de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
N° 15 Les soixante-quatre ans de Maria Callas

N° 15 Les soixante-quatre ans de Maria Callas

Par Jacques Drillon

Les beaux clichés
La Food and Drug Administration américaine, systématiquement précédée dans les journaux français de « toute-puissante ». Seule différence notable entre les supports de presse : le trait d’union, parfois omis.

*

Rousseau, inventeur d’un système de notation musicale (où des chiffres remplacent les notes sur la portée), dont il fut le seul utilisateur.

*

*

Les films en 4/3 projetés en 16/9, avec des caches. La danse des petits pains sans les petits pains.

*

(Suite)
Les compresseurs de son, à la radio, qui baissent les forte, remontent les piano (c’est bien la peine de faire des nuances), et donc haussent les bruits de fond ou le souffle de bande dans les silences de la voix parlée ou de la musique : Être – pchhhhhh – ou ne pas être – pchhhhh – telle est – pchhhhh – la question.
On murmure que l’inventeur du compresseur de son se promènerait en liberté, aux côtés d’un fabriquant de grenades de désencerclement et des promoteurs de l’écriture inclusive.

*

Soixante-quatre ans, c’est peu pour cet âge.

*

Henri Jeanson, qu’on agressait : « Vous n’allez tout de même pas vous attaquer à un lâche comme moi ! »

*

Les groupes d’adolescents, dans le métro, absolument indifférents à la présence des autres.

*

La douleur horrible qui vous réveille : vous dormiez sur une oreille pliée.

*

Les compositeurs qui répètent deux, trois, quatre fois la même chose, qui ont besoin de cette répétition pour continuer : Mozart, Debussy, Scarlatti. Pas les plus mauvais.

*

Au-dessus de l’entrée du théâtre de Bergman, quand il répétait :
 
Où l’on peut voir qu’il ne manquait de rien, sauf de bons traducteurs.

*

(Suite)

*

Walter Legge, producteur de disques pour EMI (1906-1979), et fondateur du London Philharmonia Orchestra. Il enregistra Karajan, Furtwängler, Klemperer, Sawallisch, Schwartzkopf – qu’il épousa. Il avait aussi Callas sous contrat. Un jour, il lui demande d’ouvrir toute grande la bouche, regarde dedans, et trouve à son gosier des allures de cathédrale gothique.

*

(Callas, suite)
Dans ses Mémoires, son mari Meneghini raconte qu’elle avait rédigé un règlement intérieur, à l’usage des domestiques : « À l’appel des patrons on répondra toujours immédiatement, et l’on se présentera dans une tenue impeccable. » « On ne répondra jamais non à une demande, mais l’on s’abstiendra de toute obséquiosité. » « Chacun, même le valet de pied, lavera et repassera ses vêtements, et surtout ses sous-vêtements. »

*

(Fin)
Callas, ses yeux un peu globuleux au-dessus du nez fort, des yeux grecs, des yeux archaïques.

*

(Dernière minute)
Le « Quotidien du peuple » de Pékin nous apprend que d’ici à la fin de l’année 2020, on devrait avoir supprimé dans toute la Chine les classes primaires et secondaires de plus de soixante-six (66) élèves.

j.drillon@orange.fr

(Tous les vendredis à 7h 30)

Si vous n’avez pas reçu le lien sur lequel cliquer pour accéder à ces Petits papiers, c’est que vous n’êtes pas abonné. Vous pouvez le faire en écrivant à j.drillon@orange.fr, en mentionnant « m’abonner » dans le champ « sujet » ou « objet » du message.
Les deuxième et troisième séries (Papiers recollés, Papiers découpés) feront l’objet d’une publication en volume et ne sont plus en ligne. La première (Papiers décollés) a été publiée sous le titre Les fausses dents de Berlusconi (Grasset, 2014).

Cette entrée a été publiée dans Les petits papiers de Jacques Drillon.

Comments are closed.