de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
De l’obsolescence des essais sur le numérique

De l’obsolescence des essais sur le numérique

Comment un livre dressant l’état des lieux du numérique ne serait-il pas dépassé aussitôt que publié ? C’est une mission impossible. Françoise Benhamou a relevé le défi en proposant Le livre à l’heure numérique. Papier, écrans, vers un nouveau vagabondage (224 pages, 17 euros, Seuil), un inventaire honnête et le plus complet possible de la situation. C’est là un bilan d’étape, nourri de sources américaines et françaises. Tout y est des avancées technologiques, perspectives, ratés, querelles et polémiques. La destruction de valeur subie par l’écrit en est le leitmotiv, et l’attention, le nerf de la guerre numérique.

Louable est la prudence de l’économiste de la culture et des médias : « horizon encore indéterminé » « On y reviendra »… Il est vrai que les modèles économiques de la presse en ligne sont encore dans le brouillard tandis que l’information ne cesse de gagner du terrain sur les réseaux sociaux. C’est aussi que les éditeurs, ceux des journaux comme ceux des livres, peinent à en dessiner en période de crise. Depuis cinq ans, les lecteurs de la presse américaine la lisent davantage en ligne que sur papier, mais ce public est difficile à monétiser tant il est volatile, insaisissable à force de paradoxes et de contradictions. La situation catastrophique que connaît une partie de la presse européenne est moins une crise du contenu que du support. Il ne s’agit pas que de détresse financière.

Communauté de lecteurs, mirages de l’autoédition, ambivalence du rapport au temps qui allie le sentiment de l’infini à celui de l’immédiat, e-commerce, lecteur augmenté, ténacité des barrières linguistiques dans un univers qui croit s’être affranchi de toutes les frontières, abus de position dominante des géants de la Toile etc Toutes choses que connaissent, ou qu’ont déjà lues, les observateurs de la vie numérique mais qui ont le mérite d’être ici rassemblées, étant entendu que, pour ce qui concerne l’avenir proche, tout ce qu’on sait c’est qu’on ne sait rien ; on sent qu’elle doit se placer sous l’invocation d’un vers du poète René Char où il disait avancer dans l’inconcevable mais avec des repères éblouissants. Car tout va très vite dans l’industrie des nouvelles technologies ; tout se démode en moins de temps qu’il aura fallu à Daech pour ringardiser Al Quaida.

Au chapitre du piratage, il est question des romans d’Amélie Nothomb et de 50 nuances de gris alors que l’événement dans le domaine, ce fut Merci pour ce moment, largement diffusé en ligne et illégalement aussitôt après son impression. Le grand danger est ailleurs : c’est le mouchard, la surveillance généralisée, le fait que le fabricant de liseuses a le pouvoir de regarder dans vos notes et surlignages. Dommage que la géolocalisation et la capture de données personnelles n’aient droit qu’à une vingtaine de lignes.

Sans même parler des questions de technique informatique (compatibilité des DRM etc) trop effleurées pour retenir l’attention des spécialistes, il lui faut resserrer la focale pour attirer l’œil, comme c’est le cas avec le chapitre consacré au cas des revues scientifiques comme paradigme du conflit communs/anti communs- entendez la mise à la disposition ou non de ressources pour la collectivité. Faut-il pour autant y voir « un condensé des bouleversements qui affectent le livre » ? Difficile à croire tant les finalités diffèrent.

Ailleurs, on se demande, malgré le contexte du chapitre, quelle peut-être l’utilité de la réflexion suivante, d’autant qu’elle se pose comme un paradoxe :

« Il est amusant de constater que la popularité de l’œuvre de Proust est à son faîte alors même que les 140 caractères imposés sur Twitter semblent célébrer l’idée que les propositions les plus courtes sont toujours le meilleures ».

Comme si l’un empêchait l’autre… Et comment peut-on encore croire que, contrairement au livre numérique,  « le livre papier exclut la distraction » ?; comment peut-encore répandre le poncif selon lequel la lecture sur écran est nécessairement superficielle (« sélective, rapide, assimilable à de la simple recherche ») quand on sait que la littérature scientifique, médicale notamment, est principalement sur écran ?

On conviendra sans mal que Google et Apple ne viennent pas précisément du monde de la culture, et que chez eux le livre relève surtout d’une stratégie de diversification ; mais comment Françoise Benhamou peut-elle en dire autant d’Amazon ? En ligne, une librairie perdrait-elle à ce point sa vertu ? Amazon était bien au départ une librairie, dont le premier livre vendu par la voie du commerce électronique Fluid Concepts and Creative  Analogies était signé Douglas Hofstadter.

Autant de regrets et de réserves qui rendent la lecture de cet essai frustrante. Comment l’auteur voit-elle l’avenir du livre ? L’autoédition confondue avec l’impression à la demande, non seulement pour se publier soi-même mais pour conserver les œuvres qu’on a aimées. Quant à la conclusion générale, rien de neuf : nous vivons une révolution industrielle et cognitive, des métiers anciens vont mourir et seront remplacés par de nouveaux, les frontières des territoires seront rectifiées, de la valeur sera transférée, le papier ne sera plus le navire amiral mais le dérivé du numérique roi, certes, certes… Et dire qu’il y a de grands éditeurs pour annoncer dans de grandes conférences la mort du livre tué par internet sur fond de Cronos dévorant ses enfants ! Goya a beau dos.brian stauffer

La France accuse du retard sur une mutation de lecture qui se développe partout ailleurs, parce qu’elle a l’orgueil d’une vieille nation littéraire incapable de dissocier le contenu du contenant, qu’elle a sacralisé comme nulle autre l’objet-livre et que, pour ne pas faire concurrence au livre de poche, ses éditeurs rechignent à abaisser encore les tarifs de l’édition numérique.

Daté ? mais la question n’est plus de se demander quand la tablette va avaler la liseuse, comme le téléphone a avalé l’appareil photo : on veut déjà savoir ce qui va avaler la tablette. On n’en est plus à constater la disparition de toute hiérarchie des informations, l’écran l’ayant lissée, mais à chercher comment inventer une hiérarchisation d’un autre type pour rappeler que tout ne se vaut pas. Entre le moment où Françoise Benhamou a remis son manuscrit et son impression, il s’en est passé des choses…

Entre temps, un patron de la presse périodique, qui a investi des millions dans le développement numérique de son groupe, encourage ses pairs à arrêter les frais au motif que le numérique serait un puits sans fonds, et le retour sur investissement un miroir aux alouettes jusqu’à preuve du contraire…

Entre temps, Alessandro Baricco a publié son essai sur les mutations sous le titre terrifiant Les Barbares, dans lequel il soutient la thèse selon laquelle la superficialité n’est pas une conséquence de la mutation culturelle en cours, mais bien le cœur d’une nouvelle façon de voir et de penser…

Entre temps, l’Encylcopedia Universalis, blessée à mort par Wikipédia, a été placée le 30 octobre 2014 en redressement judiciaire, obtenant une sursis de six mois pour « réussir la transformation nécessaire »…

Entre temps, pour faire face à l’explosion de la demande en Afrique, l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) a lancé de nouveaux appels à projets afin d’y développer les cours numériques au moyen des Moocs…

Entre temps, le Parlement européen a adopté à une large majorité une résolution à portée uniquement symbolique visant à dissocier chez Google le moteur de recherche des activités purement commerciales du site.

Entre temps…

A l’heure où nous mettrons sous presse, les Google glass seront déjà dépassées. Et d’ici la publication de cet article, tant d’autres facteurs, initiatives, informations, facteurs, inventions l’auront déjà impitoyablement daté. Vous aurez compris que, s’ils ne veulent pas que leur essai soit obsolète aussitôt que publié, les spécialistes de la chose devraient abandonner à la presse l’actualité volatile du numérique pour se consacrer à une réflexion sur les seules humanités numériques.

(Illustrations Kacper Pempel et Brian Stauffer)

Cette entrée a été publiée dans La vie numérique.

256

commentaires

256 Réponses pour De l’obsolescence des essais sur le numérique

burntoast4460 dit: 24 février 2015 à 16 h 40 min

Les livres de Kazuo Ishiguro sont élégants et subtils, mais aussi d’un ennui distingué. Avec ou sans tablette, attendons « The Buried Giant » (Le Géant enfoui). Y trouverons-nous un Merlin l’Enchanteur ?

Dairm dit: 24 février 2015 à 16 h 35 min

Y’a combien de mémères qui font défiler le matos qu’elles n’ont pas là ? Déjà que ça a plutôt dégoûté ailleurs…

Court dit: 24 février 2015 à 16 h 32 min

Le 5 – 6 Juin de la présente année, les murs de Massada auront l’honneur d’accueillir les Carmina Burana du très militaire Carl Orff.
Que le temps passe…
MC

bab el-oueda dit: 24 février 2015 à 16 h 04 min

La loi sur l’incitation à la « haine » perdrait un peu de son absurdité si elle était appliquée avec équanimité.

Non pas au Qur’ân, Seigneur (battez tambours, sonnez musettes!) mais à la majorité de ses commentateurs modernes dans le dâr al-‘islâm.

bab el-oueda dit: 24 février 2015 à 15 h 42 min

« Isis abducts 90 men, women and children from Assyrian Christian villages in Syria »

« S’lls ne se tiennent pas à l’écart de vous, s’ils ne se rendent pas à merci et ne déposent pas les armes, prenez les et tuez les où que vous les acculiez! Sur ceux là, Nous vous accordons un pouvoir éclatant » (IV, 91).

Cet audacieux « acculiez » est dû à la traduction du bon Régis Blachère.
Qu’est-ce que ce maître est donc allé penser?

Secrétariat de JC dit: 24 février 2015 à 15 h 37 min

Rentré de sa réunion dite de travail alors qu’elle consiste à emmerder tous ceux qu’ils n’emmerde pas ici, mon patron détesté a pîqué une colère de plus quand on l’a traité de larve, de sale petit microbe ce qui change un peu de fourbe et de cinglé

Onésiphore de Prébois dit: 24 février 2015 à 14 h 43 min

– Cukierman est maladroit dans son constat factuel : il y a plus de tueurs qui se réclament de l’Alcoran que de la Torah (Zeus)

On voit bien que la bande de Gaza et la Cisjordanie ne font pas partie des destinations touristiques de Zeus.

Observatoire des fonctionnaires de l'ennui dit: 24 février 2015 à 13 h 45 min

Mouais, rêver d’avoir langue liée avec l’énhaurme pour l’éternité, chacun son truc c’est mieux comme liberté… vous laisse parader tout votre saoûl en pètant dans vos victoria’s secret de supermarché, pas besoin de me payer un sert veaux…

Giovanni Sant'Angelo dit: 24 février 2015 à 13 h 30 min


…@,…l’Observateur,…à 13 h 17 mn,…je ne suis d’aucun CSA,…

…je suis de mon libre arbitre,…sans endoctrinement de pairs et repères,…à la pensée unique,!…

…j’estime, d’avoir l’âge de raison,!…pour donner, deux trois lignes à une vraie démocratie, sans partis pris,!…
…tout y passe, à l’occasion,!…
…en tour de rôle,!…
…montrez-moi vos griefs,!…pour connaitre l’oiseau à plumé,!…
…Ah,!Ah,!…etc,!…

Bloom dit: 24 février 2015 à 13 h 10 min

Excellent thème pour un roman:

Even though the Jewish population in Mumbai has declined dramatically over the past several decades—from a peak of 30,000 in the late 1940s to some 3,500 today, due in large part to mass aliyah—it is still the largest Jewish community in India. But for decades there was only one person in Mumbai, and the entire state of Maharashtra of which Mumbai is a part, who engraved Jewish tombstones: a devout Muslim named Muhammad Abdul Yassin.

abletmag.com/jewish-life-and-religion/188925/mumbai-tombstone-engraver?utm_source=tabletmagazinelist&utm_campaign=7c76145e35-Monday_February_23_20152_23_2015&utm_medium=email&utm_term=0_c308bf8edb-7c76145e35-207179193

Bloom dit: 24 février 2015 à 12 h 36 min

Le nouveau roman de Kazuo Ishiguro, jugé trop arthurien, esquinté par l’implacable critique du NYT Michiko Kakutani.

Pas vraiment une fan du Géant enfoui, cette autre Nippone dé-nipponisée, mais au moins a-t-elle l’élégance de rappeler l’immense talent à l’œuvre dans les autres romans d’Ish (sauf The Unconsoled, que j’ai eu du mal à commencer). C’t’un genre de critique dont on n’a pas l’habitude en France, où on verse vite dans l’attaque ad hominem.

Giovanni Sant'Angelo dit: 24 février 2015 à 12 h 35 min


…France 3,…12/13,…édition des initiatives,…société,…Champagne-Ardenne,…

…et, avec çà,!…un locataire s’est éclipsé, …sans plus, payez,…ni loyers, ni crédits,…
…va savoir, un club aux Bermudes,…
…et, nous on avale,…tout,…les Luxleacks, et Swissleacks,!…et la crise , couche-couche-panier,…canapé,!…
…et, les Assurances, pour les autres circuits,!…connectés à déconnectés, et vice-versa,!…l’obsolescence programmé,…le profit, le lucre, la misère dans l’obscurantisme à canapé,!…
…Oui,!…j’imagine,!…mon assistant, va conclure,…au sceau de justice de la banque mondialiste à Clemenceau,!…Ah,!Ah,!…
…çà vient, l’obsolescence des sens en cours circuits,…etc,!…
…t’à gueule et film,!…au four & au moulin,!…à la gueuse  » abrutie « ,…aux €uro,…etc,!…
…d’un jet,…etc,!…envoyez,! la morale,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 24 février 2015 à 12 h 13 min


…voilà,…ce matin, c’est de nouveau allumé la T.V.,…ce matin,…à 7 heure c’était éteint,!…
…quel  » Yoyo « ,…
…qui s’en va et qui revient,…
…probable,!…origine du commerce à leurre,…chez Tata-Yoyo,!…mondialiste à cols-blancs,!…sans gris-gris,…
…du blanc à leurres,!…suivez mon panaché,!…foutre de Zeus,…au temple électro-magnétique,!…Ah,!Ah,!…
…etc,!…

ZEUS..... dit: 24 février 2015 à 11 h 47 min

Et dans tout ça, ….. le Numérique ?

…. un blog littéraire prestigieux, s’il ne retire rien au sujet, ne peut rien lui apporter ….

ZEUS..... dit: 24 février 2015 à 11 h 44 min

L’ennui ne risque pas de nous atteindre, ici !

Qu’est ce qu’on se marre…

– Cukierman est maladroit dans son constat factuel : il y a plus de tueurs qui se réclament de l’Alcoran que de la Torah
– Boubakeur, probablement gâteux, se laisse manipuler par ses ultras : on l’enferme dans un garage pour qu’il n’aille pas grossir chez des Juifs

ZEUS..... dit: 24 février 2015 à 11 h 20 min

Dairm,

Nous aimons beaucoup votre style : vous parlez numérique, comme un traducteur automatique qui aurait échappé au contrôle des Humains …

Dairm dit: 24 février 2015 à 11 h 11 min

Pour calmer les esprits

Z’en faites pas, faut dire que s’il fallait lire aujourd’hui des trucs du genre « plus jamais ça » dans certaines permanences… Mais bon, préférerais pas (et c’est clair de puis longtemps n’en déplaise aux déficients en tous genre) me la jouer non minable ayant besoin de minables pour un simulacre de différence !

ZEUS..... dit: 24 février 2015 à 10 h 56 min

Enorme conflit en réunion avec HERCULE, ce matin ! On a frité sec.

HERCULE !

Mais pour qui se prend il celui-là ? Ce jeune couillon musculeux arrive en bluejeans et polo Ralph Lauren, ridicule au milieu des dieux en toge brodées et des déesses en beauté ! La-men-table, l’hercule de foire !

Je l’apostrophe, l’engueule et je le vire : « HERCULE, dégage ! tu ressembles à Schwarzenegger habillé comme un plouc américain du Minnesota, t’as l’air nul, fringué comme ça … »

Il me regarde méchant, mais j’avais sur moi mon lance-foudre Areva. Chargé… Il la ferme, prudent, et va se changer.

Cinq minutes plus tard, le voila qui se pointe en mini-toge jupette découvrant ses cuisses puissantes, les pectoraux en vitrine. Les filles lancent des waoouh ! ça roule…

Superbe !

« Bravo ! je lui fais, là tu ressembles à un dieu. Tu comprends, HERCULE, on ne peut pas tolérer n’importe quoi sur l’Olympe : tu imagines APHRODITE déambuler en burqa, non mais … ?! »

On est des dieux, bon sang ! Pas des minables …

burntoast4460 dit: 24 février 2015 à 10 h 26 min

J’ai parfois l’impression curieuse de faire mes (rares) commentaires au milieu d’un dézingage général à coups de fusils d’assaut entre commentateurs. Un petit côté – comme dirait Proust – Iwo Jima. Il ne manque plus que les bombardements en rase motte.

Pour calmer les esprits : « Selve amiche, pombrose piante / Fido albergo del moi core / Chiede a voi quest’alma amante / Qualche pace al suo colore. »
Antonio Caldera 1670-1736 (https://www.youtube.com/watch?v=cLcmTNXLMqk).

Dairm dit: 24 février 2015 à 10 h 04 min

Et elle cache ses shoots aux jus de bidon de concierge avec son minable petit braquet de name-dropping. Obstinée du bois pourri dont on fait des désespérées (et c’est rien de le dire). Enfin bref, passons…

burntoast4460 dit: 24 février 2015 à 9 h 33 min

J’utilise le mot « tablette » au sens large : donc, y compris les Ipad et les clones d’Ipad des autres marques.

burntoast4460 dit: 24 février 2015 à 9 h 29 min

Dans le lien donné par « la vie dans les bois »(24 février 2015 à 8 h 01) on nous indique que, « 72% des lecteurs de livre numérique utilisent leur tablette comme support de lecture ».

Un peu surréaliste comme information. Et les 28% de lecteurs restant utilisent quoi pour lire leurs livres numérique ??? On aimerait plutôt savoir combien de lecteurs de livres (assidus, pas ceux qui lisent deux livres par an), utilisent une tablette pour lire.

Par ce que j’en juge des lecteurs assidus dans le métro (il y en a), ils utilisent toujours le papier en grosse majorité.

ZEUS..... dit: 24 février 2015 à 7 h 55 min

Avant de partir en réunion de travail – rassurez vous pas un travail salissant – deux réflexions :

Nous avions prévenu la délicieuse Françoise Benhamou : « Votre bouquin sera inintéressant au possible, mort avant que d’être né ! Le papier ne convient pas à votre propos, il ne répond pas à la vitesse des annonces technologiques !!! »

Elle nous a ignoré … elle va déchanter lorsqu’elle aura le chiffre des ventes !

Même alerte auprès de Dalil Boubakeur : « Vous devriez mieux contrôler vos ultras, Dalil, ils vont vous faire basculer dans le camp des agressifs, exactement au niveau le plus élevé du CFCM ce que l’on constate chez vos jeunes Qons de la rue…! »

Il nous a ignoré … il va déchanter lorsqu’il aura compris qu’il confirme les propos du patron du CRIF !

Bon, cétacé ! bonne journée, mes chers Terriens !

la vie dans les bois dit: 24 février 2015 à 7 h 43 min

la  » chose » de 5h31 est toujours sur le même braquet, travaillé par ses sens. Mais ses éructations ne franchissent plus le 2ème cercle de son enfer, et invariablement lui retombent dessus.
Si encore la pharmacie centrale a bien été approvisionnée.

ZEUS..... dit: 24 février 2015 à 7 h 26 min

Comme je suis dans le coup, côté management divin, et que je souhaite le rester, j’organise les débats olympiens sur le nuage n°3 !

Débats qui intéressent évidemment mes petites déesses, mes petits dieux qui ne foutent rien, et les demi-dieux qui espèrent une promotion…

Hier, on disputaient sur le VIVRE ENSEMBLE sur Terre ! Curieusement, en Olympe, nous sommes tombés d’accord : le meilleur « vivre-ensemble », c’était celui de l’Ancien Régime, avant révolution, populasserie et humanisme bobo des Duglands.

Le VIVRE ENSEMBLE idéal !

les Aristocrates à l’abri des outrages que le travail impose aux Ploucs, pouvant se consacrer aux Arts, à la Guerre, à la colonisation des sauvages qui découvrent émerveillés la Civilisation, beaux châteaux, belles femmes, poésie, peinture, bel amour, Renaissance ….. et comme il convient, les bolos au ras du sol, mœurs grossières, désirs bas de gamme, ça vit dans des galetas, ça meurt dans l’indifférence générale, ça ne pense qu’à se reproduire entre soi, pauvres ombres sans personnalité qui travaillent pour assurer les privilèges nécessaires à l’élite, fierté de l’humaine condition !

Parfait équilibre …

Voila ce que nous appelons le « vivre-ensemble » : les riches, les puissants, les gens de pouvoir, entretenus par l’immense troupeau des Qons qui triment !

A peu près ce qui est, aujourd’hui …. et c’est très bien.

Météo France..... dit: 24 février 2015 à 6 h 16 min

Dehors, ça souffle fort !

Il est temps de vérifier les amarres qui maintiennent le vieux rafiot usé. Les rochers ne sont pas loin qui attendent patiemment la dislocation des vieilles membrures, l’éclatement des bordés fatigués, la quille affaiblie. Pauvre coque vide, prête à échouer en gémissant….

Non ! on ne parle pas du mistral qui rugit, agite les palmiers, fait siffler les drisses et les haubans ! On songe au prochain congrès du Parti Socialiste, vaisseau vermoulu, sur le flanc, promis à la dérive !…

la vie dans les bois dit: 23 février 2015 à 18 h 30 min

breaking news
Avec ses 1890 kg, Fêtard est la vedette du salon parisien et remporte pour la deuxième année consécutive le titre du plus beau, du plus gros et du plus lourd.
Ici il a de la concurrence !

Diagonal dit: 23 février 2015 à 18 h 10 min

Bonjour M. Assouline, et bonjour à votre fidèle robot filtreur dont nous ignorons hélas le nom et le principe de ses fantasques sautes d’humeur.
Je vous demande, au nom de tous nos compatriotes, de ne surtout pas censurer ZEUS et ses multiples aliens en neutralisant définitivement son adresse IP, bien que vous vous apprêtiez très certainement à le faire. En effet, nous nous sommes toutes et tous aperçu qu’il s’était attribué une indispensable fonction de bouc-émissaire chargé de haines, en rendant vos intervenautes réguliers beaucoup plus tolérants et constructifs les uns vis à vis des autres qu’ils ne l’étaient jadis et naguère. On peut enfin parler chez vous de littérature, malgré des tentatives de déstabilisation permanentes qui ne sont pour lui qu’une manière de combattre l’ennui olympien que les animalcules agités de ce blog lui procurent.

Giovanni Sant'Angelo dit: 23 février 2015 à 16 h 52 min


…la Foudre,!…en 1972,…Vicky Leandros,…Après Toi,…
…la liberté au chaudron,!…au bain-marie,!…
…les carnassiers des petits-profits aux dépannages , la boucle maintenant,!…of course,!…Ah,!Ah,!…qu’elle équipe,!…
…un divorce,!…combien!,…la prunelle,!…etc,!…

ZEUS..... dit: 23 février 2015 à 16 h 39 min

Martin Guerre, mon petit bonhomme, vous avez de la chance que mon GPS soit en panne et que mon lance-foudre se trouve malheureusement en maintenance …

Sinon, vous y aviez droit, en réponse à vos vulgarités !

Giovanni Sant'Angelo dit: 23 février 2015 à 16 h 37 min


…Sandra Kim, j’aime la vie,…le temps de la nature sans plus,!…etc,!…pour faire court,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 23 février 2015 à 16 h 24 min


…je ne vend pas, une télé grand écran de plus d’1,50 m, en diamètre, quand même,!…enfin,!…
…etc,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 23 février 2015 à 16 h 21 min


…mais, non, je vend pas ma télé,!…je prend une antenne parabolique,…en plus,!…

…et Stéphanie,…comme un ouragan,!…
…bien au chaud,!…etc,!…le rôle à Méduse,!…les tentacules,!…pour Percée dans la vie … … …, etc,…Oui, mon taille crayon, un art de vivre,…au miel,!…

Martin Guerre dit: 23 février 2015 à 16 h 15 min

Zeus : des saillies dignes des pires pamphlétaires collabos sous Vichy… c’est du propre pour un blog littéraire

Giovanni Sant'Angelo dit: 23 février 2015 à 16 h 03 min


…15 h 05 mn,…la vie dans les bois,…

…c’est décider, je ne sort plus de chez-moi,!…il n’y a rien a voir, a faire,!…à créer,…

…chance ou pas chance,…aucun effort,!…&…aucune envie,…rien,!…

…comme chante la Mylène Farmer,…je suis libertine, qu’on me tienne la main,…et Alisée d’en reprendre à Lolita,…
…Ah,!Ah,!…50 nuances de gris-gris,!…
…le toys des toys,!…au frais,!…Na,!…
…la Coupe, est pleine,…repos cool,!…
…avec rien,!…etc,!…

Polémikoeur. dit: 23 février 2015 à 15 h 53 min

De l’obsolescence des adaptations
télévisées de Simenon !
Battage une semaine,
silence la suivante.
Belgiclement.

ZEUS..... dit: 23 février 2015 à 15 h 46 min

« Le collectif des Lesbiennes, Gays, Transexuels et Bisexuels de Madrid (Cogam) a, quant à lui, exprimé sa « surprise et son indignation » face à ces consignes portant atteinte « à l’égalité reconnue dans la Constitution et invitant les contrôleurs du métro de Madrid à adopter des comportements homophobes ». » (le Point)

Dans un souci d’apaisement, connaissant les projets du Califat 93 où règneront religieusement Amour, Tolérance et Paix, nous invitons ces joyeusetés de la nature inventive maltraitées à Madrid de rejoindre la Seine Saint Denis où ils auront toute leur place, dans un vivre-ensemble de qualité.

Ils sont vraiment, ces socialistes..... comment dirai-je ...! dit: 23 février 2015 à 15 h 35 min

« Bonus du patron de Sanofi : incompréhensible pour le gouvernement » AFP

Il est vrai que ne connaissant rien au management dans les entreprises, lesquelles sont libres de payer qui elles veulent le montant qu’elles veulent… ces socialistes ne comprennent rien.

Et ça gouverne ! Sans savoir ….. ! Chapeau, les clowns….

Et sans doute quelque démon me poussant dit: 23 février 2015 à 15 h 17 min

Et puis Emilie avait quand même une autre classe que Liliane, pas vrai François-Marie ?

Et sans doute quelque démon me poussant dit: 23 février 2015 à 15 h 12 min

@15.01. Certes, mais quand ils se sont mis à philosopher sous les étoiles glacées avec la belle Emilie, le carrosse ayant tourné cul par dessus tête, ça valait bien tout l’or du monde pour l’Arouet… Et puis, à cette époque, les euros, ils ne les avaient pas encore vus venir ; les écus en revanche, ils n’auraient point craché dessus.

bab el-oueda dit: 23 février 2015 à 15 h 03 min

CONNAIS TON ENNEMI,
ma contribution au point Nasr-allah (ex God-win)

Comme avec AH ou JSt, les démocraties ont un temps de retard.

« In December, The New York Times published confidential comments by Major General Michael K. Nagata, the Special Operations commander for the United States in the Middle East, admitting that he had hardly begun figuring out the Islamic State’s appeal. “We have not defeated the idea,” he said. “We do not even understand the idea.” In the past year, President Obama has referred to the Islamic State, variously, as “not Islamic” and as al-Qaeda’s “jayvee team,” statements that reflected confusion about the group, and may have contributed to significant strategic errors. »
Jayvee team, hihihi…

Contrairement à la vulgate de nos spécialistes de sciences politiques (« ce sont des modernes, qui reflètent notre propre crise »), il faut prendre au sérieux le projet apocalyptique, le back to future de l’EI.

http://www.theatlantic.com/features/archive/2015/02/what-isis-really-wants/384980/

Onésiphore de Prébois dit: 23 février 2015 à 15 h 01 min

Qu’un biographe de Flaubert, par exemple, appelle son personnage Gustave à tout détour de phrase peut rapidement lasser, mais de temps en temps, la faim, l’occasion, l’herbe tendre aidant, on ne voit pas pourquoi il s’en priverait systématiquement. Affaire de circonstances, de feeling, de connotations. Evidemment, appeler Voltaire François-Marie est carrément désobligeant pour l’auteur de « Candide », dont je ne sache pas qu’il ait reçu 917 millions d’euros en cadeaux divers de madame du Châtelet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*