de Pierre Assouline

en savoir plus

La République des livres
Le livre de Thomas Piketty est-il vraiment capital ?

Le livre de Thomas Piketty est-il vraiment capital ?

On connaît bien désormais les phénomènes d’emballement médiatiques. Ce que l’on sait moins, c’est qu’ils peuvent s’exercer dans les deux sens. Etrangement, ce sont les mêmes qui ont rapidement et panurgiquement élevé une statue à un auteur qui sont souvent les plus prompts et les plus radicaux pour la mettre à bas. Il fallait s’y attendre dans un village planétaire souffrant d’économisme aiguë : après un engouement exceptionnel pour Le capital au XXIème siècle (Seuil) de Thomas Piketty (Clichy, 1971), livre de théorie économique de quelque 700 pages (1,5 millions d’exemplaires vendus en tout, des droits cédés dans une quarantaine de pays, une couverture médiatique sans précédent pour un aride traité d’économie), initié par une partie des élites américaines (notamment deux prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz et Paul Krugman, sans compter le conseiller économique du président Obama qui a demandé à le recevoir,  l’éditorialiste du Financial Times et, de manière un peu plus nuancé, le Wall Street Journal) etc), on a assisté à un phénomène de Piketty-bashing.

Aux Etats-Unis tout d’abord, d’où l’emballement était parti (et où Thomas Piketty a eu l’habileté de refuser les offres des grands groupes pour se faire publier par le prestigieux label de Harvard University Press). Il y a un an, le livre était No2 des ventes de la catégorie « Hardcover Nonfiction » sur la liste du New York Times. Comme le rappelle Nicolas Barreyre dans son article des Annales, « le Piketty » est arrivé à point dans une Amérique où le mouvement Occupy notamment a dénoncé avec succès la responsabilité de la ploutocratie dans la croissance des inégalités en utilisant l’expression « Gilded Age », âge d’or pourri par allusion au roman de Mark Twain The Gilded Age : A Tale of Today (1873) sur la manière dont se sont échafaudées de grandes fortunes douteuses.

Le Français se fait désormais houspiller dans un pays où, il est vrai, d’un côté il figure dans la liste 2015 des personnalités mondiales les plus influentes établie chaque année par le magazine Time de l’autre le New Yorker se permet d’épingler Cédric Villani, notre médaille Fields, comme la « Lady Gaga des mathématiques françaises ». Passons et examinons.

Qui le critique désormais ? Aux Etats-Unis des économistes républicains ou proches de leurs cercles et des think tanks libéraux. Et même un certain Matthew Rognlie, aspirant doctorant de 26 ans au MIT, qui a prétendu, sur son blog pulvériser par un simple billet (développé par la suite) mais à grands renforts d’équations la summa pikettya !christoph niemann

Quelle est la thèse ambitieuse défendue par Thomas Piketty ? Sur un ton volontiers prophétique (ne se livre-t-il pas à une prédiction globale ?) mais s’appuyant sur une conviction particulièrement documentée,  il s’emploie à (dé)montrer que les inégalités de richesse et de revenus dans un système capitaliste obéissent à des logiques économiques liées implacablement à l’accumulation du capital privé, tendance qui ne peut être brisée que par des chocs exogènes comme le XXème siècle en a connus (deux guerres mondiales, une crise économique majeure) Or les mécanismes de régulation interne ne sont pas forts pour enrayer cette dynamique.

Piketty tient que, par nature, le capitalisme produit des inégalités. Il ne propose pas une nouvelle théorie économique mais, tout en se projetant mondialement dans la longue durée (la distribution des revenus est encore plus inégale mécaniquement avec l’ouverture des échanges internationaux), il décrit l’évolution des inégalités habituellement étudiées à partir de la formule r > g  (le taux de rendement du capital supérieur au taux de croissance du PIB) aboutissant au principe : le rapport capital/revenu de long terme est égal aux taux d’épargne que divise le taux de croissance de l’économie. Si l’ensemble de ses critiques, de tous bords, qu’ils soient positifs ou négatifs, s’accordent à louer l’impressionnant rassemblement de données statistiques (issues du World Top Incomes Database) sur l’évolution des patrimoines et des revenus dans plus de vingt pays depuis le XVIIIème siècle que contient Le capital au XXIème siècle,  les détracteurs concentrent leurs tirs croisés sur plusieurs points :

– Non, les inégalités ne vont pas continuer à augmenter  car la consommation, la démographie et l’impôt suffiront à l’avenir à diluer les richesses héritées

– Non, il est pas pertinent de formuler une théorie générale sur l’inexorable accumulation des patrimoines au mépris du rôle des institutions politiques

– Non, toutes les données rapportées dans le livre ne sont pas utilisables car certaines sont fautivement transcrites

– Non, le rendement de l’immobilier n’est pas proportionnel au prix de vente mais aux loyers

– Non, toutes les extrapolations de l’auteur ne sont pas rigoureuses.

– Non, on ne peut juger recevable une thèse s’appliquant à un monde où l’innovation est absente alors que, selon certains économistes, c’est la croissance par l’innovation qui est source d’inégalités.

shutterstockComment s’y retrouver, qui croire, à supposer que, outre, ces critiques en ligne, on ait lu le livre en question ? La dernière livraison de la revue des Annales (No 1, janvier-mars 2015, 280 pages, éditions de l’EHESS) vient à point. Son dossier principal est consacré à « Lire Le capital de Thomas Piketty » (sans majuscule à « capital », tout de même). Des économistes et des historiens de l’économie, français et américains, y présentent chacun leur lecture critique du livre, au mépris des doublons, mais qu’importe. C’est riche, dense, informé et l’ensemble permet à ceux qui n’ont pas lu le livre d’en saisir les enjeux sur l’histoire des transformations du capital et la répartition des richesses – d’autant que l’auteur répond in fine aux contributeurs du dossier.

Ce qu’on en retire ? D’abord le sentiment rassurant pour notre intelligence du sujet que ces spécialistes-là se sont bien gardés de toute polémique stérile avec des formules à l’emporte-pièce du type de celle utilisées par l’essayiste libéral Nicolas Baverez (« du marxisme de sous-préfecture »). Ensuite la clé d’une partie de l’hostilité de certains économistes à son endroit (nonobstant la jalousie de quelques uns face à l’hapax éditorial que représente le succès mondial de son livre dans cette discipline austère). A savoir la défiance de Piketty à l’endroit de la seule modélisation mathématique et sa préférence pour les sciences sociales, régulièrement convoquées tout au long de son livre afin de faire dialoguer entre elles l’économie, l’histoire économique et l’histoire de la pensée économique.

C’est bien d’économie politique qu’il s’agit. Plus précisément d’un ouvrage de sciences sociales qui invite à se méfier de tout déterminisme économique qui négligerait le politique. Même s’il le présente comme une introduction à l’étude du capital au XXIème siècle, on en regrette d’autant plus que Thomas Piketty n’en dise pas davantage sur ce que recouvre la notion de « société démocratique » dans la mesure où il compte sur les valeurs dites méritocratiques pour combler les lacunes de la régulation. Transparence comptable et financière ? Information partagée ? droits de vote pour les salariés dans les conseils d’administration ? Soit mais encore ?

Quant à ceux qui ne manqueront pas de dénoncer que ce genre de livre soit traité dans ces colonnes aux dépens d’un recueil de poésie, oubliant que la RDL s’entend comme la république de tous les livres, on fera observer qu’en cherchant bien, on trouve même assez souvent dans ce brouhaha de chiffres, de statistiques et d’équations, des références à des oeuvres littéraires classiques. Notamment lorsque l’auteur, s’interrogeant sur la question fondamentale de la rente à travers la rentabilité du capital (sans faire dans le détail, hélas), observe l’évolution de l’image du rentier dans notre société, socialement accepté dans le reflet qu’en donne Balzac mais aujourd’hui traité par l’insulte. A ce sujet, Giacomo Todeschini de l’université de Trieste fait une mise au point salutaire sur l’interdiction de l’usure :

« Ni au Moyen-Âge ni à l’époque moderne, elle n’a mis en cause le droit des plus riches à s’enrichir en faisant fructifier leur capital (…) Les savoirs institutionnels européens ont donc commencé très tôt à affirmer l’existence d’une différence nette entre l’illégalité de la rente parasitaire de l’usurier et la légalité, voire le prestige et la moralité, de la rente en tant que profit du capitaliste marchand et banquier »

Comme Thomas Piketty en prend lui-même le risque, osons proposer que l’économie soit désormais rangée parmi les sciences sociales, entre l’histoire et la sociologie, à l’égal d’une sous-discipline. Qui sait… Alexis Spire cite dans la chute de sa critique une réflexion d’Antonio Gramsci (1929) qui lui va très bien :

« On peut être pessimiste par l’intelligence et optimiste par la volonté ».

(Photos D.R. et Shutterstock ; illustration Christoph Niemann)

 

 

 

 

Cette entrée a été publiée dans Essais, Histoire, sciences humaines.

503

commentaires

503 Réponses pour Le livre de Thomas Piketty est-il vraiment capital ?

l'erreur de casting dit: à

à WGG
mais « l’art imite la nature »!

Widergänger dit: à

Pas avant 2050 de toute façon.

Widergänger dit: à

Pour instaurer une taxe sur le capital, il faut un gouvernement mondial. Les institutions sportives sont un bon entraînement.

JE SUIS CHARLIE dit: à

L’ONU ?
Ce machin …

Widergänger dit: à

Eh oui, mon petit chéri, c’est par le jeu que tout commence. Notre monde est ludique. Faut t’y faire.

Un bon sauvage dit: à

Je choisis la guerre nucléaire, option religieuse.

M OU MME dit: à

C’est pour ça qu’il faut un gouvernement mondial.

Le sport de ce point de vue est à l’avant-garde puisqu’il dispose déjà d’institutions mondiales. (Widergänger)

Si c’était exact, il y aurait de quoi s’inquiéter car cela risquerait de conduire à la conclusion que tout ce que l’humanité se serait autorisée en matière d’institutions mondialisées serait cantonné au domaine du jeu. Rappelons tout de même qu’en dépit de toutes ses imperfections il existe tout de même plus qu’une esquisse de gouvernement mondialisé : l’ONU. Ce n’est qu’un timide début, certes, mais ça doit être une incitation à continuer le combat.

Widergänger dit: à

Un jour, le choix sera entre une guerre mondiale nucléaire et une réduction des inégalités mondiales.

On n’en est plus très loin. Une trentaine d’années à tout casser. Avant que ça casse tout.

pathos dit: à

une seule certitude, aux USA les 1 % les plus riches qui détiennent 35 % de la richesse nationale si ils voulaient être pauvres, ils ne pourraient pas,et les 2% les plus pauvres sont en prison

Cinéma et Publicité dit: à

Piketty/Macron, duo de jeunes c.ns.

Widergänger dit: à

Mais elle m’a tout donné. Ce qui ne paraît pas être ton cas…

Widergänger dit: à

Non, moi je n’ai jamais rien demandé à la nature, mon petit chéri.

Mafia blues dit: à

Vous pouvez toujours parler d’impôt mondial, bande de nazes, on s’en fout

Widergänger dit: à

Il n’y a pas de bons sauvages ! Il n’y a que des sauvages.

M OU MME dit: à

A examiner: les convergences entre les conclusions de Piketty et les récentes déclarations d’Emmanuel Macron sur les nécessaires évolutions du capitalisme. entre les propositions modérées et sensées de Piketty / Macron et les crispations bornées de l’extrême gauche française, façon PC ou Mélenchon (ou grecque), y semble pas y avoir photo.

Ecologiste scandalisé ! dit: à

« La nature demande à être éduquée. » (W.)

C’est vous qui demandez à être éduqué par la Nature !

Widergänger dit: à

C’est pour ça qu’il faut un gouvernement mondial.

Le sport de ce point de vue est à l’avant-garde puisqu’il dispose déjà d’institutions mondiales.

Un bon sauvage dit: à

C’est quoi, la civilisation ?

Widergänger dit: à

Ce n’est pas parce qu’une inégalité est « naturelle » qu’elle est bonne ! La civilisation est justement là pour corriger la nature qui en soi n’a rien à faire de quelque égalité que ce soit.

Et toc, dans le baba le JC !

La nature demande à être éduquée. Et il n’y a pas d’éducation sans correction.

JC demandait une petite correction. Il l’a eue.

M OU MME dit: à

Si j’en juge la liste de Google (vive Google!), la proposition pikettienne d’impôt mondialisé sur le capital a fait couler beaucoup d’encre. Consulter notamment un article de Mediapart.

M OU MME dit: à

– Non, toutes les extrapolations de l’auteur ne sont pas rigoureuses.

Y a des fois où la critique de la critique paraît indispensable.

M OU MME dit: à

Entre les sorties pseudo-féministes hors de propos du vit dans l’boa et les éructations pro-capitalistes de JC, on a une idée à peu près juste du niveau des commentaires suscités par le billet. Lisez « le capital au XXIe siècle » et le dernier numéro de « la revue des annales », vous causerez (éventuellement) après. question à deux balles : qui, parmi les commentateurs de ce billet, a lu le livre de Piketty ? Faudrait voir à tenter de s’informer.

Dans la liste des critiques au livre énumérées par Assouline, je note celle-ci :

– Non, il est pas pertinent de formuler une théorie générale sur l’inexorable accumulation des patrimoines au mépris du rôle des institutions politiques.

Si je me rappelle bien, la mesure phare proposée par Piketty pour réduire les inégalités engendrée par l’accumulation du capital est la création d’un impôt mondialisé sur ledit capital. On en est évidemment loin et d’ici que ça se fasse, de ‘eau coulera sous les ponts. En effet, les institutions politiques susceptibles de définir les modalités de cet impôt et de le faire appliquer n’existent pas.

Gardien de Zoo dit: à

Beaux échanges entre la vie et JC ce matin. Un enchantement intellectuel …

la vie dans les bois dit: à

playmobil à 8h41, ne t’aventure pas sur un terrain que tu ne connais pas. Ni te te mets des mots dans la bouche qui te dépassent pour faire ton pédant ignare. Tenseurs vectoriels, c’est tout ce qu’il te reste ?

C’est le l’heure de ton footing, non ?

J’ai cru comprendre dans les confidences que tu lâches ici et là, que bobonne t’attend à la maison. Bises de ma part.

tu vois je reste dans le sujet Piketty: les violences faites aux femmes.
( bois pas trop, tu vas encore te mettre minable)
https://www.youtube.com/watch?v=wokOgLqdtf4

giulietta massina dit: à

Benito JC le Fourbe n’est qu’un vieux nodocéphale, autrement bien dit une tête de nœud

JC..... dit: à

Quittons nous sur une note réjouissante, l’article nuancé du SUN, tribune anglophone délicatement raciste rapportée par Libération-Aliénation, le journal des bobos bien dans leur peau :

« Dans la chronique, publiée le 17 avril, soit trois jours après le naufrage en Méditerranée d’un chalutier au cours duquel 400 personnes ont trouvé la mort, la polémiste anglaise Katie Hopkins comparait les migrants à des «cafards» et «une peste d’humains sauvages».

«Montrez-moi les images de cercueils, montrez-moi les corps flottants dans l’eau, jouez du violon et montrez des personnes affamées et tristes. Je n’en ai toujours rien à faire», pouvait-on notamment y lire dès les premières lignes.

Selon son auteure, sorte de Zemmour britannique qui fait son beurre avec ses sorties racistes et les attaques à son égard qui en découlent, certaines villes anglaises sont devenues «des plaies putrides où des nuées de migrants et de demandeurs d’asile empochent les allocs comme si c’était de l’argent du Monopoly. »

Pas belle la vie de l’immigrant ?…. Bonne journée, mes petits choux humanistes !

JC..... dit: à

Le vit dans les doigts, n’oublie pas de te laver les mains avant de sucer ton pouce, en rêvant à Christine Boutin !…

JC..... dit: à

Revenons au sujet : la constitution d’un capital, d’un patrimoine, est une constante animale, humaine, absolument pérenne. En conséquence, le capitalisme est le pire des systèmes économiques … hormis tous les autres !

Il est le plus naturel, favorisant une inégalité tout aussi naturelle …

Le blabla théorique sur le sujet ne sert qu’à trouver un créneau universitaire original, sachant que l’économie est « science » (!) de supputation, à mes yeux même pas au dessus de la voyance et de la divination magicienne.

La bonne illustration du billet aurait du être, non pas un tableau noir sur le calcul tensoriel désespérant le pédagogue, mais un montage représentant le fakir Piketty, installé Foire du Trône derrière une boule de cristal, un turban hindou sur la tête, dédicaçant ses écrits délirants à des gogos hilares.

la vie dans les bois dit: à

playmobil, que tu fasses appel à deux compères comme dino, -tu as oublié javert !-, en dit assez sur la sociologie des vieux qui ont atteint la limite d’âge et l’usage qu’ils ont d’internet pour régler un léger problème qu’ils ont avec le sexe féminin. Comme te l’a montré reinhardt.

Je te laisse la main.

JC..... dit: à

« toujours pas trouvé preneur, le playmobil, qui s’auto-promeut en vente sur internet. » (lvdlb)

Quoi ! C’est tout ce que vous trouvez à dire, misérable larve littéraire : playmobil ! Tu parles d’un argumentaire …

(… ne seriez vous pas, par un merveilleux hasard, cette crapulette fofolle d’Eric Reinhardt, l’Al Fons plat au vit dans les doigts, la nouille louée à tort, …uhuhu !)

la vie dans les bois dit: à

« (Piketty)observe l’évolution de l’image du rentier dans notre société, socialement accepté dans le reflet qu’en donne Balzac mais aujourd’hui traité par l’insulte »

Ah bon.

« Notre modèle social est confronté à deux défis majeurs ; celui de la longévité et celui de la société des rentiers. L’espérance de vie a progressé de dix ans en France depuis les années 1960. Le nombre de centenaires devrait passer de 15000 aujourd’hui à 200000 en 2060.

Le nombre de retraités augmente rapidement et leur niveau de vie égale désormais celui des actifs. Et, alors que les dépenses de santé des premiers sont largement financées par les seconds, les transferts intergénérationnels publics (pensions, santé, dépendance, etc.) en faveur des retraités, déjà très importants – environ 20 % du produit intérieur brut (PIB) –, sont appelés à grossir avec le vieillissement de la population.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/04/28/le-risque-d-un-retour-a-une-societe-de-rentiers_3167779_3232.html#CsLMgqadfyU7jFPM.99

le JC….. dit: 27 avril 2015 à 7 h 48 min
toujours pas trouvé preneur, le playmobil, qui s’auto-promeut en vente sur internet.

JC..... dit: à

A propos de « capital »…

Puisque les voyous de l’islamisme intégriste ont rétabli de leur propre chef la peine capitale pour les catholiques et les juifs, pourquoi notre chère démocratie laiquement équilibrée ne rétablirait-elle pas la tranchante guillotine ?…

Cela allègerait la surpopulation carcérale, foyer de tous les excès…!

JC..... dit: à

Reprenez vous, je vous en prie, reprenez vous, vit dans les bois !

Ne lancez pas des accusations à la légère, et comme on dit chez les causeurs en « sciences humaines » : AR-GU-MENTEZ !

la vie dans les bois dit: à

et la tafiole de porquerolles l’oublie un peu trop souvent souvent, où il met ses doigts.

JC..... dit: à

Il ne faudrait pas que le harcèlement moral de Maître Court, le vit dans les doigts, se transforme en harcèlement érotomaniaque …

Nous sommes sur un blog littéraire, Piketty, Piketta, ne l’oublions pas !

la vie dans les bois dit: à

Autrement dit, Court, pour l’édification des foules, je vous (re)demande d’ouvrir publiquement ici la bibliographie du livre de de Farcy.

la vie dans les bois dit: à

Court, votre honneur -de mauvais pédagogue , vrai faiseur d’embrouilles ? – dût-il en prendre un coup, merci d’une manière générale de donner les liens !
http://larepubliquedeslivres.com/prenom-corbu/

Vous avez dans les commentaires le premier porté le fer avec votre de Farcy, la moindre des choses est que vous argumentiez, surtout que vous le remettez sur le tapis, hors-sujet, 15 jours plus tard.
Cela vous pose un problème ? pour que vous en appeliez aux lois de manu.

Un effort, Court, ou faites-vous aider.

Bloom dit: à

D’après son site officiel, l’ambassade de France au Népal, c’est 5 Népalais & 5 Français, dont un sismologue & une « secrétaire du chef de poste, agent ressources, régisseur, affaires consulaires d’urgence ». Il y avait un médecin en 2012 lorsque j’y étais, mais il semble qu’on lui ait préféré un sismologue. Par ailleurs « il n’y a pas de services d’urgences mobiles, type SAMU, au Népal. Seule la ville de Katmandou dispose d’un service, limité, d’ambulances partiellement médicalisées ». Aux dernières nouvelles, 674 Français sont portés manquants…

Court dit: à

« Mr Court, je ne lirai bien évidemment pas ce bouquin ». La Vie dans les Bois, 8 Avril

Vous pouvez tout de meme l’ouvrir pour en voir la bibliographie.Il ne vous tuera pas! Mais si Le Corbusier est pour vous une vache sacrée, on peut attendre!
MC

PS
Et merci aux gens qui disent que « je balance » de citer la profonde pensée wiederganguesque en question!

babel oueda dit: à

D. dit: 26 avril 2015 à 21 h 44 min

Merci, D.
J’ai pensé un moment pinailler sur un point de détail.
Parce que là, il y aurait matière à débat.

Mais non, je suis convaincu.

closer dit: à

« Il a été le compagnon d’Aurélie Filippetti qui, en 2009, porte plainte contre lui pour violences conjugales (sans en informer les médias)10, puis retire sa plainte. L’enquête a été classée sans suite après qu’il se fut excusé11, selon l’entourage de la députée socialiste12. »

Wikipedia

D. dit: à

ueda, j’ai regardé un peu et en effet la somme des dérivées de ux / uj s’effectue bien de t jusqu’à l’infini. A mon sens il n’y a pas d’erreur. C’est certainement ambitieux mais cela ne veut pas dire que c’est faux, sans démontrer non plus que ce soit vrai.

la vie dans les bois dit: à

« – vous devriez lire l’Idéologie allemande, je lui dit, à ce crétin en duffle-coat vert-sapin »
merci Docteur 😉

"Des illusions", épilogue. dit: à

mais comme cela ne se manifeste nullement dans ce que je poste sur ce blog – DHH

mais qui sont ces serpents qui sifflent sur ma tête?

Chaloux dit: à

DHH, mon argument péremptoire c’était surtout de s’interdire de fouiller les poubelles même si elles sont réputées publiques.

(Ceci me rappelle les propos ignominieux de l’épouvantable caniche Bloom à propos de Schubert).

Laissons-cela, disaient les bons maîtres.

Daaphnée dit: à

etrangler sa femme n’a jamis diminué la valeur d’un philosophe

De la bourde à la gourde, on en perds ses Lettres ..

DHH dit: à

Daaphnée dit: 26 avril 2015 à 20 h 07 min
Au fond, Hacheucheu, vous n’avez jamais rien réussi de toute votre vie . Nulle d’un bout à l’autre.
Soit ce que vous dites est peut-etre vrai:
mais comme cela ne se manifeste nullement dans ce que je poste sur ce blog, j’en deduis que vous vous etes suffisamment interessée à moi pour vous renseigner (google et autres) et fouiller dans ma vie

DHH dit: à

@chaloux
vottre exemple n’a pas de sens comme argument contre ce que j’ai ecrit:je n’ai pas dit que sa competence en economie se ressentait de sa violence conjugale ,ou de son education soixanthuitarde
j’ai simplement signalé ce que j’avais lu ailleurs mon incompetence en matiere economique ne me permettant pas de parler d’ai .
je sais tres bien qu’on peut admirer une oeuvre ^meme si on sait les faiblesses humaines de l’auteur.
etrangler sa femme n’a jamis diminué la valeur d’un philosophe

Chaloux dit: à

DHH dit: 26 avril 2015 à 17 h 45 min
du bouquin de TP je ne connais rien de son bouquin ;en revanche de lui je sais deux choses

DHH, le compositeur Gesualdo est fameux pour avoir défenestré son épouse infidèle. Dites-nous si ça s’entend outre mesure dans sa musique.

https://www.youtube.com/watch?v=JZAs9LjJAHU

L'art de la citation. dit: à

je sais deux choses ,qui sont d’ailleurs tout fait connues – DHH

Wikiki ou Voici ou Minute: au choix.

l'erreur de casting dit: à

qui nous mènent

l'erreur de casting dit: à

ce pessimisme et cet optimisme qui nous mènez d’Auschwitz à hollywood

l'erreur de casting dit: à

26 avril 2015 à 19 h 59 min

avez-vous lu l’élégance du hérisson?

Daaphnée dit: à

Au fond, Hacheucheu, vous n’avez jamais rien réussi de toute votre vie . Nulle d’un bout à l’autre.

CQFD dit: à

Hacheucheu, sac à merde par vocation.

DHH dit: à

Berenice dit à Daphnée sous le fil precedent:
on comprend qu’aucune des humiliations que vous infligez ne vous soulagera du poids de votre souffrance mâtinée suffisance et pataugeant dans une incoercible jalousie, de fait ce qui n’est pas vous ou de vous ne doit pas exister, quel dommage pour vous de n’avoir su choisir le bon cursus, j’en ignore les raisons mais un autre parcours vous aurait peut-être rendu utile, là vous pérorez sans relâche et sans autre but qu’assouvir votre perversité légendaire. Clopine s’en sort mieux que vous dans différents domaines et vous ne pouvez pas l’encaisser. Je ne vous plains pas mais c’est invariablement le même mode opératoire qui apparait et qui visiblement vous insatisfait puisque vous le rejouez, Kasparov ne vous a-t-il pas invité? »
bien vu Berenice!
A moins que tout cela soit pur jeu de rôles la même blogueuse(ou blogueur) jouant à a fois la mechante daphnée et la sensée et bonne Berenice

la vie dans les bois dit: à

Eh bien thomas, le moins que l’on puisse dire est qu’il aime l’argent, et tant pis pour les autres pleins de « désirs d’avenir » du parti des grandes idées, si la rétribution lui est fort favorable. Le fonctionnement de son école d’ économie ?, comment il est devenu super-star médiatique ?
Ne cherchez pas sur un blog de livres  » de tous les livres », les réponses à des questions que vous ne vous seriez pas posées !

Sergio (Amayerling) dit: à

DE soif, Trommelfeuer !

Sergio (Amayerling) dit: à

Daaphnée dit: 26 avril 2015 à 17 h 05 min
Imaginez que demain tout le monde ait soif ..

Où est le problème ? Il faudra simplement une carte d’assoiffé ! Validée par je sais pas qui, mais des tas… Du coup on aura le gosier de plus en plus sec, non plus se soif mais de terreur ! C’est comme les gamma GT, on peut pas savoir si c’est la cirrhose ou le diabète… Dans l’attente de plus amples précisons, il appert qu’un choix judicieux se portera tout naturellement sur la première option, à charge du bénéficiaire de la mériter consciencieusement…

thomas dit: à

Ces parents étaient eux-mêmes des bosseurs et ne vivaient pas hors du système
( et n’étaient pas non plus des fêtards ni des hippies ), étaient très stricts sur les études de leurs enfants

Widergänger dit: à

De libertaires, ils sont devenus liberticides… Tous des malades mentaux de toute façon.

DHH dit: à

du bouquin de TP je ne connais rien de son bouquin ;en revanche de lui je sais deux choses ,qui sont d’ailleurs tout fait connues ;la plainte pour coups et blessures de sa concubine alors qu’il etait en couple avec Aurelie Philipetti et ses souvenirs d’enfant de soixante huitard retournés à la terre ,qu’il a livrés dans le livre de virginie Linhart.
Livre tres curieux où l’on voit que tous ces enfants, devenus adultes avec des vies tres rangées et inseréees dans le systeme , regrettent d’avoir recu une education libertaire ,qu’ils s’emploient à ne pas reproduire avec leurs propres enfants .
on entend notamment parler du monde surprenant de leur enfance ,dans un monde « liberé » ,outre virginie Linhart elle-même le fille de l' »etabli », Claudia Senik,aujourd’hui une des stars françaises de la pensee economique universitaire, qui explique le prix qu’elle attache à organiser selon un horaire rigoureux la vie de ses enfants

Daaphnée dit: à

Un coup sur la tête, ça rend agressif.
D’ailleurs, maintenant, ça ne se fait plus du tout dans les commissariats.

la vie dans les bois dit: à

dino, accroche-toi bien à ta machine de caméra-café, tu sais quoi ?
Il parait qu’Aurélie Filippétti aurait eu maille à partir avec T.P.. Pour un homme « en colère », que l’on nous présente:  » qui prend des risques » en plus, il fait pas dans la dentelle.
Tu penses qu’il est le personnage de son bouquin « un homme dans la poche » ? ou s’il s’agit d’un autre, parmi une multitude collectivisée publiquement?

Daaphnée dit: à

Et voilà, c’est comme cela qu’une balance commerciale bascule, Sergio. Imaginez que demain tout le monde ait soif .. Les plus proches de la source vont en profiter, c’est certain.

Sergio (Amayerling) dit: à

Daaphnée dit: 26 avril 2015 à 16 h 41 min
a juste eu le temps de cabrer sa machine et de faire la passe à Paul qui, lui, sirotait tranquillement sa grappa et se l’est reçu sur les genoux.

I reste de la grappa dans le sac à réservoir ? Parce que j’ai bien peur que la Yam la grosse vache essaie de tout siffler en loucedé…

Daaphnée dit: à

( Juste entre nous, U., dites-moi … ils vous accaparent un peu, les Genevois, non ?)

Daaphnée dit: à

((Depuis, elle est toute cabossée))

Daaphnée dit: à

( Au fait, il paraît que la vie dans son bois a pris un caillou sur la tête.)

Giovanni SantAngelo dit: à


…Marc Roche  » Le capitalisme Hors la loi  »

…Albin Michel,!…

…page 70 – 71,…la Grèce et 400 ans d’occupation par d’Empire Ottoman,… conspiration anglo-saxonne, ou recherche de boucs émissaires,!..!…et les dirigeants de Goldman Sachs,!…

…acheté le livre, pour vous informez,!…
…au lieu, de faire, les rôles de parasites,!…
…pauvres types en collusions,!…
…des nèfles,!…etc,!…ou sont les grecs,!…s’il en reste,!…Gelato, Magnum,…
…etc,!…

Daaphnée dit: à

Il y en a qui ne disent pas tout .. et surtout qui mentent éhontément.
Pfff
En fait, le Boug’ était parti pour une expérience .. disons .. spirituelle, du côté de Katmandou quand une profonde secousse l’a propulsé dans les airs et Sergio, qui passait par là à fond sur sa Yam, a juste eu le temps de cabrer sa machine et de faire la passe à Paul qui, lui, sirotait tranquillement sa grappa et se l’est reçu sur les genoux.
Voilà la vérité.
Dans sa simplicité la plus émouvante.

la vie dans les bois dit: à

dino, si tu es journaleux économique, occupe-toi de ta proche shirley. Elle a disparu dans son infinie vacuité.

tiens, qq minutes le temps de te laisser un os à ronger, j’ai lu aussi que Piketti qui a refusé la légion d’honneur ( tu sais pourquoi on la lui aurait donnée ?)était de la secte marxiste « oint du Seigneur », t’en penses quoi ?

Monuments oubliés dit: à

bouguereau dit: 26 avril 2015 à 15 h 40 min
oui, je me paie le Popaul à donf bien profond

Micheton un jour, micheton toujours.

meteo dit: à

15h40  » oui, je me paie le Popaul à donf bien profond »

il va être ravi

15 h 35 min  » s’absente tous les jours à la même heure  »

il râte jamais Les Feux de l’amour sur sa chaîne préférée

babel oueda dit: à

Un petit florilège pour accompagner mon café.

la vie dans les bois dit: 26 avril 2015 à 15 h 23 min
Si ça vous intéresse, je crois avoir lu que Piketti a écrit sur les pédés.

la vie dans les bois dit: 26 avril 2015 à 14 h 55 min
So, j’ai fait le tour du sujet Piketti. Un emballement éditorial et médiatique bien inutile.

la vie dans les bois dit: 26 avril 2015 à 14 h 35 min
pourquoi ne pas rappeler que l’intensité d’un séisme ne se prédit pas. Ni ses répliques.

Comment peut-on être à ce point dénuée d’intelligence et d’esprit?
Ma sympathie attristée à vos proches…

Monuments effondrés (suite) dit: à

Flirt Edel bouguereau.

Edel étant tout de même un poil plus malin que le gros tas, l’issue manque un peu de suspens.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…commentaires, pour commentaires,!…
…Oui,!…avec des intellos préservatifs de gents inconnus,!…copier/coller,!…

…des blogs, et tout,…Oui,!…avec des répondants très,  » stérilets « ,!…

…des débats, avec des pilules anti-fécondité,!…

…avec rien,!…vous vous retrouvés, chacun , avec ses propres  » riens « ,!…de connivences,!…
…vous disiez, du vent,!…
…etc,!…Ah,!Ah,!…un spéculum en abime,!…serre moi bien fort,!…
…la tête aux choux,!…à la poupée gonflable,!…
…les droits des femmes,!…et des hommes,!…Oui,!…quels niveau,!…pour quelle race, de management déjà,!…
…je change de disque,!…
…vivre dans son coton,!…et basta,!…aux leurres en boeuf,!…
…Oui,!…envoyez,!…Bip,!Bip,!Ah,!…rien à cirer,!…

fellini dit: à

vous aurez remarqué que Benito JC s’absente tous les jours à la même heure… pour prendre son poste de flic municipal, ça lui va bien

la vie dans les bois dit: à

à 14 h 58 min
décidément, des fois j’ai la comprenette un peu loin de vos tracas à trouver un pseudo qui passe la barre du vaillant petit robot.
Si ça vous intéresse, je crois avoir lu que Piketti a écrit sur les pédés. Vieux, insane, et sous camisole chimique à interner, je sais pas, mais.

valérie t dit: à

« Relativité des malheurs. »

Certains souffffffrent plus que d’autres

Monuments effondrés dit: à

Un emballement éditorial et médiatique bien inutile.

C’est la fin du mois.

la vie dans les bois dit: à

à 14 h 49 min
l’analyse combinatoire en génie parasismique demande un peu plus que du trollisme bon marché.

So, j’ai fait le tour du sujet Piketti.
Un emballement éditorial et médiatique bien inutile.

Monuments effondrés dit: à

la vie dans les bois dit: 26 avril 2015 à 14 h 35 min
Lisant bloom à 12h33, tranquillement installé dans son blockhaus d’inhumanité

la vie dans les bois dit: à

Lisant bloom à 12h33, tranquillement installé dans son blockhaus d’inhumanité, assuré d’une protection pour une accélération nominale proche du déséquilibre socio-économique au profit de sa -petite- personne, pourquoi ne pas rappeler que l’intensité d’un séisme ne se prédit pas. Ni ses répliques. Tout au plus peut-on le faire pour sa localisation, et là encore c’est du probabilisme.
http://renass.unistra.fr/sismicite/derniers-seismes-mondiaux

Aïkido dit: à

« pour vaincre les pesanteurs et les préjugés » (Clopine)

…. pour les vaincre, pesanteurs et préjugés, il faut s’en servir à son avantage ! ….

renato dit: à

Il aurait fallu lire Schwarzenbach en des temps non suspects, maintenant un doc… bof, il laissera le temps qu’il trouve. Et puis, conseillé si grossièrement…

christiane dit: à

@chri sti an dit: 26 avril 2015 à 10 h 12 min

Non !
J’ai longuement scruté ses créations à Marseille dans cette exposition dont j’ai évoquée sous un précédent billet de Mr. Assouline.

L’homme est complexe… Le créateur, prodigieux. Il est intéressant d’éclairer ses projets urbains par ce que l’on sait de ses convictions philosophiques.
Je ne connais qu’une personne ayant habité ces bâtiments, sa petite-nièce à Genève. Elle est très âgée, charmante. L’immeuble était en travaux, donc peu visible mais j’ai aimé la façon dont elle a aménagé ce lieu très ouvert où elle partage son espace avec des chercheurs passionnés d’art.
Par ailleurs, comme j’ai envie d’approfondir mes impressions je pense aller voir le film de Juliette Cazanave le 11 mai « Le siècle de Le Corbusier ».

Ann O'Neam dit: à

Vous n’avez plus que dix minutes, ô parisiens, pour foncer vers le cinéma de Saint-André des Arts, et découvrir le film de Véronique Aubouy sur Annemarie Schwarzenbach… Après, vous devrez patienter, le temps nécessaire pour vaincre les pesanteurs et les préjugés et reconnaître ce « documentaire » à sa juste valeur. Ca peut prendre du temps, à mon sens, surtout quand on pense à certains d’entre vous…

Chaloux dit: à

babel oueda dit: 26 avril 2015 à 11 h 46 min
Prendre l’apéro avec Mathieu Ricard.

Je l’ai rencontré il y a quinze ans et j’ai trouvé très difficile de communiquer avec lui. Comme s’il ne redescendait jamais.

Chaloux dit: à

« Widergänger dit: 26 avril 2015 à 11 h 36 min
Le professeur se voit aussi maintenant très souvent reproché d’avoir un savoir trop profond, trop étendu.

Ainsi mon chef d’établissement m’a reproché de faire des cours de niveau trop élevé. Dans le même temps, mes élèves de l’an passé sont venus me voir pour me dire qu’il regrettaient de ne plus m’avoir cette année (…). »

Parfois, on se demande si c’était vraiment la peine d’apprendre à lire, pour ensuite tomber sur des trucs comme ça.

Bloom dit: à

Notre jeune collègue du Népal est dans la tourmente. Elle écrit que ce n’est pas fini, qu’il y a eu une réplique de 6.9 il y a 2h, que pendant encore 3 jours ils risquent encore le pire, que les répliques sont incessantes & qu’ils se croiraient sur un bateau…
Relativité des malheurs.

M OU MME dit: à

Lu sur le blog de Morlino son billet sur la réception de Modiano à Stockholm. Y a un côté fan de rock star attardé. Patrriiiiick ! Le Morlino s’extasie que la mémère à Modiano ait été invitée à monter sur l’estrade à côté de son chéri. Bon, ça a dû être mignon (quoique j’aie pas vu la tronche à la mémère), mais de là à crier au couple idéal, comme le fait Morlino… C’est tout de même pas elle qui écrit les nanars à Patriiiiick. Quoique… sur la vraie place de Patriiick dans le paysage littéraire français, Chevillard, dans « le Monde des livres », a su dire ce qu’il y avait à dire, AVANT l’attribution du Nobel : le Modiano actuel est très très loin du niveau qui fut le sien à l’époque de « Villa triste » ou des « Dimanches d’août ». Il repépie beaucoup, ce bon père, et depuis longtemps, nous resservant sans sourciller, de roman en roman, des plats qui étaient savoureux dans les décennies 70/80 ; depuis, ça vous a un fort goût de réchauffé.

Mc Donald's friend dit: à

Pour 7 euros, j’irai plutôt ailleurs : Modiano, c’est immangeable !

M OU MME dit: à

Son amertume gâche un peu ses envois sur la RDL (l’erreur)

Cultivons l’euphémisme.

M OU MME dit: à

Pour 7 € le superbe Discours à l’Académie suédoise de Modiano, l’équivalent du texte de Rilke pour les jeunes poètes.

7 euros, c’est bien tout ce que ça vaut. Faire de Modiano l’égal de Rilke, surtout pour ce petit texte de circonstance qui, faut le dire, casse pas trois pattes à un canard, y a bien que le Morlino pour y croire. Il devrait y aller un peu plus mollo avec les parrainages : certains sont si écrasants que la comparaison devient burlesque. Heureusement que Modiano lui-même est un homme modeste, apte à relativiser les coups d’encensoir des thuriféraires les plus délirants.

Nullisime, le buzz dit: à

Existe il un slogan plus idiot que « Je suis Charlie » ? Pas sûr.

l'erreur de casting dit: à

je crois volontiers que WGG est un bon prof et apprécié par ses élèves. Son amertume gâche un peu ses envois sur la RDL c’est dommage pour lui comme pour ses lecteurs

debad dit: à

Culture Web de Show, avec Franky Gremlin

Madame de Valognes dit: à

chez PaulEdel, le petit Court balance : « les Wiedergangueries amoureuses de niveau Steve Passeur »… on a les références rétrogrades qu’on peut du haut de sa grandeur

M OU MME dit: à

Souvent, quand on leur passe des films ou documentaires sur la guerre, il y a toujours quelques élèves soit qui se mettent à pleurer soit qu’ils se mettent à rire. (Widergänger)

C’est vrai. Moi, à douze ans, quand mes profs me montraient des docs sur les camps de la mort, j’étais mort de rire. Pourceau que le rire est le propre de l’homme.

M OU MME dit: à

le bonheur de l’élève au détriment du savoir. (Widergänger)

Le bonheur reste une idée neuve en Europe. Ou bien, il convient de concilier bonheur et savoir, ce qui n’a rien d’impossible. C’est peut-être, n’en déplaise à Roger-Pol, ce que vise l’actuel projet de réforme.

renato dit: à

Fantasmez braves gens, fantasmez, quelque chose restera…

babel oueda dit: à

Prendre l’apéro avec Mathieu Ricard.

Widergänger dit: à

Le professeur se voit aussi maintenant très souvent reproché d’avoir un savoir trop profond, trop étendu.

Ainsi mon chef d’établissement m’a reproché de faire des cours de niveau trop élevé. Dans le même temps, mes élèves de l’an passé sont venus me voir pour me dire qu’il regrettaient de ne plus m’avoir cette année tellement mes cours étaient passionnants et parce que j’expliquais bien… Certains que j’avais eu en Cinquième se souvenaient encore des cours qu’on avait fait sur Les Fourberies de Scapin ; ils en étaient encore enchantés, c’est dire… !

Finkielkraut disait il y a quelques années qu’on reprocherait bientôt aux profs d’être trop savants, mais ça y est, on y est ! C’est pareil pour les notes. Il ne faut surtout pas les brimer. Résultats des courses, les profs, comme ils ne veulent pas d’emmerdements avec leurs inspecteurs surnotent. Ce qui fait que les notes non plus ne veulent plus rien dire. Le refus de reconnaître l’autorité du savoir et du prof fait sombrer tout le système.

Widergänger dit: à

Là où Roger Pol-Droit a raison, c’est quand il souligne que ce qui compte pour les socialistes et leur idéologie lénifiante, c’est le bonheur de l’élève au détriment du savoir.

Souvent, quand on leur passe des films ou documentaires sur la guerre, il y a toujours quelques élèves soit qui se mettent à pleurer soit qu’ils se mettent à rire. Quand ils se mettent à pleurer, c’est la direction qui se met en colère contre le méchant prof qui fait pleurer ses élèves, avec les récriminations des parents évidemment qui s’empressent de téléphoner illico à la direction pour se plaindre du prof ; quand les élèves rient, c’est le prof qui se met en pétard contre les élèves. Des collègues arrivent ainsi parfois dans la salle des profs rouges de colère et de honte : « J’en ai encore deux qui ont ri en regardant L’Armée des ombres. » ! Ainsi va le monde, mes petits chéris…

Widergänger dit: à

La notation par compétence est souvent contestée même par ceux-là mêmes qui sont chargés de la mettre en place. Par exemple, je me souviens que lorsque ce système a été mis en place, l’inspecteur d’académie à Paris a râlé parce que des élèves qui avaient des moyennes très élevées n’avaient pas forcément toutes les compétences qui sont censées aller avec. Un élève peut en effet avoir une excellente moyenne en français et ne pas avoir acquis la compétence d’une bonne lecture de texte avec le ton correct. Donc, le prof consciencieux (et il fallait y passer un temps considérable à remplir ces fichues cases de compétence) a indiqué que l’élève en question n’avait pas acquis cette compétence de lecture, ce qui était la vérité. Mais l’inspection ne l’entendait pas de cette oreille et ce sont les profs qui se sont faits engueuler par l’inspection pour avoir fait correctement leur travail… Et tout est souvent comme ça dans ce système pourri.

JC..... dit: à

C’est pas tout, avec ça, on avance vers l’heure de l’apéritif roboratif de fin de messe. Il faut conclure.

Ce sera sur une note gaie : foin de Romeo et Giulietta, mon copain Rocco, honorable descendant de l’auguste famille des Siffredi va s’approcher de notre Massina, Rocco et Giulietta, afin de lui remettre les neurones en place, ce qui semble vraiment nécessaire.

A deux mains et bon courage, Rocco ! A demain et bonne soirée, chers petits choux pikettyens !

Widergänger dit: à

Je trouve l’article de Roger Pol-Droit un peu caricatural et mal pensé.

Sur l’autorité : elle ne se décrète pas d’un coup de baguette magique. Aujourd’hui, ce n’est pas seulement l’autorité du professeur qui est mise à mal mais son savoir lui-même, par les élèves et leurs parents, les élèves n’étant que le reflet de leurs parents. La chose a commencé au milieu des années 70, suite à 68, et n’a fait que s’amplifier depuis.

Conséquences vérifiées sur le terrain :
— des lycéens sans notes, uniquement des lettres par compétence (A : Acquis ; N: Non acquis ; E : En cours d’acquisition). Comme si tout ça avait du sens pour les profs qui le pratiquent comme pour les élèves à qui ça n’indique rien, ça ne parle pas du tout.
— des lycéens qui ne savent pas le b a ba, qui ne savent même pas ce que signifie l’expression « le b a « ba »… qui ne comprennent rien aux textes littéraires qu’on leur donne à étudier. Mais réellement souvent pas ça ! Le néant organisé par l’Ecole.
— les lycées comme lieu de vie au lieu d’être des temples du savoir. Je me souviens d’avoir été très impressionné quand je suis entrée en 2de au lycée Chaptal par les pierres gravées de figures géométriques et de formules de mathématiques. J’étais dans un temple du savoir, qui imposait le respect. Aujourd’hui, les bâtiments eux-mêmes de nos lycées ne ressemblent plus à rien. Ils ne donnent pas le sentiment du respect du savoir mais d’une sorte d’usine à s’ennuyer.

M OU MME dit: à

pourtant fabuleux : quand ils parlaient de la Vierge Marie, les bons pères, on voyait les soutanes vibrer de sainteté… (JC)

J’ai bien connu un bon père mariste marxiste qui s’appelait Coudé du Foresto. Quand il pensait à la Vierge Marie, sa soutane pointait vers l’extrême-gauche.

giulietta massina dit: à

Benito JC nous fait le coup de la vieille fiotte acariâtre, sa haine de Popaul est révélatrice

JC..... dit: à

Camarade oueda, nous devrions organiser une bonne fois pour toutes, un débat d’idée sur gazon entre une EI, Equipe Islamique, et une autre de Juifs, adeptes du ballon rond. Cela serait mieux que de causer à la kalachnikov dans les supérettes.

Comme arbitre, je verrai bien Mathieu Ricard, le bouddhiste sympa … et Passou en chroniqueur sportif. Tout, plutôt que Piketty.

JC..... dit: à

… lorsque l’on aura fait fortune sur scène*, MOUMME, on rachètera Le Monde à l’autre empafé pour libérer Popaul des diktats censuriels de ce journal de référence… que personne ne lit plus …

*j’ai trouvé des costumes de scènes genre Groucho/Harpo qui devraient faire ressortir la grande vertu de nos textes à la Tristram Shandy. J’ai été marxiste, je le regrette : qu’est ce qu’on riait sérieusement chez les marxistes, encore plus drôle que chez les maristes, pourtant fabuleux : quand ils parlaient de la Vierge Marie, les bons pères, on voyait les soutanes vibrer de sainteté…

babel oueda dit: à

C’est dimanche, messe dans l’église suisse d’à côté.

Il est 10h30 et personne ne m’a encore parlé d’Islam.
Ça va être une bonne journée.

M OU MME dit: à

Un carambar à qui saisira l’allusion contenue dans les coudées du foresto. (moué)

Coudé du Foresto fut un parlementaire français actif dans les années 50 du dernier siècle. Il inspira d’inoubliables blagues, dont la plus réussie est sans doute celle de Coudé du Foresto rue Saint-Denis :

Une vieille pute ( à Coudé) – Tu viens chéri, y a du feu etc.

Coudé du Foresto – Mais madame, vous n’y songez pas : je suis Coudé du Foresto.

La vieille pute – Faut pas t’en faire, mon lapin. Moi, j’ai bien une rétroversion de l’utérus.

A moi le carambar

M OU MME dit: à

il m’a déjà castré deux commentaires sur son blog (JC)

Le même sort m’échut naguère. J’en conclus à l’époque que Popaul, tel un potentat oriental, une potence-tata orientable ou une grosse manman castratrice, ne supportait que les commentaires qui, peut ou proutt, s’accordaient à son point de vue basse. J’ai donc décidé de boyscouter le site popaulique, et m’en trouve bien. Au moins, chez Tassoupline-Patchouline, on a les coudées du foresto plus franches. Un carambar à qui saisira l’allusion contenue dans les coudées du foresto.

renato dit: à

Tout le monde sait que les politiques n’ont pas les moyens… évidemment, ils pourraient conduire une politique arbitraire que c’est +ou- ce que TP suggère… Mais… faut-il rappeler qu’est-ce que conduire une politique arbitraire veut dire?

JC..... dit: à

MOUMME, on pourrait déjà demander, pour débuter convenablement, à Popaul* de nous envoyer un tonnelet de sa grappa, non ?

*il m’a déjà castré deux commentaires sur son blog, très légèrement provocateurs, où je déployais les charmes du fascisme italien rigolo de Benito Mussolini, versus la démocratie mensongère tristounette du Petit Bedonnant Casqué

renato dit: à

Bof, certains investissements donnent déjà des intérêts négatifs… cela dit, le médecin qui ne soigne que les symptômes est un mauvais médecin…

M OU MME dit: à

des textes travaillés à la grappa de Popaul (JC)

Lâchons la grappa de Popaul, il ne mérite pas qu’on la lui tienne.

JC..... dit: à

… il me vient une autre idée de petit doigt à placer ….

M OU MME dit: à

J’ai dans l’idée qu’un duo « MOUMME & BENITO JC » sur des textes travaillés à la grappa de Popaul, cela ferait un tabac sur les scènes européennes ! (JC)

Absolument. Il importe qu’à nous deux nous relevions le niveau des commentaires de ce blog, qui se situe actuellement légèrement au-dessus de l’étiage.

chri sti an dit: à

christiane dit: 26 avril 2015 à 9 h 02 min

le bashing vous fait palpiter !..
Tous ceux qui ont habitent ont habité dans des logements construits par Le Corbusier et apparentés n’en disent que du bien

JC..... dit: à

… il me vient une idée de mise en pratique du vivre-ensemble, mon bon Renato !

Arrêter les passants dans la rue et leur proposer, au nom d’un « vivre et cureter ensemble » bien compris, de leur coller le petit doigt dans le nez…

M OU MME dit: à

Vieux discours de la « croissance zéro » … (JC)

Lire dans « le capital au XXIe siècle » les observations de Piketty aussi troublantes que vérifiées sur la croissance. Selon lui, sur le long terme, la croissance tend, sinon vers zéro, du moins vers des valeurs très faibles, de l’ordre de 0,5%. Nous y sommes. Il s’ensuit que les invocations de nos politiques (notamment nos socio-démocrates au pouvoir), c’est largement du pipeau.

JC..... dit: à

J’ai dans l’idée qu’un duo « MOUMME & BENITO JC » sur des textes travaillés à la grappa de Popaul, cela ferait un tabac sur les scènes européennes !

JC..... dit: à

… vous avez eu de la fièvre samedi soir dernier, mon bon renato ?…. ou bien cette histoire de curetage de nez est arrivée en début de matinée ?…

M OU MME dit: à

JC….. dit: 26 avril 2015 à 8 h 32 min
Que l’amour soit un sentiment ridicule, cela ne fait aucun doute. Habillage intellectuel du désir copulatoire, on l’a déjà dit…

A contrario, la noblesse du jeu corporel est indéniable : voir du malpropre là-dedans est bien la signature, réelle ou simulée, d’une éducation judéo-chrétienne mal comprise !

Excellent, excellent! Bien comprendre une éducation judéo-chrétienne (musulmane aussi), c’est la rejeter. A la poubelle. Aux oubliettes, le monothéisme et ses grosses pompes. Quand j’entends parler de valeurs judéo-chrétiennes, je sors ma kala. Monothéisme pas kalo. Monothéisme schnick. Monothéisme off !

giulietta massina dit: à

« propos régressifs » dit Benito JC
propos agressifs (comme dab’) de Benito JC le Fourbe

renato dit: à

Et parmi ceux et celles qui se caressent les fesses et se curent le nez, combien de prétentieux et de prétentieuses toujours disponibles s’il s’agit de se pavaner avec le livre dont tout le monde parle?

Je m’étais fait l’illusion, à un moment, que le contrôle via camera des villes aurait produit une évolution des manières: qu’ils/elles se caressent les fesses, je me disais, mais qu’ils/elles arrêtent de se curer le nez… un sur deux ça aurait été un bon résultat, mais que non… enfin… j’en causais avec un ami, et selon lui ces gens ne sont pas conscients… ben, oui, ils sont conscients, certes, bien que… mais il ne sont pas conscients d’avoir un doigt dans le nez. Alors dites-moi, ça sert à quoi d’avoir lu le dernier livre dont parlent les gazette si l’on n’est même pas conscients que l’on a son doigt dans le nez?

Bloom dit: à

Haïfa, seule ville vraiment mixte en Israel. De nombreux Juifs de Cochin dans le secteur de l’hôtellerie. Le Mont Carmel, où se dénoue la nouvelle de Mark Helprin, « A house of frail dancers », avec la guerre du Kippour en toile de fond. Ses hauteurs résonnent encore des échos des conversations entre Shlomo Sand et Mahmud Darwich…Shalom Arshav. Now. Maintenant.

la vie dans les bois dit: à

Et enfin, explorons le dernier aspect de la chose, tous ces filous socialisstes qui défiscalisent avec profit. Investir dans la pierre…

« Thomas Piketty a publié en septembre 2013 un gros ouvrage intitulé « Le capital au XXIème siècle »[1], qui présente une vaste fresque historique sur l’évolution du patrimoine national au cours du temps. Il présente également une évolution des inégalités dans la répartition des patrimoines et dans celle des revenus, en France et dans d’autres pays du monde. Dans ce patrimoine figure évidemment le patrimoine immobilier. Qu’apporte cet ouvrage concernant le patrimoine immobilier et quelles limites présente-t-il ? »

petit nota: faire gaffe aux échelles de temps dans les courbes !
ET bonne journée.

http://www.economieimmobiliere.com/capital-et-patrimoine-immobilier-a-propos-de-louvrage-de-thomas-piketty-le-capital-au-xxieme-siecle-2/

France, pays de toits dit: à

ouais, c’est les boules Katmir, pardon

JC..... dit: à

« Lisant le billet de ce jour et le livre évoqué, je m’interrogeais sur ce temps enfoui dans le passé où l’homme a voulu posséder plus que ce dont il avait besoin pour vivre, entrant par là dans une volonté de profit. »

Propos régressifs ! Refus de prendre en compte la volonté humaine de progresser au delà de son animalité…

Vieux discours de la « croissance zéro » …

la vie dans les bois dit: à

…elle est vraiment énorme cette « honnête recension » de R-P. Droit à propos de Le Corbusier. Maintenant j’aimerais bien, Docteur, (ma requête à Vous, pas un autre), si vous en avez le temps, que vous puissiez nous faire une recension de la recension. A commencer par ce  » si l’on admet ».

christiane dit: à

@ Court qui dit pour information ce 26 avril 2015 à 3 h 14 min : « Dans les Echos ,Roger-Pol Droit… »
Retrouvé sur Les Echos.fr cette chronique « Le Corbusier, un fascisme en béton… » mais aussi « Le naufrage programmé des collèges » mais encore « L’accoutumance à l’horreur » ou « La vraie boîte noire, c’est l’âme humaine »… Ces chroniques comme celles lues sur Le Monde ou Le point sont incisives, lucides, décapantes. Elles agitent salutairement un monde parfois anesthésié, voire béat, avide d’une philosophie détournée de son questionnement véritable pour se protéger de la peur. Merci pour ce détour vers une parole singulière.
Lisant le billet de ce jour et le livre évoqué, je m’interrogeais sur ce temps enfoui dans le passé où l’homme a voulu posséder plus que ce dont il avait besoin pour vivre, entrant par là dans une volonté de profit.
Les indiens tuaient « le » bison dont le clan avait besoin pour vivre (survivre) en respectant cette terre qui, ils le savaient, ne leur appartenaient pas… plus tard l’hécatombe apportée par les … « conquérants-civilisateurs ». Des corps de bêtes pourrissant au soleil pour le commerce des peaux, des cornes… et la famine pour les indiens(entre autres maux).

renato dit: à

Si vous avez affaire avec une voiture exhibitionniste comme la Lamborghini Reventon, par exemple, la tentation est grande, bien que l’illusion « F22 » gâche un brin l’idée que l’on est assis dans une voiture, vous laissez donc tomber et, vu aussi le prix, vous passez à autre chose, plus abordable, mais il y en a que d’avoir touché les zone érotiques d’une Lamborghini Reventon leur fait des souvenir émotionnel inoubliables… par ailleurs, avez-vous vu la quantité de gens qui se caressent les fesses dans la rue? il y en a au moins autant que ceux qui, toujours dans la rue, se curent le nez.

la vie dans les bois dit: à

M. Court, merci pour ceux qui voudraient lire le livre de de Farcy, avec une idée pré-conçue de l’architecture à angle droit. (et pour moi qui compte bien aller voir cette expo parisienne)
Cet article que vous dites  » honnête recension » de R-P. Droit, mérite un lien:

« Se trouve effacé tout ce qui, dans cette œuvre, relie politique fasciste et urbanisme moderniste. Le culte de l’angle droit, la haine des courbes, du désordre, le refus des sédiments du hasard et de l’histoire, le goût forcené pour la fabrication en série et la standardisation constituent pourtant de l’idéologie mise en forme.

La ville doit devenir une machine à produire un homme nouveau, conditionné, contrôlé 24 heures par jour. Vue sous cet angle, la fameuse « unité d’habitation de grandeur conforme » n’est qu’une cage en béton, destinée à formater l’humain. On est très loin, des libertés et des droits de l’homme. Et très près du rêve mussolinien.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/02126405359-le-corbusier-un-fascisme-en-beton-1113871.php?edjoQBTiyS4WGMJ1.99

ps: Sur le billet Le Corbusier, je vous avais fait une humble demande, celle d’une rapide recension de la bibliographie qui a alimenté le travail de de Farcy, je ne pense pas avoir lu votre réponse.

Et puisqu’on est dans la géométrie, j’aime beaucoup ce triangle:

« J’ai fermé l’angle droit
Qui souffrait d’être ouvert
En grand sur l’aventure.
Je suis une demeure
Où rêver est de droit. »

Eugène Guillevic, recueil Euclidiennes

JC..... dit: à

…une voiture à bras ? ou une brouette javanaise ?….

renato dit: à

Se concentrer sur les zones érogènes d’une voiture serait moins ou plus impropre que les caresser?

JC..... dit: à

Que l’amour soit un sentiment ridicule, cela ne fait aucun doute. Habillage intellectuel du désir copulatoire, on l’a déjà dit…

A contrario, la noblesse du jeu corporel est indéniable : voir du malpropre là-dedans est bien la signature, réelle ou simulée, d’une éducation judéo-chrétienne mal comprise !

Dieux merci, on peut laisser au vestiaire toutes frustrations de cet ordre avec un peu d’entrainement …

bérénice dit: à

8h02 pourquoi pas impropres? Théophile G était un drôle de type.

bérénice dit: à

 » Nous sommes solitaires, et, justement, de prendre cela pour point de départ. Il arrivera certainement que nous soyons pris de vertige puisque nous sont retirés tous les points sur lesquels notre œil s’était habitué à prendre repère; plus rien n’est proche désormais, et tout ce qui est lointain est infiniment loin. Celui qui, presque sans préparation ni transition, est transporté d’une place familière au sommet d’une haute montagne devrait éprouver quelque chose d’analogue: un sentiment d’insécurité inouïe, le sentiment d’être livré à l’indicible l’anéantirait presque. Il s’imaginerait tomber, ou se croirait propulsé dans l’espace, dispersé en mille morceaux: quel mensonge extraordinaire son cerveau ne devrait-il pas inventer pour rattraper la situation de ses sens, et pour en rendre compte. C’est ainsi que se transforment pour qui devient solitaire toutes les distances, tous les critères. Beaucoup de ces transformations se produisent subitement, et elles ont pour conséquences de faire apparaître, comme chez cet homme soudain transporté au sommet d’une montagne, des représentations insolites et d’étranges sensations qui semblent se développer au-delà du supportable. Mais il est nécessaire que nous fassions cette expérience-là. Il nous faut accepter notre existence aussi loin qu’elle peut aller; tout et même l’inouï doit y être possible. »
RMR.

Chaloux dit: à

Sergio (Amayerling) dit: 25 avril 2015 à 16 h 37 min

« L’amour est un sentiment ridicule accompagné de mouvements malpropres ».

Théophile Gautier.

bérénice dit: à

1h16 pour un raccord avec ce livre qui nous obsède il faut dire également que la sécheresse intense qui sévit depuis quatre ans dans cet état s’origine dans l’exploitation éhontée de l’homme par l’homme et n’est qu’un des premiers effets en chaîne et secondaire, il est envisagé dans un avenir plus ou moins proche ou lointain selon le côté du verre ( de terre ) où l’on situe l’action, de produire un homme déshydraté qui répondra à une offre lyophilisée en transformant sa demande en prière chamanique.

bérénice dit: à

De l’ordre de l’indispensable, merci pour cette information (MC ) qui je l’espère trouvera suite en s’inscrivant dans une quête constante et forcenée , de celle qui occupe les gens d’ici à définir un intérieur solide, en béton , répondant en parant aux exigences d’un extérieur de plus en plus délabré , éloigné de l’idéal collectif.

Court pour information dit: à

Dans les Echos ,Roger-Pol Droit dont les états de service ne sont plus à mentionner consacre une recension très honnete au livre de Xavier de Farcy sur Le Corbusier…
MC

la vie dans les bois dit: à

Sergio (Amayerling) dit: 25 avril 2015 à 23 h 02 min
comme disait Mcdonald.

Hah voui, même que leur chien chaud s’appelait « airdome »:
« This was the first drive-in restaurant of Maurice and Richard McDonald, the originators of the McDonalds hamburger chain; it sold hot dogs, orange juice and other beverages; the McDonalds designed the restaurant based on those that they saw around them in Southern California; they later moved the Airdome to a location in San Bernadino, CA »

bérénice dit: à

14h53 Moume si vous le souhaitiez , je consacrerais une partie de mon temps libre à combattre votre cynisme , à mon avis c’est une façade, je viendrais en bulldozer.

Sergio (Amayerling) dit: à

babel oueda dit: 25 avril 2015 à 23 h 18 min
Vous imaginez les effets de la domination des grandes surfaces sur le dialogue inter-religieux?

Ca dépend le Grand Kapital est souple comme le serpent python bicolore du grand fleuve Limpopo… Par exemple rayon boucherie callal, puis hasher, puis les Hindous… Y a sûrement des trucs compliqués, chez les Hindous ! Puis le prêt-à-porter… Des toges des saris, des machins qui se prennent dans les rayons soi dit en passant, la bandoura de Gournazel… Euh non le contraire… Enfin bon quand il y a du textile toutes les bonnes femmes du monde entier de toutes les religions sont supérieurement attractées !

Rösslerement comme dirait Polémikeur…

Bon je rentre à la base je mets le deuxième cran de volets ! Bis morgen…

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…chacun, fait ce qu’il peux, dans l’organigramme de son temps,!…
…rien à envier, & rien à médire,!…le ruisseau tranquille,!…
…comme me disait quelqu’un,!…

… » tu a ce que tu veux,!…ou tu ne, l’a pas,!…c’est du pareil au même « ,!…

…c’est vrai, pour un maximum de choses,!…en cela, de ne pas mourir pour rien,!…

…est ce encore toi,!…c’est l’essentiel, dans tes continuations,!…
…on est, ou  » plus « ,…qu’un être,…

…toujours, prisonnier de son temps, de sa vie, et victime de notre égocentrisme aveugle, avec ses amis, à la mode,…ses amalgames,…obtus,!…
…je dois dire ceci ou cela,!…à telle ou telle circonstance,!…des métiers pour vivre, en cela,!…
…quoi de  » plus « , normal,!…etc,!…
…situationniste, opportuniste, n’importe quoi,!…le souffle d’une voie,!…

…les profits, entre genres humains,!…
…quels  » désastres « ,!…

…on est souvent, dans des préoccupations qui ne nous regardent pas, ou plus du tout, rien à comparer, à des destins très différents,!…d’autres temps,!…
…des ponts, des ponts,!…chacun son pot de fleur,!…sa liberté des couleurs et des formes,!…
…vous changer, non pas,!…c’est ma fantaisie, de face et de revers,!…
…l’essentiel, c’est d’être soi,!…le soi universel,!…trier, en recyclage conforme a la vie,!…
…un monde sans poubelles,!…un commerce intelligent,!…
…l’homme n’est pas du ciment, entre pierres,!…l’homme est  » plus  » du cerveau, intelligent, par nature,!…
…Ah,!Ah,!Ah,!…etc,!…

babel oueda dit: à

Sergio (Amayerling) dit: 25 avril 2015 à 23 h 11 min
Ha si l’Arabe du coin j’ai déjà expliqué avec le Quatre roses à dix heures du soir !

Très juste, patron, moi c’était après minuit et il était toujours ouvert.

Ah, ça encourage le vivre-ensemble et l’esprit oecuménique.
Vous imaginez les effets de la domination des grandes surfaces sur le dialogue inter-religieux?

Sergio (Amayerling) dit: à

babel oueda dit: 25 avril 2015 à 23 h 06 min
Il me semble qu’on parle de pantalon, patron.

Ha les pantalons à sous-pieds, c’était quelque chose ! Proust en parle pas lerche, hein, y a une fissure… En plus ça va bien avec le monocle !

babel oueda dit: à

Alceste dit: 25 avril 2015 à 22 h 34 min
La zekat, nous en payons mille fois l’équivalent à travers nos impôts pour financer l’Etat Providence qui s’occupe des plus pauvres que je sache
Rien à apprendre de ces gens…

Demandez à D., qui est philosophe, Alceste.

Génération après génération, nos terminales ont souffert sur le thème: « Justice et charité ».

Peut-être une torture nécessaire dans une France post-chrétienne et post-révolitionnaire.
(Certains profs étaient Francs-maçons)
Français, quoi.

Sergio (Amayerling) dit: à

Pinpin dit: 25 avril 2015 à 20 h 34 min
les épiciers, ça sert à rien.

Ha si l’Arabe du coin j’ai déjà expliqué avec le Quatre roses à dix heures du soir ! Des bienfaiteurs de l’humanité…

babel oueda dit: à

Maintenant que ça va mieux, D., vous allez nous dire ce qui ne va pas dans l’illustration de Christoph Niemann.

Elle est très laide bien sûr, mais quel est son défaut?
Veut-elle en dire trop ou trop peu?

babel oueda dit: à

« les mathématiques habillent au lieu de sous-tendre ! »
Il me semble qu’on parle de pantalon, patron.

« Maquereaux, imposteurs, escrocs ? »
J’allais le dire.

Sergio (Amayerling) dit: à

D. dit: 25 avril 2015 à 23 h 00 min
faire sucrer tout ce qui est en italien

Ha on ça réchauffe ça remonte le moral ! On s’y croit…

D. dit: à

Et au départ de tout ça, je vous le donne en mille : une pizza.

D. dit: à

Sinon, je sors d’une gastro, je vous dis pas. Je souhaite ça à personne. Une nuit par le haut, la suivante par le bas, aujourd’hui les deux à la fois. Mais là ça va mieux.

Sergio (Amayerling) dit: à

la vie dans les bois dit: 25 avril 2015 à 20 h 20 min
Une escroquerie.

Le problème, en ce qui concerne la compréhension mathématique de ces divers phénomènes, ce n’est pas tellement ce qu’est ou n’est pas l’économie, a fortiori comment elle est modélisée : mieux qu’hier, moins bien que demain, c’est entendu. Même les footeux, on leur modélise chaque geste de mieux en mieux, toutes les sciences humaines et l’économie, donc, c’est pareil, micro ou maquereau etc.

Tous les cours d’économie que j’ai pu traverser, en bossant du plus sérieusement à mesure que j’avançais dans tout ce qui est études, eh bien il y a toujours quelque chose de foireux. Des camelots ! HEC contrale ou régionales, toujours cette espèce de cadre keummercial, comme disait MàC, un peu keum un peu pédago, toujours le même sourire, et à la fin, avec un peu de recul, un discours incomplet, sans véritable cohérence, tributaire d’un contexte. On a l’impression que les mathématiques habillent au lieu de sous-tendre ! Graphiques non terminés, imprécis, mais tracés d’un geste…

Maquereaux, imposteurs, escrocs ? Sans doute… Mais probablement, en termes casuistiques, sans l’intention ! Ils sont là, ils ont toujours vécu comme cela, toute vérité n’est que celle d’une seconde, ils n’imaginent pas du tout qu’il puisse en aller autrement…

D. dit: à

Bon maintenant ça suffit, on cause Français sur ce blog. Je vous préviens que je demande à faire sucrer tout ce qui est en italien ou autre dialecte à partir de maintenant.

babel oueda dit: à

« Demain, si l’Oréal se casse la figure, elle sera ruinée. Piketty sera content. »

Mais pas du tout, Alceste, ces affects lui sont étrangers.

Si vous faisiez un sonnet?

Alceste dit: à

« Liliane Bettencourt n’a jamais travaillé, mais cela n’a pas empêché sa fortune de progresser exactement aussi vite que celle de Bill Gates. »

Eh bien oui, Liliane a eu la chance d’être la
fille de son père. Cela arrive. Faut-il supprimer l’héritage? J’ai peur que ça démotive pas mal d’entrepreneurs. Elle a payé des millions d’euros d’impôt. Fallait-il tout lui piquer? Demain, si l’Oréal se casse la figure, elle sera ruinée. Piketty sera content. Et les milliers de chômeurs en plus aussi sans doute.

L’envie, le ressentiment, vérole de la mentalité de gauche. Je m’en fous que Liliane ait des milliards d’euros. Si on les lui avait piqués, ils seraient où aujourd’hui? Et combien d’entrepreneurs découragés?

babel oueda dit: à

Al Khalil… Hebron si vous préférez.
J’en reste accablé.

Au moins, contrairement à l’épouvantable Jérusalem, capitale mondiale de la névrose, la troisième secte (celle de l’admirable Nazaréen) n’est pas là pour mettre son grain d’sel.

Parlez moi plutôt de Tel Aviv.
Technologie, jouissance et lutte de classes.
Sur fond d’apocalypse partagée…

More like me.

Alceste dit: à

« Liliane Bettencourt n’a jamais travaillé, mais cela n’a pas empêché sa fortune de progresser exactement aussi vite que celle de Bill Gates. »

Eh bien oui; Liliane a eu la chance d’être la

Alceste dit: à

La zekat, nous en payons mille fois l’équivalent à travers nos impôts pour financer l’Etat Providence qui s’occupe des plus pauvres que je sache.

Et avant cela, il y avait les ordres religieux dédiés au secours des nécessiteux financés par la charité des fidèles.

Rien à apprendre de ces gens…

babel oueda dit: à

La police israélienne a annoncé samedi 25 avril avoir tué un Palestinien qui venait de poignarder un policier près du tombeau des Patriarches dans la ville d’Hébron, dans le sud de la Cisjordanie.

Le « tombeau » des « patriarches », je l’ai vu et revu.
L’atroce séparation physique entre ces deux sectes…
Quel lieu épouvantable.

« We are in the asshole of the world ».

la vie dans les bois dit: à

Sur Piketti- laissons-là, shirley-pinpin à ses dé-boires…- voir chez les gauchistes, enfin sur le site du monde diplo, l’article d’un professeur américain qui s’est livré à une étude comparative entre le capital de Marx et celui de Piketti.

Et Piketti est « en colère »

« Chez Piketty, le travail se résume surtout au montant des revenus. Les poussées de colère qui affleurent de temps à autre sous sa plume visent les très riches. Il note ainsi que la fortune de Mme Liliane Bettencourt, héritière de L’Oréal, est passée de 4 à 30 milliards de dollars (3 à 22 milliards d’euros) entre 1990 et 2010 : « Liliane Bettencourt n’a jamais travaillé, mais cela n’a pas empêché sa fortune de progresser exactement aussi vite que celle de Bill Gates. »  »
http://www.monde-diplomatique.fr/2014/08/JACOBY/50690

Sujétion dit: à

forcément vous avez la vue basse

Un peu tout le monde ici à l’air de ramasser ce qui traîne faut dire

Daaphnée dit: à

Avec toute une vie dans les bois, forcément vous avez la vue basse.

Daaphnée dit: à

Il y a des négociations possibles avec Bachar El Assad mais pas avec l’EI.

renato dit: à

L’infini comme masque ou bouclier, maintenant… joliii…pfft.

Widergänger dit: à

En Syrie, le régime est en train de flancher sous les coups de boutoir de l’EI, soutenue par l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie.

Giovanni Sant'Angelo dit: à


…AB3,…Indiana Jones et le royaume de…

Daaphnée dit: à

Tiens, pour changer un peu ..
et prendre un peu de champ ..

L’infinito

Sempre caro mi fu quest’ermo colle
E questa siepe che da tanta parte
De’ll ultimo orrizonte il guarde esclude.
Ma sedendo e mirando interminati
Spazi di là da quella, e sovrumani
Silenzi, e profondissima quiete,
Io nel pensier mi fingo, ove per poco
Il cor non si spaura. E come il vento
Odo stormir tra queste piante, io quello
Infinito silenzio a questa voce
Vo comparando; e mi sovvien l’eterno,
E le morte stagioni, e la presente
E viva, e’l suon di lei. Così tra questa
Immensità s’annega il pensier mio:
E’l naufragar m’è dolce in questo mare.

Giacomo Leopardi, L’infinito (1819)

(L’INFINI
Toujours j’aimai cette hauteur déserte
Et cette haie qui du plus lointain horizon
Cache au regard une telle étendue.
Mais demeurant et contemplant j’invente
Des espaces interminables au-delà, de surhumains
Silences et une si profonde
Tranquillité que pour un peu se troublerait
Le coeur. Et percevant
Le vent qui passe dans ces feuilles – ce silence
Infini, je le vais comparant
A cette voix, et me souviens de l’éternel,
Des saisons qui sont mortes et de celle
Qui vit encore de sa rumeur. Ainsi
Dans tant d’immensité ma pensée sombre
Et m’abîmer m’est doux en cette mer.

Traduction Jaccottet )

renato dit: à

Vous devriez par ailleurs savoir, Pinpin, que s’en prendre aux épiciers c’est l’affaire des parvenus…

renato dit: à

Ce n’est pas rancunier Pinpin, mais réaliste, il y a une nuance…

Pinpin dit: à

Vous savez quoi, Renato ?
Vous avez un petit côté rancunier.
Si.
Et c’est pas joli.

renato dit: à

Mais ces petits intellectuels d’emprunt restent amusants, il faut bien le dire, parce qu’enfin, encore un préjugé de la pseudo-gauche car, compte tenu des contraintes, sans les épiciers quelle société ? Enfin, les Matheux sont complémentaires des Épiciers et vice versa.

Pinpin dit: à

les épiciers, ça sert à rien.

Daaphnée dit: à

Les vrais maths, sans chiffres, alors là ça l’est, beau.

Assez d’accord avec vous, Sergio.
C’est ce qui fait la différence entre les Matheux dont pas mal de poètes, et les épiciers.

Daaphnée dit: à

Elle peut avoir n’importe quelle forme

Des tresses ?
Des scoubidous ?
Trop bien.

la vie dans les bois dit: à

C’était bien Sergio, votre 19h29; juste de quoi affoler ceux qui qui regardent le tableau noir de la 1ère photo comme la grotte de Chauvet reconstituée. Une escroquerie. Faut pas dire des gros mots, analyse combinatoire, pour les littéraires faut traduire basique: statistiques, estimations, probabilités.
Rien à voir avec la noblesse – vous dites beauté- de certaines démonstrations mathématiques, ni avec les gourous de madame El Karoui, qui n’ont pas fait bac L, ni ES… Piketti s’en tient aux statistiques de l’inégalité des revenus, de l’inégalité de la répartition des richesse du revenu du capital. Son truc, in fine, c’est la politique fiscale, comme le Bedonnant de Corrèze. Vous écrirez une belle lettre cette année encore à votre Trésor. Mon cher Trésor, public.
Ah oui, il pleut, j’ai abandonné le bord de la piscine.
Et puisqu’il n’est pas question de poésie- ni de littérature !- dans ce billet, je vous fiche le mien:

« Il y a des racines de tout’ les formes
Des pointues, des rond’ et des difformes
Cell’ de la guimauve est angélique
Il y a une Racin’ qui est classique
Et la mandragore est diabolique
Mêm’ s’il nous bassin’ on n’y peut plus rien
Mais la racine que j’adore
Et qu’on extrait sans effort-eu
La racin’carrée, c’est ma préférée
Une racine qu’a un aspect louche
C’est cell’ de l’arbre de couche
Le drogué vend son âme
Pour cell’ de l’arbre à cames
Si la racine du manioc a
De quoi fair’ du tapioca
Evitons tout’ not’ vie
(de bouffer) Celle du pissenlit
Il y a des racin’ qui s’vend’ en bottes
Le radis, l’navet ou la carotte
Vous connaissez celle de la bruyère
Dans laquell’ on taille des pip’ en terre
Il y a la racin’ de canne à pêche
Cultivez-la donc, qu’est-ce qui vous empêche ?
Mais la racine que j’adore
Et qu’on extrait sans effort-eu
La racin’carrée, c’est ma préférée. »
B.V.

Sinon, les enseignement à l’ ENS Eco, ça a l’air grandiose- je ne connaissais pas leur ressource-

Extrait:

« Ces deux hypothèses sont : a) tous les individus doivent avoir les mêmes
goûts ; b) ces goûts ne changent pas quand le revenu varie. La première hypothèse fait de tous les consommateurs des clones parfaits, de sorte que tout se passe comme s’il n’y avait sur le marché qu’un consommateur « global », dit « représentatif ». La seconde ne peut tenir que s’il n’y a qu’un seul bien à consommer, car dès qu’il y en a au moins deux, tout le monde sait que la structure des
achats se modifie fortement quand les revenus varient. Or, si l’on refuse les hypothèses a) et b) (qui peut les adopter après en avoir été informé ?), alors il est assez aisé de montrer que la « quantité demandée » d’une marchandise en fonction du prix affiché (la « courbe de demande ») n’a plus aucune raison d’être décroissante quand le prix augmente. Elle peut avoir n’importe quelle forme, et
l’effondrement de ce premier grand pilier de la théorie suffit à la mettre à bas »
http://www.economie.ens.fr/IMG/pdf/19dec_theorie.pdf

l'erreur de casting dit: à

Ses pages sont visitées par des curieux, des amateurs de prises de têtes et de combinaisons mathématiques, mais aussi par des internautes s’étant visiblement perdus sur la route d’un site porno:
sur slate Jonathan Basile a dû apprendre à programmer pour mener à bien la tâche un peu folle de traduire sous la forme d’un site Internet l’imagination débordante de Borges.

l'erreur de casting dit: à

La Tsedaka, Tzedaka, Tsedaqa ou Tzedaqa (prononcer Tzdaqa, en hébreu : צדקה) est le terme hébreu désignant dans le judaïsme le principe religieux de l’aumône. Le radical du mot est le même que dans le terme hébreu désignant la « justice » : צדק (prononcer « Tzèdèq »).

l'erreur de casting dit: à

« zekat » in Islam
ce mot m’évoqque la tsedaka en hébreu judaisme

Sujétion dit: à

Pakisatan, pourquoi pas Pakizlatan…

et des Pakislatanais… hein… hein…

Sergio (Amayerling) dit: à

« ce brouhaha de chiffres, de statistiques et d’équations, » :

Les maths avec des chiffres, cela cherche à s’approcher de la réalité ; c’est même leur casuel. Dans le cas qui nous occupe ici, science humaine, bien sûr, ni de la physique ni de l’astronomie confer Comte. Seulement c’est pas beau ! C’est inhomogène… Le seul truc sympa là-dedans, c’est l’analyse combinatoire ; pourquoi ? parce que c’est de l’analyse, justement, du chaînage avant du déductif. Les maths humains c’est de l’inductif : c’est utile, mais tout ce qui est utile c’est pas beau !

Les vrais maths, sans chiffres, alors là ça l’est, beau. Pourquoi ? Parce que cela réveille la soif de perfection qui est en nous ; cela dit, c’est peut-être quand même pas la peine de mettre la table de Bouvart et Ratinet en Pléiade…

Bloom dit: à

Pakisatan, pourquoi pas Pakizlatan…
Aaargh….

Bloom dit: à

Au Pakisatan, la « zakat » est prélevée par toutes les banques. Il n’est pas certain toutefois qu’elle aille systématiquement vers les nécessiteux.
Reste qu’au contraire de l’Inde, personne ne dort dans la rue au Pakistan. On y est tout aussi pauvre qu’en Inde, mais la collectivité se débrouille pour prendre en charge les pauvres. Idem dans les grandes villes indiennes à majorité musulmane (Hyderabad, par exemple).
Difficile de faire plus individualiste que l’hindouisme en ses versions shivaïtes et vishnouites. Le versant spirituel, mystique, avec pour centre l’ashram est paradoxalement moins solipsiste: il procure un cadre de solidarité, mais à l’écart de la société.

L'INTELLICON dit: à

Salut les marmiteux…

babel oueda dit: à

Voici de quoi fuir le hors-sujet, tout en mettant en valeur le Point Nasrallah.

« I, along with the majority of Muslims, believe that Islam provides the principles and sometimes concrete solutions to end the problems of humanity. However, Muslim intellectuals and Muslim scientists fail to tailor these recipes to modern-world problems. I want to illustrate this by means of the wealth inequality problem discussed in Thomas piketty’s recent book, « Capital in the Twenty-First Century. »

Piketty explains the relative merits of a wealth tax for solving wealth (and income) inequality. He proposes a 2 percent annual tax on wealth.

At this point I want to call your attention to the institution of « zekat » in Islam. Zekat is one of the five pillars of Islam. It is essentially giving away 2.5 percent of one’s wealth to those in need.

I also want to point out that, since zekat is a religious practice and yields rewards in the afterlife, zekat is evaded much less than a secular wealth tax would be. »

(Kadir Civan)

Sergio (Amayerling) dit: à

L’amour n’est que l’emballage menteur du désir de fornication. (Casanova)

Houi enfin y a de la nuance, parce que normalement c’est parti pour trois siècles, alors que l’item numéro deux, lui, au bout de mettons par exemple dix-neuf heures par exemple, il risque d’y avoir un peu de flottement ; mais attention, hein, il y a des sportifs !

giulietta massina dit: à

Benito Jc le Fourbe se prend pour Casanova….. c’est plutôt Calamité, très mité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*