de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Antoine Blondin ne nous quitte pas

Antoine Blondin ne nous quitte pas

Une phrase me pose problème dans le nouveau livre que consacre Alain Cresciucci à l’un de mes écrivains de chevet Le monde (imaginaire) d’Antoine Blondin (204 pages, 21 euros, Pierre-Guillaume de Roux) douze ans après sa biographie du même. Une seule phrase car pour le reste, c’est du solide dans l’ordre de l’essai littéraire, mais … essai transformé ! commenterait l’ancienne plume de L’Equipe.

C’est précis, documenté, argumenté. Chacun des cinq romans, toutes les nouvelles et préfaces, et le moindre de ses articles, sont habilement décortiqués sans jargon universitaire. Pas une citation qui ne soit contextualisée. Les rapprochements ne sont jamais artificiels. Ses déductions ouvrent des pistes auxquelles on n’avait pas songé (nonobstant des digressions qui peuvent paraître étranges telle cette étiquette de « Nouveaux Naturalistes » pour y regrouper Ernaux, Sallenave, Bon, Houellebecq…). Pas un bouton de guêtre ne manque à l’inventaire de ce qui constituait le bonhomme en son imaginaire : sa géographie intérieure dominée par les sentiments, sa poétique de l’insolite, son oreille musicale dans le choix de la note juste, son côté romancier de mésaventures, le brio de son écriture, sa profonde mélancolie, son goût de la formule souriante, son art du raccourci, sa nostalgie quand écrire ce n’est plus que se souvenir…

L’homme avait pris le pas sur l’écrivain : moins il écrivait, moins il était lu et plus on le couronnait de prix et on l’interviewait. Alors il parlait ses livres. Un univers où les avenues sont calmes et profondes comme des allées de cimetière, où les personnages vivent dans une chimère et n’en sortent que pour se cogner au réel, où chacun recherche une connivence amicale sans songer à « faire du lien social ». C’est que la littérature n’était pas sa seule vocation, l’amitié était l’autre : « Elle aura été ma maison et mon manteau » disait-il. Jamais il ne s’était remis de la mort de Roger Nimier.

Le journaliste en lui commença du côté de la droite nationaliste (on le trouve à la création de Rivarol et dans d’autres feuilles du même bord) au moment de l’Algérie française pour finir par célébrer en François Mitterrand « le Kennedy du Nivernais ». Mais Alain Cresciucci voit juste en soulignant qu’au fond, il était communautariste en ce sens que, ni à droite ni à gauche, il vivait une théorie de l’amitié qu’il aurait voulu appliquer à toute vie en société restreinte. Ni indigné ni debout toute la nuit, il se défiait des systèmes, partis et institutions politiques avant de fuir se réfugier dans les bars où l’on boit pour être ensemble, ivre de liberté avec les siens, dans un certain état de grâce parmi le peuple des leveurs de coude, même si, admettait-il, on est saoul tout seul.1962-Antoine-Blondin371

On ne va pas chicaner l’essayiste à propos d’Un Singe en hiver dont il juge que le film ne rend pas justice au livre ; c’est le film de Verneuil et le livre de Blondin, voilà tout ; un artiste n’adapte pas un autre artiste dans la perspective de lui « rendre justice », il y a des tribunaux pour ça, mais pour créer en écho à son œuvre la sienne propre ; et si on parle encore d’Un Singe en hiver, son seul roman provincial, un demi-siècle après, et si une nouvelle génération de lecteurs aura la curiosité de le lire, pardon mais c’est tout de même grâce au film dont le charme et la saveur sont intacts. L’un et l’autre sont des reflets de la France d’Antoine Blondin. Autant dire une halte dans la Grande Boucle, une étape de son cher Tour de France, des badauds à casquette regardant passer autant le peloton que la caravane.

On a l’impression que les jeux de mots de l’écrivain auquel Cresciucci a déjà consacré tant de recherches et sur lequel il a déjà noirci tant de pages, ne le font pas rire, et que ses calembours l’accablent ; mais peut-être est-ce un faux semblant car il reconnaît que ceux-ci font partie de la poétique de Blondin. Il est vrai que ses travaux sont dominés par l’esprit de sérieux qui sied généralement aux professeurs plutôt que par l’esprit de déconnade qui sied aux amateurs de troisième mi-temps. A croire qu’il ne boit que de l’eau, ce dont Jean Carmet l’aurait consolé en lui suggérant qu’après tout, c’est du blanc. Contrairement à son héros, il ne doit pas avoir installé son bureau au Rubens, 19 rue Mazarine, abreuvoir qui est d’ailleurs devenu, ô misère, une galerie de peinture. Les premiers signes de décadence de l’empire romain ont sûrement dû se manifester par quelque chose comme ça. Nul doute qu’Alain Cresciucci connaît l’opus blondinum comme personne. Mais son livre ne témoigne pas qu’il ait jamais eu lui-même le goût de « blondiner » au sens où l’entendait Roger Nimier :

« façon d’entrer dans le monde en utilisant son cœur comme ouvre-boîte »

Alors, me direz-vous, cette phrase qui ne passe pas quand tout le reste passe si bien ? La voici :

« Il est pourtant un point qui ne devrait souffrir aucune contestation : Antoine Blondin compte parmi les écrivains majeurs de la seconde moitié du XXème siècle ».

Cette phrase, on la trouve à la fin du premier chapitre intitulé, c’est un comble : « Un écrivain modeste ». Disons que son héraut est prétentieux à sa place. Encore qu’il s’agit de bien autre chose qui ne concerne pas qu’Antoine Blondin. Ce genre de jugement, subjectif et arbitraire lorsqu’il est prononcé du vivant d’un écrivain, devrait l’être un peu moins vingt-cinq ans après sa mort, un certain recul aidant. Blondin, je l’ai connu, fréquenté, aimé et je n’ai jamais cessé de le lire. Monsieur Jadis en moyenne une fois par an, Certificat d’études par bribes tous les six mois, une pincée de chroniques : telle est mon auto-ordonnance pour supporter la vulgarité de l’époque, sa tristesse et sa lourdeur. Je me l’administre régulièrement en cas de spleen. Sans compter que cela réconcilie avec la littérature quand les nouveautés lui font de mauvaises manières. On n’a jamais eu autant besoin des livres d’Antoine Blondin ; sa présence légère nous dédommage des pesanteurs de l’air du temps et de l’actualité.

Mais enfin, il y a comme ça des écrivains que nous aimons, qui nous font du bien et dont nous sommes assez lucides, par-delà la passion, l’admiration et surtout la gratitude qui nous animent, pour deviner que leur place a été, est et sera toujours mineure dans l’histoire littéraire de leur temps, ce qui n’a d’ailleurs aucune importance. Celui-là, gardons-nous de nous l’approprier pour en faire la mascotte d’une élite. De toute façon, nous avançons dans un monde où de moins en moins de gens comprendront pourquoi un jour nous prendrons des trains qui partent, pourquoi les héros de roman ne courent pas les rues dans le quartier des Invalides après huit heures du soir, et pourquoi… Nul n’a jamais remplacé Antoine Blondin dans mon panthéon personnel ; pour autant, il ne me viendrait pas à l’idée de le faire entrer au Panthéon.

(« Antoine Blondin aux Jeux Olympiques de Tokyo, 1964, photo D.R. et sur le Tour de France en 1962 qu’il a couvert 27 fois pour L’Equipe » photo Presse-Sports)

575

commentaires

575 Réponses pour Antoine Blondin ne nous quitte pas

geo dit: 17 avril 2016 à 13 h 41 min

Alain Finkielkraut a raconté avec beaucoup de calme et de dignité le début de lynchage dont il a fait l’objet hier soir Place de la République de la part des gentils débateurs debout la nuit, qui veulent changer le monde dans le sens de la liberté et du dialogue…

(Dans « l’esprit d’escalier » sur RCJ ce jour à midi.)

la vie en cause dit: 17 avril 2016 à 10 h 25 min

jibé tient à ressembler éternellement à ces « joyeux drilles » qui insistent à chaque occasion de nous rappeler l’existence d' »esprits chagrins » avec moult grimaces d’affligés mais toujours corrects, piquouze et bistouri virtuels ypoupie youpie yeah… enfin, bref, chacun son truc hein

JC..... dit: 17 avril 2016 à 9 h 34 min

Il suffit de comprendre que les prie-dieu sont, de fait, des fauteuils de plaisir pour enfiler commodément les perles du collier de la foi, pour affirmer que :

« Oui ! mes frères et mes sœurs, la religion, toutes les religions, ne pensent qu’au culte ! »

(Amen … la nonne, qu’on la distraie un tantinet, par Priape !)

JC..... dit: 17 avril 2016 à 9 h 29 min

Reconnaissez avec moi que les Autorités ont le devoir de protéger, à vie, les fonctionnaires, nos amis, nos frères !

Ces braves gens, rouages indispensables de l’Etat sont absolument nécessaires. Car sinon, qui feraient grève, manifesteraient, pour des jours meilleurs ? Qui penseraient, construiraient jour après jour un monde nouveau, plus juste, plus humain, plus sain, moins crétin ?…

Les chômeurs, on s’en fout ! Ils n’ont qu’à devenir fonctionnaires !

Ce sont les fonctionnaires qui représentent l’avenir, le futur, la Terre Promise ! Pas les nervis, les esclaves, les dévergondés au service du Grand Capital … C’est dit.

Miss Tigris dit: 17 avril 2016 à 9 h 24 min

Raymond Prunier dit : « la religion est obsédée par le cul, contrairement à moi »
moi dit « je ne pense qu’à ça »

Sant'Angelo Giovanni dit: 17 avril 2016 à 8 h 25 min


…par celui qui fait le moins est le plus à charger,!…sur du papier – ministre qualité Panama-trust C°,!…central-profond,…

…c’est bien sur, la pointe du compas, pour s’y trouver à tourner en rond,!…
…héritiers au baise des pâquerettes,!…

…un The Benny Hill Shox du retour du futur des visiteurs à extra-terrestre V,…Vincent

…la liste longue des présidents baiseurs toujours adroits aux très gays profitables,…
…les sans culottes ripoux  » olympique  » à jour, l’ouverture aux chômeurs demeurés,!…
…pour le Pôle-Nord Emploi bidons,!…
…diversions à terreurs, la classe pour fermer nos gueules pour des têtes de turcs,!…
…soumis, comme citoyen Benny Hill à jour,!…à Panama Papers Paradis d’escro,!…
…la pêche en ligne,!…Ah,!Ah,!…
…l’hameçonnage au quotidien,!…
…café thé à la brouette,!…chocolat,!…
…Benny chez les Turcs,!…Ah,!..Ah,!…
…l’art des attentats attendus pour se réélire, en plusieurs volumes,!…en codés,!…etc,!…

JC..... dit: 17 avril 2016 à 7 h 54 min

Terrible et savoureuse expérience sur la Plage d’Argent, ce matin au lever du jour durant le jogging.

Je tombe nez à nez avec un cadavre de jeune femme, une noyée de la nuit, probablement une chute, mais sans blessure apparente. Jeune, belle, encore fraiche … la trentaine. Tentante à souhait car bien faite, la bougresse !

Aussi nécrophile que JB, le satyre Barozzi du Père Lachaise, je la traite en douce comme une fiancée du hasard, rendant ainsi hommage à la Camarde si active en ce moment …

Nécrophilie ? …… Barozzi en parle, je la pratique !

JC..... dit: 17 avril 2016 à 6 h 43 min

PARIS-MATCHERIES

Brigitte Macron : mon mari est un chevalier !
Emmanuel Macron : ma femme est bête !…..

L’amour est le paravent de la cruauté.

Le jour se lève : jogging !

JC..... dit: 17 avril 2016 à 6 h 33 min

HUMOUR, TOUJOURS ….

« La France a besoin d’un deuxième mandat de François Hollande », dit le trotskyste fou Cambadélices, en pleine érection électoraliste.

Les Français pensent que non. Mais ils n’y comprennent rien, c’est connu !…

JC..... dit: 17 avril 2016 à 6 h 25 min

Superbes, les images du Pape et des enfants syriens recueillis par le Maître du Vatican, superbes !

Quelle bonté sélective !…

Les enfants des autres sont toujours agréables à cajoler. C’est bien mieux que de se marier avec une Romaine, et de se faire du souci pour ses propres gniards !

Quel bon Pape nous avons ! Serait-il … hollandais ?

raymond prunier dit: 16 avril 2016 à 23 h 13 min

La religion est une blague. C’est un produit de l’imagination inventée par les hommes pour des raisons de communauté, de vivre ensemble obligatoire et de nécessité de donner de l’espérance aux plus démunis. « Dieu nous aime, il multiplie les pauvres ». C’est que la vie n’a aucun sens au ciel suspendu au-dessus de nos têtes. Je sais bien que c’est l’espace le plus vaste qui nous soit donné de voir et donc il nous intrigue, mais ce ciel n’a aucun sens. Il n’y a aucune transcendance ; c’est une plaisanterie. La mort nous attend sans aucun espoir d’autre chose, je vous en assure. Le paradis est une blague inventée pour que les êtres humains nostalgiques de l’enfance supportent la vie comme elle vient.
La religion est une invention de la FORCE, donc au départ masculine : dieu le père ; les hommes sont physiquement plus forts que les femmes, donc ils imposent leurs conneries. La question des hommes « forts » fut toujours : Qu’est-ce que je vais bien pouvoir inventer pour m’assurer de l’obéissance des femmes, ces êtres fuyants( !) et qui font l’objet de tous mes désirs ? Donc la religion en profite pour faire chier les femmes. Pour assurer sa maîtrise elle tape systématiquement au-dessous de la ceinture : toujours, tout le temps, partout ; dans la moindre religion il est question de cul ; le religieux veut savoir ce qui se passe sous la couette ; le religieux est plus obsédé que la plupart des êtres normaux. La religion est obsédée par le cul ; contrairement à moi elle ne pense qu’à ça.
La jalousie lui tient lieu de bible. La Bible est comme La Recherche : hantée par la jalousie. Au couvent et dans d’autres superstitions on voile les femmes. Le mâle ou dieu se les veut pour soi. Ce faisant on les rend désirables ces fameuses femmes si mystérieuses(!): puisqu’on les cache c’est qu’elles doivent être belles et c’est ainsi que l’on exaspère le désir, ce qui rend les hommes à demi fous et leur fait faire bien des bêtises… politiques par exemple. L’énergie est alors dirigée par le biais de la religion vers des conneries, qui, comme les guerres dites « de religion » (XVIème siècle), nous laissent à peu près indifférents.
La religion aide les miséreux à supporter leur sort ; c’est très émouvant. Je le dis sans ironie. C’est là où les antireligieux ont tort : la religion est très utile à la psyché des enfants attardés que nous sommes tous. En cas de malheur on a recours au ciel. C’est un psy gratuit. On lève les yeux, on prie et lentement la guérison vient. Ou la mort. Donc, j’y insiste, la religion est très utile. C’est du rêve. C’est beau, franchement c’est beau. D’ailleurs la religion a produit des édifices sensationnels et des œuvres picturales et musicales splendides. Quand même, les cantates de Bach, les cathédrales gothiques… ben oui, ces fiertés qui nous rendent heureux d’être des hommes sont bâties sur du sable. Le dieu derrière est le fruit de l’imagination des puissants, des rêveurs, des poètes : si les œuvres sont admirables, le motif premier est une absurdité, ça n’est rien que du vent, un pet de nonne.

Jibé dit: 16 avril 2016 à 20 h 48 min

Le bouddhisme est la plus douce des religions et leurs adeptes plus souriants et moins sadomasochistes que ceux des trois monothéismes.
Longue vie à Bouddha !
Toi aussi il t’aime, WGG !

Jibé dit: 16 avril 2016 à 20 h 44 min

« Même pas sa marâtre ? »

Non, D. et sa mère était catholique, culture dans laquelle il a été élevé, sans plus de conviction que pour le judaïsme : je crois que Thierry est agnostique et ne croit pas à un quelconque au-delà…
Je n’ai plus de nouvelles de lui depuis longtemps, et j’espère qu’il va bien.

Arrubial dit: 16 avril 2016 à 20 h 36 min

On fait comme ça
secouez, prenez une branche
de vos soixante vous faites un 3
dieu, l’ami vous le rendra.

JC..... dit: 16 avril 2016 à 19 h 10 min

Jour Vautré !
Génial …

Vous me trouverez à vos côtés, camarade, pour ce combat à l’horizontale. Au pieu, la jeunesse !

JC..... dit: 16 avril 2016 à 19 h 07 min

Il me semblait que TKT avait été admis en Clinique Psychiatrique à Charenton, sur concours, avec la note maximale ?

Mais, j’ai peut être rêvé !

JC..... dit: 16 avril 2016 à 19 h 04 min

On devrait souhaiter aux dirigeants de ce monde de pratiquer la philosophie bouddhiste en lieu et place des théories imbéciles qui les dessèchent…

Il en résulterait une harmonie, un équilibre, un bonheur, pour leur peuple souvent bien plus sages qu’eux…

D. dit: 16 avril 2016 à 19 h 00 min

Je lance un nouveau mouvement pré-ré.volutio.naire : jour vautré

Tout le monde au pieu demain ! Vive le Printemps français !

nirvana dit: 16 avril 2016 à 18 h 46 min

« Font vraiment ch.ier avec leur bouddhisme. On n’en a rien rien à f… du bouddhisme. Rien. J’ai pas besoin du bouddhisme pour méditer. C’est nul, c’est rien. »

Quelle mouche a piqué WG? Le bouddhisme est une vision de l’homme et du cosmos absolument passionnante. On n’est pas obligé d’y croire, mais on ne peut la balayer d’un tel mépris.

On ne peut non plus s’empêcher de penser que si les pays qui forment l’Afghanistan et le Pakistan actuels, où le bouddhisme a été exterminé par l’islam, avaient pu conserver la religion du Bouddha, ils ne s’en porteraient que mieux et le reste du monde aussi.

Je ne crois nullement que le bouddhisme soit immunisé contre la violence et l’intolérance, comme le montre l’histoire, mais quand on fait le bilan il s’en sort comparativement plutôt bien…

William Legrand dit: 16 avril 2016 à 17 h 13 min

à ceux qui s’inquiétaient par ci, par las, de ne plus lire Madame Verniglia dont je transmets les paroles : elle va très bien et s’amuse comme une petit folle à lire les inepties du JC à propos du « bedonnant », lui dont la panse est encore plus volumineuse, les gens rigolent au Camp à Nella
A celui qui me prend pour quelqu’un d’autre, je ne suis pas celui-là, ahahahah
Madame Verniglia vous embrasse

Sergio dit: 16 avril 2016 à 17 h 05 min

Ha c’est quand même sympa ; Passou a toujours une petite attention pour les motards, éternels mal-aimés de la lugubre petite cylindrée qui ose encore se propulser…

Sant'Angelo Giovanni dit: 16 avril 2016 à 15 h 53 min


…bizarre, je ressemble un peu à Blondin, à mon âge, et sans les rides,!…
…avec l’olympisme plutôt à l’intérieur,!…
…traverser son stade opportuniste alors,!…
…tant sans faut,!…Bla, Bla, Bla, etc,!…

Sant'Angelo Giovanni dit: 16 avril 2016 à 15 h 41 min


…ne tournons pas en rond,!…s.v.p.!…

…rester, devenir, ou déjà être très riche pour quiconque,!…Oui,!…

…mais, pour moi,!…rien qu’avec des règles et règlements  » Olympiques « ,!…

…les richesses  » outres  » mes règlements honnêtes en tout points,!…sont des vols, usurpations de propriétés, escroqueries, marchandages soumis entre tarés, etc,!…

…des lois  » Olympiques « ,!…

…mes Dieux, je suis partis sans foies ( gras ) ni lois ( grosses ),!…pour mon compte,!…
…à sevrer mon  » nuage galactique & rêves entres soleils « ,…
…sans plus,!…très heureux et vous dispense de me répondre ou questionner,!…

…signer,…Ah,!Ah,!Ah,!…Bip,!Bip,!…etc,!…règles autosuffisantes  » olympiques « , encore,!…et toujours,!…etc,!…
…en tout lieu, en toute confiance,!…
…le profit comme de la pure merde exécrable, pour managers les peuples à leurs loups de siècle en siècles,!…
…à nos millénaires dévorer entre loups d’états démocratiques riches de moult merdes des terroirs,!…
…rien à cirer,!…Ah,!Ah,!…

gontrand dit: 16 avril 2016 à 15 h 25 min

Chantal, vous ne dites rien sur Stefan Hertmans…Est-il connu et apprécié en Belgique, chez les flamands, les wallons?

Qu'on m'apporte mon crachoir ! dit: 16 avril 2016 à 15 h 25 min

« Et c’est bien le dilemme de la France aujourd’hui. Elle sait qu’au train où elle va, elle est en sursis. Mais elle préfère peut-être mourir certainement, mais lentement, plutôt que d’affronter le risque de renaître. »

Il faut être aussi c.n qu’un journaliste du Figaro pour énoncer pareille ânerie.

geo dit: 16 avril 2016 à 15 h 15 min

Conclusion d’un brillant article d’Éric Verhaeghem…

Le tout: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/04/15/31001-20160415ARTFIG00247-hollande-contre-la-nuit-debout-l-ennui-assis.php

« L’ennui assis contre la Nuit Debout

Alors que les bobos de la Nuit Debout se réunissent sans se lasser pour réfléchir indéfiniment sur ce que serait un monde meilleur, François Hollande propose la démarche exactement inverse: celle de l’Ennui Assis. Tu te mets dans ton fauteuil, tu ouvres une cannette de bière, tu allumes ta télé, et tu ne te poses pas de question en regardent le foot jusqu’à ce que la mort arrive. De temps en temps, tu réponds à des questions en enfilant des banalités et en bafouillant quelques excuses de ne pas arriver à faire mieux.

Et c’est bien le dilemme de la France aujourd’hui. Elle sait qu’au train où elle va, elle est en sursis. Mais elle préfère peut-être mourir certainement, mais lentement, plutôt que d’affronter le risque de renaître. »

bérénice dit: 16 avril 2016 à 14 h 47 min

chantal pourquoi quand je vous lis, tout de vous vous relie à la voix d’une autre, absente, comme celle des aimés que la Vie exila, l’inflexion des voix chères qui se sont tues.

chantal dit: 16 avril 2016 à 14 h 10 min

Oui c’est vrai en fait, j’avais oublié, … on en a tant glosé/ interprété que la vérité sur tkt s’est diluée …

Jibé dit: 16 avril 2016 à 14 h 01 min

« une famille bourgeoise et protestante suisse, la famille de tkt par exemple ? »

Non, Chantal, TKT est parisien et rien de protestant dans sa famille…

L'agitée du bocage dit: 16 avril 2016 à 13 h 43 min

C’est vrai que c’est du lourd, l’histoire de Thomas du Fossé. Encore une petite précision : les livres sur la table ne sont pas des livres d’art, mais les quatre volumes (de quelques 700 pages chacun) de l’Histoire de la France rurale, un somme élaborée sous la direction de Georgses Duby et Armand Wallon. Une somme, livre de chevet beaubecquois s’il en est…

lola dit: 16 avril 2016 à 13 h 43 min

« Le petit japonais
dans sa kuruma
conduisant son poney
va cahin caha
il chemine et trottine
tout le long des collines
et s’en va vers la ville
de Yokohama »

chantal dit: 16 avril 2016 à 13 h 36 min

Probablement qu’elle aura trouvé une place dans une famille bourgeoise et protestante suisse, la famille de tkt par exemple ? Elle aurait alors de quoi écrire un journal pas piqué des hannetons, l’histoire du père qui roule son fils dans la farine et le met aux écrous est plus diabolique, mais ce n’est que mon humble avis …

L'agitée du bocage dit: 16 avril 2016 à 13 h 33 min

Jibé, je vous ai répondu sur le chien, mais ça attend la modération. Je trouve qu’on ne devrait se servir de la modération qu’avec modération, mais allez faire comprendre ça !!! (ça se trouve, je suis encore le sarajevo de posts que notre hôte doit censurer, si c’est le cas, qu’il reçoive ici mes excuses, je ne le fais pas exprès vous savez !)

zen dit: 16 avril 2016 à 13 h 31 min

Clopine, la têtue du têtard… dit: 16 avril 2016 à 12 h 19 min

ne faites donc pas attention à ce djc, ce n’est qu’un c…ard pervers et moche

L'agitée du bocage dit: 16 avril 2016 à 13 h 29 min

Chantal, merci, mais l’histoire ? Vous a-t-elle intéressée, touchée ? Perso j’ai divagué comme jamais là autour, et si j’étais historienne, sans rire je ferais des recherches pour savoir ce qu’est devenue la jeune femme, larguée au bout de trois ou quatre ans à Genève. A-t-elle retrouvé du travail ? Avait-elle eu des enfants de son amant ? Je l’imagine cultivée, douce, aimante, certes, mais aussi consciente de son époque et de ce qu’elle allait devoir affronter. Soupir. Encore une sorcière, tiens.

Marc Laudelout dit: 16 avril 2016 à 13 h 27 min

Que l’oeuvre romanesque de Blondin ne soit pas encore dans la Pléiade est un vrai scandale (surtout lorsqu’on constate que certain qui ne devrait pas s’y trouver y est accueilli de son vivant)

L'agitée du bocage dit: 16 avril 2016 à 13 h 23 min

Ben zut alors, il en est gavé, le chien, de câlins, Jibé. Il faut savoir qu’il a été élevé à la campagne, certes, mais en vrai sur un canapé par trois petites filles. Ceci explique peut-être cela, en tout cas ce chien considère comme son devoir de se faire caresser par quiconque entre chez nous. C’est d’ailleurs un chien thérapeutique. UN copain à nous, venu passer quelques jours avec son petit garçon, nous avait prévenus : l’enfant avait de sérieux problèmes, il était recommandé de ne pas chercher à le faire parler… C’était compter sans le chien. La première demi-journée, le chien s’est approché, oh, tout doucement, du gamin. Dès le début de l’après-midi, il avait réussi à poser sa grosse tête sur les genoux du garçon, histoire de récolter une caresse ou deux et de le regarder avec ce que j’appelle « des yeux de veau »… Le lendemain, au petit déjeuner, l’enfant s’est mis à nous parler… du chien, bien évidemment, et à la fin de la semaine, c’étaient de vraies conversations pendant les promenades où l’enfant posait sa main sur le dos du clebs. Quand ils sont repartis, le gamin ne voulait plus se séparer du chien, bien évidemment, et le père était résolu définitivement à aller acheter, illico, un chien de ce style… Des anecdotes comme ça, j’en ai plein, comme quand le chien a sauvé un petit garçon de 4/5 ans qui s’était enfui de l’école maternelle pour retourner chez sa mère, et s’était perdu… Pour de vrai, je crois que je n’ai jamais rencontré un être aussi authentiquement « bon » que ce chien, plein d’ingénuité et d’affection, quoi. Et pourtant, j’en ai toujours eu autour de moi, des chiens, et n’ai jamais eu à me plaindre d’une méchanceté quelconque. Mais celui-là, vrai, je ne sais pas si c’est le canapé ou les petites filles, mais enfin c’est une sorte d’ange canin…

chantal dit: 16 avril 2016 à 13 h 20 min

jibé quel taquin tu fais, ce chien m’a l’air superbement choyé et nourri, jusqu’à la petite médaille qui lui entoure délicatement le col. Et le petit foulard coquettement noué autour du cou de clopine, et les livres d’art sur la table de chevet. Le jeu de mains délicat pendant l’exposé avec une voix fraîche de communiante. Juste les lunettes, elles sont particulières, mais plairaient sûrement à des africains ou des latino’s … bises 😉

Bloom dit: 16 avril 2016 à 13 h 11 min

Alice Munroe, oui, elle est de l’étoffe des Mansfield et des Woolf…
==
Vrai. J’ajouterais « l’Antillaise » Jean Rhys & Elizabeth Bowen, de Bowenscourt, Co.Cork, agent secret à ses heures…
« Sleep it off, lady » (J.Rhys) & « The demon lover » (E.Bowen) comptent parmi les plus troublantes nouvelles jamais publiées.

Sant'Macho Giovanni..... dit: 16 avril 2016 à 13 h 04 min

JC n’a rien à craindre !

Une sorcière, ça s’encuile d’abord… pour lui retirer ses pouvoirs. Ensuite, le magistrat juge le côté bénin/malin de l’action réparatrice.

Jibé dit: 16 avril 2016 à 12 h 47 min

Ce chien visiblement est en manque de câlins, Clopine ! Et vu l’oeil noir qu’il adresse à la caméra, ses maîtres, pendant qu’ils causent ou se photographient, auront oublier de lui donner sa gamelle ?

D. dit: 16 avril 2016 à 12 h 46 min

Clopine, la têtue du têtard… dit: 16 avril 2016 à 12 h 19 min

Mais Clopine, on ne fait que rigoler, je sais même pas à quoi tu ressembles si ce n’est une photo de loin sur une embarcation.
Pourquoi tu ne rigoles pas avec nous au lieu de te braquer ?

Sant'Macho Giovanni..... dit: 16 avril 2016 à 12 h 35 min

Reda le Moustique aurait, manquant de discernement, violé ce godelureau bourdieusien de Loulou Tête de Mieux, contente comme tout !

Cela mérite réflexion. Quels sont les plus tarés sexuellement, les cathos ou les muslimés ?

Sant'Macho Giovanni..... dit: 16 avril 2016 à 12 h 30 min

Oh ! Mysère de mysère …. que les gens sont moches, pétas et piétasses, chez Beaumec Productions ! ….. alimentation trop grasse.

Clopine, la têtue du têtard... dit: 16 avril 2016 à 12 h 28 min

Chantal, merci d’avoir visionné et apprécié le clip-clap sur les plans terriers, mais vous savez, je ne suis pas si sage que cela, et le chien non plus d’ailleurs ! Alice Munroe, oui, elle est de l’étoffe des Mansfield et des Woolf…

Clopine, la têtue du têtard... dit: 16 avril 2016 à 12 h 19 min

Ah là là, D., JC, mais parlez donc directement de ma « laideur », puisque vous en avez tellement envie, allez-y carrément, assumez votre machisme, votre méchanceté et votre goujaterie, que diable. . Je crois, moi, n’ avoir que le physique d’une femme de 60 ans, qui n’a jamais eu trop le goût et l’argent de faire attention à elle, comme il en existe des milliers. Bref, une sorcière comme les autres : https://youtu.be/f6wq8UVy94s

Je vous demanderai bien à mon tour d’être légers, mais plus lourds que vous, tu meurs…

D. dit: 16 avril 2016 à 12 h 05 min

JC….. dit: 16 avril 2016 à 10 h 34 min

Traitement spécial pour Clopine !

Enduite de miel d’acacia, elle sera livrée nue aux fourmis argentines, à qui on aura bandé les yeux pour éviter leur fuite ….

mettez quand même beaucoup de miel

comme en 14 dit: 16 avril 2016 à 11 h 58 min

Piste aux étoiles dit: 13 avril 2016 à 10 h 52 min
« A chaque jour son écharpage ! »

Faut ce qu’i faut – ça mange pas d’pain

pépé dit: 16 avril 2016 à 11 h 56 min

gontrand dit: 16 avril 2016 à 10 h 15 min

J Jaurès ‘Songez à ce que serait le désastre pour l’Europe: ce ne serait plus, comme dans les Balkans, une armée de trois cent mille hommes, mais quatre, cinq et six armées de deux millions d’hommes. Quel massacre, quelles ruines, quelle barbarie’

ayons ptié dit: 16 avril 2016 à 11 h 53 min

Sant’Macho Giovanni….. dit: 16 avril 2016 à 11 h 46 min

pov jicé il fait tout ce qu’il peut pour essayer d’être drôle

Sant'Macho Giovanni..... dit: 16 avril 2016 à 11 h 46 min

Les féministes, des mal baisées moches comme des poux, écrivent et manifestent pour exister. On s’en tape.

chantal dit: 16 avril 2016 à 11 h 33 min

je n’ai pas lu celui – là Clopine, je vais songer à le lire, merci pour cette invitation à la lecture.

très beau reportage sur les plans terriers, je vous imaginais moins sage 😉

gontrand dit: 16 avril 2016 à 11 h 28 min

Encore d’accord avec Clopine sur la merveilleuse Katherine Mansfield!

En passant, la virginale Woolf aurait pu être jalouse de bien d’autres écrivaines, à commencer par la patronne, Jane Austen, et Edith Wharton par exemple.

gontrand dit: 16 avril 2016 à 11 h 23 min

Chère Clopine, vous serez sans doute moins enthousiaste la semaine prochaine, quand il vous faudra subir les « quand même » de Finkie, face à Clémentine Autain et à ? sur le féminisme…

ça va chauffer!

Clopine, définitivement un cas à part... dit: 16 avril 2016 à 11 h 23 min

Chantal, il y a certes les « permissions » de 14/18, le retour du front vers l’arrière, mais aussi les voyages des amoureuses vers le front. Connaissez-vous la merveilleuse nouvelle de Katherine Mansfield « le voyage indiscret » ? Si non, vous avez de la chance, parce que lire cette nouvelle procure une émotion encore avivée par l’écart de temps qui nous sépare de cette auteure sublime (Katherine Mansfield est la seule écrivaine dont Virginia Woolf était jalouse, et personnellement je suis à genoux, littéralement, devant cette écriture-là – une première, réelle et sans ambiguïté écriture « féminine », voilà.)

JC..... dit: 16 avril 2016 à 10 h 42 min

…bon, c’est pas tout, j’ai à faire moi !… Bises aux amis, bras d’honneur aux autres … A demain ! Ciao…

JC..... dit: 16 avril 2016 à 10 h 40 min

Et les politiques, me direz-vous ?

Détournement des Egouts de Paris vers l’Assemblée, le Sénat, le Conseil Constitutionnel en séance….

Et les eaux usées qui montent les gradins rapidement, les uns après les autres, saisissant les vieillards impotents aux jambes, au torse, emplissant leur bouche de ces déjections à composante fécale qu’ils imitaient du mieux qu’ils pouvaient…

AH ! les beaux jours ….

JC..... dit: 16 avril 2016 à 10 h 34 min

Traitement spécial pour Clopine !

Enduite de miel d’acacia, elle sera livrée nue aux fourmis argentines, à qui on aura bandé les yeux pour éviter leur fuite ….

JC..... dit: 16 avril 2016 à 10 h 31 min

Pour l’embrassement religieux généralisé, la bonne méthode c’est le vivre-ensemble-ensacré !

Recensement des édicules, mosquées, synagogues, églises, temples… et mélange des crédules, 1/4 de chacune des populaces crédulisées avec les autres. Succès assuré !…

Ah ! les belles bagarres en perspective ! Notre-Dame en flamme, l’effondrement des minarets, les Femen se jetant au cou du clergé tentant de sauver les ignobles Livres, le brasier de toutes ces stupidités millénaires !

Pour finir, les caméras qui à l’heure du JT, tourneront au lâcher des loups, des chacals et des hyènes qui se ruent pour bouffer les corps braisés !

Clopine, définitivement un cas à part... dit: 16 avril 2016 à 10 h 27 min

Gontrand, parfaitement d’accord avec vous : c’était passionnant et trop court, on aurait voulu en savoir plus, encore et encore… Je retiendrai particulièrement, comme une sorte de synthèse illustrant le « basculement » dont vous parlez, les propos d’Hertmans : « le courage, dorénavant, c’est de dire « non ». Mais pour les hommes de 14-18, le courage, c’était de dire « oui », et d’y aller… » Mon seul regret : que le pacifisme de Giono n’ait pas été évoqué dans l’émission. Et j’ai franchement été intéressée par l’analyse d’Audoin-Rousseau sur son propre père, qui avait « fait allégeance totale » au surréalisme, et ce qui en est advenu. Autre moment absolument FORMIDABLE de l’émission, c’est le dialogue de ces deux fils : le flamand écrit sur son père pour réparer la montre cassée, le français réplique qu’il écrit sur son père parce qu’il l’a cassé : oui, concluent les deux hommes, nos histoires sont pleines de culpabilité, et de regrets « nous n’aurons jamais fini »…. Emission magnifique, intelligence des analyses, l’Histoire vivifiée par l’intime, profondeur des connaissances : arrêtez tous de lire les élucubrations de Jc, et foncez sur le podcast !

JC..... dit: 16 avril 2016 à 10 h 21 min

Voila une radio qu’il faudra supprimer France Culture ! France Musique aussi, dans la foulée !

Non mais quelle bande d’ambitieux !!!

Tout ce qu’il veut, le bon peuple, c’est gagner des millions… DES MILLIONS POUR DES COUILLONS ! Brulez moi tous ces pédagogues de la bouche qui parle au peuple à l’oreille obéissante !

bouguereau dit: 16 avril 2016 à 10 h 19 min

Outre qu’elle nous parle d’une guerre côté flamand que connaissons très peu

nous c’est les supportère de l’om

bouguereau dit: 16 avril 2016 à 10 h 18 min

La fin de la civilisation occidentale n’est qu’un début

tout cqui chez toi n’haspire pas à mourir ne mérite pas de vive

gontrand dit: 16 avril 2016 à 10 h 15 min

Magnifique « Répliques » sur France Culture ce matin sur la Première Guerre Mondiale, avec deux écrivains qui parlaient de leurs grands pères, un belge, flamand, Stefan Hertmans et un français, Stéphane Audoin-Rousseau. La figure du grand père flamand est particulièrement intéressante et émouvante. Outre qu’elle nous parle d’une guerre côté flamand que connaissons très peu, elle nous montre un homme deux fois brisé, par la guerre et par la mort de son grand amour. Il aurait pu avoir une belle carrière de peintre mais n’avait plus le ressort pour créer. Côté français, le personnage du père de l’historien, en opposition radicale avec l’idéologie du grand père, qui avait fait la guerre, est une illustration aveuglante de vérité du basculement culturel de l’après seconde guerre mondiale.

Passionnant.

(j’ai failli ne pas l’écouter, lassé des commémorations…)

bouguereau dit: 16 avril 2016 à 10 h 15 min

Une vague de sympathie pour mon propre athéisme

..rien de tel qu’un saucisson dlyon bien profond

Anatole dit: 16 avril 2016 à 10 h 13 min

Une vague de sympathie pour mon propre athéisme me submerge chaque fois que je vois la tronche d’un religieux chrétien, juif, musulman, bouddhiste ou autre.

bouguereau dit: 16 avril 2016 à 10 h 12 min

Mais le religieux qui se cantonne au domaine privé n’est plus par nature le religieux

..par nature

bouguereau dit: 16 avril 2016 à 10 h 10 min

Les « débiles » ont entretenu des prêtres de toute sortes (et leurs manies de grandeurs) pendant des millénaires, ils peuvent très bien entretenir « des margoulins qui empochent le fric » aujourd’hui.

malheureux les débiles le royaume de cieux est à hsbc

JC..... dit: 16 avril 2016 à 9 h 56 min

Il va de soi que les merveilleuses dégradations joyeusement commises par les casseurs qui sont debout toutes les nuits doit nous servir d’exemple !

Bientôt, tous les banquiers, tous leurs salariés, tous leurs clients et complices seront conduit vers les lieux de la Rédemption Enthousiaste : bibliothèques, musées, écoles, universités enflammés par le feu purificateur …

Ah ! les beaux jours …. en attendant le tour des édicules religieux !

Lucy dit: 16 avril 2016 à 9 h 53 min

WGG
Nul doute qu’aujourd’hui Jésus irait prêcher dans un stade de foot, c’est bien l’endroit, à par la TV, où l’on peut toucher un maximum de personnes à la fois :

Des pasteurs des binzambi-nzambi sous la direction de Marini Bodho, l’homme qui a modifié les textes de l’église du Christ au Congo, pour rester aux affaires et Albert Kankienza, réuniront les kabiliste autour d’un culte, au stade de martyrs, pour prêcher le 3eme mandat de Kabila.

JC..... dit: 16 avril 2016 à 9 h 20 min

On pourrait commencer le travail par quelques facéties à consonance religieuses, sympathiques et signifiantes :

– soulever les burka pour aérer les soutes du Diable
– bruler au cierge consacré les barbes des imams salafistes, ou pas
– briser les croix chrétiennes, cracher sur cette andouille de crucifié bon à rien
– enfiler les curés et les nonnes en chantant des psaumes de circonstances, càd paillards
– épouiller les rabbins, shampooiner leurs peots torahciques au camembert puant
– péter à la gueule des popes et laver ces gros dégueulasses au Mir Haine de pissotière

Bien entendu, des actions inventives seront les bienvenues ! Tout ce qui concourt à l’élimination du fléau humain sera bénéfique à la planète …

Aidez nous à disparaître !

JC..... dit: 16 avril 2016 à 9 h 04 min

La fin de la civilisation occidentale n’est qu’un début. Une étape nécessaire, mais limitée, dans un réarrangement nouveau et nécessaire du monde.

Appelons de nos vœux la seule bonne solution au vivre-ensemble impossible : la disparition totale, exemplaire et définitive de l’espèce humaine !

Tous ensemble ! Tous ensemble ! Ouais !….

renato dit: 16 avril 2016 à 8 h 45 min

« Le religieux affiché en public c’est la guerre assurée, WGG. Il faut prier en silence, ou tuer et mourir au nom de Dieu. Votre choix est fait ? »

Puisqu’il date le début de la fin de la civilisation occidentale vers 320 avec l’Edit de Constantin, dit « édit de tolérance », son choix est fait.

renato dit: 16 avril 2016 à 8 h 33 min

Les « débiles » ont entretenu des prêtres de toute sortes (et leurs manies de grandeurs) pendant des millénaires, ils peuvent très bien entretenir « des margoulins qui empochent le fric » aujourd’hui.

Cela dit, faire le constat du peu de comprenette manifesté ici par les intellectuels manqués et/ou impuissants ne peut qu’amuser le lecteur…

Jibé dit: 16 avril 2016 à 8 h 25 min

Le religieux affiché en public c’est la guerre assurée, WGG. Il faut prier en silence, ou tuer et mourir au nom de Dieu. Votre choix est fait ?

bérénice dit: 16 avril 2016 à 8 h 18 min

Une pseudo clone, peut-être ?

Jibé, j’ai reçu par une belle nuit étoilée, de celles où l’infini vous absorbe pour vous tendre la mesure exacte, une poussière dans l’oeil. Depuis je suis dispensée, d’ailleurs en tombant dans l’image que me renvoya l’ascenseur à l’hotel j’ai pensé éffarée qu’il valait mieux.

renato dit: 16 avril 2016 à 8 h 14 min

« … la fin de la civilisation occidentale. »

En voilà quelques uns-une qui pendant les cours d’histoire dormaient de la plus belle.

bérénice dit: 16 avril 2016 à 7 h 10 min

Michel, je vous confirme la fin de la civilisation occidentale. D

Pour cette raison, je ne sors jamais sans ma croix visible depuis l »espace, on ne sait jamais.

bernadette dit: 16 avril 2016 à 7 h 06 min

« annoncer à des centaines de milliers de familles que leur véhicule Diesel ne sera plus admis dans leur propre ville dans 4 ans, c’est quand même très fort en terme de communication. »

et pour couronner le tout, ce n’est même pas fictif( comme jibé vous avez raison de vous indigner )

Widergänger dit: 15 avril 2016 à 23 h 30 min

Mais le religieux qui se cantonne au domaine privé n’est plus par nature le religieux. C’est autre chose. Une forme décadente de la religion. Une religion, par nature, ce n’est surtout pas privé. Jusqu’à présent toutes les grandes civilisations ont été fondées sur une religion, un texte, des prêtres, des temples, des cérémonies publiques.

Aujourd’hui aussi. C’est la religion du foot par exemple. On a la religion qu’on peut. Jésus sur sa colline au nord du lac de Tibériade et son discours des Béatitudes, c’est quand même autre chose qu’un stade plein à craquer avec des débiles qui braillent et des margoulins qui empochent le fric. Moïse sur le Mont Sinaï c’est autre chose aussi. Il est seul face au buisson ardent.

Widergänger dit: 15 avril 2016 à 23 h 13 min

Font vraiment ch.ier avec leur bouddhisme. On n’en a rien rien à f… du bouddhisme. Rien. J’ai pas besoin du bouddhisme pour méditer. C’est nul, c’est rien.

bérénice dit: 15 avril 2016 à 23 h 07 min

…justifié votre absence. Surveillant général.

Je suis une parente éloignée du bureau, une contingence. D’autres, des éclairs, des fulgurances, des érections, des récréations, des nécessaires, des utiles, des indispensables, des dispensés, des dispensables, des extravaguants, des agitateurs, des syndicalistes, des essayistes en ballade, des rêveurs, des excités, des fous déliés, des dédiés, d’inspirés prosateurs, généreux explorateurs, de géniaux passeurs, d’audacieux penseurs.

sse ? dit: 15 avril 2016 à 21 h 56 min

attention : c’est le livre qui l’a amené au bouddhisme… Braque ne l’imaginait pas en le lui offrant

Pour qui s’intéresse au bouddhisme zen, un excellent petit livre d’initiation : « L’anneau de la voie », par Taisen Deshimaru (le Relié poche)

D. dit: 15 avril 2016 à 21 h 32 min

Et les travaux gigantesques du trou des Halles sont un gouffre esthético-financier dans lequel elle risque de s’engouffrer. La faute à Delanoë…

Eh ouich, d’ailleurs il pleut déjà sous « la canopée ».
Pour revenir à Hidalgo, annoncer à des centaines de milliers de familles que leur véhicule Diesel ne sera plus admis dans leur propre ville dans 4 ans, c’est quand même très fort en terme de communication.

Chaloux dit: 15 avril 2016 à 21 h 21 min

Bilger.

Pauvre Hollande, on aurait presque pitié de lui. Combien sont rares ceux qui se montrent capables sans dommages pour eux-mêmes d’endosser le complet du général de Gaulle!

A bientôt,

Janssen J-J dit: 15 avril 2016 à 21 h 07 min

des snobs qui ne lisent que les livres parus dans La Bibliothèque de la Pléiade

ouf !… je vais enfin pouvoir lire [email protected]

Jibé dit: 15 avril 2016 à 20 h 47 min

« Hidalgo est mieux que Hollande, c’est un fait.
Mais dans l’absolu, elle reste mauvaise en presque tout. C’est un des pires maires de Paris que nous ayons eu. Chirac était 50 fois mieux, sans exagération aucune. »

Ayant cotoyé les deux, je confirme, D.
Certes, Chirac est devenu gâteux, mais, elle, elle est folle !
Et les travaux gigantesques du trou des Halles sont un gouffre esthético-financier dans lequel elle risque de s’engouffrer. La faute à Delanoë…

Anatole dit: 15 avril 2016 à 20 h 34 min

Les sans-dents d’aujourd’hui comme jadis les sans-culottes vont révolutionner la révolution en se tenant debout, la nuit !

OZYMANDIAS dit: 15 avril 2016 à 20 h 03 min

Une impression que j’avais du Président et qui se confirme en certitude après sa piètre prestation télévisuelle d’hier :
François Hollande est un AMATEUR…

Polémikoeur. dit: 15 avril 2016 à 19 h 03 min

Les bouches bées
appellent sûrement
de tous leurs vœux
le menu de ce soir
que se concoctera
leur étoile culinaire.
Toquettement.

zerbinette dit: 15 avril 2016 à 18 h 58 min

La civilisation pléiadienne dont fait partie D. est composée des snobs qui ne lisent que les livres parus dans La Bibliothèque de la Pléiade.

D. dit: 15 avril 2016 à 18 h 46 min

Hidalgo est mieux que Hollande, c’est un fait.
Mais dans l’absolu, elle reste mauvaise en presque tout. C’est un des pires maires de Paris que nous ayons eu. Chirac était 50 fois mieux, sans exagération aucune.

Sergio dit: 15 avril 2016 à 17 h 04 min

Polémikoeur. dit: 15 avril 2016 à 15 h 00 min
Pourquoi pas une « République »…
du temps de cerveau disponible ?

Cela se fera peut-être, ça ; comme l’informatique répartie…

Bureau du Surveillant général dit: 15 avril 2016 à 16 h 11 min

Bérénice, vous êtes là, vous faîtes des constats, vous posez des tas de questions mais jusqu’à preuve du contraire vous n’avez pas encore justifié votre absence.

D. dit: 15 avril 2016 à 15 h 18 min

Excusez-moi, Lola, j’ai fait une généralité malheureuse de mon propre cas car je possède bien 46 paires de chromosomes, c’est à dire 92 par cellule non sexuelle. Cela est dû à mon hybridation pleiadienne.
Par pudeur je n’aime pas parler de mes particularités mais n’hésitez pas à me demander des détails, cependant.

lola dit: 15 avril 2016 à 14 h 59 min

Enfin tout s’éclaire; grâce soit rendue à la modération.J’étais hier perplexe , plongée dans le calcul intégral, D. annonçait 46 paires de Chromosomes pour 2, non 4 personnes; 2 ou 4 ?.Et c’est à ce moment que Rose annonça;lola est un homme.Ma réaction fut immédiate: « miroir, mon beau miroir,dis-moi, j’ai 22 paires semblables, hein ? que la 23° paire se montre sur le champ, ou je suis déshonorée. » Et j’ai pleuré , abondamment. C’est alors que je découvris le post de nuit de MC qui parlait de Miss Silver et de culottes courtes, lui M.Court,si policé, d’hab..
Le monde de la RdL devenu impénétrable… Et puis tout d’un coup, il y a 3 mn, le post libérateur de DHH, m’informant que le post retenu la veille avait été libéré, d’où les culottes courtes, de MCourt. Et voilà, tout finit bien, j’ai pris RV avec Miss Silver, nul doute qu’elle ait le chic pour retrouver ce fichu 23° chromo… Je me recommande, il va sans dire, du bienheureux commentarium: Miss Silver, dites-moi, ô, dites-moi…
Merci RdL,pas moyen de s’ennuyer chez Passou, toutes les chances de rire & de réfléchir. Donc…..

Chaloux dit: 15 avril 2016 à 14 h 17 min

JC, l’une et l’autre s’entrecroiseraient à tel point qu’il serait bien difficile de les différencier.

bérénice dit: 15 avril 2016 à 13 h 47 min

Hier soir j’ai regardé les visiteurs II . D.

Avant-hier j’ai regardé « Rapt » et le dossier qui a suivi relatant l’édification de la fortune d’une grande famille d’industriels. L’infortuné Baron, dernier du nom, pour commencer s’exprimait ainsi pour répondre à une question dont j’oublie la teneur: ne faites confiance à personne.

Chaloux dit: 15 avril 2016 à 13 h 43 min

Identifions les vrais besoins. Ce qui manque, c’est une « République du Mensonge » et une « République du Ridicule ».

D. dit: 15 avril 2016 à 13 h 38 min

Arrêtez de vous poser en victime, DHH, vous savez bien que c’est le ciel et seul le ciel qui vous attend.

D. dit: 15 avril 2016 à 13 h 36 min

Ce qui manque à cette France, c’est un véritable homme d’État: moi.
Il manque également un super ministre de l’intérieur, de la guerre, du budget, de l’école et de l’idée juste : moi.
Enfin il manque un premier ministre, chargé des beaux-arts, garde des sceaux et des médailles : moi.

JC..... dit: 15 avril 2016 à 13 h 36 min

Retrouver Patrick Scemama à l’art, et Georges Kiosseff au jazz est pour tout cinéphile un bonheur sans mélange !

Républiques de la Culture ? Laurel et Hardy sont de retour …

DHH dit: 15 avril 2016 à 13 h 27 min

@lola
mon post d’hier 13 h 30 à vous adressé est sorti du purgatoire où je pensais qu’il resterait

JC..... dit: 15 avril 2016 à 13 h 22 min

D.
Je n’en suis pas sûr : Jacouille la Fripouille simule, en bon acteur, Handouille la Fripouille agit, en mauvais acteur….
Ce qui est très drôle ….

Polémikoeur. dit: 15 avril 2016 à 13 h 20 min

En tout cas, le rétablissement
des « Républiques de la culture »
est en cours : bravo ! (même s’il subsiste
un petit problème d’adresse du portail).
Fonctionnement.

D. dit: 15 avril 2016 à 13 h 17 min

Hier soir j’ai regardé les visiteurs II (avec Jacouille) au lieu de Hollande, et je peux vous dire que j’ai largement gagné au change.

Mme Mac'Rond dit: 15 avril 2016 à 12 h 39 min

Mon mari est un chevalier, un écrivain, un cure-dents, une pompe à vélo, une courge, un lavabo, un cric, un radiateur à huile, une table tournante, une trousse à maquillage, un cornet de glace, un bec de gaz, une couverture chauffante, un chausson, un bulot, un cor de chasse, une serviette de bain, un fauteuil à bascule, une boîte à lettres, un carnet à souche, une pomme d’arrosoir, un guéridon tripode, un bonnet de bain, un râteau, un chapeau de paille, un barbecue, un coupe-ongles, un peigne, une chaussette, une statue de la Vierge en plâtre polychrome, un paquet de chips, un rouleau de papier collant, 100 grammes de mou, une boîte à chaussures, une passoire à nouilles, un ourlet de pantalon, une bouteille de cidre, un bermuda. Un livre ouvert.

JC..... dit: 15 avril 2016 à 12 h 34 min

Que le sosie d’Amanda Lear entreprenne le délicieux petit Macaron ne choque personne. Ce qui est le comble de l’obscénité pédophile !

Qu’attends-tu, ô Wiwi mon ami, pour entreprendre puis épouse la petite Rachida qu’est en 5ème lettres, si intelligente ….

Mme Mac'Rond dit: 15 avril 2016 à 11 h 29 min

Tout ce qu’on apprend dans Pourri-Match, c’est que mon époux, M. Mac’Rond est un petit dieu lare, objet d’un culte domestique bien innocent, célébré par une personne âgée qui n’est autre que la grande sœur d’Amanda Lear.

Sant'Angelo Giovanni dit: 15 avril 2016 à 11 h 24 min


…la confiance aux systèmes,…pour se faire rouler ouvertement aux cols-blancs des lobbyings,!…à les bourses ou la vie par les liens à ses banques,!…en diminuant les comptes à jours, des  » intellos  » en Stalag 13 à Paradis d’entourloupettes  » à la côte  » de Matisse,!…
…tout ces talents, en  » échecs « ,!…
…les valeurs entre riches-intellos du terroir,!…
…touchez pas aux  » Grisbi « , etc,!…
…un dessin, pour les états du profit à Sade,!…
…Visa, à y retourner l’ascenseur,!…etc,!…

blondinesque dit: 15 avril 2016 à 11 h 13 min

Pour les 80 ans de RAYMOND POULIDOR, regardez la vidéo des DESCHIENS sur dailymotion : « LES MÉMOIRES DE POULIDOR »

Sant'Angelo Giovanni dit: 15 avril 2016 à 11 h 04 min


…of course,!…après quoi,!…à nos diversions épiques,!…

…la cour des miracles des Dieux égyptiens pour Pharaons au pied levé
…la guerre de Troie à l’Ulysse
…la Bible reprise des dieux à Moïse Egypte
…le Christ et son 2° testament, pour les crétins romains encore en cour avec les lobbyings à jours,!…

…Gargantua, et Trust C°

…le Style Louis XIV,…le Soleil sur terre à deux balles pour lèches-culs,!…
…encore en cour, aux strates d’élites-emplois,!…

…paradis fiscaux, & Banques & Visa & Bourses et canulars des lois, pour privatiser les états en propriété – privés,!…

…le grand – bordel convivial, moderne,!…

…et le progrès, les techniques,!…
…mais on s’en fout,!…on veut des soumis, des lèches-culs,!…des gladiateurs à l’O.T.A.N.,!…et des 007,…comme peau de léopard en descente de lit,!…
…Oh,!…Oui,!…c’est tout,!…etc,!…
…le XXI° siècle,!…les charniers humanistes par les profits,!…Stalag 13 en cœurs,!…suivant,!…
…l’œil malice du bon droit arnaqueur,!…
…des sciences pour s’en foutre,!…
…soigner, quiconque, malgré ses opinions et dogmes en turpitudes,!…
…médecin – philo, non, encore des inquisiteurs sade suivant ton A.D.N.,!…etc,!…
…elle est belle la démocratie mondiale,!…
…Tintin, et ce tourisme,!…courir,!…
…je me barre à mon château,!…etc,!…
…Ah,!Ah,!…reçu cinq sur cinq,!…

…candidats présidents pour se foutre du monde,!…la Syrie, rien à foutre,!…

…moyen – âge,…le roi Arthur et les chevaliers de la table ronde, avec les 4 tomes via la mentalité celte, à Lancelot et Arthur cocu et fin…etc,!…

…tapisseries et dentelles d’esprits de laines seines,!…Ah,!Ah,!…n’importe quoi, et c’est tant mieux écrits, illustré, la place à l’industrie automatique et supervisions des ressources à distribués,!…
…le reste Cinéma pour benêts – plus riches à pauvres d’esprits encore en cours de récréation à mentalité de se faire des soumis à rien foutre,!…
…la , les cloches,!…Ah,!Ah,!…Bip,!…Bip,!…etc,!…

JC..... dit: 15 avril 2016 à 10 h 59 min

Ne croyant pas une seconde que le vote démocratique, un homme égale une voix, ne soit autre chose qu’un enfumage soi-disant honnête, j’ai souvent voté en prenant un bulletin parmi le tas, les yeux fermés, au hasard de l’isoloir.

Ainsi, la dérision m’a permis de voter PCF, NPA, FN, EELV, OU UMPS…. en participant à la couillonnade générale, rigolote, et républicaine, au milieu des Nombreux.

JC..... dit: 15 avril 2016 à 10 h 50 min

Evidemment, il y a un rapport entre Blondin et Hollande : inintéressants tous les deux, morts tous les deux… Next ?

Janssen J-J dit: 15 avril 2016 à 10 h 49 min

@mais que je ne voterai JAMAIS pour cette gauche-là.
Un peu de patience que diab’. Il faut savoir persévérer dans son être votant, quoi… Après 25 ans de bipartisme alterné, on ne commence pas à renier son camp, quel que soit le bonhomme ou la bonne femme qui incarne la gauche de la droite. Comme il était dit dans Thérèse (d’Alain Cavalier), le plus difficile à tenir en chasteté, c’est les 40 premières années, après on s’y fait.

gontrand dit: 15 avril 2016 à 10 h 32 min

Au cas ou certains d’entre vous ne liraient pas le latin:
 »
Nous, l’empereur Constantin, et nous, l’empereur Licinius, nous étant assemblés à Milan pour traiter des choses qui concernent le bien et la tranquillité publique, nous avons cru devoir commencer par ce qui regarde le culte des dieux. Ainsi nous permettons aux chrétiens et à toutes sortes de personnes de suivre telle religion qu’il leur plaira, afin que la divinité qui préside au ciel soit à jamais propice et à nous et à nos sujets. Nous avons donc cru, et avec beaucoup de raison, que nous devions permettre à chacun de suivre le culte qui aurait le plus de rapport à son inclination, afin que cette souveraine divinité, à la religion de laquelle nous rendons volontairement nos respects, nous continue sa protection et sa faveur… »

Chaloux dit: 15 avril 2016 à 10 h 31 min

Le désarroi des jeunes socialistes « qui ne se voient pas en 2017, aller frapper aux portes pour demander aux électeurs de voter Hollande ».
Je dois dire que j’ai 25 ans de vote socialiste derrière moi (sans grande espérance, il faut l’avouer) mais que je ne voterai JAMAIS pour cette gauche-là.

les voisins dit: 15 avril 2016 à 10 h 27 min

le pq est co n tent devant sa tévé pour se distraire du vide de sa minable vie en attendant le éructations de bouguerot

Chaloux dit: 15 avril 2016 à 10 h 26 min

Le coup de France 2 était amusant : aucune transition entre le « journal » et la propagande. Regarde, tu n’as pas le choix.
Je n’ai pas regardé, pour ne pas cautionner.

Chaloux dit: 15 avril 2016 à 10 h 19 min

Hollande est l’homme qui croit qu’il va ressusciter au troisième jour.
Rappelons-lui cette formule qui pourrait lui être utile:
« Pas d’illusions, pas de déception ».

JC..... dit: 15 avril 2016 à 10 h 06 min

QUESTION : Que faut-il retenir de l’intervention de François Hollande ?

REPONSE : Rien ! Comme d’habitude ….

Lucy dit: 15 avril 2016 à 9 h 42 min

rose sépalavy (lvdlb)

Croyez-vous que Rrose Sélavy connaisse ces jeux de fous qui mettent le feu aux joues ?

Rrose Sélavy voudrait bien savoir si l’amour, cette colle à mouches, rend plus dures les molles couches. (RD)

bérénice dit: 15 avril 2016 à 9 h 35 min

JC:Cela prouve que vous n’êtes pas insensible aux vestiges d’une paix provisoirement engloutie bien que l’adjectif, hasardeux peut-être juste comme une note dans une partition complexe, à lui seul vous dira de la situation présente ce qui paraît dans ses répercussions en chaîne difficilement réparable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*