de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
La vie de Mark Rothko ou la biographie d’une vibration

La vie de Mark Rothko ou la biographie d’une vibration

Mon admiration est sans limite pour ceux qui parviennent à consacrer une biographie à un peintre. Ce qui s’appelle une biographie totale, œuvre et vie mêlées, et analysées à égalité. Cela m’a toujours paru inaccessible tant la perception de l’art, et son rendu par les mots de l’écrivain, demeurent inaccessible à la logique du commun Ce qui se joue dans un tableau est irréductible à une explication, encore moins à un raisonnement tel que la logique du commun en produit à foison. Cela se situe au-delà, dans un no man’s land des sens. Pourtant certains auteurs y réussissent, chacun à sa manière. Citons pour mémoire le Matisse (1984) de Pierre Schneider,  beau-livre absolu car l’image et le texte ne s’illustrent pas mutuellement, l’un cherchant à prendre l’ascendant sur l’autre, mais sont au diapason ; le Henri Matisse, roman (1971), fabuleux bric-à-brac où Aragon fait preuve d’une réjouissante liberté formelle ; le passionnant Le prince foudroyé : Nicolas de Staël (1998) de Laurent Greilsamer ; et plus récemment Conjurer la peur (2013) que Patrick Boucheron a consacré à la fresque du bon gouvernement de Lorenzetti à Sienne.

A cette collection non exhaustive, je serais tenté d’ajouter désormais le Mark Rothko (304 pages, 35 euros, Actes sud) d’Annie Cohen-Solal malgré quelques défauts : une écriture, trop américaine, un prix dissuasif ; une ellipse trop rapide sur sa première femme ; une même discrétion, tout aussi inexplicable, sur sa fin, puisqu’il faut aller se renseigner ailleurs pour apprendre que sa maladie de l’aorte, qui l’handicapait au point de l’empêcher de peindre des grands formats, l’avait poussé au suicide, comme tant d’autres grands peintres parvenus aux limites de ce qu’ils pouvaient exprimer –mais si c’est faux, il faut aussi l’écrire etc On a l’impression que la famille a contrôlé. C’est d’autant plus regrettable que, par ailleurs, l’enquête est formidablement documentée ; on y apprend une foule de choses sur cet artiste fascinant. On s’en doute, un livre n’épuisera pas le sujet pas plus qu’il n’entamera l’énigme Rothko. Et pourtant…rothko-no-8-1952

Quel chemin de Dvinsk (Lettonie, 1903) à New York (NY, 1970) ! Nul besoin de le suivre pas à pas pour ne pas le perdre. Il suffit de savoir, comme l’expose bien en détail la biographe, que Marcus Rothkovitch (en 1940, au moment d’américaniser son identité, il préféra « Rothko » à « Roth » pour ce que cela fasse moins juif) est « né »,  pas seulement religieusement mais moralement et intellectuellement, dans une école talmudique où l’étude rigoureuse était tenue pour une valeur absolue. Après son passage de la ligne à Ellis Island à 10 ans avec ses parents, loin du shtetl et des pogroms,  il continue sur cette même voie. Le jeune homme est remarquablement doué et intelligent. A son entrée à Yale College, on lui promet un bel avenir, malgré la ségrégation, ou plutôt la discrimination. Il sait ce qu’il sera et ce qu’il fera. Peindre parce que bon qu’à ça, comme eut dit Beckett. Mais peindre ce qu’il a à peindre. Et le montrer à sa manière : si possible dans des salles uniques et isolées, sans coude à coude intempestif avec des tableaux d’autres peintres, afin que rien ne vienne perturber le regard du spectateur. Ce détail, qui n’en est pas un, suffit à prendre la mesure de son orgueil, de son exigence.

Les pages sur le fameux livre qu’il écrivit en secret, mais qui ne parut qu’à titre posthume, sont éclairantes en ce qu’elles nous montrent cet intellectuel, qualité rare chez les peintres, poser brosses et pinceaux pendant des mois pour s’exprimer par un autre moyen. Une année salutaire qui lui permit de reprendre ensuite le chemin de son atelier, redynamisé et confiant dans sa nouvelle direction. Annie Cohen-Solal, auteur d’enquêtes remarquées sur l’essor de la peinture américaine, l’expressionnisme abstrait et l’Ecole dite de New York à travers ses acteurs (Barnett Newman, Jackson Pollock, Clyfford Still,) et ses marchands (le galeriste Léo Castelli) excelle à retracer la place de Rothko dans la vie artistique new yorkaise.

Et la technique ? Ce qu’il y a de moins intéressant chez un artiste. Mais rien n’excite plus la curiosité. Alors disons que c’est de la peinture à l’œuf. Plus exactement, après une préparation de la toile en coton avec des pigments dilués dans de la colle de peau de lapin, les couleurs étaient adoucis avec des pigments acryliques. Après quoi il faisait ses mélanges : peinture à l’huile, œuf entier, résine dans de la térébenthine. Puis ses bandes étaient tracées au fusain et après… D’où venait cette vibration que l’on aurait réduit à néant si on lui avait dit, fût-ce avec admiration, qu’elle avait quelque chose de « décoratif », la pire insulte à ses yeux ? Si ce n’était qu’une question de technique, tout le monde serait Rothko. Il protégeait son secret car il pouvait seul le protéger de la terreur que le monde lui inspirait.

Black on Maroon 1958 by Mark Rothko 1903-1970Ses grandes réalisations sont bien racontées par Annie Cohen-Solal. Y compris les échecs. On pense à la commande des panneaux muraux pour la plus petite salle à manger du Four Seasons Restaurant dans le gratte-ciel de Seagram sur Park Avenue. Il l’avait accepté comme un défi car, dans son esprit, ses œuvres ne devaient pas être accrochées dans des lieux publics, surtout pas des lieux qui n’étaient pas faits pour ça. Obsédé par les questions de formes, de présentation et surtout de lumière, il exécuta son travail à contre cœur. Mais le jour où il s’y attabla pour y déjeuner, et qu’il observa avec dégoût ces puissants du moment festoyant bruyamment dans cette débauche de luxe et de caviar, il fut tellement horrifié qu’il ordonna le retrait de son œuvre (une trentaine de toiles). Sorti de son petit théâtre fantasmatique personnel, elle ne pouvait qu’être déplacée dans un tel endroit. Quelques années après en 1961, il eut plus de chance avec une autre salle à manger, celle de l’université de Harvard, même s’il maugréa contre le nombre de tables et de chaises, le plafond trop bas, la couleur des murs et la lumière trop forte. Manifestement, ces dîneurs se tenaient mieux face à sa peinture que ceux de Park Avenue. Quant aux panneaux repris à la famille Bronfman, propriétaire de l’immeuble Seagram, il en fit don à la Tate Gallery de Londres qui, selon son vœu, leur consacra une salle exclusive, effectivement remarquable en tous points par l’atmosphère d’ensemble qui y est créée. Ne lui manquait plus que son sanctuaire. Il allait le trouver avec la chapelle Rothko, érigée grâce au mécénat éclairé de Dominique et John de Menil, et consacrée à la Passion du Christ ; cinq panneaux simples et trois triptyques traités en dominantes très sombres de noir et marron évoquant les quatorze stations du Chemin de Croix (ce lieu de prière interconfessionnel est intégré à l’Institut of Religion and Human Development de l’Université St. Thomas à Houston, Texas). Rothko n’en culpabilisait en raison de sa cote faramineuse et de l’argent que drainait la commercialisation de ses tableaux

Plus il avançait en âge, plus son style s’épurait, plus les couleurs stridentes s’estompaient comme élément majeur, plus sa lumière s’assombrissait, plus il était hanté par la réflection lumineuse, plus que jamais tendu vers l’expression de la tragédie, de l’extase et de la mort. La Naissance de la tragédie de Nietzsche et le Rameau d’or de Frazier n’en demeuraient pas moins en permanence à son chevet. Annie Cohen-Solal offre une clé d’interprétation de cette œuvre, mais on n’est pas forcé de l’adopter, il s’en faut : l’abstraction transcendantale de son héros fait écho à l’errance du peuple juif dont l’Histoire a fait qu’il n’eut jamais qu’une conception abstraite de la nation ; de plus, jusqu’au XXème siècle, le judaïsme avait produit peu d’artistes plasticiens. Elle tient la relation au Talmud comme un élément essentiel pour pénétrer cette œuvre. Faut-il pour autant voir, comme elle nous y invite, un paradigme de l’épopée des juifs d’Europe à travers la propre aventure de Rothko ? Les propres réflexions de Mark Rothko, contenues dans ses passionnants La Réalité de l’artiste et Ecrits sur l’art parus il y a quelques années en français chez Flammarion, conduisent aussi ailleurs.

A chacun de se faire sa religion lorsqu’il se tient face à l’un de ses grands tableaux colorés et sans cadre, suffisament grands pour créer davantage d’intimité dans une approche plus humaine et ne pas laisser le spectateur à l’extérieur, accrochés exprès au ras du sol afin que celui-ci puisse y pénétrer plus naturellement et, oscillant entre un état hypnotique et un certain vertige, passer cette porte ouvrant vers l’inconnu.

(« Autoportrait de Mark Rothko »  photo D.R. ; « No 8 », 1952 et « Black on maroon, 1958 » Tate Gallery)

P.S. du 26 mars : Annie Cohen-Solal m’écrit que, si elle n’a pas parlé du suicide de Mark Rothko, c’est en raison d’une difficulté personnelle à faire face à ce genre de situation ; mais, à la demande de nombre de lecteurs et de son propre éditeur américain, elle a rajouté plusieurs paragraphes dans ce sens, fort convaincants (je les ai lus) à paraître dans l’édition américaine du livre en novembre chez Yale University Press

Cette entrée a été publiée dans arts.

953

commentaires

953 Réponses pour La vie de Mark Rothko ou la biographie d’une vibration

JC..... dit: à

J’ai été voter blanc, comme toujours… Spectacle de cette foule de connards derrière l’urne, accueillant pompeusement cette foule de connards qui croit à ce qu’elle fait … La vie est un enchantement poilant !

bouguereau dit: à

J’ai bien sûr un chat, nous avons des amours platoniques.

..toujours a tartariner avec leur troudbal ces craneurs..on reconnait les humains a ce qu’ils savent le cacher.. »sauf les immodestes » disait larochefouceau..c’était pas un con larochefouceau

bouguereau dit: à

arrête de faire l’immodeste jicé..enculeur.. enculé..on est tous pareil

bouguereau dit: à

te cacher derrière un masque qui ne t’appartient pas…

t’as pas lu larochefouco qu’était pas un con rénateau..tu devrais

bouguereau dit: à

Quoi, la RdL ne te suffit plus, tu cherches un autre terrain de jeu ?

je ne viens ici que pour matter les masses rénateau..on voit que t’es pas au jus

JC..... dit: à

J’ai aussi un matou, un pervers ! Il encule les souris qui sortent de boite de nuit, les chatons égarés, ou des chats malades si les souris sont en révision d’exams

Je l’ai appelé Eddy, ce pédé de chat. Il pisse sur ses parents malades, sur sa mère qu’il a têté. C’est vraiment un salopard… Tout le monde l’aime : l’exception culturelle.

bouguereau dit: à

Bougereau, je suis pour le franco-français, même en matière d’introvertis

l’orientation sexuelle s’exprime aussi dans la patrie dédé..le peintre qui fera la liberté guidant le populo avec la bite à l’air va naitre..il est né autant dire

Onésiphore de Prébois dit: à

Le second Rothko m’évoque irrésistiblement l’absence présente de Dieu (ou la présence absente de Dieu) appréhendée à travers l’écran flou et trompeur des apparences. Il est vrai que j’hésite avec la porte des toilettes chez ma grand-mère à la tombée du jour. Quoi qu’il en soit, la question est la même : est-ce qu’y a quelqu’un ?

bouguereau dit: à

J’ai été voter blanc, comme toujours…

l’abstention c’est fourbe et c’est un vote pour copé..mais blanc, c’est immaculé, et ouvertement c’est voter pour arnaud..

JC..... dit: à

« la question est la même : est-ce qu’y a quelqu’un ? »

Ne quittez pas ! L’un de nos conseillers va vous répondre …

D. dit: à

Tu vas arrêter tes conneries, Onésiphore, oui ou m…. ?

bouguereau dit: à

est-ce qu’y a quelqu’un ?

si ta grand mère ne pousse pas le verrou et la chevillette..ça peut faire du vilain

bouguereau dit: à

j’avais un grand père, il préchait la porte ouverte sur le trone..plutôt taiseux là il causait..politique surtout

D. dit: à

Adolescent, j’avais fondé une petite association de secours aux chats du Jardin des Plantes. J’ai eu du monde, mais surtout des femmes de + 60. Je n’ai jamais su si c’était pour moi ou pour les chats. J’ai fini par arrêter.

bouguereau dit: à

« tu m’entends? » qu’il disait..ou « non là je ne suis pas daccord! »..c’était l’époque

Daaphnée dit: à

Ah mais voilà !
Avec un papi comme ça, je comprends mieux.
Non. De vous, le Boug’, certaines choses.
Mais je ne les répéterai pas.

Sauf si on insiste.

JC..... dit: à

Adolescent, j’avais fondé une petite association de secours aux chattes du Jardin des Plantes. J’ai eu du monde, mais surtout des femmes de – 35 ans.

J’ai toujours su que c’était pour autre chose que les chattes. J’ai fini par arrêter et revendre cette affaire, juteuse.

Sergio dit: à

Daaphnée dit: 23 mars 2014 à 16 h 12 min
des tulipes ..

Oui mais là, les phéromones, c’est pas lerche… Tandis que des belles roses soixante kilos Mitsouko de chez Guermantes, là faut ce qu’i faut…

JC..... dit: à

Adolescent, j’avais fondé une petite association de secours aux chattes du Jardin des Plantes. J’ai eu du monde, mais surtout des femmes de – 35 ans.

J’ai toujours su que c’était pour autre chose que les chattes.

J’ai fini par arrêter et revendre cette affaire, juteuse. Certains contacts restent bien utiles…

Sergio dit: à

JC….. dit: 23 mars 2014 à 16 h 26 min
ce pédé de chat

On peut l’entraîner à porter des explosifs…

JC..... dit: à

Sergio, mon chat a le droit d’avoir des hésitations, non ?

Ne me dites pas que vous êtes gatophobe, ça cacherait une homophobie rampante digne hélas des pires heures de notre Histoire… ?!

JC..... dit: à

Sergio, votre idée d’explosifs porté par des chats est, comme pour les dauphins, les chiens, les enfants débiles, les allumés ou leurs gonzesses connes, excellente !

Cependant, il serait bon de créer une race d’escargots géants porteurs d’explosifs. Cela donnerait le temps de négocier……

Sergio dit: à

JC….. dit: 23 mars 2014 à 17 h 01 min
le droit d’avoir des hésitations, non ?

Il faut en faire un haut fonctionnaire de la République alors… Ou un ministre jetable…

Daaphnée dit: à

une race d’escargots géants

Un peu comme des tortues ?

JC..... dit: à

D’accord Daaph ! On monte une affaire commune « Slow Terrorism » : vous prenez en charge le département Tortue, je m’occupe de la prospective Escargots géants. Vous amenez combien ? En US dollars ?

Daaphnée dit: à

Corse, cantal, lozère : 60% de votants, si j’ai bien entendu ..

JC..... dit: à

Corse, Cantal, Lozère, voila voilà du beau monde à l’international… Si on obtenait la Corrèze, ça pourrait mener loin nos Tortues!

Y a des exemples. Au moins un.

Daaphnée dit: à

En USD ? Pas grand chose, j’ai un gros matou qui ne mange pas que de la salade …
Bon, on peut toujours lancer une souscription … et dans le principe, c’est mieux .
Ce qui n’exclut pas de pouvoir trouver 1 ou 2 Bill Gates, je veux bien m’occuper du public relations ..

JC..... dit: à

Daaphnée, une souscription serait bien… évidemment…évidemment…, mais quelques investisseurs qu’on pourrait tenir par la barbichette ? En ayant des dossiers sur eux ? c’est plus manageable, non ? Une affaire, il faut évacuer toute idéologie et contrôler à mort ! Euh ! dans un cadre légal, bien sûr.

renato dit: à

« t’as pas lu larochefouco qu’était pas un con rénateau..tu devrais »

Oui, certes, mais celle que t’as choisi n’est pas vraiment à ta taille…

JC..... dit: à

OK ! La relation, c’est vous ! Vous vous organisez comme vous voulez, c’est le résultat qui compte.

bérénice dit: à

Certaines présences jettent comme un froid, en êtes-vous toujours au calcul ou est-ce que le PSG vous rend visite?

bérénice dit: à

Il doit y avoir match et peut-être point(s), même Sergio n’a de réponse, je branche mon appareil…

Enters Terence dit: à

Mes bons amis, c’est arrangé

Sergio dit: à

bérénice dit: 23 mars 2014 à 18 h 44 min
réponse

Ha le ballon j’étais le meilleur de tout le lycée pour y échapper… Après on se planquait dans les préfas, on faisait des trucs pas dangereux style saut de fenêtre… C’était sympa…

kicking dit: à

celle que t’as choisi n’est pas vraiment à ta taille

faudrait d’abord trouver un homme seul pour mesurer sa taille..

bérénice dit: à

Kicking je vous dirais bien c’est moi mais sans savoir de quoi il s’agit

bérénice dit: à

Je reçois un tas de spam toutes aussi attrayantes les unes que les autres, 50000 célibataires pas homosexuelles

CdG dit: à

> 60% de votants

Les Français sont dévots.

bérénice dit: à

et qui vraisemblablement se nourrissent de plus qu’une feuille de laitue, ça vous tente?

bérénice dit: à

c’est passionnant, 60%

Flash municipales dit: à

Lapeyre n’est plus en position de gagner Toulouse.

D. dit: à

Jardin des Plantes, à Aurillac.

Chaloux dit: à

renato dit: 23 mars 2014 à 17 h 49 min

« t’as pas lu larochefouco qu’était pas un con rénateau..tu devrais »

Oui, certes, mais celle que t’as choisi n’est pas vraiment à ta taille…

C’est parce que Bouguereau ne déteste pas se sentir un peu boudiné. Il prend toujours deux tailles au-dessous.

bérénice dit: à

je ne comprends pas D comment quand vous aviez l’âge de regarder les animaux, pauvres derrière leurs barrières, comment nous ne nous sommes pas croisés comme deux zèbres, vous auriez été mon petit, certes ça nous éloigne du sujet.

Onésiphore de Prébois dit: à

Un beau tableau paisible de Mark Rothko, daté de 1950, fut exposé cet été à la Fondation Maeght de Saint-Paul de Vence, dans le bric à brac plus ou moins thématisé par les soins de Bernard-Henri Lévy. On peut aisément en trouver la reproduction sur internet.

Pour moi, Rothko, ce n’est pas vraiment le peintre qui vous incite à vous prendre la tête. Le titre de ce tableau de Saint-Paul-de-Vence, d’une sobriété exemplaire, n’incite pas, à première vue, aux vaticinations métaphysiques : « Untitled (Red, Yellow, Blue, Black and White) ». En le regardant, on se laisse aller à une rêverie sans mots, on s’abandonne à la plénitude douce de ces plages de couleurs superposées. Ou bien on passe, sans trop s’attarder : c’était le cas de beaucoup de visiteurs de l’expo de Saint-Paul-de-Vence, où l’oeuvre ne bénéficiait pas d’un accrochage très valorisant.

Voici, dans le catalogue de l’exposition Maeght, le commentaire que BHL fait de ce tableau :

 » Ce tableau est un temple. Il l’est au sens latin du rectangle dessiné, dans le ciel, par l’augure qui va y voir paraître le présage des dieux. Mais il l’est aussi au sens juif de lieu de méditation et de prière où s’interrompt le tumulte de l’Histoire et où le fidèle attend l’épiphanie d’une révélation qui ne vient jamais. Un tableau pensée. Un tableau messie. Un tableau où la pensée juive apparaît pour ce qu’elle est : la meilleure alternative à la prétention hégélienne de fermer les bans de l’aventure humaine.  »

Oui. Bon. C’est vrai que Rothko, grand lecteur de Nietzsche, de Kierkegard et des textes sacrés de la tradition juive, faisait à ses heures dans le mysticisme. Mais de cette oeuvre, comme de beaucoup d’autres analogues à celle-ci, il n’a laissé, à ma connaissance, aucun commentaire destiné à en guider l’interprétation. Au reste, de combien de tableaux abstraits, rectangles découpés dans l’espace par leur auteur tout autant que celui-ci, ne pourrait-on dire, avec autant d’apparente pertinence, que ce sont des temples (au sens étymologique du mot latin), des lieux de prière et de méditation ? Un Yves Klein, par exemple. Un Mondrian, pourquoi pas.

Ce n’est pas que le commentaire de BHL soit inintelligent ni même inutile. Simplement, il est, dans la manière péremptoire, didactique et pompeuse de son auteur, abusivement réducteur, enfermant l’oeuvre dans une interprétation qui, pour le spectateur, ne va aucunement de soi. On me dira que c’est bien parce qu’elle ne va pas de soi que BHL éprouve le besoin de nous l’infliger. C’est son droit, il est chez lui, dans ce catalogue, cet homme. Mais après tout, ce Rothko, je le verrais bien chez moi, égayant le fond d’un couloir que je trouve un peu tristounet. Oeuvre mystique ou panneau banalement décoratif ? Qui peut légitimement en décider ? Pas plus BHL que moi. Il n’y a pas de vérité exclusive de toutes les autres, pour un tableau comme celui-là. Il n’y a même pas de vérité du tout, sinon celles qu’on lui invente. C’est à la fois l’écueil et la force de cette forme d’art.

bérénice dit: à

Ah Chaloux D justement se demandait quand vous finiriez avec vos c…es.

Enters Terence dit: à

Retardé, c’est pas retraité. Ou le contraire, pardon, je m’excuse.

bérénice dit: à

ET il est préférable de présenter des excuses ou de demander à être excusé, votre formule ne nécessite aucune communication, faites donc.

Samu Social Club dit: à

It’s a tabulé

bouguereau dit: à

Il prend toujours deux tailles au-dessous.

pour l’rénato c’était trop grand et pour ce pignouf de cheuloux tropti..pas grave, cqui compte c’est qu’y font bien la paire de bras cassés tous les deux..se sont trouvés enfin les deux fréres..rooh..sont mignons

bouguereau dit: à

manque pus que keupu pour faire le triumvirat des locdus..

bouguereau dit: à

le commentaire que BHL fait de ce tableau :

» Ce tableau est un temple

et bhl la zigourat de la bétise..rhoo..papopo

bouguereau dit: à

Cependant, il serait bon de créer une race d’escargots géants porteurs d’explosifs. Cela donnerait le temps de négocier

toujours a charger le libéralisme ce jicé..no alternative !sinon..les cocos..les musulmans..breflaventure! laventure ? oui quoi..l’aventure..autant dire boum

renato dit: à

« … c’était trop grand… »

Tatata… je n’ai pas dit trop grand, célinien petit, j’ai dit que ce n’est pas à ta taille…

bouguereau dit: à

d’ici tu dis des conneries plus grosses que toi rénateau..c’est ton charme..si si

D. dit: à

Mes propres peintures, sont essentiellement catholiques, au meilleur sens du terme.

bouguereau dit: à

une race d’escargots géants porteurs d’explosifs

l’image est belle..elle crée un effet de réalité assez extraordinaire..je dirais un -principe- de réalité..les lots c’est quelquechose jicé faut reconnaitre

bouguereau dit: à

les mots..-mots-..on les dirait au principe comme les escargots quelquefois..puissant!

des journées entières dans les arbres dit: à

JB, vous êtes un fabuleux critique, pour ce tableau de Rothko. Le seul truc, c’est que lorsque l’on cherche un peu on ne voit que la chemise blanche largement ouverte.

bouguereau dit: à

Mes propres peintures

..on se cochonne toujours un peu dédé..ou alors tu triche avec une combi jetable..ça fait mauvais genre

bouguereau dit: à

Mes propres peintures

comme rotko ceci dit, il allait a son atelier en costard pépère..un mystqiue quoi

renato dit: à

Elle est où la « conerie » dans le fait de dire que ce n’est pas à ta taille… cèlinien petit

des journées entières dans les arbres dit: à

Non, parce que BHL et le mysticisme, c’est pratiquement de la mystification.

bouguereau dit: à

c’est pratiquement de la mystification

pas du tout.. »où qu’elles sont mes conneries » qu’il dit bhl..

bouguereau dit: à

il allait a son atelier en costard pépère..un mystqiue quoi

il partait à l’heure et rentrait pilou comme du bureau..et pourquoi pas mystique aprés tout..

Daaphnée dit: à

Mes propres peintures, sont essentiellement catholiques, au meilleur sens du terme.

Ah mais savez-vous D. que certains maniaques ont très bien réussi dans la profession ?
Tiens, la croix déclinée en mode sériel, c’est tout à fait envisageable ..

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
+++++++++++++++++++++++++++++++
+++++++++++++++++++++++++++++++
+++++++++++++++++++++++++++++++
++++++++++
++++++++++++++++++
++++++++++++++++++
++++++++++++++++++
++++++++++++++++++++++++++++++

A la pêche aux moules, moules, moules.... dit: à

Et l’autre qui dit « tu lorgnes sur mes quenelles »…

bouguereau dit: à

dans le fait de dire

..par exemple quand bhl parle..eh ben c’est un fait pour commencer..ha!

bouguereau dit: à

a croix déclinée en mode sériel

ma mère de ma mère on dirait un cimetière de quatorze..pardon de oueurld ouar ouone

bérénice dit: à

Ce n’est pas très musical, vous mettez-vous au point de croix en silence au coin du feu?

des journées entières dans les arbres dit: à

Les prétentions de BHL ?
Mais là:
» Ce tableau est un temple. Il l’est au sens latin du rectangle dessiné, dans le ciel, par l’augure qui va y voir paraître le présage des dieux. Mais il l’est aussi au sens juif de lieu de méditation et de prière où s’interrompt le tumulte de l’Histoire et où le fidèle attend l’épiphanie d’une révélation qui ne vient jamais. Un tableau pensée. Un tableau messie. Un tableau où la pensée juive apparaît pour ce qu’elle est : la meilleure alternative à la prétention hégélienne de fermer les bans de l’aventure humaine. »

Il n’a pas le « fou de Sils Maria » sur sa table de chevet.

bérénice dit: à

Pas croix de Lorraine non plus, qu’Est-ce enfin que ce joli graphique?

Samu Social Club dit: à

Tiens, mon maire a fait 52

renato dit: à

« ..par exemple quand bhl parle.. »

… t’es désorienté célinien petit…

bouguereau dit: à

Mais là

..c’est un fait

des journées entières dans les arbres dit: à

Ah, attention 63% de participation à Porquerolles (commune de Hyères)

Daaphnée dit: à

oueurld ouar ouone

Mieux que cela, le Boug’,
une pub pour un hotel en Tunisie ,
et ce n’est pas une contre-pub mais bien une vraie pub.
REDOUTABLE:

un lidin hotel of de oueurllld sur la plââââge
https://www.youtube.com/watch?v=QbXD69xaMVs#t=37

bérénice dit: à

hypnotique, on ne s’en lasse pas.

Daaphnée dit: à

( à mon avis, la fille qui fait la pub devrait pouvoir coacher Rachida )

bérénice dit: à

C’est quoi votre dernier lien, pas envie d’interrompre Steve Reich qui me détend et m’offre la possibilité de fuir les trop bons scores du FN ce soir.

bouguereau dit: à

ce n’est pas une contre-pub mais bien une vraie pub.
REDOUTABLE

..félicie et bhl aussi

bérénice dit: à

Bougue vous devriez abandonner les gars de la marine, le redoutable c’est fini comme capri.

bouguereau dit: à

prende stiv reich pour une nappe de parking..pourquoi pas du brian éno..t’as pas honte! c’est mystique..un carré hermès..un temple de la consommation..un fait

bouguereau dit: à

je devrais ci je devrais là..c’est un fait

bérénice dit: à

prende stiv reich pour une nappe de parking
Je vous assure de mes regrets, j’ai restitué celui-ci en temps et en heure à la médiathèque, dommage je faisais vibrer l’habitacle.

des journées entières dans les arbres dit: à

En fait pour le commissaire BHL, ce tableau c’est un peu le voile de Véronique. Je ne sais pas pourquoi, cela me fait rire.
Alors que la late period de Rothko ne s’y porte pas vraiment.

renato dit: à

bouguereau c’est le gars qui crois que l’on peut attraper les merles en leur mettant une prise de sel sur la queue…

Daaphnée dit: à

les pauvres merles !

bérénice dit: à

Bouguereau n’aurait pas bien lu sa boite de sel? Etonnant avec tout ce qu’il avale…

Enters Terence dit: à

Let’s move on

prise de sel dit: à

On dit prise de coke et pincée de sel…
Prise de voile et pince-fesses
Pince monseigneur et prise de risque à la multiprise.
Pince-sans-rire et prise de bec.
( A prendre avec des pincettes!)

Enters Terence dit: à

Jah’s alive

D. dit: à

†††††††††††††††††††††
Voilà, Daphnée, mes croix sont des vraies croix chrétiennes.

Samu Social Club dit: à

P***in, ça me fait plaisir, vous pouvez pas savoir

kicking dit: à

les trop bons scores du FN ce soir

oui bon, tes 50000 virtuels ça pue un peu pareil faut dire..

des journées entières dans les arbres dit: à

SSC, moi aussi, ce soir c’est joie.
J’ai entendu M. Serres on radio qui a rappelé que la commune est la plus petite division politique, commune avec un petit c. Alors que Commune avec un grand C., c’est parisien.
http://www.youtube.com/watch?v=ncs4WlWfIZo
Bonne soirée.

kicking dit: à

bon m’en vais encore slalomer entre les conneries téléguidées fisher price..

des journées entières dans les arbres dit: à

ouf, avnt de quitter.
Renato, il vous manquera toujours ce petit je ne sais quoi, que l’on nomme : spiritualité.

Enters Terence dit: à

It’s good to have you back

renato dit: à

Vous en avez sans doute un gros tas, des journées, ce qui rempli le spectateur d’un pur bonheur…

kicking dit: à

le spectateur

balancé ainsi ça fait gougueule glace qui se contrôle, t’es le demi-dieu des ophtalmots renato, tu devrais convoler avec un maequin allemand..

renato dit: à

« … un maequin allemand »

C’est un conseil technique ?

Emondons cette phrase dit: à

renato dit: 23 mars 2014 à 21 h 14 min

bouguereau c’est le gars qui croit qu’il peut attraper les merles en mettant une pincée de sel sur sa queue…

Béhémoth dit: à

« Onésiphore de Prébois dit: 23 mars 2014 à 19 h 38 min »

Rare, et correctement écrit.
La question est bonne, de même que la réponse !.

Broker rules dit: à

Plutarque fut un benêt tôt

Béhémoth dit: à

RIP, pour :
Jean-Luc Einaudi
L’auteur de « La bataille de Paris ».

Salutation à un courageux.

D. dit: à

Il faut bien reconnaitre que Chaloux est devenu un boulet pour ce blog.

D. dit: à

Rarement vu un gars chuter à ce point.
C’est bien simple quand on est trop content de soi et qu’on ne se remet pas en question, on le paye tôt ou tard.

D. dit: à

Je précise que je travaille pas pour Bouguereau.
Je me suis fait ces réflexions tout seul.

Sergio dit: à

D. dit: 23 mars 2014 à 23 h 22 min
un boulet

Ca dépend les boulets ramés ça décapite tout pire que la Veuve… Une légère fraîcheur !

abdelkader dit: à

‘…A son entrée à Yale College, on lui promet un bel avenir, malgré la ségrégation…’
qu’est-ce a dire? Quelle ségrégation ? les juifs dans une classe, les WASPS dans une autre et les noirs sur le trottoir? La ségrégation contre les noirs américains, j ;ai entendu parler mais contre les juifs ? il avaient eu aussi leurs cafés, leurs écoles et leurs hôtels et pas le droit de voter? S’il y avait une ségrégation contre les juifs aux USA, j’avoue que je ne le savais pas et Me Pierre devrait nous affranchir et ne pas avancer des propos pareils sans backup…sinon, quand je dis qu’il y a une présence disproportionnée de juifs parmi les oligarques milliardaires, par rapport au pourcentage de juifs en Russie (après tout le tralala qu’on nous balançait sur la discrimination anti-juive et l’antisémitisme en ex URSS) j’avoue que ca me laisse dubitatif (non, Phil…en un seul mot)… la provoc, en elle-même, ne m’intéresse pas et je pense poser des questions pertinentes…suis naïf peut-être mais je me disais qu’avec tant d’intellos et autres agrégés sur ce site, quelqu’un de plus cultivé que moi pourrait me donner une réponse cohérente… c’est tout…

D. dit: à

Dans ma tête de certains, à l’esprit embrouillé, je pourrais être Bouguereau postant sous le pseudonyme D. depuis des années et des annrées, mais il n’en est rien en réalité.

D. dit: à

Bonsoir Abdel. Je trouve que le mot juif apparait drôlement souvent dans votre discours. Vous savez, il n’est question que de peinture, ici.

abdelkader dit: à

‘…La cafétéria du Vaduz Museum, n’est pas un endroit cher, c’est bien fréquenté, managers de la finance et avocats,..’
Traube, vous décrivez parfaitement l’idée que je me fais du purgatoire…

Enters Terence dit: à

Bien. Faites du karaté.

abdelkader dit: à

oui peut-etre, D…le sujet dont duquel etc c’est Rothko (pas ma tasse de Earl grey, pas plus que Pollock, mais bon) vous c’est les soucoupes volantes…chacun son truc hein?

bérénice dit: à

Bonsoir Abdel. Je trouve que le mot juif apparait drôlement souvent dans votre discours

Vous savez D comme certains sont frontistes sans en avoir autre conscience que le bulletin, certains sont antisémites mais remercie Dieu de n’avoir pas encore imprimé « a voté ».

Sergio dit: à

abdelkader dit: 23 mars 2014 à 23 h 41 min
tasse de Earl grey

Les quatre fruits rouges, corboeuf !

abdelkader dit: à

voila…suis frontiste maintenant…merci de me l’apprendre…

abdelkader dit: à

ma question reste: quelle segregation?

Samu Social Club dit: à

« what do we do for breakfast? »

Enters Terence dit: à

We’re losing heights.

bérénice dit: à

votre question est mal orthographiée, vous devriez l’étendre au pluriel car sans friser la psychose ou la névrose ou quelque chose du genre j’en vois de différentes natures, on peut donc parler des ségrégations, le peuplement dans son ensemble pour maintenir l’hégémonie de certains groupes en déplaçant les cases un peu pour pas qu’on s’ennuie, est ségrégationniste.

Chaloux dit: à

D. dit: 23 mars 2014 à 23 h 25 min

« Je me suis fait ces réflexions tout seul. »

On vous fait confiance sur ce point.

Samu Social Club dit: à

La ségrégation, c’est la séparation des gens selon leur couleur par la force

abdelkader dit: à

‘…votre question est mal orthographiée…’
Oui bon, l’orthographe…ma vieille ennemie…quand on parle de ségrégation, dans un contexte américain, a mon avis, on parle de celle qui sévissait dans le sud des USA…toilettes séparées, cafés pour blancs ou les noirs ne sont pas servis, écoles, , universités et autres institutions publiques ségrégées et tutti frutti…je vous réfère a George Wallace et son fameux « segregation now, segregation tomorrow, segregation forever », apres son election au job de gouverneur de l’Alabam en ‘63…de dire, comme Assouline que Rothko avait reussi son entrée a Yale, malgré la ségrégation, me fait poser cette question : il n’était pas noir, a ce que je sache…alors, de quelle ségrégation s’agit-il ? est-ce que les juifs américains étaient ségrégés ? perso, je ne le savais pas…si c’est vrai, il y’a de quoi écrire des thèses de doctorats là-dessus (et réécrire l’histoire des USA, par la même), sinon, c’est du vent…vous me suivez ?

renato dit: à

Abdel,

vers 1920 les universités usa établissent un système de quotas afin de limiter le nombre d’étudiants juifs ; système encore en usage vers 1960.

abdelkader dit: à

très possible, renato, c’est peut-être du racisme de base, mais ce n’est pas la ségrégation…la ségrégation, c’est quand un chauffeur de taxi blanc refuse de prendre un client noir, ou qu’un gamin noir soit refuse a son école ou qu’un ouvrier noir gagne la moitie de son collègue blanc, a cause de sa couleur…la ségrégation, c’est quand on vous traite en sous-homme, a cause de la couleur de votre peau, en toute légalité…

Samu Social Club dit: à

Bon. Et ça s’arrête quand?

Enters Terence dit: à

En effet, en effet.

Béhémoth dit: à

Il n’était pas rare (fin des années 70′), à la porte d’établissement japonais, de trouver l’inscription : JAPAN ONLY.
Jamais compris comment ils faisaient la différence avec les coréens.
Il est vrai que soit disant, toutes les putes étaient coréennes.
Et à Pusan, elles étaient toutes japonaises, soit disant…
Comme d’ab !!!.
L’important, c’est qu’il y avait des putes. Merdre !!!.

Samuel Socialo Communiste dit: à

(ils avaient parié une biscotte, je le savais)

A la pêche aux moules, moules, moules.... dit: à

Épuisé, mais cocu

Marcel dit: à

Vengeance

Glaive à la main, cœur vitriol,
Il égorgea toute la troupe,
Tuant l’enfant jusqu’à l’aïeul.
Glaive à la main, cœur vitriol.

Lors, vidé, terriblement seul,
Loin chevaucha, remords en croupe.
Glaive à la main, cœur vitriol,
Il égorgea toute la troupe.

Jean Calbrix, le 24/03/14

JC..... dit: à

Jean-Luc Einaudi doit être enterré bien profond. Sa qualité de jugement, celle de tout maoiste militant abruti d’idéologie, l’a aidé à rester dans l’erreur toute sa vie particulièrement dans l’analyse des relations franco-algériennes. Qu’il repose en paix ! Bien profond. Oublié.

de nota dit: à

Un film d’Elia Kazan »Gentlemen’s agrement(1947) » évoque l’antisémitisme de la société américaine.Je me souviens aussi de la petite histoire de Groucho Marx interpellant le gérant d’une piscine interdite aux juifs « c’est pour ma fille,son père est juif mais sa mère est chrétienne,est-ce qu’elle peut venir ici et ne se baigner que jusqu’à la taille?

des journées entières dans les arbres dit: à

« A son entrée à Yale College, on lui promet un bel avenir, malgré la ségrégation. »

wiki :
Rothko received a scholarship to Yale. At the end of his freshman year, the scholarship was not renewed, and he worked as a waiter and delivery boy to support his studies. He found the Yale community to be elitist and racist. Rothko and a friend, Aaron Director, started a satirical magazine The Yale Saturday Evening Pest, which lampooned the school’s stuffy, bourgeois tone.[6] In any event, Rothko’s nature was always more that of the self-taught man than the diligent pupil. « One of his fellow students remembers that he hardly seemed to study, but that he was a voracious reader. »

sur le site markrothko.org:

« In 1921, Mark Rothko attended Yale University, and his initial chosen course of study was either to get a degree in engineering, or to go for a law degree; but, prior to completing his education, he decided to abandon both of these routes and chose a different career path to follow. »

« A precocious student in high school, he completed his studies in three years, excelled in many subjects, and expressed a love for music and literature in particular. One of his Yale classmates also from Portland, Max Naimark, recalled that Rothko sketched a good deal in college but noted that he had many other interests as well. It was not until he moved to New York, Rothko later recalled, that he « happened to wander into an art class, to meet a friend »; deeply impressed by the school, the experience provoked his determination to become an artist »

« The people who weep before my pictures are having the same religious experience I had when I painted them. And if you, as you say, are moved only by their color relationships, then you miss the point! » – Mark Rothko « 

D. dit: à

C’est bien simple quand on est trop content de soi et qu’on ne se remet pas en question, on le paye tôt ou tard.
Tout à fait vrai, je m’approuve.
Je me remets chaque matin en question, suis-je ou pas supérieur à JC ?
Je suis Dieu et JC est le sain esprit, à nous deux nous écrasons de notre intersidérale intelligence, tout le monde.
Je vais vous prouver que je ne suis pas Bouguereau, je n’utilise pas de mots à connotations sexuelles et je suis pour le célibat même avec soi même. Vive D., Vive Nollet, Vive Dimitri d’Armatan, Vive Philippe Régniez, mon maître.
Je vais faire teinter en bleu marine, mes cils et sourcils.

JC..... dit: à

Compte tenu des évènements actuels, je fais repeindre mon scooter en bleu marine : la couleur rose, c’est has been…

JC..... dit: à

Mon garagiste, qui vient souvent sur la RdL en se faisant passer pour mon crémier, me conseille :
– En bleu marine Rothko, hein, faut le repeindre le scooter ! Nuancé…Soyez un peu imaginatif, les élites ! Innovez ! Soyez créatif…
– Mais, c’est le cas !
– Ne me racontez pas de blague… vous avez vu comme le populo a été imaginatif hier, relativement à nos dirigeants actuels, éborgnés, mous, gras et bien bêtas ?
– Va pour bleu marine Rothko !

JC..... dit: à

Un dernier hors-sujet avant l’autoroute.
Quelle joie de voir notre cher lutin politique, Razzy Hammadi, à moins de 10% et sixième à Montreuil, ville de grande gaité qui retournera bientôt dans le giron communiste !

Ce garçon charmant, aux qualités professionnelles louables, mérite mieux que cette riante cité.

Le voilà libre de prendre son envol pour un destin national. L’envol de l’Aigle ? Du colibri ? Vol du bourdon …?

Bonne journée !

bérénice dit: à

quand je dis qu’il y a une présence disproportionnée de juifs parmi les oligarques milliardaires, par rapport au pourcentage de juifs en Russie (après tout le tralala qu’on nous balançait sur la discrimination anti-juive et l’antisémitisme en ex URSS

Abdel ce serait quoi la bonne proportion? Elle serait définie par qui? Des quotas? De nouveaux plans quinquennaux?
« Le tralala etc » même sans grande culture historique des ghettos et autres festivités, déportation, déplacement massif de population extermination, ne laisse pas douter de votre perception.

bérénice dit: à

Mais surement Abdel voyez-vous que Kadhafi était un saint et que son adoration pour les vierges qu’il ordonnait de rapter dans les villages allait dans le sens de la loi coranique.

Lewis Caroll..... dit: à

Je me suis toujours intéressé au personnage dit « Le Chamelier Fou » dans « Bérénice aux Pays des Merveilles » …

bérénice dit: à

Puis pour finir vous aimez le Blues et pas des meilleurs si mes souvenirs sont fidèles, moi non.

bérénice dit: à

Tous les gouts sont dans la nature et encourageons la diversité, la pluralité, la variété, tout de même les inventeurs devraient se creuser les méninges pour des boules qui ne laissent rien passer du son parfois.

bérénice dit: à

Ceci dit, vous pouvez revenir ce soir en costume, contemplative je ne me lasse pas d’admirer les finitions en espérant les porte manteau tant il sont admirables d’élégance dans toutes les dimensions.

abdel dit: à

‘Vous aimez le blues…moi non…’
C’est dommage…moi qui pensait qu’on avait des affinites et meme plus…

bérénice dit: à

faut réviser votre histoire, Abdel.

bérénice dit: à

Quoiqu’il en soit, Ed Ruscha.

A la pêche aux moules, moules, moules.... dit: à

pff

Le crémier de JC..... dit: à

Une cliente normande, très sympathique, me fait parvenir cet extrait d’un billet de blog d’une fermière, péripatéproustienne connue pour son chaste langage, mais au cervelet atrophié par le calva :

« Chez Pierre Assouline, évidemment, le week-end a été encore pire que d’habitude. Jcé faisait le beau, pirouettait, comme le gros connard satisfait de lui-même qu’il est.
Et Bouguereau. ! Ah, Bouguereau. …/…Je crois que je me suis parfaitement trompée sur cet internaute. Ce n’était, en fait, qu’un sale petit trou du cul.
Et il a carrément dépassé les bornes hier, mettant en ligne, à mon intention, une vidéo particulièrement ignoble (un anus rejetant un collier de perles). »

Quelques précisions nécessaires au rétablissement de la vérité :
– JC ne fais pas le beau : il est beau ! Depuis tout petit… C’est comme ça !
– S’il est exact qu’il est con, on ne peut pas parler de « gros connard » : il est mince, grand et musclé… l’expression « beau connard satisfait » serait plus juste…
– Contrairement à ce qu’affirme la folle normande, Bouguereau n’est pas un « sale petit trou du cul », mais comme en témoigne sa vidéo anale, un « petit trouducul propre » qui par sa production journalière de perles enfilées, assure au dit Bouguereau des revenus non négligeables !
– Médisance minable de la fermière, donc, qui ne doit pas digérer un monde joyeux où elle n’est rien.

Curiosa dit: à

entièrement d’accord avec Clopine ; le crémier de JC (qui n’est autre que JC) est d’une débilité hors norme comme son pote boudegras que j’exècre aussi, les deux faisant une belle paire de nouilles

Firmin dit: à

la normande l’a qu’un bout de gras à la place du cervelas épicétou circulez!

Anatomie élémentaire dit: à

les deux faisant une belle paire de nouilles

de Couilles

JC dit: à

@ Anatomie élémentaire dit: 24 mars 2014 à 11 h 28 min
les deux faisant une belle paire de nouilles
de Couilles:

Pas du tout, j’ai officialisé ma burne solitaire, l’autre étant partie pendant la guerre d’Indochine.

û dit: à

« son adoration pour les vierges qu’il ordonnait de rapter  »

daaphnée l’a échappé belle

sieur ramirez dit: à

jicé joue mal- personne ne relève ses provocs de bas étage typiques des fafs il en est réduit à s’envoyer des fleurs comme daaphnée il a été sevré trop tôt

Jacques Barozzi dit: à

(un anus rejetant un collier de perles)

Juste un symbole, une image, Clopine : de nos plus bas instincts peuvent surgir les plus belles phrases. Pas de quoi en faire tout un fromage !

Bijouterie F..... & Fils dit: à

Jacques Barozzi, Clopine ne porte pas de collier de perles. Juste une faucille et un marteau noir et rouge en émail.

des journées entières dans les arbres dit: à

Je trouve que bérénice a la machine à étiquettes dymo qui s’enraye. On eut le comprendre, c’est bien normal. Un problème idéologique sociétal sur les étiquettes : fn et ps; du coup elle les imprime comme elle peut et les colle où elle veut dans le voisinage.
mais le plus beau, Bérénice, c’est que vous n’avez toujours pas trouvé à la bibliothèque de quoi soigner cette dépresion chronique chez Rothko…

des journées entières dans les arbres dit: à

dépression nerveuse, Béré, dans le dico; n’importe lequel.

des journées entières dans les arbres dit: à

Il manque des lettres à mon clavier, bref, vous corrigerez.

Mme Michu dit: à

Blues et joyeusetés… lorsque le propre de l’homme est devenu de prétendre par décret oubliez rire et larmes et restez soucieux du convenable puisque voilà votre priorité. Qui ne pleure jamais ne pourra que simuler le rire. Ou un truc voulant y ressembler.

des journées entières dans les arbres dit: à

Bérénice, m’sieur michu est un client potentiel.

Mme Michu dit: à

Comme remède ?

Mme Michu dit: à

Pas trop usant la pouffattitude permanente sur internet ? Vous devriez vous joindre à ces experts en réseaux sociaux utilisant leur expertise en priorité pour conchier ceux qui n’y sont pas…

bref dit: à

Pierre Assouline c’est chez les lecteurs de romans que l’on compte le plus grand nombre de cinglés (une rapide étude de votre blog le confirme) viennent ensuite les oenophiles, après je ne sais pas…….

Phil dit: à

vers 1920 les universités usa établissent un système de quotas afin de limiter le nombre d’étudiants juifs ; système encore en usage vers 1960.

Renato, il me semble que ces quotas concernent également d’autres populations et sont issus de ceux pratiqués à l’entrée du territoire à Ellis island, dans un effort de dosage entre races ouvrieuses et celles au tropisme commerçant (as they used to say…, hein !), qui comme l’invention du funeste cocacola contaminera la bonne vieille Europe avec un tir de retard.

La video de Bougreau est une bonne blague de carabin. Les perles aux pourceaux a tout de même une origine latine. La confiture est une invention tardive.

Riton dit: à

(un anus rejetant un collier de perles)
Juste un symbole, une image, Clopine : de nos plus bas instincts peuvent surgir les plus belles phrases.

fallait lui dire qu’elle flatule excessivement collant épicétou

des journées entières dans les arbres dit: à

m’sieur michu, conjurez vos pulsions malsaines, voyons.
Bérénice va vous en faire le tableau.

Et ce n’est pas avec vous, effectivement, que je souhaite partager la notion de « spiritual audacity », à laquelle me conduit finalement à penser cette volonté de Rothko, dans ses derniers tableaux.

A plus tard.

des journées entières dans les arbres dit: à

Phil , vous m’y faites penser.
Et que dire de la ségrégation par les maths dans certains établissements d’enseignement.

http://www.youtube.com/watch?v=lkqNcdXgWAo

Bon aprèm.

bérénice dit: à

les deux faisant une belle paire de nouilles

de Couilles

Pas terrible, mieux valent encore deux monochromes même incolores.

bérénice dit: à

Ce qui fort à propos nous mène au Carré de John Malkovitch.

bérénice dit: à

Fameux et blanc, pour contourner la ségrégation sévissant.

bérénice dit: à

Des journées je ne suis pas experte en peinture encore moins en pulsions malsaines sauf peut-être à les détecter, cependant mon regard accrocha sur un tableau intitulé ainsi pour éviter le sans titre qui aurait tout aussi bien fait l’affaire vu qu’autour il y en avait d’autres assez ressemblant qui s’appelaient comme ça, Dubuffet, fond gris avec un entrelacs coloré assez nerveux et projection de taches fines, et coulures? A l’époque je ne m’intéressais pas à la technique d’obtention mais les résultats ressortent du mystère souvent en abstrait.

JC..... dit: à

J’arrive, de retour d’urgence à la demande de mon secrétaire-crémier qui m’informe que la cinglée a encore pissé contre deux piliers intellectuels, souteneurs du blog à Passou !!!

Vous ne pouvez pas l’inscrire à un programme de « doctorante inutile » en Nouvelle Zélande ? ça se fait, dans les cas graves, nom de dieu !

Mais qu’est ce qu’elle a ?

Elle ne voit pas que le monde est merveilleux autour d’elle, riche d’espoir pour les jeunes gens (urk urk) ….?

DHH dit: à

A toutes les intervenautes femelles de ce blog

Allez sur le blog de Clopine ;elle y dit des choses fort justes sur quelques pollueurs du blog de Pierre Assouline qui finiront par tutes nous chasser d’ici
Manifestons notre approbation ! et ayons raison des pollueurs! comment?
c’est à nous toutes de trouver ,car la moderation ne nous aide guere
Abstention ou plutôt vote contestataire contre le parti des pollueurs

bérénice dit: à

Et puis si vous pouviez préciser dans un souci de pédagogie inhérent à ce blog entre autres choses, toutes propagandes éconduites, la volonté de Rothko dans ces derniers tableaux pour qu’on y voit plus clair et puisqu’il est aussi question, passée l’envie de plaisanter, de progresser et d’apprendre.

JC..... dit: à

Servez vous de votre tête, Judith. Votre cœur est beaucoup trop fragile … l’âge ?

bérénice dit: à

« spiritual audacity » en finnois, en berbère, en tamoul, pourriez vous traduire pour divertir de ce snobisme à la noix?

A la pêche aux moules, moules, moules ... chanson tamoule !..... dit: à

ஆன்மீக தைரியம்

bérénice dit: à

lettre 19 juillet 1967 MK (courage religieux)

je pense qu’il serait très bien, Edith, que tu pousses Herbert à se méfier des rapports médicaux; de quoi le monde a l’air depuis cette misérable fenêtre d’hôpital!
La nuit dernière les Selzes, les O’Claugherty et nous sommes allés dans une boite de strip-tease. C’est assez exceptionnel pour que tu sautes hors de ton lit et que tu nous rejoignes immédiatement.
….
C’est un épisode qui m’est précieux, car à New-York je n’ai pas trouvé un moyen d’entrer en contact avec les jeunes qui soit aussi lumineux.

bérénice dit: à

Un an après les médecins lui interdisent de peindre des grands formats en raison de la découverte d’un anévrisme de l’aorte.

Marcel dit: à

La loi, vue par France Inter :
Un certain nombres de « personnalités » ont violé délibérément la clause consistant à ne pas donner d’informations sur les votes avant 20 heures. Certains ont annoncé leur réélection avant cette heure butoir. Normal, des électeur ne s’étaient pas encore exprimés.
« La commission devra se pencher sur l’impact de ces fuites : ont-elles eu un impact sur le vote ? » Bravo pour France Inter et Claire Servajean. On ne va pas faire payer les délinquants si leurs entorses à la loi n’ont pas eu de conséquence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*