de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Du racontage de mézigue au journal extime

Du racontage de mézigue au journal extime

Ce qu’Alexandre Dumas a dit de l’Histoire, on peut le dire de la langue française : il est permis de la violer à condition de lui faire de beaux enfants. C’est affaire de sonorité, d’accommodement, de goût ; mais s’agissant d’ « extime », il semble que les lexicographes de nos meilleurs dictionnaires prennent leur temps pour l’admettre en leur sein. Des néologismes autrement plus rugueux à l’oreille se sont pourtant imposés dans leurs pages. Patience…

Michel Tournier ces jours-ci pléiadisé, à qui l’on doit l’invention de l’expression « journal extime » jusqu’à ce que l’on découvre un jour peut-être qu’un autre l’avait précédé, l’a consacrée en intitulant ainsi l’un de ses livres en 2002. Sous sa plume, comme sous celles de Marguerite Duras et d’Annie Ernaux, c’est à une véritable projection de soi non plus dans le territoire de l’intime mais dans celui du dehors que se livre le diariste de ce genre-là. Un mouvement d’ouverture vers l’extérieur plutôt que « le racontage de mézigue » comme disait Jacques Perret. Autant de choses vues que de choses lues, de personnages remémorés que de personnes rencontrées. Pour un écrivain, l’exercice tient du laboratoire, de l’atelier, du fourre-tout, du vide-poches. Souvent des livres y naissent, des phrases y sont mises au banc d’essai, des idées discrètement mûries. Paul Valery, qui tenait chaque matin registre de « la vie de l’esprit », y est parvenu avec génie dans ses Cahiers : plus de trente mille pages en deux cents soixante et un cahiers !IMG_7177

Le Journal extime, qui correspond mieux à notre air du temps, n’a pas pour autant éliminé le journal intime à l’ancienne. Ceci n’a pas tué cela.  Mais chez les écrivains, il peut prendre la forme originale d’un blog. On en connaît quelques uns parmi ces blogs à part, suivis chaque jour par des milliers de lecteurs fidèles ainsi venus aux nouvelles : François Bon (« Le Tiers livre »), Claro (« Le clavier cannibale »), Jacques-Pierre Amette alias Paul Edel (« Près, loin »), André Markowicz (Facebook) et Eric Chevillard (« L’autofictif ») ainsi que Pierre Maury (« Journal d’un lecteur ») et Michel Crépu (« La Nouvelle revue française ») ou à l’étranger tel celui de l’espagnol Antonio Munoz Molina (« Visto y no visto »)

Chacun y a développé un ton, un style, une manière, un univers qui lui sont propres. Ceux-là méritent déjà la palme de la persévérance car ils oeuvrent depuis des années et c’est passionnant pour qui s’intéresse aux mécanismes et aux logiques de la création littéraire. Car derrière chacun de leurs commentaires, réflexions, critiques, informations, et sous chacun de leurs éclats de littérature, maximes du jour, fragments bien tempérés, ils se dévoilent mieux que tant d’autres dans leurs mises à nu autoproclamées.

Un blog d’écrivain n’est pas un site à sa gloire. Beaucoup l’ont crû qui ont abandonné au bout de quelques mois. Ils n’imaginaient pas la quantité de travail que cela suppose, jusqu’à devenir une tyrannie consentie que l’écrivain s’impose ; car lorsque l’écriture ne s’exerce que dans le secret de la table de travail à même le papier, nul n’en est témoin ; mais lorsqu’elle se déploie publiquement et régulièrement en ligne, elle est sans cesse sommée par ses lecteurs de rendre des comptes. Un blog de ce type est un journal extime, un carnet de route, une interpellation urbi et orbi.

Petit à petit, les blogs de Bon, Claro, Amette, ceux de Markowicz dont on peut retrouver l’écho dans Partages II (Inculte) et d’Eric Chevillard dans L’Autofictif à l’assaut des cartels (L’arbre vengeur), se sont imposés comme les indispensables incipit de nos journées. Ce qu’ils disent chaque jour de l’état du monde, et qu’ils sont bien les seuls à dire, nous est nécessaire ; sans quoi nous courrions le risque de sortir dans la rue au petit matin avec un faux pli dans le jugement. Lorsque Hegel prétendait à raison que la lecture de journaux était la prière quotidienne de l’homme moderne, il n’imaginait pas qu’un jour elle se tiendrait face à un écran et qu’elle commencerait par les explosions de pensée de quelques écrivains.

(« Du côté de Cabourg » photos Passou)

 

Cette entrée a été publiée dans La vie numérique, vie littéraire.

771

commentaires

771 Réponses pour Du racontage de mézigue au journal extime

Sant'Angelo Giovanni dit: 5 février 2017 à 14 h 55 min


…lire les  » programmes « ,!….enjolivés,!…

…de toutes façons, s’est pour le blé, à ses paradis fiscaux,!…
…et du cinéma en connivences,!…les philosophes adéquats, et journalistes au pair,!…
…des réélections pour se foutre des gens et de leurs régions à mettre aux pas,!…pour des fils à papa,!…
…courbettes et suce la France et son sang,!…comme toujours,!…chauds les marrons chauds,!…au saute-moutons abreuve nos sillons,!…etc,!…

…des Donald’s a vendre,!…suivant, la potée à jour,…

Sant'Angelo Giovanni dit: 5 février 2017 à 14 h 41 min


…moi, c’est champ d’azur à deux lions ailés d’or, celui en chef contrepassant,!…

…sont un rien, plus des chimères,!…
…j’en suis l’auteur, inscrit dans l’héraldique vivante,…

…pourquoi, celui en chef, contrepassant,!…

…pour dire, plus simple,… » ne pas faire,…moutons de Panurge « ,!…

…comme vous y allez,…les seigneurs indépendants et libres,!…of course,!…

…le détail,!…etc,!…pas normand  » regrouper « ,!…Ah,!Ah,!…et à sa guise de trop,!…

Chaloux dit: 5 février 2017 à 14 h 22 min

JC, ce que déclare vouloir faire l’homme politique est anecdotique. Ce vers quoi il pousse inconsciemment son peuple est beaucoup plus sérieux.

Chaloux dit: 5 février 2017 à 14 h 02 min

Non, étudiant sérieux, ce qui m’inquiète n’est pas l’apprenti-sorcier qui sera rapidement balayé mais ce qui viendra après lui. Le programme du FN semblera alors un innocent conte de fées.

etudiant sérieux dit: 5 février 2017 à 11 h 16 min

boudegras dit: 5 février 2017 à 9 h 19 min
« JC, comme son idole Dingo Trump s’en prend à tout le monde, maintenant c’est Bérénice, à quand le prochain ou la prochaine ? la solitude est un naufrage et ce pleutre un vrai naufragé »

Le pauvre gnome varois redouble d’imbécilité, plus contrit et desespéré que jamais , au bord du suicide à cause des escroqueries de sa madone il s’use à s’impatienter de la voir sur le trône
(quant à closet il prie pour son champion affligé au point d’en avoir perdu son triple menton d’homme honnête et fou amoureux de sa légitime

bérénice dit: 5 février 2017 à 11 h 02 min

C’est en lisant les saillies macroniques de Bérénice

Phil, c’est pour le style qui ne renseigne pas précisément des moyens pour des buts définis ( un cahier des charges) à atteindre ou parce que vous me supposez une intention de vote?

boudegras dit: 5 février 2017 à 9 h 19 min

JC, comme son idole Dingo Trump s’en prend à tout le monde, maintenant c’est Bérénice, à quand le prochain ou la prochaine ? la solitude est un naufrage et ce pleutre un vrai naufragé

renato dit: 5 février 2017 à 9 h 02 min

Encore à propos de « perinde ac cadaver ». L’on peut supposer que quelqu’un qui désire vraiment écrire voue une obéissance aveugle (parfaite) à l’idée qu’il se fait de l’écriture. N’importe quel écrivain digne du nom souscrira, au moins qu’il ne soit pas de ceux qui se battent pour leur droit de nier la réalité.

JC..... dit: 5 février 2017 à 9 h 01 min

A propos de pornographie, Bérénice, c’est dimanche… Profitez en pour aller vous faire mettre derrière l’église : ça vous fera du bien dans les écoutilles !

JC..... dit: 5 février 2017 à 8 h 58 min

A propos de fossés indignes et ignobles, chère guenon, je les préfère à bien des autoroutes : on y apprécie mieux la nature réelle du vivant.

JC..... dit: 5 février 2017 à 8 h 56 min

A propos de guenon, Bérénice, vous en êtes une autre ! Vous voyez bien que cette injure n’est pas raciste….

Phil dit: 5 février 2017 à 8 h 55 min

Gregor von Rezzori, dont l’oeuvre ne fut jamais notulée sur ce prestigieux blog, expliquait à Jacques Le Rider en 1997 que ses longues phrases à multiples incises n’étaient plus comprises par ses contemporains, passés depuis à l’indigence touiteuse. C’est en lisant les saillies macroniques de Bérénice que le goût phrasé méandreux de Rezzori m’est revenu en mémoire.

bérénice dit: 5 février 2017 à 8 h 11 min

Quant à l’affaire qui nous occupe et bien que nombreux soient ceux qui pensent qu’elle avantage E Macron elle nous expose également à la victoire du FN, si les faits reprochés à F Fillon s’avèraient exacts, les plus cléments s’accordant pour une moyenne sur trente ans de 3000 euros par mois pour un travail rendu, je n’en penserais rien de plus ou moins que le commun des électeurs sinon et sur un tout autre registre que cette actualité nous propulse dans une belle pagaille un peu plus dangereuse au vu du contexte politique et social un peu comme ce scandale qui pour des faits avérés et sans contestation possible élimina un des présidentiables en 2012.

bérénice dit: 5 février 2017 à 8 h 00 min

JC pour rappel, vous l’avez traitée de guenon, et là votre allusion est pornographique, si vous souhaitiez argumenter en défaveur de cette commission chargée d’examiner les délits de corruption vous pourriez vous y prendre sérieusement sans sortie de route pour des fossés indignes ou ignobles. Pour bobo, vous savez que je n’appartiens pas à cette classe sociale et il y a fort longtemps répondant à une question posée par un proche concernant le racisme, je répondais que le seul qui vaille à mon avis serait celui consistant à repérer les cons et réagir en connaissance de causes.

JC..... dit: 5 février 2017 à 7 h 44 min

ODE A BERENICE

J’ai l’habitude, très chère enfant, de ne pas m’embarrasser de principes appris par cœur et répétés comme un congre boboïde avide de politiquement correct …

Une Taubira est pour moi un désastre ministériel, méritant largement des qualificatifs affligeants, le Syndicat de la Magistrature une bande de gauchistes, et si cela ne vous plait pas, je m’en tamponne les bajoues en vous plaignant d’être si cul-pincé…

Pensez ce que vous voulez, je ferai de même, ayant cette pratique dans le sang. Bon repos…

bérénice dit: 5 février 2017 à 7 h 22 min

JC, après les qualificatifs affligeants infligés à Mme Taubira, personne ne doute plus de votre objectivité et du respect dont vous êtes capable sans distinction de couleur. Il me semble que vous aviez dépassé la concernant les limites de l’admissible en ces lieux à moins d’être à 300% un raciste basique et de, je ne sais pour quelles raisons, bénéficier de la clémence du robot à moins qu’il n’ait laissé passer vos scories dans le but de vous identifier en tant que tel..

JC..... dit: 5 février 2017 à 6 h 57 min

Le système éducatif français ne forme plus de futurs citoyens apte à penser !

Sans autorité, il fait garderie d’enfants turbulents, il délivre des diplômes-passeports de première classe en fin de parcours, il nourrit les confréries qui s’entraident, il rejette, il exclut, il fige …

…et maintient par sa non remise en cause syndicale une « gelée pédagogique » sans pouvoir de rénovation ! Vive la République ! Vive la France ! Vive le Toboggan où glissent les corps-morts …

JC..... dit: 5 février 2017 à 6 h 05 min

Qu’on ne me parle pas de Révolution : tout au plus d’AgitProp bien faite …!

Macron ? « Il faut que tout change pour que rien ne change »

JC..... dit: 5 février 2017 à 6 h 02 min

Trop longtemps maintenu dans l’immobilité politique des blocs partisans soumis à leur idéologie, le populo constitué de bolos standards se venge et confond peopolisation sondagière et démocratie.

Le travail des media porte ses fruits empoisonnés : tout va bien, coco ! C’est nous qu’on commande …

JC..... dit: 5 février 2017 à 5 h 54 min

JOURNAL DE CAMPAGNE

« Pour rappel, le parquet national financier a été créé par Christiane TAUBIRA en 2014, qui y a placé ses amis : le procureur du PNF, Eliane Houlette, était commissaire du gouvernement auprès du Conseil des ventes volontaires. Elle doit son incroyable et fulgurante promotion au Garde des Sceaux de l’époque, laquelle a également constitué une équipe de procureurs adjoints et vice-procureurs parmi ses très proches (Michel Pelegry, Ulrika Delaunay-Weiss, Patrice Amar, Monica d’Onofrio…).
Rappelons aussi qu’en France, le parquet (a fortiori le parquet national financier) n’est pas indépendant du pouvoir exécutif : les procureurs dépendent directement du ministre de la Justice, ce qui est d’ailleurs pointé du doigt par la Cour Européenne des Droits de l’Homme. »

La main de Christiane Taubira dans la culotte de François Fillon ?! Pourquoi nier : la manipulation est évidente … uhuhu!

bérénice dit: 5 février 2017 à 5 h 31 min

Lévinas:

Le temps et l’essence qu’il déroule en manifestant l’étant identifié dans le thème de l’énoncé ou du récit, résonnent comme un silence, sans se faire thèmes eux-mêmes. Ils peuvent, certes, se nommer dans le thème, mais cette nomination ne réduit pas au silence définitif la résonance sourde, le bourdonnement du silence où l’essence, comme un étant, s’identifie. A nouveau, un silence résonne autour de ce qui avait été assourdi, pour l' »œil qui écoute »; le silence de l’égrènement de l’être, par lequel les étants dans leurs identités s’éclairent et se montrent.
Dans la proposition prédicative _ dans l’apophansis_ l’étant peut, par contre, se faire entendre verbalement comme une  » façon  » de l’essence, comme la frutio essendi même, comme le comment – comme une modalité – de cette essence ou de cette temporalisation.

note: ces lignes et celles qui les suivent doivent beaucoup à Heidegger. Déformé ou mal compris? Du moins cette déformation n’ara-t-elle pas été une façon de renier sa dette, ni cette dette une raison d’oublier.

Widergänger dit: 4 février 2017 à 21 h 52 min

Je vous plains, mes pauvres chéris. Qu’est-ce que vous devez être malheureux pour ruminer comme ça tant d’aigreurs !

Janssen J-J dit: 4 février 2017 à 19 h 55 min

Relisez ce que je vous dis !…
mais faites pas comme moi, moi je lis rien, je conseille aux autres, c déjà pas mal.

Widergänger dit: 4 février 2017 à 19 h 52 min

Caïn aussi était pacifique jusqu’au jour où il assassina son frère Abel. Relisez l’épisode biblique. Il en existe un commentaire par E. Lévinas.

Sant'Angelo Giovanni dit: 4 février 2017 à 19 h 16 min


…çà , pour faire diversions,!…on est servis, ces temps ci,!…

…le principal au fond, c’est entretenir ses propres abrutis,!…
…çà semple gagné,…de la fumée sans feux,!…sauf en suivant le guide,!…une fumée de bonne pipe,!…à son tabac aux parfums,!…

…s’entretenir en ses frondes-élastique,!…à ses vraie républiques des réconciliations,!…les uns aux autres,!…
…etc,!…l’opportunisme facile,!…

bouguereau dit: 4 février 2017 à 18 h 53 min

C’est juste l’exaspération contre cette société médiatico-politique, cette apologie permanente de la malhonnêteté, de l’escroquerie généralisée…

on croirait hentende jean marie..delaporte juge..c’est fort banal dracul..au début ça vide des ptites vengeances..ça rapporte l’estime de soi..haprés en persévérant ça peut même rapporter des thunes

bouguereau dit: 4 février 2017 à 18 h 44 min

Marylin a bien fini au suppositoire empoisonné

tu cherches a traumatiser bonne clopine..c’coup ci elle arrivra pus a rien sur son site

Delaporte dit: 4 février 2017 à 18 h 34 min

« Relisez-vous, Delaporte ! »

Mais je me relis, Wgg. Il n’y a chez moi aucune haine, je vous assure, ni contre Polanski (un grand cinéaste, mais un pauvre homme), ni contre Fillon. C’est juste l’exaspération contre cette société médiatico-politique, cette apologie permanente de la malhonnêteté, de l’escroquerie généralisée… Si vous, vous êtes d’accord avec cette plaie purulente, libre à vous, Wgg !

Sergio dit: 4 février 2017 à 17 h 48 min

Et Passou il est allé à Balbec prendre les photos quand même, hein ! Dans le dur par la fenêtre il a vu la laitière etc…

D. dit: 4 février 2017 à 17 h 39 min

Clopine, la fréquentation de votre site est probablement proportionnelle à la qualité de vos billets et à leurs fréquences que nous souhaiterions voir augmenter.
Nous voulons aussi des photos et notamment des photos de vous.

Phil dit: 4 février 2017 à 17 h 16 min

Comme dans l’affaire Hamilton, Polanski est pris pour Dutroux, bon scénario pour un futur métafilm. Marylin a bien fini au suppositoire empoisonné.

Widergänger dit: 4 février 2017 à 16 h 47 min

Relisez-vous, Delaporte ! Votre « petite pointe d’exaspération » qui veut supprimer carrément la cérémonie des Césars après le sacrifice de son président réclamé à cor et à cri, a toutes les apparences de la haine la plus virulente qui se puisse exprimer. Une haine telle d’ailleurs que, lorsqu’on vous la remet devant les yeux dans le miroir, vous fait peur et vous invite à reculer, à la minimiser, à la transformer en « petite pointe d’exaspération ». Vous êtes un petit plaisantin, Delaporte. N’ayez pas honte de vous comme ça ! Vous ne trompez personne, savez-vous ! Votre exaspération a beau être « petite », vous n’en êtes pas moins une grosse canaille…

Sergio dit: 4 février 2017 à 16 h 47 min

Hon lance la fille par-dessus le capot… Euh non… C’est lui qui survole la portière dans un mouvement digne des plus grands ! Ha mais faut des habdos, hein…

Widergänger dit: 4 février 2017 à 15 h 58 min

On peut vous demander d’où vous parlez Delaporte, pour tenir de tels propos aussi virulents et haineux et sans nuance ? Vous ne faites pas de publicité à votre cause si vous voulez savoir en affichant une telle haine.

Widergänger dit: 4 février 2017 à 15 h 56 min

Oui, l’entretien d’Olivier Rolin est également fort intéressant. Ce qu’il dit en plus sur le refus d’entendre, en France tout spécialement, la barbarie des camps soviétiques me semble tout à fait juste. Ce que dit le philosophe Lossev, rapporté par Olivier Rolin dans le film, sur l’esprit de sacrifice, de nature religieuse même chez les prisonniers communistes athées, laisse pantois. Mais ça ne m’étonne qu’à moitié car pour quiconque a vu la ferveur religieuse des Russes dans l’adoration ds icônes dans les monastères, c’est ce qui retient l’attention de tout visiteur d’Europe de l’Ouest tellement nous sommes ici déchristianisés.

Delaporte dit: 4 février 2017 à 15 h 54 min

A être solidaire de Polanski et de l’Académie des Césars, on se met dans un mauvais cas, un cas « délictueux ». Cette Académie, ces Césars à la mords-moi-le-noeud ont vraiment fait leur temps. Il faudrait que toute cette engeance, solidaire certainement d’un type comme Fillon, pendant qu’on y est, disparaisse !

Chaloux dit: 4 février 2017 à 15 h 46 min

Moi je suis Eichmann, mais Blabla qui était professeur défend le bon droit d’un type qui a violé une enfant de treize ans après l’avoir droguée. Comprenne qui pourra.

Delaporte dit: 4 février 2017 à 15 h 46 min

Annie Saumont était donc une grande traductrice, également. Elle a traduit des livres de Naipaul, et je me rappelle, quand je les lisais, m’être fait la remarque que c’était superbement traduit. Naipaul lui doit certainement beaucoup, en France, lui qui, on le sait, accordait au style une importance majeure.

christiane dit: 4 février 2017 à 15 h 43 min

14h38
Je viens de réécouter le document sonore. Ce n’est pas un extrait ! c’est tout l’entretien qui est présenté. Olivier Rolin évoque ce film et son livre le météorologue. On entend même à la fin les questions des auditeurs !

Chaloux dit: 4 février 2017 à 15 h 38 min

Widergänger dit: 4 février 2017 à 15 h 08 min

Exactement à cause de ce genre d’accusation que Blabla se retrouve au ban de l’enseignement national.

Delaporte dit: 4 février 2017 à 15 h 35 min

L’Académie des Césars, dans son impertinence suprême, après le retrait polanskien, a décidé de ne pas désigner de nouveau président pour la prochaine cérémonie, comme si en effet un prétendu « président » était complètement superfétatoire. Mais c’est la cérémonie elle-même qu’on pourrait supprimer, avatar d’un temps où l’on remettait des prix ridicules à ceux qui étaient soi-disant méritants. Tout cela n’a effectivement plus du tout lieu d’être tant c’est désuet et inutile, et n’est là que pour amuser à grands frais qu’un tout petit cénacle de privilégiés pour qui le viol d’une adolescente doit être passé par pertes et profits.

Sergio dit: 4 février 2017 à 15 h 11 min

bérénice dit: 4 février 2017 à 0 h 48 min
vous l’avez eu d’un héritage et pour ne pas gâcher le papier vous êtes senti pressé de le lire ? Alors? c’était comment?

Oui, et par anticipation, puisqu’il s’agissait d’une action commando dans la bib de mes parents ; la routine, quoi !

Et halors là avec leur fancisque ça zigouille sec, on se demande comment ils arrivaient à vivre plus de quelques secondes… Mais c’était compliqué ! Pire que les guerres astérixiennes et même la bataille de Cacafounia (Kador, of course) ; pas étonnant que les Narabs i se soyent paumés atterri à Poitiers on saura jamais pourquoi !

Widergänger dit: 4 février 2017 à 15 h 08 min

Laissez tomber ce pauvre chialoux, bérénice, à sa déchéance. C’est notre petit Eichmann de blog qui pratique la violence verbale, la délation et la persécution des intervenautes à défaut d’avoir quelque chose à dire d’intéressant sur ce blog. Contrairement à l’autre, il ne mérite même pas la corde pour le pendre.

christiane dit: 4 février 2017 à 14 h 38 min

@bérénice dit: 4 février 2017 à 13 h 44 min
Merci, Bérénice. Ce film avait précédé, à l’auditorium du Peti-Palais, l’échange entre Olivier Rolin et Norbert Czarny, à propos de son livre Le météorologue. Un document bouleversant.
http://www.m-e-l.fr/avec-olivier-rolin,re,409
On peut entendre ici, un extrait de cet échange.

bérénice dit: 4 février 2017 à 14 h 28 min

honorée que vous l’ayez fait, un homme de votre qualité et un si grand écart nous sépare à jamais, je suis d’accord, insignifiante, minuscule, une tache d’eau.

bérénice dit: 4 février 2017 à 14 h 22 min

Chaloux, c’est un constat pas une leçon, je ne remets pas en doute votre culture couplée à un potentiel supérieur ce qui ne devrait vous exonérer du souci de l’autre, très souvent vous provoquez ces disputes de façon abrupte. cessez d’interpréter le rôle d’un idiot, tout le monde sait que vous êtes assez loin de ce compte cependant je ne saisis pas comment sans être un peu dérangé un individu intelligent et sensible persévère dans ce sens à moins d’être aussi un peu sadique.

Chaloux dit: 4 février 2017 à 14 h 10 min

Bérénice, vieille sorcière édentée, si vous regardez le fil en chaussant vos antiques bésicles vous constaterez que je ne suis pas allé le chercher.

christiane dit: 4 février 2017 à 14 h 04 min

@Gilles dit: 4 février 2017 à 12 h 09 min
Il y a carambolage. Film ? émission ? Jean Rolin ? Annie Saumont ? Le frère ( Jean Rolin?)…
J’ai juste compris que pour J.Rolin, ça dépend.
Ce sont des lectures très différentes pour moi aussi.
Olivier Rolin, un écrivain que je suis à travers lecture de ses romans, entretiens, lectures publiques (cf : maison de la poésie). Un univers qui me touche par la finesse psychologique des personnages (romans) pour les autres écrits : témoin d’un passé proche et troublant.
Jean Rolin, son frère, je le connais moins mais un ouvrage La clôture m’a longtemps hantée. De Napoléon au Maréchal Ney, il tangue entre Histoire et observation humaniste du petit peuple des SDF qui survit dans le grondement et sous le pont du périphérique reliant la porte de Saint Ouen à la porte d’Aubervilliers. La zone….
Annie Saumont, c’est une découverte très ancienne. J’étais sidérée par son écriture concise, efficace. Des nouvelles où la fragilité, le trouble, le mal-être se parlait par la bouche d’enfants, d’adolescents, d’adultes un peu amochés. La langue trompeuse, populaire et précise, parfois classique. (J’ai fait beaucoup de rapprochement avec l’écriture de Di Brazza(pseudo) dont le blog (« L’esprit de suite » – « Chochottes blues » – « Rue d’où suis-je ? ») était éblouissant.
C’était l’époque de Sapience Malivole…

«Την πόρτα ανοίγω το βράδυ
La porte j’ouvre le soir
τη λάμπα κρατώ ψηλά
La lampe je tiens haut
να δουν της γης οι θλιμμένοι
que voient de la terre les affligés
να ρθούνε να βρουν συντροφιά»
qu’ils viennent trouver compagnie

«Να βρούνε γωνιά ν’ ακουμπήσουν
qu’ils trouvent un coin pour s’adosser
σκαμνί για να κάτσει ο τυφλός
un escabeau pour que s’assoie l’aveugle
κι εκεί καθώς θα μιλάμε
et là alors que nous parlerons
θα ρθει συντροφιά κι ο Χριστός»
viendra nous tenir compagnie aussi le Christ”.
να βρούνε στρωμένο τραπέζι
Qu’ils trouvent mise la table
σταμνί για να πιει ο καημός
une cruche où boive le tourment
κι ανάμεσά μας θα στέκει
et parmi nous se tiendra
ο πόνος του κόσμου αδερφός
le chagrin, frère du monde

les paroles de “tin porta onigo Vrady” de Livaditis, musique Theodorakis, la voix de Farantouri.
Sapience avait traduit les paroles pour Di Brazza…

bérénice dit: 4 février 2017 à 14 h 00 min

. Je comprends que tu ne puisses plus changer.

Aucune usure de votre côté non plus, la corde est solide et très certainement faites vous parti de la corporation des équilibristes à balancier les jours se suivent sans que nous enregistrions la moindre lassitude à votre WDG-punching; sur un tout autre plan, vous considérez-vous comme chrétien ?

etudiant sérieux dit: 4 février 2017 à 13 h 45 min

« …fidèle à sa promesse de déréguler l’économie américaine mais donnant aussi satisfaction à Wall Street…. » (latribune.fr)

Chaloux dit: 4 février 2017 à 13 h 35 min

Blabla, le principal c’est que tu fasses illusion sur toi-même. C’est ainsi que s’est déroulée toute ta vie. Je comprends que tu ne puisses plus changer.

JC..... dit: 4 février 2017 à 13 h 33 min

Un de nos amis de l’Institut Salledescoffres des Iles de Lérins nous a chanté cette triste complainte que nous vous livrons, ici même, en exclusivité :

LA COMPLAINTE DE FRANCOIS VILLON

« On se rappelle toujours sa première maîtresse
J’ai gardé d’la mienne un souvenir plein d’ivresse
Un jour qu’il avait plu
Tous deux on s’était plu
Ensuite on se plut de plus en plus

J’lui d’mandait son nom, elle me dit Pénélope
Et comme elle suivait chaque soir la rue Interlope
Je pris le même chemin
Et puis j’lui pris la main
J’lui pris tout enfin

Refrain
Elle avait de tout petits biftons, Pénélope, Pénélope
Elle avait de tout petits doublons
Que je tâtais à tâtons, Ton ton tontaine
Elle avait un tout petit menton, Pénélope, Pénélope
Outre ses petits biftons, ses petits doublons, son petit menton
Elle était friquée, pleine de pognon ! « 

Widergänger dit: 4 février 2017 à 13 h 27 min

C’est pas parce qu’ils parlent français qu’on ne peut pas parler russe avec eux, gros nigaud bas de plafond…

Widergänger dit: 4 février 2017 à 13 h 26 min

On ne dirait pas que t’es allé sur mon blog, mon pauvre chialons ! J’y ai traduit et publié plusieurs lettres de mon grand-père écrites en russe. Et d’autres de cousins américains écrites en yiddish. Ou alors t’es un gros menteur…

Chaloux dit: 4 février 2017 à 13 h 24 min

D’ailleurs, les guides russes pour groupes français ne parlent pas français, c’est bien connu. Ah, Babelfish…

Widergänger dit: 4 février 2017 à 13 h 23 min

Trump déjà aux abois !

La justice américaine bloque le décret anti-immigration de Donald Trump
La décision du juge James Robart doit permettre l’examen de la plainte déposée contre le texte le 30 janvier par l’« attorney general » de l’Etat de Washington, Bob Ferguson.
(Lemonde)

JC..... dit: 4 février 2017 à 13 h 12 min

« y’est temps dmontrer son cul bonne clopine..même jicé ira voir..ça sra plus fort que lui » (Bouguereau)

Exact ! Le cul de Clopine, c’est la madeleine de Jissé : inoubliable de saveur … uhuhu !

Widergänger dit: 4 février 2017 à 13 h 10 min

En 2005, j’étais allé en train de Moscou jusqu’à St Pétersbourg. Je dis à un moment à la guide qui nous accompagnait : Ho мы идем на юг ! (Mais nous allons vers le sud !). Nous étions tous persuadés de nous diriger vers le sud, alors que le train remontait bien vers le nord. C’est ça la Russie et les trains russes…!

Chaloux dit: 4 février 2017 à 13 h 06 min

Blabla, que ne tiens-tu penché sur ton manuscrit, cette œuvre immense que Dieu même ne peut se résoudre à laisser paraître aux yeux des mortels, au lieu d’insulter de pauvres gens qui ne t’ont rien fait? Maintenant que tu es en incapacité totale, tu devrais travailler.

Widergänger dit: 4 février 2017 à 13 h 05 min

Je ne sais pas si Olivier Rolin parle des trains russes dans son dernier livre mais ils m’avaient impressionné en les voyant à la gare d’Odessa, de longs tortillards d’un autre âge. Faudra un jour que j’en prenne un d’Odessa jusqu’à Berlin ou d’Odessa jusqu’à Moscou, ça doit faire quelque chose de voyager là-dedans.

Widergänger dit: 4 février 2017 à 12 h 57 min

Et tu l’ouvres quand alors ton blog, chialoux, qu’on puisse aller y lire tes chiures de mouche qu’on se marre un peu dans ce monde de bruts ?

Widergänger dit: 4 février 2017 à 12 h 50 min

Ben, évidemment, le bougre ! Mais quand il voit ça, le larbin de Dracula, il en chialle de jalousie, c’est la grosse chalousie ! Et il fantasme drôlement sur moi…c’est tout un roman maintenant qui l’obsède.

bouguereau dit: 4 février 2017 à 12 h 46 min

Tu n’es pas, tu ne seras pas plus écrivain que je ne suis garde-barrière

dracul..preuve que t’as hencore toutes tes chances..peaufine va..c’est ta meilleure part

J.D dit: 4 février 2017 à 12 h 45 min

JC 11.14 aime Trump : »j’ai la chance de baisser un peu l’abat jour quand il signe ses décrets » en lisant vite ça fait craindre pour votre éthique sexuelle.
« Frayhayt » est chose sacrée,je ne conteste pas la liberté mais ça doit faire mal?

Widergänger dit: 4 février 2017 à 12 h 45 min

J’espère qu’il va l’indiquer dans sa fameuse lettre recommandée… Recommandée à qui d’ailleurs ? mystère et boule de gomme… Il devrait la recommander à lui-même, en précisant « le pervers narcissique »…

Chaloux dit: 4 février 2017 à 12 h 43 min

Blabla, tu ne peux tout de même pas te résoudre à vivre dans l’illusion et le mensonge jusqu’à la fin. Tu n’es pas, tu ne seras pas plus écrivain que je ne suis garde-barrière. Ce serait pardonnable à 15 ans, mais à soixante? Oublie tes rêves de grandeur et fais un peu de ménage, je me suis laissé dire que ce n’était pas fameux de ce côté-là. Maintenant que tu ne travailles plus du tout, tu devrais t’y mettre un peu.

Widergänger dit: 4 février 2017 à 12 h 42 min

Clopine devrait faire comme moi qui ne vais plus sur mon blog depuis des lustres voir ce qui s’y passe. Il n’y a guère que chaloux qui s’en soucie… et le peu qu’il en dit, dit combien on a raison de voir en chaloux un antisémite puisqu’il l’a qualifié de « foireeeux » comme un pet, quand il s’intitule « histoire des Juifs d’Europe » !

bouguereau dit: 4 février 2017 à 12 h 40 min

Ce n’est pas comme ses mères qui préfèrent, dans leurs enfants, le plus vulnérable ou le plus mal foutu

..ma mère de ma mère

bouguereau dit: 4 février 2017 à 12 h 37 min

mon indifférence est supérieure à mon impuissance

y’est temps dmontrer son cul bonne clopine..même jicé ira voir..ça sra plus fort que lui

Chaloux dit: 4 février 2017 à 12 h 35 min

Dès qu’on pousse, boumou le petit-tête-rond montre le bout de son nez. Un leitmotiv wagnérien façon seau de nuit.

Widergänger dit: 4 février 2017 à 12 h 33 min

En plus jeanjean en étant l’expression même de l’individualisme exacerbé, ne se rend pas du tout compte que cet individualisme est précisément le fruit de ce qu’un éminent sociologue, Paul Yonnet, a appelé « le recul de la mort » dans son livre que je recommande à jeanjean : Le recul de la mort L’avènement de l’individu contemporain, Gallimard, 2006. C’est un livre qui montre que de « cellule de base » de la société, la famille devient la « cellule de base » de l’individu grâce au recul de la mort dans nos société d’Europe de l’ouest, contrairement à ce que nous serine ce pauvre Fillon, en retard d’une guerre, dans ses discours peu convaincants ; c’est ce qui s’appelle le processus d’individualisation.

bouguereau dit: 4 février 2017 à 12 h 33 min

dracul et mon larbin..les deux béquilles du paralitique..ha jean marron a raison un mort vivant ça chie partout mais le bilan est globalement plus positif

Chaloux dit: 4 février 2017 à 12 h 25 min

L’ex-professeur continue sur sa lancée. Quant à son manuscrit que nul ne verra jamais, on peut dormir tranquille. Pas demain que le mélancolique (comme ça te va bien, surtout la seconde partie du mot -après lan,le commencera. les qualités littéraires dudit tiennent entièrement dans son blog foi.reux, le serment du puits. Avec Blabla, les serments ne tiennent jamais très longtemps.

Widergänger dit: 4 février 2017 à 12 h 23 min

Mais l’air de rien jeanjean dit bien la logique d’une chose, celle de l’individualisme, logique mortifère, qui n’est d’ailleurs que pur discours, qui se résorbe dans son discours et finit par oublier le réel qui n’en demeure pas moins là dans toute sa présence obsédante. Jeanjean est juste un petit malin qui s’amuse à se faire peur en jouant à Lazare. Lui aussi il attend le christ qui le sortira de sa tombe ! jeanjean est un homme de foi et il n’y a que la foi qui sauve, c’est bien connu…

Widergänger dit: 4 février 2017 à 12 h 17 min

Ce qu’on peut lire en ligne en tout cas du dernier bouquin d’Olivier Rolin montre son talent et sa passion du réel. Il faut être aussi mort que l’est ce pauvre chaloux pour ne pas en être « convaincu » comme il dit… ce vaincu, ce culcullapraline…

Widergänger dit: 4 février 2017 à 12 h 12 min

On ne sait pas trop si jeanjean fait de l’humour ou s’il est désespéré à force de regarder le monde depuis la tombe qu’il s’imagine être.

Rassure-toi, jeanjean, c’est pas si facile d’être mort. Regarde un peu le chaloux, son cadavre bouge encore…

Janssen J-J dit: 4 février 2017 à 12 h 09 min

C’est une vraie question en soi, l’indifférence comme attitude supérieure à celle de l’impuissance quand la vieillesse s’en vient. Mais sous la plume de qui l’émet, on n’en croit rien… car c’est toujours la même auto-complaisance qui hélas s’empire chaque jour sur… « mon blog à moi, venez le visiter, laissez-moi pas seule ». Brrr.

Gilles dit: 4 février 2017 à 12 h 09 min

@4fevrier Christiane :ai suivi l’émission.j’avais acheté le bouquin après lecture du billet sur le film .Rolin,ça dépend.Annie Saumont ou le frère sont d’une autre classe .

JC..... dit: 4 février 2017 à 11 h 43 min

Pour se consoler de son désespérant mal de vivre, la Bousegrasse, l’idole des glandus, Miss Quintal 2016, imagine que les farceurs, JC et Bougboug, sont malheureux … Fou-rire sur divers bancs.

Sant'Angelo Giovanni dit: 4 février 2017 à 11 h 41 min


…enfin, mon plateau optimisé,!…

…avoir enfin, le temps de faire mes créations artistiques,!…à mon aise, sans soucis,!…

…réduire les mondes,!…à des formules algébrique,!…les solutions pour tout en boîtes fossilisés,…

…tout tremper, dans la  » Trump Liqueur « , à jour,…Ah,!Ah,!…
…j’empeste, la  » Picasso Liqueur Âges « ,!…
…etc,!…le bonheur de vivre,!…

boudegras dit: 4 février 2017 à 11 h 37 min

bouguereau et JC doivent être vraiment très malheureux pour écrire tant de bêtises contre-productives, vraiment, franchement, à l’évidence criarde

Clopine, définitivement un cas à part... dit: 4 février 2017 à 11 h 34 min

Eh bien,merci d’avoir essayé. Pour google, je ne sais absolument pas quoi faire, et le problème est : est-ce que j’en ai envie seulement ?

Non.

Ce sont des trucs qui me dépassent. Mais il y a dans le terme de « dépassent » un sens de domination que je n’éprouve pas : parce qu’en vrai, mon indifférence est supérieure à mon impuissance.

Le vrai problème est cette indifférence. Je ne savais pas que c’était un des pièges de la vieillesse (je découvre petit à petit, faut dire) : le manque d’ambition, ça je l’ai toujours eu, ça m’a paru toujours plus élégant que l’arrivisme. Mais le manque d’intérêt, ça c’est plus difficile à admettre, parce qu’en dessous, c’est un peu le mépris d’autrui qui pointe le bout de son nez. Et avoir l’orgueil de ses faiblesses, grands dieux ! Ce n’est pas comme ses mères qui préfèrent, dans leurs enfants, le plus vulnérable ou le plus mal foutu. Ca ressemble plus à de la complaisance, en vrai.

JC..... dit: 4 février 2017 à 11 h 32 min

Quittons nous définitivement sur cet appel venu du cœur de l’Europe : Porquerolles.

« Donald, ô nouvel Odysseus du Monde ! Ecoute la voix de la sagesse politique éternelle. Ta fidèle Pénélope a besoin d’un assistant parlementaire pour ne pas dire de conne.ries dans les cocktails.

Tu peux compter sur moi pour t’aider : je suis là pour veiller sur Elle … enfin je veux dire à ses côtés ! »

Janssen J-J dit: 4 février 2017 à 11 h 26 min

OZYMANDIAS, c’est mieux qu’étudiant sérieux./ Je n’aime pas le blog SF de Soleil vert…/ »C’est vraiment un blog de tarés » (c’est pour ça que t’y reviens plutôt 2 X qu’une)./Est-ce que Jambrun (jean marron)est une marque déposée dont on peut lire les romans sous une autre identité que celle de Scriptalia, comme on voudrait lire celui du fantôme d’alb(a/in) michel ?/

Sant'Angelo Giovanni dit: 4 février 2017 à 11 h 25 min


…faire de la politique, pour faire son blé,!…les partis-pris,…un prétexte, pour se dépouiller, les uns les autres,!…
…et, mon Van Gogh,!…
…plus de riches, et moins d’acheteurs,!…
…chacun à sa tour de Babel,!…d’accord,!…

…liberté d’entreprendre,…chacun son plateau optimisé,!…
…le remède, la médecine politique et sociale,!…et sa part du lion,…Go,!…

JC..... dit: 4 février 2017 à 11 h 24 min

D’ailleurs, la réaction de Schwarzenegger, ex-Monsieur Univers, vs Donald est un signe qui ne trumpe pas : il est jaloux, le musculeux autrichien.

Depuis que Bobby Dylan est prix Nobel de Littérature, depuis que Benoit Tout Tente Hamon.con est candidat à la présidence de la république, depuis que Hollande-le-Changement est en fuite … tout est permis.

Le prochain Monsieur Univers, c’est toi Donald !

Chaloux dit: 4 février 2017 à 11 h 20 min

Blabla « « Apaisé », cher ami lointain et inconnu (sic!), je crains fort de ne l’être jamais, ce n’est sans doute pas dans ma nature, inquiète, angoissée, mélancolique. »

C’est parce qu’il se relit. Devrait pas.
Avec Blabla, jamais de sommet du ridicule. Il peut encore monter.

bérénice dit: 4 février 2017 à 11 h 20 min

Naître en vie.
N’être en survie.

Ozy,sans aucunement en exprimer l’intention, c’est cet accord qui retient mon attention:
tu es un homme
tuez un homme
c’est resté accroché dedans après le visionnage de L’homme irrationnel .

zerbinette dit: 4 février 2017 à 11 h 18 min

Clopine, à mon avis c’est un coup d’overblog.

M’enfin, avoir écrit : JE PEUX ENFIN QUITTER LA PLATE-FORME OVERBLOG, mal fichue, peu commode à utiliser, aux fonctionnalités toujours plus réduites (pas de possibilité de justifier un texte ET de poster une photo) pour un coût toujours plus onéreux, rien que pour éviter la pub…

c’est sûr qu’ils se vengent !

bouguereau dit: 4 février 2017 à 11 h 17 min

De mon côté, tout est normal : j’accède sans problème à mon espace d’administration

touche a rien bonne clopine..c’est la définition du bonheur pure playeuse

Janssen J-J dit: 4 février 2017 à 11 h 16 min

@ ça chie partout..ça stient mal a table

Les vaches ? Évidemment, si tu sais pas cuisiner la bonne viande, c toi qui sais pas les honorer à tab’ (oh oh, donald, tu vas oùh là urkh ?)

bouguereau dit: 4 février 2017 à 11 h 14 min

Le plus étrange, c’est qu’il m’arrive d’être heureux…!

la tentation d’une hile et dfaire son brexit hen somme..héculé dracul

JC..... dit: 4 février 2017 à 11 h 14 min

J’aime TRUMP : c’est plus fort que mon éthique sexuelle !

Mon dieu qu’il est beau !…

D’ailleurs j’en ai parlé à Mélania et elle est d’accord. Nous sommes proches, elle et moi sur le sujet, nous en parlons souvent lorsque j’ai la chance de baisser un peu l’abat-jour pendant qu’il signe ses décrets …

bouguereau dit: 4 février 2017 à 11 h 12 min

« perinde ac cadaver » et se perdre dans le désert avec plume & papier

..une hantenne satellite pour faire le stilite pure playeure

bouguereau dit: 4 février 2017 à 11 h 05 min

C’est ainsi que je trouve Donald TRUMP fort BEAU ! Et je ne suis pas le seul : Mélania l’adore

chacun son coming aout jicé et surtout ses mots pour le dire

Janssen J-J dit: 4 février 2017 à 10 h 58 min

Bonjour à toussent (en vrac)
Suis allé sur les autres blogs signalés pas passoul. Crépu a l’air de jouer sur notulier/nautonnier, quel humour. Edel ne m’a pas convaincu de la supériorité de la nouvelle traduction de la Montagne par rapport à l’ancienne, mais merci d’avoir essayé./ Scriptalia a apparemment changé de pseudo, on trouve que Dagobert ne lui va pas bien./ Il ne faut jamais donner d’adresse physique pour des envois de livres, ça va pas non… imaginez qu’on vous envoie un livre explosif, ici il y a des gens tellement…/ Je déconseille d’aller voir le dernier S. Tesson (pire que les récits d’Axel Kahn), on y atteint les limites de l’insupportable : l’estropié découvre l’existence géog. de la France profonde dans les tracés noirs des cartes de l’IGN… Lui reste plus qu’à découvrir sa chambre/ Un autre roman accablant, la dernière bluette de philippe besson…. quant au 3ème tome d’elena ferrante, on peut s’en passer, c’est toujours du pareil au même../ Alors, Augustin Thiery, pourquoi pas, c’est peut-êtr eune good idea/ Dernier message pour alain et michel : j’aime également beaucoup mes vaches et les ai toujours amoureusement soignées avec du bon foin ; mais quand vient le moment de les faire abattre pour les manger, il faut le faire. Suffit de leur avoir expliqué tous les jours que c’était là le sort qui les attendait, elles comprennent très bien qu’on ira bientôt les rejoindre et ne nous en veulent pas.

JC..... dit: 4 février 2017 à 10 h 56 min

Les critères définissant la beauté n’ont rien d’absolu, tout le monde peut l’admettre.

A titre d’exemple rappelons que si Christiane TAUBIRA est une beauté républicaine et guyanaise incontestable, en Guyane on a déjà oublié cette horrible blanchette de Grace KELLY, une princesse si quelconque.

C’est ainsi que je trouve Donald TRUMP fort BEAU ! Et je ne suis pas le seul : Mélania l’adore. Et ne me dites pas que c’est pour son argent !

Ce serait faire injure au peuple slovène, tout entier.

JC..... dit: 4 février 2017 à 10 h 39 min

En cliquant sur ton lien, ô mon armoire normande, j’ai pris le courant sur mon clavier ! Pourquoi moi ?…

Et tu t’étonnes d’avoir peu de visiteurs ?… Sadique !

De toute façon pour lire les âneries professées par Arendt, l’homme superflu, ou par les écocologistes, la nature superflue …. ils perdent rien !

Amitiés à tes ânes, de la part d’un compatriote.

DHH dit: 4 février 2017 à 10 h 11 min

@clopine
on arrive sur votre blog quand on clique a partir de votre intitulé rouge de la RDL mais on a un message d’erreur si on veut vous trouver a partir de l’adresse telle qu’elle apparaît notamment sur GOOGLE

Clopine, définitivement un cas à part... dit: 4 février 2017 à 10 h 01 min

Excusez-moi,mais pourriez-vous faire un test en cliquant sur mon lien ?

De mon côté, tout est normal : j’accède sans problème à mon espace d’administration. Mais la fréquentation est en chute libre (déjà qu’elle ressemble plus aux entrées en semaine du musée de la pêche au thon à Berk-plage qu’ aux plages du Lavandou…) et il semble qu’on ne trouve plus mon blog ?

JC..... dit: 4 février 2017 à 9 h 26 min

Chose qui échappe à WC Legland, une raclure de tabernacle salafiste, ma beauté est toute intérieure, et la dimension mentulaire de mon beaupré en carbone n’a jamais nuit à ma séduction, faite d’une intense bonté humaniste.

On m’a souvent dit dans ces moments post-effusions où la vérité éclate, corps et âmes à l’unisson : « Vous êtes aussi beau, ô Jan, que Wiwi l’Espagnol ! »

Dont acte …

William Legrand dit: 4 février 2017 à 9 h 17 min

Pour répondre aux nombreuses interrogations sur l’aspect physique de JC, Madame Verniglia qui le voit tous les jours précise : « Il ressemble de plus en plus à sa nouvelle idole, il s’est teint en blondinet le peu de cheveux qui lui restent, son ventre est aussi proéminent et d’après, Lucienne sa femme de ménage qui patauge dans son gourbi, son zizi est aussi riquiqui, en un mot JC c’est pareil que Trump, aussi braillard et méchant, les gens ne rigolent plus, ou bien ils ont peur ou ils s’esclaffent uhuhuhuh »

JC..... dit: 4 février 2017 à 9 h 10 min

« Et ne jamais oublier que le vrai remède contre la vie, ses angoisses et ses souffrances, c’est la mort. » (Dagobert)

Pas d’accord du tout. Pour d’aucuns, la réincarnation permet à un Fillon, mort, de revenir sous une nouvelle forme de vivant, le Larcher de ballons.

Brrr ! … c’est Pénélope qui va être contente …

JC..... dit: 4 février 2017 à 9 h 00 min

Notre univers spatio-temporel est aussi chaotique que l’organisation probabiliste du bureau du Grand Albert ! Quel foutoir …

Il vous suffirait, pour vous en persuader nobles littéraires, de comparer avec la photo du bureau de sir Isaac NEWTON, ou celle du poêle de sir René DESCARTES où tout était si bien rangé, monde où les parallèles ne se coupaient pas, où les référentiels était les mêmes que vous soyez riche ou pauvre, lent ou rapide, où les trous de ver ne permettaient pas les intrusions incohérentes …

Merci pour la photo, Renato !

renato dit: 4 février 2017 à 8 h 54 min

« Lire Schopenhauer, le grand humoriste allemand. »

Ou suivre une vieille devise « perinde ac cadaver » et se perdre dans le désert avec plume & papier.

Dagobert dit: 4 février 2017 à 8 h 45 min

Widergänger dit: 4 février 2017 à 2 h 36 min

« Apaisé », cher ami lointain et inconnu, je crains fort de ne l’être jamais, ce n’est sans doute pas dans ma nature, inquiète, angoissée, mélancolique.

C’est que Widergänger souffre d’une maladie dont nous sommes tous affectés : il est vivant. Et même, à en juger par le contenu et la tonalité de ses posts, beaucoup trop vivant. Par exemple, on le sent douloureusement concerné par des tas de choses, comme l’avenir d’Israël et des Juifs, celui de notre Education nationale, celui de la France, et , pourquoi pas, celui de l’humanité toute entière. Or le remède à cette affection, puissamment anxiogène, est connu : nous sommes tous, on le sait, des morts en sursis. Par ailleurs, les problèmes qui agitent les humains ne concernent que les vivants. Dès qu’ils sont morts, ils repassent le schmilblick aux survivants, seuls concernés. Le remède efficace est donc, selon moi, qui l’ai testé avec succès, le suivant : se comporter comme un mort-vivant, en attente de départ (et même si ce départ n’aura lieu que dans quelques décennies, c’est négligeable à l’échelle des temps géologiques). Pratiquer par conséquent une attitude systématique de retrait indifférent à l’égard des affaires du monde comme il va, à commencer par celles qui nous concernent directement. En somme, le traiter comme si ce monde n’existait pas (son existence étant, de toute façon, provisoire), et les humains comme négligeables crottes de bique, pascaliens cirons. Faire éventuellement une exception pour les chats (mais attention, ça risque de vous entraîner bien plus loin que vous ne l’imaginez, et vous vousretrouvez accroché à la vie comme un grand malade). Donc,cracher sur la vie. Lire Schopenhauer, le grand humoriste allemand. Et ne jamais oublier que le vrai remède contre la vie, ses angoisses et ses souffrances, c’est la mort. Qui disait déjà « Vienne, vienne la mort, que la mort me délivre » ?

JC..... dit: 4 février 2017 à 6 h 27 min

L’immeuble est en feu, ses occupants hurlent, les pompiers jouent en bas au Scrabble près des camions.

JC..... dit: 4 février 2017 à 6 h 11 min

L’affaire Fillon met en lumière l’incapacité de l’Instruction Publique à former des jeunes pour en faire des adultes pensants, capables de ne pas relayer l’épouvantable cohorte des crétins tristes de la médiacratie hexagonale dans leur trouble jeu.

JC..... dit: 4 février 2017 à 6 h 07 min

Ne pensez vous pas qu’il est inutile, vain, dérisoire, d’espérer connaître par l’écrit les opinions de l’autre, et d’en tirer commerce de bonne facture ? Limite de l’écrit.

Quand on voit des gens dits intelligents, puisqu’instruits, se déchirer sans fin sur un blog littéraire lequel finissant par ressembler à un vestiaire de joueurs de foot importés, venant de perdre un match … !

Les ego pèsent lourd chez les gens compliqués…

JC..... dit: 4 février 2017 à 5 h 54 min

Voulez vous me dire au nom de quelle lubie il FAUT empêcher un candidat au suicide de passer à l’acte, qu’il soit réfugié à Venise ou cancéreux en fin de vie, ou chagriné d’amour ! De quoi vous mêlez vous ?

La décence implique uniquement de respecter l’acte. De ne pas en rire …

Petit Rappel dit: 4 février 2017 à 3 h 36 min

Les Récits des Tempps Mérovingiens, c’est au plus deux volumes. Cela dit, il existe une édition in folio en un volume qui vaut par les gravures de Jean Paul Laurens, à qui on doit les fresques du Capitole de Toulouse, mais qui était aussi spécialisé dansz la Mérovingienerie et ma Moyenagerie. Si vous voulez voir l’intérieur du pazlais de Frédégonde et Frédégonde elle-meme, c’est l’édition qu’il faut choisir!

Widergänger dit: 4 février 2017 à 2 h 36 min

« Apaisé », cher ami lointain et inconnu, je crains fort de ne l’être jamais, ce n’est sans doute pas dans ma nature, inquiète, angoissée, mélancolique. Ce que j’ai réussi à écrire ce soir m’a coûté beaucoup d’effort et — je viens de me relire, c’est tragique et angoissant. Le plus étrange, c’est qu’il m’arrive d’être heureux…!

Claudio Bahia dit: 4 février 2017 à 1 h 49 min

Widergänger dit: 3 février 2017 à 10 h 20 min

Oui, moi aussi, tout comme Soleil Vert, j’ai adoré lire ces souvenirs de votre enfance, liés au quartier de la Madeleine. Vous évoquez un temps qui n’est pas si lointain, mais qui est devenu « invisible » pourtant. Je suis certain que nous serions nombreux à désirer lire un Widergänger apaisé, qui serait alors un conteur captivant, attachant, j’allait presque dire prégnant.
Bon; de retour de Puerto Varras, après 12 jours de black-out, je lis la RDL en diagonale: souvent très intéressant, mais je constate que les invectives n’ont pas cessé.
Non, j’ai rien dit, je retourne dans le silence étoilé, d’ailleurs il est 22 h, je fatigue, et je la boucle.

Sant'Angelo Giovanni dit: 4 février 2017 à 1 h 45 min


…j’ai tout de même, un drôle de chat à nourrir,!…il arrive à 10 h 30,!…je lui donne sa jambe de poulet préparée, avec des boulettes de viande haché,!…une fois tout manger,!…
…il se replace devant la porte du jardin,!…
…pour me faire comprendre de l’ouvrir, et il dégage, dehors,!…

…résultat des courses, il sera-la,!…
…ou demain matin, ou demain soir, à la même heure,!…

…pas un soupçon de gène, rien,!…

…mystères,!…nourrir le chat des autre, et télécommander il repart,!…bon appétits,!…
…je crois que je vais m’en passer, de ce trafic d’influence,!…
…les raisons du pourquoi,!…se foutre de ma gueule,!…
…qu’il reste ou il est,!…Go,!…
…au froid au chaud,!..?,…etc,!…

Sant'Angelo Giovanni dit: 4 février 2017 à 1 h 25 min


…quoi de neuf,…rien,…depuis mon XP, rien n’aboutissait,…

…Ah,!…Oui,!…

…donc, travaillez,…pour les fils à papa,!…s’en se rendre compte,!…

…Oui,!…atteint de folie chronique,!…

…tout est bon,!…débrouillez-vous, vous êtes payez pour çà,!…mais si,!…

…mais, si je vous aime, à la Trump – mode,…etc,…

Widergänger dit: 4 février 2017 à 1 h 21 min

Moi aussi, je rentre à la base. (chaloux)
_________
Fais quand même gaffe à bien sortir le train d’atterrissage à temps, des fois que t’irait te cracher dans le bidet…

Widergänger dit: 4 février 2017 à 1 h 19 min

je crois qu’un écrivain qui se représente, qui mime l’écriture, est un écrivain qui n’écrit pas. (chaloux)
_________
Pauvre chaloux qui n’est toujours pas au courant que Mallarmé un jour a existé… Je dois dire que j’ai rarement rencontré un Homais de la littérature pareil ! Il est de bonne race, le bougre… Sidérant !

Widergänger dit: 4 février 2017 à 1 h 16 min

L’ironie de chaloux est bien lourde ce soir… ex-professeur, écrivain inexistant, livres non lus et j’en passe et des meilleurs… chaloux et ses rêveries de petits bourgeois frustré qui envoie des lettres recommandées pour dénoncer ses confrères à qui de droit comme au bon vieux temps de Vichy… pauvre chaloux qui veut se donner le beau rôle…

bérénice dit: 4 février 2017 à 0 h 48 min

Ha mais là voilà y a du kilo le bouquin était énorme !

vous l’avez eu d’un héritage et pour ne pas gâcher le papier vous êtes senti pressé de le lire ? Alors? c’était comment?

Chaloux dit: 4 février 2017 à 0 h 46 min

Que voulez-vous, Christiane, je n’achète que sur pièce, et là je n’achète pas. Mais ce n’est pas la première fois qu’un débat s’ouvre sur la prose de Rolin. Pour vous dire le fond de ma pensée, je crois qu’un écrivain qui se représente, qui mime l’écriture, est un écrivain qui n’écrit pas. Ces deux occupations se rencontrent rarement chez un même prosateur. Et l’écriture est fatigante, certes, mais pas davantage que la conduite automobile, l’amour, ou l’usage d’une tondeuse à gazon.

Moi aussi, je rentre à la base.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*