de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
La mémoire immédiate du 13 novembre

La mémoire immédiate du 13 novembre

Le Bataclan, la Belle équipe, le Petit Cambodge, c’était hier. Et pourtant, ces noms de théâtre et de cafés parisiens sont déjà entrés dans l’Histoire. Celle de la France en 2015, annus horribilis du terrorisme islamiste. S’emparant du concept tout neuf de « mémoire immédiate » en résonance avec celui d’ « histoire immédiate » cher à Jean Lacouture, l’historien et documentariste Christian Delage, professeur à Paris 8 et directeur de l’Institut d’histoire du temps présent,  a mobilisé une équipe de cinq doctorants pour travailler dès maintenant sur ces attentats. Des chercheurs d’autant plus impliqués que la plupart habitent dans les Xè et XIème arrondissements de Paris, parfois même tout près du Bataclan.. Antoine Lefébure, historien des médias et expert des technologies de la communication qui est à l’origine du projet, a été adjoint à l’équipe.

« Chaque témoin compte » : le titre de cette recherche labellisée CNRS dit bien son esprit. Outre la collecte de témoignages déjà filmés par les grandes institutions, il s’agit aussi de créer de l’archive à partir de la collecte volontaire. Car les historiens sont dans une autre temporalité que les journalistes ; ils conduisent non des interviews mais des entretiens. Il y a plus de délicatesse lorsqu’ils ne sont pas réalisés à chaud mais avec le recul. bataclan-liberation

La bonne distance implique d’être présent sans être interventionniste. La méthodologie s’est organisée autour d’une double temporalité : l’une, courte autour de l’événement proprement dit ; l’autre, longue et réflexive, plus portée à l’explication, de manière à donner une profondeur historique à l’évènement en l’inscrivant dans une durée.

Grâce au journaliste Jean Lebrun, producteur de « La Marche de l’Histoire », France-Inter est le partenaire officiel du projet. Deux émissions donneront à entendre ces témoignages le 13 avril et, un an après les attentats, le 13 novembre, après quoi un documentaire sera monté et proposé aux chaines de télévision. Une vingtaine d’entretiens d’une durée variant entre 30 et 60 minutes, moins à la recherche du singulier que du ressenti.

Des rescapés, des proches des victimes, des pompiers, des policiers, des médecins, des psychologues filmés dans des décors variables avec le soutien technique d’une maison de production. Une vingtaine, c’est peu si, comme Antoine Lefébure, qui se consacre aux habitants d’un seul immeuble proche du Bataclan, on estime à « 10 000 le nombre de personnes impliquées dans l’événement ». Peu mais suffisamment représentatif.

L’expérience paraît neuve, du moins en France. Christian Delage dit avancer sans modèle bien que, après avoir longtemps travaillé sur la mémoire audiovisuelle de la Shoah, il ait esquissé un projet semblable à celui de « Chaque témoin compte » avec ses étudiants à New York sur le 11 septembre. Principal écueil : si les rescapés sollicités ont accepté de témoigner, plusieurs d’entre eux, encore terrorisés, s’opposent à ce que leur récit soit rendu public. Il est vrai que le côté prédateur de la surmédiatisation en a heurté plus d’un et que beaucoup se sont refermés sur leur drame.

« Nous ne sommes pas dans un registre informatif. On ne regardera pas ces témoignages pour chercher à savoir ce qui s’est passé mais le comprendre. On saura peut-être pourquoi ces quartiers ont été choisis » dit Christian Delage.

Et déjà, à mi-parcours, un décalage se fait jour entre le ressenti des victimes qui expriment plaintes et reproches vis à vis de la sécurité et des secours, et l’exceptionnelle prise en charge par l’Etat et ses corps tant policiers que médicaux.

La moyenne d’âge des victimes est de 34 ans. Pour une fois, les historiens sont plus âgés que les témoins qu’ils interrogent.

(« Sortie du Bataclan » photo D.R. ; « Intervention près du Bataclan le 13 novembre », Photo Laurent Troude)

Cette entrée a été publiée dans Actualité, Histoire.

533

commentaires

533 Réponses pour La mémoire immédiate du 13 novembre

Lazarillo dit: 10 avril 2016 à 17 h 30 min

Pourquoi ces quartiers ont-ils été choisis? Il suffit de poser la question au commanditaire, Daesh, il y a répondu. La démocratie française est ciblée parce qu’elle une idolâtrie du peuple. Paris « la capitale des abominations, de la perversion et de la décadence morale ». Le Bataclan parce qu’il rassemblai « des centaines d’idolâtres dans une fête de perversité. » Mais comme le dit si bien Brigitte Stora (aucun lien de parenté avec Benjamin, celui-ci étant par ailleurs un ancien de l’OCI, elle, plus jeune, de la LCR) dans son excellent livre « Que sont les amis devenus… Les Juifs, Charlie puis tous les nôtres » « (…) les rouge brun, désormais verts de gris, continuent à ne pas les entendre et à parler à leur place… Ils sont là pour faire le sous-titrage destiné aux mal-comprenants, il ne peut s’agir que d’actes maladroits de l’anti-impérialisme. Trouver des airs de justiciers aux escadrons de la mort, on a atteint la lie. » Amen! On peut aussi, très avantageusement lire le bouquin de Jean Birnbaum, responsable du Monde des Livres, « Un silence religieux » et, de l’incontournable Patrick Cocburn (à ne pas confondre avec Alexander), « Le retour des djihaistes » sur la genèse de l’EI. Bon après-midi à tous!

la nuit Debout dit: 10 avril 2016 à 10 h 00 min

ben ouais, mais le fournisseur de contreplaqué, actionnaire de l’HSBC, c’est un gentil ou un méchant ? ou un neutre à vos yeux ?

Janssen J-J dit: 10 avril 2016 à 9 h 57 min

Janssen jj n’est pas un ‘olibrius’, c’est le vrai nom de Javert (que lui attribua par erreur une étoile fixante durablement échouée sur la Canopée des Halles). Il ne vous a pas encore raconté la résurrection de ce personnage, voyons donc ! D’ailleurs, la fin n’est jamais celle que l’on croit chez Victor Hugo (et on y trouve aussi des suffixations parasitaires dans l’emploi des imparfaits du subjonctif, soyez rassurée). Le 3e petit Napoléon en sut quelque chose. Bonne journée.

rose dit: 9 avril 2016 à 21 h 15 min

lucy
qui le rachetât peut – être ?
J’avais le goût du « asse » en bouche pourtant.
Je ne félicite pas l’olibrius qui me dit avant la fin la fin de Javert. Pas bravo.
Tout le blablabla sur c’est bien mieux les mèches que les gentils, je viens d’entendre le.contraire ce soir en assemblée publique debout avant la nuit. Soyons gentils qu’il disait et travaillons sur notre personne
Du coup, je suis partie n’étant pas concernée un chouïa. Après avoir eu un moment de satisfaction intense devant les devantures de HSB.C et les slogans et les noms alignés à la queue leu leu.
Un fournisseur de contre plaqué s’est décarcasse, il aurait dû/pu refuser et il a fourni de grandes plaques à toutes les banques. Pour leurs vitrines.

JC..... dit: 9 avril 2016 à 20 h 01 min

JJJ
Arrêtez vos élucubrations sur Totor, mon bon !

Totor ? C’est une icône pour déficients mentaux, cet Hugo là …. Il ne pèse rien pour la plupart d’entre nous qui savent bien lesquels furent importants à cette époque : Napoléon III, par exemple !

Janssen J-J dit: 9 avril 2016 à 12 h 11 min

Oui, R., achevez la lecture des Misérables, surtout le tome 5. Vous ne trouverez pas grand chose pour racheter Javert sous la plume de Victor, en dehors de son suicide, car il devait incarner le mal et la méchanceté jusqu’au bout. Et pourtant, tout comme les Thénardier, la peinture de ce personnage est infiniment plus intéressante que celle de Jean Valjean. Derrière la puissante fresque morale de cet increvable roman réaliste, on sent bien que, comme chez Zola, la peinture des méchants fut une « jouissance » d’écriture infiniment supérieure à la peinture des gentils. Donc, un hommage sans nuances à tous ces personnages hugoliens ou zolesques qui vagabondent depuis un siècle en nos imaginations, ils sont tous devenus des constituants de nous-mêmes, des Vidocq en Javert-Valjean ou des Cosette en putes cendrillonnées de Fantine-Eponine. Bah.

JC..... dit: 9 avril 2016 à 9 h 41 min

L’Orénoque était une courtisane.

Ce que les historiens passent souvent sous silence dans un souci d’excessive pudeur.

Lucy dit: 9 avril 2016 à 9 h 17 min

je n’ai pour l’instant rien trouve (é) à Javert qui le rachetasse (!!!) à mes yeux.
Rose, si vous tenez absolument à employer l’imparfait du subjonctif, au moins conjuguez-le correctement !

renato dit: 9 avril 2016 à 8 h 40 min

« Les « intellectuels » préfèrent-ils les Paradis à la vie réelle ? »

Christophe Colomb, qui était avant tout un intellectuel, lors de son troisième voyage cru avoir découvert le Paradis décrit dans la Bible, mais il ne s’agissait que de l’embouchure de l’Orénoque…

m a rio dit: 9 avril 2016 à 7 h 57 min

« Les écrivains peuvent-ils se comporter comme les footballeurs ? »
Si c’est à l’indu de leur plein grè…

« Les « intellectuels » préfèrent-ils les Paradis à la vie réelle ? »
Faut-il généraliser à partir d’un cas pathologique ?

Giovanni Sant'Angelo dit: 8 avril 2016 à 23 h 37 min


…impossible de vous joindre ce matin,…
…sauf à Paul Edel,!…

…pour dire quoi,!…le rôle de Sade,!…dans le capitalisme moderne,!…hélas,!…

…conclusion,!…contre un sadisme d’état et du sadisme du système bancaire,!…

…chez tout, les corps de métiers, aussi,… peut se cacher la providence des persécuteurs à nous soumettre à leurs profits,!…tous des  » Cow-boys « ,!…à enrichir,…

…d’autres  » gladiateurs « , à pourchasser,!…dans les dogmes parasites d’état c’est moi,!…Ah,!Ah,!…

…cette transparence d’esprit,!…etc,!…


…les populations

christiane dit: 8 avril 2016 à 22 h 17 min

@Widergänger dit: 8 avril 2016 à 21 h 32 min
Là, oui, ça vaut le coup de vous lire. Merci pour ces liens.

Questions stupides dit: 8 avril 2016 à 21 h 30 min

Panama et Vargas Llosa, une histoire d’amour ?
Les écrivains peuvent-ils se comporter comme les footballeurs ?
Les « intellectuels » préfèrent-ils les Paradis à la vie réelle ?

rose dit: 8 avril 2016 à 20 h 41 min

>JJJ à 17h 25
Merci pour la rose, mais je disais le contraire ; la tendresse de Jean Valjean derrière son aspect bourru, rustre même.
Victor écrit « Javert jouissait » quand il chasse Jean Valjean ds le quartier de Picpus.
Terrible.
je n’ai pour l’instant rien trouve à Javert qui le rachetasse à mes yeux. Je répète donc devant l’incompréhension manifestée (mais je garde la rose) : vous me semblez plus proche de Jean Valjean que de Javert.
Ceci dit je peux me tromper. En suis au livre six. D’ici la fin je le saurai et vous le dirai.
Cordialement

Nostalgie quand tu nous tient dit: 8 avril 2016 à 20 h 23 min

D. dit: 8 avril 2016 à 20 h 12 min
Pour continuer en logique barrozienne, qui au passage tient furieusement de l’école kronesque

Aucun doute, baroz n’est qu’un triste ersatz de kron,
pas de voyages, pas de 5 étoiles, pas de Montrachet, pas de bichons.
Une vie triste, sans goûts.

D. dit: 8 avril 2016 à 20 h 12 min

Pour continuer en logique barrozienne, qui au passage tient furieusement de l’école kronesque, je vais m’abstenir de commenter jusqu’à demain AP, histoire de voir si ça fait sauter le blog.

D. dit: 8 avril 2016 à 20 h 10 min

Jibé dit: 8 avril 2016 à 19 h 13 min

Je me demande si c’est pas D. qu’a fait sauter le compteur de la RDL ?
Il n’est plus intervenu ici depuis 23 h 36 min, hier soir…

Et alors, Jacques, expliquez-nous le rapport ?

bouguereau dit: 8 avril 2016 à 20 h 01 min

l’blanc cass c’est un péché..jme souviens baroz d’en havoir fait havec du bourgogne rouge..en bourgogne..havec les feuilles..sans..à mettre au soleil la bouteille houverte..ou pas..ha la cave dans le noir au contraire..tout est pas pareil mais tout est bon

bouguereau dit: 8 avril 2016 à 19 h 57 min

On a enfin vu où était passé le blanc de la neige !

dans l’cassis..pas trop frappé..d’l’aligoté c’est la tradition

bouguereau dit: 8 avril 2016 à 19 h 54 min

c’est la partie carrée havec vénus alignée baroz..prolétairesse de tous les pays tendez bien le cul comme elle dit bonne clopine

Jibé dit: 8 avril 2016 à 19 h 13 min

Je me demande si c’est pas D. qu’a fait sauter le compteur de la RDL ?
Il n’est plus intervenu ici depuis 23 h 36 min, hier soir…

DHH dit: 8 avril 2016 à 17 h 45 min

ma question ,en attente de modération de 15 H 38 devient sans objet et evidemment son rappel à 17 h26 ?
je m’aperçois que tout est rentré dans l’ordre pour l’accès à la république du cinéma

miséréré dit: 8 avril 2016 à 17 h 43 min

« A 15 h 38 j’ai posé une question sur l’inaccessibilité des autres républiques de la culture ;elle n’est pas encore apparue »

le saint-père prône la miséricorde

question de fond dit: 8 avril 2016 à 17 h 36 min

DHH dit: 8 avril 2016 à 17 h 29 min
A 15 h 38 j’ai posé une question sur l’inaccessibilité des autres républiques de la culture ;elle n’est pas encore apparue j’aimerais savoir si d’autres internautes ont un probleme

« apparue » se rapporte-t-il à « inaccessibilité » ou « culture » ?

Janssen J-J dit: 8 avril 2016 à 17 h 25 min

@22.10 ‘Vous me semblez plus proche de Jean Valjean que de Javert, vous’.
C’est à cause de la pudeur que beaucoup se montrent cyniques. Merci d’avoir perçu de la tendresse en Javert, elle y est très souvent, et il vous offre une rose.
@15.34 « je vais t’aimer jusqu’à ce que tu t’aimes ». Sympa, quoiqu’un peu violent quand même. Hélas, la fable ne dit pas si le gentil chacal a réussi à faire plier le méchant (du moins dans la version de Ramsey Wood, la seule que je connaisse).

Sergio dit: 8 avril 2016 à 17 h 17 min

bouguereau dit: 8 avril 2016 à 16 h 43 min
C’est un blog pour aveugles ?

hencore une attaque de chenzène via la garenne..

On a enfin vu où était passé le blanc de la neige !

bouguereau dit: 8 avril 2016 à 17 h 07 min

Tout ce qu’il avance est pure spéculation et n’a jamais été étayé par l’ombre d’une preuve

hen même temps l’homme est facilement falsifiabe..tout objet oblongue fait l’affaire dit même lolo..et la femme..suffit d’souffler fort dans ce que vous savez..

bouguereau dit: 8 avril 2016 à 16 h 54 min

Il se sentait aussi malchanceux qu’un pou sur la tête d’un chauve

t’exagères..morbac sur un tiquet de métro c’est plus prés dla condition humaine ozy..

bouguereau dit: 8 avril 2016 à 16 h 50 min

Ah ben houi mais ça les sourds mon système avec deux boîtes de conserve et une ficelle ça va pas marcher

ça marche que si hon tend la ficelle..ça a été la plus grande découverte de ma cours de récré..mais quelle

OZYMANDIAS dit: 8 avril 2016 à 16 h 49 min

« Il se sentait aussi malchanceux qu’un pou sur la tête d’un chauve ».

Albert Cossery ( Mendiants et orgueilleux ).

bouguereau dit: 8 avril 2016 à 16 h 47 min

la différence de poids entre conscient, inconscient déshabillé puis rhabillé

c’est con comme la lune

OZYMANDIAS dit: 8 avril 2016 à 16 h 44 min

Comment peut-on appeler quelqu’un qui n’est ni intelligent ni con ?
Un intellicon, pardi !

OZYMANDIAS dit: 8 avril 2016 à 16 h 12 min

Deux haïkus :

« Le papillon bat des ailes comme s’il désespérait de ce monde ».
« Là où je vis, il y a plus d’épouvantails que d’humains ».

OZYMANDIAS dit: 8 avril 2016 à 16 h 09 min

Le soleil est con.
La lune est intelligente.
La lune éclaire la nuit.
Le soleil éclaire le jour !!!

christiane dit: 8 avril 2016 à 15 h 57 min

Vous avez des problèmes d’addiction, W. ?
Vos commentaires tournent en rond, genre obsessionnels… Il y a des groupes de rencontres pour ça. allez-y, ça vous fera le plus grand bien. On vous accueillera en vous disant qu’on vous aime.

cadex dit: 8 avril 2016 à 15 h 48 min

15h36 ne dit-on pas de l’orgasme qu’il est une petite mort, il existe ainsi une autre solution que dormir sa vie, quelle perte de temps.

« L’extase mystique se vit dans ce qui est « habituellement » considéré comme bas, diabolique et sale par les religions, c’est-à-dire dans l’ob-scénité. Chez Madame Edwarda, c’est la rencontre d’une Déesse Mère pute qui rayonne dans un bordel et qui finit par avouer que Dieu c’est elle. Dieu s’incarne non pas sous la forme d’un christ mais sous la forme d’une pute et dans un bordel. Et plus Madame Edwarda sera ob-scène plus elle sera divine. Bataille parle d’un dieu des abîmes, de l’ob-scénité de l’abomination. Chez Bataille à partir de la mort, la représentation de la mort est déifiée comme elle peut l’être chez Leopold von Sacher-Masoch, particulièrement dans son roman La Pêcheuse d’âmes, parce qu’à l’intérieur de la mort rayonne le sexe extasié. »

DHH dit: 8 avril 2016 à 15 h 38 min

aujourd’hui même par la voie directe la république du cinéma demeure pour moi hors d’atteinte
quand je clicque sur elle à partir de Google je reçois un très inquiétant message d’erreur.
suis-je seule dans mon cas ?
Sinon,si le problème est général, et releve non de ma connexion mais du site, a-t-on fait le diagnostic à défaut d’avoir déjà mis en place le remède?

OZYMANDIAS dit: 8 avril 2016 à 15 h 34 min

& Fable &

Kâlila, le chacal, se plaint à son frère Dîmna :
– Je suis triste, je ne m’aime plus.
– Mais je suis là, dit Dîmna, et je vais t’aimer jusqu’à ce que tu t’aimes.

cadex dit: 8 avril 2016 à 15 h 02 min

n’a jamais été étayé par l’ombre d’une preuve D

C’est parce que contrairement à l’appareillage issu d’une technologie patiente et rigoureuse et s’adressant au temps on n’a pas pris la peine d’évaluer la différence de poids entre conscient, inconscient déshabillé puis rhabillé, si les scientifiques s’y étaient attardés ils auraient découvert le poids des mots, des lois et de leur absence car même l’absence finit par peser pour finir par trouer votre emploi du temps.

http://blogs.futura-sciences.com/barrau/2016/02/11/les-ondes-gravitationnelles-ne-viennent-pas-detre-detectees/

Sergio dit: 8 avril 2016 à 0 h 39 min

Ah ben houi mais ça les sourds mon système avec deux boîtes de conserve et une ficelle ça va pas marcher ; peut-être qu’en leur faisant apprendre le braille…

Widergänger dit: 8 avril 2016 à 0 h 27 min

christiane dit: 7 avril 2016 à 20 h 17 min
________
Exemple de réponse niaise et infantile sur un blog, qui ignore tout de ce qu’a dit son interlocuteur. Même pas dialogue de sourd. Plutôt mutité mutatis mutandis… Mais elle explicite ce que j’en disais par l’exemple.

D. dit: 7 avril 2016 à 23 h 36 min

Nous en reparlerons demain après-midi.
Je suis très occupé demain matin.
J’ai d’abord à 06 00 un cross à travers les rues de Paris, puis à 07h une heure de Kick Kung-Fu sur les quais de Seine, suivi du Qigong de 08 h.
Viendra ensuite un petit déjeuner composé de 3 pommmes, 250 g farine d’épeautre torréfiée en bouillie au lait de soja et de 400 g blancs de poulets noirs fermiers cuits à la vapeur. J’y ajoute un folie : un petit café noir sans sucre. Enfin à partir de 8h 30 diverses réunions avec des instances intellectuelles et politiques plus ou moins représentatives de ma pensée. Je ne serai réellement libre qu’à 14h 30.

D. dit: 7 avril 2016 à 23 h 30 min

Freud est en effet l’un des plus grands imposteur de notre époque. Tout ce qu’il avance est pure spéculation et n’a jamais été étayé par l’ombre d’une preuve.

Sergio dit: 7 avril 2016 à 23 h 13 min

la vie dans les bois dit: 7 avril 2016 à 19 h 48 min
Il s’agit de détruire une idole, celle d’un des plus grands imposteurs intellectuels de notre époque : Freud. »

Hum… Il y a de la concurrence ! Sans Henri Poincaré, on sait même pas si Einstein aurait compris le pont aux ânes… Et c’est pas pour défendre les Lorrains ces grosses masses…

rose dit: 7 avril 2016 à 22 h 10 min

Les échanges, entre nous, manquent singulièrement de tendresse. Pas de conversation ou bidon, expression de soi dans ce qui est renvoyé à son interlocuteur, difficulté de retrouver son couple dans le temps passé par son compagnon à vivre connecté.
Pour ma part, je vous lis, et de surcroît Victor Hugo que je découvre.
Notre société est éminemment anxiogène. Nos interactions ne nous aident pas à aborder ce que nous affrontons dans notre quotidien

Nous sommes branchés -moi aussi- et cela ne nous aide pas à vivre mieux.
Je vous dis deux choses qui me semblent importantes à partager avec vous.

Jules Verne a vu l’océan à douze ans. Il a descendu l’estuaire de la Loire jusqu’à Saint Nazaire.

Jean Valjean, lui, je reprends les mots de Victor sans le citer, a connu une idée de la vertu en faisant la rencontre avec l’évêque de Digne les Bains, monseigneur Bienvenu, surnom donné par ses paroissiens.
Plus tard, il connaîtra l’amour en s’occupant de Cosette.

Vous me semblez plus proche de Jean Valjean que de Javert, vous.
WDG vous êtes deux sur ce blog à ne pas avoir d’interlocuteurs avec qui échanger sur un pied d’égalité.
Cadex ou codex je ne sais votre intérêt pour les nids et les poules, (la femme est la loupe de l’homme) mais un café en haut d’une tour à Nantes pourrait vous convenir.
Christiane votre intérêt pour autrui ne me semble pas feint. J’apprécie votre générosité dans l’échange.

Les Misérables j’en suis au quart. C’est un bonheur de lecture inouï. J’ai eu toute la bataille perdue de Waterloo expliquée en détail par Victor.

Affectueusement à tous,

rose

Al Ceste dit: 7 avril 2016 à 22 h 02 min

Jibé dit: 7 avril 2016 à 15 h 47 min

AL Ceste, n’est pas la gauche française qui est en plein naufrage plutôt que la vieillesse à Renaud !?
…………..

Tout pareil !

Pour répondre à Widerganger : je ne me fais aucune illusion sur Plenel.

D. dit: 7 avril 2016 à 20 h 53 min

Alors que le trigone Saturne-Uranus se met en place, ce qui permet d’espérer que la coalition internationale agisse enfin efficacement, un aspect dissonant vient mettre un coup de frein à la plupart des projets en cours : le carré Jupiter-Saturne.
Or Jupiter représente l’expansion, la loi qui permet, les banques, les organismes sociaux. Saturne représente les restrictions, les états et institutions, la loi qui sanctionne et en Sagittaire les lois internationales. Autrement dit deux mondes opposés qui, par l’aspect dissonant, entrent en conflit durant quelques mois (de la mi-février à la fin juin).

la vie dans les bois dit: 7 avril 2016 à 20 h 38 min

« Une centaine d’écrivains américains s’indignent que leur PEN accepte un soutien israélien au lieu de le boycotter. »

soutien financier du gouvernement israelien, isn’t it ?

Moi je choisis maintenant les avocats avec la plus grande circonspection. C’est difficile de trouver les vrais mexicains.

Chaloux dit: 7 avril 2016 à 20 h 37 min

Le tour d’Ecrou : quel grand récit. L’idée que les fantômes ne devraient pas se montrer aux enfants est absolument géniale. Célébrons Henry James!

D. dit: 7 avril 2016 à 20 h 36 min

Vous savez à qui vous me faire penser, Cadex ? A une fille qui s’appelle Bérénice et qui a commenté ici pendant 2-3 ans avant de complètement s’évaporer.

D. dit: 7 avril 2016 à 20 h 35 min

JC, pensez-vous que la nouvelle constitution qui est en trains d’être ébauchée Place de la République sera bientôt adoptée ?
J’ai l’impression que si ce mouvement des indignés ne se résorbe pas de lui même d’ici quelque semaine, la troupe y mettra fin, mais parfois mes impressions premières ne sont pas les bonnes.
Ce sont aux astres de parler. Je vais les consulter et je reviens vous en parlez.

cadex dit: 7 avril 2016 à 20 h 29 min

la vision urticante » les orties fraïches qu’il avait récoltées sur un talus la veille » mais incohérence narrative.

D je reviens après 22h, pour des petits mots car j’ai horreur des gros ou autres expressions de laisser-aller visant le centre de la cible mais s’éloignant d’un inoffensif jeu de fléchettes autant que du score gagnant.

christiane dit: 7 avril 2016 à 20 h 17 min

Ah, W. vous êtes un grand malade ne cessant de voir chez les autres vos propres défauts. Tout n’est que leurre et vanité chez vous avec un vernis de culture littéraire qui n’attire que l’admiration de celui que vous avez allègrement piétiné sur son blog. Vous n’êtes vraiment pas un homme intéressant et je crains le pire avec les jeunes qui vous sont confiés quant à leur instruction. Allez, vous ne valez pas tripette et empli de méchanceté vous n’intéressez pas grand monde.
Allez donc vous mirer sur votre blog solitaire qui n’intéresses personne. Barozzi écrit cent fois mieux que vous et il a du cœur, lui..

la vie dans les bois dit: 7 avril 2016 à 20 h 07 min

Chantal, en fait pas du tout. Mais les plus grandes gueules ici, ne se mesurent qu’à cela.

Pour votre témoignage de 19h55, sorry, je n’étais pas, au même moment sur la même fréquence.
C’est en le lisant, maintenant, que je ressens ces mêmes picotements. Mais ils venaient de très loin de Paris ou Bruxelles; d’un endroit où il n’y a pas des doctorants comme des chacals, heu, des chacaux ?

cadex dit: 7 avril 2016 à 20 h 05 min

non voyons mais c’est un peu comme si vous entrainiez au squatch sans toutefois ressembler à une chambre d’écho.

chantal dit: 7 avril 2016 à 20 h 02 min

lvdb , marrant mais … est – ce une façon détournée de demander les mensurations de quelqu’un qui vous intéresse … lol

cadex dit: 7 avril 2016 à 20 h 01 min

19h55 après cela vous pourrez sentir le soulagement. Le verbe salvateur à défaut de pouvoir se poser en véritable outil thérapeutique. Peu de femmes oseraient mais la citation constitue un grand pas vers le partage des taches ménagères.

la vie dans les bois dit: 7 avril 2016 à 19 h 55 min

Il y en a qui sont obsédés par leur vermicelle ?
« Un pastiche de Voyage au bout de la nuit où Bardamu surprend le médecin-chef Bestombes en pleine consultation. »
« Foutre queue ! Divine révélation ! Je le vis enfin dans sa Vérité vraie, l’Agrégé cocoricocoteur ! « 

chantal dit: 7 avril 2016 à 19 h 55 min

c’est plein de fantômes … comme quoi … certains n’ont rien inventé hum, hum, c’est empli de disgressions, de locuteurs, raconteurs, çà part en tous sens, enfin, c’est un peu ce que je ressens en écoutant regardant les émotions/témoignages à frissonner d’horreur, ect …

je l’ai fait aussi donc je ne jette pas la première pierre.

Guillaume Pérévotchikov, s’étant trompé d’itinéraire, ce jour – là, échappa à une mort douloureuse sans le savoir. Rentré chez lui, il ouvrit le poste de télévison. Il resta stupéfait un long moment, la tête engourdie, le pied picotant; le robinet d’eau de la cuisine laissé ouvert noyait les orties fraïches qu’il avait récoltées sur un talus la veille. Absorbé par la vision horrifiante des images, il ne sentit même pas la vibration insistante de son smartphone qui lui agitait la fesse droite avec insistance…

Liz Roudinesco dit: 7 avril 2016 à 19 h 53 min

Ah ! encore un nouvel adepte de Michel Onfray qui décrépuscule mon idole ! Je vais finir par tomber dans les Pommes si ça continue comme ça !

la vie dans les bois dit: 7 avril 2016 à 19 h 48 min

On peut faire de la pub, pour un excellent XVIIèmiste ? Chic alors.

« Autrefois, on utilisait l’expression « boire du petit lait » pour indiquer que l’on entendait quelque chose de particulièrement agréable à l’oreille et qui coulait comme du miel…

C’est ce que l’on ressent la lecture de ce livre, de cet essai est un grand plaisir intellectuel, celui que Nietzsche définissait comme la philosophie à coups de marteau. Il s’agit de détruire une idole, celle d’un des plus grands imposteurs intellectuels de notre époque : Freud. »

http://www.enquete-debat.fr/archives/la-psychopathologie-de-la-vie-quotidienne-ou-quand-freud-demenage-du-matin-au-soir-de-rene-pommier-41836

cadex dit: 7 avril 2016 à 19 h 42 min

en racontant absolument n’importe quoi, pour le plaisir de blesser

ah désolée, je n’ai pas tout suivi de cette affaire.

D. dit: 7 avril 2016 à 19 h 41 min

Je reviens à la demande générale.
Mais je pose mes con ditions : à la première modéra fion, je quitte ce blog définitivement et irrévocablement.

hurk bis dit: 7 avril 2016 à 19 h 39 min

« c’est moins grave qu’une petite bite »
Une petite bite, est-ce si grave que ça franchement ? beaucoup de femmes aiment. De quoi faire un bon roman, tu veux pas t’y essayer, boug’en-train ? Mon éditeur n’a pas voulu de la mienne, a trouvé qu’elle était trop longue (cette histoire, j’veux dire). Tu veux vraiment pas t’y coller ?

cadex dit: 7 avril 2016 à 19 h 38 min

Je relis le trou de l’écrou d’Henri James, çà c’est du roman comme je les aimes

Le tour d »écrou est une affreuse nouvelle symboliste, un suspens d’enfer néanmoins.

Sergio dit: 7 avril 2016 à 19 h 25 min

Je me demande si ça sert vraiment à quelque chose, d’être fou… Finalement c’est pareil, y a toujours le fisc, la météo, les agents, le verre est vide, la voisine a toujours son clebs immonde… Même si on se balade avec un entonnoir tout le monde s’en tape personne demande d’autographe…

chantal dit: 7 avril 2016 à 19 h 21 min

@ Janssen J-J dit: 7 avril 2016 à 17 h 28 min

Non, car vous êtes bien trop méprisant vis – à – vis de l’auteur dans votre façon de demander un envoi gracieux. Je garde mon exemplaire dédicacé.

– A propos de PEN Club, j’ai oublié ma cotisation annuelle …

Je relis le trou de l’écrou d’Henri James, çà c’est du roman comme je les aimes.

Chaloux dit: 7 avril 2016 à 19 h 16 min

Je ne vois pas beaucoup de douceur dans les insultes ni queue ni tête -ci-dessous- de ce pauvre Alba qui se montre de plus en plus aigre, comme un vieux cornichon oublié dans un bocal. Quant aux énormités qu’il assène à Barozzi, elles sont non seulement ridicules mais aussi particulièrement indélicates. On ne se mêle pas (à moins d’être appointé pour ça et qu’il l’ait sollicité) du travail d’un écrivain. On prend ou on ne prend pas, mais on ne panglosse pas à longueur de journée en racontant absolument n’importe quoi, pour le plaisir de blesser, par simple jalousie, ou pour se donner un rôle qu’on serait bien incapable de tenir. Je suis pour ma part un fou qui ne craint pas l’éloge d’autrui.

Chaloux dit: 7 avril 2016 à 18 h 32 min

Albablabla, je ne sais pas si je suis « fou », pas impossible (tu en es assurément un autre), mais tu me fais vraiment marrer avec tes airs de vieille précieuse post-Goncourt.

Widergänger dit: 7 avril 2016 à 18 h 27 min

Un blog a toujours une figure emblématique, celle du fou pathologique qui vient se vider sur blog. Les psychiatres d’ailleurs l’ont déjà observé, le genre « blog » accroche toutes formes de pathologie. Ici, le fou de service porte le pseudo de Chaloux. Un phénomène de foire qui donne lieu à mille quolibets qu’en fou il croit tous émanant d’un certain Alba, qu’il voit partout, figure de ses projections imaginaires, tantôt sarcastiques, tantôt franchement délétères, mais toujours d’une violente haine comme symptôme de sa misérable folie.

Chaloux dit: 7 avril 2016 à 18 h 15 min

Rions un peu :

Albablabla : « Survalorisation de la médiocrité au détriment de l’intelligence des choses littéraires. Décadence, en vérité ! »

C’est fait.

Bonne soirée,

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 18 h 12 min

Houi mais pareil il y a des récidivistes !

..et faire du vélo y parait que c’est pas bon non pus..

Sergio dit: 7 avril 2016 à 18 h 09 min

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 17 h 53 min
comme par exemple la détention d’une petite cylindrée…

c’est moins grave qu’une petite bite allez

Houi mais pareil il y a des récidivistes !

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 18 h 09 min

Et là, je serais reparti revoir ma mère la queue basse, c’est clair

c’était un tromblon épicétou

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 18 h 07 min

Les natives d’Antibes sont des Antiboises

et les celles là qui y habitent mais qui sont nées a la garenne alors..c’est bien une réponse de blog encore

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 18 h 02 min

Comme si tout quolibet était forcément gratuit

cricri a un compte paypal..mais c’est pour les chiens qui font des chats

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 17 h 59 min

Sans doute. Mais simple soliloque, hélas !

..tu suces baroz mais haprés pour la pareille c’est tintin..c’est bien les blogs ça tient

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 17 h 57 min

Il ne suffit pas d’avoir des choses à raconter, encore faut-il posséder son sujet

du baqueroume du baquerome hencore du baquetoume..c’est cque jlui serine à baroz..mais non..de l’employé du gazqu’il nous fait..plus fort que lui

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 17 h 53 min

comme par exemple la détention d’une petite cylindrée…

c’est moins grave qu’une petite bite allez

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 17 h 52 min

la chambre à gaz. Il faut une ligne directrice

toujours des histoires de pétomane havec dracul

observateur de la rdl dit: 7 avril 2016 à 17 h 45 min

« la chambre à gaz. Il faut une ligne directrice, mon brave jibé »
Oui, comment n’avoir pas pensé à traiter du seul sujet qui vaille en tant que rescapé, Jibé ?

Flaubert dit: 7 avril 2016 à 17 h 36 min

« Il faut une ligne directrice », « Il ne suffit pas d’avoir » « encore faut-il posséder »… Voilà en somme beaucoup de conseils impérieux destinés à renvoyer l’élève à ses chères études ou à refaire sa copie. Sont-ils amicaux, ironiques, humoristiques, jaloux, méprisants, infatués, quolibiques ? On ne sait jamais trop quoi penser avec wgg-ma. On m’aurait donné des conseils de ce genre, pour ma part, je ne les aurais pas très bien pris à mon époque, à moins que j’eusse trouvé en leur auteur un maître… Et là, je serais reparti revoir ma mère la queue basse, c’est clair.

Sergio dit: 7 avril 2016 à 17 h 29 min

Les quolibets ça fait bong badabong pour pas dire bataclan, on dirait Canardo qui se paye les poubelles avec sa Cadillac blanche en rentrant à l’hôtel.

Tandis que les lazzi, c’est quand même un je ne sais quoi plus délicat, plus rivage des Syrtes, plus Adriano Celentano…

On avait les sarcasmes, dans les anciens temps ; c’était pas mal, ça… Et sans pitié ! Très adapté aux défauts majeurs et rédhibitoires comme par exemple la détention d’une petite cylindrée…

Janssen J-J dit: 7 avril 2016 à 17 h 28 min

Je souhaiterais prendre connaissance de l’ouvrage de monsieur Jacques Barozzi sur le goût de marcher, dont on fait grand cas ici, car je suis également un amateur de marches en tous genres, toujours parti sur les traces des Lacarrière, Ollivier, Tesson, Gros, et autres Kaufman, ce genre quoi, sans compter les Ella Maillard, Alexandra David Neel ou autres Isabelle Eberhardt bien sûr, sinon plus intéressantes.
Quelqu’un pourrait-il me le faire parvenir en service de presse (via la rdl), car chez Gilbert jeune, il n’est qu’à moitié prix, avec des pages écornées, et sur le bon coin d’Amazon, pas donné non plus. Merci pour votre compréhension.

Widergänger dit: 7 avril 2016 à 17 h 26 min

Le problème de Baroz est simplement qu’il a peur d’être lui-même pour écrire comme il sent, et ce qui lui manque en revanche c’est un cap pour écrire, un sens global, un « sujet » comme le dit Claude Lanzmann à propos de son film Shoah quand il commençait à le tourner. Il ne connaissait pas son sujet et il ne serait pas allé bien loin s’il n’avait pas fini par le trouver : la chambre à gaz. Il faut une ligne directrice, mon brave jibé. Sinon, tu auras beau savoir tourner des phrases, tu n’iras jamais bien loin. Il ne suffit pas d’avoir des choses à raconter, encore faut-il posséder son sujet. Après les choses viennent d’elles mêmes parce qu’elles sont en quelque sorte prises dans les filets de la narration.

Widergänger dit: 7 avril 2016 à 17 h 17 min

« lance des quolibets gratuitement » (christiane)
___________
Comme si tout quolibet était forcément gratuit et jamais fondé !
____________
Exemple d’autojustification gratuite…

Widergänger dit: 7 avril 2016 à 17 h 15 min

christiane ressort toujours le même argument à qui s’indigne de l’incroyable vanité et superficialité de ses commentaires qui s’écoutent parler :
1°) Celui qui se livre à ce genre de critique en est lui-même forcément passible;
2°) Il n’a qu’un but : écraser l’autre sous le poids de sa supériorité supposée;
3°) Celui qui est ainsi supposé supérieur n’est en réalité jamais supérieur.
______________
Exemple de non conversation qui se prend les pieds dans le tapis…

Widergänger dit: 7 avril 2016 à 17 h 09 min

Al Ceste s’étonne que médiapart soit médiapart comme si les cochons donnaient naissance à autre chose que des cochons.

Widergänger dit: 7 avril 2016 à 17 h 08 min

christiane dit: 7 avril 2016 à 16 h 31 min
____________
Autre exemple de non conversation qu’on trouve sur un blog : celle qui s’écoute parler en croyant à un échange : Narcisse, quand tu nous tiens… On hésite toujours en lisant les commentaires de christiane entre le haussement d’épaule et le rire du bouffon…

Widergänger dit: 7 avril 2016 à 17 h 05 min

Jibé dit: 7 avril 2016 à 14 h 25 min
« l’art de la conversation n’a presque rien à voir avec des commentaires sur des blogs. »

Et pourtant, quelle multitude de textes enrichissants ai-je pu lire ici sous votre plume !
___________________
Sans doute. Mais simple soliloque, hélas !
Exemple de non conversation qu’on trouve sur un blog…

Widergänger dit: 7 avril 2016 à 17 h 04 min

« Certains écrivains américains sont visiblement pleins des pires préjugés à l’égard d’Israël (…) ce ne sont que de sinistres c… »

à l’égard des Palestiniens, ce seraient des génies, WGG ?
____________
Exemple de conversation débile qu’on trouve sur un blog.

Widergänger dit: 7 avril 2016 à 17 h 02 min

On ne peut rien dire de profond sur un blog sous peine de passer immanquablement pour un « cuistre »

plus t’es cuistre plus t’es profond en somme. (bouguereau)
_________
Exemple de réponse imb.écile qu’on trouve sur un blog.

esprit pratique dit: 7 avril 2016 à 16 h 58 min

« il y a toujours un(e) disgracieux(se) qui s’introduit et lance des quolibets gratuitement, juste pour exister, pour écraser les autres de son importante vanité »

Faudrait se cotiser pour lui payer l’asile

Sergio dit: 7 avril 2016 à 16 h 53 min

Jibé dit: 7 avril 2016 à 15 h 07 min
Les natives d’Antibes sont des Antiboises

Ben qu’est-ce qui raconte, le Boby ? Ou c’est des sortes de migrantes, alors… Mais comme ça, ah ben bon, i me scie mon casuel ! C’est de la graine d’anarchiste, des gus pareils…

christiane dit: 7 avril 2016 à 16 h 31 min

@Jibé dit: 7 avril 2016 à 14 h 37 min
Vous écrivez : « C’est donner à entendre ce que voit l’œil du photographe ! A partir de là, le spectateur pourra se faire son propre film… »
Votre remarque, éloignée du moment où j’écrivais à Annelise, je m’y perds un peu. Est-il question de vos écrits, du film de Depardon, de ce blog, du billet de P.Assouline, d’autre chose ?
Je ne sais plus…. Depuis d’autres intervenants ont laissé des commentaires différents et moi-même j’ai exploré d’autres pistes qui ne passent pas par ce blog.
Néanmoins, je vais tenter de vous rejoindre. Ce que j’aime dans vos textes (même s’ils vous exposent intimement comme le soulignait Bouguereau, hier,) c’est que je peux les relier à une lecture linéaire, conventionnelle, celle que j’ai aimé retrouver dans votre série « Le goût de… ». Vos images passent par des êtres humains et par votre interprétation de ces souvenirs. Ces textes, recueillis au fil du temps dégagent une atmosphère bien qu’ils n’aient ni début, ni fin. On déroule, on explore, on apprend un peu de vous, un peu des vôtres. Les visages y sont paysages et les paysages portent des visages. (Je pense au portrait de votre mère, que Clopine et moi avions apprécié). Des textes dans le contexte d’une enfance sans qu’il soit besoin de les éclater par des nœuds qui, renvoyant à des liens (textes ou photos), nous éloigneraient de cette narration.
Depardon évoquait le goût de la conversation. Parfois il s’établit ici, liant quelques commentateurs (Très beau chez Annelise et ses commentateurs) mais ça ne dure jamais très longtemps car il y a toujours un(e) disgracieux(se) qui s’introduit et lance des quolibets gratuitement, juste pour exister, pour écraser les autres de son importante vanité. Alors on passe à autre chose…
Je pense à Borges (« Le jardin des sentiers qui bifurquent »), à Apollinaire et ses « Calligrammes ». Comme dans d’autres figures de l’écriture poétique, ils étaient dans l’hypertexte bien avant internet. Une page à explorer échappant à la linéarité, au sens de l’écriture (gauche/droite puis haut/bas).
Peut-être en reparlerons-nous, un jour…

Jibé dit: 7 avril 2016 à 15 h 47 min

AL Ceste, n’est pas la gauche française qui est en plein naufrage plutôt que la vieillesse à Renaud !?

ultraliberal et fier dit: 7 avril 2016 à 15 h 20 min

« (d’autres diront que j’en profite pour faire encore ma pub !) »

i faut c’qui faut

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 15 h 12 min

Y a des gars qui pourront piloter deux motos à la fois !

..le don de bilocation que ça s’appelle

Jibé dit: 7 avril 2016 à 15 h 11 min

« t’exagères »

A peine, le boug !

(et dire que certains diront que ce n’est pas de la conversation !)

Jibé dit: 7 avril 2016 à 15 h 10 min

« ..sois affirmatif baroz..ça fra moins..enfin plusse quoi »

Veux-tu bien laisser tranquille ma part de doute, le boug !

bouguereau dit: 7 avril 2016 à 15 h 09 min

sinon des gens et des meurs, d’où vous êtes partie ?

..hon est pas tous pédé baroz..t’exagères

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*