de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Quand l’affaire Iveton devient l’affaire Andras

Quand l’affaire Iveton devient l’affaire Andras

Le 11 février 1957, un militant communiste du nom de Fernand Iveton, 30 ans, a la tête tranchée par la lame de la guillotine. Il est et demeurera le seul Européen exécuté par la justice de l’Etat français durant la guerre d’Algérie. Celui que la presse populaire de métropole qualifie de « tueur » ou de « terroriste », et ceux qu’il prétend aider des « rebelles », en un temps où l’on parle toujours d’ « événements » et pas encore de « guerre d’Algérie ».

Natif du Clos-Salembier, quartier populaire d’Alger, militant communiste et anticolonialiste rallié au FLN, il a été volontaire dans son organisation pour réaliser un attentat à la bombe dans l’usine de gaz où il travaille comme ouvrier tourneur. Le but est de saboter pour provoquer une grande panne d’électricité. La bombe est réglée pour exploser après le départ de tous. Repéré par un contremaitre, Iveton voit aussitôt son projet échouer, et la bombe désamorcée par les militaires alertés (étonnante bande d’actualité à visionner ici). Arrêté, détenu à la prison algéroise de Barberousse, il est torturé. Soumis à la question comme on ne disait pas encore, et comme on dira plus souvent après qu’Henri Alleg aura dénoncé l’art et la manière de l’extorsion des aveux en témoignant de ce qu’il avait subi dans La Question (Minuit, 1958). On veut lui faire cracher des noms. Ceux de ses complices. Ses poumons sont totalement bouchés. On le dit malade. Une tache d’opacité a été repérée à la radiographie sur le lobe de son poumon droit. Tout de la tuberculose. Parachutistes et policiers ont toute latitude pour lui faire cracher des noms, malgré les problèmes de conscience et les dilemmes moraux de Paul Teitgen, ancien résistant lui-même torturé et déporté par les Allemands, devenu secrétaire général de la police d’Alger.

La formulation de l’accusation à son procès en novembre 1956 peut paraître assez anodine :

« Tentative de destruction par substance explosible (sic) d’édifices habités ou servant d’habitation ».

A l’accusé enchaîné, on jette à la figure les articles 434 et 435 du code pénal. Mais c’est bien un traître que veulent juger les uniformes qui siègent au tribunal militaire de la rue Cavignac. Il a beau répéter qu’il aime la France mais déteste les colonialistes, rien n’y fait. Il a beau assurer que jamais il n’aurait accepté de participer à une quelconque action qui aurait entraîné la mort d’un seul homme, ils n’entendent pas. Il est vrai que l’affaire s’inscrit dans le contexte extrême des sanglants attentats à l’explosif de la rue Michelet, au Milk-Bar et à la Cafétéria, à la gare d’Hussein-Dey, au Monoprix de Maison-Carrée, dans des autocars, dans d’autres cafés à Mascara et Bougie.mitterrand

Verdict : la mort. Son sort est entre les mains du président de la République. Or René Coty a déjà gracié seize « terroristes » les mois précédents, il y a donc un espoir. Mais quand l’un des avocats est reçu à l’Elysée en audience pour défendre le pourvoi, il est douché par l’anecdote que lui raconte le chef de l’Etat, ancien combattant comme tous ceux de sa génération : c’était en 1917, il était un jeune officier et il vit un général dire à l’un des deux soldats qui allaient se faire fusiller au poteau Toi aussi, mon petit, tu meurs pour la France… Dès lors, l’avocat de Fernand Iveton comprit que son sort était scellé, avec l’approbation du président du Conseil Guy Mollet et du Garde des sceaux François Mitterrand.

Il a été dit et écrit qu’Albert Camus serait intervenu en sa faveur. Quant à Sartre, il publiera un texte en défense d’Yveton dans les Temps modernes mais un an après. Bien longtemps après, dans ses Mémoires, Roland Dumas dira que son ami François Mitterrand devenu président de la République s’empressera de faire abolir la peine de mort afin de se « racheter » de l’exécution d’Yveton.

Et le Parti ? Pas pressé de le soutenir, c’est le moins qu’on puisse dire. Ses journaux, pas davantage. L’Humanité, un peu, mais rien du côté de L’Huma-dimanche et de la Vie ouvrière. Le PC n’a même pas envoyé d’avocat pour l’assister. Il a fallu en commettre deux d’office : Me Albert Smadja, communiste juif et Me Charles Laînné, engagé lui au Secours catholique.

Il n’est pas de récit de la guerre d’Algérie qui ne consacre une ou deux lignes au moins à l’affaire Iveton, sans parler des recherches de Jean-Luc Einaudi, qui ont donné le seul livre sur le sujet. Si on en reparle aujourd’hui, c’est qu’un roman (qui paie sa dette à tout ce que Einaudi avait mis en lumière) paraît qui exalte la figure de Fernand Iveton. De nos frères blessés (135 pages, 17 euros, Actes sud) est une récit au couteau de son histoire, nerveux, puissant, efficace. Ces choses vues le sont avec acuité : la ponctualité quasi maniaque des militants, la peur au ventre, l’esprit de réseau, les chansons de l’époque… Il est dénué de pathos et de lyrisme tout en étant en évidente et totale empathie avec le personnage. Sans la moindre distance, et après tout, pourquoi pas. Il y a quelque chose de l’acte militant dans ce projet littéraire très abouti, tenu par son intensité de bout en bout. Des formules heureuses (« La lutte contraint l’amour au profil bas ») en côtoient d’autres plus rares et moins heureuses (« La Marne tire sa langue verte à la paix bleue du ciel », c’est du lourd, surtout en début de chapitre) sans compter d’interminables et puérils « tictac- tic-tac » pour évoquer la minuterie de la bombe.

A noter une étrangeté : une vingtaine de mots ou d’expressions en arabe et non traduits. On croit savoir que l’éditeur l’a fait remarquer à son auteur, mais il n’a pas réussi à le faire plier. Il refusa toute note, périphrase ou explication. Son argument, qui reposait sur la sonorité de la langue et la volonté de restituer la rumeur hybride des parlers arabe et français dans les rues d’Alger à l’époque, aurait pu tenir : après tout, cela tenait parfaitement dans le Meursault, contre enquête de Kamel Daoud ou dans Pas pleurer, le roman de Lydie Salvayre truffé de fragnol. Sauf qu’ici, l’argument ne tient pas. Car si cela avait été vraiment le cas, il aurait transcrit ces mots du dialecte algérien en phonétique, de manière à ce que le lecteur puisse au moins les lire et donc les entendre ; or ils s’inscrivent dans le corps du texte en caractères de l’arabe classique, que très peu de lecteurs de De nos frères blessés « entendront », et pour cause ; cette coquetterie d’auteur est d’autant plus regrettable que dans les deux dernières pages, ce sont des phrases entières qui subissent ce traitement et dont le sens échappera au lecteur.

Joseph Andras

Joseph Andras

N’empêche, les qualités l’emportent, tant et si bien que le Goncourt du premier roman lui a été attribué en début de semaine. Lui, c’est Joseph Andras. Un pseudonyme : Joseph comme le charpentier ou comme le petit père des peuples, ainsi qu’il est écrit à propos d’un personnage dans le roman, et Andras qui signifie « l’homme » en grec ; en goétie, science occulte de l’invocation d’entités démoniaques, il désigne « un Démon du crime et de l’avidité, qui provoque volontiers la discorde et aime susciter des querelles ». On veut bien le croire ! Prémonitoire, même.

Car ce jeune auteur inconnu de 30 ans, dont on sait juste qu’il vit en Normandie, et voyage beaucoup (deux séjours en Algérie, notamment), est parti pour susciter quelque controverse. Et ce n’est pas parce qu’il s’en prend à François Mitterrand via la phrase placée en épigraphe de son roman, l’ancien Garde des sceaux en a vu d’autres (mais quelle référence de vieux, étonnante chez un si jeune auteur, serait-il militant communiste !). Passe encore qu’il n’ait pas souhaité se rendre à la traditionnelle invitation des Goncourt à déjeuner le jour de la proclamation, laissant ainsi son éditrice le représenter. Chacun est libre de choisir ses commensaux et nul n’en prit ombrage. Mais on apprenait hier soir qu’il refusait le prix dans une lettre assez décevante car plutôt plate, transmise par son éditeur à l’Académie Goncourt. Tout en remerciant ses membres d’avoir trouvé quelque intérêt à son livre, il écrit :

(…) La compétition, la concurrence et la rivalité sont à mes yeux des notions étrangères à l’écriture et à la création. La littérature, telle que je l’entends en tant que lecteur et, à présent, auteur, veille de près à son indépendance et chemine à distance des podiums, des honneurs et des projecteurs. Que l’on ne cherche pas à déceler la moindre arrogance ni forfanterie dans ces lignes : seulement le désir profond de s’en tenir au texte, aux mots, aux idéaux portés, à la parole occultée d’un travailleur et militant de l’égalité sociale et politique.”

Il n’est pas le premier ni le dernier. Mais pour marcher sur les brisées d’un Julien Gracq refusant le prix Goncourt 1951 pour Le Rivage des Syrtes (mais pas la notoriété et les ventes assorties au coup d’éclat), ou sur celles d’un Sartre refusant le Nobel de littérature 1964 pour l’ensemble de son oeuvre (mais acceptant le chèque dont il distribua une grande partie du montant autour de lui), il faut en avoir les moyens, et ce n’est pas d’argent qu’il s’agit. Sauf à croire que ce n’est que l’ultime avatar d’une stratégie de communication bien éprouvée consistant à disparaître pour mieux apparaître. Alors quoi : une nouvelle ajaritude ? Difficile en tout cas de ne pas déceler sous la revendication d’idéalisme un mélange de mépris, d’arrogance, d’immaturité, surtout trois jours après, alors que sur le site de l’éditeur le livre était déjà ceint du bandeau “Goncourt du premier roman”. L’orgueil est toujours mal placé lorsqu’il se manifeste à retardement. Il est vrai aussi que cette récompense étant dotée, Joseph Andras aurait eu à dévoiler sa véritable identité pour la recevoir, ce qu’il paraît redouter par-dessus tout.

(« Fernand Iveton au moment de son arrestation » photo .D.R ; « François Mitterrand » photo D.R.; « Joseph Andras » photo S. Rezvan)

 

 

 

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Littérature de langue française, vie littéraire.

428

commentaires

428 Réponses pour Quand l’affaire Iveton devient l’affaire Andras

D. dit: à

Ce soir je mange du poulet froid-mayonnaise avec un reste de pommes de terre sautées à l’ail.

D. dit: à

idergänger dit: 17 mai 2016 à 17 h 19 min

Les cerveaux quittent le navire France, qui prend l’eau…

Oui mais il nous restera Michel Widerganger alors pourquoi se plaindre ?

guillaume dit: à

sse ? dit: 17 mai 2016 à 18 h 12 min
Question d’époque

Bloom dit: à

Diên Biên Phu, c’est très surfait et ça manque d’ombre en été.

Cet endroit est en fait plein d’ombres, plein des ombres de ceux qui y ont trouvé une mort violente et n’ont pu être ensevelis selon les rites ancestraux (tablettes, pierre tombale, offrandes)…Particulièrement retors, les « ma doi » sont des bandes d’ombres qui vont de village en village & raflent tout ce qu’ils trouvent…
Malheur à qui traite à la légère les ombres du Tonkin, de l’Annam, de la Cochinchine & du Cambodge.

sse ? dit: à

guillaume dit: 17 mai 2016 à 17 h 32 min

En fait au départ c’était un idéal colonisateur (« la mission civilisatrice de la France »)

C’était là surtout un alibi commode, sans cesse resservi, pendant des générations, sur les bancs des Assemblées comme sur ceux des écoles. Le complexe de supériorité des Européens, et particulièrement des Français, sur les autres cultures du monde est proprement ahurissant.

guillaume dit: à

on disait que c’était un pape de progrès,

c’est un fo-q de première, qui a fait son chemin et continue son oeuvre ….
Le précédent s’est barré trop écoeuré par ce qu’il voyait au sein de la sainte enceinte

JC..... dit: à

Un SSE essaie vainement de nous faire prendre des vessies pour des lanternes et les actes de barbarie dont des combattants du FLN se sont rendus coupables pour des « actes individuels » !

L’apport de la civilisation occidentale par l’intermédiaire de nos sympathiques colons français fut une réussite enviable.

Parler de barbarie à ce sujet est d’une sauvagerie insoutenable. Ce SSE est un gratteur de mandoline mal accordée !

Widergänger dit: à

Les cerveaux quittent le navire France, qui prend l’eau…

Sergio dit: à

rolando dit: 17 mai 2016 à 16 h 18 min
ya pu personne chez vous

C’est passeque on fait des sacripants… Euh non des sacrements, des premières communions, on termine les bénitiers les saintes huiles… Y a que me foutre à la baille comme Clovis qui me terrorise pour le moins !

sse ? dit: à

Si nos gouvernants des années 50 avaient lu Tocqueville, ils auraient fait des progrès à la fois dans la compréhension de la justice, de la démocratie et de la mécanique des fluides appliquée à la politique. Tocqueville a le sens, en effet, du mot qui fait image : pour lui, la colonisation de l’Algérie est assimilable l’acte de « comprimer » un peuple. Il ne faut pas s’étonner qu’à force de comprimer ledit peuple, ça finisse par vous péter à la figure ; c’est ce qui s’est produit. En outre, l’expression « comprimer un peuple » fait aussitôt comprendre à quel point la colonisation est un acte de barbarie. Un JC s’est plu à énumérer les actes de barbarie dont des combattants du FLN se sont rendus coupables. Mais que pèsent ces actes individuels face à l’énormité de cet acte de barbarie prolongée que fut la colonisation de l’Algérie ? Pour prolonger la durée de cette barbarie, la clique politico-militaire qui gouvernait alors la France en a très logiquement rajouté dans la barbarie, par l’usage généralisé de la torture. On oublie aussi que nous avons été à deux doigts, à deux reprises (1958 et 1961), de nous retrouver sous la coupe d’une junte militaire à la Franco. Je m’étonne que, s’inspirant de Brecht, aucun dramaturge français n’ait exploré la monstrueuse logique d’une entreprise engagée vers 1830 mais dont les racines, comme l’a justement fait remarquer Widergänger, plongent dans les temps — si curieusement nommés — de la Renaissance.

Widergänger dit: à

Les routiers sont sympas…

JC..... dit: à

Il faut admettre l’inadmissible pour certains figés dans leur stéréotypes : le département français africain d’Alger devait être défendu contre des terroristes indépendantistes, SFIO ou pas, c’était un morceau du territoire français…

A défendre, au même titre que UMP ou PS aujourd’hui défendrait la Corse si le cas devait se produire !

sse ? dit: à

On peut se demander pourquoi la France, dont les armées avaient de fait gagné la guerre d’ Algérie, a pourtant perdu sa colonie, en rapatriant les Pieds-Noirs.

La réponse est simple.

En 1962, la population d’origine européenne est d’environ un million d’habitants pour une population totale d’environ dix millions d’habitants. Soit un pied-noir pour dix autochtones. Dans ces conditions, il était illusoire d’espérer maintenir encore longtemps la présence française en Algérie.

Or, en 1962, l’Algérie est colonie de peuplement depuis un bon siècle : l’échec de la colonisation de peuplement est patent. De plus, une bonne partie des colons installés en Algérie ne sont pas d’origine française mais espagnole et italienne.

Si ces colons sont partis pour l’Algérie, c’est parce que, pour la plupart, leurs conditions de vie dans leur pays d’origine étaient mauvaises. Et si on trouve parmi eux beaucoup d’Espagnols et d’Italiens, c’est qu’ils étaient très pauvres.

Pourquoi les Français ne sont-ils pas partis plus nombreux pour l’Algérie ? C’est que, malgré la défaite de 1870 et la saignée de 14-18, la France est restée, de 1830 à 1940, un pays prospère, capable d’assurer à la majeure partie de ses habitants des conditions de vie relativement satisfaisantes pour l’époque. Les Français, même pauvres, ne furent donc pas très nombreux à être tentés d’aller s’installer en Algérie.

Et d’où la France tira-t-elle, de 1830 à 1945, une grande partie de sa richesse et de sa prospérité, qui empêchèrent la colonisation de peuplement de réussir en Algérie ?

De l’exploitation de ses possessions coloniales.

Conclusion : la France a perdu ses colonies, dont l’Algérie, parce qu’elle était une puissance coloniale.

De toute façon , la France n’a pas perdu l’Algérie, puisqu’elle l’avait volée.

C.Q.F.D.

Vers 1850, dans un rapport sur l’Algérie, Alexis de Tocqueville écrivait :

 » Nous avons tout d’abord reconnu que nous n’avions pas en face de nous une véritable armée, mais la population elle-même […] Il s’agissait moins de vaincre un gouvernement que de comprimer un peuple.  »

Ce constat lucide en 1850 l’était tout autant en 1956. mais il faut croire que nos gouvernants de l’époque n’avaient pas coutume de lire Tocqueville. Ceux qui, en 1956, s’activaient à comprimer un peuple étaient des socialistes SFIO qui s’étaient assis sur les principes dont ils se réclamaient : Guy Mollet, Robert Lacoste et un certain François Mitterrand, l’auteur du fameux slogan  » L’Algérie c’est la France « , et qui fut, ne l’oublions pas, le garde des sceaux de la bataille d’Alger.

rolando dit: à

ya pu personne chez vous serdgio, vos mémères sont évanouites ? même l’andouille ne crache plus trop, keskispasse ?

Roca dit: à

@Momo, j’avais écouté la même émission. Totale loose de JB.Harang, son obséquiosité scandaleuse ,à sens unique envers Laurent M alors qu’il arrêtait pas de savonner la pente pour intimider Annelise; très choquant et complétement ^pas professionnel. Il avait tout fait pour l’enterrer.Nul, petit et goujat. Je suis de la Région. Mauvignier aussi, pour ça que je tenais à entendre leur duo ;il n’est pas de Toulouse mais de Bordeaux ;en tout cas l’était(sa femme dirigeait la grande librairie place du parlement, elle a beaucoup contribué au succès et c’était toujours un plaisir de le rencontrer là-bas )Un garçon très gentil, très doux;son livre « Des hommes » est excellent mais ne prend pas de risques. c’est aussi ce que je ressens : « la guerre c’est dégueulasse ». Je l’ai beaucoup aimé mais en ayant l’impression qu’il jouait sur un velours un peu trop vu en vitrine.L’autre, celui d’annelise Roux était beaucoup plus dur. ça appuyait vraiment en allant regarder où ça fait mal,audacieux sans renier aucune humanité.Beaucoup de chair au contraire.Une tendresse et un courage pas banals. Je l’avais préféré aussi au Mauvignier bien que j’ai tous ses livres, que je suis fidèlement toute sa carrière. Mais avec elle on n’est pas dans le consensus compassionnel qui rassure les idéologues. Il n’y a pas plus camusienne, et ce que j’aime aussi c’est que c’est pas le livre d’une « intellectuelle ». Elle est très intelligente, mais pas sorbonnarde qi vous voyez ce que je veux dire? Moi en tout cas je crois voir ce que vous voulez dire.Votre révolte. Pas contre bloom, en fait;contre le battage autour de ça confisqué par des gens qui comprennent le truc à moitié et prennent la parole comme s’ils y étaient. Ma belle-fille est Algérienne, son père tué par les français à Cherchell. Elle disait aussi qu’elle est devenue un grand médecin obstétricien parce que sa mère avait perdu six enfants sur onze. 6 sur 11 vous vous rendez compte!? Avec ça, la meilleure amie de sa mère était une femme pied-noire qui allait faire des accouchements dans la montagne, aider et soigné les gens des deux côtés. Les communautés ne vivaient pas ensemble mais au plan individuel il y a eu beaucoup d’amour et de connivence, à côté des incompréhensions, des haines. Tout ça cohabitait. Le livre d’AR montre ça avec une finesse et un amour extraordinaire.
Bloom rien de ce que vous dites est faux. Mais rien qui fasse avancer les choses. Vous avez le copain d’un cousin qui a subi des atrocités. ..un autre va raconter que les fellagahs coupaient les c. des autres et les leur fourraient dans la bouche;personne le nie ni ne prétend le contraire. Et c’est affreux.Porteur de valise, c’était bien pour défendre une indépendance légitime. Maintenant il faut avancer, et on ne peut le faire sans décrypter.Moi, ma belle-fille me dit que la population dans son pays s’est retrouvée coincée entre les militaires et le GIA, que la colonisation a eu bon dos, aussi ! Qu’il y a eu des exactions tellement affreuses de part et d’autre qu’une génération entière s’est retrouvée étêtée, complétement laminée. A alger vous savez que le tabagisme est un mal national, que le cancer du poumon sera sous peu un vrai problème de santé publique? Pourquoi? A cause du délabrement général, du desoeuvrement. Pas les Français qui ont fait ça : des dirigeants qui ont compté sur la rente pétrolière en se moquant du reste. Andras revient sur Iveton et il fait bien; je sais pas si je lirai son livre, ça m’a l’air d’être un de ces brulôts qui n’apprend pas grand-chose tout en se dressant sur les ergos habituels de la dénonciation. Je ne suis pas en train d’essayer de relativiser quoi que ce soit, au contraire. Mes petits-enfants si j’en ai un jour seront à moitié algériens, c’est leur histoire, et je voudrais qu’ils puissent en faire une lecture complète,honnête ;aujourd’hui l’Algérie est toujours en reconstruction. Les années 90 ont laissé des cicatrices terribles, et ça n’avait pas à voir cette fois avec la présence française. Vous vous comportez comme si on conteste ça. Je comprends quand Momo s’énerve en trouvant que vous confisquez une histoire qui lui appartient peut-être plus qu’à vous. J’écoute la jeunesse qui vit là-bas, les filles restées au bled qui n’ont pas eu la chance de partir faire des études et qui recommencent à avoir peur de tomber sous la coupe des grands frères plutôt que des pères ! L’histoire de l’Algérie continue d’être tragique. Ce qui me gêne est votre abord binaire du truc; on peut pas s’en sortir comme ça. La preuve on continue de s’engueuler encore là dessus, il faut le faire. Je vais retourner à mon silence, j’attendrai le prochain billet pour relire Passou, et sans intervenir

Sergio dit: à

D. dit: 17 mai 2016 à 16 h 12 min
Diên Biên Phu, c’est très surfait et ça manque d’ombre en été.

Bien sûr ! C’est pour cela qu’on a arrêté avant ; comme pour les Champs-Elysées, quoi…

Sergio dit: à

berguenzinc dit: 17 mai 2016 à 15 h 38 min
Les curetons, les imams, les popes ,les rabbins, les moines bouddhistes, les prêtres shintoïstes etc.

Faut reconnaître que c’est comme dans Blueberry, i sont plus nombreux que les zopilotes sur une bête crevée…

– Une mention spéciale pour les « rances tartines de morale » ! Et puis épaisses… Très épaisses ! C’est à plein temps hache vingt-quatre…

D. dit: à

Diên Biên Phu, c’est très surfait et ça manque d’ombre en été.

sse ? dit: à

Là, c’est pour défendre son barbarin que François – le Bigot crache sur la République.

Qu’il crache tant qu’il veut, la question n’est pas là. La question est : Barbarin est-il en délicatesse avec les lois de la République ? Si oui, des plaintes ont-elles été déposées ? Si oui, une instruction a-t-elle été ouverte? On observera que, tout cardinal et archevêque qu’il est, Barbarin est un justiciable comme un autre et ne doit bénéficier d’aucun passe-droit. J’ai l’impression, quant à moi, qu’il bénéficie d’une certaine… mollesse de la part des autorités judiciaires ; mais je me trompe, peut-être.

rbapoux dit: à

Là, c’est pour défendre son barbarin que François – le Bigot crache sur la République.

Qu’il crache tant qu’il veut, la question n’est pas là. La question est : le barbapoux est-il en délicatesse avec les lois de la République ? Si oui, des plaintes ont-elles été déposées ? Si oui, une instruction a-t-elle été ouverte? On observera que, tout cardinal et archevêque qu’il est, le barbapoux est un justiciable comme un autre et ne doit bénéficier d’aucun passe-droit. J’ai l’impression, quant à moi, que le barbapoux bénéficie d’une certaine… mollesse de la part des autorités judiciaires ; mais je me trompe, peut-être.

berguenzinc dit: à

« Le pape François reproche à la France « d’exagérer la laïcité »

INDÉCROTTABLES CRÉTINS que ces prélats et que tout le cheptel des religieux. Non seulement les trois monothéïsmes, mais les autres, pires encore !
Raclurerie sans borne des faisans-esrocs, dévoyeurs de la foi légitime des hommes. Ainsi, François…on disait que c’était un pape de progrès, tout juste si ce n’était pas Astérix, Robin des Bois, Che Guevara…en fait on a encore une fois le modèle si répandu chez les arthropodes du « pusilanimus poltronus », sorte de gros insecte à patte, existant dans plusieurs versions dont « pusilanimus poltronus socialistus », le plus connu en France;
Ce pape est un rat. Pauvre République, voilà 111 ans qu’elle essaie de tenir la barre de la laïcité. Les curetons, les imams, les popes ,les rabbins, les moines bouddhistes, les prêtres shintoïstes etc , tout le fourbi des petits microtyrans du quotidiens sont inchangés depuis le début du monde. Leur but: faire ch.ier le pauvre gus qui mouille devant la mort. Et sous prétexte de le rassurer, lui foutre de rances tartines de morale, et si possible , finis finarum , emmer.der les femmes, les pauvres femmes, toujours victimes de la foi.

Là, c’est pour défendre son barbarin que François – le Bigot crache sur la République. Vous n’avez pas eu Dreyfus, mas à l’aide des intégristes sectataires du grand con sur sa croix, de l’autre marchand de chameaux et du crétin qui voulait tuer son fils, de ce Dieu imbécile qui n’st qu’un goulu des âmes, ils finiront par nous ensevelir sous leurs patenôtres et salamales pourris. ÉCRASONS L’INFÂME tant qu’on le peut. Non mais !

Sergio dit: à

closer dit: 17 mai 2016 à 10 h 12 min
(Ah non, c’est vrai, on ne commémore pas les victoires…)

Hon peut la faire à Diên Biên Phu, la rave, pendant que le terrorisme indochinois est en route i sont plus là-bas…

Al Ceste dit: à

Juste après, arrive le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants, dont on aimerait savoir ce qu’il avait fumé quand il a déclaré : « C’est le début du totalitarisme et je dis que c’est vraiment le fascisme qui nous attend »…

On aurait aimé que sa fonction, précisément, le porte plutôt à s’indigner que ce haut-lieu de boucherie inhumaine soit transformé en kermesse. Et au passage, en truc pour (essayer de) faire remonter les sondages de François II le Petit. Avec des gens comme eux (le gouvernement, le maire de Verdun, le rappeur et Lolo Joffrin) les poilus meurent une deuxième fois. Ah s’ils pouvaient ressusciter et venir trouer à la baïonnette rouillée les panses de tout ce beau monde…

D. dit: à

on ne peut pas cependant raccorder un fil éléctrique à un un oléoduc

Oh ben si, justement, et ça marche très bien. On voit tout de suite que vous n’y connaissez rien…

D. dit: à

bérénice dit: 17 mai 2016 à 13 h 19 min
D, vous avez dit bizarre

Ben oui. Bizarre, avec un B et un Z et un R comme dans…?

Al Ceste dit: à

 » Klarsfeld le traite de courtisan mais il a bien raison. Badinter et Kiejmann n’ont pas été dignes de leurs propres morts. Le pouvoir salit. »

Kiejmann portait les clubs de golf de Mimi comme Henri IV avait son porte-coton : aux trousses.

Kiejmann militait pour que son idole fasse un troisième mandat. Pour un courtisan, il était mal informé de la santé de ladite.

guillaume dit: à

« Qu’est-ce que vous y connaissez à l’Algerie? Ne parlez pas pour rien dire!! »

ils y connaissent toujours plus que WC et PQ

guillaume dit: à

 » Je m’etonne que personne ait songé au livre remarquable de la taulière rdc à côté qu’Assouline avait présenté. Le bouquin d’Anne-Lise Roux  »

Encore eut-il fallu avoir connaissance de l’existence de ce livre !

bérénice dit: à

D, vous avez dit bizarre?

bérénice dit: à

closer, je ne mets pas en cause la compétence de Bloom , on ne peut pas cependant raccorder un fil éléctrique à un un oléoduc, l’histoire récente avec un passé sur lequel de nouvelles bases ont été dessinées pour être à nouveau contestées, manipulées, trahies, reniées, violentées, je ne connais pas grand-chose de l’Histoire, j’ai jeté un coup d’oeil au hasard de la toile et je suis tombée sur l’arrestation d’un terroriste en Algérie que de citoyens informés et algériens expliquaient en démêlant les différentes implications et ramifications, pas simple.

D. dit: à

Bérénice, je vous trouve bizarre depuis un certain temps. Autant que vous le sachiez.

Bloom dit: à

« Immense Bloom, vous êtes le Pénis des Zobtes de ces Bois »…. mordiou, ça en jette !

Tout flatteur vivant aux dépends de celui qui l’écoute, je m’abstiendrai de tout commentaire…ah!

comité des fêtes dit: à

c’est moche cette affaire mais symptomatique, un membre de la famille des anciens combattants de verdun ayant déchiffré des extraits de Blak M empreint d’un esprit de vengeance vis à vis de la france, écrit à la mairie qui ensuite refuse le budget alloué au concert. Ce n’est pas vraiment risible cet affrontement des mémoires, ce sont des situations qui pourtant arrivent souvent, s’interroger sur notre besoin de faire passer des mémoires avant d’autres … et d’être moins hypocrites.

JC..... dit: à

Yoourtenanaard a parfaitement raison, cher Dédé !

On se réjouira de la qualité de ses commentaires élevés souhaitant que la bassesse de ceux du Porquerollais soit enfin punie de chatouilles létales …

rolando dit: à

peu lui importe, dit-il, normal, il ne vient ici que pour cracher

Yourcenanar dit: à

Mais, D, ce que dit JC n’a de sens pour personne, même pas pour lui, c’est le propre des andouilles

JC..... dit: à

Il est exact que parler de Bloom sans accoler l’adverbe (!) « immense », c’est une grossière erreur d’immeuble que nous ne commettrons plus … foi de Tariq !

« Immense Bloom, vous êtes le Pénis des Zobtes de ces Bois »…. mordiou, ça en jette !

closer dit: à

Bérénice, je pense que l’immense Bloom faisait allusion à la guerre civile algérienne avec les islamistes (vous savez que sa compétence est universelle). Cette guerre étant notamment une conséquence de la politique absurde dite d' »arabisation » qui s’est traduite par l’importation d’une foule d’enseignants wahabites venus du Golfe qui n’avaient pour toute science que l’arabe classique et le fanatisme religieux.

JC..... dit: à

Ami D, sans profondeur, comment voulez vous que …. !

D. dit: à

Vous rigolez, Widerganger, le gouvernement est bien plus fort que ce que vous imaginez.

D. dit: à

JC….. dit: 17 mai 2016 à 10 h 47 min
D. dit: 17 mai 2016 à 10 h 38 min
« Ce que vous dites n’a guère de sens pour moi JC. »
Vous pensez ce que vous voulez, cher ami…. peu m’importe !

Mais non, cela vous touche au plus profond de vous même.

Widergänger dit: à

C’est le début de la fin pour le gouvernement. Ça prend l’eau de partout.

JC..... dit: à

D. dit: 17 mai 2016 à 10 h 38 min
« Ce que vous dites n’a guère de sens pour moi JC. »

Vous pensez ce que vous voulez, cher ami…. peu m’importe !

JC..... dit: à

« Faudrait-il comprendre que le terrorisme islamiste, Al-Qaïda, Daech soient une conséquence directe de la colonisation… » (Bérénice)

Le terrorisme islamique anti-occident n’est pas la conséquence directe du colonialisme, il est la conséquence du frein terrible à la modernité, à la liberté, que constitue la religion islamique prise à la lettre.

L’Islam est religion de conquête…

En outre… tant que le Paradis est le bien suprême du croyant, pourquoi voulez vous que les dirigeants des pays musulmans ouvrent leur nation au monde démocratique, libertaire, égalitaire, laïc, à l’égalité homme-femme ?

Pourquoi le feraient ils ?

D. dit: à

Ce que vous dites n’a guère de sens pour moi JC. Les jeux du cirque romains témoignent de la possibilité de barbarie au sein d’une civilisation complexe. Ne parlons pas des nazis, avec là aussi une civilisation complexe mais particulièrement barbare, du moins au niveau de sa classe dirigeante et de ses armées.
Oradour sur glané n’en est qu’un exemple parmi des milliers d’autres à plus ou moins grande échelle.

bérénice dit: à

Azzeddine Medjoubi , ça vous dit quelque chose?

Faudrait-il comprendre que le terrorisme islamiste, Al-Qaïda, Daech soient une conséquence directe de la colonisation , on ne liquide pas un passif si lourd facilement mais cela fait tout de même 50 ans que l’Algérie a trouvé dans la souffrance et l’horreur son indépendance, la France traîne un sentiment de culpabilité entre autres problèmes résiduels rattachés à cette guerre atroce. L’Allemagne quant à elle vit son passé lourd de culpabilité également en tentant au delà de l’intérêt économique et démographique que cela représente d’ouvrir ses portes à des réfugiés de notre temps, conséquence d’autres conflits qui ne s’originent pas dans le passé colonial.

closer dit: à

C’est trop bon, encore quelques lignes:

« Beaucoup de Français de toutes origines et de tous horizons ont le cœur serré quand on évoque les soldats sacrifiés de Verdun. « Faire la fête » à Verdun, il fallait l’inventer. Et après ce sera quoi, le festival d’Auschwitz ? Rave à Austerlitz ? (Ah non, c’est vrai, on ne commémore pas les victoires…)… »

closer dit: à

Elisabeth Lévy, toujours aussi géniale! Un extrait:

« La première fois une tragédie, la deuxième fois une farce. Et la troisième – ou en l’occurrence la centième –, comment la qualifier ? Une énorme galéjade ? Le canular du siècle ? Je l’avoue, la nouvelle poussée de fièvre antifasciste, à propos de l’annulation du concert de Black M à Verdun, me tire des larmes de rire. À chaque nouvelle déclaration indignée pour défendre un chanteur de variété rap pour ados qui, dans sa jeunesse, chantait sa détestation de son pays de kouffars, je n’en crois pas mes oreilles : là, ils le font exprès, ça ne peut pas être sérieux. Ces gens bien habillés, de gauche (ou de la bonne droite qui n’a pas tardé à rallier cette croisade hautement comique), ne peuvent pas croire aux fadaises qu’ils débitent au kilomètre. Pour l’instant, ma préférée, c’est la ministre de la Culture qui a parlé d’ « ordre moral nauséabond », on notera une certaine recherche dans l’assemblage des mots-clés. Juste après, arrive le secrétaire d’Etat aux Anciens combattants, dont on aimerait savoir ce qu’il avait fumé quand il a déclaré : « C’est le début du totalitarisme et je dis que c’est vraiment le fascisme qui nous attend »… Mais entre Jack Lang, Christiane Taubira, Benoist Apparu et quelques autres, la compétition pour la plus grosse énormité sur le sujet est serrée…. »

JC..... dit: à

En résumé : « Vive l’Empire d’Occident ! »

JC..... dit: à

A son époque, l’Empire romain apportait la meilleure civilisation du moment aux barbares, enthousiasmés des nouvelles règles de vie proposées par ces diables de colonisateurs romains, tout autour de la Méditerranée….

A notre époque, on n’admet pas qu’il y ait une meilleure civilisation qu’une autre, ce qui est aberrant et refus de réalité ! Pourtant, il suffirait d’un rien pour que notre civilisation devienne impériale, bienfaitrice, généreuse, en tout cas plus avancée que des civilisations pourries où homme et femme ne sont pas égaux.

Il faudrait naturellement moins jouir de la morne repentance et faire preuve de plus de courage politique associé à un pragmatisme que les Romains possédaient, et que nos Julius Caesar et nos Hadrien de chiottes ont perdu en Occident !

JC..... dit: à

Camarade Bloom, vous êtes plus qu’un simple porteur de valises, vous êtes un porteur de malles ! Vive notre héros de la guerre de libération …

Bloom dit: à

j’en ai TROP ma claque des Bloom et sse qui balancent LEUR vérité je finis par intervenir ;parce que qu’est ce que vous y connaissez?? Vous êtes algérien, vous parlez pour nous c’est ça?
==

Azzeddine Medjoubi , ça vous dit quelque chose?
Il s’est fait assassiner en 1995 par 2 jeunes sur les marches du TNA qu’il dirigeait. Les meurtriers ont ensuite pointé leur arme sur la jeune femme qui était à ses côtés, une danseuse du ballet national algérien, la soeur de mon grand copain Amir S., fils d’un des héros de la guerre de libération.
J’ai un stock entier d’histoires algériennes comme ça, arabe, juives et pied-noir. Je les garde au chaud pour d’autres occasions.
La censure, c’est le gouvernement de la rdl qui s’en charge, pas les intervenautes.

Widergänger dit: à

En tout cas, Badinter ne s’est pas honoré en piquant une colère noire contre ceux qui huaient Mitterrand lors de sa venue à la cérémonie de commémoration de la rafle du Vel d’Hiv.

Klarsfeld le traite de courtisan mais il a bien raison. Badinter et Kiejmann n’ont pas été dignes de leurs propres morts. Le pouvoir salit.

Sergio dit: à

Bihoreau, duc de Bellerente dit: 16 mai 2016 à Si la France avait traité les Algériens, pour ne nommer qu’eux, comme tout autre citoyen, peut-être l’actualité serait-elle moins empoisonnée.

Natürlich. Quand on a récupéré la Bretagne, la Bourgogne, la Comté, l’Alsace, la Lorraine, la Corse et même Nice et la Savoie, les gus sont devenus french dans le quart d’heure et on n’en a plus recausé ; la France des cent trente départements itou ; alors là, pour trois poves départements, la question se posait même pas !

Je crois que De Gaulle a découvert cet état de fait en quarante-trois et a poussé à la roue pour l’assimilation, même en commençant dès cette époque à douter de la pérennité de cette province, finalement, française.

Widergänger dit: à

La Gaulle a plutôt été civilisée par les Romains, les impérialistes de l’époque. Les Romains ont apporté la civilisation partout où ils sont passés. C’est un fait. Même si ce fut au détriment de la civilisation celtique en Gaulle, dont il ne reste quasiment rien (langue et culture).

Bihoreau, duc de Bellerente dit: à

Widergänger à 23 h 18

«Redescendons un peu sur terre, mes petits chéris, y compris notre brave duc avec son duché de pacotille…!»

Sachez, monsieur que je ne suis pas brave du tout (éloge de la fuite…) et que mon duché n’est point de pacotille car totalement dû au génie de Raymond Macherot. Je vous prie de respecter la mémoire de ce grand artiste !

Vous avez en revanche bien raison d’être prudent en ce qui a trait aux bienfaits de la colonisation en Afrique: contrairement à la tarte tatin de grand-maman, elle est nécessairement mauvaise.

Widergänger dit: à

En même temps, il ne faut jamais oublié non plus que l’esprit de supériorité des Européens, qui leur a servi à justifier la colonisation, a reçu un opposant considérable en la personne de Montaigne : lire ou relire à sujet Essais I, 31 (Des cannibales) et III, 6, (Des coches), inventeur du mythe du bon sauvage… Sans parler de Diderot au XVIIIè siècle bien sûr, le premier vrai pourfendeur du colonialisme.

Widergänger dit: à

Redescendons un peu sur terre, mes petits chéris, y compris notre brave duc avec son duché de pacotille…!

Les colonisations n’ont pas commencé en 1830 ! Mais à la Renaissance, à commencer par les Portugais, les Espagnols suivis un peu plus tard par les Hollandais, caricaturés par Voltaire dans la figure du fameux et au nom si expressif, Vanderdendur, dans le fameux passage du « Nègre de Surinam », dans Candide.

Lesdits Hollandais étaient d’ailleurs le plus souvent des Juifs sépharades exilés d’Espagne en Hollande qui, grâce à leurs réseaux commerciaux à travers le monde, ont donner le premier élan à ce qu’on appelle aujourd’hui la mondialisation.

La colonisation est inséparable de la montée de l’impérialisme européen. On a beau jeu aujourd’hui de se scandaliser des horreurs de la colonisation. On ne peut certes que les réprouver, mais dans la montée en puissance du déséquilibre entre le nord et le sud, les colonisations et le partage de l’Afrique noire par les grandes puissances en 1880 à la conférence de Berlin présidée par Bismark doit être considérée aussi comme une forme de progrès dans la civilisation de l’Afrique même si ce n’est pas très politiquement correct de le dire !

D’où le silence ambigu d’un Victor Hugo qui permet de resituer les événements dans leur contexte pour ne pas commettre trop d’anachronismes. Il n’était pas si simple à l’époque d’être contre la colonisation, même s’il y eut des opposants dès le départ à la colonisation.

rose, hilare dit: à

c’est vrai bibou ; allons porter la bouteille de coca cola qui nous est tombée sur la tête au bout du monde là où la terre finit dans les brumes. Ce ne sera pas pire.

rose dit: à

Ai réussi à rire de mes propres bêtises. Il a suffi des petites filles. Comme la marque en « ent » au pluriel de petites pourrait signifier que l’enfant élève a compris qu’il s’agissait d’un pluriel & qu’il ne faudra surtout pas sanctionner (je n’y serai plus dans ces classes là) j’ai imaginé l’élève qui aurait écrit « pettites »
« ben c’est passqu’elles sont deux, madame » ; Et il aurait fallu concéder que si les filles sont deux, il peut y avoir trois « t » à petites ».

Je ne marcherai pas sur la tête, non, non.
Ai donc ri (bah souri)
Salut mes potes, bonne nuit

puis brièvement ai songé que java
et nalo
c’est une composition hasardeuse mais assez probable.(décomposition)

rions, c’est notre propre !

Bihoreau, duc de Bellerente dit: à

sse ? à 22 h 23

«Voilà un Bihoreau qui me plaît ! Je retire mes remarques précédentes, d’une ironie déplacée. Entièrement d’accord avec vos remarques lucides.»

J’accepte de bien bonne grâce vos excuses. Hélas, il ne peut y avoir d’impérialisme, de colonialisme, sans un sentiment de supériorité qui va souvent jusqu’au racisme le plus abject. Si la France avait traité les Algériens, pour ne nommer qu’eux, comme tout autre citoyen, peut-être l’actualité serait-elle moins empoisonnée.

De nos jours, les pays favorisés envoient vers les pays moins nantis des collaborateurs, qui s’y conduisent plutôt correctement. Mais c’est à la demande du pays hôte que le collaborateur vient y oeuvrer. Il fut un temps où les Québécois (j’ai une grand-mère née là-bas) fournissaient à l’Église catholique un nombre inouï de missionnaires; ils allaient en Amérique du sud ou en Afrique sur invitation, après avoir été sensibilisés aux réalités du lieu, prenant garde de ne pas froisser personne. On garde d’eux un excellent souvenir.

Non, les empires portent tous le microbe du racisme, qu’il s’agisse d’empires comme le romain ou le britannique, qui ont duré longtemps, ou le nazi et le soviétique, étincelles aux yeux de l’Histoire.

Widergänger dit: à

L’émission de ce soir sur France 3 à propos de la Mémoire de Vichy était très convenue. Heureusement qu’aujourd’hui, une historienne comme Annie Lacroix-Riz avec son dernier ouvrage sur la collaboration permet d’aller plus loin. Décidément on est encore loin de dire toute la vérité aux Français.

rose dit: à

les prémices de la démocratie

je veux bien vous le concéder. Certaines choses vieillissent pour certains pas pour d’autres.

rose dit: à

Cela n’a rien à voir : Gracq a été un homme qui vécut dans l’ombre toute sa vie et a choisi ce parti pris là.
Jamais vous ne l’auriez vu à un raout littéraire.
1830.
Pas d’aventures coloniales.
Et que les japonais ne s’aventurent jamais dans la pêche à la baleine, y avez-vous songé à cela ? Une fois.
Entre la Restauration et Louis Philippe mmmhhhmm , comme dirait Clopine.
Que les Kerguelen ne soient pas un gigantesque site de massacre de baleines hein ? Et de morses et tout.

Tout le monde a trinqué. Sur terre sur mer.
En Amazonie au Pérou.
C’est maintenant qu’il faut changer. Pas se dire si 1830 n’eût été, on eût eu différentes choses.

Refaire l’Histoire. Ne pas guillotiner la reine de France ni répudier Joséphine.
Victor le dit : tout cela a constitué les prémices d cela démocratie; Sans restauration et sans Louis Philippe pas de révolution française; Enfin, c’est ce que j’ai cru comprendre.

« Eût eu » il l’écrit souvent Victor ; à chaque fois, je biche grave. Si j’avais le courage, un jour j’en aurais fait la recension; Eût eu : 1 ; eût eu : 2 etc. J’y renonce. Trop de travail; Puis faudrait tout relire crayon à la main. Autant le goulag. Ou une belle-mère. Relire une somme pareille, nanmého…
Comme Annelise « ton ton ». Encore faut-il tutoyer l’impétrant, ce qui n’est pas le cas de tout le monde d’eux.

Widergänger dit: à

Le 3 décembre 1951, Julien Gracq refusait le prix Goncourt :
https://www.youtube.com/watch?v=f2VFUR0J_GM

L’extrait de son roman lu par Gracq, je le trouve vraiment très mauvais ! Boursoufflé d’adjectifs, des répétitions lourdes et sans effet, un style en tout point prétentieux…

Les jurés auraient dû attendre quelques années pour lui donner le Goncourt à propos d’Un Balcon en forêt qui a tout de même le mérite d’être une œuvre, certes critiquable quand au style, mais parfaite quant à la forme (un peu vieillotte c’est mon point de vue mais qui n’engage que moi je vous le concède…).

Décidément les jurés du Goncourt se seraient-ils toujours trompés ? Sauf pour Proust évidemment !

sse ? dit: à

Bihoreau, duc de Bellerente dit: 16 mai 2016 à 19 h 29 min

En voilà un à qui la subtilité de mon aphorisme n’a point échappé. La France ne pouvait pas dé-islamiser le Maghreb, l’eût-elle souhaité. (etc.)

Voilà un Bihoreau qui me plaît ! Je retire mes remarques précédentes, d’une ironie déplacée. Entièrement d’accord avec vos remarques lucides.

Les historiens n’ont pas éclairé suffisamment, ce me semble, le cheminement qui, vers 1830, a conduit les décideurs français de l’époque à se lancer dans la désastreuse équipée algérienne. On rêve de l’histoire d’une France indemne de toute trace d’aventure coloniale.

Momo Regia dit: à

Je vois ce qui s’est dit sur le bouquin d’Andras, je me tais toute la journée, je lis, je lis ,d’habitude je dis trop rien et quand j’en ai TROP ma claque des Bloom et sse qui balancent LEUR vérité je finis par intervenir ;parce que qu’est ce que vous y connaissez?? Vous êtes algérien, vous parlez pour nous c’est ça?? Parce que moi je le suis. Moitié melon, comme on dit. Mère algerienne, et pas du coté des harki, l’OAS lui a bousillé la famille avec ses questions si vous voulez tout savoir.je suis bien de gauche mais quand j’entends des gars comme vous balancer leur truc sur le ton JE SAIS TOUT J AI TOUT COMPRIS, au bout d’un moment ça me file la panique. L’extrait de Mauvigner, ca va c’est bon, ha oui, c’est bon, les appelés en ont bien bavé ça c’est sûr!la guerre c’est pas joli et tout ça! Pas possible ??Il y a aucun doute, c’est pas trop difficile comme déduction. Je m’etonne que personne ait songé au livre remarquable de la taulière rdc à côté qu’Assouline avait présenté. Le bouquin d’Anne-Lise Roux avait reçu le même prix que Lançon, un an avant. Harang s’était évertué à bien déstabiliser après à la radio, lui coupant la parole, l’écartant pendant l’emission alors que le critique littéraire de l’Huma essayait de redresser l’équilibre. Je voulais les entendre elle et Mauvignier étant du Sud-Ouest (Mauvignier est de Toulouse et elle de Bordeaux). j’étais tellement écoeuré que j’avais failli écrire à la radio pour me plaindre. Ce qu’elle disait était un plus nuancé que le ramassis de généralités que j’ai pu lire ici. Laurent Mauvignier est bon, mais elle l’est autant sinon plus. Seulement son livre c’est comme camus ,et puis une petite nana en plus ! Ce gros miso lui avait pas permis d’en caser une, trop occupé avec tous ses copains ex mao et ex GPA à defendre leur petit poulain minuit! Tout le monde pensait que le Goncourt allait lui tomber tout cuit, parce qu’en france dés qu’il s’agit de l’Algerie faut bien faire gaffe à ce qu’on dit !! Tous ces bons mecs egalitaires et feministes l’avaient traitée comme un faire-valoir, alors que si il y en avait une qui avait des trucs à dire, c’est bien elle… la batarde parmi les purs-sangs des sultans d’Arabie saoudite, ces gentils mecs planqués derriere les colonnes de leurs journaux rachetés par des milliardaires. Comme en plus je suis pd, heureusement que je vis pas en tunisie, on aurait débattu de mon « statut ». Je me suis senti mieux compris en lisant Mauvignier ou en la lisant, elle ou camus qu’en lisant des Bloom et de Ssse!! Qu’est-ce que vous y connaissez à l’Algerie? Ne parlez pas pour rien dire!!

Chaloux dit: à

Un article sur lequel il faudrait travailler, du début à la fin (surtout à la fin). D’où il ressort qu’un écrivain dépourvu de toute « notoriété » n’est pas autorisé à se donner le temps (son temps à lui, pas celui des médias ou des éditeurs) de refuser toute couronne en ferblanterie qu’on serait tenté de lui enfoncer d’autorité sur le crâne, bien entendu pour son bien. On embrasse Chevillard au front, tout en se demandant ce que pouvait bien être la « notoriété » de Gracq en 51, – surtout peut-être, si les yeux ouverts dans le noir, Assouline dans la nuit suivant cet exploit critique, s’est demandé ce que Proust, dans lequel il dit « avoir appris à penser » lui en aurait dit.

rose dit: à

http://www.pieuvre.ca/2016/04/12/une-toile-oubliee-de-caravage-retrouve-la-lumiere/

lorsqu’il s’agit de judith, souvent, la servante lui donne la main. D’une manière ou d’une autre.
Depuis la fin de la peine de mort, il n’y a plus de décollation. Qui depuis, est qualifiée de barbare parce que devenue hors d’usage/d’emploi/de pratique.

Les slash, permettant une interprétation adéquate et précise, pourront être remplacés par le point médian le jour où je saurai le faire.

Boussole dit: à

« Jean Birnbaum……un type de gauche »

Faut vraiment être aussi à droite que notre causeur pour le penser une seconde.

rose dit: à

L’ai lu LDH Toulon

la Déclaration du droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie, plus connue sous le nom de « Manifeste des 121 » fait l’effet d’un coup de tonnerre, de grands intellectuels justifiant le droit à la désobéissance dans la guerre d’Algérie [33]. Parmi les signataires figurent Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Simone Signoret et André Breton

notez que Duras était dans les signataires du manifeste des 121.
Non, je n’irai pas chercher la preuve ce soir je l’ai lu l’autre soir. Croyez-moi sur parole.

rose dit: à

Je l’ai dit cet argument là il y a peu : il m’a été rétorqué vertement que non, chez les chrétiens c’était pareil (le prosélytisme et ce truc d’envahir les autres et de faire régner son système à soi).
Cela n’a jamais marché : pourquoi ?
Toute tentative de cet ordre entraîne inévitablement rébellion.

rose dit: à

un aphorisme

rose dit: à

Subtilité de l’aphorisme : encore eut-il fallu voir qu’il y avait fin aphorisme quelque part.
Subtilité est un problème autre.

rose dit: à

L’Ecosse, le pays basque et alors ?

Exemple ne vaut pas preuve.

D’ailleurs, l’astrophysicien, paix à son âme, a expliqué qu’il était indispensable et il l’a répété à main tes reprises qu’il y ait alternance entre observations et vérifications ; dit autrement théorie et pratique.

Tout ce qu’il a dit est fort intéressant (hormis, passons pudiquement là-dessus, quelques remarques un peu décalées sur les femmes, laissons-le passer le fleuve, un jour, plus tard, on pourra reparler de combien les anneaux de Saturne et les autres anneaux lui ont paru plus simples que la part féminine de l’individu).
On ne peut être doué dans tous les domaines simultanément, semble-t-il.

Widergänger dit: à

Entre le Micron et le Beurré, on est gâté…

Widergänger dit: à

La bourde de Monte qui monte le mont beurré…

Bihoreau, duc de Bellerente dit: à

sse ? à 16h34

«Disciple involontaire de Marx, Bihoreau ré-écrit l’Histoire en farce !»

En voilà un à qui la subtilité de mon aphorisme n’a point échappé. La France ne pouvait pas dé-islamiser le Maghreb, l’eût-elle souhaité. Vous imaginez les imprécations mahométanes, l’ire du sultan? Non: l’erreur fut de s’y installer et de croire que les Algériens seraient de bons Hurons, ravis d’être sauvé de l’extermination aux mains des Iroquois, mais au prix d’un déménagement près de Québec, le lac Huron étant bien plus à l’ouest. Et au prix d’une urbanisation inévitable, et de la perte de leur langue que de savants linguistes et anthropologues tentent de faire renaître.

Non, l’Algérie, c’était foutu. Ce l’est encore, cinquante ans – deux générations! – après la glorieuse libération nationale. Les Franciliens (quel barbarisme…) ont civilisé la Gaule, ou presque, mais outre-Méditérranée, c’était impossible. L’empereur Hadrien a renoncé à civiliser les Écossais, trop féroces, barbares, ou les deux. Oh, moi j’aime l’Écosse et les Écossais, et leur whisky. Mais comme les Algériens, ils ont dit non!

Widergänger dit: à

Ce soir sur France 3 La mémoire empoisonnée de Vichy ; ce que je disais l’autre jour : Le régime de Vichy, sa politique de collaboration avec l’Allemagne nazie et ses nombreux crimes ont longtemps été passés sous silence par un pouvoir soucieux d’oublier le passé afin d’organiser la réconciliation de tous les Français. Il faut attendre 1995 et le discours historique…

sse ? dit: à

L’article signalé par Guillaume (sur le site de la LDH de Toulon) vaut vraiment qu’on le lise.

Widergänger dit: à

La France serait-elle en train d’entrer en insurrection ? La semaine de tous les dangers.

Le désarroi des Français en tout cas est immense face à la « classe politique ».

Montebourg le Vercingétorix de la gauche …?

Sergio dit: à

Ou alors ce qu’on fait c’est que nous on y va, en Algérie Séoudite ; on fera du ski, là-bas… Et eux puisqu’ils y tiennent i viennent marner en Heurope !

JC..... dit: à

On lit ici, sur des sujets de bons sens, beaucoup plus de c.onneries que n’importe où ailleurs.

Normal…

Please, Passou, ouvrez une maternelle géopolitique, il y en a beaucoup qui vont mourir idiots, sinon.

Bloom dit: à

Walter Closer est un prophète. Tout simplement. Ne jamais contrarier les prophètes.
Sooner or later, he’ll start speaking in tongues…

Sergio dit: à

Terrorisme indochinois, terrorisme indochinois… Si les gars viennent à pied comme la Mendiante du Gange… Au mieux mettons qu’il est en marche, quoi !

guillaume dit: à

le général Jacques PARIS DE BOLLARDIERE , seul officier supérieur à avoir condamné la torture (deux mois de forteresse, et a quitté l’armée) – Massu a dit plus tard qu’il regrettait les actes de torture( « on aurait ou faire les choses différemment »)
Enfin, « Près de 15 000 jeunes Français ont été insoumis, déserteurs ou objecteurs de conscience pendant la guerre d’Algérie — la même proportion de refus que celle des jeunes Américains pendant la guerre du Vietnam. »
http://ldh-toulon.net/ils-ont-dit-non-a-la-guerre-sans.html

closer dit: à

Je suppose que tout le monde ici a lu « Un silence religieux » de Jean Birnbaum…un type de gauche qui commence à voir clair.

closer dit: à

Bavardage creux de sse en 14h54. Nuit debout ne va pas dans les banlieues et n’ira pas. Les banlieues ne vont pas à nuit debout…sans doute heureusement pour les bobos qui y glandent et n’ont pas à se lever le lendemain pour bosser. Il ne s’agit pas de sociologie comme il le dit, il s’agit de culture et de religion. D’une religion imperméable à ce qui n’est pas elle. Le problème est donc beaucoup plus difficile qu’avec tout autre type d’immigration et il ne se résoudra pas à vue humaine, sinon par la domination de ladite religion le jour où la démographie le permettra. C’est évidemment le pari de Tarik Ramadan, beaucoup plus intelligent que celui de la violence, fait par les djihadistes.

Quant à Bloom son explication de l’absence de terrorisme indochinois ne tient pas la route une seconde. Le fait d’avoir acquis l’indépendance ne veut rien dire. Tous les pays musulmans qui envoient des terroriste sont indépendants depuis très longtemps. Au temps de la guerre du Vietnam, je ne me souviens pas que les vietnamiens aient essayé de semer la terreur ni en France, ni aux USA. Et pourtant leur guerre était autrement plus longue et violente que celle d’Algérie…En bonne logique, le 11 septembre aurait dû être perpétré par des vietnamiens, pas par des saoudiens dont l’ultra islamisme n’a jamais été inquiété par les USA, au contraire. Mais les asiatiques, confucéens, bouddhistes, taoïstes, voire chrétiens (il y en a pas mal), souvent adepte d’un syncrétisme d’un peu tout cela, se foutent éperdument de soumettre la planète entière à une religion qui serait la seule vraie et de combattre de quelconques mécréants. Ils sont pragmatiques, veulent réussir matériellement et qu’on leur fiche la paix. S’ils constituaient la grande masse de l’immigration en France et en Europe à la place des adeptes de la RPA (religion de paix et d’amour), il y a belle lurette qu’ils auraient rattrapé les « de souche » en termes de réussite sociale et matérielle et que l’on parlerait à peine de problème d’immigration (sinon peut-être pour jalouser leur réussite, comme c’est le cas aux USA où les « chinks » sont mal vus des minorités qui ont moins bien réussi).

Tous ces commentaires sont pitoyables. Ils s’aveuglent devant l’évidence: la religion, une religion, est le clé d’explication principale de ces problèmes. Toutes les preuves sont là, sous notre nez et on regarde ailleurs. Le réveil sera rude.

Widergänger dit: à

Oui, Bihoreau il a fait fort aujourd’hui. Il peut prendre quelques moments de repos après un effort si méritant…

Widergänger dit: à

Oui, l’astrophysicien Brahic, il est bien gentil mais en effet il se goure totalement dès qu’il commence à parler politique. Il croit naïvement que l’astrophysique est la solution aux problèmes de l’éducation des jeunes dans les banlieues difficiles. C’est tout de même extraordinaire qu’un type aussi intelligent soit aussi bête en politique…!

Sergio dit: à

Une belle-mère c’est mieux que le Гулаг ? Mouais… Vaut mieux pas essayer ; les deux…

sse ? dit: à

En ne dé-islamisant pas le Maghreb, elle a semé la terreur qui l’afflige. (Bihoreau)

Bihoreau, c’est le Joseph Prud’homme de la RdL : le char de la Chrétienté navigue sur le volcan islamique !

rose dit: à

André l’astrophysicien fait grand nombre de constatations politiques dans son étude des planètes et cela remet pas mal les pendules à l’heure.
&§h’È
16h47
système solaire

rose dit: à

salut bibou

rose dit: à

On les appelle aussi les banquettes.

Il y a pire dans les injures adressées à autrui du magrebh : inécrivables imprononçables ; destinées à éloigner la peur au ventre du temps de guerre.

Lorsque les gens seront à même de se comporter ainsi, on pourra travailler à la paix (cela me rappelle ce jeune homme à Nantes, dans Nuit debout qui revendiquait, pour que la société change, que l’homme change).

Il ne parlait pas des femmes : normal trop sexy…

rose dit: à

Souffrir pour la planète entière ne la fera pas tourner plus droite. Elle est, de toute manière bancale. Chez nous, les bancaous, ce sont les plus jolis murs de pierre sèche.

rose dit: à

c’est la rancune qui n’est pas apaisée ; pas la France.
Polémikoeur dans un poème Nuit debout couché ci dessous a mis le mot enculer;
Je me fais enculer j’ai mal je ne dis rien in extenso ou presque.
Je connais nombre de gens algériens ou pas qui enculent la France, arnaquent trichent tout le temps.
Je suis sur un projet : la première question que m’a posé un politique c’est « comment on fait avec ceux qui trichent ? »;
Le jour où tu triches tu trinques.
Si pas tôt tard.

Je n’en étais pas sûre, je suis en train d elle devenir.

Laissez la religion aux oubliettes.

sse ? dit: à

En ne dé-islamisant pas le Maghreb, elle a semé la terreur qui l’afflige. (Bihoreau)

Je vois d’ici nos valeureux colonisateurs engagés dans une dé-islamisation du Maghreb. Avec l’aide de nos curés levés en masse pour accomplir cette tâche sacrée. Disciple involontaire de Marx, Bihoreau ré-écrit l’Histoire en farce !

rose dit: à

Le silence des guerres est proportionnel aux douleurs endurées. Si le silence est énorme c’est que les douleurs l’ont été aussi. J’en ai parlé il y a peu avec quelqu’un et voici ce que je suppute : c’est comme un enfant que tu quittes alors qu’il n’est pas autonome; Il ne sait pas marcher. Lorsque tu pars, il t’en veut.

Il y a une rancune terrible par rapport à la France qui n’est pas apaisée.
Que tu le veuilles ou non, il faut le temps.

rose dit: à

L’Algérie donc : c’est une immense douleur : la colonisation, la dé-colonisation, la guerre, les exactions, les atrocités commises.
Le traitement subi par les harkis par les kabyles.
Vous n’avez aucune idée de ce que représente : chez vous, vous n’êtes plus chez vous, ailleurs vous n’êtes pas chez vous non plus, et là vous n’êtes pas non plus chez vous.
Cela génère une anxiété terrible.

Dites les choses telles qu’elles le sont.
De toute façon votre situation est terrible.

rose dit: à

Si vous avez quelque chose à dire, dites-le; Cessez de tergiverser;
Moi je vais vous le dire ; mais je suis un peu brouillonne c’est vrai.
Néanmoins quand je vois l’univers, tous ces trucs qui circulent je me dis qu’au fond je suis plutôt organisée (c’est une histoire de comparaison).

rose dit: à

Parfois je ris aussi toute seule mais assez rarement c’est vrai. Je ris plus aux saillies d’autrui qu’aux miennes.

rose dit: à

Sur l’Algérie, je voudrai dire quelque chose : je suis du sud, née native et y vivant depuis bientôt trente ans.
Que l’on traverse la méditerranée pour trouver du boulot, une vie meilleure etc. c’est le sort de nombre d’entre nous. Nous sommes autant immigrés que les algériens & comoriens, marocains, syriens, tunisiens, égyptiens, iraniens, etc. Va-t-on emm…..Marjane Satrapi ? Non on étudie Persepolis en classe et baste. Le film la BD.
Sans même parler des jardins de Samarcande d’Hamilcar et de ceux suspendus de Babylone.

sse ? dit: à

En ne dé-islamisant pas le Maghreb, elle a semé la terreur qui l’afflige. (Bihoreau)

Celle-là, tout de même, il fallait l’oser ! Deux heures après, j’en ris encore !

rose dit: à

et la bombe à neutrons rose ?

rose dit: à

sse

regardez cette video faite pour les étudiants de supelec (peu en sont à poser des bombes) c’est remarquable d’intelligence.

Etre confiant ce n’est pas être naïf.

rose dit: à

Ce que je constate c’est l’intolérance : un communiste, je parle d’expérience vécue est dans l’impossibilité absolue de vivre avec une chrétienne (mais baiser oui, ô mystères insondables) en la laissant vivre sa vie.
La vie d’un communiste est donc basée sur l’intolérance. L’ukase. Le goulag.

Maintenant que nous le savons, tout le monde dit non.

On préfère des hiiiii de petite souris sur les marches rouges du festival de Cannes en regardant Ryan Gossling.
C’est quand même mieux que le goulag.

sse ? dit: à

parce qu’il explique longuement que la violence est née de l’inculture et que, lorsque l’on offre la culture à des jeunes des cités ils auront autre choses à faire qu’à tout casser. (rose)

Vue attendrissante de naïveté. On peut avoir été un éminent astronome et ne pas avoir inventé la poudre.

rose dit: à

Il y a déjà un moment que bibi et pas mal de gens dans mon entourage ont signalé constaté reconnu compris que le coran c’est du blabla. La religion c’est pipeau dans ces affaires d’explosion. Le but c’est de semer la terreur. Pas de semer le Coran.

D’ailleurs comment imposer un dogme par la terreur ?
Cela n’a jamais marché comme mode d’apprentissage.
Le but est de terroriser le peuple.

rose dit: à

hier, il y a eu une journée Nuit debout chez moi.
Assis.
Au lac.
Avec pique-nique;
Beaucoup de mères avec des enfants.
A barjaquer.

Chez moi, il y a des professionnels de la profession : c’est leur fonds de commerce.
Révolutionnaire.
Pendant ce temps, ils évitent de se coltiner leur belle-mère.
J’ai tenté de dire – mais j’ai eu bien du mal : mais comment peut-on s’intéresser à la loi El Khomri lorsque de sa vie on n’a jamais travaillé ?

On peut.
On peut même organiser la Nuit debout;
Le jour.
Assis;
Avec un pique-nique.
Au lac.

Sergio dit: à

Bihoreau, duc de Bellerente dit: 16 mai 2016 à 14 h 05 min
Dans les faits, la France s’est déchristianisée il y a longtemps. En ne dé-islamisant pas le Maghreb, elle a semé la terreur qui l’afflige.

Il y a quand même un lien entre la vie matérielle et pas mal de choix de l’esprit, dont le religieux ; en d’autres termes, désislamiser quelque chose où les gars n’ont que cela, la religion, c’est pas fado… Même s’ils savent qu’au fond ils n’y croient pas beaucoup, à leur affaire, de toutes manières ils n’ont que cela… C’est médical, finalement ; et comme c’est pas des civilisations qui cherchent à prospérer, croître et embellir, il est à craindre que cela dure encore plus que le pétrole dure moins…

William Legrand dit: à

Ah, y a longtemps que Madame Verniglia ne s’est point exprimée : « il s’en passe toujours de belles au Camp à Nella de la rue Fournier, notre pygmée de JC a perdu pas mal de cheveux, est devenu bigleux et boiteux, ça ne s’arrange pas, tout le monde le fuit car il sent d plus en plus mauvais, les gens ne rigolent plus »… on attend sa réaction, injurieuse comme d’hab’

rose dit: à

En ce qui concerne l’Algérie : qu’un jeune de trente ans ait le courage de traiter d’un sujet dont personne ne parle c’est salvateur. Autant que la bombe lancée par Lafitte à l’ouverture du festival de Cannes. Telle attitude est forcément mise au jour; Tard parfois, jamais jamais. De manière générale avant la Fin.
Les gens intelligents essaient -difficilement souvent- de ne pas trop charger leur barque.

rose dit: à

Autre remarque, en passant : ai visionné entièrement le lien donné par Widerganger hier sur andré Brahic, long mais passionnant. Il dit entre autres choses qu’avant d’envoyer des policiers en première ligne il faudrait envoyer des astrophysiciens parce qu’il explique longuement que la violence est née de l’inculture et que, lorsque l’on offre la culture à des jeunes des cités ils auront autre choses à faire qu’à tout casser. Il explique aussi pourquoi Pluton n’est plus une planète et comment la Terre est un gros débris le troisième en partant du soleil.
Etc.

Merci WdG

rose dit: à

Juste quelques remarques en passant : c’est vrai qu’en Bretagne, et en Suisse, pour prendre deux régions au hasard, une in et l’autre hors Europe, le problème de l’immigration a été résolu différemment et donc le vocabulaire y est largement atténué dans ces régions là.

rose dit: à

commentaire précédent envolé.
Ah.
L’ennui dans la décapitation c’est que l’homme est coupé en deux.
Parfois, il y a pire.
Je ne comprends toujours pas la rage qui vous anime.

rose dit: à

S’exécute militari.

Yourcenanar dit: à

A l’adresse d’une certaine personne aux propos homophobes récurrents (il se reconnaîtra car il en est fier) : on peut désormais signaler les propos homophobes sur ce site :
http://www.adheos.com
on ne va as se gêner

sse ? dit: à

Connaissez-vous un seul pays au monde ou une immigration massive de populations culturellement profondément différente de la population locale ne se regroupe pas dans des quartiers relativement homogènes, à la fois parce que les autochtones se méfient de mœurs très différentes des leurs et parce qu’eux mêmes se regroupent par solidarité familiales ou claniques? Aucun. Normalement, il faut plusieurs générations pour que cette situation se résorbe. (Closer)

Description éminemment sociologique. A quoi servent les sociologues ? A décrire les « pesanteurs sociologiques » qui déterminent notre destin collectif. Qu’est-ce que la démocratie telle que nous la pratiquons en Occident ? Rien d’autre que la traduction, sous la forme de scrutins périodiques, desdites pesanteurs sociologiques. C’est ce que nous appelons communément la liberté. Si c’est ça, la liberté, autant crever tout de suite. Si ma liberté consiste à attendre patiemment que les horreurs du présent se diluent dans l’air du temps au bout de quelques générations (je n’y serai plus de toute façon, depuis longtemps), et encore à condition que les pesanteurs sociologiques poussent dans le bon sens, je crache sur cette liberté. La question est de savoir si les pesanteurs sociologiques, nous pouvons les court-circuiter hic et nunc, et comment. Or nous savons comment. Nous le savons tous, pour peu que nous ayons un peu de coeur — au sens classique et au sens moderne. Ce n’est pas sur les « responsables » politiques que nous pouvons beaucoup compter, tant leur rôle consiste à s’incliner devant les pesanteurs sociologiques ; nous en avons la démonstration tous les jours. C’est ainsi que les Français ont dû subir près de vingt ans une situation de jour en jour plus catastrophique avant d’être délivrés du problème algérien (et encore : sont-ils totalement aujourd’hui totalement libérés des séquelles de cette guerre ? c’est peu probable). Je n’ai pas une sympathie délirante pour le mouvement « Nuit debout », mais au moins il y a, au coeur de ce mouvement, un irrépressible désir auquel il ne tient qu’à chacun d’entre nous de céder au quotidien : celui d’aller vers l’autre. En nous rappelant ce que dit de l’autre Emmanuel Lévinas (je cite de mémoire) : rien n’est plus étrange ni plus étranger que l’autre homme. A ce désir céda sans doute un Fernand Yveton. Il le paya de sa vie. On ne badine pas avec les pesanteurs sociologiques.

Janssen J-J dit: à

« La France n’a pas dé-islamisé le Maghreb ».
Si j’avais su, j’y aurais dit. Quelle conne, cette France, quel con de DG !

Bloom dit: à

Il n’y a pas de terrorisme indochinois en France
===
Les « terroristes » potentiels ont préféré rentrer chez eux pour lutter pour l’indépendance*. Il faut dire qu’ils n’y sont pas allé avec le dos de la cuiller – ils se sont aligné la France, les USA & la Chine.
Ce n’est pas eux qu’on a fait venir pour travailler à l’essor de l »économie française (des communiss, ah ça non!), mais des hommes d’Afrique du Nord (logés dans des bidonvilles, puis des foyers Sonacotra). Le regroupement familial date de 1975, courtesy VGE.

*
« Avant la Deuxième Guerre mondiale et après la défaite de 1940, les travailleurs vietnamiens recrutés ou enrôlés de force au Vietnam au titre de la « contribution des colonies à l’effort de guerre » et envoyés en France pour travailler dans les usines (notamment les usines d’armement) vécurent dans l’ancien camp militaire situé au lieu-dit « Paloumet » (cité Paloumet et Astor) dans la commune de Bias (Lot & Garonne). Certains de ces Vietnamiens y furent détenus pour avoir exprimé leur sympathie pour les mouvements d’indépendance du Vietnam. Après la guerre, beaucoup préférèrent rester en France, mais la plupart d’entre eux sont rentrés au pays. » Wiki.

Sergio dit: à

L’aspect religieux a bon dos ; ils ont que ça comme casuel épicétou… Et le pétrole, bien sûr, bien sûr…

Sergio dit: à

Faudrait savoir si c’est un billet sur le Goncourt et le refus de la guerre d’Algérie… Euh non, le contraire… Enfin l’inverse… On n’a pas les trois unités, quoi…

Bloom dit: à

J.Andras, L.Mauvignier ou …(?):
« …et le fous furieux de l’OAS qui trainaient dans les rues pour abattre tous les Européens qui voulaient partir, et sur les murs, l’OAS, partout l’OAS, les attentats encore…des vitres qui s’effondrent, des corps qui tombent dans la nuit… »

Bihoreau, duc de Bellerente dit: à

On a beau dire, on a beau faire, les impérialistes et colonisateurs ont toujours tort, quelque soient les bienfaits qu’ils apportent – ou croient apporter – aux peuples qu’ils jugent indigents. Ce tort se paie cher, et longtemps. Lorsque l’indigence est réelle, et que l’indépendance n’arrive pas à l’effacer, l’ancien colonisé va tout naturellement blâmer ses anciens maîtres pour ses propres tares.

Il n’y a pas de terrorisme indochinois en France, ou iroquois. Ni malgache. Le terrorisme musulman s’explique par le mal-être de gens engoncés dans une religion mortifère que le colonisateur n’a pas réussi à mettre à mort. Dans les faits, la France s’est déchristianisée il y a longtemps. En ne dé-islamisant pas le Maghreb, elle a semé la terreur qui l’afflige.

guillaume dit: à

En même temps, les projets de réforme progressistes envers les Algériens étaient bloqués par la poignée de gros colons , influents, qui sabotaient tout ce qui n’était pas leur intérêt – les demeurés à la wc et pq se sont engouffrés dans le piège la tête la première, pour faire empirer les choses on peut encore les entendre geindre –

guillaume dit: à

WG « la France ne s’en sortira pas en dehors de la mondialisation, »
Mais n’est-on pas en plein dedans ?!

« Mais qu’est allé faire cette vieille ganache (il s’agissait de de Gaulle…) en Algérie alors qu’il avait dit dès la fin de la guerre qu’il fallait se séparer des colonies ? »
Après l’Indochine, le général voulait restaurer l’honneur de l’armée.., était pris de court par la rapidité de l’‘enchaînement des faits en Algérie il naviguait à vue (plus de morts et d’atrocités sous son règne’ qu’avant lui)

JC..... dit: à

Bravo, closer !

Vos essais sont méritoires, mais pour beaucoup de nos amis, un peu sédentaires, qui se veulent « sensibles et près des gens », l’effort requis est trop important …

C’est au dessus de leurs forces. Alors, ils boboïsent …. les malheureux ! Dictionnaire de la bêtise.

closer dit: à

 » L’immense majorité des français partis en Algérie ont travaillé dur de leur mains et ont créé des richesses là où il n’en existait pas. »

J’aurais dû écrire « des européens », beaucoup d’espagnols notamment, partis avec rien ou à peu près et qui ont réussi à la force du poignet. Oran avait été espagnole pendant près de trois siècle (qui le sait?) à partir de 1505. Le vieux quartiers espagnol a été détruit après l’indépendance. C’était la seule ville où les européens étaient plus nombreux que les arabes. Ils bossaient, tout simplement, comme ils l’auraient fait à Marseille ou à Barcelone.

JC..... dit: à

« La France cache ses crimes. C’est une honte. » (Wiwi)

J’en ai lu de belles…. celle là est splendide !

closer dit: à

« Si bien que tous ces braves petits Français moyens qui avaient trouvé à s’enrichir à bon compte en Algérie sur le dos des musulmans avec ce paternalisme bon enfant »

Ce raccourci est ignoble, WG. L’immense majorité des français partis en Algérie ont travaillé dur de leur mains et ont créé des richesses là où il n’en existait pas.

La vérité est qu’il n’y avait pas de bonne solution. Aron le savait, de Gaulle aussi et sans doute la majorité de la classe politique. Qu’auriez-vous fait en 1956, génie des Carpathes? En tout cas pas aider le FLN à tuer vos compatriotes civils innocents.

C’était cela le débat.

JC..... dit: à

Médicalement, la greffe de tête progresse, ce qui n’est pas neutre politiquement !

Montebourg se verrait bien greffé de la tête de Macron, au sommet, Juppé de celle de Chirac qui ne l’a plus tout à fait, Hollande de celle de la Mitte pour rempiler et faire plaisir à Julie et aux planqués, de Baupin, celle de DSK qui est libre…

Et je vous avoue, qu’envieux du Congourt du premier roman, je me ferai bien greffer celle d’Andras, celui qui parle sans savoir, sans avoir vécu, de choses qui le dépassent, l’enfantelet ! …

la marche en business class dit: à

« on ne se mets pas dans la condition de devoir les subir… »

il semblerait toutefois que le jeûne médiatique ne soit pas permis pour tout le monde, mais bon, des gens qui annoncent avoir fait des changement entre deux moments où ils ne font rien est-ce vraiment passionnant ?

Clauseur dit: à

Nathalie Arthaud, surtout avec ses lunettes Afflelou ? Confondrais tu pas avec les globules de grenouille d’E. Levy,jean-mimi?

JC..... dit: à

@sse

Finalement, cet appartement dans un immeuble plein de melons…. vous l’habitez…. uhuhuhu !

Janssen J-J dit: à

@C’est pas avec ça qu’on va nous sortir de l’abîme où nous sommes plongés.

Bah… c pas une tragédie on s’en sortira bien forcément, avec la qualité de not’littérature et de nos grandes gueules tjs disposées à fournir de bonnes solutions à défaut de diagnostics. Pourquoi se prend’la tête ? ici on avance debout qd même, même la nuit.

JC..... dit: à

Wiwi,
il est ignoble de ne pas donner sa chance à Montebourg-tu-verras-mon-déficit, le Macron de gauche subventionné !

…et, pour être franc, j’avoue que j’éprouve un sentiment aussi trouble que lubrique pour Nathalie Arthaud, surtout avec ses lunettes Afflelou qui excite le littéraire moyen que j’envie d’être…

JC..... dit: à

Le seul moyen de sortir de l’abime dans lequel on est plongé, c’est de faire appel aux américains, nos alliés éternels (sauf en temps de paix) … comme d’habitude, depuis Lafayette.

Depardieu me souffle, odeur éthylique à l’oreille, que Putin … Vade retro satanas !

gontrand dit: à

« Les deux nostalgiques de l’OAS n’ont pas remarqué que le dernier extrait cité n’était pas d’Andras, mais de Laurent Mauvignier, »

Qu’est ce que ça change Bloom? Rien concernant mon argumentation et le débat qui nous occupe…

Bloom dit: à

Bien d’accord avec vous, ML. Ce pays a un rapport très problématique à son histoire, paradoxal quand on sait les très grands historiens qu’il a produits et qui n’ont servi à rien, hélas.

Widergänger dit: à

La tragédie politique de la France actuelle, c’est que les citoyens n’ont de choix pour l’avenir de la France qu’entre Micron, Hollande, Valls et Le Pen…!

C’est pas avec ça qu’on va nous sortir de l’abîme où nous sommes plongés.

sse ? dit: à

Widergänger dit: 16 mai 2016 à 11 h 24 min

Rien à ajouter à cette salutaire mise au point.

JC..... dit: à

Le Ministre de l’Education en France s’appelle Vauban, celui de la défense Napoléon Bonaparte, celui de l’Intérieur Fouché, le Président se prend pour Louis le Quatorzième …. Nous sommes fin prêts pour la mondialisation du millénaire passé, voire plus !

Widergänger dit: à

On ne parle pas assez de la guerre d’Algérie. La France cache ses crimes. C’est une honte. Si la société française avait un peu plus de courage pour regarder en face son histoire tragique, il est clair, à mon sens, que les écrivains qui en parlent seraient moins honteux de recevoir un prix pour couronner leur effort. Je crois qu’il s’agit moins d’orgueil mal placé que de honte de recevoir un prix de la société française qu’ils jugent indigne.

Les Allemands ont certes mis du temps à parler du nazisme après la guerre mais ils ont tout de même réussi à faire le deuil de cette période tragique de leur histoire. Pas la France.

Il a fallu attendre le discours de Chirac en 1995 pour la Shoah. Et nous n’avons toujours pas entendu de discours à la hauteur des enjeux pour la mémoire de la France d’un responsable politique français pour la guerre d’Algérie. Il faudrait condamner Guy Mollet et Miterrand… et ça, il ne faut pas compter sur le PS !

Bloom dit: à

On aborde les sujet des troupe coloniales en 14-18? Celui des pondichériens renonçants & créoles envoyés administrer la Cochinchine parce que les métros n’étaient pas assez solides et/ou trop paresseux? Les colonnes infernales de Bugeaud & le professionalisme de Saint-Arnaud?
« « Les beaux orangers que mon vandalisme va abattre ! (…). Je brûle aujourd’hui les propriétés et les villages de Ben Salem et de Bel Cassem-ou-Cassi… Les Kabyles ont éprouvé des pertes considérables ; nous marchons sur leurs cadavres. »
Heureusement, il y eu toujours en France des voix courageuses, y compris au sein des corps constitués (Brazza, par exemple). Et des hommes & femmes, conscients de la salissure nationale.

JC..... dit: à

Camarade Bloom,
N’appelle pas la Camarde à ton secours ! Elle est bien occupée par ailleurs…

Plus utilement, je me renseigne sur la greffe de cerveau. En cas de décès par épectase, je te cède le mien : c’est seulement une affaire d’argent….

Et tu sais te débrouiller, question argent, n’est il pas ?

Lebedeau du blog dit: à

« Pour faire court : il y a culture et agriculture », paroles de jissé dont l’intelligence nous étonnera toujours, ‘tain que c’est fort !

Widergänger dit: à

L’archaïsme politique des Français est tout aussi patent aujourd’hui, où une majorité de nos concitoyens n’a toujours pas compris que la France ne s’en sortira pas en dehors de la mondialisation, vitale pour notre avenir nationale dans l’Europe.

Bloom dit: à

Les deux nostalgiques de l’OAS n’ont pas remarqué que le dernier extrait cité n’était pas d’Andras, mais de Laurent Mauvignier, dans Des hommes (Minuit, 2009, p.135), autre grand roman sur la guerre d’Algérie.
Leur connaissance de la littérature française contemporaine est simplement ébouriffante. Quant au reste du monde, c’est terra incognita.
La Camarde aura encore une fois bien mal visé: c’est le bas-du-frontiste de Porc Queue Roll & son double W.C. qui auraient dû être happés par JC les ténèbres extérieures, pas le noble professeur émérite de Paris 7.

Widergänger dit: à

Faut-il rappeler à Closer et à quelques autres que, pour l’essentiel, le destin de la colonisation à la française était scellé dès 1945 (sse)
_________
Je rappellerai ici simplement ce que me disait ma brave grand-mère maternelle, une brave femme d’origine paysanne qui avait tout juste son certificat d’étude, quand par hasard nous parlions dans la famille de la guerre d’Algérie : Mais qu’est allé faire cette vieille ganache (il s’agissait de de Gaulle…) en Algérie alors qu’il avait dit dès la fin de la guerre qu’il fallait se séparer des colonies ?

Entre 1815 et 1914, ce sont quelque 50 millions d’Européens qui ont émigré dans le monde pour des raisons économiques. Phénomène moins visible chez les Français parce qu’il y avait justement la soupape de sécurité que constituait l’Algérie qui était la France. Mais la cause était la même que pour les autres Européens. Si bien que tous ces braves petits Français moyens qui avaient trouvé à s’enrichir à bon compte en Algérie sur le dos des musulmans avec ce paternalisme bon enfant qui cachait un réel mépris et une réelle et inqualifiable exploitation, — n’ont pas voulu lâcher facilement leurs privilèges et ont provoqué cette guerre d’Algérie qui ne disait pas son nom. Les fascistes de l’OAS ne valaient guère mieux que ceux de Pétain. La même canaille bonne pour le poteau d’exécution !

Ce n’est pas pour justifier a posteriori les exactions du FLN. C’est simplement pour expliquer que les Algériens, s’ils voulaient vraiment leur indépendance, n’avaient pas d’autres choix que la violence politique, les horreurs criminelles de leur politique pour gagner leur indépendance face à l’incapacité et à la lâcheté des dirigeants français de l’époque, face aux medias comme Le Monde et autres qui ne voulaient rien entendre de la voie vers l’indépendance et face aux braves Français qui s’en foutaient ou qui étaient contre l’indépendance, alors que tout bon esprit, comme Raymond Aron, savait pertinemment que le maintien de l’Algérie française, au-delà du caractère immoral d’une telle politique, était une aberration politique et démographique. Nous aurions, certes, évité le collapsus démographique des années 1970-2016 mais à quel prix ! Au prix d’une islamisation de la France. Et tout cela à cause d’une minorité de Français peu ragoutant qui constituaient le gros des colons.

closer dit: à

Vous l’auriez trouvé vous la solution, n’en doutons pas, sse. Une belle solution pacifique et harmonieuse qui eût concilié les intérêts de tous!

Il est fort ce sse…

Je répète que rien n’autorise un citoyen à aider une organisation terroriste à tuer ses compatriotes dans un pays qui permet l’opposition par des voies démocratiques (votre rapprochement avec l’Allemagne nazie se disqualifie de lui-même). C’est le minimum qui ressort du contrat social. N’oubliez pas que c’est de là qu’est parti le débat.

Quant à vos rengaines sur la ghettoïsation, gardez les pour vous. Connaissez-vous un seul pays au monde ou une immigration massive de populations culturellement profondément différente de la population locale ne se regroupe pas dans des quartiers relativement homogènes, à la fois parce que les autochtones se méfient de mœurs très différentes des leurs et parce qu’eux mêmes se regroupent par solidarité familiales ou claniques? Aucun. Normalement, il faut plusieurs générations pour que cette situation se résorbe. N’empêche que la France est ce pays où plusieurs ministres sont d’origine maghrébine ou africaine, y compris la garde de Sceaux sous Sarkozy et sous Hollande (sans remonter à Félix Eboué et Gaston Monnerville, eh oui!). La lecture de l’organigramme d’entreprises, de partis politiques, de medias, montre de plus en plus de nom d’origine arabe. Vous croyez que l’intégration des italo américains, des irlandais, des latinos ou même des juifs américains s’est faite ou se fait en un clin d’œil?

Remballez vos arguments éculés.

JC..... dit: à

Sais tu ce que c’est, gros benêt de sse, que de laisser tes morts derrière toi dans la terre où il sont nés ? D’apprendre que les tombes sont ravagées ? que les morts ne sont pas respectés ?….

Et quand tu t’installes, humble pied-noir sans rien, en France que tu supposes accueillante … on t’accueille comme un Rambo facho, un colon sadique, une fripouille enrichie ! Bravo, les indigènes hexagonaux !

France meurtrie par sa faiblesse politique, pays de loques humanoïdes, et de beaux parleurs honorés Goncourt du premier roman…

JC..... dit: à

Lorsque tu vis des allocs et des aides sociales, gros benêt de sse, où veux tu aller croupir, si ce n’est dans les ghettos que la collectivité construit pour les déracinés comme toi, ta famille et les coreligionnaires ?

La ségrégation n’est pas une volonté de la population locale qui travaille, elle est la conséquence de ceux qui s’excluent volontairement de leur nation en émigrant dans un pays de culture totalement différente….

JC..... dit: à

Pour faire court : il y a culture et agriculture…

JC, humaniste modéré..... dit: à

C’est tout même merveilleux de lire les débilités de sse ! Il en a du gravier dans le melon, ce bobo…

Y voudrait qu’on soit gentil avec les belons, quand les autres tuent à tout vent les kouffars que nous sommes …

sse ? dit: à

Comme lieu d’observation du racisme anti-arabes et de l’islamophobie depuis l’indépendance de l’Algérie, le Sud-Est de la France est assurément une région privilégiée. Ne parlons pas de la ségrégation sociale : les cités des quartiers Nord de Nice ou de Marseille, la cité Berthe de La Seyne-sur-mer (etc.), l’étalent sans pudeur. La forte présence de rapatriés d’Algérie dans cette région est loin de tout expliquer. Quand j’entends, sur des thèmes comme celui des quartiers de non-droit, des lamentations à peu près identiques à ceux que j’entendais il y a trente ou quarante ans, j’ai envie de ricaner, à l’instar du Chateaubriand de 1848, un vengeur « C’est bien fait !  » Vous n’avez jamais voulu entendre parler de justice ni de raison, ni faire les choix qui s’imposaient : vous récoltez les fruits de votre aveuglement haineux.

sse ? dit: à

melons? Je ne la connaissais pas encore (Bérénice)

C’est que vous n’avez pas été amenée, comme moi, à chercher un appartement dans une ville du Sud-Est de la France dans le courant de la décennie 80 du siècle dernier. Voulant me déconseiller de choisir un certain groupe d’immeubles, l’agent immobilier me dit : « N’allez pas là : c’est plein de melons. »

D. dit: à

renato dit: 16 mai 2016 à 8 h 47 min

« RM mordu par un pittbull »

Il n’y a que les enfants mal élevés qui se font mordre par les chiens… persuadés comme ils sont que les animaux domestiques ce ne sont que des jouets…

Totalement faux, mon pauvre renato.
1) beaucoup d’enfants mordus n’ont pas l’âge de raison et le fait de confondre un animal et un jouet ne relève alors pas de l’éducation…
2) certains enfants ont une peut irrépressible même devant des petits chiens calmes. Ceux-ci la sentent et en profitent pour attaquer « cet autre animal » se trouvant soumis et à leur portée.

Je ne peux que constater que vous ne connaissez pas grand chose tant en chiens qu’en enfants.

sse ? dit: à

Faut-il rappeler à Closer et à quelques autres que, pour l’essentiel, le destin de la colonisation à la française était scellé dès 1945, et qu’il n’était nul besoin d’être un génie politique pour s’en rendre compte. En Indochine et en Algérie, l’armée française et les Français ont payé au prix fort l’incapacité de leurs dirigeants de l’époque à trouver et à imposer les solutions conformes à la justice et à la raison. Heureux sommes-nous qu’en Afrique Noire, au même moment, la situation n’ait pas dérivé de façon aussi catastrophique.

de nota dit: à

Closer,

vous m’avez devancé! Mais abondance de biens ne nuit pas.( même si vous et moi ne signalons pas cette vidéo pour les mêmes raisons…)

TALION, législateur célèbre..... dit: à

La noble tâche d’Iveton, le benêt communiste, a porté ses fruits !

L’Algérie, département, une partie exotique du territoire français au même titre que la Corse ou la Guadeloupe, est devenue algérienne.

S’en est suivi une expulsion purificatrice des kouffars colonialistes de l’Algérie, une réduction nécessaire, par tous moyens, des envahisseurs, ce qui permit à la nation de se mettre en route depuis lors vers la modernité.

Il serait bon que la réciproque se produise et que le territoire soit libéré de nos kouffars improductifs ! On est toujours le kouffar d’un autre kouffar…

bérénice dit: à

» (…)l’inventivité verbale que les humains déploient pour décrire ceux qu’ils n’admettent pas en leur sein: crouilles, ratons, melons, bicots, bougnoules (…) ». Bloom 5h29 le 15 mai.

melons? Je ne la connaissais pas encore, pourquoi pas courge ou coloquinte mais effectivement c’est un terme qui a servi.
http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/arabe2.html

closer dit: à

« dans ce monde d’abrutis… »

à la lecture du dernier sse, je ne croyais pas si bien dire.

(dans la video d’Aron il y a un petit extrait d’une déclaration de Guy Mollet à laquelle, à ma grande surprise, il n’y a rien à changer: elle montre parfaitement comment se pose le problème, autant dire insoluble, et est prémonitoire quant au sort des français d’Algérie)

closer dit: à

Ecoutons 7 minutes de Raymond Aron sur l’Algérie, une bouffée d’intelligence et de lucidité dans ce monde d’abrutis…

sse ? dit: à

closer dit: 16 mai 2016 à 9 h 34 min

Rien ne peut excuser que, comme votre héros, on prenne les armes contre ses compatriotes dans un régime démocratique où l’opposition peut s’exprimer par des voies politiques. Vous êtes-vous demandé, pauvre crétin, pourquoi tous les partis politiques soutenaient que l’Algérie était française? Parce qu’elle l’était tout simplement, politiquement et juridiquement.

Amusante, cette sacralisation du fait accompli et du patriotisme, cette réduction des points de vue au pré carré franco-français, et encore (quid de la position du PC ?). On rappellera aussi à Closer que des Allemands antinazis ( Willy Brandt ) n’hésitèrent pas à prendre les armes contre leurs compatriotes. Sur la question du colonialisme, Closer a manifestement besoin d’être mis au courant.

DGSI..... dit: à

NUIT DEBOUT
l’hymne des Indignés

Puisqu’y faut bien la faire un jour

Et qu’personne n’a l’air décidé

Mêm’ si y’en a des qui sont pour,

La révolution, moi, j’la fait.

Chuis pas vraiment du genr’ patient,

C’est ce soir le grand soir, voilà!

Pourquoi attendre? Moi, je trouv’ ça chiant.

C’est c’teu nuit qu’ça s’fera… ou pas.

J’ai préparé mes ptits cocktails,

Mon foulard, mon casq’, mon courage

Chuis seul mais j’vais fair’ des merveilles,

Sous les pavés, j’trouv’rai la plage!

Va bien falloir que les choses changent:

J’construis donc ma ptite barricade.

Lancer des pov’ tons, ça m’démange,

J’ai des munitions… plein les bras.

Ca y’est, les cogn’s pointent leur sal’ gueule.

Ils préparent leurs feux d’artifice.

Je charg’! Y z’y croient pas, les veules!

Au fond d’leur froc, une goutt’ de pisse!

Je déverse une pluie d’Molotov

Sur les forces répressives d’l’ Etat

C’est quand même vrai que les Russkofs

Ont inventé des trucs… sympas.

La flaqu’ d’essence évaporée

Comm’ dit l’autr’: « tout honte bue »,

Les flics rapatrient leurs blessés,

La 2° vague me tomb’ dessus.

Ils connaissent leur boulot, les bourres

Je leur gueul’: « Mélenchon vaincra! »

J’mont’ dans l’camion faire un ptit tour

Direction le commisariat.

Y m’ont bien cogné toute la nuit

Plus le lend’main pis l’jour d’après,

A coups d’matraqu’, d’bottin et puis

Ces fumiers m’ont même enculé!!

J’me suis souv’nu que Jean Moulin

A eut à faire avec ces gens là

L’uniforme fait l’assassin

Peuvent me torturer, ch’parl’rai pas

Me voilà dehors au grand air

J’ai mal au cul mais j’ai rien dit

Ces fascistes m’ont foutu les nerfs

Mais y bais’ront jamais l’Anarchie!

Je chie devant leur porte!!!

closer dit: à

Mon pauvre Bloom, vous pouvez multiplier les citations, vous nous apprendrez quoi? Que la guerre est atroce? Oui mais pour que cela ait le moindre intérêt, il faudrait admettre qu’elle est atroce des deux côtés et que le livre que vous citez est uniquement à charge contre la France. Pour votre info, le napalm a été utilisé par une vingtaine de pays de tous régimes, dans tous les types de guerre sur tous les continents, de 1942 par les américains contre les allemands à 1988 (par la Russie sauf erreur). Quant au viol, hélas…

Rien ne peut excuser que, comme votre héros, on prenne les armes contre ses compatriotes dans un régime démocratique où l’opposition peut s’exprimer par des voies politiques. Vous êtes-vous demandé, pauvre crétin, pourquoi tous les partis politiques soutenaient que l’Algérie était française? Parce qu’elle l’était tout simplement, politiquement et juridiquement. Croyez-vous que les socialistes (que je déteste par ailleurs) défendaient la présence française par pure méchanceté, juste pour emmerder les purs idéalistes prêts à expulser à coup de bombes et d’attentats les français nés là-bas et leurs allié musulmans, beaucoup plus nombreux qu’on ne le croit?

Toute discussion avec vous est vaine. Vous êtes borné, sectaire. Vous avez décidé une fois pour toutes que tout le mal ne peut venir que de l’occident (ici la France) et que l’Autre n’est que paix et amour, sauf quand l’Autre est frappé par le ressac colonial et qu’il commet quelques crimes, sans le vouloir vraiment bien sûr. Il vous faudrait suivre de sérieux cours d’histoire…

Vous êtes un pauvre type Bloom.

rolando dit: à

Il n’y a qu’ici que l’on trouve des commentaires aussi mauvais, ringards et nuls commis par cette andouille de pq

JC..... dit: à

Quittons nous, après ce rêve magnifique, sur un constat géopolitique cauchemardesque :
« L’Algérie c’était la France, la France c’est l’Algérie »

JC..... dit: à

Cette nuit, j’ai fait un rêve magnifique.

L’ami BLOOM était chargé d’accueillir son nouveau patron : il ouvre la porte, frémit de la tête aux pieds, épouvanté.

Car c’est Margaret THATCHER qui entre, lui sourit, et s’assoie à son bureau directorial, en le regardant malicieusement … !

Bonne journée, camarade Bloomie !

JC..... dit: à

« RM mordu par un pitbull »
Quel est la religion de l’animal ?
(Non, pas Richard… l’autre)

JC..... dit: à

TWEET TWEET
« Pour la 1ère fois en anglais, Frédéric Dard est présenté comme ami de Simenon et San Antonio comme un Bond français ! »

Les Brits vont pouvoir apprécier la classe aristocratique de San Antonio, ainsi que la profondeur de la pensée béruréenne !

Brexit assuré, après lecture …

renato dit: à

« RM mordu par un pittbull »

Il n’y a que les enfants mal élevés qui se font mordre par les chiens… persuadés comme ils sont que les animaux domestiques ce ne sont que des jouets…

renato dit: à

« peut-être simplement que les cérémonies médiatiques le gavent »

C’est possible, toutefois en absence de documents en ce sens on penche vers une interprétation soutenue par un fait ou deux: on en parle beaucoup et (à vérifier) le livre se vend bien.

D’un autre côté, si les cérémonies médiatiques nous gavent on ne se mets pas dans la condition de devoir les subir… voyez Pynchon, par exemple.

JC..... dit: à

« Nuit Debout ou Assis sur la cuvette des chiottes, c’est pareil! »

Je viens de lire ce jugement, à peine critique, du grand philosophe français Gérard Depardieu. Reconnaissez avec moi que ce qu’il dit n’est pas tout à fait dénué de fondement.

JC..... dit: à

Camarade Bloom,

…les larmes me viennent aux yeux en lisant ces extraits émouvants dignes de la collection Harlequin, au sujet de ce que bien entendu nous ignorions tous avant que l’Andras juvénile, discret, coquet, nous en révèle les horreurs !

Dieu ! que la guerre est jolie….ment cruelle ! Please, encore des extraits en provenance d’un seul camp, svp ! C’est tellement drôle ! Merci …

Vous serez d’accord avec moi pour dire :
– y a une affaire IVETON
– y a une affaire ANDRAS
mais il y a surtout
– un SCANDALE GONCOURT
…. pour honorer pareil torchon partisan, ringard et mal écrit !

la vie dans les bois dit: à

Les témoignages de JB-sse et Paul Edel sont intéressants, intellectuellement.
À quelques années près, moins de cinq, ils auraient eu à choisit entre demander un sursis et devancer l’appel.
N’ayant pas été confrontés à ce dilemme, on lit de la rage pour l’un et le soulagement d’avoir échappé à la honte pour le second qui imagine une armee de tortionnaires mal repentir.
C’était ça les lycéens fin années 50 en france?
Oh réveillez-vous, vos frères aînés savaient depuis 1954 qu’ils devraient partir. Pour répondre au dictat du premier flic de france de l’époque, colon en chef, le valeureux tonton.

Bloom dit: à

Et ça, ça lui dit rien à Waltet Closer, aka JC, la balayette du blog à Passou?

« Les vieux ne parlent pas plus et restent muets (…) le regard ne dit rien, pas même l’étonnement. Pas même la colère,rien. Un calme, la résignation, rien, la patience peut-être. Certains ont vu les corps après les bombardements au napalm – le petits tas noirs carbonisés et des membres intacts, d’autres ont eu le sexe fendu par la gégène, ils ont échappé à la mort par miracle, ils ont vu des soldats tuer des hommes à coups de pierre et des filles de douze ans s’adonner à eux sans pleurer; alors maintenant ils attendent, ils ont la patience pour eux. »

JC..... dit: à

Ce qui est donné en extrait, s’il n’y a pas manipulation de la part de Bloom, de la prose du fumeux Joseph Andras, est absolument nul. Pire que Barbara Cartland, ma Virginia Woolf à moi…

Comment un jury Goncourt peut il honorer un naze pareil, un torchon pareil, une larve pareille ?

Passou, qui s’est forcement abstenu de voter pour ce miteux doit en faire des cauchemars !(…enfin…. j’espère…)

la marche en business class dit: à

(enfin, bref, du moment que passou ne me modère pas quand je suis sur l’ordi de maman…)

la marche en business class dit: à

un peu confusément une sensation si ce n’est pas du cul alors rien à dire et voila qui peut laisser perplexe, c’est tout

Bloom dit: à

con cents (je pensais à watère, sapré tours que nous joue l’inconscient) >>>> « cinq cents ».

Bloom dit: à

Quand on aime, on n’compte pas, hein, watère closère (avec pareil naze, nulle discussion, on tire la chasse, c’est tout):

« Le jour où la France s’est libérée, je parle de la métropole, bien sûr, je vous le redis, pour moi l’Algérie, c’est l’Algérie, je crois plus à leurs histoires de départements (…), voyez l’Indochine en ce moment, Hô Chi Minh il leur avait dit qu’il fallait tourner la page, personne l’a écouté et voyez où on en est…Oui, le jour où la France était en fête après la victoire contre les Allemands, je sais pas combien de musulmans, des milliers, pas moins, ont été massacrés au pays, à Sétif, à Guelma, ça doit rien vous dire ces noms-là, c’est à trois cents et con cents bornes d’Alger (…) »

La suite bientôt…

la marche en business class dit: à

ah ben c’est que pour s’indigner aussi faut avoir les moyens, après…

closer dit: à

« Le privilège du sursis, réservé aux étudiants sages, m’épargna le sale travail auquel durent se coller, eux, dès dix-huit ans, souvent au prix de leur vie, les fils d’ouvriers, de paysans, de petits employés. »

T’as raison sse…il fallait donc que des salopards aident le FLN a en tuer encore plus, « des fils d’ouvriers, de paysans, de petits employés » comme tu dis, tes voisins, tes frères, tes cousines, pendant que tu faisais tranquillement tes études avec une bonne conscience totale, sûr d’être dans le camps du bien.

Voir mon 17h22, qui est enfin sorti.

Jean Capitant dit: à

@la mouche du coche

Il faut dire que Malraux n’a jamais rien su des activités du SAC, bien que cette coterie fut animée, comme chacun sait, par de loyaux patriotes « au fait des choses » … C’est une tâche (riquiqui minus) à son blason

sse ? dit: à

@ DHH

Nous étions en cours d’histoire quand le proviseur entra, portant une liasse de brochures qui, photos couleur à l’appui sur papier glacé, avaient pour but de nous convaincre que l’Algérie, c’était la France.
La bataille d’Alger battait son plein et Fernand Yveton venait d’être guillotiné. Tout en délivrant à chacun sa brochure, le proviseur tenait un discours patriotard que je subissais,la tête basse et la rage au coeur. J’allais avoir dix-sept ans, et je savais que cette propagande ne visait qu’à nous préparer, nous, futurs appelés, à aller « faire notre devoir » dans une guerre coloniale. Quelle magnifique perspective au seuil de la vie ! Le privilège du sursis, réservé aux étudiants sages, m’épargna le sale travail auquel durent se coller, eux, dès dix-huit ans, souvent au prix de leur vie, les fils d’ouvriers, de paysans, de petits employés. Honte sur vous, Monsieur Guy Mollet, honte sur vous, Monsieur Mitterrand, et, par delà la mort, haine sur vous.

la mouche du coche dit: à

Il aurait été plus honorable de fusiller ce monsieur plutôt que de le guillotiner … La clique qui suivra saura en tirer les leçons et de façon impartiale : même des compagnons de la libération y passeront …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*