de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Crime de lèse-Ulysses en Irlande joycienne

Crime de lèse-Ulysses en Irlande joycienne

Si ce n’est pas fait exprès, c’est bien imité. Sûr que les joyciens canal historique sauront l’apprécier à sa juste valeur comme un hommage crypté au maître. Encore que du côté de Dublin, on ne plaisante pas toujours avec l’orthodoxie ulyssienne. Surtout à l’approche du centenaire non de la parution du monstre (1922 ) mais du centenaire de la plus extraordinaire déambulation urbaine du siècle littéraire échu, avec celle qu’Alfred Döblin fit faire à Franz Biberkopf dans son Berlin Alexanderplatz.

Bref, pour une gaffe, c’est une belle gaffe. Explication : Stephen Dedalus, qui est avec Leopold Bloom l’un des deux héros du Ulysses de James Joyce, sera commémoré comme il se doit cent ans après le 16 juin prochain. Un bloomsday particulièrement arrosé en perspective. A cette occasion, la Banque centrale d’Irlande  a cru bien faire en faisant frapper une pièce commémorative de 10 euros. Ce qui partait d’une bonne intention. En la dévoilant lors d’une petite cérémonie à Newman House, St Stephen’s Green, où Joyce vécut lorsqu’il étudiait à l’Université de Dublin, le gouverneur de la banque a failli en avaler sa chope de bière. Pile, une harpe celtique. Face, un portrait de l’écrivain et une citation extraite de son roman. Dans le troisième chapitre, évoquant la marche du héros dans Sandymount Strand, celui-ci avait écrit :

« Ineluctable modality of the visible: at least that if no more, thought through my eyes. Signatures of all things I am here to read… »

 Ce qui donne en français :

« Inéluctable modalité du visible : tout au moins cela, sinon plus, qui est pensé à travers mes yeux. Signatures de tout ce que je suis appelé à lire ici…” (traduction de Auguste Morel revue par Valéry Larbaud et James Joyce, Gallimard, 1930)

Ou si l’on préfère :

“Inéluctable modalité du visible: ça du moins, sinon plus, pensé par mes yeux. Signatures de toutes choses que je suis venu lire ici…” (traduction de Pascal Bataillard, sous la direction de Jacques Aubert, Gallimard, 2004)

Or sur la pièce , le “that”, qui se sentait probablement un peu seul dans la première phrase, a envoyé un clone dans la seconde entre “things” et “I”… Ce qui fait désordre. Sauf à penser, comme le chroniqueur du Irish Independant, que de toutes façons, avec ou sans ce “that” en trop, c’est incompréhensible… On remarquera que les traducteurs français, eux, ont réussi à se passer du « que » dans la première phrase mais l’ont rajouté dans la seconde. Ce qui, si la « République des livres » était lue en Irlande, pourrait provoquer un scandale à retardement de nature à ébranler l’Union européenne. Dix mille exemplaires de cette pièce ont été frappés. Mises en vente 46 euros par la Banque, on se doute bien qu’ils vont voir leur cours rapidement augmenter…

La Banque a présenté ses excuses (encore heureux !) et reconnu son erreur (et pour cause !) Mais, désireuse de ne pas la retirer du commerce, elle s’est défendue en assurant qu’elle n’avait jamais eu l’intention de faire quelque chose de “littéral” : plutôt un hommage ’”artistique”. Appelons cela ainsi mais la presse irlandaise n’apprécie pas cette désinvolture. Le Irish Times y voit un reflet supplémentaire de la “barbarie” qui ravage l’héritage culturel et architectural du pays depuis un demi-siècle.  Le professeur Sam Slote, qui a assuré la plus récente édition de Ulysses en anglais, se demande même si, pour les banquiers, Joyce est assez bon pour que son image soit exploitée mais pas assez pour qu’on se donne la peine de le lire… et de verifier auprès d’experts, comme cela avait été le cas dans les années 1990 pour un billet de £10. Les temps changent.

Si cela avait été un extrait de Finnegans wake, texte bourré d’inventions lexicales en plusieurs langues et dialectes, l’erreur se serait probablement passée inaperçue. Mais de Ulysses, tout de même ! Joyce ne croyait pas si bien dire lorsqu’il annonçait, à la parution de son oeuvre, qu’elle donnerait du travail aux chercheurs et aux thésards pour les siècles à venir. Il avait juste oublié les numismates. Il n’avait pas non plus prévu la délocalisation : il se chuchote en effet que ce “that” surnuméraire n’aurait jamais existé si les pièces n’avaient pas été frappées en Allemagne…

Cette entrée a été publiée dans vie littéraire.

363

commentaires

363 Réponses pour Crime de lèse-Ulysses en Irlande joycienne

bérénice dit: 16 avril 2013 à 10 h 28 min

sinbad de qui de quoi se souvient-elle? De plus l’organe possède selon le poète plusieurs mémoires une pour celles qu’il a rêvées une seconde pour les femmes désirées une troisième pour les aimées une autre pour les pénétrées est-ce que ça prend quelques lignes?

airelle dit: 16 avril 2013 à 10 h 05 min

et com ‘y a pas plus français que la RdL
‘cest la fontaine et la rue préférée de nos saints
c’est leur source,c’est leur désert oui
mais en binaire le trinity de la famille twee

Miss Pouasie dit: 16 avril 2013 à 9 h 00 min

« Ce pays est triste, il déteste ses gouvernants à juste titre » dit-il…Notre Ouèlbec.

 » On a tous un poème qui vous va » (sic) conclusion de la P.Clark, critique littéraire…

Miss Pouasie dit: 16 avril 2013 à 8 h 52 min

 » C’ est très intéressant que le mot peau soit le plus employé », Rascal Clark, analyse t-elle…

Miss Pouasie dit: 16 avril 2013 à 8 h 45 min

 » Vous marquez l’époque de votre empreint » ces 20 dernières années, lui dit-elle, la tête à Clark!

Miss Pouasie dit: 16 avril 2013 à 8 h 42 min

@sinbad,
Ouèlbec est sur la radio nationale d’État avec pétasse Clarck, en ce moment…il est arrivé à la bourre et non pas bourré, qu’on se le dise!

sinbad le malin dit: 16 avril 2013 à 8 h 29 min

qui a lu les divagations poétiques de Michel Ouélbec et notamment « les mémoires d’une bite » ?

sainte butin dit: 16 avril 2013 à 7 h 58 min

la contraception est lâcheté , l’avortement crime, l’homosexualité confusion
tout ça est péchér bien sûr ! prôner et « pratiquer » l’abstinence conduit au paradis – l’avortement est un « crime » surtout en cas de grossesse suite à un viol (et les pauvres sotn des assistés, des fainéants); quant à l’homosexualité seriez vous partisan de la peine de mort comme c’est le cas des intégristes de tous poils dont vous êtes?

JC dit: 16 avril 2013 à 7 h 07 min

paul, soyez raisonnable !
Admettez l’évidence : la contraception est lâcheté, l’avortement crime, l’homosexualité confusion !…Et Joyce, illisible…

paul dit: 16 avril 2013 à 6 h 55 min

Voilà une mission pour le c. de PQ: sauver plusieurs pauvres femmes des griffes d’un homme saint élu directement par le très-haut, mais sans scooter :’ Les religieuses sont en conflit avec le Vatican, qui leur reproche des prises de position trop libérales notamment sur la contraception, l’avortement et l’homosexualité, en désaccord avec le magistère de l’Eglise.'(AFP)

info dit: 16 avril 2013 à 6 h 42 min

Navigation sécurisée
Page de diagnostic pour passouline.blog.lemonde.fr

Quel est l’état actuel du site passouline.blog.lemonde.fr ?

Ce site est répertorié comme suspect. Une visite sur celui-ci peut endommager votre ordinateur.

Une activité suspecte sur une partie de ce site a été détectée 5 fois au cours des 90 derniers jours.

Que s’est-il passé lors de la visite de ce site par le robot Google ?

Sur les 345 pages du site que nous avons testées au cours des 90 derniers jours, un certain nombre (153) entraînait le téléchargement et l’installation de logiciels malveillants sans l’autorisation de l’utilisateur. La dernière visite effectuée par le robot Google sur ce site a eu lieu le 2013-04-15, et le dernier contenu suspect sur celui-ci a été détecté le 2013-04-15.

Des logiciels malveillants sont hébergés sur 1 domaine(s), y compris fubkimab.ru/.

1 domaine(s) semblant servir d’intermédiaire(s) pour la distribution de logiciels malveillants auprès des visiteurs de ce site ont été identifiés (y compris vivablog.fr/).

Ce site était hébergé sur 1 réseau(x), y compris AS15133 (EDGECAST).

Ce site a-t-il servi d’intermédiaire pour favoriser la propagation de logiciels malveillants ?

Au cours des 90 derniers jours, passouline.blog.lemonde.fr semble avoir servi d’intermédiaire pour l’infection de 7 site(s), y compris hl.lc/, ow.ly/, blog.seniorennet.be/artikelweergave.php/.

Ce site a-t-il hébergé des logiciels malveillants ?

Non, ce site n’a hébergé aucun logiciel malveillant au cours des 90 derniers jours.

Que s’est-il passé ?

Dans certains cas, des tiers peuvent ajouter du code malveillant sur des sites légitimes, ce qui déclenche l’affichage du message d’avertissement.

Étapes suivantes :

Revenir à la page précédente
Si vous êtes le propriétaire de ce site Web, vous pouvez, à l’aide des outils Google pour les webmasters, demander qu’il fasse l’objet d’un examen. Pour plus d’informations sur le processus correspondant, consultez le Centre d’aide pour les webmasters.

Dernière mise à jour : il y a 4 heures.

© Google – Accueil Google

hadrien dit: 16 avril 2013 à 5 h 35 min

toujours avec sa propagande malsaine le pq, rejeté, si seul dans la vie qu’il prend le blog pour un dépotoir de sa nauséabonde bile

JC dit: 16 avril 2013 à 5 h 27 min

Particulièrement ridicule cette présentation de mode chic de nos ministres en paillettes argentées, ne trouvez-vous pas ! Beau défilé de mannequins…

Qui peut croire à une telle mascarade : confondre argent et morale ? Tu as peu de patrimoine, donc tu as de la morale ! Tu as trop de pèze, donc tu es suspect…. Eloge du haillon, mépris de l’argent ! Stupide.

Et les Français, peuplade se croyant intelligente, si facile à balader, ont ce sentiment-là depuis 1792. Rappelez-vous ce que serinaient aux écoliers les bons maitres de la bonne vieille EN : Guizot est un vilain facho ! Lui qui disait « Enrichissez vous ! » Sauf que la citation était volontairement tronquée. Le protestant Guizot ayant dit : « Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne », ce qui n’est pas du tout la même chose quant aux conséquences : développement de l’industrie et du commerce.

Conclusion : enfumage de Pépère, bien dans son style, toujours aussi mou, et…un coup d’épée de plus dans l’eau sur laquelle continue de dériver notre pauvre pédalo économiquement crevé, en attente de solutions apportées avec « courage » aux vrais problèmes du pays, solutions toujours écartées par le pouvoir car incompatibles avec sa doxa du siècle passé…. Le cauchemar continue et le réveil sera pénible !

BBZ dit: 16 avril 2013 à 0 h 47 min

L’LML disparu pour cette nuit ???
Serait-ce qu’une chasse-d’eau fut tirée par advertance ??? ?? ?.
Merci à cet H/F Advertance.
Bonux.

pakrankoïâque dit: 16 avril 2013 à 0 h 45 min

‘st exprès que sous ce fil , je donne encore une suite à la demande de Bloom sous un fil précédent en précisant que par l’an 1922, j’ai toujours lié Joyce et Proust : dans un article qui file le goût du pastiche de Proust, F.Schuerewegen cite ‘le perles rouges « publié en 1899 dans la bibliothèque Charpentier , »une évocation de Versailles et de ses jardins » .
p 211 NRF

Giovanni Sant'Angelo dit: 16 avril 2013 à 0 h 38 min


…peut mieux faire,…le ballon ovale, juste au-dessus de la barre,…
…tant qu’il ne retombe pas sur sa tête,…le tir est plein cadre,…sur poêle à frire,…
…l’art des omelettes au vent,…on n’arrête pas le progrès,…of course,…Archibald,…
…etc,…

Giovanni Sant'Angelo dit: 16 avril 2013 à 0 h 12 min


…suite,…faut pas pousser,…
…culpabiliser les victimes par les persécuteurs,…les habitudes rendent sourd,…

…question de point de vue,…ou est passé ma bonne à tout faire en talon aiguille,…
…le crémier,…No melk to day,…ces Her-mites,…à Nostradamus,…

…l’urbanisme,…ou çà,…se prémunir contre les agents atmosphériques en costume-cravate,…Oui,…se prémunir contre les particules fines,…çà nous en bouche un coin,…
…Quoi,…encore, le crédit Lyonnais offshore,…et Bernard Tapie for Président,…
…tant qu’à faire,…donner sa langue au chat,…
…de là l’expression,…si tu ne va pas à Lagardere,…Lagarde offshore viendra à toi,…tous des incapables,…heureusement que nos Queen’s et King’s d’€urope veillent aux grains sonnants et trébuchants,…
…nos saint-Antoine de Pas-doué au beurre et aux vessies des lanternes feux et lumières du seigneur et prophète,…

…la question,…édulcorée principale est là,…quel prophète des prophètes « suivre »,…à la queue leu-leu sur son da-da-da,…le crime de lèche Ulysse de Pas-doué en riant au couvent des Juyce en l’air,…
…etc,…qui dit mieux,…la barre à franchir est de haute lignée mondialiste,…
…pile je gagne et face tu perd,…c’est pas du jeux, c’est un scandale,…un Joker scandinave à pêcher l’huile de foie de morue,…et des maquereaux qui traînent,…la vigie à poils de chameaux de Gengis-Khan,…
…encore un prophète,…
…comme disait Dieu,…tous des saints sauf mon cul,…de là, la pression,…Nom de ….,…à deux balles sur le court à fond,…
…etc,…une autre,… » ma Babel,…ma pyramide à moi « ,…
…le pharaon et ses iconoclastes à crédit au beurre et à l’entrecuisse de la morale humaniste,…tchin,…tchin,…au lait,…

des journées entières dans les arbres dit: 15 avril 2013 à 22 h 40 min

@ L’Irlandais de vingt scènes+1, parti se coucher à 18h30 et quelque le 15 avril : Merci !
A pile ou face, tout est limpide, oui :
« A pervers, pervers et demi. Joyce a poussé jusqu’au trois quart »

néglectivement dit: 15 avril 2013 à 22 h 34 min

The New York Times Wins Four Pulitzer Prizes
The New York Times won four Pulitzer Prizes on Monday, including two awards for its reporting on the actions of companies like Apple and Walmart overseas, and another for an examination of the hidden wealth of the Chinese premier’s family.
The fiction prize, which was not awarded last year, went this year to Adam Johnson for “The Orphan Master’s Son.”

néglectivement dit: 15 avril 2013 à 22 h 32 min

et ne m ‘appelez plus HR! j’en ai plus qu’assez!
J ‘ai mes raisons pour changer de » pseudo » . et cela ne vous regarde pas!!

BBZ dit: 15 avril 2013 à 22 h 32 min

DHH dit: 15 avril 2013 à 18 h 52 min,
mon explicationdevait etre bien maladroite…

Assurément, bien sûr !!! !! !.

néglectivement dit: 15 avril 2013 à 22 h 29 min

@fatum
le it- hamlet n’est donc pas encore le id , même de la team ,i.e il eût été posté sur ce blog une bibliographie sur la question « génie » au lieu de tant de lignes puisées dans un esprit de fond de (mauvaises ) bouteilles

fatum qwerzerty dit: 15 avril 2013 à 22 h 18 min

Stalitlero Teniatovitch vous irait mieux comme pseudo…Un autre, peut-etre, du côté de la Chine où les pires choses peuvent se faire sur le mode de l’invisibilité totale ?
Savez-vous que Gainsbourg dans ses dedales avait probablement* lu Ulysses ? « Le garçon qui avait le don d’invisibilité »…

@ HR : Hamlet, timide comme il est, n’a pas osé vous répondre que votre questionnement sur le « génie » trouve une réponse intéressante dans L’homme sans qualités : génius, génium.
.
* pardon pour l’adverbe qui participe de « l’esprit de lourdeur » mais, juste-ment, je participe…

@ Hamlet

« Comment comprends-tu quelqu’un ? Quand tu participes à son être. » ( Robert, je vous laisse chercher sa page )
Ne vous laissez pas intimider, il y a beaucoup de misère ici…

bérénice dit: 15 avril 2013 à 22 h 01 min

Bien que le rapport soit inexistant mais repensant aux arguments récurrents de ML en gros en énorme et réduit à mort à la Palestine palestinienne je doute qu’il puisse séduire beaucoup d’humanistes

Sergio dit: 15 avril 2013 à 22 h 01 min

JC dit: 15 avril 2013 à 19 h 06 min

C’est pas méchant, les bombes atomiques …

Bon mais alors pas dans ma rue… On a déjà eu un soixante-dix-sept tiré du Grand-Couronné par les kaiserlicks en plein dans la soupe de Louis Majorelle, un beau dimanche de dix-neuf cent seize…

néglectivement dit: 15 avril 2013 à 21 h 50 min

je me souviens d’avoir lu un jour sur ce blog que « ce n’est pas là que ça se passe »
Une brève conversation entre 2 cigarettes m’en a appris beaucoup plus que le supposé besoin d’admiration de Christiane selon son maître mauvaise langue qui cherche ici…comment se faire des admiratrices?

bérénice dit: 15 avril 2013 à 21 h 46 min

Aimez-vous Joyce,D,du moins l’avez vous lu? Pour ma part je me rassure de ne pas le lire encore car Emmanuelle Devos déclara dans une interview ne pas pouvoir non plus.

bérénice dit: 15 avril 2013 à 21 h 42 min

ira-t-on jusqu’à dire qu’il est aussi aisé de donner du « que » en surnombre que de ces euros littéralement littéraires? Puisqu’on ne prête qu’aux riches les détenteurs de que en trop ne pourront pas s’en défaire et vont devoir les cacher sur un compte non déclaré la boucle sera bouclée pour friser l’actuel scandale.

bérénice dit: 15 avril 2013 à 21 h 34 min

Quel délire pour délirant et voilà que pour rejoindre le siècle l’on nous sert pour le faire circuler?Joyce en pièce de monnaie avec une faute de « que », ce genre de détail qu’il ne sert strictement à rien de se souvenir et qui va irrémédiablement imprimer tous les usagers du blog.

abdelkader dit: 15 avril 2013 à 21 h 31 min

Comme quoi t’as toujours besoin de hair quelqu’un…de preference quelqu’un aps comme toi…t’es un pov’type JC…et tu me ferais pitie meme , si tu n’etais aussi bete et mechant….et si tu ne trouvais aussi marrant…j’ai eu des furoncles plus marrants que toi….

bérénice dit: 15 avril 2013 à 21 h 23 min

ouvrant au hasard le monument critiqué cause ennui profond ou porté aux nues je livre cette trouvaille peut être « dix shilling pour un pucelage » noyé dans la pierre de l’écrit qui n’a surement pas servi de point d’inspiration à cette monnaie sacrilège

bérénice dit: 15 avril 2013 à 21 h 09 min

D encore surprise de vous lire assurer courageusement la permanence, peu d’affluence et quelle affluence! Temporaire en attendant le désordre divin? Comment vont les quais?

D. dit: 15 avril 2013 à 19 h 47 min

Sergio dit: 14 avril 2013 à 23 h 11 min

Oui enfin Einstein c’est pas mal Henri Poincaré…

____________

…dans un référentiel accéléré, il parait que oui.

JC dit: 15 avril 2013 à 19 h 37 min

Abdel, mon ami, le vent est au sud, tournant à l’ouest au coucher du soleil : un vent qui tourne, avec le soleil. On l’appelle ici un vent « solaire ».

Tu comprends bien qu’on ne peut trouver chez aucune femme, la compassion, la soumission, la résignation devant les lois éternelles de la vie, atteignat le niveau d’une bonne chèvre (je veux dire, une qui n’ait pas fait l’ENA). Enchantement digne du mariage zoophile pour tous !

Les Turcs sont trop puissants pour être européens, nous sommes bien d’accord. Que nous restions « ennemis » économique et culturel, est le mieux.

Détail : toutes les religions me dégoutent. Un de tes ancêtres sarrazins a dit, je ne sais plus qui : « Il y a deux sortes de gens, ceux qui ont une religion et pas de cerveau, et ceux qui ont un cerveau et pas de religion »

Abel Hart dit: 15 avril 2013 à 19 h 34 min

Voilà un petit texte de Paul Zumthor qui convient,oh combien, à la phrase de james Joyce :

 » Quoi qu’on fasse, on retombe. On avance, on glisse. On redescend une marche, une autre, d’étage en étage jusqu’au fond. Babel : moins une tour dressée vers le ciel qu’un puits. Renversez l’image : le ciel est au-delà de ce trou, le ciel ou la mort, ce n’est plus qu’une question de mots. Ils creusent la puits avec leurs ongles ; on avait, à la belle époque, si bien affûté la pioche des rhéteurs ; la pointe s’en est brisée, le manche n’était plus qu’un poids stérile, on a récupéré la ferraille dans une composition abstraite, ou concrète, avec des bouts de carros­serie tordue, du fil de fer, une poupée sans tête, nature morte. L’aïeul se débattait parmi ses obsessions de jeunesse, dans son odeur rance de qui allait mourir, le menu geste de la main sem­blait chasser une mouche, on se penchait, on chassait la mouche ; en lui, le geste signifiait une révolte, une explosion, un sursaui avorté de l’être, les doigts griffaient une image fuyante, déchirée, magnifiée, auréolée de grandeur perdue, de force qui avait été.
Telle était la seule vérité qui nous restât. Le temps même et la vie, on l’apprend tout à coup, ne donnent pas tellement qu’ils ne prêtent, puis reprennent. C’est pourquoi aucun discours n’a de « sujet » : à vous de découvrir le nécessaire, d’arracher à leur succession fortuite les virtualités aspirant à s’épanouir dans la langue, dans la chronique, dans le scénario, le roman ou le poème. On ne vous les communique pas même : l’historien ou l’artiste vous passe une grille à travers laquelle déchiffrer le reflet de lui-même. Et ce reflet n’est qu’une question, la seule qui vaille la peine d’être posée. Cependant le temps court et la grille se distend sous sa poussée. Comment, à travers cette matière en décomposition, trouver le contact avec la solidité d’un être, elle ou lui? Solidité ou solitude : paronymes dont les significations, dans ce contexte, s’épaulent. Instants d’exalta­tion sans cause à la rencontre d’un visage, d’un paysage, d’un

tableau, le réflexe d’agenouillement, le souffle coupé, la main qui retombe, l’être devenu regard?

D’où nos incertitudes et ces démarches hésitantes. D’où l’ambiguïté insoluble, radicale, de celui au passé de qui je tente de m’attacher. Ambigu par rapport à toi qui l’aimas ; par rap­port à lui-même, qui te prit, au milieu du bric-à-brac de sa gloire, et te désiras jusqu’à perdre les organes du désir. Ambigu pour nous, venus après, toujours trop tard, dans cette profon­deur d’ombre qu’éclairé peu à peu, à chaque pas accompli, plus avant la lampe qu’on porte à la main : l’amour, après coup, joue dans cette tragédie (on aimerait pouvoir le dire) le rôle du Destin, du Fatum, de la Moira, quel encore de ces mots issus de la pure lumière minérale de cette mer pou­droyante d’îles violettes, de ces Idées attiques tranchées comme des pilastres de marbre? Pourtant nous sommes bien sortis de ce monde-là, tournée la page, collée, scellée, que surtout l’on nous épargne les lignes franches. Que tout déborde ; qu’elles pendent dans le vide, ces lignes, à la manière des fils d’une tapisserie qu’on vient de retirer du métier, débordent comme les taches de couleur des images d’Épinal jadis, le Petit Cha­peron Rouge à crinoline, pendent dans le cœur immobile, blasonné de ses anciennes amours, échiqueté de gueules à fasces de sable effacées, fuyant entre les doigts… Absence et présence, silence et parole, vide plein où nous convergeons, parmi ces gens cuirassés d’interdits, vivant contre eux-mêmes, à rebours des appétits profonds dont ils furent doués, étrangers à leur âme et souvent à leur regard, artificiels, incapables de rationaliser leurs opinions divagantes ni leur conduite vaine. Ils avancent sur le trottoir, au milieu des autres, masqués de leurs traits ingrats, chacun de ces visages comme la caricature d’un faciès animal, la femme-chatte ou panthère, la vache, ou ce cul-d’oie au groin de l’homme-tapir, du cynocéphale, du bidet cagneux, arche de Noé de leurs mufles carnavalesques, tissu d’aveux et de mensonges, touristes fiévreux suivez le guide aux doigts empê­trés dans les feuillets du programme ah ! on est à Amsterdam non à Copenhague plutôt non à… »
Paul Zumthor Le puits de Babel roman Gallimard 1969 pages 152 et 153.

Abel Hart dit: 15 avril 2013 à 19 h 27 min

Voilà que Paul Zumthor m’ a fait revenir d’ un rendez-vous avec toi, héloïse, tu le sais bien!

abdelkader dit: 15 avril 2013 à 19 h 23 min

JC, j’espère que le vent de l’est te sera clément and t’enverra du cote de Sidi Ferruche ou meme Oran, tiens…moi et ma tribu vous accueillerons ,bras grand ouverts, toi et tes fatmas, sur nos beaux rivages, avec la danse traditionnelle de la tringle d’olivier… sinon, je sais que tout ce qui touche a l’Islam te fait bander (enfin bander, c’est beaucoup dire, ta crémière affirme que tu pars a la manivelle ces jours-ci) , pour ce qui est de la Turquie, ils ont bien fait de ne pas joindre l’UE…leur économie se porte rudement bien, sans l’Euro, et pour les turcs, avoir a subventionner les grecs et les chypriotes, ca ferait un peu bizarre… comme si t’étais SDF a Toulon et que tu me demandais la charité…suis charit

Abel Hart dit: 15 avril 2013 à 19 h 13 min

Personne n’ a encore parlé de l’ importance de la frappe de monnaie, cette image hellénistique puis romaine qui s’ épanouira dans la discussion/confrontation des iconodoules et des iconoclastes.
Quelque chose qui a voir avec l’ écriture et l’ iconographie.

JC dit: 15 avril 2013 à 19 h 11 min

Détail diabolique : les gars de Monségur, les Parfaits, ne se reproduisaient pas, eux … Volontairement.

JC dit: 15 avril 2013 à 19 h 06 min

Sergio,
C’est pas méchant, les bombes atomiques … Tu connais, comme moi, le nombre d’essais dans l’atmosphère depuis WWII…. et les pingouins ont survécu !
Aucun problème….

Sergio dit: 15 avril 2013 à 18 h 58 min

JC dit: 15 avril 2013 à 18 h 48 min
personne -sauf les cons- n’a de solution face à une situation vraiment grave

Oui mais si on se retrouve avec des bombes atomiques dans tous les coins, envoyées par ou à cause de ces sortes de gars de Montségur enturbannés, ça va être des salades pas bonnes pour les salades… Faudrait les dissoudre dans, je sais pas, moi, l’euro, le dollar, ou alors le franc suisse…

JC dit: 15 avril 2013 à 18 h 58 min

Bon, ceci étant dit, je vais brasser le mylar, vérifier que chaque chose est à sa place, et faire ma prière à Rabelais. Beau temps, sain, aujourd’hui, malgré la brume matinale. Ce que la mer peut être séduisante, menteuse, fourbe : calme, tendre, … juste pour accumuler des forces infiniment puissantes.

néglectivement dit: 15 avril 2013 à 18 h 58 min

à 18 h 33 min
une question demeurera : la rdL rendrait- elle PLUS idiot
indiscutablement : sait-on jamais ?
et la négation en japonais , c’est comment ?

DHH dit: 15 avril 2013 à 18 h 52 min

@un peu de grammaire
mon explicationdevait etre bien maladroite ,car je ne disais rien de different de vous.
a savoir que cette valeur archaique de mais(plus) ne s’etait conservée que sous forme de mot associé à une particule negative,comme rien ou pas, et dans sonca dans un emploi exclusif avec le verbe pouvoir
bàv

JC dit: 15 avril 2013 à 18 h 48 min

Sergio,
personne -sauf les cons- n’a de solution face à une situation vraiment grave. Ceux qui disent : « j’en ai une ! Idéale ! » feraient mieux de se servir de leur langue à rouler une pelle à leur concierge portugaise … Ils débutent. Mal.

La mauvaise langue dit: 15 avril 2013 à 18 h 47 min

On dit dans le style familier, Ne pouvoir mais de quelque chose, n’en pouvoir mais, pour dire, N’avoir contribué en aucune manière à quelque chose de fâcheux, à un malheur, n’en être pas cause. Je ne puis mais de cela. Je n’en puis mais. On l’accuse fort injustement de telle chose, il n’en peut mais. On emploie cette façon de parler à l’affirmative avec une interrogation. Si cela est arrivé, en puis-je mais? Pouvoit-il mais de cela? Proverbialement, en parlant d’Un homme qui porte la peine d’une faute où il n’a point de part, on dit, Tel en pâtit qui n’en peut mais. On dit aussi proverbialement, Si jeunesse savoit & vieillesse pouvoit, pour dire, Si la jeunesse avoit l’expérience, & que la vieillesse eût la force.

un peu de grammaire dit: 15 avril 2013 à 18 h 33 min

Chère DHH, je ne suis pas d’accord avec votre analyse.
A l’origine, la négation en français s’exprime par « ne ». L’e muet l’ayant rendue parfois imperceptible à l’oreille, l’habitude est venue de la renforcer par un substantif correspondant au sens : je ne marche pas, je ne vois point, je ne bois goutte, je ne mange miette.
« Mais » signifie « plus » (magis). Je n’en peux mais = je n’en peux plus. On pourrait donc l’utiliser à la forme affirmative. C’est uniquement l’usage qui fait que, le sens originel s’étant perdu, la forme négative demeure à cause de la locution convenue : n’en pouvoir mais.
Bien à vous.

Sergio dit: 15 avril 2013 à 18 h 33 min

JC dit: 15 avril 2013 à 18 h 24 min
je m’en astique la tige de jade…!

Ha non moi je crois que c’est grave, ce truc moyenâgeux, ça nous gave mais alors vraiment…

+n+€ scènari stick dit: 15 avril 2013 à 17 h 24 min dit: 15 avril 2013 à 18 h 32 min

àDHH:merci !je vais encore rebidouiller ce pseudo déjà trop emprunté .
je serais bien incapable de me plonger dans la grammaire de Joyce dont les lunettes sur cette médaille me rappellent tant de souvenirs : dont un , encore que très flou , de sa biographie : il les avaient ôtées spectaculairement dans un spectacle, pour attirer l’attention sur un autre , et fait sensation .

bonne fin de journée, bonne soirée .je me souviens des circonstances dans lesquelles j’ai quitté des gens, à jamais.
Joyce n’est pas le seul patronyme qui soit devenu un prénom pour femmes
Je suppose que personne n’a ancore appelé sa progéniture airdéel(le) : ça viendra peut être et on frappera peut-être ce jour là une médaille !mais dans quel pays ?
un spposé parent mien offrit à ses parent pour leur anniversaire de mariage une médaille : je ne l’ai jamais vu de près . je ne me souviens pas de leur mort, mais je sais que la femme de ce parent, qui avait été cloitrée , dans son enfance et adolescence fut atteinte d’une maladie dégénérative, ce qui n’était pas vraiment reconnu , d’autant qu’ils étaient entourés d’artistes!
C’est un jour où j’ai trop grande peine pour l’achever avec des erdéliens : ils auront mauvaise langue qui leur prépare une cantilène!

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 avril 2013 à 18 h 29 min


…merci,…à notre Chaloux national,…14 h 53 mn,…

…encore un nazis-juifs-érétique,…un sans culotte à Stalag 13,…

…c’est les vainqueurs pré-destinée qui définissent les crimes de guerre,…collabo,…
…etc,…

Abel Hart dit: 15 avril 2013 à 18 h 26 min

Qu’ est-ce qu’une pièce de monnaie?
Joyce va t-il nous rendre la monnaie de sa pièce? Et peut-on lui rendre la monnaie de sa pièce?
Paul Zumthor, comme le signalait fort à propos ML, revendique comme Joyce, d’ avoir un droit pleinement assumé à la subjectivité.

Sergio dit: 15 avril 2013 à 18 h 21 min

JC dit: 15 avril 2013 à 18 h 15 min
Impossible d’être laïc chez Erdogan

Le problème, chez tous ces dirigeants, c’est que c’est le goupillon qui leur sert de sabre…

JC dit: 15 avril 2013 à 18 h 15 min

Le billet pose un problème énorme mais sans importance pour l’avenir : « Crime de lèse-Ulysses en Irlande joycienne »

Autrement plus grave, celui-ci : « Crime de lèse-Allah en Turquie islamique ». Impossible d’être laïc chez Erdogan, Fazil Say, pianiste, condamné !…. et vous voudriez que les Ottomans new-look intègrent l’Europe ???

DHH dit: 15 avril 2013 à 17 h 32 min

@Vingt scenes+1 16 h 18
Comme j’aime la grammaire, j’ai voulu réfléchir au problème que vous posez
En fait dans « je n’en peux mais » le caractère obligatoire du sens négatif nous étonne parce que nous perdons de vue que « mais » a gardé une valeur ancienne qui ne nous est pas familière d’adverbe substantivé indiquant l’exces et jouant le rôle de complement de pouvoir .
Mais cette tournure n’est pas différente dans sa structure d’ autres tournures négatives que nous employons couramment , dont nous ne percevons plus qu’elles sont le combinaison d’une particule négative et d’un substantif au point que c’est ce substantif que nous prenons pour le mots négatif jusqu’à l’employer avec une valeur négative en l’absence même de particule
Ne…rien(= pas une chose=rem du latin)
Ne…..point(= pas un point)
Plus rares, comme » Mais » , car habituellement associes à certains verbes precis du fait de leur sens originel : Goutte ou mie
:Je n’y vois goutte ou je n’y entends mie .
Ces mots(mais goutte mie ) ne se sont conservés avec ctte valeur que comme les elements positifs de formules négatives.
Il n’est donc pas plus étonnant pour « mais » que pour « pas » ou « rien », qu’on ne le trouve que dans des phrases négatives

+n+€ scènari stick dit: 15 avril 2013 à 17 h 24 min

Sûr que les joyciens canal historique
joyce est un prénom pour femmes
Joyce Carol Oates, née le 16 juin 1938 née le 16 juin , comme c’est bizarre !

+n+€ scènari stick dit: 15 avril 2013 à 17 h 13 min

Sur « l’s » du pluriel n’est pas
une règle commune , le « q » du poulet non plus!

fatum dit: 15 avril 2013 à 17 h 12 min

@ »bouguereau »

Il ne te reste plus qu’ à frôler les murs… Ou à te faire livrer la baguette à domicile durant les trente années à venir.

Polémikoeur. dit: 15 avril 2013 à 17 h 07 min

Pour rester dans les questions qui comptent,
le non accord au pluriel à la française
d’euro sur les pièces et billets
n’est-il pas plus gênant
que la citation
incorrecte ?
Tout ça parce que « l’s » du pluriel n’est pas
une règle commune de la zone euro !
Bah, nous avons échappé au : « un euro, des euri » à l’italienne ! A quoi donc encore ?
Billetdedouzeurôlement.

Sigismond dit: 15 avril 2013 à 16 h 57 min

« une horloge arrêtée donne deux fois la bonne heure dans la même journée » (Stephen King in 22/11/63)

Polémikoeur. dit: 15 avril 2013 à 16 h 52 min

« Souffler n’est pas jouer » n’est pas un exemple
de forme grammaticale mais n’est pas non plus
très utile sans sa négation.
Positrivialement.

Polémikoeur. dit: 15 avril 2013 à 16 h 43 min

Alors, pas de déjà-vu de l’effet audacieux
et innovateur consistant à simuler une chevelure
grâce à des lignes ondulantes tracées à partir
du chef d’un portrait plus ou moins stylisé ?
Rien de la patte d’un Cocteau ?
Rien du mouvement d’écharpe du Petit Prince ?
Coupdecrayonnement.

20 scènes +n+€ dit: 15 avril 2013 à 16 h 39 min

pour saluer Chaloux
Lost Parmigianino drawing found tucked inside a Bible
The Huntington Library and Art Collections had thought the work missing for 30 years

Sergio dit: 15 avril 2013 à 16 h 32 min

Giovanni Sant’Angelo dit: 15 avril 2013 à 14 h 36 min
…les frontières çà sert à rien,…

Ouaip ; les mecs des soucoupes ils doivent se demander…

20 scènes + 7 x 5 dit: 15 avril 2013 à 16 h 31 min

@ Chaloux
Je cherche une expression qui ne s’emploie qu’à la forme négative, vous en avez ? Ou alors, si vous voulez, disons que ça fera l’affaire, ça m’intéresse aussi, je suis preneuse, on se sait jamais, pour ma collection, vous voyez, bien que ce ne soit pas du tout la même chose, une phrase qui ne s’emploie qu’à la forme affirmative.
Merci !

20 scènes +1 dit: 15 avril 2013 à 16 h 20 min

pour en Avoir le coeur net après l’avoir eu en faites, faites
(c’est une poupée qui fait non, non, non, non dit la chanson)

20 scènes +1 dit: 15 avril 2013 à 16 h 18 min

@DHH
merci !
peut-être y a -t-il d’autres expressions qui ne s’emploient qu’à la forme négative ou qu’à la forme positive .; et dans d’autres langues ?
cela a-t-il un quelconque rapport avec le verbe ainsi gouverné ?
il faudrait faire une descente dans une bibliothèque et des thèses de grammaire …pour en voir le coeur… net !

Phil dit: 15 avril 2013 à 16 h 10 min

Adrienne.. Monnier, of course, und niemand pour korrigieren.
c’est la rentrée, tkt est encore à Bali et la vieille littérature n’a plus la cote dans le monde des ipoïdeux.

Phil dit: 15 avril 2013 à 15 h 38 min

Larbaud s’est brouillé avec Adrienne Monier et Gallimard à cause d’Ulysse. droits de traductions plus que tribulations.
Bardamu et Biberkopf peuvent déambuler, les éditeurs ne perdent pas le nord.

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 avril 2013 à 15 h 05 min


…chacun ses plans et Dieu pour tous,…
…à l’impossible nul n’est tenu,…

…les points de vues çà rend royalement aveugles,…
…etc,…

Sigismond dit: 15 avril 2013 à 15 h 02 min

« l’opinion, c’est comme le trou du cul, tout le monde en a une » (Stephen King in 22/11/63)

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 avril 2013 à 15 h 00 min


…le bras d’honneur sur le Polemploi de J.C.

…du Dali,…la montre qui fond en fromage,…déjà sur Vénus,…
…etc,…

Chaloux dit: 15 avril 2013 à 14 h 53 min

 » Vous êtes venu pour servir et non pour dominer; sachez que vous êtes appelé pour souffrir et pour travailler, et non pour discourir dans une vaine oisiveté.
Ici donc, les hommes sont éprouvés, comme l’or dans la fournaise ».
Imitation de Jésus-Christ.

Salut à tous…

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 avril 2013 à 14 h 50 min


…j’ai des courses à faire,…pluridisciplinaires,…
…etc,…du haut de vos gueules,…20.000 ans nous contemplent,…Ah,…Ah,…

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 avril 2013 à 14 h 36 min


…les frontières çà sert à rien,…
…les bordels sont universels,…et d’autres plus privés,…
…l’un parle  » Archimède « ,…et l’autre y répond  » pot de chambre « ,…
…il faut être plus précis pour en créer des homogénéités de rixes à deux balles diplomatiques,…
…chacun ses  » urgences  » suivant sa nature à court termes,…
…chacun avec sa reconquête  » Bysance « ,…orthodoxe,…à faire portez le chapeau en pot de chambre aux gays écuyers des discordes à deux balles,…

GPS dit: 15 avril 2013 à 14 h 33 min

à ceux qui s’inquiètent de l’absence de Jacques Barozzi : il déambule actuellement dans les rues de Paris.

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 avril 2013 à 14 h 14 min


…déjà,…
…pour vous facilitez l’interpellation plus courte à écrire,…
…allez-y,…à,… » G.S.A. « ,…à la mode,…
…etc,…

Actualités judiciaires (suite) dit: 15 avril 2013 à 14 h 02 min

Un tribunal de Paris a condamné lundi le célèbre commentateur « La mauvaise langue » à dix mois d’interdiction pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des propos jugés casse-burnes.

comité scientifique dit: 15 avril 2013 à 13 h 59 min

Gros con est très fier de ses chi.ures, il en mange même – c’est un cas irrécupérable: à foutr e à la poubelle

lucky strike dit: 15 avril 2013 à 13 h 59 min

Giovanni Sant’Angelo dit: 15 avril 2013 à 13 h 49 min
…bien sur que je me comprend,…

Je n’en crois rien.

La mauvaise langue dit: 15 avril 2013 à 13 h 53 min

Un tribunal d’Istanbul a condamné lundi le célèbre pianiste-compositeur turc Fazil Say à dix mois de prison avec sursis pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des propos jugés blasphématoires à l’endroit de la religion musulmane.

Fazil Say, qui n’était pas présent à l’audience, a été reconnu coupable d’ »insulte aux valeurs religieuses d’une partie de la population » après avoir publié sur son compte Twitter des tirades provocatrices sur les musulmans et l’islam.

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 avril 2013 à 13 h 49 min


…@,…entre 11 h 27 mn,…et,…11 h 32 mn,…

…bien sur que je me comprend,…il ne vous faut pas un dessin des fois,…en plus,…
…etc,…

xlew.m dit: 15 avril 2013 à 13 h 48 min

Le Goncourt 2013 a intérêt a être à la hauteur d’un roman d’Alain Fournier. S’il réussit ce tour de force, les organisateurs, qui sont aussi des gastronomes qui apprécient les pièces de sanglier-chasseur, les médaillons de lotte et les médailles en chocolat, lui offriront un chèque de dix €uros gravé dans de l’or massif à 24 carats avec l’incipit de leur roman buriné dessus avec la langue par Robbie Williams, l’ex-lead singer des « Take that. »

Complément d'enquête dit: 15 avril 2013 à 13 h 22 min

Le rapport d’étude est confirmé : Chute de l’Empire est dûment répertorié dans le catalogue de la RdL sous la rubrique : gros con.

rapport d'études dit: 15 avril 2013 à 13 h 19 min

Après étude du commentaire de 13 h 10, il appert que, selon un premier calcul des probabilités, Chute de l’Empire appartient à l’espèce « gros con ».

Chute de l'Empire.......... dit: 15 avril 2013 à 13 h 10 min

Caracalla, empereur, épousa son cheval.
Fromage Mou, président, refuse d’épouser sa monture.
Sauras-tu trouver pourquoi ?

DHH dit: 15 avril 2013 à 12 h 50 min

11 h 19
je n’en peux mais(suite de mon post precedent)

apres verification sur Littré
cette valeur ancienne de « mais » ne se conserve plus qu’avec le verbe pouvoir et seulement dans de phrases négatives ou interrogatives

DHH dit: 15 avril 2013 à 12 h 44 min

11 H 19
a priori il n’y a pas de raison qu’on ne puisse utiliser aytrement que sous une forme negative cette formule .
« Mais » qui vient de magis a son ancien sens de « plus »,
Alors pourquoi pas une phrase positivve du genre « si j’en pouvais mais ;
A verifier.
OU ? peut etre dans littré ou le tlf à l’entrée Mais, ou figurent probablement des exemples

Estée Lauder dit: 15 avril 2013 à 12 h 21 min

Pépère maquille ses ministres avec « Moraline antisuisse » !
Faites comme eux !
Une peau lisse évite la Police….

20 scènes +1 dit: 15 avril 2013 à 11 h 41 min

heureuse nouvelle dans la nomination pour Sergio
une molécule, la fractalkine, stimulerait la production d’insuline.
The Fractalkine/CX3CR1 System Regulates β Cell Function and Insulin Secretion

christiane dit: 15 avril 2013 à 11 h 35 min

Une petite pause -sourire…
Valéry – Variété II ( Le retour de Hollande)
« L’homme des foules est poète, conteur, ou quelque ivrogne de l’esprit.
Il se noie dans la quantité des âmes ambulantes ; il s’enivre d’absorber un nombre inépuisable de visages et de regards, et de ressentir au fil de la rue fluide le vertige du passage de l’infinité des individus… Il subit et confond des milliers de pas et de rythmes de marche ; ses yeux trouvent et perdent des milliers d’yeux, dont il remonte le fleuve de visions, de directions, de volontés séparées.
A certaines heures, le mouvement des villes énormes engendre le merveilleux malaise de la multiplication des seuls. On constate naïvement, avec une sorte d’horreur et de sentiment panique que les singuliers sont innombrables. tant de personnes particulières ; chacune capitale pour soi, nulle ou négligeable au regard de presque toutes les autres, et toutes ensemble donnant vaguement à chacune l’impression d’un cimetière en marche, ou d’un défilé de fantômes… »

(Spéciale dédicace aux passants de La République des Livres.)

20 scènes +1 dit: 15 avril 2013 à 11 h 35 min

à à 11 h 19 min
c’est à vérifier, ce que je n’ai pas fait : il y a surement au moins une exception à ce qui en l’état, demeure une hypothèse . les grands lettrés traducteurs de ce blog savent certainement , avec une citation exacte: et vérifiable !
par contre j’ai lu des lignes intéressantes sur neglego qui donne négligence .
Encore à propos de Lucia , et de la question paternelle, je me souviens d’une rencontre dite de questions de bioéthique : lorsque un couple a un enfant qui est atteint d’une maladie tès sévère(il suffit de penser à « une affaire personnelle » de de Ôé Kenzaburô. il n’est pas rare que le couple se sépare et que l’un des parents au moins ne veuille plus entendre parler de l’enfant .
j’ai connu de tels couples avec un enfant très atteint, et dont les parents étaient aussi en thérapies diverses

Jean Peupu dit: 15 avril 2013 à 11 h 22 min

La commentatrice 20 scènes +1 nous prend pour des cons. Peut-être n’a-t-elle pas tort, mais qu’elle sache que c’est réciproque.

Giovanni Sant'Angelo dit: 15 avril 2013 à 10 h 43 min


…l’art contemporain depuis les filtres obscurantistes,…post-industriels,…c’est une chose,…

…malgré une certaine publicité à coupé court le discernement,…les académies débauchées,…aux pognons faciles des connivences à label,…faisant fonctions de blasons et armoiries,…

…des couleurs pour en mettre plein la vue,…de la fascination du ciné des frêres Lumières aux imitations copier/coller en pubs des affiches de H. de Toulouse-Lautrec,…

…repris par un certain cubisme aux couleurs et formes de travers  » gay « ,…au pinceau des maîtres à se remplir les poches aux pochoirs poncifs,…

…mais encore,…en plus simple,…

…v’là,…un dicton,…valable pour un max de possibilités,…et de mouvements naissants,…

…il ne faut pas jeter, le bébé avec l’eau de son bain quotidien,…

…en plus, c’est plus les transgressions et adaptations qui font  » aversions « ,…dans une représentation,…
…qui,…est près,…à jeter son art contemporain,…dans toutes ses applications,…personne,…

… Matisse,…Picasso,…Cocteau,…Braque,…Le Corbusier,…

…et, maintenant,…certaines adaptations faciles d’états,…qui font du lobbying et pub d’esprit,…
…c’est pas parce que c’est contemporain imité XX° siècle,…que çà marche à tout les coups,…le good feeling,…

…à voir, ou à imaginer les étapes et progressions dans chaque tableau des maîtres contemporains du XX° siècle,…
…déjà,…dans les bijoux de Braque,…

…donc, ne jetons pas le bébé contemporain d’avec l’eau et ses résidus, ad-hock contemplatifs,…

…J.C.,…à 8 h 07 mn,…chapeau,…
… » bras d’honneur sur fond couleur Polemploi « ,…venant d’un coin de paradis,…
…etc,…

20 scènes +1 dit: 15 avril 2013 à 10 h 11 min

aux psys qui en peuvent mais
« L’histoire de Lucia aurait en effet toujours été mystifiée par les romanciers et les historiens de la littérature : talentueuse et créative jeune femme abandonnée ou fille charismatique témoin des relations de travail entre Beckett et Joyce, deux ténors de la littérature du XXe siècle…

Le livre en question, The Woman Who Shot Mussolini, de Frances Stonor Saunders paraîtra en mars chez Faber, mais aucune version française n’a pour le moment été annoncée.
http://www.actualitte.com/societe/lucia-joyce-fille-de-james-un-destin-tragique-devoile-17235.htm

hearsay dit: 15 avril 2013 à 10 h 03 min

On voit pas la même chose de Van Gogh depuis ce qu’a dit Martine Heidegger.
– C’est une peintre aussi, cette Martine?

20 scènes +1 dit: 15 avril 2013 à 9 h 47 min

Saint Mandé dit
pour l’auréole du jour, il y a même le zoo de Vincent d ‘Andy ( né à Paris le 27 mars 1851 et mort à Paris le 2 décembre 1931,) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*