de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Le Corbusier, lumière et pénombres

Le Corbusier, lumière et pénombres

Rien n’exaspérait Le Corbusier comme d’être appelé Charles Le Corbusier, d’autant que pour l’état-civil il était Charles-Edouard Jeanneret. Il fut « Doudou » pour sa famille, et « le fada » pour les Marseillais. A propos, un biographe peut-il appeler son héros par son prénom ?  Il y a là un abîme de réflexion. Tant et si bien que le quotidien The Guardian s’en est récemment ému en lui consacrant une enquête. Il est vrai qu’il y avait péril en la demeure : Robert Crawford n’ose-t-il pas donner du « Tom » à son héros dans sa nouvelle biographie de T.S. Eliot ? Il s’agit certes de l’écrivain dans ses années de formation, mais tout de même. Ce fut l’occasion de s’interroger sur la familiarité, l’affection, voire l’intimité qu’entretiennent certains biographes avec leur personnage. Ainsi a-t-on découvert que la Austen se faisait traiter de Jane, Strachey de Lytton, et que Kipling se faisait rudyarder.

Bref, cela ne va pas de soi. En faire trop ou trop peu, telle est la question étant entendu que ce sera pris soit pour un abus de proximité soit pour un excès de distance. En France, on a tout lu. Et même le biographe de Fernand Braudel lui donner du « F.B. » du début à la fin. Les initiales, c’est peut-être le pire de la désincarnation. Et pourtant, ça se fait. Comment peut-on s’attacher à un homme désigné par un sigle ! On ne fait pas plus froid. Cela dit, « Fernand » eut été trop amical. Unprofessional, eut-on dit outre-Manche et l’avis serait tombé comme un couperet. N’empêche, on n’imagine pas une vie de Le Clézio dans laquelle son chroniqueur lui donnerait du J.M.G.L.C. cinq fois par page durant cinq cents pages. Et encore une vie de Le Corbusier où il serait C.L.C.Villa_Dos-001bis

Le cas de François Chaslin vaut qu’on s’y attarde car son enquête époustouflant sur le Le Corbusier (510 pages, Seuil) est l’un des livres les plus originaux et des plus passionnants qu’il nous ait été donné de lire ces derniers temps. Il faut toujours se méfier d’un biographe qui annonce en incipit : « Ceci n’est pas une biographie ». Généralement, c’est bon signe. Le ton est donné dès le titre : Un Corbusier. Dès l’avertissement placé en liminaire, l’auteur affronte « le » problème : « J’ai parlé de Le Corbusier lorsqu’il s’agissait du personnage historique et du Corbusier dans les cas de plus grande familiarité ». Ce qui n’empêche pas les variantes qui donnent du piquant à son portrait : Corbu, maître Corbu, le Corbu ou encore son totem : le Corbeau.

Y a-t-il jamais eu plus célèbre architecte ? Son nom même, bien campé dans la notoriété du pseudonyme, incarnait sa profession, et jusqu’à la modernité. La plus récente biographie qui ait été consacrée aux Etats-Unis s’intitule Modern Man. The Life of Le Corbusier, Architect of Tomorrow ! Son image (épaisses lunettes rondes, noeud papillon, costume strict, chemise blanche, pipe entre les dents), très travaillée avec son photographe personnel (Lucien Hervé puis René Burri), participait à l’édification permanente de sa légende. François Chaslin a resserré la focale sur l’homme. Non sa vie privée mais son esprit. Rigide, sérieux, dogmatique, il ne s’écartait plus jamais d’un récit dès lors qu’il lui avait trouvé sa forme. Ce n’était pas un politique mais un opportuniste à tout crin, quelqu’un qui aurait « pactisé avec le diable pour voir ses projets prendre forme » (selon Charlotte Perriand) passant sans état d’âme  du Moscou du début des années 30 à Vichy où il a grenouillé dix-huit mois sous l’Occupation et fréquenté Arno Brecker, Josée de Chambrun, Alfred Fabre-Luce, Alexis Carrel.

Il demeura toute sa vie (comme Hergé) sous l’influence d’un environnement intellectuel de jeunesse, conservateur, clairement marqué à droite sinon d’ imprégnation fasciste, « antisémite bonhomme, banal, sans haine particulière et par ailleurs pragmatique, considérant que tout problème, la « question juive » notamment, pouvait trouver une solution par l’urbanisme ». Le jugement de François Chaslin, argumenté et tempéré, est plus convaincant que la charge sans nuance de Xavier de Jarcy qui consacre tout un livre à Le Corbusier. Un fascisme français (215 pages, 19 euros, Albin Michel) afin de prouver que, une ville par lui conçue comme droite et debout était nécessairement au garde-à-vous, qu’elle était nécessairement inspirée par une esthétique totalitaire, que le béton était de toute façon cynique et que leur héraut avait été corporatiste, maréchaliste et eugéniste, ce qui selon lui, on s’en doute, discrédite son oeuvre. Comme si un bâtiment conçu par un esprit décrété fasciste, le mot qui tue, était nécessairement « fasciste » ! Cela dit, il était nécessaire d’aborder enfin frontalement la face sombre du maître de la lumière.

A partir d’un semblable raisonnement, on suit mieux Marc Perelman qui, dans son Le Corbusier. Une froide vision du monde (246 pages, 19 euros, Michalon), insiste dans une démarche tout aussi critique sur sa conception de l’ordre, sa vision autoritaire de la société, ses inquiétantes machines à habiter « où il est toujours question d’imposer un mode d’existence unique à l’ensemble des individus », mais sans pourtant lui dénier l’originalité de son savoir-faire et la portée de sa puissance de conviction. Cela dit, malgré son empathie lyrique P1050236pour le personnage, François Chaslin lui-même, à rebours de la doxa en cours de longue date chez les architectes, voit en lui un idéologue qui aurait réussi en leader de groupuscule radical si l’époque lui en avait fourni l’occasion (entre les deux guerres, il fut actif au sein du « Faisceau » de Georges Valois). Mais dans d’autres pages, il reconnaît que, lui aussi, longtemps producteur à France-Culture d’une excellente émission sur l’architecture, considérait ses penchants autoritaires et totalitaires comme folkloriques et les mettait au débit du fada en ses excès, jusqu’à ce que cela ne le fasse « plus rire ni sourire » et que lui apparaisse clairement le tout harmonique qui présidait à sa conception de l’individu comme module. De là à pointer l’univers concentrationnaire de ses réalisations… Tout individu de bonne foi qui se laisse porter par ses pas dans la chapelle Notre-Dame-du-Haut à Ronchamp doit convenir que ce chef d’oeuvre désarme toutes les critiques.

Chaslin a vécu et dormi un peu partout là où Le Corbusier avait construit, dans les lits de fer du couvent de la Tourette et sur la terrasse de la Cité radieuse à Marseille. Il s’est interrogé sur la morale du blanc de chaux et sur l’esprit du béton Mais au fond, il est relativement peu question d’architecture, du moins sur le plan technique, ce qui n’est pas plus mal, du moins pour ceux qui ne sont pas du bâtiment. L’auteur a fait des choix, digresse par sauts et gambades, en toute subjectivité, ce qui nous vaut une constellation de détails, insensible à ce que Roland Barthes, l’apôtre des biographèmes, appelait le démon de la totalité.

Le bonhomme Corbu, tout d’ordre, de continuité, d’exactitude, de rigueur mais aussi d’agressivité, d’égoïsme, d’aridité morale, eut apprécié ce « tas de choses » obéissant à un chaos apparent. Une machine intellectuelle à produire de la doctrine, capable d’envisager un immeuble en devenir du point de vue de la grenouille tout en réunissant en une seule image le plan, la coupe et l’élévation, se rêvant Palladio. Sa biographie est bien dans ce fouillis, mais bien d’autres choses aussi qui en font le prix. Tous les Corbusier y sont plus ou moins, à commencer par le seul architecte qui consacrait toutes ses matinées toute l’année à peindre. Il ne fallait surtout pas le traiter de « Picasso de l’architecture », poncif que se repassait les gazettes et qui l’exaspérait. Il n’était jamais aussi heureux qu’un pinceau, ou un crayon à la main, seul dans son cabanon de Roquebrune-Cap-Martin, minuscule construction remarquablement rudimentaire que ce personnage au fond tragique considérait comme chef d’oeuvre.LeCorbusier-terrasse-001bis

Il disait : »Urbaniser, c’est classer ». L’exactitude lui était une nécessité. L’enquête de François Chaslin, d’une richesse documentaire et d’une liberté de ton réjouissantes, représente un au-delà de la biographie. C’est un livre d’écrivain. D’ailleurs, Un Corbusier est publié dans la collection « Fiction & Cie ». Normal pour un artiste de génie qui a fini par avoir une place à son nom en plein Paris, mais dans un non-lieu introuvable.

Comme 2015 est l’année du cinquantenaire de sa mort, le Centre Pompidou le célèbre à partir du 29 avril à travers une grande exposition, Juliette Cazenave lui consacre un passionnant documentaire (sur Arte le 13 mai  ), d’autres livres sont annoncés. Quand on lui reprochait son mauvais caractère, il se récriait, excipait de sa clarté :« Ce sont les événements qui sont tordus autour de mon caractère qui est droit, purement et simplement ». Comment ne pas songer au mot de Sade pour sa défense : « « Ce n’est pas ma façon de penser qui a fait mon malheur, c’est celle des autres »…

(Illustrations de Jean-Philippe Delhomme tiré l’album Les heures claires de la villa Savoye (58 pages, 19 euros, Les quatre chemins) écrit par Jean-Marc Savoye en souvenir de cette maison de campagne à Poissy commandée par ses grands-parents à l’architecte en 1929 ; « Le Corbusier » photo Robert Doisneau ; « La chapelle de Ronchamp » photo Passou)

Cette entrée a été publiée dans arts, documents.

660

commentaires

660 Réponses pour Le Corbusier, lumière et pénombres

la vie dans les bois dit: 2 mai 2015 à 8 h 01 min

Court, je ne sais pas pourquoi tout du long, le nom de de Jarcy fut mal orthographié.

Je reprends ici un lien (*) donné récemment par Erreur de casting, sur la réaction d’un de nos Grantarchitectes, Paul Chemetov à la publication des livres de F. Chaslin et de Jarcy.
Première considération inactuelle: il y a ceux qui préfèrent le métal au béton.
Dans les milieux autorisés, on dit:  » le béton est bonne fille »
Deuxième considération inactuelle: c’est fou le nombre de livres qui commencent par: à mon père, ce héros.

(*) http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/04/29/le-corbusier-fut-il-fasciste-ou-demiurge_4625047_3232.html

la vie dans les bois dit: 14 avril 2015 à 8 h 51 min

M. Court, je ne lirai bien évidemment pas ce livre de de Farcy qui semble avoir voulu se faire un nom, à peu de frais médiatiques ?

Pour en revenir à ces châteaux en Espagne, je viens de lire un peu sur les jeunes années, très riches années de formation de Charles-Edouard Jeanneret et ses maîtres.

Je vous en rapporte une histoire de pive.

« La référence de Pacioli à Vitruve, dans l’ « Architecture » est manifeste mais ni Vitruve, ni Alberti, Serlio ou Palladio ni aucun autre architecte de la Renaissance n’ont explicitement mentionné dans leurs écrits l’usage de nombre irrationnel si ce n’est V¯2 . « Aussi loin que nous puissions voir, voici le seul nombre irrationnel d’importance impliqué dans la théorie architecturale des proportions à la Renaissance  » (6). Fort de ce constat, Wittkower est convaincu que « il est probablement exact de dire que ni Palladio ni aucun autre architecte de la Renaissance n’a usé des proportions irrationnelles ». Ce point de vue est partagé par des historiens qui dénoncent comme M. Neveux (4) le caractère pseudo-scientifique des spéculations des  » mystiques du nombre d’or », des »pyramidistes », des explorateurs de la « géométrie secrète » (7) dissimulée dans d’hypothétiques tracés régulateurs. Le plus souvent, cependant, c’est la croyance en une essence de la beauté, beauté transcendante, objectivée dans les mathématiques, qui est est en cause. »
http://ww3.ac-poitiers.fr/arts_p/[email protected]/pageshtm/page_4.htm

Court dit: 14 avril 2015 à 3 h 37 min

Vie dans les Bois, je n’ai en aucun cas dit que Le Corbusier avait un lien avec l’Ahnenerbe, j’ai simplement rapproché deux travaux menés par des journalistes devant la carence des Historiens. On peut trouver que Farcy exagère sur la fin, -supprimer les Rues Le Corbusier!- il n’en merite pas moins d etre lu.
MC

B comme BERLIN dit: 14 avril 2015 à 1 h 22 min

« Sergio dit: 13 avril 2015 à 17 h 43 min »,

Se prendre un javelot dans le dos,
à la réception d’un saut en longueur,
est-ce toujours de l’intellectisme***.

la vie dans les bois dit: 14 avril 2015 à 0 h 05 min

Une histoire suisse, en ces temps où tout le monde fait une tête d’enterrement.

« Mirage dans l’alpage

Car à 1250m d’altitude dans cette vallée de Suisse profonde, la création provoque, comme qui dirait, un choc visuel. Certains architectes dénoncent un coup de pub. Des jaloux, à en croire le rêveur exempt de vertige. À peine le projet avait-il fuité que le directeur de la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage parlait de château en Espagne. D’autres évoquent un retour en arrière, aux années 1960, époque du plan neige en France où l’urbanisme galopait en altitude. En ce pays où les écolos constituent un lobby puissant, Don Guichote écarte un malentendu sur sa tour de verre et de Babel : « On ne verra que l’homme et la nature. Notre projet remplit tous les critères de WWF ». Certes l’emprise au sol est limitée. « Et puis on ne vend rien, aucun appartement ». Que des lits chauds, dans la lignée de la loi Weber limitant les résidences secondaires en stations. Et à faible consommation d’énergie avec ça. Nul besoin de le pousser pour que Stoffel évoque Dubaï et ses gratte-ciel. Dubaï où il a une filiale. »

l’article d’Antoine Chandellier:
http://www.ledauphine.com/environnement/2015/04/13/l-homme-qui-revait-de-dubai-dans-les-alpes

Comme n'importe quoi... dit: 13 avril 2015 à 20 h 41 min

Donc, des supermans et tout plein de gens ne savant que lire un mode d’emploi… et (se la jouer ?) très mal informés… sigh…

Giovanni Sant'Angelo dit: 13 avril 2015 à 18 h 27 min


…faut pas se foutre de moi, à ce point,!…

…je préfère, toujours, passer à coté,!…
…parce que,!…le couple, s’est se jeter dans une confiance,!…or,…
…je ne vois rien de rassurant,!…
…je ne me mixe, pas, pas de domaines et autres fortunes , etc, châteaux, pour me donner la sensation d’être en sécurité,!…
…je vois une société de façade  » bidons « ,!…
…tourner manège, je ne monte pas,!…pour globalisé le savoir planté des choux,!…
…etc,!…du vent,…pour ramasser les graines,!…Veto,!…c’est romain,!…Ah,!Ah,!,…etc,!…

…autres choses à faire aussi,!…envoyez,!…

faut dla patience avec la mer dération dit: 13 avril 2015 à 18 h 12 min

16 h 56 min
oui en fait ailleurs il s’en prend aux 3 monothéismes (« Ces trois religions monothéistes font le malheur de l’humanité. Ce sont des facteurs d’aliénation profonde. Voyez le Liban. Ça se passe devant nous. Regardez le rôle des chrétiens, des musulmans et des juifs. Il n’y a pas besoin de dessin. Ces religions sont profondément néfastes et le malheur de nos peuples vient de là » http://www.rezki.net/Kateb-Yacine-se-raconte-a-l-ecran.html)

Giovanni Sant'Angelo dit: 13 avril 2015 à 18 h 06 min


… » Giovanettina « , à 17 h 20 min,…

…de quoi je, se mêle,!…personne ne couche avec moi,!…c’est comme çà,…
…un rien, trop difficile,!…déjà,!…

…de toutes façons, pas goûtez aux  » os « , des seigneurs,!…

…ces femmes, des  » os « , pour chiens,!…retourne à ta niche,!…gargantuesque,!…sensibilité,!…

…et de toute façons, je ne veux pas de rejetons dans les trainées sociales de notre vie, sans sécurité des enfants dans leurs giron familiale,!…

…la famille, un cadre de vie, bien remplie, très bien,!…mais, aussi choisir à construire sa mobilité et ses hardiesses des raisonnement objectifs un Plus,!…

…je suis, aussi, très difficile, à cause de mon éducation artistique,!…et les risques, dans les facilités urgentes aveugles,…
…d’avoir, une filiation , pas compatibles, avec des normes  » spartiates « , avant les normes d’Athènes,!….ou académiques,!…
…des enfants qui se sentent, dans leurs peaux, avec tout leurs objectifs, et rassurés, de tout pouvoir avoir accès à tout les thèmes de nos sécurités et nos cadres de vies,!…
…à la pointe du progrès et des sciences,!…etc,!…

Comme n'importe qui dit: 13 avril 2015 à 17 h 46 min

L’athlétisme, c’est loin d’être si tranquille !

Le porno c’est plus cool, surtout quand ça bouge pas, on peut plus facilement faire passer pour érotique, c’est pratique !

Sergio dit: 13 avril 2015 à 17 h 43 min

JC….. dit: 13 avril 2015 à 16 h 56 min
Mais non ! Il y a des religions sympathiques, philosophiques, tranquilles, et pas idiotes : bouddhisme, panthéisme, athéisme, athlétisme.

L’athlétisme, c’est loin d’être si tranquille ! Quand on se prend douze haies tellement on est bourré… C’est pire que de remporter les poubelles du Ritz comme Hemingway !

DHH dit: 13 avril 2015 à 17 h 43 min

Pour continuer à parler du grec et du latin ,deux auxiliaires de l’analyse et de son expression qu’on doit au grec :le « d’une part d’autre part » et l’obligation de ne jamais commencer une phrase autrement que par un lien logique à ce qui precede

Giovanettina... dit: 13 avril 2015 à 17 h 20 min

Les autres sont à fourtre à la poubelle, particulièrement celles où il y a un superman qui se prend pour dieu.

Eh ben, je plains qui couche avec vous…

Vive la liberté d'expression en république... dit: 13 avril 2015 à 17 h 18 min

Grève reconduite chez Radio France au 27ème jour. Avec les peines du Monde ça commence à faire beaucoup…

JC..... dit: 13 avril 2015 à 16 h 56 min

Mais non ! Il y a des religions sympathiques, philosophiques, tranquilles, et pas idiotes : bouddhisme, panthéisme, athéisme, athlétisme.

Les autres sont à fourtre à la poubelle, particulièrement celles où il y a un superman qui se prend pour dieu.

eh ben.. dit: 13 avril 2015 à 16 h 46 min

 » Si je devais délivrer un testament, c’est ma haine des religions. Ce qui a esquinté le monde, ce qui m’a esquinté et ce qui vous esquinte, c’est les religions. Attention à ça ! Attention à ça ! Ceux qui jusque-là se faisaient passer pour des communistes, des socialistes, etc, pourquoi ils baissent les bras ? Pourquoi ils ne parlent pas? Pourquoi ils ne crient pas ? Pourquoi ils ne dérangent pas ? Pourquoi est-ce que les carcans et les bandes criminelles nous mènent à la perte ? Et alors ? Les intellectuels, les gens qui pensent etc, qu’est-ce que vous faites de vos pensées ? de la brioche ? Et alors ? et alors ? Debout ! Y a pas de bon dieu. Et si y a un bon dieu, c’est vous. Mais alors, debout !  »
http://crab.painter.free.fr/videos/Kateb_Yacine_avant_sa_mort_medium.mp4

en passant dit: 13 avril 2015 à 16 h 41 min

16 h 18 min

« Ces trois religions monothéistes font le malheur de l’humanité. » (Kateb Yacine)

Comme n'importe qui dit: 13 avril 2015 à 16 h 31 min

Pauvre Bill

Oui, bon, le pauvre, il aura distribué des cigares à tant de ploucs, encore et toujours aujourd’hui friands de vieilles histoires, comme par hasard… Mais sur la photo en question je me demandais seulement où il fallait mettre des cornes !

Sirius dit: 13 avril 2015 à 16 h 18 min

D’accord évidemment avec DHH 14h44.

Il faut y ajouter une considération encore plus fondamentale aujourd’hui qu’hier. Tout ce qui fait connaître et admirer des civilisations antérieures et/ou extérieures (la chinoise, l’indienne par ex.) au chaudron monothéiste méditerranéen est positif.

Ce n’est pas pour rien que les musulmans appelle l’époque antérieure à l’islam « l’ère des ténèbres » et que les plus fanatiques d’entre eux veulent en supprimer toute trace. Ce n’est pas pour rien qu’en Iran un acte de résistance au mollahs consiste à donner à ses enfants des prénoms comme Darius ou Cyrus remontant à la Perse pré-islamique.

Il faut montrer sans cesse que l’on vivait aussi bien et même beaucoup mieux (sans aucun doute pour les femmes) avant que l’illuminé du désert répande ses hallucinations à coups de sabre à une humanité qui vivait très bien sans cela.

arthur dit: 13 avril 2015 à 16 h 01 min

Comme n’importe qui dit

Pauvre Bill, il va être obligé de la suivre dans la même ville, sous le même toit

lulu dit: 13 avril 2015 à 15 h 51 min

15:21
« Mort de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano
L’écrivain est mort, lundi, à l’âge de 74 ans à Montevideo d’un cancer du poumon, a indiqué son éditeur au quotidien espagnol « El Pais », confirmant une information de la chaîne Telesur. Son œuvre la plus marquante restera sans doute « Les Veines ouvertes de l’Amérique latine », publié en 1971, racontant l’histoire politique, coloniale, du continent. »

Comme n'importe qui dit: 13 avril 2015 à 15 h 27 min

Bon, tout de même, Hillary in black&white avec ses lunettes noires, son hashtag #ready et son mobile dans la main… quelle idée… en a-t-elle une derrière la tête ?

big fatigue dit: 13 avril 2015 à 14 h 54 min

« nous foutre une loi sur le renseignement qui va permettre nous espionner  »

perte de temps, inutile – les auteurs d’attentats étaient connus ou repérés des services de renseignements.. qui ont certes permis d’en faire échouer plus d’une fois d’après les médias

big fatigue dit: 13 avril 2015 à 14 h 50 min

« Ce travail sur les langues mortes représente une base exceptionnelle de compréhension des réalités grammaticales et dote d’une vraie capacité à dominer les structures des phrases dans toutes les langues, donc à structurer aussi son langage. »

l’allemand, avec ses déclinaisons, paraît simple en comparaison du latin
Mais l’apprentissage de plusieurs langues vivantes est tout aussi bénéfique que celui du grec et latin
Le problème c’est l’absence de choix des matières
Les politiciens ne savent pas quoi faire pour avoir et donner l’impression d’innover ou de moderniser

JC..... dit: 13 avril 2015 à 14 h 46 min

« Jusqu’à un million d’immigrants pourraient arriver cette année de Libye sur les côtes italiennes, avait estimé début mars le directeur exécutif de l’agence européenne de contrôle des frontières de l’UE (Frontex).

Ils ont été 276.000 à entrer illégalement en 2014 dans l’Union européenne, soit trois fois plus que l’année précédente. Quelque 220.000 d’entre eux sont arrivés par la Méditerranée selon Frontex, dont environ 170.000 ont débarqué en Italie selon les autorités de la péninsule. »

Menaçant les bases de notre civilisation admirable, patiente, couarde, ces malvenus africains doivent être écartés par la force de notre système de santé, de nos villages gaulois, de nos familles apeurées, de nos employeurs à la recherche de bêtes de somme pas chère …

Aux armes, citoyens ! Qu’un sang impur abreuve nos embarcations !

DHH dit: 13 avril 2015 à 14 h 44 min

Dans l’enseignement secondaire ,ce qu’on apprenait autrefois de latin et de grec avait une double utilité .
D’abord il mettait les jeunes élèves en contact avec les grandes œuvres du passé antique.
Sans doute n’en traduisaient-ils que des bribes, mais cela pouvait leur donner le goût d’en savoir plus et d’aller voir la totalité de l’œuvre .
Ainsi en seconde et première on traduisait Sénèque ,Virgile Thucydide, Sophocle, Homere et si le prof savait bien tirer parti du texte de version proposé ,les eleves étaient éclairées sur l’œuvre et incitées à aller en lire plus en traduction
Mais ce n’est pas l’essentiel :la découverte de ces œuvres peut se passer du contact avec la version originale
En revanche ce qui sera définitivement perdu avec la fin de l’enseignement du latin et du grec ,c’est ce qu’apporte précisément le travail de traduction d’une langue morte ;la où le sens d’un texte se dévoile peu à peu au lecteur par le décryptage de sa structure, ce qui est totalement étranger aux méthodes et aux objectifs de l’apprentissage d’une langue vivante .
Ce travail sur les langues mortes représente une base exceptionnelle de compréhension des réalités grammaticales et dote d’une vraie capacité à dominer les structures des phrases dans toutes les langues, donc à structurer aussi son langage.
Ceux qui comme moi sont assez âgés pour avoir maîtrisé toute la grammaire latine en fin de sixième savent ce qu’ils doivent à cet apprentissage et seront sans doute d’accord avec moi

Phil dit: 13 avril 2015 à 14 h 32 min

Passou va sortir sa notule sur Grass. exit l’architecte fasciss, par ici l’écrivain fasciss. comme dit marcel (ophüls), c’est la ronde.

Giovanni Sant'Angelo dit: 13 avril 2015 à 14 h 15 min


…aurait tu laisser, une femme, un enfant, là bas,!…
…pas du tout,!…çà se saurait,!…

…les substitutions,!…aux entrées faciles,…comme ailleurs,!…
…Ah,!Ah,!…provocateur, Oui,!…
…il suffit de dire, je suis pauvre d’esprit,!…et les amours s’envolent,!…
…les femmes des mouches d’or,!…dogmatisées partout aussi,!…etc,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 13 avril 2015 à 14 h 05 min


…à,…12 h 34 min,!…
……………………Gianni va en Sicilia,!…etc,!…

…le panier de l’€urope, c’est déjà la Sicile,!…ad,hoc,!…
…je reste, l’unique de mon clan,!…
…et n’en tient pas aux autres plus nombreux, et de rien à leurs partager, pour tout l’or du monde,!…etc,!…
…j’en reste libre,!…
…comme avec des A.D.N. différents, et pourquoi faire,!…dans quels sables-mouvants d’esprits des clans,!…

…trop de châteaux à construire, pour le moins qui y subsiste,!…
…trop peu de véritables élites au dessus des profits,!…tout y est à refaire,!…chacun, dans ses utopies du bonheur des autres,!…
…c’est pas mon bouleau, entrer aux mouches à miels,!…à l’ours,!…
…j’ai pas d’appel d’offre conséquent,!…
…trop de juifs organisés partout,!…avec le biais de superstitions entre états et églises et police, des basse-cours à montages financiers,!…
…des châteaux-juifs,!…une autre mondialisation en cour,!…Ah,!Ah,!…of course,!…

…vivre en Sicile,!…qui fait quoi en double,!…juste une mentalité, pour arriver à vivre autrement,…
…toutes ces terres saintes,!…
…ma bibliothèque sur montgolfière,!…
…la poste aux pigeons,!…Ah,!Ah,!…
…le  » Clan « , à l’une à plumer,!…
…etc,!…diversion à zones,!…Go,!…
…ceux qui dirigent le monde, savent ce qu’ils doivent faire, comme toujours,!…
…m’en fout complètement,!…
…tout le monde y vis, comme ailleurs,!…Ah,!Ah,!..Bip,!Bip,!…Go,!…
…l’occasion, de parler, des soumis, insoumis,!…à l’€uro, des Rubi-cons,!…
…tourner manège, sans moi,!…

JC..... dit: 13 avril 2015 à 14 h 03 min

Le socialisme ?

C’est le vivre-ensemble obligatoire sous peine de délation aux autorités, bien renseignées !

Widergänger dit: 13 avril 2015 à 14 h 00 min

Non seulement ils détruisent l’Ecole et la civilisation française, mais en plus ils sont en train de nous foutre une loi sur le renseignement qui va permettre nous espionner !

C’est le naufrage du socialisme français.

Comme n'importe qui dit: 13 avril 2015 à 12 h 58 min

révolutionnaire

Ah ben du moment qu’il n’utilisait pas un giratoire pour expliquer ce qu’est un tournant…

jesus dit: 13 avril 2015 à 12 h 54 min

« aux ordres de la structure catholique romaine ! »

ces malades ont supprimé tous les écrits marrants, finie la rigolade

renato dit: 13 avril 2015 à 12 h 41 min

Il est évident que la racaille fasciste se tient aux méthodes qui ont fait leurs preuves sous toutes les dictatures… par exemple, insulter en employant l’identité d’un autre… très élégant et vraiment civilisé…

Giovanni..... dit: 13 avril 2015 à 12 h 34 min

Trente ans ! Ne reste pas dans tes regrets, Gianni, va en Sicilia ! Aucun danger, si tu as quelques amis sûrs là bas.

erreur en effet dit: 13 avril 2015 à 12 h 28 min

renato dit: 13 avril 2015 à 12 h 20 min

Il fallait remonter dans le temps ! merci et excusez
En effet wik se trompe

Giovanni Sant'Angelo dit: 13 avril 2015 à 12 h 21 min


…J.C,…çà fait, plus de trente ans, que j’ai pas mis les pieds en Italie, Sicile compris,!…
…O.K.!,…pas de prise ni d’emprise,!…
…il est libre Max,!…etc,!…sans menace,!…
…Ah,!Ah,!Ah,!,…

renato dit: 13 avril 2015 à 12 h 20 min

« Mario de Andrade en révolutionnaire africain? »

… et puisque je suis gentil et aidant, on lit sur wiki: « Abandonnant très tôt des études d’ethnologie, François Maspéro commence ensuite à travailler dans une librairie située rue Monsieur-le-Prince. Après y avoir rencontré plusieurs militants révolutionnaires africains tels que Mario de Andrade »… ce qui est assez amusant, vous en conviendrez.

ZEUS..... dit: 13 avril 2015 à 12 h 14 min

Giovanni,
La Mère de Jésus, fils de dieu, vierge adultère, fut très vite considérée dès le 4ème siècle par la religion catholique comme « interface amoureux » entre Ciel divin et Terre des mammifères broutant…

Rien que de très normal : elle était aux ordres de la structure catholique romaine !

Ne me remerciez pas : no charge …le temps est mauvais en Sicilia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*