de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Big Orwell

Big Orwell

Quoi de neuf ? 1984. S’il est un classique d’une brûlante actualité, c’est bien le roman de George Orwell (1903-1950). Il est pourtant paru pour la première fois en français en juin 1947 chez Gallimard dans la traduction d’Amélie Audiberti. Depuis, il n’a cessé d’être lu, analysé, disséqué, comparé, commenté, imité. Nombreuses sont les œuvres littéraires, philosophiques, poétiques, cinématographiques, télévisuelles, théâtrales qui lui doivent quelque chose. Parfois, l’essentiel.

Le cas actuellement du 2084, le roman de Boualem Sansal qui détient probablement pour cette rentrée le record de sélections sur les listes des prix. Aux trois grands empires Océania, Eurasia, Estasia, auxquels correspondent l’Amérique, l’Europe et la Chine, dont Orwell prédisaient qu’ils s’affronteraient pour la domination du monde, l’écrivain algérien ajoute un quatrième : le totalitarisme islamiste.

George Orwell n’y avait pas pensé ; Eugène Zamiatine non plus dont le roman Nous autres (1920), description d’une dystopie totalitaire, l’avait inspiré. Des paranos prisonniers du siècle des ténèbres, Orwell et Zamiatine ? Vraiment pas. Ce qu’ils dénonçaient est toujours là, sous nos yeux, mais sous d’autres formes. En épigraphe de Il était une ville, roman qu’il vient de publier sur Detroit, ville devenue fantôme à la suite de la crise de 2008, Thomas B. Reverdy a placé cette phrase en épigraphe : 

« Certes, ce Taylor était le plus génial des anciens. Il est vrai, malgré tout, qu’il n’a pas su penser son idée jusqu’au bout et étendre son système à toute la vie » (extrait de Nous autres)

Il n’y a pas que les livres. Un Comité Orwell créé il y a quelques mois à peine à Paris par des journalistes dont Natacha Polony, entend défendre la liberté d’expression, le pluralisme des idées et « notre héritage social et politique fondé sur la souveraineté populaire”. La pensée antitotalitaire de George Orwell, socialiste qui demeura un homme de gauche, aimait à se présenter comme un anarchiste conservateur. Son ami Cyril Connolly se moquait volontiers de son souci social :

 « Il ne pouvait pas se moucher sans s’interroger sur les conditions de travail dans l’industrie des mouchoirs ».

Depuis un demi-siècle, 1984 a été l’objet de bien des détournements ; et la fortune rencontrée par l’adjectif « orwellien », au moins égale à celle de « kafkaïen » en tout cas sur Twitter, annonce d’autres instrumentalisations en perspective. Et il n’y a pas que « Big Brother » devenu le lieu commun allégorique du Chef. Il n’est que de voir les querelles autour de la traduction du concept de common decency, que l’on trouve plutôt sous la plume de l’essayiste politique : « simple décence », « décence élémentaire »,  « décence ordinaire », « morale commune », « honnêteté élémentaire », « décence commune » et même « « élan spontané vers la solidarité » etc

Société de surveillance généralisée, fin de la vie privée, négation de l’Histoire, réécriture du passé, novlangue par laquelle la chose disparait car elle n’est plus pensable dès lors que le mot est éradiqué… Ses anticipations sont terrifiantes de vérité et de justesse. A l’origine, dans l’esprit de son auteur, 1984 devait s’intituler Le dernier homme en Europe. Ce qui était jugé assez pessimiste. Son éditeur Victor Gollancz refusa également 1948 qui risquait de déprimer ses lecteurs tout autant. Aussi inversa-t-il les chiffres et donna-t-il un caractère plus futuriste à son histoire afin de moins les heurter. Et c’est ainsi qu’Orwell est grand.

Il faut lire et relire 1984. Dans la deuxième partie, au cinquième chapitre, il est écrit :

« On avait enlevé à la Section de Julia, dans le Commissariat aux Romans, la production des romans. Ce Département sortait maintenant, à une cadence précipitée, une série d’atroces pamphlets.”

Là aussi on y est, presque.

(« Somewhere in L.A. » photo Passou)

Cette entrée a été publiée dans Non classé.

593

commentaires

593 Réponses pour Big Orwell

Antoine dit: 2 novembre 2015 à 7 h 56 min

D’Orwell, il faut signaler les quatre tomes d’Essais méticuleusement traduits par Jaime Semprun aux Éditions de l’Encyclopédie des Nuisances. Ces quatre tomes sont autant de trésors.

Résumons..... dit: 26 octobre 2015 à 13 h 16 min

Faites un effort, les gars ! Essayez d’arriver à être aussi drôle que W….. c’est facile, vous verrez !

Widergänger dit: 26 octobre 2015 à 12 h 47 min

(Re)lisez plutôt Pascal au lieu de nous sortir vos habituelles sottises à deux balles. Vous êtes infantiles avec vos commentaires de cours de récré. Même pas drôles en plus !

Giovanni Sant'Angelo dit: 26 octobre 2015 à 10 h 09 min


…la comédie prussienne à vécu,…et la comédie  » Solidarnosc « ,!…aussi,…la Pologne de Gauche à disparu,!…
…signe précurseur des droites à Pétain,!…aussi,!…un marasme cousu de tout fils,…
…l’abandon des peuples à leurs désagrégations,…par leurs élus en toupie d’€uro,!…

…un pied avec, chacun avec sa  » grande  » Allemagne « ,…
…Stalag-2015,…le futur,…dans l’assiette,!…etc,!…

Résumons..... dit: 26 octobre 2015 à 8 h 25 min

On marche sur la tête : le Président de la République viendra pleurer sur les tombes des accidentés de la route, se mettant de fait au niveau d’un Maire ou d’un Préfet !…

Que ne s’occupe t il de ce pourquoi il a été élu : trouver de l’emploi, de la croissance économique, assurer la sécurité publique, lutter contre le délitement identitaire du pays, réformer en profondeur !

J’oubliais : il est plus facile de caresser comme un bon papa IIIème république les c.ouillons de Français infantiles qui sombrent facilement dans l’émotion débile, que de les traiter comme des adultes responsables capables de changement….

BIG FRANCOIS is cocooning you !

fridriech dit: 26 octobre 2015 à 7 h 22 min

For millions of Syrians, their first place of safety was a neighbouring country – like Lebanon, Jordan, Turkey, Egypt and Iraq. But few refugees can continue to pay rents at all, even on tiny and crowded rooms. ..In most countries, refugees are not allowed to enter the labour market formally and face sanctions if caught..Without income, people are forced, first, to spend their savings, and then to take on debt. Even worse options may then lie in store. After years of gruelling costs, many are simply no longer able to pay for rent, food or basic items. …..Recently, World Food Programme vouchers were cut for thousands of refugees, forcing many into “negative coping strategies”, including begging and child labour.
In Jordan, many refugees have also lost free access to healthcare. .. Almost 60% of adults with chronic conditions are now forced to survive without medicine – up from 23% in 2014.Refugees in Iraq, Jordan, Lebanon and Egypt say cuts like these are the last straw, leaving them little choice but to leave.
….. in Jordan, Egypt, Lebanon and Turkey there are simply not enough opportunities for Syrian children to be educated. In Jordan, 90,000 Syrian children are going without a formal education, and 20% of refugee children have abandoned school in order to work. Many girls are losing out after being forced into early marriage, another survival mechanism. Even in Lebanon, where education is free for Syrian children, transportation costs are prohibitive ….Most people fleeing Syria can only enter Lebanon if they show border guards an air or ferry ticket to Turkey. Refugees already in Lebanon must pay the equivalent of £130 per year to stay, as well as pledging not to work. In Jordan, the government requires all Syrians living outside of camps to get new identity documents to access services, but their cost (£27) is simply too high for many to afford… (The Guardian UK)

bienséance dit: 26 octobre 2015 à 7 h 19 min

Attila dit: 25 octobre 2015 à 19 h 25 min
Que les vivants se rassemblent autour de leurs morts devrait t’inspirer un peu de pudeur, JC, la pudeur, tu connais ?

la hyène de pq ne sait qu’espérer attirer l’attention sur sa pauvre existence

Résumons..... dit: 26 octobre 2015 à 5 h 51 min

Où en est-on de la liberté d’expression dans un pays en pleine décomposition, asservi par une élite déliquescente, incompétente, sûre d’elle et dominatrice, aidée par des media aux ordres ?

Nuit noire en plein jour !

La Terre est plate, l’espèce humaine ne comporte pas de races, le noir est blanc, la diversité n’existe pas, la pensée sera unique, la morale sera universelle : toute autre hypothèse sera combattue en Justice et les déviants seront châtiés ! …..

Bloom dit: 26 octobre 2015 à 3 h 33 min

Le Big Brother chiite veut démontrer que lui aussi connait le maniement du martinet. La Perse est police.

« Je ne comprends pas trop ce qui m’arrive. Pour l’instant, je suis libre. Est-ce que demain je vais être arrêté, ou bien le gouvernement va-t-il revenir sur ma condamnation, s’il y a une forte mobilisation internationale ? Je m’attends à tout », nous déclare Keywan Karimi, depuis Téhéran. Joint par téléphone, samedi 24 octobre, le cinéaste iranien, âgé de 30 ans, a été condamné, le 14 octobre, à six ans de prison et à 223 coups de fouet par le régime iranien. »

Le Monde

Bloom dit: 26 octobre 2015 à 1 h 35 min

Nous continuons, sans parfaire en améliorant, avec les auteurs de chez Albin Michel: Eric-Paul Meyer pour l’histoire & l’historiographie, Marc Gaboriau pour l’islam du sous-continent & Ysé Tardan-Masquelier pour l’hindouisme & ses sectes.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 26 octobre 2015 à 0 h 51 min

« ils s’occupent de mettre en place des couverts et une assiette (plusieurs si on est plusieurs)… »

Du moment qu’ils ne doivent pas y ajouter des dentiers… Ça fait pas trop Floride…

tonton dit: 26 octobre 2015 à 0 h 18 min

Sergio dit: 25 octobre 2015 à 22 h 42 min

Un proprio Alsacien Sergio, c’est pas la mirabelle et le gris de Toul qui sont au programme.

Sergio dit: 25 octobre 2015 à 22 h 42 min

Attila dit: 25 octobre 2015 à 20 h 10 min
(Il faut mettre une cravate pour déjeuner à Drouant ?)

Non pas la peine, ils s’occupent de mettre en place des couverts et une assiette (plusieurs si on est plusieurs)…

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 22 h 23 min

Chaloux dit: 25 octobre 2015 à 20 h 54 min
Pascal « philosophe de la joie », là aussi il devrait y avoir débat.

Il a pleuré de joie au moins une fois dans sa vie. C’est peu, mais il faut savoir se contenter. En tout cas, le « Magazine littéraire », arguant de ce bref épisode joyeux d’une existence qui ne le fut guère, le présente comme un « philosophe de la joie ». C’est pour le moins abusif. Il suffit de lire les « Pensées » pour s’en rendre compte. La joie par le divertissement, sans doute ? En tout cas, prétendre vous inspirer l’amour de dieu, et donc la joie, par l’argument du pari, c’est vraiment se foutre du monde.

Larbin de bouguereau dit: 25 octobre 2015 à 21 h 42 min

ERRATUM.

Monsieur vous fait dire que son nouveau métier est plus communément appelé « plugueulier ».

Giovanni Sant'Angelo dit: 25 octobre 2015 à 21 h 33 min


…@,…Paris by night à 20 h 38 min,!…

…il ne faut pas rêver,!…comme tout le monde, je n’assume rien du tout,!…
…je ne suis pas payez pour,…encore moins à concevoir,!… » la nouvelle république du futur « ,…
…tirez vos plans, avec tout vos strates de connivences corporatistes soumis à l’état, plus mafieux tu meurt,…
…l’Europe-Bordel,!…à bananes,!…
…tout ce que j’écris, c’est de ma gratuité,!…v’là,!…
…vu la scatologie, réalités-fictions, qui nous enrobe la vie meurtrie de notre futur décapité,!…
…l’Europe du seul profit du genre  » juifs convertis « ,…Sodome & Gomorrhe,!…

…j’ai pas de partis pris,!…je ne vois que l’enfer pour tous sur terre comme au ciel,!…etc,!…
…c’est la cuisine de saison aux états bananières à l’€uro,!…
…l’obole, pour passer une bonne nuit,!…bien tranquille,!…

…de toutes façons,!…débrouillez-vous,!…
…en quoi que se soit,!…jamais sans principauté,!…augmenté le ton,…pour rester inabordable,!…et ta soeur,!…

bérénice dit: 25 octobre 2015 à 21 h 27 min

Raciste assumé. par je ne sais qui.

une anecdote, quelqu’un, un jour, me demandait ce que je pensais du racisme, ce à quoi je répondais que le seul qui vaille à mes yeux était le racisme visant les c.ns. Après la sagesse populaire enseigne qu’on l’est toujours d’au moins quelqu’un et reste à chacun de définir les limites de l’acceptable, du condamnable.

Larbin de bouguereau dit: 25 octobre 2015 à 21 h 09 min

Larbin de bouguereau dit: 25 octobre 2015 à 21 h 07 min
Monsieur m’a chargé de vous transmettre un message. Il ne sera pas absent longtemps, juste le temps pour lui de terminer son stage.
Monsieur a en effet décidé d’exercer un nouveau métier : trouduculier.

Chaloux dit: 25 octobre 2015 à 20 h 54 min

Pascal « philosophe de la joie », là aussi il devrait y avoir débat. J’ai toujours trouvé Pascal abominable.
Bonne soirée,

Il paraît que Ueda est d'accord dit: 25 octobre 2015 à 20 h 52 min

Chaloux dit: 25 octobre 2015 à 20 h 40 min
c’est l’obstination des politiques à bafouer la démocratie

La démocratie suivant Chaloux : Son Avis.
A méditer.

Chaloux dit: 25 octobre 2015 à 20 h 47 min

Comparo-laxatif dit: 25 octobre 2015 à 20 h 43 min

Ce que je crois, c’est que le post-humanisme -très relatif- sur lequel nous vivons depuis 1945 n’est plus viable dans un monde qui devient de plus en plus en plus violent.

Chaloux dit: 25 octobre 2015 à 20 h 44 min

Un citoyen devrait pouvoir déposer plainte contre les gouvernants si le contrat électoral (c’est un contrat) n’est pas rempli.

Comparatif dit: 25 octobre 2015 à 20 h 43 min

Chaloux dit: 25 octobre 2015 à 20 h 36 min
aux ordres des « décideurs »

Chaloux rallie Poujade et Ueda.
une habitude chez les petits-bourgeois de la banlieue pavillonaire qui veulent protéger leurs breaks.

Chaloux dit: 25 octobre 2015 à 20 h 40 min

Pas besoin d’aller chercher des noises à Onfray ou à Finkielkraut, la vraie responsable de la montée de l’extrême droite c’est l’obstination des politiques à bafouer la démocratie.

Paris by night dit: 25 octobre 2015 à 20 h 38 min

Il est d’ailleurs assez marrant de voir qu’ici dans la catégorie « xénophobes et associés » se trouvent rassemmblés principalement un plus ou moins Japonais, un Sicilien plus ou moins assumé et un Ashkénaze auto-proclamé.
Finalement « souchien » (comme dit ….) ce n’est peut-être pas si mal pour accepter la diversité.

Chaloux dit: 25 octobre 2015 à 20 h 36 min

1) L’extrême droite monte en France. On peut légitimement s’en émouvoir.

2) D’un autre côté, les partis dits « démocratiques », socialistes et « républicains », aux ordres des « décideurs » veulent continuer à gouverner sans débat, donc sans démocratie.

Le politique fait ce qu’il veut hors tout débat démocratique mais l’électeur, quoiqu’il arrive, doit demeurer vertueux et « démocrate ». C’est à dire ne pas entraver le droit du politique à bafouer perpétuellement la démocratie.

Dans ce contexte, les 60% de vote au FN annoncés par le franc-maçon n’ont rien d’improbable.

Comparatif dit: 25 octobre 2015 à 20 h 29 min

Ueda est bien sûr hors-concours.
Le crypto-lepeniste, plus papa que fifille d’ailleurs, plus aucun tabou, il assume.
Raciste assumé.

bérénice dit: 25 octobre 2015 à 20 h 14 min

une fiotte

Je ne vois que la colère ou la connerie qui poussent à l’insulte bien que cette dernière ne soit efficace à circonscrire l’objet en question. Qu’est-ce qui ne va pas? Des arguments sensés?

Comparatif dit: 25 octobre 2015 à 20 h 12 min

ZEUS….. dit: 25 octobre 2015 à 20 h 07 min

JC je t’aime, mais parfois il faut le dire, tu es encore plus c.. que baroz,
c’est dire.

bérénice dit: 25 octobre 2015 à 20 h 10 min

Zeus L’Europe serait-elle la tranche de rosette qui hésite entre le pain d’Ouest ou la pain d’Est? Expansionnisme économique de l’un, expansionnisme militaire de l’autre et quoique ces deux puissances rivalisent sur ces deux fronts: guerre économique et guerre militaire.

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 20 h 07 min

Quittons nous sur une dernière amusette :

A la Mairie de Paris de Paris, le patron de la Culture est une fiotte culturelle qui s’appelle Bruno.

Merci maman Arlette d’avoir trouvé une bonne planque au gamin !

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 20 h 01 min

… et oui, je peux dévoiler mon identité réelle, c’est cela le courage des grands qui en ont assez de souffrir empseudopodisés, mon nom est ….. Jean-Claude ! …

Jean Claude JUNCKER, Dieu mou, en Olympie bruxelloise.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 20 h 00 min

Echanges.
Echange symbole de droite suranné contre prose de gauche solide.

(Je n’ai aucun espoir sur ce point.
Depuis janvier, je téléphone comme un dératé.
Du Collège de France à l’école primaire de mon quartier, de l’artiste FIAC subventionné au néo-pauvre dont je connais encore le nom.

Négatif: peur, conformisme, et surtout immense effarement.
Je répète: un effarement immense!
« C’est une connerie, mais qu’est-ce que tu veux, j’ai signé ».
J’entends ça TOUS les jours.

La gauche est morte, mes amis, heureusement que je suis plus hindouiste que Bloom.)

Le bout du bout dit: 25 octobre 2015 à 19 h 53 min

Attila dit: 25 octobre 2015 à 19 h 20 min
« Qui supporte encore Ueda »
Moi, c’est la version la plus sensée de D.

Question pour le commentarium (cf Nikeur)

Connaissez-vous plus c.. que baroz (lacenaire ne peut participer) ?
Ceux qui croient pouvoir répondre positivement peuvent s’adresser à [email protected], une invitation chez Drouant offerte par tirage au sort.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 19 h 48 min

bérénice dit: 25 octobre 2015 à 19 h 35 min
ça ne nous dit toujours pas pour qui vous allez voter, bérénice !
1er tour no problemo, second tour, je n’en sais strictement rien.

Tiens c’est intéressant, moi c’est le contraire.

Premier tour, bulletin blanc bien sûr (nous sommes deux ici, sauras-tu désigner l’autre?)
Au deuxième tour en revanche, angoisse et tremblement.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 19 h 45 min

Attali dit: 25 octobre 2015 à 19 h 29 min
Même Ueda aura droit à une oraison funèbre.

On a le droit, par écrit, de refuser.

Attila dit: 25 octobre 2015 à 19 h 22 min
le coeur à ses raisons que…

…que le cul ne connaît pas.
Je suis suis d’accord, et en ai souffert, allez!

Widergänger dit: 25 octobre 2015 à 19 h 10 min
Ça me paraît très excessif.

L’Européen?
L’homme qui riait sous les cimeterres.

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 19 h 44 min

Heureux d’avoir entre aperçu à la TV un sac de vêtements de qualité rempli de Maradonna gesticulant comme un cocaïnomane guéri…

La déchéance de l’un relativise la gloire du même.

Phil dit: 25 octobre 2015 à 19 h 40 min

Bonne question, dear Attali. Si j’étais aux manettes, je refilerais un bureau palissandre à baroz et enverrais l’actuel occupant lui servir le café. Ensuite, faut voir comment les choses se passent, la guerre ou pas la guerre. Faudra rappeler aussi le frérot à ppd pour les reportages sur la vie cultuelle à alessandrie. En un mot, y’a du boulot.

bérénice dit: 25 octobre 2015 à 19 h 35 min

ça ne nous dit toujours pas pour qui vous allez voter, bérénice !

1er tour no problemo, second tour, je n’en sais strictement rien. Mais ici, il se peut qu’un seul tour suffise. Noir c’est noir. Je vis dans un de ces points noirs de la carte électorale.

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 19 h 33 min

Attila dit: 25 octobre 2015 à 19 h 25 min
« Que les vivants se rassemblent autour de leurs morts devrait t’inspirer un peu de pudeur, JC, la pudeur, tu connais ? »

Nous répondons à cette basse attaque en son nom, notre demi-dieu JC étant actuellement en arrêt-joyeux : « Nous n’avons de leçon de pudeur à recevoir de personne. Surtout de la part de celle là, qui brûlera en Enfer ….

intéressant..... dit: 25 octobre 2015 à 19 h 33 min

JC en a toujours après les fiottes et les cons… donc à lui-même, c’est évidemment sa punition

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 19 h 30 min

Attila à Mulet,
Si vous étiez moins « émotif médiatique » vous comprendriez que se recueillir auprès de ses morts en silence est une meilleure solution qu’une pantalonnade blanche…

Mais comme vos goûts ne sont pas ceux de tous, applaudissez qui vous voulez.

Attali dit: 25 octobre 2015 à 19 h 29 min

Il a dit « hommage funèbre » et croit avoir dit quelque chose …

Il a dit quelque chose, oui, il a dit deux mots qui ont un sens. Prends un village, tous les habitants se connaissent peu ou prou. T’en as une quarantaine qui calenchent d’un coup, parmi eux ton grand-père, la tante de ton voisin, etc. Eh ben t’as envie de leur rendre hommage.
Même Ueda aura droit à une oraison funèbre. Toi aussi. Et pourtant personne ou presque ne vous aime dans votre entourage. C’est comme ça, c’est des choses qui se font.

Attila dit: 25 octobre 2015 à 19 h 27 min

Je n’ai pas été viré de la mairie de Paris, j’ai refusé de signer un nouveau contrat, nuance !
Je me situerais plutôt à gauche de Murano, autre nuance…

bérénice dit: 25 octobre 2015 à 19 h 27 min

Que ces différents millions soient aussi porteurs de différentes cultures, que le mélange des cultures n’aille pas toujours de soi, que des pathologies sociales puissent résulter de la coexistence forcée de populations différentes, ne compte pour rien. Les hommes sont considérés comme étant pour l’essentiel tous les mêmes : quand on dit qu’ils sont tous égaux, on sous-entend qu’ils sont identiques. »

Mon avis est qu’il est urgent d’assainir les lieux de conflit qui eux-même alimentent la peur, le rejet, l’inconscient collectif et de plus réussissent à parasiter les indigènes comme les laisser pour compte ou ceux qui n’ont pas pu ou voulu fournir l’effort d’intégration. Certains amalgament les sources de conflit, Israël/Palestine= Bachar Syrie= Les mouvements islamistes dévastateurs. Là aussi il est question de mauvais traitement des peuples, du détournement de fonds ou d’une mauvaise distribution de ce qui devraient servir à faire progresser ces sociétés en guerre. El Assad ( ophtalmologue) rivalise avec Poutine en manipulations et quand bien même on peut comprendre la réticence à laisser la Syrie aux mains de pouvoirs incertains qui risquent de se faire bousculer par d’autres via l’Islam régressif, faut-il légitimer ses méthodes, d’ailleurs pourquoi a-t-il eu dans un premier temps à rencontrer une opposition non religieuse? A-t-il péché par excès de générosité? Les peuples se révoltent et se laissent gangrener par des idéologies assassines parce qu’ils souhaitent des morts du sang de la torture, parce qu’ils sont bêtes à s’entre tuer, parce que des haines ancestrales sont irrémédiables, incurables?

Attila dit: 25 octobre 2015 à 19 h 25 min

Que les vivants se rassemblent autour de leurs morts devrait t’inspirer un peu de pudeur, JC, la pudeur, tu connais ?

Attali dit: 25 octobre 2015 à 19 h 24 min

Phil dit: 25 octobre 2015 à 19 h 18 min
Baroz a été viré par Adler et Delano

Adler a viré à peu près tout le monde, donc il est dans la norme.
Baroz était un suppôt du chiraquisme : il était tout de même difficile de le garder.
Vous-même, Phil, si vous étiez en position de décider, garderiez-vous quelqu’un qui se situe à la gauche de Morano ?

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 19 h 23 min

Widergänger dit: 25 octobre 2015 à 19 h 10 min
Ce que dit Pierre Manent n’est pas très clair. Il semble partir du principe que tout musulman français est un être d’abord religieux.

Il ne parle pas de religion, il parle de « moeurs ».

C’est un progrès dans l’analyse.

Attila dit: 25 octobre 2015 à 19 h 22 min

Je me définirait plutôt comme étant toujours de gauche, Phil, comme WGG probablement : le coeur à ses raisons que…

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 19 h 21 min

Attila bouge son cul en mêlée…

Nous revivons, dans nos hauteurs, ses exploits sportifs tous les 1er novembre …

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 19 h 20 min

ZEUS….. dit: 25 octobre 2015 à 19 h 18 min
Il faut reconnaître qu’organiser « une marche blanche en hommage » aux victimes d’un accident de la route, c’est à mourir de rier !

Hihihi…

Je n’aurais jamais imaginé ça!

Attali dit: 25 octobre 2015 à 19 h 20 min

« une marche blanche en hommage » aux victimes d’un accident de la route, c’est à mourir de rier !

Cela s’appelle un hommage funèbre. Ce n’est pas nécessairement poilant.

Phil dit: 25 octobre 2015 à 19 h 18 min

Baroz a été viré par Adler et Delanoë. Pas évident à supporter. Comme nous ici devons subir la prose d’Attali et de Minc deux soirs de suite, mis en ligne par le non moins considérable Widergänger.

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 19 h 18 min

Il faut reconnaître qu’organiser « une marche blanche en hommage » aux victimes d’un accident de la route, c’est à mourir de rier !

Décision débile, lamentable, ignoble, insultante pour ceux qui pourraient mériter un hommage, et sont oubliés des folles de l’émotion, humanistes pleureurs de la route « cruelle »….uhuhuhu !.

Français soyez un peu moins fiotteux !

(devinez qui) dit: 25 octobre 2015 à 19 h 14 min

Oui, JC, les Argentins sont passés très près, deux essais potentiels pourris par de petites maladresses.
Mais il y avait une justice immanente : 4 essais pour les wallabies, ils méritaient la victoire.

Attila dit: 25 octobre 2015 à 19 h 14 min

« Mille fois plus d’humanité dans le sport »

A la FIFa, avec Sepp Blatter et Michel Platini, à L’OM de Bernard Tapi ?

Attila dit: 25 octobre 2015 à 19 h 11 min

« Je précise que je ne donne pas mon bulletin au Front national. »

Mais alors, pour qui allez-vous voter, bérénice ?

Widergänger dit: 25 octobre 2015 à 19 h 10 min

Ce que dit Pierre Manent n’est pas très clair. Il semble partir du principe que tout musulman français est un être d’abord religieux. Ça me paraît très excessif.

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 19 h 09 min

Mille fois plus d’humanité dans le sport, de courage, de vertu, d’honneur, d’engagement, d’imagination, chez les professionnels du rugby vitaminé que chez nos professionnels corrompus du « vivre-ensemble-entre-élus »

A vous donner envie de vivre en AUSTRALIA ou en NEW ZEALAND chez ces sauvages justes…. et chapeau aux Argentins !

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 19 h 05 min

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 18 h 10 min
« Pourquoi faut-il que l’audace et la lucidité soient désormais passées à droite? »

Les notions de droite et de gauche ayant disparu au profit des notions de Bien ou de Mal, elles sont là où il faut…. la où sont situés les braves gens.

Les c..ons de l’humanisme théorique et fat peuvent enrager : ils sont cuits.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 19 h 02 min

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 18 h 40 min
« pourquoi m’as-tu abandonné »
J’allais en oublier une

Tu parles.
Tout ça est réglé comme un plan quinquennal.

Et qu’est-ce qu’on dit, quand il s’agit de sa maîtresse?

bérénice dit: 25 octobre 2015 à 19 h 01 min

! Or, c’est bien là le problème. Pour l’idéologie dominante, qui ne veut connaître que des « êtres humains », un million de Turcs, un million de Chinois, un million de Scandinaves, un million de Nigérians, c’est toujours un million. Ueda.

Une aubaine qui permettra le mouvement de nivellement par le bas déjà amorcé de la condition des travailleurs et salariés de tous acabits. Des millions qui présentent l’avantage l’espoir et le projet de réaliser plus de « profit » qui comme on le constate ne profite qu’à une minorité, l’élite des populations. Tant pis si vous n’êtes pas doté à la naissance d’une part de l’IBM nécessaire à la réussite ou l’insertion dans le système en activité ou si vous ne bénéficiez pas du soutien d’une structure familial suffisant à révéler le potentiel, ou le soutenir via un parcours d’études adaptées. Je précise que je ne donne pas mon bulletin au Front national.

bérénice dit: 25 octobre 2015 à 18 h 51 min

– G. Orwell, The Decline of the English Murder, 1946 Bloom.

Vous ne donnez pas d’avis personnel quant à ce changement lent mais inexorable qui atteint le crime en Angleterre, d’ailleurs n’ayant pas lu l’oeuvre en question je ne parviens pas à discerner s’il s’attaque à la théorie du crime ou ses schémas tels qu’ils se trouvent dans la production littéraire, s’il déplore ou se réjouit de la transformation d’une société qui dés lors qu’elle en est l’objet deviendrait ennuyeuse aux yeux des sociopathes associés ou autres déviés mentaux.

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 18 h 40 min

Attila dit: 25 octobre 2015 à 16 h 40 min
« mère pourquoi m’as-tu abandonné »

J’allais en oublier une :

Père, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Déesse Mère à Dieu le Père : Encore ! Il commence à nous gonfler, celui-là, toujours pendu à son portable. Bascule sur le répondeur.

(nb) : « toujours pendu à son portable » : en réalité, c’est un centurion romain qui lui tend le portable au bout d’une perche.

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 18 h 36 min

Attila dit: 25 octobre 2015 à 16 h 40 min
« mère pourquoi m’as-tu abandonné »

Dernières paroles du Christ en croix, selon divers évangiles (apocryphes)

1 / Père, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Version classique. 50% des pères abandonnent leurs enfants après un divorce.

2/ Maman, pourquoi que tu m’as abandonné ?

Atrocement pleurnichard. Aucune dignité.

3/ Pépé, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Il est mort depuis trente ans, eh, Ducon

4/ Mémé, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Dans un fauteuil roulant avec une alzimémère galopante, je voudrais t’y voir.

5/ Abraham, pourquoi m’as-tu abandonné ?

Non, mais je rêve. Déjà que ton paternel m’avait demandé de lui sacrifier mon propre fils ! Pose-lui la question à lui, mon pote.

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 18 h 25 min

« Les Argentins sont les seuls Latins du dernier carré, coincés au milieu de la meute sudiste.

La meute sudiste, il me semble qu’ils en font partie. Nous autres les Nordistes, qui en sommes réduits, les uns et les autres, à les regarder jouer, nous savons que pour nous la guerre de sécession a cessé c’est sûr.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 18 h 21 min

Alain Minc et Pierre Manent.

Leurs propositions (très différentes) ont quelque chose de choquant pour une conscience attachée à l’idée héritée de la « laïcité ».

Ils ont tous les deux le grand avantage de ne pas se payer de mots et de faite un petit effort pour prendre au sérieux ce qu’il faut bien appeler la « question musulmane ».

Pour autant, ils ont tort à mes yeux.
Leur diagnostic est, hélas, déjà dépassé par l’extraordinaire rapidité de l’évolution présente.

Ecoutez, quand on est protégé comme vous comme moi, c’est passionnant.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 18 h 10 min

Pourquoi faut-il que l’audace et la lucidité soient désormais passées à droite?
Alors que la gauche avance en titubant, saoûle et aveugle, vers son propre sacrifice?

Voyez ce bon diagnostic d’Alain de Benoist sur la situation présente.
Il ne fait pourtant que résumer un constat qui devrait relever du simple sens commun.

« Raisonner sur des abstractions numériques, c’est ce que fait le patronat, qui sait que l’immigration coûte cher au secteur public, mais rapporte beaucoup au secteur privé.
« L’humanitaire réduit les migrants à leur dénuement et le patronat, à leur force de travail », remarquait récemment Alain Finkielkraut. L’immigration est l’armée de réserve du capital, on l’a vu plus que jamais ces jours-ci en Allemagne. On y manque de main-d’œuvre ? Pas de problème, on va faire venir des Turcs pour occuper les postes que n’occuperont pas les Allemands. Turcs ou Allemands, ce sont toujours des hommes, n’est-ce pas ? Les Turcs, en quelque sorte, sont des Allemands comme les autres ! Or, c’est bien là le problème. Pour l’idéologie dominante, qui ne veut connaître que des « êtres humains », un million de Turcs, un million de Chinois, un million de Scandinaves, un million de Nigérians, c’est toujours un million.
Que ces différents millions soient aussi porteurs de différentes cultures, que le mélange des cultures n’aille pas toujours de soi, que des pathologies sociales puissent résulter de la coexistence forcée de populations différentes, ne compte pour rien. Les hommes sont considérés comme étant pour l’essentiel tous les mêmes : quand on dit qu’ils sont tous égaux, on sous-entend qu’ils sont identiques. »

L’ensemble de l’entretien est d’excellente tenue.
C’est sur Boulevard Voltaire.

Trouvez-moi sur Médiapart ou Marianne quelque chose de supérieur!

Voyez aussi Pierre Manent sur Atlantico, remarquable.
Autre site classé à droite.

L’intelligentsia de gauche (anesthésiée par son boboïsme) en a, à mon avis, pour 20 ans avant d’exister de nouveau pour ce qui est de la pensée.

Je suis comme vous, je le regrette, je n’en crois pas mes yeux.
Je ne cesse de me les frotter, ces yeux.
Je constate que c’est désormais ainsi.

Widergänger dit: 25 octobre 2015 à 18 h 02 min

Alain Minc : il faut suspendre la loi de 1905 pour satisfaire les musulmans

Dans son dernier ouvrage « Un français de tant de souches », l’ancien conseiller politique de Nicolas Sarkozy propose de suspendre pendant 5 ans la loi de séparation des Églises et de l’État pour permettre une meilleure intégration des musulmans de France.
L’année 2015 a été émaillée d’événements mettant à jour l’échec du modèle d’intégration français, selon Alain Minc. Dans son dernier ouvrage, Un français de tant de souche, l’intellectuel français brise un tabou en proposant de suspendre la loi de 1905 pendant 5 ans pour permettre une meilleure intégration des musulmans français.

Pour l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, le culte musulman n’a pas hérité d’un « appareil de production » contrairement aux religions catholique, protestante et juive, historiquement implantées en France avant la loi de séparation des Églises et de l’État.

 »Vous préférez des mosquées construites par la République ou des mosquées financées par les salafistes, des imams formés par des instituts contrôlés par la République ou des imams formés par on ne sait trop qui et qui prêchent on ne sait trop quoi ? », avance Alain Minc pour justifier sa proposition.
http://www.dreuz.info/2015/10/25/alain-minc-il-faut-suspendre-la-loi-de-1905-pour-satisfaire-les-musulmans/

Phil dit: 25 octobre 2015 à 17 h 59 min

Vous avez probablement été trop complaisant avec les amours de guerre d’Arletty, baroz. Il fait toujours condamner ce genre de choses quand on cause dans le poste. Ne parlons pas de Genet porté sur la fesse musulmane. Nausée, ah bon ?

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 25 octobre 2015 à 17 h 40 min

Quatre mille commentaires… C’est beau

N’exagérons rien c’est seulement pour faire vaste, comme un seul homme.

Lucien Bergeret dit: 25 octobre 2015 à 17 h 03 min

Widergänger dit: 25 octobre 2015 à 10 h 18 min
« Lucien Bergeret c’est l’image de l’homme dévasté contemporain. »

C’est vrai.
J’avoue.
C’est bien moi.
L’image de l’homme dévasté contemporain.
C’est trop beau…
Je pleure ma dévastation…

Attila dit: 25 octobre 2015 à 17 h 00 min

Arletty aussi je l’avais interviewée pour France-Culture, c’était juste avant que Laure Adler m’en ai fait virer…

Attila dit: 25 octobre 2015 à 16 h 52 min

« si la République Française n’avait pas été symbolisée par une femme mais par un moustachu ? »

Jean Genet aurait alors écrit les « la série d’atroces pamphlets » de Renaud Camus (voir les quatre dernières lignes de la note à Passou) !

bienséance dit: 25 octobre 2015 à 16 h 51 min

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 16 h 47 min
Elle était peut-être de mèche avec le père bio pour s’en débarrasser

bienséance dit: 25 octobre 2015 à 16 h 51 min

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 16 h 42 min
pratiquement marxiste-léniniste.

ueda a trop forcé sur le pousse-café

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 16 h 47 min

Attila dit: 25 octobre 2015 à 16 h 40 min
« mère pourquoi m’as-tu abandonné »
C’est pourtant le contentieux, la blessure secrète, qui opposait Jean Genet à la sienne et qui s’est traduite par la haine que le poète a reporté toute entière sur la France !

Qui peut évaluer les conséquences si la République Française n’avait pas été symbolisée par une femme mais par un moustachu?

Attila dit: 25 octobre 2015 à 16 h 45 min

« retracer la généalogie de ses propres graines ? »

Sinon la retracer avec exactitude, on peut toujours l’imaginer, c’est ce que j’ai fait Ueda, en replantant ma première graine dans un palais vénitien, avec vue sur le Gand Canal !

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 16 h 45 min

Attila dit: 25 octobre 2015 à 15 h 55 min
un grand vieillard entouré d’une nuée de petits chinois !

On souffre quand on lit ça.
Et puis, on se fait une raison.
Ils sont comme ça, les Occidentaux.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 16 h 42 min

il faut arriver à quatre mille commentaires dit: 25 octobre 2015 à 16 h 30 min
elle a viré ceux qu’elle trouvait trop à gauche

Arrêtez.
Mme Adler est pratiquement marxiste-léniniste.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 16 h 40 min

Attila dit: 25 octobre 2015 à 16 h 04 min
Les commentateurs de la RDL devraient en prendre de la graine…

Je suis profondément d’accord, je n’aime pas trop cette métaphore, c’est tout.

(Examen de conscience: qui est capable de retracer la généalogie de ses propres graines?
Personne).

Attila dit: 25 octobre 2015 à 16 h 40 min

« mère pourquoi m’as-tu abandonné »

C’est pourtant le contentieux, la blessure secrète, qui opposait Jean Genet à la sienne et qui s’est traduite par la haine que le poète a reporté toute entière sur la France !
Ce qui ne l’a pas empêche, exilé au Maroc, de revenir y mourir seul, dans une chambre d’hôtel anonyme du 13e arr.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 16 h 38 min

Voilà des hommes, voilà un commentaire respirant la grande santé…

« Les Argentins sont les seuls Latins du dernier carré, coincés au milieu de la meute sudiste.
Les coéquipiers de Juan Martin Hernandez cultivent leur différence : poids des anciens et de l’histoire, côté famille, fierté nationale exacerbée. Ils n’ont pas peur de laisser place à leurs émotions.
A chaque fois que leur hymne retentit, nombreux sont les Pumas en larmes. Transcendés. A vif. »

Il ne se trouvera aucun con pour aller devant les tribunaux en pleurnichant sur l’expression « meute sudiste ».

Tenez bon, rugbymen.

bienséance dit: 25 octobre 2015 à 16 h 34 min

« Tu aimeras et respecteras ton père, même si c’est le dernier des salauds.  »

Faut reconnaitre que dire « mère pourquoi m’as -tu abandonné » ça aurait pas fait sérieux surtout à l’époque et encore maintenant, ya des limites quoi

Sergio dit: 25 octobre 2015 à 16 h 25 min

C’est vrai que quand il n’y aura plus de pétrole, si l’Enfer s’éteint, ça va encore pas simplifier ; faudra que chacun amène son chot à sarbon… Euh non…

Widergänger dit: 25 octobre 2015 à 16 h 09 min

Ce n’est pas parce que ce texte n’est pas de toi, mon pauvre chéri, qu’il n’est pas débile et typique de l’homme dévasté contemporain. Je ne suis pas sûr que tu me comprennes tellement t’est dévasté…

auditeur intempestif dit: 25 octobre 2015 à 16 h 07 min

Ce qui fait gauche-caviar, c’est de dire France-Cul pour France-Culture. D’ailleurs Laure Adler aime beaucoup dire France-Cul. « Nous, à France-Cul, on se bat pour la culture. » C’est le summum de l’irrévérence bon chic bon genre. On n’est pas bourgeois pour deux sous, à France-Cul, qu’on se le dise, et puis crotte.

Attila dit: 25 octobre 2015 à 16 h 04 min

Quand on rencontre de tels personnages, on est toujours reçu avec gentillesse et courtoisie, étonnés qu’ils sont de voir que l’on s’intéresse à eux. On peut leur poser alors toutes sortes de questions, auxquelles ils répondent toujours avec une extrême précision.
Les commentateurs de la RDL devraient en prendre de la graine…

Attila dit: 25 octobre 2015 à 15 h 55 min

Edouard Roditi, je l’avais interviewé dans son appartement situé en haut d’une tour de Chinatown : un grand vieillard entouré d’une nuée de petits chinois !

Attila dit: 25 octobre 2015 à 15 h 49 min

Edouard Roditi, personnage intéressant aussi, Bloom.
Voici ce qu’en dit sa fiche wiki :

« Édouard Roditi, né à Paris le 6 juin 1910 et mort à Cadix le 10 mai 1992, est un auteur américain, linguiste, poète, nouvelliste, critique d’art, biographe, traducteur, interprète de conférence et essayiste d’origine russe et juive de Turquie.
Il étudia en France, en Angleterre, en Allemagne et aux États-Unis. Il signa au moins onze volumes de poésies, deux recueils de nouvelles, quinze tomes d’essais divers et quatorze traductions en anglais d’œuvres françaises, allemande, espagnoles, danoises et turques.
Il consacra de nombreux ouvrages aux peintres Delacroix, Degas, Paul Helleu, Condon, Sickert, Jacques-Émile Blanche ou Beardsley et aux écrivains Oscar Wilde, Marcel Proust ou Cioran. En 1955, il fut également le traducteur en langue anglaise de l’auteur turc Yaşar Kemal.
Il réalisa de nombreux entretiens avec des artistes modernistes tels que Marc Chagall, Joan Miró, Oskar Kokoschka, Philippe Derome, Hannah Höch Max Ernst, Victor Brauner, Carlo Carrà, et Léonor Fini dont la plupart furent réunis dans Propos sur l’art 1.
Il fut l’un des premiers à pratiquer l’interprétation simultanée en conférence, notamment lors du procès de Nuremberg. »

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 15 h 48 min

Et, avec beaucoup de dérision, de sa prise de l’Hôtel de Ville de Paris, à la Libération !

Seul celui qui a fait peut se permettre l’auto-dérision. Il a malhueureusement fini par se lasser de lui-même…

Attila dit: 25 octobre 2015 à 15 h 40 min

« Les Mères peuvent être de bien plus épouvantables tyrans. »

Pas forcément des tyrans ou des mères castratrices, mais d’envahissantes mères aimantes, notamment les mères juives ou d’homosexuels notoires, telle celle de Marcel Proust, à double titre et à double niveau (+ la grand-mère).
Les mères de Sartre ou de Baudelaire, enfants sans pères mais à beaux-pères, ont joué un grand rôle dans leur vie…

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 15 h 33 min

Roger Stéphane…

Très grand monsieur, Baroz, & bel écrivain. Ses Carnets & son Portait de l’aventurier figurent en bonne place dans ma bibliothèque itinérante.

Lucien Bergeret dit: 25 octobre 2015 à 15 h 30 min

LETTRE OUVERTE À WGG qui ne sait pas lire :

Mon petit poulet,
Ce matin, à 9H02, j’écrivais ceci :
Début du texte de 9H02
« Big Brother, c’est la figure du Père. Ecrasante, mortifère, et pourtant aimée malgré tout. Tu aimeras et respecteras ton père, même si c’est le dernier des salauds. Les derniers mots du livre : « la lutte était terminée. Il aimait Big Brother ». Révolte inutile contre un père qui, dans toute façon aura le dernier mot, ne serait-ce que dans l’inconscient de son rejeton. La tyrannie que, consciemment, Orwell entendait dénoncer, celle du « petit père des peuples », a son équivalent dans la soumission dégueulasse des croyants au Dieu le Père des religions monothéistes. Dieu, figure indépassable, archétypale du Salaud. Il serait intéressant de savoir quels furent les rapports d’Orwell avec son père. On envie la liberté d’un Sartre, dont le père fut tué à la guerre, et qui nous confie dans « les Mots » : « Je n’ai pas de Sur-moi ». L’incapacité d’adorer un dieu ou un tyran est le privilège d’une telle situation. » (Zoon)

Intéressant.

Mais ne soyons pas sexiste. Les Mères peuvent être de bien plus épouvantables tyrans.
Mais c’est une autre histoire.
Fin du texte de 9H02

Si tu regardes bien, mon petit lapin, la plus grande partie de ce texte, entre guillemets comme il se doit s’agissant d’une citation, reprend un texte antérieur de Zoon et ne saurait donc m’être attribué.
Cela dit, je juge son texte intéressant et, bien que ne l’ayant pas écrit moi-même, suis en accord avec son « Dieu, figure indépassable, archétypale du Salaud. »
Salut, ma poule!

Attila dit: 25 octobre 2015 à 15 h 17 min

Moins héroïques, déjà bien intégrés dans la société, ces trois derniers avaient été, pour l’un, décoré de la Légion d’Honneur par François Mitterrand, l’autre n’était pas encore devenu académicien français et le troisième n’était pas encore le vieux châtelain réactionnaire que l’on connait désormais…

Attila dit: 25 octobre 2015 à 15 h 11 min

A l’occasion de la mort de Salvador Dali, j’avais aussi été interviewer dans son superbe hôtel particulier donnant sur le bois de Boulogne, le vieux Roger Peyrefitte, dont le fils spirituel avait épousé Amanda Lear.
Les plus sémillants écrivains de l’époque, également rencontrés pour Gai Pied furent Dominique Fernandez, Yves Navarre, Renaud Camus…

Attila dit: 25 octobre 2015 à 15 h 03 min

Ne pas confondre les pages culturelles du Gai Savoir, en fin de magazine, où je sévissais, et le port-folio central, où les modèles étaient à la limite de l’âge légal, Phil !
J’ai beaucoup interviewé les vieux gays : Alain Daniélou, Daniel Guérin, Edouard Roditi, Roger Stéphane… , tous détenteurs d’une mémoire d’un temps où revendiquer son homosexualité était alors un pur acte d’héroïsme !

intéressant..... dit: 25 octobre 2015 à 15 h 02 min

Zeus est reparti vers la pissotière de la rue Fournier où l’attend JC avec sa braguette ouverte

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 25 octobre 2015 à 14 h 53 min

« Baroz chez gay pied n’interviewe que de la chair fraîche. »

That magpie ? God forbid !

Miroir, mon beau miroir dit: 25 octobre 2015 à 14 h 36 min

intéressant….. dit: 25 octobre 2015 à 14 h 29 min
12:08 , JC dit : « la bêtise humaine est infinie » , voui il en en l’exemple parfait

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 14 h 33 min

il faut arriver à quatre mille commentaires dit: 25 octobre 2015 à 13 h 43 min
« dans cette logique, ce n’est pas Dieu qui a créé le monde mais Lucifer après avoir été chassé du Paradis. »

Voilà qui est rassurant (Il faut arriver)

Convenons que cette version cathare n’est pas plus foutraque (et même beaucoup moins) que la version biblique. De toute façon, dans le genre jeux de rôles et fictions et Cie, on n’a jamais fait mieux que la théologie; au long de l’histoire des hommes, les inventions plus abracadabrantes les unes que les autres se sont accumulées. Le récit de la Genèse, dans le genre, est d’un burlesque achevé. Le plus barjot, c’est encore Pascal qui, butant sur le mystère de la transmission du péché originel, écrit :  » et cependant ! sans ce mystère, le plus incompréhensible de tous, nous sommes incompréhensibles à nous-mêmes. Le noeud de notre condition prend ses replis et ses tours dans cet abîme ; de sorte que l’homme est plus inconcevable sans ce mystère que ce mystère n’est inconcevable à l’homme « .

Pascal n’était pourtant pas le roi des cons. Il a conscience de ce que ce « mystère » a d’abracadabrant, mais il est incapable d’admettre que là où il voit du « mystère », il n’y a qu’invention délirante. Il y a bien « abîme », mais c’est un abîme de foutraquerie. C’est qu’à tout prix, il faut sauver le dieu de la bible des ricanements des libertins. Il faudra attendre Voltaire et ses « Lettres philosophiques » pour ramener les choses à une plus juste mesure. Quant à moi, je me fais fort de composer en deux temps trois mouvements une Création du monde qui fera la nique à la Genèse et en surprendra plus d’un. Et je ne dis rien du décalogue façon mézigue. Il se trouvera peut-être même quelques gogos pour me croire. Je suis le Mômô, le Moïse du XXIe siècle, con se le dise.

D. dit: 25 octobre 2015 à 14 h 27 min

Bérénice, je vous en supplie, évitez ces « FC » qui font gauche caviar au possible. Dites simplement « France-Culture », comme ma gardienne d’immeuble qui l’écoute peut-être plus souvent que vous.

il faut arriver à quatre mille commentaires dit: 25 octobre 2015 à 13 h 43 min

« dans cette logique, ce n’est pas Dieu qui a créé le monde mais Lucifer après avoir été chassé du Paradis. »

Voilà qui est rassurant

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 13 h 18 min

Allons Phil, allons !

Le sodomisme au cul pincé du Marais rend le sodomite rassis, prêt à mourir dans la solitude et le désespoir de la vierge stérile ! Pauvres sodomites !

Seul l’hétérohisme de faire des enfants blonds aux yeux bleus justifie l’horreur de la copulation male/femelle, salissante à souhait …

Mais, que l’enfant est beau dans sa nature !…..

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 13 h 06 min

« Vous allez voir qu’à deux on aura une bibliographie correcte, dont tout le mode se fout ici mais ils ont tort, ils ont tort… »

Amusant : une phrase, deux erreurs…

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 12 h 33 min

Orwell, ou l’écriture en liberté:

(…) Our great period in murder, our Elizabethan period, so to speak, seems to have been between roughly 1850 and 1925, and the murderers whose reputation has stood the test of time are the following: Dr. Palmer of Rugely, Jack the Ripper, Neill Cream, Mrs. Maybrick, Dr. Crippen, Seddon, Joseph Smith, Armstrong, and Bywaters and Thompson. (…)

– G. Orwell, The Decline of the English Murder, 1946

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 12 h 28 min

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 11 h 00 min
Vous omettez…

Vous allez voir qu’à deux on aura une bibliographie correcte, dont tout le mode se fout ici mais ils ont tort, ils ont tort…

(devinez qui) dit: 25 octobre 2015 à 11 h 47 min

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 11 h 00 min
Vous omettez Jacques Pouchepadass, Michel Angot, un peiu plus jeune, C. Clémentin-Ojha, Denis Matringe, et l’inévitable Christophe Jaffrelot….
Et les plus « jeunes »? Jean-Joseph Boillot, Frédéric Landy, Isabelle Milbert, Jacques. Ruet, Samuel Berthet, Gilles Tarabout, Max-Jean Zins…?

Soyons complets : Marc-André Lallemand, Etienne Le Quellec, Catherine Destrange, Antoine Palmieri, Jean-Pierre Fouquet, Mireille Schneider.

(devinez qui) dit: 25 octobre 2015 à 11 h 40 min

Widergänger dit: 25 octobre 2015 à 10 h 14 min
Dieu, figure indépassable, archétypale du Salaud. (Lucien Bergeret)
————————
Voilà un malade mental qui s’ignore.

—–
Pas du tout. Théologiquement ça se tient. Déjà même chez Leibnitz avec sa fameuse idée du coup de dés, à savoir que Dieu aurait pu ne pas créer le monde, qui est le contraire de la grâce et du bien.
D’ailleurs, il existe une religion (dérivée du christianisme) où Dieu est totalement étranger au Mal, c’est la religion cathare et, dans cette logique, ce n’est pas Dieu qui a créé le monde mais Lucifer après avoir été chassé du Paradis.

bérénice dit: 25 octobre 2015 à 11 h 20 min

Il était sur FC récemment. Bloom.

Et vous ne disposez pas du pod cast? On vous l’aurait arraché ou effacé de « the insanely maddening brain  » qui vous sert de temps à autre à la corvée d’épluchures?

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 11 h 04 min

sous une chaleur d’enfer.

Il paraitrait que l’enfer est moins chaud qu’avril, mai & juin dans la méaga-polluée du monde. Punis.

le garçon qu'on appelait monsieur dit: 25 octobre 2015 à 11 h 01 min

« Il faudrait aller plus loin et détailler »

Faire des arrangements c’est trop diabolique…

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 11 h 00 min

Charles Malamoud aussi?, Jean-Claude Galey élève de Dumont, Gérard Fussman, Claude Markovits, Francis Zimmermann aussi à l’aise dans l’Ayurveda que dans la philosophie indienne? et tant d’autres: venus se dorer la pilule?
Sans parler de Sanjay S., à l’aise partout!


Ok, mais tous ceux-là « datent » un peu (G.Fussman, grand homme, retraité du Collège de France, dernière leçon très émouvante).
Vous omettez Jacques Pouchepadass, Michel Angot, un peiu plus jeune, C. Clémentin-Ojha, Denis Matringe, et l’inévitable Christophe Jaffrelot….

Et les plus « jeunes »? Jean-Joseph Boillot, Frédéric Landy, Isabelle Milbert, Jacques. Ruet, Samuel Berthet, Gilles Tarabout, Max-Jean Zins…?

Non, l’ex-recteur à venir n’est pas bengali, mais né à Lahore du temps de l' »undivided India ». Il était sur FC récemment.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 10 h 45 min

JNU, son campus est une espèce de vaste forêt, ça fait un choc.

Je m’y suis paumé un jour, n’ayant pas de boussole, sous une chaleur d’enfer.
J’ai aperçu un cycliste, un sauveur.

(C’est pas « BB » Bhattacharya?)

guy dit: 25 octobre 2015 à 10 h 34 min

« la soumission dégueulasse des croyants au Dieu le Père des religions monothéistes »

les archaïsmes mettent du temps à disparaître -trop d’intérêts en jeu

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 10 h 32 min

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 10 h 20 mi
Dans une République widergängienne, on pourrait parler à son aise, au sein de vastes espaces psychiatriques!

Le patron passerait en blouse blanche toutes les semaines, Rosset sous le bras.
« Il n’a pas l’air joyeux celui-là, il ne sait pas le tragique. Au mitard! »

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 10 h 26 min

Phil dit: 25 octobre 2015 à 10 h 11 min
Daniélou, Ueda, vous en pensez quoi ?

Je n’ai lu, il y a longtemps, que des choses sur la musique indienne.
Je le connais trop peu pour en parler.
Il sent (ou sentait) un peu le fagot chez les indianistes.

Mais j’aimerais un jour aller voir de plus près!

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 10 h 25 min

Nous partageons l’opinion de monsieur Bergeret, un individu éclairé, au sujet de l’imbécillité de croire à des dieux que l’on a jamais vu !!!

En ce qui Nous concerne, vous pouvez Nous voir quand vous voulez, où vous voulez : il suffit de prendre rendez-vous….

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 10 h 20 min

Widergänger dit: 25 octobre 2015 à 10 h 14 min
Voilà un malade mental qui s’ignore.

Dans une République widergängienne, on pourrait parler à son aise, au sein de vastes espaces psychiatriques!

ZEUS..... dit: 25 octobre 2015 à 10 h 19 min

Nous avons bien ri en nos salons nuageux de l’Olympe : Yahvé, Allah, Dieu, vous pensez bien que ce ne sont que roquets monorigides, pas marrants, incompétents, dépassés par leur Création.

Des bons à rien, de notre point de vue, ces vieillards cacochymes ….. !

sherlock dit: 25 octobre 2015 à 10 h 16 min

Le péché originel, c’est vraiment pratique. (JB)

ça crée des emplois (vatican, postes de missionnaires etc)

Widergänger dit: 25 octobre 2015 à 10 h 14 min

la soumission dégueulasse des croyants au Dieu le Père des religions monothéistes. Dieu, figure indépassable, archétypale du Salaud. (Lucien Bergeret)
————————
Voilà un malade mental qui s’ignore.

On doit à la religion juive de si nombreux fondements de notre démocratie qu’il faut être ignorant, idiot et animé des plus mauvaises intentions du monde pour s’en prendre ainsi à D.ieu. Pire que les fanatiques de l’EI le Lucien.

Un peu de bon sens ne nuirait pas à ta tranquillité d’esprit, mon pauvre chéri ! C’est pas bon de s’énerver comme contre D.ieu dès le matin. Mais maintenant que t’as fait ta prière, tu peux aller roupiller.

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 10 h 08 min

Zeus succédant par la force à un père archaïque dévorateur de sa propre progéniture, d’un point de vue anthropologique, ça tient autrement la route que le mythe du péché originel, non ?

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 9 h 59 min

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 9 h 50 min
C’est vraiment une spécialité du monothéisme judaïque que d’exonérer Dieu le Père de toute responsabilité dans le foutoir de la Création

Yahvé, Allah, des Pieds Nickelés?
Théologiquement intéressant.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 9 h 57 min

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 9 h 41 min
Bloom, rayez de vos fiches MM. Olivier Germain-Thomas et Pascal Bruckner (que vous mentionniez)

Insouciant de nature, je suis quand même allé voir.
Vous les citez comme voyageurs, donc, rien à dire.

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 9 h 50 min

Orwell entendait dénoncer, celle du « petit père des peuples », a son équivalent dans la soumission dégueulasse des croyants au Dieu le Père des religions monothéistes. Dieu, figure indépassable, archétypale du Salaud.

C’est vraiment une spécialité du monothéisme judaïque que d’exonérer Dieu le Père de toute responsabilité dans le foutoir de la Création. Si tout va mal, c’est pas sa faute, c’est celle de sa progéniture. Le péché originel, c’est vraiment pratique. La mythologie grecque, au moins, ne verse pas dans ce genre d’aberration. Zeus ne va sans doute pas jusqu’à tuer son père Kronos, mais au moins il lui fait baver des ronds de chapeau avant d’éjecter de l’Olympe ce père qui dévorait ses propres enfants.

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 9 h 41 min

Mais ne soyons pas sexiste. Les Mères peuvent être de bien plus épouvantables tyrans. (Lucien Bergeret)

Eh oui. On n’en sort pas. Rendons à Agrippine ce qui est à Agrippine et à Néron ce qui est à Néron. Au fait, Néron a-t-il eu des fils ?

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 9 h 41 min

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 2 h 13 mi
Je constate que les indianistes de U. « full of hot air » n’existent que dans un souci de frimer à peu de frais.

Hem hem…

Charles Malamoud aussi?, Jean-Claude Galey élève de Dumont, Gérard Fussman, Claude Markovits, Francis Zimmermann aussi à l’aise dans l’Ayurveda que dans la philosophie indienne? et tant d’autres: venus se dorer la pilule?
Sans parler de Sanjay S., à l’aise partout!

Rayez de vos fiches MM. Olivier Germain-Thomas et Pascal Bruckner (que vous mentionniez) ou Mme Catherine Clément!

Namaste.

Ueda dit: 25 octobre 2015 à 9 h 27 min

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 2 h 34 min
Déculturation & mondialisation = la nouvelle pauvreté.

Comment? comment?

Le métissage culturel? L’accueil de tous les autres? La fusion avec tous? L’errance enfin généralisée contre l’attachement primitif à la terre ou au groupe? La fin des autorités non-contractuelles (au chiottes les gurus, les ustaz!)?
Le n’importe qui bouffant n’importe quoi, se frottant à n’importe qui, sans entraves, ici-maintenant!
Les bras enfin ouverts à l’acceptation universelle sans se crisper davantage sur les chiffres (5000 ou 500 000 c’est pareil, une même humanité)! Le sacrifice joyeux de soi, sous le poids de tant de bonnes choses et tant de braves gens!

Cette joyeuse farandole de la globalisation, vous la refusez?
Vous allez devenir aussi réactionnaire que Levi-Strauss.

Lucien Bergeret dit: 25 octobre 2015 à 9 h 02 min

« Big Brother, c’est la figure du Père. Ecrasante, mortifère, et pourtant aimée malgré tout. Tu aimeras et respecteras ton père, même si c’est le dernier des salauds. Les derniers mots du livre : « la lutte était terminée. Il aimait Big Brother ». Révolte inutile contre un père qui, dans toute façon aura le dernier mot, ne serait-ce que dans l’inconscient de son rejeton. La tyrannie que, consciemment, Orwell entendait dénoncer, celle du « petit père des peuples », a son équivalent dans la soumission dégueulasse des croyants au Dieu le Père des religions monothéistes. Dieu, figure indépassable, archétypale du Salaud. Il serait intéressant de savoir quels furent les rapports d’Orwell avec son père. On envie la liberté d’un Sartre, dont le père fut tué à la guerre, et qui nous confie dans « les Mots » : « Je n’ai pas de Sur-moi ». L’incapacité d’adorer un dieu ou un tyran est le privilège d’une telle situation. » (Zoon)

Intéressant.

Mais ne soyons pas sexiste. Les Mères peuvent être de bien plus épouvantables tyrans.
Mais c’est une autre histoire.

Clopine trop matinale mais c'est la faute au changement d'heure qui fait c... tout le monde dit: 25 octobre 2015 à 8 h 58 min

ah bé non, plus que toupet,je me vois en épi. Question ruralité, sans doute…

Et qui sera le tournicoté de l’histoire ?

renato dit: 25 octobre 2015 à 8 h 23 min

« On envie la liberté d’un Sartre, dont le père fut tué à la guerre, et qui nous confie dans « les Mots » : « Je n’ai pas de Sur-moi ». »

Un Sur-moi tellement bien enraciné que le brave homme ne le percevait pas… enfin, « les bonnes machines ne font pas de bruit… »

Pour le toupet ? dit: 25 octobre 2015 à 7 h 34 min

On est jamais si bien servi que par soi-même, car le toupet elle n’en manque pas la normande !…..

Clopine trop matinale mais c'est la faute au changement d'heure qui fait c... tout le monde dit: 25 octobre 2015 à 7 h 02 min

Bérénice, votre :
« Polemikoeur les commentaires s’assemblent pour ainsi dire en une espèce de perruque qui trouve à coiffer la calvitie de Pierre Assouline et vous prévoyez que d’ici peu même la perruque fera défaut?  »

a été mon premier sourire du matin… Il faudrait aller plus loin et détailler qui fait le toupet, qui fait l’accroche-coeur, à qui la frange et à qui la mèche qui rebique, façon Tintin !

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 2 h 34 min

Au milieu du brouhaha se distinguent parfois AR. Rahman & Sivamani…

Côté « classique », personne ou presque du niveau d’Ali Akbar Khan, Ustad Bahadur Khan, R Shankar, Zakir Hussein, ou des maitres pakistanais du Qawali, Nusrat Fateh Ali Khan, les frères Sabri, Mer Ali & Sher Ali, ou encore du lgrand chanteur de Khyal qu’était Ustad Gulam Hassan Shaggan, disparu il y a peu, dernier représentant d’une auguste gharana de Gwalior.
L’Inde « moderne » n’a plus le temps ni l’appétence pour la lente transmission musicale qui se fait exclusivement de guru/ustad à disciple. Déculturation & mondialisation = la nouvelle pauvreté.

Exception notable: les sanctuaires soufis le jeudi soir où l’on rencontre encore parfois l’émerveillement.

Bloom dit: 25 octobre 2015 à 2 h 13 min

Les foutaises sur l’Inde se ramassent à la pelle. Swaach tons of trash…
La musique indienne se résume aux bouillies sonores full blast de Bollywood & de Kollywood. La grande musique hindoustani ou carnatique, instrumentale ou vocale, à l’instar du Khatak, de l’Odissi & du Bharatanatyam pour la danse, du Kathakali & du Therukhoottu pour les formes théâtrales, sont à l’agonie. L’ICCR reçoit toujours moins de fonds et ferme bureau après bureau. Modi, ce n’est pas seulement Swaach Bharat mais aussi Swaach Sanskriti.

Je constate que les indianistes de U. « full of hot air » n’existent que dans un souci de frimer à peu de frais. J’en accueille un le mois prochain, en compagnie de l’ancien recteur de JNU.

Giovanni Sant'Angelo dit: 25 octobre 2015 à 1 h 00 min


…ce qui reste,…une culture des réflexions,!…des années dans leurs temps,!…
…c’est déjà, la forme de graphisme dans la philatélie, par le joug liberticide des images à transmettre, par le timbre,…
…tout ces Foch,..après les Marianne,!…et les mercure, les blasons des villes ou provinces,!…et avant après toutes ses semeuses,!…
…pour illustrer son quotidien, des nouvelles fraiches,!…
…Ah,!Ah,!…même des à Cuba oblitérés d’avant les grandes Guerre,!…
…et la mise sur orbite du premier satellite français 26 novembre 1965 FUS2E diamant satellite A1,…Saint-Pierre et Miquelon,…
…et qu’est ce qu’elle à ma gueule,!…
…chacun avec ses timbres, pour faire sa pub,!…
…bien, sur pas de pub, ou dessin des dieux de la littérature,!…des home-sapiens,!…à bananes,!…ils sont incorrigibles,!…
…etc,!…un timbre pour Orvell, une série en relief couleur,!…Oui,!…toute ces croix-rouges,!…ces Tableaux,!…
…les timbres, une autre culture de fragments immigrés,!…dans nos collections,!…
…la valeur, plutôt aux timbrés ayant circuler oblitérer,!…du vécu, mouillé dégommé,…sécher,…classer,!…
…une collection pour les mémoires du peuple à chiffres,!…etc,!…

Sergio dit: 25 octobre 2015 à 0 h 05 min

vani dit: 24 octobre 2015 à 23 h 10 min
tu ne sais plus où tu habites

Ben si, je viens de recevoir la Taxe d’habitation… C’est comme le vélo ça s’oublie pas !

Je me demande si une bonne tente Quechua… Y en a qu’ont Internet, là-dessous…

Zoon dit: 25 octobre 2015 à 0 h 00 min

« 1984 », c’est une histoire de Sur-moi. Big Bother, c’est la figure du Père. Ecrasante, mortifère, et pourtant aimée malgré tout. Tu aimeras et respecteras ton père, même si c’est le dernier des salauds. Les derniers mots du livre : « la lutte était terminée. Il aimait Big Brother ». Révolte inutile contre un père qui, dans toute façon aura le dernier mot, ne serait-ce que dans l’inconscient de son rejeton. La tyrannie que, consciemment, Orwell entendait dénoncer, celle du « petit père des peuples », a son équivalent dans la soumission dégueulasse des croyants au Dieu le Père des religions monothéistes. Dieu, figure indépassable, archétypale du Salaud. Il serait intéressant de savoir quels furent les rapports d’Orwell avec son père. On envie la liberté d’un Sartre, dont le père fut tué à la guerre, et qui nous confie dans « les Mots » : « Je n’ai pas de Sur-moi ». L’incapacité d’adorer un dieu ou un tyran est le privilège d’une telle situation.

vani dit: 24 octobre 2015 à 23 h 10 min

Sergio dit: 24 octobre 2015 à 22 h 46 min
« cramés quand parfois y a le soleil… »
« Ca fait toujours un peu de fraîche… »

Sergio,
t’entremèles là, tu ne sais plus où tu habites,
reprends-toi.

Sergio dit: 24 octobre 2015 à 22 h 46 min

Non mais les chauves c’est pas des mecs supérieurement intelligents, c’est des mecs mouillés sous la pluie et cramés quand parfois y a le soleil… Enfin l’avantage en nature c’est de pas voir le merlan ! Ca fait toujours un peu de fraîche…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*