de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
2019, année du boycott, de la censure et de l’ordre moral

2019, année du boycott, de la censure et de l’ordre moral

Quoi, encore lui ? N’ayez crainte : il n’y a pas de nouvelle affaire Heidegger. Il y en a déjà eu suffisamment jusqu’à la récente confirmation de son nazisme et de son antisémitisme pour qu’il soit nécessaire d’y revenir. Cette fois son nom n’est qu’un symptôme supplémentaire d’un mal qui rôde avec insistance depuis quelques temps en France. Un néo-maccarthysme d’autant plus funeste qu’il s’avance et s’impose sous le masque du Bien et de la morale. Rien de moins qu’une forme actualisée de la chasse aux sorcières. Le fait qu’elle s’impose notamment à l’Université, temple du savoir, de la connaissance et, en principe, de la liberté de l’esprit n’en est que plus inquiétant.

Le 25 septembre dernier, le philosophe Vincent Cespedes, qui se définit comme « un intellectuel sans chapelle mais avec des convictions » a lancé une pétition en ligne sous une intitulé qui a au moins le mérite de la clarté : « #SortirHeidegger, penseur nazi, de la liste des philosophes recommandés en Terminale ». Dans son adresse à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, il tient que la poursuite de l’étude de livres et de textes de Heidegger au lycée équivaut à « un plébiscite de l’Etat français » ; que ceux-ci aient figuré il y a quelques années au programme de l’agrégation de philosophie et que l’Ecole normale supérieure consacre aujourd’hui encore des journées d’études « à sa dévotion » ne le lui paraît pas moins scandaleux.

Dans un article paru sur le site Slate (15 septembre), il s’en prenait déjà aux intellectuels et aux enseignants coupables à ses yeux de vouloir sauver le philosophe allemand « malgré tout ». Ce qui revient à jeter le bébé avec l’eau du bain. Et quel bébé ! Rien moins que le philosophe qui a dominé le XXème siècle philosophique si l’on en juge par l’empire qu’il a exercé sur tant d’éminences qui parfois s’en firent le relais dans la pensée française (Towarnicki, Beaufret, Char, Sartre, Lacan, Foucault, Finkielkraut, Nancy, Badiou, Fédier…). Même si Cespedes s’en défend, il s’agit de censurer une pensée, ce qui est évidemment moins difficile que de se demander que faire d’un penseur de génie lorsqu’il s’avère qu’il fut également un national-socialiste convaincu. Si demain Heidegger devait être évacué du champ de la connaissance dans l’enseignement secondaire, voire supérieur, après-demain il en sera de même pour de semblables motifs de Céline, Pound, Hamsun, Drieu la Rochelle, Voltaire, sans oublier dans un registre différent Woody Allen, Charlie Chaplin et tant d’autres.

Pour le coup, le plus coupable de crime contre l’esprit serait celui qui installerait une telle jurisprudence. D’autant que l’air du temps et le contexte de 2019 lui sont favorables : le 25 mars, des membres de trois associations antiracistes ont interdit une représentation des Suppliantes d’Eschyle à la Sorbonne au motif que les visages des Danaïdes étaient maquillés et/ou masqués en noir (face au scandale, la pièce fut reprogrammée et triompha deux mois après) ; le 23 avril, des militants d’extrême-gauche se réclamant de « l’antiracisme politique » ont essayé d’empêcher Alain Finkielkraut de prononcer une conférence à SciencesPo où il était invité à s’exprimer sur « Modernité, héritage et progrès » ; elle fut déprogrammée, délocalisée à une autre adresse dans le quartier avant d’être finalement reprogrammée à SciencesPo mais sous protection policière ; le 24 octobre, la philosophe Sylviane Agacinski, connue pour son hostilité à la PMA et à la GPA, était à son tour censurée par des militants féministes et LGBGT qui l’empêchèrent d’exposer ses vues sur  «L’être humain à l’époque de sa reproductibilité technique» sur le campus de Pessac de l’Université Bordeaux-Montaigne : les menaces qu’elle reçut furent d’une telle violence que l’Université préféra annuler la conférence.

Que devient le débat d’idées dans un tel climat de terreur intellectuelle ? Que l’Université en soit le théâtre n’en est que plus alarmant. Mais lorsque des militantes féministes échouent finalement à interdire aux exploitants de six cinémas publics de Seine-Saint-Denis la diffusion prévue du J’accuse de Roman Polanski en raison de ses démêlés avec la justice américaine et d’accusations de viol en France, et qu’elles y parviennent au théâtre auditorium de Poitiers, c’est tout aussi inquiétant. Du boycott à la censure, c’est bien de liberté d’expression qu’il s’agit. Quel(le)s juges autoproclamé(e)s et devant quel tribunal, ne s’autorisant que de lui-même, en viendront-ils à réclamer leur casier judiciaire, réel ou virtuel, aux intellectuels, aux artistes, aux créateurs avant de les « autoriser » à s’exprimer ? On en est là. Il n’y tient qu’à nous d’y résister afin que 2020 ne soit pas, à l’Université et ailleurs, l’année du triomphe d’un ordre moral d’autant plus dangereux qu’il s’exprime officiellement depuis le camp du Bien.

(« Reprogrammation des « Suppliantes » à la Sorbonne » photo de Pierre Kitmacher)

Cette entrée a été publiée dans Actualité.

956

commentaires

956 Réponses pour 2019, année du boycott, de la censure et de l’ordre moral

closer dit: à

Pour illustrer l’incroyable patriotisme des allemands, leur fanatisme même, qui suffit largement à expliquer leur cohésion jusqu’au bout, je rappellerai un ouvrage paru récemment en français, le journal privé tenu par un juif allemand qui s’est réjoui des victoires du Reich tant qu’il a vécu, alors qu’il savait parfaitement qu’il était un pestiféré aux yeux des nazis. Malheureusement j’ai lu une critique mais pas noté l’auteur et le titre.

closer dit: à

Merci MC. Il y aussi le facteur médicamenteux à prendre en considération. AH était dément mais longtemps capable d’un comportement apparemment normal et maître dans l’art de manipuler ses interlocuteurs. Bourré de drogues à la fin, qu’en était-il?

closer dit: à

 » l’affirmation que la persécution des Juifs aurait affaibli l’effort de guerre n’est guère plus fondée que la fable des trains prioritaires.  »

Désolé Delpla, mais les moyens humains et matériels employés pour mettre en oeuvre la solution finale ne l’étaient pas pour l’effort de guerre (La Palice ne dirait pas mieux), alors que, plus le temps passait plus chaque homme comptait. Dire que cela a entraîné la défaite de l’Allemagne, je ne m’y risquerai évidemment pas. Mais c’est la démarche totalement irrationnelle de AH qui m’intéresse.

Quant à la « cohésion du Reich » qui aurait été favorisée par la Shoah, je ne vois pas ce que vous voulez dire. Parlez-vous de la cohésion de l’entourage de AH? L’équipée rocambolesque de Rudolf Hess et l’attentat du 20 juillet 44 ne plaident pas en faveur d’une cohésion exceptionnelle. Anecdotique me dire-vous, mais tout de même, il n’est pas anodin que des failles de cette nature soient apparues dans un pays réputé hyper discipliné et en guerre totale. Rien de comparable ne s’est produit chez les autres grands belligérants.

Voulez-vous parler plutôt de la cohésion des troupes sur le terrain, leur héroïsme, leurs sens du sacrifice? Mais, sérieusement, n’en était-il pas de même des japonais, des « boys » à Guadalcanal ou Iwo Jima, des russes à Léningrad, des soldats de la Première guerre mondiale à Verdun ou sur la Somme?

Petit Rappel dit: à

Closer, sur l’aspect « Crépuscule des Dieux » du Nazisme des dernières heures, il faut lire l’édition du Testament d’Hitler publiée sous le titre « Et le Bunker était vide » par Ingrao. aussi les pages de François D dans son AH.
Longerich dans son Hitler consacre aussi des pages au moment de la Guerre de Russie sur le décollage graduel d’AH des réalités du terrain. Ordres absurdes, inapplicables, etc.
Bien à vous et à bientôt.
MC

Petit Rappel dit: à

François Delpla, Rauschnigg a en effet pas mal affabulé sur l’Homme Nouveau, « J’ai vu l’Homme Nouveau! il m’effraie »fait-il dire à Hitler je cite de mémoire, mais pour l’avoir lu, je ne crois pas qu’il ait inventé Thulé.

Petit Rappel dit: à

Jazzi ce fantasme a la vie dure. On voit surgir tout récemment cette idée d’un pouvoir « fourni clé en mains », je cite, dans la très récente biographie de Rudolf Hess, au demeurant sérieuse et archi-classique, façon « circulez l n’y a rien à voir dans le voyage de 1942.Ceux qui prétendent le contraire sont des conspirationnistes. »
Il vaut de réfléchir sur ce mythe de Thulé.
Son ascension dans les années 1960 via l’étude pionnière de René Alleau, puis d’autres qui ne le valent pas et que votre lien cite, était aussi à mon avis un bon moyen d’exonérer l’Allemagne de sa culpabilité en en faisant porter le chapeau à une société secrète. Ces ouvrages sont contemporains du rapprochement franco-allemand. Que le phénomène Planète ait joué, je veux bien, mais pas seulement.
Là ou Pauwels n’a pas totalement tort, c’est sur le point de l’emploi de la mythologie et donc, car l’une n’existe pas sans l’autre, de tout un appareillage symbolique pour dresser les masses. Il n’a pas inventé les bouquins délirants de Rosenberg, le dignitaire du Reich, de Darré, de quelques autres qui nous plongent en pleine mythistoire. Sur l’Emploi de la mythologie par les nazis, on peut citer deux ou trois lignes assassines à valeur de témoignage dans Horst Kruger, « Un Bon Allemand; »
Je soupçonne certains témoins interrogés coté germanique d’avoir joué le jeu et d’en avoir même rajouté. « L’Ordre Noir » est assez emblématique de cette littérature. Brissaud a prouvé ailleurs qu’il pouvait être un biographe lucide.
Reste que le problème demeure avec ou sans Thulé. Je ne puis qu’inviter le lecteur à se plonger dans Goodrich-Clarke, « Les Racines Occultes du Nazisme », pour un état récent de la question. C’est une puissante synthèse de tous les courants dont l’idéologie nazie a pu sortir. Thulé, retour de balancier, y est exécutée en deux lignes. La liste publiée par Alleau n’est pourtant pas inintéressante et elle n’est pas, non plus, inexacte. Mais il a refusé toute confrontation avec Goodrich-Clarke. Peut-être aura-t-elle lieu dans l’Au-Delà…
Je salue Stéphane François si par hasard il lit ces lignes.
Bien à vous.
MC

christiane dit: à

@Alexia Neuhoff dit: « trouver un coin de ciel bleu dans un tableau où je ne vois, à regret et sans engouement, que brouillards épais et ciels noirs. »

Croyez-vous, Alexia, que j’ignore que les enfants peuvent être entraînés dans des systèmes de cruauté ? Enfants soldats, gamins violeurs, tueurs. Oui, l’enfant peut prendre le visage du monstrueux…
Croyez-vous que j’ignore combien d’enfants se cachent, cherchant à être invisibles pour échapper aux coups ou pour simplement maintenir à distance les autres ?
Croyez-vous que j’ignore qu’on peut trouver refuge dans un livre quand la vie est trop noire ?
Croyez-vous que dans toutes ces années d’école je n’ai jamais croisé le regard grave d’un enfant, inquiet ? Regard qui en dit plus que bien des mots et qu’on ne peut apaiser ? Ce qu’il ne peut dire, lui aussi, le tait…
Chaque enfance a ses silences obscurs qu’il faut respecter.
Mais il existe des échappées, l’école, les amis, les bêtises, les éclats de rire furtifs, la beauté de la vie.
Établir la communication à partir d’une parole, d’un sourire, d’une confiance. Lui apprendre à traverser les épreuves, à interroger le conformisme, à réfléchir au bien au mal, cette fragile barrière qui sépare l’un de l’autre, à accepter les frustrations, apprendre la patience, à être attentif, à prendre conscience de ce qui est insupportable : la maladie, la mort, l’échec…
à tenir debout tout seul, à accepter la solitude,
à gagner son autonomie pour apprendre à se défaire de son enfance, un jour, plus tard… et peut-être à la retrouver quand elle surgira au pire moment comme elle le fit pour Kane : « Rosebud » (« Citizen Kane »)…

Je pense à Nathalie Sarraute Enfance, à Walter Benjamin Enfance berlinoise, à Michel Leiris L’Âge d’homme, à Sido de Colette…
L’enfance est un passage, un devenir et une transmission.

Marie Sasseur dit: à

Victor Cousin 1792/1867.
Vous avez raison Court, ce Cespedes et Cousin, c’est absolument évident. Les deux mêmes.

C’est pour des considérations comme ça, qu »il faut pas se lancer dans une longue lettre de rupture comme Vanessa, sinon, on y est encore demain.
Faire au plus court, un simple post-it, comme Veronique: je vais chercher des cigarettes. Ou, mieux : je vais chercher le pain.

Petit Rappel dit: à

oui, mais on distingue ici la Philosophie Morale de la caricature que lui font subir ,soucieux de ne déplaire à personne, Victor Cousin et sa postérité.
MC

Marie Sasseur dit: à

Ce prof de philo qui lance une pétition pour la suppression d’Heidegger du programme philo au lycée, il n’aurait pas un collègue inspiré pour en lancer une visant a supprimerles theories psychanalytiques, freud&charlatans, par hasard ?

Petit Rappel dit: à

la philosophie française : comprendre celle de l’Eduction Nationale, qui reste fondamentalement marquée par l’eclectisme Cousinien.
Ferrari s’amuse là dessus: « Apprenez-moi cette sagesse qui n’est ni chrétienne, ni chinoise, etc »; Jeite de mémoire.
Bien à vous.
MC

Marie Sasseur dit: à

La philo morale est un domaine tout à fait spécifique.

Petit Rappel dit: à

Je crois que la Philosophie française ne s’est jamais relevée d’avoir voulu s’instituer en Morale. Le cas Cespedes rappelle le fantôme de Victor Cousin dont la Phlosophie , exposée in Du Vrai du Beau, du Bien, se place à la jointure de l’Histoire et a la prétention d’instituer une ligne de démarcation entre ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas lire. Ce système a été justement mis en boite par Joseph Ferrari in Les Philosophes Salariés.
J’ajoute que Cousin n’empêchait pas de lire Hegel, non, mais, lors de son passage à Paris, il le séquestrait chez lui… Les temps ont évolué et pas en bien.
MC

Bérénice dit: à

Je vous présente en avance mes voeux et je m’en vais. Merci pour le tout et le n’importe quoi. Ciao, baci.

louis-ferdinand lévy dit: à

Excellente émission que celle de Simon Collin et de ses amis, jeunes et fringants réactionnaires, comme il se doit quand on a du style et du panache et qu’on n’aime pas les morues. J’étais parmi leurs tout premiers abonnés YouTube à leurs débuts. Serait-ce bientôt la gloire, Pierre-François ?

Gageons que ni Delaporte ni Marie Sareuss ni Edmonde l’Immonde n’ont reçu d’aussi belles lettres d’amour que Gab la Rafale. N’allez pas chercher ailleurs la cause de leur rage d’impuissants…

Bérénice dit: à

Pablo, ne mettez pas en lien pour vengeance et obstination tout répertoire qu’à enregistrê PJ . C’est la guéguerre avec Hamlet, c’est puéril alors que vous. tout du moins vous devez avoisiner les 63 ans. Les vieux ne ne veulent pas que les plus jeunes leur en remontrent , Hamlet avait proposé une voix qui emportait mon suffrage et je pense tous les suffrages, j’ai oublié le nom .

Marie Sasseur dit: à

Oui, pablo, essayez de donner vos sources.
…sans Gilles de la Tourette.

Gernelle, voilà un journaliste, qui soutient la pédophilie.
« Gernelle, le directeur du Point déclare: “La liberté d’expression est importante. Je rappelle que Matzneff n’a pas été condamné.” 

“Les mêmes journaux qui, il y a trente ans, disaient que l’amour avec les enfants c’est bien, au nom d’une morale soixante-huitarde, voudraient virer ces mêmes gens”, souligne celui qui n’entend guère se séparer de sa plume »

Chaloux dit: à

Pablo affole les chasseurs, preuve qu’il est un grand gibier.

François Delpla dit: à

Pablo : essayez de documenter votre point de vue sur l’ésotérisme hitlérien.

Closer : l’affirmation que la persécution des Juifs aurait affaibli l’effort de guerre n’est guère plus fondée que la fable des trains prioritaires.

En revanche vous avez raison sur l’irrationnalité : la Shoah était un ciment qui explique une part non négligeable de la cohésion du Reich en pleine défaite, donc elle avait une utilité militaire, tout en reposant sur des postulats délirants.

Marie Sasseur dit: à

Tous les jours du nouveau

« Un nouveau document s’ajoute à l’affaire Gabriel Matzneff. Invité le 27 novembre des «Clochards célestes», une émission YouTube animée par Simon Collin (étudiant en lettres et futur journaliste, est-il indiqué dans sa courte biographie) pour s’exprimer sur sa carrière littéraire, l’écrivain de 83 ans a inévitablement fini par évoquer sa relation avec les jeunes adolescent(e)s. »

https://amp.lefigaro.fr/culture/dans-une-interview-matzneff-devoile-une-lettre-d-amour-et-d-adieu-de-sa-muse-v-20191230

Chaloux dit: à

« Petit notaire ordurier », c’est excellent. Ah, je ris!

Janssen J-J dit: à

reste toujours très étonné du contraste entre le raffinement de vos goûts musicaux et la capacité d’abjection ordurière dont vous infectez vos propos envers vos collègues honnis. Comment fait-on coexister cela ? Vos musiques angéliques auraient-elles des influences délétères sur vos ressources cognitives verbalisées ?

hamlet dit: à

pablito, tu ne prends pas le problème p le bon bout, tu devrais plutôt te demander comment un type qui a un timbre de voix aussi épouvantable que Jaroussky a pu devenir une aussi grande star.

tu sais pourquoi tout le monde est tombé dans le panneau ?

parce que notre époque n’a pas d’oreille, elle n’a aucun sens de la dimension émotionnelle, elle juge tout en terme de performance.

la voix de Jaroussky est performante, tout au moins elle donne l’impression d’être performante.

par contre elle ne transmet aucune émotion.

et la musique ce n’est pas de la performance technique, c’est juste que de l’émotion.

j ne suis pas sûr qu’un type aussi lourdingue que toi comprenne ce que je dis.

Alexia Neuhoff dit: à

@christiane
Votre réponse (merci, au passage) m’épate par cette capacité que vous avez à trouver un coin de ciel bleu dans un tableau où je ne vois, à regret et sans engouement, que brouillards épais et ciels noirs.

Marie Sasseur dit: à

Il va falloir être convainquant pablo, car tout ce fatras de symboles n’a aucun secret pour moi. On va voir si la connasse c’est pas vous, au finish.

Marie Sasseur dit: à

Vazy pablo, vous êtes un lion, ( demain couillon) un virtuose de la console. Mettez-leur en plein les oreilles, la musique ne dit jamais non.On va attendre ce soir, pour décrypter vos oracles hystériques: Hitler ésotérique

Pablo75 dit: à

Pour dissiper la puanteur qui répandent sur ce blog le Pétomane Goebelessien et la Hyène Pudibonde, un peu de musique, »sublime, forcément sublime »:

Vivaldi: Nisi Dominus (Cum dederit) – Philippe Jaroussky & Jean-Christophe Spinosi

https://www.youtube.com/watch?v=1WdX5uBFadM

rose dit: à

Janssen J-J dit: à

[…]
« La jalousie est un sentiment de crémière » (Montherlant cité par Yourcenar). Une itw géniale, roz ! Quelle femme éblouissante. Que l’on ait pu conserver son image et sa voix, en pleine possession de ses moyens… Un cadeau de fin d’année magnifique, voui.

Elle est incroyablement belle à l’âge qu’elle a.
Elle respire le bonheur la compréhension du monde et une espèce de joie enfantine. Ah, be l’ai découverte avec plaisir !

Marie Sasseur dit: à

#Ont bonne mine… d’être enterrés ensemble, ast’heure !

Un peu court. Il me semble que le tombeau littéraire de Y. Lemee, Duras l’avait déjà bâti.

Ducon, epargne-moi tes imbécillités, pour cette fin d’année, pablo fait déjà très bien l’affaire. Pas tous en meme temps.

louis-ferdinand lévy dit: à

Salut, Edmonde l’Immonde, comment ça va les intestins aujourd’hui ? et la gastro ? toujours plein gaz ?

J’avais pris soin d’écrire néo-féministes, pas féministes. Mais peu probable que vous saisissiez la nuance, vieille morue.

Janssen J-J dit: à

@ Injuste pour tous les hommes de ma vie, de tous les jours, très très nombreux.

Oui, c’est injuste pour Clopin.

@ Il est parvenu à ses fins, alors que Duras vivait la sienne.

Ont bonne mine… d’être enterrés ensemble, ast’heure !

@ les « grands mâles dominants » soient en voie d’extinction

Y’en a vraiment qui s’y croivent…

@ T’en penses quoi d’la sonate à Kreutzer, hamlet ?

Marie Sasseur dit: à

Eh bien Pablo, pour moi la question est: comment un astrologue, féru d’ésotérisme, et de livres rares, rares et à 1 euro, , fin lettré en litterature franco-espagnole, peut faire la cour en blog, tous les soirs une sérénade, « tu connais ça? » a un petit notaire ordurier.
Je vous le dis, Pablo, ça me dépasse complètement. Votre bobonne est au courant ?

hamlet dit: à

j’ai oublié le point commun avec passou : cette façon de délégitimer en les diabolisant les conflits politiques.

passou fait partie de ces gens qui aimeraient vivre dans un monde où tout le monde est d’accord, une espèce d’impérialisme libéral régi par le droit et l’économie.

faut dire qu’ils sont presque parvenus à éradiquer toutes formes de conscience politique, faire des société un immense océan léthargique, un monde de zombis.

Pablo75 dit: à

30 décembre 2019 à 12 h 43

Comme le fond de l’affaire chez le Pétomane Goebelessien est: comme un type qui partage la même idée de la culture que Hitler peut donner des leçons de morale intellectuelle à tout le monde ici?

hamlet dit: à

et pablo a aussi un autre point avec passou, ikl appelle « Grand Moralisateur » un type juste parce qu’il lui dit que chanteur lyrique qu’il adore a une voix de crécelle.

alors que c’est juste une évidence :
– Jarroussky a une voix de crécelle
– pablito adore Jaroussky
– conclusion : pablito n’a pas d’oreille

il n’a pas d’oreille alors qu’il essaie de se faire passer pour un grand mélomane, il y réussit presque.

pablito est plus un enfumeur qu’un con.

Pablo75 dit: à

30 décembre 2019 à 12 h 39

@ Soeur Marie Sasseur

« Non, c’est trop injuste. Injuste pour tous les hommes de ma vie, de tous les jours, très très nombreux… »

Voilà une phrase qui montre de façon définitive que j’ai visé juste.

Mais le fond de l’affaire n’est pas ta sexualité de vieille none aigrie qui hait les femmes qui réussissent leurs vies. Le fond de l’affaire est : comment une pourriture comme toi ose donner des leçons de morale ici?

hamlet dit: à

3J merci pour la traduction, j’avais pas tout compris en français, là c’est plus clair.

Marie Sasseur dit: à

pablo est un gros con, mais s’il arrive à convaincre Mr Delpla qu’Hitler , peintre , était un fervent du mysticisme de la mathématique, on dira seulelent: petit con.

christiane dit: à

@Alexia Neuhoff dit: « Et si l’enfance, l’enfance de plus en plus prolongée, était devenue le dernier refuge d’un idéal mythifié de pureté, de virginité, d’innocence dans un monde où plus rien n’est cela, ni l’air, ni l’eau, ni le champ, ni la forêt, ni le sommet des montagnes, ni la haute mer, ni la côte d’agneau ou le hareng ou le poireau dans nos assiettes ? »

Quelle finesse mais quel pessimisme, Alexia, dans votre questionnement.
Je pense que beaucoup d’enfants grandissent dans un grand manque de repères. Beaucoup de parents ont des vies complexes, douloureuses. Désorientés, ils passent à leurs enfants un certain mal-être, comme on passe un relais. L’argent vite gagné devient le veau d’or, le sexe une fixation. Dans les cités de banlieue, beaucoup d’entre eux se cherchent des guides et c’est souvent « la bande » et ses dangers… Parents parfois dépressifs cherchant des réponses dans les somnifères,l’alcool et parfois pire.
Je crois que beaucoup d’enfants sont courageux. Ils veulent s’en sortir. Beaucoup de parents, de même.
A côté de ceux-ci, d’autres grandissent bien, s’épanouissent, entourés d’affection, de culture, d’écoute, dans des structures stables. Milieu modeste ou privilégié, ils sont aimés et bien guidés jusqu’au choix des études, du métier où là, règne une répartition injuste dépendant plus du milieu social que des capacités intellectuelles de l’enfant.
Pour ce qui est de la pureté, des informations versées à leur connaissance pas des vidéos inappropriées, des images, des revues font des dégâts, (des copains aussi), faussant leurs attentes des rencontres amoureuses à venir.
Par contre internet, les bibliothèques et autres supports et structures leur permettent de s’ouvrir au monde de la culture, du sport, des arts.
Ils sont un peu dans une jungle où heureusement des adultes sains et sensés, des amis, les aideront, dans le meilleur des cas, à trouver un chemin.
Par ailleurs les problèmes de société et d’environnement sont plus que préoccupants.
N’empêche qu’ils nous donnent des raisons de croire à l’avenir car beaucoup de ces enfants, de ces jeunes sont source de fierté, de bonheur, d’espérance.

Marie Sasseur dit: à

Le sac a vomi de Pablo est moins bien rempli que les nôtres, je trouve. Plein de degueulis.

C’est tres excessif, et si je donne cette impression à pablo, de je cite:

« Une Grosse Connasse Folle qui, ayant tout raté dans sa vie et n’ayant rien à faire de son existence, passe sa journée sur ce blog en exhibant sa rancoeur de Nullité Définitive. Une Hyène solitaire qui a peur des mâles, et qui à cause de son chaos mental notoire, s’exprime avec un langage cryptée par les énormes limites intellectuelles de son cerveau.  »

je suis très déçue, très déçue que ce pucier compulsif, notre Germaine soleil du blog, puisse vous refiler une vision astrale aussi sombre de « je fais souvent ce rêve étrange  »
Non, c’est trop injuste. Injuste pour tous les hommes de ma vie, de tous les jours, très très nombreux…😁

Pablo75 dit: à

Étrange: si on met 3 mots qui commencent par con, le message ne passe pas (dans mon cas : co.nnaissent, co.nnaît, co.nversos).

Pablo75 dit: à

30 décembre 2019 à 12 h 16

@ François Delpla

« Hitler et l’ésotérisme : non, il était son propre maître, et ce genre de spéculations, par exemple chez un Hermann Rauschning, est à la source de beaucoup d’erreurs (et les erreurs à son sujet, souvent induites par lui-même, sont autant de vecteurs de ses succès); en revanche, il tolérait très bien des superstitions diverses chez un Himmler ou un Hess. »

Toujours la même tarte à la crème, répétée à l’infini par tous les historiens orthodoxes qui ne co.nnaissent rien à l’ésotérisme : tout cela ce n’est que des inventions de Rauschning. Bien sûr… Quand on ne co.nnaît rien à un thème on ne le voit nulle part.

Ça me rappelle l’aveuglement des historiens les plus sérieux de la littérature espagnole zappant pendant plus de 3 siècles le thème des écrivains espagnols « co.nversos » des XVI et XVII siècles (presque tous les grands). Ou celui des physiciens de la fin du XIXe siècle et début du XXe auxquels la physique quantique a montré qu’ils n’avaient rien compris à la structure de la matière.

Cela doit être dur de passer sa vie à étudier un thème en ignorant ses clés. On comprend qu’on puisse les nier farouchement quand quelqu’un vous les rappelle.

« E pur si muove ! »

Ed dit: à

« morues néo-féministes »

blobfish macho attardé

Marie Sasseur dit: à

@En resumen, una Andouille total 

Une sobrasada, por pablo, « franco »phile.

Janssen J-J dit: à

C plus écoutable dans la langue d’origine, fait moins mal aux seins…
Pourquoi ne pas l’avoir gardée ?

30 de diciembre de 2019 a las 11:29 a.m.
« Por otro lado, lo más censurable es, por supuesto, este papel de paso ».
hamlet dice: a
« Passou » proporcionó amablemente bolsas de vómito para pasar los años veinte, supersónicos. Con todo lo que necesitas para llenarlos. Le agradecemos por eso.
Marie Sasseur dijo: a
Sigue siendo curioso que los dos mayores cabrones del blog intenten hacerse pasar por profesores virtuosos de la moral pública, especialistas, además, de la relación entre la moral y el arte, mientras que ambos apestan a resentimiento y lo inculcan a kilómetros de distancia.
Primero está la Hermana Marie Sasseur, la Gran Perra del blog, el Odio personificado, que viene aquí sólo para mostrar sus feroces Celos contra las mujeres que han triunfado en la vida. Una Gran Zorra que siente en cada palabra su resentimiento por haber nacido con graves problemas sexuales. Una Loca Perra Gorda que, habiendo extrañado todo en su vida y sin tener nada que ver con su existencia, pasa el día en este blog mostrando su resentimiento de Nulidad Definitiva. Una hiena solitaria que tiene miedo de los machos, y debido a su notorio caos mental, se expresa con un lenguaje cifrado por los enormes límites intelectuales de su cerebro. En resumen, una Andouille total que rezuma amargura sin límites a través de todos los poros de su vieja piel de soltero obligada a ser mojigata.
Después del Gran Payaso del blog, está nuestro Molino de Mierda Estaliniano, Puck-Puck the Homelette, alias « Y aunque soy el único que lo piensa, estoy seguro de que tengo razón », nuestro Señor de Wikipedia, sordo como un poste, nuestro Gran Petoxano abyecto con alma nazi, un Complejo Insaciable con métodos goebbelsianos, capaz, como los nazis, de acusar de crímenes imaginarios a personas inocentes que no conoce, y de tener el mismo odio que Hitler hacia la élite intelectual (« ¡La cultura ha forjado una casta de gente irreprochable!  » (aldea)…  » esos círculos a los que la cultura de la inteligencia ha dado el carácter de una casta cerrada  » – Mein Kampf). Un antisemita histérico que confunde el ser insultado aquí por decir tonterías con el ser gaseado en Auschwitz por ser judío, un negador de Faurisson para quien la Shoah es equivalente a la polémica en un blog, y que no duda, En resumen, un gran cretino analfabeto, un mentiroso compulsivo, un ingenuo Tartufo que cree que está dando el cambio mientras su estupidez estalla en cada uno de sus comentarios sobre Raté Total.
Dos desechos de la Humanidad tratando aquí de hacerse pasar por Maestros de la Ética Universal y sólo logrando demostrar que el cinismo humano puede ser infinito.

Marie Sasseur dit: à

Du calme, pablo l’esoteric, tu vas te retrouver à l’hosto, avant 2020, à cause de la cafetière qui déborde. Et ça c’est ecrit dans ton horrorscope.

renato dit: à

Ma nun tenit nient a fa?

Pablo75 dit: à

30 décembre 2019 à 11 h 29

« par contre, la chose éminemment critiquable est bien sûr ce papier de passou ».
hamlet dit: à

« Passou a obligeamment mis à disposition des sacs à vomi, pour passer le cap de l’an vingt, en supersonique. Avec tout ce qu’il faut pour les remplir. Qu’il en soit remercié ».
Marie Sasseur dit: à

C’est quand même drôle que les deux plus Grosses Ordures du blog essaient de se faire passer ici pour des Vertueux Professeurs de Morale Publique, spécialistes, qui plus est, de la relation entre Morale et Art, alors que les deux puent le ressentiment et l’inculture à des kilomètres à la ronde.

Il y a d’abord Soeur Marie Sasseur, la Grande Pouffiasse du blog, la Haine personnifiée, qui vient ici uniquement pour montrer sa Jalousie féroce contre les femmes qui ont réussi leur vie. Une Grosse Pétasse dont chaque mot sent sa rancune de Laideron de Naissance avec des graves problèmes sexuels. Une Grosse Connasse Folle qui, ayant tout raté dans sa vie et n’ayant rien à faire de son existence, passe sa journée sur ce blog en exhibant sa rancoeur de Nullité Définitive. Une Hyène solitaire qui a peur des mâles, et qui à cause de son chaos mental notoire, s’exprime avec un langage cryptée par les énormes limites intellectuelles de son cerveau. Bref, une Andouille Totale suintant l’aigreur sans limites par tous les pores de sa vieille peau de célibataire obligée d’être pudibonde.

Il y a après le Grand Clown du blog, notre Moulin à Conneries Staliniennes, Puck-Puck l’Homelette, alias «Et même si je suis le seul à le penser je suis sûr d’avoir raison», notre Mister Wikipédio sourd comme un pot, notre Grand Pétomane Abject à l’âme de nazi, un Complexé Inguérissable aux méthodes goebbelesiennes, capable, comme les nazis, d’accuser de crimes imaginaires des innocents qu’il ne connaît pas, et ayant la même haine que Hitler pour les élites intellectuelles (« la culture a forgé une caste de gens irréprochables ! » (hamlet)…. « ces milieux auxquels la culture de l’intelligence a donné le caractère d’une caste fermée » – Mein Kampf). Un antisémite hystérique qui confond le fait de se faire insulter ici pour avoir dit des âneries avec le fait de se faire gazer à Auschwitz pour avoir été Juif, un négationniste faurissonien pour qui la Shoah équivaut à des polémiques sur un blog, et n’hésitant pas, quand on met à nu son esprit de Collabo, à s’inventer une mère juive… Bref, un Grand Crétin Analphabète, un Menteur compulsif, un Tartuffe naïf qui croit qu’il donne le change alors que sa Bêtise éclate dans chacun de ses commentaires de Raté Total.

Deux Déchets de l’Humanité essayant ici de passer pour des Maîtres d’Éthique Universelle et ne réussissant qu’à démontrer que le cynisme humain peut être infini.

Janssen J-J dit: à

@ Ton contentement est confortable,

d’où vient ce jargon franglais ?… un reflet du macronisme en marche, sans doute ?

Au fait, Bloom, que devenez-vous à l’ambassade burkinabé ? Et vous, Claudio Bahia ? Je pense aussi à Raymond Prunier, Pat V., Ozamiandis, Paul Edel. On aimerait avoir de vos nouvelles. Que vous nous assureiz de n’avoir pas succombé à la terreur féminine qui sévit, hélas, parfois ici, en provcance de toujours la même. Il faut apprendre à ne pas en avoir crainte. Au fond, c pas une mauvaise bougresse. C qu’elle peut pas s’empêcher de vouloir correspondre à ce qu’elle iamgine être son idéal de femme.
Bon, sur ce, je vais aller faire ma dernière marche à Rochefort/Mer. A bientôt,

closer dit: à

Selon le Huff Post, il y a eu une deuxième pétition signée, elle, par Michel Foucault et, tenez-vous bien, Françoise Dolto:

« En effet, quatre mois plus tard, en mai 1977, une nouvelle tribune est publiée dans Le Monde encore, signée par 80 intellectuels et personnalités françaises comme la pédiatre et psychanalyste Françoise Dolto. Cette fois-ci, Michel Foucault est signataire. On retrouve à peu près les mêmes noms que dans la première tribune. Et bien sûr, Gabriel Matzneff. Ce texte-ci demande à ce que les lois régissant les relations sexuelles entre adultes et mineurs soient abrogées au même titre que celles qui réprimaient l’adultère, l’IVG, et les “pratiques anticonceptionnelles”.

Marie Sasseur dit: à

Trente quoi hein.

3. Se disait des draps dont la chaîne était composée de trente centaines de fil. …. Draps, savoir la première sorte, nommés refins trentesixains, pour les couleurs doubles, et vingt-huit ou trentains, pour les couleurs simples, Arrêt du conseil, 15 mai 1676.
Littré

JiCé..... dit: à

Les nouveaux cons remplacent les anciens cons « Métro, Boulot, Dodo ». La révolte nouvelle hurle par les rues germano-pratines, sales à souhait, « Bobos, Climato, Vélo ».
Quelle bêtise religieuse de plus …
(comment ça ? ! Les nouveaux cons seraient les anciens, recyclés ?! Quelle surprise !)

Janssen J-J dit: à

@ La relation magister/élève est forcément pédophile,

En voir une illustration très réversible, J-C… dans « la Leçon » d’Eugène Ionesco.
Attentin : la pédophile peut toujours se retrouver pédoliophilisée en vieillissant.

Janssen J-J dit: à

Je comprends bien pourquoi vous ‘résistez’, JC, dans vos ehpad, la vieillesse est bien cruelle pour des types de votre espèce. Peu m’importe vos jugements sur le climat, il n’aura jamais besoin de vos sentences pour se réorienter. Suis très étonné par la réaction de MS qui abonde en mon sens, somme toute, fantasmes mis à part. Serait-elle capable d’autocritique chrétienne ?
« La jalousie est un sentiment de crémière » (Montherlant cité par Yourcenar). Une itw géniale, roz ! Quelle femme éblouissante. Que l’on ait pu conserver son image et sa voix, en pleine possession de ses moyens… Un cadeau de fin d’année magnifique, voui.

et alii dit: à

ne dit-on pas « tout vient à point (encore les points)qui sait attendre?
eN vous mettes pas tout de suite sur votre trente et hein
bolobbe journée

JiCé..... dit: à

« Les patriarches climato-sceptiques sont une espèce en voie d’extinction. Qui disparaîtra avant celle des justes erdéliens éclaiés. » (JJJ)

Mon chéri ! Tu te fous le doigt dans l’oeil jusqu’au doute. Tu disparaîtras, toi, tes justes erdéeliens éclatés, tout ces Gretaphiles bons à jeter, et ce, bien avant les climateux pensants, eux.

Marie Sasseur dit: à

@Voilà ce que MS entre autres n’a jamais été capable de comprendre, trop aveuglée par ses éructations justicières.

Ton contentement est confortable, et je suis heureuse que tu aies trouvé la réponse qui convient à ta question.
Fantasmes qui ne me concernent en rien.

JiCé..... dit: à

Pour mourir parfaitement sclérosé, parfaitement conforme, il faut très bien respecter un ordre sociétal, culturel, spirituel, moral, n’importe lequel, ordre dans lequel on devient adulte avec le temps, ce que les enfants ne savent pas encore faire et apprennent en général les premières années en suivant exemples et conseils des grands.
La relation magister/élève est forcément pédophile, c’est normal entre adultes/enfants aussi, entre vieux et jeunes aussi.
Afin d’éviter le danger de pédophilie, je m’abstiens dans mon EHPAD de séduire les jeunettes de moins de 77 ans : un accident sexuel est si vite arrivé.

Janssen J-J dit: à

(30.12.19, 10.09) – La journée commence mal, une fois de plus avec GM.
Pour changer de logiciel, MS, je vous conseillerai de prendre un peu de graine de moutarde qui vous fera revenir à JK Huysmans, où vous étiez meilleure sur le sujet.

https://theconversation.com/pourquoi-votre-chat-est-nul-aux-echecs-et-pourtant-plus-intelligent-quune-ia-123584?utm_medium=email&utm_campaign=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2030%20dcembre%202019%20-%201492514185&utm_content=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2030%20dcembre%202019%20-%201492514185+CID_9b1c5d58462f0d8bfa8b3bde237025fc&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=Pourquoi%20votre%20chat%20est%20nul%20aux%20checs%20et%20pourtant%20plus%20intelligent%20quune%20IA

Votre IA ne vous sert pas à grand chose, pour le moment… Me faites de la peine, vieillissez mal. Ne crois pas que vous ayez été abusée entre 30-40 balais. Donc, pourquoi portez-vous ce combat si douteux ?
Auriez-vous besoin de sentir exister les artifices de votre intelligence ?

@ jzmn, je crois que nous sommes désormais à égalité dans la parité genrée des internautes de l’rdl. Femmes et hommes ne sont ni l’avenir ni le passé de quiconque. Allons bientôt pouvoir passer ensemble à une plus juste cause : la lutte contre la dégradation climatique, ce qui non obligera à ne plus tenir compte du handicap patriarcal qui nous oppresse tous.tes. Les patriarches climato-sceptiques sont une espèce en voie d’extinction. Qui disparaitra avant celle des justes erdéliens éclaiés.
C’est mon souhait pour la nouvelle année 2020, à Passoul et la plupart. Les connard.s comprendront bien qu’ils ne sont pas concernés par mes vœux : inutile de les désigner à la vindicte et au lynchage public.
Pas du genre à nous acharner sur les gens à terre, ni besoin de théoriser l’ordre moral du moment. Les Robespierettes et les Robespierrots, y’en a toujours eu et y’en aura toujours, pour sûr… Font vivre la démocratie jusqu’au moment où ces gens-là périssent des excès de leurs vertus. Voilà ce que MS entre autres n’a jamais été capable de comprendre, trop aveuglée par ses éructations justicières.

Alexia Neuhoff dit: à

Et si l’enfance, l’enfance de plus en plus prolongée, était devenue le dernier refuge d’un idéal mythifié de pureté, de virginité, d’innocence dans un monde où plus rien n’est cela, ni l’air, ni l’eau, ni le champ, ni la forêt, ni le sommet des montagnes, ni la haute mer, ni la côte d’agneau ou le hareng ou le poireau dans nos assiettes ?

rose dit: à

Et l’autre jour, euh, c’était il y a 23 ans quand même. Un monsieur digne et magnifique.

rose dit: à

La grappe ne tombe pas, elle se ratatine.
Et l’autre joir, j’ai eu honte d’avoir regardé cela.
En //, ai pensé combien il.serait important de couvrir le corps des personnes qui ont atteint un bel âge, entre deux passages dans la nudité requise. Laisser un corps nu et partir c’est indécent.

rose dit: à

Jazzi

Il y a de ça : un vieux désir encore de plaire aux hommes quitte à nier la solidarité féminine ; alors que l’inverse l’emportera toujours, y compris pour les viols collectifs.

Pour moi, plus triste, hormis les choix individuels de Despentes, Yourcenar etc. de choisir lesbienne, (Duras a résisté elle, sans tabou et c’est la littérature (et le cul ?) qui l’a liée à Yann Andrea, qui a choisi de tout quitter, il y a peu), hormis les culpabilités jetées en pâture sur mai 68, la tolérance littéraire et ses maisons, etc., reste la difficulté à changer.
Décevant, déroutant, déstabilisant.
Là est le blême, dans la rigidité structurelle.
Et le « elle n’est pas durcie par la vie », dit-il « c’est pourquoi je les prends à 14 ans »(il les consomme de fait), 33 ans après, l’âge du christ sur la croix, le point de vue renvoyé est autre, et il s’avère qu’elle est durcie par cette expérience de vie, et sera-t’elle à même d’évoluer ?

JiCé..... dit: à

C’est une bonne idée de lâcher la grappe de Don Gabriele de la Mentule !
Grappe si vieille qu’elle se détachera sinon. C’est une excellente idée de lâcher la grappe aux clergés pédophiles des principales religions monothéistes, c’est une merveilleuse idée de laisser tranquille Cohn-Bendit et les libérateurs 68tards, Harvey Weinstein et les recruteurs de starlettes décidées, Roman Polanski et ses erreurs …
Tant de tordus de ce genre.
Enfin, comment satisfaire si on le fait, tous les bons apôtres, adeptes de l’ordre moral, qui se régalent à voir les têtes tomber comme au bon vieux temps de la Terreur raccourcissante ?
Qu’en faire, de ces Fouquier-Tinville de supérettes Robert Spière ? Comment les faire jouir ces braves noeuds noeuds ?!

Marie Sasseur dit: à

@Il n’a sans doute pas perçu cette poussée d’esprits héroïques comme à Radiofrance où tous les animateurs sont devenus de grands résistants en moins d’une génération

Un calcul simple pour ne pas sociologiser dans le néant. 68+ 3 à 15, fourchette large, et origine du temps zéro subjective, egal= 71 à 83, soit une moyenne d’âge de la génération abusés, qui prennent la parole médiatique maintenant et font leur j’accuse : 36 à 48 ans.

T’es d’accord, ferdinand?

hot pepper dit: à

 » Il paraîtrait que ce Monsieur a été agressé dans un café , littéraire bien sûr.Une bonne rouste est bien la moindre des choses pouvant lui arriver. »

Pas besoin d’explication de texte pour comprendre que cette élue LR lance une incitation publique sur le web à une ratonnade, comme au bon vieux temps de la milice de Vichy ou comme en Algérie!

Alexia Neuhoff dit: à

Personne pour s’interroger sur l’évolution du statut de l’enfant entre 1990 et aujourd’hui ?

hot pepper dit: à

louis-ferdinand lévy dit: à

Lâchons la grappe de ce vieux monsieur décati.

Enfin une parole sensée. Le cas Matzneff est bien moins intéressant que celui des indignés professionnels qui demandent sa tête (au sens littéral, parfois) : morues néo-féministes, antifas, gauche indigéniste, jusqu’à l’Action française (ça existe encore !) et la vieille droite catholique pourrie, représentée ici par les deux putrides Delaporte et Marie Sareuss (respect aux autres). Ce sont eux les vrais nuisibles, ce sont eux qui puent de la bouche et rendent l’atmosphère de ce pays irrespirable. »

Hélas, même la droite bon teint, ici sur fb, qui met en cause une défense de Matzneff dans les LETTRES FRANCAISES :

 » Les lettres françaises ne s’honorent pas … nées de la Résistance elles furent pourtant l’honneur de la presse française. Paulhan , Aragon, Eluard ont lutté avec leurs mots contre les fascistes.
Aujourd’hui s’en prendre à Matzneff serait être fasciste ou user de la morale, moraline même disent-ils !
Matzneff, un grand écrivain nous dit-on , et alors ?Cela me paraît très discutable d’ailleurs.
Décrire à longueur de pages jusqu’à l’écoeurement les perversions sexuelles pratiquées avec des gamines (et des garçons) de moins de 15 ans ne constitue pas une œuvre littéraire. Être un soi-disant intellectuel ne le met pas au dessus des lois. Commettre ces actes qui s’appellent des viols ne sont pas des actes de liberté mais bien des délits.
Il paraîtrait que ce Monsieur a été agressé dans un café , littéraire bien sûr.Une bonne rouste est bien la moindre des choses pouvant lui arriver. J’attends que la justice fasse son travail.
Quand à ceux qui le soutiennent, ils sont à mes yeux complices de ce qui s’appelle la pédophilie! Ils sont nombreux à avoir fermé les yeux …

http://www.les-lettres-francaises.fr/…/soutien-a-gabriel-m…/

Phil dit: à

Il faut comprendre la surprise de Matzneff qui après avoir exposé avec un certain brio ses agissements par le menu et reçu les félicitations du jury à Pivot, se retrouve cloué au pilori trente ans plus tard. Il n’a sans doute pas perçu cette poussée d’esprits héroïques comme à Radiofrance où tous les animateurs sont devenus de grands résistants en moins d’une génération. De quoi bouleverser les sociologues les plus aguerris.

Marie Sasseur dit: à

@J’en dis que vous faites partie des pharisiens et des bourreaux du Christ, toujours en quête d’un nouveau bouc-émissaire à accabler.

Pas le temps pour le cathé, Ferdinand.
Matzneff, lui-même, est candidat à ce rôle de martyr. Martyr de sa foi pédophile.

A l’année prochaine !

rose dit: à

Marue Sasseur concernée par la perversion pleine peau. Lorsqu’elle se décrit, à toute vapeur rétropédalage.

JiCé..... dit: à

ORDRE MORAL
L’artiste, l’écrivain, attire l’attention de la troupe populaire sur les méfaits du sexe, ce qui est facile, de bon goût, sans danger, et la venge de son anonymat. Alors que nous savons bien que l’essentiel des transgressions sexuelles se passent dans les familles quelles soient non-croyantes, juives, chrétiennes ou islamiques !

louis-ferdinand lévy dit: à

J’en dis que vous faites partie des pharisiens et des bourreaux du Christ, toujours en quête d’un nouveau bouc-émissaire à accabler.

Et ce que pense d’Heidegger une fan d’Alizée n’a aucune espèce d’importance. Restez-en aux sujets que vous maîtrisez : les potins du jour.

Maintenant je vais lire l’article en question

Jazzi dit: à

« On va lui répondre le 2 janvier, à cette tarée. »

Si les femmes étaient un peu plus solidaires entre elles, il y a longtemps qu’elles auraient boutés les hommes hors des postes à responsabilités et pris elles-mêmes les commandes !
Un peu comme les Arabes, désunis, face aux Israéliens.
Faut-il s’en réjouir ou s’en plaindre ?

JiCé..... dit: à

« …Malick a fait une thèse sur un texte de Heidegger, qui a relègue la science Physique, au bas mot , à une dictature de l’esprit. »

Malick -j’ignore qui est ce spécialiste des généralités imbéciles- signe là son bulletin d’adhésion au Club des Grands Cons de ce pays.
Sois le bienvenu parmi nous, Malick ! Tu nous bats tous, et de beaucoup…

Marie Sasseur dit: à

@Lâchons la grappe de ce vieux monsieur décati.
Et ensuite, cette « pensée » affichée de la mere maquerelle, ancienne prof de la haine, elle aussi;

« Est-ce que Vanessa va se remémorer l’amour puissant et magnifique vu du côté Matzneff lorsqu’elle était môme ? »

On va lui répondre le 2 janvier, à cette tarée.

Marie Sasseur dit: à

@la vieille droite catholique pourrie, représentée ici par les deux putrides Delaporte et Marie Sareuss (respect aux autres). Ce sont eux les vrais nuisibles, ce sont eux qui puent de la bouche et rendent l’atmosphère de ce pays irrespirable.

Dites, le fake, je n’ai jamais caché mes préférences politiques, ni le fait que mon certificat de baptême, a été attesté par deux témoins.

Non, moi, je me régale à lire ce matin cet avis sur le film de Malick, qui est très éclairant sur le phénomène de la croyance , ici religieuse. Je découvre que Malick a fait une thèse sur un texte de Heidegger, qui a relegué la science Physique, au bas mot , à une dictature de l’esprit.

T’en dis quoi, fernand ?

louis-ferdinand lévy dit: à

Lâchons la grappe de ce vieux monsieur décati.

Enfin une parole sensée. Le cas Matzneff est bien moins intéressant que celui des indignés professionnels qui demandent sa tête (au sens littéral, parfois) : morues néo-féministes, antifas, gauche indigéniste, jusqu’à l’Action française (ça existe encore !) et la vieille droite catholique pourrie, représentée ici par les deux putrides Delaporte et Marie Sareuss (respect aux autres). Ce sont eux les vrais nuisibles, ce sont eux qui puent de la bouche et rendent l’atmosphère de ce pays irrespirable.

JiCé..... dit: à

SCOOP
Nous venons de recevoir sur #WeToo un témoignage plein de souffrance d’un jeune homme actuellement en vacances à Brégançon qui dénonce le viol qu’il aurait subi de la part d’une pédagogue harceleuse à l’époque où il s’entraînait au métier d’acteur, métier qu’il exerce actuellement pour le meilleur et souvent pour le pire.

Allez-y, les jeunes abusés par les vipères lubriques ! racontez ce que vous avez subi de la part de femmes sans foi ni loi !!! …

Marie Sasseur dit: à

L’heure des bilans. Morales

-La mechante bonne femme et le petit ange

La vérité vient de la bouche des enfants.

– Le dandy et les enfants.

La morale

De la pedocriminalite comme éthique de vie, tu n’en feras pas une a- moralité littéraire.

La morale de la morale

Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage

rose dit: à

Je ne crierai pas haro sur le baudet, ce serait cumuler au fait d’être un baudet.
Jazzi
Qq. hommes planqués chez les femmes. Ont le gîte et le couvert et rien d’autre. Pour la première minette de 14 ans délurée, il rebascule dans le camp adverse. Camp adverse : si ce n’est Marguerite Y qui disait il y a 40 ans « pas de ghetto ».
Est-ce que Vanessa va se remémorer l’amour puissant et magnifique vu du côté Matzneff lorsqu’elle était môme ?
Lâchons la grappe de ce vieux monsieur décati.

Bonne journée à tous

JiCé..... dit: à

#WeToo
Tout ceux qui, comme moi, sont soumis dans la rue, dans les échoppes, à la synagogue, à la mosquée, au temple, à l’église, au stade, au harcèlement indécent de jeunes femmes délurées à la vue d’un bel homme à la séduction irrésistible, ceux là, ces victimes de harcèlement féminin, pourront dénoncer ces lubriques Amazones sur ce site que je viens d’ouvrir !

Justice pour tous ! Justice, morbleu ! Justice par #WeToo !

Jazzi dit: à

2020 sera-t-elle l’année des transgenres ?

JiCé..... dit: à

A propos du bilan de l’ami JiBé, je trouve quelques mâles dominants dans sa liste réduite, et quelques tordues de haut niveau dans sa liste des femmelles bavardes…
Mais, ne soyons pas provocant !

JiCé..... dit: à

Le constat de JiBé est juste : La République des Livres est devenue la République des Femmes !
Pour l’intense satisfaction de féministes de mon acabit, moi qui ait si souvent souffert de ce maudit patriarcat machiste européen, américain, africain, asiatique, océanien…en voie de disparition.

Jazzi dit: à

30 décembre 2019 : 07 h 03

N’est-il pas l’heure des bilans ?
Il semblerait que les « grands mâles dominants » soient en voie d’extinction sur la RDL.
Face à renato, D., JJJ, Chaloux, Phil ou moi et quelques autres commentateurs intermittents, on trouve désormais une majorité de femmes : Clopine, Christiane, Bérénice, rose, DHH, Marie Sasseur, et alii, les deux Chantal, Alexia Neuhoff, Ed…
Pour une Lavande perdue, dix de retrouvées !
L’homme serait-il devenu le passé de la Femme ?

rose dit: à

Rencontrée grâce à Jablonka
https://youtu.be/5tyWjt8fIUg

Lumineux.

Christiane
Me garde cette géographie en tête, Galilée et Nazareth. Merci.

Jean Langoncet dit: à

Hamlet vous devriez aller vous soucher.

hamlet dit: à

le cas le plus drôle en France est celui de l’interdiction de la culture des cellules souches ç cause des histoires de clonage qui étaient en vogue sous l’ère Chirac.
Dans le même temps Chirac lançait un programme pour trouver des solutions à la maladie d’Alzheimer, pas de bol une grande partie de ces recherches utilise justement la culture des cellules souches.
résultat des courses le comité d’éthique à la noix a changé de cap et les cellules souches ont été autorisées.

hamlet dit: à

le cas Céline est fait de la position où il se trouve dans l’échelle du mal.

Cécile est un grand écrivain, même si dans ses pamphlets il écrit que les juifs doivent être éradiqués comme des microbes qui propagent des maladies, il n’a pas de sang sur les mains,ce n’est pas incompatible avec le fait de dire que c’est un grand écrivain.

si Céline avait dénoncé toute une famille juive : les parents, six enfants, les grand parents et les cousins, passe encore, je pense que les gens continueraient de lui coller l’étiquette de grand écrivain.

si Céline avait dirigé un camp d’extermination, là c’est moins évident, le nombre de ceux qui diraient qu’il est un grand écrivain pourrait chuter.

si Céline était un tortionnaire, qu’il torture des juifs comme Mengele ou des résistants, là sa côte chuterait comme le cours des actions en 29.

pourquoi ?

parce qu’un livre, aussi grandiose soit-il, ne vaudra jamais plus qu’un certain prix à payer pour élever son auteur au rang de grand écrivain.

et ça c’est tout simplement une réaction humaine, un écrivain viole une gamine de 14 ans qu’on ne connait pas, on porte forcément sur lui un regard différent que si cette fille est la sienne.

David Hume consacre un beau et long chapitre sur cette question dans son ouvrage pour sur l’étude de l’entendement humain.

c’est une approche purement inductive, empirique et pragmatique.

par exemple les anglais avaient voté une loi interdisant les « enfants médicaments », la BBC a diffusé un reportage montrant la réalité sur une cas précis d’une famille précise dans un contexte précis, et hop ! le mois suivant ils abrogeaient cette loin.

et ça personne n’y échappe.

Jean Langoncet dit: à

Klarsfeld (père) dixit avec un petit sourire en coin ; chapeau au plaideur. Quant à l’éditeur qui fait Pshiitt …

Marie Sasseur dit: à

@Mais comment ne pas voir qu’on est en présence d’une œuvre considérable qui s’est renouvelée tout au long du parcours de l’écrivain ?

D’un point de vie médical, c’est tout à fait flagrant. D’ailleurs sa conception très hygieniste de masse, lui a malheureusement coûté sa clientèle.

Jean Langoncet dit: à

Pourquoi ne pas avoir le choix ?
La seule tentative de réponse à ce jour : à cause du talent de Céline !

Marie Sasseur dit: à

Pourquoi payer Gallimard, alors que les pamphlets de Celine, sont dispos gratuitement sur internet.
Ces râleurs sont vraiment pénibles.

Marie Sasseur dit: à

@la majeure partie de l’émission étant consacrée à l’idéologie.

C’est fou, ces gens qui lisent par radio interposée.

Marc LAUDELOUT dit: à

Pierre Assouline a raison, naturellement. Après Heidegger, Céline ?… Extrait d’un récent billet paru dans le BC (http://bulletincelinien.com) :
Existe-t-il un autre écrivain contemporain qui suscite autant de ferveur ? Peut-être… On songe à celui que Céline vit comme son rival : l’auteur d’À la recherche du temps perdu que le reclus de Meudon considérait, après l’avoir pas mal brocardé, comme « le dernier grand écrivain de notre génération ». Si Proust est unanimement reconnu aujourd’hui comme un monument, la stature de Céline, elle, a été récemment mise en question par certains qui lui dénient même sa qualité d’écrivain. Avec une argumentation parfois absurde : le fait, par exemple, que les études céliniennes n’aient pas leur Thibaudet, leur Starobinski, leur Fumaroli ou leur Steiner. C’est oublier que, d’une part, les agrégés de lettres classiques et autres lettrés certifiés ont généralement peu d’attrait pour les écritures avant-gardistes et, d’autre part, qu’une carrière universitaire ne se bâtit pas sur terrain miné. C’est d’ailleurs ce que reconnaît un céliniste de la nouvelle génération dans cet ouvrage : « Faire une thèse sur Céline n’est pas forcément la meilleure des idées si l’on envisage une carrière à l’université ! (…) J’entends des étudiants se plaindre d’essuyer de nombreux refus lorsqu’ils cherchent des directeurs de thèse ou de mémoire sur Céline. » Cette confidence en dit long sur la manière dont l’Alma mater traite aujourd’hui l’un des écrivains majeurs du siècle dernier pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la littérature. Et cela transpire également dans les médias. Cet été, France-Culture a consacré une émission d’une dizaine d’heures à Céline ; l’un de ses meilleurs exégètes fut sollicité pour trois heures d’entretien. À la diffusion, seules quelques minutes furent retenues. Le constat, dépourvu de tout dépit, que m’adressa l’intéressé est tangible : « Pas l’ébauche d’un commentaire qui tenterait de faire comprendre aux auditeurs qui ne connaissent pas l’œuvre sa nouveauté et sa puissance », la majeure partie de l’émission étant consacrée à l’idéologie. C’est dire si cet ouvrage constitue à lui seul une réponse magistrale à ceux qui entendent contester l’importance littéraire de Céline. Un écrivain de peu d’envergure susciterait-il autant d’appréciations apologiques ? Poser la question c’est y répondre. Outre les réponses des lecteurs, Cian-Grangé a eu la bonne idée de reproduire également des avis (contrastés) de critiques littéraires mais aussi de personnalités du spectacle, de la politique ou du journalisme. Certains points de vue déconcertent tant ils sont entachés d’un ressentiment qui, s’il est parfois légitime, confine à l’aveuglement. « Il est très naturel de ne pas aimer Céline » écrivait Roger Nimier. Mais comment ne pas voir qu’on est en présence d’une œuvre considérable qui s’est renouvelée tout au long du parcours de l’écrivain ? Le cas Céline est aussi fait de cette incompréhension.

ChantalZzzz... dit: à

n’ayant pas vu le film je ne sais pas si la réponse se trouve dedans.

Ayant en quelque sorte commencé la décennie cinématographique par une citation du Livre de Job (38,4 et 38,7) interpellant l’homme sur le rôle de Dieu dans la création, Terrence Malick la referme en faisant figurer les dernières lignes de Middlemarch (1871-1872), où George Eliot expose que les existences de chacun dépendent des actions invisibles de la multitude, à la fin d’Une vie cachée, expression (a hidden life) tirée directement de ce paragraphe final. Manière explicite de suggérer que son héros, Franz Jägerstätter, catholique autrichien guillotiné en 1943 pour avoir refusé de prêter serment à Hitler et de servir dans l’armée nazie, s’apparente à un héros invisible ? De fait, son film contredit à chaque plan et chaque scène les propos répétés à son personnage principal par les officiers et cadres du régime, selon lesquels sa décision ne compte pas, car il ne possède aucun pouvoir de changer le monde, et sera oublié. Il en devient ainsi un grand récit sur la conscience et la liberté individuelles.

Ces deux notions forment en effet les premiers arguments de Jägerstätter lors de ses rencontres avec le prêtre de son village de Sankt Radegund[1] et son évêque : le don du libre arbitre à l’homme par Dieu suppose la responsabilité de chacun quant à ses actes. Ainsi conclut-il à ce qui lui apparaît comme une évidence éthique : il ne peut participer à une guerre d’invasion, dirigée contre les civils. Parmi ses concitoyens, seule la figure du peintre d’église, qui pourrait représenter le point de vue de Malick, comprend que le serment obligatoire à Hitler revient, pour un catholique, à jurer fidélité à l’Antéchrist. Ce propos vient après une scène clé où l’artiste explique à Jägerstätter ses doutes quant à l’utilité de ses images : ne servent-elles pas à convaincre des fidèles, tout aussi faillibles que leurs ancêtres, qu’ils n’auraient pas trahi le Christ ?

Thématiquement, Une vie cachée rappelle les œuvres précédentes de Malick. Comme dans Les Moissons du ciel (1979), le film commence par des images d’archives, mais au lieu de figurer une Amérique déjà passée, celle des années 1910, où le pouvoir politique reste distant (Woodrow Wilson salue la foule de loin et les héros ne pourront que saluer son train traversant les grandes plaines), les images, tirées du Triomphe de la volonté (Leni Riefenstahl, 1935), montrent Hitler arrivant à Nuremberg, la foule l’acclamant, le début de la totalisation d’une société[2]. Comme dans La Ligne rouge (1998), une utopie communautaire, rurale, située dans un paysage particulier et presque immaculé, est interrompue, un monde idéal perturbé par la guerre et la politique : les Alpes autrichiennes ressemblent en cela à la Mélanésie, Jägerstätter (August Diehl) au soldat Witt (Jim Caviezel), tous deux contraints de quitter leurs paradis pour rejoindre l’armée. Et comme dans Le Nouveau Monde (2005), une nature sublime survit aux injustices commises par les hommes, le lyrisme affirmé des images, renforcé par la musique classique (ici Bach, Haendel et Dvorak), cherche à persuader les spectateurs de croire en la persistance de la beauté, au-delà des croyances personnelles de chacun.

Il paraît par conséquent peu cohérent de ne pas voir la continuité d’Une vie cachée dans l’esthétique malickienne, après trois films (À la merveille, 2013 ; Knight of Cups, 2015 ; Song to Song, 2017) plus expérimentaux et en partie autobiographiques. À l’instar des trois films cités plus haut, l’histoire n’y existe que pour affecter l’environnement des héros : il faut voir ici comment les nazis sont montrés comme de complets envahisseurs, marchant en tout sens et parlant fort, bien loin de l’ethos et du caractère réservé des paysans autrichiens. Car Une vie cachée ne peut pas non plus s’analyser autrement que comme une micro-étude sur l’Anschluss en tant qu’invasion de l’Autriche, ou comment un mouvement politique contempteur de la religion et plus faible électoralement dans les régions catholiques de l’Allemagne parvint à efficacement contrôler un pays si religieux. L’attitude de l’Église autrichienne est d’ailleurs évoquée et critiquée par plusieurs habitants de Sankt Radegund, conscients que l’attitude conciliante des autorités ecclésiastiques envers le nazisme s’avère peu honorable, voire condamnable d’un point de vue chrétien.

Ces constats, ainsi que l’intransigeance permanente de Jägerstätter, allant jusqu’à répondre « Mais je suis libre » à son avocat lui déclarant qu’il pourrait sortir libre de sa cellule en prêtant serment à Hitler, peuvent expliquer la réception partagée d’Une vie cachée parmi la critique et les spectateurs. Il s’agit en effet d’un récit interpellant l’éthique de chacun, et non le courage, la responsabilité individuelle et non l’appartenance à un groupe, national ou religieux. Son protagoniste ne propose aucune idéologie, pas de modèle, pas de grands discours, ne trouve rien à ajouter lors de son comparution devant la cour martiale, où son mutisme contraste avec un procureur hurlant contre son attitude de « martyr »[3]. Difficile pour les spectateurs contemporains de s’identifier pleinement à un agriculteur catholique objecteur de conscience, pourtant héros digne des vies cachées qu’évoque George Eliot. « Un jour, je peindrai le vrai Christ », espère le peintre d’église à la fin de ses propos désabusés ; libre à chacun d’imaginer ou pas que Malick veut assimiler Jägerstätter à Jésus.

Entre désir d’utopie et réalité destructrice de l’histoire, deux fils rouges de Malick, le film ajoute deux nouveaux thèmes dans sa filmographie : l’inclusion de l’histoire européenne[4], et une certaine réflexion sur le rapport personnel et philosophique à la terre. Ces deux points ne sont pour autant pas si surprenants, une fois considéré que Malick parle allemand, a étudié la philosophie et commencé un doctorat dans cette matière à Oxford, et traduit Vom Wesen des Grundes de Martin Heidegger en anglais en 1969[5]. Son dernier long métrage, sans accuser ou juger, invite le public à individualiser ses actions et ses positions, à penser en dehors des appartenances collectives, voire sans considérer le passé : le maire de Sankt Radegund invoquant le père de Jägerstätter, mort dans l’armée d’Autriche-Hongrie en 1917, ne le fera pas changer d’avis. Cette proposition éthique, si elle en désoriente beaucoup, demeure courageuse. Son traitement formel, au sein d’un récit certes long mais linéaire et monté avec fluidité et d’innombrables jeux sur les raccords, l’appuie rhétoriquement. Elle ne saurait par conséquent être balayée sous les accusations de dogmatisme ou de moralisme souvent énoncées contre Malick par des critiques réticents à analyser en profondeur, avec objectivité et recul, ses films.

[1] Le film, situé en Autriche, a été tourné dans la province italienne du Sud-Tyrol, germanophone, 300 kilomètres plus au sud, et au studio Babelsberg de Potsdam.

[2] Il est d’ailleurs possible d’interpréter un court plan de Fani, l’épouse de Jägerstätter, regardant le ciel avec un bruit de moteur en fond au début du film, comme l’apparition de l’avion de Hitler au-dessus de son village, Sankt Radegund se trouvant en effet entre Berchtesgaden et Nuremberg.

[3] Franz Jägerstätter a été reconnu comme martyr puis béatifié par Benoît XVI en 2007.

[4] À la merveille se déroule en partie en France mais reste une histoire d’amour inspirée de la vie de Malick.

[5] Martin Heidegger, The Essence of Reasons, traduction, introduction et notes critiques de Terrence Malick, Evanston, Northwestern University Press, 1969.

et alii dit: à

L’humour au second degré fait-il encore rire ?
Religion, racisme, condition féminine : certains sujets ne prêtent plus à rire, quel que soit le ton.
le monde

Jean Langoncet dit: à

@je passe un peu mes nerfs sur la note à passou

Passou est à ce seul titre un bienfaiteur pour vous et moi

Jean Langoncet dit: à

… des flamands pas même rose

Jean Langoncet dit: à

Le peu de courage à faire aboutir un projet ou le peu d’intérêt littéraire accordé aux pamphlets de Céline, ce qui revient à une même débandade

Jean Langoncet dit: à

Janssen, scusi

Jean Langoncet dit: à

Incidemment Monsieur ou Madame Jansen, le peu de courage de Gallimard dans cette affaire de réédition ne fait aucun doute

Jean Langoncet dit: à

Je pensais à cette remarque parue dans le billet :  » l’Université préféra annuler la conférence »

Chantal dit: à

j’en ai assez de ces gens qui se traitent de noms d’oiseaux au conseil communal ( féminazis, islamofachistes, collabo’s, mondialistes, véganboboïdes). Je vais me mette au vert en attendant que les grandes gueules trouvent enfin à se calmer au lieu d’augmenter les taxes en affaires courantes.C’est tout ce qu’on a gagné pour 2020.

Janssen J-J dit: à

vous pensez à qui, là, @ jean langoncet ?
… aux gens qui ont renoncé à préfacer les pamphlets céliniens sur ordre d’un éditeur préalablement commanditaire ? je dis de ne pas confondre les rôles, et de mieux distribuer les points… L’auto-censure a toujours eu des relents comptables, de même que la fuite en avant par effet d' »innocence incarnée » (foncer dans le tas,… donne le temps de réfléchir EN MEME TEMPS).
« Après-moi, il n’y aura que des comptables », avait asséné l’autre florentin, qui savait aussi, et mieux que personne, se ‘calculer’ les bons mots pour sa postérité. Hein. Meuh.

Jean Langoncet dit: à

Auto-censure ou opportunisme comptable ? > Auto-censure raisonnable ou opportunisme comptable ?

D. dit: à

Vous aimez les saucisses, Langoncet ?

D. dit: à

Ce soir j’ai mangé des saucisses aux herbes avec des lentilles.

Jean Langoncet dit: à

Auto-censure ou opportunisme comptable ?

Jean Langoncet dit: à

On peut aussi s’interroger sur le peu de courage de ceux qui renoncent à leurs projets devant de telles menaces de boycott.

Jean Langoncet dit: à

@billet mal inspiré

Il semble avoir atteint ses cibles.

Jean Langoncet dit: à

@l’innocence incarnée.

L’innocence incarnée a-t-elle conscience de soi ?

Janssen J-J dit: à

mais pourquoi vomir passoul à cause de ce billet mal inspiré ? pourquoi lui tomber dessus à ce point, Chantal ? vous me faites déborder le vase… Non, pas vous !… déserter ou s’incruster dans la litre&ratures (;-), c’est quand même pas ce méchant billet qui provoque ça ? tout erdélien a droit à sa faiblesse passagère, une ève ruggieri fichée dans la gueurge. Vous verrez, le prochain billet sera d’une bien meilleure qualité. Et les ordures seront plus facilement triables et triées. Etes-vous le même que Chantal Boets ?
Allez zou, un brin de théorbe pour nous calmer les nerves.
https://www.youtube.com/watch?v=2XX5eqcR87U

christiane dit: à

@hamlet qui dit: « beau conseil ! Lire ce livre d’Erri de Luca c’est faire entrer la paix entre les pages… »
@Rose pour la suite de notre échange,
@ aux lecteurs de Babelio,
Un grand merci. Je lis ce livre vraiment apaisant d’Erri De Luca Au nom de la mère.
Pour vous ces quelques lignes de la fin du texte : Miriàm /Marie parle à son fils qu’elle vient de mettre au monde :
« Habitue-toi au désert, qui n’est à personne et où l’on est entre terre et ciel sans l’ombre d’un mur, d’un enclos. Habitue-toi au bivouac, apprends la distance qui protège des hommes. Le désert n’est pas un exil, il est ton lieu de naissance. Tu ne viens pas d’une sueur d’étreintes, d’aucune goutte d’homme, mais du souffle sec d’une annonce. On ne se fiera pas à toi, tel que tu es fait.
Puisses-tu éprouver de la nostalgie pour cette nuit quand tu seras dans leur assemblée, quand ils t’écouteront, puisses-tu regarder au-delà de leur place, là où commencent les pistes.
Habitues-toi au désert qui m’a transformée en mère pour toi. Tu es venu de là, du vide des cieux, fils d’une comète qui s’est abaissée jusqu’à ma hauteur. Ce n’est pas le recensement qui nous a déplacés, mais une route tracée là-haut dans le ciel. Cette nuit, je le comprends, demain je l’aurai oublié. […]
La lumière de l’étoile pâlit, le jour vient en glissant depuis l’orient et sort la nuit de ses gonds. Les bergers comptent leurs brebis avant de les disperser sur les pâturages. Iosef est devant la porte. Ieshu, mon enfant, je te présente le monde. »

Le lisant, je pense aux tableaux de Fra Angelico, ce maître de la lumière et en particulier à cette Nativité (tempera et or sur bois, peint vers 1430), l’innocence incarnée.

Marie Sasseur dit: à

Il était temps. On se demande pourquoi cette affaire Matzneff a mis tant de temps, pour faire bouger les institutions de la République.
Les enfants, c’est par là, bien sûr, qu’il fallait commencer, et par ceux qui se debinent de leurs responsabilités…

et alii dit: à

mais est-ce qu’on offre encore des trains aux garçons à Noël? that is the question,hamlet, pour faire de saines prédictions philosophiques

Jazzi dit: à

« Jazzi ? tu as une idée ? toi qui a vu le dernier Malick ! »

Pourquoi, il est heideggerien Malick, hamlet ?

Marie Sasseur dit: à

Matzneff va peut-être devoir revenir en France, finalement.
« Enfin, dans un entretien au JDD dimanche 29 décembre, le secrétaire d’État chargé de la protection de l’enfance Adrien Taquet confirme chercher « si des suites judiciaires pouvaient être envisagées contre Gabriel Matzneff. »

Jazzi dit: à

Oui, hamlet, mais MàC aimait les trains à la passion, pas la Shoah tout de même !
Il y a comme une contradiction dans ton lien de cause à effet ?

Chantal dit: à

Heidegger sera la LEZ philosophique des prochaines années, la recyclerie solidaire de la nouvelle morale vient de le trier, au suivant ! Comme un tapis à trou qui trie les légumes au calibre, en plus il n’est pas localement français. On commence par les plus cheloux, des archivistes du cheloux sont au taf.

Des enfants sans père, sans mère … et la tendresse ?? j’ai pas envie de voir çà une usine à sans famille ?? Trop plombant comme avenir, brrr.

hamlet dit: à

chaloux c’est bien ! c’est à force de lire des trucs originaux comme ça que tu es intelligent.

comme pablito avec la voix de Jaroussky.

la Beauté Eternelle de l’Art de la Voix de Crécelle de Philippe Jaroussky échappe à tout idée d’Ordre Moral.

c’est un sacré mélomane ton pote.

hamlet dit: à

« On a mesuré des traumatismes clairs et évidents chez les enfants confrontés à la sexualité adulte »

wow quel scoop ! je sais pas qui est ce Pierre Lapsus mais faudrait lui refiler le Nobel.

sérieux je pensais que c’était un truc normal, quel scoop !

si ça se trouve c’est encore un défenseur de l’ordre moral.

hamlet dit: à

alors ? personne ne sait si ce sont les pros Heidegger ou les anti Heidegger qui défendent l’ordre moral ?

Jazzi ? tu as une idée ? toi qui a vu le dernier Malick !

Chaloux dit: à

Ce n’est pas une question morale », complète le psychothérapeute Pierre Lassus. « C’est clinique. On a mesuré des traumatismes clairs et évidents chez les enfants confrontés à la sexualité adulte. »

hamlet dit: à

Rose, oui cela va ensemble, mais chez MàC le train était premier, le point de départ du reste, il en parlait d’une façon presque métaphysique, il est si vrai qu’aucun européen ne devrait plus jamais voir des rails sans y penser, je veux dire à la Shoah, pas besoin d’aller à Auschwitz ou ailleurs, les rails sont toujours là, même s’ils servent aux tgv c’est les mêmes.

hamlet dit: à

chez l’Homme l’authenticité de l’être se trouve dans son devenir.

Heidegger était allergique à la notion de mouvement, c’est un penseur de l’immobilité.

alors que ce qui caractérise l’homme c’est le mouvement, un mouvement qui le mène vers son humanité, parce que cette notion d’humanité est nichée dans son inconscient.

et le mouvement n’a que faire de l’ordre moral, et de l’ordre éthique, il ne vise qu’une chose : l’humanité, son point d’achèvement.

Chantal dit: à

Sans compter que participer à un blog tenu par un taulier qui a peur de la censure morale dont le curseur est en cours de révision ( la censure morale est ce que le diesel est à l’électrique, disruptif ! ) ça la fout mal, je suis partagée entre l’envie de déserter cet antre maudit ou de résister comme un poivrot en terrasse, dur d’aimer encore la litre&ratures

rose dit: à

MàC était incollable sur les trains, il n’était pas un géographe devenu un fondu des trains c’était un fondu des trains devenu géographe.

c’est marrant cette faculté d’oublier chez l’homme.

Hamlet
Il avait expliqué avec grande simplicité qu’il avait eu l’agreg. grâce aux trains. Je ne sais pas comment.
Mais cela va ensemble la geographie et les trains.

hamlet dit: à

et alii cette relation de l’homme à la procréation est intéressante.

pour le moment on peut faire des enfants en se passant des hommes.

l’étape suivante sera de se passer de la femme.

les deux pays les plus en avance sur ce sujet sont le Japon et Israël, et les plus pessimistes donnent une échéance de 20 ans pour y parvenir.

si ça vous intéresse il y a un livre passionnant d’Atlan là dessus.

et alii dit: à

levinas heidegger par sibony
 » Heidegger devient nazi en 33. A ce moment, Lévinas se trouve dans un moment de mutisme, il ne peut rien dire ni écrire pendant toute cette époque. Après la guerre, il doit prendre distance par rapport à cette pensée ontologique de Heidegger, alors même qu’elle a des racines profondes dans la transmission hébraïque – je le montre, et j’ai un livre inédit sur les racines bibliques de Heidegger. Donc le “drame Lévinas” est d’avoir dû renoncer à une part de soi très forte parce qu’elle était compromise via Heidegger. Mais c’est Heidegger qui s’est compromis, et pas cette ontologie. Le nom du Dieu biblique c’est l’être; je n’y peux rien, c’est ainsi. Le fameux YHVH est une anagramme de l’être. Heidegger s’est compromis pour des raisons que j’ai ailleurs analysées [3]
[3]
Voir mes articles sur Heidegger parus en 1988 dans Evénements…. J’explique aussi que le fantasme de Heidegger est celui d’une technique parfaite à laquelle on n’aurait rien à redire ; et ça lui est revenu de plein fouet dans le passage à l’acte nazi: la gestion nazie du social lui est apparue comme une technique parfaite. Avec toute son intelligence, il a été fasciné de voir son fantasme d’origine pleine et “authentique” se réaliser.

29Lévinas, lui, a toujours oscillé entre sa part religieuse et sa part philosophante. Du coup, devant l’impasse sur l’ontologie, le compromis final qu’il a trouvé est une sorte de surenchère par rapport au christianisme : c’est la thèse selon laquelle je suis responsable de l’autre ; c’est le fameux « tout pour l’autre ». Or ce thème serait resté une simple surenchère s’il n’était entré en résonance avec un certain culte européen de la culpabilité ; culte tardif bien sûr, qui réagit à la Shoah et qui semble se protéger de la suivante. L’une des sources de cette culpabilité française, c’est clairement le rôle de la France pendant la Seconde Guerre mondiale – lequel n’a pas été vraiment pensé. On a fait croire aux gamins qu’il y avait quatre puissances victorieuses du nazisme : la Russie, l’Angleterre, l’Amérique et la France ; ce qui est discutable ; la Résistance n’a pas eu cette envergure
https://www.cairn.info/revue-le-philosophoire-2009-1-page-211.htm.

christiane dit: à

@hamlet dit: « j’ai une sainte horreur de ces commentaires où l’on trouve trois petits points à la fin des phrases, l’air de dire «vous m’avez bien compris», ou «je ne dis pas tout bien sûr, car est-ce bien nécessaire de tout dire…»

Vous êtes comme Michel Butor qui écrivait dans Intervalles : « Un des problèmes les plus délicats est celui de la ponctuation. Les points de suspension en particulier m’ont donné du fil à retordre. »
Oui, c’est tout à fait cela, Ils sont éminemment ambigus, polysémiques, irritants… Une bulle laissant le sens suspendu, une parole arrêtée.
Inépuisable interprétation de ces signes d’auto-interruption nécessaires qui établissent des relations nouvelles entre l’émetteur et le récepteur donnant à voir l’invisible de la parole, une béance dans le texte, une lacune, l’indice visuel qu’il est toujours possible d’en dire davantage.
Mi-dire…
Ils suivent le rythme de la pensée car l’écriture est un espace graphique portant les traces d’un travail structuré. Une suite d’empreintes régulières. Il y a aussi (!!!) et (???).
Qu’en pense DHH ?

HAMM. – Et cependant j’hésite, j’hésite à… à finir.
(Beckett- Fin de partie)

hamlet dit: à

3J : vous pouvez me dire si les défenseurs de l’ordre moral sont ceux qui veulent interdire Heidegger ou les autres ? les pros ou les antis Heidegger ?

j’avoue que j’ai dû louper un épisode, ou alors il doit manquer un paragraphe dans l’article de passou…

hamlet dit: à

« En ces temps déboussolés, il en va de notre avenir intellectuel ! »

merci 3J ! de rappeler l’ordure qu’a été ce philosophe !

une ordure comme JC ? ou bien vous faites un tri des ordures ?

et alii dit: à

médical
Dans moins de 10 ans, des hommes transgenres pourraient bénéficier d’une greffe d’utérus

A ce jour, la maternité reste pourtant interdite aux hommes et lorsque les médias annoncent qu’un mâle a donné naissance, il s’agit invariablement d’une femme transgenre qui affiche des caractères sexuels secondaires masculins, mais qui a tout ce qu’il faut porter un enfant. C’est à cela que l’on veut mettre fin en imaginant de greffer des utérus sur des hommes.

Si la chose est envisagée, c’est parce que la transplantation d’utérus sur des femmes infertiles a déjà donné des résultats encourageants : à l’université de Göteborg en Suède,

hamlet dit: à

dans le match qui oppose les juifs et les arabes, sur le plan des affaires des viols et ds affaires de moeurs les juifs doivent bien mener au moins 6 à 1 à la mi-temps.

les juifs devraient faire attention à leur vie privée, parce qu’après les gens ils en parlent, quand c’est un curé qui viole un gamin les gens n’en ont rien à tpaer, pareil quand c’est des chrétiens, par contre quand c’est un juif ça retombe sur toute la communauté !

Janssen J-J dit: à

Je viens de prendre connaissance du dossier Vincent des Gazons. Toute cette diarrhée pour signer ça ! Entend préserver l’avenir intellectul de ses moutards de l’influence délétère des nazis pédophiles. Voilà un juste père de famille prévoyant. Sais pas qui de la rdl a signé ce manifeste ! MS, sans doute… Sinon, on voit pas trop.
_______________
Je m’appelle Vincent Cespedes, j’ai 46 ans, et je suis l’heureux papa de trois enfants encore bien loin de la classe de Terminale (6 ans ½, 5 ans, 8 mois). J’ai été professeur de philosophie durant cinq ans ; je me consacre désormais à l’écriture de livres de philosophie et d’articles, à mes conférences et master classes. La vie d’un intellectuel sans chapelle, mais avec des convictions. Notamment celle-ci : le racisme, la haine de l’autre, a fortiori le nazisme (antisémitisme génocidaire) n’ont rien à voir avec la philosophie – recherche de la sagesse, du dialogue constructif et de l’harmonie entre les êtres humains. Durant ma formation en philosophie à la Sorbonne, certains professeurs évoquaient Martin Heidegger avec passion. Il faut dire que ce penseur a influencé des philosophes français de renom, juifs et non-juifs : Jean-Paul Sartre, Emmanuel Lévinas, Jacques Derrida – pour ne citer qu’eux. J’ai toujours eu une répulsion pour ses thèses et son style alambiqué, et surtout pour son passé nazi, mais il fait partie du « bagage » qu’on se doit de connaitre, ne serait-ce que pour répondre à certaines interrogations d’un public averti. À de rares occasions, il m’arrivait donc de mentionner des points de doctrines sur l’art ou la vérité. Trois électrochocs ont fini par me convaincre que cet auteur ne doit plus recevoir le plébiscite de l’État français pour l’enseignement de la philosophie, et notamment au lycée. 1. La parution en 2005 du livre d’Emmanuel Faye, Heidegger, l’introduction du nazisme dans la philosophie : un livre qui fait date et référence, et montre que Heidegger a volontairement introduit la vision du monde national-socialiste dans sa pensée, centrée sur la grandeur de la « Patrie » allemande (mot qu’il cryptait par le mot « Être », avec le succès que l’on sait…). 2. Le début de la publication des « Cahiers noirs » de Heidegger, en 2014 (publication post-mortem voulue par celui-ci), où le caractère foncièrement nazi de sa pensée est enfin parfaitement avéré. Les ennemis sont explicitement désignés : les juifs. L’œuvre antérieure peut enfin être décryptée. Et elle se révèle monstrueuse : un antisémitisme d’extermination. Depuis ce deuxième électrochoc, j’ai sorti Heidegger du rayon « philosophie » pour le ranger au rayon « théoricien nazi » dans ma bibliothèque intérieure… 3. Ce qui réactiva en moi le dégout pour la pensée nazie de Heidegger fut anecdotique. La révélation des écrits et des dessins antisémites et négationnistes de l’écrivain et animateur Yann Moix, fin août 2019, alors qu’il surjouait un philosémitisme sans faille. Une amie me fit parvenir une vidéo : un colloque en 2015, « Heidegger et « les juifs » », où le Tartuffe ose identifier la pensée du nazi Heidegger et la pensée juive ! En explorant les interventions de ce colloque chapeauté par Bernard-Henri Lévy, je suis sidéré par la volonté des intervenants de sauver le penseur nazi, « malgré tout ». Je m’empare alors du « dossier » sérieusement, et je découvre l’ampleur de l’ancrage institutionnel de l’heideggérianisme en France…
Les étudiants de philosophie ont tout le temps d’étudier Heidegger, puisque des professeurs continuent de le fétichiser, que Luc Ferry en 2003 (alors ministre de l’Éducation nationale) l’a maintenu au programme de l’agrégation, et que l’École Normale consacre aujourd’hui encore des journées d’études à sa dévotion.
Mais au lycée ?! Pour le premier contact des élèves avec la philosophie ?! Recommander officiellement cet auteur nazi, à la pensée nazie, dans la liste des héros de la philosophie, aux côtés de Montaigne et de Descartes ?! C’est symboliquement honteux, contre-productif et dangereux, à l’heure où le confusionnisme d’extrême droite se diffuse intensément sur les réseaux, où l’antisémitisme tue, et où les jeunes ont plus que jamais besoin d’être formés à pouvoir lutter contre les obscurantismes !
C’est pourquoi monsieur Jean-Michel Blanquer, mesdames Frédérique Vidal et Souâd Ayada, en vos qualités de Ministre de l’Éducation nationale, de Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et de Présidente du Conseil supérieur des programmes, je vous demande de sortir Heidegger de la liste des auteurs recommandés au programme de philosophie pour le lycée.
Parents d’élèves de outs les pays, professeurs et acteurs du monde éducatif, amoureux de la philosophie et de la culture, unissez-vous : signez cette pétition et partagez-la massivement ! En ces temps déboussolés, il en va de notre avenir intellectuel !

Jazzi dit: à

« Bonne et quiète nuit à toutes les âmes inquiètes. »

Et bonne nuit apaisante à toutes les âmes en paix !

hamlet dit: à

sans compter sa sempiternelle et récurrente obsession pour l’identité juive (9 émissions sur 10)

ce qui, vous en conviendrez, n’est pas très républicain.

Jazzi dit: à

« le goût des jardins municipaux et des Carrefour City d’Orléans »

J’y travaille, hamlet !

hamlet dit: à

passou, sérieusement si Finkielkrault lit votre article il va pas être content de savoir qu’il n’appartient pas au clan des défenseurs de l’ordre moral, mettez-vous à sa place : avec tout le mal qu’il se donne pour défendre l’ordre moral ça se comprendrait il tomberait sur le cul d’apprendre qu’il lutte en faveur d’un désordre moral !

OZYMANDIAS dit: à

« Il ne restera que la nuit silencieuse avec de vagues passants attardés, noctambules distraits, âmes inquiètes qui emmènent en promenade leurs corps insomniaques en conversant avec elles-mêmes ».
Antonio Tabucchi ( Petites équivoques sans importance – Any where out of the world ).
Bonne et quiète nuit à toutes les âmes inquiètes.

hamlet dit: à

« LGBT de Bordeaux »

n’importe quoi ! vous mélangez tout !

LGBT de Bordeaux c’est un mouvement financé par Mosanto pour la création d’une appellation viticole : « Le Grand Bordeaux Transgénique »

c’est déjà assez compliqué comme ça, si chacun se met à pondre n’importe quoi on n’est pas sortis !

et alii dit: à

Pierre Lemaitre, l’auteur d’Au revoir là-haut (prix Goncourt, 2013, vendu, hors poches, à 650.000 exemplaires) et de Couleurs de l’incendie (2018) clôt la trilogie romanesque « Les Enfants du désastre » avec Miroir de nos peines. D’avril à juin 1940, nous suivons la trajectoire de Louise. Elle tente de se reconstruire dans une France en ruine. Un roman foisonnant qui est aussi une variation sur la maternité. Il nous reçoit dans son appartement parisien du 18e arrondissement de Paris. Il parle de ce qui l’intéresse : la littérature et la politique.

Le succès pourrait-il vous faire oublier que vous êtes un autodidacte, fils d’ouvrier du 9-3?…

bonsoir

hamlet dit: à

« Quel(le)s juges autoproclamé(e)s et devant quel tribunal, ne s’autorisant que de lui-même, en viendront-ils à réclamer leur casier judiciaire, réel ou virtuel, aux intellectuels, aux artistes, aux créateurs avant de les « autoriser » à s’exprimer ? »

comme les poupées russes :

Quels juges autoproclamés et devant quel tribunal, ne s’autorisant que de lui-même, en viendront-ils à réclamer le casier judiciaire de ceux qui réclament leur casier judiciaire, réel ou virtuel, aux intellectuels, aux artistes, aux créateurs avant de les autoriser à s’exprimer ?

Quels juges autoproclamés et devant quel tribunal, ne s’autorisant que de lui-même, en viendront-ils à réclamer le casier judiciaire de ceux qui réclament le casier judiciaire de ceux qui réclament leur casier judiciaire, réel ou virtuel, aux intellectuels, aux artistes, aux créateurs avant de les autoriser à s’exprimer ?

Marie Sasseur dit: à

 « le 24 octobre, la philosophe Sylviane Agacinski, connue pour son hostilité à la PMA et à la GPA, était à son tour censurée par des militants féministes et LGBGT qui l’empêchèrent d’exposer ses vues sur  «L’être humain à l’époque de sa reproductibilité technique» sur le campus de Pessac de l’Université Bordeaux-Montaigne : les menaces qu’elle reçut furent d’une telle violence que l’Université préféra annuler la conférence. »

Passou a bien milité en défilant avec les LGBT à Madrid, mais il n’était pas à cette manif bordelaise.

Cela dit , les censeurs, adeptes de la baise pour la baise, sont identifiés:

Les associations « Riposte Trans », « Association des jeunes et étudiant-e-s LGBT de Bordeaux », « Solidaires étudiant-e-s » et « Collectif étudiant-e-s anti-patriarcat »

https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/conference-de-sylviane-agacinski-annulee-a-bordeaux-ce-que-la-philosophe-avait

hamlet dit: à

passou est un défenseur de l’ordre moral !

différent de l’ordre moral de ceux qu’il épingle, mais un ordre moral quand même.

l’ordre moral de nos jours c’est comme les trains : il y en a toujours qui peut en cacher un autre…

pardon : qui peut en cacher un autre.

non : qui peut en cacher un autre !

ou même !!!

Chantal dit: à

de fait, sans parler de Niort !

pour ma part j’ai contribué au déshonneur de Clitourps, je trouvais le nom de ce village particulièrement cocasse.

hamlet dit: à

Jazzi, pourquoi donc Orléans ? comme ville c’est sympa, tu devrais écrire « le goût des jardins municipaux et des Carrefour City d’Orléans ».

Jazzi tu peux me dire c’est qui exactement les défenseurs de l’ordre moral ?

c’est Finky ? ou c’est ceux qui empêchent sa conf ?

a-t-on jamais une pareille époque où il est si difficile de repérer les défenseurs de l’ordre moral ???

sans compter que ce qui me gêne le plus dans l’article de passou c’est ce ton moralisateur !

hamlet dit: à

que cela reste entre nous, mais si quelqu’un peut me dire exactement si les défenseurs de l’ordre moral sont ceux qui défendent l’héritage et luttent contre la pma, ou les autres ?

j’ai relu au moins dix fois l’article de passou, et plus je le lis et moins j’arrive à savoir qui sont les défenseurs de l’ordre moral ?

passou ça vous ennuierait-il de compléter votre article avec un tableau avec deux colonnes : d’un côté les défenseurs de l’ordre moral, et de l’autre les défenseurs du désordre moral ?

parce que là même DHH, christiane, et alii, Jazzy et Clopine s’y perdent complet.

Jazzi dit: à

Et pour Orléans, hamlet, ce serait particulièrement dramatique !

Marie Sasseur dit: à

Je ne connais pas les personnes mises en cause dans ce post non daté, mais je doute que cette mise en cause soit légale.

hamlet dit: à

 » (…) elles y parviennent au théâtre auditorium de Poitiers, c’est tout aussi inquiétant. »

sur ce point je suis d’accord avec vous, c’est inquiétant de voir que cette interdiction a réussi à Poitiers.

autant à Tours ou à Angers ça m’aurait pas trop inquiété, mais à Poitiers je trouve ça inquiétant, même très inquiétant.

ceux qui connaissent Poitiers savent de quoi je parle…

christiane dit: à

@hamlet dit: « christiane beau conseil ! Lire ce livre d’Erri de Luca c’est faire entrer la paix entre les pages, la sérénité, la sagesse et bien sûr la poésie. de livre en livre je suis charmée par son pouvoir des mots, cette grâce qu’il offre aux lecteurs, on se sent bercé par ses phrases, détendu, complètement en osmose avec un monde qui n’existe que dans les livres je le crains fort, une lecture apaisante et lumineuse, cet auteur peint plus qu’il n’écrit, on est en contemplation devant un tableau dont ne se lasse pas…. » (non je l’ai pas lu, j’ai juste recopier un commentaire, je me disais qu’il vous plairait…)

Oui, il me plait. Merci hamlet. J’ai toujours ressenti cela en lisant ses livres.

Marie Sasseur dit: à

Et on n’a aucune nouvelle du chouchou de St St Malo. Je me souviens qu’il avait dit tant du bien de Matzneff, dans un court commentaire.
La défense manque un peu, dommage.

christiane dit: à

@Sasseur
copie de vos mails anciens (que j’ai gardés) et de ce jour concernant l’affaire E.M. et vos accusations concernant l’Education Nationale et ma personne à :
-E.Dubreuil présidente de la cour d’Assises de Paris
-F-L.Coste avocat général
-Me W.Bourdon avocat de la défense

Il est possible que Pierre Assouline soit contacté quant à l’identité du posteur se cachant sous différents pseudos dont Sasseur responsable de ces accusations graves.

hamlet dit: à

« (…)qui l’empêchèrent d’exposer ses vues sur «L’être humain à l’époque de sa reproductibilité technique» sur le campus de Pessac de l’Université Bordeaux-Montaigne : les menaces qu’elle reçut furent d’une telle violence que l’Université préféra annuler la conférence. »

le genre d’incident qui n’étonne que passou.

alors ouai, il y a des gens qui sont venus protester contre les nouvelles mesures visant à robotiser l’humain et à en faire une machine au service du système ultra libéral, il faut y voir le retour de l’ordre moral.

sérieux Desproges il en aurait fait un sketch de cet article !

vedo dit: à

Merci pour la référence au texte de Bilger.
 »
Qu’on songe par exemple aux avertissements chaleureux qu’il a prodigués à Valérie Pécresse ! (Le Point)
Le premier concernant la poignée de main. « C’est bien. Poignée de main ferme, regard direct. Il faut savoir qu’une poignée de main c’est d’abord un regard, toujours droit dans les yeux. C’est une marque de considération. C’est ce qui a perdu Alain Juppé quand il était jeune : il était trop pressé, il serrait la main d’une personne en regardant déjà la suivante ! »
 »
J’ai sursauté en lisant cela. Et enfin j’ai compris un petit incident qui m’avait fort surpris à l’époque. Lors d’une remise de légion d’honneur–il y avait du monde–par hasard, et comme beaucoup d’autres, j’ai serré la main de Valérie Pécresse, que bien sûr, je n’ai rencontrée qu’à cette occasion. A ce moment elle m’a regardé et j’ai eu comme une forte impression, assez unique, que l’espace d’une seconde, nous étions tous les deux seuls dans la foule.

hamlet dit: à

j’ai une sainte horreur de ces commentaires où l’on trouve trois petits points à la fin des phrases, l’air de dire « vous m’avez bien compris », ou « je ne dis pas tout bien sûr, car est-ce bien nécessaire de tout dire… »

hamlet dit: à

christiane beau conseil ! Lire ce livre d’Erri de Luca c’est faire entrer la paix entre les pages, la sérénité, la sagesse et bien sûr la poésie. de livre en livre je suis charmée par son pouvoir des mots, cette grâce qu’il offre aux lecteurs, on se sent bercé par ses phrases, détendu, complètement en osmose avec un monde qui n’existe que dans les livres je le crains fort, une lecture apaisante et lumineuse, cet auteur peint plus qu’il n’écrit, on est en contemplation devant un tableau dont ne se lasse pas….

non je l’ai pas lu, j’ai juste recopier un commentaire, je me disais qu’il vous plairait…

hamlet dit: à

je me demande si Shakespeare n’emploie pas le mot « méthode » ? ou même « méthodologie » ? ce qui était assez moderne pour l’époque : tout chez l’homme n’est que mélange de méthodologie et de folie.

c’est dans Hamlet, je crois bien… ou dans Richard 2, ou 3, ou 4, 5, 6… ou dans une autre ?

christiane dit: à

@Marie Sasseur dit: « Elle boit, vous dis-je. Elle a épuisé tous ses « chouchous »… une hécatombe, lol. »
Comme vous parlez bien de vous mais pourquoi utiliser la 3e personne. Dites « je »…
Nous étions bien, ici, quand vous étiez en vacances… Hélas vous êtes comme la grippe saisonnière…

hamlet dit: à

par contre, la chose éminemment critiquable est bien sûr ce papier de passou.

cette phrase sur « un néo-maccarthysme d’autant plus funeste qu’il s’avance et s’impose sous le masque du Bien et de la morale. Rien de moins qu’une forme actualisée de la chasse aux sorcières. »

soit on se dit qu’à force d’avoir le nez dans les bouquins passou n’a plus aucune idée de la réalité qui l’entoure.

soit c’est pire, parce que l’ignorance est toujours préférable à cette bêtise qui consiste à commettre des raccourcis à coup de phrases de ce genre qui font peut-être impression chez quelques socialistes de la rive gauche, mais en vérité ne veulent rien dire du tout…

perso je penche plus pour un refus de voir la réalité en face, du genre refuser de voir que ce nouveau néo maccarthysme n’est qu’une réponse à un autre néo maccarthysme qui exigent le contraire.

comme le dit Shakespeare le choix n’est pas entre la raison et la folie parce tout chez l’homme n’est qu’addition de folie et raison, tout n’est que question de dosage !

et passou ne voit pas que le camp qu’il essaie de défendre n’a aucune notion de dosage !

c’est un camp qui veut tout et tout de suite !

une espèce de camp infantile qui ne se soucie pas des conséquences de ses désirs !

et si, entre les progressistes et les conservateurs il faut choisir un camp alors…. alors j’en sais rien, choisissons donc le camp de la folie, comme Erasme.

MàC était incollable sur les trains, il n’était pas un géographe devenu un fondu des trains c’était un fondu des trains devenu géographe.

c’est marrant cette faculté d’oublier chez l’homme.

Marie Sasseur dit: à

Elle boit, vous dis-je. Elle a épuisé tous ses « chouchous »… une hécatombe, lol.

rose dit: à

Je ne me sens pas victime un iota. Pas plus qu’un grain de sel.
Ai voulu une vie différente.
Comme les hommes veulent un bébé plutot que le désirent.
Ça n’a pas été du gâteau.
Voulu.

christiane dit: à

Marie Sasseur dit: à

Erri de Luca, je l’ai rencontré aux piolets d’or, oui madame

Il ne vous en est pas resté grand chose !

 » la cheftaine du préau de maternelle, qui préfère quand les petites filles se taisent. Meme définitivement. »

Encore vos délires inversés sur la responsabilité de cette mort d’enfant… Ça dit beaucoup sur votre culpabilité… et votre conscience lourde…

Alors ce billet sur ces trois écrivains ? Vous séchez ?

rose dit: à

À la fin du revenu dans une sauteuse avec de l’huile d’olive, revenue de tout, poivrez noir, poivrez blanc, salez,

rose dit: à

Recette Montjoie Saint Louis (i-e, mon cul c’est du poulet) :
Deux échalotes
Un blanc de poulet fermier
Champignons de Paris frais
3 gousses d’ail, 4, 5, 6
Des tagliatelles fraîches.

Émincer le tout finement (sauf les pâtes cuites à part tendrement mais pas trop).

À la fin du revenu, revenue de tout, poivrez noir, poivrez vlancsaler, et
Pas de curry
Pas de cannelle
Pas de gingembre
Pas de curcuma, par pitié.

Versez les pâtes dans un plat semi-creux, la sauce Montjoie Saint Louis par dessus bien chaude.

Voilà : mon cul, c’est du poulet. Jamais gâtée, vie dure, mal aimée, tout est à construire.
Heureusement que je n’ai pas sauté la première partie de Jablonka car il me remet tout en mémoire et cela me permet de fulminer grave. Des siècles que cela dure, le patriarcat.

DHH
Ce n’est pas pck l’on a obtenu nombre d’acquis que l’on doit s’arrêter là : parité, égalité salariale, pas de cul – ce délice- comme monnaie d’échange.

Marie Sasseur dit: à

Je pense qu’elle boit, et pas du lait.

christiane dit: à

DHH,
Vous n’écrivez pas pour ne rien dire ! Beaucoup aimé votre raisonnement plein de lucidité et de bon sens.
Le Neveu de Rameau en resterait coi ! et Jean-Jacques Rousseau fuirait dans sa retraite en Suisse à Môtiers-Travers ou s’exilerait dans l’île Saint-Pierre, sur le lac de Bienne pour écrire ses… Confessions !
La concurrence victimaire a de l’avenir !
Molière, Stendhal, Rabelais, Proust auraient-ils une place dans la rentrée littéraire ou dans les unes des quotidiens et des réseaux ? Les maisons d’édition vont-elles devenir les sièges de la Ligue des droits de l’Homme ?
Narcissisme des bien-pensants ouvrant ses pages aux écorchés munis de hashtags et de cartons rouges. La souffrance devient diplôme même si ses défenseurs n’hésitent pas à utiliser des mots répressifs, d’une rare violence verbale face aux autres… Leur rage ici se déchaîne !
Excellentes réactions de M.Court sur ces censeurs (page précédente) et de Closer, Jazzi, F.Delpa, Ozymandias sur cette page, et quelques autres.

Patrice Charoulet dit: à

TOUT S’EXPLIQUE EN NORMANDIE

Le journal « Paris-Nomandie » était possédé depuis 2014 par Xavier Ellie.
Le 30 juin 2107, Xavier Ellie cède l’intégralité de ses parts à un entrepreneur normand, Jean-Louis Louvel, président-fondateur de PSG Groupe ( 1500 salariés).
Or, dans Paris-Normandie, un article prétend faire le bilan politique normand en 2019. Les journalistes décernent quelques louanges à quelques personnalités politiques. Ils terminent leur article par deux perfidies que voici (et en seront loués par leur nouveau patron, Jean-Louis Louvel):

« Jean-François Bures & André Gautier : Les mal-aimés des Républicains
Pour un coup de massue, ce fut un joli coup de massue : sorti en tête d’un sondage commandé par le président de la Région, Hervé Morin, pour désigner le candidat de la droite et du centre le plus apte à mener la bataille de Rouen aux élections de mars prochain, le leader LR de l’opposition municipale et vice-président de la Seine-Maritime, Jean-François Bures, apprenait finalement que les instances nationales préféraient soutenir un autre candidat. Le même jour, un autre leader d’opposition locale, à Dieppe cette fois, André Gautier, devait prendre acte de la décision d’un « ami » politique, de prendre la tête de la liste sur laquelle ils travaillaient. Cela, sans susciter d’émoi chez les cadres des Républicains, qui auront vécu avec leur score piteux aux Européennes une année plus que décevante. »

Pour Rouen, «  l’autre candidat » qui n’est pas nommé dans l’article est le nouveau patron du journal : Jean-Louis Louvel !

Pour Dieppe, les choses sont bizarrement présentées! Le candidat, qui n’est pas nommé, a pris de vitesse, sans prévenir, André Gautier, élu municipal, seul candidat légitime pour l’alternance, face à une mairie communiste. Le score national LR aux européennes mériterait d’être analysé avec profondeur. On pourrait dire, et je le dis, qu’il peut s’expliquer de cette façon. Les électeurs avaient le choix entre une trentaine de listes, dont LR. Un matraquage politico-médiatique les a persuadés qu’ils avaient à trancher un duel Macron-Le Pen. Et ce bourrage de crânes a réussi à merveille !
Aux municipales, tout est différent.Le parti macroniste, n’existant pas il y a cinq ans, est pratiquement absent des mairies françaises. Il va tenter de commencer à exister. Il est donc particulièrement malhonnête de venir nous parler pour finir du score LR aux européennes.

La vérité est que Jean-François Bures, comme un sondage le montrait, est le meilleur candidat face aux sortants socialistes. Et que André Gautier est le candidat le plus légitime et le plus crédible face aux sortants communistes.

Marie Sasseur dit: à

Beau lapsus, lire  » au nom de la mère  » E. De Luca, Gallimard, février 2018.

rose dit: à

Montherlant, superficiel, irréfléchi dans ses jugements, notamment dans son goût pour l’Islam, la guerre, la destruction. c’était un

Un goût des jeunes filles, mais pour mieux les saquer.

louis-ferdinand lévy dit: à

Pablo fait-il référence au livre d’André Brissaud « Hitler et l’Ordre noir » lorsqu’il parle d’ésotérisme ? Je l’ai sur ma table de chevet depuis des éons. toujours pas lu..

Marie Sasseur dit: à

La vieille dingo, elle , éructe ses copier -coller et ses paraphrases. Erri de Luca, je l’ai rencontré aux piolets d’or, oui madame la cheftaine du préau de maternelle, qui préfère quand les petites filles se taisent. Meme définitivement.
Et que ça vous plaise ou non, on est nés d’une meme avalanche

Pour le passage en question, sur l’adultère divin de Marie, savoureux récit, je renvoie explicitement à un coffret, édité Nrf, février 2018, contenant deux petits recueils, consacrés aux parents de Jesus, « Au non de la mère  » et celui qui retrace le rôle de Joseph, en lui rendant un semblant de bio, et c’est savoureux : » une tête de nuage »

Vava vieille folle, te prosterner devant ton écran. Et fous moi la paix.

louis-ferdinand lévy dit: à

Ce que vous êtes bêtassou, mon pauvre closer, c’est fascinant. Comme Charbovari, dès qu’il y a une idée reçue dans le caniveau, il faut que vous la ramassiez pour la faire vôtre.

Merci pour le site sur Montherlant, très intéressant. Montherlant était il intelligent ? On se le demande souvent, en effet, tant il se contredit et semble toujours de primesaut, superficiel, irréfléchi dans ses jugements, notamment dans son goût pour l’Islam, la guerre, la destruction. c’était un intuitif, disons. La France et la morale de midinette explique beaucoup de choses, sur bien des choses, encore aujourd’hui. Plutôt amusant venant d’un pédé…

christiane dit: à

Elle éructe, elle éructe mais n’a pu en ces derniers mois nous donner une lecture personnelle des livres de ses deux chouchous (hors quelques liens wiki) : La panthère des neiges de Sylvain Tesson (Gallimard) et Soif d’Amélie Nothomb (Albin Michel). Elle cite un livre d’un autre de ses chouchous :Et il dit d’Erri De Luca (Gallimard) comme un fer de lance et là, paf ! contresens ! il s’agit de L’Ancien Testament (dont il a publié quelques traductions et exégèses dont Un nuage comme tapis, Première heure ou Noyau d’olive en lien avec des œuvres de fiction Montedidio, Trois chevaux ouLe jour avant le bonheur) revisité par l’auteur et non des évangiles de la Nativité.
Écrivain dont la langue poétique, ciselée et la spiritualité se lient à une dimension charnelle. sans oublier la présence de la montagne liée à sa pratique de l’alpinisme.
Heureusement que l’on peut lire des commentateurs plus sérieux.
Clap de fin !
Ce soir sur France-Inter, 20 heures , dans l’émission « Le masque et la plume ces deux livres seront évoqués entre autres…

thomas dit: à

quand le bas peuple commence à ne pas trouver normal qu’un « philosophe » ou quu « écrivain » étaient des admirateurs d’Hitler, un écrivain de seconde zone , bloggeur à ses heures vous sort boycott, censure et ordre moral, vous lui répondez que les intellos peuvent être des salopards alors que lui il est certain que non! brefle!!

Giovanni Sant'Angelo dit: à

…Cyber-café, plus rapide,…

…dimanche 29. 12. 2019 à 17 h 50 min,…

…un phénomène, qui est mal enseigné, c’est le souvenir ressenti émotionnel,…des événements, de toutes sortes,…
…et, l’expression de conter ou raconter, ses propres souvenirs,…en fonctions,…de divers paramètres,…mêmes divergents, suivant ses approximations personnelles, et lucres d’éventuelles manipulations des histoires même quelconques,!…

…déjà, suivant la brièveté ou les heures des événements, donc le temps,…puis l’importance des faits captés, pour soi,!…bien entendu,!…

…j’ai relu, d’Apulée ,… l’Âne d’or,…
…très joueur d’échec,…entre ficelles des situations,!…

…théâtres de marionnettes entre gains et fortunes,…girouettes de contrats et promesses,…

…avec le temps, des voiles couvrent les souvenirs, bien entendu,…
…mais, dans le fond, le ressenti-premier, même s’il est exprimer  » autrement « , reste très plausible, quand à l’émotion partager par écrit,…

…quand à vouloir manipuler quoi que se soit,…
…la cohésion, le progrès par le bas, l’exemple d’en haut,…les  » amis  » des banquiers  » des armuriers, du pétrole, tout revient par l’économie social et politique d’état, dans l’état,…

…vous m’en direz tant, depuis des lustres,!…
…envoyez,!…

Marie Sasseur dit: à

@Je vois pour ma part dans les manifestations bruyantes de celles qui ont enfourché ce cheval de bataille comme un comportement d’enfants gâtées, à la recherche, entre autres joujoux, d’une cause à défendre leur permettant de se camper à bon compte dans une posture de militante engagée

Montjoie Saint Denis, deachach a liquidé toutes les soixantehuitardes de Nanterre, d’un coup de savate.

Marie Sasseur dit: à

@Marguerite Duras, qui s’est envoyée en l’air quelques années plus tard avec un jeune-homme plus jeune que son fils,

La grande folle ne précise pas que ce « jeune » homme était du genre rentre dedans.
Comme tous ces homos en recherche de notoriété. Vous voulez des noms ? Il est parvenu à ses fins, alors que Duras vivait la sienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*