posts de JC ressemblent à des portes de latrines »

Tu dis vrai, ô ma cuvette défraichie…

JC..... dit: à

Franchement, un type qui ne bande plus, qui se résigne, vieux crapaud en marche vers le tombeau … rien à foutre. « C’est normal » comme dirait la Nouille mensongère. Il faut avoir vu ces pauvres enfants hospitalisés gravement atteints et promis à une mort prochaine, pour relativiser la souffrance de ces écrivains baveux à la recherche de sujets « vendeurs » : n’être plus « spermatiquement actif » ! Papotages de vieillards.

L'honneur perdu de Clopina Trouille. dit: à

Allez, un petit hors-sujet en passant : mon meilleur livre de 2014 est, pour l’instant, le François Bon sur Proust : « Proust est une fiction », Seuil, 20,50 euros ; et notre hôte y est cité, ahaha…

Tous les aficionados devraient le lire : c’est passionnant !

Curiosa dit: à

les posts de JC ressemblent à des portes de latrines

renato dit: à

« Pisseux » ça peut aller, P-E Klon ?

Caroline dit: à

Jacques Barrozi, je ne suggérais pas que l’âge de Tahar Ben Jelloun est un problème et je ne doute pas que Mme Bovary, c’est lui. J’achèterai le livre et le lirai en trouvant qu’il s’agit d’une amorce courageuse autour d’un tabou… de taille? Quand je dis que l’auteur me parait « trop vieux » pour aborder le versant qui m’intéresse, j’entends que ce que j’appelle la sexualité masculine « vécue comme un échec » – et non comme un « triomphe », ce qui est d’habitude presque toujours relaté en littérature, où les amants s’entremêlent victorieusement, bandaison et jouissance parfaites, quand elles ne sont pas synchronisées! – est très rarement abordée dans son aspect quotidien, affectif, anthropologique.

Parallèlement on sait que la misère, les difficultés affectives et sexuelles prospèrent. Alors?

Tahar Ben Jelloun, homme de 70 ou 75 ans dirigé vers la sagesse, ou un renoncement forcés par une maladie, ce n’est pas pareil qu’un homme dans la force de l’âge , censé être « valide » sexuellement, qui brise le tabou des pannes, éjaculations trop tôt libérée et autre impuissances, levant le voile sur ces pans d’ombre. Et, je le redis, qui le ferait sans donner dans le versant entièrement trash ni trop fanfaron ou distancié ou univoquement blagueur.

Je crois d’ailleurs que quand Bouguereau dit que « même quand il n’y pense plus, un homme y pense encore », on s’approche nettement de ce que je veux dire.

Houellebecq? Il s’y est essayé. Sa façon n’est pas satisfaisante car elle est dans l’outrance, le racolage, une totale hystérie vendeuse au lieu d’être dans l’humain. Bukowski est beaucoup plus convaincant dans sa pornographie poignante, mais là aussi, il s’agit plutôt de la triste odyssée sexuelle d’un alcoolique au bout du rouleau que de l’inventaire sexuel de faillites masculines « ordinaires ».

Donc Bérénice, SI, c’est toujours un tabou en littérature! (Le livre de Roth implique de nouveau un homme dont le ticket au-delà de cette limite, commence à… etc).

Et je m’étonne que ce tabou, qui nécessite c’est vrai beaucoup d’audace et de finesse pour être approché, ne soit pas tombé et je ne crois pas du tout, m’inscrivant ainsi, donner un aperçu inverse de la lecture de Passou.

JC..... dit: à

Désolé, une omission dans la liste :
-un poème inédit, signé Jean Calbrix, intitulé « A Christiane, la Juste »

JC..... dit: à

« Sommes-nous donc indignes? »

S’adapter, pour survivre…

JC..... dit: à

Les services de la place Beauvau viennent de trouver une chambrette sous les combles du Château, qui semble avoir servi récemment.

On y a trouvé :
-du viagra, en grande quantité
-deux photos de personnalités féminines connues
-des bracelets de fer, avec 1 mètre de chaine de 18mm et boulet de 5 kilos
-un fouet portant le sceau République Française sur le manche
-un livre : la Case de l’Oncle Tom, en créole
-une mallette portant la mention « Attention fragile »
-un pamphlet vieillot : « Pour une Guyane guyanaise »
-quelques photos obscènes de responsables religieux connus, dont un romain

Cela sent à plein nez, le complot catalan. L’enquête continue…

bérénice dit: à

Amusant de constater que tous les publics sont friands de ce genre de vétilles, de 7 à 77 ans de bas en haut, qu’en pensent les députés?

Miss Presse Tige dit: à

Digne commémoration de 1984 que cette orchestration de remugles autour de la vie personnelle des uns et des autres. Après ça qui pourra se plaindre de n’être pas traité comme le premier des citoyens ?

bérénice dit: à

Trouvez pas qu’on donne un peu dans le style concierge ou paparazzi sur ce coup? Sommes-nous donc indignes?

Pierre-Emile Klon dit: à

renato, je suis un saint, comme mon nom l’indique. On ne traite pas un saint de « baveux », voyons.

renato dit: à

Eh ! les baveux (P-E Klon & Célinien-petit), l’info est bonne ou pas ?

JC..... dit: à

Béré,
Je vais étudier le phénomène Joly d’un point de vue strictement scientifique. Le Nobel serait-il atteignable par le biais d’une centaine de pages sur le cas, dont la moitié seront macéscaronisées naturellement. « L’Effet Joly » ? …. On verra…

C’est exact : 45 minutes c’est long, mais on s’habitue vite à une bonne fatigue.

u. dit: à

– « C’est le Protocole qui appelle pour le plan de table de ce soir, Monsieur le Président.

– Dîtes-leur que je prendrait Christiane… Non, Najat… Non, Christiane, on ne risquera pas les rumeurs. »

bérénice dit: à

45 minutes! Que ce doit être éprouvant et vous êtes toujours physiquement au point après cela?

renato dit: à

Le petit célinien aurait besoin d’un contrôle des arthères ?

u. dit: à

Sa stature plus haute, son allure plus imposante à mesure que son coquin retrouve ses culottes courtes et ses sournoiseries d’adolescent confèrent à Valérie T. une dimension de plus en plus maternelle.

Un statut de Première Mère de France, laissant la place à la jeune Concubine?

JC..... dit: à

Béré, le désordre est au sommet de l’Etat, les peuples jaloux rient de notre malheur, et j’ai la première concubine sur les bras, en pleine panique simulée… Inferno !

bérénice dit: à

u. je ne voudrais pas déstabiliser votre trajectoire de comète mais vous reste cependant à vous la coincer quelque part pour confirmer votre passage au dessus nos têtes studieuses. Vous instruisez le désordre qui comme chacun sait n’a ni que ni qui.

JC..... dit: à

Mon savon,
Bloom est une bête intellectuelle, il ne voit le monde qu’à travers ses riches heures d’études… tant pis pour lui !
Post Scriptum : à la villa, VT, toute habillée de noir, est en permanence à faire les cent pas, tête basse, elle n’écoute que du Chopin : angst ! Je suis inquiet…

Le petit Marseillais dit: à

Valérie n’est toujours pas sortie de l’hôpital, et les médecins ne savent pas quand ils pourront l’autoriser à sortir. Autrement dit, nous avons à la tête de la France un président qui est, soit un beau fumier, soit un bel inconscient. Au choix. Et LeoPoldBloom qui nous reproche de parler d’autre chose que de littérature. On lui conseille de relire la fin de « On ne badine pas avec l’amour d’Alfred » (de Musset).

des mots pour se souvenir dit: à

précision: les citations de 17 h 10 min sont dans la traduction de Nicole Taubes

JC..... dit: à

u. dit: 13 janvier 2014 à 15 h 53 min
« une vidéo de Mme Joly, par exemple, c’est anti-priapique. »

Camarade u.,
Je viens de faire le test. Eh bien, son film de 1968 où elle joue une jeune femme libérée, « Omelettes norvégiennes en chaleur » est terriblement excitant. La scène où elle met ses lunettes et déclame « Sera puni de cinq ans de … » est magistrale !

J’ai gardé le cœur en feu, le regard torve, la tête froide et la verge haute, durant 45 minutes au moins…

des mots pour se souvenir dit: à

suite (2) « mais de laquelle j’espère cependant que le lecteur voudra sourire »
ce petit texte s’appelle « l’idole »
P.Assouline retrouvera pour vous , si besoin était , l’auteur qui dans le même recueil présenta une lettre au père et écrivit
« le Deuil:c’est là le dernier ami que peut escompter l’être humain »
gentils psychologues de blogs , ranimez-vous bien les uns les autres

Le petit Marseillais dit: à

A 86 ans, le Nobel de littérature Günter Grass jette l’éponge. Il s’estime trop âgé pour écrire un nouveau roman.

Après Philip Roth, encore un qui s’estime rattrapé par la limite d’âge. Mais comme l’activité de littérateur fait partie des professions libérales, c’est l’intéressé qui la fixe. A cet âge-là, y a ceux qui bandent encore et ceux qui ne peuvent plus… littérature

un vieux qu'a la tremblotte dit: à

…une histoire qui lui donna beaucoup à penser , à lui qui l’avait vécue , m

un vieux qu'a la tremblotte dit: à

…et , perdant d’un seul coup tout intérêt pour la science, il s’élança en trombe vers la sortie et c’est seulement une fois parvenu à l’

des mots pour se souvenir dit: à

suite …une histoire qui lui donna beaucoup à penser , à lui qui l’avait vécue , m

des mots pour se souvenir dit: à

…et , perdant d’un seul coup tout intérêt pour la science, il s’élança en trombe vers la sortie et c’est seulement une fois parvenu à l’

Pierre-Emile Klon dit: à

putain, c’est vrai, bouguereau, j’avais même pas vu : renato lit atlantico !

Pierre-Emile Klon dit: à

la droite est bête ou vous l’faites esprés les gars? (bouguereau)

Les deux, peut-être bien.

chantal dit: à

monsieur court décidément .. c’est celui qui merdoye qui tranche de salomon ?

il va devoir s’excuser platement au pays; .. pas le choix, les rois le font bien; émission contrition ..

bien du plaisir chez vous .. on n’est plus au temps de la tour prend garde .. trop de papier bible nuit

on va avoir en match valérielhôpital, le coup de je me rend dans l’appartement maffieux corse avec ma mallette à boutons, il va avoir la tronche de celui qui s’est fait prendre la main dans le toaster.

je vous laisse, mr Court, un galant, un voyage, je vous répudie ..

Pierre-Emile Klon dit: à

Putain, quand je pense que j’ai failli être président de la République… Je regrette pas d’avoir changé d’orientation.

bouguereau dit: à

rénato a scanné un vieux journal de la loubianka..

bouguereau dit: à

la droite est bête ou vous l’faites esprés les gars?

bouguereau dit: à

comme armani t’es trop obnubilé par les fusées sergio

bouguereau dit: à

mérites de ces dames pour la Conférence de demain…
MCourt
MCourt

bis répétita..tsétéraz

Sergio dit: à

Pierre-Emile Klon dit: 13 janvier 2014 à 15 h 56 min
il faut pouvoir le joindre à tout moment

Ben oui c’est lui qui a les clefs des fusées après faut les amener jusqu’au sous-marin, si en plus il est là sur le trottoir à nettoyer la bougie du scoot…

Court (pour Miss Howard) dit: à

On surnommait Miss Howard « La Chaine Anglaise ».
Va-t-on devoir parler de « Chaine Hollandaise »?
Qu’un Président de la République se retrouve dans une situation digne de Feydeau en dit long sur l’intelligence de François Le Normal et de sa première Sultane. (la seconde est provisoirement hors-circuit bien que de facheux extraits de son extase pour Mr du Plat Pays circulent sur le net…)
Mais ne désespérons-pas! Le Fadinard présidentiel a la réputation d’etre un homme de synthèse.On peut donc s’attendre à une évaluation comparée et documentée des mérites de ces dames pour la Conférence de demain…
MCourt
MCourt

Sergio dit: à

Marcel dit: 13 janvier 2014 à 15 h 16 min
Il se promène en scooter

Vaudrait mieux en grosse moto superchouette comme dirait Renaud, parce que là, en cas de panne, tous les autres s’arrêteront. Donc après il aura pas de panne non plus !

Pierre-Emile Klon dit: à

Un président de la République renonce à avoir une vie privée pendant le temps de son mandat.
Il ne peut pas avoir de vie privée, ne serait-ce que pour cette raison évidente : il faut pouvoir le joindre à tout moment, donc savoir où il se trouve à tout moment.

u. dit: à

bouguereau, je crois queue, si tu en es d’accord (à moins queue tu n’y vois une objection) on en rester là, il n’y a pas queue ça dans la vie.

Quand on est atteint de hollandisme, il faut peut-être changer de show politique, une vidéo de Mme Joly, par exemple, c’est anti-priapique.

renato dit: à

« … qui demandent que l’on respecte la vie privée du président… » (Jacques Barozzi)

Quoi ?!

 » Non seulement aucune mesure n’a été prise en faveur de la vie privée depuis les révélations d’Edward Snowden sur la NSA, mais la situation de la protection de la vie privée s’est très largement dégradée. Il y a un peu plus d’un mois, l’Assemblée nationale, grâce aux voix socialistes et à la bienveillance du groupe communiste, a passé – au sein de la loi de programmation militaire – un article permettant à l’exécutif d’obtenir une totale transparence de la vie de tous les citoyens. Il n’existe plus, à proprement parler, de vie privée en France.  »

Read more at :
http://www.atlantico.fr/decryptage/atteintes-vie-privee-pourquoi-francois-hollande-et-classe-politique-devraient-autant-se-preoccuper-closer-que-celles-qui-affecte-951913.html#Xxh4wXADzj1M8GVj.99

Curiosa dit: à

à partir de 15 h 08, le débat s’élève quand bouguereau sort de son état de poivrot (pour quelque temps d’obscur lucidité ?)

u. dit: à

« marcel a l’sens des chutes »

« Chute », la queue?

u. dit: à

« Jaurès n’a rien à voir avec ce pédaleur de droite »

« Pédaleur », encore une histoire de queue?

Game of war dit: à

« A Game of War » by Guy Debord (Atlas Press). Plateau et pièces du jeu inclus.

u. dit: à

réflexion faite, je préfère encore jicé à zouzou : au moins l’est pas cauteleux.

« Cauteleux », c’est encore une histoire de queue?

bouguereau dit: à

Jaurès n’a rien à voir avec ce pédaleur de droite

marcel a l’sens des chutes

Pierre-Emile Klon dit: à

réflexion faite, je préfère encore jicé à zouzou : au moins l’est pas cauteleux.

L'horreur ! l'horreur ! l'horreur ! dit: à

bouguereau dit: 13 janvier 2014 à 15 h 19 min
ête comme zouzou

bouguereau dit: à

Mais les talonnettes ? Que nous révèlent-elles donc, bon sang, sur ce brave Comte-Sponville

faut ête comme zouzou pour en avoir quekchose a foute..dieu te préserve de ce genre d’insight clopine

erlanger dit: à

bouguereau dit: 13 janvier 2014 à 15 h 08 min
keupu raclure

mais c’est où que t’as vu un com de keupu ?

Marcel dit: à

Monsieur Hollande a des histoires de cul, et alors ? Il se promène en scooter dans Paris pour aller rejoindre sa belle ? Et alors. Certes, certains préfèrerait qu’il y aille dans la limousine présidentielle, escorté par vingt motards. En vérité, monsieur Hollande fait preuve d’écologie, on ne peut pas le lui reprocher, sinon qu’il devrait y aller en vélo comme monsieur Jospin.
En vérité je vous le dit, les écrans de fumée ça suffit !
Moi président, je laverai plus blanc que blanc, se prenant sans doute pour un autre Ariel.
Première mesure, il nomme un premier ministre qui a eu maille à partir avec la justice sur l’octroi de marché sans en respecter les règle. Ddans la foulée, il nomme un ministre du budget qui planque de l’argent en Suisse. Il déclare n’en rien savoir. Un tel aveu aurait dû avoir pour conséquence la démission immédiate. Par ailleurs, il baisse son salaire de 30%, salaire que son prédécesseur avait augmenté de 150 %. Autrement dit, le président « de gauche » s’en met à gauche. La courbe du chômage, il l’a prend à bras le corps et prétend qu’elle baisse quand sa progression diminue. En vérité, il ne prend aucune mesure radicale pour inverser la tendance et préfère que les riches continuent de s’enrichir sur le dos de ceux qui créent les richesses. Une taxation à 75 % au delà d’un million est un leurre tant qu’il y aura des paradis fiscaux. Et d’ailleurs, ceux qui clament que cette taxation est un scandale couvre un scandale plus grand puisque le véritable scandale est la possibilité de « gagner » plus d’un million par ans. Une société qui ne donne pas de travail pour tous se condamne elle-même. Monsieur Hollande a confisqué le beau mot de socialisme pour lui et les siens. Jaurès n’a rien à voir avec ce pédaleur de droite

bouguereau dit: à

J’aurais plutôt imaginé Valérie en couple avec des philosophes à talonnettes, du type Comte-Sponville.

zouzou en marieuse?..

bouguereau dit: à

ma parole zouzou fait de l’acharnement..on scroirait sur un blog brit..vdqs et dsk aux handcuff

bouguereau dit: à

HORRIBLE ! HORRIBLE ! HORRIBLE !

il te scoutérise à plate couture, ta mère en string jicé

bouguereau dit: à

zouzou calçonne, keupu raclure

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…c’est bien,…un aperçu pour lire entre les lignes,…
…les fragmentations d’éclipse de lune,…etc,…

chantal dit: à

ciao..; je croûte ma ramboise…; direction Dardanelles, je mors thodoxe, ect…; captain’flanagan’s …; # samossa & samovar # editions basculot.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…merci!,…Marcel !,…etc,…

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…chantal,…

…il y a déjà plus de 30 ans,…je faisait aussi des photos de nus,…jamais publiées,…

…et figurer vous,…que dans une exposition de photo  » d’avant guerre « ,…je retrouve une de mes modèles « ,…
…donc, bouche cousue,…aidons le commerce!,…

…en, plus je suis très difficile rien que pour des photos,…alors, pour sortir de la coupole au ciel,…il faut que le ciel vienne me cherchez!,..etc,…

Marcel dit: à

Giovanni Sant’Angelo dit: 13 janvier 2014 à 12 h 35 min

…mais arrêter, on va pas y passez la semaine sur cette histoire de cons,…

Quel humour, Giovanni, quel humour !

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…chantal,…vous êtes bien gentille,…

…même si j’ai des A.D.N.,…de russe brouillés avec des phalanges grecques,…j’évite de me mesuré avec les contrainte de la nature,…

…la force se doit de restez lier avec l’esprit,…la saison aidant,…la précipitation,…
…un goût,…pour se tailler un diamant,…
…un plan de facette,…Non,…

…est le diamant qui choisi son propriétaire,…ou est l’acheteur qui en offre sertis pour offrir,…
…fonctions!,…en roulements sociaux,…
…comme qui de la poule ou de l’oeuf en premier!,…etc,…

u. dit: à

« et si votre ramage devait donner aperçu du plumage, je ne sais ce que de ma culotte ferais. »

En l’air, bien sûr.

Soyez présidentielle!

chantal dit: à

.. j’en ai quelques unes qui se sont très bien vendues dans une galerie à New York, d’un excellent photographe .. souhaitez-vous m’en acheter une pour satisfaire votre curiosité ?

JC..... dit: à

HORRIBLE ! HORRIBLE ! HORRIBLE !

Affreusement troublé par des désirs charnels inavouables, « il » avait oublié la mallette déclenchant le feu nucléaire sur son scooter noir ….

Une racaille qui passait l’a emprunté, l’a ouverte, puis a appuyé sur le bouton en tournant la clef : le missile est parti vers l’Iran.

Par bonheur, un lieutenant écologiste du service des Armées avait remplacé la charge prévue pour Ispahan, par des roses fraiches …

C’est un scoop : on en a pas parlé dans les media.

bérénice dit: à

FH fait du bermuda, pas plus. La place est mal choisie pour se promener nu où que ce soit, mais vous, en tant qu’inconnue, pouvez toujours vous y essayer, que risquez vous? Au pire trois photos qui ne seront jamais publiées incluses dans une collection privée.

chantal dit: à

Giovanni Sant’Angelo , François hollande a le droit de faire du nudisme, tout à fait, le monde n’attend que cela ..

Et vous ? Votre chandail vous gratte ? Notez, une petite brassée à poil dans la seine en janvier, chiche .., pourquoi casser sa tirelire pour un slippanthère ? Superflu, sautez de la coupole, .. au ciel ..

bérénice dit: à

u. excusez mon œil hagard cependant je n’avais pas eu vent qu’après l’horloge fut inventée la bibliothèque parlante, vous êtes le sommet du progrès incarné et si votre ramage devait donner aperçu du plumage, je ne sais ce que de ma culotte ferais.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…mais, bien sûr que j’y crois J.C.,…
…aux progrès, et tout,et à la normalité,…

…c’est ce qui est d’ailleurs, on ne peux plus revenir en arrière,…
…mais, il faut laisser chacun avec sa vision des choses, Haro!,…
…sur les moutons de Panurge,…
…des commentaires encore plus,…c…,…que les sujets exposez à expliciter,…
…çà doit-être la Soeur-Bonne,…c’est sûr,…
…& Raymond Barre,!…mon préférer, qu’est ce qu’il dirait de tout cela!…etc,…
…calme et volupté,…dehors comme dedans!,. …

u. dit: à

(Et le dialogue de C-Sp avec Conche est bien sympathique)

u. dit: à

(C-Sp et Ferry, lorsqu’ils font oeuvre de pédagogues peuvent être excellents!
Rien à voir avec BHL ou MO!

Par exemple, Ferry a écrit en livre de poche, un « Kant » qui un petit chef-d’oeuvre par sa pertinence et sa clarté et qu’on peut distribuer sans crainte autour de soi.
Il suffit de couper les courts passages où il parle, à la première personne, de platitudes comme la morale laïque ou « l’homme dieu », etc.
Il a seulement manqué un bon editing)

JC..... dit: à

La presse libre dit: 13 janvier 2014 à 12 h 51 min
Un tweet de Valérie Trierweiler intercepté :
« John Brown, n’insiste pas, je t’ai dit non, c’est non. »

Les services secrets (d’alcôve) ont tronqué le message qui se termine par :
« Je suis à Porquerolles avec un bel inconnu. Pour faire le point. Amicalement. « 

u. dit: à

« U;, c’est quoi, un philosophe à talonnettes ? » (Clopine)

Les talonnettes sont naturellement dans la pensée et dans la conception mondaine qu’on se fait de la philosophie.

Tenez, Trierweiler, qu’on interroge sur un livre de Blumenberg parle indirectement, par contraste, d’auteurs comme C-Sp ou Ferry.

« – Et très simplement, ceci : Blumenberg est entièrement philosophe, avec tout ce que cela implique. Il réactualise la très ancienne question
de la philosophie : « Qu’est-ce qu’une vie bonne ? » Je ne veux pas dire, bien sûr, qu’il produit des petits traités de morale ou des recettes de bonheur, du genre « comment réussir sa vie » ; nous sommes à mille lieues de cela. »

En effet.

Marcel dit: à

Fort bien, hugolien, JC crie et le car à bandes passe

JC..... dit: à

Giovanni Sant’Angelo dit: 13 janvier 2014 à 12 h 35 min
« mais arrêter, on va pas y passez la semaine sur cette histoire de cons,…quand même,…on est plus au XIX siècle »

Gianni ! On n’est pas encore sorti de la caverne préhistorique… Tu crois REELLEMENT au progrès, aux promesses, aux mensonges, à la « normalité » …huhuhuhuhu !

chantal dit: à

d’autant que physiquement il n’y a pas photo, DT est bien plus bel homme que FH.

Moi mon scénario favori à la Dumas ce serait Trieweiller Président.

Homme de média, intellectuel de valeur, son nom n’est plus à faire…

Marcel dit: à

On est loin de la haute tenue du film « Les jours heureux » !
Dans ce film, une réflexion sublime de monsieur François Hollande : « On accède au pouvoir pour pouvoir » !

L'honneur perdu de Clopina Trouille. dit: à

U;, c’est quoi, un philosophe à talonnettes ? Admettons qu’un philosophe à chemise blanche ouverte ne soit qu’un bellâtre (« qui, se croyant beau, affecte des airs avantageux »). Qu’un philosophe bigleux à grosses lunettes soit légèrement un opportuniste. Qu’un philosophe à cheveux ondulés, veste de cuir et belle voix grave soit un imposteur. Je vous les accorde. Mais les talonnettes ? Que nous révèlent-elles donc, bon sang, sur ce brave Comte-Sponville.

u. dit: à

chantal dit: 13 janvier 2014 à 12 h 38 min
Il y en a un qui doit criser, c’est Denis Trierweiller.

C’est juste.

D’autant que Trierweiler est très bon, notamment dans son travail sur Blumenberg.

J’aurais plutôt imaginé Valérie en couple avec des philosophes à talonnettes, du type Comte-Sponville.

Josette dit: à

Johnnie, arrête maintenant, tu n’es plus drôle.

Vous avez dit hugolien ? dit: à

Marcel dit: 13 janvier 2014 à 12 h 56 min

Mais je le sais bien, Marcel. J’avais d’abord écrit :
Mais quand jambrunise u., JC crie et Jacques ule.

Mais bouguereau éjacule, c’était plus drôle.

Le petit Marseillais dit: à

On se met à manquer de respect à sa femme
Et c’est toute la France alors que l’on méprise.
Et alors, aussitôt, on est en pleine crise
Sacrificielle… Hélas ! le bouc encule l’âne…

tss tss dit: à

clozer dit: 13 janvier 2014 à 12 h 53 min

tss tss, y a une grande différence entre u. et Baroz : Baroz est un brave type.

Marcel dit: à

vous avez dit hugolien ? dit: 13 janvier 2014 à 12 h 42 min

Pas du tout hugolien, le rime est faite pour l’oreille et l’œil. cul ne rime pas avec ulent. Pour obtenir un rime acceptable, remplacer bouguereau et Jacques par bouguereau ou jacques !

chantal dit: à

Quand la mère de tes gosses est à l’hosto, peut-tu vraiment prétendre etre débarrassé du problème .. le vrai lien c’est les momes, pas les papiers à la mairie, les papiers c’est pour les arrangements financiers, mais çà répare pas les problèmes affectifs.

clozer dit: à

u. et barozzi, grisés par l’affaire, volent au secours de l’honneur des fripouilles de grand chemin

La presse libre dit: à

Un tweet de Valérie Trierweiler intercepté :

« John Brown, n’insiste pas, je t’ai dit non, c’est non. »

Le petit Marseillais dit: à

Maintenant que Flanby a amplement fait la preuve de sa nocivité, le problème est de savoir comment s’en débarrasser. On ne va pas se le traîner encore pendant bientôt quatre ans. Peut-être qu’un crime passionnel…

clozer dit: à

« Non seulement on lui a fauché sa femme, son honneur,  »
il est peut-être bien content d’en être débarrassé

« mais hollande va lui rendre le pot cassé. »
ah c’ets sûr? Quand ça (qu’on envoie une équipe sur place)

Marcel dit: à

On se met à manquer de respect à sa femme
Et c’est toute la France alors que l’on méprise.

Hugolien. Positivement hugolien.

Non, respect pour monsieur Hugo. Il n’aurait jamais fait se succéder deux rimes féminines différentes !

On se met à manquer de respect à sa femme,
Et c’est toute l’Europe à souffrir en son âme.

u. dit: à

Vidéo du président postée par J. Ba.

C’est un document extraordinaire, une hallucinante auto-critique!

S’il est difficile de juger un homme sur des affaires qui ne dépendent pas de lui (la conjoncture économique), on peut parfaitement l’évaluer dans des cas qui dépendent entièrement de son jugement et de sa volonté.

L’insigne médiocrité de FH n’est pas tant dans sa liaison (on est en France) que dans la manière dont il la gère.

« Vous avez là une communication absolument calamiteuse. Le communiqué émis est d’abord ambigu par son contexte puisqu’il est qualifié comme émanant de l’homme et pas du président de la République. Mais cette distinction est impossible pour les citoyens car lorsqu’on est président, on l’est intégralement. Il n’y a pas des moments où l’on parle en tant que président et d’autres en tant que monsieur tout-le-monde. Il y a quelque chose d’étrange dans cette recherche du dédoublement. »

« Mais l’élément majeur dans ce communiqué, c’est qu’il vaut conformation, il concède dans une certaine mesure que ce qui écrit dans ce journal est vrai. De plus, il n’est suivi de rien si ce n’est que la cohérence de presse du 14 janvier qui devait marquer le départ de la contre-offensive gouvernementale pour « reprendre le dessus » sera en partie consacrée à la clarification de cette affaire. On entérine la pollution médiatique… L’attente sur les questions économiques s’est transformée en attente sur des questions personnelles. Il aurait fallu clarifier en amont de celle-ci, immédiatement puisque celle-ci devra être faite de toute façon.

La première règle en communication de crise, c’est que le pire ennemi de la crise c’est le déni. Si je suis loin d’aimer ce genre de révélations, force est de constater qu’il s’agit d’une évolution des médias en France et ailleurs, particulièrement chez les anglo-saxons. Une fois que l’on a dit cela, il est clair qu’il s’agit bien d’une situation de crise qu’il faut gérer en la dépolluant par la clarté aussi vite que possible. Communiquer c’est émettre un son audible dans le brouhaha, il faut donc faire baisser ce dernier. Or, dans la communication présidentielle actuelle dans cette affaire tout ne fait que faire augmenter ce brouhaha médiatique, renforçant et prolongeant la crise dans la foulée. »

(Jean-Luc Mano)

Buona giornata!

ntm dit: à

barozzi grâce au ciel il reste des meuments de grâce (métro, sdf)

vous avez dit hugolien ? dit: à

Quand Jambrun jicéise, u. se gratte le cule,
Mais jambrunise u., bouguereau et Jacques ulent.

chantal dit: à

Il y en a un qui doit criser, c’est Denis Trierweiller. Vu qu’il n’a pas divorçé, qu’il est le père des 3 fils à Valérie, bosse à rayon reportage Paris Match. Pour un journaliste reporter devoir fermer son camenbert, et voir les photos dans le bac à closer.

Non seulement on lui a fauché sa femme, son honneur, mais hollande va lui rendre le pot cassé.

Heureusement il aime les philosophes allemands ..

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…mais arrêter, on va pas y passez la semaine sur cette histoire de cons,…quand même,…on est plus au XIX siècle,…
…il a le droit de faire du nudisme,…de s »envoyer sa chèvre,…le grand Timonier,…comme tout grand pasteur qui se respecte,…
…les conditions sont approprier,…tout baigne,…les crises sont passées!,…

…comme quoi avec le Cinéma !,…on refait la Bible,…faute de code d’Amourabite gravés sur Saint-Pierre et ses esturgeons!,…etc,…

Curiosa dit: à

sur son blog, le Popaul n’annonce pas que Gunther Grass déclare ne plus vouloir écrire de roman, il a dû sucrer un de ses propres posts car il n’y a pas de censure, tu parles !

clozer dit: à

JC est très déçu, Val n’a pas donné suite à sa proposition d’hébergement à Porquerolles dans le calme et la volupté

Le petit Marseillais dit: à

De Valérie je me ris
Dans le lit de Julie

( François de Nollande ( « Les distiques de la rue du Cirque » )

bérénice dit: à

Hypocrite à tous les genres mais c’est toujours mauvais quand bien même il nous faut taire certaines vérités, rien ne la justifie si ce n’est un état d’esprit assez répandu, somme toute, comme un visa sur un passeport dans ce monde.

louis philippe dit: à

Pour moi la morale est du côté de Closer,

Baroz la haine et le superflu t’égarent,
ils le filaient depuis des mois à la recherche d’un scoop ces chatrognards tu parles d’une morale -celle du caniveau!

u. dit: à

« Et oui, u., dans « moins » il y a « moi » aussi : lapsus révélateur… » (Jacques)

Et dans moi, il y a moins?

Hop, on s’arrête.

Touche pas à mon Asie.

vous avez dit hugolien ? dit: à

Les grandes voix du blog, u., JC, Barozzi
Exigent que toujours l’on parle du zizi.

louis philippe dit: à

« ils ont toujours offert un emploi stable à leurs premières dames, tandis que ce dernier ne lui aura donné qu’un emploi très précaire ! »

VT a un emploi. Et en France le statut de première dame n’existe pas – pas prévu dans la Constitution. Il n’y a pas de première dame, les petits garçons émotifs ont beau rêver le contraire

« « Pour le bouc, ce qu’il y a de plus beau, c’est la chèvre. »
Tu peux charrier Hollande, c’est de bonne guerre, mais Julie Gayet n’a pas mérité ta goujaterie. »
Entre JC et les chèvres/les boucs, c’est du sérieux

Ciboulette dit: à

à la lecture de votre post concernant le petit Hahn, M. Barozzi, MCourt a dû avoir une érection

bérénice dit: à

JC vous nous épatez de ce florilège de citations toutes plus à propos l’une que l’autre, quel concours! Quelle est votre ressource?

Jacques Barozzi dit: à

Et oui, u., dans « moins » il y a « moi » aussi : lapsus révélateur…

Mouais dit: à

« On se met à manquer de respect à sa femme
Et c’est toute la France alors que l’on méprise.

Hugolien. Positivement hugolien. » (jambrun)

Sauf que ça rime pas. Essayons :

On commence par faire un petit pipi rance
Et le baron Jambrun compisse notre France.

Jacques Barozzi dit: à

Faut voir l’air génés des socialistes (Cambadélis, Filippetti…) qui demandent que l’on respecte la vie privée du président : les premiers cocus de l’affaire !

u. dit: à

« moi hypocrites »

Vous hypocrite, Jacques?
Pas du tout, magnifiquement explicite!

Vous êtes le queutard en chef, et je peine en chandelle au sein du peloton.

JC..... dit: à

« Tu joues avec ta queue et c’est bien mon joli
Et pourtant, le sais-tu, tu nous auras trahi ! »

(Germain Hugo / Mon frère Victor me gêne. 1804)

Le petit Marseillais dit: à

Par rivalité mimétique avec le seul vrai patron, Dominique. (u.)

Le Dominique en question, est-ce celui de la Tribu Kâ ?

u. dit: à

Finalement, ce qui manque au charisme de M. Désir, ce n’est pas une bonne histoire de cul?

Jacques Barozzi dit: à

Pour moi la morale est du côté de Closer, qui n’a dit que la vérité, d’ailleurs les responsables de la direction sont des femmes, moi hypocrites que ces messieurs de la presse et de la politique…

Le petit Marseillais dit: à

On commence par manquer de respect à sa femme et c’est toute la France que l’on méprise… (Jacques Barozzi)

Superbe. Positivement superbe. Cependant cela manque de rythme. Je proposerais pour ma mediapart :

On se met à manquer de respect à sa femme
Et c’est toute la France alors que l’on méprise.

Hugolien. Positivement hugolien.

Jacques Barozzi dit: à

La rue du Cirque doit son nom au fait quelle conduisait au cirque des Champs-Elysées (1841-1902).
Reynaldo Hahn, l’ami de coeur de Marcel Proust, et auteur de Ciboulette, habitait au n°5.

Vision d'horreur dit: à

u. en slip léopard.

u. dit: à

« Deleuze l’a pensé, Nicolas et François l’ont fait. »

Par rivalité mimétique avec le seul vrai patron, Dominique.

Marcel dit: à

Scoop : Les drapeaux sont en berne à Paris Match. Le poids des maux s’appesantit et le choc des photos observe une minute de silence.

bérénice dit: à

Tout à coup la vague, le smog, sur l’onde un cadavre, les pieds en équerre, …; ho les flots, hissé haut,…; les yeux dans la forêt météorologique des nuages, taches blanches, lait pissé sur ciel on the move.
Un synopsis pour Wong Kar Wai? In the mood for love après un tsunami radioactivant?

u. dit: à

« u. je lis que votre libido est en crue et noie une partie de vos circuits, ne vous laissez pas ainsi par la faiblesse déborder, ce flux ravine une partie de votre capital »

Ça me rappelle les propos d’un pote de la CFDT.
« Il va falloir resserrer les boulons, mais en évitant les remontées d’huile »…

C’était une époque qui produisait des concepts comme « machines désirantes ».
Deleuze l’a pensé, Nicolas et François l’ont fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*