de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

Littérature étrangères

La coupe à ras bord

La coupe à ras bord

JEAN PAVANS

11

commentaires

         Quelques remarques négligées sur ma récente version de « The Golden Bowl »   Un des tout premiers articles de critique littéraire de Virginia Woolf, publié le 22 février 1905 dans The Guardian, traite de Mr. Henry James’s latest novel, autrement dit The Golden Bowl, paru en novembre 1904, chez Scribner en Amérique, et Methuen en Angleterre. Virginia alors encore Stephen venait d’avoir vingt-trois ans. Elle formule avec fermeté ce qu’elle doit comme éloges, en introduction et conclusion : « Dans les 550 pages de son dernier livre, il n’en est aucune, nous pouvons l’affirmer, qui porte les traces de […]

lire la suite .../ ...
Ne tirez pas sur l’« editor » !

1041

commentaires

C’est un rouage essentiel de la rentrée littéraire mais vous ne le verrez pas, vous ne saurez pas son nom et vous ignorerez à quoi il ressemble. Pas un des quelque cinq cents romans français et étrangers mis en circulation actuellement qui ne porte son empreinte invisible. Il est tellement mystérieux que sa fonction ne porte même d’intitulé précis en français. Comment l’appelle-t-on ? On ne l’appelle pas. C’est dire s’il est discret, secret même. En anglais, on dit qu’il l’est l’editor, pour mieux le distinguer du publisher. Le premier travaille sur les textes, le second dirige la boîte. L’un lit, […]

lire la suite .../ ...
Digressions à l’indienne avec Jeet Thayil

Digressions à l’indienne avec Jeet Thayil

BERNARD TURLE

12

commentaires

Avec leur habituelle morgue citadine, mes amis mumbayites de l’off-, voire de l’anti-Bollywood, considèrent surtout Jeet comme un chanteur et parolier rock ; à la sortie en Inde de son premier roman, Narcopolis, ils semblèrent lui adresser le même reproche (lui vouer la même jalousie ?) qu’un peu plus tôt à Siddharth Dhanvant Shanghvi (dont j’ai traduit les deux premiers romans et qui semble, toujours selon la rumeur de Bombay, malgré son talent, s’être brûlé les ailes littéraires dans ses papillonnements mondains) : à leurs yeux, Jeet veillait surtout, comme Shanghvi, à façonner son image, c’était le énième (encore) ‘jeune’ auteur […]

lire la suite .../ ...
Du cliché en traduction

Du cliché en traduction

WILLIAM DESMOND

13

commentaires

Le traducteur est – doit être – un grand bricoleur de mots. Il est même par définition un bricoleur au sens le plus intime du terme. J’ai lu il y a longtemps cette étonnante définition du bricoleur : un type qui, confronté à un problème pratique à résoudre, va dans son atelier et farfouille parmi les objets ou fragments d’objets qu’il a pu récupérer (et dont il garde certains depuis des années, voire des dizaines d’années) pour fabriquer ou réparer quelque chose ou changer la destination du bidule d’origine. Étant bricoleur moi-même, je confirme que cette définition est tout à fait […]

lire la suite .../ ...
Vikram Seth est-il encore un auteur convenable ?

595

commentaires

Aviez-vous lu Un Garçon convenable (A Suitable Boy) à sa parution ? C’était il y a vingt ans, HarperCollins en était l’éditeur anglais et Grasset l’éditeur français dans une traduction pleine de nuances de Françoise Adelstain. Il n’est pas trop tard car les grands livres peuvent toujours attendre. Celui-là se plaçait d’emblée, par sa puissance d’évocation et les thèmes qu’il charriait, dans la lignée des Enfants de minuit de Salman Rushdie. A ceci près que Vikram Seth, un indien du Penjab né en 1952 à Calcutta, frotté d’humanités anglaises dans les meilleures écoles et universités, avait choisi de situer son action […]

lire la suite .../ ...
Subalterne de Stephen King

Subalterne de Stephen King

WILLIAM DESMOND

3

commentaires

 « … ma production […] est simple, guère littéraire, et quelquefois carrément maladroite (ce que j’ai horriblement de mal à reconnaître). » Voici ce que Stephen King dit de son écriture, dans une postface passée à peu près inaperçue à Différentes saisons, recueil contenant quatre novellas (1). Bien peu d’auteurs sont capables d’un tel aveu. Quelque chose me dit que jamais un écrivain français (moi pas plus que les autres) ne le ferait, même sous la torture. J’ai traduit plus de vingt textes de King (2), essentiellement des romans, mais aussi des nouvelles et un essai. King faisant un telle confession, je peux bien […]

lire la suite .../ ...
Giovanni Verga, héraut des vaincus

Giovanni Verga, héraut des vaincus

Phiippe Godoy

19

commentaires

Il faut saluer l’heureuse initiative des Editions des Belles Lettres de publier les nouvelles siciliennes de Giovanni Verga, pour plusieurs raisons. Tout d’abord la personnalité exceptionnelle de l’écrivain dans le panorama de la littérature italienne. Puis, la force d’inspiration et d’écriture des nouvelles siciliennes, et le silence  en France, autour de l’œuvre de Verga. Giovanni Verga (1840-1922) est surnommé en Italie le Zola italien. Ses romans les Malavoglia et Mastro Don Gesualdo sont étudiés dans les écoles, plus de cent vingt ans, après leur publication. Ses écrits font partie du patrimoine littéraire italien au même titre que Manzoni (auteur des […]

lire la suite .../ ...
Dix courts à l’A.S. Dégel

Dix courts à l’A.S. Dégel

NICOLAS RICHARD

6

commentaires

        Se runiss à l’A.S. Dégel au Mine Stère. Rituel au fissiel à l’A.S. Dégel.   On cause pas tes horries de rat duction à vancée. On cause pas la nalyse des mol écul de la lang d’Anterre ce soir.   Enig Marcheur est seul dans sa carte et gorie. Avec Enig Marcheur je prends à lire et à crire. Avec Enig Marcheur on peut tendre le bruyt du parlénigm. Avec Enig Marcheur on peut coute les sylences. Avec Enig Marcheur on peut coute ce qu’on est à l’in terrieur du noir.   Des couvertes Mysteur Touss […]

lire la suite .../ ...
L’Antivie d’Italo ou la conscience de Svevo

775

commentaires

On peut passer toute une vie à se demander quel sera le bon moment pour demander la dernière cigarette à l’instant de sa mort. Surtout si comme Ettore Schmitz dit Italo Svevo (1861-1928), on a fumé soixante cigarettes par jour pendant toute une vie d’homme. On entend déjà le chœur des passéophobes ? Quoi, encore un mort dans la « République des livres » ? Encore un classique ? Sus à la naphtaline ! De l’air ! Du jeune et de la fiction ! A quoi l’on rappellera, comme il est devenu désormais rituel à la veille de l’été, que ce site est dédié à l’actualité des […]

lire la suite .../ ...
Un cheminement « spécial »

Un cheminement « spécial »

JEREMY ORIOL

15

commentaires

Auteur de cinq romans, Roopa Farooki est régulièrement citée en compagnie de Zadie Smith, de Monica Ali, ou encore d’Andrea Levy en tant que femme auteur de fables contemporaines ancrées dans une métropole londonienne multiethnique et multiculturelle. Son œuvre jalonne mon parcours de traducteur depuis l’origine puisque c’est en master que j’ai traduit les premières pages de son deuxième roman, Corner Shop. Au fil du temps, ma perception de son œuvre et de mon travail s’est naturellement enrichie et c’est ce cheminement que je souhaiterais faire ressentir au travers d’un exemple qui, quoique mineur (ou peut-être justement à cause de […]

lire la suite .../ ...