de Pierre Assouline

en savoir plus

La République Des Livres par Pierre Assouline
Poncifs de rentrée

Poncifs de rentrée

589 : surtout, ne retenez pas ce chiffre. On hésite à l’achever d’un point d’exclamation ou de trois points de suspension. Dans le premier cas, on oscillerait entre l’admiration et l’exaspération ; dans le second, on inclinerait tant au soulagement qu’à la complicité. Toutes choses trop ambiguës. Le fait est que ce chiffre est de nature à vous dégoûter des livres. C’est le nombre de nouveaux romans français et étrangers qui vont nous tomber dessus entre la mi-août et la fin octobre. On connaît de pires épreuves. Le reste du monde nous envie celle-ci. Car s’il est un rituel typiquement français, c’est bien notre rentrée littéraire.

C’est aussi un marronnier. Ce qui signifie que ses branches ploient sous les lieux communs. Alors de grâce, évitons-en quelques uns.

  1. On prend presque les mêmes et on recommence. Mais non ! (enfin, pas tout à fait). Il est certes inévitable que lorsqu’on suit dès ses débuts une œuvre en devenir, et que son auteur se manifeste en moyenne tous les trois ans, les mêmes noms reviennent régulièrement dans les librairies et les journaux. Mais la découverte étant (enfin, en principe) la vocation d’un éditeur, la plupart des maisons s’attache à publier des premiers romans dont les auteurs sont par définition des inconnus, du moins lorsqu’il s’agit de littérature et non de coup médiatique.
  2. La moisson est médiocre. Une partie de la critique littéraire, toujours la même, a le monopole de cette complainte. Laissons-la lui. La rentrée ne peut pas être médiocre pour deux raisons : d’une part parce qu’étant donné l’extrême diversité des grandes et petites maisons(mais non, toutes ne sont pas dans le triangle des Bermudes de Saint-Germain-des-Prés), de l’origine des auteurs qui y sont publiés (beaucoup plus de manuscrits arrivés par la Poste qu’on ne le croit), des genres pratiqués (il n’y a plus que l’auto-journal pour croire encore à l’auto-fiction), on ouvre enfin les fenêtres depuis quelques années ; d’autre part parce que ce qui nous arrive de l’étranger traduit dans notre langue étant déjà passé là-bas par le tamis de la critique et du public, on nous envoie donc le meilleur (enfin, il faut l’espérer). On ne nous fera pas croire qu’il n’y a rien à sauver, rien de remarquable, dans ces centaines de nouveautés.
  3. Tout est joué d’avance. Vaste blague à laquelle les forums sur la Toile et l’obsession du complot donnent un nouvel élan, hélas. Or tout éditeur en fait l’expérience à chaque rentrée : on ne sait jamais rien du sort d’un livre. Après coup, il y a toujours un monde fou pour expliquer pourquoi il était évident que tel ou tel rencontrerait le succès ; mais avant, personne, et pour cause. Tout membre d’un des jurys littéraires de l’automne vous le confirmera à commencer par ceux du Goncourt : le plus souvent, tout se joue sur le fil à la dernière seconde. Ce qui n’empêchera pas certains observateurs, toujours les mêmes, d’affirmer avec beaucoup d’assurance et un air entendu que « c’était plié » depuis le mois de juin, avant même que les jurés aient lu. Les jurés ont d’ailleurs établi leur liste ce matin et bien malin celui qui se risquerait à un pronostic. (lire ci-dessous)
  4. La rentrée est sans surprise. Quand on est blasé à ce point, et que cette lassitude est récurrente d’année en année, que l’on soit critique, libraire, éditeur ou simple lecteur (enfin, cochon de payant), c’est signe qu’il est temps de passer à autre chose. Mais si nul n’est obligé de lire, nul ne doit nous en détourner. Toute rentrée littéraire recèle des pépites pour qui sait les espérer sans les guetter. Ce qui est le propre de l’inattendu.
  5. On publie trop de livres. Mais qui s’aventurerait à fixer un chiffre raisonnable ? Et au nom de quoi ? De quel critère ? Nonobstant les pratiques de cavalerie de certains éditeurs, décréter dans un monde en crise qu’on publie trop de romans est un réflexe d’enfant gâté et de nation riche. Pourvu que ça dure.

Alors oubliez le chiffre de l’avalanche annoncée, oubliez les poncifs de la rentrée, et appropriez-vous plutôt le beau mot de Borges : « Que d’autres se flattent des livres qu’ils ont écrits, moi je suis fier de ceux que j’ai lus ».

(Illustration Dear Gorrisen)

P.S. La première sélection de l’Académie Goncourt (par ordre alphabétique)

Christine Angot Un amour impossible Flammarion
Isabelle Autissier Soudain, seuls Stock
Nathalie Azoulai Titus n’aimait pas Bérénice P.O.L.
Olivier Bleys Discours d’un arbre sur la fragilité des hommes Albin Michel
Mathias Enard Boussole Actes Sud.
Nicolas Fargues Au pays du p’tit P.O.L.
Jean Hatzfeld Un papa de sang Gallimard
Hédi Kaddour Les Prépondérants Gallimard
Simon Liberati Eva Stock
Alain Mabanckou Petit piment Seuil
Tobie Nathan Ce pays qui te ressemble Stock
Thomas B. Reverdy Il était une ville Flammarion
Boualem Sansal 2084 Gallimard.
Denis Tillinac Retiens ma nuit Plon
Delphine de Vigan D’après une histoire vraie JC Lattès

 

Cette entrée a été publiée dans vie littéraire.

883

commentaires

883 Réponses pour Poncifs de rentrée

Résumons..... dit: 9 septembre 2015 à 5 h 45 min

Sartre et Beauvoir restent Sartre et Beauvoir : deux jolies potiches d’une gauche d’époque, aveugle, idiote….

rose dit: 8 septembre 2015 à 21 h 20 min

>DHH j’objectais pour défendre la sincérité de Camus ds ses choix. Sur la laïcité je vous faisais grande confiance.
Quant à Onfray dont il s ‘agit, je l’ai entendu une fois et pas deux. Il déboulonnait je ne sais plus qui comme si c’était sa marque de fabrique.

Or, cela ne grandit pas celui qui le fait.
Même si pour qq statuaires pour clôturer qq régimes dictatoriaux, l’on peut penser que ce fut justifié.

Et puis Sartre et Beauvoir restent Sartre et Beauvoir et ainsi que un l’a dit récemment les études à la Sorbonne restent les études à la Sorbonne.

DHH dit: 8 septembre 2015 à 21 h 04 min

@UEDA @BlOOM
vous avez surement raison ;on peut evidemment faire confiance à PA.
mais on avait du un jour me dire que Sartre avait remplacé Claude Khodoss dont je connaissais la femme comme prof de khâgne pour que cette information erronée me reste en tête

fred dit: 8 septembre 2015 à 6 h 38 min

DHH dit: 7 septembre 2015 à 21 h 32 min
@ Rose @ Fred
Ne vous méprenez pas sur le sens de mon argumentation

Pas de problème
C’est juste pour préciser pourquoi il n’avait pas ‘ fait’ enseignant (les concours de l’EN) ni ne s’était engagé sur le terrain

***

Ueda dit: 7 septembre 2015 à 23 h 26 min
On s’en foutait.

Oui c’est vrai

fred dit: 8 septembre 2015 à 6 h 32 min

DHH dit: 7 septembre 2015 à 21 h 32 min
@ Rose @ Fred
Ne vous méprenez pas sur le sens de mon argumentation

Pas de problème
C’est juste pour préciser pourquoi il n’avait pas ‘ fait’ enseignant ni ne s’était engagé sur le terrain

***

Ueda dit: 7 septembre 2015 à 23 h 26 min
On s’en foutait.

Oui c’est vrai

JC..... dit: 8 septembre 2015 à 5 h 34 min

rose dit: 7 septembre 2015 à 21 h 26 min
« Clopine je pense comme vous que le racisme -peur de l’envahissement par l’autre différent de soi- est part de l’islamophobie. »

Ne mélangeons pas tout ! L’islamophobie, la christianophobie, la judéophobie, ce n’est pas du « racisme » ! Pas du tout … pas question de « race » dans ce rejet dû à l’inquiétude de la tyrannie religieuse.

C’est tout simplement la peur d’avoir à supporter un monde clos, religieux, étroit et imbécile !

Peur de voir des dogmes crétins vous pourrir la vie de certitudes imaginaires, soit disant « divines » !

Ueda dit: 7 septembre 2015 à 23 h 53 min

Vous avez probablement raison, Bloom, de citer notre honorable taulier.
Ma surprise devant le propos de DHH tenait au calcul (rapide) des générations.

C’est égal, je la remercie de cette occasion d’imagination rétrospective.

Ueda dit: 7 septembre 2015 à 23 h 26 min

Je vais dire qqch qui va surprendre les « moins de vingt ans », etc.

En cet âge d’idéologie, je n’avais aucune idée de ce qu’était « un juif ».
Le slogan bêta mais généreux (Nous sommes tous…): je savais ce qu’était un Allemand mais pas un juif.
Je ne savais pas que mes amis juifs étaient juifs, et (il est vrai, d’une toute autre manière) je dirais que: eux non plus.
On s’en foutait.

Le reste est histoire, expérience et retrospection.

julia sorel dit: 7 septembre 2015 à 23 h 22 min

A force de citer Onfray à longueur de temps, on pourrait croire que certains n’ont rien à dire ou si peu… Onfray, qui s’en préoccupe? Le mec est sympa à entendre, on s’en fout de ses livres… c’est comme la bouillasse des journaleux, on veut bien les entendre, on achète pas leurs livres… idem pour tous les fumistes sorciers bidons, les Derrida, Deleuze, Debord, etc. etc. illisibles, bons au pilon… inutiles et hors d’usage… on retourne vers le vrai, l’essentiel, le fondement, la vieille souche… Platon, Aristote, Pascal, Nietzsche… tout le reste est bon à disparaître… il faut arriver jusqu’à en oublier leurs noms, inutiles…

Bloom dit: 7 septembre 2015 à 23 h 17 min

à la même époque , enseignant lui aussi, Sartre occupait sans états d’âme à Condorcet le poste d’un prof exclu parce que juif(Claude Khodoss) (DDH)

Il semble qu’il y ait erreur sur la personne.
Cf le blog à Passou ci-dessous:

« Sartre a pris son poste de prof de philo au lycée Condorcet parce que son titulaire Henri Dreyfus-Le Foyer avait été exclu de l’enseignement en application des lois raciales. Ce qui n’est effectivement pas à son honneur. A quoi les gardiens de la mémoire ne cessent de répliquer qu’il avait succédé en réalité à Ferdinand Alquié, raisonnement sophiste s’il en fut puisque celui-ci n’était qu’un remplaçant non titularisé en attendant que le titulaire prenne le poste.  »

http://passouline.blog.lemonde.fr/2006/07/13/2006_07_sartre_rattrap_/

Ueda dit: 7 septembre 2015 à 22 h 52 min

@ DHH

Ce que vous écrivez sur Cl. Khodoss me touche beaucoup car j’ignorais cette histoire.

Je l’ai eu comme prof de philo au lycée, et avais pour lui une profonde considération. C’était un âge d’idéologie, avec des classes de prépa trop nombreuses. Je suis heureux néanmoins d’avoir eu deux ou trois occasions de compréhension mutuelle.

Il consommait une Cripure (éd. Puf) tous les 5 ans tellement il la lisait et relisait.
C’était l’opposé d’un Onfray!

Attendez voir…
Rue Lacepede.

Trop compliqué pour un smartphone

DHH dit: 7 septembre 2015 à 22 h 28 min

@Rose (21H 26)
Je ne comprends pas ce que vous m’objectez concernant les élèves juifs car je suis entièrement d’accord avec vous.
,Pur produit de l’école laïque et ancienne enseignante de l’école de la république , je me refuse à toute approche communautariste de l’école ,que j’ai toujours envisagée comme une communauté d’enfants sans aucune distinction d’ordre social ou religieux entre eux .
Mais justement ,même si elle a été créee pour accueillir des enfants juifs ’l’école des frères Benichou n’était pas une ecole juive ,mais elle representait une solution de substitution pour ces enfants qu’une législation inique avait rejetés hors de l’enseignement public laïc ,le seul que leurs parents considéraient comme fréquentable et dans lequel d’ailleurs ils se sont empressés de les remettre, passées les turbulences vichyssoises .
L’école de frères Benichou a d’ailleurs continué a fonctionner et à prospéré après cette période ,sans jamais être perçue comme une école juive ;elle accueillait ,comme c’était alors la fonction de l’enseignement privé laïc, les cancres de familles friquées que les lycées ne voulaient pas garder , et les juifs y étaient représentés seulement à proportion de leur présence dans cette population

la vie dans les bois dit: 7 septembre 2015 à 21 h 59 min

« j’ai d’ailleurs moi-même montré un jour sur ce blog que le procès de suppôt du colonialisme qu’on faisait parfois à ce pied-noir était tout à fait dénué de sens »

Quand je vous disais que lire DHH, c’est comme prendre le thé avec des mamies anglaises…

DHH dit: 7 septembre 2015 à 21 h 32 min

@ Rose @ Fred
Ne vous méprenez pas sur le sens de mon argumentation
Elle ne vise nullement à discréditer Camus , chez qui effectivement on ne pourrait trouver trace d’opportunisme , qui a eu une attitude toujours irréprochable et a toujours été fidele à ses engagements ;j’ai d’ailleurs moi-même montré un jour sur ce blog que le procès de suppôt du colonialisme qu’on faisait parfois à ce pied-noir était tout à fait dénué de sens
Mon propos visait en fait à mettre en cause en l’illustrant par cet exemple, la méthode Onfray qui ,ici ,dans sa rage de convaincre en opposant de manière manichéenne et simpliste le « juste » Camus au « combinard « Sartre , donne délibérément à cet episode de sa vie de Camus un sens qu’il n’a pas .
Et dans ce but il n’hésite pas à « aménager la vérité « inventant le caractère bénévole et engagé de l’ enseignement qu’il dispensa pendant quelques mois à des enfants juifs écartés de l’école , tandis qu’ ‘à la même époque , enseignant lui aussi, Sartre occupait sans états d’âme à Condorcet le poste d’un prof exclu parce que juif(Claude Khodoss)

rose dit: 7 septembre 2015 à 21 h 30 min

Christiane je pense à vous sur la ténacité etc.ds des lignes de Camus.

Dieu merci toute littérature n’est pas perçage d’abcès. Nous vivrions ds le pus purulent. Certain flotte et d’autres volent…

rose dit: 7 septembre 2015 à 21 h 26 min

>Clopine je pense comme vous que le racisme -peur de l’envahissement par l’autre différent e soi est part de l’islamophobie.

>DHH les choix pas les choux. J’ai un correcteur obtus, féroce et affamé. De Camus ont été incessamment courageux autonomes et assumés. Il était en avance sur son temps tout particulièrement dans son ouverture à l’autre différent de soi et aussi dans sa manière de penser sentir vivre.combien les algériens étaient ses frères. Y compris lors du conflit de la guerre d’Algérie. Nul n’a autant souffert de lui de la dichotomie entre la terre aimée et la mère patrie pck il a été écartelé entre.deux grands amours authentiques.

Non, vous ne m’avez pas convaincue.
Lorsqu’on enseigne, je vous fais grande co fiancé pour cela, on enseigne à de jeunes têtes. Pas à des juifs des musulmans ou des chrétiens. Ah comme le petit d’homme en devenir est supérieur à tout dogme réducteur.

La religion. telle l’intimité est du domaine du tu pas du clamé.
bien cordialement à vous deux et à vous aussi christiane.. Belles lignes de Camus me.faisant peu servi à vous, sur la té côté et l’opiniatreté. M’en vais les retrouver pour vous.

la vie dans les bois dit: 7 septembre 2015 à 19 h 31 min

J’aime bien les posts de DHH, comme lui a dit Eco- et qu’elle a bien voulu nous confier:
un bon compte -rendu.
Mais mis, encore une fois sous forme mathématique, vous vous rendrez vite compte que non A, ne veut pas dire B.

Mais son histoire d’école ne manque pas de piquant.
J’ai la même- elle date un peu aussi- à propos d’une maison de retraite. Le problème des maisons de retraite, et on ne le dit pas assez: c’est le manque de visiteurs.

Surtout, lorsque des pensionnaires sont des rescapés de la seconde guerre mondiale, et plus exactement des camps d’extermination, et plus exactement des camps d’extermination des Juifs d’Europe. Un problème familial, un problème de société, on ne sait pas.

phobie, phobia,φόβος
A tweet vitesse, à propos de cette interview que la journaliste du journal « The Guardian », qui avoue ne pas avoir obtenu de Michel Houellebecq, un entretien pour la parution de  » Soumission » en GB, chat échaudé craint l’eau froide.
Vous noterez que la question à laquelle répond Michel, après janvier 2015, et « probablement » devançant le procès déjà instruit de la journaliste », n’a pas été: « avez-vous peur du terrorisme? ».

Elle a du lire son roman « Plateforme ». Et en entier. C’est bien le moins que l’on puisse espérer.

JC..... dit: 7 septembre 2015 à 18 h 51 min

rose dit: 7 septembre 2015 à 18 h 22 min
>Clopine
« Oui je on se avec vous qu’être atrocement islamophobe, en avoir peur les conspuer, les faire passer pour des envahisseurs, c’est être raciste. »

Si toi écrire français, moi comprendre. Si toi pas, moi pas !

geo dit: 7 septembre 2015 à 18 h 42 min

Bloom, je ne suis pas convaincu qu’ici Onfray soit coupable. Pinaillons un peu d’abord (j’adore…). Sculpture renvoie plus à la pierre et au bois qu’au « plastic materials ». Mais peu importe. L’idée de se façonner soi-même n’est pas une idée philosophique d’une bouleversante originalité. A mon avis, elle est dans le domaine public depuis longtemps…

rose dit: 7 septembre 2015 à 18 h 22 min

>Clopine
Oui je on se avec vous qu’être atrocement islamophobe, en avoir peur les conspuer, les faire passer pour des envahisseurs, c’est être raciste.
> DHH
Je ne comprends pas la portée de votre argument. Tous ses.choux ont été justes et sincères à Camus. Si les tps ont été à rosaire l’enseignement aux enfants juifs, Camus aurait pu s’y soustraire.

Francine et lui n’avaient pas encore les.jumeaux je crois bien.
Et ils avaient chacun bouffé de la vache enragée.
Je crois que son engagement ultérieur dans Combat a été intimement lié à ses prises de positions politiques en faveur de l’Algérie etc.

Justement,cette force inouïe de Camus tient à sa non-appartenance à un quelconque gotha. Il ne se bat pas aux côtés d’une tribu. Il est un homme seul et libre et courageux ce qui le rend si exemplaire aujourd’hui. A mes yeux mais pas seulement.

Bien cordialement,

fred dit: 7 septembre 2015 à 18 h 16 min

Attila 13h48
What else ? Et ce qui n’est pas à l’extreme droite
Ça lui fait beaucoup de points communs avec les islamo fachiss

DHH
Camus , qui était alors sans activité ni ressources «

À cause de sa maladie il n’avait pas le droit de passer les concours de l’EN. (Pour les mêmes raisons il n’avait pas pu s’engager aux côtés des antifranquistes) Il a fondé Alger Républicain etc

Bloom dit: 7 septembre 2015 à 17 h 00 min

D’autant plus que sculpture ne traduit pas vraiment fashioning (Geo)

Cher Geo, I’m afraid I’m going to prove you wrong.
Mark this:

« SCULPTURE: The fine art of forming figures or designs in relief, in intaglio, or in the round by cutting marble, wood, granite, etc. by FASHIONING plastic materials, by modelling in clay, or by making mould for casting in bronze or other metal. (…/…) »
THE MACQUARIE DICTIONARY

Le vieux garçon qu'on appelait monsieur dit: 7 septembre 2015 à 16 h 32 min

que les goye qui gardent ensembe les cochons meusieu..c’est a ça qu’on les rconnait

Ben vu l’attachement collectif démontré à l’hygiaphone de mémère doit pas y en avoir beaucoup.

D. dit: 7 septembre 2015 à 16 h 14 min

Je ne souhaite aucunement avoir le dernier mot dans cette affaire, mais le fait est que je l’ai.
Je vous propose à présent de passer au billet suivant sur lequel j’aurai bien des choses à dire.

D. dit: 7 septembre 2015 à 15 h 59 min

Cette histoire de fécondation laisserait entendre que l’occident est femelle et le judaïsme mâle. Or ma théorie dit exactement le contraire. Et d’ailleurs Jérusalem est féminine, en délivrant Jérusalem, les croisés (mâles) ont délivré une femme qui leur été réservée.

D. dit: 7 septembre 2015 à 15 h 52 min

Et toc. Plus personne n’ose l’ouvrir après ça. Ça s’appelle leur en boucher un coin, gros bouchon en caoutchouc sur verre emeri.

D. dit: 7 septembre 2015 à 15 h 29 min

Une chose est sûre : autant la France s’est construite a partir de 4 civilisations : celte, romaine, grecque et judeo-chrétienne, autant les civilisations grecques, romaines et celtes ne doivent rien au Judaïsme : nada de nada.

geo dit: 7 septembre 2015 à 15 h 06 min

« C’est simplement que le monde juif est venu féconder la culture européenne.  »

Si ce n’est pas principalement à travers la Bible WG, que d’ailleurs vous citiez (la Genèse précisément) pour l’opposer à « l’écriture grecque », une autre de vos trouvailles, je ne vois vraiment pas comment votre fécondation aurait pu se faire!

Phil dit: 7 septembre 2015 à 15 h 02 min

of course, bougreau. la rénovation de la station « guy Môquet » a fait disparaître la lettre manuscrite du jeune homme, rédigée les communiss. C’est un bon début pour le recadrage des mythes.
no worry, « déashash » vous donne l’air de sortir de « More », cru 69. les islamiss de cette époque dépassaient pas la couverture de « coke en stock ».

Le vieux garçon qu'on appelait monsieur dit: 7 septembre 2015 à 14 h 55 min

les cons infatués se démasquent seuls..

Toujours prêt à conseiller les copains à ce que je vois…

DHH dit: 7 septembre 2015 à 14 h 55 min

@Phil
je suis sensible a votre satisfecit mais pitié! ne travestissez pas mon pseudo sous une forme qui lui donne un air d’Etat islamique

bouguereau dit: 7 septembre 2015 à 14 h 52 min

que n’a-t-on des témoignages semblables sur les événements qui agitent régulièrement le landerneau pour finir en célébrations débiles

..pépèpe ça commence comme ça et à la fin tu vas dire que goering était un type trés ordinaire..le démocrate avec ipad il veut rien que tout ramener à lui au plancher des vaches..les héros existent phil: suffit de lever les yeux!

bouguereau dit: 7 septembre 2015 à 14 h 49 min

qu’il sagisse de la culture qui ait su « dealer » avec classe de la merde n’est évidemment pas -du tout- anodin..ces brits ont, comme les copins a dracul, « fécondé » la culture européenne..les cons infatués se démasquent seuls..par le fait c’est automatique depuis les pharaons

Phil dit: 7 septembre 2015 à 14 h 48 min

Excellent témoignage de déashash sur les travestissements de l’histoire. et de surcroit dans une prose agréable à lire. que n’a-t-on des témoignages semblables sur les événements qui agitent régulièrement le landerneau pour finir en célébrations débiles, l’affaire Guy Môquet par exemple.
en attendant, le prestigieux blog à passou nous aura appris l’invention anglaise de la chasse d’eau.

bouguereau dit: 7 septembre 2015 à 14 h 47 min

j’en profite pour te montrer le relatif involontaire complesque de supériorité de la culture de la langue dominante chez wiki kabloom..par le fait..par le fait des démarcation de la traduction dominante en langue vernaculaire..entr’autre..mais c’est une longue histoire que tu ne veux pas connaitre et dont tu te fais l’involontaire chantre

bouguereau dit: 7 septembre 2015 à 14 h 43 min

Retour sur une invention révolutionnaire et anglaise

non..pas mal de chateaux du moyen age usaient déjà des mêmes conduits eau pluviale/ chiottes dans la « cuvette » à dessein..des citernes de toit avec bascule automatique de plusieurs centaines de litre existait aussi..souvent c’était à la demande insistante des femmes de la haute..car ces rares chiottards étaient à leur usage exclusif..hé oui..le moyen age a tout réinventé ou à peu prés (aprés rome pour les combines) mais il était tout occupé a d’autres priorité pour en faire publicité..et il semble qu’il ait fallu attendre un poète de la perfide albion pour faire ta moisson « révolutionnaire » et « anglaise »..what else kabloom

bouguereau dit: 7 septembre 2015 à 14 h 39 min

Quand je dis que Onfray prend ses sources d’informations chez des antisémites patentés, c’est que c’est vrai. Je sais ce que je dis.

on voudrait bien le mettre à l’amende comme dieudonné..ça proslique comme des petits préfets pour commencer..aprés ça sra les loilleurs

bouguereau dit: 7 septembre 2015 à 14 h 37 min

et il n’est peutêtre pas le seul juif sur ce blog ni le seul vrai juif rabbinique ou pas

..les prolisque et verbeux se bouscul au portillon

DHH dit: 7 septembre 2015 à 14 h 29 min

Je n’ai pas écouté Onfray cet été mais seulement sa série de conférences de l’eté dernier ; et bien que je les aie suivies sans ennui, parfois même avec intérêt ,elles m’ont donné une impression de malaise, procedant à certains moments du sentiment de me laisser flouer .
En effet indépendamment de l’orientation générale de son cours qui le fait parler plus des philosophes que de philosophie, et ce de manière souvent verbeuse et prolixe, il y a dans les propos d’Onfray une mauvaise foi rampante que Clopine n’a pas spécifiquement identifiée dans la liste honnête des insuffisance qu’elle releve chez lui ,et qui se manifeste par un parti pris d’instruire à charge ou à décharge en allant dans tous les coins chercher des faits parfois minuscules dont il travestit ou exagère la portée pour asseoir son point de vue :
Un exemple qui m’a frappé car je sais la réalité à laquelle il se réfère :
Dans sa conférence consacrée aux postures contrastées pendant la guerre de Sartre et Beauvoir d’une part ,de Camus d’autre part ,Onfray s’efforce, en ou accumulant et en magnifiant des petits faits disparates , de faire de Beauvoir et Sartre de quasi collaborateurs en face d’un Camus résistant pur et dur
Pour Onfray en effet Camus aurait manifesté son engagement de résistant de la première heure en donnant bénévolement à Oran des leçons à des enfants juifs chassés des écoles par Vichy.
Or ce n’est pas exactement comme cela que les choses se sont passées .
Il se trouve qu’en 1940 pour réagir à la décision prise par le gouvernement de Vichy de chasser les enfants juifs des écoles d’Algérie ,des écoles privées se sont rapidement mises en place pour les accueillir. Financées par les familles, et subventionnées par le institutions communautaires juives, elles ont pu payer normalement leurs enseignants, souvent d’ailleurs recrutés parmi les professeurs juifs chassés de la fonction publique .
A Oran où il résidait alors avec sa femme native de cette ville ,Camus , qui était alors sans activité ni ressources se vit dans ce contexte proposer un poste d’enseignant ,normalement rémunéré, par les frères de Paul Benichou qui venaient de créer leur école secondaire pour répondre au besoin crée par Vichy ;poste qu’il quitta d’ailleurs lorsque d’autres possibilités d’activités rémunérées se sont offertes à lui dans le journalisme .
Accepter les moyens d’existence qui vous sont proposés est-ce un acte de résistance ?

Si je n’avais pas connu la realité en cette occurrence ,j’aurais été dupe de la présentation d’Onfray ;instruite de cet exemple je ne peux des lors accueillir sans une certaine mefiance ce qu’il nous dit des hommes et qui risque comme ici relever d’a priori confortés après coup au prix de libertés prises avec la vérité

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 14 h 27 min

Quelques 350.000 réfugiés et migrants ont traversé la Méditerranée vers l’Europe cette année, gagnant principalement les rives de la Grèce et de l’Italie. Selon les chiffres fournis par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux réfugiés, c’est un nombre beaucoup plus élevé que les 220.000 qui sont arrivés en 2014. Pourtant, cela constitue à peine 0,07% de la population totale de l’Union.

Regardons maintenant les choses sous un autre angle. Il y a actuellement quelque 640.000 demandes d’asile en suspens dans les pays de l’UE qui les acceptent. Si l’afflux actuel se poursuit, ce nombre pourrait dépasser le million d’ici la fin de l’année.

Si on calcule en fonction de la population qui est sollicitée pour leur accorder l’asile, ces migrants compteraient pour seulement 0,2% des citoyens de l’UE.

Par souci de comparaison, Israël a accueilli environ un million de migrants juifs de l’ex-Union soviétique dans les années 1990, soit environ 15% de la population israélienne. Aux États-Unis, il y a environ 11 millions de « sans-papiers », comme on les appelle de manière politiquement correcte. Ils représentent ainsi quelque 3,5% de la population.

La Turquie, le Liban et la Jordanie, avec beaucoup moins de ressources dans leurs coffres que l’UE, ont accueilli quelque 3,5 millions de Syriens.
(i24News)

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 14 h 12 min

C’est de votre part un effet sophistique. Mais je ne suis pas du tout en colère. Vous confondez défendre une idée et se mettre en colère… c’est donc vous qui êtes en colère, pas moi… !!!!!!!

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 14 h 10 min

Ce que vous ne comprenez pas geo, c’est que je n’ai jamais dit ce que vous avez lu dans mes commentaires… Vous ne comprenez tout simplement pas mes commentaires, où je n’ai jamais parlé de la Bible !

likomenas dit: 7 septembre 2015 à 14 h 10 min

WG se met en colère et ne raisonne plus :parce que parce que parce que …..il est prof soit , mais cela ne renforce pas son argumentation : cela dit athéisme n’est pas synonyme d’antisémitisme;et il n’est peutêtre pas le seul juif sur ce blog ni le seul vrai juif rabbinique ou pas et c’est inutile de croire souffler à Angot un sujet pour son prochain livre

Paul edel dit: 7 septembre 2015 à 14 h 04 min

Publié enfin la traduction des poèmes de l autrichienne ingeborg bachmannn par Françoise rétif en collection poésie Gallimard

JC..... dit: 7 septembre 2015 à 14 h 03 min

L’islamophobie, la judéophobie, la christianophobie, la bouddhaphobie (encore qu’il s’agit là d’autre chose) sont, aux yeux d’agnostiques quasi athée dans mon genre, sources de fierté.

Croire à des rêves humains, en les baptisant divins ? On ne peut pas faire plus bête !

Et la méfiance vis à vis des crétins de croyants, reste une saine attitude capable de prévenir leur totalitarisme de soumis au vide !

geo dit: 7 septembre 2015 à 14 h 03 min

Pauvre WG de 13h 46, il re-disjoncte!

WG a découvert et veux nous faire découvrir que l’une des sources principales de la culture européenne était la Bible et que la Bible, tenez-vous bien car c’est du lourd, avait été écrite par des juifs!

Merci WG, mais « Athènes et Jérusalem », on avait déjà entendu ça quelque part…

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 14 h 02 min

Ne soyez pas de mauvaise foi, Clopine ! Je n’ai jamais dit qu’athéisme = antisémitsme, enfin ! Et puis je suis professeur, je ne dis pas n’importe quoi !

Faut pas tout confondre. Quand je dis que Onfray prend ses sources d’informations chez des antisémites patentés, c’est que c’est vrai. Je sais ce que je dis.

Bloom dit: 7 septembre 2015 à 14 h 00 min

Retour sur une invention révolutionnaire et anglaise.

« En 1595, le poète anglais John Harington (1561-1612), filleul de la reine Élisabeth Ire d’Angleterre et ancien étudiant du collège d’Eton, inventa le système moderne de chasse d’eau pour nettoyer les toilettes de sa maison de Kelston. À l’époque, on utilisait des pots de chambre. C’est à la demande de sa marraine, la reine d’Angleterre, lasse de sentir les odeurs qui émanaient de ses toilettes qu’il imagina une chasse d’eau rudimentaire : il installa une chaudière d’eau sur le toit de la résidence et un long tube reliait la chaudière aux toilettes. Il suffisait d’actionner un robinet pour laisser couler l’eau dans la toilette pour ensuite évacuer les excréments dans une fosse septique. »Wiki

Poète doté d’un sens pratique, John Harington était un homme complet.

Such colour had her face as when the sun
Shines in a watery cloud in pleasant spring;
And even as when the summer is begun
The nightingales in boughs do sit and sing,
So the blind god, whose force can no man shun
Sits in her eyes, and thence his darts doth fling;
Bathing his wings in her bright crystal streams,
And sunning them in her rare beauties beams.
In these he heads his golden-headed dart,
In those he cooleth it, and tempereth so,
He levels thence at good Oberto’s heart,
And to the head he draws it in his bow.

– Sir John Harrington

geo dit: 7 septembre 2015 à 13 h 56 min

« Or, je ne vois pas comment on peut éradiquer l’EI de la planète sans lui faire la guerre sur le terrain et supporter les morts des soldats français. »

Bien sur WG, mais la France seule n’a pas les moyens et les arabes et les turcs autour de la Syrie n’en ont aucune envie.

Les arabes parce qu’ils savent parfaitement qu’une grande partie de leurs populations sympathise avec l’EI (l’islam saoudien est le même que celui de l’EI) et déteste, non seulement les juifs et les chrétiens cela va de soi, mais aussi les chiites (les saoudiens essayent de leur régler leur compte au Yemen).

Les turcs parce que leur ennemi principal sont les kurdes qui, précisément sont la seule opposition efficace à l’EI avec Bachar (de moins en moins efficace) qui est chiite!

Pas de solution WG…Si, les américains, comme toujours…Mais ils ne voudront pas non plus tant qu’Obama sera Président.

JC..... dit: 7 septembre 2015 à 13 h 52 min

Jacky, la liste de ce que j’aime est disponible moyennant la coquette somme de 1 euro. Celle de ce que je n’aime pas, l’est pour 50…

Ecrire à la rédaction qui transmettra.

Attila dit: 7 septembre 2015 à 13 h 48 min

Dans une perspective de classement et d’inventaire à la Georges Perec, on devrait dresser le tableau de ce que JC aime et n’aime pas. Les colonnes risquent d’être déséquilibrées !
On sait déjà qu’il n’aime pas les pédés, les Arabes, les concierges… et Marcel Proust !
What else ?

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 13 h 46 min

Vous ne comprenez pas ce qu’est la grande culture juive européenne. Proust en fait évidemment partie même si la judéité n’est pas pertinente dans son œuvre. Ça n’a rien à voir. C’est comme pour Montaigne. C’est simplement que le monde juif est venu féconder la culture européenne. C’est donc vous qui avez une lecture ethnique de la culture juive européenne !!!!!!!!! Pas moi !!!!!!!!!!!!!!!

geo dit: 7 septembre 2015 à 13 h 43 min

« Votre racisme à vous se dévoile dans ce « ou très vrai », WGG. Et c’est pour cela qu’in fine, on ne peut que vous plaindre (un peu) et vous rejeter (beaucoup). »

Ah non Clopine, vous n’allez pas nous faire le coup de l’islamophobie égale racisme!
On a parfaitement le droit de craindre une religion et même de la détester. Ou alors les torrents de haine déversées sur le christianisme depuis le 18ième siècle sont autant de manifestation de racisme.

likomenas dit: 7 septembre 2015 à 13 h 43 min

il n’est déjà pas si facile d’avoir un nom à consonance germanique en france , comme initialement Angot et sa mère ; mais Rachel n’est pas un prénom sans marque , christine non plus d’aileurs.

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 13 h 42 min

Mais oui, JC ! Mais il sera trop tard.

Les politiques ont la trouille de l’opinion publique qui risque de prendre très mal les morts français en Syrie. Or, je ne vois pas comment on peut éradiquer l’EI de la planète sans lui faire la guerre sur le terrain et supporter les morts des soldats français. La lâcheté des politiques est suicidaire.

JC..... dit: 7 septembre 2015 à 13 h 41 min

Nous saurons désormais que dans des socquettes roses, il y a les pieds puants d’un gros com ptable ministériel !

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 13 h 40 min

geo, nous ne sommes pas sur la même longueur d’onde.

Je vous parle de narratologie et de construction du roman. Vous me parlez d’interprétation.

Ça n’a rien à voir.

JC..... dit: 7 septembre 2015 à 13 h 39 min

L’humanisme civil, idéologie c.onne, atteint aussi la société militaire en la castrant.

Les guerriers, ceux qui s’engagent à mourir pour le bien public, doivent s’engager à mourir pour lui, hier, aujourd’hui, comme demain !

Hélas, le « zéro mort » a été longtemps la stratégie occidentale … Les choses vont changer, par force !

geo dit: 7 septembre 2015 à 13 h 38 min

« son narrateur cherche toujours deux ou trois explication à un geste, à une comportement quelconque de ses personnages qu’il y a toujours à creuser pour chercher derrière le visible l’invisible. »

Mais, WG, nous n’avons pas besoin du narrateur pour chercher ce qu’il y a derrière le visible. Nous sommes assez grand pour le faire tout seul et moins le narrateur nous donnera de pistes, mieux nous nous porterons.

Quant à votre grande culture juive européenne, soyons sérieux. Proust est un pur produit du classicisme français et de Balzac. Balzac, Saint-Simon, Sévigné, La Rochefoucault et La Fayette que vous citez appartient-ils à la grande culture juive européenne? Etaient-ils au contraire behavioristes avant l’heure? Et les grands romanciers russes, anglais, allemands du 19ième siècle, où sont-ils? Chez les behavioristes ou chez les juifs?

Votre manie des classements, de préférence binaire avec les juifs d’un côté et le reste du monde de l’autre, est incroyablement primaire et réductrice. Vis-à-vis d’Angot, vous avez pété les plombs depuis que vous avez appris qu’elle avait une goutte de sang juif (peu en fait, un quart si j’ai bien compris et sans aucune éducation juive, autant dire rien).

Avec la même histoire familiale, ses livres eussent été les mêmes si sa mère s’était appelée Dupont et venait d’une famille beauceronne enracinée depuis sept générations….

Votre conception quasi biologique de l’appartenance juive est vraiment inquiétante. Elle me rappelle celle de certains qui pensaient que l’on était juif si l’on avait seulement un grand père juif, même converti au luthérianisme.

de nota dit: 7 septembre 2015 à 13 h 36 min

Un prof de fac, même ayant le titre de professeur, est bien loin de gagner 6000/mois ! Que de préjugés ! Que d’ignorance sur la misère du monde enseignant. Vous ne vous rendez vraiment pas compte.

Wider, j’ai indiqué le salaire maximum correspondant au celui d’un professeur des universités de classe exceptionnelle, 2 ème échelon, grille hors échelle E ; salaire brut:
6111, 99 euros. Et je cite mes sources.

http://www.emploi-collectivites.fr/grille-indiciaire-etat-professeur-universites-pu-toutes-disciplines/0/5138.htm

JC..... dit: 7 septembre 2015 à 13 h 34 min

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 12 h 17 min
« Ce que Clopine ne comprend apparemment pas, c’est que les « thèses » philosophique ne sont d’aucun temps. »

Eh , oui, Michel ! Bonne analyse de l’abyme, du gouffre, qui sépare le Massey Ferguson fou et sans conducteur, du sillon intemporel des philosophes puissants …

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 13 h 33 min

Quand est-ce qu’on va avoir le courage d’aller se battre en Syrie pour leur casser une bonne fois la gueule ? Et supporter en conséquence les morts français. On est en guerre. Il sera bientôt trop tard.

D. dit: 7 septembre 2015 à 13 h 31 min

Si elle est morte, elle n’a plus besoin d’être payée, Michel.
Vous cherchée des problèmes là où il n’y en a pas.

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 13 h 31 min

On veut nous faire croire que les frappes aériennes en Syrie vont changer la donne ! On nous prend comme d’hab pour des couillons…

Widergänger dit: 7 septembre 2015 à 13 h 23 min

Je ne vois pas le rapport avec quelque racisme que ce soit, Clopine !

Personnellement je pense effectivement que l’islam n’a rien d’une religion. Pour que les choses soient claires. Et je ne suis pas raciste du tout.

geo dit: 7 septembre 2015 à 13 h 16 min

« son narrateur cherche toujours deux ou trois explication à un geste, à une comportement quelconque de ses personnages qu’il y a toujours à creuser pour chercher derrière le visible l’invisible. »

Mais WG, nous n’avons pa

le ch i c des im a ges dit: 7 septembre 2015 à 13 h 13 min

« Les socquettes roses du ministre Sapin, ostensiblement montrées »

et toujours ministre! ô déca den ce! La fureur (toute polissée) de ue da da n’est que trop juste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*