de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Histoire d’O

Histoire d’O

Ce que c’est que d’être devenu un monument national quand on est écrivain : inutile de préciser l’identité de celui que l’on évoque sous l’érotique étiquette d’O, vain d’ajouter que Pauline Réage n’y est pour rien. Quasi centenaire, sanctifié dans la frivolité médiatique et la mondanité littéraire qui lui font cortège depuis longtemps, Jean d’Ormesson est désormais intouchable. On n’a même plus envie de le critiquer. De toute façon, il est inaccessible pour une raison qui relève de son talent particulier : par le jeu d’un habile et étincelant dialogue entre son Moi et son Sur-Moi, il désamorce tous les reproches qu’on pourrait lui adresser en les incluant lui-même à son nouveau livre Je dirai malgré tout que cette vie fut belle (485 pages, 22,50 euros, Gallimard). D’autant qu’il ne s’épargne pas.

Désarmant, anecdotique et charmant, même si son détournement d’un vers d’Aragon pour les besoins de son titre est abusif : « malgré tout » ? on se demande bien malgré quoi tant tout semble lui avoir été épargné. Il est vrai que cela a du lui être une vraie torture que de passer pour l’écrivain du bonheur. C’est mal porté en librairie, alors que la souffrance tous les deux ou trois ans sur trois cents pages, quel boulevard ! Ses souvenirs, qu’il écrit pour la énième fois en ne reculant devant aucun « j’ai souvent raconté » ou « comme je l’ai déjà écrit » (durs sont les adieux à la scène), se lisent avec un réel plaisir. Epatant de bout de en bout ! On en viendrait presque à oublier qu’il fut aussi directeur du Figaro et qu’il ne cessa jamais d’éditorialiser en parfait conservateur de l’ordre établi.

Cabotin comme ce n’est plus permis, courtois et bien élevé comme on n’en fait presque plus,  il pratique l’autodérision et l’ironie sur soi avec doigté. Son livre autorise le lecteur non à échanger, quelle horreur, mais à entrer en conversation avec un lettré chu du XIXème siècle, qui se rêve contemporain de Chateaubriand, et que rien ni personne ne fera renoncer à son goût des humanités, du grec (dès l’épigraphe de Platon) et du latin.  Un tel homme ne peut être entièrement mauvais. Sa mémoire va par sauts et gambades, s’autorisant toutes les digressions. Ce qui lui fait parfois accomplir des raccourcis historiques et des ellipses que son âge peut excuser mais pas celui de ses correcteurs (Yves Montant… la revue Débats au lieu de Le Débat etc)AVT_Jean-d-Ormesson_5664

S’il se contentait de mémoires au-plaisir-de-Dieu, dans le prolongement d’une inspiration des Buddenbrook de Thomas Mann et de la Dynastie des Forsyte de John Galsworthy, privilégié né avec une cuillère d’or dans la bouche, en racontant son microcosme décati du faubourg Saint-Germain avec la nonchalance et la désinvolture d’un vagabond passant sous une ombrelle trouée, on laisserait tomber. Mais le fait est qu’il nous attrape en faisant la part belle aux apprentissages, aux rencontres, aux découvertes, aux lectures du pensionnaire de l’Ecole Normale supérieure et du haut-fonctionnaire de l’Unesco. Un peu de name-dropping, mais pas trop. La rituelle visite au grand écrivain, en l’espèce Paul Valéry, vaut le détour.

A 20 ans, comme il hésitait entre plusieurs agrégations, il demanda conseil à ses maîtres révérés parmi lesquels Vladimir Jankélévitch, Georges Canguilhem, ou le robespierriste professeur d’histoire André Alba. Le heideggerien Jean Beaufret lui suggéra la philosophie tout en lui proposant «  de m’enculer trois ou quatre fois », ce qui lui parut beaucoup mais ne l’empêcha pas de suivre la première partie de sa recommandation. De ses années normaliennes, le ludion métaphysique conservera un livre à jamais L’étonnement philosophique de Jeanne Hersch, qu’il ne cessera d’offrir et de conseiller avec un autre, le plus beau des livres d’histoire à ses yeux, la biographie de Frederic II Hohenstaufen par Ernst Kantorowicz.

Rien n’est savoureux comme la présentation de ses proches amis de jeunesse, Jean-Paul Aron, Claude Lefort, Jean Laplanche, J.B. Pontalis ou Louis Althusser qui fut son caïman rue d’Ulm, ce qui ne l’a pas rendu marxiste pour autant. Plus tard, il se liera avec Kazantzakis, Fuentes, Cortazar, Styron, Carpentier, Caillois, Kemal, Vargas Llosa, Hampate Ba, Borges… Le bureau a du bon parfois. Ingrat Jean d’O qui surnomme l’Unesco « un fromage sur un nuage ». Mais il sera beaucoup pardonné à celui qui s’est tant démené pour faire élire Marguerite Yourcenar, Dany Laferrière, Alain Finkielkraut à l’Académie française.

Son récit est le plus souvent amusant, pour reprendre un adjectif affectionné par son milieu (à condition d’oublier la dernière partie dans laquelle il renoue avec ses marottes cosmogoniques). Et si décalé ! Le philosophe Jean Hyppolite a eu raison d’observer que son étudiant-là donnait à jamais l’impression de survoler les horreurs du monde en première classe et d’exprimer des vérités devant une invisible tasse de thé, fussent-elles tragiques. Jean d’O n’a pas seulement eu de la chance : il a toujours bénéficié d’une incroyable indulgence. Peut-être parce qu’il en témoigna lui-même aux autres. Il en fallait pour se commensaliser avec tant d’ardeur et une telle fréquence avec Paul Morand et Aragon.

Au-dessus des partis, chapelles et tendances, Jean d’Ormesson appartient au patrimoine. Il faudrait le classer dans l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. Ainsi sera-t-on sûr que, dernier des Mohicans, il sera protégé pour l’éternité, au moins. Son nom est devenu une marque et un label. Il est l’incarnation d’une certaine idée de la France, à laquelle on ne songe pas sans nostalgie tant la vision en est ouatée. De ce monde révolu il est le totem identifiable entre tous : un accent dental, une élocution théâtrale, le nez de Raymond Aron, les yeux de Michèle Morgan et des formules made in Grand Siècle plein ses poches.

Il nous contamine dans cette vision romantique du monde selon laquelle on rompt plus facilement avec le réel des choses d’ici-bas qu’avec les rêves éveillés qui enveloppent les souvenirs. Surtout quand on sait que l’amour aura été la grande affaire de sa vie. Saint-Fargeau n’appartient pas seulement à sa mythologie personnelle mais à la nôtre, question de génération. Que sera la France de demain sans lui ? Autrement dit : y–aura-t-il une vie dans ce pays après Jean d’Ormesson ?

(Photos Eric Garault et D.R.)

Cette entrée a été publiée dans Histoire Littéraire.

557

commentaires

557 Réponses pour Histoire d’O

JC..... dit: 8 mars 2016 à 8 h 19 min

J’ai grand plaisir à faire irruption dans votre salon personnel, vêtu de peaux de bête, fusil à bisons en mains tel Davy Crockett, Lola, Judith et Christiane, afin en ce 8 mars 2016 de rendre hommage à vos vertus féminines !

Quel dommage qu’il y ait chez nos sœurs humaines des exemplaires aussi ratés, à tout point de vue, que Taubira, Duflot ou Clopine.

N’est il pas vrai ?…

lola dit: 7 mars 2016 à 22 h 01 min

DHH , fin de la conversation privée! pour dire que
– non, personne ne m’avait dit que…mais la rigueur et la logique m’avaient fait pressentir que…
— en parfait accord avec vous; traîner ses parchemins, pour la montre!! le présent et ce que nous sommes devenu(e)s, ce que nous faisons,comptent.
Au plaisir de vous lire, sur la RdL..
***************************************************

DHH dit: 7 mars 2016 à 20 h 05 min

@lola
Des lors que nous restons sous ce fil pratiquement épuisé j’ai moins de scrupule à squatter la RDLpour prolonger avec vous cette conversation privée
Oui, sur mon passé vous avez eté clairvoyante …ou informée par l’une ou l’autre des habituées de ce blog que j’ai eu l’occasion de rencontrer, et qui en savent un peu plus que les autres sur moi
De toutes manières je crois qu’il faut être dans le present,ne pas se definir à travers une peau d’ane ancienne ,mais se sentir installée dans ce que le temps a fait de nous ,des êtres sui generis, telles qu’en en nous mêmes enfin l’âge nous a changées ,nous amenant à découvrir et accepter notre vraie nature, loin des assignations qui ont un temps corseté nos vie

lola dit: 7 mars 2016 à 17 h 11 min

POUR DHH, peut-être aurez-vous l’idée de revenir par ici.
Le prof en question dirigeait 2h de TD,avec une maestria et un plaisir évident.Il nous avait mis dans sa poche et ns le lui rendions bien . C’est tout le mystère de la pédagogie…inexplicable parfois. Mais 2h de TD_latin avec 20 élèves, possible aujourd’hui ? à la S ?? j’en doute.
De ces moments heureux j’ai gardé des amis. 3 sont décédées brutalement, une amitié rare et un goût inaltérable pour les L.A. qui m’ont vraiment tout appris, textes, langue, hist, art, tout était passionnant et exigeait un effort certain. Le travail en binôme, voire tri,aussi:il permettait de travailler vite et en profondeur,de se critiquer (loin de ce que suggère NVB, qui n’est qu’émiettement, âge considéré).
J’ai deviné que vs aviez fait l’ENA, sûrement, analyses,synthèses, rigueur. Je souhaitais faire de l’archéologie,sculpture,archi .. un DES sur Aristophane avec Fernand Robert,grand prof; puis la vie et ses méandres..mes fils sont physiciens.sans grec ni latin …des horaires inacceptables et ….
Nous ne nous rencontrerons peut-être jamais, échanger et débattre, c’est déjà intéressant!Lola.

DHH dit: 7 mars 2016 à 10 h 04 min

@lola
merci de cette reponse .
non ce portrait ne me dit rien;seulemnt le regret de ne pas avoir connu ce prof.
comme dans votre cas lorsque que je rencontre-presque quotidiennement – une vieille amie qui fut ma condisciple des le secondaire , de grands moments de notre conversation portent sur le souvenir des profs qui nous ont marquées et ce pour nous depuis le lycée

christiane dit: 7 mars 2016 à 10 h 04 min

Renato,
je vous ai répondu. Mon commentaire est en attente de modération et je crois avoir compris pour quelles raisons. J’ai mis beaucoup de temps à l’écrire car entre deux phrases, je retournais aux madones vues sur internet. Je vais essayer de le copier -coller et de le poser dans les commentaires du billet d’au-dessus !

christiane dit: 7 mars 2016 à 10 h 01 min

Bonjour Renato,
Grâce à vous je viens de faire un grand voyage (internet) de madone en madone dans l’art italien de la Renaissance. Je découvre « la madone au long cou » de Parmigiano (Francesco Mazzola) dont on dit qu’il était la réincarnation de Raphaël). Oui, ce tableau peint pour l’église Santa Maria de Parme (bien qu’inachevé) est un chef d’œuvre (méconnu) qui a dû influencer Modigliani (je préfère ses merveilleux dessins à la sanguine ou à la pierre noire). Mais dans cet allongement des formes, ces lignes pures des portraits de Modigliani, je pensais aux si nombreuses madones de Raphaël qui ont toutes le cou délicieusement étiré (Vierge aux œillets- la belle jardinière – celle au diadème bleu- celle au chardonneret….), au portrait de la Fornarina. Modigliani, influencé par cet héritage(?) peindra le portrait d’une jeune femme, « nu à la chemise » main posée sur un sein, long cou; une maternité, aussi.. et tant de portraits plus beaux les uns que les autres. Mêmes compositions, mêmes poses. Grâce et harmonie. Équilibre du dessin et de la couleur. Douceur, charme, sourire indéfinissable.
Durant l’automne 2012, j’ai vu à la Pinacothèque une grande exposition des œuvres de Modigliani. « La madone à la rose » de Raphaël et autres vierges à l’enfant étaient évoquées…
Merci de m’avoir fait découvrir cette Vierge « au long cou » de Parmigianino.

christiane dit: 6 mars 2016 à 13 h 07 min

@JC….. dit: 6 mars 2016 à 12 h 48 min
Oh, rien ne presse. Ça viendra… Rien n’est indispensable et là y’avait pas de « gros mots » ! juste de l’art… Va comprendre… Mystère de la RDL. En attendant je peins (huile sur papier) et c’est bon, ça fait du bien…. Dehors froid lumineux devenu gris. Le ciel s’habille de camaïeux. Ce matin, j’ai changé les meubles de place. J’adore ! Les lumières et les espaces sont différents. Le choix du jour : alléger… (influence de Modigliani qui aimait simplifier…) Sur la RDL d’en haut, le temps est à la castagne : influence des giboulées de mars ? Ce mois rend fou…

lola dit: 6 mars 2016 à 13 h 07 min

Christiane Lucy. No matter. Je me réveille.Je viens de jeter un oeil sur le livre recommandé par Lucy, illus remarquables, le texte est en minuscules caractères. Je n’ai pas vu le Titre. Merci Lucy, belle découverte.
(j’ai des difficultés à insérer un lien, ma souris n’en fait qu’à sa tête)
J’aime l’art des cyclades, p.être aussi un rapport avec Brancusi ??? Je vais lire le texte qui ne se laisse pas agrandir.

lola dit: 6 mars 2016 à 12 h 57 min

@DHH Son nom m’échappe,à l’instant. Il était professeur à l’école des Chartes, il était brun, et surtout il portait une Lavallière en soie bleue à pois blancs, nouée avec un grand noeud… Plein d’humour, vénérant Camember et les pieds Nickelés, ses cours étaient exceptionnels,fantaisie et rigueur absolue.Aucune difficulté ne résistait devant son exigence et …sa pédagogie.D’une politesse exquise, grand siècle. Toutes les questions étaient possibles, il répondait tjrs.Nous l’adorions absolument.Il faisait des TD et nous désossions des quantités de textes.Longtemps j’ai parlé de lui avec une amie (rencontrée au cours !) nos souvenirs étaient inépuisables.Nous avons été je crois ses derniers élèves , il a été nommé inspecteur général.Dommage.Cela vous éclaire-t-il ? Si oui, gardez le nom secret !

JC..... dit: 6 mars 2016 à 12 h 48 min

Christiane,
les modérateurs logiciels ne sont pas infaillibles : on peut les tromper avec des modifications légères des mots qui les chagrinent !

Soyez rouée…. si si…. c’est possible, il suffit de changer de valeur un moment, puis on revient aux anciennes !

christiane dit: 6 mars 2016 à 12 h 30 min

Chère Lola, mon commentaire est toujours en attente de modération. C’est dimanche… il va faire le tour du cadran ! en attendant, lien intéressant de Lucy…

DHH dit: 6 mars 2016 à 11 h 46 min

@lola
serait-il indiscret de vous demander le nom de ce prof que j’ai dû moi aussi connaître à la fin des années 50?

christiane dit: 6 mars 2016 à 8 h 53 min

Bonjour Lola,
Quel tourbillonnant passage !
A propos de Modigliani et des statues des Cyclades, il fait se souvenir de la rencontre, de l’amitié et du travail avec le sculpteur Brancusi (1906 – il a 22 ans). De sa fréquentation du Louvre avec la poète Anna Akhmatova. Ces statues lui inspirèrent un travail de sculpture (têtes) puis il choisit la peinture (comme les portraits de Jeanne Hébuterne) et le dessin. « les Caryatides roses » de forme géométrique stylisée, proportions étirées, visages étroits et allongés. Les sculptures africaines (masques Fang du Gabon, dont Picasso s’entourait), aussi. Il transpose sur la toile son regard de sculpteur, épurant au maximum les traits du visage pour n’en garder que l’essentiel (nez étroit et long – cous en colonne- visages ovales languides, penchés – bouche étroite – yeux opaques en amande, sans pupille). Travail tout en lignes, tout en courbes gracieuses (ellipses verticales). Formes simples et abstraites. Corps hiératiques mais sensuels aussi…
Mais Modigliani c’est aussi toute la palette du XVIe s. italien… Italie où il voyagea, enfant, avec sa mère, visitant tous les musées, les églises de Florence (« La Madone au long cou » de Raphaël), Rome, Sienne, Naples, Venise… Peu de matière, camaïeux de couleurs (roses- orangés- pourpres, zones de lumière rehaussées par le blanc d’un col, fonds vert sombre, unis, pour sertir les visages, pureté des formes, gravité mélancolique des visages…

Sérénité et douceur, grâce féminine et érotisme discret quand je contemple ces statuettes et les toiles de Modigliani.
Qui eût cru que la boutade d’Emmanuelle nous entraînerait dans une telle joie ? Magie des toiles, des dessins, des sculptures…

D. dit: 5 mars 2016 à 23 h 53 min

J’aime beaucoup Marc Fumaroli également. Je ne suis aucunement surpris qu’il soit l’ami de Jean d’Ormesson, ce que, en passant, j’ignorais.

lola dit: 5 mars 2016 à 23 h 09 min

Christiane . Les 4 vol sur l’art grec ont été publiés dans la coll « l’univers des formes » initiée par Malraux,Elle est éditée à nouveau et remise à jour. Le 1° vol. l’art archaïque traite aussi de l’art des cyclades . Est édité chez …Pierre Assouline, un vol. sur l’art des Cyclades. Il ne saurait qu’être bon.A voir…!
pierre deVambez (dewambez est un presqu’homonyme)
joyeuses occupations.

lola dit: 5 mars 2016 à 22 h 42 min

DHH ou les fans de jean d’O.Le billet de P.A était tout en finesse, mettant en lumière, cependant, le côté papillonnant de l’homme /écrivain. Or il fut l’ami pendant 30 ou 40 ans de Marc Fumaroli, qui à priori, ne semble pas être son genre. Mais Fumaroli est rigoureux et non pas rigide; pas la peine de faire son portrait. Que les deux hommes( qui n’ont pas suivi le même parcours) aient eu un lien d’amitié aussi fort et fidèle, les éclaire d’une autre façon. Les « romans » de J.d’O m’ont tjrs semblé faibles d’un pt de vue romanesque ( je ne suis pas critique) mais il y a d’évidents points forts chez lui , hors l’élégance et le brillant et l’élégance de sa conversation.A voir.
Par ailleurs, on sait que J.d’O fut un ardent défenseur du Grec mourant, et j’ai retrouvé une communication de Fumaroli sur l’enseignement / disparition des L.Anc, superbement argumentée, défense en même temps de l’Ecole, laïque.
Bref ….

lola dit: 5 mars 2016 à 22 h 20 min

Christiane, j’arrive après la bataille, mais vous avez trouvé de prompts renforts…Comme Lucy et tous les rdéliens philHellenes vous l’ont dit, il s’agissait d’une tête caractéristique de l’art cycladique. C’est en fait une appellation un peu fourre- tout, qui désigne ce qui n’est pas l’art minoen,ni l’art mycénien, ni l’art classique, ni l’art hellénistique …L’archéologie ayant fait des progrès et des découvertes, on cerne mieux maintenant ce qu’on appelle l’art des cyclades, en fonction du lieu exact où ont été et sont découverts les objets . Le texte de Malraux,oui; sa réflexion est philosophico-esthétique.
J’étais ailleurs et ai mal suivi votre recherche. Il y a plusieurs volumes dans la collection ,initiée par Malraux,je crois,publiée chez Gallimard, épuisée mais rééditée,pour qqs vol. Ce soir ou demain, je chercherai; caractéristique des cyclades, en tout cas.
Rapport avec Modigliani? à Montparnasse que connaissait-on vraiment ?
Quand j’ai découvert l’art grec au Louvre, l’Héra de Samos était dans les sous-sol, et il fallait une lampe de poche ….
Les livres sur la céramique sont exceptionnels CAR, les terres cuites sont exceptionnelles . Pierre Dewambez qui en était le conservateur était lui-même, exceptionnel.La répétition s’impose.
(je relirai vos posts demain)

lola dit: 5 mars 2016 à 21 h 52 min

DHH hier ou aujourd’hui….excellente suggestion; j’avais pensé à 2 saynètes en tête bêche; l’une, reconstitution avec des documents d’époque* ,comme on dit! et l’autre une BD ou un petit film d’animation :Socrate/Platon; Socrate/Xenophon, à la façon de posts et pastiches …afin de réveiller les Antiquités défuntes! ms c’est un projet non-rentable…
* un jour, l’un de nos profs de latin(qui aimait bien le sapeur Camember (j’ai été mangé) est arrivé(salle Cavaillès) avec un gros fascicule: synopsis d’un film futur dont le réalisateur souhaitait soigner la réalisation et appelait à l’aide…on y faisait le ménage avec des ‘balais d’époque’ on y prenait des collations’d’époque’ ,et tout à l’avenant; pendant quasiment 2 h, ns étions une petite vingtaine, ns ns sommes amusés à inventer les balais d’époque,les jupettes d’époque; et nous avons complété avec joyeuseté toutes les lacunes du cinéaste; et par là même, nous avions pris conscience de nos propre lacunes, car on imagine tjrs les Grecs et les latins selon une imagerie stéréotypée, erronée..A l’occasion de Cléopâtre, beautyful Taylor, j’avais trouvé au Louvre des livres sur les parfums, les maquillages, les coiffures;la lingerie, les bijoux,tout un monde !!je les ai simplement lus et ..un peu oubliés
J’aimerais bien retrouver des traces de cette sténographie….car c’était, dit-on, un vrai système…

DHH dit: 5 mars 2016 à 20 h 21 min

@lola hier 17 h 52
La scène anachroniquement drôle que vous imaginez , Socrate devant son amphi avec son élève Xénophon au premier rang ,un rien fayoteur, qui prend des notes, m’a fait penser dans le même esprit à un petit conte archi drôle d’Umberto Eco dans Pastiches et postiches où il imagine l’émission de télévision qui rend compte en direct de l’arrivée de Christophe Colomb sur un rivage caraïbe en la calquant sur celle qui avait rendu compte des premiers pas de l’homme sur la lune

christiane dit: 5 mars 2016 à 19 h 59 min

@M.Court
Mais c’est épatant votre référence à « La Tête d’obsidienne » (Malraux /Gallimard – 1974).
Malraux y évoquait l’œuvre de Picasso, un an après sa mort (en mars 1973). Des dialogues où l’imaginaire se mêle à la réalité de la conversation. Ce livre, il l’intègrera dans les « Antimémoires » puis, plus tard, dans « Le Miroir des limbes ».
Il y a ce passage « Le petit Bonhomme des Cyclades », se référant à une petite idole des Cyclades qui appartenait à Picasso.
« De temps en temps je pense, il y a eu un Petit Bonhomme des Cyclades. Il a voulu faire cette sculpture épatante, comme ça non ? exactement comme ça. Il croyait faire la Grande Déesse, je ne sais quoi. Il a fait ça. Et moi à Paris, je sais ce qu’il a voulu faire : pas le Dieu, la sculpture. Il ne reste rien de sa vie, rien de ses espèces de dieux, rien de rien. Rien. Mais il reste ça, parce qu’il a voulu faire une sculpture. Qu’est-ce que c’est notre… nécromancie ? Et ces trucs magiques, qu’ont les peintres, les sculpteurs, depuis si longtemps ? Quand on croyait à la beauté immortelle, aux co.nneries, c’était simple. Mais maintenant ? » (p 118)

On ne sait plus si on entend la voix de Picasso ou celle de Malraux…

DHH dit: 5 mars 2016 à 19 h 57 min

@Christiane
remercions Lucy pour sa réponse eclairée.
pour ma part je n’aurais rien eu a dire sur le sujet et beaucoup moins que ce que vous-même semblez y connaître;
vous me créditez bien généreusement de savoirs que malheureusement je ne détiens pas

christiane dit: 5 mars 2016 à 19 h 14 min

@M.Court et Lucy
Pas trouvé le dialogue sur les Cyclades mais ce très ancien billet (4/01/2014) de la RdL, contenant dans les commentaires un dialogue entre l’auteur du billet Mamadou Abdoulaye Ly et M.Court qui vaut son pesant d’or !
larepubliquedeslivres.com/la-confrontation-malraux-picasso/

Court dit: 5 mars 2016 à 18 h 32 min

Après la bataille, mais, du coté de Lucy.
Voir dans La Corde et Les souris, et précisément la Tete d’Obsidienne, le passage ou Malraux s’entretient avec Picasso des Cyclades
« Il vint un petit homme des Cyclades »….

christiane dit: 5 mars 2016 à 15 h 43 min

@D. dit: 5 mars 2016 à 15 h 31 min
Cher Achille,
ça ne me gêne pas du tout , D. Je veux bien faire la tortue si c’est Zénon qui nous départage…
Il est dit qu’un jour, le héros grec Achille a disputé une course à pied avec la tortue. Comme Achille était réputé être un coureur très rapide, il avait accordé gracieusement à la tortue une avance de cent mètres. Zénon affirme alors que le rapide Achille n’a jamais pu rattraper la tortue…
Vous connaissez ces statuettes ? De telles beautés…

D. dit: 5 mars 2016 à 15 h 31 min

Je me demande quand-même, Christiane, si je n’ai pas raison un petit soupçon de plus que vous, histoire de faire la différence.
Ça ne vous dérange pas ?

christiane dit: 5 mars 2016 à 15 h 00 min

@Lucy dit: 5 mars 2016 à 14 h 56 min
Je pensais l’avoir mis en premier. On parle beaucoup de lui en ce moment grâce à l’expo à Villeneuve-d’Ascq et à celle de Lille. Un peintre ++++ (comme le note Lola quand elle est contente !)

christiane dit: 5 mars 2016 à 14 h 56 min

@D. dit: 5 mars 2016 à 14 h 31 min
J’adore !!!
Mais Lucy ( ce prénom vient du latin et fait référence à la province lucanienne, une région méridionale par laquelle on pouvait voir le lever du soleil.) a fait lever le soleil !!! MERCI, Lucy.
D. Nous avons raison tous les deux ! Chic alors.

Lucy dit: 5 mars 2016 à 14 h 48 min

D et Christiane,on peut dire que vous avez raison tous les deux, cependant la « Grèce pré-classique » étant un tel fourre-tout*, je pencherai pour parler tout simplement de civilisation des Cyclades et de l »art cycladique » qui est sans ambiguïté, dont le terme est communément admis et qui possède un merveilleux musée à Athènes que je vous encourage vivement à visiter si vous passez par là.

* https://books.google.fr/books?id=eKsbBAAAQBAJ&pg=PT5&lpg=PT5&dq=la+grece+pr%C3%A9classique&source=bl&ots=7Ihyuhnp2t&sig=VGQt8gxtaYmq77Jf7w2VEIYsKgU&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjY5JzT1KnLAhWF6RQKHcbBBDsQ6AEIVTAM#v=onepage&q=la%20grece%20pr%C3%A9classique&f=false

D. dit: 5 mars 2016 à 14 h 31 min

Bon, vous vous secouez les burnes, les hellénistes, oui ou m…e ? Vous voyez pas qu’on est dans les ténèbres ?

christiane dit: 5 mars 2016 à 13 h 50 min

Cher D,
je crois qu’il nous faudrait l’aide de DHH, Lavande, Lola, Lucy, M.Court (ou encore… de Jean d’Ormesson !) car je ne suis pas assez calée pour vous répondre en finesse.
Non, il ne s’agit pas de la Grèce pré-classique mais de ces régions égéennes où vécurent en même temps que les Hellènes, des populations « alloglottes », méditerranéennes, plus proches des Indo-Européens (Pelasges) dans les îles, la Crète, Naxos… où furent trouvées ces merveilleuses statuettes des Cyclades.
Je suis certaine que nos amis vont nous éclairer.

christiane dit: 5 mars 2016 à 11 h 09 min

@Couic dit: 4 mars 2016 à 21 h 44 min
Faites suivre ce document intéressant mais polémique à Emmanuelle ! la citation vient d’elle. Moi, Rome et ses béatifications… ce n’est pas vraiment ma préoccupation.
Quant aux statues, je préfère l’art des Cyclades de la culture pré-grecque, d’il y a cinq mille ans, issu de l’archipel central de la mer Égée (Naxos, une des Cyclades).
Ces petites idoles-violons, féminines, nues, en marbre soigneusement poli, sont ravissantes. Têtes lisses, arête triangulaire du nez (seul relief de la tête). Elles influencèrent de nombreux artistes dans les années 1930 comme Picasso, Brancusi, Laurens, Giacometti et Arp.

JC..... dit: 5 mars 2016 à 11 h 07 min

Un aveu, avant de vous quitter définitivement car le devoir apéritif m’appelle.

Payé au commentaire, je me réjouis de poster sur Jean d’Ormesson le Magnifique descendant direct de nos héros historiques, Bayard jeune, D’arc Jeanne, de Rais Gilles, Guise, Fouché, Bonaparte, Déroulède Paul, Blum Léon, Bidault Georges, Achard Marcel, de Monfreid Henri, Raimu Jules, Fernandel, Le Vigan, Hamon Benoit, Le Maire Bruno, Hanouna Cyril, Julliard Bruno … et attend avec impatience le nombre de 568 commentaires, bientôt atteint.

A comparer, hélas ! avec l’intérêt qu’à suscité le courageux billet de Passou sur Kamel Daoud …. 284 commentaires ! Quelle honte, mes ami(e)s ! Bonne soirée, les phiottes !

William Legrand dit: 5 mars 2016 à 10 h 37 min

Madame Verniglia nous confie : JC est triste car il est en panne d’ordinateur depuis deux jours et qu’il y a un nain posteur qui écrit des cochoncetés à sa place sur la Airdéelle, les gens rigolent.

JC..... dit: 5 mars 2016 à 10 h 09 min

Commençons par élever nos mentules, mes biens chers Frères ! Nous nous occuperons d’élever nos âmes une fois sur le quai de la dernière gare, au moment où la sagesse nous accompagne avec sa sœur la crainte …

JC..... dit: 5 mars 2016 à 9 h 56 min

En tant que chercheur porquerollais internationaliste, j’ai rencontré, et guéri, une jeune femme maghrébine dotée de six orteils à chaque pied et d’une esquisse de sein situé entre Pierre et Paul*…

Y a t il matière à miracle et béatification de votre serviteur ? Pourquoi pas ? …
(* deux saints pris au hasard, aucun rapport avec des critiques magnifiques bien connus…)

JC..... dit: 5 mars 2016 à 9 h 50 min

Revenons au billet : notre Père Jean d’O n’est il pas notre Mère Teresa en littérature ?

avec amabilité dit: 5 mars 2016 à 9 h 38 min

Pauvre jc qui rame comme d’hab pour soutenir les intégristes ! (comme il souffre après avoir perdu ses biens!) LES ouvrages de recherche et les témoignages sur cette illuminée dérangée ne manquent pas. Rien d’étonnant. On est habitué aux magouilles du saint siège et ses partisans

JC..... dit: 5 mars 2016 à 9 h 34 min

« Avec amabilité », permettez moi de vous offrir un miroir. Vous vous souviendrez de la question que vous devez vous poser…uhuhu !?

JC..... dit: 5 mars 2016 à 9 h 32 min

« Scandale / Des chercheurs remettent en cause la sainteté de Mère Teresa !
Rédaction le 27 février 2013
Plusieurs chercheurs montréalais affirment, après avoir épluché plusieurs centaines de documents consacrés à la vie de Mère Teresa, qu’elle ne méritait certainement pas la béatification obtenue du pape Jean-Paul II.

Serge Larivée, chercheur au département de psychoéducation de l’Université de Montréal, ainsi que deux de ses collègues, vont diffuser les conclusions complètes de leur enquête, au cours du mois de mars, dans la revue scientifique «Studies in Religion». »

Lorsqu’on est une lasagne pleine de trous, sans sauce, sans viande, sans goût, on ne se moque pas des nouilles pertinentes !

avec amabilité dit: 5 mars 2016 à 9 h 15 min

JC….. dit: 5 mars 2016 à 9 h 02 min

pauvre nouille ce n’est pas le fait d’un chercheur! reste donc sur ton île-prison

eh ben dis donc dit: 5 mars 2016 à 9 h 13 min

La vache! qu’est-ce qu’elle tenait !! De nos jours elle irait consulter
 » Les pauvres ont besoin de nous, mais le besoin que nous avons des pauvres n’est pas moins grand » « La plus grande pauvreté réside dans le fait de ne pas être aimé.  » « la souffrance partagée avec la Passion du Christ est un don merveilleux et un signe d’amour. »
« N’ayez pas peur d’aimer jusqu’à la souffrance.
Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi.
Jésus se cache sous le visage de la souffrance. »
« fais que les pauvres, en me voyant, se sentent attirés par le Christ,  »
http://www.evangelium-vitae.org/documents/187/guetteursveilleurs/vie-spirituelle/250-citations-de-la-bienheureuse-mere-teresa.htm

JC..... dit: 5 mars 2016 à 9 h 02 min

Cela ne me gêne en aucune façon qu’un brave chercheur Larivée, un vrai canadien -crissant tabernac !- fasse le pitre pour qu’on parle de lui !

C’est ce que nous faisons tous, ici et ailleurs.

Mère Teresa, pour ce quelle a fait, mérite estime et respect. Aimables critiques anémiés, courrez jusqu’à votre miroir, et posez vous la question en vous regardant dans les mirettes :

« Qu’est ce que t’as fait de bien, c.onnard, depuis que ta mère t’a mis bas… ? »

JC..... dit: 5 mars 2016 à 9 h 00 min

Cela ne me gêne en aucune façon qu’un brave Larivée canadien -crissant tabernac !- fasse le pitre pour qu’on parle de lui : c’est ce que nous faisons tous.

La mère Teresa, pour ce quelle a fait, mérite estime et respect.

Aimables critiques, courrez jusqu’à votre miroir, et posez vous la question en vous regardant dans les mirettes :
« Qu’est ce que t’as fait de bien, connard, depuis que ta mère t’as mis bas… ? »

quart de neurone dit: 5 mars 2016 à 8 h 48 min

sainte cricri et monseigneur court ont toujours raison, c’est un don du très-haut

pieces jaunes dit: 5 mars 2016 à 8 h 46 min

Où est allé l’argent de ces petits arrangements ? Au PS ?

La droite et l’extrême droite étant aussi pures et désintéressée que la très sainte mère térésa, comme chacun sait …

JC..... dit: 5 mars 2016 à 8 h 22 min

Sans médire, les religieuses c’est comme les putains : hasard de la vie ou vocation, au juste ?

ribouldingue dit: 5 mars 2016 à 8 h 15 min

« Les Joyeux Djihadistes du Yemen viennent de commettre crimes sur crimes en la personne de sœurs de la Congrégation de Mère Teresa, assassinées de sang-froid à ADEN, hier. »

Dommage, JC, elles étaient en train de rassembler des fonds pour ériger un monument funéraire en or digne du Taj Mahal à Mère Teresa qui les en avait suppliées avant de mourir.

JC..... dit: 5 mars 2016 à 7 h 09 min

Les Joyeux Djihadistes du Yemen viennent de commettre crimes sur crimes en la personne de sœurs de la Congrégation de Mère Teresa, assassinées de sang-froid à ADEN, hier.

Dieu reconnaitra les siens. Et qu’allaient elles faire dans cette galère ? Le loup est un loup pour l’homme.

Rira bien qui rira le dernier, non ?…..

JC..... dit: 5 mars 2016 à 6 h 56 min

Hier, c’est si rare, vu en fin d’après-midi une merveille sur MEZZO !

CURSIVE II, un ballet, chorégraphie de Lin Hwai-min, musique de John Cage. Décors, costumes, minimalistes -on est pas au Marinsky, mais à TAIWAN- blancheur, éclairages subtils, sobriété absolue, danseurs et chorégraphie sublimes !!!

Une vieillerie enregistrée en 2005, réalisée par Ross MacGibbon. Ne ratez pas ça, si cela vous passe sous la truffe !…

JC..... dit: 5 mars 2016 à 6 h 43 min

Je me lève.

La pétition Click-Click a dépassé le million de click !

Je me recouche.
(… la France est en marche vers le mur accueillant avec une détermination irrationnelle parfaitement maitrisée…. Pourquoi sans faire ? Pourquoi s’en faire ….)

Court dit: 5 mars 2016 à 0 h 16 min

Ce n’est pas parole d’Evangile, mais parole D ‘Evangéliques, dont on connait l’amour débordant pour le Catholicisme….

news dit: 4 mars 2016 à 22 h 14 min

Vous avez raison, couic. Il est bien connu que Mère Teresa roulait en Rolls, passait plusieurs mois par an dans sa somptueuse villa de Saint Barth’, se mettait une perruque blonde pour aller jouer au casino de Monte Carlo et se fichait éperdument de la misère humaine…

Vos ragots me paraissent singulièrement peu étayés ou idiots (qu’une bonne sœur soit contre l’avortement est une évidence).

Phil dit: 4 mars 2016 à 20 h 57 min

Je vous crois volontiers, baroz. Les Valois de Bourgogne étaient aussi une tige mineure mais vigoureuse. Louis XI a dégusté. Mais les tiges mineures ne font jamais long feu.

Porte parole de Xénophon dit: 4 mars 2016 à 20 h 05 min

Lola 14h56. Vous avez parfaitement raison de remettre à sa place Xénophon qui est trop superficiel disciple de Socrate. La phrase réelle était « Cogne toi toi-même » que Socrate répondit à Calliclès.

Court dit: 4 mars 2016 à 19 h 41 min

Les vénitiens de l’époque ne s’en tapaient pas, Jibé. Il existe des lettres très bien informées et fort respectueuses des ambassadeurs de la Sérénissime. Il est vrai que c’étaient Les Morosini, pas les Barozzi , branche Concierge…
la Banque de France est aujourd’hui le principal Mécène du Louvre. Elle a les moyens de ses ambitions.
MC

christiane dit: 4 mars 2016 à 19 h 37 min

@thérèse dit: 4 mars 2016 à 15 h 54 min Vous y étiez ? non ! alors faites comme l’emmanuelle : fin de partie !

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 19 h 20 min

nous gardons la Femme, qui n’est pas signée…Cherchez l’erreur

..sexisss..machiss..ha tu vas voir quand bonne clopine va lire tout ça..elle risque pas dfaire un enfant avec toi

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 19 h 18 min

bientot ça sra une capsule de boite de stout qui a étanché la soif à dracul..à moi le mossad !..les vistemboires hantiques du roi salomon dans la bande de gaza..c’est y du mou d’veau sacré nom!

Phil dit: 4 mars 2016 à 19 h 14 min

blasphémez pas, baroz. vos ancêtres vénitiens embrochaient le Turc avec la même foi que la pucelle.

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 19 h 14 min

relève que cet anneau de cuivre est devenu d’argent

s’arrêter a de tel détail..a des ptis mystères si transparent en nos temps nucléaire et nanotechnologique..mais c’est d’un petit ! je te félicte pas meusieu court

Jibé dit: 4 mars 2016 à 19 h 04 min

« Des deux Rembrandt Rothschild si bien gérés par Fleur Pellerin, nous gardons la Femme, qui n’est pas signée…Cherchez l’erreur, s’agissant d’un couple que la Banque de France avait offert d’acheter…. »

ça c’est le plus important, M. Court. L’anneau de Jeanne d’Arc c’est comme son pucelage de légende. On s’en tape ! Où est allé l’argent de ces petits arrangements ? Au PS ?

Court dit: 4 mars 2016 à 18 h 39 min

Je ne sais pas d’ouvient cette légende concernant un anneau volé par Cauchon et passé en Angleterre. Le procès de réhabilitation n’en fait pas mention.
Il a pu exister, si Guillemin ne se trompe pas, un anneau donné par la veuve de Du Guesclin à Jeanne. Le problème est qu’on ne sait pas à quoi il ressemble. Il ne semble pas nous etre parvenu.
Enfin, Olivier Bouzy, la précision meme en matière johannique, relève que cet anneau de cuivre est devenu d’argent.
Le syndrome de la Tiare de Saitapharnès, superbe faux acheté en compétition avec l’Angleterre par le Louvre, referait-il surface au Puy du Faou?
MC
PS
Des deux Rembrandt Rothschild si bien gérés par Fleur Pellerin, nous gardons la Femme, qui n’est pas signée…Cherchez l’erreur, s’agissant d’un couple que la Banque de France avait offert d’acheter….

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 18 h 11 min

tiens jme régale a lire les commentaires sur l’anneau dla patronne dans la press anglaise..j’en ai retenu 2.. »est ce que les français on dmandé l’autorisation à merkel avant dle ramner en france au moins »..et « ..mon précieux mon doux précieux »

lola dit: 4 mars 2016 à 18 h 10 min

DHH mon post de 17h52, tout-à-fait anodin, est en attente de modération…il doit attendre la barque à Charon surchargée d’âmes en peine.

lol dit: 4 mars 2016 à 18 h 06 min

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 17 h 57 min
tu lui dis ta gueule raclure de keupu

ta gueule raclure de keupu

Ou presque dit: 4 mars 2016 à 18 h 05 min

« emmanuelle 15h31 »

Ne jamais polémiquer avec un vieux c.n qui se prend pour une jeune vierge.

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 18 h 03 min

Ecoute, les posts risquent d’être coupés

lolo est ficelée nue la tête en bas dans la cave de sigmaringueune et tape avec son nez et tout l’monde s’en tape

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 18 h 00 min

omme moi_même ,qui en contrepartie ignore tant de choses que mes lacunes diverses font l’etonnement de mes petits-enfants

drh sait pus quoi hinventer pour dire qu’elle connait pas le fistpheuking..

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 17 h 58 min

Allez donc voir si cet article est publicitaire..

cest sureman pourri de virus comme chez serdgio

JC..... dit: 4 mars 2016 à 17 h 57 min

Mon sang se glace, soudain …

Quoi ! Les républiques de la culture viennent de perdre le sépulcral KIOSEFF du JAZZ ? Et le tour du vibrionnant SCEMAMA DE L’ART agonise …

Où on va, là ? Où on va ! PASSOU va bien, j’espère…

lola dit: 4 mars 2016 à 17 h 52 min

DHH 15h47.Bonjour,merci de votre réponse!Je n’ai pas de petits enfants, mais mes enfants me battent largement ….Dinosaure, ça me va très bien,car j’ai eu le plaisir d’étudier, comme vous, avec des dinosaures bourrés de savoir et…d’humour! il en subsiste encore ,dieu merci. Votre conversation d’hier m’avait amenée à chercher l’origine de la sténo; comme j’avais en 3° étudié et appris par coeur! l’Anabase, j’avais comme un reste; j’ai vérifié et…Xénophon s’est trouvé là ,par le plus grand des hasards!Cela pourrait constituer une jolie saynète,Xénophon dans cette expédition terrifiante prenant des notes en sténo; mieux encore prenant toutes les notes possibles en sténo,en écoutant Socrate,car il a bien suivi ses « cours »…toute la face du monde…En fait le sujet serait tout-à-fait du ressort de Jean d’Ormesson, n’est-il pas vrai !!

Sergio dit: 4 mars 2016 à 17 h 52 min

D. dit: 4 mars 2016 à 17 h 42 min
Ce soir, c’est poisson et riz.

Ca c’est pas prudent, passeque si le poisson commence par se taper tout le riz…

nadine dit: 4 mars 2016 à 17 h 45 min

« Que croyez vous que font les riches, sinon subir patiemment le leur »

et dieu sait qu’ils souffrent à cause de ces fainéants de pauvres

lola dit: 4 mars 2016 à 17 h 33 min

emmanuelle 15h31 votre post ne peut en aucun cas s’adresser à moi; il fait allusion à des propos qui ne vous étaient pas destinés. Prière de répondre sur le bon blog et vous aurez une réponse précise. Les remarques que vous avez postées sur la RdL,j’y ai répondu sur la RdL; et c’est tout;polémiquez avec qui vous voulez, pas avec moi.

JC..... dit: 4 mars 2016 à 17 h 00 min

Thérèse,

Quel meilleur conseil à donner aux pauvres sinon de continuer à subir leur sort avec patience et résignation? Que croyez vous que font les riches, sinon subir patiemment le leur …..!

A propos, Thérèse : quand est ce qu’on niaise ?

Javert dit: 4 mars 2016 à 16 h 15 min

Il est hors de question que notre conseil constitutionnel devienne une cour suprême après le départ du fils Debré : Cour de cass. et conseil d’Etat veillent sur le père Fafa, à juste titre. En revanche, il faut en éjecter les anciens présidents de la république qui nous coûtent assez cher d’entretien. Très étonnamment, c’est également l’opinion de JD’O.

thérèse dit: 4 mars 2016 à 15 h 54 min

Christiane 12h46
« elle a su trouvé une utilité, avec générosité. »

un mythe, une barge, que la souffrance des pauvres (les voir accepter de subir leur sort .. comme le christ..) ravissait

Al Ceste dit: 4 mars 2016 à 15 h 50 min

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 12 h 30 min
Article pour ceux qui ne connaissaient pas l’antisémite Urbain Gohier

en effet ils sont si rare de nos jours qu’il ne faut pas manquer jamais d’en faire publicité..

Allez donc voir si cet article est publicitaire..

DHH dit: 4 mars 2016 à 15 h 47 min

@lola
Joli et rigolo néologisme :katabase!
mais encore faut-il savoir pour en comprendre l’humour que kata est le contraire d’ANA ce que savent seulement les dinosaures survivant(e)s d’un monde disparu ,comme moi_même ,qui en contrepartie ignore tant de choses que mes lacunes diverses font l’etonnement de mes petits-enfants

Emmanuelle dit: 4 mars 2016 à 15 h 31 min

à lola et christiane :
1, je ne suis pas un troll
2, je n’obéis pas aux ordres
3, fin de partie

lola dit: 4 mars 2016 à 14 h 59 min

Evidemment: « c’est toi qui aS lancé » en ces temps de réforme, se relire 2 fois plutôt qu’une…

lola dit: 4 mars 2016 à 14 h 56 min

Xénophon 12h22, ça c’est une surprise, comment ça va chez Hadès? Sais-tu que tu vas bouleverser tout notre monde si bien rangé, avec tes révélations explosives?
Alors, comme ça, Socrate parlait Français? tu fus son élève et mieux que Platon tu le connus, pourquoi douter?? Et puis,si je me souviens bien, c’est toi qui a lancé la mode de la sténographie, qui venait juste d’être inventée; oui, bien sûr que je sais comme beaucoup ici que tu prenais en sténo les cours de Socrate vers les années 400 avant Jesus Christ,évident, mon cher. Tu touches encore des droits d’auteurs sur tous tes livres ? d’abord, l’Apologie de Socrate, quel farceur ce Platon qui t’a piqué le titre !! !ensuite sur cette invention mirobolante: écrire plus vite que son ombre, tachygraphie, sténo en abrégé . Au fait, peut-être ne sais-tu pas que les latins ont été moins inventifs que toi, ils se sont contentés d’abréger les mots, tu te rends compte ?
Ecoute, les posts risquent d’être coupés, je m’sauve.Bonne katabase, et si tu anabases à nouveau, fais signe à P.Assouline; il te fera, cher Xénophon, un billet aux petits oignons.

Sergio dit: 4 mars 2016 à 14 h 55 min

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 9 h 23 min
mes deux larbins s’foutent sur le nez.

I faut un troisième ! Même la maison Poulaga ils ont compris cela ils sont dix-huit là où il n’en faut qu’un… Ou zéro d’ailleurs…

JC..... dit: 4 mars 2016 à 13 h 44 min

Histoire d’O !

Rejetons les migrants à la mer, et Mutti Merkel la bergère démente avec le troupeau d’Infidèles !

Histoire d’eaux !

D. dit: 4 mars 2016 à 13 h 01 min

C’était pour te tester, Bouguereauw, ça va tu tiens la route. Je t’aurais bien vu en dame catéchiste du mercredi.

thérèse dit: 4 mars 2016 à 12 h 59 min

Emmanuelle dit: 4 mars 2016 à 12 h 04 min

encore ‘une fille perdue’ comme il dirait bouguereau

les archives intimes du S-Siège dit: 4 mars 2016 à 12 h 58 min

« retour en France de l’anneau de Jeanne d’Arc, »

à 377.000 euros, c’est un miracle

christiane dit: 4 mars 2016 à 12 h 49 min

Emmanuelle,
j’ai fait écho à votre… commentaire. Il est en attente de modération. En attendant, pourriez-vous m’éclairer sur la façon dont vous analysez les « dialogues avec Leuco » ? Cela préciserait votre pensée, vous donnerait de la profondeur, éviterait que je vous prenne pour une gourde….

christiane dit: 4 mars 2016 à 12 h 46 min

Emmanuelle dit: 4 mars 2016 à 12 h 04 min

« à 11:43, le retour de mère Térésa »
Ce n’est pas une injure.
Femme complexe et attentive, qui a connu en ses dernières années l’impossibilité de prier si ce n’est à vide. Mais là où elle était, elle a su trouvé une utilité, avec générosité.
Je vois un rapport lointain avec les Dialogues avec Leuco dont Pavese écrivait pour le rabat de la couverture de la première édition de 1947 :
« …Il a cessé pour un moment de croire que son totem et tabou, ses sauvages, ses esprits de la végétation, l’assassinat rituel, la sphère mythique et le culte des morts sont des bizarreries inutiles…. »
Sa carte de visite pour la postérité….
Et vous, quel rapport faites-vous entre les Dialogues avec Leuco – dont je citais un extrait -, JC, et mon post qui s’adressait à un autre commentateur que vous ? J’ai hâte de vous lire…

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 12 h 35 min

Le retour en France de l’anneau de Jeanne d’Arc, laquelle est, faut-il le rappeler, patronne principale de la France

secondaire..secondaire !..gallican

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 12 h 33 min

Certaines personnes pensent qu’en devenant rien, elles ouvrent forcément la porte à devenir

dis donc dédé..borromini risque pas de te faire un escalier qui monte.bouygue t’en fra un qui descend..à la cave chez satan..hérétique et relaspe..et ça tartine sur lanneau de botre bonne jeanne..salopard

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 12 h 30 min

Article pour ceux qui ne connaissaient pas l’antisémite Urbain Gohier

en effet ils sont si rare de nos jours qu’il ne faut pas manquer jamais d’en faire publicité..

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 12 h 28 min

WGG, on est comme on est. Quand vous êtes né vous n’aviez aucune possibilité de contrôle sur vous-même

haprés l’administration de la question ordinaire et quelques coups de pieds au cul tu fras peut être un chrétien présentab en silice cul nu à genoux en messe basse juste dessous la fuite du toit de la chapelle..mécréant

Xénophon dit: 4 mars 2016 à 12 h 22 min

11h21
On attribue à tort à Socrate le « connais-toi toi même » apocryphe repris d’une inscription Delphique. En fait, à la suite d’une argutie un peu échauffée avec son épouse Xanthippe il avait dit, excédé car à bout de logique : « Et toi ! Conne toi-même ! ». C’est Platon qui a réussi à faire de la version célébrée une doxa reprise par le plus grand nombre.

JC..... dit: 4 mars 2016 à 12 h 14 min

Emmanuelle, cher organisme, le temps passe …

Tu devrais faire comme Jeannot l’Immortel, passer du fauteuil en osier au radassier capitonné Chesterfield….

Le temps passe Emmanuelle, on ne peut pas séduire de la même façon toute une vie.

les archives intimes du S-Si-ge dit: 4 mars 2016 à 11 h 58 min

D. dit: 3 mars 2016 à 20 h 34 min
Le retour en France de l’anneau de Jeanne d’Arc, laquelle est, faut-il le rappeler, patronne principale de la France, constitue à l’évidence un signe.
Phil dit: 3 mars 2016 à 16 h 27 min
L’anneau de Jeanne d’Arc rentre en France. Voilà une nouvelle qui devrait réjouir M. Jean d’Ormesson.

Au début elle avait les oreilles bouchées, il avait fallu s’égosiller
https://pbs.twimg.com/media/B52qsGfIMAAvgW3.jpg

widerganger dit: 4 mars 2016 à 11 h 56 min

Non mon grand DD. Mais confondre l’être et le contrôle relève d’une vision pénitentiaire de la vie qui fait penser à la fameuse colonie de Kafka.

christiane dit: 4 mars 2016 à 11 h 43 min

@William Legrand dit: 4 mars 2016 à 10 h 04 min
Pas étonnant avec les paroles que Chiron lui réservait !
« … il valait mieux que tu restes dans le feu. Tu n’as rien de ta mère sinon la triste forme humaine. Tu es le fils d’une lumière aveuglante mais cruelle, et tu devras vivre dans un monde d’ombre exsangue et plein d’angoisse, de chair corrompue, de soupirs et de fièvre – tout te vient du Radieux. La même lumière qui t’a fait fouillera le monde, implacable, et partout elle te montrera la tristesse, la plaie, la laideur des choses. Sur toi veilleront les serpents.(…) Toi qui, autrefois étais c.ouille et fureur, maintenant tu conduis les ombres exsangues sous terre. »

D. dit: 4 mars 2016 à 11 h 35 min

WGG, on est comme on est. Quand vous êtes né vous n’aviez aucune possibilité de contrôle sur vous-même.

widerganger dit: 4 mars 2016 à 11 h 21 min

Encore faut-il réussir à être ce qu’on est, ce qui n’est pas donné au commun des mortels.

JC..... dit: 4 mars 2016 à 11 h 18 min

« C’est pourquoi se contenter d’être ce qu’on est, mais pour toujours, c’est très bien. »(Dédé le Sirien)

…euh…. dites mon ami D….. « pour toujours »…. seriez vous, au même titre que Jeannot ou Andreï…. immortel ?! …. vous auriez la recette ?!… je suis preneur d’un tonnelet !

D. dit: 4 mars 2016 à 11 h 02 min

Certaines personnes pensent qu’en devenant rien, elles ouvrent forcément la porte à devenir par la suite quelque chose de différent par rapport à ce qu’elles sont sur le moment.
C’est très perturbante quelque part.
C’est pourquoi se contenter d’être ce qu’on est, mais pour toujours, c’est très bien.

obs dit: 4 mars 2016 à 10 h 54 min

de retour de l’Elysée :

« Pourquoi y’a t’il ce Rien, plutôt que quelque chose …? »

Bonne question JC, encore plus énigmatique que son contraire appliqué au monde…

William Legrand dit: 4 mars 2016 à 10 h 04 min

Madame Verniglia commente : soirée arrosée hier soir au bistrot DOJO où JC voulait montrer sa profonde connaissance de Pavese en évoquant les « dialogues avec Lacoste », les gens ont rigolé

JC..... dit: 4 mars 2016 à 9 h 48 min

Persévérons dans la bassesse en revenant à Leibniz, bourré au Scapa, de retour de l’Elysée :

« Pourquoi y’a t’il ce Rien, plutôt que quelque chose …? »

widerganger dit: 4 mars 2016 à 9 h 35 min

Mais justement bouguereau, Chaloux y sait faire que des anachronismes. Y sait pas lire quoi! Y ne sait que l’ire…

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 9 h 29 min

On pourrait faire des sacs qui balancent des yokos !

des qui gémissent..hon pourrait leur faire changer la voix comme les gps..jicé prendrait celle de note bon roi françois.. »jicé jicé pourquoi me persécutes-tu ? »..moi je frais échantillonner celle de jean d’o.. »pourquoi y’a t’il quelquechose plutot que rien »

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 9 h 23 min

mes deux larbins s’foutent sur le nez..ha elle est belle la conscience du petit personnel

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 9 h 20 min

Je vais me coucher, renato. Je vous souhaite une bonne nuit

debout faignant d’dédé..jeanne et la france on bzoin dtoi!

maurice dit: 4 mars 2016 à 9 h 19 min

Emmanuelle dit: 4 mars 2016 à 9 h 06 min
« Je comprends parfaitement que Chaloux n’aime pas Claro. La comparaison n’est pas à son avantage, Claro écrit, Chaloux bave. »

on ne saurait dire mieux

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 9 h 18 min

Millet a peut-être oublié qu’un combat littéraire se mène en littérature.

la voix dson maite en long et chiant..c’est bien mon larbin

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 9 h 17 min

flaubert les aplait bien gentiment les coeurs simpes..hallons havec le temps léon bloum..la déroute de 39..et la télé..les ptites gens ça exissent pus dpuis bien longtemps..avec l’èstoire va tout va trés vite qu’on court haprés dracul..

Chaloux dit: 4 mars 2016 à 9 h 16 min

Emmanuelle dit: 4 mars 2016 à 9 h 06 min

Chaloux bave. Emmanuelle a des pertes. Essuyons-nous le barbu de conserve!

Hurkhurkhurk!

Bonne journée,

bouguereau dit: 4 mars 2016 à 9 h 15 min

Je vous croyais du marbre dont on fait les statues , vous n’êtes que de la faïence dont on fait les bidets

que n’a t’elle dit je m’assois dsus..mais vla..c’est comme jean d’o..leur manque toujours 19 sous pour faire un franc

Emmanuelle dit: 4 mars 2016 à 9 h 06 min

Je comprends parfaitement que Chaloux n’aime pas Claro. La comparaison n’est pas à son avantage, Claro écrit, Chaloux bave.

widerganger dit: 4 mars 2016 à 9 h 04 min

Chez Aragon il y a un emploi des plus-que-parfait intéressant comme un film qui aurait soudain de brusques accélérations. Une forme de jugement du narrateur sur ce qu’il raconte.
Paul Edel à un emploi un peu similaire du plusqueparfai mais il lui assigne d’autres buts.

Chaloux dit: 4 mars 2016 à 8 h 56 min

widerganger dit: 4 mars 2016 à 8 h 46 min

Mon pauvre Alba, ton post c’est la mule qui se moque de l’âne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*