de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Quel « écrivain national » pour incarner la France ?

Quel « écrivain national » pour incarner la France ?

C’est tout de même un sacré paradoxe : la France, qui passe pour la plus littéraire des nations européennes, n’a pas de Grand Ecrivain National – dans cet ordre et avec forces majuscules. Enfin, pas vraiment. Entendez par là un écrivain qui, par-delà les clivages de toute nature, l’incarne et la représente tant par la puissance de son style, l’empire exercé par son œuvre, l’influence de ses idées, le magistère de sa personne. Cela dit, soyons sans illusion sur le caractère relatif d’une telle entreprise, car on chercherait en vain un écrivain parmi les personnalités les plus appréciées des Français dans le Top 50 du Journal du Dimanche. Le miroir national a désormais la voix d’un chanteur et l’allure d’un sportif.BeckettParisBanier3

La quête du synonyme est à cet égard, édifiante. Pour l’italien, on dit « la langue de Dante ; pour l’anglais « la langue de Shakespeare » ; pour l’espagnol « la langue de Cervantès » ; pour l’allemand « la langue de Goethe » sans jamais douter que chacun d’eux est l’incontesté ambassadeur de ce que la langue, la culture, et donc l’esprit de son pays ont de meilleur. Pour le français, on dit encore couramment « la langue de Molière », même si ce fut longtemps plutôt « la langue de Voltaire ». Mais pour les Français ? Car il ne s’agit pas de savoir si nous parlons vraiment la langue de l’un ou l’autre (belle lurette que les Anglais ne parlent plus la langue de Shakespeare) mais si l’un ou l’autre, ou d’autres encore, sont susceptibles d’incarner la France.

La dernière livraison de la revue Médium (No 42, janvier-Mars 2015, 196 pages, 16 euros/ en vente dans les meilleures librairies) justement consacrée au thème de « L’écrivain national » (c’est son titre, dont la pertinence est discutable et parfaitement discutée), est aussi édifiante par les réponses qu’elle apporte qu’étincelante par les questions qu’elle induit. Gardons-nous de rouvrir l’increvable controverse par laquelle certains voudraient dézinguer Molière pour mieux remettre en selle Corneille. N’allons pas non plus rallumer les feux mal éteints de la querelle sur Racine qui opposa en 1966 la Nouvelle critique à la vieille Sorbonne à travers les personnes de Roland Barthes et de Raymond Picard. De toute façon,  on aurait du mal au XXIème siècle à soutenir que le génie français s’est entièrement réfugié dans la clarté, la rationalité et l’universalité jadis prêtées à sa langue. Au pays de l’intellectuel-roi, elle ne suffit plus. Le sommaire de la revue en donne un aperçu.

C’est Régis Debray, le directeur de Médium, observant qu’un Garcia Marquez a eu droit à « des obsèques continentales », tout en révélant que l’aéroport de Santiago-du –Chili portera bientôt le nom du poète Pablo Neruda. C’est Jacques Lecarme, pointant en Patrick Modiano un Simenon en plus artiste, comparant les versions originale et amendée de son premier roman La Place de l’Etoile, observant qu’il se refuse à être partie prenante dans l’Histoire de France et concluant que « ce migrant génial » aura produit une littérature qui se sera faite « parfois contre la France telle qu’elle s’incarne ». C’est Paul Soriano rappelant à quel point Dante et Machiavel étaient florentins, Manzoni milanais, Vico napolitain, pour finir par décréter que s’il n’en reste qu’un, seul capable d’être leur médiateur à tous et leur représentant totémique, c’est Virgile ! Virgile ! Virgile ! Et on se prend à rêver ce qu’aurait pu être une disputatio entre Hayim Gouri et Mahmoud Darwich, l’israélien et le palestinien, non tel qu’en eux-mêmes leurs peuples les ont statufiés mais en toute liberté poétique.

BeckettParisBanier6septembre89J’allais oublier le morceau de choix de cet allègre dossier : la déconstruction du mythe Goethe par le germaniste Jean-Pierre Lefebvre. Pour ce qui est de la langue, Luther est une meilleure référence. Pour le reste, au risque de se tromper souvent, il aura tout tenté et touché à tout, se sera essayé à tous les genres. Même aux sciences de la nature, à la morphologie, à la théorie des couleurs, à la géologie… Tout à sa construction d’une image de soi en artiste total, il aura involontairement témoigné que le temps de l’écrivain national était révolu car son œuvre s’est « figée dans les déterminations de son temps ». Si impressionnante soit la biographie d’un homme de Lettres, c’est tout de même sur la pérennité de son œuvre que la postérité le retient. Dans son pays comme à l’étranger. L’Ecrivain national est celui dont l’oeuvre est justement transnationale. Les Misérables en est l’exemple-type.

Mais alors, quel Grand Ecrivain National pour les Français, assez grand pour l’incarner, assez écrivain pour honorer sa langue, assez national pour être incontestable ici et ailleurs ? Hugo bien sûr ou Hugo hélas ?

(Photos Gérard Rondeau et François-Marie Banier)

Cette entrée a été publiée dans Histoire Littéraire.

508

commentaires

508 Réponses pour Quel « écrivain national » pour incarner la France ?

REGIS dit: 26 mars 2015 à 0 h 23 min

La France n’a jamais eu et n’aura jamais un écrivain de cette nature. Ce furent naguère Montaigne, Voltaire, Balzac, Camus et Sartre tout à la fois qui l’incarnaient. Aujourd’hui cette tâche est celle de Michel Houellbecq, Michel Onfray, Alain Finckielkraut, Jean d’Ormesson, Alain Various, Dany Laferrière et j’en passe. C’est cela le génie français: Corneille sera le complement de Racine, Voltaire de Rousseau et Michel Onfray de Alain Finckielkraut.

Chaloux dit: 1 mars 2015 à 20 h 04 min

ZEUS….. dit: 1 mars 2015 à 11 h 22 min

Bien vu, Zeus, mes dimanches se passent au loin…

« Bonne soirée ».

ZEUS..... dit: 1 mars 2015 à 11 h 22 min

Allons ! Allons ! le vénérable Chaloux est un homme intelligent : ce ne peut être lui ! Ce « prouve le » est un propos d’imbécile …

renato dit: 1 mars 2015 à 8 h 41 min

« … il a pété les plombs devant un cheval qu’on maltraité… »

Et le voilà qu’il croit en une légende… il y a de bon que ce qui arrive (ou est arrivé) réellement compte pour margarine…

bérénice dit: 1 mars 2015 à 1 h 40 min

Sinon pour ceux qui n’auraient ni vu ni entendu , la batterie de Bird Man est géniale, l’ensemble réconfortant.

Le pacha dit: 1 mars 2015 à 1 h 35 min

Alors pour la Turquie ça pouvait être Yasar Kemal mais ça faisait quelques jours qu’il était vraiment pas bien.

Giovanni Sant'Angelo dit: 28 février 2015 à 23 h 14 min


…Giovanni au four auto-nettoyant,!…

…mais, je ne me force pas, pour quoi que ce soit,…je me débrouille très bien,…avec tout,…
…je vois & le besoin d’une épouse,!…c’est çà,!…
…rien ne change, d’abord les châteaux, déjà pour ma bibliothèque, et l’espace pour mieux peindre,!…et rester totalement  » libre « ,…comme je le suis actuellement,…
…Crésus, sans fortune,…et rester sur son troc,!…tout aussi le même,!…restez-soi-même, sans plus,!…naturel,!…etc,!…

…attention, je reprend bientôt mes jeux à P.C.,…vite une dernière,…j’écoute, cinq minutes,!…vlà,!…vite,!…

…réellement trop difficile pour me contenter de  » rien  » en tout genre, avec ou sans fortunes, l’esprit reste, à ses buts,!…
…etc,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 28 février 2015 à 22 h 51 min


…pour en revenir,…au ras de bol,!…de café,!…
…si, tout n’est questions que d’argent et son relief,…
…je suis convaincu,…qu’on est rien, parmi des riens à riens,…c’est court, mettez y de la gomme,, pour l’allonger,!…le texte en cour,!…
…que la vie continue,…avec d’autres libertés apprivoisées,!…mes chèvres avec ou sans Seguin,…
…l’amour des captures à ses dessins,…on montage Picasso,!…juste une éolienne, pour ma capture d’électricité,…vin rose, alors,…

…Oui,!…une petite marche dehors,…
…tout le monde, en culture, devant son foot aux écrans,…Ah,!Ah,!…
…etc,!…changer quoi, pourquoi faire,…
…vivre dans les mensonges,…
…façons peaux,  » vair et contre- vair « ,…à cloches,…à se mettre,!…
…par précautions,!…les prédilections,!…

…chacun ses réflexions à dessins,!…etc,!…

Phil dit: 28 février 2015 à 22 h 16 min

N’y voyez aucune ironie malfaisante, dear déashash. Un compliment pur sucre. Dans ce monde de sauvage, une phrase au beau délié a l’effet d’un champagne de qualité. Dans sa vie avant jexfour, Sapritch fut mannequin.

DHH dit: 28 février 2015 à 21 h 26 min

@phil 19 h 57
dois-lire ce post au premier degré et y voir un compliment ou dois-je y deceler l’expression du sarcasme et de l’ironie ? ce que semblerait indiquer le rapprochement avec alice sapritch et la mention ce qu’elle doit à ce « jexfour »,dont j’ignore pour ma part le sens

instructif tout ça dit: 28 février 2015 à 21 h 11 min

hamlet deblog transcende l’immanence du dasein traversant la réalité ascendante du Wegsein qui forme un tout en un espace permanent avec le destin immuable de l’éternel conflit a-nitezscheen de shakespeare et, ce du retour au départ depuis toujours comme disait si bien dosto

paul b dit: 28 février 2015 à 20 h 58 min

« le regain pour Montaigne date du président mitrand qui a posé sa paluche sur les Essais pour la photo officielle. »

La p. de clèves est pluss douée que mon teigne

Phil O'Zoff dit: 28 février 2015 à 20 h 44 min

hamlet dit: 28 février 2015 à 12 h 55 min

—–il ferait bien d’oublier Montaigne pendant quelques temps pour en revenir non pas aux oeuvres devant lesquelles il faut s’agenouiller mais plutôt devant les valeurs qui nous transcendent, qui appartiennent à ces oeuvres et devant lesquelles nous ferions mieux de nous agenouiller.—

Hamlet, vous ne nous dîtes pas quelles sont ces oeuvres.

hamlet dit: 28 février 2015 à 20 h 34 min

DHH dit: 28 février 2015 à 19 h 32 min

c’est quoi l’immanence ?
c’est simple : l’immanence c’est Nietzsche ! et c’est tous ces crétins comme Onfray qui laissent imaginer aux gens soit disant émancipés qu’ils sont la mesure de tout, qu’ils seraient capables, à l’aide de leur seule raison de déterminer comment ils doivent se comporter !!!

c’est d’une stupidité abyssale !
les valeurs humaines ne sont pas à la mesure des individus, et l’émancipation et la raison ne permettent pas de déterminer nos actions.

mais ça c’est des types comme Onfray, qui s’imaginent assez fortiches, avec leur volonté cde puissance et leur amor fati pour imaginer qu’ils sont capables d’inventer la poudre !!!

c’est ça l’immanence, c’est laisser croire aux gens qu’ils peuvent inventer le fil à couper le beurre.

et en opposition à l’immanence on trouve quoi ? on trouve le roman russe, on trouve Dostoïevski qui nous montre à chaque page que l’immanence c’est un truc pour les crétins comme Onfray !!!

mais Onfray n’a peut-être pas lu Dosto, ou bien s’il l’a lu il n’a pas tout compris, pour lui il y a la loi et la morale, et la transcendance que chacun porte comme un fardeau.
sauf que si tu enlèves ce fardeau aux hommes il reste quoi ? rien !!!!

c’est ça l’immanence : c’est il ne reste rien aux hommes, et qu’ils se retrouvent comme dans les romans de l’autre crétin de welbec donc chacun pense qu’il a inventé la poudre mais welbec il n’a rien inventé, il n’y a que ce qui n’ont rie n lu qui peuvent pensé des trucs pareils, ce pauvre welbec c’est le degré zéro de la pensée.

tu vois : c’est ça l’immanence : le degré zéro de la pensée !

pourquoi Montaigne ? parce que Montaigne a écrit ses Essais dans sa bibliothèque, entouré de tous ses beaux livres, un décor magnifique, au milieu des vignes, et là il a nourri son bel esprit de ses belles lectures, et il a fait fonctionné ses méninges pour nous livrer des belles pensées, et là il s’est construit des valeurs pour régir son existence : c’est ça l’immanence ! le problème c’est que Montaigne aveit aussi un job, il ne passait passait pas toute sa vie au milieu de ses livres, parce que l’immanence c’est fait pour des types qui vivent dans leur bibliothèque, mais Montaigne avec son boulot vivait aussi dans le monde humain, et dans le monde humain tes valeurs immanentes tu peux te le carrer bien profond dans le troufignon !

aprce que le monde humain ne se vit pas dans une bibliothèque entouré de Sénèque, d’Aristote et de Marc Aurèle, c’est le gros problème du monde humain c’est que du coup tes valeurs bien symas que tu t’es faites dans ta petite bibliothèque elles volent en écvlat, et là tu reviens illico à Dostoïevski !
et c’est pour ça que ce crétin de Nietzsche a pété son boulon !!!
parce que les hommes sont comme ils sont, ils aiment massacré les chevaux et on est obligé de faire avec !

et les types qui ont pondu la Bible, qui nous ont inventé un Dieu ne l’ont pas fait pour des gens qui crétins qui vivent dans l’immanence des choses mais pour ceux qui aiment massacré les chevaux, et là Nietzsche l’a compris et il l’a eu bien profond dans le baigneur !!!

il a compris que la transcendance ça existe parce que les hommes aiment torturer les bêtes innocentes, mais ça d’autres l’avaient compris avant lui : il existe des valeurs humaines qui dépassent les individus, ces valeurs humaines on ne peut pas faire comme si on ne savait pas qu’elles sont là, parce qu’elles sont toujours là, nous ne les avons pas inventées, aucun de nous ne les inventées, mais elles sont là, elles planent au dessus de non pas chaque individu, mais chaque sujet, nous ne décidons pas de leur obéir ou de les corrompre, si nous ne les suivons pas c’est parce que nous ne les avons niées, et là, la seule chose que nous pouvons faire c’est nous pardonner de les avoir ignorer.

hamlet dit: 28 février 2015 à 20 h 05 min

Monsieur Court, désolé si je n’ai pas été clair : la littérature russe n’est jamais immanente contrairement à une littérature française totalement sécularisée et laïcarde : Hugo comme tous les autres (romantiques) français est un auteur de la sécularité.

ce qui donne la force des romans russes c’est justement une omni présence de valeurs transcendantes, quand vous lisez Hugo les personnages agissent à la mesure d’eux mêmes quand vous lisez les russes (même le premier : Pouchkine) rien n’est jamais à la mesure d’uex même mais toujours déterminés par des forces (ou des valeurs) qui les transcendent : c’est ce qui donne à la littérature russe une grandeur, une ampleur que la littérature française n’a jamais pu atteindre (peut-être à l’exception de Pascal).

et ils ne le font pas en nous parlant d’idées abstraietes et grandioses mais au contraire en restant dans la banalité, la trivialité de la vie, c’est encore là la puissance du roman russe de nous montrer que la grandeur n’est pas dans l’apparat mais dans le presque rien.

c’est ce presque rien qui a fait disjoncté Nietzsche, lui qui a voulu faire le malin en voulant faire concurrence aux prophètes il a pété les plombs devant un cheval qu’on maltraité, parce que la réalité des hommes se situe là, dans un cheval qu’on bat à mort, n’est pas prophète qui veut Monsieur Court, tout est déjà là dans la Bible, tout est écrit, les prohpètes ont été choisi non pas parce qu’ils étaient des super héros mais à cause de leur banalité de pauvres handicapas de la vie, Nietzsche n’a pas compris que la vérité d’une transcendance du monde ne réside pas dans la grandeur mais au contraire dans la trivialité de nos existences.

Phil dit: 28 février 2015 à 19 h 57 min

étonnant comme la prose de déashash est toujours agréable à lire. doit y avoir un secret, comme la sapritch avec son jexfour.
ceci dit, le regain pour Montaigne date du président mitrand qui a posé sa paluche sur les Essais pour la photo officielle.

DHH dit: 28 février 2015 à 19 h 48 min

Pour en finir avec une lecture caricaturale de Essais qui ferait de Montaigne ,un homme sourd aux evenements de son temps confiné dans sa tour et entierement absorbé par une sorte d’intimité incestueuse avec son oeuvre en perpetuel devenir ,un ouvrage fondamental penetrant documenté et nuancé:Montaigne et son temps ,les evenements et les essais de Geralde Nakam .
un exemple à la fois de son attention au monde et de la modernité comme de la pertinence de sa pensee:l’essai sur les coches ,proces impitoyable de la colonisation et du sentiment de superorité de l’homme blanc

DHH dit: 28 février 2015 à 19 h 32 min

@hamlet
que signifie ce concept d’immanence ,dont je n’ai pas compris en quoi ce que vous dites sur Montaigne serait l’illustration ?

Jambrun dit: 28 février 2015 à 18 h 23 min

« Coupé du reste du monde » est une vision problématique et fallacieuse. (Court)

C’est le moins qu’on puisse dire. Quel écrivain plus ouvert au monde, quel écrivain français en tout cas, que Montaigne ? Je viens de relire, dans « l’Apologie de Raymond Sebond », les pages admirables qu’il consacre à la communication animale, aux langages des animaux, à leur intelligence, à leur aptitude à raisonner, montrant tout ce en quoi ils nous surpassent, tout ce en quoi nous leur ressemblons, dans une continuité du vivant que seule notre inguérissable présomption nous pousse à ne pas voir. Des pages que nos éthologues d’aujourd’hui devraient connaître et méditer, tant elles anticipent brillamment sur leurs observations et les enseignements qu’ils en tirent. Si l’idée de distinguer, parmi tous les autres, un écrivain susceptible de représenter la France ne me paraissait pas aussi saugrenue, c’est pour lui que je voterais !

Court, dit: 28 février 2015 à 17 h 38 min

Hamlet
Vous choisissez bien votre exemples pour l’immanence avec Pouchkine, reste que le transcendentalisme messianique est assez présent chez les autres grands Russes.
Pour le rapport entre roman Hugolien et roman russe s’agissant des Misérables, c’est un fin lecteur comme Claude Roy qui a soulevé le lièvre en se fiant à son intuition, et une Lecture des Misérables montre qu’elle est juste. Hugo est quelqu’un qui a osé dire à Vacquerie: « La Révolution, quoique grande , était athée ». Il est au coeur de la dialectique immanent-transcendant C’est aussi lui qui écrit dans la notule funèbre d’Ymbert Gallois « je crois en Dieu parce qu’il est nécessaire ».
Maintenant, si vous décidez que la littérature russe est purement immanente, je ne peux rien sinon vous dire qu’on peut la juger tout autant marquée par la transcendance avc d’autres exemples que Pouchkine à l’appui.
Il faudrait aussi ne pas réduire Montaigne à sa « Librairie » comme on dit toujours outre-manche. Montaigne a voyagé, a laissé des récits de voyage publiés tardivement, mais dont l’authenticité n’a jamais été mise en doute. « Coupé du reste du monde » est une vision problématique et fallacieuse. Je dirais plutot, « instruit des réalités du Monde, et prudent vis-à-vis d’elles. » C’est vrai dans ses rapports avec le Roi comme dans son éloignement de la Peste. Il s’agit plus de Prudence que d’allergie au Mouvement d Monde. Et la prudence est au nombre des vertus du temps, par héritage aristotélicien et chrétien.
« Que nous carburions à plein sous le régime de l’immanence », je peux vous l’accorder, comme vos cinq dernières lignes. C’est justement ce qui provoque cette marée de transcendance plus ou moins avariée qui donnent en effet « des gamins qui ne savent plus ou ils habitent ». A ceux là, il est trop tard pour lire Montaigne.
Je ne comprends pa bien ce que vousentendez par ces « valeurs qui nous transcendent, qui appartiennent à ces oeuvres et devant lesquelles nous ferions bien mieux de nous agenouiller ». Seriez-vous quelque part entre Comte et le Malraux du Musée Imaginaire?
Bien à vous, et merci de m’éclaircir.
MC
PS
Remerciements à Pierre Assouline pour le « ménage »!

Daaphnée dit: 28 février 2015 à 17 h 05 min

Tiens, si certains ont envie d’aller s’aérer les neurones et de rire .. aussi, la pièce d’une amie qui est jouée au Lucernaire …

 » A la grande famille des êtres hors sol qui hantent le théâtre moderne et celui de Beckett en particulier, on peut ajouter le drôle de trio inventé par Natacha de Pontcharra : un père flanqué de deux rejetons à tête de rats. Ratés d’avance et derniers avatars d’une lignée de prolétaires en perdition quelque part en banlieue parisienne. Leur seul moyen de sauvegarde est leur langage, mélange de raccourcis et d’intuitions en cascade avec lequel ils filtrent ce qui les entoure et pourrait leur faire mal.  »
Télérama

« Les Ratés  »
avec:
Jean-Christophe Allais
Jean-Yves Duparc
Rainer Sievert

interview inénarrable de l’un des comédiens d’origine allemande Rainer Sievert :

http://www.lesrates.com/#!vido/c1nul

ZEUS..... dit: 28 février 2015 à 16 h 46 min

On me dit que rien n’est tranché sur le nom de l’écrivain qui incarnerait votre pays ?

… Qu’est ce que vous attendez ?!

Pourquoi pas un directoire Rabelais-Voltaire-Hugo ?

Jambrun dit: 28 février 2015 à 15 h 37 min

les valeurs qui nous transcendent ( Hamlet)

J’aimerais bien savoir lesquelles. La naïveté a toujours quelque chose d’attendrissant, je sais bien, mais tout de même.

 » Nous n’avons aucune communication à l’être » (Montaigne, « Apologie de Raymond Sebond)

Giovanni Sant'Angelo dit: 28 février 2015 à 15 h 33 min


…les arts,!…lesquels déjà,…
…par l’érosion des sens perdues & subies,!…
…c’est tout,!…etc,!…
…rien, de rien,…
…je ne regrette rien,…contrastes à pertes,!…
…suivant, c’est toujours grand ouvert,!…la randonnée aux chercheurs d’or,!…
…ticket please,!…Ah,!Ah,!…
…l’Himalaya c’est par derrière,!…Tintin,!…Milou d’abord,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 28 février 2015 à 15 h 00 min


…plus court encore,…
…………………,censure ou cannibalisme,!…copier/coller,!…Ah,Ah,!…

…la chasse à courre des esprits,!…
…etc,!…en Stalag 13, social-démocrate,!…Ah,!Ah,!…
…etc,!…Sierra Leone à Sacramento,…sur Arte,…quels beaux paysages aériens,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 28 février 2015 à 14 h 14 min


…Jérôme J’A FRAIS à 10 h 08 mn,…

…vous vous tromper, le doigt dans l’oeil,!…
…coordonnées d’un plan, comédies et leurres d’inquisition,!…of course à Richelieu, taxes & persécutions,…aux soumis franzochi’s,!…Ah,!Ah,!…
…vous oublier, que suivant les sujets aborder,…l’avis des  » internautes « ,…peut avec facilités, vacillez d’un point à un autre des opinions sur les plans,! ( 3D ),…en abscisses & ordonnés, x-y , -+ ,…donc,!…
…vos coordonnées, c’est du  » Caca « ,!…aux parfums,…à castes,!…là,…
…du fumet,!…an vois tu, en voilà,!…
…etc,!…
…en réalité, il n’y a pas d’opinions,…
…il y a des places vidées, des chaises vides,…de là, suivant son portefeuille d’héritiers en partage à préserver,!…
…il n’y a rien, encore, comme pensées, si, encore,…les hommes aux cavernes délocalisés,…d’un point à coordonnée,…

…des économies pour des exclus, de tout genres,…trop pointilleux, déjà,!…
…of course,!…Ah,!Ah,!…Go,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 28 février 2015 à 13 h 38 min


…juste un détail,…

…un détail,!…l’art de ci, l’art de çà,!…

…la vie de  » l’art de persécuter « ,…à cols blancs,!…
…des  » victimes consentantes « , l’amour, la mort, le profit & l’intérêt,!…

…nous sommes généreux, laisser-vous exploitez,…
…pour une cause quelconque ou une autre à tête de pitre,…
…vous avez pêchez,!…et t’a gueule d’exploiteur,!…un portrait tout craché,!…les Ô, à,  » pensées uniques « , dans les impasses à dégrossir,!…

…les châteaux sans frontières, à la cour et préaux,!…votre oral,!…please,!…
…etc,!…les persécuteurs, à quels strates déjà,!…
…la science d’écrivain national à se mettre,!…Ah,!Ah,!…mon Richelieu,!…etc,!…

Jérôme J'A FRAIS dit: 28 février 2015 à 13 h 07 min

@11h45. Oui, c’est bien là que la Sofres avait situé la relative complexité idéologique des valeurs de Jean Brun. Indépendamment de la régression logistique ayant raffiné sa position dans les méandres du particularisme qu’il a lui-même décrits avec beaucoup de pittoresque ironique, la raison statistique des nuées dynamiques l’a située sans erreur possible dans la constellation des valeurs du pôle de la droite extrême.

hamlet dit: 28 février 2015 à 12 h 55 min

Monsieur Court, sur Montaigne la question est de se demander pourquoi Montaigne et à sa suite les Nietzsche, Camus et toute la clique sont devenus les modèles de notre société, la réponse est simple = l’immanence !

Montaigne est un homme public, qui fait un boulot au sein d’une collectivité mais dans son Essais cet aspect de sa vie disparait pour ne laisser place qu’au rapport d’un individu coupé du reste du monde entouré de la richesse de ses livres, qui plus est un individu qui se supporte même pas le mouvement du monde, toutes réformes, tous changements ne mènent qu’aux massacres, son époque ne lui donnait pas tort tout comme la nôtre ne donnerait pas tort, le seul petit problème c’est que le monde humain, depuis l’âge des cavernes, ne connait pas le surplace. Nous n’avons pas d’autres choix qu’apprendre à gérer les conflits inhérents à toutes collectivités humaines.

le gros problème est que nous sommes devenus trop montaigniens : nous carburons à plein sous le régime de l’immanence, tous les auteurs actuels populaires ne font que nous enfoncer dans cette voie, jusqu’à un type comme Onfray pour qui la loi et les institutions de la nation sont en soi un obstacle qu’il faut détourner pour mener une « bonne vie ».

D’ailleurs, je ne suis pas du tout d’accord avec vous quand vous faites d’Hugo un écrivain russe, Hugo n’a jamais été russe justement à cause de ce rapport à l’immanence des choses.
Même le premier russe : Pouchkine n’est jamais un romantique, même dans Eugène Oniguine il reste russe jusqu’au bout des ongles, et je ne parle pas des autres qui viennent après lui.

Sur cette dialectique autour de l’opposition immanence / transcendance il me semble qu’on ferait bien de commencer à faire machine arrière.

Sûr que pour tous ces gamins perdus dans leur tête, qui ne savent plus où ils habitent, lire Montaigne leur ferait le plus grand bien mais pour notre petit monde culturel actuel il ferait bien d’oublier Montaigne pendant quelques temps pour en revenir non pas aux oeuvres devant lesquelles il faut s’agenouiller mais plutôt devant les valeurs qui nous transcendent, qui appartiennent à ces oeuvres et devant lesquelles nous ferions mieux de nous agenouiller.

Croyez moi Monsieur Court, nous sommes en train d’aller trop loin sur l’importance de l’individu libre et émancipé de tout, notre petit monde de la culture sécularisé qui passe son temps à s’admirer dans son miroir en nous bourrant le mou avec Montaigne, Nietzsche et Camus comme bonne raison de s’admirer eux-mêmes commence à atteindre un niveau de ridicule dont il devrait commencer à prendre conscience, parce qu’au rythme où vont les choses je crois que le pire est devant nous…

Polémikoeur. dit: 28 février 2015 à 12 h 34 min

Esprit, de gauche, de droite,
preuve vaut mieux que parole,
comme le cœur mis en boîte,
dichcuter de son monopole.
Gichcarmagnolement.

Jambrun dit: 28 février 2015 à 11 h 45 min

le spectre des valeurs droitières : les personnalités de Jambrun (Jérôme etc.)

Je me situe légèrement à gauche de l’extrême-droite en passant par le centre. Je me perçois comme un parafasciste avancé, à la traîne cependant d’un anarcho-sindicalisme tempéré par mes valeurs judéo-islamo-chrétiennes.

D. dit: 28 février 2015 à 11 h 03 min

Derrière lui il est possible de reconnaitre des modules 3440 probablement enfichés sur des slots OSVC6300, modules qui certes ne se fabriquent plus mais ont gardé une rétrocompatibilité et ne provoqueraient aucune erreur si on s’amusait aujourd’hui à les brancher sur un système Argol 1D 700 dernier cri. Nostalgie quand tu nous tiens.

Ancien de la SOFRES..... dit: 28 février 2015 à 10 h 25 min

Des fascistes ? il y en a partout, même au PS : Macron le Petit Garçon est un fasciste antisocial…

Madame de Valognes dit: 28 février 2015 à 10 h 25 min

les déclarations de MCourt-bien-à-vous me font toujours rire ahahahah par leur ton pète-sec, définitif et sûr de lui : c’est le Père Hamptoire sans doute

Jérôme J'A FRAIS dit: 28 février 2015 à 10 h 20 min

Les fascistes ? D’après la science politique la plus autorisée à la Sorbonne, plutôt à l’extrême droite.

Jérôme J'A FRAIS dit: 28 février 2015 à 10 h 08 min

La République des Livres a demandé à la SOFRES de classer la sensibilité de ses internautes récurrents au sein de constellations idéologiques les plus clivantes (en dépit de leur individualisme naturel singularisant favorisé par leur anonymat).
Notre étude scientifique a fait ressortir dans le spectre des valeurs droitières : les personnalités de Jambrun, JC, Bab el-Oueda, Daaphnée, bérénice. Dans celui des valeurs centrales de droite : B. comme BERLIN, Giovanni Sant’Angelo, Oniséphore de Prébois, D., Bilhoreau de Bellerente, Court. Et dans celui des valeurs de centre gauche et d’extrême gauche : Bloom, TKT, la vie dans les bois, Polemikoeur, Diagonal, Chaloux, Hamlet, Renato, Abdelkader.
Nos ordinateurs ont détecté que les premiers passaient généralement pour plus amusants et irritants que les troisièmes,(ils sont lus beaucoup plus longtemps et par un plus grand nombre de passagers) parce qu’ils flirtent beaucoup plus que les autres avec le « politiquement incorrect », ce qui pour la Sofres, peut être analysé tout aussi bien comme un signe de courage que de lâcheté de leur part.
Quoiqu’il en soit, le commanditaire libéral de notre enquête a décidé de ne pas sévir contre eux. Par réalisme, il a fort bien compris que c’était par un plaisir coupable de lecture des commentaires transgressifs les plus répugnants qu’était assurée pour longtemps la renommée de son blog.

èmiste de réserve dit: 28 février 2015 à 10 h 02 min

remarquez bien , P.Assouline que les lecteurs de la bible s’y connaissent en lama, , eli, eli, lama…azavtani!

equipe medicale dit: 28 février 2015 à 9 h 51 min

9 h 07 min

le dément de pêq, qui passe son temps à pilonner, ne supporte pas la moindre riposte critique- Le fait d’être viré aggrave son cas (son ulcère)

berglyolyo dit: 28 février 2015 à 9 h 37 min

Attila dit: 27 février 2015 à 19 h 06 minDaaphnée va s’installer au Japon ?
Pauvre ueda

Il a le sens, le goût, du martyre

robert dit: 28 février 2015 à 9 h 33 min

« conclure une paix »

c’est impossible avec ceux dont la raison d’être est de tuer massacrer détruire

Marcel Ledoux dit: 28 février 2015 à 9 h 07 min

6 h 15 : le fourbe jissé enrage de s’être fait viré de chez Paul Edel où il essayait vainement de s’offrir un bonne conduite, typique de sa fourberie

ZEUS..... dit: 28 février 2015 à 8 h 30 min

Inutile de vous dire qu’en Olympie, on ne s’embarrasse pas de telles stupidités illusoires ! Le patron, de droit divin, c’est moi !

ZEUS..... dit: 28 février 2015 à 8 h 20 min

Qu’est ce qu’une démocratie occidentale ?

Un ou deux ans de rumeurs, procès politique, peopolisation des gueules de candidats, valises d’argent frais qui circulent, petits arrangements entre amis/ennemis….

Une ou deux semaines de mensonges, promesses, agitation médiatique, débauche de combines, achat de votes …

Une ou deux heures de perdues pour ceux qui croient à l’illusion démocratique et vont voter comme les moutons vont à l’abattoir….

Une ou deux minutes de résultats à la télé, discussion entre gens propres sur eux …

Puis, un à cinq ans d’inaction, de lobbying, de corruption, de privilèges nouveaux, de rodomontades, assassinats, actions des services, c’est à dire de préparation de la « prochaine échéance …

Démocratique naturellement !

ZEUS..... dit: 28 février 2015 à 6 h 15 min

Qu’est ce qu’un blog « communautariste » ?

C’est un lieu où vous n’êtes pas censuré pour ce que vous auriez dit d’inconvenant, mais où vous êtes censuré pour ce que vous êtes, a priori : pour votre faciès !

Un exemple : le blog de Paul Edel….

Comme quoi, on peut avoir de l’instruction, de la culture, de la finesse …. et rester un vopo dans l’âme.

B comme BERLIN dit: 28 février 2015 à 0 h 15 min

« Duc Bihoreau de Bellerente dit: 27 février 2015 à 15 h 59 min
– mansuétude
– martyres » …

….duc,
le christianisme,
une religion d’esclave pour les esclaves.

Dés qu’ils ont eu le pouvoir,
XV siècles de feu et de sang.

Vous rasez vous vous-même ?.

B comme BERLIN dit: 27 février 2015 à 23 h 53 min

« hamlet dit: 27 février 2015 à 15 h 03 min »,

Un métro de retard,
que des fringues et des sacs de Gonzesses…

Ah,
ils l’ont nettoyé le quartier !.

M’enfin,
de la rue de l’Ancienne Comédie au passage Mazet,
au début des années 50,
c’était Stalingrad !!! !! !.

Jambrun dit: 27 février 2015 à 23 h 02 min

Non, j’ai bien écrit crime contre l’Humanité, pas assassinats de livres, ou destruction de vestiges inestimables pour l’histoire de l’Humanité, ou je ne sais quoi, mais bien: crime contre l’Humanité, à propos des actes commis par les mercenaires ( vous êtes allés vérifier exactement leur confession religieuse dans cette secte criminelle qui s’est inventé une nouvelle religion ?) de l’EI. (La Vie dans les bois)

 » Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie », a écrit Claude-Lévi-Strauss dans « Race et histoire », un opuscule écrit en 1961 pour le compte de l’ONU. Il s’agissait alors de dénoncer les méfaits de l’européocentrisme et de la conviction des Occidentaux d’être les représentants de LA civilisation, supérieure à leurs yeux à toutes les autres cultures. Ce faisant, il proposait une version apparemment raisonnable et apprivoisable de ce qu’avait dit Montaigne quatre siècles avant lui : « Chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage ». Cette constatation est directement opposable à notre rêve (légitime, mais irréalisable) d’une éthique universelle. Elle ouvre des perspectives vertigineuses sur une des fatalités de notre condition. Nous considérons les « fanatiques » de l’EI comme des barbares, mais, pour eux, les barbares, c’est nous. Confrontés à cette aporie, nous pouvons tenter de nous rassurer comme nous pouvons, en l’absence d’une fantasmagorique éthique universelle, d’une vérité universelle. La meilleure façon d’y parvenir, c’est sans doute de nous battre, sans états d’âme, pour les valeurs qui sont les nôtres, en essayant d’y rallier le plus d’êtres humains possible.

la vie dans les bois dit: 27 février 2015 à 23 h 00 min

@22h50

Pas à demain ! Ni après !
Demain je vais faire de la géométrie appliquée, des courbes aléatoires, du bout des spatules. Dans un espace infiniment pur.
C’est kom ça.

bérénice dit: 27 février 2015 à 22 h 20 min

Bon je vais manger mon saumon et je reviens. D.

D je vous suggère de passer tout de suite aux insultes, lançons nous des noms de poissons conservés au visage, ne me demandez pas pour quelles raisons précises
pur divertissement qui nous éloignera du but recherché, je n’ai pas suivi l’ordre du débat présent.

la vie dans les bois dit: 27 février 2015 à 21 h 42 min

@21H38, c’est cela. Profitez des dernières découvertes médicales, elles vous concernent. Mais des crevures comme vous, le savent déjà, I presume.

Observatoire du monde de la musique... dit: 27 février 2015 à 21 h 40 min

La chercher c’est parfois mieux que de rester coller avec, mais bon, elle va encore me reprocher d’aller la chercher l’autre troublée qui ne sait pas se retenir (un indice aussi ?)

Observatoire du monde de la musique... dit: 27 février 2015 à 21 h 38 min

Mon Dieu, espérons que ce n’était pas un pauvre petit traumatisé ayant eu pour parents les inventeurs du HIV et des propagateurs de violence ça la foutrait encore plus mal. Allez, bonne soirée !

D. dit: 27 février 2015 à 21 h 30 min

La moindre vie humaine que l’on retire, ou que l’on empêche de venir, a infiniment plus de valeur aux yeux de Dieu que la plus historique des pierres. Ce n’est pas pour cela que je défends ce qui s’est passé. Je suis fermement contre. Mais je sais relativiser.

la vie dans les bois dit: 27 février 2015 à 21 h 23 min

@21h19, la dernière fois que j’ai vu une « chose », comme une anguille verbeuse dans votre genre, c’était à Paris, il y a un peu moins d’un mois. Une infection.

Observatoire du monde de la musique... dit: 27 février 2015 à 21 h 19 min

Qu’est-ce qu’elle a on-sait-pas-qui ? Le triomphe de son style ne lui suffit guère ? Ah ben non, forcément, c’est intrinsèque…

la vie dans les bois dit: 27 février 2015 à 20 h 55 min

@20h40, tapiner dans le bois de Boulogne ne vous suffit plus. Vous vous êtes ici présenté comme  » vieux pd », acceptez votre croix, du fond de votre enfer. Et foutez-moi la paix.

Observatoire du monde de la musique... dit: 27 février 2015 à 20 h 40 min

Très bien, donc à demain pour voir encore et toujours un hommage nombriliste aux simagrées collectives chez les « on se la joue ».

Ban el-oueda dit: 27 février 2015 à 20 h 11 min

La notion de crime contre l’Humanité est dénuée de sens.

Qui est sur terre le représentant de l’humanité, if you please?

Pas moi, en tout cas.

La guerre contre les Monstres, les Non-humains, les Barbares… Très peu pour moi.
En revanche la reconnaissance de l’ennemi, très volontiers.
Il faut le reconnaître comme égal, lui faire la guerre, et ensuite conclure une paix.
Devant celui qui vous a désigné comme son ennemi, l’attitude humaine consiste à le reconnaître comme tel.

Les confus, les mous du genou, les opportunistes, les rêveurs ont droit au mépris.
Les militants de Daesh ne sont pas des non-humains mais des adversaires, anticipant dans leurs rêves les plus fois une lutte à mort contre l’Europe telle qu’elle est définie.
Ils seront battus, mais le flou qui existe encore dans quelques têtes bien-pensantes sera l’occasion d’un délai inutile et coûteux.

Je viens de lever mon verre en compagnie d’une « musulmane ». Elle est de mon avis.
Buona serata.

èmiste de réserve dit: 27 février 2015 à 19 h 26 min

c’est tout de même sur la pérennité de son œuvre que la postérité le
retient
comme grand écrivain
P.ASsouline, vous me rappelez l »histoire juivz de l’oncle isaac connu comme grand fourreur ,

la vie dans les bois dit: 27 février 2015 à 18 h 51 min

JB à 17h36, un peu de rigueur dans la sémantique svp.
Qui vous cause droits de l’Homme ?
Pas moi en tout cas. Quand on se targue de les mettre dans les tout premiers articles d’une constitution, on fait en sorte de ne pas se retrouver dans des classements mondiaux peu honorables, y compris pour la liberté d’expression. Divers classements permettant tout juste de ne pas fanfaronner ni de vouloir sauver le monde de tout et n’importe quoi.
Non, j’ai bien écrit crime contre l’Humanité, pas assassinats de livres, ou destruction de vestiges inestimables pour l’histoire de l’Humanité, ou je ne sais quoi, mais bien: crime contre l’Humanité, à propos des actes commis par les mercenaires ( vous êtes allés vérifier exactement leur confession religieuse dans cette secte criminelle qui s’est inventé une nouvelle religion ?) de l’EI.

Giovanni Sant'Angelo dit: 27 février 2015 à 18 h 48 min


…& un concourt pour bite-ivre équitable aux croisades,…
…la foie encore raide,!…par ici,!…Ah,!Ah,!…la voie ferrugineuse,!…
…latitude, longitude,!…dite « A », encore « A »,!…Ah,!Ah,!…la foie de crétin, suivant,!…etc,!…
…Madona, & un client pour toi,!…à l’eau de rose,!…33 tours ou 45,…au parfums,!…
…vous êtes un difficile,…Ah,!Ah,!…
…mensurations of course,!…etc,!…

Giovanni Sant'Angelo dit: 27 février 2015 à 18 h 37 min


…entre autre,  » valet d’Alexandre  » pousse profond,!…à cour à 17 h 05 mn,…
…le marquis attend sa dose,!…d’Expresso,!…
…au biscuits-secs servis par la maison ballets-rose,!…
…sinon, rien,…la défense Pirc avec attaque autrichienne,!…à Richelieu,!…
…Oh,!…mais c’est d’un genre à Phil,!…
…vite, longitude,…latitude,!…
…restez calme,!…diamètre,…c’est du châteaux fort à boyards,!…etc,!…
…Oui,!…du Bordeaux,…pour mon thé,…
…un grand cru,!…à guérir,!…quel fumet,!…réserve à Dominique à nique,!…
…nous disions de l’eau ferrugineuse,!…
…Non, Non, pas elle dans mes veines,!…enfin, miséricorde,…un pur-saint à vin,!…Ah,!Ah,!…etc,!…Bip,!Bip,!…Go,!…

Jambrun dit: 27 février 2015 à 17 h 36 min

Si l’ONU dit que l’EI commet des crimes contre l’Humanité, je ne vois pas de raison de les requalifier.
Ni ce qui vous y autorise. ( la Vis dans les boas)

En réalité, le charlot français moyen commence à brandir les droits de l’homme et les crimes contre l’humanité quand ça commence à chauffer pour son matricule. La trouille lui affûte l’indignation. Belle mentalité, vraiment.

Jambrun dit: 27 février 2015 à 17 h 31 min

Si l’ONU dit que l’EI commet des crimes contre l’Humanité, je ne vois pas de raison de les requalifier.
Ni ce qui vous y autorise. ( la Vis dans les boas)

Ce qui nous y autorise, c’est que l’ONU n’est qu’un vulgaire machin. C’est l’général qui l’a dit. Par ailleurs on est des humains et les humains s’autorisent absolument tout ! On requalifie absolument tout ce qu’on veut. On a tous les droits. Le Bien, c’est le Mal et le Mal, c’est le bien. C’est l’divin marquis qui l’a dit.

Jambrun dit: 27 février 2015 à 17 h 26 min

Je ne crois pas aux élucubrations de ce faux prophète que je ne veux même pas nommer, pédéraste et pédophile (Bidureau de Bellefente)

Qui ? Mais qui ? J’y suis : c’est le Messie Cosmoplanétaire ! Célébrons sa mémoire, mes frères! Embrassons son culte ! Tous au lac de Castillon !

Court, secrétaire de VH dit: 27 février 2015 à 17 h 05 min

Hamlet, on parle de Montaigne et non de l’utilisation marketing qui en est faite. Que cela vous plaise ou non, il a traversé les siècles et se lit encore ujourd’hui.
Si vous faites le procès de l’homme public maire de Bordeaux, je peux comprendre. Mais ne touchez pas au Stoicien.
A moins que ce ne soit l’apologie de Raymond Sebond qui vous gene? Ou plus vraisemblablement le succès de l’opuscule de Compagnon, que je n’ai pas lu, préférant le texte à la glose.
Mais je m’excuse, une attaque comme Montaigne, « penseur pour gros actionnaire et maitre de la pensée libérale » est aussi caricaturale qu’anachronique. A ce compte là, Platon ne pense que pour Denys Le Tyran, et Aristote est un valet d’Alexandre.
Il importait que ce fut dit.
MC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*