de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline

La mémoire du colonel de La Rocque

Le descendant d’un personnage historique est-il fondé à faire corriger les erreurs manifestes qui entachent la réputation de son aïeul dans des articles, des films ou des livres ? C’est peu dire que la jurisprudence ne lui est pas favorable. Autant convenir tout de suite que la question se pose moins sur le terrain du droit que sur celui de la morale, des principes, de l’usage, voire, pourquoi pas, des règles du savoir-vivre. Un cas parmi d’autres illustre le problème : l’affaire La Rocque.

Le colonel François de La Rocque, qui fut ,entre les deux guerres, le chef de la ligue d’anciens combattants des Croix-de-feu devenue en 1936 le Parti social français (Psf), classés à droite sinon à l’extrême-droite par ses adversaires politiques, a longtemps été présenté comme « collabo » et « fasciste », de même que les mouvements de masse qu’il animait. Outre le journaliste du Monde Jacques Nobécourt, qui lui avait consacré une biographie de référence, des historiens comme Philippe Machefer, Serge Berstein, Michel Winock (ici le débat que son article dans L’Histoire avait suscité) et René Rémond avaient pourtant bien montré que nationalistes et autoritaires, les Croix-de-feu et le Psf n’étaient pas pour autant fascistes : nul projet expansionniste, nulle dimension révolutionnaire, nulle volonté de créer un homme nouveau.
 Lors des émeutes du 6 février 1934, il fut de ceux qui empêchèrent leurs troupes d’attaquer le Palais-Bourbon et exigèrent un retrait d’une manifestation qui dégénérait – l’extrême-droite le lui reprocha assez pour qu’on s’en souvienne. Son fils Gilles de La Rocque ne se fit pas seulement un devoir de faire respecter la sa mémoire. : il s’employa à démentir vigoureusement ces allégations en poursuivant inlassablement, au besoin devant les tribunaux, les auteurs qui portaient atteinte à sa mémoire soit par légèreté et méconnaissance du dossier,  soit innocemment par un effet d’entrainement panurgien, soit sciemment par idéologie. Et il gagna, s’appuyant notamment sur les travaux de René Rémond (La République souveraine), ce qui ne manqua pas d’inciter à la prudence, la mesure et la vérification, tous ceux qui devaient mentionner dans un texte ou un commentaire le nom du colonel de La Rocque. Dans son Histoire de la Résistance qui vient de paraître (chez Perrin), Olivier Wieviorka précise qu’il fut bien au début du régime de Vichy fidèle à la personne du maréchal Pétain tout en rejetant la collaboration et que, si les vichystes ont bien emprunté des idées au PSF (la devise « Travail, famille, patrie » entre autres) et si il fut bien membre du Conseil national, il ne cessa d’exprimer ses réticences (sur l’antisémitisme et le projet de parti unique, notamment) jusqu’à la rupture en 1942 ; en juin de cette année-là, il fonda le réseau Klan qui fournissait des renseignements militaires aux services britanniques, ce qui lui vaudra un an après d’être arrêté par les Allemands, interné puis envoyé en Autriche avec d’autres otages de marque (Daladier, Jouhaux etc).

Sur son lit de mort, Gilles de La Rocque fit promettre à son fils de reprendre le flambeau. C’est ainsi que , depuis l’été 2011, un bras de fer oppose Hugues de La Rocque, cadre à France Télécom né en 1958, au comité de rédaction de la Revue d’Histoire moderne et contemporaine (RHMC). Celle-ci a en effet accueilli dans ses colonnes un long article de l’historienne américaine  Laure Lee Downs intitulé « Nous plantions les trois couleurs » et consacré à l’action sociale féminine des Croix-de-feu et du PSF de 1934 à 1947. L’estimant truffé d’erreurs factuelles (professions, liens de parenté, jusqu’à la date de naissance du colonel), de citations inexactes ou inventées et de commentaires abusifs, voire choquants lorsqu’ils lient les idées du colonel aux théories racistes, l’héritier du nom a donc demandé un droit de réponse. Qu’il n’a pas obtenu.  « C’était plus facile du temps de mon père : rien qu’à la télévision, il en avait obtenu vingt-cinq ! ». Ce qui ne l’a pas découragé, jusqu’à faire envoyer une lettre par son avocat. Pour, à défaut, bénéficier d’une mise au point. Rien n’y a fait, comme ce fut le cas dans ses demandes du même ordre auprès de Pierre de Gaulle ou Daniel Cordier. Si dans sa réponse, son comité de rédaction reconnaît l’existence d’erreurs « bien dommageables », il juge qu’elles ne remettent pas en cause le travail analytique de l’historienne.

« La démarche de M. de La Rocque est sans fondement juridique, d’autant qu’il n’est pas personnellement mis en cause. Et de toutes façons on ne passe pas ce genre de choses : en cas d’erreur dans un article, on envoie la lettre de réclamations directement à l’auteur. Si on la publiait, on n’en sortirait pas surtout lorsque, comme c’est le cas, cela glisse très vite vers l’interprétation» explique Caroline Douki. Cela dit, la rédactrice en chef de la Revue convient que « le descendant qui se prévaut de manière insistante d’être le dépositaire d’une mémoire et d’une vérité » pose un vrai problème historiographique. C’eut été l’occasion d’en débattre, justement, sans en venir à des gros mots tels que « droit de réponse ». D’autant que la RHMC assure viser à « promouvoir le dialogue autour des enjeux de l’écriture de l’Histoire » entre les historiens et ceux qui les lisent. Y compris les héritiers d’un nom illustre. Car une faute publique ne peut recevoir de correction que publique. N’est-ce pas la vertu du bon vieux courrier des lecteurs ?

« Nous payons encore la propagande du Front populaire qui avait désigné le colonel de La Rocque et les Croix-de-feu comme l’incarnation du fascisme » estime son petit-fils. S’il renonce à poursuivre la RHMC, il ne jette pas l’éponge et demeure vigilant. Quant à l’accès aux Fonds La Rocque aux Archives nationales et à Sciences Po, il continuera à accorder des autorisations à tout le monde. Sauf à une certaine historienne américaine…

(« Les émeutes du 6 février 1934 place de la Concorde à Paris », photo D.R ; « Défilé de la Ligue des Croix de Feu avenue des Champs-Elysées, 14 juillet 1935″ photo Gaston Paris ; « François de La Rocque à son bureau avenue d’Iéna, siège du PSF »,; » photos Archives Centre d’Histoire Sciences Po)

Cette entrée a été publiée dans Histoire.

563

commentaires

563 Réponses pour La mémoire du colonel de La Rocque

C.P. dit: 29 janvier 2013 à 15 h 05 min

DHH, je crois que vous dites parfaitement juste, et c’est à mes yeux une conclusion « ouverte » à ce que, moi, je voulais dire ici, issu de parents aisés, qui avaient eu vingt ans en 1940, mais que la guerre avait séparés pour presque cinq ans.

Thierry Kron dit: 29 janvier 2013 à 13 h 59 min

@ La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 22 h 31:
« pendant la guerre la Gestapo s’est aussi servi d’un Juif dans le camp de Drancy pour aller rechercher d’autres juifs à Paris ! Il y a de nombreux juifs qui sont antisémites. « : L’homme dont vous parlez, ML, ne voulait pas terminer son séjour à Drancy, en partant par un prochain convoi. Cela n’en fait pas un antisémite, mais un lâche, un salaud, un opportuniste. Mon père eut un associé, juif alsacien, né en 1893, qui arrêté et emprisonné à Drancy, passa les années de l’Occupation à trier les prisonniers de Drancy: Il établissait, d’après des listes, de nouvelles listes de ceux qui devaient faire partie des prochains convois. Cela n’en fait pas un antisémite, mais quelqu’un dont sa propre vie passe avant celles des autres. Sauver sa peau, moralement ce n’est pas reluisant, c’est honteux, mais qui sommes nous pour juger de ceux qui passèrent à travers de dilemmes, que nous n’avons jamais eu à passer ? Qui peut dire avec certitude, ce qu’il aurait fait comme interné à Drancy ou dans un camp ? Avez vous jamais eu le courage de partir en Israël, et de combattre le temps d’un conflit ? Comme par exemple, Arno Klarsfeld ou quelqu’un d’autre, que je ne nommerais pas, mais qui lira mon commentaire.
Collaborer pour sauver sa vie, n’a rien à voir avec un quelconque racisme. je sais aussi qu’en période de dictature, pour certains, faire une carrière prime sur la morale.
Je ne défends aucunement les délateurs ou les Kapos.
Au finish, vous mauvaise langue, vous êtes un héros sur papier, bien tranquille dans votre appartement parisien.
Si je suis moi aussi, bien tranquille dans mon appartement de Zürich, je ne juge pas le comportement de gens qui ont eu un vécu si différent du notre.
Vous êtes un fanatique de papier, que des mots.

Benoit Seize dit: 29 janvier 2013 à 12 h 10 min

Pour Régniez Philippe, associer « argent pourri » et TKT qu’il hait, quand on connaît les origines de celui-ci, ça dénote quelque chose du genre : chassez le naziturel, il revient au galop. Disons, si ce n’est pas assez clair : un refoulé du goulot antisémite.

Régniez Philippe, ne jamais oublier que c’est la crapule expatriée qui a pu écrire ici « il n’est de crime de guerre que de la perdre » sans qu’aucune modération ne lève le plus petit clavier.

D. dit: 29 janvier 2013 à 11 h 53 min

» Toute discussion se réduit à donner à l’adversaire la couleur d’un sot ou la figure d’une canaille »

Je crois que c’est de Schopenhauer.

DHH dit: 29 janvier 2013 à 10 h 26 min

A mediter pour Daphnée et ML,cette citation dont je ne me souviens pas l’origine: » Toute discussion se réduit à donner à l’adversaire la couleur d’un sot ou la figure d’une canaille »
Citation que vous devriez faire mentir en echangeant des arguments et non des injures
Un eclairage interessant pour vos debats:le documentaire « Décryptage » de jacques Tarnero ,qui existe peut-être en DVD

DHH dit: 29 janvier 2013 à 10 h 19 min

@CP
Ce que vous dites ne me surprend pas .
L’attitude générale des juifs installés en France avant la deuxieme guerre mondiale etat d’occulter leur qualité de juif, des lors qu’ils étaient hors de la sphère strictement familiale, au point même de ne jamais détecter reconnaître ou évoquer cette appartenance commune quand ils se rencontraient dans un cadre professionnel.
A cela s’ajoute une sorte d’omerta sur la traversée de la shoah pour ceux qui avaient été frappés directement ou à travers les leurs
Les choses ont changé avec l’arrivée des juifs d’Afrique du nord, qui se sont affichés juifs aussi dans l’espace public, et dont l’attitude a gagne par contagion tous les juifs de France.
De Raymond Aron, on ne parlait pas comme d’un penseur juif, alors que c’est aujourd’hui le cas pour BHL ou Finkelkraut
A cela s’ajoute, je pense, dans le cas de Memmi que vous avez connu, une volonté de rappeler son origine, qui tient au caractère obsessionnel des déchirements que lui inspire sa double appartenance ,à son malaise d’être tiraillé entre son personnage d’agrégatif nourri de culture classique et ce Mardochéee Benillouche ,fils de bourrelier né dans une famille judeo arabe deTunisie
Tout ceci magnifiquement rendu et peut être exorcisé par deux de ses romans ;la statue de sel et Agar

C.P. dit: 29 janvier 2013 à 6 h 37 min

François Delpla, merci, je vous retrouve avec intérêt.

alec, j’ai le même sentiment, mais il est un peu flou, même avec l’aide précieuse, justement, de François Delpla, alors que je vais m’arrêter de commenter ce billet.
J’ai dit une bêtise : l’archive (à l’authenticité discutée) dont je parlais est celle qui est arrivée tardivement au Mémorial par l’intermédiaire de Klarsfeld, et qui a intéressé Paxton, s’il s’agit bien de la main de Pétain remaniant un document-projet sur le statut des juifs vivant en France.

Enfin, et parce que mon cas n’est certainement pas unique, ceci :
Quand je suis arrivé en France, encore enfant, mes parents s’installaient rue Saint-Merri (à Paris, 4e). J’ai joué dans le quartier puis fréquenté au lycée des Azoulay et des Gershel dans l’ignorance totale de la question juive. Silence là-dessus de mon grand-père Charles qui cependant me parlait des années 30, et de mes parents qui avaient pour amis une famille Thaler (et moi pour copains les deux fils), dont j’ai appris plus tard qu’elle avait été protégée par des paysans tourangeaux durant l’Occupation. A la fin de mon adolescence, Albert Memmi est venu habiter notre immeuble, et lui m’a dit quelque chose…

François Delpla dit: 29 janvier 2013 à 5 h 41 min

 » François Delpla a été assez net sur 1940-41, mais bref  »

La Rocque est aussi inintéressant, et aussi intéressant, que Staline, Roosevelt et Pie XII dans la galerie de ceux qui ont joué le jeu de Hitler en se croyant autonomes.

Il convient d’écrire l’histoire, enfin, à partir de lui et de ses manigances. Ce que ne fait guère Annie L-R et que je m’efforce de faire à propos de la prise du pouvoir, en ces jours anniversaires : http://www.facebook.com/Ferrand.Europe1/app_7146470109?filter=1 .

Sur 40-41, comment développer ? Hitler est pendant un an, de la campagne de France à celle de Russie, au bord d’un triomphe total et durable, à une condition : que Churchill soit renversé.

Rien n’atteste que La Rocque ait posé une minute la question en ces termes. Il partageait l’accablement général (qui était aussi celui des trois personnalités précitées) et la conviction qu’on ne pouvait attendre une amélioration que de petits arrangements avec Hitler.

court dit: 29 janvier 2013 à 4 h 09 min

un mot pour dire que l’analyse de la synarchie telle qu’elle est présentée par Bete qui fache est extremement classique, et déjà défendue dés les années 1980 moins peut etre les éléments sur lr groupe des veilleurs. La référence àSaint yves d’Alveydre, qui a ttrouvé un bon biographe en
Jean Saunier, s’impose d’elle meme.
Je crois d’ailleurs qu’il serait plus riche d’enseignement de s’intéresser à Uriage, qui elle à bien existé.
CP, DHH, je n’ai eu qu’un accès par le livre aux cours de la chère Diva.
Alec, Eugene Green , c’est Achille Talon voulant jouer le Cid à défaut d’Hamlet.
Bien à vous.
MC

hildenstein dit: 29 janvier 2013 à 0 h 49 min

D, merci .
ce billet me frappa par son introduction qui invitait à penser  » que la question se pose moins sur le terrain du droit que sur celui de la morale, des principes, de l’usage, voire, pourquoi pas, des règles du savoir-vivre »
je n’ai pas bien compris celles du vivre sur ce blog si ce n’est que chacun y est regardé comme paranoïaque . j’en conclus que ce n’est pas nécessairement faux, mais que cela ne m’intéresse pas,de si haut que vienne la consigne ou l’exemple .

alec dit: 29 janvier 2013 à 0 h 49 min

C.P, je crois que l’on peut difficilement se passer du commentaire de Paxton (que vous venez de rappeler) lorsqu’il s’est agi pour lui de mettre en balance le véritable poids de la représentativité politique de La Rocque dans l’année qui suit la défaite et l’entrée en collaboration. je pense qu’il sentait que le temps de son action politique appartenait au passé (avant de devenir une pétaudière, Vichy s’est piqué d’essayer d’élaborer un management administratif pointu, inspirée par Darlan et ses jeunes technocrates), l’heure était aux grands affrontements politico-politiciens, accompagnés de tous leurs cortèges de règlements de comptes, les nuances n’étaient plus guère au rendez-vous, tout devenait tout noir ou tout blanc, la plus extrême des noirceurs s’arrangeant même pour griser les bordures de la candeur d’âme de quelques uns de ceux qui se voulurent les chevaliers blancs de la lutte contre l’occupant (je pense à ceux qui attendirent juin 1941 pour officiellement se réveiller d’un fameux pacte). s’il faut à tout prix, pour certains esprits, constamment remette le couvert au sujet de son engagement réel ou supposé aux côtés d’un fascisme français, son attitude en février 34 plaidera toujours pour lui, à mon avis. bien d’autres leaders, vrais têtes pensantes fascistoïdes celles-là, tenteront d’imiter l’aventurisme de Mussolini et son coup de la marche sur Rome, avec succès (et en changeant les modalités) mais pas du premier coup ( pour Hitler), en se plantant misérablement (plus ou moins en connaissance de cause) pour un Oswald Mosley par exemple. le cas de ce dernier montre bien toute la différence qu’il pouvait y avoir entre un fasciste convaincu et le chef du PSF. Mosley, pour sa part, a sans doute été stipendié par Hitler (sa femme Lady Diana était reçue en amie sûre dans la plus grande intimité fraternelle dans le repère du Führer) et avait, tout le laisserait supposé, des arrière-pensées de prise de pouvoir, vers ’36 (Cable street ne devait être qu’une répétition), son antisémitisme (bien que de construction intellectuelle purement opportuniste) était virulent et agissant. tout cela nous met notre colonel à une bonne année lumière de la galaxie nationale-socialiste.

La mauvaise langue dit: 29 janvier 2013 à 0 h 33 min

Une citation de Max Frisch avant d’aller se coucher, une ou deux tiens !

Jedermann erfindet sich früher oder Später eine Geschichte, die er für sein Leben hält
(Tout le monde s’invente tôt ou tard une histoire, qu’il prend pour sa propre vie)

Et aussi celle-là :

Ich probiere Geschichte an, wie Kleider !

J’essaie des histoires comme on essaie des vêtements !

Sur ce, bonne nuit à tous ! Et n’oubliez pas que la nuit porte conseil…

La mauvaise langue dit: 29 janvier 2013 à 0 h 17 min

Mais si, Abdel, tout le monde le sait ici. Votre ami le commissaire du peuple vous l’a assez démontré ! Vous êtes un antisémite de premier ordre.

La mauvaise langue dit: 29 janvier 2013 à 0 h 16 min

Mais ce n’est pas parce que vous le dites que c’est vrai…! Je peux aussi penser que vous dites n’importe quoi. Et avec raison, en plus.

D. dit: 29 janvier 2013 à 0 h 15 min

renato, j’ai longuement réfléchi.
Je pense que si vous avez choisi de partir, c’est à cause d’une fierté exacerbée. Ce n’est pas très sain. On est davantage admiratif devant abnégation et patience exemplaire que devant fierté et colère.

abdelkader dit: 29 janvier 2013 à 0 h 14 min

C’est vous le rigolo, pas moi. Et un rigolo antisémite, ce qui est assez rare…
Je crois que c’est assez clair…je ne suis pas antisemitiste et vous n’êtes pas rigolo…je ne tire pas sur les ambulances, ML, mais pour vous, je ferais volontiers une exception…alors et le Sterne, bordel ?

Mais comment lui dire dit: 29 janvier 2013 à 0 h 11 min

ML vous êtes tellement obtus que vous arriveriez à rendre abdel sympa.
Je ne vous félicite pas

D. dit: 29 janvier 2013 à 0 h 10 min

Je précise que je ne suis pas modérateur, je n’ai pas reçu de mandat particulier pour m’exprimer au nom d’un ensemble d’usager, mais j’ai un esprit naturellement pratique et pragmatique. S’il n’y a personne pour accepter vos excuses individuellement, je souhaite le faire au nom de tous, sans trop me tromper je pense.

D. dit: 29 janvier 2013 à 0 h 04 min

Il y avait aussi la petite Rosalie, la fille du vétérinaire, qui accompagnait son père en tournée des fermes. La petite Rosalie m’impressionnait terriblement quand elle me regardait, et je vous assure qu’elle me regardait d’une façon… J’en étais gêné.

La mauvaise langue dit: 29 janvier 2013 à 0 h 02 min

Abdel, vos arguments se limitent à des insultes et à racontez n’importe quoi sur les gens. Et après vous voulez qu’on vous prenne au sérieux… C’est vous le rigolo, pas moi. Et un rigolo antisémite, ce qui est assez rare…

hildenstein dit: 29 janvier 2013 à 0 h 01 min

ce qui est très étrange , c’est qu’à se tortiller sans la cerner autour de la qustion du fascisme et de De la Rocque ; on passe à côté de tout l’aspect du « droit de réponse  » le gros mot », les héritiers de la mémoire
C’est un peu dommage, parce que chacun sur ce blog est plus ou moins dans cette position de dépositaire ou transmetteur de mémoire , au point que je me souviens qu’un même personne a été prise pour un gamin par un commentateur qui prétendait parler pour lui, et un vieux par un autre, alors qu’elle n’était ni l’un ni l’autre .
Je comprends de mieux en mieux pourquoi Pontalis dit un our , dans une rencontre: « avec moi, c’est pas dangereux », ce qui me sembla un peu étrange !

D. dit: 28 janvier 2013 à 23 h 58 min

Ma tante Flore-Aline élevait des percherons. Ce sont des bêtes impressionnantes, puissantes.
Elle avait bien du courage qu’en j’y pense.
Je la revois les bouchonner vigoureusement un à un. Il y en avait un qui avait un drôle de mouvement avec la patte arrière gauche, on a jamais su ce que ça voulait dire, mais on le voyait sans cesse faire ça. Quand j’étais tout jeune, je faisais de petits dessins assez réussis sur un carnet à reluire en peau de taupe. J’ai immortalisé ce canasson dont je ne me souviens d’ailleurs plus du nom. Enfin je ne sais pas trop pourquoi je vous raconte tout ça, c’est déjà un passé lointain.

D. dit: 28 janvier 2013 à 23 h 48 min

Je ne sais pas si ça vous a déjà fait ça, Michel ? C’est vrai que vous n’avez peut-être pas d’armoire à glace de votre Tante Flore-Aline.

abdelkader dit: 28 janvier 2013 à 23 h 46 min

ML, pourquoi Assad serait mon copain? a cause qu’il est arabe? parce que je serais un communautariste? comme vous? euh…mais comme le remarquait Daaphne, z’etes meme pas juif…regardez plutot the Big Lebowski des freres Coen…le personnage de Walter Sobchak est fascinant…z’etes un pov’type, au raisonnement bancal et je vous plains, parfois…enfin, pas trop souvent quoi, hein…

D. dit: 28 janvier 2013 à 23 h 46 min

Ça m’a fait d’abord chaud au cœur, W., ce que vous avez écrit sur moi. Mais après je me suis demandé si vous ne m’aimiez pas d’abord pour mon corps qui il faut bien le dire vaut le coup.
Souvent je me suis regardé nu devant une glace en pied d’une armoire que j’ai héritée de ma tante Flore-Aline qui habitait un petit village d’Eure-et-Loir où j’allais séjourner enfant. Je n’ai jamais eu d’érection, mais j’ai senti que c’était très limite. Ce n’est pas que je sois narcissique, j’ai horreur de ça, simplement je peux m’impressionner moi-même.

Joseph dit: 28 janvier 2013 à 23 h 42 min

Je suis étonné que sur cette question du fascisme français, on s’obstine à vouloir faire de La Rocque le bouc émissaire « fasciste » comme on le vociférait dans l’ardeur des manifestations Front Populaire (évidemment, à l’époque c’est lui qui rassemblait les foules qu’on retrouvera ensuite au RPF puis au MRP) et qu’on néglige totalement Doriot, chef du PPF(ne pas confondre avec le PSF!), fasciste avéré avant guerre, collaborateur mort sous l’uniforme allemand ? Quoi de comparable avec un La Rocque libéré par les Américains, dont les services ont été reconnus dans la Résistance par De Gaulle ?

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 23 h 41 min

Mais c’est bien mieux, W. C’est un espace publique. Une soirée, c’est privé.

C’est pour ça que je trouve dommage pour la démocratie que cet espace soit si souvent utilisé pour y répandre des imbécilités infantiles, immatures. Quand on parle de choses sérieuses, ça n’a rien à voir avec les soirées de nos adolescence justement. C’est ce qui aliment et fait partie du débat publique sur le monde. Internet a ouvert cet espace. Mais les gens ne sont pas assez mûrs, assez mâtures pour savoir s’en servir. C’est dommage quand on voit que le savoir sur les grands sujets du monde actuel est finalement très mince, comme chez Daaphnée, sur Israël, et qu’elle est bourrée de préjugés. L’école ne lui a pas permis d’avoir l’esprit ouvert ni de savoir penser par elle-même. Elle est pensée par les autres, elle n’est finalement que le réceptacle de la manipulation des esprit par la propagande insidieuse et infernale qui sévit en Europe contre Israël.

W dit: 28 janvier 2013 à 23 h 21 min

Les blogs servent à prolonger le temps des soirs adolescents,on va refaire le monde en modifier la trajectoire changer nos essences…

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 23 h 18 min

JB non plus ! Ça me fait penser à une sacrée bonne réplique de Gerbier dans l’armée des ombres quand il quitte le camp au début ; il se retourne et lance : « Tous des gens foutre ! »

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 23 h 16 min

Votre copain Assd qui bombardent les camps palestiniens dont vous vous foutez commed e l’an 40 ! Hein, Abdel…! On vous entend plus là…!

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 23 h 12 min

Abdel, parlez-nous plutôt de votre copain Assad, le même que celui de JB… Vous faites la paire tous les deux. Est-ce un hasard ?…

abdelkader dit: 28 janvier 2013 à 23 h 10 min

Et je sais très bien lire. Je suis même un professionnel de la lecture, je l’enseigne même…!
z’heureux de l’apprendre quoique vos eleves ont toute ma sympathie…alors le Sterne, z’avez lu ou pas? si oui, que pensez vous de la page marbree? si vous ne l’avez pas lu, pourquoi en parlez vous alors? hmm?

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 23 h 08 min

« Vous ne savez pas aligner des arguments pour démontrer quelque chose ; ça part dans tous les sens avec vous. Et je sais très bien lire. Je suis même un professionnel de la lecture, je l’enseigne même…! » (rédigé par LML)

Eh bé ! quel sinistre bonhomme ! je plains ses élèves.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 23 h 07 min

Et vous n’avez rien répondu au fait que c’est justement Israël, en 1967, qui a SAUVÉ (c’est votre mot !) les religions à Jérusalem, parce que les Arabes, eux, ils avaient détruit les synagogues qui se trouvent à l’est. Et rendaient volontairement l’accès au Mur des Lamentations quasiment impossible avec des construction devant !

VOUS VOUS GARDEZ BIEN D’EN PARLER !

W dit: 28 janvier 2013 à 23 h 03 min

La mauvaise langue figurera dans ce débat comme un piton dans la roche ,il fait corps avec le minéral,rien ni personne quelqu’en soit la qualité ne viendra altérer cette solide immuable accroche ,seul il restera immobile débitant son sermon par dessus l »abyme , héroïque et tragique.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 23 h 03 min

Paxton a fait ses recherches sur des archives allemandes qui se trouvent aux Etats-Unis. Les archives françaises n’ont été ouvertes qu’après. Si vous écoutiez, CP, les vidéos de ALR vous le sauriez…

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 23 h 01 min

Je ne vois pas le rapport, Daaphnée. Vous tenez le discours antisémite d’aujourd’hui par excellence, que je sois papou ou pas, ça ne change rien à la réalité de votre discours.

En plus, je l’ai souvent remarqué sans le souligner. Mais là je me permets de le souligner fortement : Vous tenez la plupart du temps des propos irrationnels sans queue ni tête, sans suivi, sans logique. Vous ne savez pas aligner des arguments pour démontrer quelque chose ; ça part dans tous les sens avec vous. Et je sais très bien lire. Je suis même un professionnel de la lecture, je l’enseigne même…!

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 22 h 48 min

Il y a comme mebre du Likoud, un Français Israélien, professeur de Sciences politiques à Jérusalem, et qui vit dans les implantations précisément, en Judée-Samarie.

Si ce n’est pas un argument, ça!
La supposée brebis blanche au milieu des moutons gâleux!
Dites ML, avec votre « Mais uniquement de Daaphnée. Elle nous tient le discours antisémite de base », vous ne vous prendriez pas pour, vous à vous tout seul qui n’êtes même pas juif, comme l’incarnation du « peuple élu » ? Si ???
Mais il faut vous faire soigner, mon petit.
De toute urgence.
Sans compter, que vous ne savez même pas lire. Pour un prof de lettres ne serait-ce qu’en collège, cela fait chiffon.

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 22 h 45 min

moonrise,en effet, et vous êtes précis ! alec avait déjà cité Sternhell. C’est une question de savoir si l’anti-parlementarisme évident de de La Rocque peut être assimilé au fascisme, ou à une collaboration avec lui que certes il favorise. On en revient à la situation de 1940-1941.
Quelqu’un, alors que mon exemplaire du livre de 1973 est dans une maison de province, me dit que Paxton trouve D’ABORD de La Rocque politiquement insignifiant. Ce qui favorise quoi, de la part du PSF ?

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 22 h 37 min

Non, le likoud n’est pas du tout un ramassis de mafieux. Il y a comme mebre du Likoud, un Français Israélien, professeur de Sciences politiques à Jérusalem, et qui vit dans les implantations précisément, en Judée-Samarie. Vous êtes bourrée de préjugés, Daaphnée. Vous n’êtes pas libre.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 22 h 31 min

Oui, CP, je ne l’ignore pas. Mais cela ne constitue aucunement un argument, Cohen. pendant la guerre la Gestapo s’est aussi servi d’un Juif dans le camp de Drancy pour aller rechercher d’autres juifs à Paris ! Il y a de nombreux juifs qui sont antisémites. C’est comme ça. Mais je n’ai jamais dit que vous l’étiez.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 22 h 29 min

Oui, on l’appelle une « pétroleuse » comme elle dit dans le milieu des historiens. C’est plutôt flatteur, dit-elle…

Je n’ai pas parlé de vous, CP, quand j’ai parlé d’antisémitisme. Mais uniquement de Daaphnée. Elle nous tient le discours antisémite de base contre Israël aujourd’hui, sous le nom d’antisionisme. C’est tout à fait clair.

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 22 h 23 min

Mauvaise Langue, j’avais dit « parfois »…
Annie Lacroix-Riz, qui articule et répond abondamment, est tenace, et souvent agressive, sinon « furieuse »…
Sur le PSF, je n’ai toujours pas plus de certitude que sur le fascisme français. J’ai lu les articles opposés à Michel Winock.
Je sais aussi la réaction de Paxton à la découverte, par Azema je crois, d’un document prouvant sans doute que Pétain n’était malheureusement pas indifférent à la question juive. Mais de La Rocque ? Vous pouvez évidemment penser que ses textes n’ont pas été suivis d’effet dans ses actes avant 1942.
J’ai trois fois dit mon trouble -et alec m’a rejoint-sur la question des « deux critères » que vous avez rappelée avec raison.

Tout cela ne me fait pas grand mérite. Il reste que vous ne pouvez pas un instant faire de Daaphnée et de moi (pas plus que d’autres ici) les complices -par idiotie- d’un antisémitisme que vous croyez voir progresser. Sans trop abuser de la « vie privée », je vous rappelle qu’une de mes petites-filles est une Cohen, que mon petit-fils est un Braunschweig. Mais… vous le savez.

Hé, j’ai plus de « balais » que Daaphnée ! Mais ça danse encore, quand je ne boite pas trop. Voulez-vous bien sourire ?

La bête qui fâche dit: 28 janvier 2013 à 22 h 18 min

Allons ML, ce n’est pas le temps que l’on passe sur un travail qui en fait sa valeur!
Vous le professeur, le savez mieux que quiconque!Un élève besogneux demande plus de temps que d’autres pour comprendre un problème..

moonrise dit: 28 janvier 2013 à 22 h 17 min

Est-il inutile de renvoyer aux analyses , précises et nuancées, de Z. Sternhell(Ni droite ni gauche, l’idéologie fasciste en France, Folio histoire n°203,4ème édition augmentée, préface de 2012, (pages 91, 99, 105, 123-126, 128-136,139-142)?
citation: »Le comportement exemplaire [de La Rocque] face à l’ennemi ne change rien ni à ses idées ni à son engagement politique des années trente »

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 22 h 10 min

Le plus navrant, je trouve, ce sont les gens comme vous ! De pauvres diables, de braves gens qui donnent toujours raison à leurs bourreaux. Le masochisme de la France sans doute.

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 22 h 09 min

 » Oui, Israël est devenu le Juif des nations !  »

Vous n’y êtes pas du tout. Vous n’avez rien compris!
Jerusalem est le lieu UNIQUE où les grandes religions peuvent se retrouver, en paix. C’est cela qui est à sauver.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 22 h 07 min

Qu’est-ce que je peux vous répondre ?

Vous avez d’un côté une historienne qui passe sa vie dans les archives et qui analyse à partir de ces archives un phénomène qu’elle appelle la synarchie avec preuves à l’appui.

De l’autre, vous avez un historien qui ne fréquente pas les archives comme nombres d’historiens à la Winock et à la René Rémond, et un journaliste ébahi qui ne connaît strictement rien aux archives, qui n’y fourre jamais le nez et qui rédige un article dénoué de tout intérêt.

Qu’est-ce que je peux dire de plus. C’est navrant, cet article. C’est tout. Il n’instaure absolument aucun débat. Il se contente de nier ce qu’une historienne professionnelle a mis cinq ou six ans à mettre au jour. C’est ça la France ! Le néant intellectuel. Le néant absolu.

La bête qui fâche dit: 28 janvier 2013 à 22 h 00 min

Alors ML, qu’en pensez-vous de cet article?
Par ailleurs, le visionnage intégral de la vidéo proposée par vous hier au soir, nous montre une « historienne » en pays de collusion politique. Il est significatif qu’elle se lâche devant un public conquis à ses thèses conspirationnistes.
Son discours est plus idéologique qu’historien lorsqu’elle énonce: » l’histoire économique s’est prostituée au grand capital ».
Elle va nous dire « ce que représente la bonne histoire », elle a « rencontré des horreurs » ce ne sont pas des morts dont elle parle, ce sont des archives!
« ce que l’on nous raconte » qui est ce on?
En faisant allusion aux 127 télégrammes de La Roque, elle s’écrie: » les biens pensants, pourquoi ils n’ont pas été les chercher? »
Ailleurs, elle s’exclame; » La clique Halifax et la clique de la banque d’ Angleterre ont négocié tout le temps ».
De la clique au ploutocrate cela signe une sémantique bien connue, en convenez-vous, vous le fin analyste du style de Faubert?
Plus précisément, que pensez-vous de ce discours face à la rigueur nécessaire du récit historique?

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 22 h 00 min

Oui, Israël est devenu le Juif des nations ! Voilà la situation où on se trouve. C’est d’ailleurs la conclusion de J.-Cl. Milner dans « Les penchants criminels de l’Europe démocratique » si je ne me trompe !

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 21 h 58 min

A  » 40 et quelques ballets », priez que je vous lance une bouée, ML.
Priez.
Mais vous êtes au chaud à Paris et l’angoisse du naufrage ne vous étreint pas les tripes.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 21 h 53 min

Et c’est CP qui trouve que vous n’êtes pas « furieuse »…! Ben mon vieux ! Qu’est-ce qu’il ne faut pas lire sur la Rdl… Vous avez des propos de bébé, Daaphnée. Un bébé de 40 et quelques ballets ! Voilà où en est le débat sur Israël en France avec tous les Daaphnées de la terre…

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 21 h 50 min

ML, vous êtes dépassé par les événements.
Votre alibi d’ « anti-sémitisme » n’a plus aucune validité. Nétanyahou se fout bien de vos vieilles lunes, en cela il n’a pas tort.
Sa seule préoccupation est de rester sur le pont. A n’importe quel prix.

Vous, seriez jeté à la mer. Shalom, vous êtes dénué d’instinct de survie.

Giovanni Sant'Angelo dit: 28 janvier 2013 à 21 h 49 min


…franchement,…se faire aidé par les uns et les autre,…
…demandez l’autorisation diplomatique à l’O.N.U.,…un vote en accord,…
…se faire aider par les pays locaux d’entraide,…et par la logistique du ravitaillement en l’air,…
…de plus dans un Q.G.,…à la Clémenceau,…très Britich,….
…pourvu,…
…les effets de la mondialisation des paradis fiscaux se fait sentir,…
…quelle force de frappe indépendante,…
…surtout avec tout les chômeurs,…la mentalité d’un genre de guerre du capital,…contre un conservatisme religieux de monastère à gérer ses moutons,…
…au retour a l’arc de triomphe,…
…çà été,…les vacances d’hiver au soleil de Tombouctout,…quel souvenir de prestige,…d’efficacité,…
…encore un peu,…et on paye une armée à l’O.N.U,…avec une assurance,…collective,…pour faire l’ordre dans nos frontières,…en nos Banques et escroqueries,…
…une armée de métier,…pour une pub présidentielle,…à la flagada de génie,…

…situation sociale tu garde les mêmes qu »avant,…et tu fait la révolution Mittérant bis en alcôve à Mazarin,….de Honfleur,…
…etc,…jamais content,…il y a de quoi,…

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 21 h 47 min

En tout cas, CP, je n’ai rien lu de vous sur les positions de Winock concernant le fascisme en France.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 21 h 44 min

Le mot « furieux » est un miroir où ceux qui l’emploient aiment à se mirer… Moi je trouve aussi, à ce compte là, que ceux qui nous servent la soupe à la Daaphnée depuis des lustres sur Israël doivent être traités en effet de « furieux ». Je ne me sens, quant à moi, rien de furieux. Je cherche simplement à rétablir des vérités oubliées, déformées, scandaleusement perverties par l’antisémitisme des années 2000 en Europe, et qui ne fait que progresser d’après les dernières statistiques. Le furieux, CP, je vous le renvoie !

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 21 h 38 min

Les archives sont têtues face aux accusation de complot. ALR répond à cette accusation d’être une paranoïaque dans bien des vidéos en ligne. Vous pensez quand même qu’une historienne de la dimension de ARL, qui n’est pas la première venue mais au contraire une de nos grands historiens d’aujourd’hui ne s’avance pas sans biscuits pour porter sur la scène publique une telle accusation contre les Années Trente. Il faut être naïf comme vous pour penser qu’une ALR n’aurait pas de quoi se défendre d’une telle accusation qu’elle est la première à voir venir avant même que les sbires dont vous parlez ne s’en émeuvent.

Comment faut il appeler, Daaphnée l’infâme salade que la presse occidentale nous sert depuis des lustres sur Israël ? Et quand je dis « conneries », je fais preuve de modération. En réalité je devrais parler d’antisémitisme tout court !

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 21 h 38 min

Mauvaise Langue, je vais vous dire ce que je pense, en espérant que vous ne le prendrez pas mal :

Vous avez en effet essayé d’alimenter un débat, mais en revenant obstinément à Annie Lacroix -Riz, dont d’autres que moi, -dont Marc Court-, vous ont dit qu’elle était quelque peu monolithique. Pour ma part, j’ai tâché de participer en écoutant et en intervenant… et les questions posées par le billet se sont pour moi plutôt obscurcies qu’éclairées, si je pense bien spécialement à de La Rocque et au PSF, puis au fascisme et à l’antisémitisme dans la France de 1930 à 1944. Car outre les documents consultables, François Delpla a été assez net sur 1940-41, mais bref ; alec et Joseph, par exemple, n’ont pas rien dit ; John Brown a été plus attentif que provocant ; de nota (m’) a ramené à des liens intéressants donnés par le billet, etc., et…vous vous êtes débarrassé bien vite de Michel Winock.

Votre sujet parallèle, et en réalité recroisant : Jerusalem juive et l’indignité palestinienne, vous a attiré de Bloom des remarques sages et de Daaphnée quelques vives observations que vous lui (et si vous le permettez : nous) avez renvoyées sans trop les examiner, ou en leur accordant avec mépris le statut moisi d’une bofitude française. Comme Daaphnée a du sang-froid et,

telle la Chabraque,
de la défense
et d’l'attaque,

elle le prend bien. Tandis que VOUS prenez parfois des allures de furieux.

Sur un point enfin, même s’il est moins important, je veux vous soutenir : je crois parfaitement que vous pouvez corriger des copies, préparer des cours ET revenir à un ordinateur pour lire et répondre à des messages. J’ai moi-même, quand je suis à Paris, deux ordinateurs constamment en marche, et si je veux de temps en temps arrêter de travailler pour venir sur un blog, je change d’écran sans avoir le sentiment d’une distraction coupable, bon dieu ! Et ne crois pas être le seul avec vous dans ce cas.

Scoop de dernière minute dit: 28 janvier 2013 à 21 h 27 min

Le père de viagra est mort. Même en string-option-couche-culotte, ML ne s’en remettra pas.

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 21 h 07 min

Le seul problème, ML, et vous venez d’en faire la démonstration sans appel, c’est que vous ne répondez à la moindre, même aimable, tentative de dialogue, par la grossièreté.
Votre « tissu de connerie », je vous le laisse pour vous en torcher le fondement, mon cher.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 20 h 57 min

Vous diriez que vous êtes mal informée, Daaphnée, je pourrais engager un débat avec vous. Mais là, vous fermez la porte d’emblée à tout débat. Qu’est-ce que je peux répondre à vos allégations sinon qu’elles ne sont qu’un tissu de conneries ? Je ne vois pas. Il n’y a pas de débat possible avec les gens comme vous, qui êtes une masse énorme en France. France pays moisi… C’est bien vrai.

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 20 h 52 min

(Sérieusement, ML, vous ne voyez pas ce qu’il y a de sauvage, barbare et archaÏque dans l’attitude d’Israël, l’expansion territoriale à tout crin ? Vous êtes probablement bien intentionné mais plutôt aveuglé, je trouve. Bref, je sais la polémique infructueuse avec vous . C’est bien dommage .)

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 20 h 46 min

Faut bien éduquer un peu les sauvages Daaphnée. C’est le minimum quand même. Quand on voit ce que sont capables de faire toutes ces brutes antisionistes.

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 20 h 44 min

en plus on lui lance des boulettes, que même le Boug’ y m’a piqué tous mes bic pour en faire des sarbacanes.

de nota dit: 28 janvier 2013 à 20 h 40 min

en tant que,euh… délégué,délégué de la classe de quatrième du collège de la rdl,je dis à toute la classe que le prof principal il est vénère parce que,euh, on participe pas a son cours ah pi aussi on dit trop de conneries,qu’on fait que rigoler même quand c’est trop trop grave comme par ésemple quand on a fichu napoleon en prison,alors si ça continue,l’a dit le prof principal,jamais on passe en troisième et qu’on finira au proxi market derrière une caisse,voilà ce qu’il a dit!le prof principal.

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 20 h 38 min

 » C’est moi qui quasiment à moi tout seul entretient le dialogue  »

C’est certain, ML, si vous n’étiez pas là pour venir nous saouler avec votre sionisme obsessionnel, on se demande qui le ferait !

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 20 h 35 min

(tiens, je me souviens d’une discussion sur la poésie où je citais Valery au Collège de France, et je viens de tomber sur ceci concernant Raymond:
 » De Baudelaire au surréalisme est unanimement saluée. Le livre sera republié en 1940 et restera disponible de manière permanente. Raymond y développe l’idée que la poésie est un acte plénier et que le poème jouit d’une vie propre. Le lecteur doit aller jusqu’à s’oublier pour permettre au poème de respirer en soi. Il incite l’amateur de poésie à se former un regard qui soit à la fois proche et lointain, et à écouter le cœur de l’œuvre, d’où le sang circule. »

Bien évidemment, aucun rapport avec le sujet.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 20 h 20 min

Certains se plaignent du blog ou prétendent qu’il faut être c.n pour poster sur le blog.

J’aimerais dire à ceux-là qu’il ne tient qu’à vous que le blog soit un peu plus intéressant. Beaucoup ici ne postent que des inanités même pas sonores. Certaines prétendent aussi que je n’auraient pas de copies à corriger, que je passerais un temps considérables sur le blog. Je veux certifier à ceux-là qu’il n’en est rien. J’ai de nombreuses copies à corriger et je ne passe pas le temps qu’ils s’imaginent que je passe sur le blog. Je travaille sur mon ordi et de temps en temps, je regarde la Rdl et je poste ou pas. Ce ne sont en réalité que quelques minutes au total. Et comme le lundi je n’ai pas de cours…!

Il faut tout leur expliquer…! Ils ne comprennent rien, mon pauvre Passou !

Le blog pourrait en résumer être plus passionnant (c’est vrai qu’on s’y ennuie terriblement à lire de trop nombreuses conneries sans aucun intérêt). Je tiens tout de même à remercier les Bloom, CP, et autres qui ne passent pas leur temps à essayer de chercher la petite bête qui fâche, à injurier leurs congénères et à essayer de réfléchir sur la littérature avec les autres commentateurs. Malheureusement ceux-là sont trop peu nombreux. Les discussions tournent vite court (pardon Marc… ! Ce n’est pas volontaire). Vous avez un sujet en or, le fascisme dans les années trente, et on voit à quel point il vous indiffère. C’est moi qui quasiment à moi tout seul entretient le dialogue alors que c’est une controverse très importante et très grave (je trouve) chez les historiens d’aujourd’hui qui grosso modo prétendent qu’il n’y a pas eu de fascisme français, ce qui est énorme ! Et vous êtes là à bailler au corneille au lieu d’en débattre. On dirait que vous n’avez pour la plupart aucune idée sur rien, aucune valeur à défendre, aucun point de vue sur rien. Le monde se réduit pour vous à une vaste blague où il s’agit de dire le plus de conneries possibles à la minutes. Vous donnez de la France, des débats en France une idée lamentable en tout cas. C’est assez triste.

Benoit Seize dit: 28 janvier 2013 à 20 h 18 min

« veda, vous savez bien que je pense que les femmes devraient être à la cuisine, »

Bien entendu, cette conception de la femme bonniche n’est pas celle d’un « gros porc ».

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 19 h 54 min

aucun rapport avec le sujet:
Sur « Réplique », samedi dernier, entretien avec Starobinski au sujet de son « Accuser et séduire : essais sur Jean-Jacques Rousseau  » qui a l’air pas mal .. Au passage, il fait l’éloge de cours faits par Marcel Raymond, auxquels il assistait et où le texte prédominait toujours sur le commentaire .
A méditer ..

W dit: 28 janvier 2013 à 19 h 13 min

System votre s pour indiquer un pluriel? sinon j’imagine que vous disposez de la réponse ou que vous distillez dans votre alambic le gout du mystère ,je m’exerce à poncer system s tel que je le vois ,c’est fatigant!tutoyez-vous toujours comme ça sans qu’il soit évident de savoir qui quoi?Pour Clopine j’ai pensé à un essai de sevrage en raison du pouvoir addictif lié à l’usage du net,sage décision ,non?

soyons sincères dit: 28 janvier 2013 à 18 h 34 min

non, jc est trop c.n

Pour poster ici, faut être c.n, de toute façon. Ça vaut pour toi, ça vaut pour moi, pour lui, pour nous tous.

system s dit: 28 janvier 2013 à 18 h 30 min

Mais, comme dit ueda, il ne suffit pas de mettre des bigoudis pour être dafné. Ça aide, mais ça fait pas tout.

system s dit: 28 janvier 2013 à 18 h 29 min

On a perdu Clopine aussi, mais ça, ça te dérange moins, on dirait. Du coup, tu t’es même mis des bigoudis.

ben mon colon dit: 28 janvier 2013 à 18 h 10 min

rénato n’a pas estimé indispensable de rendre publique sa nouvelle adresse …oubli?volonté ?

..a minuit au cloque derrière l’arbre rouge cherche l’imper,mets une ptite culotte camélia pouqui te reconaisse..té une coquine toi itou, c’est patent.

JC dit: 28 janvier 2013 à 18 h 07 min

Mali : «Nous sommes en train de gagner cette bataille», déclare Hollande

remi 17:47, la délicieuse sensation de ne pas se sentir seul….
(et vous, ça va mieux ?)

W dit: 28 janvier 2013 à 17 h 48 min

D bon séjour en rénanie ,rénato n’a pas estimé indispensable de rendre publique sa nouvelle adresse …oubli?volonté ?une perte pour ce blog .

W dit: 28 janvier 2013 à 17 h 34 min

ML pour répondre à votre question,rien, j’avais juste envie de vous taquiner et puisqu’il faut joindre l’utile à l’agréable y passer correctement ma mauvaise humeur ,comme vous vous obstinez à faire preuve de bonne foi .Voilà c’est fait,je connais vos arguments ,vos nombreux arguments ,je vous ai fait part des miens,c’est la guerre .

bouguereau dit: 28 janvier 2013 à 17 h 30 min

renfield est à cours de blatte et il se rabat sur les croquettes « chat chatré »..ça croque sous la dent mais ça a pas le même gout c’est certain

jamais un autre dit: 28 janvier 2013 à 17 h 21 min

ML et JC même combat.

Je ne crois pas, non. Ce sont tous de vaillants combattants, mais ils ne sont pas dans le même tranchée.

tilt dit: 28 janvier 2013 à 17 h 12 min

le coryphée en chef s’ étant emmêlé dans ses adresses de contact , il nous reste les jicérémiades blablatesques et les roucoulis de tanguer la verdure .
Bonne fin de journée!

Je m'étonne... dit: 28 janvier 2013 à 17 h 12 min

… que Tkt (qui s’y connaît en pipeuls) n’ai pas mentionné le rôle du parfumeur milliardaire Coty dans la création des Croix de Feu.

tilt dit: 28 janvier 2013 à 17 h 09 min

l’autre erreur de M.Langue ,c’est qu’il ne participe pas à la rataploufade ambiante,et les contrits buteurs à roulettes ne le luipardonnent pas .

Dur, dur de vieillir dit: 28 janvier 2013 à 17 h 02 min

Sympa ce regroupement des aigris.
ML et JC même combat.
Les pleureuses s’en donnent à coeur joie.
Se veulent aigris de la République, ne sont aigris que d’eux-mêmes.
L’un vient de s’apercevoir qu’il voudrait être Sterne et ne sera à jamais que bon (parfois très bon) lecteur, l’autre après avoir tant hésité entre Newton et Séguéla doit se rendre à l’évidence, il ne sera rien de plus que cassandra et fluck sur la rdl, même son scooter manque de puissance.

La preuve, vontraube s’en aperçoit.

rectorat de paris dit: 28 janvier 2013 à 16 h 51 min

Cette ML qu, s’il faut en croire certains n’ayant pas le statut d’agrégé, est redevable d’au moins 18 h hebdomadaires en présence d’élèves. Etant donné le temps qu’il passe à canoter sur le présent canal, ou bien il se fait porter pâle, ou bien il est prof d’EPS et n’a pas de copies à corriger.

tilt dit: 28 janvier 2013 à 16 h 41 min

l’erreur de M.Langue, mais elle ne lui est pas totalement imputable, c’est une tentative de sérieux , comme lecteur des billets de P.Assouline , sur ce blog dont la couleur générale est l’hypocrisie d’autant que l’on y apprend-c’est à peu près le plus sûr de ce qu’on peut apprendre de ce qui est écritdans les commentaires , à part quelques noms, pour pousser une recherche, que tel(xx) a pris contact avec tel autre(sz) ,etc : grand bien leur fasse à ceux qui -se- cherchent à ce point ainsi .

lkqjre dit: 28 janvier 2013 à 16 h 30 min

En Laponie, ça caille. Au Mali, ça mitraille. L’Italie, ça botte, mais à Rome, y a Paul Edel, à Milan y a renato, à Naples y a des poubelles.

lkqjre dit: 28 janvier 2013 à 16 h 26 min

En Angleterre, y a du brouillard et une formidable concentration de xénophobes au mètre carré ; en Autriche, c’est comme en Suisse : trop de vaches à cloches. Au Maroc, y a DSK, en Algérie, y a Gilga, en Tunisie, y a Baroz… Non, vraiment, on sait plus où aller. Singapour ? Des Zürichois à tous les coins de rue. En Chine, y a Zhu, au Japon, y a ueda, en Indochine, y a Bloom… Finalement, je crois que je vais rester ici.

lkqjre dit: 28 janvier 2013 à 16 h 18 min

Pour le climat, la Californie du sud, c’est presque idéal, mais la terre tremble et il y a plein d’Américains.

JC dit: 28 janvier 2013 à 16 h 16 min

Se retirant de la ville, les islamo-terroristes brûlent de rarissimes manuscrits pré-islamiques à Tombouctou : la Foi des Creux, comme dirait le colonel.

lkqjre dit: 28 janvier 2013 à 16 h 12 min

c’est n’importe quoi en France,

En Belgique aussi. Quant à l’Andorre, c’est joli, c’est vallonné, mais on s’ennuie.

encore moi dit: 28 janvier 2013 à 16 h 09 min

J’arrive trop tard. Dommage, parce que j’avais un témoignage à apporter sur La Rocque et des choses à dire sur les Croix de feu. Tant pis.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 16 h 04 min

Mais vous allez voir que tous les tkt au bulbe creux vont demander à Sollers d’aller s’installer dans un kiboutz, ce qui serait assez drôle, ma foi.

Bref, c’est n’importe quoi en France, surtout avec les expat en Suisse…

Thierry Kron dit: 28 janvier 2013 à 16 h 00 min

ML, qu’est-ce qui vous retient ? Votre statut de fonctionnaire ? Vous n’avez pas envie de vivre dans un kibboutz, de préférence dans une région dangereuse afin, de montrer que vous avez du courage et de la logique ? Moisie, vous employez les mêmes mots que Teignez.

la colite sur son pliant dit: 28 janvier 2013 à 15 h 40 min

contre-vérités assénées avec l’absolue certitude d’avoir raison, allergie rageuse à toute contradiction, arrogance hystérique, mépris bovin pour ses interlocuteurs , haine affichée pour tous ceux qui ne pensent pas comme lui

..vla qui se présente l’éructé du bulbe, i cherche une ham soeur..hé ça t’va comme une moufle à deux doigt jean marron, ‘mande à popaul..

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 15 h 33 min

Tiens, quand on parle du loup :

Shoah : selon des documents inédits, la Suisse savait depuis 1942
Selon des révélations faites dimanche par la télévision suisse alémanique, à l’occasion de la journée internationale dédiée à la commémoration des victimes de l’Holocauste,les autorités suisses savaient depuis 1942 que les Juifs étaient poursuivis et exterminés dans les camps de concentration nazis. Des diplomates suisses ont en effet récolté à ce sujet des centaines de lettres, télégrammes et rapports détaillés qui ont été adressés au gouvernement suisse à Berne. Malgré ces rapports, le gouvernement suisse avait décidé en août 1942 des renvois en masse de réfugiés étrangers civils, mettant leur vie en danger. Quelques-uns de ces documents diplomatiques sont à présent disponibles sur Internet.
——————

Et à Sankt Moritz, il y avait des nazis affiliés à un parti pro-nazi. Est-ce que la Suisse se lancerait elle aussi à son tour dans le repentir ?

D. dit: 28 janvier 2013 à 15 h 23 min

renato a voulu me photographier de profil mais, comme je pensais à vous à ce moment-là, une partie de moi dépassait du cadre.

D. dit: 28 janvier 2013 à 15 h 18 min

mes ennemis finissent tôt ou tard à s’en prendre à ma sexualité

A qui le dites-vous ! Un certain citoyen zürichois m’agresse sans cesse à ce propos.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 15 h 07 min

Vous devriez consulter… Qu’est-ce que ça peut vous foutre (c’est le cas de le dire…).

Inénarrable.

W dit: 28 janvier 2013 à 14 h 55 min

En tout cas dimanche hier donc si vous l’avez fait ça a été du vite fait bien fait entre deux post ,vous ne souffrez d’aucun trouble pourtant ,vous ne seriez pas ici à vous répandre pour y trouver solussion

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 14 h 48 min

Je ne sais pas pourquoi, mes ennemis finissent tôt ou tard à s’en prendre à ma sexualité, qu’ils ignorent complètement pourtant. Ça doit être des obsédés.

W dit: 28 janvier 2013 à 14 h 43 min

Jérusalem …savez-vous ML qu’il existe de bons sites de rencontre ouverts à des hommes qui comme vous souffrent de leur célibat et qu’en guise de perfusion ,de produits de substitution à l’obsession_ Jérusalem l’éternelle_propose de changer de position toutes les heures trois ou quatre fois dans la nuit pour des excursions zérotiques et sexuelles tout à fait satisfaisantes,ludiques,joyeuses,non remboursées par la sécu,l’homme joue au généreux et la femme est libérée.

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 14 h 41 min

DHH, juste comme ça : certainement ! J’arrivais de Cornell, j’étais en khâgne à H IV, et j’allais écouter…

JC dit: 28 janvier 2013 à 14 h 40 min

Il est con, cet adjectif « fasciste », tout le monde traite l’autre de fasciste, c’est ridicule. On ne pourrait pas se traiter d’humaniste, plutôt ? … ah ! bon… « humaniste » je le voyais pas comme ça…

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 14 h 36 min

Vous vous méprenez, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. D’ailleurs vous ne lisez que ce qui vous conforte dans votre propre fascisme… Je n’ai pas écrit que ça.
Jérusalem est une ville qui appartient entièrement à l’histoire juive, depuis l’origine. Ce n’est pas une ville arabe. D’ailleurs le Coran n’a pas un mot sur Jérusalem !

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 14 h 34 min

Justement je suis en train de traduire un passage de Frisch où son héros est tout nu dans un parc de Zürich. Il sort d’un hôpital de fou. Mais ce n’est pas Tkt.

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 14 h 34 min

« Jérusalem est exclusivement une ville juive. » (rédigé par La Mauvaise Langue)

Dire cela d’une ville dont la population est constituée, pour un tiers, d’Arabes palestiniens, cela n’a pas l’ai de gêner LML . Il est vrai que pour lui ces gens-là comptent pour du beurre. Il est vrai aussi que LML n’est pas à une énormité près.

Pour savoir ce que c’est qu’un fasciste, je n’ai pas besoin de consulter une biographie de Déat ou de Brasillach. Il me suffit de lire les posts de LML : les traits les plus gros de l’esprit fasciste s’y trouvent condensés : contre-vérités assénées avec l’absolue certitude d’avoir raison, allergie rageuse à toute contradiction, arrogance hystérique, mépris bovin pour ses interlocuteurs , haine affichée pour tous ceux qui ne pensent pas comme lui et, bien entendu (ce qui relève plutôt du syndrome hitlérien), adoration et défense fanatique du Peuple élu, jusque dans ses pires errements.

W dit: 28 janvier 2013 à 14 h 31 min

excepté D qui nu mérite la photo je ne me déplacerais pour aucun,vous ignorez la peur chère frétillante ou vous bravez l’ennemi…

Sergio dit: 28 janvier 2013 à 14 h 28 min

une romantique, écervelée, ambitieuse et frétillante mais délicate dit: 28 janvier 2013 à 14 h 21 min

tout nu

Bon mais ici avec de la graisse de phoque, alors…

une romantique, écervelée, ambitieuse et frétillante mais délicate dit: 28 janvier 2013 à 14 h 21 min

,sans maître,sans gourou,sans pantalon!

Bonne idée !!!!
Chaloux, tout nu.
Ueda, tout nu.
Court, tout nu.
Le Boug’, tout nu.
Sergio, tout nu.
D., tout nu.
Alec, tout nu.
ML, tout nu ..

Oh non, pas ML ni Jaunibruni!

W dit: 28 janvier 2013 à 14 h 13 min

impossible d’étaler toutes les thèses ,pas le temps ni la place ,il faut brûler tous les livres et passer à la civilisation fâchée du numérique pour tous,que chacun choisisse seul à seul les mensonges auxquels il va adhérer ,sans maître,sans gourou,sans pantalon!

W dit: 28 janvier 2013 à 14 h 09 min

La réforme n’avait-elle pas prévue de supprimer ces enseignements histoire géo philo et passer par les armes tous ses dispensateurs parasites participant à la moisissure,au vert de gris,à l’effondrement du sentiment patriotique?

W dit: 28 janvier 2013 à 14 h 01 min

13h58
m’est avis qu’il ne se tâtera pas longtemps pour prendre position sur l’austère ligne de front qu’est la république des livres,je tremble pour lui.

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 14 h 00 min

Au plus fort de ses délires, LML doit se prendre pour le Léon Bloy de la RdL. Tiens, dans mon mot croisé du jour, j’avais à trouver « expulsion violente » :eh ben c’était « éructation ». C’est en pensant à LML que je l’ai trouvé !

Tous des amoindris, sauf Mimi! dit: 28 janvier 2013 à 13 h 58 min

ML qu’est pas un amoindri de la dernière heure, se tate pour savoir ce qui fait le plus couleur locale: partir en charentaises en Israël ou rester en babouches à Panam.

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 13 h 56 min

« En 3è il y a une ligne sur la Shoah » (rédigé par LML)

Eh ben quoi, il y a des lignes plus denses que d’autres. Tiens,je vais m’en faire une, moué

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 13 h 53 min

« Un criminel repenti, voilà ce qu’est La Roque amoindri en 1945. Un minable. » (rédigé par LML)

C’est admirable comme LML a le sens des nuances. Un prince de l’ambigüité. On croirait Aragon.

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 13 h 53 min

Annie Lacroix-Riz et Soucy donnent quelques soucis aux historiens collabo d’aujourd’hui, ou récent (Rémond, Winock, etc). On nous refait une histoire de France tirée à quatre épingles. Ce sont ces historiens collabo qui sont en train de détruyire l’enseignement de l’histoire en France. ALR dit explicitement que les nouveaux programmes d’histoire sont une destruction de l’histoire. En 3è il y a une ligne sur la Shoah. On confond la destruction des Juifs en Europe avec le communisme soviétique, etc. On traite le fascisme en classe de 4è en évinçant la Révolution française quasiment. Bref c’est un immense bordel et la ruine programmée de la démocratie dans notre pays. Même certains parents s’en scandalisent ; ils me le disent dans les réunions et me rapportent ce que leur disent aussi les profs d’histoire dans d’autres établissements où ils ont leurs enfants plus âgés comme le lycée Carnot. C’est de ça que les Répond et les Winock sont responsables. Je me suis déjà engueulé un jour avec Winnock par courrier interposé. Il avait reconnu quand même qu’il avait tort sur le pourcentage d’étrangers en France plus élevé que dans la réalité. France moisie…

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 13 h 44 min

Son groupe, le « Klan » n’a pas été reconnu par la Résistance juste après la guerre. Je l’ai indiqué plus haut, vous n’aveze pas voulu le lire sans doute !

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 13 h 43 min

Quand on vous dit que Wiki, c’est n’importe quoi ! Vous le croyez maintenant ? Non, même pas, ça vous arrange.

JC dit: 28 janvier 2013 à 13 h 42 min

Si c’est du blabla, pourquoi une faute pareille dans Wiki : « La Rocque, militaire, homme politique et résistant français. »
Résistant français, ça n’est pas rien ?

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 13 h 39 min

Les Croix de Feu datent de la fin des années 20 comme le rappelle Annie Lacroix-Riz. Entre cette date (1928) et 1946, c’est-à-dire presque vingt ans, le monde change. Le La Roque des années 30 n’est pas le La Roque de 1945. Cela ne l’exempte nullement de ses responsabilités découlant de son action politique des années 30, lourdes, très lourdes. Un fasciste qui a contribué à l’écrasement de la classe ouvrière, à la préparation de la collaboration avec le nazisme, à la défaite de 1940 (en trois jours et non pas en un mois et demi comme le signale encore ALR), et à l’extermination de quelque 176 000 juifs de France. Tout le reste c’est du blabla.

JC dit: 28 janvier 2013 à 13 h 38 min

Ce n’est pas pour provoquer, mais… est ce que les minorités communautaristes homosexuelles se rendent comptent à quel point elles nous emmerdent avec leur pleurnichettes administratives maritales ?
Basta, les media, sur ce sujet sans intérêt !

Scripta manent dit: 28 janvier 2013 à 13 h 31 min

Charenton c’est un centre de soins, où nous avons nos marques, non ?

Surtout ML qui y a sa cellule capitonnée réservée depuis 2000 ans.

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 13 h 31 min

Méfiance, méfiance : vous entendez bien « bleu républicain », John ? Pas « marine ».

« Couleurs vous êtes des larmes
Couleurs vous êtes des pleurs… »

bouguereau dit: 28 janvier 2013 à 13 h 27 min

de toute façon dracul tu peux pas t’allonger dans de la terre consacrée..ça te piquerait la fesse et t’aggraverait la fistule du cul..

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 13 h 25 min

JB qui pérore en prétendant que l’histoire des années trente serait encore largement à écrire…

Qu’il lise déjà ce qui est écrit, ce qui risque de lui prendre toute une vie…

M’fait rire, le JB ! M’fait souvent rire !

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 13 h 21 min

2000 ans au contraire fonde une réalité. La preuve : l’existence même aujourd’hui d’Israël !

En fait c’est cette existence même que vous contestez comme tous les antisémites d’aujourd’hui.

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 13 h 15 min

John, ça va bien avec Aragon, et je vous ai dit (y compris chez Eugène) que votre analyse terminale était juste, et vous m’aviez accordé auparavant « Le Roman inachevé ». Aragon est un écrivain surdoué, et je me fous un peu de ses déterminations orphelines. Moins de ses postures, d’autant qu’il habitait rue de Varenne en face de chez mes beaux-parents, et que j’ai été invité deux ou trois fois dans son appartement copurchic.
Vous n’avez pas répondu à mes remarques sur des compensations : Bob Wilson, Godard, Ford « T’is pity she’s a whore » / Stuart Seide…

Je prends tout de même avec le sourire « CP ROUGE ». Même pas rose, mon vieux gars ! Bleu, plutôt…

Bloom dit: 28 janvier 2013 à 13 h 01 min

Muqadassi, dans sa Description de la Syrie comprenant la Palestine:
« Si Jérusalem est la plus illustre d’entre toutes les villes, elle présente néanmoins quelques désavantages. On rapporte que ‘Jérusalem est un gobelet d’or rempli de scorpions’ »

JC dit: 28 janvier 2013 à 12 h 58 min

« Il me semble que l’histoire de la France de ces années-là reste très largement à écrire. »

Compte tenu de la difficulté, en 2113 les historiens indigènes devraient nous donner une brochettes de vérités détachées de ce que savent les familles…

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 12 h 58 min

John, en deçà,- ou au delà-, des travaux universitaires, il y a aussi que les collections, illustrées et utiles (PA/ Seghers et ET/ Microcosme -Seuil), n’étaient guère comparables.

DHH dit: 28 janvier 2013 à 12 h 55 min

@CP
je decouvre dans votre post que nous aurions pu nous rencontrer assis tous deux sur le marches de bois l’amphitheatre Richelieu surpeuplé vers 1958-1959

JC dit: 28 janvier 2013 à 12 h 52 min

Syndicat d’Initiative de Porquerolles

Sachez que nos forgerons, qui ont lu Eliade, sont au travail : la cage est prête, le zoo de l’Académie Françoise, en manque de bêtes fauves, accueillera le monstre acheté par un éditeur affairiste pour un euro symbolique.

une réaliste, réfléchie, modeste et totalement éteinte dit: 28 janvier 2013 à 12 h 52 min

Oh, joli garçon ce Chaloux!

Tout le contraire de Jauni Bruni.

DHH dit: 28 janvier 2013 à 12 h 51 min

@court
vous ecrivez:
« la soporifique Marie-Jeanne Durry, dont il ne parait pas que la carrière ait beaucoup été entravée après 1945, hélas pour Apollinaire et quelques autres ».
deux remarques
1)cela aurait été un comble que brimée par VICHY MJ durry aurait dû voir la pourrsuite de sa carriere entravée par ce passé.
2)j’ai suivi les cours de Marie jeanne Durry consacres la premiere année à alcools,l’annéee suivante à Mallarmé .
je n’ai pas le souvenir de m’y être endormie .
En revanche ce que nous brocardions c’etait son côté diva; on disait q’elle ajustait le nombre de ses cours à celui de ses chapeaux ,dont elle exhibait un nouveau modele à chacune de ses interventions sorbonnardes
la these qui l’a fait connaître sur la vieillesse de Chateaubriand est particulierement talentueuse

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 12 h 50 min

Sur ma bouteille de Château Sainte-Béatrice figure l’étiquette suivante :

DNE STE BEATRICE

CP ROUGE

CP Rouge ? Mon esprit s’éclaire ! Voilà donc l’explication des prises de position enthousiastes de l’intéressé en faveur de l’apparatchik Aragon ! Quant au degré d’imbibition du rédacteur au moment de la rédaction desdits posts, il reste à déterminer. Ma bouteille indique 14°, mais ce n’est qu’une approximation plausible.

Excellente bibine au demeurant que ce Château Sainte-Béatrice 2010.

une romantique, écervelée, ambitieuse et frétillante dit: 28 janvier 2013 à 12 h 47 min

Le contraire de mon pote à moi : 1 m 82, 64 kg.

Oh, joli garçon ce Chaloux!

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 12 h 43 min

Marc Court, de nouveau merci ! Thérive, même un peu polygraphe, me semble du coup libre et généreux. Mais à coup sûr pas très, très « démocrate-épurateur ».

J’ai connu Marie-Jeanne à la Sorbonne encore (mais DHH peut-être aussi), officiant en robe-à-manches-à-crevés sur Apollinaire, mais également sur Mallarmé. Elle était aussi poétesse… Je trouve que son « Jules Laforgue » n’est pas indigne. Certes, l « Apollinaire par lui-même » de Pascal Pia est autre chose.

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 12 h 32 min

Un ivrogne du nom de Chaloux a été interpellé ce matin dans un café de la rive gauche. Il importunait les consommateurs en exigeant qu’ils signent une pétition comme quoi ils proclameraient que Jean-Jacques Henner est l’auteur de « l’Enterrement à Ornans ».

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 12 h 25 min

« la soporifique Marie-Jeanne Durry, dont il ne parait pas que la carrière ait beaucoup été entravée après 1945, hélas pour Apollinaire » (rédigé par Court)

C’est très injuste pour les travaux de l’intéressée sur Apollinaire, pas si soporifiques que cela.

Giovanni Sant'Angelo dit: 28 janvier 2013 à 12 h 23 min


…elle est trop bonne,…

…je me voyais comme roi des juifs,…tout pour nous,…
…avec d’un côté à ma droite le  » pudding  » et à ma gauche le  » Berluscon  » à deux rubis de glace grenadine  » fresh gazelle », de la ferme du terroir,…les nouvelles « suédoises à la menthe « ,…
…avec ce ver-tige sur mon U.L.M.,…
…vite sur le champ de l’air spacial,…
…vite un remède pour vomir,…vite,…
…tout pour moi,…je me disais aussi,…je suis juif,…si, si, je suis israélite,…je suis banquier,…je suis milliardaire ,…etc,…
…le miracle,…du haut de mon altitude,…juste le temps d’ouvrir le hublot de mon U.L.M.,…Oh,…la purée,…
…se croire juif,…la solution,…pour évacuer le vertige de ces constipations,…
…pub,…à la mémoire du colonel de la monte à l’endroit réversible,…
…etc,…

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 12 h 22 min

Le sous-titre du livre de Jacques Nobécourt — « le colonel de La Rocque ou les pièges du nationalisme chrétien » suggère que ce travail (que je n’ai pas lu) est orienté par une perspective particulière et, peut-être, par les options idéologiques de l’auteur. Pierre Assouline le présente comme la biographie de référence, sans doute parce qu’il n’en existe à ce jour pas d’autre. Le cas de ce personnage, figure marquante et influente de la droite française entre 1918 et 1945, mérite en tout cas mieux que l’article bâclé de cette historienne américaine. Peut-être (quelles que soient les qualités du livre de Nobécourt) la véritable biographie de référence de La Rocque reste-t-elle à écrire, loin de tout parti-pris. Il me semble que l’histoire de la France de ces années-là reste très largement à écrire.

JC dit: 28 janvier 2013 à 12 h 20 min

Syndicat d’Initiative de Porquerolles

Sachez que nos forgerons, qui ont lu Eliade, sont au travail : la cage est prête, le zoo de l’Académie Françoise, en manque de bêtes fauves, accueillera le monstre.

court dit: 28 janvier 2013 à 12 h 17 min

CP
Si, c’est bien Thérive, selon BN Opale.A noter qu’il a aussi commis un Traité de la Délation sous le meme pseudonyme.
Carcopino, c’est tout de meme autre chose que la soporifique Marie-Jeanne Durry, dont il ne parait pas que la carrière ait beaucoup été entravée après 1945, hélas pour Apollinaire et quelques autres.Ceci pour en terminer avec les cris d’orfraie de DHH. Un navet, fut-il français, reste un navet.

JC dit: 28 janvier 2013 à 12 h 15 min

Chaloux devrait plaire à ces dames …
Seules les romantiques, les écervelées, les ambitieuses raffolent des nabots.

JC dit: 28 janvier 2013 à 12 h 03 min

Cher secrétaire, vous êtes viré pour vulgarité anti-patronale. Bonne chance pour votre nouvel emploi d’avenir.

JC dit: 28 janvier 2013 à 12 h 01 min

« Le colonel François de La Rocque (dit de Séverac), né le 6 octobre 1885 à Lorient1 et mort le 28 avril 1946 (à 60 ans) à Paris, est un militaire, homme politique et résistant français. Il fut président des Croix-de-Feu puis du Parti social français. »

Une consultation de Wiki que le Colonel fut un résistant français. Etonnant, non ?

secrétaire de jicé dit: 28 janvier 2013 à 11 h 57 min

……………….. ./¯/)……….
. …………….. /¯../………..
. ……………./… /…………
. ………/;¯/;…;/; /–/
. ……./;/…/…./. ../../;¯\..
. …..(….;….;…. . ¯~/;….. )
. …….\………… .. ..;……/
. ……….\……… ………./
. ………….\…… ……..(…
. …………….\… ……….\

JC dit: 28 janvier 2013 à 11 h 51 min

DHH, combien de Roumains de cette époque ont fait comme Mircea Eliade ! Et en Italia, après l’aventure mussolinienne !

DHH dit: 28 janvier 2013 à 11 h 46 min

Un post hier sous ce fil à propos de Tacite, évoquait les travaux de Carcopino.
Sans doute cet universitaire représente –t-il une autorité incontestée en matière d’antiquité romaine.
Mais je suis gênée de constater qu’on puisse citer sans émettre une réserve ce personnage qui s’est refait une virginité apres- guerre , après avoir été un suppôt actif du régime de Vichy lui, qui comme secrétaire d’etat a été la cheville ouvrière zélée de l’éviction des juifs de l’institution universitaire ,à tous les niveaux de la pyramide enseignante ,bannissant des figures aussi notoires que Benveniste ou Marie-jeanne Durry
Par quel effet d’amnésie généralisée un tel personnage a pu se retrouver installé dans les honneurs sorbonnards et académiques, alors que d’autres figures du regime ,bien moins actiives dans ses basses œuvres, ont vu à juste titre une chape de plomb tomber sur leur nom.
je pense notamment à Ramon Fernandez, dont on proposait parfois des textes comme sujets de devoirs, en les attribuant « à un critique contemporain », sans autre précision.
Le parcours de Carcopino ressemble fort à celui de Mircea elide qui a passé la deuxieme moitié de sa vie ,drapé dans son personnage de grand historien de religions ,occultant activement son passé de suppôt de la Garde de fer

JC dit: 28 janvier 2013 à 11 h 36 min

Cher Bloom si intelligent, dites à votre petite cousine qu’elle sera la bienvenue dans notre île : je l’invite quelques jours ! On soignera son antisionisme évangélique à notre aimable et gastronomique façon … Un peu de bonheur dans votre famille tragique, ça fera du bien.

un pote à jicé dit: 28 janvier 2013 à 11 h 32 min

des imbéciles comme l’illien microscopique…

1 m 64, 82 kg ! Pas microscopique du tout, l’îlien.

Bloom dit: 28 janvier 2013 à 11 h 26 min

Il délire grave, le JC, il mélange tout et s’imagine que ça a valeur d’argument. Get yourself a brain!
Israel n’a pas besoin de gagner la guerre de la propagande tant qu’il est assuré d’être subventionné par les Etats-Unis (+ de 3 milliards de dollars en 2012) et par les contributions volontaires de la diaspora.
Une de mes petites cousines, lieutenant dans l’armée israélienne et élevée à la dure dans un moshav près d’Ashkelon, supporte déjà assez mal le sionisme de substitution des évangélistes américains, alors le sionisme compensatoire des imbéciles comme l’illien microscopique…

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 11 h 07 min

Joseph, je vous avais déjà lu plus haut. Vous avez la courtoisie de dire que ce n’est pas mon hypothèse – comment serait-ce possible, grands dieux ? je ne suis pas historien-, mais ce qui ressort ici et là, dans des études considérées comme sérieuses, et qui semble ici s’obscurcir au lieu de s’éclairer ?… Ce n’est même plus une question de jugement moral, puisqu’il y a des textes et des faits (vous en rappelez, vous, à l’honneur ou à l’avantage d’un PSF « résistant ») qui me paraissent désormais contradictoires entre eux, du moins jusqu’à l’arrestation de La Rocque. Or je retrouve les mêmes controverses dans les pamphlets de 1947 dont je parlais
à alec et Marc Court.

keupu dit: 28 janvier 2013 à 11 h 06 min

la grand mère de keupu qu’avait un faible pour les uniformes allemands

Pas les uniformes. Les sous-vêtements en pilou. Je tiens à rétablir la vérité historique.

patapouf dit: 28 janvier 2013 à 11 h 02 min

ML, le droit international (naguère appelé « droit des gens ») se fonde sur la force. (Pascal, votre référence parfois, disait déjà: « Ne pouvant fortifier la justice, on a justifié la force. ») En d’autres termes : Jérusalem n’est plus une ville juive depuis environ deux mille ans. Elle est en train de le redevenir mais seule la force lui permettra de le rester. Une légitimité qui remonte à deux mille ans n’a aucun sens.
Bref, quand on dit les choses clairement, on comprend mieux. C’est un rapport de force, et rien d’autre.

bouguereau dit: 28 janvier 2013 à 10 h 50 min

John Brown n’a pas tort.

onle sais..en matière d’activité stoicienne jlavais mis sur mon rapport hiers.. »peut être mort dans les bras l’un de l’autre »..vous vous soignez bien tous les deux

JC dit: 28 janvier 2013 à 10 h 49 min

DHH,
Plus un pays est démocratique, moins sa communication est efficace : Israel tolère, voire encourage l’expression multiple, ce qui l’affaiblit.
Le Hamas palestinien a réglé son compte au Fatah palestinien à Gaza. Plus de 100 frères-morts et la prise de pouvoir totale dans la bande de Gaza, financé désormais par l’Iran.

Depuis, la communication palestinienne de Gaza, se servant des idiots utiles judéophobes embarqués occidentaux et autres, est très efficace !

Rien de meilleur que la tyrannie pour une bonne communication, bien homogène !

bouguereau dit: 28 janvier 2013 à 10 h 44 min

ni Churchill ni Hitler. Ils ont agi comme ils ont agi, point final

..et pourquoi qu’on cause pas de la grand mère de keupu qu’avait un faible pour les uniformes allemands?..pasqu’y a une hiérarchie des faits..comme dans ce blog et d’ou que l’assouline trouve qu’il faut sauver le soldat laroque qui manie bien le gourdin..vois comme ça n’échappe pas ce dracul dont la tête cabossé de coup de clef anglaise et de rayon gamma de son portabe bon marché trouve raison a courcircuiter ses sempiternelles conneries..je vais finir par croire que ça lui plait à lassouline..mais ce que je crois n’a aucune importance jeanmarron..paxton n’en parlera jamais..l’homme heureux n’a pas d’histoire jean marron

DHH dit: 28 janvier 2013 à 10 h 36 min

Le dialogue de sourds entre Daphnée et ML à propos du conflit israélo palestinien témoigne en fait d’une réalité indiscutable :à savoir le contraste entre le savoir- faire palestinien en matière de communication vers la communauté internationale et le déficit d’efficacité de la communication israélienne en ce domaine.

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 10 h 30 min

John Brown n’a pas tort.

L’historien se doit de garder la morale à bonne distance. Autant que faire se peut (rédigé par Bloom)

Autant que faire se peut, en effet. A la réflexion, je me demande si c’est seulement possible, du moins pour les périodes récentes. Ne serait-ce que l’élection d’un domaine de recherche implique des considérations éthiques généralement inavouées.

Joseph dit: 28 janvier 2013 à 10 h 27 min

Au message de CP, réponse concernant l’hypothèse totalement erronée de « l’intégration du PSF à la collaboration »:
1) Le PSF, assimilé aux organisations « dont les agissements sont contraires à l’intérêt général du pays » dans le JO de l’Etat Français du 23 mai 1942, a été dissous par le Général Oberg, chef des SS en France, le 2 nov 1942.
2) Une containe de cadres du PSF ont été arrêtés le même jour que La Rocque par la Gestapo,dont le Vice Président Noel Ottavi; ce dernier mort d’épuisement au camp de Neuengamme…
3) Le PSF n’est plus un parti politique depuis Aout 1940, mais une organisation de services sociaux pour assistance aux prisonniers et familles dépourvues en France.

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 10 h 25 min

Il n’est pas étonnant qu’on doive les meilleurs travaux sur la période de Vichy à un Américain, Robert Paxton, étranger aux passions franco-françaises. En France, les débats sur la période tournent généralement aux conflits entre héritiers.

Bloom dit: 28 janvier 2013 à 10 h 22 min

« Cette ville a été sans cesse détruite, reconstruite, redétruite, reconstruite. Jérusalem est une viellie nymphomane qui étreint jusqu’à la mort ses amants les uns après les autres et les rejette avec dédain. C’est une veuve noire qui dévore ses partenaires pendant qu’ils la pénétrent ».
- Amos OZ

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 10 h 15 min

Cher de nota, j’ai lu l’article proposé par ce lien. Et l’on peut bien réfléchir sur un « fascisme » non-antisémite. Mais vous observerez que la question des « deux critères », que Mauvaise Langue avait rappelée, demeure, elle aussi, en suspens.

JC dit: 28 janvier 2013 à 10 h 11 min

Il me semble qu’il est possible de s’occuper de sa propre mort, lointaine encore, et de morale, et de politique, et de sciences, et de voile, et de rugby, et d’art, et de bien d’autres choses dont la littérature !

Il est fada ce Bloom !

Bloom dit: 28 janvier 2013 à 10 h 04 min

John Brown n’a pas tort.

L’historien se doit de garder la morale à bonne distance. Autant que faire se peut, car tous les sujets ne sont pas froids. La collaboration française, à laquelle l’Eglise catholique a donné sa pleine bénédiction, fait partie des sujets chauds d’un passé qui ne passe pas.

En revanche, le citoyen engagé peut/doit la réintroduire et agir en conséquence.
Quand on voit qu’un idéologue fascistoide comme JiSSé se permet de contredire un histoirien de la trempe de Simon Sebag Montefiore (juif de surcroît) dans le seul but de procvlameer son islamophobie, on se dit qu’il est préférable que certains s’occupent d’autre chose que d’histoire (ou de morale). Préparer sa propre mort, par exemple, est une noble activité stoicienne.

de nota dit: 28 janvier 2013 à 9 h 56 min

L’antisémitisme de La Rocque, en revanche, que contestent Paxton et Jean-Noël Jeanneney, est en suspens ?

CP,Passou a mis un lien(ici le débat…)qui répond,il me semble,à votre interrogation.

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 9 h 52 min

« Jérusalem est exclusivement une ville juive. » (rédigé par La Mauvaise Langue)

En 2004, sur une population de 706 000 habitants, Jérusalem comptait 458 000 Juifs.

On peut trouver caricaturaux les propos de Mauvaise Langue sur ce fil, ils n’en sont pas moins très révélateurs des obsessions et des blocages de la partie de la droite israélienne la plus acharnée à tout refus de prendre en compte les droits des Palestiniens.

doro dit: 28 janvier 2013 à 9 h 50 min

« je m’en vais épouser mon crémier, puis on achètera un bébé à une pauvresse : le bonheur pour tous  »

tu préfères la clandé, c’est ton côté résistant

JC dit: 28 janvier 2013 à 9 h 45 min

Non, il n’est pas possible de faire de l’histoire, càd des histoires, en dégageant des faits indépendants de l’éthique, de la morale, des moeurs, da culture de l’époque qui examine avec tout le poids subjectif de son présent…

JC dit: 28 janvier 2013 à 9 h 43 min

Bien sûr, Jérusalem est une ville qui aurait pu être gérée internationalement, si « gérer internationalement » pouvait dire quelque chose, ce qui n’est pas le cas et n’est pas près de le devenir.
Ainsi Jérusalem est une ville juive, entièrement israelienne : c’est plus logique !

John Brown dit: 28 janvier 2013 à 9 h 41 min

« et si on parlait d’histoire ? » (rédigé par François Delpla)

Revenir à l’histoire, c’est adopter un point de vue qui renonce à toute considération éthique. De ce point de vue, La Rocque n’a ni tort ni raison d’avoir agi comme il a agi, pas plus que De Gaulle ni qu’aucun des acteurs de la période, ni Churchill ni Hitler. Ils ont agi comme ils ont agi, point final. Et la tâche de l’historien consiste à établir les faits, à en proposer éventuellement une explication, mais jamais à porter de jugement moral. On n’imagine pas un historien portant un jugement moral sur Néron ni sur Périclès. A la différence de ce qui se passe pour ces ces périodes lointaines, écrire l’histoire de la période 1940/1944 reste, malgré le recul de plusieurs décennies, une entreprise excessivement délicate, parce que les passions sont loin d’être retombées et que la tentation de porter un jugement moral reste extrêmement forte, presque inévitable.

JC dit: 28 janvier 2013 à 9 h 37 min

Doro, effectivement ton commentaire de 8:35 est passionnant. De joie, je m’en vais épouser mon crémier, puis on achètera un bébé à une pauvresse : le bonheur pour tous ! …

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 9 h 34 min

Eh bien, voici François Delpla, et c’est bien.

Son intervention est éclairante : elle rejoint Paxton, je crois, au sens où, bon an, mal an, le PSF est intégré à la collaboration, quoi qu’en dise alors de La Rocque. 1943 est plus compliqué ?
L’antisémitisme de La Rocque, en revanche, que contestent Paxton et Jean-Noël Jeanneney, est en suspens ?

C.P. dit: 28 janvier 2013 à 9 h 13 min

Marc Court, merci ! J’avais bien repéré « Ben », à cause d’une petite introduction de J.R. Bauer de mars 1947.
Le « Romain Motier, citoyen de Genève »  » du « Traité de l’Intolérance » (virulent et amusant) n’est donc pas Thérive, qui usa de cet alias ?
Ces pamphlets écrits « à chaud » ont parfois une étonnante actualité, je n’y insiste pas. Je connais une partie des autres ouvrages, plus tardifs, que vous rappelez.

A la dame Lacroix-Riz telle qu’on la cite, on pourrait appliquer ce que j’appelais le « paquet-cadeau ». Paxton est sans doute à côté d’elle un monument de discernement. Il est vrai que François Delpla, sur le billet et de La Rocque pour commencer, aurait été bien « utile » ici.

François Delpla dit: 28 janvier 2013 à 9 h 02 min

et si on parlait d’histoire ?

Il n’y a pas une essence du fascisme et encore moins du nazisme.

Pour m’en tenir à ce dernier, il y a une entreprise dirigée par Hitler et experte à enrôler des collaborateurs, au sens large du mot, à l’intérieur des frontières de l’Allemagne comme à l’extérieur.

La Rocque est du nombre, notamment, quand il prend parti pour l’armistice et le régime qui le met en oeuvre, tout en tirant à boulets rouges contre de Gaulle, dès le 17 juin 1940 et au moins jusqu’à la fin de l’année.

Cette période était bien la plus cruciale, celle où la chute de Churchill était possible tous les jours et, par voie de conséquence, un triomphe nazi durable.

Après, la conversion n’était pas facile (elle l’était d’autant moins que la compromission avait été plus grande) ni sans risques, mais l’événement y poussait de plus en plus.

Bloom dit: 28 janvier 2013 à 8 h 44 min

…Jérusalem est exclusivement une ville juive.

« [Jerusalem is] the cosmopolitan home of many sects, each of which believes the city belongs to them alone; a city of many names yet each tradition is so sectarian it excludes any other. »
Simon Sebag Montefiore, Jerusalem, mars 2012.

doro dit: 28 janvier 2013 à 8 h 35 min

JC dit: 27 janvier 2013 à 19 h 39 min

Que t’aies la trouille de pas pouvoir épouser ton crémier, ou bien des trois pour cent concernés par le projet de loi, on s’en fiche bien

Bloom dit: 28 janvier 2013 à 8 h 19 min

Ce chameau de ML ne devrait-il pas plutôt épouser la fille du bédouin, Bloom ?

Un shegetz pour une shiksa, ça fait sens.

DELON dit: 28 janvier 2013 à 7 h 42 min

D’accord avec Hugues de la Rocque
Aujourd’hui il n’y a plus aucun discernement
On juge avec nos références actuelles
et surtout les gens sont incultes

Bloom dit: 28 janvier 2013 à 6 h 16 min

ML, vos opinions sur Israel vous regardent. Elles ne sont pas d’une grande originalité et ne diffèrent pas sensiblement de la propagande du Likoud telle qu’elle est relayée au sein de la communnauté séfarade en France.
On ne peut se prévaloir de bien connaitre un pays que lorsqu’on y vit et travaille (et encore…). Se contenter d’y faire du tourisme (fût-il militant, ‘culturel’, ‘religieux’ etc.) est très insuffisant.
Il est des postes à pourvoir dans le réseau culturel en Israel (et en Palestine – Ramallah et Gaza). Je vous suggère de postuler, d’aller y voir par vous-même, au rythme de la vraie vie. Vos opinions y gagneront en crédibilité.

court dit: 28 janvier 2013 à 2 h 30 min

CP
pour le Voyage en Absurdie, il est de Benjamin Guitoneau, dit Ben.
je crois qu’il faudrait ajouter aux pamphlets les livres de Fay et Brissaud, trés lus, parus autournant des années 1960. ils ont contribué à échafauder des mythes durables dont f Delpla parlerait mieux que moi, tels que la Bonne Wehrmacht – Brissaud-
les alliés pas si purs -Fay, La Guerte des Trois Fous? et meme, avant Pauwels, un ésotérisme nazi feuilletonesque; -Brissaud, L’ordre noir.-
Bien des gens se sont ici dévoués pour faire comprendre que Madame Lacroix-Riz est connue autant pour se positions politiques que pou ses délires interprétatifs;Mais cela n’empechera pas le matraquage…..
Bien à vous.
MCourt

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 0 h 19 min

Ils ne vivent pas dans des mobile home mais sous des tentes. Ils font du fromage, ils vivent très bien et sont protégés.

Daaphnée dit: 28 janvier 2013 à 0 h 09 min

D., ne chipotons pas. De toutes les façons, ce n’est pas ML qui ira suer son eau dans un mobile home en plein désert .

La mauvaise langue dit: 28 janvier 2013 à 0 h 00 min

Echanger avec vous. Et puis aller en Israël ou pas, ça me regarde et ça ne vous regarde pas.

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 23 h 58 min

(mais non, mais non, D. . C’est seulement que ML a besoin de temps .. et de s’entrainer pour la danse de la pluie .)

D. dit: 27 janvier 2013 à 23 h 56 min

Normalement selon mes prédictions et la position des astres, la solution au conflit israël/palestine devrait tomber ici à 23:57:18.
C’est w. qui la donnera.

D. dit: 27 janvier 2013 à 23 h 52 min

Parfois j’ai l’impression qu’on ne tient absolument pas compte de ce que j’écris. C’est lassant à la fin. Je vais peut-être faire comme renato, aller créer un blog quelques temps pour me changer les idées.

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 23 h 51 min

Je sens que ML va nous opposer le droit du sol au droit du sang ! Un débat d’une modernité sans précédent .

W dit: 27 janvier 2013 à 23 h 50 min

ML puisqu’Israël et ses ressortissants vous inspirent plus de respect que la France et ses habitants vous devriez sans peine projeter de vous y installer,entre deux tirs d’artillerie lourde ,votre juste sentiment exploserait sans faire de bruit à couvert.

D. dit: 27 janvier 2013 à 23 h 48 min

J’ai fait analyser cette eau, et bien c’était de l’eau, de l’eau tout à fait ordinaire, quoique de masse un tout petit peu plus élevée que l’eau ordinaire. La différence se situait dans la répartition isotopique de l’oxygène puisque il y avait 7 % de l’isotope 17 au lieu des 0,038 attendus.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 47 min

Jérusalem est désormais une ville entièrement sous tutelle israélienne et le restera pour toujours maintenant. Il est hors de question de céder quelque partie de Jérusalem aux Arabes qui l’ont complètement défigurée quand elle était occupée illégalement par la Jordanie. Et contre laquelle les gugus comme JB n’ont jamais protesté évidemment.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 45 min

C’est une hérésie de prétendre que Jérusalem serait une ville arabe. C’est n’importe quoi.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 43 min

Cela ne l’empêche nullement d’accueillir de nombreuses autres confessions qui n’y ont jamais été aussi libres que depuis 1967 !

D. dit: 27 janvier 2013 à 23 h 43 min

Je vais vous révéler quelque chose, ML, et ce n’est pas une blague.
Je suis capable de créer de l’eau non pas ex-nihilo, mais depuis des dimensions cachées. Par la simple volonté. Je n’ai pas obtenu de grosses quantités, c’était de l’ordre du centilitre, mais j’en ai obtenu. Mes quelques grammes de sable sec sont devenus en quelques minutes complètement détrempés.

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 23 h 41 min

« Vous imaginez un instant les Palestiniens sur les collines qui surplombent Jérusalem en train de bombarder la ville ? » (rédigé par LML)

Voyons, voyons… Il me semble que Jérusalem est (était ?) autant une ville palestinienne qu’une ville israélienne. Rappelons que, depuis 1967, Jérusalem-Est est toujours considérée par la communauté internationale comme une ville occupée. Si Jérusalem reste malgré tout une ville palestinienne, on ne voit pas bien pourquoi les Palestiniens bombarderaient leur propre ville depuis les collines avoisinantes… A moins que Jérusalem ne soit devenue au fil des années, depuis 1967, une ville de plus en plus israélienne et de moins en moins palestinienne, à la faveur, disons, de transferts de populations. Donc, par l’effet de ces modifications progressives de la démographie de la ville en faveur de la population israélienne, on aboutit à cette vision étrange, à première vue, mais logique, des Palestiniens regroupés sur les collines, bombardant la ville qui fut la leur mais qui ne l’est plus. Donc, l’étape suivante paraît évidente : il va falloir virer les Palestiniens des collines pour assurer la sécurité de la population israélienne. Puis on occupera les collines, pour empêcher les vilains Palestiniens d’y revenir, et tout sera à recommencer car il faudra sécuriser les abords des collines. Et ainsi de suite. C’est d’ailleurs ce qui se passe dans les territoires occupés de Cisjordanie où la logique des implantations de colonies israéliennes aboutit à toujours repousser plus loin les populations palestiniennes. La question posée par LML dévoile clairement la logique du traitement de la question palestinienne par l’Etat d’Israel depuis des décennies. CQFD . Merci LML

W dit: 27 janvier 2013 à 23 h 40 min

Que proposez vous concrètement pour pacifier la zone?quelle vision avez vous puisque de toute évidence de votre promontoire la vue est dégagée,dites,exposez,en tentant de tenir compte des intérêts des deux camps,j’aimerais prendre connaissance de votre façon d’envisager le problème autrement qu’en prenant de haut ou pour nullissime ce qui vous est rétorqué

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 38 min

Vous ne savez pas non plus que le plus grand syndicat israélien (de gauche) travaille avec les Palestiniens. Mais que dit ce syndicat ? Ceux qui empêchent la collaboration israélo-palestinienne sur le plan des échanges économiques, ce ne sont pas les Israéliens mais les autorités palestiniennes de Ramalah. Vous ne le savez manifestement pas non plus. La France moisie…

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 36 min

Non, Israël ne manque absolument pas d’eau. En 2006, chez des amis israélien, un ingénieur spécialisé précisément dans le problème de l’eau m’avait assuré que le problème de l’eau n’était plus depuis longtemps en Israël un casus belli, parce que la science physique permet une technique telle (grâce à la microphysique) qu’on sait récupérer l’eau sale pour la faire reservir. Vous ne connaissez rien. Mais ça ne vous empêche pas de déblatérer Israël… France moisie…

D. dit: 27 janvier 2013 à 23 h 35 min

Je pense que si les sionistes avaient acheté les terres dont il est question, on en serait pas là.
Et il est assez probable qu’on leur aurait vendue, chère, mais on leur aurait vendue.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 33 min

Vous me donnez l’impression de discuter avec un bébé. Vous êtes simplement infantile. INFANTILE. Mais c’est ça le discours sur Israël en France aujourd’hui. La France moisie d’aujourd’hui. Continuez, vous m’intéressez pour le mettre dans mon roman.

W dit: 27 janvier 2013 à 23 h 32 min

oui Ml tout le monde sait qu’Israel manque d’eau pour commencer et pour commencer aussi est allé la chercher là où il y en a ,après les colonies pour faire face à une démographie qui ne rechigne pas à faire fructifier les terres investies ,certes mais pourquoi ne pas favoriser aussi ou permettre des conditions de vie décentes aux palestiniens,comment vivre dans ces contrées arides et difficiles en regardant des voisins dont l’appauvrissement est légitimé et garant d’une paix?Vous pensez réellement que là se situe la solution à un demi-siècle de guerre,de rancune,de haine,d’opposition,d’occupation partielle,d’attentats,de ripostes…d’échec politique et diplomatique?Faut il gazer Gaza?

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 23 h 26 min

Ah, survivre, survivre … et faire crever les autres pour cela!
Quelle belle leçon pour qui aurait compris qqc à Shoah .
Il ne manquait que ML pour nous instruire !

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 23 min

Vous pouvez vous lâcher, Daaphnée. Comme si vous aviez quelque importance à mes yeux à ce sujet… ! Vous me faites rire, c’est tout.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 22 min

Vous voyez bien que vous ignorez tout du sujet sur lesquel vous prétendez énoncer des vérités. Israël ne se désinstalle pas des territoires où les Israëliens s’implantent avec non seulement l’aval du gouvernement mais de tout les citoyens israéliens à part une franche extrémiste de gauche minuscule. Mais même la gauche israélienne soutient le plan de paix qui prévoit de garder une grande partie des implantations. C’est une question de survie pour Israël.

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 23 h 20 min

Rien ne ‘mérite » une réponse, ML.
Absolument rien. Vous prenez une posture que vous ne savez tenir, et je suis bien aimable encore de vous lâcher ce mot.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 19 min

Oui, oui, on connaît la chanson. Ceux qui vous mettent dans l’embarras sont toujours accusés par gusgus dans votre genre d’être des fanatiques. C’est récurrent en France. C’est pour ça que ce pays est moisi. Il n’admet aucune contradiction. Déjà, il y a dix ou quinze ans, Milner avait sorti un livre pour dire que tout débat en France était bloqué. On voit la même chose dans le milieu universitaire, dans le milieu des historiens. La France st moisie. Et vous en êtes une expression caractéristique et caractérielle.

W dit: 27 janvier 2013 à 23 h 17 min

ML sans souhaiter attiser votre fébrilité vous tenez un discours de fanatique, la complexité des positions réciproques n’échappe à personne mais voyez-vous tout de même qu’Israel s’installe se désinstalle se réinstalle sur des territoires qui ne lui appartiennent pas,de quel droit?Divin?C’est inextricable ,mais le sort réservé aux palestiniens n’est ni défendable ni enviable,de façon générale et quand bien même l’existence de l’état d’Israel continuera d’intéresser les occidentaux dans cette partie du monde pour un mort israélien combien de palestiniens?

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 16 min

Quelles observations de vous mériteraient une réponse ? Ce que vous dites n’a pas le moindre intérêt. Ce ne sont que des propos de votre bofitude adorée.

r_en_a_to dit: 27 janvier 2013 à 23 h 15 min

la négligence est l’aspect plus drôle chez le modérateur de Pierre Assouline : des obscénités authentiques passent sans peine, mais il me ferme la porte — cela pour dire que le robot m’empêche encore l’entrée.

J’ai relu mes interventions afin de détecter une faute éventuelle sans rien trouver de répréhensible, mais bon, il ne faut surtout pas chercher à comprendre. Et puisque pas envie de passer mon temps en cherchant des adresses de fantaisie, je renonce. Nous ne nous croiserons plus sur la RdL, donc.

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 23 h 13 min

La réalité, ML, c’est que vous êtes totalement incapable de réfléchir par vous-même et de répondre à mes observations.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 11 min

Vous êtes totalement ignorante de la réalité du Proche-Orient. Mais comme tout brave franchouillard de nos contrées, vous vous permettez de dire n’importe sur Israël quand des vies sont en jeux. Une totale irresponsabilité de bof.

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 23 h 09 min

« Israël veut avoir des frontières sûres et défendables » !

Alors, ML, vous êtes en train de me dire que, comme au moyen-âge, on défend son (petit) territoire par un large fossé et des fortifications …
Bien, bien .
Je ne voudrais pas vous contrarier, mais l’histoire de la reconnaissance des territoires a quelque peu évoluée, il me semble . Depuis le moyen-âge.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 23 h 03 min

Non. C’est faux. Israël veut avoir des frontières sûres et défendables. C’est tout autre chose. Vous imaginez un instant les Palestiniens sur les collines qui surplombent Jérusalem en train de bombarder la ville ? Comme ce fut le cas déjà dans le passé dans d’autres guerres, par exemple avec le plateau du Golan. Est-ce que vous y avez seulement pensé ? Bien sûr que non, vous vous en foutez. Pire, Vous ignorez totalement la géographie de la région. Vous ne connaissez pas du tout ni la géographie d’Israël ni son histoire, comme une majorité de Français selon un dernier sondage en France. Vous êtes tout à fait dans le moule de l’abominable.

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 22 h 54 min

Admettons, ML, que l »opinion internationale n’existe pas » , que tous ceux ceux qui s’inquiète du sort des palestiniens soient dans l’erreur. Admettons.
Israël s’étend, s’étend, s’étend.

Est-ce un rêve qui se réaliserait ? Cela répond-t-il à votre phantasme ?

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 22 h 49 min

Ce sont cinq millions d’Israéliens, Daaphnée qui vous donnent la nausée. C’est tout dire !

Vous avez la pensée de tout le monde, le prêt à porter qu’on vous a fourré dans la tête à propos des musulmans.

Israël n’a aucune volonté d’expansion. Aucune. L’opinion internationale n’existe pas. L’opinion internationale c’est vous mais vous n’avez pas d’opinion. Vous avez l’opinion des autres, celle qu’on vous a mise dans la tête à votre insu.

On a flatté votre haine, on a flatté votre peur.

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 22 h 42 min

Vous auriez dû regarder, ML, Benyamin Netanyahou en train de galvaniser ceux qui le soutiennent pour avoir la nausée de ce type et prendre enfin conscience qu’Israël à travers lui ne mène que l’une des dernières bataille, perdue d’avance, de colonisation.
C’est bête, ce n’est plus l’heure.
(C’était avant les élections, je ne mets pas le lien, cela mettrait des siècle pour que vous lisiez ma réponse ..)

Cela dit, un autre champ de bataille, hors celui du contrôle des ressources en eau, se dessine: c’est celui de l’obscurantisme religieux qui se trouve associé, et pour cause, à l’intégrisme musulman.
Mais le problème, c’est que en Israël le hiatus demeure.
Jamais la politique d’Israël avec sa volonté d’expansion, ne convaincra l’opinion internationale de sa légitimité.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 22 h 26 min

Vous êtes victimes de la propagande, Daaphnée. Vous faites précisément partie des gens manipulés qui ont peur de la vérité.

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 22 h 26 min

(D., je vous trouve un tantinet versatile … moi qui suis d’une fidélité sans pareille, je crains un profond désaccord ..)

alec dit: 27 janvier 2013 à 22 h 26 min

mais W, Saussure le disait déjà du haut de son Mont-Blanc, « historiennes, historiens, soyez toujours bien chaussés. »
Salomon font de bonnes chaussures d’approche en Gore-texte (imperméable au numérique qui fuit). mais ce n’est qu’un jugement parmi d’autres. il existe quantité de fabricants.
il est loin le temps où les historiens parcouraient les archives pieds nus, comme des sâdhus de l’étude, tranquilles et désintéressés.

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 22 h 21 min

On a peur de la vérité, mon pauvre ML?
Et Israël qui continue sa politique d’occupation des territoires palestiniens !
Vous vivez dans une fable.

W dit: 27 janvier 2013 à 22 h 21 min

La mauvaise langue vous faites dans la prédication ,il faut dire que sans médication le monde dans son ensemble va plutot mal .

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 22 h 17 min

C’est pareil aujourd’hui.

On nous ment sur l’histoire du Liban, sur les guerres ciciles au Liban.

On nous ment sur le Proche-Orient et la propagande infernale des Palestiniens sur Israël, répercutée par les pays d’Europe occidentale contre Israël.

On nous ment sur la Lybie, sur le Mali.

Ces mensonges risquent un jour de déboucher sur une guerre extrêmement grave.

La France est devenue un pays d’arriérés qui se mentent à eux-mêmes. La France n’est pas en retard, comme le prétend le journal Libération. La France est arriérée. On a peur de la vérité, on a peur de tout ici. C’est l’enfer.

W dit: 27 janvier 2013 à 22 h 04 min

alec comme c’est sympa de renseigner l’objectif,alors alors que reste-t-il à l’historien qui garantisse la véracité de ses prélèvements?des tickets resto?des factures d’autoroutes?le prix d’un lot de chaussures chaussettes et sous vêtements?

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 22 h 01 min

Pour comprendre les problèmes de l’historiographie française contemporaine et les débats du petit monde des historiens, regardez cette « vimeo » d’Annie Lacroix-Riz, qui est édifiante sur l’état de décomposition et de moisissure de notre pays :
http://vimeo.com/22398406

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 21 h 57 min

Oui, c’est le même ! Cela ne dépend pas de moi. J’ai été simplement obligé de changer de pseudo pour cause de censure de ceux qui contrôle word press. Alors adressez-vous à ceux-là pour toute réclamation. Je ne parle pas de Passou qui n’y est pour rien.

alec dit: 27 janvier 2013 à 21 h 46 min

chaque historienne, chaque historien, devraient être à même, comme le sont par nature les montagnardes ou les montagnards de bibliothèque, de passer le col honnête de la doc. sans se perdre dans les coursives pierreuses des rayonnages bibliographiques mais sans trébucher non plus dans le brouillard des pâtures à estives de la biographie.

tilt dit: 27 janvier 2013 à 21 h 41 min

simple question à propos de « La mauvaise langue » et Mauvaise Langue : S’agit-il d’un seul et même commentateur (à personnalité multiple ?) ou non ?
cela ne me tracasse pas n’ayant ni le fantasme du psy, ni celui de l’éducateur si bien partagés sur ce blog, mais ce La me laisse perplexe .

D. dit: 27 janvier 2013 à 20 h 50 min

Je me range à l’avis de renatocharàbras : à l’impossible nulle mission n’est tenue, ce ne sont pas des lopettes comme Tom Cruise et Ben Hur qui vont me contredire. Il faut raison garder. Je renonce à l’éduquer. Renatoattila peut bien manger de l’herbe, ce n’est plus mon problème. Qu’il recouvre sa liberté, renatomoustaka, grand bien lui fasse.

Tilt, ne secouez pas trop renatorangina, il est fragile. Je dis ça pour votre bien à tous deux.

tilt dit: 27 janvier 2013 à 19 h 57 min

d , merci de me rappeler que j’ai oublié une virgule après Léonor. je ferai patte de velours, comme Brueghel, pour le reste de la soirée !

JC dit: 27 janvier 2013 à 19 h 39 min

Triomphe pour la manifestation parisienne sur le mariage pour tous, baptisée par les rétrogrades, adeptes du statu-quo : « Je vais pouvoir épouser mon chat, mon cheval, mon concierge ! ».
La Police Indépendante du Pouvoir, la PIP, a compté 1 million de manifestants pacifico-spécifiques. Elle est parfaite la police pétillante.
Hollande est content, Belkacem est ravie, le pays est sur la bonne voie, les militaires boivent du petit lait au Mali et vont gagner une guerre, enfin !
Pour les jobs, on patientera, Arnaud s’en occupe ! Gé-nial !

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 19 h 37 min

erratum (supplément à 19h 27)

Mais je n’ai pas fait fond sur ces méchantes langues
Et j’ai voulu gager que c’était faussement…

Alzimémère, alzimémère…

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 19 h 27 min

erratum (supplément à 19h16)

 » Mais je n’ai pas fait fond sur ces méchantes langues  » Oh lô lô (V. Stein), ce que c’est que de ne pas savoir par coeur ses classiques.

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 19 h 16 min

Je ne voudrais pas relancer la polémique, mais quelques voisins m’ont dit que Chaloux aurait déclaré,sur un blog littéraire connu (pas celui-ci) que Greuze était l’auteur de « l’Enterrement à Ornans ». Mais je n’ai point fait foi sur ces méchantes langues et j’ai voulu gager…Mon Dieu, ne gageons point, je perdrais sûrement… Quoi, c’est la vérité, que Chaloux ?… Chose sûre, mais ce n’était point Greuze : c’était Thomas Couture !

Giovanni Sant'Angelo dit: 27 janvier 2013 à 19 h 10 min


…nous somme conscient de protéger la république contre elle-même,…chacun y met du sien,…parbleu,…
…surtout avec les nombreuses écoles du lobbying et management du peuple pour son bonheur,…constant,…de l’impartialité des lois,…

…mais,…il faut que je vous dise madame la marquise,…que votre sommeil de blanche-neige,…fait poindre à votre ciel en cime,…
… » un nuage de rapace,…des vautours,…des faucons,… »,…
…la chasse ouverte aux intégrations – répulsions de connivence sont un plat encore apprécier,…vous nous feriez l’honneur d’être de la fête,…partagez en France démocratique en part égale d’objectivité pour nous en donnez des forces de « justice littéraire »,…parbleu comme c’est bien dit,…a table,…
…mais encore,…
…à toute innovation technologique,…l’esprit mais en exergue des éléments mécaniques  » nouveaux »,…qui serait très approprier s’ils avaient même été inventer avant,…les projet d’innovations,…
…en somme le progrès est nocif aux profits dans les systèmes séculiers des bénéfices sur les peuples,…
…je vous est compris,…restons dans le lettré des fluides communicants à défauts de s’en sortir du pétrin,…toujours seul,…
…etc,…chacun pour sois,…et blanche-neige pour tous,…peindre des cloaques,…

D. dit: 27 janvier 2013 à 18 h 25 min

tilt, ce que vous dites est parfaitement déplacé. Et vos jeux de mots sur Léonor défini indéfini sont indignes d’un blog aussi prestigieux.

tilt dit: 27 janvier 2013 à 18 h 21 min

du syndrome de la Tourette
confondre Oliver Sacks et Le Corbusier , c’est évidemment inquiétant . quand je vous dis que l’on sous estime les dangers que l’on court dans ces déplacements d’articles et de confusion entre fini comme Léonor défini, et indéfini

W dit: 27 janvier 2013 à 18 h 20 min

D vous étiez drôle vous voilà suspect ,vous devriez opter pour une coupe radicale ou changer de pseudo ou cesser de parler d’amour ,ce n’est pas une valeur refuge.Il est question de batailler autours d’une sauvegarde de l’intégrité d’une mémoire ,de quoi sourire au quotidien du spectacle

renatornasabbia dit: 27 janvier 2013 à 18 h 16 min

Ah ! ceux qui se croient investis de quelque chose… une mission, par exemple ! ne pourraient-ils pas faire de l’esprit sans prétextes ?

bof dit: 27 janvier 2013 à 18 h 10 min

D. je vous avais justement repris sur la ciboulette, sachez que pour l’aligot je serai sans pitié! je pense que vous risquez gros, vu vos compétences gastronomiques plutôt faiblardes

D. dit: 27 janvier 2013 à 17 h 58 min

Vous croyez que cela m’amuse de multiplier les commentaires ? C’est une tâche à laquelle je m’astreins par devoir chrétien, car vous vous égarez trop souvent.

D. dit: 27 janvier 2013 à 17 h 55 min

renatosassafra, vous semblez oublier que j’ai une mission. Lorsque je commente, c’est surtout pour vous faire chiller, comme dit l’un de mes bons amis, qui est aussi un grand copain de Jacques Barozzi.

W dit: 27 janvier 2013 à 17 h 47 min

Suffragette je connaissais l’usage de la photocopieuse mais jusque sur ce blog vous sortez du domaine de la copie pour rejoindre celui que vous ne devriez pas oublier qui manque d’originalité et d’imagination,que dire des moyens au besoin d’authentifier une adresse …Le sujet du jour ne vous inspire donc rien?D’autre?

un faux D. (just passing) dit: 27 janvier 2013 à 17 h 45 min

A propos de Florence Cassez et de Régniez se demandant comment elle a pu entendre les cris atroces des otages sans se poser de questions : l’enquête de l’Eglise catholique a établi que les otages ne se trouvaient pas au ranch et que les victimes n’ont pas été retrouvées dans ce ranch (où FC n’habitait d’ailleurs plus) mais dans un appartement de Mexico un mois auparavant.
La Cour suprême n’a pas seulement statué sur un simple « vice de procédure », elle a eu en main les témoignages écartés par l’instruction, notamment ceux du gardien du ranch, d’un témoin de l’arrestation (laquelle a eu lieu sur une route et non pas au ranch) et des victimes qui ont innocenté FC, avant de se rétracter un mois plus tard en disant qu’elles n’étaient plus très sûres…
A part ça, FC est peut-être coupable de quelque chose (de quoi? c’est une autre question) mais, dans le doute, la moindre des choses est, me semble-t-il, de lui foutre la paix.

renatornasabbia dit: 27 janvier 2013 à 17 h 37 min

Malheureusement dédé, lorsqu’on dit ne jamais être sorti de l’enfance c’est qu’on en est definitivamente sorti, autrement on ne pourrait pas le dire.

D. dit: 27 janvier 2013 à 17 h 30 min

Non, renatobarbapapa, je ne retombe pas en enfance puisque je n’en suis jamais sorti. Vous ne lisez donc jamais mon ami Thierry ? Mais c’est vrai que depuis quelques temps je vous défends beaucoup contre vos ennemis intérieurs, à l’intérieur de ce blog je veux dire. Un signe de régression vous dites ?

Jacques, moi aussi je vous aime. Je n’ai rien contre les langues de… Oubliez. Je vous aime, point barre.
Je reviens à la ligne pour dire à Daaphnée que mon copain bouguereau est atteint du syndrome de la Tourette et qu’il n’est pas charitable de se moquer de lui.

renatornasabbia dit: 27 janvier 2013 à 17 h 18 min

‘Sabbia’ est avant tout un nom commun, Jacques, comme ‘rena’ du reste.

Voyons en peu d’italien, Jacques.

Rena s. f. Variante de ‘arena’, dans la signification de ‘sable’, spécialement dans l’art des maçons — rena di mare, di fiume, di cava (carrière) — et dans l’usage littéraire — Dante: « come la rena quando turbo spira ».

renatornasabbia dit: 27 janvier 2013 à 16 h 42 min

 » ..c’est une synergie », qu’il dit, et voilà que la RdL devient un espace Buckminster-Fullerien de comédie…

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 16 h 42 min

Ah, les petites phrases bien salaces, prononcées dans le feu de l’action, le boug !
Certains ici préférent sans doute faire la cuisine, sans bruit, lulmère éteinte, rideaux tirés, sous le crucifix ?

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 16 h 40 min

t’as besoin de te concentrer vontraube..si tu te disperses et n’est pas comme une micheline sur ses rails tu vas dans le fossé..chacun ses trouilles

D. dit: 27 janvier 2013 à 16 h 40 min

Je vais vous faire un aveu qui me coûte, renatocharabia : cela fait quinze longs jours que je ne suis pas allé à la messe. J’ai bien vu que ça ne plaisait pas à monsieur Philippe. Je promets de faire des efforts, de remettre un peu d’ordre dans ma vie, d’appeler le plombier et de me replonger dans le latin et le vin de messe. L’aligot et la vodka, c’est péché. Je vais écrire un roman sur l’aligot, j’ai entendu qu’on avait le droit tant qu’on ne faisait pas l’apologie de la luxure. Je dirai du mal de l’aligot, promis. Il n’a qu’à bien se tenir !

Thierry Kron dit: 27 janvier 2013 à 16 h 35 min

Bouguereau, les cochonneries susurrées « avant » sont la présentation du menu du jour. Pendant, cela fait trop de bruit, comme les cocotes-minute où la vapeur en s’échappant fait hurler un sifflet. Mais, chacun ses fantasmes, ce qui compte c’est de tomber sur un ou une partenaire ayant les mêmes envies, de préférence au même moment.
Je n’aime pas les gloussements, vous semblez les aimer.
Cela doit être facile pour une femme, de vous faire croire qu’elle prend son pied, suffit qu’elle crie comme les pleureuses grecques. Mais là, on n’est pas dans le sujet de la Note.

renatornasabbia dit: 27 janvier 2013 à 16 h 33 min

N’écoutez que votre cœur D. Pour ne pas vous tromper apuriez votre pouce droit sur le dessous du poignet gauche à la hauteur du pouce…

Daaphnée dit: 27 janvier 2013 à 16 h 32 min

tsss, le Boug’, je savais bien que vous étiez un grand timide … bien à l’abri derrière tous ces propos osés !

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 16 h 28 min

Et il faut que j’apprenne à mieux intervenir à bon escient, de façon synthétique et moins dispersée

tu fais trop rapidement ton autocritique dédé..tu te moques du tribunal et tu sens l’hérésie relapse à plein nez..un coup de poire d’angoisse te ferait réfléchir

D. dit: 27 janvier 2013 à 16 h 27 min

Je ne sais même pas si ma place est bien ici. Certains me disent que oui, d’autres que non.
Je vais devenir fou, à force.

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 16 h 24 min

les cochonneries sussurées sont complétement désinterressées vontraube mais l’amour sait user de tout, et sans mots il est comme un steack sans poivre..pour la cocotte qui siffle, explique toi davantage vontraube, tu finis un peu vite

D. dit: 27 janvier 2013 à 16 h 22 min

Pardon, Bouguereau. Je reconnais que mes intervention n’ont pas toutes été brillantes ces derniers jours. Et il faut que j’apprenne à mieux intervenir à bon escient, de façon synthétique et moins dispersée.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 16 h 14 min

Et nous n’entendons pas Abdelkader quand son copain Assad massacre des milliers de Palestiniens en Syrie en bombardant les camps ! Même hypocrisie.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 16 h 08 min

On est en plein révisionisme ! À croire que la France est devenue l’URSS d’autrefois par une bien étrange translatio studii…

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 16 h 06 min

C’est la même hypocrisie pour parler des années 30 que pour parler du terrorisme aujourd’hui, alors que l’UE n’a toujours pas reconnu le Hezbollah comme organisation terroriste :

« Pour le Mali, on nous parle de « terroristes », de « dictature islamiste », mais s’agit-il d’autre chose quand on parle de Gaza, si chère au cœur des journalistes et des grandes âmes françaises, ou quand on parle du Hezbollah ? Le président parle de « détruire » les terroristes. Imagine-t-on le scandale si ces mots avaient été proférés par Natanyahou, et il ne les a jamais proférés ! Imagine-t-on combien la courageuse France-Angleterre serait incessamment intervenue pour empêcher Israël de détruite le QG du Hamas caché dans l’hôpital de Gaza et d’aller jusqu’au bout de l’élimination de ce clan terroriste ! On nous dit qu’au Mali les terroristes utilisent les civils comme boucliers humains mais que ne reconnaît-on pas la chose quand il s’agit de Gaza ? Et cela a-t-il empêché que ,dans les premières 48 heures de l’engagement français, 148 personnes auraient trouvé la mort dans les frappes aériennes françaises, soit presqu’autant qu’à Gaza (169 morts) en 8 jours malgré les 1500 frappes ciblées de l’armée israélienne ? Nous n’avons vu aucun journaliste français sur le terrain, échappant à la censure militaire de l’armée française, nous faire vivre en direct ce que vit une famille malienne entre bombardements et terroristes. On ne voit que des civils célébrant la France et des tanks français. Un silence glauque pèse sur cette opération et les médias et les grandes consciences journalistiques ne font que diffuser l’information officielle de l’armée. Personne n’a parlé des exactions auxquelles se serait livrée l’armée malienne : les villes sont interdites aux journalistes. »
(Shmuel Trigano, chronique récente).

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 16 h 04 min

Mais j’aime beaucoup D., boule de gomme. Je suis seulement navré de le voir gâcher son talent par des scénarios d’échec et des fuites masquées dans lesquels il se complait un peu trop à mon goût !

mystère et boule de gomme dit: 27 janvier 2013 à 16 h 01 min

w est une invention du d historique ,celui que jacques barozzi et thierry kron n’aiment pas?je suis perdue et affolée et contrite

D. dit: 27 janvier 2013 à 15 h 52 min

W dit: 27 janvier 2013 à 13 h 19 min

Je crois pouvoir avancer être tout à fait en accord avec 13h04 impossible d’être un peu antisémite comme on ne peut pas être un peu amoureux ,on l’est ou pas avec tous les effets que ce sentiment et prise de position impliquent.
___________________________
C’est tout à fait exact

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 15 h 39 min

Votre façon de juger une historienne par son appartenance politique, c’est-à-dire par sa personne, est une attitude typiquement fasciste.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 15 h 38 min

Et alors ? de quel poids sont ces attitudes devant les archives qui viennent les contredire ? Les archives sont têtues. Vous aussi, en sens inverse, mais sans archives.

Joseph dit: 27 janvier 2013 à 15 h 36 min

En réponse à « Mauvaise langue », toutes les opinions sont respectables: la preuve en est que La Rocque donna de maigres rations de pain à des communistes partageant sa cellule du Cherche-midi ! Des communistes comme René Andrieu ont toujours respecté le passé de La Rocque, anti-nazi !
Je vous dirais volontiers: qui n’est pas communiste n’est pas forcément fasciste. Cette vieille dialectique a je l’espère pour vous, fait son temps !

Thierry Kron dit: 27 janvier 2013 à 15 h 16 min

@ bouguereau dit 27 janvier 2013 à 13 h 55 min: Vous avez tout faux, monsieur dildo. Je n’ai jamais ressenti le besoin de susurrer avant quoi que ce soit, et pendant plus besoin de descriptif ou de mode d’emploi. Chacun sa manière, jeder Topf findet sein Deckel und umgekehrt ! J’ai toujours eu une certaine gène avec les cocotes-minute en train de siffler.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 15 h 12 min

Communiste patentée, et alors ? C’est quoi cette façon de faire de l’histoire ! sinon une façon fasciste. Vous nous parlez du contenu de ses arguments ?

Oui, inutile de poursuivre avec des gens comme vous qui refusez de voir les archives, que cite Annie Lacroix-Riz, toute communiste qu’elle soit.

Vous faites partie des Français qui refusent de voir l’abomination de la France de cette époque. ce faisant vous faites partie des gens, des responsables qui sont en train de détruire l’enseignement de l’histoire en France. L’histoire est trop dangereuse à raconter aux nouvelles générations.

Joseph dit: 27 janvier 2013 à 15 h 08 min

Si donc pour vous, Annie Lacroix-Riz, communiste patentée, est plus sérieuse dans ses travaux que Robert Paxton ou Pascal Ory (sans parler de tous les autres), inutile de poursuivre ce dialogue de sourds. Si vous êtes encore « ouvert », consultez donc la biographie de Nobécourt sur La Rocque qualifiée « d’incontournable » par Jean Lacouture dans le Nouvel Obs : Nobécourt évacue cette soi-disant accusation de financement, tant par les nazis que par les fascistes: il a ratissé toutes les archives !

suffragette dit: 27 janvier 2013 à 15 h 06 min

je vote pour la suppression de la fausse W de 13H57 ,sans cela l’usage de ce blog continuera d’abriter ce genre d’intervention malsaine et quand bien même elles satisfont son émetteur ,cette petite frappe pollue la sociabilité du lieu

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 14 h 56 min

Joseph, vous faites parti de ceux, que vous citez, qui vont une lecture mensongère de l’histoire. La Roque était non seulement fasciste mais Annie Lacroix-Riz a montré grâce aux archives qu’il était financé par les nazis.

Joseph dit: 27 janvier 2013 à 14 h 52 min

Le dialogue que susciste l’excellente chronique de Pierre Assouline sur cette affaire La Rocque démontre que l’intolérance continue d’animer les esprits, comme en pleine polémique des années trente !
Il est tout de même inouï de songer qu’une revue universitaire -la RHMC- sous prétexte qu’elle est tenue par des universitaires s’adressant exclusivement à d’autres universitaires, considère qu’elle détient « la » vérité, qu’elle ne peut donc être contestée, en dépit d’erreurs du même calibre que celles commises par un amateur d’histoire sortant à peine du Bac… De surcroit, la revue trompe son lectorat en affirmant « promouvoir le dialogue autour des enjeux de l’écriture de l’histoire », un dialogue qu’elle proscrit en l’espèce, ce que Pierre Assouline a eu raison de signaler pour alerter des lecteurs abusés !

Essayons d’en sortir en prenant en compte les appréciations d’observateurs incontestés ou « référants », qui donnent autant de poids au relevé objectif de Pierre Assouline.

=> Sur La Rocque et l’antisémitisme:
Robert Paxton :
« le colonel de La Rocque, dont le PSF (successeur des Croix de Feu) entendait certainement être un nouveau mouvement de masse de la droite, encore qu’il refusât la violence et l’autoritarisme fascistes, refusa explicitement de se rallier au camp antisémite. Il en résulta des divisions au sein du mouvement (des adhérents d’Algérie et d’Alsace protestèrent), et de rudes attaques de la part des groupes extrêmistes ». Paxton cite en référence notamment le libelle de Henry Coston, « un des publicistes antisémites les plus actifs ». Cf. « La Rocque et les Juifs, un nouveau scandale » (dans « Vichy et les Juifs », page 76, Livre de Poche, 2004).
Le Grand Rabbin Haim Korsia, dans sa biographie du Grand Rabbin Kaplan, lequel fut un ami du colonel de La Rocque -il présida plusieurs cérémonies Croix de Feu en souvenir du sacrifice des Anciens Combattants Juifs tombés au champ d’honneur », écrit : « Le colonel de La Rocque n’hésita pas à présenter l’antisémitisme comme un sentiment anti-français, mettant en péril l’union sacrée construite dans les tranchées » (Cf. « Etre Juif et Français, Jacob Kaplan, le Rabbin de la Républque », Ed Privé, 2002, p. 72).

=> Sur La Rocque sous Vichy:
Jean-Paul Thomas, auteur d’une thèse sur le PSF qui, après avoir rappelé que « La Rocque s’est opposé au Statut des Juifs avant même sa promulgation », précise :
« On ne peut répéter les multiples sources archivistiques et policières confirmant que l’opposition de La Rocque au Statut des Juifs et à ses effets concrets fut constante jusqu’à son arrestation en 1943. » (« A droite de la droite », droites radicales en France et Grande Bretagne au XXe siècle, Presses Universitaires du Septentrion, 2012).

=>Sur La Rocque et le fascisme
Pascal Ory signale:
que « le moment Doriot dans l’histoire de la droite française…est venu se briser sur la bonne résistance du pôle républicain…comme dans le parti-pris de modération fait par la seule personnalité unificatrice concurrente de Doriot à l’extrême-droite, le colonel de La Rocque, qui fait le choix du légalisme… »

Deux précisions factuelle enfin:
-nommé au Conseil National de Vichy en janvier 1941, La Rocque fait partie des rares personnalités qui en démissionnent, comme André Siegfried, six mois plus tard.
-Arrêté par le chef de la Gestapo en zone Sud, Geissler le 9 mars 1943, il est interné 5 mois en France dans des cellules de condamnés à mort (Moulins, puis le Cherche-Midi et Fresnes, sans parler de quelques semaines dans la « maison de la Gestapo » à Neuilly où Jean Moulin fit un passage), avant d’être transféré en Allemagne dans une dépendance du camp de Sandbostel, puis de se retrouver aux côtés des « otages politiques » que furent notamment Edouard Daladier, Léon Jouhaux et Paul Reynaud).

renatornasabbia dit: 27 janvier 2013 à 14 h 47 min

John Brown, arrêtez S.VP. de composer des potées illisibles et de dire des conneries. Le droit n’est pas la littérature d’emprunt que vous semblez apprécier tout en parlant de grands auteurs. Le CEM peut émettre un avis, mais cet avis n’a aucunement la force d’un jugement rendu par un tribunal, si c’était le cas nous vivrons en plein dans l’arbitraire. Le cas FC m’est absolument indiffèrent — il m’est beaucoup moins indiffèrent que les gens se trompent d’instance lorsque se forment une opinion.

renatornasabbia dit: 27 janvier 2013 à 14 h 38 min

C’est fantastique, je découvre qu’il y a un tas de similitudes entre Italiens et Français : Au ballon, tout le monde ferait mieux que les entraîneurs ; en politique out le monde a la bonne solution sauf le gouvernement ; justice, presque tout le monde a fait son droit… au bistrot, naturellement ; et ainsi des suite…

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 14 h 37 min

« Quelles sont les competences de CEM ? Est-ce une instance autorisée à juger ? » (rédigé par renatornasabbia)

Oui, Dieu merci c’est une instance autorisée à juger, surtout en cas de faillite des instances officiellement autorisées à le faire. Et d’ailleurs nous sommes tous autorisés à juger, en notre âme et conscience. Si, dans l’affaire d’Outreau, le principal témoin à charge n’était pas revenu sur ses déclarations, les accusés croupiraient aujourd’hui en prison, après avoir été condamnés par « l’instance autorisée à juger », sur la foi des conclusions d’un juge d ‘instruction incompétent. Or les erreurs et les fautes du juge Burgaud ne sont que roupie de sansonnet à côté des abus de pouvoir et des manipulations criminelles de la police mexicaine dans l’affaire Cassez. Sait-on que l’ex- petit ami de Florence Cassez, en prison, depuis sept ans, n’a jamais été présenté à un juge et encore moins jugé? Sait-on que sa soeur, sur laquelle pèsent de graves soupçons de complicité avec son frère, n’a jamais été interrogée ni inquiétée par la police ? Sait-on que le membre du gang qui a accusé Florence Cassez de co-diriger celui-ci, s’est rétracté en affirmant que son témoignage lui avait été extorqué sous la torture ? et ce ne sont là que quelques exemples des pratiques de la police et de la justice mexicaines dans cette affaire.

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 14 h 23 min

Si j’en crois JB, qui connait toutes les pièces des dossiers, puis-je encore me demander :
« Innocent, DSK ? »

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 14 h 23 min

 » mais alors qui sont ces ‘antisémites modérés’, partant du principe qu’ils sont des personnages publics, ou au moins des gens qui influencent les influenceurs, brefs, des agents historiques sinon majeurs, en tous cas, de poids. ( rédigé par Bloom)

Je ne pensais pas spécialement à des personnalités ayant une influence particulièrement forte sur le cours des choses. L’Europe n’a pas attendu le nazisme pour baigner dans un climat d’antisémitisme plus ou moins virulent, plus ou moins policé selon les époques. L’explosion du fanatisme nazi est l’avatar le plus terrible de cet antisémitisme quasiment consubstantiel à l’Europe chrétienne depuis ses origines, et souvent très adouci dans ses manifestations, du moins en Europe occidentale. Antisémitisme diffus, à la fin des années trente, dans une large partie de la population française, toutes classes sociales confondues. C’est lui que les antisémites virulents au pouvoir sous Vichy se sont efforcés d’instrumenter. Il n’est pas question de minimiser les responsabilités des uns et des autres dans cette affaire, mais quand on en vient à parler de complicité, c’est une autre paire de manches, et il conviendrait de prendre des précautions. Cela recoupe directement la question de savoir qui savait et qui ne savait pas. On n’est pas complice si on ne savait pas, ce sera toujours une chose claire pour moi. Il ne saurait y avoir, sur ce point, de demi-mesure car la question est trop grave. Sur ce point, je ne partage pas la conviction de Thierry Kron; il me semble que, dans un très grand nombre de cas, même à un haut niveau de responsabilités, il est très difficile de trancher. En tout cas, l’anathème ne permet pas d’établir la vérité.

JC dit: 27 janvier 2013 à 14 h 18 min

Une certitude partagée, Florence Cassez avait de très mauvaises fréquentations ! Pour le reste, la méconnaissance des pièces du dossier incite à la prudence. Libérée pour vice de forme, ça c’est un fait indéniable …

renatornasabbia dit: 27 janvier 2013 à 14 h 12 min

« Dois-je vous rappeler que la conférence épiscopale mexicaine s’est déclarée… »

Quelles sont les competences de CEM ? Est-ce une instance autorisée à juger ? Si oui, depuis quand ?

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 14 h 08 min

On savait pour le destin réservé aux Juifs pendant la guerre de manière très disparates.

Les USA l’ont su dès la fin de 42.

Les responsables politiques français étaient au courant dès 42.

Les Juifs émigrés de l’Est étaient au courant dès le début de 43 par leur presse en yiddish clandestine.

Les braves gens comme mon père et ma grand-mère ne savaient rien du tout. Les braves Français non plus dans leur immense majorité.

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 14 h 07 min

Et oui, mais vous ne m’empêcherez d’être constamment comme une truie qui doute, JB, je n’ai pas la chance d’avoir vos belles certitudes ! Nous avons les mêmes initiales mais nous semblons différents ?

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 14 h 01 min

Annie Lacroix-Riz nous parlent de l’histoire des historiens de Sciences Po qui refusent le terme de « fascisme ». Elle fait l’historique de cette école d’historien (Réné Rémond, et aussi Winock, etc)

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 14 h 00 min

« La Court suprême du Mexique a statué sur autre chose… ce qui ulcère les Mexicains… »

D’où ma question : « Innocente, Florence Cassez ? »

On a lu la réponse toute en nuance de JB ! (rédigé par Jacques Barozzi)

Il n’y avait pas lieu d’une réponse toute en nuances, Jacques Barozzi. Les détails de l’affaire Cassez se trouvent partout, si on fait l’effort de s’informer. Tous les Mexicains ne sont pas ulcérés par la décision de la Cour suprême. Aussi nombreux , plus nombreux sans doute, sont ceux qui sont ulcérés d’être à la merci d’une justice et d’une police aussi corrompues, et, il faut le dire, capables de tout. En libérant sans conditions Florence Cassez, les juges de la Cour suprême ont annulé toutes les charges qui avaient été initialement retenues contre elle. Cela revient à dire qu’elle a été, de fait, reconnue innocente. Que vous faut-il de plus? Tout accusé est présumé innocent jusqu’à preuve du contraire, n’est-ce pas ? Dois-je vous rappeler que la conférence épiscopale mexicaine s’est déclarée, dès novembre 2011, convaincue de « l’absolue innocence » de Florence Cassez ?

W dit: 27 janvier 2013 à 13 h 57 min

Je vote pour la suppression des faux D ,sans cela l’usage de ce blog continuera d’abriter des interventions malsaines et quand bien même elles satisfont les émetteurs ,ces petites frappes polluent la sociabilité du lieu.

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 13 h 55 min

vontraube c’est l’genre a sussurer des cochonneries aux oreilles des filles.., faut savoir se renouveler et ça motive pour lire des livres..car soimême on se lasse de ce que l’on dit..car on s’écoute parler et du coup ça a pas le même effet non plus..

JC dit: 27 janvier 2013 à 13 h 53 min

D.
je vous aime bien. Ne venez pas à Porquerolles, je vous en supplie !!!

Cette île est devenue le repaire des fachos du pays les plus ignobles (cf. les pertinents du blog) Si vous avez été invité par un de ces ignobles indigènes, c’est pour vous bouffer, vous et votre W ! Des cannibales en liberté ! Il y en a partout !

Ici, on mange de l’humaniste, de l’humaniste froid, de l’humaniste indigné, de l’humaniste sûr de lui, et du gauchiste friqué (pourtant, ceux là, y sont pleins de noeuds).

NE VENEZ PAS A PORQUEROLLES ! Partout ailleurs, mais pas cette île maudite pour détraqués…Vous êtes plus en sécurité à Saint-Denis de la Désunion.

Thierry Kron dit: 27 janvier 2013 à 13 h 49 min

Non aucun sadisme dans le rappel de l’amie de ML.
Que ce ne soit pas « élégant » m’importe peu, la vérité n’est pas toujours politiquement correcte. Quant on est élégant, on doit se limiter à la conversation sur le temps qu’il fait, une conversation pour usagers d’ascenseurs, pour remplir de courts moments de « vivre ensemble ».
Jacques qui parle de notre conversation, à propos de D., n’est pas élégant non plus. Mais j’assume, je l’ai aussi écrit, en son temps sur la RdL.
Depuis quelques temps des plaisantins signent D. et n’ont rien à voir avec le troll qui sévit depuis 2005. Est-ce amusant ? Parfois oui, parfois on peut se demander pourquoi la modération ne supprime pas.
Quant au commentaire de 13:32, franchement, ni Jacques Barozzi, ni moi-même, n’ont été particulièrement frustrés au cours de nos vies d’adultes.
Quant à votre signature, c’est anonyme et se veut éducatif, bref, je l’ai lu et vais oublier, le temps de fermer mon ordinateur.

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 13 h 47 min

Je suppose que parmi les antisémites « très modérés »

tous coupabe kabloom..les pacifiss..les femmes les enfants les vieux (haa surtout les vieux!) tousse!..les survivants..les collabos.. les papa a keupu, les filles du papa a keupu le collabo, chte dis pas !..les derniers on les pousse dans les champs de mine !…haaaaa ça fait du bien

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 13 h 45 min

enfin je parle du gourdin de tarentino baroz..pas celui de tom of finland..enfin de lassouline de finlande

W dit: 27 janvier 2013 à 13 h 40 min

bien que ça n’ait aucune espèce d’importance Jacques Barozzi,ne cherchez pas W du coté de Georges Perec,mes piles ne contiennent qu’un titre de cet auteur et c’est « la vie mode d’emploi ».

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 13 h 38 min

Oui, j’aime beaucoup l’aligot, D.
Moi, je réponds simplement aux questions simples ou complexes, je ne cherche pas à les fuir inlassablement, ainsi que vous le faites ici, sous un motif fallacieux…

Nous sommes tous des D. allemands dit: 27 janvier 2013 à 13 h 37 min

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 13 h 06 min
D., une de nos connaissances communes, récemment rencontrée à Paris, pense que vous auriez eu à subir des préjudices sexuels dans votre enfance de la part de votre père.

Avec toutes les confidences de Thierry sur son enfance, son père, etc., tout cela résonne étrangement, n’est-ce pas ?
Vous ne m’avez pas répondu : vous aimez l’aligot ou pas ?

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 13 h 32 min

Je viens d’achever l’écriture d’un roman : le premier qui me semble réellement abouti.
A première relecture, il me parait plutôt bon ; à d’autres moments, je suis envahi d’un doute !
Ca ne ressemble à rien et pourtant je m’y reconnais pleinement.
Que vais-je faire de ce manuscrit ?
Un de plus à remiser dans le tiroir aux inédits ?
Et si…
Si !

(c’est plus évident ainsi)

Nous sommes tous des D. allemands dit: 27 janvier 2013 à 13 h 32 min

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 13 h 06 min
D., une de nos connaissances communes, récemment rencontrée à Paris, pense que vous auriez eu à subir des préjudices sexuels dans votre enfance de la part de votre père.

Vos plaisanteries deviennent assez malsaines, Jacques. En avez-vous conscience ? Thierry, votre triste modèle, votre reflet dans ce commentaire, sous le billet précédent, évoquait sadiquement une disparue pour contrer ML : serait-ce là la lie, lalala, qui remonte à la surface de vos cerveaux asséchés par des décennies de frustrations en tout genre ? Non, je ne peux y croire, pas vous.
Mais parlons sérieusement : aimez-vous l’aligot Jacques ?

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 13 h 28 min

Je viens d’achever l’écriture d’un roman. Le premier qui me semble réellement abouti.
A première relecture, il me parait plutôt bon ; à d’autres moments, je suis envahi d’un doute et trouve tout cela navrant !
Ca ne ressemble à rien et pourtant je m’y reconnais pleinement.
Que vais-je faire de ce manuscrit ?
Un de plus à remiser dans le tiroir aux inédits ?
Et si…
Si !

(ainsi réécrit, chaque majuscule en début de phrase décline les lettres de mon prénom)

W dit: 27 janvier 2013 à 13 h 19 min

Je crois pouvoir avancer être tout à fait en accord avec 13h04 impossible d’être un peu antisémite comme on ne peut pas être un peu amoureux ,on l’est ou pas avec tous les effets que ce sentiment et prise de position impliquent.

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 13 h 19 min

Je viens d’achever l’écriture d’un roman.
Le premier qui me semble réellement abouti.
A première relecture, il me parait plutôt bon.
A d’autres moments, je suis envahi d’un doute et trouve tout cela navrant !
ça ne ressemble à rien et pourtant je m’y reconnais pleinement.
Que vais-je faire de ce manuscrit ?

Thierry Kron dit: 27 janvier 2013 à 13 h 18 min

John Brown, ne venez pas raconter que les fonctionnaires de Vichy, n’étaient pas au courant des KZ, et du caractère des incarcérations. Pour la « solution finale » il est certain, que personne pouvait prévoir avant la conférence de Wannsee. Maurice Papon et Bousquet, devaient bien se douter que les convois ne partaient pas de Paris, pour se rendre dans les stations balnéaires de la mer Baltique. Ne pas oublier non plus, qu’en Alsace, dans un KZ nommé Strutthof, il y avait des exécutions et un four crématoire (j’ai un livre sur le Strutthof). Et puis, en 2011, j’ai pas mal voyagé entre Berlin et Stralsund, spécialement entre Berlin et Neubrandenburg, je me suis arrêté à Ravensbrück, ville charmante au bord d’un lac. D’un coté, la ville et son château et de l’autre coté du lac, le camp. Cette région, près de Berlin, comporte plusieurs KZ, pas tous donc cachés dans des forêts. Alors, arrêtons de croire, que les gens ne savaient rien. Sans oublier les KZ mis à disposition des industriels (50 Entreprises privées en Allemagne) allemands ou ailleurs ? On trouve cette liste sur internet, et pour la France ou la Belgique, je n’ai rien trouvé.
Et je crois me rappeler qu’un commentateur faisait mention d’une usine de produits chimiques française, travaillant aussi sur les produits utilisés pour gazer les prisonniers des KZ.
Je ne crois pas que la solution finale eut été un secret, peut-être que son coté industriel était inimaginable, mais nous faire croire que les camps étaient uniquement des camps de travail, sorry, cela ne passe pas.
Les Allemands, les Alsaciens enrôlés dans les troupes du Reich, ceux qui partirent sur le front de l’Est et en Ukraine, étaient tout à fait au courant, du génocide.

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 13 h 09 min

L’invention de W. est-il lié chez vous à un souvenir d’enfance, D. ? Réel ou imaginaire, emprunté à une lecture plus récente sans doute ?

D. dit: 27 janvier 2013 à 13 h 07 min

Par contre pas de merguez, s’il vous plaît, on ne sait jamais ce qu’il y a dedans et c’est un peu vulgaire.

Giovanni Sant'Angelo dit: 27 janvier 2013 à 13 h 07 min


…études des comportements des peuples pour se prévaloir d’une supériorité à perpétuer des privilèges,….et monopoles vis à vis des autres peuples à en rabattre de la digue donc,…domestiques à merci,…
…etc,…

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 13 h 06 min

« Bonjour renato. Puisque vous insistez, je vous appellerai papa. »

D., une de nos connaissances communes, récemment rencontrée à Paris, pense que vous auriez eu à subir des préjudices sexuels dans votre enfance de la part de votre père. Vous voudriez renouveler l’expérience avec renato ?

Bloom dit: 27 janvier 2013 à 13 h 04 min

Bien lu votre réponse, John Brown, mais alors qui sont ces ‘antisémites modérés’, partant du principe qu’ils sont des personnages publics, ou au moins des gens qui influencent les influenceurs, brefs, des agents historiques sinon majeurs, en tous cas, de poids.

D., roulez tambour dit: 27 janvier 2013 à 13 h 04 min

W, merveilleuse W, locomotive de mon âme, sachez qu’en prononçant « D. » comme vous le faites, telle une Romy Scheider bienveillante, vous serez toujours dans le sujet. Relisez Marguerite Duras, elle parle souvent de moi dans la Douleur et Les Carnets.

D., roulez tambour dit: 27 janvier 2013 à 12 h 59 min

Il y n’y a pas de justice orale au Mexique, de grandes plaidoiries avec effets de manchot-sur-la-banquise, pas de grandes glissades histrioniques, c’est une justice « écrite ». Je sais ça de source sûre, ne le répétez pas.
Bonjour renato. Puisque vous insistez, je vous appellerai papa.

W dit: 27 janvier 2013 à 12 h 58 min

D bien sur comme tout le monde je connais l’aligot,nous en avions pris il y a très longtemps lors d’un court séjour à Lioran 15300 au petit restaurant populaire comme le front du même nom situé à coté du Bec de l’aigle,ceci dit vous ne me rencontrerez pas sauf digression sur ce billet car je ne possède en tout et pour tout document historique que le numéro 144 juillet 1980 d’archéologia /merveilleuses fresques du Sahara fertile,cathares et Bogomiles,villes médiévales d Bulgarie,sculpture romane en Normandie;c’est un peu loin du sujet.

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 12 h 57 min

« La Court suprême du Mexique a statué sur autre chose… ce qui ulcère les Mexicains… »

D’où ma question : « Innocente, Florence Cassez ? »

On a lu la réponse toute en nuance de JB !

C.P. dit: 27 janvier 2013 à 12 h 57 min

alec, je fais confiance à Jeanneney, peu soupçonnable d’aimer les factieux et défenseur parfois chagrin de l’Etat (voyez son petit livre de l’an passé, « L’Etat blessé », dans la collection « Café Voltaire » de Flammarion). Comme d’autres gens plutôt « de gauche » il a essayé naguère d’être juste pour le PSF et de La Rocque.

J’ai le souvenir de Paxton assez léger, à la fois pour ce qui concerne les Croix-de-Feu puis le PSF, minimisés, ET pour de La Rocque, expédié comme banal fasciste. Ce ne sont pas tout à fait les termes, mais je ne suis pas loin. A retrouver ? Je crois que vous avez raison sur des retraits par rapport à Paxton, mais lorsque l’on parle plus ordinairement aux Etats-Unis des années 30 à 47, on fait un sombre paquet-cadeau.

Je suis intervenu sous ce billet, alors qu’abdelkader dit que nous remuons bien du passé, surtout parce que m’intéressent les postures des écrivains et des artistes dans cette même période. John Brown a raison : ce n’est pas simple, et on en apprend tous les jours. J’ai des surprises encore en lisant le « Journal » de Jacques Lemarchand. Et puis, j’ai hérité de pamphlets publiés en 1947 aux éditions de la Couronne, et qui relèvent, disons, d’un voltairianisme de droite : un « Voyage en Absurdie » signé « Arouet » (!), un « Traité de l’Intolérance » signé « Romain Motier » (Marc Court sait peut-être s’il s’agit ou non d’André Thérive ?). Eux aussi sont instructifs, avec des noms à peine déguisés d’épurants et d’épurés.

Bien, mais je suis trop loin de La Rocque maintenant ?

renatornasabbia dit: 27 janvier 2013 à 12 h 51 min

« Mais, elle a été libérée, alors acceptons le jugement. »

Il n’y a pas eu de jugement, Thierry. La Court suprême du Mexique a statué sur autre chose… ce qui ulcère les Mexicains…

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 12 h 50 min

« Aucun incitation à la haine raciale, au meurtre chez Céline, is it not? » (rédigé par Bloom)

Céline n’a rien d’un antisémite modéré : ai-je prétendu le contraire ? Nul plus que moi ne déplore les délires antisémites de cet écrivain, romancier si admirable par ailleurs.

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 12 h 45 min

« Et la littérature dans tout çà ? » (rédigé par Jacques Barozzi)

Mais la littérature est faite de tout ça. Que de sujets pour les goncourables des années 2020/2030 !

Bloom dit: 27 janvier 2013 à 12 h 45 min

. Il faut être de bien mauvaise foi pour accuser en bloc les antisémites (souvent très modérés) européens de l’entre-deux guerres de complicité avec les horreurs des camps de la mort, qui restent une spécialité exclusive du nazisme allemand.

Je suppose que parmi les antisémites « très modérés » (voilà-t-y pas l’occis mort?), vous incluez le bon docteur Destouches?
…les principales dispositions des Protocoles … Rien n’est plus revigorant que cette lecture pour un Aryen.…C’est les […] de Londres, de Washington et de Moscou qu’empêchent l’alliance franco allemande …Et puis, pour être colonisés, pour vous dire bien franchement la chose, on peut pas l’être davantage que nous le sommes aujourd’hui par les […] par les nègres [..]. Par des métis, des mâtinés…
Aucun incitation à la haine raciale, au meurtre chez Céline, is it not?

D., le roi de l'aligot-choucroute dit: 27 janvier 2013 à 12 h 40 min

Je peux payer, JC, si vous êtes vraiment fauché. Et je vous promets que W se tiendra bien pour une fois.

D., le roi de l'aligot-beluga dit: 27 janvier 2013 à 12 h 37 min

Beaucoup de questions. Je vous laisse réfléchir à la première, la plus essentielle.

D. dit: 27 janvier 2013 à 12 h 36 min

Et puis non, ne me répondez pas, W. Cela m’est complètement égal que vous aimiez ou non l’aligot. Surtout que je vous soupçonne d’être assez anti-saucisses.

D., le roi de l'aligot-beluga dit: 27 janvier 2013 à 12 h 36 min

JC, je dois venir à Porquerolles, tantôt, où je suis convié très chaleureusement. Pour un Festival, vous devinez lequel. Vous m’inviterez à boire un verre, dites ? Il y a de la vodka dans votre patelin ? Vous pouvez héberger W ? Je peux me fier à votre courtoisie vieille France ?

Jacques Barozzi dit: 27 janvier 2013 à 12 h 27 min

A part que dans tes deux commentaires sur les journalistes historiens approximatifs, tu as oublié de nommer Passou, D.
Langue de pute et lêche cul !

Avec le cas de Michelle Tabarot, députée-maire du Cannet et numéro 2 de l’UMP, et de son frère, qui s’apprête à conquerir la mairie de Cannes, et qui défendent tout deux la mémoire de leur père, activiste notoire de l’OAS, Passou a encore de bons sujets de notes polémico-politico-historico-hystériques devant lui ! Et la littérature dans tout çà ?

Philippe Régniez, votre copain éditeur s’exprime comme un cochon : « Mais, mises à part de ces considérations littéraires, ce texte constitue un document précieux. »

D., le roi de l'aligot-saucisses dit: 27 janvier 2013 à 12 h 23 min

Revenons au sujet. Un zeste de discipline ne peut pas nuire.
W, je ne vous ai pas demandé, vous aimez l’aligot ?

JC dit: 27 janvier 2013 à 12 h 17 min

Parfait, Diagonal, parfait !
Les Champs de la RdLpour laver les Zobrobes ! Une épée pour les aristos, un sabre pour les mirlitaires, une Bible pour les culs-bénis, et soyons mouderne : un gourdin pour tous !
Que Dieu reconnaisse les siens …!

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 12 h 17 min

“les horreurs des camps de la mort, qui restent une spécialité exclusive du nazisme allemand. »: nous rédige John Brown, sans sourciller.: (rédigé par Thierry Kron)

Il n’y a pas lieu de sourciller, puisque c’est la vérité. Ce que vous dites ne fait que conforter mon assertion. Les seuls complices directs non-allemands de la Shoah furent des auxiliaires de diverses nationalités acquis aux thèses national-socialistes, souvent employés dans les camps, comme l’Ukrainien Demjaniuk. A partir du moment où des antisémites (ou non-antisémites) impliqués dans la politique antisémite de leurs gouvernements (comme celui de Vichy) restèrent dans l’ignorance complète de l’existence des camps de la mort (comme je reste persuadé que ce fut le cas de Maurice Papon), on ne peut pas, à mon sens, les accuser de complicité, sauf à faire un usage bien curieux de la notion juridique de complicité. Comment peut-on être jugé complice d’un crime dont on ne connaît même pas l’existence ? L’émotion justifiée provoquée par l’énormité des crimes nazis a accouché de cette monstruosité juridique.

Diagonal dit: 27 janvier 2013 à 12 h 09 min

« C’eut été l’occasion d’en débattre, justement, sans en venir à des gros mots tels que « droit de réponse ». D’autant que la RHMC assure viser à « promouvoir le dialogue autour des enjeux de l’écriture de l’Histoire » entre les historiens et ceux qui les lisent. Y compris les héritiers d’un nom illustre. Car une faute publique ne peut recevoir de correction que publique. N’est-ce pas la vertu du bon vieux courrier des lecteurs ? »

Il suffirait que les héritiers de La Roque, qui ne parviennent apparemment pas à se faire entendre, viennent exposer devant le Tribunal de la RDL, toutes les (prétendues) erreurs, stupidités et malveillances proférées contre leur ascendant.
Je ne vois guère que cette nouvelle instance, la RDL, courageux arbitre des élégances historiques pour vider sur la prairie virtuelle cette douloureuse querelle mémorielle et départager les protagonistes de leurs fourvoiements respectifs… « Car [comme il est dit ici avec beaucoup de martialisme],une faute publique ne peut recevoir de correction que publique ». Or, où pourrait-on bien fesser puis pardonner les fautifs après une bonne pesée de leurs arguments ailleurs qu’en cette République de papier, autorité morale indiscutable ?

D. à l'aligot dit: 27 janvier 2013 à 11 h 59 min

Ouida, depuis que monsieur Philippe vous a rempaillé l’arrière-train, vous piquez quand vous faites la bise. Ce n’est qu’un avis personnel mais il ne m’étonnerait pas que bouguereau soit d’accord.

D. à l'aligot dit: 27 janvier 2013 à 11 h 56 min

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 8 h 41 min
Peut-être, mais il n’en reste pas moins que cette « historienne » américaine semble avoir fait un travail de cochon

Tout est bon dans cette historienne américaine. CQFD. Demandez à bouguereau si vous ne me croyez pas.

jiss dit: 27 janvier 2013 à 11 h 54 min

 » il inquiétait assez les esprits pour qu’on laisse croitre et embélir adolf..surtout aprés une crise « systémique » terribe..dette épongée que par une économie de guerre, et quelle!.. »

ça être trop compliqué pour jicé binér

Thierry Kron dit: 27 janvier 2013 à 11 h 50 min

@ “les horreurs des camps de la mort, qui restent une spécialité exclusive du nazisme allemand. »: nous rédige John Brown, sans sourciller.:
Oui, bon, pour ce qui est des arrestations sur le territoire Français, avec une grande ardeur des fonctionnaires de Vichy et souvent de la population.
Mes grands-parents, comme je l’ai raconté plus haut, furent les voisins du colonel de La Rocque et avec son (vraisemblable) assentiment. Mon père par la suite, survécu grâce à un jeune sous-préfet, avec une fausse identité et un travail dans la sous-préfecture. Bref cette période n’est pas si facile à comprendre. Ne pas oublier non plus, que même en Allemagne, des Juifs furent cachés par des amis. Lire à ce sujet l’autobiographie de Michael Degen.
Pendant deux semaines, mon père devait avoir seize ans (1933), s’enrôla dans les Croix de Feu, puis comme juif arrêta son exaltation. Rien n’est simple.
Par contre, qu’en 2013, des teigneux n’aient encore rien changé à leur lecture de l’Histoire, me laisse interrogatif, surtout quand il ne s’agit pas de fous et qu’ils se disent chrétiens. Si la parole de l’islam peut être mal interprétée, je vois mal comment des chrétiens, peuvent devenir des antisémites et des assassins en puissance.

alec dit: 27 janvier 2013 à 11 h 46 min

de nota, je me réserve la petite séance vidéo que vous proposez pour un peu plus tard, mais d’ores et déjà, connaissant un peu le travail de Michel Dreyfus, on peut dire qu’il n’enquête pas « à charge » dans son étude sur la gauche et l’antisémitisme. mais ce qu’il découvre (façon de parler, car pour beaucoup il s’agit de ne pas voir et même de recouvrir avec pudeur les choses dérangeantes sous le poids de l’oubli) est important à prendre en compte.
lorsqu’on parle de toutes ces choses, souvent le nom de Zeev Sternhell apparaît, utilement, dirais-je. lui n’en démord pas, le fascisme français a bien eu lieu et il l’a rencontré.
j’aimerais un peu taquiner C.P. en lui demandant si lui aussi note une certaine « dépaxtonisation » des études sur Vichy dans les recherches historiques contemporaines (y compris de la part des jeunes chercheurs qui révèrent toujours « le maître »). elle est douce mais peut-être assez systématiquement présente. le régime de Vichy est perçu de plus en plus comme un système politique autoritaire, « à la Salazar », et moins fasciste dans son ADN sinon son âme.
moi aussi cela me trouble un peu (des français juifs ont aussi été persécutés après tout, pas seulement les étrangers).
à mauvaise langue, j’aimerais dire que l’antisémitisme était loin d’être absent des milieux révolutionnaires institutionnels. je me permettrais de le renvoyer à la lecture du journal de Zygmunt Stein, ancien des BI et du bataillon Botwin. c’est édifiant à ce sujet. très.

Giovanni Sant'Angelo dit: 27 janvier 2013 à 11 h 32 min


…il faut pas pousser la connerie aussi loin,…l’honneur du nom,…
…déjà,…qu’avec la filière à l’A.D.N.,…
…les heures supplémentaires au travail,…
…l »esprit de corps avec l’entreprise,…la nation,…bonjours les dégâts avec la paternité en lobbying et détours des roses odorantes aux parfums des rond-point de la circulation,…
…comme sauvez l’honneur du puîné septième de la famille un tel,…adextrée d’idéologies pour le mérite des escaliers hiérarchiques à la mode des confréries de haute digue,…
…Non,…pas çà le dimanche matin,…à rebrousse-poils,…d’un mirador à pointe,…
…avec, ledit honneur à l’A.D.N.,…qui redevient original,…par la liaison du coiffeur au facteur d’orgues cousin aîné, du frère du grand-père,…en légitime héritier de dots,…sous le charme intéresser de la nièce, donc la mère du susdit sauveur des honneurs du nom,…

…qui en veut une tranche du commerce d’histoire de foire de la légitimité en miroir des A.D.N.,…du combat idéologique du bon sens régénérer pour revivre la tête plus haute que la Bourse du CAC 40,…

…en somme une autre éducation sous la 5° république,…et vlà un code des A.D.N. du nom,…qui doit muter avec son temps nouveau,…
…fidèle de la révolution,…de Bonaparte,…de la Restauration,…de l’Empire français,…de ClémAnceau,…
…les preuves du bon français à bon dos du bon droit,…sur la liste des présidenciables,…
…encore heureux,…que des hongrois de souches aussi sûre du droit français on sauvés l’honneur de leurs Bourse à CAC 40 de légitimité,…sur le dos du pouvoir du système des  » merveilleuses et incroyables » de nos Métropolis à Western des faucons du rire et évasions fiscales,…
…dur, dur, la classe des corporations du spectacle,…nos islamistes à nous,…
…etc,…au suivant,…avec le dos de la cuillère,…

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 11 h 26 min

S’il parlait en anciens francs, ça n’aurait peut-être pas suffi

..tu ne sais donc pas que les allemands n’auraient pas vu d’inconvénient a ce que l’euro se nommât franc..

Deneb fils dit: 27 janvier 2013 à 11 h 25 min

cneff dit: 27 janvier 2013 à 9 h 55 min
Billet intéressant + commentaires intéressants!

Le billet peut-être mais, pour les commentaires, vous n’êtes vraiment pas difficile.

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 11 h 24 min

J’adore le mouvement qui déplace les mines.

..sinon que j’ai de la sympathie pour ceux qui ne poussent pas les femmes et les enfants et les vieux devant eux jean marron..quoi d’autre?

Deneb fils dit: 27 janvier 2013 à 11 h 20 min

« si j’avais été là avec mes francs on ne l’aurait pas laissé crucifier »

S’il parlait en anciens francs, ça n’aurait peut-être pas suffi.

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 11 h 16 min

jean marron tu marches raide saoule dans un champ de mine et tu vas mal finir (rédigé par bouguereau)

Je le crois aussi, et ton image me plaît bien. Qu’est-ce qui vaut mieux: bouger, même raide saoule, ou rester immobile comme une mine dans son champ ? J’adore le mouvement qui déplace les mines.

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 11 h 14 min

sapré lassouline..il nous refait du tarentino..peut être qu’un bon gros facho a gourdin pour taper sur la tête a goering ?
philippe ça m’fait penser a un mot surement apocryphe de clovis en larme lors de son baptème « si j’avais été là avec mes francs on ne l’aurait pas laissé crucifier »

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 10 h 54 min

jean marron tu marches raide saoule dans un champ de mine et tu vas mal finir..peut être que c’est le même champs de mine dans lequel batifolait kabloom hier « ..disparus au champ d’honneur..peut être dans les bras l’un de l’autre » c’est ce que je mettrais sur mon rapport

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 10 h 51 min

« Déat est un agrégé de philo, Albertini est historien, spécialiste de Mathiez !) souhaitèrent à fond la victoire de l’Allemagne et avaient tissés des liens profonds avec l’idéologie hitlérienne. rien de tel, chez de La Roque, c’est même légèrement le contraire. »

Comme quoi on ne se méfie jamais assez des intellectuels. Alec aurait pu citer Brasillach, brillant normalien (comme Déat). La Rocque était, lui, un militaire de carrière, comme de Gaulle. On n’en tirera aucune conclusion hâtive sur les bienfaits moraux de la carrière des armes.

D. dit: 27 janvier 2013 à 10 h 51 min

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 0 h 16 min
Eh oui veda, c’est mieux de se mettre des plumes dans le cul comme vous le faites à longueur de journées.

Oui da, monsieur Philippe, mais ne le flattez pas il va s’envoler. Allez zhou, je file préparer mon aligot-saucisse!

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 10 h 50 min

Bougboug, je mets Staline et Hitler dans le même bobsleigh

hum..en tout cas staline ne menacait encore personne de ses chars et de ses ss20..mais il inquiétait assez les esprits pour qu’on laisse croitre et embélir adolf..surtout aprés une crise « systémique » terribe..dette épongée que par une économie de guerre, et quelle!..pour repartir pour 30 glorieuse..donc c’est pas con jicé, faut ptête que laisser faire et oublier

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 10 h 47 min

Même si La Rocque avait été antisémite (ce qu’il ne fut pas), il ne s’ensuivrait pas, comme les excités de service voudraient nous le faire croire, qu’il aurait été un complice objectif de la Shoah. De l’antisémitisme nazi à l’antisémitisme des blagues de fin de banquet (sans compter le goût juif bien connu pour l’autodérision), il existe de nombreuses nuances dont il conviendrait de tenir compte. J’ai dans ma famille plusieurs adeptes convaincus de cet antisémitisme rigolard ; il ne me viendrait pas à l’idée de voir en eux des adeptes de l’extermination des Juifs. Il faut être de bien mauvaise foi pour accuser en bloc les antisémites (souvent très modérés) européens de l’entre-deux guerres de complicité avec les horreurs des camps de la mort, qui restent une spécialité exclusive du nazisme allemand.

alec dit: 27 janvier 2013 à 10 h 38 min

l’ingénierie sociale que voulait mettre en oeuvre de La Roque (un commentateur a utilement cité un passage de l’étude de L.L Dawns, je crois que c’est mauvaise langue, vers une heure trente du mat’) peut être rapprochée (dans une petite perspective comparatiste, toujours sur le sujet du fascisme et ses possibles ramifications, réelles ou fantasmées, dans tout le spectre politique de l’époque) de celle que promouvait des hommes étranges, voire complexes, comme Albertini, Déat ou Bichelonne. prenons les deux premiers par exemple ; ce sont deux mecs qui cherchent à donner une structure de fer, au point de vue social et syndical, à cette grosse pâte molle qu’est le prétendu « redressement national » prôné par les autorités installées à Vichy. beaucoup de personnes issues de la gauche et de l’extrême-gauche les rejoindront, en partie parce qu’ils avaient été réprimés par le parti communiste dans les années trente. ils devront d’ailleurs cohabiter à la fois intellectuellement et physiquement avec tout le banc et l’arrière-banc du microcosme factieux extrême-droitiste de l’époque. ce que ne fit jamais un de La Roque. ces ex-représentants de la gauche (et pas n’importe lesquels, Déat est un agrégé de philo, Albertini est historien, spécialiste de Mathiez !) souhaitèrent à fond la victoire de l’Allemagne et avaient tissés des liens profonds avec l’idéologie hitlérienne. rien de tel, chez de La Roque, c’est même légèrement le contraire.

JC dit: 27 janvier 2013 à 10 h 31 min

Bougboug, je mets Staline et Hitler dans le même bobsleigh, celui de la froide descente aux Enfers totalitaires. A ce point là, gauche et droite extrêmes se rejoignent pour le bonheur des peuples !

bouguereau dit: 27 janvier 2013 à 10 h 24 min

..je sais c’est fastoche philippe..mais faut pas que se garder à gauche..
..pis c’est un peu fastoche aussi de plus ou moins tabler que seul les fachiss on une parfaite lucidité sur le tropisme guerrier d’autres fachiss..vdqs..moi c’est ce que je vois dans ce billet de lassouline
..jicé..l’probloc c’est qu’on sait pas bien si tu mets staline à gauche..c’est lui la clef de tout ce barnum..il a sauvé l’monde libre en plus

Colonel Olrik dit: 27 janvier 2013 à 9 h 56 min

Je croyais que trahir son pays était un devoir moral pour tout homme de gauche qui se respecte. Prenez Besancenot, au moins il joue cartes sur table : pas d’opération au Mali ! À bas l’armée française ! La voilà à l’oeuvre, l’avant-garde de la Révolution : toujours la crosse en l’air quand il s’agit de défendre la patrie ! Décidément il y a des choses qui ne changeront jamais. Ce sont les mêmes imbéciles qui, à l’annonce de nos premiers revers, se réjouiront avec les islamistes, en disant : je vous l’avais bien dit !

JC dit: 27 janvier 2013 à 9 h 50 min

« JC trouve que Hitler, les fascistes, nazies, et les collabos ont fait du bon travail en plein dans le réel »

bruno, vos insultes sont au niveau de votre bêtise, et ne me touchent guère, … vous devriez consulter !

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 9 h 42 min

Que les responsables de la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine laissent passer sans sourciller un article truffé d’erreurs de détail et d’allégations mensongères jette un doute sur le sérieux de leur publication. Plus qu’à La Rocque, c’est à eux-mêmes qu’ils font du tort.

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 9 h 31 min

 » il ne cessa d’exprimer ses réticences (sur l’antisémitisme  »

Le cas de La Rocque nous rappelle que l’antisémitisme ne fut aucunement une composante idéologique obligée des droites européennes entre les deux guerres. Ni le fascisme ni le franquisme n’ont fait de l’antisémitisme leur cheval de bataille.

Alexia Neuhoff dit: 27 janvier 2013 à 9 h 26 min

J’ai invité mes copines Caroline F. et Najat V-B. dans ma cuisine pour réactiver cette bonne vieille tradition du pèle-porc. Nous n’attendons plus que la bête. Les Femen sont déjà sur le pied de guerre.

auzabris dit: 27 janvier 2013 à 9 h 19 min

 » je pense que les femmes devraient être à la cuisine, au lieu de s’essayer à des travaux dont elles ne sont pas capables »

tégniez, les intégristes de tous poils sont bien d’accord avec vous ( vous êtes faits pour vous entendre avec les intégristes islamistes, c’est écrit)

Alexia Neuhoff dit: 27 janvier 2013 à 9 h 17 min

J’ai comme l’impression que certain contributeur nous refait un vieux film, voyons… bon sang mais c’est bien sûr : Bananas, Woody Allen, 1971.

bruno dit: 27 janvier 2013 à 9 h 14 min

« Thierry, votre élégance habituelle de gros porc, mêler mon épouse dans ces commentaires. »
TKT attention : la potiche de PR la hyène est une sainte puisque sa bonn iche à tout faire

« vous savez bien que je pense que les femmes devraient être à la cuisine, au lieu de s’essayer à des travaux dont elles ne sont pas capables.  »
Voilà qui est parlé pour la potiche qui tient lieu d’épouse au planqué au paraguay

 » inutile d’imaginer un ennemi capitaliste pour « abattre » un Front Populaire : les gauches ont toujours fait la preuve de l’irréalité de leur politique, de la réalité de leur incompétence, particulièrement économique. Les exemples ne manquent pas.
Leur effondrement ? Il suffit de les laisser s’entre-détruire  »
JC trouve que Hitler, les fascistes, nazies, et les collabos ont fait du bon travail en plein dans le réel

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 9 h 06 min

« Les nationalistes ont été les plus prompts à vendre la France à l’Allemangne »

« Les » nationalistes ? Pas tous. Le cas de La Rocque l’atteste. N’oublions pas non plus qu’un certain de Gaulle était pas mal nationaliste, à sa façon.

Méfions-nous de ces désignations englobantes qui sacrifient aux emportements passionnels tout souci d’exactitude et d’objectivité. « Lesw nationalistes », cela vaut bien « les fascistes » de grand-papa blumiste.

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 8 h 58 min

 » Fascistes », certes pas, au sens strict de l’épithète; Cependant La Rocque et ses Croix de feu prennent place dans cet éventail des droites extrêmes européennes engagées dans le combat contre les démocraties parlementaires, appelant de leurs voeux l’instauration de régimes autoritaires et y oeuvrant.

JC dit: 27 janvier 2013 à 8 h 50 min

Mon cher Bloom, inutile d’imaginer un ennemi capitaliste pour « abattre » un Front Populaire : les gauches ont toujours fait la preuve de l’irréalité de leur politique, de la réalité de leur incompétence, particulièrement économique. Les exemples ne manquent pas.
Leur effondrement ? Il suffit de les laisser s’entre-détruire !!!

W dit: 27 janvier 2013 à 8 h 42 min

Pour exemple le communisme avec dictature que la Chine parvient à faire fonctionner et qui bien que transformé en capitalisme d’état continue de maintenir sa chape sur les libertés individuelles ,les libertés fondamentales,les droits de l’Homme;qu’importe la fin justifie les moyens passés sous silence ,les pollutions,les conditions carcérales de vie de la base du prolétariat,les balles de nuque facturées aux familles …

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 8 h 41 min

« La démarche de M. de La Rocque est sans fondement juridique, d’autant qu’il n’est pas personnellement mis en cause.  »

Peut-être, mais il n’en reste pas moins que cette « historienne » américaine semble avoir fait un travail de cochon et que les responsables de la revue auraient pu avoir au moins l’élégance de le reconnaître.

John Brown dit: 27 janvier 2013 à 8 h 36 min

« Nous payons encore la propagande du Front populaire qui avait désigné le colonel de La Rocque et les Croix-de-feu comme l’incarnation du fascisme »

« Fascisme » et « fasciste » sont en effet des qualificatifs qui ont été mis à toutes les sauces, instrumentés à tout va au gré des passions politiques. La gauche et l’extrême gauche françaises ont fait un usage très abusif de ces termes qui désignaient à l’origine des options politiques précises. Extensions inconsidérées du domaine de la lutte… On n’est fasciste, après tout, que si l’on se revendique comme tel, ce qui reste d’ailleurs parfaitement licite, puisque l’étiquette n’est infamante que pour les antifascistes.

Bloom dit: 27 janvier 2013 à 7 h 58 min

Les premiers à trahir le pays, les premiers responsables de la défaite française, furent les joyeux imbéciles du Front Populaire qui ne firent absolument rien durant les années de montée en puissance d’Hitler.

Typique du discours de l’extrême droite. C’est l’Europe entière qui est coupable, âne bâté, ses élites économiques, sa bourgoisie capitaliste, qui se frottait les mains et fientait sur la gauche tant qu’ils feront tout pour torpiller le FP.

Vision clochermerle, jivarisme intellectuel, réduite à la petite penninsule hexagonale.
Neville Chamberlain a signé les accords de Munich, mais jamais l’Angleterre n’a capitulé, bonnet d’âne.
Les traitres sont ceux qui ont accepté la collaboration avec l’Allemagne. La poignée de main de Montoire? Pétain, ni Blum ni Daladier.

Les nationalistes ont été les plus prompts à vendre la France à l’Allemangne. Ailleurs, en 1916, d’autres nationalistes, irlandais cette fois, étaient prêts à accepter la souveraineté allemande sur l’Irlande si elle permettait de foutre les Brits dehors. Même chose en Inde, avec Bose, en 42, qui bascule du côté japonais pour bouter l’Anglais hors de l’Inde.

On comprend que ça dépasse ses maigres capacités, le micro-illien qui regurgite sa vieille bile anti-républicaine et anti-démocratique. Faussaire de l’histoire.

« [le colonel Pellier à Daniel Cordier] Votre
devoir est d’obéir au Maréchal. C’est ce que je vous conseille de faire, comme tous les Français » Alias Caracalla, p.44

« [ne] pas négliger le défaitisme des millieux bourgeois et capitalistes, qui CRAIGNAIENT PAR DESSUS TOUT LE DANGER COMMUNISTE » (ibid.p164)

Chez JiSSé et les (mauras)siens, plutôt brun que rouge.

W dit: 27 janvier 2013 à 7 h 32 min

JC votre interprétation fait l’impasse d’une foule d’éléments en pixels qui depuis tout ce temps ont finalement réussi à changer la donne,toute la donne.regardez le monde et les conséquences de la globalisation avec le basculement de l’équilibre des forces ,l’économie politique ou la politique économique n’a je crois que faire de vues propagandistes,les plus fragiles commencent seulement à souffrir ,on débute les coupes franches et ça continuera avec une absence totale de philosophie tant que le système sur lequel tout repose la misère et l’inconcevable richesse ne sera pas mis en cause.

JC dit: 27 janvier 2013 à 6 h 06 min

Il faut ête borné comme Bloom pour affirmer sans rire que les premiers à trahir en faisant le jeu des nazis furent l’extrême droite ! Les premiers à trahir le pays, les premiers responsables de la défaite française, furent les joyeux imbéciles du Front Populaire qui ne firent absolument rien durant les années de montée en puissance d’Hitler.
Omnubilés par la question sociale nombriliste, le FP ignore superbement l’extérieur guerrier et finira sur les routes, en débandade !
Aujourd’hui, la démocratie de gauche (on ne peut parler de Front tant les pitres ELV et Mélenchonien sont anti-socialiste) refait du nombrilisme communautaire, luttant contre de soi-disant phobies… et perd la guerre économique, faute de se battre sur les vraies sujets !
L’Histoire se répète. On est sidéré de la bêtise crasse de ce « changement »…

Bloom dit: 27 janvier 2013 à 5 h 51 min

elles mettent en marche une politisation du social – et une socialisation du politique – qui va laisser son empreinte sur les formes de protection sociale qui émergent de la guerre et de la Libération.

Marrant, de l’autre côté de la Manche, chez le peuple qui n’a ni capitulé ni collaboré, on assiste à partir de 1945 à la mise en place de l’Etat providence, le Welfare State, basé sur le rapport Beveridge de 1942. Comme quoi on peut avoir de bonnes idées, sans que les fasistes vous les soufflent.

J’avais aussi cru entendre parler d’un certain CNR, Conseil national de la résistance, qui produisit en mars 1944 un « programme d’action de la Résistance » , sorte de charte des mesures politiques, économiques et sociales à prendre à la Libération, et qui furent à l’origine des grandes réformes de l’après-guerre, nationalisations, Sécurité sociale, etc.

Comme on dit dans les collques, on est fondé à se demander quand la réécriture de l’Histoire attendra un degré de perfection totale. Dans 10/20/30 ou 40 ans?

Le suspense est intense.

Bloom dit: 27 janvier 2013 à 5 h 15 min

« Nous payons encore la propagande du Front populaire qui avait désigné le colonel de La Rocque et les Croix-de-feu comme l’incarnation du fascisme » estime son petit-fils
——–
Variation sur le discours pétainiste qui rendait le FP et la République responsable de l’effondrement de mai-juin 40. Rien de nouveau du côté de la Réaction, et pour cause.

Sur la trahison de Môrasse, Daniel Cordier, ancien de l’Acton Française, a tout dit. Les nationalistes d’extrême droite ont été/sont/seront les premiers à trahir la France.

Dites « février 34″, « Croix de Feu », « antiparlementarisme », « coup de force », « mépris du suffrage universel », et voyez comment Tégniez, bon petit soldat de plomb pavlovien, frétille de l’appendice caudal.Quand il entend de La Rocque il sort la crapule Henriot! Le sens de la nuance, comme toujours.

Mauvais sang ne saurait mentir, le réimprimeur de l’ordurerie n’est qu’un vulgaire suiveur:
« C’est la débadade (…)Des centaines d’agents, permanents ou occasionnels [de la Gestapo française], qui fuient la capitale en ce mois de juillet et durant la première quinzaine d’août 1944, bien peu seront capturés et châtiés comme ils le méritent. Une quarantaine. Pas plus. Les crimes des autres demeureront impunis. Beaucoupm vivent encore. En France et ailleurs. Voguant allègrement vers quatre-vingts ans, ils gèrent un restaurant à Bueno Aires ou un cabaret de nuit à Caracas (…). »
(La bande Bony Lafont, S.Jacquemard, 2007).

Toute ressemblance,etc.

hamlet dit: 27 janvier 2013 à 3 h 36 min

à moins bien sûr que la tache de supprimer les approximations pour revenir dans le monde l’exactitude et de la précision soit confiée à un écrivain issu d’un métier lui-même construit sur l’exactitude et la précision, à savoir un journaliste.
Le journaliste étant par définition l’homme de la précision, l’écrivain journaliste se doit de répondre à ce critère sélectif.
L’éventail pour choisir un écrivain journaliste spécialiste de l’exactitude est très large : Enard, Rollin, Carrère, Jauffret, Philippe Claudel, Bon….
La préoccupation essentielle de l’écrivain journaliste étant l’exactitude on peut compter sur eux pour rectifier les boulettes des historiens.
Au final et en conséquence, nous allons nous retrouver avec des romans exacts et des essais approximatifs.
Du coup les historiens auront de plus plus besoin des romanciers journalistes, jusqu’à l’extinction de leur profession, ils disparaitront, comme les dinosaures, il restera que les écrivains qui devront se taper tout les boulots : écrivains, journaliste, humaniste, historien, assistante sociale….
avec des rentrées littéraires de 6420 bouquins !

qui se préoccupe du monde littéraire que nous allons laisser aux générations futures ?

abdelkader dit: 27 janvier 2013 à 3 h 24 min

bon…y’a un Hamlet (y’a plus de classe a emprunter le pseudo de Polonius ou Guildenstern, mais bon) qui dit que ‘le gros problème de notre époque est en effet le problème de l’approximatif’ …je vais me faire dodo, tiens…

abdelkader dit: 27 janvier 2013 à 3 h 19 min

z’etes le bienvenu…je vous conseille le restaurant l’homardier, ou JC est valet de parking, sauf qu’y a pas de circulation la bas…sur presentation de votre carte FN, z’avez droit a une reduction…sinon, pour des vacances sereines, je vous conseillerai plutot le nord du Mali…

hamlet dit: 27 janvier 2013 à 3 h 19 min

le gros problème de notre époque est en effet le problème de l’approximatif.

à une époque, les choses étaient partagées clairement : les essayistes se devaient d’être rigoureux et précis et les romanciers pouvaient se permettre d’être approximatifs.

aujourd’hui les choses ont changé : les essayistes sont devenus aussi approximatifs que les romanciers.

du coup nous nageons dans l’approximation.
depuis Tacite l’humanité n’a jamais cconnu une époque aussi approximative.

à ce titre la responsable de la revue a bien raison dans ce quelle dit :
- d’une part dans un ensemble approximatif il ne sert à rien de reprocher une pauvre approximation
- d’autre part s’il fallait supprimer toutes les approximations il y aurait trop de boulot.

à une époque les historiens avaient demandé aux écrivains de leur filer un coup de main, de façon à ce que les approximations des historiens soient noyés dans la masse des approximations des écrivains.
par chance les écrivains ont accepté de relever le challenge.
nul doute qu’à l’approximation de notre historienne américaine vienne bientôt se rajouter une approximation d’un écrivain qui se verra en remerciement de ses approximations de voir décerner un prix littéraire, soit le Goncourt soit le prix de l’Académie Française qui sont en général réservés pour récompenser les plus belles approximations littéraires.

hamlet dit: 27 janvier 2013 à 3 h 07 min

Porquerolles est un refuge de fachos ?
merci pour cette info parce que je suis en train de rechercher une location pour cet été.
j’ai trouvé des infos sur la pollution de la mer et les méduses mais aucune sur la densité de fachos.
C’est le problème des informations : elles sont toujours partielles, normal : si déjà les historiens se mélangent les pinceaux…

Dans le doute, pour éviter les fachos, je pense que je vais réserver un mobilhome en Tunisie.

abdelkader dit: 27 janvier 2013 à 2 h 48 min

il me semble que vous êtes un peu obsédés par le passé lointain de la France…oui je sais, il faut savoir d’où en vient etc mais enfin, y’a des sujets bien plus proches dans le temps, non ? euh…chais pas… l’OAS, par exemple et pourquoi et comment le sud de la France (et Porquerolles en particulier) est plein de fachos…non, juste une suggestion…vous faites comme vous voulez hein…

abdelkader dit: 27 janvier 2013 à 2 h 29 min

Philippe Régniez dit: 26 janvier 2013 à 23 h 42 min
@ Thierry. Vous qui savez tout devez bien savoir qu’elle a été libérée pour une faute de procédure, mais qu’elle n’a pas été innocentée…’
je me souviens de cette triste histoire, Vot’Grace…Mme l’abbesse avait trop forcé sur la dosage de la mort aux rats…perso, je lui avais conseillée d’utiliser seulement la moitie du sachet…je lui ai dit hein : un sachet entier ca vous nique un éléphant, la moitie devrait suffire pour un abbé, même un gros, meme un porc…mais elle insistait pour utiliser le sachet entier, pour être complètement sure… résultat des courses : ca vous a rendu terriblement malade tout de suite et éveillé ainsi les suspicions…tain, les femmes peuvent être bornées comme pas possible…

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 1 h 51 min

Toute cette histoire est en réalité l’objet d’une vaste polémique chez les historiens. Les adversaires en présence sont : d’un côté le bouquin d’Annie Lacroix-Riz, « Le Choix de la défaite » et de l’autre ceux qui s’y opposent.

L’enjeu c’est de savoir si l’extrême droite, au nom d’une hypothétique et utopique réconciliation des classes sociales, a contribué à l’aveuglement devant la montée du nazisme et de sa responsabilité, ce faisant, devant l’extermination des Juifs d’Europe. Ou est-ce qu’au nom de l’action de l’extrême droite dans l’action sociale avant guerre, on ne serait pas en train de l’exempter de ses responsabilité dans la persécutions des Juifs ?

Pour moi, ce n’est pas à voir. C’est tout vu.

C.P. dit: 27 janvier 2013 à 1 h 39 min

En somme, la photo d’accueil n’est pas bien choisie (Pierre Assouline, pardon !). Car Philippe Régniez dit : « Tiens, la même photo… », pour ensuite dissocier le 6 février de Philippe Henriot de celui de La Rocque.

J’ai retrouvé le livre de Jeanneney (Philippe Régniez, j’adooore : « velléités intellectuelles »…), qui exonère de La Rocque de tout antisémitisme. Pourtant, ce que dit Mauvaise Langue des deux « critères » me trouble. A voir ?

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 1 h 29 min

« Nous plantions les trois couleurs ». Action sociale féminine et recomposition des politiques de la droite française : Le mouvement Croix-de-Feu et le Parti social français, 1934-1947
AuteurLaura Lee Downs du même auteur

Centre de Recherches Historiques (EHESS-CNRS) 190-198, avenue de France 75244 Paris cedex 13
downs@ehess.fr

RÉSUMÉ
Cet article examine la contribution peu connue de l’extrême droite française à la construction de l’État-providence en France à travers l’étude de l’immense structure d’action sociale du mouvement Croix-de-Feu/Parti social français durant les années 1934-1947. La stratégie sociale que développe ce mouvement en 1934-35 envisage la conquête politique des milieux ouvriers par l’entremise d’une mission sociale dans les quartiers démunis des « zones rouges » autour de Paris et de Lyon, mission qui sera confiée aux membres féminins du mouvement. En liant leurs services sociaux à des finalités clairement politiques, les militantes de l’Action sociale féminine du CF/PSF s’efforcent de modifier – et d’élargir – les bases de la mobilisation politique des masses à travers une « réconciliation sociale » qui devait remplacer la haine entre les classes par un nouvel esprit de collaboration. Ce faisant, elles mettent en marche une politisation du social – et une socialisation du politique – qui va laisser son empreinte sur les formes de protection sociale qui émergent de la guerre et de la Libération.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 1 h 24 min

A la fin de la guerre la Résistance française et De Gaulle en tête ne reconnut pas le « Klan » et mit de La Roquer en prison. Réhabilitation en 1961. Nouvelle tentative de réhabilitation, 2013.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 1 h 19 min

« Le jour viendra », affirmait Bloch, « et peut-être bientôt où il sera possible de faire la lumière sur les intrigues menées chez nous de 1933 à 1939 en faveur de l’Axe Rome-Berlin pour lui livrer la domination de l’Europe en détruisant de nos propres mains tout l’édifice de nos alliances et de nos amitiés. Les responsabilités des militaires français ne peuvent se séparer sur ce point de celles des politiciens comme Laval, des journalistes comme Brinon, des hommes d’affaires comme ceux du Creusot, des hommes de main comme les agitateurs du 6 février, mais si elles ne sont pas les seules elles n’en apparaissent que comme plus dangereuses et plus coupables pour s’être laissé entraîner dans ce vaste ensemble ».

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 1 h 07 min

C.P. et Court. Conclusion terrible : vous ne savez pas lire, ou bien, comme l’aurait dit Bossuet d’une autre manière et pour des sujets autrement importants, vous lisez ce que vous souhaitez lire. Ce n’est pas bien.

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 1 h 05 min

Court, je vous rejoins, tout est possible.

Relisez ce que j’ai écrit : « Au fil de la progression des évènements historiques, le style de la narration devient épique et tragique et fait écho aux meilleurs passages de Tacite. »

Je ne parle pas de l’oeuvre de Tacite dans son ensemble (effectivement cela se serait su) mais de certains de ses meilleurs passages où le style de la narration devient épique et tragique.

court dit: 27 janvier 2013 à 0 h 58 min

Mais savez-vous qu’on le traduisait, Tacite? etentre tacite et Philippe Henriot, il y a de la marge. Sivous voulez dire qu’il écrivait comme un journaliste-chroniqueur de ce temps, pourquoi non? Mais un Tacite?Ou donc est sa mort de Néron? Ou sa galerie d’empereurs? Et vous ne croyez pas que ça se saurait su? Si vous cherchez un bon connaisseur de Rome dans la période, c’est plutot vers Carcopino, pas encore tombé dans le domaine public, qu’il faudrait vous tourner.
Pour les discours, je parle de ce qui est paru durant la guerre de ses philippiques radiodiffusées. je trouve révélateur que l’éditeur de ce temps là se soit borné à des paragraphes choisis.Le régime commençait à prendre l’eau.

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 0 h 57 min

C.P. Que penser d’un gouvernement qui pousse une mesure comme le « mariage pour tous » contre le ressentiment d’une grande partie de la population, y compris de ceux qui l’ont élu. Je ne suis pas démocrate, mais ne peut-on penser que même si l’on a élu un gouvernement on ne l’a pas nécessairement élu à 100%, et que certaines mesures ou décisions peuvent être contestées pour le faire revenir à la raison. Citez-moi au jour d’aujourd’hui un seul gouvernement qui se comporte comme celui d’Hollande.

Thierry Kron dit: 27 janvier 2013 à 0 h 54 min

Teigniez, votre grande tradition, se lit dans votre site internet « Club Acacia ». Vous y parlez de Barack Obama, en le nommant « le métis ».
Se faire insulter par vous est un grand compliment.

C.P. dit: 27 janvier 2013 à 0 h 50 min

Philippe Régniez, je persiste, tout en vous croyant sur Philippe Henriot parlant de « dictature de gauche ». Même mon grand-père français Charles, anarchiste, n’avait pas ce sentiment à la fin des années 30, celles qu’il m’a racontées.

Je vous ai dit que je ne me sentais guère démocrate, mais parler d’une actuelle « dictature parlementaire de gauche » en France, c’est gros ! Je vais tâter ceux qui autour de moi (certains très proches, le diable leur pardonne !) votent « socialiste », et leur demander…

Pour en revenir à de La Rocque, le livre de Jeanneney auquel je faisais allusion est « Le Prétoire du Passé », je crois. Je peux le retrouver.

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 0 h 44 min

Morasse… Attention ! « un peu raide » c’est déjà le début de la fin, Hollande et sa bande de malades vont bientôt faire déterrer ceux qui furent un peu raide et les passer à la guillotine devant les caméras de la télévision sous les applaudissements de von Traube et des autres déments de ce blogue pour qui ce n’est jamais assez. Pour remplacer Baal, ils ont déjà instauré l’avortement, mais ils ont toujours et encore plus soif.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 0 h 42 min

Ben c’est en effet honteux ! Et ce que vous dites est insignifiant. Mitterrand ou pas. Comme si d’ailleurs Mitterrand était une référence à cet égard… ! Vous vous foutez du monde.

MORASSE dit: 27 janvier 2013 à 0 h 40 min

Le colonel de la Rocque n’était pas fasciste comme le prétend cette vieille toupie de Lacroix-Riz… Seulement juste un peu raide. Comme mon père, tiens, dont mon frère a retrouvé, au fond d’une malle, à l’occasion d’un déménagement, son beau brassard du SO des « Croix de Feu »… Et puis, quelle honte y avait-il, de défiler au pas cadencé avec le jeune Mitterrand ?

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 0 h 39 min

À mon sens, toutes ces finasseries à propos de l’antisémitisme, ce ne sont que des billevesées. La réalité c’est que La Roque a contribué peu ou prou (on s’en fout) à l’extermination des Juifs de France et qu’il porte une écrasante responsabilité dans ces crimes.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 0 h 37 min

« Michel Winock défend La Rocque en citant le jugement de Jean-Paul Thomas et de Philippe Machefer pour qui l’antisémitisme de La Rocque, dans les premiers mois du régime de Vichy, peut avoir été « modéré » en comparaison à celui des antisémites français plus acharnés de cette période. Mais, pour l’époque, ses commentaires n’étaient pas anodins. En octobre 1940, il évoque la « purulence » juive entretenue par les francs-maçons et, en 1941, accuse les juifs « chassés d’Europe centrale et d’Europe de l’Est » d’avoir sapé la « moralité » et la « santé » française et d’avoir – toujours de concert avec les francs-maçons – cherché la « déchristianisation » et la « déspiritualisation » de la France, contribuant ainsi « aux vices mortels » de la France[13] [13] Cité dans Robert Soucy, « Fascism in France… », op. …
suite. Naturellement, La Rocque est loin d’avoir été le seul partisan de l’État français à appliquer un « double critère » aux juifs de France. L’historienne américaine Donna Ryan a montré, par exemple, que lorsque les autorités de Vichy commencent, durant le génocide, à rassembler les juifs et à les déporter de Drancy vers l’Est, elles n’arrêtent d’abord que les juifs étrangers (certains juifs français se sentirent par conséquent en sécurité) jusqu’à ce que les quotas établis par les Allemands les obligent en 1943 à mettre un terme à cette distinction[14] [14] Donna F. Ryan, The Holocaust and the Jews of Marseille,…
suite. Cela ne signifie pas que La Rocque ait approuvé les déportations, mais beaucoup de fonctionnaires de Vichy chargés de « la question juive » – ainsi que quelques juifs français – partageaient sa défense d’une idée de « double critère ». Ses propos relatifs à la « purulence » juive et autres « vices mortels » ont fait le jeu de l’antisémitisme très répandu à cette époque.  »
(l’historien Robert Soucy, dans l’article en réponse à M. Winock))

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 0 h 34 min

C.P. Je n’associe aucunement Philippe Henriot à de La Rocque – où avez-vous vu cela. Je ne fais que dire que ceux qui veulent savoir ce qui s’est passé le 6 février peuvent se rapporter à l’ouvrage d’un témoin et d’un acteur direct, et que ce livre est de qualité. Ne me mêlez pas à ce genre d’amalgame.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 0 h 33 min

Je ne vois pas bien sur quel critère on se fonde pour prétendre que le Colonel de la Roque n’était pas antisémite. Il était pour le « double critère ». Contre les Juifs étrangers mais pas contre les Juifs français. A l’époque mon père était Français et sa mère Russe (enfin devenue Polonaise à la suite du Traité de Versailles). Donc il aurait été pour l’extermination de ma grand-mère mais pas de mon père. Et c’est pour ça qu’il n’est pas antisémite ? Mais c’est quoi cette salade ? C’est n’importe quoi !

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 0 h 31 min

C.P. J’en profite, puisque vous avez des velléités intellectuelles, allez faire un tour sur le très sérieux site maurras actualité, vous y verrez d’intéressants volets sur les oeuvres de Maurras publiées en français en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.

C.P. dit: 27 janvier 2013 à 0 h 31 min

Philippe Régniez, j’écoute souvent attentivement ce que vous dites,… et parfois, comme le remarque Marc Court, vous déménagez brusquement. Ici, avec Philippe Henriot, que vous pouvez à la rigueur associer à de La Rocque en 1934, mais certainement pas après 1940.

Thierry Kron dit: 27 janvier 2013 à 0 h 31 min

Je vais vous dire, Teigniez, F. Cassez m’importe peu.
Je ne crois pas en effet, qu’elle puisse avoir été aveugle.
Mais dans un pays aussi corrompu que le Mexique, cette histoire est curieuse.
Je ne vois pas pourquoi vous focusez sur son histoire, mais bon.
Ce que je trouve extraordinaire, c’est votre mauvaise foi, vous êtes un néo-nazi et vous n’avez pas le courage de l’avouer. Où est le problème, pour vous ?

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 0 h 23 min

C.P. C’est Philippe Henriot qui parle d’une dictature de gauche, relisez, si votre travail repose sur l’attention que vous portez à la lecture nous sommes bien partis.

Dictature parlementaire de gauche ? Et que voyons nous en moment dans notre belle France ? Même les pays musulmans portent plus d’attention aux foules qui descendent dans la rue pour exprimer une préoccupation.

La mauvaise langue dit: 27 janvier 2013 à 0 h 21 min

« Avant le 10 mai 1940, Renault livra la guerre au seul ennemi intérieur, la conduisit avec acharnement contre ses propres ouvriers et opta pour la politique des bras croisés envers l’ennemi extérieur – le Reich et l’Axe Rome-Berlin. Il prépara, comme ses pairs, un plan de liquidation du régime républicain en finançant les ligues fascistes (parmi lesquelles les Croix de Feu du colonel de la Rocque) puis la Cagoule qui unit les factieux depuis 1935-1936. »
(L’historienne Annie Lacroix-Riz).

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 0 h 20 min

Il est parfaitement possible de vivre à côté d’un criminel sans rien savoir de ses agissements, c’est B A BA de la société.

En ce qui concerne votre copine F. Cassez ce n’était pas le cas.

Thierry Kron dit: 27 janvier 2013 à 0 h 18 min

Non, Philippe, je ne sais pas grand chose et surtout pas tout, sur l’Affaire Cassez.
Vous non plus.
La thématique, était pour moi, de discuter si une femme ou un homme, peut vivre à coté d’un criminel, sans se rendre compte de rien ? Je n’y crois pas.
Nous parlons de la mafia, pas de crimes de tueur en série.

C.P. dit: 27 janvier 2013 à 0 h 14 min

alec, ueda…

Les billets sur cette période poussent à la justice et à la justesse : je trouve que Philippe Régniez y va un peu fort sur « la gauche » (une gauche dictatoriale ?) en 1934, et dans son appel à Philippe Henriot. PAR CONTRE, lisant ces temps-ci des mémoires et journaux, je vois bien que François de La Rocque y disparaît grandement, dès 1942, plus encore, -et pour cause-, en 1943 et après : il y a comme une gêne vis à vis de lui. C’est Jean-Noël Jeanneney qui m’a semblé, après coup, l’expliquer le mieux, dans un livre bien connu, bien sûr, mais aussi dans des causeries fondées.

Je peux aussi dire librement, comme d’autres, que les anglo-américains (dont Paxton) n’y vont pas avec le dos de la louche dans leurs classifications des figures politiques françaises de 1930 à 1945 / 46.

Thierry Kron dit: 27 janvier 2013 à 0 h 12 min

Mais enfin, Philippe Reigniez, Madame votre épouse, doit bien avoir du personnel pour faire marcher sa maison, non ? Dans cette région où vous vivez, les Dames ne sont pas à la cuisine, sauf peut-être, pour faire des pâtisseries.
Vous êtes avec votre machisme une sorte de dinosaure.
Nous sommes en 2013, Teigniez, regardez autour de vous, même au FN, la direction est assurée par une Dame.
Oui je sais, pour vous le FN est un parti de gauche.
Je vous demandais poliment, si Madame Reignez connait vos activités professionnelles et celles sur internet, je parle de votre Blog dont j’ai oublié le nom, et qui tient des propos interdit par la loi. Vous devriez inviter JC dans votre hacienda.

ueda dit: 27 janvier 2013 à 0 h 10 min

Diable…
Ces commentaires du grand éditeur sont fort décevants.

« Paris brûle-t-il? », demandait-on.
« Régniez boit-il? » doit-on se demander.

Non que ce soit grave, je ne demande qu’à trinquer, tant que je suis par ici, mais vous avez aujourd’hui le vin con, et ça me navre, croyez-le bien.

Prosit!

Philippe Régniez dit: 27 janvier 2013 à 0 h 05 min

Alors Court, même pas dans les tranchées, toujours à l’arrière à souffler sur les braises.

Les discours de Philippe Henriot ont été réédités, pas par moi, cela vous évitera de dire une bêtise la prochaine fois.

Lisez son livre et venez défendre votre point de vue, et seulement après.

court dit: 26 janvier 2013 à 23 h 53 min

Dans l’inversion des valeurs caractéristiques de ce temps, on ignorait que Philippe Henriot fut un Tacite, et l’on se félicite qu’on se soit abstenu de rééditer
ses discours, de crainte d’y découvrir un nouveau Cicéron; L’intéressé était plus clairvoyant, qui n’en publia qu’un choix, déjà fort pousiereux vers 1942.Il est vrai que quand on reve Brasillach en virgile tendance Georgiques, et Pétain en auguste martyr, on peut s’attendre à tout…
Bien à vous.
MCourt

Philippe Régniez dit: 26 janvier 2013 à 23 h 40 min

Thierry, votre élégance habituelle de gros porc, mêler mon épouse dans ces commentaires.

veda, vous savez bien que je pense que les femmes devraient être à la cuisine, au lieu de s’essayer à des travaux dont elles ne sont pas capables. Enfin, si cela vous rend heureux. (Les Américains m’ont toujours enchanté avec leur conception du monde et de son Histoire).

ueda dit: 26 janvier 2013 à 23 h 38 min

Sur le colonel, les bons historiens savaient très tôt à quoi s’en tenir.
Lorsque j’étais écolier, j’écoutais nos bons MW et JPA, ils faisaient déjà passer le message nécessaire sur la nécessité de définir ce qu’on entend par fascisme.
Le colonel de la Roque était un exemple privilégié, je n’ai pas oublié.

ueda dit: 26 janvier 2013 à 23 h 31 min

« Historienne américaine, le concept est assez intéressant. »

Régniez Philippe, vous me décevez.
Inutile de vous faire remarquer la stupidité de cette réflexion, votre intelligent perroquet s’en chargera.

Laura Downs est une femme absolument charmante (vous vous en foutez, bien sûr, mais pas moi), et elle a lancé sur l’histoire de la « britishness » des travaux fort intéressants.

Américaine vivant en France, elle porte un assez bon regard sur ces étranges insulaires.

Thierry Kron dit: 26 janvier 2013 à 23 h 14 min

@ Philippe Régniez: Je vois donc que vous pensez comme moi, à propos du Colonel. Cela plaide en sa faveur, il aidait donc des familles juives à se cacher… Vous le faîtes avec humour.
F. Cassez, qui n’est pas ma copine (je ne la connais qu’au travers des médias), a vécu avec un gangster de la pire espèce et vient raconter, qu’elle ne s’est aperçue de rien. C’est en effet très curieux. Mais, elle a été libérée, alors acceptons le jugement.

alec dit: 26 janvier 2013 à 22 h 57 min

c’est vrai que l’exemple de la vie héroïque de ce colonel ne collait pas au narratif (le fameux « narrative » comme disent les historiennes américaines qui, se murmure-t-il, ne seraient pas toutes facilement imprécises ou blondes – just kidding, I live with one) de l’après-guerre. qu’avons-nous devant nos yeux grands fermés ? un traditionaliste autoritaire et moderne, un type qui ne fait pas marcher ses mauvaises troupes vers un palais Bourbon comme un vulgaire bolchévique l’aurait fait, sans autre forme de procès mais avec joie, vers un palais d’Hiver. un gars qui entre dans la Résistance armée (renseignement militaire) dès 1942 (au moment-même ou d’autres serrent la paluche du Maréchal et de Jean-Paul Martin et font la collection de petites figurines en fer blanc de genre fantasquement francisque), un homme qui rejette les outrances des factieux de la Cagoule et qui piétine toute idée de rapprochement avec les tenants de l’antisémitisme. cela commençait à faire beaucoup pour les récipiendaires de la mémoire résistancialiste gaullo-communiste. et puis la France avait déjà un général, pourquoi s’encombrer d’un colonel.
quant à sa devise, dont pas mal de jeunes lecteurs du billet apprendront certainement qu’elle lui fut piquée par l’administration vichyste, je me rappelle qu’un premier ministre qui s’appelait Barre l’avait remise en selle lors d’un commentaire fait en « off », dans un aveu, une constatation, plus ou moins malheureux. cris d’horreur, trauma, stress post-traumatique, beaucoup de journalistes de l’époque tombèrent dans les pommes (moi-même ne me sentis pas très bien sur le coup). quand on regarde ce qui se passe aujourd’hui dans notre société, la précipitation des représentants d’ex-minorités sur des institutions qui marquent depuis toujours la famille et son code, l’empressement du gouvernement à juguler le chômage et les délocalisations, les interventions extérieures qui portent au centre de l’attention le savoir-faire de la tradition militaire française, on pourrait se dire que nous sommes en plein dedans. au coeur même de cette devise rocquienne, antienne en passe de redevenir commodément versatile tant qu’elle reste articulée sans trop de force vocale.
en ce qui concerne l’historienne américaine, je pense qu’elle étudie le cas de la Roque avec le prisme qu’elle réserve inconsciemment aux représentants du mouvement « Tea party », très mal connu en France, et très communément moqué, voir insulté, en Amérique.

Philippe Régniez dit: 26 janvier 2013 à 22 h 09 min

Le 6 février, pourquoi ne pas aller aux sources. Notes de l’éditeur :

« Ce livre est le récit haletant, heure par heure, de la séance du 6 février 1934 au Palais Bourbon, alors transformé en forteresse, et de ce qui survenait dans les rues et les avenues alentour, et plus particulièrement place de la Concorde.

Au fil de la progression des événements historiques, le style de la narration devient épique et tragique et fait écho aux meilleurs passages de Tacite.

Mais, mises à part de ces considérations littéraires, ce texte constitue un document précieux. D’une part, parce qu’il a été rédigé peu après le nuit du 6 février par un témoin direct, un témoin à la probité reconnue : Philippe Henriot ; d’autre part, parce qu’il expose les manœuvres qui, dans un régime parlementaire, visent à instaurer ce que l’auteur appelle « une dictature de gauche ».

C’est encore un ouvrage qui va au-delà des événements qui en sont le sujet principal, et qui dresse le portrait de la France avant le Front Populaire, une France qui commence de subir les conséquences du Krach financier de 1929, et qui baigne dans les remous de l’affaire Stavisky. Les principaux personnages politiques du drame, leur personnalité et leur rôle, y sont décrits d’une manière particulièrement vivante.

Ce document, en outre, pose une fois de plus le douloureux et récurant problème de la conduite des forces de l’ordre en période trouble, celui de leur servilité et de leur total manque de discernement.

Accompagné en annexe de l’article de François-René Nans, 28 juin 1944 : l’assassinat de Philippe Henriot. »

Philippe Régniez dit: 26 janvier 2013 à 21 h 57 min

 » Impossible pour le colonel de ne pas connaitre la vraie identité des locataires d’une partie d’une demeure, sur la même terre.  »

Teu, teu, comme vous y allez Thierry, votre copine F. Cassez ne savait même pas à quelles activité se livrait son concubin, ni ce qui se passait au fond du jardin de leur demeure, ni de qui provenait les cris des cabanes qui s’y trouvaient, et quand elle apportait à manger aux habitants des cages, elle pensait que c’était des poules.

Lucien dit: 26 janvier 2013 à 20 h 44 min

Très bon article qui rappelle fort justement que les ligues d’extrême droite n’étaient pas toutes fascistes comme on le croit trop souvent. Mais le mot fasciste est si galvaudé aujourd’hui…

Thierry Kron dit: 26 janvier 2013 à 20 h 20 min

Pendant l’Occupation, mes grands-parents réfugiés à Bandol, durent par la suite fuir vers la zone occupée. Ils habitèrent un temps, un château sur un domaine qui en comptait trois, dont un habité ou loué par le colonel de la Rocque. Impossible pour le colonel de ne pas connaitre la vraie identité des locataires d’une partie d’une demeure, sur la même terre. J’ai une photo de mes grands-parents qui a été prise dans ce lieu assez mal entretenu. Je parle de la façade.
Les descendant ont le droit de tout faire pour que l’honneur d’un nom soit sauf, ou un peu moins mis dans la boue.

Colonel Olrik dit: 26 janvier 2013 à 20 h 08 min

Ce n’est pas moi, la Marque Jaune ! Il s’agit d’un coup monté de Blake et Mortimer ! Voilà 50 ans que je me bats pour rétablir la vérité, et personne ne m’écoute !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>